Résultat en demi-teinte pour la prime à la casse et le bonus/malus écologique en France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résultat en demi-teinte pour la prime à la casse et le bonus/malus écologique en France"

Transcription

1 Résultat en demi-teinte pour la prime à la casse et le bonus/malus écologique en France Mai 2011

2

3 En France, la prime à la casse complète un système de bonus/malus écologique instauré début La prime à la casse, le dispositif éprouvé de redynamisation du marché de renouvellement 7 Le bonus / malus écologique, la carotte et le bâton pour une consommation automobile «vert-tueuse» 7 Les conditions économiques qui ont favorisé la mise en place de ces aides 8 Un impact significatif sur la segmentation du parc automobile français, favorisant les constructeurs nationaux, au prix d une détérioration de la balance commerciale 11 Modification de la segmentation du parc automobile français 11 Ventes de voitures en France : avantages aux françaises 12 Détérioration de la balance commerciale automobile française 12 Un coût de 2,2 milliard d euros, hors effets positifs induits, pour un bilan mitigé 15 En France, le poids de l industrie automobile décroît, mais le secteur reste clé pour l économie française 15 Le choix de deux aides soutenant davantage les ventes automobile que la production sur le sol national, mais stimulant la R&D 16 Les deux dispositifs se transforment en «poids lourds» pour les finances publiques 20

4 Executive Summary Avec une baisse de 6,8 % en avril et de 8,3 % en mai 2011*, le marché des véhicules particuliers accuse le coup suite à la suppression de la prime à casse et à la dernière baisse du bonus/malus écologique. A travers son étude «Résultat en demi-teinte pour la prime à la casse et bonus/malus écologique en France», le cabinet de conseil et d audit PwC dresse un bilan des deux aides, dont il estime le coût à près de 2,2 milliards d euros pour l État, qui ont transformé le marché automobile français. 4 PwC

5 En France, la «prime à la casse» est venue compléter fin 2008 un système de «bonus/malus écologique» instauré au début de la même année. Face au prix du carburant en hausse, à un pouvoir d achat en berne et à des stocks de voitures très élevés, le gouvernement a pris la décision de cumuler ces deux dispositifs de relance de la consommation. Avec un résultat positif très vite perceptible sur les ventes de voitures particulières, qui ont progressé de 7,7 % entre 2008 et Trois impacts significatifs sur le marché automobile français D abord, ces aides ont eu un impact significatif sur la segmentation du parc automobile français : elles ont orienté les consommateurs vers des véhicules de petite taille, aux tarifs attrayants, et pour lesquels les émissions de CO 2 sont faibles, répondant ainsi aux objectifs du Grenelle de l Environnement. En 2009**, la part de la gamme inférieure, essentiellement composée de véhicules de segments A, B et C, est passée de 40,1 % à 56,7 %, augmentant ainsi de 16,6 points entre 2000 et 2009 (dont 6,4 points entre 2008 et 2009). Les constructeurs français, experts dans la production de ce type de voitures, ont ainsi pu tirer leur épingle du jeu. Sur la période , la baisse de la pénétration des marques françaises (VP et VUL) sur le marché national s est stabilisée autour de 56 %. Et la part des constructeurs français, qui offrent de nombreux modèles à faibles émissions, a progressé. Sur cette même période, le groupe PSA Peugeot Citroën a vu ses ventes françaises augmenter de 10 % pendant que celles de Renault croissaient de 7,5 %. En favorisant les petits modèles moins émetteurs de CO 2, les deux dispositifs ont accentué la détérioration de la balance commerciale française. En effet, l assemblage, voire la production des petites voitures «françaises», principales bénéficiaires des aides, sont pour partie réalisés à l étranger, notamment en Europe de l Est, Turquie ou encore Espagne. Ces aides ont coûté 2,2 milliards d euros Alors que les ventes annuelles de voitures particulières en France se maintenaient depuis 2004 autour des 2 millions d unités, l introduction des aides de l État a bouleversé la tendance, augmentant le niveau annuel de plus de unités, avec un record à 2,3 millions de véhicules particuliers vendus en Ce faisant, ces deux dispositifs ont coûté à la France plus de 2 milliards d euros. Cela peut sembler peu face aux 5 milliards d euros dépensés par l Allemagne, et pourtant, le dispositif allemand a pu se révéler plus vertueux pour l économie nationale. Pour quelle raison? Notamment parce que dans le Top 10 allemand des voitures vendues, seules 24 % des immatriculations étaient assemblées à plus de 60 % à l étranger, contre 55 % pour le Top 10 français. Quand la France voit ses capacités de production diminuer, l'industrie automobile allemande conserve sur son sol un niveau élevé de production, en augmentation de unités entre 2000 et Des avantages non négligeables qui aboutissent à un bilan mitigé Pourquoi l Etat français a-t-il accepté de telles dépenses? Il est à rappeler qu en France, malgré un poids en décroissance depuis ces dernières années, l industrie automobile représente toujours un secteur clé pour l économie française. 5 % de la population active ayant un emploi dépendent directement du secteur, et 10 % en dépendent indirectement. «Au-delà de l accroissement des ventes, ces deux aides ont profité à la R&D, notamment en termes de développement de moteurs thermiques via le «downsizing» (réduction des cylindrées) et d avancées sur le virage de l électrification», indique Gérard Morin, associé du cabinet de conseil et d audit PwC. «Enfin, insiste Gérard Morin, il ne faut pas oublier les effets directs de l augmentation des ventes automobiles sur les recettes de TVA, et les effets indirects portant à la fois sur l augmentation du nombre d assurances souscrites, le maintien de l activité des sous-traitants nationaux ou encore la baisse de la facture énergétique du pays, qui sont venus contrebalancer un bilan financièrement mitigé.» Josselin Chabert Analyste Automobile * A nombre de jours ouvrables comparables (Source : CCFA) ** Source : CCFA Résultat en demi-teinte pour la prime à la casse et le bonus/malus écologique en France 5

6 En France, la prime à la casse complète un système de bonus/ malus écologique instauré début 2008

7 Relancer la croissance par la consommation constitue l un des outils privilégiés des politiques durant les périodes de crise. Encourager la consommation des ménages permet effectivement aux entreprises et industries d accroître leur activité et à l État de cumuler des recettes. Ainsi l État français, à l image de ses homologues européens, a décidé en 2008 de lancer deux dispositifs incitatifs : la «prime à la casse» proposée entre décembre 2008 et décembre 2010 ; le «bonus / malus écologique» de janvier 2008 à aujourd hui. 1 Prime à la casse : Prime de 1000 attribuée pour l achat ou la location longue durée d un véhicule neuf, dont les émissions de CO 2 sont inférieures à 160g/km pour les véhicules particuliers et sans condition d émission pour les utilitaires de moins de 3.5T, en replacement d un véhicule ancien de plus de 10 ans destiné à la casse g/km pour Renault, 127.4g/km pour Peugeot et 128.6/km pour Citroën / Source : AAA Traitement : autoactu.com La prime à la casse, le dispositif éprouvé de redynamisation du marché de renouvellement L État français n en était pas à son coup d essai en matière de relance de la consommation automobile. En effet, un million et demi d acheteurs avaient déjà bénéficié de ce type de prime lors de la mise en place de la «Balladurette» entre février 1994 et juin 1995 et de la «Jupette» entre octobre 1995 et octobre En 2008, le dispositif dévoilé par le Président français Nicolas Sarkozy, avait pour but de soutenir les ventes de voitures neuves, très affectées par la crise économique. Pour ce faire, le choix a été fait d attribuer une prime 1 initiale de 1000 pour l achat d un véhicule neuf émettant moins de 160g/km, en replacement d un véhicule ancien de plus de 10 ans destiné à la casse. Cette dernière caractéristique est importante. Pour éviter de déplacer la pollution dans d autres pays, la France a imposé la destruction de ces véhicules, la prime étant offerte sous réserve de la présentation du certificat de destruction. Afin d éviter l affaissement brutal des ventes connu lors des précédentes éditions dès la suppression de la prime, le gouvernement a décidé de diminuer progressivement son montant à 700 au 1er janvier 2010 et à 500 au 31 juillet Le bonus / malus écologique, la carotte et le bâton pour une consommation automobile «vert-tueuse» Le «bonus / malus écologique», mis en place en 2008 par le gouvernement français, constituait un impact concret du Grenelle de l environnement dans la vie quotidienne des français. L objectif de ce dispositif «écologique» est d imposer un malus fiscal aux consommateurs désireux d acheter des véhicules fortement émetteurs de CO 2 et de récompenser ceux souhaitant acheter des véhicules faiblement polluants. Initialement prévu pour être revu tous les deux ans et financièrement équilibré, le système a été victime de son succès et finalement remanié chaque année depuis son introduction. Ce dispositif a eu un impact sur la stratégie des constructeurs désireux de commercialiser leurs véhicules sur le sol français. De fait, il a favorisé les constructeurs français qui offrent de nombreux modèles à faibles émissions. En effet, en 2010, PSA et Renault faisaient partie du Top 10 en matière d émissions de CO 2 en France, les véhicules vendus émettant moins de 130g/km de CO 2 en moyenne 2 alors que la moyenne des ventes nationales était à 130.5g/km. Ces progrès ont été rendus possibles grâce au recours accru aux moteurs turbocompressés ainsi qu à la généralisation progressive de systèmes hybrides, tel que le «Start & Stop». Jusqu au 15 février 2011, les véhicules utilitaires légers n étaient pas visés par le bonus / malus écologique, malgré les ventes en 2010 (dont 2/3 de marques françaises et un poids de 16% des ventes totales VP+VUL), alors que leurs émissions moyennes de CO 2 sont plus élevées. La situation a été régularisée le 11 février Résultat en demi-teinte pour la prime à la casse et le bonus/malus écologique en France 7

