La filière automobile en Bourgogne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La filière automobile en Bourgogne"

Transcription

1 Rapport de synthèse Rapport de synthèse La filière automobile en Bourgogne Diagnostic dans le cadre de la GPEC et de l anticipation des mutations économiques - Producteur - - Décembre

2 Page 2

3 Sommaire Eléments de contexte...4 La démarche...6 Tendances mondiales et européennes de la filière automobile...7 L intérim...9 La filière automobile en Bourgogne et dans les territoires Recrutement, voies, critères et difficultés Formation et demande sociale Les métiers de la filière Conclusions - entre constats et enjeux Les enjeux de la filière automobile en Bourgogne Repères bibliographiques et annexes Page 3

4 Eléments de contexte En décembre 2009, la Région et la DIRECCTE décident de cofinancer une étude portant sur les métiers, emplois et compétences de la filière automobile en Bourgogne dans une optique territoriale. On parle alors de GPEC territorialisée. Le portage de cette étude a été confié au comité territorial de la charte automobile de Bourgogne, lequel a mandaté l UIMB pour gérer l appui technique auprès du prestataire retenu, à savoir le C2R Bourgogne. Cette étude a été lancée le 2 Février Le cahier des charges portait en résumé sur deux axes : Développer une connaissance partagée et dynamique des métiers, emplois et compétences ainsi que de leurs évolutions dans les zones d emploi bourguignonnes à partir des données existantes, afin de fournir des indicateurs actualisables. Compléter l observation par une analyse qualitative permettant d éclairer les décisions du comité territorial. Elargie à l ensemble de la Bourgogne, cette étude complémente celle réalisée par le cabinet AMNYOS en 2008 dans le département de la Nièvre. Ce travail, au-delà de son aspect assemblage et étude de données, a pris l aspect d une investigation de terrain. Une enquête par questionnaire auprès des entreprises désignées par le comité territorial et surtout la rencontre d une cinquantaine de dirigeants et de DRH d entreprises de toutes tailles, dans leurs territoires géographique et sectoriel. Ces investigations ont permis le recueil d éléments de connaissance dynamique, en temps réel, des pratiques développées par les acteurs de l entreprise dans la gestion des compétences, le tout recontextualisé dans l économie de leur territoire d implantation. En effet, afin d apporter des éléments d aide à la décision d actions aux partenaires Région, Etat, organisations syndicales et patronales des branches professionnelles, composantes du comité territorial, il était fondamental d obtenir des éléments de la réalité quotidienne. Les éléments recueillis portent ainsi sur les pratiques, actions, contraintes, facilités, représentations, valeurs et questionnements en matière de «ressources humaines» dans les entreprises elles-mêmes, dans leurs contextes territoriaux singuliers et très différents les uns des autres. L entrée choisie pour organiser cette investigation a été celle des modes de recrutement pratiqués par les entreprises. Page 4

5 Eléments de contexte (suite) Cette entrée nous est apparue en effet comme le moment économique où convergent les questions : De territoire De formation professionnelle D emploi De développement économique De développement des individus. le lien au «vivier» local de compétences. l attractivité. les partenariats territoriaux. les diplômes, la formation des salariés et des demandeurs d emploi.. la gestion des effectifs et des compétences. l attractivité des métiers... la performance liée aux compétences des acteurs et les impacts des fluctuations économiques.. les parcours et la gestion des compétences.. La VAE, le DIF,le CIF. Cette entrée par les modes de recrutement permet d éclairer plus efficacement les points de vue des décideurs et acteurs, car elle permet de connecter entre eux des éléments qui le sont rarement. On ne doit pas oublier que le but de cette commande est bien d identifier des leviers d action qui permettent à la fois de renforcer la compétitivité des entreprises de la filière, mais aussi le développement conjoint des personnes et des territoires de la région. On ne doit pas oublier non plus que cette étude s est déroulée sur fond de crise globale, affectant plus particulièrement la filière automobile à divers degrés selon les métiers et les entreprises. Mais les actions à envisager au-delà de celles déjà engagées ou à engager d ordre conjoncturel doivent aussi prendre en compte l aspect structurel sur le moyen et le plus long terme. Par exemple, et on le verra dans les pistes d actions : agir sur des besoins immédiats en compétences, développer l attractivité d un territoire, raviver l intérêt des jeunes pour un métier en tension, créer un vivier de jeunes qualifiés. Ces actions ne nécessitent ni les mêmes rythmes, ni les mêmes échéances ni les mêmes moyens. Par contre, elles peuvent être vues dans une optique de conjugaison des besoins économiques, des besoins des personnes et des besoins des territoires. Enfin, à propos de la démarche de travail adoptée par le C2R Bourgogne au cours de ces 9 mois, il est important de signaler deux points. D une part, la dernière phase de l étude, celle de l analyse, a fait l objet d une connexion avec les experts du cabinet AMNYOS. Leur étude portait sur la réalisation d un diagnostic territorial de la filière automobile dans la Nièvre dans un contexte de début de crise et avec le contexte singulier du Nivernais dans son activité automobile. Cette connexion a permis de coproduire une partie du diagnostic plus efficacement et ainsi de travailler sur presque trois ans d investigation. D autre part, fort de ce constat et de cette expérience, le C2R Bourgogne est renforcé dans sa conviction que le diagnostic commence réellement lors de sa restitution aux partenaires et ne peut s arrêter le jour de sa présentation. Entendons par là que l exploitation des données et paroles d acteurs recueillies doit faire l objet d un travail régulier et continu, permettant une démarche diagnostic-action-diagnostic, afin d adapter les actions décidées en fonction des rythmes: court, moyen, et long terme. Page 5

6 La démarche L investigation du C2R Bourgogne s est déroulée en trois phases : analyse chiffrée, enquête par questionnaires, entretiens. Elle est basée sur une liste de 350 entreprises choisies par les partenaires bourguignons de la filière automobile : - ALLIZE PLASTURGIE - ANFA - Pôle Automobile Bourgogne - UIMB Ces entreprises constituent l échantillon de base sur lequel nous nous sommes appuyés pour réaliser les phases de questionnaires et d entretiens. Il est cependant impropre à donner une image quantitative réelle de la filière régionale pour deux raisons : - Le périmètre couvre très partiellement le secteur commerce et réparation automobile (CRA) puisque cet échantillon représente salariés (à travers une sélection d établissements de 10 salariés et plus) pour un secteur qui en compte plus de au total. - Le périmètre comptabilise l ensemble des salariés appartenant à des établissements sous-traitants de l automobile (travaillant de 1 % à 100 % pour la filière). La démarche initiale se situe donc à mi-chemin entre une étude basée sur une enquête exhaustive auprès des sous-traitants et une étude partielle, basée sur une sélection de codes de la nomenclature d activités française (NAF) 1. Ce compromis, nécessaire étant donné les contraintes temporelles et logistiques, conduit à une vision élargie de la filière automobile industrielle bourguignonne. Il surestime en effet les effectifs directement liés à la filière automobile industrielle en Bourgogne et sous-estime les effectifs du CRA. En conséquence, et afin de donner l image la plus fidèle possible de la filière automobile, nous avons choisi de nous détacher du périmètre initial de ces 350 établissements pour obtenir une meilleure compréhension des évolutions et du poids du secteur. En particulier, les chiffres publiés dans cette synthèse font référence à l ensemble du secteur «commerce et réparation automobile», soit salariés en Le commerce et les équipementiers ne constituant pas une filière au sens propre, les chiffres et interprétations délivrés dans cette synthèse sont systématiquement séparés en deux sousensembles : - Le secteur commerce et réparation automobile. - La filière industrielle automobile (constructeurs, équipementiers, sous-traitants, fournisseurs). Sur les 350 questionnaires envoyés, 81 nous ont été retournés complétés. La répartition des répondants par taille d établissement, type d acteurs de la filière automobile et par territoire est assez fidèle à celle de la population-mère (les 350 entreprises fournies initialement). Ces questionnaires constituent une première approche de certains des thèmes centraux de cette étude, à savoir les recrutements (modes, critères ), l appréhension du diplôme, la connaissance des différents dispositifs (VAE, chômage partiel ). Certains de ces thèmes ont ensuite été approfondis via les entretiens de la troisième phase de l étude. Enfin, les 50 entretiens, réalisés sur l ensemble des territoires bourguignons, ont entre autres permis de rencontrer des responsables d entreprises (DRH et dirigeants) de grande taille, structurantes pour les territoires. Ils ont offert la possibilité d aborder différentes questions, dont celles des nouvelles compétences, de la diversification de l activité, de la perception du territoire, des conséquences de la crise Les extraits d entretien cités ici viennent renforcer les constats établis à partir de faits quantifiables. Ils ont par ailleurs l intérêt de présenter la «parole du terrain» à un instant donné, donc d appuyer cette étude sur la réalité quotidienne telle que la vivent les entreprises. Plus globalement, toutes les données présentées ici, qu elles soient chiffrées ou plus qualitatives, constituent autant d éclairages d une même réalité, sous des angles différents et complémentaires. 1 Cf. Éléments d une réflexion sur la filière automobile, n 15, novembre OREF Alsace. 22p. Page 6

