Cognition & Emotions

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cognition & Emotions"

Transcription

1 Université Nice Sophia-Antipolis Département Sociologie Anthropologie Cognition & Emotions L Emotion et le Virtuel : Le Cas Heavy Rain Julien ROCCHI Master 1 Sociologie Semestre 2 Enseignement A. HALLOY

2 Sommaire Introduction p. 2 La technique au service de l expression p.4 Une nouvelle forme de partage social des émotions?...p.5 Conclusion..p.7 Bibliographie...p.8 Annexes..p.9 1

3 Introduction Le travail présenté ici est une ébauche de recherche dans le domaine de la cognition et de l émotion transposés au monde virtuel. Le but est ici d analyser les phénomènes et constructions donnant naissance à une expérience émotionnelle dans le monde virtuel, représenté dans ce travail par un jeu vidéo d un nouveau genre : Heavy Rain. Il s agit de mettre en avant les constructions, aussi bien sur le plan technique que cognitif, utilisées pour plonger le joueur au cœur d une expérience émotionnelle intense. Ce jeu, disponible sur console de salon, est sorti à la fin du mois de février 2010, issu du studio français Quantic Dream, il est écrit et dirigé par David Cage. L histoire se déroule sur la cote Est des Etats Unis, dans une ville où sévit un tueur en série s en prenant exclusivement aux jeunes garçons, ceux-ci sont retrouvés noyés dans l eau de pluie quelques jours après leur disparition, un origami à la main. Le scénario va débuter par l enlèvement d un jeune garçon, et va prendre forme autour de l enquête menée par quatre personnages: le père du jeune garçon, un profiler du FBI, un détective privé, ainsi qu une journaliste. La particularité de ce jeu saute très vite aux yeux du joueur, elle est d ailleurs mise en avant par David Cage dès l annonce de la sortie du jeu : «pour moi la principale différence de Heavy Rain tient à l émotion : la plupart des jeux se focalisent sur le stress, la compétition, la peur ou la frustration. Heavy Rain essaie d explorer d autres émotions comme l empathie, la tristesse, le sentiment de malaise, des sentiments classiques au cinéma ou dans la littérature, mais peu fréquents dans un jeu vidéo.» Ainsi ce jeu est en grande en partie basé sur cette notion d immersion du joueur dans un état émotionnel particulier, très loin des standards du jeu vidéo. Mais alors comment va s opérer cette plongée dans l univers d Heavy Rain, et surtout comment permettre au joueur devant son écran d être capté par cette ambiance? C est ce qui va être présenté dans la suite de ce travail. 2

4 Cette étude va donc s intéresser dans un premier temps au réalisme de ce monde virtuel, réalisme lié aux outils technologiques mis en place ici, et qui vont dans le sens des théories de Rimé sur l expression faciale de l émotion et sa reconnaissance par autrui, puis nous verrons, comment David Cage a utilisé dans le scénario, certaines techniques que l on peut qualifier de relevant du partage social des émotions, pour immergé le joueur dans des états émotionnels particuliers. 3

5 Ce qui surprend dès le début de l aventure c est le réalisme graphique des personnages, en effet les gestes, les comportements, les postures, mais aussi les traits du visage tels que les expressions faciales, les rictus sont d un réalisme renversant (Cf. Annexe n 1). Ce rendu si proche de la réalité est du à l emploi de technologies innovantes, employées pour nombres d entre elles pour la première fois ici. Tout d abord, le mode de capture des silhouettes et mouvements, alors que nombre de jeux vidéo sont basés sur des modélisations purement informatiques des personnages, ici la représentation des protagonistes de l histoire est entièrement construite autour de vrais acteurs. Des acteurs ont été choisis pour incarner chacun des personnages, de la même façon que pour un film cinématographique ordinaire. Ces acteurs, ont été analysés sous toutes les coutures par une armée de capteurs, puis reproduits virtuellement. Mais la quête de réalisme va encore plus loin, en effet les acteurs ont du jouer chaque scène du jeu comme une scène réelle de cinéma, toujours bardés de leurs capteurs, des caméras filmant la scène, et tout est alors reconstitué sur ordinateur (Cf. Annexe n 2). Mais si de telles prouesses tendent à un rendu réaliste en matière de fluidité et de naturel dans les postures, elles ne permettent pas de rendre compte des émotions ressenties par les personnages dans ces situations particulièrement chargées émotionnellement. C est alors qu intervient une des particularités les plus saillantes de cette œuvre à savoir le système «Facial Mouvement Capture», qui permet la prise en compte de nombreux mouvements musculo-squelettiques, ainsi que leur transcription dans le monde virtuel (Cf. Annexe n 3). Grace à cette technologie ici appliquée, les mouvements faciaux induits par l articulation sont reproduits, mais bien davantage encore, grâce au jeu des acteurs, c est tout le caractère émotionnel de la scène qui est capturé et réinjecté dans la modélisation 3d. Ainsi le personnage virtuel présent à l écran, peut présenter une large palette d expressions faciales (Cf. Annexe n 4). On peut penser qu ici certaines thèses de la vision darwinienne des émotions présentées par Rimé, ont été utilisées. L analyse des muscles entrant en jeu dans l expression faciale des émotions étant clairement mise en application pour la capture et la reconstitution de celles-ci. De même, par ce travail, les concepteurs font le pari de l existence d une communication sociale des émotions dans la mesure où le but est ici que le joueur reconnaisse l émotion éprouvée dans la scène par ses manifestations faciales sur le visage de cet être virtuel. Enfin de par cette identification instantanée de l émotion en question, et du réalisme du rendu, on peut émettre l hypothèse que le but est de plonger le joueur dans cette émotion grâce à l impact de l expression sur l expérience, certes le joueur n est pas amené à 4