8 Les conditions économiques qui ont favorisé la mise en place de ces aides Prix du carburant en hausse Le prix du litre de carburant augmente continuellement depuis Ainsi le prix du Super sans plomb 98 a progressé de 57 % entre 1990 et 2009, tandis que le prix du gazole était multiplié par près de 2 sur la même période! Par conséquent, compte tenu de la part croissante du transport dans le budget des ménages, ceux-ci ont été incités à diminuer l utilisation de leur voiture et se tourner vers des véhicules moins chers et moins énergivores. Dans un contexte de renchérissement constant du prix du pétrole, les constructeurs automobiles doivent répondre à une équation toujours plus complexe : diminuer les consommations des véhicules en réduisant leur poids et en adaptant la performance des moteurs, tout en améliorant le confort et la sécurité à bord, le tout en maintenant des prix attractifs. Les constructeurs, contraints par des normes européennes Euro 5 et prochainement Euro 6 toujours plus draconiennes, offrent progressivement des réponses à cette attente en proposant des systèmes de motorisation de plus petite cylindrée, plus performants et dont les consommations ont été diminuées. Ainsi la cylindrée moyenne des véhicules légers est passée entre 2000 et 2009 d une moyenne de 1653cc à 1518cc (voir graphique), confirmant ainsi deux tendances : Une réduction des cylindrées intensifiée par les constructeurs pour compenser l augmentation du prix du pétrole ; Une orientation des consommateurs vers des véhicules de plus petite taille dotés de plus petits moteurs. Pour ces raisons, la prime à la casse cumulée au bonus écologique a contribué à diminuer la facture énergétique liée au transport, en favorisant l achat de véhicules moins nocifs pour l environnement et dont les consommations sont moindres. Un pouvoir d achat qui souffre mais soutenu par des taux de crédit historiquement bas La crise économique et financière de 2008 a sévèrement impacté le moral des ménages et surtout leur rapport à la consommation. La majorité tient les cordons de la bourse serrés, le poste budgétaire dédié au transport se trouvant contenu. Cependant, de nombreux acheteurs ont saisi l effet 1,4 1,3 1,2 1,1 1 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 d aubaine offert par ces deux aides et les conditions financières avantageuses proposées par les constructeurs, pour anticiper leur acte d achat. Il est à rappeler qu en 2008, la croissance du marché automobile français a souffert de la crise des «subprimes». L une des raisons réside dans l impact qu elle a eu sur la consommation. En effet, suite à la crise, de nombreuses banques, cherchant à limiter leur exposition au risque, ont restreint l attribution de crédits. L effet a été immédiat sur les consommateurs, notamment pour l achat d automobiles neuves, financé à plus de 58 % par crédit 3. Cela a engendré un effet boule de neige. La baisse généralisée de la consommation, les ventes automobiles n ayant pas été France - Évolution du prix des carburants ( /L) et de la cylindrée moyenne (cc) des véhicules légers Source : DIREM / Autofacts 0,79 0,54 1,11 0,79 Cylindrée moyenne (axe droit) Super sans plomb 98 Gazole 1,39 1,27 1,24 1, Source : CCFA 8 PwC

9 épargnées, a induit un ralentissement de l économie. La BCE ayant compris la situation a opté pour la baisse des taux directeurs qui, cumulée aux aides de l État, a favorisé l apparition de taux de crédit à la consommation historiquement bas, contribuant fortement à la croissance des ventes automobiles durant la période Des stocks de voitures handicapants pour l industrie Ayant débuté avant la faillite de Lehmann Brother en 2008, la crise économique a influé directement sur le comportement des consommateurs des pays développés mais également des pays émergents. Ainsi les ventes des constructeurs ont baissé drastiquement sur les deux régions, augmentant les stocks à des niveaux critiques. Or, les stocks coûtent cher. Pour les réduire, les constructeurs français comme étrangers ont dû avoir recours à plusieurs reprises au chômage partiel, voire à la fermeture temporaire de certaines usines. Les constructeurs ont préféré amortir l essentiel de la baisse de la demande via l augmentation de leurs stocks plutôt que de la répercuter sur leurs concessionnaires, dont les fondamentaux financiers ne sont pas aussi forts et qui n auraient pas été en mesure d absorber un tel choc. Cette situation a également mis en lumière la nécessité pour les constructeurs de poursuivre la réadaptation de leur outil de production à une demande européenne en quasi-stagnation. salvateur tant pour les constructeurs automobiles français que pour les salariés du secteur. Les constructeurs ont profité des différentes incitations publiques pour accroître leurs ventes et surtout réduire leurs stocks à coups de slogans promotionnels. Ils ont particulièrement profité du battage médiatique autour de la baisse du bonus/ malus au 1er janvier 2011 et de la fin de la prime à la casse pour multiplier par 2, 3 voire 10 cette dernière, associant le tout à des conditions financières avantageuses, grâce à des taux de crédit particulièrement bas. Les ventes massives du mois de décembre 2010, avant la suppression de l aide, ont ainsi permis de limiter la baisse des ventes à -2,2 % entre 2009 et Le vent a donc soufflé dans les voiles des 8,0 % 7,5 % 7,0 % 6,5 % 6,0 % constructeurs jusqu au 31 mars 2011, car pour pouvoir bénéficier de la prime à la casse, les constructeurs devaient livrer les véhicules avant le 31 mars, sous peine de devoir la payer de leur poche. Ainsi les trois premiers mois de l année 2011 ont été particulièrement bons dans la mesure où les immatriculations correspondaient aux ventes enregistrées avant le 31 décembre 2010, malgré la fin de la prime et une situation économique toujours morose. Les ventes ont marqué le pas au mois d avril et mai 2011, enregistrant une baisse respectivement de 6,8 % et 8,3 % par rapport au même mois de l année dernière (à nombre de jours ouvrables comparables). France - Évolution du taux crédit à la consommation et des ventes de véhicules légers Source : Banque de France Les différentes primes à la casse, et notamment la française, lancée pendant la crise, ont donc eu un effet 5,5 % Total vente - véhicules légers - France (en milliers d unités) (axe droit) Taux crédit à la consommation - France Linéaire (taux crédit à la consommation - France) Résultat en demi-teinte pour la prime à la casse et le bonus/malus écologique en France 9

10 Un impact significatif sur la segmentation du parc automobile français, favorisant les constructeurs nationaux, au prix d une détérioration de la balance commerciale

11 Modification de la segmentation du parc automobile français Ces dernières incitations publiques ont eu pour effet d intensifier la modification de la segmentation du parc automobile français. La prime à la casse et le bonus / malus écologique profitent essentiellement aux petits véhicules, aux tarifs attrayants, et pour lesquels les émissions de CO 2 sont faibles. En , la part de la gamme inférieure, essentiellement composée de véhicules de segments A, B et C, a augmenté de 16,6 points entre 2000 et 2009 (dont 6,4 % entre 2008 et 2009), passant de 40,1 % à 56,7 %. A l inverse, sur ces 9 années, les gammes : moyenne inférieure, moyenne supérieure, supérieure et luxe se sont chacune tassées de plus de 3 %. En étudiant plus spécifiquement les variations d immatriculations en France avant la mise en place de ces incitations et jusqu à la fin de la «prime à la casse», il apparaît une nette augmentation de la part des véhicules de segment A et B dans le total des immatriculations. Cette part a augmenté de 7 % entre 2007 et 2010, avec un pic en 2009 à 38 % du total des ventes au détriment principalement des véhicules de segment C. En effet, les ventes de ceux-ci ont baissé de 4.5 % sur la même période avec un point bas en 2009 à 38 %. La mise en place de ces incitations, les efforts promotionnels intenses qui ont gravité autour et l amélioration du confort et de l habitabilité des voitures moyennes et inférieures ont eu un impact sur les acheteurs détournant leur attention des véhicules de segment D, les françaises 407 ou Laguna n ayant pas été épargnées. La perspective d un abaissement des bonus écologiques au 1 er janvier 2011 a néanmoins favorisé un retour en douceur des acheteurs vers des véhicules de segment C et supérieurs, à un niveau proche de celui de Ce regain d attrait pour ces véhicules a été intensifié par la mise sur le marché des nouveaux Crossover, tels que les Nissan Qashqai, Peugeot 3008 ou encore Dacia Duster, dont les émissions de CO 2 restent contenues et dont l habitabilité et la modularité sont venues concurrencer des monospaces en perte de souffle. L attirance croissante pour les voitures Premium BMW Serie 3 ou Audi A3 ou A1 dont les performances énergétiques ont été considérablement améliorées n y est pas non plus étrangère. France - Pénétration de chaque segment dans le total des immatriculations Sources : AAA Traitement Auto Actu/Autofacts 45 % 40 % 35 % 30 % 25 % 20 % 15 % 10 % 5 % 0 % Total A/B Total C Total C/D Total D/E Total E/F Pénétration 2007 Pénétration 2008 Pénétration 2009 Pénétration Source : CCFA Résultat en demi-teinte pour la prime à la casse et le bonus/malus écologique en France 11

