Modification des seuils de rejet Potassium, Chlorures et Fluorures de SOCATRI

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modification des seuils de rejet Potassium, Chlorures et Fluorures de SOCATRI"

Transcription

1 Modification des seuils de rejet Potassium, Chlorures et Fluorures de SOCATRI Page : 1/25

2 Sommaire 1 Objet du document Références Définitions Rappel sur le procédé de traitement des effluents industriels Domaine de fonctionnement actuel Domaine de fonctionnement demandé Données d entrée des effluents issus de PRISME Valeurs maximales de rejets proposées Justification de l absence d impact des valeurs proposées Impact sanitaire Données d entrée de l étude Impact des rejets aqueux d effluents industriels Impact environnemental ANNEXE : Extraits de la Pièce 6 du dossier de modification du décret d autorisation de création de l INB 93 Etude d impact - Chapitre Page : 2/25

3 1 Objet du document Dans le cadre de ses activités, SOCATRI rejette des substances liquides et gazeuses dans l environnement. Ces rejets sont autorisés au travers de l Arrêté de Rejets et de Prélèvement d Eau de SOCATRI du 16 août 2005 modifié [1]. Les rejets d effluents liquides se font uniquement vers le canal de Donzère-Mondragon. L ensemble des rejets aqueux d effluents industriels et d eaux de nappe de SOCATRI fait l objet d une surveillance régulière. A partir de l arrêt de l usine Georges Besse (INB n 93), fin 2012, un rinçage intensif suivi d une mis e à l air de la cascade de diffusion gazeuse (PRISME) va être opéré. Cette opération aura une durée approximative de deux à trois années. Les effluents issus de cette opération seront envoyés vers SOCATRI pour traitement avant rejet. La nature des effluents générés, K2CO3, ne sera pas différente de celle de ceux produits par l usine Georges Besse en fonctionnement et actuellement traités par SOCATRI. Toutefois, en particulier du fait pour EURODIF Production de la nécessité d augmenter les concentrations de traitement au ClF3 durant le projet PRISME, ces effluents verront leur concentration en fluorures, chlorures et potassium augmentée. Cette augmentation en entrée du procédé de traitement de SOCATRI aura de facto un effet sur les effluents issus de ce traitement dont les teneurs en fluorures, chlorures et potassium ne seront plus compatibles avec les valeurs limites actuelles fixées par l arrêté du 16 août Ce document a pour objet de justifier les nouvelles valeurs demandées par SOCATRI et d en démontrer l absence d impact sur le milieu naturel. Page : 3/25

4 2 Références [1] Arrêté du 16 août 2005 autorisant SOCATRI à effectuer des prélèvements d'eau et rejets liquides et gazeux pour l'exploitation d'une installation d'assainissement et de récupération de l'uranium sur le site du Tricastin modifié par l arrêté du 5 février 2008 portant homologation de la décision n 2007-DC de l'autorité de sûreté nucléaire du 4 décembre 2007 fixant les limites de rejet dans l'environnement des effluents radioactifs gazeux de l'installation nucléaire de base n 138, exploitée par la Société auxi liaire du Tricastin (SOCATRI) sur le territoire de la commune de Bollène (Vaucluse) [2] Evaluation des Risques Sanitaires (ERS) pour SOCATRI référencée PAR-RAP [3] Pièce 6 du dossier de modification du décret d autorisation de création de l INB 93 Etude d impact - Chapitre 3 en annexe Page : 4/25

5 3 Définitions PRISME : Projet de Rinçage Intensif Suivi de la Mise à l air d EURODIF : Ces opérations réalisées pendant une période de 3 ans, permettent de réduire la quantité de matières nucléaires et chimiques résiduelles dans les installations de l usine d enrichissement Georges Besse, et donc ainsi de diminuer les risques pendant la phase ultérieure de démantèlement. ARPE : Arrêté de Rejet et de Prélèvement d Eau de SOCATRI [3] VLE : Valeurs Limites d Emission. Ces valeurs correspondent pour chaque composé à la valeur maximale autorisée par l arrêté de rejet de SOCATRI. Ces valeurs sont spécifiques à SOCATRI et ne sont pas des valeurs réglementaires du type des Valeurs Limites d Exposition définie en application du code du travail par exemple. Scénario «intermédiaire» : Fait référence à la période pendant laquelle SOCATRI traitera les effluents issus de PRISME Page : 5/25

6 4 Rappel sur le procédé de traitement des effluents industriels Les effluents liquides traités actuellement par SOCATRI sont issus de procédés industriels. Dans le futur, SOCATRI assurera le traitement des effluents industriels uranifères de différents clients [ ] et des opérations de PRISME. Les figures suivantes schématisent le fonctionnement du traitement des effluents. Figure A : Schéma de principe des traitements des effluents liquides Page : 6/25

7 Le procédé de traitement aboutit in fine et pour partie à un rejet d effluents liquides au canal Donzère Mondragon via les fosses B014 puis B015 décrites ci-après : Arrivées effluents liquides : Eaux d exhaure Eaux liées à la dépollution sol Cr/ Ni Eaux de refroidissement Stations de traitement Effluents de procédé Rejet dans le canal de Donzère Mondragon via le réseau KR B014 B015 Prélèvement sortie B014 et comparaison avec les valeurs seuils ARPE liés aux rejets de procédé Prélèvement sortie B015 Figure B : Schéma de principe des fosses B014 et B015 Fosse B015 : Fosse de pré-dilution située en aval du point de contrôle de conformité à l ARPE. Fosse B014 : Fosse finale avant rejet au milieu naturel Cette fosse est située en amont de la fosse B014. C est à son niveau que sont réalisées les vérifications de conformité. Page : 7/25

8 5 Domaine de fonctionnement actuel Les valeurs limites actuelles fixées par l arrêté du 16 aout 2005 [1] des trois éléments chimiques dont la concentration sera modifiée par les opérations liées à PRISME sont présentées dans le tableau cidessous : Valeurs seuils ARPE du 16 août 2005 Flux 24h Concentration Potassium 250 kg 5000 mg/l Chlorures 200 kg 6000 mg/l Fluorures 3 kg 15 mg/l Tableau n 1 : Valeurs limites actuelles La surveillance des rejets liquides issus du procédé de traitement des effluents uranifères parmi lesquels les effluents K2CO3 d EURODIF PRODUCTION, est réalisée en aval de la Station de Traitement des Effluents Uranifères de SOCATRI, dite STEU. Cette surveillance consiste en un prélèvement pour analyse hebdomadaire. Les échantillons sont relevés les 8, 15, 22 et le dernier jour de chaque mois. Les deux fosses B014 et B015, situées en aval de la STEU, positionnées en séries, sont les capacités finales de stockage des effluents avant rejet au canal Donzère-Mondragon. Les seuils de l ARPE s appliquent au niveau de la fosse B014 (amont fosse B015). C est à cet endroit que les prélèvements sont réalisés Le tableau ci-dessous présente pour 2009 et 2010 les concentrations moyennes annuelles mesurées et maximales constatées à comparer avec celles autorisées par l ARPE. Elément Moyenne sortie STEU 2009 (mg/l) Valeur maximale constatée 2009 (mg/l) Moyenne sortie STEU 2010 (mg/l) Valeur maximale constatée 2010 (mg/l) Valeur maximale autorisée (mg/l) (ARPE) Potassium Chlorures Fluorures 9,5 15 6, Tableau n 2 : Suivi des concentrations des rejets l iquides chimiques procédé (mg/l) Les résultats des mesures de concentrations moyennes annuelles en chlorures, potassium et fluorures réalisées sur les effluents liquides en sortie de la STEU sont conformes aux prescriptions réglementaires issues de l ARPE. Sept écarts (2 en 2010 et 5 en 2009) ont été mesurés en concentration sur l élément potassium en 2009 et 2010 par rapport aux valeurs limites de l ARPE sans jamais dépasser le double de la valeur autorisée (117% au maximum). Ces écarts intéressants pour l environnement ont tous fait l objet d une ouverture de dossier d écart. Page : 8/25

