ÉTUDE DE BENCHMARK SUR LA DIVERSITÉ AUX USA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉTUDE DE BENCHMARK SUR LA DIVERSITÉ AUX USA"

Transcription

1 ÉTUDE DE BENCHMARK SUR LA DIVERSITÉ AUX USA Amanda de Montal Fondatrice du cabinet WOMF LLC Consulting Co nstruisons ensemble une diversité engagée et durable 33 avenue Mac Mahon, Paris, Tel: +33 (0)

2 SOMMAIRE INTRODUC TION 4 1. Panorama de la diversité aux Etats-Unis en Thèmes abordés 6 1. LA FEMME DANSLES ENTREPRISES AMÉRICAINES Contexte Diagnostic Une quasi absence de femmes dans l entreprise en raison du secteur : exemple de l industrie Peu ou pas de femmes dans le «sillon» au niveau intermédiaire et supérieur Les réponses des entreprises pour retenir et promouvoir les femmes En faire une stratégie prioritaire pour l entreprise Donner aux femmes les outils pour se battre à armes égales avec les hommes Faire des femmes une force active de l entreprise L équilibre vie privée/vie professionnelle Communiquer autour des mesures en faveur des femmes TABLEAUX DE BORD DIVERSITÉ DIVERSITÉ D ES FOURNISSEURS Les acteurs externes d une politique de diversité des fournisseurs Moteurs et freins de la politique de diversité des fournisseurs Freins à une généralisation massive de cette politique aux Etats-Unis Recommandation pour la version française DIVERSITÉ ET MARKETING Promouvoir sa politique diversité à la source : dans les écoles et les universités 32 2

3 4.2. Se promouvoir comme une société diverse Puiser dans les ressources diverses de l entreprise Cibler les diversités pour s ouvrir de nouveaux marchés Sur le terrain Par la publicité 35 CONCLUSION L aval des dirigeants au plus haut niveau Créer une équipe dédiée à la diversité et lui donner le pouvoir et les moyens nécessaires Disposer de relais sur le terrain Etablir un reporting transparent régulier sur les rémunérations 36 ANNEXES 37 Annexe 1 :Tableaux de bord Deloitte 37 Annexe 2 :Tableaux de bord IPG 40 3

4 INTRODUCTION 1. Panorama de la diversité aux Etats-Unis en 2010 Si sur le plan légal les Etats Unis ont édicté des lois contraignantes visant à réduire et pénaliser les discriminations, telles le Titre VII du Civil Rights Act de 1964, L Employment Act de 1967, et l American with Disabilities Act de 1990 ; sur le plan professionnel, les pratiques de diversité actuelles des entreprises américaines répondent à des considérations d efficacité économique, managériale et d innovation. Aux Etats Unis, à l exception de certaines entreprises ayant des contrats d Etat (Philips) et qui sont donc soumises à l Affirmative Action Plan, on ne subit plus la politique diversité. Au contraire, la politique de diversité et d inclusion est devenue un vrai levier de performance. Comme le dit si bien le rapport Deloitte (2008) : «Diversity isa Bottom Line, not a finish line.» Quelques éléments essentiels sont à prendre en compte pour comprendre ce changement d approche : 1. En 2050, d après les dernières prévisions du Census 1, la moitié de la population américaine sera composée de minorités ethniques. Ainsi la diversité apparaît comme un argument économique fort, et les rapports annuels aujourd hui de la majorité des grandes sociétés américaines font état de réalisations sur ce point. Sodexo affirme ainsi qu en 2050, 70% de ses employés seraient des femmes ou issus des minorités. 2. Les entreprises ont compris que la diversité pouvait également constituer un axe stratégique de développement marketing. La diversité devient dès lors un atout concurrentiel, une stratégie de différenciation, comme l exprime Sodexo. 3. Les études sur l efficacité managériale démontrent qu un des facteurs clefs de réussite est que chaque individu se sente respecté et reconnu pour l intégralité de sa personnalité sur son lieu de travail. Ainsi, cet espace doit être inclusif, les valeurs de l entreprise permettant de gérer les attentes des différentes communautés, leur offrant des outils pour exprimer leur différence, et de capitalisersur celle-ci. L objectif à moyen et long terme est évidemment de fidéliser les talents et de renforcer l attractivité de l entreprise. 1 Le Census est l équival ent américain de l INSEE, il produit des données chiffrées démographiques et économiques. ensus.gov/ 4