12 Ventes de voitures en France : avantages aux françaises Entre 2003 et 2010, la pénétration des voitures françaises sur le marché national a fondu de 5,1 %. Alors que le marché national croissait de 11,6 % sur la période, les constructeurs français ne voyaient les leurs progresser que de 2,3 % tandis que celles des marques étrangères décollaient de 26 %. Les fortes progressions 5 des marques VW, Ford, Fiat et surtout Dacia, propriété de Renault, dans l Hexagone ont fortement contribué à cette situation. dans la mesure où chacune représente respectivement près de 10% des ventes de voitures étrangères dans l hexagone. Malgré ce constat, la baisse a été enrayée en La pénétration des marques françaises (VP et VUL ; 54 % pour les seuls VP) s est stabilisée autour de 56 %, essentiellement grâce à la conjonction du bonus/malus écologique, très favorable aux voitures françaises à petit moteur économe en carburant, et de la prime à la casse, pour laquelle les offres commerciales des marques françaises ont été très compétitives. Durant la période , le groupe PSA a vu ses ventes françaises augmenter de 10 %, alors que dans le même temps celles de Renault diminuaient de 6%. Ainsi, sur la période, le poids du marché français dans les ventes mondiales du premier est resté stable à 24 % et pour le second est passé de 59 % à 30 %. La raison de cette dernière baisse réside dans la dilution des ventes françaises dans le total des ventes mondiales de la marque au losange. En moins de 10 ans, la marque Renault est parvenue à augmenter ses ventes mondiales de près de 90 %, à 2,12 millions d unités, alors que les marques Peugeot et Citroën voyaient les leurs augmenter de 10 %, à 3.6 millions d unités. Bien que représentant le berceau de ces deux marques, la France image même d un marché de renouvellement n est plus l unique centre d intérêt de ces deux marques. Détérioration de la balance commerciale automobile française Impact direct de l intérêt croissant des constructeurs français pour l étranger, la balance commerciale de l industrie automobile française est passée d un France - Ventes voitures par origine (en milliers d unités) Source : CCFA excédent de 11,6 milliards d euros en à un déficit de 5,8 milliards d euros en 2008, soit une diminution de 16,9 milliards d euros en 5 ans. Entre 2003 et 2009, les exportations provenant de la construction automobile ont chuté de près de 32 %, alors même que les importations ont augmenté de 7 %. Cette situation ne devrait pas s améliorer pour Elle peut s expliquer par trois facteurs. Le premier concerne l internationalisation constante de cette industrie. Contrairement à des pays comme l Allemagne ou le Japon, le déficit de la balance commerciale automobile française trahit le choix fait par les constructeurs français de faire migrer leurs outils de production vers des pays à plus fort potentiel de consommation, mais pas seulement Source CCFA : croissance des ventes entre 2003 et 2010 W : % à 6 % de part de marché Ford : % à 5 % de part de marché Fiat : % à 4 % de part de marché Dacia : multiplié par 10 (entre 2005 et 2010) à 4 % de part de marché Total France Total étranger PSA Peugeot Citroën (axe droit) Renault (axe droit) 12 PwC

13 Autrefois gros contributeurs à la croissance de l excédent commercial, ces derniers approvisionnent de plus en plus le marché national en produits de provenance étrangère, et plus particulièrement des pays à faible coût de main d œuvre - notamment d Europe de l Est - pour assembler leurs véhicules à faible marge, comme les petits modèles. Ainsi les voitures françaises phares comme les Renault Clio et Twingo ou encore la Peugeot 207 sont assemblées pour tout ou partie en Turquie, Slovénie et Slovaquie. Ces petites «passe-partout» citadines dont les consommateurs français sont friands passent désormais de plus en plus du côté «importation» de la balance. Le deuxième facteur concerne l impact du bonus/malus écologique. Même si les constructeurs français ont considérablement réduit les moyennes d émissions de leurs plus gros véhicules, l abaissement graduel du niveau d émission de CO 2 pour prétendre à la subvention est toujours largement favorable aux petits véhicules de gamme «économique et inférieure» faiblement émetteurs de CO 2. A cela s ajoute le succès de la prime à la casse. Celle-ci, accordée aux seules voitures émettant moins de 160g de CO 2 /km, visait essentiellement les voitures «moyennes inférieures» et «économiques» dont la production sur le sol français s est considérablement réduite. Le troisième facteur résulte de la difficulté des constructeurs français, dont les parts de marché s érodent, à se placer sur un marché mature dont les exigences de consommation sont contrastées. Les voitures françaises ont souvent été considérées comme des voitures de fiabilité et finition moyenne, possédant néanmoins de réelles qualités. La montée en puissance des ventes de voitures allemandes, réputées pour leur fiabilité et la qualité de leur assemblage, montre le souhait d une partie des consommateurs de se tourner vers des voitures légèrement plus chères mais à la réputation plus fiable. Pour faire face à cette nouvelle concurrence, les deux constructeurs français ont abordé les problèmes de manière différente. Tous deux ont intensifié les lancements produits destinés à réveiller des gammes vieillissantes à la fois très dépendantes de best-sellers tels que la Peugeot 207 ou les Renault Mégane et Clio, et pour certaines inadaptées au marché Peugeot 1007 ou Renault Vel Satis. En revanche, ils ont fait un choix différent en termes de gamme. De son côté, le groupe PSA a amorcé une volonté de monter en gamme i.e. gamme DS tandis que le groupe Renault a souhaité prendre deux chemins : celui de revenir à l essentiel, en proposant au marché des véhicules low-cost de bonne facture et celui d offrir au consommateur des véhicules nouvelle génération électriques et financièrement abordables. L attrait croissant des consommateurs pour les véhicules low-cost ne contribuera pas à améliorer la balance commerciale française. France - Balance commerciale Industrie automobile (en milliards d euros courants) Source : INSEE 11,6 12,2 8,8 5,6 0,8-3,5-5, Exportations solde (axe droit) Solde (axe droit) 6 Source : INSEE Résultat en demi-teinte pour la prime à la casse et le bonus/malus écologique en France 13

14 Un coût de 2,2 milliard d euros, hors effets positifs induits, pour un bilan mitigé

15 En France, le poids de l industrie automobile décroît, mais le secteur reste clé pour l économie française Le secteur automobile touche 10 % de la population active en France Secteur majeur de l économie française, la filière automobile l est tant par le nombre d emplois qu elle engendre que par son impact sur les finances publiques, notamment au travers de la TVA ou encore sur les investissements en matière de R&D. Fin 2008, près d 1,17 million de personnes travaillaient directement pour la filière automobile en France : travaillaient dans l industrie (construction de véhicules, fabrication de carrosseries et remorques, fabrication d équipements) et travaillaient dans le commerce (commerce et réparation de véhicules et d équipements). Ainsi, 4,51 % de la population active française ayant un emploi dépendait directement de la filière automobile. En additionnant les secteurs dépendant indirectement de la filière, ce chiffre atteint près de 2,5 millions de salariés, représentant ainsi près de 10 % de la population active ayant un emploi. Cependant, l industrie automobile n a cessé de voir ses effectifs 7 diminuer depuis les années Entre 2000 et 2008, elle a supprimé au total plus de postes : pour la fabrication de carrosseries et de remorques et pour la construction automobile. Seul le secteur de la fabrication d équipement automobile a vu ses effectifs augmenter de postes sur la période. Sur cette même période, cette baisse de 3,9 % des effectifs est restée contenue. France - Ventes automobiles corrigées des variations saisonnières et ventes annuelles Source : Autofacts Millions 2,9 2,7 2,5 2,3 2,1 1,9 1,7 janv. -04 mai-04 sept.-04 janv. -05 mai-05 sept.-05 janv. -06 mai-06 sept.-06 janv. -07 mai-07 sept.-07 janv. -08 mai-08 sept.-08 janv. -09 mai-09 sept.-09 janv. -10 mai-10 sept.-10 janv. -11 mai-11 sept.-11 Ventes annuelles ajustées des variations saisonnières Ventes annuelles 7 Effectifs = personnel occupé (source : Eurostat) Résultat en demi-teinte pour la prime à la casse et le bonus/malus écologique en France 15