9 Le tableau ci-dessous présente pour 2009 et 2010 la moyenne des flux 24h mesurés et maximaux constatés à comparer avec le flux 24h maximal autorisé par l ARPE. Elément Moyenne sortie STEU 2009 (kg) Valeur maximale constatée 2009 (kg) Moyenne sortie STEU 2010 (kg) Valeur maximale constatée 2010 (kg) Valeur maximale autorisée (kg) (ARPE) Potassium 142,8 207,4 152, Chlorures 146,7 213,1 151, Fluorures 0,34 0,684 0,23 0,467 3 Tableau n 3 : Suivi des flux des rejets liquides ch imiques procédé (kg) Les résultats des mesures de flux moyens annuels en chlorures, potassium et fluorures réalisés sur les effluents liquides en sortie de la STEU sont conformes aux prescriptions réglementaires issues de l ARPE. Un écart a été mesuré en flux sur l élément chlorure en 2009 par rapport aux valeurs limites de l ARPE du 16/08/2005 sans jamais dépasser le double de la valeur autorisée (107% au maximum). Cet écart intéressant pour l environnement a fait l objet d une ouverture de dossier d écart. Page : 9/25

10 6 Domaine de fonctionnement demandé 6.1 Données d entrée des effluents issus de PRISME La quantité annuelle des effluents issus de PRISME est estimée à environ m3 pendant 4 ans. Les éléments chimiques des effluents issus de PRISME dont le traitement sur SOCATRI impactera les valeurs seuils de rejet sont estimés dans le tableau ci-dessous. Elément chimique Concentrations actuelles Concentrations PRISME Potassium mg/l mg/l Chlorures à 5 000mg/l mg/l Ecart entre les concentrations actuelles et celles de PRISME mg/l à mg/l Pourcentage d augmentation des concentrations 200 % 140 % Fluorure mg/l mg/l mg/l 40 % Tableau n 4 : concentration des effluents générés p ar EURODIF avant et pendant PRISME 6.2 Valeurs maximales de rejets proposées Compte tenu des éléments précédents, SOCATRI propose de retenir les valeurs maximales en concentration et en flux 24h présentées dans le tableau ci-après. Nouvelle valeurs seuils compatibles PRISME Flux 24h Concentration Potassium kg mg/l Chlorures 700 kg mg/l Fluorures 10 kg 50 mg/l Tableau 5 : valeurs maximales de rejet proposées Ces valeurs tiennent compte : - du retour d expérience mettant en évidence que les limites actuelles peuvent être atteintes particulièrement pour le potassium et les chlorures, - des évolutions des données d entrée des effluents et de l incertitude associée à ces caractéristiques, Page : 10/25

11 - ainsi que d une incertitude associée à leur impact sur le procédé de traitement, - d une éventuelle augmentation de capacité de traitement à la STEU. En effet, La STEU dispose de deux lignes de traitement en parallèle d une capacité annuelle de l ordre de 1000 m3 chacune. La première est dédiée au traitement issu du naturel, la seconde au traitement des effluents potentiellement issus de l URT. Le traitement sur cette seconde ligne est partiel et ne donne pas lieu à rejet à l environnement à ce jour. Dans son dossier de demande de modification de son Décret d Autorisation de Création qu elle déposera en 2011, SOCATRI fait apparaître la possibilité de mener en totalité le traitement des effluents issus de l URT sur la seconde ligne et ainsi pouvoir également y traiter des effluents issus du naturel. Ainsi le traitement annuel pourrait passer de m3 à m3. SOCATRI envisage que la campagne de traitement des effluents PRISME pourra se poursuivre après la modification de son décret d autorisation et anticipe donc la mise en place de cette deuxième ligne de traitement. Une telle évolution n augmenterait en rien le cumul des éléments chimiques rejetés, le volume à traiter restant constant, mais permettrait un traitement simplement plus rapide et ainsi une réduction des entreposages amont et donc une amélioration globale de la sûreté par réduction du terme source. Les pourcentages d augmentation pour chaque substance sont présentés dans le tableau ci-dessous. ARPE actuel Concentration (mg/l) Valeur proposée Ecart entre l ARPE actuel et la valeur proposée % augment ation ARPE actuel Valeur proposée Flux 24h (kg) Ecart entre l ARPE actuel et la valeur proposée % augment ation Potassium % % Chlorures % % Fluorures % % Tableau n 6 : Comparaison des valeurs proposées et des valeurs ARPE actuel Page : 11/25

12 7 Justification de l absence d impact des valeurs proposées 7.1 Impact sanitaire Dans le cadre de son dossier de demande de modification de son Décret d Autorisation de Création, SOCATRI a mandaté URS France pour la réalisation d une Evaluation des Risques Sanitaires (ERS) des rejets atmosphériques et aqueux associés aux évolutions de ses activités. Cette ERS est réalisée conformément au guide de l Institut National de Veille Sanitaire (INVS) «Guide pour l analyse du Volet Sanitaire des études d impact», publié en février 2000, et au guide de l Institut National de l Environnement Industriel et des Risques (INERIS) «Evaluation des risques sanitaires dans l étude d impact des installations classées», publié en Elle fait entre autres apparaître l évaluation de l impact issu du traitement des effluents issus de PRISME Données d entrée de l étude Les Valeurs Limite d Emission (VLE) prises en considération dans le cadre de l ERS pour les Potassium, Chlorure et Fluorure ont été estimées sur la base des caractéristiques des effluents à traiter dans le cadre de PRISME mais également dans l hypothèse d une augmentation sensible de la capacité de traitement de la STEU de SOCATRI. Les VLE de calcul retenues pour cette étude correspondent aux valeurs de rejets du procédé (en sortie de la fosse B014) proposées : Tableau n 7 : Valeurs Limites d Emission retenues p our l étude Par voie de conséquence, le bilan des rejets des 3 éléments considérés dans cette étude sont présentés ci-dessous : Elément Unité Flux moyen Sortie fosse B015 Potassium kg/an Chlorures kg/an Fluorures kg/an Tableau n 8 : bilan des éléments rejets aqueux Page : 12/25

13 7.1.2 Impact des rejets aqueux d effluents industriels Le Réseau de Surveillance Environnementale AREVA Tricastin (RSE) est notamment en charge de l évaluation de l impact des rejets aqueux de la plateforme du Tricastin sur le milieu naturel. Dans ce cadre, il réalise notamment des prélèvements au niveau du canal de Donzère-Mondragon en amont (ES7) et en aval (ES8) du point de rejet des effluents liquides SOCATRI (réseau KR). La localisation des points de prélèvements de la surveillance environnementale et du point de rejet est présentée sur la Figure 1. Figure 1 : Extrait du document [2] : Plan de situation des points ES7 et ES8 Les concentrations en Chlorure, Fluorure et Potassium dans l eau du canal Donzère-Mondragon sont présentées ci-dessous, sur la période On constate l absence d influence des rejets du site du Tricastin sur la qualité de l eau du Canal (les concentrations en amont et en aval sont équivalentes). Le fait que les concentrations en amont (ES7) soient même légèrement supérieures à celles observées Page : 13/25

