2.1.2 HyDROLOGIE DE LA RIVIèRE DU DIABLE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2.1.2 HyDROLOGIE DE LA RIVIèRE DU DIABLE"

Transcription

1 2.1.2 HyDROLOGIE DE LA RIVIèRE DU DIABLE

2 Faits saillants Le régime hydrique de la rivière du Diable et de ses tributaires est de type «pluvio-nival», lequel se caractérise par l évènement de deux cycles «crue - étiage» à chaque année. Les débits maximums sont observés lors de la crue printanière (avril-mai), suite à la fonte des neiges. Une deuxième crue (octobre novembre) résulte des pluies d automne. Les périodes d étiage (basses eaux) ont lieu vers la fin de l été (août / septembre) et en hiver (janvier / février). De façon générale, les étiages estivaux sont plus sévères que les étiages hivernaux. Le débit moyen annuel de la rivière du Diable à St-Jovite (au droit de l usine de filtration de Saint-Roch) est estimé à 20,5 m3/s. Ce débit est considéré faible. Des variations saisonnières importantes sont par ailleurs observées, avec des débits pouvant aller de 4,98 m3/s (débit d étiage, Q 2-7) à 123,8 m3/s (débit de pointe au sud de St-Jovite, Q-2 ans). Faute de suivi hydrométrique sur la rivière du Diable, les données disponibles à ce jour sur l hydrologie de celle-ci correspondent à des approximations établies à partir de relevés provenant de rivières avoisinantes. Cours d eau le plus sollicité du bassin versant, la rivière du Diable sert autant à la dilution qu au transport des eaux usées après traitement, devenant ainsi source d eau potable. Toutefois, faute d outils de mesure des débits, les données disponibles sur l hydrologie de cette rivière sont établies sur des estimations de l hydrologie de différentes rivières avoisinantes. À la lumière de ces estimations, cette section présente le régime d écoulement de la rivière du Diable ainsi que ses débits moyens, d étiage et de pointe. Le régime hydrologique Les variations, dans le temps, des débits d un cours d eau constituent ce qu on appelle «son régime hydrologique». La rivière du Diable, ainsi que ses tributaires, présentent un régime de type pluvionival caractérisé par l évènement de deux cycles «crue - étiage» à chaque année. Les crues correspondent aux périodes de forts débits tandis que les étiages correspondent aux périodes de faibles débits. À défaut de données propres à la rivière du Diable, le graphique , représentant la distribution annuelle du débit moyen de la rivière Rouge, offre un aperçu approximatif des variations annuelles du régime hydrologique de la rivière du Diable

3 Graphique : Débit moyen (m 3 /s) de la rivière Rouge mesuré à la Station , en amont de la chute McNeil, Argenteuil. Source : CEHQ, Tel que l indique le graphique précédent, les débits maximums sont observés au moment de la crue printanière (avril-mai) et sont suivis par un étiage estival vers la fin de l été (août-septembre). Les débits reviennent à la hausse au cours des mois d octobre et de novembre, avec les pluies automnales et l entrée en dormance de la végétation. Enfin, un étiage d hiver résulte du stockage de l eau sous forme de neige au cours des mois de janvier et février. À l instar de la plupart des cours d eau du Bouclier canadien, le régime hydrologique de la rivière du Diable se caractérise par un temps de réponse rapide aux variations de précipitations. Cela entraîne des contrastes marqués entre les périodes de crue, où la rivière déborde de son lit, et les périodes d étiage. Cette rapidité à répondre aux variations climatiques s explique par plusieurs facteurs : les types de sols, les pentes prononcées qu on retrouve à l intérieur du bassin versant et la superficie relativement petite des unités de drainage. On estime à partir du débit moyen annuel à la hauteur de Saint-Jovite (station Saint-Roch) que 57 % des précipitations reçues sur le territoire se retrouvent éventuellement dans la rivière du Diable (selon un délai plus ou moins long). Les autres 43 % retournent dans l atmosphère par évaporation, en partie via la végétation. L annexe présente davantage d information concernant les principaux paramètres hydrologiques. Si le temps de renouvellement de l eau dans un lac peut varier de quelques mois et plusieurs années, en général, le temps de renouvellement de l eau d une rivière est d environ deux semaines (Environnement Canada). Cela explique qu un cours d eau est davantage utilisé pour le rejet des eaux usées municipales après traitement. Aucune donnée précise quant au temps de renouvellement de l eau n est toutefois disponible pour la rivière du Diable

