Rapport analytique de gestion financière du Parc National de la Pendjari

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport analytique de gestion financière du Parc National de la Pendjari"

Transcription

1 Août Rapport analytique de gestion financière du Parc National de la Pendjari Udo LANGE

2 ANALYSE COMMENTEE DU SUIVI DU PLAN D AFFAIRES DE LA PENDJARI Exercice 2008 A nalyse des dépenses Le plan d affaires du Parc national de la Pendjari est un outil de travail qui permet de mesurer dans le temps, les progrès réalisés dans la gestion au quotidien et dans la mise en œuvre de la stratégie de financement à long terme. Le présent aperçu retrace l évolution de données financières chiffrées depuis Quelques erreurs mineures des années antérieures ont été corrigées pour donner une image, la plus fidèle possible. qui a fait ses prévisions par rapport à un besoin de «croisière», l augmentation ne dépend pas entièrement de ses décisions de gestion. En dehors du domaine touristique très important, la GTZ a aussi contribué dans le domaine du suivi écologique, par exemple, pour dénombrer les éléphants et les cobs de Buffon ou dans l appui de gestion à travers l appui aux suivis ou l amélioration du système d incitation du personnel. Figure 2 : Source de financement 2008 Figure 1 : Dépenses par rapport aux prévisions Les prévisions des dépenses qui entrent dans l analyse proviennent des deux éditions du plan d affaires que la Direction du Parc National de la Pendjari (DPNP) a élaboré jusqu aujourd hui. Face aux réalités des dépenses, force est de constater, que les moyens financiers prévus n ont pas suffit pour couvrir les besoins. Au cours des exercices 2007 et 2008, la DPNP a dépensé plus d argent que prévu. (cf. Figure 1) Cette situation s explique en partie par le fait, que la DPNP a bénéficié de l appui du partenaire GTZ. (cf. Figure 2) Etant donné que cette contribution peut être plus importante que les prévisions de la DPNP, La KFW, partenaire financier du programme de coopération Bénino- Allemand «Programme de Conservation et de Gestion des Ressources Naturelles (ProCGRN)», a couvert 50% des salaires et la mise en œuvre d un système d incitation du personnel ainsi que l acquisition de certain matériel de travail tel que deux voitures et du matériel informatique. Les autres 50 % des salaires ont été couverts par une subvention de l Etat béninois qui en plus, a mis à disposition, les moyens pour l entretien des pistes. L ampleur des contributions de l Etat à l entretien des pistes n était pas à la hauteur de celles planifiées, ce qui entraine un taux de contribution en dessous des prévisions. Les recettes propres du Parc ont contribué à 28 % aux dépenses. Pourtant, la capacité d autofinancement du parc (cf. Figure 3) est légèrement inférieure à environ 27 %. Il s agit ici des transferts de fonds de 2

3 l exercice 2007 qui ont été consommés au cours de celui de (Ce fait a été annoncé déjà dans le rapport précédent de suivi du plan d affaires. En effet, la DPNP avait couvert moins de besoins que ses qu environ , ce qui par contre dépasse toujours les prévisions de 83 % (cf. Figure 6). Le fait que les dépenses dépassent régulièrement les prévisions n est pourtant pas uniquement imputable au seul facteur d appui dans le domaine du tourisme. Toutes les catégories, à l exception de l entretien des infrastructures enregistrent un dépassement non négligeable (cf. Figure 4). En termes de volume, le plus important est le dépassement dans le domaine de l administration et de coordination des Figure 3 : Capacité d autofinancement recettes le permettaient. Une petite partie des dépenses couvertes par l UNESCO provient de la mise en œuvre d un projet du réseau «Man and Biosphere» pour renforcer les échanges entre 6 réserves de biosphère de l Afrique de l Ouest. Selon les objectifs de la deuxième phase du Programme de Conservation et de Gestion des Ressources Naturelles (ProCGRN), il a été convenu que la Pendjari reçoit un appui dans la promotion du tourisme. La figure 6 montre que la contribution dans le domaine touristique n a pas atteint en 2008, le Figure 5 : Facteurs de dépenses récurrents activités. Ce dépassement atteint les et est directement suivi du tourisme avec Si le deuxième peut s expliquer par la volonté du partenaire d appuyer les activités dans une mesure plus importante que prévue, le premier reste tributaire des activités dites «transversales». Ici, on Figure 4 : Centres de coûts 2008 niveau de l année Au contraire, elle a été réduite de moitié pour n atteindre Figure 6 : Dépenses par centre de coût trouve des dépenses difficilement imputables à un service donné, tel que les véhicules de pool, la comptabilité et le 3

