L œil rouge: une approche clinique. Présenté aux résidents de l UMF, par Dre Élise Roberge, urgentologue, le 16 juin 2010.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L œil rouge: une approche clinique. Présenté aux résidents de l UMF, par Dre Élise Roberge, urgentologue, le 16 juin 2010."

Transcription

1 L œil rouge: une approche clinique Présenté aux résidents de l UMF, par Dre Élise Roberge, urgentologue, le 16 juin 2010.

2 Objectifs Évaluer l œil rouge selon une démarche clinique simple Connaître le diagnostic différentiel de l oeil rouge Initier un traitement efficace des pathologies traitables en cabinet Reconnaître les pathologies nécessitant une référence urgente en ophtalmologie

3 Lesquels des énoncés suivants sont vrais? 1. La plupart des causes de l œil rouge peuvent être diagnostiquées au bureau du médecin de famille. 2. La plupart des causes de l œil rouge sont sévères. 3. La conjonctivite est la cause la plus fréquente d un œil rouge en communauté. 4. L'examen au biomicroscope (lampe à fentes) est nécessaire pour mettre en évidence la plupart des opacités cornéennes et identifier des cellules dans la chambre antérieure. 5. L omnipraticien peut traiter tous les patients se présentant avec un œil rouge. A) 1, 2 et 3 B) 1, 3 et 5 C) 3 et 4 D) 1 et 3 E) Tous les énoncés

4 Anatomie de l oeil Ref: jumbotronics.wordpress.com

5 Diagnostic différentiel de l œil rouge Étiologies traumatiques Étiologies non traumatiques

6 Oeil rouge traumatique Abrasion /érosion cornéenne Corps étranger cornéen Corps étranger sous la paupière Hyphéma Kératite aux rayons ultraviolets (U.V.) Brûlure chimique ou thermique Corps étranger intraoculaire Fracture orbitaire Lacération cornéenne ou rupture du globe oculaire

7 Oeil rouge non traumatique Conjonctivite Virale Bactérienne Allergique Kératite herpétique Glaucome aigu Épisclérite Sclérite Hémorragie sousconjonctivale Uvéite antérieure aiguë Cellulite orbitaire

8 Démarche clinique en 8 étapes 1. Acuité visuelle 2. Conjonctive 3. Sécrétions 4. Opacités cornéennes 5. Atteinte épithéliale 6. Chambre antérieure 7. Pupilles 8. Autres symptômes

9 1. Évaluer l acuité visuelle NORMALE Conjonctivite virale, bactérienne et allergique Hémorragie sous conjonctivale DIMINUÉE Trauma Kératite Uvéite antérieure aiguë Glaucome aigu Cellulite péri-orbitaire

10 2. Inspecter la conjonctive Hyperémie localisée Hémorragie sousconjonctivale Péricornéenne ou périlimbique Kératite infect. Uvéite Glaucome Hyperémie diffuse Trauma Inflammation Conjonctivites

11 3. Évaluer le type de sécrétions Aucune Hémorragie sousconjonctivale Claire Trauma, kératite, uvéite, glaucome, conjonctivite virale ou allergique Séro-sanguinolente Trauma Purulente Infection bactérienne

12 Aucune 4. Détecter la présence d opacités cornéennes Conjonctivite Opacités diffuses (grisaille) Glaucome Kératite aux rayons U.V. Opacité localisée Kératite herpétique Ulcère cornéen

13 5. Rechercher une atteinte épithéliale (fluorescéine) Kératite herpétique Abrasion cornéenne Irritation 2e au port de lentilles cornéennes Kératite aux rayons U.V. Brûlure chimique

14 6. Évaluer la chambre antérieure Absente Lacération du globe Étroite Glaucome aigu Cellules en suspension Uvéite ant. aiguë Sang Hyphéma, perforation du globe Pus (hypopyon) Ulcère cornéen

15 7. Examiner les pupilles (comparaison du diamètre, réflexe photomoteur, Mydriase Trauma #1 Paralysie 3e nerf crânien Glaucome aigu Iatrogène (atropine) régularité du contour) Myosis Uvéite #1 Syndrome de Horner Iatrogène (pilocarpine, narcotiques)

