La surveillance de la douleur

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La surveillance de la douleur"

Transcription

1 26 La surveillance de la douleur L Association internationale pour l Étude de la douleur définit ainsi le processus douloureux comme : «une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable liée à des lésions tissulaires, réelles ou potentielles, ou décrites en termes de telles lésions». Ainsi, la composante émotionnelle participe à l origine de la douleur. La douleur ne se limite donc pas à la perception d une simple sensation. Cela souligne le caractère subjectif de toute perception douloureuse, qui est modulée par le contexte dans lequel elle intervient, sa signification, les expériences antérieures, la culture et l état psychologique du sujet (anxiété, dépression, etc.). But du soin Mettre en évidence l existence d une douleur. Reconnaître les différentes expressions de la douleur. Évaluer de manière objective la nature, la localisation, la fréquence, l intensité de la douleur. Participer à la prévention, à la prise en charge et au suivi de la douleur. L évaluation de la douleur doit être effectuée à différents moments de la journée en fonction des objectifs de prise en charge du malade dans le service : à l arrivée du patient dans le service (point de référence) ; au retour du bloc opératoire (ou de la SSPI 19 ) ; à heure fixe afin de vérifier l efficacité d un traitement antalgique ; 19. Service de soins et de surveillances postinterventionnelles (ex. : salle de réveil). avant et après les soins douloureux ; après chaque modification d un traitement antalgique. Préparation du matériel L évaluation de la douleur dépend impérativement du degré de participation du patient. Lorsque celui-ci est en mesure d évaluer objectivement sa douleur, on emploie plusieurs outils. Les outils d auto- évaluation Échelle visuelle analogique : EVA Échelle numérique : EN Échelle verbale simple : EVS Les outils d hétéro- évaluation Les échelles comportementales : elles permettent d évaluer les répercutions de la douleur sur les activités du malade. Elles sont plutôt utilisées pour des patients moins coopérants ou moins conscients qui ne seraient pas en mesure d utiliser les outils d auto- évaluation. Ces échelles ont l avantage commun de rendre possible des mesures rapides, répétées qui permettent d étudier l évolution de la douleur dans le temps. L échelle visuelle analogique (EVA) est souvent préférée du fait de sa plus grande sensibilité liée au plus grand nombre de réponses possibles. Elle se présente sous forme de réglette qui concrétise auprès du malade une sorte de «thermomètre» de la douleur. Description des outils L échelle visuelle analogique (EVA) L EVA se présente sous la forme d une réglette en plastique de 10 cm graduée en millimètres, qui peut être présentée au patient horizontalement ou verticalement. Sur la face présentée au patient se trouve un curseur qu il mobilise le long d une ligne droite dont l une des extrémités correspond à «Pas de douleur», et l autre 94

2 La surveillance de la douleur 26 extrémité à «Douleur maximale». Le patient doit, le long de cette ligne, positionner le curseur à l endroit qui correspond le mieux à sa douleur. Sur l autre face se trouvent des graduations millimétrées vues seulement par le soignant. La position du curseur mobilisé par le patient permet de lire l intensité de la douleur, qui est mesurée en millimètres. Fig.22 Réglette EVA. L échelle verbale simple (EVS) C est une échelle catégorielle constituée d une liste de 4 ou 5 qualificatifs classés dans un ordre croissant d intensité (par exemple : douleur absente, modérée, moyenne, forte, insoutenable). Ses inconvénients sont un manque de sensibilité (nombre limité de réponses) et des réponses suggestives du patient pouvant orienter les réponses de l évaluateur. des notes de 0 à 10, 0 étant l absence de douleur et 10 une douleur insupportable 20. L échelle comportementale Les échelles comportementales sont des outils d hétéro- évaluation (réalisés par un tiers). Elles évaluent indirectement l existence et l intensité douloureuse d un patient ayant des troubles de la communication verbale ou présentant des troubles sévères des fonctions supérieures. Elles reposent sur l observation par les soignants des modifications des attitudes corporelles, du comportement ou des attitudes du patient susceptibles d être présentées par un patient douloureux. Il existe de nombreuses échelles comportementales, mais peu sont validées à cause de leur fréquente complexité (ex. : Doloplus). On propose plutôt des échelles comportementales dites simplifiées (ECS) dont il existe plusieurs variantes. L ECS se présente sous la forme d un tableau comportant plusieurs items observés par les soignants et qui permettent d apprécier le retentissement de la douleur sur le comportement du patient. Elle est moins sensible et moins précise que l EVA et suppose la connaissance préalable de l état du patient. Fig.23 L EVS. L échelle numérique (EN) Cette méthode permet d évaluer l intensité de la douleur par affectation d un pourcentage. Sa présentation peut être verbale ou écrite. Elle est facile à comprendre et bien adaptée à la personne âgée. On demande au patient de quantifier sa douleur avec Fig.24 L échelle HEDEN. 20. Certains utilisent des échelles numérotées de 0 à 100. MODULE 2 Les paramètres vitaux 95