4 secrétariat. Lorsqu on regarde de près ces coûts, notamment ceux de missions, de carburant et d entretien du matériel roulant (cf. Figure 5), il ressort une augmentation considérable entre 2007 et En effet, pendant les années antérieures, les «sauts» de coûts ne se limitaient qu à une catégorie ou deux ; l année 2008 par contre a connu une augmentation spectaculaire dans chacune de ses catégories. Dans une certaine mesure, le constat d augmentation par catégorie vient en contradiction avec le suivi des dépenses par centre de coût (cf. Figure 6). Malgré le fait que les dépenses de missions, d entretien des véhicules et de carburant sont souvent des coûts transversaux qui seront de ce fait, attribués à l administration et à la coordination des activités, on constate plutôt une stagnation des dépenses à ce niveau et l augmentation est imputée plutôt à la surveillance (plus de par rapport à l année précédente) et à l entretien des pistes (plus de de plus). (cf. Figure 4 et Figure 6) L image que donne cette évolution doit être relativisée par rapport aux prévisions budgétaires. En effet, l administration a dépassé les prévisions de , la surveillance de et le service Ecologie de Chacun d eux sollicite fortement soit le matériel roulant, soit les missions. Une forte augmentation de dépenses est à constater aussi dans le domaine de l entretien des pistes. Ce dernier service par contre n est pas un facteur principal pour le carburant et le matériel roulant à cause des activités plutôt saisonnières ou confiées à des entreprises. Mieux, il reste malgré cela, en dessous des prévisions. Les tentatives d explication se heurtent aux conditions cadre qui n ont pas connu des changements aussi importants pour faire comprendre le phénomène. Ainsi, par exemple, l augmentation du prix du carburant n est pas allée du simple au double pendant toute l année 2008 et le parc automobile n a pas connu des avaries particulières par rapport aux années précédentes. Le fait d une augmentation des frais de mission du CENAGREF dans des mesures importantes n explique pourtant pas entièrement l ampleur de l augmentation des coûts y afférents. Figure 7 : Recettes nettes comparées à la masse salariale Ce constat est particulièrement visible dans les dépenses de l entretien des véhicules. Entre 2005 et 2007, les dépenses de cette catégorie n ont fait que décroître pour tripler au cours de l année 2008, l année où pourtant de nouvelles voitures ont été acquises. Les faiblesses dans la maîtrise des dépenses n ont pas concerné la masse salariale. Le Parc n a pas modifié sa structure et seules des augmentations de salaires et l introduction d une prime ont causé une légère augmentation de ces coûts, toutefois, dans les limites de la planification (cf. Figure 7). La capacité d autofinancement est un facteur principal dans la stratégie de financement à long terme. Elle s exprime dans la relation entre les recettes dont la DPNP peut disposer après partage (net) et les dépenses récurrentes qu elle a engagées au cours de l année (cf. Figure 8). Pendant les trois dernières années, les recettes ont augmenté, mais les dépenses aussi et ce, dans les mêmes proportions. (cf. Figure 3) Ainsi, les efforts pour augmenter les recettes ont été anéantis par la non maîtrise des dépenses. 4

5 A nalyse des recettes Le Parc National de la Pendjari augmente ses recettes depuis l an A partir de l an 2005, les recettes sont non seulement partagées avec les Associations Villageoises de Gestion des Réserves de Faune (AVIGREF) de la Pendjari mais aussi avec la Direction Générale du CENAGREF. Seules entre 57 et 59 % des recettes brutes sont ainsi le parc sans entamer ses ressources naturelles (tourisme non consommateur), la chasse qui utilise les ressources de la réserve (tourisme consommateur) 1, reste toujours la source de financement la plus importante (cf. Figure 9). Les relations entre les recettes provenant de la chasse sportive et le tourisme de vision peut encore s améliorer en faveur du Figure 9 : Comparaison tourisme de vision et chasse sportive Figure 8 : Recettes disponibles pour couvrir les dépenses Disponibles, pour couvrir des dépenses (cf. Figure 8). Ces recettes sont de trois ordres. Celles provenant de la chasse et de la pêche, celles provenant du tourisme de vision et des autres recettes qui regroupent la vente de matériel divers, saisi ou vétuste, les transactions juridiques, les locations ou la vente des souvenirs. La zone de chasse de Batia a eu en 2008, pour la première fois, un nombre plus important de chasseurs pendant que les autres zones ont pu profiter de leur bonne réputation et attirer d avantage de clients. Le bon résultat du tourisme de vision est du à l augmentation du nombre de visiteurs qui atteint en 2008, pour la première fois, presque les (cf. Figure 10). L amélioration de la fréquentation de la réserve peut être imputée aux efforts déployés depuis 2006 dans la promotion touristique (cf. figure 6Erreur! Source du renvoi introuvable.). Malgré ces succès indéniables au niveau du tourisme de vision qui est une source de revenus pour tourisme de vision. La moyenne qu un visiteur dépense pour son droit d entrée dépend fortement de la relation entre visiteurs étrangers (payant F CFA par entrée à l exception des enfants) et des Béninois (qui payent F CFA par entrée ou moins selon le cas qu il s agit d élèves, d étudiants ou de riverains). Figure 10 : Comparaison des variables de tourisme de vision En 2008 un visiteur apportait à la Pendjari presque 1,70 de plus qu en 2006 (cf. Figure 10 : Comparaison des variables de 1 Ces catégories ne tiennent pas compte du bilan environnemental du tourisme de vision tel que le transport, la consommation des ressources sur place, la pollution etc. 5