14 en aval des rejets (ES8) illustre que la qualité de l eau est équivalente, et que les résultats sont dans la même fourchette d incertitude. Tableau n 9 : Concentrations moyennes mesurées en a mont et en aval du site du Tricastin Ces concentrations, observées déjà actuellement dans le milieu sont comparées aux contributions absolues et relatives des trois éléments chimiques dans le canal Donzère-Mondragon (CMD), sur la base des VLE objet de la présente demande. Cela est l objet du tableau ci-suivant. Souligné : pas de valeur de potabilité A : Limite de qualité pour les eaux potables, critères définis dans l annexe I de l Arrêté du 11 janvier 2007 «Listes et références de la qualité des eaux destinées à la consommation humaine, à l exclusion des eaux conditionnées Tableau 10 : Extrait du document [2] : Estimation de la contribution des rejets aqueux de SOCATRI dans le canal Donzère-Mondragon Les concentrations attendues en aval du point de rejets liquides de SOCATRI ont été calculées à partir des quantités totales rejetées par SOCATRI dans le cadre de l évolution de ses activités et du débit moyen du Canal de Donzère-Mondragon (sur la période ), à savoir m 3 /s. L analyse des données du Tableau n 10 montre que la contribution des rejets liquides modifiés par l évolution des activités de SOCATRI est très faible par rapport au bruit de fond mesuré dans le canal de Donzère-Mondragon (ES7), en amont du point de rejet des effluents liquides SOCATRI. La contribution estimée maximale est de 0,6 % par rapport au bruit de fond, pour l élément potassium. Par ailleurs, les concentrations en chlorures et fluorures mesurées dans le canal de Donzère-Mondragon tant en amont qu en aval de SOCATRI sont largement inférieures aux seuils de potabilité 1 référencés. Concernant le potassium, il n existe pas de seuil de potabilité référencé, du fait de son caractère non toxique à faible dose. Cette substance est en effet un oligo-élément largement présent dans les milieux naturels : par exemple, l'eau du robinet de Paris contient naturellement entre 1 à 3 mg/l de potassium. 1 Références de qualité des eaux destinées à la consommation humaine de l'arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la consommation humaine mentionnées aux articles R , R , R et R du code de la santé publique. Lorsqu aucune valeur n était disponible dans l arrêté du 11 janvier 2007, les valeurs de l Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour les critères de potabilité des eaux ont été consultées. Pour les composés concernés ni par la réglementation française, ni par l'oms, les valeurs guides d'intervention proposées par l US-EPA pour l exposition chronique par ingestion d'eau ont été utilisées (EPA, Superfund Region 9, Tap water screening levels, may 2010). Page : 14/25

15 Pour information, l ancien décret n 89-3 du 3 janvi er 1989 qui définissait les normes de potabilité, non reprises dans les arrêtés ultérieurs, fixait pour le potassium une valeur de 12 mg/l. Seules les formes cyanure de potassium et iodure de potassium sont connues pour présenter une toxicité avérée pour la santé humaine. La présence de ces formes physico-chimiques dans les rejets de SOCATRI est exclue, l établissement ne mettant pas en œuvre de cyanure ou d iode dans ses installations. Sur la base de ces éléments, l impact dans le canal de Donzère-Mondragon lié à l évolution des rejets aqueux de SOCATRI due au traitement des effluents PRISME est considéré comme non préoccupant d un point de vue sanitaire. Ainsi l étude relative à l évaluation des risques sanitaires n a pas mis en évidence la nécessité de réaliser des modélisations du transfert au travers de la chaîne alimentaire. 7.2 Impact environnemental Vis-à-vis de l impact environnemental, les concentrations moyennes attendues sont calculées de la même manière que pour l impact sanitaire. Les concentrations moyennes attendues sont ensuite comparées à des valeurs de protection environnementale. A noter qu il n existe pas de valeur de protection environnementale pour les chlorures : à défaut, la valeur de potabilité du Code de la Santé Publique est utilisée. Cette comparaison est réalisée dans le tableau 11. Tableau 11 : Comparaison entre les concentrations attendues dans le CDM et les valeurs de protection environnementale Pour le potassium, la concentration attendue dans le canal Donzère Mondragon représente moins de 0,6% des concentrations présentes dans le canal (BdF), et moins de 0,3% de la valeur de référence pour l environnement. Le potassium est un oligo-élément faiblement toxique pour les organismes aquatiques. Dans les lacs, la concentration en potassium est généralement comprise entre 0,2 et 3 mg/l. Pour les chlorures, la concentration attendue dans le canal Donzère Mondragon représente moins de 0,04% des concentrations présentes dans le milieu (BdF), et moins de 0,004% de la référence de qualité pour "l'eau potable". Pour les Fluorures, la concentration attendue dans le canal Donzère Mondragon représente 0,1% des concentrations présentes dans le milieu (BdF), et moins de 0,04% de la norme de qualité environnementale pour les eaux douces. En définitive, il s avère que la contribution de ces rejets sur la qualité de l eau du canal est très largement inférieure aux simples fluctuations naturelles des concentrations du bruit de fond dans le milieu. Les concentrations modélisées restent par ailleurs très largement inférieures aux concentrations de référence pour l environnement. Ces rejets ne remettent pas en cause les objectifs de bon état fixés Page : 15/25

16 par le Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhône-Méditerranée et Corse. Comme cela a été démontré dans le cadre de l étude d impact du projet PRISME [3], l évaluation de l impact environnemental sur le milieu aquatique confirme le caractère non préoccupant pour la santé et l environnement du traitement et du rejet des effluents issus des opérations PRISME. Page : 16/25

17 8 ANNEXE : Extraits de la Pièce 6 du dossier de modification du décret d autorisation de création de l INB 93 Etude d impact - Chapitre 3 Page : 17/25

18 Page : 18/25

19 Page : 19/25

20 Page : 20/25

21 Page : 21/25

22 Page : 22/25

23 Page : 23/25

24 Page : 24/25

25 Page : 25/25

AREVA Tricastin. Frédéric DE AGOSTINI Directeur d AREVA Tricastin CLIGEET du 8 février 2013

AREVA Tricastin. Frédéric DE AGOSTINI Directeur d AREVA Tricastin CLIGEET du 8 février 2013 AREVA Tricastin Frédéric DE AGOSTINI Directeur d AREVA Tricastin CLIGEET du 8 février 2013 AREVA Tricastin Point d actualité AREVA Tricastin Point sur le suivi environnemental Focus sur le projet PRISME

Plus en détail

EDF ET LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT AUTOUR DES CENTRALES NUCLÉAIRES

EDF ET LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT AUTOUR DES CENTRALES NUCLÉAIRES EDF ET LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT AUTOUR DES CENTRALES NUCLÉAIRES «La conformité à la réglementation en vigueur, la prévention des pollutions ainsi que la recherche d amélioration continue de la

Plus en détail

EVALUATION DES IMPACTS

EVALUATION DES IMPACTS annexe n 8 EVALUATION DES IMPACTS liés aux rejets des établissements AREVA Tricastin CIGEET 19 décembre 2007 AREVA TRICASTIN Sommaire de la présentation Quels sont les fondements d une évaluation des impacts?