3 26 La surveillance de la douleur Informations données au patient Mettre le patient en confiance, lui dire qu il n est pas normal de souffrir et que sa douleur va être prise en compte. Expliquer l importance des différents outils de validation de la douleur et leur impact dans la prise en du processus douloureux. Déroulement du soin Avant d effectuer une évaluation de la douleur, le soignant doit : s informer du degré de participation du patient ; connaître les chiffres des évaluations antérieures et le type d outil utilisé ; s informer sur les traitements antalgiques du patient et sur la modification de ceux- ci ; accepter l idée que seul le patient peut être juge de sa propre douleur et que toute douleur verbalisée doit être prise en compte ; se montrer disponible et à l écoute des demandes du patient ; questionner le patient pour connaître la localisation de la douleur, l heure approximative de début lui proposer ensuite d évaluer sa douleur en utilisant l échelle d évaluation retenue par le service 21 ; selon l outil utilisé, soit on lui demande de déplacer le curseur de l EVA jusqu à l endroit représentant au mieux la douleur ressentie, soit on lui demande de quantifier sa douleur de 0 à 10. Si le service emploi l EVS, demander au malade de choisir parmi les items proposés ; noter la date, l heure et le chiffre ou l item obtenu ; prendre les paramètres vitaux à la recherche d une tachycardie, d une polypnée ou d une élévation de la pression artérielle qui peuvent être des éléments renforçant les outils d évaluation de la douleur 22 ; noter sur la feuille de suivi de la douleur : les soins, les positions ou les gestes qui augmentent ou diminuent la douleur, les positions antalgiques prises par le patient ; noter tout changement de comportement du patient (repli sur soi, apathie, agitation, agressivité) ; dire au patient que vous avez noté sa douleur et que vous allez en référer à l infirmier ; réinstaller le patient confortablement (coussins, mousses, arceaux) et mettre ses affaires personnelles et la sonnette à portée de mains avant de quitter la chambre. Dans la pratique, les outils d autoévaluation : ne donnent pas d information sur la nature de la plainte douloureuse ; ne permettent que des comparaisons intra- individuelles uniquement ; aident à identifier le malade exigeant un traitement de la douleur ; ont une implication limitée pour la décision thérapeutique ; facilitent le suivi du patient 23. Complément d informations Selon l ANAES 24, les échelles numériques cotées de 0 à 10 doivent être interprétées de la manière suivante : de 0 à 1 : simple inconfort ; de 1 à 3 : douleur légère ; de 3 à 5 : douleur modérée ; de 5 à 7 : douleur intense ; de 7 à 10 : douleur très intense. 22. Il est extrêmement rare qu un patient décrive sur un outil auto- évaluation une douleur intense alors que les résultats de sa fréquence cardiaque et respiratoire sont normaux. 21. La douleur doit être cotée avec les mêmes outils et à peu près dans les mêmes conditions pour que les résultats soient fiables. 23. Sources : Direction générale de la santé. 24. Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé. 96

4 La surveillance de la douleur 26 Le patient entoure sur le schéma les zones douloureuses. Ce document est ensuite inclus dans le dossier de soins. Fig.25 L échelle des visages. Cette échelle des visages est surtout utilisée en pédiatrie où l on demande aux enfants en âge de l utiliser (de 4 ans à 10 ans) de montrer qu elle est le visage qui correspond le mieux à leur douleur : «Montre- moi le visage qui a mal comme toi». On peut également utiliser cette échelle dans des services où les patients sont conscients, mais ont du mal à communiquer (réanimation, soins intensifs, neurologie, etc.). Fig.26 Schéma topographique des zones douloureuses. TRANSMISSIONS Signaler à l infirmier toute douleur verbalisée par le patient. Retranscrire les mots exacts cités par le patient pour exprimer sa douleur. Localiser précisément la douleur et son mode d apparition. Transmettre l évaluation de la douleur en fonction de l outil choisi. Transmettre les signes cliniques associés : visage crispé et douloureux, positions antalgiques prises par le malade, tachycardie, sueurs, changement de comportement ou d humeur, etc. Remplir la feuille d évaluation de la douleur dans le dossier de soins. Transmettre toutes les informations lors des transmissions interéquipes. Fig.27 Fiche d évaluation comportementale de la douleur chez la personne non- communicante. MODULE 2 Les paramètres vitaux 97

5 ÉTAPE La surveillance de la douleur PAR ÉTAPE Le patient peut exprimer sa douleur grâce à un geste (par exemple, en fronçant les sourcils, en mettant la main devant sa bouche ou sur sa poitrine, ou encore sur sa tête). 5 6 Ou encore grâce à différents outils comme l échelle visuelle analogique. 98

6 39 Les surveillances postopératoires de l opéré Après l intervention, le patient passe obligatoirement quelques heures en salle de surveillance post- interventionnelle (SSPI). Il remonte dans sa chambre quand il a récupéré une bonne conscience et une autonomie respiratoire, cardiaque et motrice correcte. En postopératoire immédiat, le patient nécessite une surveillance permanente car l anesthésie a modifié les principales fonctions vitales (neurologique, respiratoire, cardiovasculaire, digestive et urinaire). Il sera pris en charge par un binôme infirmier/aide- soignant ou chacun participe, selon ses compétences, à la surveillance. Celle- ci porte sur les points suivants. La conscience Si le patient a subit une anesthésie générale, il revient dans sa chambre endormi ou somnolent. Il faut surveiller la reprise de la conscience, vérifier qu il est orienté dans le temps et dans l espace (Où se trouve- t-il? Quel âge a- t-il? Quel est son nom?) et que ses propos sont cohérents. Si ce n est pas le cas, et si les troubles persistent, il faut prévenir rapidement l infirmier car il pourrait s agir des premiers signes d une complication anesthésique ou chirurgicale. La respiration On surveillera la fréquence, le rythme ventilatoire et les extrémités à la recherche d une cyanose ou de marbrure (hypoxie). Le plus souvent les patients «fragiles» sont monitorés (cardioscope et saturomètre) et mis sous oxygène. Le système cardiovasculaire Pendant l intervention, le patient a peutêtre perdu un peu de sang (chirurgie orthopédique, par exemple) ce qui aura une incidence sur sa pression artérielle. De plus, les produits anesthésiques ont souvent un effet hypotenseur et bradycardisant. Il convient donc de surveiller les constantes toutes les demiheures pendant les 3 premières heures. Puis toutes les heures jusqu à la reprise de l autonomie. Les patients sont de plus en plus souvent placés sous un appareil automatique qui contrôle ces différents paramètres (Dynamap ). On recherche les signes d un état de choc : pâleur ; moiteur de la peau, sueurs ; hypotension ; tachycardie, pouls filant ; agitation, propos confus ou prostration anormale ; dyspnée ; anurie. Si le patient présente un seul de ces signes dans la période postopératoire, il faut immédiatement prévenir l infirmier, l anesthésiste ou le médecin. La douleur C est souvent un élément qui accompagne la période postopératoire. Elle peut être majorée par l angoisse, par une mauvaise manipulation du personnel lors du passage du brancard vers le lit, par une mauvaise installation du patient ou par une literie inconfortable. Pour les patients sous morphinique (antalgiques à base de morphine), il convient de surveiller la fréquence respiratoire et les téguments (la morphine provoque des bradypnées, voire des apnées qui entraînent des hypoxies). La morphine et ses dérivés 152