7 Tendances mondiales et européennes de la filière automobile Au niveau mondial, la construction automobile est un secteur en croissance. Durant les 10 années précédant la crise, la production annuelle de véhicules dans le monde est passée de 53 millions à 73 millions en A la fin des années 1990, la demande mondiale explose portée par la croissance des pays émergents. L automobile n est donc pas le minitel ; l industrie automobile n est pas un secteur en déclin comme la photographie argentique. Il s agit d un secteur structurellement en croissance. Cependant, les marchés d Europe de l ouest, considérés comme «matures», sont caractérisés par une demande qui évolue peu. Les activités de production se déplacent donc vers les centres de demande émergents où investissent les grands constructeurs mondiaux. Ce phénomène de grande ampleur est relativement récent. Ainsi, en l espace de 10 ans, la part de la production en France des constructeurs Français est passée de 65 % en 1998 à 36 % en En volume, la production d automobiles en France chute véritablement depuis Celle des constructeurs français, en France, est en effet passée de 2,9 millions de véhicules en 2004 à 1,5 millions de véhicules en Les impacts de la crise bancaire n expliquent pas à eux seuls cette chute des volumes de production. En Europe, la filière automobile connaît en effet une réorganisation géographique importante des pays d Europe de l ouest (Europe des 15) vers les pays d Europe centrale et orientale (PECO), en particulier en Roumanie, Hongrie, Pologne et République Tchèque. Conséquence des décisions des constructeurs de localiser l activité en Europe centrale et dans les pays proches de l union européenne (Afrique du Nord), ce déplacement de la production devrait se poursuivre dans les 10 années à venir et entrainer dans son sillage une partie des activités de sous-traitance. Le dispositif industriel des constructeurs est désormais élargi à l ensemble de l Europe et piloté systématiquement par les coûts. En 2009, la production mondiale de véhicules chute de 10 millions d unités. En France, l industrie automobile très exposée à la conjoncture mondiale, est le secteur qui connaît la plus forte décroissance entre 2007 et 2009, avec une chute de 30 % de ses volumes de production 2. Partout dans les pays de la triade, des plans de relance sont mis en place par les pouvoirs publics, concrétisés par des primes à la casse pour soutenir la demande intérieure. Leur effet est immédiat : les ventes en France de voitures particulières de marques françaises atteignent en 2009 leur plus haut niveau depuis Mais comme nous l apprend l histoire économique récente, l effet de ces primes est ponctuel. La hausse des ventes, tirées par les primes mises en place sous les gouvernements Balladur et Jupé, est suivie d un effondrement en 1997 mais qui sera relayé à l époque par la hausse des exportations. La demande mondiale explose à la fin des années 1990 et les constructeurs français y répondent. L histoire se répète mais le contexte a changé. Si l effondrement des ventes est d ores-etdéjà visible en 2010, la hausse de la demande mondiale aura un impact bien moindre qu à l époque du fait de la réorganisation de la filière au niveau européen et mondial. En ce sens, le plan de départ à la retraite anticipée chez Renault, révélé par l actualité récente, est un nouvel indicateur des surcapacités de production des constructeurs français implantés en France Cf. Conseil d analyse stratégique, Novembre Page 7

8 Tendances mondiales et européennes de la filière automobile (suite) Quels impacts sur l emploi en Bourgogne? Le contexte mondial et les stratégies des grands constructeurs produisent naturellement des effets sur les variations de l emploi en Bourgogne. Pour mesurer l évolution du volume d emploi dans l industrie automobile sur une période longue (ici de 1993 à 2009), il est nécessaire de s affranchir du périmètre large de l étude et de sélectionner une liste de codes spécifiques issus de la nomenclature d activités française (NAF) : Fabrication et rechapage de pneumatiques, Construction de véhicules automobiles, Fabrication de carrosserie, Fabrication d équipements automobiles. Les évolutions constatées en Bourgogne depuis le début des années 90 montrent que les variations d emplois dans les établissements équipementiers 1 (rang 1) sont déterminantes pour l emploi total de la filière. Les effectifs des équipementiers ont connu d abord une forte croissance, soutenue par la demande mondiale, passant de 2135 salariés en 1993 à 4192 en En baisse structurelle depuis 2006 et en chute depuis 2008, les effectifs de ces établissements de grande taille connaissent ensuite une diminution allant de 4192 salariés en 2002 à 2987 en Sans tenir compte de la crise, les effectifs des équipementiers sont véritablement en baisse depuis En 5 ans, les équipementiers bourguignons, localisés essentiellement dans la zone d emploi de Dijon et le département de la Nièvre, ont perdu 1100 emplois dont 400 entre 2008 et Cet ensemble est composé d établissements de grande taille, appartenant à des groupes dont les décisions sont souvent mal connues des décideurs locaux. Ils se caractérisent par une forte pression des donneurs d ordres sur les coûts et délais, pression qui ne devrait pas diminuer à court terme compte tenu de la concurrence des pays d Europe de l est. Les autres secteurs spécifiques de l industrie automobile connaissent des variations de moins grande ampleur : - La construction automobile (FPT à plus de 90 % sur deux sites) est même en croissance de 2005 à La fabrication de pneumatiques (près de 2000 emplois sur deux sites) est remarquablement stable sur la période mais connait un léger fléchissement depuis Dont JTEKT, VALEO, TRW, BENTELER L'industrie automobile en Bourgogne : d'une crise à l'autre 9000 Total effectifs salariés Fabrication et rechapage de pneumatiques Fabrication d'équipements automobiles Construction de véhicules automobiles Fabrication de carosserie * Codes NAF spécifiques (hors sous-traitants et fournisseurs) Source : unistatis Page 8

9 L intérim L intérim : l ajustement aux fluctuations des carnets de commandes Il n est pas possible de caractériser de façon chiffrée le recours à l intérim par les entreprises retenues dans le périmètre de l investigation. Mais l étude des variations dans les principaux secteurs relevant de la filière en Bourgogne illustre néanmoins très fortement le rôle de l intérim dans la gestion des emplois. Dans le secteur de la fabrication de carrosseries automobiles, on passe de 1263 intérimaires au premier trimestre 2008 à 281 au premier trimestre Dans celui de la fabrication d équipements automobiles, c est une diminution de 95% que l on constate soit un passage de 1139 intérimaires cumulés sur le premier trimestre 2008 à 53 sur la même période en 2009 (si on prend , on passe de 1437 à 53), la plus forte variation (- 96%) étant enregistrée par la fabrication de moules et modèles : 147 à 6. Si l on prend les variations annoncées au cours de cette période par certains soustraitants rencontrés, deux à trois entreprises bourguignonnes peuvent représenter à elles seules un peu plus du tiers de cette variation. L intérim représente donc toujours bien plus une variable d ajustement à l évolution des carnets de commande qu une nouvelle modalité de recrutement comme l idée circule ça et là. Certes, il s agit bien d observer et repérer dans un ensemble d intérimaires improprement appelé «vivier» ceux à qui les entreprises feront appel pour un CDD ou directement un CDI. «L intérim, c est la fluctuation de charge mais c est aussi la création du vivier» - Un équipementier de la zone d emploi de Dijon «On travaille avec des agences d intérim [ ] donc on a un vivier suffisant de gens qui veulent travailler chez nous. On a des intérimaires selon l activité.» - Un sous traitant de la zone d emploi de Chalon sur Saône «On a recours à l intérim occasionnellement, pour le remplacement d une personne en maladie» Un équipementier de la zone de Nevers En outre, et c est une rencontre avec un responsable d agence qui nous apporte ces éléments, l intérim est aussi pratiqué par certaines entreprises de maintenance et bureaux d étude sous-traitantes d entreprises industrielles lorsque les gros services de maintenance sont partiellement externalisés. Dans ces cas là, les gestionnaires d agence tentent de faire accomplir à leurs jeunes intérimaires des missions variées dans plusieurs secteurs, les rendant plus «polyvalents et expérimentés». Cette démarche semble porter certains fruits et mener à de l emploi stable. C est en ce sens que l intérim devient un mode d accès à l emploi plus durable. Page 9

10 La filière automobile en Bourgogne et dans les territoires La Bourgogne, une région moyennement dépendante de l automobile Comme cela a été exprimé à plusieurs reprises, mesurer le poids de la filière automobile en termes de salariés, dans une région ou en France, est un exercice périlleux. A l heure actuelle, une seule étude régionale en Nord-Pas-de-Calais, basée sur une enquête exhaustive auprès des sous-traitants et délivrée par l INSEE, a mesuré la part de l activité de chaque sous-traitants liée à l automobile. Cette étude sur la filière automobile en Nord-Pas-de-Calais 1 fait ainsi état de salariés dédiés à la filière sur travaillant dans 319 unités de production, soit environ 8 % des postes de travail salariés de cette région fin A titre indicatif, la construction automobile est essentiellement concentrée dans 6 régions : Ile-de-France, Nord-Pas-de-Calais, Haute- Normandie, Franche-Comté, Lorraine et Alsace. Elle est en outre très peu présente dans les régions du sud de la France. En France, le nombre de salariés dédiés à la filière industrielle de l automobile est estimé dans une fourchette allant de à en Rapporté au champ des données utilisées dans l étude présente (DADS), cela équivaut à environ 3,5 % des salariés français travaillant directement ou indirectement pour la construction automobile 2. En comparaison, la Bourgogne dans son ensemble, est en moyenne plutôt moins dépendante de la filière automobile que les autres régions. Si l on rapporte les salariés (cf. annexes) du périmètre «élargi» aux nombres de salariés retenus dans le champ des DADS, on obtient environ 3,2 % des salariés bourguignons travaillant dans la filière automobile. C est un poids équivalent à d autres secteurs industriels comme l agroalimentaire. C est deux fois moins que le secteur de la construction (7,2 %). Le secteur «commerce et réparation automobile» représente 2,3 % des salariés bourguignons en 2008, contre environ 2 % en France. Si les variations d emploi sont sensibles à la conjoncture (hausse du nombre de salariés de1998 à 2002), elles sont incomparables en termes d ampleur à celles observées dans le secteur industriel (cf. graphique). En outre, si l observation sur l ensemble de la région laisse transparaitre une relative stabilité des effectifs, l observation par territoire montre des variations extrêmement importantes (cf. annexes 2). Ces variations, dépendantes de la demande locale de service, ne sont corrélées qu imparfaitement avec l évolution totale de la population. Trois variables sont déterminantes pour expliquer ce paradoxe : l évolution des mobilités intrazones, la structure de la population active par âges et catégories socioprofessionnelles et les différentes modalités de transport offertes sur le territoire. L introduction de ces variables à un modèle formalisé permettrait de mettre en lumière les déterminants territoriaux de la possession de véhicule. 1 La filière automobile en Nord-Pas-de-Calais. Insee Nord-Pas-de-Calais. Profils, n 95, décembre p % des emplois dans l automobile : un chiffre trompeur. Sylvain Barde; OFCE. Clair & 10 février p. Page 10