4 Par ailleurs, la faible artificialisation des rives et le nombre restreint de barrages d importance à l intérieur du bassin versant font en sorte que le régime d écoulement de la rivière du Diable et de ses tributaires demeure naturel ou faiblement influencé (SNC-Lavalin, 2004). Deux barrages sont situés directement sur la rivière du Diable, soit à l exutoire des lacs Monroe et Escalier, tous deux à l intérieur du Parc du Mont-Tremblant; ces derniers n influencent que faiblement l écoulement de la rivière (CEHQ, 2003). La section 3.11 du présent document, intitulée Inventaire et gestion des barrages, ainsi que la carte Inventaire des barrages présentent les caractéristiques et la localisation des barrages dans le bassin versant de la rivière du Diable ainsi que la réglementation afférente. Défaut de suivi Actuellement, seule Station Mont-Tremblant effectue un suivi des débits de la rivière du Diable à sa prise d eau pour le Camp Nord (en bordure du chemin Duplessis). Il s agit toutefois d un suivi partiel, les débits étant mesurés entre 2,8 m 3 /s et 3,8 m 3 /s seulement, et ce, pour les mois de novembre à février. En l absence d un suivi hydrométrique complet sur la rivière du Diable, les débits sont évalués à partir des relevés effectués sur des rivières avoisinantes et dont les bassins versants présentent des caractéristiques géomorphologiques et climatiques semblables. Cette méthode, appelée «transfert de bassins versants», permet de transposer les débits d une rivière à l autre en fonction de la superficie de leurs bassins versants. Ainsi, les débits de la rivière du Diable, retrouvés dans les études les plus récentes, sont les résultats d extrapolations faites à partir de la rivière du Nord, à Sainte-Agathe-des-Monts, de la rivière Doncaster, à Sainte-Marguerite ou de la rivière Rouge, à Argenteuil. Débits moyens Estimés à partir des données historiques de la rivière Rouge, les débits moyens de la rivière du Diable à Saint- Jovite (station Saint-Roch) varient entre 11 m 3 /s durant la période hivernale et 12,6 m 3 /s durant la période estivale, pour une moyenne annuelle de 20,5 m 3 /s. Dans le contexte québécois, ce débit est considéré faible. Les débits moyens augmentent d un tiers entre le Camp Nord et le Versant Soleil et doublent entre le Camp Nord et la station Saint-Roch (SNC-Lavalin, 2004). Cela s explique par le fait que ce tronçon de 25 km de la rivière du Diable est alimenté par ses deux principaux tributaires, les rivières Le Boulé et Cachée. Le tableau présente les débits moyens pour la rivière du Diable estimés avec la méthode de «transfert par bassins versants» à partir des statistiques de la station située sur la rivière Rouge pour la période de 1970 à Tableau : Les débits moyens estimés pour la rivière du Diable Période Débit de la rivière du Diable (m3/s) Camp Nord Versant Soleil St-Jovite (station Saint-Roch) Moyenne hivernale 5,4 8,0 10,9 Moyenne estivale 6,2 9,2 12,6 Moyenne annuelle 10, ,5 Sainte-Agathe-des-Monts, de la rivière Doncaster, à Sainte-Marguerite ou de la rivière Rouge, à Argenteuil. Source : Calculés à partir de SNC-LAVALIN (2004) - 3 -

5 Débits d étiages Les débits d étiages de la rivière du Diable ont été évalués afin de déterminer le potentiel d extraction d eau et de dilution de rejets d eaux usées traitées. Le tableau présente les débits d étiages moyens théoriques évalués par la firme SNC-Lavalin pour les étiages d été et d hiver à différents endroits sur la rivière du Diable et ses principaux tributaires. Deux débits d étiages sont calculés, soit le Q 2-7 et le Q 10-7 (débit moyen minimal sur une période de sept jours enregistré à l intérieur de deux et dix ans respectivement). De façon générale, les étiages estivaux sont plus sévères que les étiages hivernaux, autant pour la rivière du Diable que pour ses principaux tributaires. Faute d outils de mesure, aucun suivi des débits d étiages n est effectué dans le bassin versant de la rivière du Diable. Tableau : Débits d étiages pour la Diable et ses principaux tributaires Débit (m 3 /s) Rivière Étiage d été Étiage d été Étiage d hiver Étiage d hiver Secteur Q 2-7 Q 10-7 Q 2-7 Q 10-7 Du Diable Camp Nord 2,45 1,41 3,09 2,01 Du Diable Versant Soleil 3,64 2,10 4,59 2,99 Du Diable Station Saint-Roch 4,98 2,87 6,28 4,09 Du Diable embouchure sur la Rouge 5,55 3,20 7,01 4,56 Le Boulé embouchure sur la Diable 1,02 0,59 1,29 0,84 Cachée embouchure sur la Diable 1,09 0,63 1,38 0,90 Source : SNC-LAVALIN (2004) Débits de pointe Le débit de pointe correspond au débit maximal instantané, associé généralement à la crue d un cours d eau. Dans son programme de détermination des cotes de crue, le CEHQ a déterminé des débits de pointe pour les rivières du Diable et Le Boulé en extrapolant des données provenant d autres bassins versants. Les débits de pointe (récurrence de 2, 20 et 100 ans) avancés par le CEHQ sont présentés au tableau Encore une fois, l absence de mesure des débits sur la rivière du Diable fait en sorte qu aucun suivi des débits de pointe ou de crues ne peut être effectué à l intérieur du bassin versant. Tableau Débits de pointe (Q) pour les rivières du Diable et Le Boulé Cours d eau Secteur Q 2 ans (m3/s) Q 20 ans (m3/s) Q 100 ans (m3/s) Du Diable Amont de la confluence avec la rivière Cachée ,2 174,3 Du Diable Pont du Parc linéaire 111,7 190,5 240,3 Du Diable Sud de Saint-Jovite 123,8 211,1 266,4 Le Boulé Aval de la confluence avec la rivière Archambault 46,2 64,9 69,4 Source : CEHQ (2003 et 2004) - 4 -

APPROVISIONNEMENT EN EAU

APPROVISIONNEMENT EN EAU APPROVISIONNEMENT EN EAU Pourquoi est-ce un problème prioritaire? Deux raisons principales font de l approvisionnement en eau un enjeu important pour le territoire du COBAMIL. D abord, l eau brute destinée

Plus en détail

Chaire de recherche du Canada sur la dynamique des contaminants microbiens dans les sources d'approvisionnement en eau

Chaire de recherche du Canada sur la dynamique des contaminants microbiens dans les sources d'approvisionnement en eau Chaire de recherche du Canada sur la dynamique des contaminants microbiens dans les sources d'approvisionnement en eau Impacts et adaptations aux changements climatiques des infrastructures municipales

Plus en détail

Chapitre 10. Programme de compensation

Chapitre 10. Programme de compensation Chapitre 10 Programme de compensation Table des matières...10-i Liste des tableaux... 10-ii Liste des photos... 10-ii Liste des cartes... 10-ii 10 Programme de compensation...10-1 10.1 Compensation pour