7 Les surveillances postopératoires de l opéré 39 provoquent également des vomissements et favorisent la constipation. Il faudra donc prévenir ces inconvénients en mettant le patient en position latérale de sécurité avec une protection sous la tête et surveiller la reprise du transit. la température corporelle. Les malades ayant une température basse ont des besoins en oxygène augmentés. Une hausse de la température au- dessus de la normale signe souvent un problème infectieux. Les vomissements Ils sont maintenant plus rares avec les nouveaux produits d anesthésie. Cependant ils sont toujours d actualité pour les patients sensibles et restent dangereux (risques de fausse route). Pour éviter cela, il est nécessaire, en tenant compte de l intervention et de l état de conscience du malade, de le mettre en position latérale de sécurité (PLS) ou bien la tête tournée sur le côté, avec une protection de lit (changer la literie peut être douloureux chez un opéré récent). L encombrement pulmonaire Les patients douloureux ayant subi une anesthésie générale ont souvent une amplitude respiratoire réduite (ils respirent à minima). Le risque principal est l encombrement bronchique. Cela peut avoir des conséquences graves sur les suites opératoires. Pour prévenir ce risque, et quand l intervention le permet, le patient est installé en position demi assise et sa fréquence respiratoire surveillée régulièrement. Sur prescription médicale, un humidificateur est installé afin de fluidifier les mucosités. La température Les malades en postopératoire immédiat ont plutôt une température basse. Elle résulte à la fois de la période opératoire plus ou moins longue dans un environnement frais où le malade est entièrement dévêtu, et de l administration des produits de l anesthésie qui réduisent le métabolisme basal et diminuent donc La rétention urinaire La rétention d urine est un phénomène réflexe dans la période opératoire et postopératoire immédiate. Elle résulte de l injection des produits anesthésiants qui inhibent l envie d uriner au niveau du cerveau et qui sont hypotenseurs. Pour les anesthésies locorégionales (péridurale et rachianesthésie), l anesthésie de la région basse du corps à souvent pour conséquence de provoquer un globe vésical. Un opéré doit reprendre une diurèse normale au plus tard dès la sixième heure postopératoire. Il faut être à l écoute des plaintes du malade : difficulté ou impossibilité d uriner, douleur au niveau abdominal. Sous anesthésie locorégionale, une agitation ou une hypotension peut être le signe de la présence d un globe vésical. Les malades porteurs d une sonde urinaire à demeure bénéficient d une surveillance précise de la diurèse à la recherche d une oligurie, d une anurie ou d une hématurie. La constipation L anesthésie provoque un ralentissement du péristaltisme intestinal (majoré par les interventions au niveau abdominal et par l injection de morphinomimétiques). Celui- ci reprend un fonctionnement normal au bout de 24 à 48 heures et est objectivé par l apparition de gaz, puis de selles. Tant que le malade n a pas repris son transit, il reste à jeun (les boissons en petites quantités sont autorisées dès que le patient a récupéré un réflexe de déglutition normal et que le risque de fausse route est écarté). MODULE 3 Les soins 153

8 39 Les surveillances postopératoires de l opéré La surveillance des téguments L opéré récent est un sujet à risque pour la survenue d escarre. Celle- ci peut s installer dès la salle d opération (compression de longue durée sur un plan dur). En postopératoire immédiat, le malade est somnolent et douloureux, il se mobilise peu. Il convient donc de surveiller l intégrité de la peau le plus rapidement possible et de mettre en place des préventions d escarres : matelas anti- escarres, changements de positions, etc. La surveillance du pansement est importante car elle permet de prévenir d éventuelles complications : hémorragie, infection, etc. Le premier pansement est effectué par le chirurgien et l infirmier vers le 2 e jour postopératoire (avant si problème ou souillures), l aide- soignant participe à sa surveillance et transmet toute anomalie observée durant la réalisation des soins. L aide- soignant participe à la surveillance des matériels : drain de Redon, lame, aspirations, sonde nasogastrique et urinaire. Il doit signaler immédiatement tout dysfonctionnement ou anomalie à l infirmier. Les jours suivants L aide- soignant participe avec l infirmier au recueil des informations concernant l état du malade (prévention des complications liées à l intervention et au décubitus) : surveillance des paramètres vitaux (pression artérielle, fréquence cardiaque, fréquence respiratoire, saturation, EVA 9 ) ; diurèse (bilan des entrées et des sorties) ; complications vasculaires (thrombophlébite) ; complications motrices (rétraction musculaire, compression, luxation, équinisme, etc.) ; complications digestives (constipation, vomissement, diarrhée) ; complications urinaires (infection, rétention) ; complications respiratoires (encombrements bronchiques, dyspnée, hypoxie) ; complications locales : cyanose, marbrures, inflammation, hématome, abcès de paroi, escarres. La reprise du transit entraîne une reprise progressive de l alimentation : tout d abord BYC 10 (bouillon, yaourt, compote), puis alimentation normale si tout va bien. L hydratation joue un rôle important en postopératoire car elle permet d éliminer les toxines, d éviter la stase urinaire et l infection et de prévenir la constipation. Au bout de 72 heures sans problème, on estime que le risque de complications postopératoires liées à l anesthésie et à l intervention est quasi nul. 9. Échelle visuelle analogique. 10. Cette alimentation s appelle désormais Réal

9 La surveillance postopératoire de l opéré ÉTAPE PAR ÉTAPE 1 Surveillance de la diurèse. 2 Surveillance des paramètres vitaux et de la conscience MODULE 3 Les soins 155

10 ÉTAPE La surveillance postopératoire de l opéré PAR ÉTAPE 7 8 Elle surveille le matériel médical (perfusion, sonde ) Elle surveille le pansement et la douleur. 156

richardlyons-fotolia.com PARTIE 2 Ergonomie et soins

richardlyons-fotolia.com PARTIE 2 Ergonomie et soins richardlyons-fotolia.com 2 Ergonomie et soins Prévention des risques liés à un alitement prolongé Généralités TD 14 OBJECTIFS Présenter les différents risques liés à un alitement prolongé. Énoncer les