16 8. Rechercher d autres symptômes Douleur & photophobie Trauma, kératite, uvéite, glaucome Halos colorés, douleur abdo, vomissements Glaucome aigu Prurit & chémosis Conjonctivite allergique Adénopathies pré-auriculaires Conjonctivite virale

17 Autres étapes utiles 9. Mesurer la pression intra-oculaire dans les 2 yeux Normale: si entre mmhg si comparable des 2 côtés Si augmentée, suspecter glaucome aigu 10. Inspection du visage, des paupières et des cils 11. Évaluer l état général du patient

18 Cas 1: Fille de 16 ans, prurit et rougeur bilatéraux.

19 Cas 1: Fille de 16 ans, prurit et rougeur bilatéraux. Acuité visuelle Conjonctive Écoulement Opacités cornéennes Atteinte épithéliale Chambre antérieure Pupilles Autres symptômes Normale Hyperémie diffuse, chémosis Clair Nil Nil Normale Normales Prurit oculaire, rhinorrhée claire

20 Conjonctivite allergique (cas 1) Tx Éviter allergènes Tx de support: lubrifiants oculaires, compresses froides, éviter de frotter les yeux Médication: Antihistaminiques topiques (ex: azelastine, levocabastine) ou PO (ex: diphenhydramine, hydroxyzine, loratadine) et/ou Décongestionnants oculaires topiques (ex: naphazoline, tetrahydozoline) Si Sx sévères et échec au Tx de 1 ère ligne: AINS topiques (ex: ketorolac) Antihistaminiques mast cell stabilizers (cromolyn sodium, lodoxamide) Suivi PRN

21 Cas 2: Enseignante de 35 ans, rougeur et irritation de l OG.

22 Cas 2: Enseignante de 35 ans, rougeur et irritation de l OG. Acuité visuelle Conjonctive Écoulement Opacités cornéennes Atteinte épithéliale Chambre antérieure Pupilles Autres symptômes Normale Hyperémie diffuse Mucoïde Nil Nil Normale Normales Sx d I.V.R.S., adénopathie préauriculaire

23 Conjonctivite virale (cas 2) Tx Auto-résolution en 2-3 semaines Tx de support: lubrifiants oculaires, compresses chaudes ou froides, éviter de frotter les yeux Mesures pour prévenir la transmission (ex: lavage de main) Médication peu utile et risque d effet rebond lors de l arrêt. Si Sx sévères, on peut tenter: antihistaminiques topiques (ex: azelastine, levocabastine) décongestionnants oculaires topiques (ex: naphazoline, tetrahydozoline) Éviter antibiotiques! Suivi PRN (ex: si détérioration de l état ou nouveaux Sx)

24 Cas 3: Jeune homme de 18 ans, écoulement oculaire purulent.

25 Cas 3: Jeune homme de 18 ans, écoulement oculaire purulent. Acuité visuelle Conjonctive Écoulement Opacités cornéennes Atteinte épithéliale Chambre antérieure Pupilles Autres symptômes Normale Hyperémie diffuse Purulent abondant Nil Nil Normale Normales Sensation d irritation

26 Conjonctivite bactérienne (cas 3) Tx de conjonctivite bactérienne Cultures des sécrétions. Rechercher S & Sx d urétrite. Tx de support: lubrifiants oculaires, compresses froides, éviter de frotter les yeux Mesures pour prévenir la transmission d un œil à l autre ou d une personne à l autre (ex: lavage de main) Cesser le port et désinfecter ou remplacer lentilles cornéennes Médication antibiotique: 1 ère ligne ou tx empirique: Onguent erythromycin ou gouttes de sulfacetamide10% Si lentilles cornéennes (pseudomonas), gouttes de fluoroquinolones (ex: ciprofloxacin) 2 e ligne: Tx selon cultures ou antibiotiques à plus large spectre (ex: bacitracin, polymyxin) Éviter aminoglycosides (ex:gentamicin, tobramycin) car irritation oculaire 3 e ligne: fluoroquinolones Suivi dans 48 heures si pas d amélioration ou si symptômes d alarme Tx spécifique de «conjonctivite bactérienne hyperaiguë» (N. gonorrhea): admission et antibio IV

27 Kératite bactérienne / Ulcère cornéen / Hypopyon Référence immédiate en ophtalmo Cultures des sécrétions Tx initial Gouttes antibiotiques topiques à large spectre chaque minutes Gouttes cycloplégiques +/- débridement ou drainage chirurgical

28 Référence urgente en ophtalmo Kératite virale (herpétique) Tx initial Antiviraux topiques (ex: trifluridine) +/- AINS topiques 2 e ligne: antiviraux PO (ex: acyclovir, famcyclovir) Eviter corticostéroïdes!