Plus en détail

Règlement. Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Boutonne. 1 ère révision. Version validée par la CLE du 22 Janvier 2015

Règlement. Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Boutonne. 1 ère révision. Version validée par la CLE du 22 Janvier 2015 Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Boutonne 1 ère révision Règlement Version validée par la CLE du 22 Janvier 2015 Projet pour consultation Table des matières I. Préambule... 3 A. Portée

Plus en détail

VEILLE REGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.5

VEILLE REGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.5 LES EFFLUENTS Code de la Santé Publique L1331-10 Code de l Environnement R214-1 et suivants Arrêté du 22 juin 2007 relatif à la collecte, au transport et au traitement des eaux usées des agglomérations

Plus en détail

Accident à Tricastin sur l usine SOCATRI. Eléments de compréhension

Accident à Tricastin sur l usine SOCATRI. Eléments de compréhension Association pour le Contrôle de la Radioactivité dans l Ouest Association loi 1901 SIRET : 950 369 868 00027 APE : 743B 138 rue de l Eglise 14200 HEROUVILLE-SAINT-CLAIR Tél. : (+33) 2.31.94.35.34 Fax :

Plus en détail

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique.

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. de lecture Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. Afin d aider le lecteur à se forger une opinion sur la

Plus en détail

L'Autorité de sûreté nucléaire,

L'Autorité de sûreté nucléaire, REPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 2013-DC-0331 de l'autorité de sûreté nucléaire du 31 janvier 2013 autorisant la Société d Enrichissement du Tricastin à mettre en service l'unité nord de l'installation

Plus en détail

Partie 1. Demande d autorisation d exploiter. Résumé non technique

Partie 1. Demande d autorisation d exploiter. Résumé non technique POWEO TOUL PRODUCTION Partie 1 Demande d autorisation d exploiter Résumé non technique DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER UNE NOUVELLE INSTALLATION DE PRODUCTION D ELECTRICITE 48-AO0102-APS/G.06/0001

Plus en détail

RAPPORT DE L INSPECTEUR DES INSTALLATIONS CLASSEES

RAPPORT DE L INSPECTEUR DES INSTALLATIONS CLASSEES PREFET DES ALPES MARITIMES Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement de Provence-Alpes-Côte d'azur Nice, le 17/07/2015 Unité territoriale Alpes-Maritimes Nice Leader Tour

Plus en détail

Surveillance du Tritium

Surveillance du Tritium Surveillance du Tritium Cligeet 13 décembre 2013 1 Sommaire Le tritium : définition et caractéristiques Les seuils et limites associées Le dispositif de surveillance et de mesures Les investigations immédiates

Plus en détail

1 GENERALITES. Le dossier de subvention comprend des renseignements généraux (paragraphe 3) et des pièces administratives (paragraphe 4).

1 GENERALITES. Le dossier de subvention comprend des renseignements généraux (paragraphe 3) et des pièces administratives (paragraphe 4). 1 GENERALITES Cette note concerne les aides attribuées par l Agence de l Eau Rhône méditerranée et Corse pour la réhabilitation des assainissements non collectif dans le cadre de son IXième programme d

Plus en détail

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales RAPPEL : LOI n 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique AFTH Balaruc-les-Bains le 16/11/2007 W. TABONEt Art. L. 1322-2. I - Toute personne qui offre au public de l eau minérale,

Plus en détail

Hérouville-Saint-Clair, le 26 juin 2014. Contrôle des installations nucléaires de base Inspection n INSSN-CAE-2014-0219 du 3 juin 2014

Hérouville-Saint-Clair, le 26 juin 2014. Contrôle des installations nucléaires de base Inspection n INSSN-CAE-2014-0219 du 3 juin 2014 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 26 juin 2014 N/Réf. : CODEP-CAE-2014-029814 Monsieur le Directeur du CNPE de Flamanville BP 4 50 340 LES PIEUX OBJET : REF. : Contrôle des

Plus en détail

Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement de Haute-Normandie. www.haute-normandie.developpement-durable.gouv.

Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement de Haute-Normandie. www.haute-normandie.developpement-durable.gouv. Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement de Haute-Normandie www.haute-normandie.developpement-durable.gouv.fr ORIL INDUSTRIE à Bolbec Contexte : 5 juillet 2012 : Résultats

Plus en détail

AREVA NC Direction de la chimie de l uranium BP 29 26701 PIERRELATTE Cedex

AREVA NC Direction de la chimie de l uranium BP 29 26701 PIERRELATTE Cedex RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N Réf. : CODEP-LYO-2015-017016 Lyon, le 29 Avril 2015 AREVA NC Direction de la chimie de l uranium BP 29 26701 PIERRELATTE Cedex Objet : Contrôle des installations

Plus en détail

N. Réf. : CODEP-CHA-2014-027010 Châlons-en-Champagne, le 10 juin 2014

N. Réf. : CODEP-CHA-2014-027010 Châlons-en-Champagne, le 10 juin 2014 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE N. Réf. : CODEP-CHA-2014-027010 Châlons-en-Champagne, le 10 juin 2014 Monsieur le Docteur Centre Hospitalier de Charleville 45, Avenue de Manchester

Plus en détail

Recherche et réduction des rejets de substances dangereuses dans l eau 2 ème phase. 1 ère vague

Recherche et réduction des rejets de substances dangereuses dans l eau 2 ème phase. 1 ère vague Recherche et réduction des rejets de substances dangereuses dans l eau 2 ème 1 ère vague Direction Régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement (DREAL) PACA Réduction des toxiques Une

Plus en détail

LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Réunion d information

LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Réunion d information LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Réunion d information LES EAUX USEES DOMESTIQUES : Définition Quelles solutions de traitement? Quelle règlementation? Oct.09 Les Eaux Usées Domestiques

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-DRC-2016-012426 Monsieur le directeur de l établissement AREVA NC de La Hague 50444 BEAUMONT HAGUE CEDEX

N/Réf. : CODEP-DRC-2016-012426 Monsieur le directeur de l établissement AREVA NC de La Hague 50444 BEAUMONT HAGUE CEDEX REPUBLIQUE FRANCAISE Direction des déchets, des installations de recherche et du cycle Montrouge, le 12 mai 2016 N/Réf. : CODEP-DRC-2016-012426 Monsieur le directeur de l établissement AREVA NC de La Hague

Plus en détail

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL Dans le cadre du projet d aménagement de la liaison routière RN126 Castres-Soual, la Direction Départementale de l Equipement

Plus en détail

SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX

SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DE LA BAIE DE SAINT BRIEUC ---------- Règles de fonctionnement de la Commission Locale de l Eau (en application des articles R 212 30 à R 212-42 du Code de l

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 10 décembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013

Plus en détail

PREFET DE LA MEUSE DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES ARRÊTÉ PRÉFECTORAL