6 tourisme de vision). Ceci est certainement dû à deux facteurs : la relation entre les Béninois et étrangers s est modifiée en faveur des étrangers et moins de visiteurs ont bénéficié d une visite gratuite. Ainsi en 2008, les Béninois représentent 15 % de moins par rapport 2005 parmi les visiteurs et les recettes sont de 11 % supérieurs. Seulement en 2006 on aurait dû s attendre à une augmentation des recettes / visiteurs à cause d une diminution des visiteurs Béninois relativement aux étrangers. Etrangement, c est dans cette année et l année qui suit, que les recettes n atteignent pas le niveau de 2005 (cf. Figure 11). Les recettes provenant d autres sources que le tourisme de vision et de la chasse sportive ne concernent que 6 % des sommes perçues. Cette partie des recettes concerne les transactions juridiques, la vente de matériel vétuste etc. En ce qui concerne la vente du matériel roulant amorti, la DPNP ne perçoit pas de recettes. Figure 11 : Influence de la relation entre visiteurs étrangers et Béninois En effet, contrairement aux procédures retenues par le conseil d Administration du CENAGREF, la Direction Générale soumet la vente dudit matériel aux procédures du Ministère de Environnement et de Protection de la Nature (MEPN), luimême soumis aux procédures du Ministère chargé des Finances et de l Economie (MFE). Depuis la dotation en matériel roulant par les partenaires et sa réforme selon les procédures publiques, le Parc National de la Pendjari n a pas enregistré des revenus provenant de cette source. R ecommandations En considérant l évolution des dépenses et recettes de la Pendjari par rapport au plan d affaires, on constate une évolution positive dans les recettes au delà des plans mais une politique de dépenses à améliorer. Aussi pour les recettes, certaines améliorations peuvent être opérées. Pour les dépenses : o Installer des «comptes mission» annuels par individu dont il ne peut pas dépasser au cours de l année. o Limiter les missions dans le temps ou limiter le payement des missions au-delà d un certain nombre de jours. o Appliquer strictement les procédures de contrôle de la consommation des carburants. Réaliser fréquemment des contrôles inopinés de l application des procédures. o Soumettre chaque réparation de matériel roulant qui dépasse les F CFA à une contre expertise afin de s assurer de la bonne option technique de la réparation. Mettre en compétition des ateliers compétents et régler les menues interventions sur place à Tanguiéta. o Faire un suivi budgétaire régulièrement au moins une fois par mois, si possible plus souvent. Pour ce faire, il serait intéressant que le directeur ait un accès aux informations financières du système comptable à tout moment (transfert automatique des rapports ou accès par Internet aux données générées du programme sur l ordinateur du comptable). o Donner le feed back de gestion au staff en particulier et au personnel 6

7 de la DPNP en général. Etant donnée que l évolution des recettes et dépenses fait partie des indicateurs communs pour prétendre à de primes d incitation, il serait intéressant de rendre plus transparent l évolution de ces facteurs. Pour les recettes o Proposer une modification de tarif qui prend en compte la durée du séjour ou s assurer que les visiteurs qui restent plus longtemps donnent une redevance à travers des opérateurs d hébergement. o Eviter au maximum des entrées gratuites. o Assurer la durabilité des recettes provenant de la zone de chasse de Batia. o Assurer une entrée plus importante de fonds à travers la vente de matériel amorti en utilisant les procédures du CENAGREF à la place des procédures de l administration publique. T able de figures Figure 1 : Dépenses par rapport aux prévisions... 2 Figure 2 : Source de financement Figure 3 : Capacité d autofinancement... 3 Figure 4 : Centres de coûts Figure 5 : Facteurs de dépenses récurrents... 3 Figure 6 : Dépenses par centre de coût Figure 7 : Recettes nettes comparées à la masse salariale... 4 Figure 8 : Recettes disponibles pour couvrir les dépenses... 5 Figure 9 : Comparaison tourisme de vision et chasse sportive... 5 Figure 10 : Comparaison des variables de tourisme de vision... 5 Figure 11 : Influence de la relation entre visiteurs étrangers et Béninois

NOTE COMMUNE N 16 /2016

NOTE COMMUNE N 16 /2016 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES NOTE COMMUNE N 16 /2016 OBJET : Commentaire des dispositions des articles 21, 23 et 27 de la loi

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU BUDGET RECTIFICATIF N 2 DU BUDGET INITIAL 2015 DE L ARS BRETAGNE

NOTE DE PRESENTATION DU BUDGET RECTIFICATIF N 2 DU BUDGET INITIAL 2015 DE L ARS BRETAGNE NOTE DE PRESENTATION DU BUDGET RECTIFICATIF N 2 DU BUDGET INITIAL 2015 DE L ARS BRETAGNE Le décret n 2010-339 du 31 mars 2010 relatif au régime financier des ARS prévoit que le budget des ARS, et les décisions

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

B.P. 80447 Lomé Togo Tél. (00228) 235 45 23 / 991 42 25 Email : pasyd_togo@hotmail.com. Site Internet : www.pasyd.org Compte n 0064 279 002 73 BTCI

B.P. 80447 Lomé Togo Tél. (00228) 235 45 23 / 991 42 25 Email : pasyd_togo@hotmail.com. Site Internet : www.pasyd.org Compte n 0064 279 002 73 BTCI B.P. 80447 Lomé Togo Tél. (00228) 235 45 23 / 991 42 25 Email : pasyd_togo@hotmail.com. Site Internet : www.pasyd.org Compte n 0064 279 002 73 BTCI Lomé Renforcement de capacités des organisations locales,

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA)

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INTRODUCTION Lors de sa 23 ème réunion ordinaire tenue à Abuja le 18 janvier 2000, le Conseil des

Plus en détail

INTRODUCTION. Les dépenses et produits retenus doivent exclusivement être comptabilisés sur l exercice concerné.