Plus en détail

L'EAU SOURCE DE VIE, SOURCE D'ENERGIE CYCLES NATUREL ET INFLUENCE DE L'EAU DANS LE BASSIN DU RHÔNE JUSQU'AU LEMAN

L'EAU SOURCE DE VIE, SOURCE D'ENERGIE CYCLES NATUREL ET INFLUENCE DE L'EAU DANS LE BASSIN DU RHÔNE JUSQU'AU LEMAN Bull. Murithienne 112 (1994): 17-21 173' ASSEMBLÉE ANNUELLE DE L'ASSN VERBIER, 22-26 SEPTEMBRE 199

Plus en détail

L étang de Vendres. mars 2011

L étang de Vendres. mars 2011 7 L étang de Vendres mars 2011 1. INTRODUCTION 123 2. SUIVI HYDROLOGIQUE DU FIL MED 126 2.1. Température de l eau 126 2.2. Salinité 126 2.3. Oxygène dissous 128 3. DIAGNOSTIC DE L EUTROPHISATION 128 3.1.

Plus en détail

3.1 Le réseau hydrographique

3.1 Le réseau hydrographique Chapitre 3 : Hydrologie Selon le Grand dictionnaire terminologique (2006), l hydrologie est une «science appliquée au cycle de l eau, des précipitations, de l écoulement ou de l infiltration et des réserves

Plus en détail

Demande de permis de construction pour une installation septique

Demande de permis de construction pour une installation septique Municipalité de Saint-Donat 490 rue Principale, Saint-Donat (Québec) J0T 2C0 Téléphone : (819) 424-2383 Télécopieur : (819) 424-2283 Demande de permis de construction pour une installation septique Propriétaire

Plus en détail

Chapitre 12 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre

Chapitre 12 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre Chapitre 12 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre Figure 12.1 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre Chapitre 12 : Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre 213 12.1 Indices de qualité de l eau Ce secteur du bassin compte

Plus en détail

Mékong, la mère. de tous les fleuves. Le Mékong s élargit au sud de Luang Prabang, où il inonde régulièrement la région

Mékong, la mère. de tous les fleuves. Le Mékong s élargit au sud de Luang Prabang, où il inonde régulièrement la région 16 Mékong, la mère de tous les fleuves Quatrième fleuve de l Asie par le débit (après le Yangzi Jiang, le Gange- Brahmapoutre et l Ienisseï), le Mékong naît au Tibet. Après avoir contourné l Himalaya,

Plus en détail

LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE

LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE Qui cotise à un REER? Un nouvel examen Boris Palameta LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE (REER) sont l un des plus importants avoirs financiers de la population canadienne 1 (Statistique Canada,

Plus en détail

Impacts potentiels des changements climatiques sur les évènements hydrologiques extrêmes : sévérité des étiages et risques de crues

Impacts potentiels des changements climatiques sur les évènements hydrologiques extrêmes : sévérité des étiages et risques de crues Impacts potentiels des changements climatiques sur les évènements hydrologiques extrêmes : sévérité des étiages et risques de crues Auteur : Jean François Cyr, M.Sc., ingénieur, responsable des projets

Plus en détail

Dispositions applicables aux zones naturelles N

Dispositions applicables aux zones naturelles N Dispositions applicables aux zones naturelles N PRÉAMBULE (EXTRAIT DU RAPPORT DE PRÉSENTATION) La zone N regroupe les espaces naturels et forestiers à protéger en raison de leur caractère d espace naturel

Plus en détail

1.1 Portrait général 1

1.1 Portrait général 1 Partie 1 Portrait du bassin versant 1.1 Portrait général 1 1.1.1 Localisation et étendue du bassin versant Le bassin versant de la rivière Fouquette, d une superficie d environ 75 km 2, est situé dans

Plus en détail

Tendance des niveaux de pollution atmosphérique du corridor Windsor-Québec

Tendance des niveaux de pollution atmosphérique du corridor Windsor-Québec Tendance des niveaux de pollution atmosphérique du corridor Windsor-Québec Rapport préparé en réponse au BAPE dans le cadre de l évaluation environnementale d une usine de fabrication d engrais à Bécancour

Plus en détail

PIIA-25 - TERRAINS EN PENTE, FLANCS ET SOMMETS DE MONTAGNES

PIIA-25 - TERRAINS EN PENTE, FLANCS ET SOMMETS DE MONTAGNES Mise à jour le 9 mai 2011 (règl. (2008)-106-3) Mise à jour le 6 août 2012 (page de présentation) PIIA-25 - TERRAINS EN PENTE, FLANCS ET SOMMETS DE MONTAGNES Votre projet se situe dans une partie de notre

Plus en détail

Le gestionnaire des cours d eau : un allié à considérer

Le gestionnaire des cours d eau : un allié à considérer Le gestionnaire des cours d eau : un allié à considérer Pascale Désilets, MRC d Arthabaska et représentante régionale de L AGRCQ le 23 mars 2016 Qu est ce que l AGRCQ? Une association regroupant les officiers

Plus en détail

Portrait du Bassin Versant du Lac William 4

Portrait du Bassin Versant du Lac William 4 Portrait du Bassin Versant du Lac William 4 1. PORTRAIT DU BASSIN VERSANT DU LAC WILLIAM 1.1 Localisation et superficie Le lac William est situé dans le bassin versant de la rivière Bécancour. Il est d

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James

Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James Direction de santé publique Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James Monique Beausoleil, M.Sc., toxicologue 12 novembre 2014 MISE EN CONTEXTE Le 10

Plus en détail

Prix de la copie : 100 $ Des copies additionnelles peuvent être obtenues auprès de :