29 Cas 4: Garçon de 14 ans, douleur oculaire et fièvre.

30 Cas 4: Garçon de 14 ans, douleur oculaire et fièvre. Acuité visuelle Conjonctive Écoulement Opacités cornéennes Atteinte épithéliale Chambre antérieure Pupilles Autres symptômes Oeil peu ouvert Hyperémie diffuse, chémosis Muco-purulent Nil Nil Plus étroite Légère mydriase Fièvre, céphalée, exophtalmie, rhinorrhée purulente, Pioc. élevée,ophtalmoplégie

31 Cellulite orbitaire (cas 4) Référence immédiate en ophtalmo Admission avec examens ophtalmiques et neurologiques répétés RX sinus, Scan orbites et cérébral +/- angio scan ( pour évaluer sinusite et pour éliminer abcès cérébral ou thrombose sinus caverneux) Tx initial Antibiotiques IV: Céphalo 3 e génération IV (céfotaxime ou ceftriaxone) ou vancomycin si allergie pénicilline +/- Clindamycin IV (couvrir anaérobes) Tx support: analgésie, hydratation, etc. Drainage chirurgical selon évolution

32 Cas 5: Fillette de 8 ans, boiterie et oeil rouge et douloureux.

33 Cas 5: Fillette de 8 ans, boiterie et oeil rouge et douloureux. Acuité visuelle Conjonctive Écoulement Opacités cornéennes Atteinte épithéliale Chambre antérieure Pupilles Autres symptômes Diminuée Hyperémie péricornéenne Clair, liquide Nil Nil Cellules visibles au biomicroscope Myosis, non réactives Douleur, photophobie

34 Uvéite antérieure aiguë (cas 5) Référence urgente en ophtalmo Tx initial de l uvéite non infectieuse Corticostéroïdes topiques (ex: prednisolone 1%) Cycloplégiques (ex: cylcopentolate, homatropine) Investigations complémentaires pour éliminer maladie systémique associée Ex: arthrite rheumatoïde juvénile (cas 5), maladie inflammatoire de l intestin, spondylarthropathie, infection, néoplasie

35 Cas 6: Femme, 72 ans, symptômes gastrointestinaux et oeil rouge douloureux.

36 Cas 6: Femme, 72 ans, symptômes gastrointestinaux et oeil rouge douloureux. Acuité visuelle Conjonctive Écoulement Opacités cornéennes Atteinte épithéliale Chambre antérieure Pupilles Autres symptômes Diminuée Hyperémie péricornéenne Clair Opacification diffuse Nil Étroite Mydriase fixe Nausées & vomissements

37 Glaucome aigu à angle fermé (cas 6) Référence immédiate en ophtalmo Tx initial: Diminuer pression intraoculaire Bloqueur bêta-adrénergique topique (ex: timolol) Inhibiteur anhydrase carbonique IV puis PO (ex: acetazolamide) +/- agoniste alpha-adrénergique topique (ex: brimonidine) Réduire inflammation avec corticostéroïde topique (ex: prednisolone) Tx de support: décubitus dorsal, antiémétique, analgésique, etc. Puis 1 heure après traitement initial, renverser l angle fermé avec gouttes myotiques (ex: pilocarpine) Equilibrer les pressions chambre ant. et post. avec iridotomie au laser

38 Cas 7: Garçon de 10 ans, a reçu un élastique au niveau de l OD.

39 Cas 7: Garçon de 10 ans, a reçu un élastique au niveau de l OD. Acuité visuelle Conjonctive Écoulement Opacités cornéennes Atteinte épithéliale Chambre antérieure Pupilles Autres symptômes Diminuée Hyperémie diffuse Clair, liquide Nil Déficit épithélial Normale Normales Douleur, photophobie