5 France / USA : Le rôle du ca dre juridique dans la lutte contre les discriminations et la promot ion de la diversité Si les situations de la France et des Etats Unis sont si différentes, c est qu elles se fondent sur des principes historiques et juridiques distincts. L approche multiculturelle est fondamentale au x Etats-Unis, elle prend sa source dans l origine même du pays qui valorise la diversité de sa population. La législation anti-discrimination s y appliqu e très tôt, dès le milieu des années 1960, comme cela a été souligné en introduction d e ce rapport. L argument développé par la Cour Suprême (en 19 70) ancre la justification de l affirmative action (discrimination positive) dans la nécessité d avoir une masse critique de personnes d origine ethnoraciale différente, celles-ci étant considérées comme porteuses d e visions du monde, d approches et d opinions distinctes de la population blanch e majoritaire. ( Sabb agh, 2009). Le thème est repris par les entreprises dans le milieu d es années L approche diversitéau x Etats-Unis est largem ent catégorielle, comme l e montre l eur dispositif marketing décrit dans cette étude, et s appuie sur u n usage ancien des statistiques ethniques. Le sujet est beaucoup plus réc ent en France, où le modèle républicain originel a rendu complexe le passage d une culture de l assimilation d es différences vers un idéal de citoyenneté universelle, à un multiculturalisme encore hésitant. La diversité a cependant divers historiques selon les cibl es. Il existe ainsi des dispositifs déjà anciens promouvant l égalité femme-homm e ou l int égration des travailleurs handicapés dans l emploi. L impulsion européenne avec l inscription du principe de non discrimination dans le traité d Amsterdam ( 1997) est primordiale, ell ese traduit concrètement par la directive RACE (2000). Cette dernière n est qu e partiellement transposée en 2004, mais son application est élargie à un ens emble plus vaste de critères de discrimination (l âge, le sexe, l origine, la situation de famille, l orientation sexuelle, l es mœurs, les caractéristiques génétiques, l appartenance vraie ou supposée à une ethnie, une nation, une race, l apparence physique, le handic ap, l état de santé, l e patronyme, l es opinions politiques, les convictions religieuses, l es activités syndicales, l état de grossesse). C est cette année qui fonde égalem ent la préoccupation pour la «diversité» en entreprise, largem ent promue en particulier par l Institut Montaigne notamm ent par des figures de l entrepreneuriat français (Yazid Sabeg, Claude Bébéar), mouvement q ui donnera naissance à d es initiatives comme la charte de la diversité en 2004, puis le label diversité en Au-delà de deu x approches philosophiquement différentes d e l intégration, ce qui distingue la France des Etats-Unis dans la lutte contre la discrimination et la promotion de la diversité, c est l opposition entre une approche institutionnalisée, largement définie et soutenue par la loi et l a jurisprudence aux USA, et une action publique faible en France, essentiellem ent incitatrice, peu prescriptive (Béréni, 2009; Doytcheva, 2009). Faute d un réel engagem ent d es politiques et des législateurs, l e discours sur la diversité en France n a pas encore convaincu l ensembl e des entreprises ou des filial es de grands groupes. Les articl es cités font tous réf érence au num éro spécial de la revue Raisons Politiques, 2009/3, n 35 5

6 2. Thèmes abordés Si la diversité des contextes nationaux explique qu une transposition des pratiques d entreprises américaines n est pas possible telle quelle, une étude des politiques d entreprise dans un autre pays est aussi porteuse d un autre regard, donc d innovations dont peuvent s inspirer les sociétés françaises. Par ailleurs, les grandes entreprises, souvent moteur dans la promotion de la diversité, sont multinationales et ont un marché mondial ; elles ont en conséquence besoin à la fois de connaître et de mettre en perspective ce qui est fait dans chaque pays pour promouvoir un tronc commun à leur politique groupe sur la diversité. L AFMD souhaite les accompagner dans ces réflexions. Engagée dans une démarche de partenariats et de réflexion internationaux, l AFMD lance son deuxième opus d une perspective comparée des pratiques d entreprises, après avoir mis l accent sur les politiques Diversité en Europe en Pour cette étude, nous avons choisi de nous focaliser sur des thèmes d actualité sur lesquels l approche américaine était bien souvent plus étayée que l approche française. L étude qui suit est donc articulée autour de 4 grands thèmes : - Les femmes dans l entreprise, sujet particulièrement d actualité en France et qui méritait d être nourri par une approche extra-européenne ; - La mesure de la diversité : les tableaux de bord ; - La diversité des fournisseurs ; - La diversité comme stratégie marketing. Ces trois derniers thèmes ne sont encore qu émergents dans l hexagone quoiqu ils se posent de manière aigüe : c est notamment le cas de la mesure de la diversité qui a fait l objet d une proposition d article dans le projet de loi relatif à l immigration, à l intégration et à la nationalité, visant à imposer aux entreprises cotées un bilan de leur actions menées en matière de lutte contre les discriminations. La méthodolog ie du benchmark : La sélection des entreprises partenaires de l'étude est le fruit de : - L'analyse de Diversity Inc, Working Womens' magazine pour avoir une liste des meilleures entreprises dans le domaine de la diversité, des études de cas et des «bonnes pratiques» ; - La volonté de rencontrer des sociétés embl ématiques dans les s ecteurs de la grande consommation, la banqu e, la publicité, le conseil, l industrie, à d es fins decomparaisons sectorielles ; - Lesouhait de rencontrer plusieurs filial es am éricaines d adh érents de l'afmd. 6

7 Dans chaque entreprise, des responsables diversité ont été interviewés, à l'exception des structures plus petites. Dans ce cas, c est le/la responsable des Ressources Humaines (RH) également responsable de la diversité qui a été interrogé(e). Entreprises interrogées Secteur d activité Effectif aux USA * (chiffres 2009 ou 2010) Effectif Monde * (chiffres 2009 ou 2010) Adecco Travail temporaire Plus de collaborateurs répartis dans 70 pays ; intérimaires American Express Banque / Assurance / Voyagiste salariés BNP-Paribas Banque 750 agences, salariés Plus de salariés Colgate Palmolive Grande consommation salariés dans plus de 200 pays Crédit Suisse Banque 40 implantations sur le continent américain (Nord et Sud), salariés 405 implantations, salariés Dannon (Danone US) Agroalimentaire salariés Deloitte Audit financier et conseil personnes Réseau de cabinets membres : collaborateurs dans 140 pays Google NTIC salariés Gotham Interpublic (IPG) Agence de communication/ Publicité, filiale de McCann Agence de communication / publicité salariés, dans une centaine de pays 7