6 imiter cette posture mais confronté à autant de réalisme, on peut s interroger sur les conséquences émotionnelles, notamment en terme d empathie et de projection, induites par la situation sur le joueur, celui-ci serait alors amené à les éprouver dans son propre corps de par l impact de l expression. Ainsi nous venons de l évoquer, dans ce jeu, des outils technologiques ont été mis au service de l immersion du joueur au cœur d un ressenti émotionnel réel, lui faisant éprouver les sentiments des protagonistes de l histoire, et amenant à un questionnement sur ses propres émotions. Mais la technologie n est pas le seul outil utilisé dans ce jeu pour plonger l individu dans l émotion des personnages. En effet, l autre pan de la stratégie de David Cage réside dans le scénario même de son jeu. Le joueur est amené à incarner les différents personnages, menant chacun son enquête pour retrouver le jeune garçon. Mais à l inverse de la quasi-totalité des jeux, ici le joueur a le choix entre une pluralité d actions, il peut interagir ou pas avec tel ou tel personnage, il peut démarrer, ou au contraire tourner court à une conversation, or toutes ces actions influent sur le cours du jeu, et sur le sort du jeune garçon. En d autres termes, le joueur se retrouve, tout comme dans le monde réel, à prendre des décisions, parfois sans même sans rendre compte, dont il ne connait pas les conséquences sur le déroulement de son action. En fait, l ensemble des personnages poursuit le même but, mais chacun avec ses spécificités, le joueur prend donc fait et cause pour ce but, qui devient sien, et se retrouve au cœur de l action. Or du fait de la multiplicité des actions possibles, ainsi que des dénouements (une vingtaine de fins différentes selon les actions du joueur), le joueur doit opérer des choix stratégiques ce qui le plonge encore davantage dans l émotion du jeu, en particulier si l on se réfère à l hypothèse de Rimé selon laquelle «les émotions auraient pour fonction d assister l individu dans ses moments de vacance temporaire en guidant ses actions». En obligeant le joueur à opérer des choix qui doivent s inscrire dans l atteinte d un but, Cage le contraint à ressentir et à utiliser ses émotions, et invite encore un peu plus le joueur à s engager dans la résolution de l enquête. Ainsi on peut analyser, en reprenant encore une fois les arguments de Bernard Rimé, les facteurs qui vont fidéliser le joueur, l amener à refléchir sur ce qui est en rapport avec ce but, augmenter son attention aux éléments de l environnement, du milieu, et ainsi inscrire le joueur réellement au cœur de l action. Enfin, une autre méthode présente dans le scénario, et relevant du partage social des émotions me semble avoir été employée par Cage 5

7 pour créer une proximité entre le joueur et les personnages qu il incarne : il s agit de la notion de background. En effet, à de nombreuses reprises les personnages se livrent sur leurs expériences passées difficiles et leurs ressentis grâce à une sorte d introspection à haute voix. Le joueur se présente alors comme un confident auquel les personnages se livrent, un témoin privilégié de leurs états d âme. Or les études sur l expression des émotions, ont montrées que le partage social des émotions avait notamment pour conséquence de créer ou de resserrer des liens affectifs entre les protagonistes. Ainsi on pourrait émettre l hypothèse que ces confidences, ce partage d affects présent dans le jeu amène le joueur à se rapprocher une fois de plus des personnages et à éprouver leurs états émotionnels. 6

8 Conclusion Le travail qui a été réalisé ici est exploratoire, il vise à rendre compte de l intérêt des recherches en termes de cognition dans le domaine du virtuel. L exemple du jeu Heavy Rain traité ici montre selon moi, bien l importance de l étude des phénomènes cognitifs dans le monde social qui nous entoure en vu de son exportation dans la sphère virtuelle qui tend depuis maintenant plusieurs années à se développer. Nous l avons vu ce jeu utilise plusieurs notions présentées dans les recherches sur le rapport entre cognition et émotion, et ce en vue d intégrer un maximum le joueur à l univers véhiculé. Grâce à ces outils, l auteur arrive à faire ressentir à l individu des émotions qui semblaient ne pas pouvoir être véhiculées par un jeu vidée et l amène au cœur d un questionnement sur ses propres émotions et son propre ressenti, se rapprochant ainsi de l art cinématographique. A la différence près qu il offre une place plus grande au spectateur dans la mesure où il devient acteur de la situation, où il fait l expérience de l émotion. Ainsi, avec une conception poussée sur le plan technique, mais aussi un scénario réfléchit et abouti tourné vers l expérience, Heavy Rain est sans conteste une révolution dans le monde du jeu vidéo, mais bien davantage, je pense qu il constitue une bonne entrée en matière pour étudier la dimension émotionnelle de l expérience du monde virtuel. 7

9 Bibliographie o RIME Bernard, Le partage social des émotions, Presses Universitaires de France, sept 2005 o «L émotion derrière les pixels du jeu vidéo Heavy Rain», Le Monde, article du 20 Février 2010, accessible : o Interview de David Cage pour Excessif.com, article en date du 26 Février 2009, accessible : 8

10 Annexes Annexe 1.1 Annexe 1.2 Annexe 1.3 9

11 Annexe 2.1 Annexe

12 Annexe 4 11

Joel HORTEGAT- Les Auberges de Jeunesse 1. MEDIACOACH Les plans cadrage. Lecture de l image et pratique de l image

Joel HORTEGAT- Les Auberges de Jeunesse 1. MEDIACOACH Les plans cadrage. Lecture de l image et pratique de l image Joel HORTEGAT- Les Auberges de Jeunesse 1 MEDIACOACH Les plans cadrage Lecture de l image et pratique de l image Introduction Amateur de cinéma, ayant participé moi-même à des tournages, téléspectateur

Plus en détail

SCAPIN DOUBLE DE MOLIERE? Delphine Meresse, collège Pierre et Marie Curie LIEVIN, académie de Lille

SCAPIN DOUBLE DE MOLIERE? Delphine Meresse, collège Pierre et Marie Curie LIEVIN, académie de Lille SCAPIN DOUBLE DE MOLIERE? Delphine Meresse, collège Pierre et Marie Curie LIEVIN, académie de Lille Niveaux et entrées du programme Numérique et projet d enseignement Supports exploités Objectifs littéraires

Plus en détail

PROJET D ANIMATION. Résidence Albert AUBRY. Château la Rigaudière 35 240 LE THEIL DE BRETAGNE Tél. 02.99.47.74.00 Fax. 02.99.47.79.