40 Abrasion de la cornée (cas 7) Tx initial Lubrifiants oculaires Médication antibiotique prophylactique (suggérée, mais peu étudiée) Onguent erythromycin ou gouttes de sulfacetamide10% ou de ciprofloxacin (si lentilles cornéennes) Éviter aminoglycosides (ex:gentamicin, tobramycin) car irritation oculaire Analgésie Analgésie systémique (ex: acétaminophène, AINS, opiacés) ou AINS topiques (ex: diclofenac) Non recommandées en général mais peuvent être utiles si surface d abrasion de plus de 50% de la cornée: Gouttes cycloplégiques (ex: cyclopentolate ou homatropine) Occlusion mécanique de l oeil avec gazes Ne pas prescrire d anesthésiques topiques (ex: proparacaine) Vaccin tétanos non recommandé pour abrasion cornée ou corps étranger cornéen Suivi dans heures

41 Cas 8: Mécanicien de 32 ans, douleur lorsqu'il cligne des paupières.

42 Cas 8: Mécanicien de 32 ans, douleur lorsqu'il cligne des paupières. Acuité visuelle Conjonctive Écoulement Normale Hyperémie diffuse Clair, liquide Opacités cornéennes Atteinte épithéliale Nil Chambre antérieure Normale Fines stries linéaires à la fluorescéine a n cornée Pupilles Autres symptômes Normales Douleur & photophobie

43 Corps étranger sous-palpébral(cas 8) Tx: Anesthésie locale avec proparacaine Eversion de la paupière Exérèse du corps étranger Irrigation Cotton-tige imbibé d eau stérile Aiguille ou pinces Si c.e. transperce paupière, référer en ophtalmo Tx standard de l abrasion cornéenne secondaire +/- Vaccin tétanos Prévention: lunettes protectrices

44 Corps étranger cornéen Tx: Anesthésie locale avec proparacaine Exérèse du corps étranger Irrigation Cotton-tige imbibé d eau stérile Aiguille 25 ou pinces Tx standard de l abrasion cornéenne secondaire Vaccin tétanos non recommandé Suivi heures Prévention: lunettes protectrices Si difficulté à enlever c.e. ou si perforation du globe (Siedel test +), référer en ophtalmo Cureter l anneau de sidérose avec drill ophtalmique si disponible. Sinon, référer en ophtalmo

45 Trauma oculaire contondant avec Référence immédiate en ophtalmo Tx initial: Repos, tête surélevée degrés Patch oculaire Analgésie: éviter ASA ou AINS Dans certains cas particuliers: Corticostéroïdes topiques ou PO Cycloplégiques Antifibrinolytiques hyphéma

46 Rupture du globe oculaire Référence immédiate en ophtalmo Tx initial: Repos en décubitus dorsal Protection œil avec coquille rigide Pas de Rx topiques Antibio IV R/O corps étranger et perforation oculaire (RX+/- scan, et examen lampe à fentes) Vaccin anti-tétanos si c.e. perforant Chirurgie

47 Brûlure chimique Tx initial Irrigation immédiate avec eau +++ A l urgence, anesthésie locale puis NS 1-2L Cible: ph ioc.7-8 Identifier le produit si possible et son ph Appel au Centre antipoison Référence urgente en ophtalmo

48 Pathologies traitées et suivies en première ligne Hémorragies sous-conjonctivales Conjonctivites (virales, bactériennes*, allergiques) Abrasions cornéennes* Corps étrangers cornéens* Aussi Orgelaie / Chalazion Blépharite Réactions allergiques Syndrome des yeux secs Irritation secondaire aux lentilles cornéennes * Suivi 48 heures après début du traitement. Si pas d amélioration ou si détérioration, référer à l ophtalmologiste.