8 KPMG Audit financier et conseil 87 cabinets membres, soit salariés et associés Réseau (Coopérative de droit suisse) présent dans 146 pays, regroupant personnes L Oréal Grande consommation / Environs personnes salariés Cosmétique / Luxe Philips Grande consommation / santé /éclairage en Amérique du Nord salariés Sodexo Restauration collective employés pour l ensemble des USA, du Canda et du Mexique salariés, répartis dans 80 pays NTIC /industrie Sony audiovisuelle / haute technologie salariés * les sources des chiffres présentés ci-dessous sont généralement les sites Internet des entreprises ou leur rapport annuel. 8

9 1. LA FEMME DANS LES ENTREPRISES AMÉRICAINES 1.1. Contexte Situation des femmes sur le marché du travail aux Etats Uni s Un taux d emploi plus faible, un plafond de verre poreux, et une hégémonie du modèle de carr ière masculin Hélène Périvier (2008) noteun progrès incontestable de l égalité homm e-femm e sur le marché du travail au x Et ats-unis sur la période d e à aujourd hui. Ces résultats sont cependant à nuancer, l inégalité entre les femmes étant particulièrement marquée. Contexte légal «Les réussites américaines doivent beaucoup aux mouvem ents féministes, qui se sont appuyés sur un arsenal législatif effic ace permettant d e lutter contre les discriminations que subissent les femm es. Parmi les lois anti-discrimination, les articles fondateurs sont l article VII des Droits civils de 1964 q ui interdit l a discrimination dans l embauche et la promotion, ainsi qu e l article IX des amendements d e l éducation de 1972, qui exige un égal traitement d es sexes dans les programmes éducatifs, y compris dans les grand es écoles et l université. Ces lois ne sont pas restées l ettres mortes comme en t émoignent qu elques exemples d e sanctions ou de règl ements auxquels certaines grandes entreprises ont dû se soumettre. En ayant des pratiques discriminatoires à l égard d es femmes, les entreprises s exposent au risque de payer une am ende, dont le montant est dissuasif.» 2 (cf. : condamnation de Lucky St ore en 1994; de Price Waterhou se en 1990) Femmes et taux d emploi : une progression quantitative En dépit d une évolution positive du taux d emploi des femmes dans les deux pays, les Françaises de 25 à 54 ans 3 restent plus actives que les Américaines, à 81% contre 75,5% en Aux Etats-Unis, «L es années 1970 et surtout 1980 ont été c elles de l accroissement de l emploi des femmes en couple, relayé durant la décennie suivante par celui des mères isolées sous l effet de politiques volontaristes qui se sont concentrées sur des objectifs quantitatifs (augmentation des taux d em ploi, et baisse du nombre d e dossiers sociaux ), laissant de côté l aspect qualitatif des emplois créés. Les tendances récentes montrent un essouffl ement de l activité en général, qui affecte les femmes, les plus qualifiées n étant pas épargnées par cettetend ance.» 2 Les extraits sont tirés de : Hélène Périvier, 2008, Les femmes sur le marché du travail aux Etats-Unis, document de travail de l OFCE 3 La France se c aractérisant par de très faibles taux d emploi des jeunes demoins de25 ans et des seniors de plus de 55 ans, ces âges ont été volontairement exclus de la comparaison car considérés comme non significatifs 9

10 En revanche, depuis le milieu des années 1980, le taux de chômage des femmes et des hommes au x Etats-Unis est presque identiqu e, contrairement à la majorité des pays européens où les femmes pâtissent davantage du chômage que leurs homologues masculins. Femmes et pla fond de verre : persistance d un modèle masculin de carr ière et inégalité salaria le «La réduction des inégalités entre les sexes ne vaut pas pour toutes les femmes : pour les moins qualifiées les améliorations sont mod estes, voire inexistantes sur certains points, et donc parallèl ement, l es inégalités entre les femmes qualifiées et celles n ayant pas ded iplôme ont augmenté.» En effet, pour les Américaines diplômées, les inégalités avec les homm es en m atière de carrière (tant l eur type qu e l eur d éroulement) sont moins fortes qu en Europe, en particulier qu en France. Cepend ant, c es opportunités ont u n prix : celui de la nécessité pour les femmes de se conformer à un modèle de carr ière masculin qui exige une grande disponibilité hora ire. Cela éclaire, dans c e cadre, les pratiques des entreprises américaines en faveur des femmes qui visent davant age à les aider individuellem ent à progresser qu à une réforme des modalités de carrière dans les organisations. Ce modèle de carrière masculine est fondé sur un travail chronophage : «Les femmes ayant obtenu l égalité ont dû se caler sur la carrière des hommes, ce qui exigeun temps d e travail long et peu d e temps à consacrer à la famille. Les Etats-Unis constituent l un des rares pays développés où la durée hebdomadaire de travail est de 40 heures, et où il n existe aucune politique nationale d éterminant une d urée obligatoire de congés payés. Les droits de congés payés sont laissés à l appréciation de l employeur». Les inégalit és salariales persistent également, même si les Etats-Unis ont durant ces 20 dernières années comblé une partie de leur retard avec l es autres pays développés. Selon une étude franco-québ écoise (Ve rs l égalité entre les femmes et les hommes? Comparaison Europe - Amé rique du Nord, 2009), en France, en 2005, l a rémunération horaire brute moyenne des femmes était inférieure de 12 % à celle des hommes, contre15 % pour la moyennede l UE, et 23 % pour les Etats-Unis. La thématique de l égalité professionnelle hommes/femmes fait partie des fondamentaux des pratiques de diversité de toutes les sociétés rencontrées. C est une des thématiques qui fait consensus dans chacun des entretiens et qui bénéficie depuis 3 ans le plus d actions et de résultats, car elle est considérée comme un véritable atout de performance dans les entreprises. L Agence Catalyst (Association de promotion des femmes dans l entreprise) a publié en juillet 2008 l étude Corporate Performance and Women s Representation on boards. Au-delà du constat chiffré que depuis 2001 le nombre de femmes ayant accès aux Comités Exécutifs a cru, cette étude met en avant le lien entre une représentation accrue des femmes dans les Comités et le bilan financier. Selon ses conclusions, les sociétés ayant la plus grande proportion de femmes dans leur comité exécutifont : 10