16 Le choix de deux aides soutenant davantage les ventes automobile que la production sur le sol national, mais stimulant la R&D Forte progression des ventes après la crise avec un pic à 2,3 millions d unités en 2009 L histoire se répète. L association des deux aides a déréglé le marché. Alors que les ventes annuelles de voitures particulières en France se maintiennent depuis 2004 autour des 2 millions de véhicules légers vendus, l introduction des aides de l État a bouleversé la tendance, augmentant le niveau annuel de plus de unités. Bien que les aides françaises aient permis de contenir la baisse des ventes de voitures amorcée fin 2008, cellesci ne peuvent pas cacher la réalité : la France est un marché de renouvellement. La récente crise économique a mis au jour une économie mondiale en pleine mutation. Les faibles variations en matière de densité automobile pour des pays tels que la France (seulement +6% entre 2000 et 2009 à 598/1000) ou l Allemagne (recul de près de 3% à 538/1000), confirment cet état de fait. Ce type d aides induit toujours des effets pervers. Ayant soutenu essentiellement les ventes de voitures citadines, à des prix souvent faibles, les concessions automobiles ont en partie vu leurs marges fondre. Incitant les consommateurs à réaliser tout de suite un acte d achat qui pouvait être prévu dans le futur, la période suivant la suppression de l aide connaît nécessairement une baisse des ventes. La diminution progressive de la prime à la casse a permis de lisser cette baisse. Cependant rappelons que le mois suivant la suppression de la Balladurette ou de la Jupette les ventes s étaient effritées respectivement de 15,1 % et 25,7 %. L efficacité de cette mesure dégressive ne pourra réellement être constatée qu au cours des trois derniers trimestres Les ventes des mois d avril et mai 2011, ayant enregistré un recul de 6,8 % et 8,3 % respectivement par rapport à l année précédente et à nombre de jours ouvrables comparables (période pendant laquelle les subventions était plus élevées), donnent le ton. Baisse du «Made in France» et augmentation de la production à l étranger La prime à la casse et le bonus / malus écologique ont favorisé la réduction rapide des stocks des constructeurs et permis à la production de repartir, limitant ainsi les fermetures temporaires d usines ou les réductions d effectifs pendant la période de crise. Cependant elles ont clairement privilégié la catégorie de véhicule «économique et inférieure», dont une grande partie de la production est effectuée à l étranger. La diminution des capacités de production en France résulte du fait que les constructeurs cherchent à adapter leur outil industriel à un marché en décroissance. La construction de nouvelles usines à l étranger n a pas pour unique vocation de profiter de coûts d exploitation plus faibles et d une fiscalité probablement plus attrayante, mais leur permet surtout d être au plus près du consommateur final sur des marchés porteurs, diminuant ainsi les coûts logistiques et les niveaux de stocks. Le modèle économique des constructeurs automobiles n a pas changé depuis la première Ford T, sortie des usines de Detroit en Ce sont les volumes, et par conséquent les économies d échelles, qui tirent l industrie. Les constructeurs cherchent tous à implanter leur production au plus proche des zones de consommation, notamment les BRIC et pays d Europe de l Est. En effet, entre 2000 et 2009, la densité automobile en Chine a augmenté de 217 % pour atteindre 38/1000, de 74 % en Pologne (497/1000) ou encore de 59 % en Turquie (134/1000). Outre leur potentiel de croissance encore important, ces pays présentent l avantage d un coût de main d œuvre faible, et de frontières permettant d approvisionner les pays en développement proches comme les marchés matures. C est le pas qu ont pris certains constructeurs, notamment français, en implantant des usines locales destinées essentiellement à produire des véhicules de segment A, B voire C - véhicules moyens inférieurs - en raison d un pouvoir d achat local encore limité. Compte tenu de ces changements, entre 2000 et 2009, la France a vu ses capacités de production automobile diminuer de unités. Cette baisse est essentiellement due au transfert de la production de véhicule de segment A, B et C dans les pays d Europe de l Est, Turquie et Espagne, ce dernier pays devançant désormais la France en matière de production automobile sur le plan mondial. La période de croissance de la consommation automobile entre 2000 et 2002 avait conduit à une augmentation des capacités de production françaises de unités. Depuis les capacités n ont cessé de s effriter, la période ayant absorbé plus de 80 % de l augmentation, pour connaitre à partir de 2008 une diminution plus importante encore. Les débuts de crise en 2008 avaient sonné le début des changements stratégiques des constructeurs, avec une réadaptation des capacités de production à la situation économique et au niveau réel de la consommation nationale. Ainsi, sur les seules années 2008 et 2009, les usines françaises ont perdu unités par rapport à PwC

17 En 2010, le Top 10 des immatriculations françaises, dominé uniquement par des modèles des deux groupes français, représentait 36 % des 2,25 millions d immatriculations françaises, soit près de unités 8. Ces voitures «françaises» le sont-elles vraiment? La réponse : oui, mais Plus de 55 % de ce Top 10, majoritairement des véhicules de segment C et inférieurs, a la particularité d être produit à plus de la moitié 9 hors de l hexagone. Plan de soutien à l industrie : comparaison par rapport au voisin allemand Les deux gouvernements français et allemand ont dépensé respectivement plus de 2 et 5 milliards d euros pour soutenir la filière automobile. Outre le coût, quels éléments distinguent les deux plans d aides? En France, est-il toujours aussi légitime de lancer de coûteux programmes de prime à la casse destinés à soutenir les ventes et indirectement à financer le fonctionnement d usines étrangères? Pourquoi notre voisin d outre-rhin a-t-il dépensé autant? unités entre 2000 et Par conséquent, il apparaît plus légitime de soutenir un tel programme dans la mesure où celui-ci, certes particulièrement coûteux, a profité majoritairement à l économie nationale. Malgré un surcoût de 3 milliards d euros, le retour sur investissement pour l industrie automobile allemande paraît par conséquent meilleur que celui de la France dans la mesure où l argent publique retournait dans le circuit national. Une R&D stimulée pour réduire, poids, consommation et émission de CO 2 Associée aux différents dispositifs français et européens, la «prime à la casse» a contribué à améliorer le bilan France - Évolution des émission s de CO 2 et gaz nocifs Source : CCFA d émission de CO 2 du parc automobile français. En effet, alors qu entre 2008 et 2009 le nombre d immatriculations augmentait de 5,4 %, à 2,68 millions de véhicules, les émissions de CO 2 reculaient de 0,84 %, de 119 à 118 millions de tonnes. Les efforts réalisés par les constructeurs, mais également par l ensemble des acteurs de la chaîne de valeur automobile, ont été malgré tout essentiellement incités par la perspectives des nouvelles normes européennes, visant à réduire les émissions de gaz nocifs pour les véhicules légers, et surtout par l apparition de pénalités en cas de non respect des limites d émissions autorisées. En effectuant une analyse identique à celle du Top 10 français, le Top 10 allemand représentait, en 2010, 31,5 % des 2,76 millions d immatriculations, soit voitures 10. A l image du marché français, il est uniquement composé de marques nationales. Les ressemblances s arrêtent là. En effet, contrairement aux constructeurs français, dans ce Top 10, 24 % des immatriculations étaient assemblées à plus de la moitié à l étranger, contre 55 % pour la France, soit près de 21 points de moins! Alors que l hexagone voit ses capacités de production diminuer, l industrie automobile allemande connaît un développement remarquable, tout en conservant sur son sol un niveau élevé de production, avec une capacité de production en augmentation de 2,600 2,400 2,200 2,000 1,800 1,600 1,400 1,200 1, (e) CO2 en million de tonnes (axe droit) NOx* PM10 : particules* CO* COVNM* * en milliers de tonnnes 8 Source : Autoinfos.com via AAA 9 Source : Autofacts 10 Source : KBA Résultat en demi-teinte pour la prime à la casse et le bonus/malus écologique en France 17

18 Suite à la proposition de la Commission faite le 15 février 2011, les véhicules utilitaires légers ou VUL - véhicules destinés au transport de marchandises et dont le poids n excède pas 3,5t - seront également soumis à des règles plus strictes en matière de rejets de CO 2, à partir de La proposition s inspire du règlement européen (CE) n 443/2009 en vigueur pour les voitures particulières. Nous détaillons les dispositions ci-dessous : VP Niveau moyen d émission pour une flotte fixée en 2015 par le règlement : 130g/km Pénalités de 2012 à 2018 par gramme de CO 2 excédant la limite autorisée % des émissions pour la flotte de VP vendus sont prises en 5 pour le 1 er gramme compte % 15 pour le 2 e gramme % 25 pour le 3 e gramme % 95 pour le 4 e gramme et plus Niveau moyen d émission pour une flotte fixée en 2020 par le A partir de 2019, 95 dès le 1 er gramme règlement : 95g/km VUL Niveau moyen d émission pour une flotte fixée en 2016 par le règlement : 175g/km Pénalités de 2014 à 2018 par gramme de CO 2 excédant la limite autorisée % des émissions pour la flotte de VUL vendues sont prises en 5 pour le 1 er gramme compte % 15 pour le 2 e gramme % 25 pour le 3 e gramme 120 pour le 4 e gramme et plus Limite fixée en 2020 par le règlement : 135g/km (après étude de faisabilité de 2012) A partir de 2019, 120 dès le 1 er gramme Source : commission européenne Incités par les pénalités à venir dans le cadre de la réglementation européenne, et par le système de bonus/malus écologique français, les constructeurs réduisent le niveau d émission de leur véhicules - particulièrement ceux de segments intermédiaire (segment C) et supérieur- et développent de nouvelles motorisations. Plusieurs avantages en ressortent : des consommations et des rejets toxiques moindres, et l incitation à ne pas prendre de pénalité pour éviter de la répercuter sur le consommateur dans le prix des véhicules. Dans le cadre de cette réglementation, les constructeurs de véhicules particuliers (VP) sont incités à investir dans de nouvelles technologies via des bonus encourageant les véhicules peu polluants. Ainsi, pour le calcul du niveau moyen d émission de CO 2 par marque, les voitures particulières dont les émissions seront inférieures à 50g/ km représenteront un poids supérieur à 1 (voir tableau ci-contre). Cela leur permettra de compenser la sur-pollution de certaines voitures de leur gamme. Pour profiter du système entrant en vigueur dès 2012, les constructeurs présents sur le sol européen doivent être réactifs. Le règlement de la commission leur offre la possibilité, pour respecter leurs objectifs en matière d émissions spécifiques, de constituer des «groupements». C est pourquoi de nouveaux calculs stratégiques entre constructeurs apparaissent, faisant émerger de nombreux partenariats, à l image sur les véhicules électriques de PSA avec Mitsubishi ou encore Daimler et Renault. L objectif de tous est de réduire rapidement le poids CO 2 de leurs gammes. Un VP dont les émissions de CO 2 sont inférieures à 50g/km équivaudra à : voitures voitures voitures voitures voiture 18 PwC