49 Symptômes & signes de danger Diminution acuité visuelle, vision floue Hyperémie péricornéenne / Flush ciliaire Rupture des structures anatomiques Opacification de la cornée Sensation sévère de corps étranger avec incapacité d ouvrir l oeil Chambre antérieure étroite, hyphéma, hypopyon Anisocorie ou pupille irrégulière Douleur intense, photophobie, halos colorés, céphalée, vomissements, fièvre, anomalies neurologiques Pression intra-oculaire augmentée

50 Indications de référence en ophtalmologie Très urgentes (immédiate ou dans les heures qui suivent) Trauma pénétrant / corps étranger intra-oculaire / Rupture du globe Hyphéma Glaucome aigu Kératite bactérienne/ Ulcère cornéen/ Hypopyon / Cellulite orbitaire Urgentes / Semiurgentes (dans les 24 heures après début du Tx) Uvéite antérieure aiguë Kératite virale (herpétique) Anomalies pupillaires Atteintes de la vision

51 Lesquels des énoncés suivants sont vrais? 1. La plupart des causes de l œil rouge peuvent être diagnostiquées au bureau du médecin de famille. 2. La plupart des causes de l œil rouge sont sévères. 3. La conjonctivite est la cause la plus fréquente d un œil rouge en communauté. 4. L'examen au biomicroscope (lampe à fentes) est nécessaire pour mettre en évidence la plupart des opacités cornéennes et identifier des cellules dans la chambre antérieure. 5. L omnipraticien peut traiter tous les patients se présentant avec un œil rouge. A) 1, 2 et 3 B) 1, 3 et 5 C) 3 et 4 D) 1 et 3 E) Tous les énoncés

52 Références Manuel Basic Ophthalmology, de Cynthia A. Bradford, MD. Sites web: Lien modules d auto-apprentissage: Up To Date emedicine

Le L OEIL ROUGE. Anas ALAMI, Françoise BREMER Ophtalmologues Hôpital Erasme

Le L OEIL ROUGE. Anas ALAMI, Françoise BREMER Ophtalmologues Hôpital Erasme Le L OEIL ROUGE Anas ALAMI, Françoise BREMER Ophtalmologues Hôpital Erasme Session OPHTALMOLOGIE Modérateurs : M. CORDONNIER L. DE MAY D. TOUSSAINT Vendredi 5 septembre 2014 Conflits d'intérêt en rapport

Plus en détail

Les uvéites (212b) Professeur Michel MOUILLON Septembre 2003 (Mise à jour Août 2004)

Les uvéites (212b) Professeur Michel MOUILLON Septembre 2003 (Mise à jour Août 2004) Les uvéites (212b) Professeur Michel MOUILLON Septembre 2003 (Mise à jour Août 2004) Pré-requis : Connaissances de base : Anatomie sommaire : les "membranes" de l œil, l'uvée, la vascularisation de l oeil

Plus en détail

LES URGENCES EN OPHTALMOLOGIE

LES URGENCES EN OPHTALMOLOGIE LES URGENCES EN OPHTALMOLOGIE DU de prise en charge des situations d urgences médico-chirurgicales Dr Guillaume LEROUX LES JARDINS Service d Ophtalmologie de Hôtel-Dieu, Paris Cabinet d ophtalmologie,

Plus en détail

ŒIL ROUGE. Conjonctivites Allergique : Sx : prurit, larmoiement, congestion nasale.

ŒIL ROUGE. Conjonctivites Allergique : Sx : prurit, larmoiement, congestion nasale. ŒIL ROUGE Hémorragie sous-conjonctivale aucun Causes : traumatisme peut être mineur, toux, Vo, valsalva, vaisseaux fragiles, HTA, tr. coagulation (si récurrent ou histoire de saignement anormal) Traitement

Plus en détail

JOURNÉE EN OPHTALMOLOGIE

JOURNÉE EN OPHTALMOLOGIE JOURNÉE EN OPHTALMOLOGIE Le vendredi 10 décembre 2010 Hôtel Chéribourg, Magog-Orford (Sortie 118 de l Autoroute 10 Direction Orford) 2603, chemin du Parc Orford (Québec) Téléphone : 819 843-3308 1 800

Plus en détail

Sémiologie des yeux. Prof. Michel Hoebeke U.C.L. Tournai 17 novembre 2007 ECU-UCL

Sémiologie des yeux. Prof. Michel Hoebeke U.C.L. Tournai 17 novembre 2007 ECU-UCL Prof. Michel Hoebeke U.C.L. Cliniques universitaires U.C.L.. de Mont-Godinne Tournai 17 novembre 2007 ECU-UCL ou comment aider le médecinm de famille à mieux orienter un diagnostic sans moyen technique

Plus en détail

L ŒIL. à la loupe... substance transparente et visqueuse qui remplit le globe oculaire et amortit les chocs éventuels