11 La filière automobile en Bourgogne et dans les territoires (suite) On sait par exemple que le taux de motorisation était plus élevé chez les cadres que chez les ouvriers en 1980 alors qu on constate l inverse aujourd hui. Ce taux varie également selon la taille des communes : de 93 % pour les communes rurales à 79 % pour les villes de plus de habitants. En prenant en compte ces variables, il est possible d expliquer pourquoi lorsque la population totale de Dijon augmente, le nombre de salariés dans le secteur commerce et réparation évolue à la baisse. Pour 2/3 des zones d emploi cependant, on observe logiquement une corrélation positive entre l évolution de la population totale et l évolution des effectifs du CRA. Evolutions comparatives : secteurs industriels spécifiques et commerce/réparation Commerce effectifs Industrie * Codes NAF spécifiques (hors sous-traitants et fournisseurs) Source : unistatis Page 11

12 La filière automobile en Bourgogne et dans les territoires (suite) Une activité concentrée localement Decize 1.8 % Chalon-sur-Saône Le Creusot 1.2 % 10.5 % 2.2 % Louhans Montceau-les- 2.6 % Mines 3.0 % Le Charolais Mâcon Répartition par zone d emploi des salariés. Sens 3.9 % travaillant chez les Plus de deux tiers des effectifs de Equipementiers, soustraitants, fournisseurs Joigny la filière industrielle automobile sont 6.9 % Châtillon-sur-Seine concentrés dans 5 territoires (sur Auxerre 0.0 % 11.1 % les 18 zones d emploi) : Dijon, Avallon 4.4 % Nevers, Auxerre, Le Charolais et Montbard Dijon 3.1 % Montceau-les-Mines. Cosne-Cours-sur-Loire 21.3 % 1.6 % Par ailleurs, le territoire peu peuplé Nevers de Decize est fortement dépendant Beaune 13.5 % Autun 1.2 % de la filière automobile (16 % des 0.1 % Chalon-sur-Saône Répartition Répartition des des salariés) par la présence de deux Decize Le Creusot salariés salariés par ZE par ZE 5.9 % 0.5 % 2.1 % Louhans établissements de taille important : Montceau-les-Mines 1.3 % > 21% 10.4 % [ 11%; 21% [ un équipementier de rang 1 Source statistique : Le Charolais [ 6% ; 11% [ DADS 2008 (Faurecia) et 1 sous-traitant Mâcon [ 3% ; 6% [ Source 10.7 % 2.0 % < 3% fabricant d articles en caoutchouc cartographique : (Anvis). Articque Enfin, la filière automobile industrielle est quasiment absente de certains territoires : les zones d emploi d Autun, du Creusot et de Châtillon-sur-Seine en sont en effet exemptes. La filière automobile est implantée dans des territoires aux caractéristiques différentes. Ces caractéristiques (attractivité du territoire, diversité du tissu industriel, structure de la population active) surdéterminent les conditions de recrutement des entreprises. Un focus sur les 5 principaux territoires d implantation de la filière industrielle doit permettre d apporter un premier éclairage pour l action territoriale. Répartition par zone d emploi des salariés. travaillant dans le Commerce et réparation automobile Poids du secteur dans l'ensemble des secteurs >21% [ 11% ; 21% [ [ 6% ; 11%[ [ 3% ; 6% [ <3% Sens 9.2 % Joigny 2.6 % Auxerre 10.9 % Nevers 8.5 % Source statistique : DADS 2008 Source cartographique : Articque Avallon 2.3 % Autun Châtillon-sur-Seine Montbard 2.1 % 0.8 % Beaune 5.2 % Dijon 22.1 % Cosne-Cours-sur- Loire 2.5 % 3.9 % 8.6 % La zone d emploi de Dijon Avec 3500 salariés chez les équipementiers et soustraitants fin 2008, la zone d emploi de Dijon rassemble plus d un emploi sur cinq de la filière automobile en Bourgogne pour la partie industrielle. La filière automobile représente 3 % des salariés du territoire, ce qui en fait virtuellement le plus gros secteur industriel. En conséquence, et malgré la taille et la grande diversité du tissu économique, Page 12

13 La filière automobile en Bourgogne et dans les territoires (suite) l impact des variations de l activité automobile sur l emploi direct et indirect de Sens 2 % la zone n est pas neutre. - Ces variations d emploi Joigny 8 % touchent en particulier les Auxerre «fabricants d équipements 4 % automobiles». De 889 salariés Cosne-Cours-sur-Loire en 1993, le nombre de salariés 2 % des équipementiers de rang 1 de ce territoire atteint un pic en 2006 avec 1545 salariés pour diminuer ensuite jusqu à 1267 salariés en En outre, ce secteur se caractérise par un taux de recours élevé au personnel intérimaire. On dénombre plus de 200 intérimaires en moyenne par mois en 2007 pour ce sous-secteur. Ce recours est quasiment nul au premier trimestre Nevers 5 % Decize 16 % Avallon 6 % Châtillon-sur-Seine 0 % Montbard 4 % Autun 0 % Le-Charolais 12 % Beaune 1 % Dijon 3 % Chalon-sur-Saône Le Creusot Montceau-les-Mines 8 % Source statistique : DADS 2008 Source cartographique : Articque - La population salariée de cette zone comprend une part importante de cadres administratifs, techniques et commerciaux et ingénieurs (11,3 %). - La pyramide des âges est proche de celle de l ensemble de la filière avec une part légèrement plus élevée pour les 55 ans et plus (12 % contre 10,3 %). La zone d emploi de Nevers La zone d emploi de Nevers compte 2220 salariés répartis dans 3 grands ensembles : l automobile de compétition, la fabrication d équipements automobiles, la sous-traitance de rang 2 et plus. - Avec 11 % de cadres administratifs, techniques et commerciaux et ingénieurs, les entreprises de ce territoire recherchent une main d œuvre à forte valeur ajoutée pour les activités de recherche et développement. On compte près de 230 ingénieurs sur ce territoire soit 8,5 % des salariés de la filière. 1 % Mâcon 1 % 1 % Poids des salariés. travaillant chez les Equipementiers, soustraitants, fournisseurs dans l ensemble des secteurs Louhans 2 % Poids du secteur dans l'ensemble des secteurs >12% [ 8% ; 12% [ [ 4.4 %; 8% [ [ 2.2% ; 4.4 %[ [ 1% ; 2.2% [ <1% - Les ouvriers qualifiés sont nombreux (42,5%), la part des ouvriers non qualifiés est faible. - Les entreprises de ce territoire, dont la population totale diminue depuis une vingtaine d années, rencontrent des problèmes d attractivité pour les publics jeunes et très qualifiés. La zone d emploi d Auxerre Environ 1830 salariés travaillent en 2008 dans les établissements équipementiers et soustraitants de ce territoire. - La population salariée est vieillissante avec 13,3 % de 55 ans et plus dans la filière automobile en Le niveau de qualification est inférieur à l ensemble de la filière : 16 % d ouvriers nonqualifiés (10 % Bourgogne), seulement 6,4 % de cadres et ingénieurs et seulement 6,4 % de techniciens. -La part importante du secteur «fabrication de carrosseries automobiles et de remorques» induit un fort recours au personnel intérimaire. Page 13