PREFET DE LA MEUSE DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES ARRÊTÉ PRÉFECTORAL PREFET DE LA MEUSE Arrêté n 2012-3204 Agrément n ANC-55-2012-002 DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES ARRÊTÉ PRÉFECTORAL PORTANT AGREMENT DE LA SARL TVCC ASSAINISSEMENT DOMICILIEE A BRIXEY-AUX-CHANOINES

Plus en détail

MINISTERE DE L EMPLOI, DE LA COHESION SOCIALE ET DU LOGEMENT

MINISTERE DE L EMPLOI, DE LA COHESION SOCIALE ET DU LOGEMENT MINISTERE DE L INTERIEUR ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES MINISTERE DE L EMPLOI, DE LA COHESION SOCIALE ET DU LOGEMENT MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET

Plus en détail

RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 DIAGNOSTIC DE L ETAT L ET PERSPECTIVES

RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 DIAGNOSTIC DE L ETAT L ET PERSPECTIVES RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 ENVIRONNEMENT, HYGIENE ET SECURITE AU NIVEAU DU SECTEUR DE L ELECTRICITE ET DU GAZ DIAGNOSTIC DE L ETAT L ACTUEL ET PERSPECTIVES Par :

Plus en détail

Je vous communique ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

Je vous communique ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE STRASBOURG Strasbourg, le 10 juin 2016 N/Réf. : CODEP-STR-2016-023737 Monsieur le directeur (du CH de Sarreguemines) Hôpital de Freyming-Merlebach Service de Médecine Nucléaire

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1213 du 10 août 2007 relatif aux schémas d aménagement et de gestion

Plus en détail

Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud

Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud Sommaire exécutif Analyse des solutions de rechange pour l entreposage des déchets miniers Rév.03 Août 2015 SOMMAIRE EXÉCUTIF

Plus en détail

Création de lotissements à usage d habitation

Création de lotissements à usage d habitation Création de lotissements à usage d habitation Constitution des dossiers de déclaration au titre des articles L 214.1 à L 214.3 du code de l'environnement (anciennement loi sur l eau) A compter du 01/10/2006

Plus en détail

Document de consultation. Mesure de gestion des risques pour le Dianiline, produits de réaction avec le styrène et le 2,4,4-triméthylpentène (BNST)

Document de consultation. Mesure de gestion des risques pour le Dianiline, produits de réaction avec le styrène et le 2,4,4-triméthylpentène (BNST) Document de consultation Mesure de gestion des risques pour le Dianiline, produits de réaction avec le styrène et le 2,4,4-triméthylpentène (BNST) Numéro de registre du Chemical Abstracts Service (n o

Plus en détail

Directive cadre sur les déchets : un texte de clarification

Directive cadre sur les déchets : un texte de clarification Directive cadre sur les déchets : un texte de clarification Le Parlement et le Conseil de l Union européenne ont adopté le 17 juin dernier une directive relative aux déchets. La précédente directive du

Plus en détail

AVIS 1/5. Afssa Saisine n 2001-SA-0257. Maisons-Alfort, le 2 décembre 2003

AVIS 1/5. Afssa Saisine n 2001-SA-0257. Maisons-Alfort, le 2 décembre 2003 Maisons-Alfort, le 2 décembre 2003 AVIS LE DIRECTEUR GÉNÉRAL de l'agence française de sécurité sanitaire des aliments relatif à la fixation de critères de qualité des eaux minérales naturelles et des eaux

Plus en détail

L Autorité de sûreté nucléaire,

L Autorité de sûreté nucléaire, REPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 2010-DC-0173 de l Autorité de sûreté nucléaire du 5 janvier 2010 fixant les prescriptions relatives aux modalités de prélèvement et de consommation d eau, de transfert et

Plus en détail

Préfecture de la Gironde

Préfecture de la Gironde Protocole relatif au fonctionnement des établissements conchylicoles en période de crise phyco-toxinique permettant la vente de coquillages mis en stockage protégé ou issus de zones non concernées. Préfecture

Plus en détail

PRÉFET DE L ARIÈGE. Arrêté inter-préfectoral portant autorisation unique pluriannuelle de prélèvement d eau pour l irrigation agricole

PRÉFET DE L ARIÈGE. Arrêté inter-préfectoral portant autorisation unique pluriannuelle de prélèvement d eau pour l irrigation agricole PRÉFET DE L ARIÈGE Direction départementale des territoires Service environnement risques Arrêté inter-préfectoral portant autorisation unique pluriannuelle de prélèvement d eau pour l irrigation agricole

Plus en détail

OBJET : Contrôle des installations nucléaires de base CNPE de Belleville INB n 127 et 128 Inspection n INSSN-OLS-2015-0749 du 30 mars 2015

OBJET : Contrôle des installations nucléaires de base CNPE de Belleville INB n 127 et 128 Inspection n INSSN-OLS-2015-0749 du 30 mars 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2015-013717 Orléans, le 10 avril 2015 Monsieur le Directeur du Centre nucléaire de Production d Electricité de BELLEVILLE-SUR-LOIRE BP 11 18240 LERE OBJET

Plus en détail

De 2013 à 2018, l agence de l eau apportera. Les redevances. Pollution de l eau d origine industrielle et modernisation des réseaux de collecte

De 2013 à 2018, l agence de l eau apportera. Les redevances. Pollution de l eau d origine industrielle et modernisation des réseaux de collecte Les redevances de l agence de l eau Loire-Bretagne 2 0 1 3-2 0 1 8 de l eau d origine industrielle et modernisation des réseaux de collecte J. L. Aubert De 2013 à 2018, l agence de l eau apportera 2,45

Plus en détail

Code de l environnement (articles L.596-1 et suivants)

Code de l environnement (articles L.596-1 et suivants) RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2013-055758 Lyon, le 4 octobre 2013XXXXXXX Monsieur le directeur général SOCATRI Route départementale 204-BP 101 84503 BOLLENE cedex Objet : Contrôle

Plus en détail

Information sur la qualité de l'eau distribuée en 2013

Information sur la qualité de l'eau distribuée en 2013 Administration, Quai Maria-Belgia 18 CH 1800 Vevey Information sur la qualité de l'eau distribuée en 2013 Ressources En 2013, la production globale du SIGE en eau de boisson s'élève à plus de 11.8 millions

Plus en détail

Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts

Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts (JORF n 253 du 31 octobre 2009) NOR : DEVE0918467A Vus Le ministre d Etat,

Plus en détail

PLAN DE COMMUNICATION

PLAN DE COMMUNICATION PLAN DE COMMUNICATION SAGE du bassin de la Sarthe Aval Commission Locale de l Eau Mai 2012 Avril 2012 Avant-propos L élaboration du SAGE du bassin de la Sarthe Aval nécessite de mettre en place une démarche

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

Projet de guide de l ASN

Projet de guide de l ASN G U I D E D E L A S N I N B Projet de guide de l ASN Gestion des sols pollués par les activités d une installation nucléaire de base Version du 04/02/2016 Projet de GUIDE N 24 SOUMIS A CONSULTATION DES

Plus en détail

AVIS. Demande de permis unique pour l aménagement de zones de stockage de produits chimiques chez Benechim à LESSINES. Objet : Réf. : CWEDD/07/AV.