L ŒIL. à la loupe... substance transparente et visqueuse qui remplit le globe oculaire et amortit les chocs éventuels ACMS œil (def) 15/05/03 16:18 Page 3 L ŒIL à la loupe... Principales structures de l œil Cornée : coupole transparente par laquelle pénètrent les images de l environnement Humeur aqueuse : liquide transparent

Plus en détail

Les urgences ophtalmologiques en médecine générale. Céline Deprieck

Les urgences ophtalmologiques en médecine générale. Céline Deprieck Les urgences ophtalmologiques en médecine générale Céline Deprieck Quel est le rôle du généraliste? Soulager la douleur Reconnaître les vraies urgences ophtalmo Gagner du temps sur la prise en charge spécialisée

Plus en détail

Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie

Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie Motif non rare de consultation. Urgence diagnostique et thérapeutique. Pronostic

Plus en détail

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie LE GLAUCOME Questions et réponses en vue d une chirurgie Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations générales sur la chirurgie que vous devrez subir. Votre chirurgien pourra vous donner

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 SESSION DE JUILLET 2014 DCEM3 EPREUVE D OPHTALMOLOGIE. Nombre de questions : 40

FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 SESSION DE JUILLET 2014 DCEM3 EPREUVE D OPHTALMOLOGIE. Nombre de questions : 40 FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 SESSION DE JUILLET 2014 DCEM3 EPREUVE D OPHTALMOLOGIE Nombre de questions : 40 Durée de l épreuve : 1 Heure Nombre de feuilles : 15 Vous avez

Plus en détail

Cellulite cervico-faciale : cellulite (inflammation sévère, diffuse des tissus conjonctifs de la couche dermique et sous-

Cellulite cervico-faciale : cellulite (inflammation sévère, diffuse des tissus conjonctifs de la couche dermique et sous- UE 5.8.S3 - PATHOLOGIES PRÉVALENTES DU SERVICE. Otho-rhino-laryngologie : En urgence : o Trachéotomie : il s agit d une intervention chirurgicale qui consiste à pratiquer une ouverture à la face antérieure

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 30 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 30 novembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 30 novembre 2005 100 microgrammes/ml, solution injectable pour voie intraoculaire Boîte de 12 flacons de 1,5 ml (CIP: 566 8122) Laboratoires ALCON carbachol

Plus en détail

Rappel anatomique... 3 Traumatologie De L œil... 4 Plaie de paupière :... 5 Fractures de l orbite... 5 Plaies du globe... 5 Corps étrangers...

Rappel anatomique... 3 Traumatologie De L œil... 4 Plaie de paupière :... 5 Fractures de l orbite... 5 Plaies du globe... 5 Corps étrangers... 03122012 126 Rappel anatomique... 3 Traumatologie De L œil... 4 1.1 Plaie de paupière :... 5 1.2 Fractures de l orbite... 5 1.3 Plaies du globe... 5 1.4 Corps étrangers... 6 1.5 Brûlures chimiques, thermiques

Plus en détail

240 - GLAUCOME CHRONIQUE. Ce qu il faut savoir. 2. Enumérer les principales causes de glaucome chronique.

240 - GLAUCOME CHRONIQUE. Ce qu il faut savoir. 2. Enumérer les principales causes de glaucome chronique. glaucome chronique 240 - GLAUCOME CHRONIQUE Ce qu il faut savoir 1. Connaître la définition, la physiopathologie et l épidémiologie du glaucome chronique. 2. Enumérer les principales causes de glaucome

Plus en détail

Il y a deux mois, Mme S. a consulté un ophtalmologiste parce que sa vision de près baissait. Outre une presbytie, les examens ont mis en évidence

Il y a deux mois, Mme S. a consulté un ophtalmologiste parce que sa vision de près baissait. Outre une presbytie, les examens ont mis en évidence Il y a deux mois, Mme S. a consulté un ophtalmologiste parce que sa vision de près baissait. Outre une presbytie, les examens ont mis en évidence plusieurs anomalies dont une trop forte pression dans les

Plus en détail

La cataracte est l opacification de tout ou par

La cataracte est l opacification de tout ou par cataracte 58 - CATARACTE Ce qu il faut savoir 1. Connaître les signes d appel d une cataracte 2. Connaître les étiologies et pouvoir orienter le bilan clinique et paraclinique. 3. Pouvoir expliquer au

Plus en détail

Introduction. L ophtalmologie à l ECN

Introduction. L ophtalmologie à l ECN Introduction. L ophtalmologie à l ECN Statistiques ECN Depuis 2004, il n y a eu que 3 années «sans ophtalmologie» à l ECN. Toutes les autres années la spécialité était présente, soit sous forme de question

Plus en détail

Je m appelle Matthias FEUCHT et je suis né le 6 octobre 1972 à Stuttgart, en Allemagne.