Plus en détail

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 PLAN DE L INTERVENTION Définition d une CPP Moyens de contention Les risques Problèmes éthiques et juridiques

Plus en détail

EVALUATION DE LA DOULEUR

EVALUATION DE LA DOULEUR EVALUATION DE LA DOULEUR Catherine GRENIER IADE -Cadre de Santé -Formateur 18/11/2015 CG - Promotion MONET 2015-2018 et Promotion VAN GOGH 2015-2016CG - Douleur - Promotion 2013-2016 Votre expérience en

Plus en détail

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT)

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) CONSENTEMENT ECLAIRE version 1.1 (2011) Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) Cette fiche d information est rédigée par la Belgian Association

Plus en détail

DU soins infirmiers en. Module 10-surveillance postopératoire à court terme

DU soins infirmiers en. Module 10-surveillance postopératoire à court terme DU soins infirmiers en réanimation, SSPI et urgences Module 10-surveillance postopératoire à court terme CRITERES DE SORTIE DE SSPI Critères de sortie SSPI But principal du séjour en SSPI réduire les complications

Plus en détail

Caroline GILBERT Infirmière. Le 19 Novembre 2008

Caroline GILBERT Infirmière. Le 19 Novembre 2008 Caroline GILBERT Infirmière Le 19 Novembre 2008 C Gilbert - le 19 Novembre 2008 C Gilbert - le 19 Novembre 2008 DEFINITION C Gilbert - le 19 Novembre 2008 Un malade grabataire est incapable de façon temporaire

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ANNEXES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS Les référentiels d activités et de compétences du métier de manipulateur d électroradiologie médicale ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

M. Simple Chambre : 2309

M. Simple Chambre : 2309 M. Simple Chambre : 2309 AVC Dr Ruth Consignes Faire une lecture personnelle de la situation clinique. Souligner les éléments importants ou ceux qui ont besoin d être clarifiés. Répondre aux questions

Plus en détail

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Est-ce que ça va faire mal? Pour que chaque soin se déroule au mieux Les traitements utiles pour éviter ou diminuer la douleur 72 73 75 De nombreux

Plus en détail

Ponction-biopsie abdominale en radiologie

Ponction-biopsie abdominale en radiologie Formulaire d information Ponction-biopsie abdominale en radiologie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen en radiologie. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la

Plus en détail

Une information vous est fournie sur le déroulement de l examen et de ses suites.

Une information vous est fournie sur le déroulement de l examen et de ses suites. Fiche : D3 Vous allez avoir un drainage des voies biliaires Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la liberté

Plus en détail

Diplôme professionnel d aide-soignant. Guide d évaluation par candidat

Diplôme professionnel d aide-soignant. Guide d évaluation par candidat Diplôme professionnel d aide-soignant Guide d évaluation par candidat Prénom et nom du candidat (ou identification du candidat) : Date : Dossier n Page 1 / 23 Evaluation de l unité de compétence 1 du DPAS

Plus en détail

Mobilisation Toucher Bien Être en Fin de Vie

Mobilisation Toucher Bien Être en Fin de Vie Mobilisation Toucher Bien Être en Fin de Vie Stéphane Martin MK-O Bastien Djidel Hennenfent :Psychomotricien Pourquoi Mobiliser? Pourquoi Mobiliser? Prévenir les décompensations de décubitus Limiter les

Plus en détail

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR :

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : a. Consultation avec le Chirurgien Cardiaque Elle s effectue au centre de consultation de cardiologie médico-chirurgicale (bat H ou G). Cette consultation

Plus en détail

LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN

LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN CLINIQUE SAINT-JOSEPH rue de Hesbaye 75 B-4000 Liège Tél. 04 224 81 11 Fax 04 224 87 70 Service de chirurgie digestive Tél. 04 224 89 00-04 224 89 01 de 8h à 18h,

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie

Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie Vous allez être opéré(e) prochainement de votre maladie de reflux gastro-œsophagien, de votre hernie hiatale par laparoscopie. Ce document est destiné

Plus en détail

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge.

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. 1- Risque de thrombose veineuse 2- Risque d encombrement bronchique 3- Risque de constipation 4- Risque d escarre 5- Risque

Plus en détail

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE Objectifs de ce document : Vous expliquer l intervention Vous informer sur les risques de cette chirurgie Répondre aux principales questions que vous pouvez vous poser.

Plus en détail

DIPLÔME PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE PUÉRICULTURE. Référentiel d activités

DIPLÔME PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE PUÉRICULTURE. Référentiel d activités DIPLÔME PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE PUÉRICULTURE Référentiel d activités L auxiliaire de puériculture exerce sous la responsabilité de l infirmier ou de la puéricultrice, dans le cadre de l article R.

Plus en détail

Objectifs. Définition AGIR DEVANT UN MALAISE 28/10/2012

Objectifs. Définition AGIR DEVANT UN MALAISE 28/10/2012 1 AGIR DEVANT UN MALAISE Dr Zouari Abdelaziz CESU 01 SAMU du Nord-Est Objectifs 2 Effectuer des gestes simples pour mettre en confiance la victime et: Luiproposerdesemettreaurepos Écouter ses plaintes

Plus en détail

LA THYROÏDECTOMIE. Informations générales. Pour vous, pour la vie. Hôpital Maisonneuve-Rosemont

LA THYROÏDECTOMIE. Informations générales. Pour vous, pour la vie. Hôpital Maisonneuve-Rosemont 23 LA THYROÏDECTOMIE Informations générales Hôpital Maisonneuve-Rosemont 5415, boul. de l Assomption Montréal QC H1T 2M4 Téléphone: (514) 252-3400 www.maisonneuve-rosemont.info Tous droits réservés HMR,

Plus en détail

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient RÉFÉRENTIEL COMPÉTENCES AMBULANCIERS COMPÉTENCES SAVOIR-FAIRE 1. Assurer les gestes d urgences adaptés à l état du patient Protéger le patient face à son environnement, Installer en position de sécurité