AVIS. Demande de permis unique pour l aménagement de zones de stockage de produits chimiques chez Benechim à LESSINES. Objet : Réf. : CWEDD/07/AV. AVIS Réf. : CWEDD/07/AV.127 Liège, le 22 janvier 2007 Objet : Demande de permis unique pour l aménagement de zones de stockage de produits chimiques chez Benechim à LESSINES Avis du CWEDD portant sur la

Plus en détail

Signé par : Montrouge, le 6 décembre 2013. Division Réacteur 6 rue Jules Horowitz B.P. 156 38042 GRENOBLE CEDEX 9

Signé par : Montrouge, le 6 décembre 2013. Division Réacteur 6 rue Jules Horowitz B.P. 156 38042 GRENOBLE CEDEX 9 REPUBLIQUE FRANCAISE Direction des déchets, des installations de recherche et du cycle Montrouge, le 6 décembre 2013 Réf. : CODEP-DRC-2013-064951 Institut Laue Langevin Division Réacteur 6 rue Jules Horowitz

Plus en détail

La démarche d'analyse des Risques Résiduels

La démarche d'analyse des Risques Résiduels La démarche d'analyse des Risques Résiduels INDICE ETAT MODIFICATIONS DATE DATE approbation MEDD mise en application V0 opérationnel 08/02/07 08/02/07 2 SOMMAIRE PREAMBULE 5 1 Contexte et champ d application

Plus en détail

La surveillance de l environnement autour des sites nucléaires

La surveillance de l environnement autour des sites nucléaires La surveillance de l environnement autour des sites nucléaires Journée CLIGEET du 22 octobre Catherine MERCAT Direction 3SE du Tricastin Les objectifs de la surveillance environnementale Vérifier que les

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Arrêté du 21 mai 2010 portant homologation de la décision n o 2010-DC-0175 de l Autorité de sûreté nucléaire du 4 février

Plus en détail

Point d actualités du site AREVA Tricastin

Point d actualités du site AREVA Tricastin Point d actualités du site AREVA Tricastin Frédéric De Agostini Directeur d AREVA Tricastin CLIGEET du 21 juin 2012 Direction Tricastin Journée sécurité des chantiers du Tricastin Plus de 1200 participants

Plus en détail

2. Constats et analyse de l inspection des installations classées

2. Constats et analyse de l inspection des installations classées PREFET ES ALPES MARITIMES irection régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement de Provence-Alpes-Côte d'azur Nice, le 05 novembre 2015 Unité Territoriale des Alpes-Maritimes Nice Leader

Plus en détail

Exercice 2011 Rapport d'activités des services exploités en régie Service de l Assainissement Non Collectif PREAMBULE

Exercice 2011 Rapport d'activités des services exploités en régie Service de l Assainissement Non Collectif PREAMBULE Exercice 2011 Rapport d'activités des services exploités en régie Service de l Assainissement Non Collectif Ce rapport annuel constitue une obligation légale pour le maire qui doit le présenter chaque

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail

VALORISATION DE MATÉRIAUX TFA

VALORISATION DE MATÉRIAUX TFA VALORISATION DE MATÉRIAUX TFA PRÉSENTATION DU RAPPORT PNGMDR : «MODALITÉS DE RÉALISATION D UNE FILIÈRE DE VALORISATION DE MATÉRIAUX MÉTALLIQUES» 2 PLAN DE LA PRÉSENTATION Introduction Etat des lieux (inventaire,

Plus en détail

Marseille, le 25 février 2011. Contrôle des installations nucléaires de base. Inspection n PINS-MRS-2011-1309 des 7 et 8 février 2011 à Cadarache

Marseille, le 25 février 2011. Contrôle des installations nucléaires de base. Inspection n PINS-MRS-2011-1309 des 7 et 8 février 2011 à Cadarache RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE MARSEILLE Marseille, le 25 février 2011 N/Réf. : CODEP-MRS-2011-007386 Monsieur le directeur du CEA CADARACHE 13108 SAINT PAUL LEZ DURANCE Objet : Contrôle des installations

Plus en détail

Face à un accident nucléaire

Face à un accident nucléaire Face à un accident nucléaire Collection Livrets des professionnels Sommaire Qu est-ce qu un accident nucléaire?... 2 Comment est géré un accident nucléaire en France?... 3 Quelles sont les missions de

Plus en détail

Evolution du cadre réglementaire ICPE rubrique 2910

Evolution du cadre réglementaire ICPE rubrique 2910 Christophe MERLIN DREAL Auvergne, unité territoriale 63 Sophie SEYTRE DREAL Auvergne, service risques Evolution du cadre réglementaire ICPE rubrique 2910 Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Arrêté du 8 juin 2006 relatif à l agrément des établissements mettant sur le marché des produits d origine animale

Plus en détail

GESTION INTEGREE DE L EAU A L ECHELLE DU PAYS BASQUE. 25 mars 2009

GESTION INTEGREE DE L EAU A L ECHELLE DU PAYS BASQUE. 25 mars 2009 GESTION INTEGREE DE L EAU A L ECHELLE DU PAYS BASQUE 25 mars 2009 LES FONDEMENTS DE LA DEMARCHE Contexte réglementaire Contexte territorial Plan de l intervention LES DIFFERENTES ETAPES DE LA DEMARCHE

Plus en détail

Commune de Lusignan PORTER-À-CONNAISSANCE «RISQUE INDUSTRIEL» Le risque industriel lié à la Société Coopérative Agricole Terrena Poitou.

Commune de Lusignan PORTER-À-CONNAISSANCE «RISQUE INDUSTRIEL» Le risque industriel lié à la Société Coopérative Agricole Terrena Poitou. Commune de Lusignan Préfecture de la Vienne Direction Départementale des Territoires de la Vienne Service Prévention des Risques PORTER-À-CONNAISSANCE «RISQUE INDUSTRIEL» Le risque industriel lié à la

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS Décembre 2012 GUIDE A L INTENTION DES AUTORITES COMPETENTES POUR LE CONTROLE DE LA CONFORMITE AVEC LES ACTES LEGISLATIFS DE L UE

Plus en détail

Monsieur le Directeur,

Monsieur le Directeur, RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2015-038941 Orléans, le 23 septembre 2015 Objet : Réf. : Monsieur le Directeur du Centre Nucléaire de Production d Electricité de Saint-Laurent-des-Eaux

Plus en détail

PROTOCOLE. La Commission locale d information de Flamanville, représentée par Michel LAURENT, Président,

PROTOCOLE. La Commission locale d information de Flamanville, représentée par Michel LAURENT, Président, PROJET PROTOCOLE pour la réalisation de prélèvements et de mesure dans l environnement relatifs aux émissions ou rejets des installations du centre nucléaire de production d électricité EDF de Flamanville

Plus en détail

Signé par : L Autorité de sûreté nucléaire, Vu le code de la défense, notamment son article R. 1333-2 ;

Signé par : L Autorité de sûreté nucléaire, Vu le code de la défense, notamment son article R. 1333-2 ; REPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 2011-AV-0116 de l Autorité de sûreté nucléaire du 10 mai 2011 sur le projet d arrêté relatif aux modalités de la demande et à la forme de l autorisation L Autorité de sûreté

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES. Argumentaires micro-économiques concernant :

DIRECTIVE NITRATES. Argumentaires micro-économiques concernant : DIRECTIVE NITRATES Argumentaires micro-économiques concernant : Le projet d arrêté complémentaire version du 23 octobre 2012 La révision des zones vulnérables Introduction La France est concernée par deux

Plus en détail

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009)