Je m appelle Matthias FEUCHT et je suis né le 6 octobre 1972 à Stuttgart, en Allemagne. Cabinet ophthalmologique Centre médical Tassy (Tourrettes) Dr Matthias FEUCHT Cabinet ophtalmologique Tassy Clinique Oxford Cannes Qui suis-je? Eventail de traitements Cataracte Maladies et chirurgie de

Plus en détail

Mon enfant a un œil rouge C est quoi Docteur?

Mon enfant a un œil rouge C est quoi Docteur? Mon enfant a un œil rouge C est quoi Docteur? Son œil est rouge (ou les deux), il coule. Votre enfant a la sensation d avoir un corps étranger dans l œil mais sans douleur vive. Il se frotte les yeux et

Plus en détail

L opération du kératocône. Technique du cross linking pour traiter la cornée

L opération du kératocône. Technique du cross linking pour traiter la cornée L opération du kératocône Technique du cross linking pour traiter la cornée Introduction Quel objectif? Cette brochure vous donne toutes les informations utiles concernant l opération du kératocône par

Plus en détail

240 - GLAUCOME CHRONIQUE CE QU IL FAUT SAVOIR

240 - GLAUCOME CHRONIQUE CE QU IL FAUT SAVOIR 240 - GLAUCOME CHRONIQUE CE QU IL FAUT SAVOIR 1. Connaître la définition, la physiopathologie et l épidémiologie du glaucome chronique. 2. Enumérer les principales causes de glaucome chronique. 3. Connaître

Plus en détail

Le traitement du glaucome

Le traitement du glaucome Le traitement du glaucome A.M.U.B. 2014 DUFRANE REBECCA SERVICE D OPHTALMOLOGIE Conflits d intérêt en rapport avec la présentation Honoraires de conférence : néant Participation à un «Advisory Board» :

Plus en détail

Faculté de médecine. Document d accompagnement

Faculté de médecine. Document d accompagnement Faculté de médecine Document d accompagnement 2006 Document d accompagnement Lampe à fente et diagnostic différentiel de l œil rouge Veuillez remplir ce document lors du visionnement du module d autoapprentissage

Plus en détail

Symptomatologie. Vision Floue de loin. Caractéristiques diagnostiques d un symptôme VIGILANCE. Optométrie. Vision Floue. Hétérophorie décompensée

Symptomatologie. Vision Floue de loin. Caractéristiques diagnostiques d un symptôme VIGILANCE. Optométrie. Vision Floue. Hétérophorie décompensée Optométrie Symptomatologie Licence Professionnelle d'optique U.L.P. Strasbourg Année 2012-2013 R. DERHY Opticien - Optométriste Hétérophorie décompensée VIGILANCE Vision Floue Myopie cause fonctionnelle

Plus en détail

Plainte pour un œil rouge et/ou irrité

Plainte pour un œil rouge et/ou irrité e en collaboration avec le avec le soutien du laboratoire RECOMMANDATION POUR LA PRATIQUE OFFICINALE REQUETE PRIMAIRE Plainte pour un œil rouge et/ou irrité ARGUMENTAIRE Juin 2011 Correspondance : Comité

Plus en détail

Comment aborder un strabisme?