Plus en détail

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Politique adoptée par le conseil d administration du CPE les Globules le 4 juin 2013 Révisé et adopté par le CA le 22 mai 2014. Le centre de la petite

Plus en détail

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Centre de la petite enfance Du Boisé Vimont

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Centre de la petite enfance Du Boisé Vimont Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Centre de la petite enfance Du Boisé Vimont Ce document a été conçu à partir de la politique des CPE suivants : CPE La Ritournelle, CPE La P tite

Plus en détail

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s Passeport C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s NOM : PRENOM : F o o t & A n k l e I n s t i t u t e Clinique du Parc Léopold 3 8, R u e F r o i s s a r t 1 0 4 0 B r u x e l l e s T é l. : +

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

LE LIVRET D ACCUEIL DES ELEVES EN SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION

LE LIVRET D ACCUEIL DES ELEVES EN SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION LE LIVRET D ACCUEIL DES ELEVES EN SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION Bienvenue dans le service de réanimation. Le livret que nous venons de te confier a pour principal intérêt de te permettre d avoir une

Plus en détail

Bienvenue dans cette leçon portant sur l'identification, l évaluation et la surveillance du syndrome d immobilisation.

Bienvenue dans cette leçon portant sur l'identification, l évaluation et la surveillance du syndrome d immobilisation. 1 Bienvenue dans cette leçon portant sur l'identification, l évaluation et la surveillance du syndrome d immobilisation. À la fin de cette activité, vous serez en mesure d identifier les indicateurs de

Plus en détail

e formation en médecine d urgence http://www.efurgences.net

e formation en médecine d urgence http://www.efurgences.net Les infirmiers à l accueil des urgences Dr Mounir Gazzah, Pr Slah Ghannouchi e formation en médecine d urgence Plan : 1. L accueil : définition, qualité 2. Les urgences : définition, types 3. L infirmier(e)

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

Chirurgie du rachis. Rééducation post-opératoire immédiate. Centre des Massues

Chirurgie du rachis. Rééducation post-opératoire immédiate. Centre des Massues Chirurgie du rachis Rééducation post-opératoire immédiate Centre des Massues Service chirurgie : Dr Roussouly Dr Nouvel Kinésithérapie : N.Zeizig, M.Pagés, P.Pommerol Lyon Octobre 2003 Différents types

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 1 Urgences Urgences 154 Urgences C. Melon, D. Van Pee Situation de rupture brutale d équilibre - physique - mental - social Données statistiques - 15% des gens admis

Plus en détail

L'APPENDICECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE

L'APPENDICECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE L'APPENDICECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE Vous allez (Votre enfant va) être opéré(e) prochainement d'une appendicectomie par laparoscopie. Ce document est destiné à vous expliquer : ce que représente cette maladie;

Plus en détail

La rééducation dans la BPCO

La rééducation dans la BPCO DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Pathologie respiratoire Rennes: 2009 Coordonnateurs : Pr R Brissot, Pr O. Remy-Neris, Pr F Boyer, Pr B Desrues,

Plus en détail

EVALUATION NORMATIVE S3

EVALUATION NORMATIVE S3 Date: dimanche 10 novembre 2013 Benjamin Beaugé PROCESSUS OBSTRUCTIF 2.8 EVALUATION NORMATIVE S3 Question 1: Expliquer le mécanisme physiopathologique de l embolie pulmonaire. /1 Question 2: Expliquer

Plus en détail

Protocole Contention

Protocole Contention Hôpital Local Intercommunal Soultz-Issenheim N : S.PT.S.043.1 Protocole Contention SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : SERVICE DE SOINS INFIRMIERS QUALITE

Plus en détail

GRILLE D AUTO EVALUATION DES SOINS LES PLUS FREQUENT AU BLOC OPERATOIRE

GRILLE D AUTO EVALUATION DES SOINS LES PLUS FREQUENT AU BLOC OPERATOIRE Noms= Date= GRILLE D AUTO EVALUATION DES SOINS LES PLUS FREQUENT AU BLOC OPERATOIRE SOINS Niveau de maîtrise Connaissances en hygiène Savoir s habiller en tenue de bloc Savoir se laver les mains hygiéniquement

Plus en détail

Petits conseils dans le cadre d une Chirurgie Plastique

Petits conseils dans le cadre d une Chirurgie Plastique Petits conseils dans le cadre d une Chirurgie Plastique Le jour de votre consultation Vous serez accueilli(e) par ma secrétaire qui vous demandera votre nom, et si besoin votre Carte Vitale, puis elle

Plus en détail

Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie. Des réponses à vos questions

Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie. Des réponses à vos questions Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie Des réponses à vos questions Introduction A quoi sert la vésicule biliaire? La vésicule biliaire est un petit sac d environ 10 cm de longueur. Elle

Plus en détail

Unité de Chirurgie Plastique. Unité de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique

Unité de Chirurgie Plastique. Unité de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique Unité de Chirurgie Plastique Unité de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique Comment limiter les risques en chirurgie plastique? Le risque «zéro» n existe pas mais on peut le réduire de façon

Plus en détail

RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX. Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs :

RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX. Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs : RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs : Journée Régionale de Soins Palliatifs Cité des Congrès

Plus en détail

EVALUATION THÉORIQUE MODULE 1 ACCOMPAGNEMENT D UNE PERSONNE DANS LES ACTIVITÉS DE LA VIE QUOTIDIENNE

EVALUATION THÉORIQUE MODULE 1 ACCOMPAGNEMENT D UNE PERSONNE DANS LES ACTIVITÉS DE LA VIE QUOTIDIENNE Page 1 de 10 Institut de Formation en Soins Infirmiers Formation Aide Soignante 04 93 69 70 59 Promotion 2009/2010 EVALUATION THÉORIQUE MODULE 1 ACCOMPAGNEMENT D UNE PERSONNE DANS LES ACTIVITÉS DE LA VIE

Plus en détail

Cette faiblesse entraîne une dilatation anormale de l artère touchée.