14 La filière automobile en Bourgogne et dans les territoires (suite) Les zones d emploi de Montceau-les- Mines et du Charolais Ces deux territoires limitrophes du sud de la Saône-et-Loire sont peu attractifs et perdent régulièrement de la population depuis une trentaine d années. Ils forment un espace géographique où la densité de population décroit fortement, mais dont l emploi est concentré dans des établissements industriels de grande taille de la filière automobile : - Une unité de production de moteur à Bourbon- Lancy comptant environ 1570 salariés fin 2009 (société Fiat Powertrain Technologies) - Une usine de fabrication de pneumatiques à Blanzy comptant environ 1350 salariés fin 2009 (Manufacture Française Des Pneumatiques Michelin) Ces 2 établissements, d implantation historique, s inscrivent tous les deux dans une stratégie mondiale et manifestent une sensibilité moindre à la conjoncture nationale en comparaison des équipementiers. Le site de Fiat connait même une croissance de son activité depuis L implantation de ces établissements est déterminante : ils représentent pour ces deux territoires environ 8 % de l emploi total hors intérim. Cela fait de Montceau-les-Mines le territoire bourguignon où on observe la plus grande concentration salariale dans un seul établissement industriel. L impact sur l emploi local, indirect et induit, est évident. A titre d exemple, en comptabilisant les familles des salariés et les sous-traitants proches, l INSEE estime à le nombre de personnes concernées en 2006 par l activité de FPT à Bourbon-Lancy et dans les communes voisines de l Allier 1. La zone d influence de FPT est vaste : selon l Insee «sa zone de recrutement dépasse les limites du Charolais et même celles du département de la Saône-et-Loire. Un tiers de ses salariés résident dans l Allier, notamment dans les communes voisines ou celles situées le long de la RN79 et 10 % résident dans la Nièvre.» 1 L économie du Charolais structurée par l emploi industriel. Insee Bourgogne. Insee Bourgogne Dimensions, n 155, Janvier p. A l exception des territoires de la Nièvre, qui ont fait l objet d un diagnostic spécifique, les zones d emploi de Dijon, Auxerre, Montceau-les-Mines et le Charolais constituent des priorités d analyse complémentaire étant donné leur poids et leurs caractéristiques. Page 14

15 Recrutements : voies, critères et difficultés 1 - Opérateur public, réseaux et connaissances : des voies de recrutements privilégiées En matière de modes de recrutement, les possibilités sont multiples. Pour les entreprises de la filière automobile, la préférence va sans conteste à Pôle emploi et aux réseaux et connaissances. En effet, les réseaux et connaissances, qu ils soient ceux des chefs d entreprises ou ceux des salariés, sont vus comme un gage de qualité des candidatures. Ainsi, le recrutement via les réseaux apparaît comme un moyen, à terme, de réduire le turn-over en présélectionnant les salariés potentiels. Néanmoins, au cours des entretiens, plusieurs entreprises ont indiqué que plus le poste à pourvoir était qualifié, moins Pôle emploi leur paraissait en mesure de satisfaire leurs besoins. Le recours aux médias, notamment la presse spécialisée, prend alors le relai, particulièrement pour le recrutement des cadres. 2 - Expérience et comportement: des critères qui comptent lors des recrutements Si ce sont l expérience et le comportement qui priment sur le diplôme, des spécificités existent selon le secteur: filière industrielle automobile ou commerce réparation. Dans les entreprises du commerce réparation automobile C est à l expérience que les entreprises du CRA semblent accorder le plus d importance lors des recrutements des bas niveaux de qualification. Ces entreprises recherchentelles plus l opérationnalité immédiate que le diplôme? Est-ce à associer directement aux métiers du secteur et à leur technicité? Dans la filière industrielle automobile Pour leur part, les équipementiers/ sous-traitants privilégient davantage le comportement lors du recrutement des ouvriers non qualifiés. Les chefs d entreprise rencontrés évoquent la valeur travail, des candidats motivés voire passionnés par leur travail «On a toujours eu du mal à trouver des gens qui nous conviennent à nous, avec l amour de la mécanique» - Un équipementier de la zone d emploi de Dijon Les chefs d entreprises recherchent-ils plus la fiabilité, c est-à-dire des salariés motivés, ponctuels, en mesure de s intégrer et de travailler en équipe? Dans la filière automobile, globalement Pour ce qui est des qualifications supérieures (OQ, OHQ, ETAM), l expérience est privilégiée au comportement et surtout au diplôme. Là encore, il semble que les répondants recherchent avant tout une capacité immédiate à assumer une charge de travail, sans temps d adaptation important, des salariés maîtrisant la technicité de leur métier et capables de la mettre immédiatement en œuvre dans le cadre de l activité de l entreprise. «Pour les recrutements, on n a pas de d exigence de diplôme, on cherche plutôt des personnes avec 10 ans d expérience.» Un équipementier de la zone de Decize Pour autant, au cours des entretiens, les chefs d entreprise rencontrés annoncent des délais d apprentissage du poste de plus en plus allongés, au-fur-et-mesure que le niveau de qualification augmente. Ce chef d entreprise de la zone d emploi sénonaise explique par exemple qu un technicien met en moyenne 3 à 6 mois à s adapter au sein de son entreprise alors qu un cadre mettra jusqu à un an. Il faut Page 15

16 Recrutements : voies, critères et difficultés (suite) voir ici les métiers à fort effet d apprentissage interne, l expérience permettant la montée en compétences des salariés. A noter, pour les ETAM, cadres et ingénieurs, ce sont également l expérience et le comportement qui sont avant tout recherchés et non le diplôme, comme on aurait pu s y attendre notamment pour les ingénieurs. La tendance globale à privilégier expérience et comportement lors des recrutements se retrouve à travers les réponses obtenues au cours des entretiens : un répondant sur deux affirme ne pas avoir d exigence en termes de diplôme minimum lorsqu il recrute en production ; cette proportion s élève à deuxtiers des répondants pour les recrutements de salariés de l encadrement. Pour le formuler autrement, le diplôme minimum exigé lors d un recrutement n est pas l un des critères premiers de sélection, d autant moins que le poste à pourvoir est qualifié. Au final, il faut retenir que le savoir-faire, les compétences et l opérationnalité priment sur le diplôme, donc sur les savoirs plus théoriques. Cela pose la question de la reconnaissance des compétences, qui passe essentiellement, notamment en France, par la certification et donc dans une certaine mesure le diplôme. Le recours aux CQP et à la VAE est-il suffisant pour la reconnaissance des compétences des salariés non-diplômés? 3 - La promotion interne, voie privilégiée pour pourvoir les postes d encadrement intermédiaire A travers les entretiens, ce constat sur la promotion interne se retrouve via les discours tenus sur l évolution des salariés non-diplômés. Près des ¾ des entretiens exploitables sur cette question révèlent une véritable possibilité d évolution pour un non-diplômé au sein de l entreprise, souvent à la condition d une formation, que les chefs d entreprise rencontrés se disent volontiers prêts à financer. Dans la même veine, ¾ des interviewés indiquent que la promotion interne existe au sein de leur entreprise. Elle est vue comme un moyen de gagner du temps en termes d adaptation du salarié à son poste, à l entreprise et à l environnement de cette dernière. La promotion interne fidélise les salariés, les valorise et reconnaît la qualité de leur travail. Elle semble être la voie privilégiée pour les postes d encadrement intermédiaire. «Pour les encadrements/métiers intermédiaires on est sur la promotion [ ] On privilégie les promotions internes, c est une volonté du groupe Nous avons un système de formation interne très efficace, mais nous travaillons aussi avec la Région qui a une approche très innovante sur le terrain» - Un sous-traitant de la zone d emploi du Charolais 4 - Des difficultés de recrutement liées aux territoires, aux métiers et au secteur Les difficultés de recrutement exprimées par les chefs d entreprise relèvent essentiellement de problèmes d attractivité: du territoire, du métier ou du secteur. Le caractère plutôt rural de certains territoires peut être un obstacle aux recrutements. Cet inconvénient se renforce d autant plus que les entreprises recherchent des candidats hautement qualifiés, autrement dit des ingénieurs et cadres ou encore des salariés détenant des compétences particulièrement rares. «Faire venir la matière grise dans la Nièvre, c est pas facile [ ]. Je galère, mais je suis pas le seul sur le technopôle» - Un sous-traitant dans la zone d emploi de Nevers Page 16