INTRODUCTION. Les dépenses et produits retenus doivent exclusivement être comptabilisés sur l exercice concerné. ETABLISSEMENT DES BUDGETS PREVISIONNELS ET BILANS FINANCIERS DEVECO AIDE AU CONTROLE DE SERVICE FAIT INTRODUCTION Cette note est destinée à fixer les règles pour l'établissement des budgets prévisionnels

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA Table des matières 1. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE... 2 1.1 Mission du fond... 2 1.2 Principe... 2 1.3 Support

Plus en détail

Australie. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Australie : le système de retraite en 2012

Australie. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Australie : le système de retraite en 2012 Australie Australie : le système de retraite en 212 Le système de retraite australien comporte trois composantes : une pension de vieillesse soumise à conditions de ressources et financée par les recettes

Plus en détail

PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015

PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015 L effort de formation des entreprises du secteur privé en 2013 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS de la CAISSE D ASSISTANCE AU PERSONNEL DES FORCES CANADIENNES pour l exercice financier se terminant le 31 DÉCEMBRE 2009

ÉTATS FINANCIERS de la CAISSE D ASSISTANCE AU PERSONNEL DES FORCES CANADIENNES pour l exercice financier se terminant le 31 DÉCEMBRE 2009 ÉTATS FINANCIERS de la CAISSE D ASSISTANCE AU PERSONNEL DES FORCES CANADIENNES pour l exercice financier se terminant le 31 DÉCEMBRE 2009 RAPPORT DES VÉRIFICATEURS Au conseil des Biens non publics CAISSE

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Tradition Securities and Futures

Tradition Securities and Futures COMPTES ANNUELS au 31 décembre 2007 de Tradition Securities and Futures Tradition Securities & Futures BILAN AU 31 DECEMBRE 2007 (En milliers d euros) Notes 31.12.2007 31.12.2006 ACTIF Opérations interbancaires

Plus en détail

DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS

DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS 1. INTRODUCTION 1.1 Le transport aérien de passagers est étroitement associé au tourisme, lequel

Plus en détail

ANNEXE 2012-CA570-03.04-R6094 PLAN DE REDRESSEMENT FINANCIER DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES. Adopté le 27 août 2012.

ANNEXE 2012-CA570-03.04-R6094 PLAN DE REDRESSEMENT FINANCIER DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES. Adopté le 27 août 2012. ANNEXE 2012-CA570-03.04-R6094 PLAN DE REDRESSEMENT FINANCIER DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES Adopté le 27 août 2012. PLAN DE REDRESSEMENT UQTR L UQTR présente un Plan de redressement qui permettre

Plus en détail

Radars photographiques et surveillance aux feux rouges

Radars photographiques et surveillance aux feux rouges ASSOCIATION DES TRANSPORTS DU CANADA Radars photographiques et surveillance aux feux rouges CATÉGORIE : INGÉNIERIE EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE Au début des années 2000, le gouvernement du Québec avait envisagé

Plus en détail

Modalités de versement de l aide financière de la Société de financement des infrastructures locales du Québec

Modalités de versement de l aide financière de la Société de financement des infrastructures locales du Québec Modalités de versement de l aide financière de la Société de financement des infrastructures locales du Québec Provenant du transfert d une partie des revenus de la taxe fédérale d accise sur l essence

Plus en détail

LA PROPRIETE INTELLECTUELLE ARTICLE 50 BIS LIR

LA PROPRIETE INTELLECTUELLE ARTICLE 50 BIS LIR LA PROPRIETE INTELLECTUELLE ARTICLE 50 BIS LIR Les informations disponibles sur la présente documentation ont pour seule fin de donner une information générale à son lecteur. Elles ne constituent pas un

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Michel Didier et Michel Martinez 1. Les dépenses de Sécurité sociale à caractère universel (maladie, famille)

Plus en détail

Chapitre II : Gestion des stocks :

Chapitre II : Gestion des stocks : Chapitre II : Gestion des stocks : Section I : Présentation générale de la problématique des stocks I. 1. DEFINITION DES STOCKS : Un stock est une quantité de biens ou d articles mis en réserve pour une

Plus en détail

TRES. BOURGOIN-JALLIEU COLLECTIV MEYRIE

TRES. BOURGOIN-JALLIEU COLLECTIV MEYRIE TRES. BOURGOIN-JALLIEU COLLECTIV MEYRIE Valorisation du compte de gestion 2014 Dépenses de fonctionnement Les dépenses de fonctionnement sont divisées en six catégories: 1. Les charges à caractère général

Plus en détail

Com-Plus. Ronde préliminaire Cas en comptabilité. Place à la jeunesse 2010

Com-Plus. Ronde préliminaire Cas en comptabilité. Place à la jeunesse 2010 Com-Plus Cas en comptabilité Place à la jeunesse 2010 COM-PLUS Com-Plus est une agence de communication qui a été fondée en juin 2003 par Serge Girard et Amélie Lardeau. Serge et Amélie se sont rencontrés

Plus en détail

La Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) et sections locales du Québec. États financiers combinés 31 décembre 2014

La Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) et sections locales du Québec. États financiers combinés 31 décembre 2014 La Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) et sections locales du Québec États financiers combinés États financiers combinés Table des matières Page Rapport de l auditeur indépendant...

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES Synthèse du rapport relatif au contrôle de la gestion de L Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) Janvier 2016 SYNTHESE Présentation L Office

Plus en détail

GESTION DES IMMOBILISATIONS ET DES INVESTISSEMENTS

GESTION DES IMMOBILISATIONS ET DES INVESTISSEMENTS GESTION DES IMMOBILISATIONS ET DES INVESTISSEMENTS Page : 1 / 19 Gestion des immobilisations et des investissements. 1. CAS DE SYNTHESE... 3 1.1. CALCUL DE RENTABILITE D IMMOBILISATIONS ACQUISES... 3 1.2.