PROJET D ANIMATION. Résidence Albert AUBRY. Château la Rigaudière 35 240 LE THEIL DE BRETAGNE Tél. 02.99.47.74.00 Fax. 02.99.47.79. PROJET D ANIMATION Résidence Albert AUBRY Château la Rigaudière 35 240 LE THEIL DE BRETAGNE Tél. 02.99.47.74.00 Fax. 02.99.47.79.44 Le projet d animation s inscrit dans la politique de la résidence, ainsi

Plus en détail

«Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi»

«Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi» Jamet Pierre 1Ai Retour de final d Auto-Apprentissage de l année 1Ai : «Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi» Introduction J ai pu grâce, au travail effectué en auto-apprentissage de

Plus en détail

sous l œil du cinéaste tendre l œil exposition de photographies

sous l œil du cinéaste tendre l œil exposition de photographies sous l œil du cinéaste tendre l œil exposition de photographies sous l œil du cinéaste Comment a été constituée l exposition «Sous l œil du cinéaste»? Quel(s) rôle(s) tient le réalisateur lors du tournage

Plus en détail

La formation d ingénieur civil électricien à l Université libre de Bruxelles

La formation d ingénieur civil électricien à l Université libre de Bruxelles Construction d'un référentiel disciplinaire en sciences de l'ingénieur La formation d ingénieur civil électricien à l Université libre de Bruxelles Nicolas Graide 1, Frédéric Robert 2 1 Université libre

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

BILAN ET POURSUITE DE LA FORMATION A L ECOUTE MAI 2012. Sommaire

BILAN ET POURSUITE DE LA FORMATION A L ECOUTE MAI 2012. Sommaire Sommaire Introduction :... 2 I- Déroulement... 2 II- Qu est-ce qui détermine la qualité d écoute?... 3 III- La reformulation... 3 Conclusion... 4 Bibliographie... 5 1 RECit considère «l écoute» comme une

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Un jeu pour 2 ou 3 joueurs assoiffés d or, à partir de 8 ans.

Un jeu pour 2 ou 3 joueurs assoiffés d or, à partir de 8 ans. Un jeu pour 2 ou 3 joueurs assoiffés d or, à partir de 8 ans. De l or! De l or! Rien que de l or, à perte de vue! Un âne aux ducats, c est très pratique. Mais attention : ces animaux têtus peuvent aussi

Plus en détail

R APPO R T D E ST A G E

R APPO R T D E ST A G E Master 2 Linguistique Générale et Appliquée Fonctionnements Linguistiques et Dysfonctionnements Langagiers Parcours : Handicap langagier, prévention, diagnostic, réhabilitation R APPO R T D E ST A G E

Plus en détail

Les discussions en ligne en Chine (Séverine Arsène) Texte commenté par Raphaël Kies (Université du Luxembourg) Journée DEL du 17 décembre 2008

Les discussions en ligne en Chine (Séverine Arsène) Texte commenté par Raphaël Kies (Université du Luxembourg) Journée DEL du 17 décembre 2008 Les discussions en ligne en Chine (Séverine Arsène) Texte commenté par Raphaël Kies (Université du Luxembourg) Journée DEL du 17 décembre 2008 Cette recherche offre une présentation de la culture et de

Plus en détail

LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES. L impact de la loi BORLOO sur l instauration de la GPEC au sein des entreprises.

LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES. L impact de la loi BORLOO sur l instauration de la GPEC au sein des entreprises. L impact de la loi BORLOO sur l instauration de la GPEC au sein des entreprises. Depuis janvier 2008, les entreprises de plus de 300 salariés sont obligées de négocier la mise en place d un dispositif

Plus en détail

La Nature du coaching

La Nature du coaching ENJEUX ET FONCTIONS DE LA SUPERVISION EN COACHING 1. INTRODUCTION Le coaching connaît un développement croissant dans l entreprise. Ceci a notamment comme conséquence, une «arrivée» massive de nombreux

Plus en détail

Réalité virtuelle sur Google Cardboard

Réalité virtuelle sur Google Cardboard Université de Technologie de Compiègne SI28 Rapport de projet Réalité virtuelle sur Google Cardboard Labyrinthe Printemps 2015 Carl LEVASSEUR - Romain PELLERIN - Guillaume VASSAL TD du vendredi matin 5

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale Le concept de «littérature africaine» évoque généralement celui de «folklore», l un et l autre ayant été, dès leur apparition, l objet de nombreuses controverses au sujet de leurs

Plus en détail

Travail Personnel Guide me thodologique Edition 2016

Travail Personnel Guide me thodologique Edition 2016 Travail Personnel Guide me thodologique Edition 2016 Page 2 de 6 Table des matie res 1. Cadre juridique...3 2. Descriptif détaillé du travail écrit...3 3. Descriptif de la présentation orale...4 4. Rôle