Prix de la copie : 100 $ Des copies additionnelles peuvent être obtenues auprès de : Prix de la copie : 100 $ Des copies additionnelles peuvent être obtenues auprès de : L Association des stations de ski du Québec (ASSQ) 1347, rue Nationale Terrebonne (Québec) J6W 6H8 Téléphone : 450 765-2012

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE. Barrage SEJENANE. (mis en eau en 1994)

FICHE SYNOPTIQUE. Barrage SEJENANE. (mis en eau en 1994) Barrage SEJENANE (mis en eau en 1994) A. SITUATION - Cours d eau : Oued Sejenane - la ville la plus proche : Menzel Bourguiba b. DESTINATIONS DU BARRAGE - Irrigation, - Alimentation en Eau Potable - Transfert

Plus en détail

Notes explicatives sur les propositions législatives concernant la Loi et le Règlement de l impôt sur le revenu

Notes explicatives sur les propositions législatives concernant la Loi et le Règlement de l impôt sur le revenu Notes explicatives sur les propositions législatives concernant la Loi et le Règlement de l impôt sur le revenu Publiées par le ministre des Finances l honorable James M. Flaherty, c.p., député Novembre

Plus en détail

Guide de réalisation de relevé sanitaire des dispositifs d évacuation et de traitement des eaux usées

Guide de réalisation de relevé sanitaire des dispositifs d évacuation et de traitement des eaux usées Guide de réalisation de relevé sanitaire des dispositifs d évacuation et de traitement des eaux usées Michel Morissette, ingénieur Ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs Avril

Plus en détail

Les GES, Inventaire, Plan d action et Plan d adaptation

Les GES, Inventaire, Plan d action et Plan d adaptation VILLE DE TROIS-RIVIÈRES Les GES, Inventaire, Plan d action et Plan d adaptation Jean-Luc Allard, ing. Vice-président, SNC-Lavalin inc., Division Environnement Julien St-Laurent M.Sc. Env. Spécialiste environnement

Plus en détail

Qualité de l eau de la rivière Lorette

Qualité de l eau de la rivière Lorette 2009 Qualité de l eau de la rivière Lorette Table des matières Liste des tableaux... 3 Liste des figures... 3 Liste des photos... 3 Liste des annexes... 3 Description du bassin versant... 4 Données historiques

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006

DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006 DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006 AVRIL 2012 Les questions liées à l application de l étalement seront traitées

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) «Travaux de réfection des blocs béton de l ouvrage du Pont de l Angle» PROCEDURE ADAPTEE Maître d ouvrage : Syndicat du Bassin

Plus en détail

Master Sciences d. nnement In. nts P. ngénierie des Hyd. Parcours IMACOF SA. Résumé. é née de Masterr. Seuil de la Sauvagerie.

Master Sciences d. nnement In. nts P. ngénierie des Hyd. Parcours IMACOF SA. Résumé. é née de Masterr. Seuil de la Sauvagerie. MasterSciencesd M delaterre,del'eaauetdel'environ nnement In ngénieriedeshyd drosystèmesetdesbassinsversan nts P ParcoursIMACOF ROBERTBenjjamin Juin Aoûtt2012 Maîtredestage:ETIENNEHélène SA AGEClain,ConseiilGénéraldelaVienne

Plus en détail

Étude de sécurité du barrage X0005372 Évaluation de la Sécurité du Barrage

Étude de sécurité du barrage X0005372 Évaluation de la Sécurité du Barrage Municipalité de Val-des-Lacs Étude de sécurité du barrage X0005372 Évaluation de la Sécurité du Barrage Rapport Date : Novembre 2011 N/Réf. : 152-P041919-0100-HY-R200-00 TABLE DES MATIÈRES 1 INTRODUCTION...

Plus en détail

Table des matières. Liste des figures. Liste des tableaux

Table des matières. Liste des figures. Liste des tableaux Table des matières Liste des figures Liste des tableaux Table des matières Introduction 1 Partie A : Etude bibliographique 3 A1. Définition des concepts de bassin versant, de système et de modèle 7 A1-1.

Plus en détail

6.2 DISCUSSION. 6.2.1 Gains à Montereau

6.2 DISCUSSION. 6.2.1 Gains à Montereau Bassée Phase 2.3 : Etude de gestion de l aménagement Bassée V7 juin 2011 119 Bassée Phase 2.3 : Etude de gestion de l aménagement Bassée V7 juin 2011 120 Bassée Phase 2.3 : Etude de gestion de l aménagement

Plus en détail

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015 INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Rapport descriptif : automne 2015 SONDAGE SUR L INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Automne 2015 : faits saillants L indice de confiance commerciale (ICC) a glissé

Plus en détail

Conception et construction du barrage de Puylaurent (Lozère) Paul Gaudron EDF-CIH

Conception et construction du barrage de Puylaurent (Lozère) Paul Gaudron EDF-CIH Conception et construction du barrage de Puylaurent (Lozère) Paul Gaudron EDF-CIH Sommaire 1.Introduction /contexte du projet 2.Description des ouvrages 3.Construction - zoom sur les innovations 1 Introduction

Plus en détail

CANADA, PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ DU HAUT-SAINT-FRANÇOIS

CANADA, PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ DU HAUT-SAINT-FRANÇOIS CANADA, PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ DU HAUT-SAINT-FRANÇOIS Procès-verbal de l assemblée extraordinaire de la MRC du Haut-Saint-François tenue au centre administratif de la MRC le

Plus en détail

Données pluviométriques et critères de conception

Données pluviométriques et critères de conception 1. Infiltration Les ouvrages doivent permettre l infiltration d au moins 6 mm de pluie (ou davantage si les conditions de sol le permettent). 2. Traitement local Lorsqu un traitement local est exigé, les