Plus en détail

Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines. Chapitre Paragraphes Page

Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines. Chapitre Paragraphes Page Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 49 e réunion Distr. restreinte 7 septembre 2010 Français Original: anglais Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines

Plus en détail

Sommaire. RAPPORT FINANCIER - Exercice 2014 1 2 RAPPORT DE GESTION DU TRÉSORIER 6 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS 8 BILAN

Sommaire. RAPPORT FINANCIER - Exercice 2014 1 2 RAPPORT DE GESTION DU TRÉSORIER 6 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS 8 BILAN Sommaire 2 RAPPORT DE GESTION DU TRÉSORIER 6 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS 8 BILAN 12 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES CONVENTIONS RÈGLEMENTÉES 13 COMPTE DE RÉSULTAT

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du bureau régional de la Saskatchewan Rapport final Le 15 octobre 2008

Examen des pratiques de gestion du bureau régional de la Saskatchewan Rapport final Le 15 octobre 2008 Examen des pratiques de gestion du bureau régional de la Saskatchewan Rapport final Le 15 octobre 2008 SGGID n o 1618301 1 Objectifs de l examen Déterminer si les contrôles et les pratiques du bureau régional

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Lot 2 : Fiscalité et comptabilité Initiation à la comptabilité simplifiée Ville de Paris Carrefour des Associations Parisiennes PROJETS-19 projets19@projets19.org Organisation matérielle : 3 heures avec

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

Notes aux Etats Financiers. Caisse Autonome pour le Renforcement des Initiatives Economiques par la Micro Finance Au 31/12/2008

Notes aux Etats Financiers. Caisse Autonome pour le Renforcement des Initiatives Economiques par la Micro Finance Au 31/12/2008 Notes aux Etats Financiers Caisse Autonome pour le Renforcement des Initiatives Economiques par la Micro Finance Au 31/12/2008 INTRODUCTION AU 31 décembre 2008, La Caisse Autonome Pour Le Renforcement

Plus en détail

Texte n DGI 2009/32 NOTE COMMUNE N 13/2009

Texte n DGI 2009/32 NOTE COMMUNE N 13/2009 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2009/04/16 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2009/32 NOTE COMMUNE N 13/2009 O B J E T : - Commentaire des dispositions

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Indemnisation des Calamités Agricoles en France. Séminaire Assurance Agricole - 10 Juin 2007 - Alger

Indemnisation des Calamités Agricoles en France. Séminaire Assurance Agricole - 10 Juin 2007 - Alger Indemnisation des Calamités Agricoles en France 1 Marché mondial de l Assurance Agricole Primes brutes d assurance directe = environ 6,5 milliards d euros (dont subventions gouvernementales = environ 2,9

Plus en détail

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 La Note de l Observatoire de l Habitat N 11 Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 Introduction 1 Entre 1996 et 2006, le coût des logements s est

Plus en détail

TITRE 1. LE BUDGET COMMUNAUTAIRE

TITRE 1. LE BUDGET COMMUNAUTAIRE Page 1 sur 13 Table des matières TITRE 1. LE BUDGET COMMUNAUTAIRE... 4 Chapitre 1. Structuration et vote du budget... 4 Chapitre 2. Segmentation budgétaire stratégique... 5 Chapitre 3. Gestion pluriannuelle...

Plus en détail

I. Introduction... 4. II. Tableau des dépenses et des recettes... 7. III. Détails et explications... 9. III.1. Résultat de l assurance dépendance...

I. Introduction... 4. II. Tableau des dépenses et des recettes... 7. III. Détails et explications... 9. III.1. Résultat de l assurance dépendance... 1 Budget de l assurance dépendance relatif à l exercice 2016 établi au mois de novembre 2015 et adopté par le comité directeur de la CNS en sa séance du 16 décembre 2015 2 Table des matières I. Introduction...

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

STATUTS DE L AGENCE BENINOISE DE METROLOGIE ET DE CONTROLE DE LA QUALITE (ABMCQ)

STATUTS DE L AGENCE BENINOISE DE METROLOGIE ET DE CONTROLE DE LA QUALITE (ABMCQ) 22/01/2009 STATUTS DE L AGENCE BENINOISE DE METROLOGIE ET DE CONTROLE DE LA QUALITE (ABMCQ) TITRE PREMIER : DE LA CREATION, DE L OBJET, DU SIEGE SOCIAL ET DE LA DOTATION CHAPITRE 1 : De la création, de

Plus en détail

Trésorerie de SERIGNAN

Trésorerie de SERIGNAN ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SERIGNAN Trésorerie de SERIGNAN OCTOBRE 212 SOMMAIRE Introduction... 3 Principaux constats... 3 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement...

Plus en détail

STATUTS DE L AGENCE LOCALE DE L ENERGIE, AGENCE TERRITORIALE DE L ENERGIE DU PLATEAU DE SACLAY

STATUTS DE L AGENCE LOCALE DE L ENERGIE, AGENCE TERRITORIALE DE L ENERGIE DU PLATEAU DE SACLAY STATUTS DE L AGENCE LOCALE DE L ENERGIE, AGENCE TERRITORIALE DE L ENERGIE DU PLATEAU DE SACLAY Article 1 constitution et dénomination Il est créé, entre les adhérents aux présents statuts, une association

Plus en détail

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir?