Plus en détail

jacqueline puyravaud

jacqueline puyravaud jacqueline puyravaud Une journée sous le signe du partage et de la réflexion Une journée sur le numérique sans accéder aux réseaux quels qu ils soient Comment faire pour parler du numérique sans pouvoir

Plus en détail

Eléments pour aborder le nom et le groupe nominal

Eléments pour aborder le nom et le groupe nominal Eléments pour aborder le nom et le groupe nominal 1. Rappels des programmes 2008 Rappels des connaissances et compétences que les élèves doivent maîtriser Grammaire : Au cycle 2 : 1. identification du

Plus en détail

ATELIER Français sur Objectifs Universitaires Formation aux discours et médiation des savoirs en français

ATELIER Français sur Objectifs Universitaires Formation aux discours et médiation des savoirs en français ATELIER Français sur Objectifs Universitaires Formation aux discours et médiation des savoirs en français Thierry LEBEAUPIN Centre de Linguistique Appliquée, Université de Franche-Comté Si l'enseignement

Plus en détail

Préparation pour la garderie et l école

Préparation pour la garderie et l école 135 Chapitre14 Préparation pour la garderie et l école Dans certaines communautés, il y a des endroits où l on prend soin des enfants pendant que leurs parents travaillent. Ce sont généralement des écoles

Plus en détail

AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales

AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales Groupe de travail 2 : Naissance, petite enfance et aide sociale Dijon, le vendredi 5 avril 2013 Personnes présentes Cf. annexe.

Plus en détail

Les 7 étapes clés pour devenir. Wedding Planner

Les 7 étapes clés pour devenir. Wedding Planner Les 7 étapes clés pour devenir Wedding Planner Sommaire Introduction Etape 1 : Réflexion personnelle Etape 2 : Faire son étude de marché Etape 3 : Se former au métier d organisatrice de mariage Etape 4

Plus en détail

Comprendre et construire les groupes. Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999

Comprendre et construire les groupes. Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999 RECENSIONS Comprendre et construire les groupes Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999 En commençant à rédiger ce commentaire, je me suis rappelé une réflexion d un

Plus en détail

Calcul de moyenne de portrait

Calcul de moyenne de portrait Calcul de moyenne de portrait Dupont Maurane & Bourriaud Typhaine TS2 Mon CV. 1 Présentation POURQUOI CE PROJET : Parmi la liste des projets proposés pour le bac, ce sujet m a semblé le plus attrayant.

Plus en détail

- ni des difficultés rencontrées pour la mise en place de ce système totalement nouveau pour toutes les

- ni des difficultés rencontrées pour la mise en place de ce système totalement nouveau pour toutes les 1 Monsieur le Président de la Confrasie. Monsieur le Directeur du bureau Asie Pacifique de l Agence Universitaire de la Francophonie Mesdames et Messieurs les Recteurs de la Confrasie. Mesdames et Messieurs,

Plus en détail

TABBY PLAYS MANUEL D UTILISATION

TABBY PLAYS MANUEL D UTILISATION TABBY PLAYS MANUEL D UTILISATION SOMMAIRE SPECIFICATION TECHNIQUES... 2 S INSCRIRE... 2 VOTRE CHAMBRE... 3 VOTRE STATUT... 3 LA VILLE... 4 LE RESEAU SOCIAL... 4 LES INTERACTIONS... 6 LES QUETES... 6 LES

Plus en détail

Concevoir et analyser des tâches mathématiques dans un environnement logiciel : Quels objectifs d apprentissage? Quels choix de conception?

Concevoir et analyser des tâches mathématiques dans un environnement logiciel : Quels objectifs d apprentissage? Quels choix de conception? Concevoir et analyser des tâches mathématiques dans un environnement logiciel : Quels objectifs d apprentissage? Quels choix de conception? Semaine 2, auteurs Maha Abboud-Blanchard (ESPE de Versailles,

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS Introduction : Qui parmi vous connaît l existence de ce document unique? Généralement, hormis les chefs

Plus en détail

Premier bilan des groupes «marionnettes» et «montage vidéo»

Premier bilan des groupes «marionnettes» et «montage vidéo» Premier bilan des groupes «marionnettes» et «montage vidéo» L hôpital de jour pour adolescents de l ASM13 accueille pour des soins de longue durée des patients ayant tous présenté des troubles psychiques

Plus en détail

L UNIVERSITÉ DE PRINTEMPS 2014

L UNIVERSITÉ DE PRINTEMPS 2014 l AREF Fès-Boulmane et le CRMEF de Missour en partenariat avec l Institut Français du Maroc - site de Fès ORGANISENT L UNIVERSITÉ DE PRINTEMPS 2014 PRIMAIRE COLLÈGE LYCÉE Du 14 au 16 avril 2014 CRMEF de

Plus en détail

Apprendre en s amusant : créer un jeu sérieux pour mieux maîtriser la

Apprendre en s amusant : créer un jeu sérieux pour mieux maîtriser la Apprendre en s amusant : créer un jeu sérieux pour mieux maîtriser la langue Ou comment concevoir des exercices sur des points de la langue française intégrés et publiés au sein d une plateforme en ligne.

Plus en détail

Cahier 2. Guide d évaluation de la viabilité d un service de rééducation et d appareillage. Travail réalisé par Emmanuelle Tricot

Cahier 2. Guide d évaluation de la viabilité d un service de rééducation et d appareillage. Travail réalisé par Emmanuelle Tricot Cahier 2 Guide d évaluation de la viabilité d un service de rééducation et d appareillage Travail réalisé par Emmanuelle Tricot Domaine Ressources Méthodologiques et Documentaires Handicap International

Plus en détail

FICHE N 3 Écrire une bande annonce pour rendre compte d une lecture (5 e )

FICHE N 3 Écrire une bande annonce pour rendre compte d une lecture (5 e ) FICHE N 3 Écrire une bande annonce pour rendre compte d une lecture (5 e ) Pascale Grégoire et Laurène Michaud, académie de Grenoble Niveaux et thèmes de programme 5 e, adaptable à tout niveau. Problématique

Plus en détail

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression.