11 - De meilleurs retours sur les actions, - De meilleurs retours sur les ventes, - De meilleurs retours sur le capital investi, - De meilleurs résultats en termes de performance financière (cf. : encart 4). Cette étude démontre également que les entreprises avec des femmes dans des positions stratégiques clefs, et présentes au Comité Exécutif ont une tendance très prononcée, non seulement à favoriser l accès des autres femmes au comité, mais aussi à nommer les candidates femmes sur de vrais postes exécutifs avec des responsabilités budgétaires, ce qui est essentiel pour prétendre au poste de CEO 4. L exemple le plus représentatif nous provient de Kraft Foods, dont la CEO est une femme, 5 membres sur 12 du Conseil d Administration sont des femmes, et la part des femmes au Comité Exécutif est de 44,4%. Néanmoins, le chemin à parcourir est encore long. Contrairement auxidées reçues, la représentation des femmes dans les entreprises aux Etats-Unis n est pas parfaite. - En 2010, sur les CEO de 500 plus grandes entreprises américaines «Fortune 500 5», 15 sont des femmes, soit 3%, Patricia A. Woertz, (#27) 57 ans, PDG d Archer Daniels Midland Company (ADM) (agro-alimentaire) Angela F. Braly, (#31) 48 ans, PDG de WellPoint, Inc. (assurance maladie) Indra K. Nooyi,. (#50) 54 ans, PDG de PepsiCo, Inc, (agro-alimentaire) Irene B. Rosenfeld, (#53) 57 ans, PDG de Kraft Foods Inc. (agroalimentaire) Lynn Laverty Elsenhans, (#78) 53 ans, PDG de Sunoco (industrie pétrochimique) Ellen J. Kullman, (#86) PDG de DuPont (industriechimique) 4 Chief Exe cutive Officer, c est-à-dire PDG 5 Liste des 500plus grandes entreprises américaines éditée annuellement par le magazine «Fortune» sur la base des Chiffres d Affaire. 11

12 Mary F. Sammons, (#89) 62 ans, PDG de Rite Aid Corporation (distribution pharmaceutique) Carol M. Meyrowitz, (#119) 56 ans, PDG The TJX Companies, Inc. (distribution spécialisée) Ursula M. Burns, (#152) 52 ans, première femme afro-américaine dirigeant une multinationale américaine et succédant à une autre femme AnneMulcahy, PDG de Xerox Corporation (impression) Brenda C. Barnes, (#180) 54 ans, PDG de Sara Lee Corporation (produits de grande consommation) Andrea Jung, (#228) 49 ans, PDG de Avon Products, Inc. (cosmétique) Laura Sen, (#232) 53 ans, PDG de BJ's Wholesale Club (distribution spécialisée) Susan M. Ivey, (#272) 49 ans, PDG de Reynolds American, Inc. (Industriedu tabac) Carol Bartz, (#343) 61 ans, PDG de Yahoo! Inc. (Informatique) Christina A. Gold, (#413) 63 ans, ancienne PDG de Western Union Holdings, Inc. (Banque), elle a prissa retraite le 1er septembre2010 et cédé la place à un homme, Hikmet Ersek (49 ans) des entreprises des «Fortune 1000» ont des femmes CEO. - Dans les Comites de Direction des US Top 500, 11,1% des membres sont des femmes, et 86% des compagnies américaines ont au moins une femme au sein de leur Comité. Si l on élargit notre analyse en dehors des sphères des grandes entreprises, le même constat s applique à l entrepreneuriat. Seulement 1/5 des entreprises qui réalisent 1 million de dollars ou plus de Chiffre d Affaires appartiennent à des femmes, et seulement 3% des entreprises appartenant à des femmes atteindront le million de dollars contre 6% pour les hommes. 12