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009) 1 MINISTERE DE L ENERGIE ET DE L EAU --------------------- LABORATOIRE NATIONAL DES EAUX REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Une Foi SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE

Plus en détail

L Autorité de sûreté nucléaire,

L Autorité de sûreté nucléaire, Décision n 2015-DC-0XXX de l Autorité de sûreté nucléaire du XX XX 2015 relative à la prévention des risques microbiologiques liés aux installations de refroidissement du circuit secondaire des réacteurs

Plus en détail

OBJET : APPEL AUX FORMATEURS LES TOURS DE REFROIDISSEMENT À L EAU ET LEURS CONSÉQUENCES SUR LA SANTÉ ET SUR L ENVIRONNEMENT

OBJET : APPEL AUX FORMATEURS LES TOURS DE REFROIDISSEMENT À L EAU ET LEURS CONSÉQUENCES SUR LA SANTÉ ET SUR L ENVIRONNEMENT Formation continue OBJET : APPEL AUX FORMATEURS LES TOURS DE REFROIDISSEMENT À L EAU ET LEURS CONSÉQUENCES SUR LA SANTÉ ET SUR L ENVIRONNEMENT MISE EN CONTEXTE DE LA FORMATION L Ordre des chimistes du

Plus en détail

par Sophie Delisle Médecine nucléaire Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire Fiches de médecine nucléaire n 11-1-

par Sophie Delisle Médecine nucléaire Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire Fiches de médecine nucléaire n 11-1- Fiches de médecine nucléaire n 11-1- Médecine nucléaire par Sophie Delisle Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire La gestion des déchets hospitaliers respecte une réglementation très

Plus en détail

PREAMBULE : Prescriptions générales relatives à la qualité de l eau

PREAMBULE : Prescriptions générales relatives à la qualité de l eau PRESCRIPTIONS GÉNÉRALES ET TECHNIQUES NÉCESSAIRES A L INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU DANS LES IMMEUBLES COLLECTIFS D HABITATION ET LES ENSEMBLES IMMOBILIERS DE LOGEMENTS Conformément

Plus en détail

BILAN D ACTIVITE - 2010 Commission Locale d'information auprès des Grands Équipements Énergétiques du Tricastin (CLIGEET)

BILAN D ACTIVITE - 2010 Commission Locale d'information auprès des Grands Équipements Énergétiques du Tricastin (CLIGEET) BILAN D ACTIVITE - 2010 Commission Locale d'information auprès des Grands Équipements Énergétiques du Tricastin (CLIGEET) 1 SOMMAIRE I. L information du public A. La diffusion d une plaquette de présentation

Plus en détail

Chloroforme ENVIRONNEMENT INDUSTRIE. Synthèse spécifique au secteur d activité Agroalimentaire

Chloroforme ENVIRONNEMENT INDUSTRIE. Synthèse spécifique au secteur d activité Agroalimentaire ENVIRONNEMENT INDUSTRIE Chloroforme Synthèse spécifique au secteur d activité Agroalimentaire I. Description et Composés II. Origine et Présence dans l environnement III. Secteur d utilisation IV. Valeurs

Plus en détail

Cires Tome 2 - Pièce 4 Chapitre 12-1 Page 1 sur 8 CONDITIONS DE REMISE EN ETAT DU SITE. Andra 2014 PI DO AQED 14-0005/A

Cires Tome 2 - Pièce 4 Chapitre 12-1 Page 1 sur 8 CONDITIONS DE REMISE EN ETAT DU SITE. Andra 2014 PI DO AQED 14-0005/A Cires Tome 2 - Pièce 4 Chapitre 12-1 Page 1 sur 8 12-1 CONDITIONS DE REMISE EN ETAT DU SITE Cires Tome 2 - Pièce 4 Chapitre 12-1 Page 2 sur 8 SOMMAIRE 1 CONDITIONS DE REMISE EN ETAT DU SITE... 3 1.1 Réaménagement

Plus en détail

Avis de l Etablissement sur le projet de SAGE Yèvre-Auron

Avis de l Etablissement sur le projet de SAGE Yèvre-Auron Avis de l Etablissement sur le projet de SAGE Yèvre-Auron Sollicitation de l avis de l Etablissement En application de l article L.212-6 du Code de l Environnement, Monsieur Yvon BEUCHON, Président de

Plus en détail

RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR

RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR Février 2010 1. CONTEXTE La Loi sur l Air et l Utilisation Rationnelle de l Energie (LAURE) n 96-1236 du 30 décembre 1996 et son décret d application du

Plus en détail

COMMUNE de LACQ-AUDEJOS. CONCLUSIONS ET AVIS du COMMISSAIRE ENQUETEUR (Le rapport fait l objet d un document réparé)

COMMUNE de LACQ-AUDEJOS. CONCLUSIONS ET AVIS du COMMISSAIRE ENQUETEUR (Le rapport fait l objet d un document réparé) Enquêtes publiques conjointes :I.C.P.E Autorisation de créer et exploiter une unité de production de PolyAcryloNitrile COMMUNE de LACQ-AUDEJOS CONCLUSIONS ET AVIS du COMMISSAIRE ENQUETEUR (Le rapport fait

Plus en détail

Compte rendu des délibérations, y compris les motifs de décision

Compte rendu des délibérations, y compris les motifs de décision Compte rendu des délibérations, y compris les motifs de décision relativement à la Demandeur Cigar Lake Mining Corporation Objet Demande de permis pour préparer l emplacement d une mine d uranium Date

Plus en détail

RISQUES TECHNOLOGIQUES MANAGEMENT DES RISQUES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX. Formations

RISQUES TECHNOLOGIQUES MANAGEMENT DES RISQUES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX. Formations RISQUES TECHNOLOGIQUES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX MANAGEMENT DES RISQUES Formations 2015 SITES ET SOLS POLUÉS PAROLE D EXPERT La reconversion des sites pollués est une préoccupation actuelle qui conjugue

Plus en détail

Vu le code de l environnement, notamment ses articles L. 593-10, L. 593-18 et L. 593-19 ;

Vu le code de l environnement, notamment ses articles L. 593-10, L. 593-18 et L. 593-19 ; REPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n o 2016-DC-0554 de l Autorité de sûreté nucléaire du 3 mai 2016 relative au réexamen de la sûreté de l installation nucléaire de base n o 116 dénommée «usine UP3-A», exploitée

Plus en détail

Sommaire général 1 VEILLE REGLEMENTAIRE 2 DEMARCHES ENVIRONNEMENTALES 3 EAUX DS SAS. 1.1 Comprendre la réglementation. 1.2 Fiches d'aide à la décision

Sommaire général 1 VEILLE REGLEMENTAIRE 2 DEMARCHES ENVIRONNEMENTALES 3 EAUX DS SAS. 1.1 Comprendre la réglementation. 1.2 Fiches d'aide à la décision Réf. : Sommaire 1 VEILLE REGLEMENTAIRE 1.1 Comprendre la réglementation 1.1.1 Textes principaux de référence 1.1.2 Le droit communautaire en bref 1.1.3 Le système français 1.1.4 Normalisation 1.1.5 Ordonnancement

Plus en détail

L évaluation de l exposition alimentaire de la population antillaise est également actualisée sur la base des nouvelles données disponibles :

L évaluation de l exposition alimentaire de la population antillaise est également actualisée sur la base des nouvelles données disponibles : Résumé exécutif Actualisation de l exposition alimentaire au chlordécone de la population antillaise Evaluation de l impact de mesures de maîtrise des risques Le chlordécone est une molécule organochlorée,

Plus en détail

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech 1 Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech La politique environnementale 2 Chaque année, la Direction s engage sur une politique environnementale en choisissant quelques objectifs prioritaires.