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression. Roland CHARNAY, professeur honoraire de mathématiques en IUFM, chercheur associé à l'inrp «Apprentissage des tables : quelques étapes du CE1 au CM2» Roland Charnay pose un certain nombre de points de repères

Plus en détail

COMMENT ACCOMPAGNER UN FILM AUPRÈS DU PUBLIC?

COMMENT ACCOMPAGNER UN FILM AUPRÈS DU PUBLIC? BOÎTE A OUTILS Diffusion Auteur Suzanne Hême de Lacotte Date 2015 Descriptif COMMENT ACCOMPAGNER UN FILM AUPRÈS DU PUBLIC? Éléments de synthèse d'une formation intitulée «Actions culturelles et cinéma

Plus en détail

L optimisation des newsletters Le cas des agences online

L optimisation des newsletters Le cas des agences online Desk Study L optimisation des newsletters Le cas des agences online Nom de l étudiante auteur: Matière concernée : Enseignement Général Promotion : LTM2 Date : 03/06/2010 Année Universitaire : 2009/2010

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

10 UN ENFANT À DÉCOUVRIR

10 UN ENFANT À DÉCOUVRIR TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...13 CHAPITRE 1: MON ENFANT EST DIFFÉRENT DES AUTRES...19 Devenir parents...21 Devenir les parents d un enfant avec une déficience... 23 Réactions à cette situation...24

Plus en détail

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier?

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Extraits de l'article paru dans la revue Contraste - Enfance et Handicap n 38 (2013) de l'anecamsp, aux éditions Erès Parmi les enfants accueillis

Plus en détail

Les nouveaux standards d aménagement de bureau à la loupe.

Les nouveaux standards d aménagement de bureau à la loupe. Les nouveaux standards d aménagement de bureau à la loupe. Table ronde animé par Jean-Paul FOURNIER, Rédacteur en chef OFFICE ET CULTURE Mercredi 28 novembre 2007 Intervenants Delphine BELAICHE, Directrice

Plus en détail

RAPPORT DU JURY SUR LA SESSION 2015 DU DSCG

RAPPORT DU JURY SUR LA SESSION 2015 DU DSCG RAPPORT DU JURY SUR LA SESSION 2015 DU DSCG 1. Eléments statistiques 1.1. réussite par UE en 2014 et 2015 Le taux de réussite par UE est repris dans les tableaux ci-après pour 2014 et 2015. En moyenne

Plus en détail

Prendre en compte le préacquis des étudiants dans le cadre des grands groupes hétérogènes de lʼenseignement supérieur

Prendre en compte le préacquis des étudiants dans le cadre des grands groupes hétérogènes de lʼenseignement supérieur Prendre en compte dans le cadre des grands groupes hétérogènes de lʼenseignement supérieur Un travail de recherche pédagogique élaboré lors de la formation Capaes 2004 Thierry Dambermont - HEAJ Prendre

Plus en détail

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire La scolarisation des élèves présentant des troubles importants des fonctions cognitives Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire INTRODUCTION Une nécessaire coopération entre tous les acteurs présents

Plus en détail

La stratégie de la relation client

La stratégie de la relation client La stratégie de la relation client Auteur(s) Ingénieur ESIM et MBA, spécialiste du CRM en France et chez Ernst&Young Conseil MBA, spécialiste de l application de nouvelles technologies au marketing. Directeur

Plus en détail

Leçon N 18 Création d un film photo 1 ère partie

Leçon N 18 Création d un film photo 1 ère partie Leçon N 18 Création d un film photo 1 ère partie Dans ces leçons nous allons vous montrer comment réaliser un petit film avec vos photos. Pour cela vous utiliserez le logiciel gratuit «Photorécit 3» Vous

Plus en détail

Le collectif jeune cinéma : un acteur de la vie du cinéma expérimental et. différent

Le collectif jeune cinéma : un acteur de la vie du cinéma expérimental et. différent Emmanuelle Corson Janvier 2007 Année universitaire 2006/2007 Le collectif jeune cinéma : un acteur de la vie du cinéma expérimental et différent Cours de Production et diffusion audiovisuelle et cinématographique

Plus en détail

NUMÉRIQUE ET DÉMOCRATIE LOCALE : CONCERTATION AMÉLIORÉE OU SIMPLE ALIBI?

NUMÉRIQUE ET DÉMOCRATIE LOCALE : CONCERTATION AMÉLIORÉE OU SIMPLE ALIBI? NUMÉRIQUE ET DÉMOCRATIE LOCALE : CONCERTATION AMÉLIORÉE OU SIMPLE ALIBI? Organisateur LA GAZETTE DES COMMUNES Animateur Hugues PERINEL, Directeur des rédactions du pôle collectivités locales, Groupe Moniteur

Plus en détail

Projet DELTA. A i r l i n e s - M a n a g e r 2. 5. Airlines-Manager.com

Projet DELTA. A i r l i n e s - M a n a g e r 2. 5. Airlines-Manager.com Projet DELTA A i r l i n e s - M a n a g e r 2. 5 Airlines-Manager.com INTRODUCTION Comme vous avez pu le remarquer, l amélioration concernant la recherche & Développement n est pas sortie tel qu annoncée,

Plus en détail

Les cercles de lecture Les rôles

Les cercles de lecture Les rôles Les cercles de lecture Les rôles Voici cinq rôles utilisés pour les cercles de lecture. Ces rôles peuvent être assignés par l enseignant ou choisis par l élève. Idéalement, chaque élève aura l occasion