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? Prise de position CEPI, le Conseil Européen des Professions Immobilières Contact Référence Janet K. Griffiths - janet.griffiths@cepi.eu

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

A. Le traitement des charges par la comptabilité analytique de gestion

A. Le traitement des charges par la comptabilité analytique de gestion CHAPITRE 1 : Les Coûts Complets Les coûts peuvent être complets ou partiels, selon qu on y incorpore tout ou une partie des charges de la comptabilité générale. Tout au long de ce chapitre nous allons

Plus en détail

Questions à Vincent Piron, expert international et Président du Comité PPP de la CCIFR

Questions à Vincent Piron, expert international et Président du Comité PPP de la CCIFR Questions à Vincent Piron, expert international et Président du Comité PPP de la CCIFR Question 1. Comment voyez-vous la situation actuelle du marché des PPP en Russie en ce moment? Réponse. Il faut définir

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail

Actif au RSI et retraité au Régime général - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010

Actif au RSI et retraité au Régime général - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010 Actif au RSI et retraité au - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010 Une étude menée en collaboration avec la CNAV C. Bac (Cnav) C. Gaudemer (RSI) Au cours de leur carrière, la plupart

Plus en détail

World Tourism Organization (UNWTO) - A Specialized Agency of the United Nations

World Tourism Organization (UNWTO) - A Specialized Agency of the United Nations Termes de Référence Recrutement d un volontaire de l OMT pour le projet «Augmenter l impact du développement touristique sur l économie locale dans la région de Jacmel, Haïti» dans le cadre du Programme

Plus en détail

NOUVEAU SALAIRE, NOUVEAU BUDGET

NOUVEAU SALAIRE, NOUVEAU BUDGET NOUVEAU SALAIRE, NOUVEAU BUDGET FICHE DE PAIE : COMMENT EST RÉPARTI VOTRE SALAIRE? Votre première fiche de paie va sans doute vous surprendre. Car après la première ligne où figure votre salaire brut,

Plus en détail

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Août 2013 En bref Introduction En avril 2013, le Conseil des normes comptables («CNC») et

Plus en détail

Norme comptable internationale 24 Information relative aux parties liées

Norme comptable internationale 24 Information relative aux parties liées Norme comptable internationale 24 Information relative aux parties liées Objectif 1 L objectif de la présente norme est d assurer que les états financiers d une entité contiennent les informations nécessaires

Plus en détail

Indicateurs harmonisés

Indicateurs harmonisés Département présidentiel DGI - Service de surveillance des communes Secteur des finances communales Indicateurs harmonisés Finances communales genevoises en 2013 Présentation de la situation financière

Plus en détail

PRESENTATION DES COMPTES ANNUELS

PRESENTATION DES COMPTES ANNUELS PRESENTATION DES COMPTES ANNUELS I LE BILAN Il décrit l ensemble des éléments composant le patrimoine de l association, ce qu elle possède, ses créances moins ses dettes, à une date donnée (en général,

Plus en détail

Situation sanitaire. en Nouvelle-Calédonie. www.dass.gouv.nc

Situation sanitaire. en Nouvelle-Calédonie. www.dass.gouv.nc Situation sanitaire en Nouvelle-Calédonie 2012 www.dass.gouv.nc Les comptes de la santé Source: service de la protection sociale III.1. Présentation La délibération modifiée n 490 du 11 août 1994 portant

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS Page 1 sur 6 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 4 C- -01 N du 4 F.E. - INSTRUCTION DU 609601A VT/NFD (B1-1-01) DISPOSITIONS DIVERSES (BIC, IS, DISPOSITIONS COMMUNES). FRAIS ET CHARGES.

Plus en détail

Fiche. Introduction. Fiche 1. Introduction

Fiche. Introduction. Fiche 1. Introduction Introduction Fiche 1 Il est nécessaire de distinguer entre le droit fiscal interne, le droit fiscal international et le droit fiscal international comparé. Le premier s applique à des agents (personnes

Plus en détail

Objectifs, principes et critères de répartition (règles budgétaires) Des allocations entre les écoles et les centres de la Commission scolaire

Objectifs, principes et critères de répartition (règles budgétaires) Des allocations entre les écoles et les centres de la Commission scolaire Objectifs, principes et critères de répartition (règles budgétaires) Des allocations entre les écoles et les centres de la Commission scolaire 2014-2015 Adoptée : 26 juin 2014 (CC-2014-295) En vigueur

Plus en détail

Le FMI participe activement aux efforts déployés pour surmonter la crise alimentaire mondiale

Le FMI participe activement aux efforts déployés pour surmonter la crise alimentaire mondiale Bulletin du FMI Initiative multilatérale Le FMI participe activement aux efforts déployés pour surmonter la crise alimentaire mondiale Le Bulletin en ligne Le 13 mai 2008 Le FMI examinera toutes les demandes

Plus en détail

FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION. Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2 à 6.4 du Règlement financier.

FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION. Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2 à 6.4 du Règlement financier. 38 e session, Paris 2015 38 C 38 C/39 11 août 2015 Original anglais Point 9.5 de l ordre du jour provisoire FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2

Plus en détail

50 e CONSEIL DIRECTEUR 62 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

50 e CONSEIL DIRECTEUR 62 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 5 e CONSEIL DIRECTEUR 62 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., É-U, du 27 septembre au 1 er octobre 21 Point 5.3 de l ordre

Plus en détail

Instituts de recherche en santé du Canada. Rapport financier trimestriel Pour le trimestre terminé le 31 décembre 2011

Instituts de recherche en santé du Canada. Rapport financier trimestriel Pour le trimestre terminé le 31 décembre 2011 Rapport financier trimestriel Pour le terminé le 31 décembre 2011 1. Introduction Le présent rapport financier devrait être lu de concert avec le Budget principal des dépenses, le Budget supplémentaire