17 Recrutements : voies, critères et difficultés (suite) Le problème d attractivité du territoire peut s expliquer par différents facteurs, cumulés ou non. - Il peut renvoyer aux possibilités limitées pour le conjoint ou la conjointe du salarié recruté de trouver un emploi «Je pense que c est plus la possibilité du bassin d emploi qui permettrait au conjoint de trouver. C est clairement un frein. L un de mes cadres aurait déplacé sa famille si sa femme avait pu trouver du travail dans la région.» - Un sous-traitant dans la zone d emploi de Sens Cet interviewé explique par ailleurs que sur les huit chefs de service et directeur que compte son entreprise (180 salariés sur le site), trois, lui-même compris, habitent à plus de 200 km de l entreprise et font les allersretours toutes les semaines, principalement du fait de la difficulté pour le conjoint/la conjointe de trouver un emploi à proximité de cette entreprise. - Il peut faire écho aux services (loisirs, commerces, université ) dont le développement sur le territoire ne correspond pas aux habitudes et/ou attentes des salariés recrutés (absence de commerce de loisirs, culture, de cinéma, absence de salle de spectacle ) «Ici on est loin de tous les grands centres, on est isolés, ce qui nous rend pas attractif On a du mal à faire descendre un ingénieur avec sa famille Ceux qu on a eus sont restés maximum 4 ou 5 ans après ils sont partis ailleurs Ce n est pas un problème salarial car on a une politique de rétention des personnes par le salaire C est un problème culturel. C est la particularité de notre site planté là en milieu rural loin de Dijon et Nevers.» - Un sous-traitant dans la zone d emploi du Charolais - Il peut refléter l isolement de l entreprise qui n a pas ou très peu d homologues faisant appel à des compétences identiques à proximité. Cet isolement -dû à l absence pure et simple de concurrents ou à leur fermeture progressive, notamment en conséquence de la crise- entraine une forte diminution du vivier constitué par la main-d œuvre de la concurrence. «Y a plus de concurrence, donc y a plus ce vivier de gens qui changent. Avant, on voyait ça. Y avait des gens qui en avaient marre et qui voulaient changer. Et puis voilà. Bon, maintenant, y a plus. Bon, y a eu toute cette génération qui est partie à la retraite, là, en quelques années, pareil. Au moins 20 % dans les entreprises. [ ] Pis y a pas mal de boutiques qu arrêtent Kodak c était un vivier phénoménal, Hoover Moi quand j ai démarré y a 20 ans, j embauchais des gens qui venaient que de chez Hoover, qui faisaient partie des vagues de licenciements de chez Hoover. Je les ai gardés tous ces gens-là. Maintenant, ils sont tous à la retraite.» - Un sous-traitant dans la zone d emploi de Beaune. Il peut aussi traduire l éloignement entre l entreprise et les centres de formation proposant des formations en lien avec l activité de l entreprise. C est du moins l une des raisons à leurs difficultés de recrutement avancées par deux chefs d entreprises rencontrés pour une interview, l un dans la zone d emploi de Beaune, l autre dans celle de Tonnerre. Doit-on craindre que les difficultés de recrutements, liées aux problèmes d attractivité des territoires, désorganisent l activité de l entreprise? L un des interviewés indique par exemple que ses derniers recrutements de cadres lui ont pris entre 5 et 18 mois et qu en attendant «on se débrouille comme on peut». Un autre explique préférer refuser des commandes faute de maind œuvre pour les honorer que de recruter quelqu un sans expérience. Page 17

18 Recrutements : voies, critères et difficultés (suite) Par ailleurs, les entreprises sont moins exigeantes en termes de diplôme, d expérience lors des recrutements. Le faible potentiel de main d œuvre les contraint-elles à revoir leurs exigences à la baisse? Une autre dimension des problèmes d attractivité renvoie aux métiers et à leur image. Les métiers de l industrie automobile, voire même plus largement de l industrie en général, n ont effectivement pas forcément une image «positive» auprès du grand public, ce qui engendre un déficit de «vocation», donc de formés notamment et de main-d œuvre plus largement. Dans certains territoires dont l économie est tournée vers d autres secteurs, cette image de secteur qui n embauche plus augmente les difficultés. Ce déficit d image peut aller jusqu à engendrer un surcoût pour l entreprise. Plusieurs interviewés disent en effet avoir été amenés à mettre en place une participation aux frais d essence pour inciter des salariés à venir travailler dans leur entreprise. Zoom sur les territoires à faible potentiel de main-d œuvre Le territoire peut avoir une influence sur les voies de recrutement utilisées par les entreprises. Certaines zones d emploi comptent un potentiel de main-d œuvre moins important (moins d actifs, moins de jeunes), telles les zones d emploi de Decize, Montceau-les-Mines De plus, même dans des zones d emploi telles que celles de Dijon, Chalon sur Saône, des entreprises sont implantées dans des territoires ruraux et isolés. Dans ces territoires «isolés», nous observons que le recours à Pôle emploi est plus marqué. Les réseaux de connaissance y sont-ils moins développés? Page 18

19 Formation et demande sociale I. Commerce et réparation automobile : des formations du CAP au BTS, bien réparties sur les territoires et qui attirent les jeunes 1 - Une bonne distribution en Bourgogne Chaque grand centre urbain est doté, directement ou dans sa périphérie, d un organisme, lycée des métiers et/ou CFA, dispensant des formations aux métiers pouvant s exercer dans le commerce réparation automobile : Dijon, Chalon-sur-Saône, Mâcon, Nevers, Marzy, Auxerre et Joigny. «Les formations des lycées des métiers sont mieux adaptées aux attentes des entreprises que dans les établissements inter-professionnels» une concession dans la zone d emploi de Beaune 2 - Moins d apprentis mais plus de lycéens : des effectifs formés stables Les effectifs en formation paraissent stables depuis quelques années : si l apprentissage domine (55% des formés) ce sont toutefois les effectifs en statut scolaire qui progressent, compensant ainsi la baisse du nombre d apprentis observée. La maintenance automobile : une filière qui attire des jeunes de plus en plus motivés La filière offre des formations du niveau V au niveau III, ce qui semble répondre à la demande des entreprises. La tendance vers le renforcement et le développement des formations de niveau IV (réforme du Bac Pro en 3 ans) permettra-t-elle de répondre à la nécessaire évolution due à l accroissement de la technicité dans les métiers de l automobile? Dans le domaine de la réparation automobile, c est la maintenance qui attire le plus les jeunes : CAP et Bac Pro maintenance de véhicules automobiles sont des formations fortement demandées chaque année. La carrosserie, quant à elle, continue d attirer des jeunes dans ses formations mais paraît en perte de vitesse en termes de demande sociale. Pour attirer et fidéliser les jeunes dans les formations de la réparation automobile, la Branche a activé différents dispositifs: forums, travail sur l orientation, découverte professionnelle 3 heures ou 6 heures, formations de maîtres d apprentissage et tuteurs, «Il y a une dizaine d années, vous étiez pas bon à l école, on vous envoyait en mécanique. Depuis 4-5 ans, on sent les jeunes vraiment accrochés et motivés par leur métier.» - Une concession dans la zone d emploi de Nevers 3 - Une insertion qui souffre de la conjoncture Globalement, les anciens lycéens s insèrent moins facilement dans la vie active que les apprentis. De plus, les jeunes diplômés sortis en juin 2008 arrivent sur le marché du travail dans une période peu favorable. Des lycéens qui s insèrent moins facilement mais décrochent plus de CDI Ainsi, les anciens lycéens diplômés dans une spécialité du commerce réparation automobile subissent de plein fouet la crise: à peine 41 % d entre eux ont décroché un emploi 7 mois après leur sortie de formation (contre près de 45 % tous domaines de formations confondus). Mais l élévation du niveau de formation reste un atout considérable dans l insertion : respectivement, du niveau V au niveau III, le taux d insertion varie de 25 % à 75 %. Cependant, pour nuancer ces constats, il faut noter que les jeunes diplômés qui s insèrent Page 19

20 Formation et demande sociale (suite) signent plus souvent un CDI : 53 % contre 41 % tous domaines confondus. L apprentissage semble mener plus facilement à l emploi même s il est moins durable Six apprentis diplômés du CRA sur dix sont en emploi 7 mois après leur sortie de formation, soit une insertion conforme à l ensemble des apprentis. A nouveau, le niveau de diplôme joue un rôle considérable dans l insertion des jeunes. Les niveaux IV et III atteignent un taux d insertion avoisinant les 80 % alors que le niveau V dépasse à peine les 50%. A noter, les anciens apprentis diplômés du CRA décrochent moins de CDI que l ensemble des apprentis (63% contre 66%). Globalement, les rémunérations sont conformes à celles observées pour l ensemble des diplômés, anciens apprentis ou lycéens. 4 - Un contexte économique peu propice aux contrats en alternance rattachés (ex: Peugeot, Volkswagen ), les salariés du commerce réparation automobile peuvent être soumis à des obligations de formations. Elles sont alors de plusieurs types : - les stages liés à la spécificité d un modèle de véhicule. Ils concernent 3 domaines : les pièces détachées, la mécanique automobile et le commercial. -les stages obligatoires (et modules d actualisation) liés aux habilitations et aux normes (exemple de la climatisation). - les stages liés à l hygiène et à la sécurité. En 2009, dans les établissements de 10 salariés et plus, ce sont les formations commerce vente qui ont dominé (42 % des salariés formés), suivies de très près par celles à la mécanique auto et moteurs (30 % des formés). La tendance est inverse dans les petits établissements mais ce sont une fois encore ces deux domaines qui arrivent en pôle position. Globalement, le développement des compétences des salariés du commerce et de la réparation automobile passe largement par les formations constructeurs. Les contrats de professionnalisation sont en diminution en 2009 (44 contrats signés contre 84 en 2008). Cette baisse s explique notamment par la non reconduction de deux groupes homogènes d actions collectives qui visaient des CQP (en 2008, avaient été mis en place un groupe pour les carrossiers peintres dans la Nièvre et un groupe pour la vente dans l Yonne). Cette baisse peut également s expliquer par la frilosité des chefs d entreprise à recruter un jeune en contrat de professionnalisation du fait de la crise économique. 5 - Des salariés formés non seulement au commerce et à la vente mais aussi à l évolution des moteurs et de la mécanique Pour des raisons de démarche qualité et/ou de contraintes imposées par le réseau des constructeurs auxquels ils peuvent être Page 20 Quid de la formation des salariés des établissements multimarques? A noter, les petits établissements, non concernés par notre démarche de diagnostic, sont avant tout multimarques. 6 - Vers un accroissement du nombre de demandeurs d emploi formés à un niveau V La formation des demandeurs d emploi permet non seulement à des chômeurs de renforcer ou d acquérir une qualification ou de se professionnaliser pour un retour rapide à l emploi, mais aussi de répondre à un besoin à très court terme de main d œuvre qualifiée dans les entreprises. Ces trois dernières années, le nombre de demandeurs d emploi formés à des spécialités du commerce réparation automobile ont progressé de 27 %. En effet, alors que les formations de niveau IV diminuent d un tiers, celles de niveau V ont quasi doublé depuis Les entreprises ont-elles plus un besoin d opérationnalité sur la mécanique et la carrosserie que de techniciens?