Plus en détail

1) Les cours d eau. 1.1) définitions, morphologie

1) Les cours d eau. 1.1) définitions, morphologie 1) Les cours d eau 1.1) définitions, morphologie Bassin versant : étendue drainée par un cours d eau et l ensemble de ses affluents, le tout limité par une ligne de partage des eaux entité topographique

Plus en détail

SECTION 2 : CARACTÉRISATION DU BASSIN VERSANT DE LA RIVIÈRE CENTRALE

SECTION 2 : CARACTÉRISATION DU BASSIN VERSANT DE LA RIVIÈRE CENTRALE SECTION 2 : CARACTÉRISATION DU BASSIN VERSANT DE LA RIVIÈRE CENTRALE 82 Table des matières SECTION 2 : CARACTÉRISATION DU BASSIN VERSANT DE LA RIVIÈRE CENTRALE... 82 Table des matières... 83 Liste des

Plus en détail

Bulletin d information Période : Octobre 2008

Bulletin d information Période : Octobre 2008 ROYAUME DU MAROC Centre Royal de Télédétection Spatiale Direction de la Production Végétale Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la lutte contre la Désertification Direction de la Météorologie Nationale

Plus en détail

Production canadienne de pommes de terre

Production canadienne de pommes de terre N o 22-008-X au catalogue Vol. 9, n o 2. Bulletin de service canadienne de pommes de terre Novembre 2011. Faits saillants Le présent bulletin contient les estimations provisoires de la production de pommes

Plus en détail

Réduction des eaux parasites dans les réseaux d égouts municipaux

Réduction des eaux parasites dans les réseaux d égouts municipaux Réduction des eaux parasites dans les réseaux d égouts municipaux Colloque «Tous en action pour la St-François» Conférence de Michel Cyr 11 juin 2013 1 Plan de la présentation 1 : Contexte et définitions

Plus en détail

FICHE D INFORMATION Projet de production de gaz naturel aux îles-de-la-madeleine dans le cadre de l audience publique du 15 mai 2013

FICHE D INFORMATION Projet de production de gaz naturel aux îles-de-la-madeleine dans le cadre de l audience publique du 15 mai 2013 8 mai 2013 FICHE D INFORMATION Projet de production de gaz naturel aux îles-de-la-madeleine dans le cadre de l audience publique du 15 mai 2013 Calcul du bilan GES du remplacement de la consommation de

Plus en détail

DEVIS SPÉCIFIQUE 1 INTRODUCTION ET CONTEXTE

DEVIS SPÉCIFIQUE 1 INTRODUCTION ET CONTEXTE DEVIS SPÉCIFIQUE 1 INTRODUCTION ET CONTEXTE La MRC des Laurentides est située au cœur de la région du même nom. Elle s étale sur 2 500 km 2 et compte 20 villes et municipalités locales. Sa population de

Plus en détail

GESTION DURABLE DES EAUX DE PLUIE

GESTION DURABLE DES EAUX DE PLUIE GESTION DURABLE DES EAUX DE PLUIE Planification territoriale et développement durable 4 mai 2012 Miguel HERRERO Judith CÔTÉ Conseillers aux opérations régionales La collection «Planification territoriale

Plus en détail

TITRE II PRESCRIPTIONS CHAPITRE 1 : DISPOSITIONS COMMUNES A TOUTES LES ZONES

TITRE II PRESCRIPTIONS CHAPITRE 1 : DISPOSITIONS COMMUNES A TOUTES LES ZONES TITRE II PRESCRIPTIONS CHAPITRE 1 : DISPOSITIONS COMMUNES A TOUTES LES ZONES Article 1 - Sont interdits : activités futurs : - les puisards ou tout autre dispositif d'infiltration des eaux dans le sol.

Plus en détail

Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie

Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie Patrick Haubrechts haubrechtsp@bluewin.ch L écologie n est ni une doctrine, ni une idéologie, c est une pratique. Page 1 de 15. recupeau.doc Modifié 16.11.2006

Plus en détail

année 2015 Bulletin climatologique année 2015 MétéoSuisse Un début d année extrêmement doux Hivernal à partir de la mi-janvier 13 janvier 2016

année 2015 Bulletin climatologique année 2015 MétéoSuisse Un début d année extrêmement doux Hivernal à partir de la mi-janvier 13 janvier 2016 année 2015 MétéoSuisse Bulletin climatologique année 2015 13 janvier 2016 Record de 2014 déjà battu : la température de l année 2015 a connu un écart à la norme 1981-2010 de 1.29 degré, ce qui constitue

Plus en détail

La présence syndicale au Québec en 2014

La présence syndicale au Québec en 2014 La présence syndicale au Québec en 2014 Alexis Labrosse Secrétariat du Travail Direction de l information sur le travail Mars 2015 1 Table des matières Introduction... 4 Les sources de données, la population

Plus en détail

Fonds pour les cours d eau de la MRC de Coaticook

Fonds pour les cours d eau de la MRC de Coaticook Fonds pour les cours d eau de la MRC de Coaticook Présentation au CREE 4 mai 2012 Par : Dominick Faucher, urbaniste Directeur intérim du service d aménagement La MRC en quelques mots 12 municipalités 19

Plus en détail

7.2.c Notice sanitaire et de traitement des déchets

7.2.c Notice sanitaire et de traitement des déchets 7.2.c Notice sanitaire et de traitement des déchets Vu pour être annexé à la délibération du Conseil Municipal en date du 07 octobre 2013 approuvant le PLU 1. Le réseau d eau potable L alimentation en

Plus en détail

Mieux comprendre votre compte de taxe scolaire. 26 mars 2008

Mieux comprendre votre compte de taxe scolaire. 26 mars 2008 Mieux comprendre votre compte de taxe scolaire 26 mars 2008 Table des matières Notre commission scolaire en chiffres Provenance des revenus de la C.S.P.N. Nouveauté: loi 43 Impact de la hausse de l évaluation

Plus en détail

GUIDE APPEL D OFFRES CRÉATION SITE WEB

GUIDE APPEL D OFFRES CRÉATION SITE WEB GUIDE APPEL D OFFRES CRÉATION SITE WEB Introduction Le présent document a pour but d aider les entreprises qui désirent procéder à un appel d offres, sur invitation, pour la réalisation d un site web.