19 Développement de nouvelles motorisations thermiques et premiers virages vers l électrification Optimisation des moteurs thermiques Pour atteindre ces objectifs, les constructeurs mettent en premier lieu l accent sur l innovation technologique des moteurs thermiques, qui représenteront toujours, d après Autofacts, 95 % de la production mondiale en L hybride représentera quant à lui 4 % de la production sur cette même période. Néanmoins, ce recours à l énergie électrique ne peut que progresser pour répondre aux futures exigences réglementaires, toujours plus restrictives en termes d émissions de gaz carbonique. C est ainsi que de nombreux motoristes cherchent à réduire la cylindrée de leurs moteurs tout en offrant des performances équivalentes voire meilleures, ceci notamment par un recours plus important à la turbocompression, à l injection directe (notamment pour les moteurs essence) ou encore au développement de la compression variable permettant l utilisation de tout carburant indifféremment. Les constructeurs français, très reconnus pour la performance leurs petits moteurs quatre cylindres, voient leurs marques vedettes progressivement attaquées par des constructeurs allemands en forme et en quête de diminution de la cylindrée de leurs voitures. Emergence des premiers modèles électrifiés en France Sans nécessairement savoir quelle technologie prendra le dessus dans les prochaines années, nombreux sont les constructeurs à s être orientés vers une électrification de véhicules existants ou la création de véhicules 100% électriques issus de recherches spécifiques. L année 2010 a été marquée, en France, par le lancement des cousines françaises de la Mitsubishi i-miev la Peugeot ion et la Citroën C-Zéro et par l annonce de l arrivée en concession en 2011 et 2012 de modèles Renault, respectivement la Twizy puis les Zoé, Kangoo ZE ou encore Fluence ZE. Les constructeurs sont différents et leurs stratégies aussi. Ainsi, compte tenu du surcoût lié à l insertion d une batterie dans le véhicule et au problème d autonomie des voitures 100% électrique, il est fort probable de voir d abord émerger les technologies hybrides, pour lesquelles les batteries sont plus petites, pour ensuite arriver vers les 100 % électriques. En matière de véhicules électrifié, rappelons les principales solutions proposées ou à l essai : hybride plug-in hybride 100 % électrique Malgré les efforts du gouvernement français pour promouvoir ce type de véhicules, de nombreuses barrières doivent encore être levées. Parmi les 5 principales barrières au développement, le point le plus critique concerne les infrastructures de recharge, alors que des progrès notables ont été réalisés dans d autres domaines : l approvisionnement des minerais nécessaires à la fabrication des batteries, la rapidité du développement de prises électriques communes, le contournement des coûts prohibitifs des batteries par de la location et enfin une autonomie suffisante pour assurer des trajets quotidiens domicile-travail. «Le déploiement rapide des véhicules électriques ne pourra se faire qu à la condition de l établissement d un cadre normatif mondial, ou au moins régional, en matière de prise de recharge, et du développement homogène des infrastructures» insiste François Jaumain, associé de PwC. En France, la prime à la casse - dans une certaine mesure - mais surtout les bonus écologiques de 5000 ont poussé les ventes de voitures électriques et hybrides. Cependant, seuls 980 véhicules légers immatriculés en 2010 étaient 100 % électriques, soit 0,037 % du total des immatriculations de l année. Résultat en demi-teinte pour la prime à la casse et le bonus/malus écologique en France 19

20 Les deux dispositifs se transforment en «poids lourds» pour les finances publiques Prime à la casse et bonus/malus écologique, des dispositifs financièrement non équilibrés La relance des ventes automobiles favorisée par la prime à la casse et le bonus/malus écologique a profité à de nombreux secteurs, en tête desquels les assureurs et les distributeurs automobiles. Mais à quel prix? La prime à la casse a aidé près d 1,2 millions d acheteurs à renouveler leur automobile. Prévue initialement pour la seule année 2009 et pour acheteurs, elle a été prolongée jusqu au 31 décembre Sur la seule année 2009, primes ont été accordées et près de autres ont été accordées l année suivante. Ainsi, à fin Août 2010, le budget de la prime à la casse avait été dépassé de 720 millions d euros, à 940 millions d euros. Nous pouvons donc estimer que le cap du milliard d euros a été dépassé à la fin A cela s ajoute le coût du bonus/malus écologique mis en place début janvier 2008 dans le cadre du Grenelle de l Environnement. Le système avait été conçu pour s équilibrer entre les bonus octroyés et les malus encaissés. Mais c est sans compter l effet d aubaine saisi par l ensemble des consommateurs soutenus par des campagnes publicitaires intensives de la part des constructeurs. Ainsi, d après nos estimations 11, sur la seule année 2008, l État français a enregistré un déficit de 285 millions d euros. Durant l année 2009, le coup pour les finances publiques fut plus douloureux. Le système leur a coûté cette année là plus de 618 millions d euros, les ménages ayant pu cumuler les deux aides. L augmentation des contraintes d émission de CO 2 et l élargissement de la zone neutre ont permis à l État de limiter à 287 millions d euros le déficit, en Par conséquent, sur les trois années pleines de mise en place du système, près d 1,2 milliards d euros ont été mobilisés par l État. Ainsi, entre 2008 et 2010, malgré un climat économique morose et une situation des finances publiques plus que controversée, le soutien français au secteur automobile aura coûté plus de 2,2 milliards d euros au contribuable français. De nombreux corps de métiers ont pu profiter de cette augmentation des ventes, mais nous ne pouvons cesser de penser qu une part importante des voitures vendues fut des citadines produites à l étranger. mais un gain direct pour l État : la TVA, pour compenser les déficits des deux dispositifs incitatifs, sans oublier les gains indirects Un tel constat doit cependant être nuancé. En effet, à chaque vente de véhicule particulier réalisée, l État perçoit 19,6 % de TVA. Malgré les politiques commerciales adoptées par les constructeurs et fondées sur des offres des prix très agressives, l État en maintenant le marché automobile à flot, est également parvenu à stabiliser ses rentrées de TVA. Sans ces aides, la baisse des ventes automobiles et celles des recettes de TVA étaient inéluctables. Ainsi en 2009, les ventes de véhicules particuliers s élevaient à 2,269 millions de véhicules, en augmentation de 10,6% par rapport à Les prévisions début 2009 du CCFA en matière de ventes de voitures particulières pour 2009 s élevaient à un niveau proche de celui de 2008 (2,050 millions). Le surplus de TVA que l État français a engrangé en mettant en place ces deux systèmes incitatifs peut être estimé. Ainsi les ventes réelles de 2009 ont été supérieures de unités comparées aux prévisions. A raison d un prix moyen en 2009 pour les véhicules particuliers de HT, le surplus de TVA encaissé par l État pour la seule année 2009 avoisinnerait les 730 millions d euros. Compte tenu de la situation économique morose, la prévision des ventes en 2010 n auraient guère dépassé celles de En estimant celles-ci à 2,11 millions d unités pour 2010 et tenant compte d un prix moyen de HT, les ventes réelles de 2010 (2,252 millions d unités) auraient été supérieures de plus de unités par rapport à ces dernières prévisions, portant ainsi le surplus de TVA, tiré de ces ventes supplémentaires pour l année 2010, à près de 500 millions d euros. Sur les deux années, l État français aurait encaissé près 1,23 milliards d euros, compensant à plus de la moitié les dépenses engendrées par les deux systèmes d aides. N oublions pas non plus les effets indirects de l augmentation des ventes de voitures sur l économie française. Parmi ceux-ci, les assureurs et les sociétés de financement ont pu profiter de l augmentation des ventes. La facture énergétique de la France se voit contenue grâce au remplacement de vieux véhicules par des nouveaux moins gourmands en carburant. Elles ont également permis de maintenir de nombreux sous-traitants automobile en activité et limiter le nombre de faillites et par voie de conséquence soutenir l emploi. Mais difficile de dire si tous ces gains compensent l ensemble des dépenses générées. 11 Source : données AAA - Traitement : autoactu.com 12 Source : R.L. Polk - Traitement : Autoactu.com 20 PwC

Incitations à l acquisition de véhicules neufs moins polluants en 2014

Incitations à l acquisition de véhicules neufs moins polluants en 2014 Incitations à l acquisition de véhicules neufs moins polluants Incitations à l acquisition de véhicules neufs moins polluants en 2014 2014 PREAMBULE Afin d inciter les particuliers, les entreprises et

Plus en détail

CO2, Gaz à effet de serre, Economie de carburant

CO2, Gaz à effet de serre, Economie de carburant CO2, Gaz à effet de serre, Economie de carburant Priorité n 1 en Europe Andre Douaud Ancien Directeur Technique Constructeurs Français Automobiles CCFA À Rabat, Avril 2010 CO2 et Energie les données du

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

Des économies dans les transports avec l écologie

Des économies dans les transports avec l écologie Première Partie Des économies dans les transports avec l écologie Le secteur des transports (passagers et marchandises) consomme déjà plus d un tiers de l énergie en France. La propension à consommer de

Plus en détail

01-2014 Brochure ALD ELECTRIC PART OF ALD NEWMOBILITY

01-2014 Brochure ALD ELECTRIC PART OF ALD NEWMOBILITY 01-2014 Brochure ALD ELECTRIC PART OF ALD NEWMOBILITY 1 Brochure ALD electric INTRODUCTION Notre offre ALD electric se compose d une gamme très complète de véhicules électriques comprenant des hybrides