Cette faiblesse entraîne une dilatation anormale de l artère touchée. Guide d enseignement Direction des soins infirmiers NEUROCHIRURGIE CRANIECTOMIE CLIPPAGE D ANÉVRISME Définition d un anévrisme cérébral : Un anévrisme cérébral est une faiblesse de la paroi d une artère

Plus en détail

MEMENTO DU SAUVETEUR SOMMAIRE

MEMENTO DU SAUVETEUR SOMMAIRE MEMENTO DU SAUVETEUR Prévention et Secours Civiques niveau 1 MEMENTO DU SAUVETEUR SOMMAIRE 1-Alerte des populations. 3 2-Protection.... 4 3-Alerter les secours.... 5 4-Obstruction des voies aériennes..

Plus en détail

FICHE DE LIAISON DOMICILE - HOPITAL POUR FACILITER L ACCES AUX SOINS DES PERSONNES HANDICAPEES

FICHE DE LIAISON DOMICILE - HOPITAL POUR FACILITER L ACCES AUX SOINS DES PERSONNES HANDICAPEES FICHE DE LIAISON DOMICILE - HOPITAL POUR FACILITER L ACCES AUX SOINS DES PERSONNES HANDICAPEES Date :... Fiche remplie par : Ce document de liaison accompagne la personne lors des différents séjours hospitaliers

Plus en détail

Adénome de prostate et soins infirmiers

Adénome de prostate et soins infirmiers I Adénome de prostate Définitions, généralités Adénome de prostate et soins infirmiers Il touche plus les hommes de plus de 50 ans. On opère de plus en plus, ce qui augmente la durée de vie. Il est caractérisé

Plus en détail

INFIRMIÈRE AUXILIAIRE

INFIRMIÈRE AUXILIAIRE Direction des services d hébergement Description de fonction INFIRMIÈRE AUXILIAIRE SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ, CHEFS D ACTIVITÉS, INFIRMIÈRE EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ

Plus en détail

Le contexte institutionnel

Le contexte institutionnel Le contexte institutionnel Informatisation du dossier de soins début 2009 Le changement de modèle conceptuel: formation des cadres au modèle tri focal début 2009. Élaboration du plan de soins type fin

Plus en détail

Plan du document : 1. Réactions liées au stress :

Plan du document : 1. Réactions liées au stress : Fiche technique T1-B MODES OPERATOIRES A DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Version 01 décembre 2009 URGENCES MEDICALES A L OCCASION D UNE VACCINATION Document ayant fait l objet d une relecture scientifique

Plus en détail

Point limite éthique ou obligation d intervenir

Point limite éthique ou obligation d intervenir Atelier national 2015 du CCPA Point limite éthique ou obligation d intervenir Christian Demers Coordonnateur CIPA CRCHUM 30 mai 2015 Montréal, QC Lignes directrices du CCPA La déclaration de principes

Plus en détail

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 1

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 1 PARTIE 8 L ARRÊT CARDIAQUE 1. OBJECTIFS A la fin de cette partie, vous serez capable de prendre en charge, seul ou au côté d un équipier secouriste, avec ou sans matériel minimum de premiers secours, une

Plus en détail

Institut UPSA de la Douleur Mini Kit de Formation DOULEUR

Institut UPSA de la Douleur Mini Kit de Formation DOULEUR Institut UPSA de la Douleur Mini Kit de Formation DOULEUR Annexe : Échelles d évaluation de la douleur Echelle Visuelle Analogique Cette échelle est composée, côté verso d une ligne horizontale allant

Plus en détail

résection chirurgicale de l intestin

résection chirurgicale de l intestin Votre programme de rétablissement après une résection chirurgicale de l intestin La date de votre intervention chirurgicale : Prévoyez rentrer à la maison le : Veuillez prendre les dispositions nécessaires

Plus en détail

AEROSOLS NON MEDICAMENTEUX ET OXYGENOTHERAPIE MOD 3: LES SOINS PROMOTION VAN GOGH 2015-2016 Novembre 2015 S. L ENFANT Que savez-vous? IFAS ST QUENTIN 2 IFAS ST QUENTIN 3 SOMMAIRE Aérosols non médicamenteux

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

Stomies digestives COURDE MARTINE 01/03/2007

Stomies digestives COURDE MARTINE 01/03/2007 Stomies digestives COURDE MARTINE 01/03/2007 sommaire Introduction : Problématique de la stomie Rôle infirmier Différents types de stomies Indications et complications Vie du stomisé conclusion Problématique

Plus en détail

Référentiel de certification

Référentiel de certification Référentiel de certification Diplôme d Ambulancier 1/14 1. CARACTERISTIQUES DE LA SPECIALITE 2. CERTIFICATS PROFESSIONNELS UNITAIRES (CPU) 3. VOIES D ACCES A LA CERTIFICATION 4. DISPOSITIF D EVALUATION

Plus en détail

19/06/2014. LES SOINS D HYGIENE Les changes et dispositifs d incontinence CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE

19/06/2014. LES SOINS D HYGIENE Les changes et dispositifs d incontinence CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE LES SOINS D HYGIENE Les changes et dispositifs d incontinence Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2014 1 L incontinence fréquente, de grave conséquence chez le sujet âgé. L incontinence

Plus en détail

Problèmes : Infectieux anémie risque hémorragique

Problèmes : Infectieux anémie risque hémorragique CAS CONCRET HEMATO Le 13/05/2011 Rappel : Dans la NFS, les plaquettes sont comprises avec. Hématies basses, transport d O2 bas, pensé à le mettre sous O2 Aplasie : soit par la maladie car les cellules

Plus en détail

PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES. Soins infirmiers

PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES. Soins infirmiers PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES Soins infirmiers COMPETENCE 4 Mettre en œuvre des actions à visée diagnostics et thérapeutiques Introduction Traitement en traumatologie majoritairement Quelques

Plus en détail

Évaluation de la Douleur : de la théorie à la pratique

Évaluation de la Douleur : de la théorie à la pratique Caractère complexe de la douleur Évaluation de la Douleur : de la théorie à la pratique Le patient est le seul expert pour évaluer sa douleur Une douleur exprimée doit toujours être prise en compte, même

Plus en détail

Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) IRM CHEZ L'ENFANT

Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) IRM CHEZ L'ENFANT Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) Madame, Monsieur, IRM CHEZ L'ENFANT Un examen radiologique a été proposé pour votre enfant. Une information vous est fournie sur le déroulement

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.esthetic-consult.com. Ludovic Benasson PR and Public Affairs Manager

DOSSIER DE PRESSE. www.esthetic-consult.com. Ludovic Benasson PR and Public Affairs Manager DOSSIER DE PRESSE www.esthetic-consult.com Septembre 2015 / La beauté à portée de quelques clics. C est ce que propose le site de téléconseil médical www.esthetic-consult.com. Sans vous déplacer, en toute

Plus en détail

LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE.

LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE. LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE. Vous allez être opéré(e) prochainement d'une hernie inguinale (au-dessus du ligament inguinal, ligament qui se trouve entre l'épine antérieure du bassin et le pubis)

Plus en détail

Drépanocytose et douleur

Drépanocytose et douleur Drépanocytose et douleur La douleur Une des manifestations de la drépanocytose est la survenue de crises douloureuses. La crise douloureuse aussi appelée crise vaso-occlusive (CVO) est due au blocage des

Plus en détail

LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE

LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE I- Définition et généralités : HAS : la contention physique est l utilisation de tous

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Djea SARAVANE, MSc, MD

Djea SARAVANE, MSc, MD Douleur et Schizophrénie: Comment évaluer? Réseau Douleur Basse Normandie, 15 Octobre 2013 Djea SARAVANE, MSc, MD Chef de Service-Directeur de l Enseignement Membre Associé CHUS Sherbrooke-Canada CENTRE

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT.

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. Régulation Phase pré-hospitalière. Accueil des Urgences. UHCD. I- REGULATION OBJECTIFS : Type d intervention

Plus en détail

Informations Patients. Chirurgie du Rachis Cervical RÉEDUCATION POSTOPÉRATOIRE

Informations Patients. Chirurgie du Rachis Cervical RÉEDUCATION POSTOPÉRATOIRE Informations Patients Chirurgie du Rachis Cervical RÉEDUCATION POSTOPÉRATOIRE Chirurgie du Rachis Cervical RÉEDUCATION POSTOPÉRATOIRE Madame, Monsieur, ce livret est conçu pour vous guider après votre

Plus en détail

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 VASECTOMIE CONTRACEPTIVE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du

Plus en détail

La mastectomie partielle consiste à enlever chirurgicalement la tumeur et une partie du tissu sain qui l'entoure.

La mastectomie partielle consiste à enlever chirurgicalement la tumeur et une partie du tissu sain qui l'entoure. Guide d enseignement Direction des soins infirmiers CHIRURGIE GÉNÉRALE MASTECTOMIE PARTIELLE Définition : La mastectomie partielle consiste à enlever chirurgicalement la tumeur et une partie du tissu sain

Plus en détail

IDENTITE Nom... Nom de jeune fille... Prénom... Né(e) le... A... Adresse...T... N SS et adresse du centre. 100% pour quelles pathologies?...

IDENTITE Nom... Nom de jeune fille... Prénom... Né(e) le... A... Adresse...T... N SS et adresse du centre. 100% pour quelles pathologies?... RENSEIIGNEMENTTS MEDIICAUX A REMPLIR PAR LE MEDECIN TRAITANT IDENTITE Nom.... Nom de jeune fille... Prénom... Né(e) le... A... Adresse......T......... N SS et adresse du centre 100% pour quelles pathologies?...

Plus en détail

Evaluation douleur personne

Evaluation douleur personne Evaluation douleur personne âgée avec troubles cognitifs Dr N. SAFFON Equipe Résonance Douleur, soins palliatifs, soins de support CHU Toulouse Fondamentaux de l évaluation Rôle propre du soignant A adapter

Plus en détail

Cause Lésion. Cercle vicieux. Contraction musculaire Inactivité Stress Insomnie

Cause Lésion. Cercle vicieux. Contraction musculaire Inactivité Stress Insomnie Cause Lésion Renforcement DOULEUR Apprentissage Mémoire Cercle vicieux Contraction musculaire Inactivité Stress Insomnie Retentissement Affectif Pensée négative Prise en charge pluridisciplinaire Les approches

Plus en détail

épileptique Vivre avec un animal

épileptique Vivre avec un animal e 100744 - DEPLIANT MAE - A13 - TVM est une marque déposée - Conception et réalisation graphiques : Vice Versa Clermont-Fd, 04 73 90 94 05 - Crédit photos : Fotolia Vivre avec un animal épileptique www.tvm.fr

Plus en détail

Quoi de nouveau dans GERER 2014 et le système Point de Service (Révisé 23 Avril 2014)

Quoi de nouveau dans GERER 2014 et le système Point de Service (Révisé 23 Avril 2014) Data Nine Inc. Software Solutions for Long Term Care / Logiciels pour soins de longue durée Quoi de nouveau dans GERER 2014 et le système Point de Service (Révisé 23 Avril 2014) Activités au cours de 2013

Plus en détail

Les formes de communication

Les formes de communication 12. Les formes de communication On distingue deux grandes formes de communication : la communication verbale et la communication non verbale. La communication verbale Elle est constituée des signaux linguistiques

Plus en détail

Depuis 1974, année de parution de la première Charte du patient hospitalisé, des textes se sont multipliés pour définir les droits et les devoirs des

Depuis 1974, année de parution de la première Charte du patient hospitalisé, des textes se sont multipliés pour définir les droits et les devoirs des Depuis 1974, année de parution de la première Charte du patient hospitalisé, des textes se sont multipliés pour définir les droits et les devoirs des patients. Ces textes s efforcent : d accompagner l

Plus en détail

CLÉMENCE TORRES INSTRUCTIONS. Méthode

CLÉMENCE TORRES INSTRUCTIONS. Méthode CLÉMENCE TORRES INSTRUCTIONS pour potentiel extra sensoriel - Méthode et ENTRaÎNEMENt à l a p r at i q u e au t o n o m e d e l a v oya n c e AVOIR L ŒIL...5 Le ç o n s Mise en condition NE PAS AVOIR

Plus en détail

La bronchiolite pas de panique!