13 En résumé, la situation est meilleure qu il y a 10 ans, mais la question du pourquoi il y a si peu de femmes aux Comités de Direction et aux niveaux de responsabilité élevés dans les entreprises se pose toujours. Mixité et performance économique : quel lien? Le travail des femm es a longtemps été considéré comme une variable d ajustement du marché du travail. Pour autant, en parallèle du développement d es politiques de gestion de la diversité au sein des entreprises, l idée selon laquelle mixité et égalité professionnelle entrehommes et femm es riment avec performance économique s est progressivement imposée. Cetteidée repose sur qu atreargum ents principaux : 1. Une m eilleure gestion des ressources humaines : élargissement du vivier de candidats (et donc d e tal ents) disponibles, solution contre la pénurie de main d œuvre, renforcement d e la motivation et du bien-être au travail des collaborateurs et, par conséquent, augm entation de leur productivité et diminution du turn-over. 2. Un style de m anagement différent, compl émentaire au style de management dit «masculin» : plusieurs psychologues ont mis en évidence l existence d un «management féminin», reposant notamment sur l écoute, la communication et l interactivité, lequ el répondrait à une demand ed «h umanisation» des rapports hiérarchiques dans l entreprise. 3. Un accroissement d es performanc es commerciales : d éveloppement de l innovation et de la créativité, répons e plus ad aptée aux dem andes d e la clientèle, amélioration de l image de marque d e l entreprise ( aux yeu x du consommateur mais également des actionnaires) 4. Une augmentation des performances financières : attrait grandissant des investisseurs envers les entreprises actives d ans l e domaine d el a diversité (gage d une gestion efficace des ressources humaines d autant que l a garantie d une mise en conformité aux normes l égales prévient l entreprise de tout risque judiciaire) Face à cette hypothèse, il convient néanmoins de s int erroger quant au fondement scientifique de tels arguments. En 2003, Nicole Ameline, alors qu ell e ét ait Ministre de la parité et de l égalité professionnelle, a mis en évidence l e fait que très peu d études visant à démontrer le lien entre mixité et croissance économique ont été réalisées en Franc e alors que la communauté scientifique anglo-saxonne s était déjà largement emparée de c ettequ estion. Pour combler ce retard, c elle-ci a commandité une étude auprès de la DARES et d e l INSEE. Dans ce cadre, Sophie Landrieux- Kartochian a réalisé une revue d e littérature recensant l ensembl e des étud es et analyses ayant été élaborées sur ce sujet. Cet état d es lieux de l a connaissance scientifique en la matière l amène à la conclusion suivante : il est très difficile d appréhender et de mesurer l impact des politiques en faveur de l égalité homme/femme sur la performance économique et ce, pour trois raisons principales. Tout d abord, à l heure actuelle, l a majorité des études menées en la matière sont d ordre expérim ental, c e qui pose donc la qu estion de l a viabilité des résultats obtenus. Aussi, comme nous l avons souligné précédemment, ces études sont principalement anglo-saxonnes. Il semble donc difficile de transposer les résultats au 13

14 contexte franç ais, différent à bien d es égards. Enfin, l a principale interrogation soulevée vis-à-vis de ces études provient du fait que mettre en place un protocole d enquêt e permettant d isoler l a variable «mixité homme/fem me» (toute chose égal e par ailleurs) comme étant le seul facteur d influence sur les performances économiques d u ne entreprise relève d u défi. Face à ces limites, il convient donc de d être prudent avec cette id ée Diagnostic Pour pouvoir accéder à de hauts niveaux de responsabilité et aux les comités, les femmes doivent au préalable être dans le «sillon», c est-à-dire à des postes managériaux permettant d y accéder. Or selon les entreprises interrogées, c est souvent loin d être le cas. On observe plusieurs cas de figure Une quasi absence de femmes dans l entreprise en raison du secteur : exemple de l industrie Des entreprises comme Sony et Google ont longtemps souffert et souffrent toujours du manque de femmes ingénieurs informatiques/technologiques. Très peu de femmes, il y a 15 ans, s engageaient dans des études scientifiques. Afin de combler ce manque, ces sociétés ont développé des politiques «à la racine», très volontaristes, en faveur des femmes, au moment de l éducation et du recrutement. Avec son programme K-12, Google développe l amour pour les sciences, la technologie, l ingénierie et les mathématiques (STEM) chez les jeunes avec un accent particulier sur les filles. L entreprise travaille en étroite collaboration avec des écoles pour proposer ce programme complémentaire aux élèves qui manifestent une facilité ou un intérêt prononcé pour ces matières. En parallèle, Google travaille également sur les femmes, en créant des évènements forts comme «Introduce a girl to Engineering day», des visites d étudiants qui permettent de découvrir le monde Google (plus de 5000 par an) et des workshops (ateliers) spécifiques aux femmes. Au travers d évènements internationaux tels the «Girl s Day in London and Munich» et les «Google India Women in Engineering Awards», l entreprise communique sur sa féminisation et son positionnement d entreprise incontournable pour les femmes ingénieurs Peu ou pas de femmes dans le «sillon» au niveau intermédiaire et supérieur Le diagnostic le plus courant pour expliquer l absence de femmes aux niveaux hiérarchiques élevés, est le fait que les entreprises ne parviennent pas à retenir, promouvoir et accompagner les femmes au cours de l étape la plus problématique : celle du management intermédiaire. 14