Plus en détail

Cahier des clauses techniques particulières. Invisibilité sociale : publics et mécanismes

Cahier des clauses techniques particulières. Invisibilité sociale : publics et mécanismes Cahier des clauses techniques particulières Observatoire National de la Pauvreté et de l Exclusion Sociale 1 Contexte du marché Cette étude est lancée par l Observatoire National de la Pauvreté et de l

Plus en détail

IDéO : une méthode pour aider les entrepreneurs à concevoir leur vision entrepreneuriale

IDéO : une méthode pour aider les entrepreneurs à concevoir leur vision entrepreneuriale Rubrique sur la mobilisation des connaissances IDéO : une méthode pour aider les entrepreneurs à concevoir leur vision entrepreneuriale Titulaire de la Chaire Entreprendre Professeur des Universités Université

Plus en détail

UE 3.4 S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6 S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles

UE 3.4 S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6 S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles UE.4 S6 Initiation à la démarche de recherche 6. Évaluation Le moment viendra où le jury mettra fin à l entretien. L épreuve étant terminée, acceptez cette limite même s il ne vous semble pas avoir fait

Plus en détail

Rigoureux, rigide, intelligent, abstrait. Dépendant, obéissant, respectueux, accepte les contraintes

Rigoureux, rigide, intelligent, abstrait. Dépendant, obéissant, respectueux, accepte les contraintes Première STMG Thème 1 : De l individu à l acteur Sciences de gestion Chapitre 1 : Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? SEQUENCE 1 : LES ELEMENTS QUI INFLUENCENT LE COMPORTEMENT

Plus en détail

Programme et informations du Master 1 - Etudes internationales & européennes

Programme et informations du Master 1 - Etudes internationales & européennes Ecole de Gouvernance Européenne Programme et informations du Master 1 - Etudes internationales & européennes Enseignement à distance Responsable (Enseignement à distance) : Yann Echinard, Maître de conférences,

Plus en détail

RESULTATS QUESTIONNAIRE

RESULTATS QUESTIONNAIRE RESULTATS QUESTIONNAIRE PRESENTATION DE L ECHANTILLON Nous avons mené notre analyse auprès de 270 personnes qui ont répondu à l enquête suivante «Quelles sont mes attentes au travail et mon entreprise

Plus en détail

Les Systèmes. Témoignage d un praticien EFT sur l utilisation des outils PEAT

Les Systèmes. Témoignage d un praticien EFT sur l utilisation des outils PEAT Les Systèmes P.E.A.T. & E.F.T. Témoignage d un praticien EFT sur l utilisation des outils PEAT Frédéric Piton - www.eft-energie.be Frédéric Piton - www.eft-energie.be Témoignage d un praticien EFT sur

Plus en détail

COMMENT REALISER UN QCM POUR L EVALUATION

COMMENT REALISER UN QCM POUR L EVALUATION COMMENT REALISER UN QCM POUR L EVALUATION INDIVIDUELLE D UN APP? EFSTATHIOU Emilie 1, KARFAL Ghizlane 2 1 4 ème année Génie Mécanique Ingénierie Système, INSA Toulouse 2 4 ème année Génie Mécanique Ingénierie

Plus en détail

Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public?

Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public? Master 1 FLE Evolution des courants méthodologiques 2007-2008 Session 2 Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public? Sarah Descombes N étudiant : 20731087

Plus en détail

TRAVAILLER AVEC PAINT au collège par Julie LACOMBE, professeur d arts plastiques

TRAVAILLER AVEC PAINT au collège par Julie LACOMBE, professeur d arts plastiques TRAVAILLER AVEC PAINT au collège par Julie LACOMBE, professeur d arts plastiques Cet outil rudimentaire peut paraître inintéressant à exploiter tant ses possibilités sont réduites. Une analyse approfondie

Plus en détail

Congrès mondial du tourisme social, São Paulo, 10 octobre 2014 Séance de clôture / Intervention d Yves Godin, Secrétaire général de l OITS

Congrès mondial du tourisme social, São Paulo, 10 octobre 2014 Séance de clôture / Intervention d Yves Godin, Secrétaire général de l OITS Congrès mondial du tourisme social, São Paulo, 10 octobre 2014 Séance de clôture / Intervention d Yves Godin, Secrétaire général de l OITS Monsieur le Directeur du SESC de São Paulo, Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Méthodes et astuces pour Mieux négocier

Méthodes et astuces pour Mieux négocier Richard Bourrelly Méthodes et astuces pour Mieux négocier, 2007 ISBN : 978-2-212-53907-3 Chapitre 3 Négocier pour gagner ou pour éviter de perdre? Dans ce chapitre vous apprendrez à : identifier les enjeux

Plus en détail

NOS PRINCIPES DEFENSIFS

NOS PRINCIPES DEFENSIFS NOS PRINCIPES DEFENSIFS Pression sur le Porteur de balle Défendre sur le ou les Non porteur(s) de ballon Défendre en bloc La ligne défensive Pression sur le Porteur de balle Dès la perte de balle, le joueur

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DU CERTIFICAT DE GARANTIE DES IMMEUBLES RÉSIDENTIELS DE L APCHQ ET : LA GARANTIE DES IMMEUBLES RÉSIDENTIELS DE L APCHQ INC.