Plus en détail

Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay -

Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay - Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay - Juin 2014 Sommaire : Introduction 1. Première marge de manœuvre = la fiscalité 2. Deuxième marge de manœuvre = l épargne 3. Troisième

Plus en détail

Bureau de la sécurité des transports du Canada 2013-2014

Bureau de la sécurité des transports du Canada 2013-2014 Bureau de la sécurité des transports du Canada 2013-2014 Rapport financier trimestriel se terminant le 30 juin 2013 Introduction : Ce rapport trimestriel a été préparé par la direction tel qu exigé par

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Programme MED Séminaire Chefs de file. Aspects financiers. Marseille, 3 mars 2009

Programme MED Séminaire Chefs de file. Aspects financiers. Marseille, 3 mars 2009 Programme MED Séminaire Chefs de file Aspects financiers Marseille, 3 mars 2009 Plan de présentation Période d éligibilité des dépenses Eligibilité des dépenses Lignes budgétaires Justificatifs Dépenses

Plus en détail

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800.

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800. Loi n 2008-77 du 22 décembre 2008, portant loi de finances pour l année 2009. ARTICLE PREMIER : Est et demeure autorisée pour l année 2009 la perception au profit du Budget de l Etat des recettes provenant

Plus en détail

EBOOK. Francesco Sgroi. OctoFinance Sàrl Rue Marignac 9 1206 Genève

EBOOK. Francesco Sgroi. OctoFinance Sàrl Rue Marignac 9 1206 Genève EBOOK Francesco Sgroi OctoFinance Sàrl Rue Marignac 9 1206 Genève Table des matières 1.1 Préambule du Conseil Patrimonial 1.2 Principe rendement/risque 1.3 Rendement 1.4 Risque 1.5 Tip 1 2.1 La Fiscalité

Plus en détail

Cégep de Sherbrooke. Les objectifs Les objectifs qui ont guidé ce projet sont :

Cégep de Sherbrooke. Les objectifs Les objectifs qui ont guidé ce projet sont : The following information is an excerpt from the Letter of Intent submitted to the J.W. McConnell Family Foundation in response to the RECODE Request for Proposals of Spring 2014. Cégep de Sherbrooke Description

Plus en détail

PROGRAMME D AIDE AUX ÉVÉNEMENTS

PROGRAMME D AIDE AUX ÉVÉNEMENTS Programme d aide aux événements - 1 - PROGRAMME D AIDE AUX ÉVÉNEMENTS VISANT LE DÉVELOPPEMENT D ACTIVITÉS RÉCRÉATIVES ET/OU PÉDAGOGIQUES RELIÉES AU TANGO ARGENTIN DANS LA GRANDE RÉGION DE QUÉBEC. Programme

Plus en détail

Bordeaux, le 22 Mai 2008. Monsieur le Directeur,

Bordeaux, le 22 Mai 2008. Monsieur le Directeur, Bordeaux, le 22 Mai 2008 Le Président Références à rappeler : CM/ROD II/033067989 Monsieur le Directeur, Par lettre du 13 février 2007, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

Document sur les conditions de travail. applicables. aux ressources humaines alternatives. dans un contexte de pandémie

Document sur les conditions de travail. applicables. aux ressources humaines alternatives. dans un contexte de pandémie Document sur les conditions de travail applicables aux ressources humaines alternatives 29 mars 2006 Direction générale du personnel réseau et ministériel PANDÉMIE RESSOURCES HUMAINES ALTERNATIVES Conditions

Plus en détail

Les Cahiers de l'observatoire n 212, Janvier 2005

Les Cahiers de l'observatoire n 212, Janvier 2005 Les Cahiers de l'observatoire n 212, Janvier 2005 Les coûts du transport routier international en Pologne en 2005 Après une première phase de travaux centrée sur nos principaux compétiteurs au sein de

Plus en détail

Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel

Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel Présentation de la Banque Populaire La Banque Populaire est à la fois une banque de détail et de proximité. De ce fait, les objectifs

Plus en détail

Message concernant le déplafonnement du pour-cent de solidarité dans l assurance-chômage

Message concernant le déplafonnement du pour-cent de solidarité dans l assurance-chômage 13.027 Message concernant le déplafonnement du pour-cent de solidarité dans l assurance-chômage du 27 février 2013 Madame la Présidente, Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Par le présent message,

Plus en détail

Chapitre 1 Le comité consultatif sur l Olympia et le Manoir Grand Moulin

Chapitre 1 Le comité consultatif sur l Olympia et le Manoir Grand Moulin Chapitre 1 Le comité consultatif sur l Olympia et le Manoir Grand Moulin Tout d abord, il est important de spécifier que ce comité s est vu confier une double tâche. D une part, il devait traiter de la

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

Analyse financière Groupe Magasin Général

Analyse financière Groupe Magasin Général Secteur : Distribution Cours au : 133,400D Nominal : 5D Nombre de titres : 2 296 250 titres Points clés : Doyen du secteur de la distribution avec plus de 80 ans d expérience ; Actionnariat de référence

Plus en détail

Rapport Financier Fondation Maréchal Foch 2013

Rapport Financier Fondation Maréchal Foch 2013 Rapport Financier Fondation Maréchal Foch 2013 Sommaire LA FONDATION MARÉCHAL FOCH Les mots du Président et du Trésorier................ P.1 Les actions financées en 2013........................P.2-3 Modalités

Plus en détail

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON NB : Pour réussir cette APS il est indispensable de connaître (et d être capable de définir) les notions relatives à l analyse fonctionnelle du bilan et du compte

Plus en détail

Vice-présidente, Vérification interne. Diffusion :

Vice-présidente, Vérification interne. Diffusion : Diffusion : Assurance obligations de financement du commerce extérieur (TFO) Octroi de crédit, souscription de prêts et surveillance Rapport d audit final Rapport n o 19/13 1 er mai 2014 Destinataires

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE

LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE Michaël VAN DEN KERKHOVE et Robert DESCHAMPS Centre de Recherches sur l Economie Wallonne FUNDP Introduction La réforme institutionnelle de 1988

Plus en détail

VOTRE CAMPING AUJOURD HUI... ET DEMAIN!