Plus en détail

Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud

Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud Sommaire exécutif Analyse des solutions de rechange pour l entreposage des déchets miniers Rév.03 Août 2015 SOMMAIRE EXÉCUTIF

Plus en détail

Département du Morbihan. Commune de LE TOUR DU PARC. Plan local d urbanisme. Annexes sanitaires

Département du Morbihan. Commune de LE TOUR DU PARC. Plan local d urbanisme. Annexes sanitaires Département du Morbihan Commune de LE TOUR DU PARC Plan local d urbanisme Annexes sanitaires I ADDUCTION & DISTRIBUTION D EAU POTABLE - Situation actuelle La Commune fait partie du SIAEP de (Syndicat Intercommunal

Plus en détail

Crues et Inondations CARACTÉRISTIQUES DES CRUES

Crues et Inondations CARACTÉRISTIQUES DES CRUES Crues et Inondations CARACTÉRISTIQUES DES CRUES Le bassin de la Loire en amont de Villerest est soumis à une double influence : Les précipitations cévenoles qui affectent le haut bassin. Ces pluies orageuses

Plus en détail

Devis-type pour l'élaboration d'un plan d'intervention pour le renouvellement des conduites d'eau potable, d'égouts et des chaussées

Devis-type pour l'élaboration d'un plan d'intervention pour le renouvellement des conduites d'eau potable, d'égouts et des chaussées Devis-type pour l'élaboration d'un plan d'intervention pour le renouvellement des conduites d'eau potable, d'égouts et des chaussées Présenté par: Nathalie Periche, ing. DESS Aqua Data INFRA 2015 Plan

Plus en détail

Les impacts environnementaux de l agriculture sur le Saint-Laurent 1

Les impacts environnementaux de l agriculture sur le Saint-Laurent 1 Les impacts environnementaux de l agriculture sur le Saint-Laurent 1 Louis Roy Introduction L agriculture québécoise s est grandement transformée depuis 1950. Bien que les superficies cultivées aient diminué,

Plus en détail

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS LOGEMENT LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS Le «pouvoir d achat immobilier» des ménages est un concept important pour l analyse des marchés du logement. Dans cet article, Ingrid

Plus en détail

Indicateurs de gestion 2014

Indicateurs de gestion 2014 Indicateurs de gestion 04 Nom : Granby Code géographique : 4707 Type d'organisme municipal : Municipalité locale TABLE DES MATIÈRES PAGE MOT DE L'ORGANISME MUNICIPAL SOMMAIRE DES 4 SÉCURITÉ PUBLIQUE Sécurité

Plus en détail

DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE)

DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE) DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L EQUIPEMENT DE LA CHARENTE SERVICE DE L URBANISME ET DE L HABITAT DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE)

Plus en détail

Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des

Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des logements. Par exemple, les prix des habitations ont fléchi d

Plus en détail

Bulletin mensuel de l hydrologie en Camargue. Juin 2003

Bulletin mensuel de l hydrologie en Camargue. Juin 2003 Direction départementale de l agriculture et de la forêt des Bouches-du-Rhône Bulletin mensuel de l hydrologie en Camargue Coordination et diffusion : Direction Départementales de l Agriculture et de la

Plus en détail

L augmentation des risques naturels en montagne, liés au changement climatique

L augmentation des risques naturels en montagne, liés au changement climatique L augmentation des risques naturels en montagne, liés au changement climatique La montagne en France : ¼ du territoire, 6 massifs, 12 régions, 48 départements, 6200 communes Au-delà du changement climatique,

Plus en détail

Ce document contient de l'information et des champs de formulaire. Pour lire l'information, appuyez sur la flèche vers le bas à partir d'un champ de formulaire. Lignes directrices d'étude de viabilisation

Plus en détail

EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION DES ROUTES ET LA FLUIDITE DU TRANSPORT TERRESTRE

EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION DES ROUTES ET LA FLUIDITE DU TRANSPORT TERRESTRE REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l agriculture est des ressources hydrauliques Direction générale de l aménagement et de la conservation des terres EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME EAU POTABLE

PLAN LOCAL D URBANISME EAU POTABLE PLAN LOCAL D URBANISME EAU POTABLE I SITUATION ADMINISTRATIVE La commune de MEAUX est autonome pour l alimentation en eau potable. L exploitation de l usine de production et du réseau de distribution s

Plus en détail

PROGRAMME CANADIEN DE CONTRÔLE DE LA SALUBRITÉ DES MOLLUSQUES (PCCSM)

PROGRAMME CANADIEN DE CONTRÔLE DE LA SALUBRITÉ DES MOLLUSQUES (PCCSM) PROGRAMME CANADIEN DE CONTRÔLE DE LA SALUBRITÉ DES MOLLUSQUES (PCCSM) PLATE-FORME RÉGIONALE D INFORMATION SUR LA SALUBRITÉ DES MOLLUSQUES (PRISM) GUIDE D UTILISATION DU CONSULTANT POUR LA GESTION DES DONNÉES

Plus en détail

COMPARAISON DES PRIX DE L ÉLECTRICITÉ DANS LES GRANDES VILLES NORD-AMÉRICAINES. Tarifs en vigueur le 1 er avril 2015 0,0272