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES Version du 07/10/2014 à 08:46:13 PROGRAMME 791 : CONTRIBUTION AU FINANCEMENT DE L ATTRIBUTION D AIDES À

Plus en détail

Sdem50. Projet de déploiement d infrastructures de recharge sur le département de la Manche. Communauté de communes de Sèves-Taute le 7 octobre 2014

Sdem50. Projet de déploiement d infrastructures de recharge sur le département de la Manche. Communauté de communes de Sèves-Taute le 7 octobre 2014 Sdem50 Projet de déploiement d infrastructures de recharge sur le département de la Manche Communauté de communes de Sèves-Taute le 7 octobre 2014 Un peu d histoire Les prémices du véhicule électrique

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L'ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L'ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L'ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES Version du 06/10/2015 à 11:22:17 PROGRAMME 791 : CONTRIBUTION AU FINANCEMENT DE L'ATTRIBUTION D'AIDES À

Plus en détail

GUIDE FISCAL. L essentiel de la fiscalité liée à l achat et à l utilisation professionnelle d une automobile. Guide offert par FAL Fleet Services

GUIDE FISCAL. L essentiel de la fiscalité liée à l achat et à l utilisation professionnelle d une automobile. Guide offert par FAL Fleet Services GUIDE FISCAL L essentiel de la fiscalité liée à l achat et à l utilisation professionnelle d une automobile. «Document à titre indicatif. La responsabilité de FAL Fleet Services ne pourra pas être engagée

Plus en détail

L'AUTOMOBILE DU FUTUR

L'AUTOMOBILE DU FUTUR L'AUTOMOBILE DU FUTUR CFM 2013 Bordeaux 26 aout 2013 Paul PARNIERE AUTOMOBILE = PRODUIT *Grand public *Fort contenu technologique et industriel *Mobilité individuelle *Nuisances globales et locales. NOMBRE

Plus en détail

Chaîne de valeur de l industrie automobile: une opportunité pour les équipementiers

Chaîne de valeur de l industrie automobile: une opportunité pour les équipementiers Automobile Chaîne de valeur de l industrie automobile: une opportunité pour les équipementiers Jacques aschenbroich Directeur général de Valeo Un équilibre nouveau s annonce dans l industrie automobile.

Plus en détail

Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française. Dossier de presse

Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française. Dossier de presse Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française Dossier de presse Octobre 2014 Après de trop longues années de crise, un léger vent d optimisme souffle enfin sur notre industrie automobile.

Plus en détail

2 nd semestre. Synthèse de l étude D3 Parcours Analyse de la fidélité des clients par marque. En partenariat avec

2 nd semestre. Synthèse de l étude D3 Parcours Analyse de la fidélité des clients par marque. En partenariat avec 2 nd semestre 2014 Synthèse de l étude D3 Parcours Analyse de la fidélité des clients par marque En partenariat avec Note de synthèse 1 +33 6 87 70 31 12 1. Cadre général L étude D3 Parcours est réalisée

Plus en détail

Automobile : des mutations nécessaires

Automobile : des mutations nécessaires Automobile : des mutations nécessaires Sommaire Production automobile mondiale : état des lieux 4 Tendance court terme. Une industrie automobile mondiale en croissance, une Union Européenne ralentie 5

Plus en détail

Règlementation européenne sur les émissions de CO2 des véhicules particuliers

Règlementation européenne sur les émissions de CO2 des véhicules particuliers Règlementation européenne sur les émissions de CO2 des véhicules particuliers Ø Des retombées positives pour l environnement et le climat, les automobilistes et l emploi. Contexte En 2009, l Union Européenne

Plus en détail

Incitations financières véhicules 2013

Incitations financières véhicules 2013 Marque : Consommation de carburant C02 inférieures ou égales à 100 g/km de 101 à 120 g/km VOITURE Énergie : Essence Les déplacements Comprendre Incitations financières véhicules 2013 Pour des véhicules

Plus en détail

Consommation de flotte (1989 2012)

Consommation de flotte (1989 2012) Bases et méthodologie de comparaison L Association des importateurs suisses d automobiles «auto-suisse» établit chaque année la consommation moyenne des voitures de tourisme vendues appelée consommation

Plus en détail

Incitations financières véhicules 2014

Incitations financières véhicules 2014 Marque : Consommation de carburant C02 inférieures ou égales à 100 g/km de 101 à 120 g/km VOITURE Énergie : Essence Les déplacements Comprendre Incitations financières véhicules 2014 Pour des véhicules

Plus en détail

Evolution de la fiscalité des carburants

Evolution de la fiscalité des carburants Evolution de la fiscalité des carburants Comité pour la fiscalité écologique 16 mai 2013 Scénarios étudiés Scénario 1 : alignement complet de la TICPE gazole sur le super (18 c /l) sur 9 ans (2 c /l/an),

Plus en détail

Synthèse de l étude ADEME "2 roues motorisés Euro3 : progrès environnementaux et comparaison à l automobile"

Synthèse de l étude ADEME 2 roues motorisés Euro3 : progrès environnementaux et comparaison à l automobile mai 2007 Synthèse de l étude ADEME "2 roues motorisés Euro3 : progrès environnementaux et comparaison à l automobile" Contexte de l étude La mise en application de la nouvelle étape réglementaire Euro3

Plus en détail

Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages

Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages François MOISAN Directeur exécutif de la stratégie et de la recherche Directeur scientifique ADEME Agence de l environnement

Plus en détail

SECTEUR AUTOMOBILE SUR UNE NOUVELLE VOIE

SECTEUR AUTOMOBILE SUR UNE NOUVELLE VOIE PRODUCTIVITÉ RESPONSABLE ENVIRONNEMENT AUTOMOBILES SECTEUR AUTOMOBILE SUR UNE NOUVELLE VOIE PAR MARK CARDWELL PHOTOS ATLAS COPCO/ISTOCKPHOTO/GEELY Àl heure où les économies mondiales se relèvent de la

Plus en détail

Immatriculation. Quand une voiture doit-elle être immatriculée? Qui peut immatriculer une voiture?

Immatriculation. Quand une voiture doit-elle être immatriculée? Qui peut immatriculer une voiture? Immatriculation Quand une voiture doit-elle être immatriculée? En Belgique, un véhicule (neuf ou d occasion) doit être immatriculé dès sa mise en circulation sur la voie publique. De même, et pour être

Plus en détail

Collège Avril 2015. Mise en service de l infrastructure de recharge de véhicules électriques sur le département des Hautes-Alpes

Collège Avril 2015. Mise en service de l infrastructure de recharge de véhicules électriques sur le département des Hautes-Alpes Collège Avril 2015 Mise en service de l infrastructure de recharge de véhicules électriques sur le département des Hautes-Alpes Contexte et enjeux Les enjeux du véhicule électrique sont multiples : Réduire

Plus en détail

B. Le pouvoir fiscal des Régions dans la loi spéciale de financement

B. Le pouvoir fiscal des Régions dans la loi spéciale de financement Octobre 2011. 15.681 S I G N E S LA FISCALITÉ AUTOMOBILE Infanti Gianni A. La structure de la Belgique Fédérale Depuis 1993, l article 1 er de la Constitution définit la Belgique comme «un Etat fédéral

Plus en détail

PuBLi DOssieR. 10 conseils pour optimiser sa flotte automobile. le contexte économique pousse à la réduction des dépenses.

PuBLi DOssieR. 10 conseils pour optimiser sa flotte automobile. le contexte économique pousse à la réduction des dépenses. PuBLi DOssieR publi-information octobre 2013 10 conseils pour optimiser sa flotte automobile réalisation : - 01 43 20 10 49 / Photo : istockphoto.com le contexte économique pousse à la réduction des dépenses.

Plus en détail

D3 Parcours. 1 er semestre 2015. Synthèse de l étude Bilan fidélité et conquête dans l automobile. En partenariat avec

D3 Parcours. 1 er semestre 2015. Synthèse de l étude Bilan fidélité et conquête dans l automobile. En partenariat avec D3 Parcours 1 er semestre 2015 Synthèse de l étude Bilan fidélité et conquête dans l automobile En partenariat avec 1. Cadre général L étude complète D3 Parcours est réalisée à partir des données extraites

Plus en détail

ECONOMIE D ENERGIE DES APPAREILS ELECTROMENAGERS : POURQUOI PAYER PLUS POUR CONSOMMER MOINS? ENQUETE ET PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR

ECONOMIE D ENERGIE DES APPAREILS ELECTROMENAGERS : POURQUOI PAYER PLUS POUR CONSOMMER MOINS? ENQUETE ET PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR ECONOMIE D ENERGIE DES APPAREILS ELECTROMENAGERS : POURQUOI PAYER PLUS POUR CONSOMMER MOINS? ENQUETE ET PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR L enquête L UFC-Que Choisir vient de réaliser une enquête sur les

Plus en détail

Quelle est la Mobilité du Futur? January 2012 Nicolas Meilhan Consultant Principal, Frost & Sullivan

Quelle est la Mobilité du Futur? January 2012 Nicolas Meilhan Consultant Principal, Frost & Sullivan Quelle est la Mobilité du Futur? January 2012 Nicolas Meilhan Consultant Principal, Frost & Sullivan Avril 2014 7 défis majeurs sont à prendre en compte pour concevoir la mobilité de demain les émissions