ARBITRAGE EN VERTU DU CERTIFICAT DE GARANTIE DES IMMEUBLES RÉSIDENTIELS DE L APCHQ ET : LA GARANTIE DES IMMEUBLES RÉSIDENTIELS DE L APCHQ INC. ARBITRAGE EN VERTU DU CERTIFICAT DE GARANTIE DES IMMEUBLES RÉSIDENTIELS DE L APCHQ ENTRE : LES PROJETS EUROPA INC. (L «ENTREPRENEUR») ET : LA GARANTIE DES IMMEUBLES RÉSIDENTIELS DE L APCHQ INC. (L «ADMINISTRATEUR»)

Plus en détail

LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE

LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE Le 17 octobre 2007. LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE Michel ROSENFELDT Emergence du phénomène en regard des évolutions sociétales Si aujourd hui, nos sociétés considèrent la vieillesse

Plus en détail

Fiche d activités et d apprentisage

Fiche d activités et d apprentisage Fiche d activités et d apprentisage Thème : La greffe d organes Public : médecins/étudiants en médecine Tâche visée : identifier des informations dans un document vidéo Compétences visées : compréhension

Plus en détail

Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie.

Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie. Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie. Eléments de réflexion pour répondre à la consultation de la Commission européenne 1. Remarque préliminaire

Plus en détail

Règlement 2014 du concours photo AVES «Emotion Ailes»

Règlement 2014 du concours photo AVES «Emotion Ailes» Règlement 2014 du concours photo AVES «Emotion Ailes» Préambule: Connaître, faire connaître, protéger, aimer les oiseaux. Tels sont les buts d Aves, le pôle ornithologique de Natagora. Ces buts, nous désirons

Plus en détail

effet buzz Les enjeux de l éducation aux médias Effet Buzz www.effetbuzz.be Note d intention Le film Le livret pédagogique Les partenaires

effet buzz Les enjeux de l éducation aux médias Effet Buzz www.effetbuzz.be Note d intention Le film Le livret pédagogique Les partenaires aux de l information L impact des sur la vie des jeunes n est plus à démontrer. Presse écrite, télévision, radio et surtout internet font aujourd hui partie intégrante de leur vie quotidienne. Présents

Plus en détail

METHODOLOGIE DE PROJET

METHODOLOGIE DE PROJET Séquence METHODOLOGIE DE PROJET Objectifs: Préparer et mettre en œuvre un projet d action, d activités Identifier la demande analy ser le besoin, le contexte établir un diagnostic concev oir réaliser évaluer

Plus en détail

Le jeu en classe. 3 jeux créés par Didier Faradji

Le jeu en classe. 3 jeux créés par Didier Faradji Le jeu en classe 3 jeux créés par Didier Faradji Multiplay Le coffret Multiplay contient trois jeux : le Magix 34, le Décadex et le Multiplay. Les calculs effectués dans le Magix 34 mettent en oeuvre les

Plus en détail

La formation d adaptation : laboratoire de l internationalisation des références.

La formation d adaptation : laboratoire de l internationalisation des références. La formation d adaptation : laboratoire de l internationalisation des références. Formatrices à l Ecole Normale sociale qui accueille des Assistantes Sociales diplômées à l étranger pour une formation

Plus en détail

«Intégration des savoirs scientifiques dans la formation et dans la pratique»

«Intégration des savoirs scientifiques dans la formation et dans la pratique» «Intégration des savoirs scientifiques dans la formation et dans la pratique» Le mémoire de recherche en I.F.C.S. : un processus de professionnalisation? (Le point de vue d un Cadre de Santé formateur

Plus en détail

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Colloque Ile-de-France Libérer du foncier : un geste solidaire en faveur du logement au Conseil Régional d Ile-de-France

Plus en détail

Des idées-forces pour enseigner la natation.

Des idées-forces pour enseigner la natation. Des idées-forces pour enseigner la natation. A propos de la respiration du débutant D une manière générale, il convient d interroger la position, souvent constatée dans les pratiques pédagogiques, en matière

Plus en détail

Ordinateur, programme et langage

Ordinateur, programme et langage 1 Ordinateur, programme et langage Ce chapitre expose tout d abord les notions de programme et de traitement de l information. Nous examinerons ensuite le rôle de l ordinateur et ses différents constituants.

Plus en détail

GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS. Version mai 2015 L enquête sociale

GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS. Version mai 2015 L enquête sociale GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS Version mai 2015 L enquête sociale GUIDE DE L ENQUETE SOCIALE en neuf pas... Une enquête sociale, qu est-ce que c est? Une enquête sociale, pourquoi? Qui fait l

Plus en détail

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014 Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014 Alexandra CURT - Estelle GARCIA - Formatrices Sylvie CLARY - Directrice 1 - LE PROJET PEDAGOGIQUE...

Plus en détail

Examen écrit de 2h sous forme d un cas pratique portant sur la matière enseignée durant le semestre.

Examen écrit de 2h sous forme d un cas pratique portant sur la matière enseignée durant le semestre. ECOLE D AVOCATURE DIRECTIVES POUR LES EXAMENS Examen écrit de procédure (coefficient 3) Examen écrit de 2h sous forme de cas pratique portant sur les trois matières enseignées durant le semestre, le sujet

Plus en détail

Développer des procédures de reconstruction des résultats et particulièrement :

Développer des procédures de reconstruction des résultats et particulièrement : Pour mémoriser, il faut comprendre le sens des opérations D après les travaux de Jean Luc Bregeon, IUFM d Auvergne http://pagesperso-orange.fr/jean-luc.bregeon/ Mémorisation de la table d addition Savoir

Plus en détail

O1 LA «MAIN COURANTE»

O1 LA «MAIN COURANTE» FICHES OUTILS SE PRÉPARER À LA GESTION DE CRISE O1 LA «MAIN COURANTE» Pour ceux qui sont en charge de la conduite opérationnelle de la crise Dans toute crise, on se souvient toujours très bien des 5 premières

Plus en détail

Cliquez sur les onglets Page, Temps, Objets et Guidage pour vérifier les autres paramètres. Vous pouvez laisser les valeurs par défaut.