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

NOTE. Les points clés du portrait de territoire 2012 de la ZTEF

NOTE. Les points clés du portrait de territoire 2012 de la ZTEF NOTE STRATEGIQUE 2013 2013 ZTEF Bugey Plaine de l Ain Côtière Document validé par le Comité stratégique du X-12-2012 Le comité stratégique de territoire de la ZTEF Bugey Plaine de l Ain Côtière s est engagé

Plus en détail

autofocus L insertion professionnelle des jeunes formés aux métiers de l automobile La lettre de l Observatoire de l ANFA

autofocus L insertion professionnelle des jeunes formés aux métiers de l automobile La lettre de l Observatoire de l ANFA autofocus La lettre de l Observatoire de l ANFA N 55 OCTOBRE 2013 L'EMPLOI DES APPRENTIS REPART DOUCEMENT MALGRÉ UNE TENDANCE à la BAISSe En février 2012, 60% des apprentis sortis de formation automobile

Plus en détail

COMPÉTENCES DÉSORMAIS SOUS LA MÊME ENSEIGNE

COMPÉTENCES DÉSORMAIS SOUS LA MÊME ENSEIGNE ENTREPRISES TOUTES NOS COMPÉTENCES DÉSORMAIS SOUS LA MÊME ENSEIGNE les-industries-technologiques.fr Malgré le contexte économique actuel, le sujet de préoccupation qui arrive en tête pour les chefs d entreprise

Plus en détail

Le secteur automobile «amont» : tude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional

Le secteur automobile «amont» : tude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional Le secteur automobile «amont» : tude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional Synthèse Contexte Depuis 2008, les marchés et la filière automobile font face à de nombreux chocs conjoncturels

Plus en détail

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Synthèse - Septembre 2012 Une étude pour anticiper les besoins en compétences à horizon 2015-2020 Contexte économique et opportunités

Plus en détail

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages Dossier de presse juillet 2014 L APPRENTISSAGE, que d avantages Sommaire Introduction : l apprentissage 3 Quelques chiffres 3 Les enjeux 3 Un dispositif plus simple, plus sécurisé, mieux financé 3 1. Pourquoi

Plus en détail

Services de l automobile

Services de l automobile ÉDITION 2009 LA BRANCHE DES Services de l automobile L 1 473 entreprises I 6 876 Les activités de la Branche Entreprises Salariés Commerce de véhicules automobiles 158 2 574 Entretien et réparation automobile

Plus en détail

1 618 entreprises I 6 636 salariés

1 618 entreprises I 6 636 salariés ÉDITION 2011 La Branche Auto/Moto de l Précision importante pour l édition 2011 Compte tenu de la nouvelle nomenclature NAF (2008) et de la modification du périmètre des activités des codes NAF partagés,

Plus en détail

Présentation des industries de la Métallurgie

Présentation des industries de la Métallurgie Présentation des industries de la Métallurgie - Sources U.I.M.M. Lorraine En France Les industries de la transformation des métaux recouvrent les activités suivantes : - Biens intermédiaires : production

Plus en détail

Restitution de l enquête Seniors UT 92

Restitution de l enquête Seniors UT 92 ARACT Île-de-France DIRECCTE Ile de France UT92 Restitution de l enquête Seniors UT 92 Note de synthèse Janvier 2013 Note de synthèse - Enquête Seniors UT 92 1. Rappel du contexte et de la commande : En

Plus en détail

OBSERVATION PACA CRISE. Panorama sectoriel : Commerce n 0 / 19 juin 2009. Un secteur sensible. Faits marquants. Chiffres-clés

OBSERVATION PACA CRISE. Panorama sectoriel : Commerce n 0 / 19 juin 2009. Un secteur sensible. Faits marquants. Chiffres-clés 1 Panorama sectoriel : Commerce n 0 / 19 juin 2009 Faits marquants Un secteur sensible Le commerce occupe une place stratégique dans l économie régionale par le nombre de ses emplois. Il joue, en temps

Plus en détail

ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS Chantier à Lièpvre - Entreprise COLMAR CHARPENTES (Colmar) - MÉTIERS DE LA CHARPENTE - OCTOBRE 2012 1 1. L emploi 594 charpentiers en

Plus en détail

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3 SOFIP Observatoire Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle L insertion professionnelle des diplômés 2010 de Licence Professionnelle En 2009-2010, 529 étudiants ont été diplômés d une Licence

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Document réalisé par Peter Ulrich, économiste Les membres du Service de proximité aux TPE : 1 Le contexte

Plus en détail

Une typologie des paysages socio-sanitaires en France

Une typologie des paysages socio-sanitaires en France notes et documents n 1 - avril 1998 Une typologie des paysages socio-sanitaires en France Présentation synthétique des résultats concernant la Bourgogne Source : Étude CREDES n 1220 avril 1998 U notes

Plus en détail

788 établissements ( + 22% entre 2007 et 2011) 40% des établissements emploient 1 ou plusieurs salariés Chiffres

788 établissements ( + 22% entre 2007 et 2011) 40% des établissements emploient 1 ou plusieurs salariés Chiffres Données de cadrage Terres de Lorraine Un secteur qui compte sur le territoire Terres de Lorraine 788 établissements ( + 22% entre 2007 et 2011) 40% des établissements emploient 1 ou plusieurs salariés

Plus en détail

Mise en œuvre d un Service Public Régional de la Formation Professionnelle Continue en Région Bourgogne

Mise en œuvre d un Service Public Régional de la Formation Professionnelle Continue en Région Bourgogne Mise en œuvre d un Service Public Régional de la Formation Professionnelle Continue en Région Bourgogne 1 Le Conseil régional, chef de file de la formation 2 Le contexte - Rappels Les conseils régionaux

Plus en détail

CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION. L ANFA a créé ce mode d emploi pour vous accompagner et vous guider tout au long de votre CQP.

CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION. L ANFA a créé ce mode d emploi pour vous accompagner et vous guider tout au long de votre CQP. CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION L ANFA a créé ce mode d emploi pour vous accompagner et vous guider tout au long de votre CQP. Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 8 9 Qu est-ce que le CQP? 3 Quels sont les objectifs

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

OBSERVATOIRE RÉGIONAL

OBSERVATOIRE RÉGIONAL OBSERVATOIRE RÉGIONAL du Commerce de proximité : l emploi et la formation en Midi-Pyrénées Document de synthèse octobre 2015 Réalisé avec le soutien de La DIRECCTE Midi-Pyrénées et la contribution de :

Plus en détail

Enquête auprès des bénéficiaires CTP / CRP

Enquête auprès des bénéficiaires CTP / CRP Enquête auprès des bénéficiaires CTP / CRP Synthèse des résultats Janvier 2012 Alors que la crise économique continue de faire sentir ses effets dévastateurs sur la réalité de l emploi en France et que

Plus en détail

Des inégalités face au chômage. Thème n 10 Demande d emploi. Observer Anticiper Adapter. Créer Développer Innover. Informer Accompagner Orienter

Des inégalités face au chômage. Thème n 10 Demande d emploi. Observer Anticiper Adapter. Créer Développer Innover. Informer Accompagner Orienter Observer, Anticiper, Adapter Observer Anticiper Adapter Informer Accompagner Orienter Créer Développer Innover Thème n 10 Demande d emploi Des inégalités face au chômage i n d i c a t e u r s Avril 2009

Plus en détail

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi juin 2013 Regards croisés sur l intérim regards croisés sur l intérim L Observatoire des Métiers et de l Emploi s est vu confier, depuis 2008,

Plus en détail

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014 Nord-Pas de Calais N 180 JUILLET 2014 Sommaire 02 Le recrutement 03 La gestion des ressources humaines 04 Le recours à la formation continue 07 L alternance La place des RESSOURCES HUMAINES et les pratiques

Plus en détail

Information presse. + de 130 exposants INFORMATION PRESSE

Information presse. + de 130 exposants INFORMATION PRESSE Information presse + de 130 exposants 1 11 ème édition des Rendez-vous de l Emploi, de la formation et de la création d entreprise RENDEZ-VOUS A MÂCON vendredi edi 17 octobre 2014 de 9h à 17h PARC DES

Plus en détail

Information et consultation du CCE/CE sur le projet d'accord sur les parcours d'évolution professionnelle

Information et consultation du CCE/CE sur le projet d'accord sur les parcours d'évolution professionnelle Information et consultation du CCE/CE sur le projet d'accord sur les parcours d'évolution professionnelle au sein du Groupe Carrefour (Accord de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences) et

Plus en détail

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération L emploi d avenir 1 Le 03 mars 2013, la loi sur le contrat de génération est entrée en vigueur. Des entreprises de la Région Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Pacte social pour les industries de la métallurgie

Pacte social pour les industries de la métallurgie Paris le, 22 mai 2014 Contact : Dominique Gillier, Secrétaire général FGMM-CFDT 01 56 41 50 70 Pacte social pour les industries de la métallurgie Dans le cadre des engagements des branches pour la mise