COMPARAISON DES PRIX DE L ÉLECTRICITÉ DANS LES GRANDES VILLES NORD-AMÉRICAINES. Tarifs en vigueur le 1 er avril 2015 0,0272 COMPARAISON DES PRIX DE L ÉLECTRICITÉ DANS LES GRANDES VILLES NORD-AMÉRICAINES Tarifs en vigueur le 1 er avril 2015 0,0272 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 3 MÉTHODE 7 FAITS SAILLANTS 9 Clients résidentiels

Plus en détail

Programme résidentiel d efficacité énergétique - Bâtiments existants

Programme résidentiel d efficacité énergétique - Bâtiments existants Programme résidentiel d efficacité énergétique - Bâtiments existants (Anciennement appelé le Programme d amélioration énergétique des habitations existantes d Efficacité NB et le Programme d amélioration

Plus en détail

Projet de circulaire en application du L.214-18 CE

Projet de circulaire en application du L.214-18 CE Projet de circulaire en application du L.24-8 CE Direction de l Eau et de la Biodiversité DGALN - Direction de l'eau et de la Biodiversité Intitulé de la réunion Ministère de l'écologie, de l'énergie,

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 78 SÉANCE ORDINAIRE Du 6 octobre 2015 de la Ville de L Épiphanie tenue à 19 heures, au lieu ordinaire des séances, sous la présidence du maire Steve Plante, et à laquelle assistaient les conseillers suivants:

Plus en détail

La copropriété revue au pied carré

La copropriété revue au pied carré La copropriété revue au pied carré Pour une deuxième année consécutive, la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) a étudié le prix moyen au pied carré des copropriétés dans le but d établir

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DE L EAU PLAN D ACTION 2013-2017

POLITIQUE DE GESTION DE L EAU PLAN D ACTION 2013-2017 POLITIQUE DE GESTION DE L EAU PLAN D ACTION 2013-2017 Ville de Rivière-du-Loup Avril 2013 Service de l environnement et développement durable 1 Table des matières Mise en contexte 3 Plan d action 2013-2017

Plus en détail

Il est proposé par et unanimement résolu d adopter le règlement 01-2015 tel que décrit, à savoir; ARTICLES

Il est proposé par et unanimement résolu d adopter le règlement 01-2015 tel que décrit, à savoir; ARTICLES RÈGLEMENT 01-2015 Règlement déterminant le taux de la taxe foncière, la tarification, le taux d intérêt et les dates payables pour l année financière 2015 Il est proposé par et unanimement résolu d adopter

Plus en détail

12 avril 2011 1. COMMENT SE FORMENT LES DEPOTS RADIOACTIFS?

12 avril 2011 1. COMMENT SE FORMENT LES DEPOTS RADIOACTIFS? L IRSN publie une estimation des doses reçues au Japon par irradiation externe due aux dépôts radioactifs provoqués par l accident de la centrale de Fukushima-Daiichi 12 avril 2011 L IRSN fait le point

Plus en détail

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CENTRES DE DONNÉES

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CENTRES DE DONNÉES L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CENTRES DE DONNÉES MISE EN CONTEXTE L empreinte carbone d un produit correspond à la somme des gaz à effet de serre (GES) émis tout au long de son cycle de vie.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE La station de traitement d eau de Chenecey-Buillon après totale rénovation

DOSSIER DE PRESSE La station de traitement d eau de Chenecey-Buillon après totale rénovation DOSSIER DE PRESSE La station de traitement d eau de Chenecey-Buillon après totale rénovation Inauguration le 22 mars 2016 Journée mondiale de l eau Contacts Ville de Besançon : Direction Eau et Assainissement

Plus en détail

Révision de la numérotation des règlements

Révision de la numérotation des règlements Révision de la numérotation des règlements Veuillez prendre note qu un ou plusieurs numéros de règlements apparaissant dans ces pages ont été modifiés depuis la publication du présent document. En effet,

Plus en détail

Modification des seuils de rejet Potassium, Chlorures et Fluorures de SOCATRI

Modification des seuils de rejet Potassium, Chlorures et Fluorures de SOCATRI Modification des seuils de rejet Potassium, Chlorures et Fluorures de SOCATRI Page : 1/25 Sommaire 1 Objet du document...3 2 Références...4 3 Définitions...5 4 Rappel sur le procédé de traitement des effluents

Plus en détail

Autres règlements ou actions pour la protection des milieux humides, lacs et cours d eau

Autres règlements ou actions pour la protection des milieux humides, lacs et cours d eau Lotissement 1. Le règlement de lotissement prévoit des superficies de terrain d un minimum de 4 000 mètres à moins de 300 m d un lac et à moins de 100 mètres d un cours d eau. 2. Les superficies des terrains

Plus en détail

Budget Québec 2015-2016. Mesures concernant les particuliers. Mesures concernant les entreprises

Budget Québec 2015-2016. Mesures concernant les particuliers. Mesures concernant les entreprises Faits saillants Budget Québec Mesures concernant les particuliers Élimination graduelle de la contribution santé à compter du 1er janvier 2017 Mise en place en place d un bouclier fiscal Croissance de

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

Profil de l habitation Village urbain 13 Du Plateau GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 14

Profil de l habitation Village urbain 13 Du Plateau GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 14 Profil de l habitation Village urbain 13 Volume 3 cahier 14 PORTRAIT DE GATINEAU TABLE DES MATIÈRES Présentation...3 Population, ménages et logements en propriété...4 Logements en propriété...4 Âge des

Plus en détail

Enseignement et Recherche dans le domaine de l eau à Polytechnique - Montréal

Enseignement et Recherche dans le domaine de l eau à Polytechnique - Montréal et dans le domaine de l eau à Polytechnique - Montréal Professeurs Guy LECLERC et Musandji FUAMBA RESCIF Écoled étéindien 12 14 octobre 2011, Rabat, MAROC École d ingénieurs 12 programmes au premier cycle