Cliquez sur les onglets Page, Temps, Objets et Guidage pour vérifier les autres paramètres. Vous pouvez laisser les valeurs par défaut. Il est difficile de résister à la magie du montage non-linéaire une fois qu on y a goûté. Si vous n avez pas encore plongé, suivez-nous dans cette prise en main. Vous pourrez reproduire chez vous toutes

Plus en détail

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Premiers secours en équipe Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados A la fin de cette partie vous serez capable : de prendre

Plus en détail

Enseignement à distance

Enseignement à distance EAD Enseignement à distance Etudier à distance Découvrez l offre de formation de la Faculté de Droit de Grenoble en formation à distance, ainsi que toutes les modalités pour y accéder. Présentation de

Plus en détail

Diagnostic commercial

Diagnostic commercial Diagnostic commercial Si elle veut réussir, l entreprise doit avant tout vendre son produit. Pour cela, la fonction commerciale en son sein lui est d une grande utilité. Ceci est dû à la finalité même

Plus en détail

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ Quelques conseils 1 LA FINALITE, LA «PHILOSOPHIE» D UN RAPPORT D ACTIVITE Le rapport d activité a pour fonction de convaincre le jury que vous êtes

Plus en détail

FICHE DE TRAVAIL : méthodologie de la synthèse. Généralités

FICHE DE TRAVAIL : méthodologie de la synthèse. Généralités FICHE DE TRAVAIL : méthodologie de la synthèse Généralités La synthèse s apparente au résumé dans la mesure où se sont tout deux des exercices qui refusent toute subjectivité. Toutefois la synthèse contrairement

Plus en détail

LICENCE SOCIOLOGIE (L1, L2, L3)

LICENCE SOCIOLOGIE (L1, L2, L3) LICENCE SOCIOLOGIE (L1, L2, L3) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Licence Domaine : Sciences humaines et sociales Mention : Sociologie Présentation La licence de sociologie se déroule sur 3 années.

Plus en détail

La Photographie Principes G.Loichot

La Photographie Principes G.Loichot La Photographie Principes G.Loichot Introduction La principale chose à laquelle il faut penser en photographie, c est à la lumière. C est elle qui traverse l objectif et qui vient «s écraser» sur le capteur

Plus en détail

DES PHOTOS, POUR QUOI FAIRE?

DES PHOTOS, POUR QUOI FAIRE? DES PHOTOS, POUR QUOI FAIRE? 1 PREMIER USAGE : LES PHOTOS ME PERMETTENT DE MIEUX COMPRENDRE COMMENT FONCTIONNE LE PAYSAGE... 1 2 DEUXIÈME USAGE : ELLES ME PERMETTENT D ORGANISER LE PARTAGE DE L EXPÉRIENCE...

Plus en détail

Camille Beglot Vincent Mercier Yoann Vandecnocke. Visite Virtuelle de l UTC

Camille Beglot Vincent Mercier Yoann Vandecnocke. Visite Virtuelle de l UTC Camille Beglot Vincent Mercier Yoann Vandecnocke Automne 2011 SI28 Sommaire Synopsis 2 Cahier des charges 3 Scénario 4 Story Board.4 Conclusion..6 1 Synopsis Concept Le but du projet est de réaliser un

Plus en détail

2012 Pearson France Le regard d'une mère Tracey Clark

2012 Pearson France Le regard d'une mère Tracey Clark 38 ComPosition Et CRÉAtivitÉ CADRAGE ET ESPACE Lorsque vous regardez au travers de votre viseur, considérez ce que vous voyez comme une toile. Tout ce qui est dans le cadre (ou sur la toile) joue un rôle

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Introduction «Je n ai pas fait exprès», «je n avais pas toute ma tête», «ce n était pas moi» : autant

Plus en détail

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE GUIDE D INTERVENTION DU PHILANTHROPE Préparer votre temps d échange avec les Petits Philanthropes Fondée en 2011 avec le soutien des Fondations Edmond de Rothschild, cette association se donne pour objectif

Plus en détail

Accueillir, faire connaissance

Accueillir, faire connaissance Formation/action de l Institut Catholique de Paris Recension de méthodes et techniques d animation Accueillir, faire connaissance 1. Constitution du groupe 1.1 Jeu «Aveugle et son guide» Des binômes constitués

Plus en détail

Les stratégies de lecture à travailler de façon explicite

Les stratégies de lecture à travailler de façon explicite Les stratégies de lecture à travailler de façon explicite AVANT LA LECTURE 1- SURVOLER LA PAGE COUVERTURE Lire le titre, puis amener l enfant à observer la page couverture tout en l invitant à faire des

Plus en détail

Master Métiers de l enseignement scolaire Mémoire professionnel de deuxième année

Master Métiers de l enseignement scolaire Mémoire professionnel de deuxième année Année universitaire 2011-2012 Master Métiers de l enseignement scolaire Mémoire professionnel de deuxième année Comment sensibiliser les élèves à l interculturel à travers l éveil aux langues du monde

Plus en détail

Chloé B. 3 ème 2. Rapport de stage : Stage chez Mme J. : cabinet d orthodontie du16 au 20 décembre. Collège Colette BESSON Année 2013-2014.

Chloé B. 3 ème 2. Rapport de stage : Stage chez Mme J. : cabinet d orthodontie du16 au 20 décembre. Collège Colette BESSON Année 2013-2014. Chloé B. 3 ème 2 Rapport de stage : Stage chez Mme J. : cabinet d orthodontie du16 au 20 décembre Collège Colette BESSON Année 2013-2014 Page 1 Sommaire du Rapport de stage : Introduction : Page 3 1 ere

Plus en détail