15 C est à cette étape que les directions doivent être capables d améliorer leur taux de rétention, et d accompagnement des femmes ; leur donner les outils pour réussir et franchir le cap pour passer aux fonctions de direction et se positionner par la suite comme candidates aux postes du comité. Beaucoup d analyses (issues d enquêtes internes aux entreprises interrogées) ont été faites sur ce cap important : - La faible féminisation de l encadrement peut en partie s expliquer par la persistance de stéréotypes liés aux femmes ayant des postes à responsabilités, stéréotypes qui semblent d ailleurs le plus souvent être partagés etassimilés par les femmes elles-mêmes. Les femmes sont placées devant un réel dilemme car, évaluées selon un standard de management encore masculin, elles sont vues comme trop douces (si elles conservent leurs comportements féminins) ou trop dures (si elles dupliquent les comportements masculins) pour réussir à un haut niveau de responsabilité. - Les femmes sont plus dans l attente et moins dans la mise en scène d elles-mêmes et la promotion de leurs résultats. Elles auront plus tendance à suivre les règles et attendre plutôt que de provoquer des situations en leur faveur, ce qui implique que souvent un homme prendra avant la place convoitée. - Ce cap correspond souvent au moment où les femmes mettent en balance vie privée et vie professionnelle. La maternité devient un argument majeur pour changer de poste, quitter une société ou tout simplement évaluer l intérêt de poursuivre son activité professionnelle d une part ou rester avec ses enfants d autre part. Dans Top Talent, Sylvia Ann Hewlett, décrit cette situation avec beaucoup de véracité. Elle parle d une femme qui tous les matins confie son enfant à sa baby-sitter pour aller travailler 10 heures. Le déchirement quotidien est supportable dès lors que la femme a une vision de son évolution de carrière au sein de l entreprise, qu elle se sent valorisée et reconnue. Lorsqu elle a l impression que l entreprise ne la respecte pas, la balance penche en faveur de sa vie familiale. L appel de la maternité joue comme un balancier entre vie privée et vie professionnelle Les réponses des entreprises pour retenir et promouvoir les femmes En faire une stratégie prioritaire pour l entre prise Pour Philips, longtemps victime d une image masculine et comptant seulement 6 femmes aux postes de senior management, le recrutement de femmes est, depuis 3 ans, une priorité à tous les niveaux. A compétences égales, entre un candidat homme et un candidat femme, la femme sera choisie. Cette décision a été annoncée clairement par la Direction, et les Ressources Humaines sont mobilisées et intéressées à ces résultats. Dans le secteur financier, le défi est semblable. Lors d une étude récente, 44% des femmes de Wall Street ont déclaré ne pas avoir d enfants, et ne pas souhaiter avoir d enfant car cela est incompatible avec leur vie professionnelle. Cette étude a alimenté de nouvelles réflexions chez Crédit Suisse, en particulier parce qu ils faisaient le même constat dans leur effectif. 15

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE!

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! Le 5 mars 2014 A quelques jours de la Journée Internationale de la Femme, l Observatoire International de l Equilibre Hommes

Plus en détail

CHARTE EGALITE HOMME FEMME

CHARTE EGALITE HOMME FEMME CHARTE EGALITE HOMME FEMME Information : Afin de limiter les effets liés à l éloignement prolongé de la vie de l Entreprise et faciliter le retour dans son activité professionnelle, Whirlpool s engage

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Principes de gestion et leadership Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Sommaire Expérience du MFPMA en matière d institutionnalisation de l égalité entre

Plus en détail

«Raconte-moi ton métier, un métier qui n a pas de sexe» Résultats de l enquête menée auprès des entreprises du réseau FACE

«Raconte-moi ton métier, un métier qui n a pas de sexe» Résultats de l enquête menée auprès des entreprises du réseau FACE «Raconte-moi ton métier, un métier qui n a pas de sexe» Résultats de l enquête menée auprès des entreprises du réseau FACE SOMMAIRE Préambule 1. La situation actuelle des entreprises 2. L engagement pour

Plus en détail

Présentation de l initiative «Les femmes et le leadership»

Présentation de l initiative «Les femmes et le leadership» Juin 2006 Présentation de l initiative «Les femmes et le leadership» Présentation de l entreprise Alcatel fournit des solutions de communication permettant aux opérateurs de télécoms, aux fournisseurs

Plus en détail

Le temps partiel un moyen non discriminant pour favoriser la conciliation des temps de vie

Le temps partiel un moyen non discriminant pour favoriser la conciliation des temps de vie Fiches de bonnes pratiques des entreprises ayant obtenu le Label égalité femmes / hommes Le temps partiel un moyen non discriminant pour favoriser la conciliation des temps de vie Le temps partiel est

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP 2014 / 2015 ACCOMPAGNEMENT DE LA GESTION DU HANDICAP EN ENTREPRISE Syn@pse Consultants 30 Avenue de la Paix 67000 STRASBOURG 03 88 35 10 14 Satisfaire l Obligation d

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents?

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? > pour un meilleur rendement des organisations et des personnes Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? L optimisation du capital

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les cabinets d avocats pour développer de nouvelles compétences professionnelles indispensables

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

Les clés de la mixité

Les clés de la mixité Women Matter 2012: Making the Breakthrough Les clés de la mixité Focus sur les entreprises françaises 2 McKinsey conduit depuis de nombreuses années des travaux de recherche sur le rôle des femmes au sein

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

I Le Défenseur des droits I

I Le Défenseur des droits I DIVERSIFIER SES RECRUTEMENTS SANS DISCRIMINER la rédaction des offres d emploi Ce qui est interdit Les exceptions autorisées par la loi Comment rédiger une offre d emploi Comment diversifier ses recrutements

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Le RSE de BEDEL. Responsabilité sociale de l'entreprise. BEDEL est une entreprise socialement responsable.