Plus en détail

Enjeux et défis des émissions de CO 2 pour l industrie automobile

Enjeux et défis des émissions de CO 2 pour l industrie automobile Enjeux et défis des émissions de CO 2 pour l industrie automobile Philippe Schulz Direction Plan Environnement Dexia Securities «Les suites du Grenelle de l Environnement» 20 Mai 2008 Trois préoccupations

Plus en détail

Évolution du budget automobile des ménages français depuis 1990 1

Évolution du budget automobile des ménages français depuis 1990 1 N 14 Avril 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Évolution du budget automobile des ménages

Plus en détail

Votation populaire du 23 septembre 2012 sur l'imposition des véhicules routiers

Votation populaire du 23 septembre 2012 sur l'imposition des véhicules routiers 1 Conférence de presse de la Direction de la police et des affaires militaires du 04.09.2012 Votation populaire du 23 septembre 2012 sur l'imposition des véhicules routiers Conférence de Hansulrich Kuhn,

Plus en détail

Collectivités et Mobilité durable

Collectivités et Mobilité durable Collectivités et Mobilité durable ENERG & TIC 3 26 mars 2013 Collectivités et Mobilité durable OBJECTIF DE L ATELIER : contribuer au développement de la mobilité durable dans les territoires Partager et

Plus en détail

7 ASTUCES POUR L ACHAT DE VOTRE FUTURE VOITURE. Présenté par Transpoco

7 ASTUCES POUR L ACHAT DE VOTRE FUTURE VOITURE. Présenté par Transpoco 7 ASTUCES POUR L ACHAT DE VOTRE FUTURE VOITURE Présenté par Transpoco Après un énième passage chez le garagiste en moins de deux mois, vous avez décidez qu il était temps de vous séparer de votre vieille

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

Analyse de la position allemande

Analyse de la position allemande Note du Réseau Action Climat - Mars 2013 Analyse de la position allemande Super crédits : le diable se cache dans les détails Contexte En juillet 2012, la Commission publie sa proposition de révision du

Plus en détail

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET 3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET L ENVIRONNEMENT 3.1 Contexte et tendances L atteinte de l indépendance énergétique est une priorité gouvernementale. Cet objectif sera appuyé par plusieurs politiques,

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Arnaud Montebourg. Michel Sapin. Mercredi 25 juillet 2012. Ministre du Travail, de l Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social

Arnaud Montebourg. Michel Sapin. Mercredi 25 juillet 2012. Ministre du Travail, de l Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social Arnaud Montebourg Ministre du Redressement productif Michel Sapin Ministre du Travail, de l Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social Mercredi 25 juillet 2012 MINISTÈRE DU REDRESSEMENT

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

FICHE FISCALITE 2014 LA FISCALITÉ AUTOMOBILE : GÉNÉRALITÉS & SPÉCIFICITÉS POUR LES VÉHICULES PARTICULIERS MÉMENTO SUR LA FISCALITÉ AUTOMOBILE.

FICHE FISCALITE 2014 LA FISCALITÉ AUTOMOBILE : GÉNÉRALITÉS & SPÉCIFICITÉS POUR LES VÉHICULES PARTICULIERS MÉMENTO SUR LA FISCALITÉ AUTOMOBILE. FICHE FISCALITE 2014 MÉMENTO SUR LA FISCALITÉ AUTOMOBILE Page 1 SOMMAIRE LES AVANTAGES EN NATURE :... 3 2 modes de calcul :... 3 Mode n 1 : le calcul selon les dépenses au réel :... 3 Mode n 2 : le calcul

Plus en détail

Une conduite souple, rationnelle et sécuritaire pour le bien des usagers, de leur véhicule et de notre environnement

Une conduite souple, rationnelle et sécuritaire pour le bien des usagers, de leur véhicule et de notre environnement Une conduite souple, rationnelle et sécuritaire pour le bien des usagers, de leur véhicule et de notre environnement Quelle voiture achetée? Carburation : les nouveaux diesel sont plus «propres» que les

Plus en détail

NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR. Aspects financiers

NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR. Aspects financiers Luxembourg, le 8 novembre 2013 NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR Aspects financiers Volet 2 : Aides financières dans le domaine de la promotion des énergies renouvelables et de l efficacité énergétique

Plus en détail

LA COLLECTE DE DÉPÔTS, UNE ACTIVITÉ STRATÉGIQUE POUR RCI BANQUE. 2012 : 893 MILLIONS D ENCOURS A FIN DÉCEMBRE POUR LE LIVRET ZESTO

LA COLLECTE DE DÉPÔTS, UNE ACTIVITÉ STRATÉGIQUE POUR RCI BANQUE. 2012 : 893 MILLIONS D ENCOURS A FIN DÉCEMBRE POUR LE LIVRET ZESTO 1 LA COLLECTE DE DÉPÔTS, UNE ACTIVITÉ STRATÉGIQUE POUR RCI BANQUE. 2012 : 893 MILLIONS D ENCOURS A FIN DÉCEMBRE POUR LE LIVRET ZESTO Le 16 février 2012, RCI Banque a lancé en France le livret d épargne

Plus en détail

L innovation disruptive,

L innovation disruptive, Octobre 2013 une nécessité pour l industrie aéronautique Les constructeurs aéronautiques font face à une compétition technologique et commerciale toujours plus intense dans un environnement de complexité

Plus en détail

Les stratégies gagnantes

Les stratégies gagnantes Les stratégies gagnantes Par Julien Deleuze Senior Manager, Estin & Co A l occasion des crises, on mesure de façon évidente à quel point les entreprises font face à un cercle vicieux destructeur. Faible

Plus en détail

Assurer notre développement malgréles vents contraires. 12 septembre 2011

Assurer notre développement malgréles vents contraires. 12 septembre 2011 Assurer notre développement malgréles vents contraires 12 septembre 2011 Une période contrastée I. Des développements majeurs II. dans un contexte européen difficile III. Nos plans d action pour assurer

Plus en détail

L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL LE SAVEZ-VOUS?

L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL LE SAVEZ-VOUS? L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL LE SAVEZ-VOUS? L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL L électricité est appelée à jouer un rôle de plus en plus important dans les transports collectifs et

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Véhicules Propres pour l amélioration de la qualité de l air Les Stratégies de progrès

Véhicules Propres pour l amélioration de la qualité de l air Les Stratégies de progrès Véhicules Propres pour l amélioration de la qualité de l air Les Stratégies de progrès Andre Douaud Ancien Directeur Technique Constructeurs Français Automobiles CCFA À Rabat, Avril 21 Moteurs et Carburants

Plus en détail

Commentaires sur le 9ème Palmarès / avril 2013

Commentaires sur le 9ème Palmarès / avril 2013 Commentaires sur le 9ème Palmarès / avril 2013 1423 versions de 215 modèles de 42 marques Le classement de la voiture citoyenne établi avec les modèles et les versions disponibles le 1 er décembre 2012

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

LA nouvelle station service. économies. Green up prises et bornes de recharge. (durables) rechargeable

LA nouvelle station service. économies. Green up prises et bornes de recharge. (durables) rechargeable 1 LA nouvelle station service économies (durables) Green up prises et bornes de recharge pour VÉHICULE ÉLECTRIQUE OU HYBRIDE rechargeable 2 VÉHICULES ÉLECTRIQUES / HYBRIDES RECHARGEABLES Un marché qui

Plus en détail

EDF FAIT AVANCER LA MOBILITÉ ÉLECTRIQUE. Contact presse marie.allibert@edf.fr Tél. : 01.40.42.51.40

EDF FAIT AVANCER LA MOBILITÉ ÉLECTRIQUE. Contact presse marie.allibert@edf.fr Tél. : 01.40.42.51.40 DOSSIER DE presse 1 er octobre 2014 EDF FAIT AVANCER LA MOBILITÉ ÉLECTRIQUE Contact presse marie.allibert@edf.fr Tél. : 01.40.42.51.40 en bref En quelques décennies, les transports ont évolué pour desservir

Plus en détail

L inutile polémique sur le diesel

L inutile polémique sur le diesel 6 janvier 2015 L inutile polémique sur le diesel par Philippe Brendel Plan -Émissions de CO2, le diesel encore sans rival -Les polluants locaux des voitures neuves diesel sont en forte diminution -Le vrai

Plus en détail

La Nissan Leaf 2.0 est élue Grand Prix Auto Environnement

La Nissan Leaf 2.0 est élue Grand Prix Auto Environnement INFORMATION PRESSE Le 22 mai 2013 PRIX AUTO ENVIRONNEMENT MAAF 2013 La Nissan Leaf 2.0 est élue Grand Prix Auto Environnement MAAF Assurances récompense 5 véhicules pour la nouvelle édition du Prix Auto

Plus en détail

smart mobility : gestion de la flotte automobile chez Orange

smart mobility : gestion de la flotte automobile chez Orange smart mobility : gestion de la flotte automobile chez Orange dossier de presse septembre 2013 Sylvie Duho Mylène Blin 01 44 44 93 93 service.presse@orange.com 1 la flotte automobile d Orange en chiffres

Plus en détail

Département Econome. Indicateur de Conjoncture

Département Econome. Indicateur de Conjoncture Département Econome Indicateur de Conjoncture Septembre 211 Conjoncture Economique Sommaire SOMMAIRE... 2 1. CREATIONS D ENTREPRISES... 4 2. CONSOMMATION... 4 3. TOURISME... 5 4. BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS...