La bronchiolite pas de panique! La bronchiolite pas de panique! Guide à l usage des familles Sommaire P. 2 C est quoi la bronchiolite? Comment se présente la bronchiolite? Que faire? P. 3 A quoi sert la kinésithérapie respiratoire? P.

Plus en détail

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier?

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Extraits de l'article paru dans la revue Contraste - Enfance et Handicap n 38 (2013) de l'anecamsp, aux éditions Erès Parmi les enfants accueillis

Plus en détail

Comment se déroule un scanner?

Comment se déroule un scanner? Comment se déroule un scanner? Vous serez allongé sur un lit qui se déplace dans un large anneau, le plus souvent sur le dos et seul dans la salle d examen ; nous pourrons communiquer avec vous grâce à

Plus en détail

Le froid et les dangers du milieu

Le froid et les dangers du milieu Le froid et les dangers du milieu Table des matières I]Le froid...2 a)le refroidissement du corps en plongée...2 1)Éléments favorisants...2 2)Symptômes...2 3)Prévention...3 4)Comportement...3 b)le givrage

Plus en détail

Aide Médico Psychologique

Aide Médico Psychologique Famille de métier : Social, éducatif Correspondance statutaire : Aide soignant Aide Médico Psychologique 1 - Objectifs / Résultats attendus Accompagner les personnes adultes handicapées dans leur vie quotidienne,

Plus en détail

Health & beauty Network ltd Cellu Smooth. Notice d utilisation

Health & beauty Network ltd Cellu Smooth. Notice d utilisation Health & beauty Network ltd Cellu Smooth Notice d utilisation 1 Le Cellu Smooth est un appareil thérapeutique qui utilise des ultrasons. Il aide à traiter les migraines, l arthrite, les rhumatismes, les

Plus en détail

Situation 3 : LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT

Situation 3 : LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT CYCLES 2 et 3 Reconnaître une situation d urgence Connaître les règles de base pour porter secours Minimum à savoir (enseignant) Situation 3 : LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT Définition : On observe une

Plus en détail

LE BAIN ET L ALLAITEMENT Étude sur les pratiques autour du bain à la maternité de Draguignan

LE BAIN ET L ALLAITEMENT Étude sur les pratiques autour du bain à la maternité de Draguignan 1 LE BAIN ET L ALLAITEMENT Étude sur les pratiques autour du bain à la maternité de Draguignan Carine Martin, auxiliaire de puériculture, consultante en lactation IBCLC Draguignan (83) RESUME L étude a

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 mai 2010 N/Réf. : CODEP-PRS-2010-027150 Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection Installation : Coronarographie Identifiant de la visite

Plus en détail

DIRECTION DES SERVICES INFIRMIERS

DIRECTION DES SERVICES INFIRMIERS DIRECTION DES SERVICES INFIRMIERS ORDONNANCE COLLECTIVE : OC-SLD-06 Référence à un protocole : Oui Non Protocole d immunisation du Québec pour les réactions survenant à la suite d une vaccination Administration

Plus en détail

Conseils à l employeur sur LE RISQUE AGRESSION. Fiche n 1 : Evaluer le risque d agression

Conseils à l employeur sur LE RISQUE AGRESSION. Fiche n 1 : Evaluer le risque d agression Fiche n 1 : Evaluer le risque d agression Repérer les situations à risques liées au site : La sécurité doit être intégrée dès la conception des locaux. Il faut repérer et évaluer les vulnérabilités du

Plus en détail

SYNTHESE 2010 DES QUESTIONNAIRES DE SORTIE

SYNTHESE 2010 DES QUESTIONNAIRES DE SORTIE SYNTHESE 2010 DES QUESTIONNAIRES DE SORTIE EXTRAIT DU RAPPORT D ACTIVITE 2010 DE LA COMMISSION DES RELATIONS AVEC LES USAGERS ET DE LA QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE (C.R.U.Q.) Centre hospitalier de Châteauroux

Plus en détail

BROCHURE D INFORMATION

BROCHURE D INFORMATION BROCHURE D INFORMATION Patient/Aidant familial ou accompagnant Ce document est diffusé par les Laboratoires commercialisant des médicaments génériques à base d Aripiprazole indiqués dans le traitement

Plus en détail

Le projet de soins. UE 3.2 Compétence 2: concevoir et conduire un projet de soins infirmier. Equipe pédagogique 1 ère année

Le projet de soins. UE 3.2 Compétence 2: concevoir et conduire un projet de soins infirmier. Equipe pédagogique 1 ère année Le projet de soins UE 3.2 Compétence 2: concevoir et conduire un projet de soins infirmier Equipe pédagogique 1 ère année Législation Décret du 29 juillet 2004 relatif à l exercice de la profession Art.

Plus en détail

Un projet pour votre organisation

Un projet pour votre organisation Un projet pour votre organisation DRH / Salariés 4 jours pour améliorer sa qualité bien-être et la dynamique des équipes Formateur / Animateur : Pierre Pyronnet Siège administratif : 94 Galerie Arlequin

Plus en détail

La gastrostomie endoscopique percutanée

La gastrostomie endoscopique percutanée La gastrostomie endoscopique percutanée Définition: Gastros: estomac Stomie: ouverture à la peau Percutanée: on traverse la peau Endoscopique: on va voir à l intérieur de l estomac avec un endoscope technique

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

kikkerdirk - Fotolia.fr Commission fédérale de contrôle et d évaluation de l euthanasie (cfcee) Brochure à l intention du corps médical

kikkerdirk - Fotolia.fr Commission fédérale de contrôle et d évaluation de l euthanasie (cfcee) Brochure à l intention du corps médical kikkerdirk - Fotolia.fr Commission fédérale de contrôle et d évaluation de l euthanasie (cfcee) Brochure à l intention du corps médical table des matières 1. Obligation de déclarer l euthanasie. Patients

Plus en détail