Le RSE de BEDEL. Responsabilité sociale de l'entreprise. BEDEL est une entreprise socialement responsable. Le RSE de BEDEL Responsabilité sociale de l'entreprise. BEDEL est une entreprise socialement responsable. Notre démarche commerciale ne découle pas seulement d une maximisation des profits, mais exige

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence... 1 6.1. Évaluation des compétences... 2 6.1.1 Mesure des écarts entre compétences

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

GEF. Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles. Regards croisés hommes/femmes. Grandes Écoles au Féminin

GEF. Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles. Regards croisés hommes/femmes. Grandes Écoles au Féminin Ipsos Public Affairs / GEF Février 2007 Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles Regards croisés hommes/femmes GEF Qui sommes-nous? Créé en janvier 2002, GEF regroupe 9 associations

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

«LABEL DIVERSITE» Cahier des charges de labellisation Version 3

«LABEL DIVERSITE» Cahier des charges de labellisation Version 3 «LABEL DIVERSITE» Label relatif à la prévention des discriminations et à la promotion de la diversité dans le cadre de la gestion des ressources humaines Cahier des charges de labellisation Version 3 Applicable

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Charte FIGARO CLASSIFIEDS

Charte FIGARO CLASSIFIEDS Charte FIGARO CLASSIFIEDS PARTIE 1 : NOTRE ENGAGEMENT 1. Notre engagement Leader privé du marché des annonces d emploi sur Internet en France, FIGARO CLASSIFIEDS a développé une offre Emploi unique sur

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 17 DÉCEMBRE 2013 Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Conventions collectives nationales CABINETS D AVOCATS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Conventions collectives nationales CABINETS D AVOCATS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3078 Conventions collectives nationales CABINETS D AVOCATS IDCC : 1000. Personnel salarié IDCC : 1850. Avocats salariés

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012 La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & la Norme ISO 26000 Analyse comparée Octobre 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Les instruments permettant d orienter les démarches RSE 3. La Charte de responsabilité

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Tel qu adopté par le conseil d administration le 5 octobre 2011 Membres de l Association des écoles supérieures d art de Montréal Centre NAD Conservatoire de musique de Montréal

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES Messier-Bugatti ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES la CFDT, représentée par Monsieur Alain GUILLAUME, Délégué Syndical Central la CFE-CGC, représentée par Monsieur

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 8 en entreprise Quelques éléments de contexte L objectif de simplification de la loi Rebsamen passait aussi par une rationalisation

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

The Hiring Process Report. Switzerland

The Hiring Process Report. Switzerland The Hiring Process Report Switzerland 2015 Le processus d embauche Les médias sociaux et les sites de carrières régulièrement mis à jour sont actuellement les moyens les plus populaires permettant de renforcer

Plus en détail

LEADERSHIP & MANAGEMENT

LEADERSHIP & MANAGEMENT LEADERSHIP & MANAGEMENT 3 JOURS SEQUENCES Présentation DE LA VISION A L ACTION Diriger aujourd hui un service, une direction régionale, une filiale ou une entreprise nécessite la maîtrise des outils et

Plus en détail

Une approche de gestion des ressources humaines axée sur les personnes. présentée au conseil d administration de l AQESSS.

Une approche de gestion des ressources humaines axée sur les personnes. présentée au conseil d administration de l AQESSS. Une approche de gestion des ressources humaines axée sur les personnes présentée au conseil d administration de l AQESSS le 5 février 2009 par le Comité des ressources humaines du conseil d administration

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Les entreprises belges renforcent la collaboration entre leur fonction Finance et d autres départements Elles s inscrivent dans la tendance européenne, mais ne font

Plus en détail

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ;

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ; Projet de fusion des associations fondatrices de fbs Alumni I - Objectif du projet de fusion Le Conseil d administration a validé lors du CA du 12 juin 2013 la décision de procéder à la fusion/absorption

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Ressources humaines et communication Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir des diplômés

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES. Paris, le 09/05/2014

COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES. Paris, le 09/05/2014 COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES Paris, le 09/05/2014 1 1 Global Compact o Lancé en 2000, le Pacte Mondial des Nations Unies est un

Plus en détail

donateurs actualité et enquêtes de L engagement bénévole des seniors Innovation Bénévolat Engagement seniors Fundraising tendance Image société pour

donateurs actualité et enquêtes de L engagement bénévole des seniors Innovation Bénévolat Engagement seniors Fundraising tendance Image société pour donateurs enquêtes de société pour des expertises Innovation Bénévolat Engagement seniors études et opi Comportement associations Fundraising méthodologie L engagement bénévole des seniors -de 50 à 65

Plus en détail

quels enjeux pour le secteur financier?

quels enjeux pour le secteur financier? Préambule 2 Auteurs de l enquête Cette étude a été conduite par le pôle développement durable d Equinox Consulting Sophie Madet, associée Blandine Sébileau, senior manager Sybille Brugues et Sophie Pornin,

Plus en détail

La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) en Suisse

La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) en Suisse La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) en Suisse Laetitia Gill, Directerice du Réseau et Développement Philias Forum 20 ans Mode d Emploi 16 novembre UNIL Lausanne www.philias.org www.philias.org

Plus en détail

école nationale d administration

école nationale d administration école nationale d administration une école de service public et d application Créée par le Général de Gaulle en octobre 1945, l École nationale d administration a pour principes fondateurs de démocratiser

Plus en détail

Cabinet Solucom Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Rapport de situation comparée 2012/13 Plan d action 2013/16

Cabinet Solucom Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Rapport de situation comparée 2012/13 Plan d action 2013/16 Cabinet Solucom Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Rapport de situation comparée 2012/13 Plan d action 2013/16 Table des matières 1. Préambule... 3 2. Bilan chiffré 2012/13... 4 2.1.