VOTRE CAMPING AUJOURD HUI... ET DEMAIN! RATIOS DE GESTION VOTRE MPING AUJOURD HUI... ET DEMAIN! Après avoir mis en exergue les caractéristiques intrinsèques du camping diagnostic économique, il y a lieu de quantifier objectivement les potentialités

Plus en détail

GESTION DES FRAIS GÉNÉRAUX

GESTION DES FRAIS GÉNÉRAUX GESTION DES FRAIS GÉNÉRAUX Les frais généraux c est bête! Les frais généraux il suffit de les regarder pour qu ils baissent! Selon Maurice LEVY. Rôle des contrôleurs de gestion dans une agence. 16 GESTION

Plus en détail

PLAN LOCAL ENERGIE - ENVIRONNEMENT

PLAN LOCAL ENERGIE - ENVIRONNEMENT PLAN LOCAL ENERGIE - ENVIRONNEMENT Un territoire, une collectivité, un PLEE Pourquoi faire un PLEE? Dans le domaine de l énergie et de l environnement, la collectivité est consommatrice, mais aussi productrice,

Plus en détail

RESEAU DE FORMATION INITIALE MARIE CURIE

RESEAU DE FORMATION INITIALE MARIE CURIE ANNEXE III DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES RESEAU DE FORMATION INITIALE MARIE CURIE [BÉNÉFICIAIRE UNIQUE] III.1 Définitions Outre les définitions figurant à l article II.1, les définitions suivantes s appliquent

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE

STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE ARTICLE 1 : CONSTITUTION DENOMINATION Entre les adhérents aux présents statuts il est créé une association dénommée

Plus en détail

Les formulaires de demande sont disponibles à l adresse www.livrescanadabooks.com/mentorat

Les formulaires de demande sont disponibles à l adresse www.livrescanadabooks.com/mentorat Livres Canada Books Programme de Mentorat Aide financière Lignes directrices 2015-2016 Date limite pour la réception des demandes : le mercredi 1 er avril 2015 Les formulaires de demande sont disponibles

Plus en détail

MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC

MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC République Démocratique du Congo Ministère du Plan et Révolution de la Modernité Agence Nationale pour la Promotion des Investissements MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC Kinshasa,

Plus en détail

VÉRIFICATION DE L INTÉGRITÉ DE L INFORMATION DU SYSTÈME HERMÈS FINANCES RAPPORT. Juin 2011

VÉRIFICATION DE L INTÉGRITÉ DE L INFORMATION DU SYSTÈME HERMÈS FINANCES RAPPORT. Juin 2011 VÉRIFICATION DE L INTÉGRITÉ DE L INFORMATION DU SYSTÈME HERMÈS FINANCES RAPPORT Juin 2011 PRÉPARÉ PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA VÉRIFICATION INTERNE (DGVI) Projet no : 2011-08 AGENCE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER.

Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER. Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER. NOUVEAUX STATUTS Dénomination et siège Article 1 Il est constitué une association professionnelle régie par la loi du

Plus en détail

Analyse : La taxation des voitures de société

Analyse : La taxation des voitures de société Les Analyses du Centre Jean Gol Analyse : La taxation des voitures de société Olivier Colin Novembre 2015 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique :

Plus en détail

CONTRAT DE CONSEIL EN PILOTAGE D ENTREPRISES

CONTRAT DE CONSEIL EN PILOTAGE D ENTREPRISES ARTISANS I COMMERÇANTS I PROFESSIONS LIBÉRALES I TPE CONTRAT DE CONSEIL EN PILOTAGE D ENTREPRISES Solutions de pilotage d entreprises en temps réel www.rivalis.fr ENTRE LES SOUSSIGNES : (SOCIÉTÉ), au capital

Plus en détail

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS 31 mars 2015 Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l. 2000 Manulife Place 10180 101 Street Edmonton (Alberta) T5J 4E4 Canada Tél. : 780-421-3611

Plus en détail

LISTE DE PIÈCES JUSTIFIATIVES POUR LE CONTRÔLE DE PREMIER NIVEAU

LISTE DE PIÈCES JUSTIFIATIVES POUR LE CONTRÔLE DE PREMIER NIVEAU LISTE DE PIÈCES JUSTIFIATIVES POUR LE CONTRÔLE DE PREMIER NIVEAU Cette liste définit les documents que vous devez nous présenter dans le cadre du contrôle de premier niveau des dépenses (contrôle de 1er

Plus en détail

SOMMAIRE. Introduction...2. 1/ Le fonctionnement du régime d assurance automobile du Comesa (carte jaune)..3

SOMMAIRE. Introduction...2. 1/ Le fonctionnement du régime d assurance automobile du Comesa (carte jaune)..3 1 SOMMAIRE Introduction...2 1/ Le fonctionnement du régime d assurance automobile du Comesa (carte jaune)..3 1-1/ Les principales caractéristiques de la carte jaune.3 1-2/ Le cadre juridique de la carte

Plus en détail