Plus en détail

La présentation et la sélection des candidatures et des offres.

La présentation et la sélection des candidatures et des offres. La présentation et la sélection des candidatures et des offres. Les points essentiels à retenir : - Le principe est l ouverture de la consultation à tout candidat, dans la mesure où il présente les garanties

Plus en détail

Projet. Arrêté relatif aux modalités de l exécution de la mission de contrôle des installations d assainissement non collectif.

Projet. Arrêté relatif aux modalités de l exécution de la mission de contrôle des installations d assainissement non collectif. arrete controle MIE 6 sept 07 page 1 Projet Arrêté relatif aux modalités de l exécution de la mission de contrôle des installations d assainissement non collectif. Le ministre d Etat, ministre de l écologie,

Plus en détail

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Réunion du bureau du CESER Aquitaine du 2 avril 2013 CONTRIBUTION Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Vu le dossier

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer, ci-dessous, la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer, ci-dessous, la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIRECTION DES CENTRALES NUCLEAIRES Montrouge, le 27 octobre 2015 Réf. : CODEP-DCN-2015-042821 Monsieur le Directeur Centre National d Équipement Nucléaire EDF 97 avenue Pierre BROSSOLETTE

Plus en détail

Valeurs toxicologiques de référence (VTR)

Valeurs toxicologiques de référence (VTR) Valeurs toxicologiques de référence (VTR) Les VTR sont utilisées dans les démarches d évaluation quantitative du risque sanitaire et de proposition de valeurs guides de qualité des milieux Les VTR sont

Plus en détail

Etudes complémentaires suite au débat public Rapports. Etude sur la faisabilité de l alimentation électrique de la ligne

Etudes complémentaires suite au débat public Rapports. Etude sur la faisabilité de l alimentation électrique de la ligne Etudes complémentaires suite au débat public Rapports Etude sur la faisabilité de l alimentation électrique de la ligne Juin 2008 LGV PACA Etude de faisabilité sommaire pour le raccordement et l alimentation

Plus en détail

PREFET DE L'AIN. Le préfet de l'ain, VU la notification au demandeur du projet d arrêté préfectoral ; - A R R E T E -

PREFET DE L'AIN. Le préfet de l'ain, VU la notification au demandeur du projet d arrêté préfectoral ; - A R R E T E - PREFET DE L'AIN Préfecture de l'ain Direction de la réglementation et des libertés publiques Bureau des réglementations Références : ACM Arrêté préfectoral fixant des prescriptions complémentaires à l

Plus en détail

LA QUALITÉ DE L AIR EN 2011 À ÉVRY. Juillet 2012

LA QUALITÉ DE L AIR EN 2011 À ÉVRY. Juillet 2012 LA QUALITÉ DE L AIR EN 2011 À ÉVRY Juillet 20 LA QUALITE DE L'AIR A EVRY EN 2011 COMPLEMENT A LA QUALITE DE L'AIR EN ESSONNE 1. INTRODUCTION La station de surveillance de la qualité de l air d Evry a été

Plus en détail

Les minéraux calcium et magnésium jouent un rôle utile pour la santé (os, dents, cheveux, muscles). Ils rendent l eau plus agréable à boire.

Les minéraux calcium et magnésium jouent un rôle utile pour la santé (os, dents, cheveux, muscles). Ils rendent l eau plus agréable à boire. Calcaire En traversant les diverses couches géologiques, l'eau se charge en de nombreux minéraux et notamment en carbonate de calcium, plus communément appelé calcaire. Une eau riche en calcaire est qualifiée

Plus en détail

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES N/Réf. : CODEP-NAN-2016-016704 Nantes, le 29 Avril 2016 Service de médecine nucléaire Centre hospitalier de Saint Brieuc 22027 SAINT BRIEUC CEDEX 1 Objet : Inspection

Plus en détail

Arrêté préfectoral portant renouvellement de l'agrément de la SARL NEGOCE AUTO, exploitant d'un centre VHU. Agrément n PR 49 00012 D

Arrêté préfectoral portant renouvellement de l'agrément de la SARL NEGOCE AUTO, exploitant d'un centre VHU. Agrément n PR 49 00012 D PREFECTURE DIRECTION DE L'INTERMINISTÉRIALITÉ ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Bureau des ICPE et de la protection du patrimoine -------------------------- Installations classées AUTORISATION SARL NEGOCE AUTO

Plus en détail

Qui surveille la radioactivité dans l environnement?

Qui surveille la radioactivité dans l environnement? Qui surveille la radioactivité dans l environnement? AREVA et la surveillance réglementaire de la radioactivité de l'environnement autour de ses établissements du cycle du combustible nucléaire AREVA participe

Plus en détail

Séminaire urbanisme commercial. L Aménagement commercial dans le SCoT

Séminaire urbanisme commercial. L Aménagement commercial dans le SCoT Séminaire urbanisme commercial L Aménagement commercial dans le SCoT Le Développement Durable au cœur du Document d Aménagement Commercial Le Développement Durable au cœur du Document d Aménagement Commercial

Plus en détail

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale Circulaire Objet : dont la date d effet est fixée à compter du 1 er janvier 2015 Référence : 2014-65 Date : 23 décembre 2014 Direction juridique et de la réglementation nationale Département réglementation

Plus en détail

Introduction. Introduction. Cédric HALKETT Ingénieur Expert Qualité des Eaux

Introduction. Introduction. Cédric HALKETT Ingénieur Expert Qualité des Eaux Les Réseaux de suivi de la qualité des milieux aquatiques : Présentation et perspectives d avenir Introduction Introduction 3 èmes rencontres scientifiques de l Agence de l Eau Cédric HALKETT Ingénieur

Plus en détail

APPEL À PROJETS REGIONAL PHOTOVOLTAIQUE CONNECTE AU RESEAU Fonds de Développement Régional (FEDER) Années 2010-2011

APPEL À PROJETS REGIONAL PHOTOVOLTAIQUE CONNECTE AU RESEAU Fonds de Développement Régional (FEDER) Années 2010-2011 Union Européenne APPEL À PROJETS REGIONAL PHOTOVOLTAIQUE CONNECTE AU RESEAU Fonds de Développement Régional (FEDER) Années 2010-2011 L obligation de réduction des émissions de gaz à effet de serre et les

Plus en détail

Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015

Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015 ARIF / Juin 2015 Page 1 sur 7 Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015 A.- Généralités 1. Contenu Le présent document contient un certain nombre de renseignements et d instructions pour les

Plus en détail

SYNTHESE DE L ETUDE SANITAIRE REALISEE DU 21 AU 28 JUILLET 2014

SYNTHESE DE L ETUDE SANITAIRE REALISEE DU 21 AU 28 JUILLET 2014 INSTALLATION DE STOCKAGE DE DECHETS NON DANGEREUX SYNTHESE DE L ETUDE SANITAIRE REALISEE DU 21 AU 28 JUILLET 2014 Résumé : des enregistrements de cumul de mesures de molécules présentes spécifiquement

Plus en détail