Plus en détail

GFE 12 Techniques graphiques Impression

GFE 12 Techniques graphiques Impression PLAN RÉGIONAL DE DÉVELOPPEMENT DES FORMATIONS MIDI-PYRÉNÉES (PRDF) 2007-2011 GFE 12 Techniques graphiques Impression AVRIL 2006 Contribution au diagnostic du PRDF par GFE Fonds social européen Dernières

Plus en détail

OBSERVATOIRE PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA

OBSERVATOIRE PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA OBSERVATOIRE Progression d activité PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA 1 Compte tenu de la forte croissance actuelle au niveau de l ensemble de l économie

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management des achats et des ventes à l'international de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d

Plus en détail

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire Enquête sur les besoins de compétences dans les secteurs Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire du bassin d emploi de Blois. Etude réalisée par Jean Luc VEZON et Manuel CASIMIRO 41 janvier 2008 Objectifs

Plus en détail

POE collectives du Vaucluse

POE collectives du Vaucluse POE collectives du Vaucluse PréambuIe : Le département du Vaucluse, et plus particulièrement le bassin d emploi d Avignon, est constitué d un tissu de petites industries qui ont un besoin crucial de main

Plus en détail

ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE

ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE Observatoire régional information économique des CCI des Pays de la Loire ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE perspectives & compétences Édition 2006 Les CCI, première source d information

Plus en détail

Résultats de l analyse de l enquête RH auprès des entreprises du territoire

Résultats de l analyse de l enquête RH auprès des entreprises du territoire Maison de l Emploi de Valenciennes Métropole Projet GPECT Filière - juin 2014 Résultats de l analyse de l enquête RH auprès des entreprises du territoire 1 Contexte Les PME (Petites et Moyennes Entreprises

Plus en détail

ARGOS. GFE 05 Structures métalliques. Travail des métaux Fonderie. Pistes de réflexion

ARGOS. GFE 05 Structures métalliques. Travail des métaux Fonderie. Pistes de réflexion ARGOS Analyse régionale pour les grandes orientations du schéma des formations Pistes de réflexion GFE 05 Structures métalliques Juillet 2005 Travail des métaux Fonderie Réalisation CarifOref Midi-Pyrénées

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3248 Convention collective nationale IDCC : 1512. PROMOTION IMMOBILIÈRE ACCORD

Plus en détail

Après une Licence Professionnelle. Après une Licence Professionnelle

Après une Licence Professionnelle. Après une Licence Professionnelle Observatoire des Étudiants Cellule d aide au pilotage http://www.u-bordeaux3.fr/fr/ode.html Esplanade des Antilles - 33 607 PESSAC Cedex ode@u-bordeaux3.fr - www.u-bordeaux3.fr/fr/ode.html Après une Licence

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Coordinateur-trice du personnel de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Contexte de la rénovation des diplômes de la filière maintenance des véhicules

Contexte de la rénovation des diplômes de la filière maintenance des véhicules Contexte de la rénovation des diplômes de la filière maintenance des véhicules 1 SOMMAIRE 1/ Les évolutions clés dans les services de l automobile 2/ Les résultats de l enquête terrain auprès des entreprises

Plus en détail

L'insertion professionnelle des apprentis altérée par la crise économique

L'insertion professionnelle des apprentis altérée par la crise économique n 56 septembre 2010 ISSN 1967-6158 altérée par la crise économique Insertion dans la vie active des apprentis (Ipa) 2009 issus des centres de formation d'apprentis (Cfa) publics ou privés emploi formation

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

En un an, l insertion professionnelle des lycéens agricoles francs-comtois s est améliorée

En un an, l insertion professionnelle des lycéens agricoles francs-comtois s est améliorée n 62 juin 2011 ISSN 1967-6158 En un an, l insertion professionnelle des lycéens agricoles francs-comtois s est améliorée Enquête sur le devenir des jeunes sortants, en dernière année de cursus, des lycées

Plus en détail

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr.

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr. Transports urbains Bilan Social (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) Édition 2014 www.utp.fr Avant-propos Ce rapport de branche présente les données sociales

Plus en détail

Les salariés du transport et de la logistique

Les salariés du transport et de la logistique Les salariés du transport et de la logistique Les salariés du secteur Transport-Logistique sont essentiellement des hommes (82%), exerçant un métier d ouvrier (68%), qualifié pour la plupart. Globalement,

Plus en détail

Jusqu à la fin des années 90, la majorité

Jusqu à la fin des années 90, la majorité ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE 00.10 MARS En quinze ans, le nombre de chercheurs en entreprise (en personnes physiques) a fortement augmenté : 78

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Entreprises & Ressources Humaines

Entreprises & Ressources Humaines Observatoire régional de l information économique des CCI des Pays de la Loire perspectives & en pays de la loire Entreprises & Ressources Humaines édition 2009 Les CCI, leader de l information économique

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES ENTREPRISES DU MEDICAMENT ET L UNIVERSITE VICTOR SEGALEN BORDEAUX 2 DOSSIER DE PRESSE 17 NOVEMBRE 2008

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES ENTREPRISES DU MEDICAMENT ET L UNIVERSITE VICTOR SEGALEN BORDEAUX 2 DOSSIER DE PRESSE 17 NOVEMBRE 2008 CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES ENTREPRISES DU MEDICAMENT ET L UNIVERSITE VICTOR SEGALEN BORDEAUX 2 DOSSIER DE PRESSE 17 NOVEMBRE 2008 CONTACTS PRESSE Les Entreprises du Médicament Stéphanie Bou-Fleurot

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE LICENCE PROFESSIONNELLE 2010 DE L ub Situation au 1 er décembre 2012

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE LICENCE PROFESSIONNELLE 2010 DE L ub Situation au 1 er décembre 2012 LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE LICENCE PROFESSIONNELLE 2010 DE L ub Situation au 1 er décembre 2012 Les résultats présentés dans ce document concernent le devenir professionnel des diplômés 2010 de licence

Plus en détail

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective Un appui au recrutement de vos futurs salariés intérimaires La Préparation L essentiel de la POEC A la différence de la POE Individuelle, la POE n est pas conditionnée au dépôt préalable d une offre d

Plus en détail

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes Quadrat-Études 45 rue de Lyon, Paris 12 ème Contact : Laurent POUQUET Tél : 17551427-6 82 69 25 94 laurent.pouquet@quadrat-etudes.fr Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

L emploi et la formation dans la métallurgie Région Ile-de-France

L emploi et la formation dans la métallurgie Région Ile-de-France L emploi et la formation dans la métallurgie Région Ile-de-France Avril 2012 Sommaire 1. Les effectifs salariés et entreprises employeurs 2 2. Les profils des salariés 10 3. Les caractéristiques de l emploi

Plus en détail

Licence professionnelle Logistique globale

Licence professionnelle Logistique globale Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Logistique globale Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Les études supérieures sont un des principaux motifs de mobilité dans

Les études supérieures sont un des principaux motifs de mobilité dans Les études supérieures sont un des principaux motifs de mobilité dans la vie. Le départ des jeunes, redouté dans de nombreux territoires, commence souvent pour des raisons de poursuites d études. À l échelle

Plus en détail

Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux

Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 9 Synthèse Avril 2015 Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 9 Synthèse Avril

Plus en détail

ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS cordiste.mov - MÉTIERS DE LA COUVERTURE - DECEMBRE 2012 1. L emploi 1 241 couvreurs en 2010 soit 5% des salariés de la production du BTP

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

Connaissance de l intérim et de ses évolutions

Connaissance de l intérim et de ses évolutions Maison de l'emploi du DEveloppement de la Formation et de l'insertion du Pays de Redon et Vilaine O b s e r v a t o i r e Connaissance de l intérim et de ses évolutions 2009 - Bretagne Sud MEDEFI - 7,

Plus en détail

L'insertion professionnelle des lycéens agricoles moins favorable du fait de la crise économique

L'insertion professionnelle des lycéens agricoles moins favorable du fait de la crise économique n 55 septembre 2010 ISSN 1967-6158 L'insertion professionnelle des lycéens agricoles moins favorable du fait de la crise économique Enquête Insertion dans la vie active des élèves des lycées publics et

Plus en détail

PANEL 100. Synthèse. Enquête annuelle. Imprimerie Brochure Dorure

PANEL 100. Synthèse. Enquête annuelle. Imprimerie Brochure Dorure Enquête annuelle PANEL 100 Édition 200 9 Imprimerie Sérigraphie Reliure Brochure Dorure Synthèse L évolution de l emploi et de la formation dans les Industries de la Communication Graphique et du Multimédia

Plus en détail

Observatoire Emploi Formation de Seine-et-Marne

Observatoire Emploi Formation de Seine-et-Marne Observatoire Emploi Formation de Seine-et-Marne 11 ème enquête -Novembre 2010 Une enquête conduite par le Cabinet 1 Objectif de l enquête L objectif de l observatoire Emploi formation est d assurer un

Plus en détail

Évolution des effectifs et caractéristiques du domaine en 1999

Évolution des effectifs et caractéristiques du domaine en 1999 TOURISME ET TRANSPORTS A vec 62 emplois et 8,3 % des actifs, les métiers du tourisme et du transport constituent le 4 e domaine professionnel dans la région. Les effectifs ont progressé de 34 % entre 1982

Plus en détail

Mise de jeu 2 La certification des formations

Mise de jeu 2 La certification des formations Mise de jeu 2 La certification des formations Une formation certifiante délivre un diplôme reconnu par le RNCP Le plus souvent, les formations certifiantes ou qualifiantes sont celles qui mènent à «un