Plus en détail

Synthèse de l audition de M. Laurent Antoni, CEA Liten

Synthèse de l audition de M. Laurent Antoni, CEA Liten Synthèse de l audition de M. Laurent Antoni, CEA Liten M. Laurent Antoni a été reçu par M. Denis Baupin et Mme Fabienne Keller le mercredi 30 janvier 2013. Voici les principaux extraits de son audition

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES

COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES... 5 L'ACTIVITÉ DU

Plus en détail

Voitures. quelle est la plus fiable? Enquête

Voitures. quelle est la plus fiable? Enquête Voitures quelle est la plus fiable? La plus fiable de toutes les voitures est aussi l une des plus compliquées techniquement : une petite familiale hybride, c est-à-dire avec à la fois un moteur électrique

Plus en détail

Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS.

Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS. Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS. Baptiste Boitier 1, Lionel Lemiale 2, Arnaud Fougeyrollas 3, Pierre Le Mouël 4

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

Association locale Que Choisir de RENNES 8 place du Colombier 35000 RENNES 18 mai 2010

Association locale Que Choisir de RENNES 8 place du Colombier 35000 RENNES 18 mai 2010 Electrisons le Bonus-malus Conférence de presse Association locale Que Choisir de RENNES 8 place du Colombier 35000 RENNES 18 mai 2010 1 La consommation des équipements électriques explose Budget annuel

Plus en détail

DOSSIER 1 ETUDE D UNE SITUATION PRATIQUE

DOSSIER 1 ETUDE D UNE SITUATION PRATIQUE DCG session 2010 UE7 Management Corrigé indicatif DOSSIER 1 ETUDE D UNE SITUATION PRATIQUE 1. Réaliser une analyse du macro-environnement L environnement correspond à l ensemble des éléments extérieurs

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Argumentaires Contre

Argumentaires Contre Parlamentsdienste Services du Parlement Servizi 13.095 del Parlamento Servetschs dal parlament Argumentaires Contre Remplacer la taxe sur la valeur ajoutée par une taxe sur l énergie. Initiative populaire

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE FLOTTES DE VÉHICULES SOMMAIRE INTRODUCTION OBJECTIF DU DIAGNOSTIC DESCRIPTION MODALITÉS DE RÉALISATION DU DIAGNOSTIC COÛT

DIAGNOSTIC DE FLOTTES DE VÉHICULES SOMMAIRE INTRODUCTION OBJECTIF DU DIAGNOSTIC DESCRIPTION MODALITÉS DE RÉALISATION DU DIAGNOSTIC COÛT DIAGNOSTIC DE FLOTTES DE VÉHICULES SOMMAIRE INTRODUCTION OBJECTIF DU DIAGNOSTIC DESCRIPTION DE LA PRESTATION MODALITÉS DE RÉALISATION DU DIAGNOSTIC Visite du site et investigations Rapport d étude Présentation

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Bonus Malus éco-fiscal

Bonus Malus éco-fiscal La Déclaration de politique régionale du Gouvernement wallon de juillet 29 prévoit notamment un objectif de Bonus Malus éco-fiscal s engager dans une réforme progressive de la fiscalité du transport routier

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Véhicules électriques

Véhicules électriques Véhicules électriques Marc Béranger Véhicules électriques Marc Béranger 15 juin 2012 1 Plan de la présentation Histoire de l automobile Puissance et énergie Stockage d énergie Moteur électrique Vehicle-to-grid

Plus en détail

Thème 1 La coordination des décisions économiques par l échange

Thème 1 La coordination des décisions économiques par l échange Thème 1 La coordination des décisions économiques par l échange Une des bases du système économique contemporain est l échange entre les différents agents économiques. Ces échanges se font notamment par

Plus en détail

PRIX AUTO ENVIRONNEMENT MAAF 2014

PRIX AUTO ENVIRONNEMENT MAAF 2014 INFORMATION PRESSE Le 4 juin 2014 PRIX AUTO ENVIRONNEMENT MAAF 2014 La PEUGEOT 308 1,2L PURETECH STOP&START élue Grand Prix Auto Environnement Attribution d un Prix Spécial 10 ans pour Toyota pour sa gamme

Plus en détail

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA Session 2012 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers Corrigé SOCONA Première partie Élaboration d un diagnostic

Plus en détail

La juste prime pour tous www.suva.ch/prime www.suva.ch/tarification

La juste prime pour tous www.suva.ch/prime www.suva.ch/tarification La juste prime pour tous www.suva.ch/prime www.suva.ch/tarification Personne ne paie volontiers le prix fort pour une assurance. A la Suva, un système astucieux veille à ce que les primes soient proportionnelles

Plus en détail

AU CŒUR DE LA SOCIÉTÉ

AU CŒUR DE LA SOCIÉTÉ VADE-MECUM DE L UTILITÉ DE L INVESTISSEMENT EN INFRASTRUCTURES 02 LE CERCLE VERTUEUX DES INFRASTRUCTURES FINANCEMENT MOBILITÉ EAU ÉNERGIE EMPLOI CROISSANCE RÉSEAUX DU FUTUR PROTECTION CONTRE LES ALÉAS

Plus en détail

Véhicules hybrides, quel avenir?

Véhicules hybrides, quel avenir? le point sur Face à la nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre, le véhicule hybride est aujourd hui une option crédible, et d ores et déjà commercialisée malgré les contraintes intrinsèques

Plus en détail

ACCORD DE POLITIQUE SALARIALE 2011. INTEV A Products France

ACCORD DE POLITIQUE SALARIALE 2011. INTEV A Products France 1. ACCORD DE POLITIQUE SALARIALE 2011 INTEV A Products France Le présent accord est conclu pour l'année 2011 entre, d'une part, la Société INTEVA Products France, représentée par Mme Michèle Regnier Abrial,

Plus en détail

Conférence de presse

Conférence de presse Conférence de presse 29 janvier 2014 Résultats Trimestriels & Bilan Provisoire 2013 des Loueurs de Voitures en Longue durée 1 Conférence de presse Jean-François Chanal, Président SNLVLD Stéphane Copie,

Plus en détail

La perspective de «windfall profits» (profits indus) pour les électriciens allemands

La perspective de «windfall profits» (profits indus) pour les électriciens allemands UNIDEN UNION DES INDUSTRIES UTILISATRICES D'ENERGIE 19.04.04 DIRECTIVE «QUOTAS D EMISSION» : COMMENT EVITER DE DESASTREUSES CONSEQUENCES? La mise en œuvre de la Directive «Quotas d émission», via son impact

Plus en détail

Nouveau Partner Electrique : 100% Partner, 100% électrique

Nouveau Partner Electrique : 100% Partner, 100% électrique COMMUNIQUE DE PRESSE Septembre 2012 Nouveau Partner Electrique : 100% Partner, 100% électrique Avec cette nouvelle version 100% électrique, Peugeot franchit une étape supplémentaire pour proposer aux professionnels

Plus en détail

1- Résultats généraux Consommations moyennes pour l ensemble des voitures particulières * Unité : litre/100 km

1- Résultats généraux Consommations moyennes pour l ensemble des voitures particulières * Unité : litre/100 km CONSOMMATIONS DE CARBURANTS DES VOITURES PARTICULIERES EN FRANCE 1988-2005 Direction Générale de l'énergie et des Matières Premières Observatoire de l économie de l énergie et des matières premières Observatoire

Plus en détail

Perspective de la voiture électrique Quelle technologie pour quel marché?

Perspective de la voiture électrique Quelle technologie pour quel marché? Perspective de la voiture électrique Quelle technologie pour quel marché? François Vuille francois.vuille@e4tech.com Strategic thinking in sustainable energy Vevey 16 septembre 2011 2 c est assez 3 c est

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

La Belgique, pays du diesel? Automania.be

La Belgique, pays du diesel? Automania.be Automania.be L'intégration de véhicules hybrides et électriques dans les flottes des entreprises : une formule rentable Publié le 08.05.2014 Une étude sur le point critique entre conduire à l'essence,

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014 BILAN 2013 ET PERSPECTIVES 2014 Avec la participation de A Jean-François INTRODUCTION BUET, Président FNAIM BASE DE DONNEES FNAIM 2 millions de logements 1

Plus en détail

TABLE RONDE SUR LE VÉHICULE ÉLECTRIQUE ET HYBRIDE

TABLE RONDE SUR LE VÉHICULE ÉLECTRIQUE ET HYBRIDE TABLE RONDE SUR LE VÉHICULE ÉLECTRIQUE ET HYBRIDE Nous reprenons ci-après le dossier de presse remis à l occasion de la table ronde organisée le 6 septembre dernier sur les véhicules électriques et hybrides.

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Le 1er Comparateur de prix d automobiles

Le 1er Comparateur de prix d automobiles Le 1er Comparateur de prix d automobiles Avec Kidioui.fr, vous payez le bon prix sans négocier! Le site Kidioui.fr est un comparateur de prix pour les véhicules neufs et d occasion. Il réunit les meilleures

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Besoin d approfondissement des méthodologies d évaluation Le cas de la voiture électrique

Besoin d approfondissement des méthodologies d évaluation Le cas de la voiture électrique Besoin d approfondissement des méthodologies d évaluation Le cas de la voiture électrique Fabien Leurent, Elisabeth Windisch Laboratoire Ville Mobilité Transport (LVMT) Ecole des Ponts, ParisTech Journée

Plus en détail