Plus en détail

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins Être un employeur distinctif ASDEQ Mai 2010 La mission de Desjardins Contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités

Plus en détail

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur L Outplacement Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode d emploi pratique et opérationnel sur l Outplacement

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Introduction : reconnaître et développer

Introduction : reconnaître et développer Introduction : reconnaître et développer l Économie sociale et solidaire Qu est-ce que l ESS? chiffres clés z 200000 structures z 2,4 milions de salariés z + 23 % d emplois créés depuis 10 ans Coopératives

Plus en détail

AG 2015 - Tableau récapitulatif des questions écrites des actionnaires

AG 2015 - Tableau récapitulatif des questions écrites des actionnaires IPAC : Initiative pour un actionnariat citoyen 1. Le rapport RSE évoque de nombreuses actions environnementales menées par Saint-Gobain mais n aborde pas la question du papier carton. Cette question peut

Plus en détail

CONVENTION POUR LA PROMOTION DE L'EGALITE ENTRE HOMMES ET FEMMES

CONVENTION POUR LA PROMOTION DE L'EGALITE ENTRE HOMMES ET FEMMES CONVENTION POUR LA PROMOTION DE L'EGALITE ENTRE HOMMES ET FEMMES Entre : LE MINISTERE DE LA PARITE ET DE L'EGALITE PROFESSIONNELLE représenté par Nicole Ameline, Ministre de la Parité et de l'egalité professionnelle

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Proservia se mobilise aux côtés de ses collaborateurs pour leur permettre de révéler leurs talents.

Proservia se mobilise aux côtés de ses collaborateurs pour leur permettre de révéler leurs talents. PROSERVIA DOSSIER DE PRESSE MARS 2013 PRÉAMBULE Depuis sa création, Proservia démontre par ses actions que la mise en œuvre d une véritable gestion des Ressources Humaines au sein d une SSII est compatible

Plus en détail

Baromètre 2014 de la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle. - Volet employeurs - Décembre 2014

Baromètre 2014 de la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle. - Volet employeurs - Décembre 2014 Baromètre 2014 de la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle - Volet employeurs - Décembre 2014 Sommaire Note technique Synthèse des enseignements Perception Importance accordée à la

Plus en détail

"High Performance Workplace Event: People mean business"

High Performance Workplace Event: People mean business "High Performance Workplace Event: People mean business" (Cette conférence a été organisée par la Présidence britannique de l'union européenne, avec le soutien de la Commission européenne) Londres, le

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

Conférence Femme Homme : Egalité?

Conférence Femme Homme : Egalité? Luxembourg, le 20 janvier 2012 Dans le cadre de ses actions dans le domaine de la Diversité, l IMS Luxembourg a organisé, le 20 janvier dernier, une conférence sous le thème «Femme Homme : égalité?», à

Plus en détail

DIVERSITÉ Ensemble, valorisons nos différences

DIVERSITÉ Ensemble, valorisons nos différences DIVERSITÉ Ensemble, valorisons nos différences Promouvoir la Diversité en luttant contre toute forme de discrimination et en valorisant chaque individu dans le respect des différences Pourquoi? Dans un

Plus en détail

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm. Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.com Accord national du 13 novembre 2014 relatif à la formation

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

Conseillers en produits et services RH

Conseillers en produits et services RH Conseillers en produits et services RH démarrage mardi 7 avril 2015 Présentation SKEMA BUSINESS SCHOOL SKEMA est une école de management née en 2009 de la fusion du CERAM et du groupe ESC Lille. Une école

Plus en détail

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants Okavango energy 18 rue Gounod 92210 Saint-Cloud contact@okavango-energy.com tel : 09 81 02 95

Plus en détail

Présentation commerciale. Novembre 2014

Présentation commerciale. Novembre 2014 Présentation commerciale Novembre 2014 Présentation du cabinet (1/2) BIAT (Banque Internationale Arabe de Tunisie) La banque commerciale privée leader en Tunisie et l une des plus importantes au Maghreb.

Plus en détail

ACCORD A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES AVOCATS SALARIES DU 17 FEVRIER 1995 EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ACCORD A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES AVOCATS SALARIES DU 17 FEVRIER 1995 EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ACCORD A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES AVOCATS SALARIES DU 17 FEVRIER 1995 EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ENTRE LES SOUSSIGNÉS : Le Confédération Nationale des Avocats

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Conduite fin 2009, cette étude porte sur les différents types d organisations des Achats

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations»

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» Avant projet de Plan d action EY 2012 Introduction La CES, ses deux organisations européennes

Plus en détail