Plus en détail

Licence professionnelle Coordinateur de projets en gestion des risques

Licence professionnelle Coordinateur de projets en gestion des risques Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Coordinateur de projets en gestion des risques Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé d affaires en ingénierie électrique et électronique de l Université Montpellier 2 Sciences et techniques

Plus en détail

Profil du domaine professionnel. Banque Assurance. 295 PFM 2010 - Basse-Normandie

Profil du domaine professionnel. Banque Assurance. 295 PFM 2010 - Basse-Normandie Profil du domaine professionnel Banque Assurance 295 Profil du domaine professionnel Banque - Assurance Emploi et marché du travail Idées-forces Ce domaine professionnel se décline en trois grands groupes

Plus en détail

Ce dossier est édité par l Observatoire de l Association Nationale pour la Formation Automobile

Ce dossier est édité par l Observatoire de l Association Nationale pour la Formation Automobile Ce dossier est édité par l Observatoire de l Association Nationale pour la Formation Automobile Service études et prospectives 2 rue Capella Rond point Vega 44483 Carquefou Cedex 02.28.01.08.01 observatoire@anfa-auto.fr

Plus en détail

P.3 L expérience professionnelle est déterminante pour le reclassement

P.3 L expérience professionnelle est déterminante pour le reclassement ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES SOMMAIRE JUILLET 2015 N 13 P.1 Un reclassement sur deux à l issue d une formation financée par Pôle emploi P.3 L expérience professionnelle est déterminante pour le reclassement

Plus en détail

Le transport routier de personnes à la Réunion

Le transport routier de personnes à la Réunion Le transport routier de personnes à la Réunion Sous l effet de la croissance démographique et de l étalement urbain, les déplacements à la Réunion ne cessent de croître au regard des besoins d accès aux

Plus en détail

Formation et insertion

Formation et insertion Formation et insertion Plus d un élève sur trois formé dans l industrie A la rentrée 2011, près de 600 élèves suivent une formation professionnelle initiale sur le territoire vitryat. Plus d un tiers se

Plus en détail

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 LA PROFESSION D AMBULANCIER EN CHAMPAGNE-ARDENNE Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007 OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 51011 Châlons en Champagne

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

Travail des métaux Mécanique générale

Travail des métaux Mécanique générale Profil du domaine professionnel Travail des métaux Mécanique générale 65 Profil du domaine professionnel Travail des métaux - Mécanique générale Emploi et marché du travail Idées-forces Ce domaine professionnel

Plus en détail

Eléments. de diagnostic territorial. en Midi-Pyrénées. Zone d emploi. Toulouse. Décembre 2006

Eléments. de diagnostic territorial. en Midi-Pyrénées. Zone d emploi. Toulouse. Décembre 2006 Eléments de diagnostic territorial en Zone d emploi Décembre 2006 Contrat de plan Etat-Région 2000-2006 Eléments de diagnostic territorial : zone d emploi de La zone d emploi de TOULOUSE La zone d emploi

Plus en détail

L emploi intérimaire, entre risque de précarité et opportunité d insertion

L emploi intérimaire, entre risque de précarité et opportunité d insertion Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2012 11, novembre 2012 www.ftu.be/ep L emploi intérimaire, entre risque de précarité et opportunité d insertion Une analyse des

Plus en détail

L Emploi des jeunes dans l ESS Annexes. Questionnaire complet de l enquête en ligne

L Emploi des jeunes dans l ESS Annexes. Questionnaire complet de l enquête en ligne L Emploi des jeunes dans l ESS Annexes Questionnaire complet de l enquête en ligne Texte de présentation Le Conseil National des Chambres Régionales de l Economie Sociale et Solidaire (CNCRES) lance une

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE L accès aux Certificats de Qualification Professionnelle par la Validation des Acquis de l Expérience dans la Branche des Services

DOSSIER DE PRESSE L accès aux Certificats de Qualification Professionnelle par la Validation des Acquis de l Expérience dans la Branche des Services DOSSIER DE PRESSE L accès aux Certificats de Qualification Professionnelle par la Validation des Acquis de l Expérience dans la Branche des Services de l Automobile ( SOMMAIRE ( I. La Branche des Services

Plus en détail

Maintenance industrielle et méthode

Maintenance industrielle et méthode Profil du domaine professionnel Maintenance industrielle et méthode 81 Profil du domaine professionnel Maintenance industrielle et méthode Emploi et marché du travail Idées-forces Ce domaine professionnel

Plus en détail

CEP CONSTRUCTION. Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction. Septembre 2006. Jean-Louis Reboul. Sandrine Aboubadra

CEP CONSTRUCTION. Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction. Septembre 2006. Jean-Louis Reboul. Sandrine Aboubadra CEP CONSTRUCTION Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction Septembre 2006 Jean-Louis Reboul Sandrine Aboubadra Siège social 89, rue du Faubourg Saint Antoine 75011 PARIS Tel : 33

Plus en détail

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE UN MARCHE DU RECRUTEMENT EN PHASE AVEC l EVOLUTION DU MARCHE COMPTABLE RECRUTEMENT 74% DES EMPLOYEURS ONT RECRUTE SUR L ANNEE 2013/2014 Raisons des recrutements quelles évolutions depuis 3 ans? Le recrutement

Plus en détail

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP L intérim dans le secteur du BTP Septembre 2005 Sommaire Introduction page 3 I Données de cadrage du secteur du BTP page 4 A) Evolution du nombre de intérimaires et du taux de recours à l intérim pages

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse DOSSIER DE PRESSE Paris, le 3 décembre 2013 «Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse Fiche «Vue d ensemble» Face à la crise, le diplôme protège du chômage et favorise l accès à la formation

Plus en détail

Le contrat de génération issu d un accord unanime des partenaires sociaux

Le contrat de génération issu d un accord unanime des partenaires sociaux 1 Le contrat de génération issu d un accord unanime des partenaires sociaux L emploi des jeunes et des seniors : chantier prioritaire de la «Grande conférence sociale» des 9 et 10 juillet 2012 Un Accord

Plus en détail

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Crédit photo : Hlp - DISSAUX La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Mars 2014 (à partir de l étude validée en juin 2013) CONTEXTE Dans un marché mondial

Plus en détail

DANS LES ENTREPRISES DE SERVICES

DANS LES ENTREPRISES DE SERVICES VALORISER ET POURVOIR LES EMPLOIS DANS LES ENTREPRISES DE SERVICES À LA PERSONNE Découvrez les services de l ANPE pour fiabiliser vos recrutements Les Services Entreprises de l ANPE Il y a ceux qui pensent

Plus en détail

Flore-Aline Colmet Daâge*

Flore-Aline Colmet Daâge* NOTE n 153 - Fondation Jean-Jaurès - 23 janvier 2013 - page 1 Un enjeu clé pour dynamiser l emploi Flore-Aline Colmet Daâge* * Directrice d études, département «Opinion et stratégies d entreprise», Ifop

Plus en détail

Pôle d emplois tertiaires métropolitains

Pôle d emplois tertiaires métropolitains Pôle d emplois tertiaires métropolitains En parallèle de sa mission d attraction des entreprises, Euroméditerranée entend aussi veiller au bon développement et répondre aux nouvelles attentes des entreprises

Plus en détail

situation à 6 mois des titulaires d un DUT 2012

situation à 6 mois des titulaires d un DUT 2012 n o 14 2014 situation à 6 mois des titulaires d un DUT 2012 TAUX DE POURSUITE D ÉTUDES 77,3% TAUX D EMPLOI 17% TAUX DE RECHERCHE D EMPLOI 4,5% TAUX D INACTIVITE 1,2% OBSERVATOIRE Etude réalisée avec le

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Avec près de 220 000 contrats en 2006, l économie sociale régionale rassemble plus de 11% des contrats de l ensemble du secteur privé et semi-public.

Plus en détail

Diplômes et insertion professionnelle

Diplômes et insertion professionnelle Diplômes et insertion professionnelle Béatrice Le Rhun, Pascale Pollet* Les conditions d accès à l emploi des jeunes qui entrent sur le marché du travail varient beaucoup selon le niveau de diplôme. Les

Plus en détail

regards sur les métiers des industries pharmaceutiques, cosmétiques & parfums

regards sur les métiers des industries pharmaceutiques, cosmétiques & parfums regards sur les métiers des industries pharmaceutiques, cosmétiques & parfums good to know you* Le centre expert des industries pharmaceutiques, cosmétiques & parfums, étudie les tendances de ces deux

Plus en détail

ANALY ANAL S Y E S PR

ANALY ANAL S Y E S PR ANALYSE PROSPECTI IVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS AUDA BATIMENT MÉTIERS DE LA PLOMBERIE NOVEMBRE 2014 1 1. L emploi 1 086 plombiers en 20122 soit 4% des salariéss de la production du

Plus en détail

Perception des jeunes sur l emploi dans l économie sociale et solidaire

Perception des jeunes sur l emploi dans l économie sociale et solidaire SYNTHÈSE D ÉTUDE Perception des jeunes sur l emploi dans l économie sociale et solidaire Étude Avise-CESOD - avril 2014 PARTENAIRES FONDATEURS DE JEUN ESS AVEC LE SOUTIEN DE : Contact Avise : Claire Gadebois,

Plus en détail