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CONTRÔLE INTÉRIMAIRE RELATIF AUX ACTIVITÉS FORESTIÈRES SUR LE TERRITOIRE DU DOMAINE PRIVÉ DES MUNICIPALITÉS DE LA MRC DE PONTIAC

RÈGLEMENT DE CONTRÔLE INTÉRIMAIRE RELATIF AUX ACTIVITÉS FORESTIÈRES SUR LE TERRITOIRE DU DOMAINE PRIVÉ DES MUNICIPALITÉS DE LA MRC DE PONTIAC RÈGLEMENT DE CONTRÔLE INTÉRIMAIRE RELATIF AUX ACTIVITÉS FORESTIÈRES SUR LE TERRITOIRE DU DOMAINE PRIVÉ DES MUNICIPALITÉS DE LA MRC DE PONTIAC TABLE DES MATIÈRES I. DISPOSITIONS DÉCLARATOIRES... 3 1.1 Préambule...

Plus en détail

Barrière à sédiments. Figure 1. Installation de base de barrières à sédiments pour un terrain résidentiel à bâtir (APEL, 2008)

Barrière à sédiments. Figure 1. Installation de base de barrières à sédiments pour un terrain résidentiel à bâtir (APEL, 2008) Description Les barrières à sédiments ralentissent l écoulement des eaux et filtrent les sédiments. Pour être efficaces, elles doivent être utilisées pour créer, si possible, de petites zones d accumulation

Plus en détail

Chapitre premier. 1. Le territoire de la MRC de L Islet. 1.1 La description du territoire

Chapitre premier. 1. Le territoire de la MRC de L Islet. 1.1 La description du territoire Chapitre premier 1. Le territoire de la MRC de L Islet 1.1 La description du territoire 1.1.1 Localisation La MRC de L Islet est située sur la rive sud du fleuve Saint Laurent à l extrémité est de la région

Plus en détail

Renouvellement. de la tarification. de l assurance collective

Renouvellement. de la tarification. de l assurance collective Renouvellement de la tarification de l assurance collective au 1 er janvier 2016 2015-12-15 Table des matières Introduction... 2 Établissement de la tarification... 2 Assurance maladie... 3 Hausse de 1,18

Plus en détail

Parc de Production. Marchés

Parc de Production. Marchés Long terme Moyen terme Court terme Investissements Pluriannuel Planning d arrêts des tranches nucléaires Annuel Couverture Approvisionnement en combustibles Gestion du risque Valeurs d usage des grands

Plus en détail

ÉTUDES D ESTIMATION DES VOLUMES PRÉLEVABLES GLOBAUX

ÉTUDES D ESTIMATION DES VOLUMES PRÉLEVABLES GLOBAUX Sous bassin versant du Haut Drac Rapport de phase 3 septembre 2012 2010-2015 ÉTUDES D ESTIMATION DES VOLUMES PRÉLEVABLES GLOBAUX SDAGE Rhône-Méditerranée TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 RECONSTITUTION DE L

Plus en détail

Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final

Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Ministère du Tourisme, de la Culture et des Loisirs de l Ontario Le 23 octobre 2001 TABLE DES

Plus en détail

Questions réponses projets infrastructures Centre-Village

Questions réponses projets infrastructures Centre-Village Questions réponses projets infrastructures Centre-Village Mise en contexte : Le projet d infrastructures du Centre-Village comprend un réseau d eaux usées et d eau potable qui incluent toutes les conduites,

Plus en détail

MISSION D ETUDE POUR L ELABORATION DU SCHEMA DIRECTEUR ASSAINISSEMENT PLUVIAL

MISSION D ETUDE POUR L ELABORATION DU SCHEMA DIRECTEUR ASSAINISSEMENT PLUVIAL MISSION D ETUDE POUR L ELABORATION DU SCHEMA DIRECTEUR ASSAINISSEMENT PLUVIAL Cahier des clauses particulières (Marché à procédure adaptée en application de l article 28 du Code des Marchés Publics) 1

Plus en détail

Attendu que la Municipalité de Nominingue doit se conformer au règlement provincial relatif à la qualité de l eau potable ;

Attendu que la Municipalité de Nominingue doit se conformer au règlement provincial relatif à la qualité de l eau potable ; CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE NOMININGUE Règlement numéro 2010-338 Décrétant une dépense de 3 519 811,00 $ et un emprunt de 3 519 811,00 $ relatifs à la construction d une station de pompage

Plus en détail

GOUTTIÈRES (GUIDE D INSTALLATION)

GOUTTIÈRES (GUIDE D INSTALLATION) Dans le cadre de l amélioration de la gestion des eaux pluviales sur son territoire, la Ville de Magog a adopté en septembre 2014 une réglementation concernant les gouttières des bâtiments de son territoire

Plus en détail

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 - 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 Objectif(s) : o o Pré requis : o o o Contraintes de production, Optimisation de la gestion de la production. Coût de production, Production sous contraintes,

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

Gestion des rejets de substances prioritaires à. l échelle des bassins. versants. Jean-Marc BRIGNON INERIS Direction des Risques Chroniques SEMINAIRE

Gestion des rejets de substances prioritaires à. l échelle des bassins. versants. Jean-Marc BRIGNON INERIS Direction des Risques Chroniques SEMINAIRE SEMINAIRE Les substances chimiques dangereuses de la DCE : vers des outils opérationnels pour la fixation des VLE locales et la gestion à l échelle des bassins Gestion des rejets de substances prioritaires

Plus en détail

Les services climatiques Retour d expérience pour le secteur de l eau

Les services climatiques Retour d expérience pour le secteur de l eau Les services climatiques Retour d expérience pour le secteur de l eau Dominique RENAUDET, Directeur Recherche, Innovation et Développement Durable Climate services - Towards the provision of tailored climate

Plus en détail