Comment aborder un strabisme? Comment aborder un strabisme? Pierre-François Kaeser, Lausanne Un strabisme ne doit jamais être banalisé, même chez le tout petit enfant. En effet, si la fixation d un nourrisson est instable durant les

Plus en détail

Syndrome de Stevens-Johnson. Pr A Galetto

Syndrome de Stevens-Johnson. Pr A Galetto Syndrome de Stevens-Johnson Pr A Galetto 1 CAS Une garçon de 7 ans a de la fièvre et des douleurs en avalant depuis 5 jours. Il y a deux jours, une éruption a débuté sur son thorax avec des macules qui

Plus en détail

FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision. Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil

FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision. Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil Définition : Fièvre =Température rectale > 38 c (déréglage du point d équilibre thermique au niveau Hypothalamus)

Plus en détail

Pr. JF Korobelnik Service d ophtalmologie Hôpital Pellegrin

Pr. JF Korobelnik Service d ophtalmologie Hôpital Pellegrin Pr. JF Korobelnik Service d ophtalmologie Hôpital Pellegrin CAS CLINIQUE OPH 1 Une femme de 62 ans vient consulter pour troubles visuels au niveau de l œil droit. La padente raconte avoir déjà eu une baisse

Plus en détail

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR Pr EYLEA Aflibercept, solution pour injection intravitréenne Le présent dépliant constitue la troisième et dernière partie de la monographie de produit

Plus en détail

Les médicaments en ophtalmologie

Les médicaments en ophtalmologie Annexes : - Paupières : rôle protecteur et humidificateur de la cornée - Conjonctive : muqueuse recouvrant la face postérieure des paupières et la face antérieure de l oeil - Appareil lacrymal : système

Plus en détail

URGENCES OPHTALMOLOGIQUES

URGENCES OPHTALMOLOGIQUES N de version: 01 Date d'application: 6/10/2011 Réf.: CMUB-36 Pagination : 1 de 8 Rédacteurs Date 10/2011 Validation Approbation COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 036 Dr Minerva FADDOUL,

Plus en détail

Iris plateau Apport de l UBM. L BITOUT Z BENHAMADA O BOUZIANI D HARTANI CHU MUSTAPHA D BOUKHCHEM (Alger Centre UBM)

Iris plateau Apport de l UBM. L BITOUT Z BENHAMADA O BOUZIANI D HARTANI CHU MUSTAPHA D BOUKHCHEM (Alger Centre UBM) Iris plateau Apport de l UBM L BITOUT Z BENHAMADA O BOUZIANI D HARTANI CHU MUSTAPHA D BOUKHCHEM (Alger Centre UBM) INTRODUCTION (1) L iris plateau a été Chandler décrit il ya 5O ans par C est une anomalie

Plus en détail

AVIS 17 octobre 2012

AVIS 17 octobre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 17 octobre 2012 EXOCINE 0,3 %, collyre en solution Flacon de 5 ml (CIP : 34009 331 708 0 6) Laboratoire ALLERGAN FRANCE SAS DCI Code ATC (année) Motif de l examen Liste

Plus en détail

CHAPITRE 1 OPHTALMOLOGIE

CHAPITRE 1 OPHTALMOLOGIE CHAPITRE 1 OPHTALMOLOGIE Table des matières ÉVALUATION DES YEUX... 1 1 Anamnèse et examen des yeux... 1 1 Examen physique général... 1 2 Diagnostic différentiel de la douleur ou des symptômes oculaires...

Plus en détail

Dossier. Question 1 Quel est le diagnostic le plus probable? Question 2 Quel bilan clinique effectuez-vous?

Dossier. Question 1 Quel est le diagnostic le plus probable? Question 2 Quel bilan clinique effectuez-vous? Dossier 1 Monsieur P, 40 ans, consulte pour une baisse d acuité visuelle bilatérale, prédominant à gauche. Dans les antécédents médicochirurgicaux du patient, on note une greffe bipulmonaire il y a 2 ans,

Plus en détail

Conseils Postopératoires. Chirurgie de la cataracte

Conseils Postopératoires. Chirurgie de la cataracte Conseils Postopératoires Chirurgie de la cataracte Voici quelques conseils qui simplifieront votre retour à domicile suite à votre chirurgie de la cataracte Alimentation Après votre chirurgie, vous pouvez

Plus en détail

Conseil International d Ophtalmologie Livret d ophtalmologie pour étudiants en Médecine

Conseil International d Ophtalmologie Livret d ophtalmologie pour étudiants en Médecine Conseil International d Ophtalmologie Livret d ophtalmologie pour étudiants en Médecine 2009 Compilé par le comité pour l enseignement Universitaire du Conseil International d Ophtalmologie. Cher étudiant

Plus en détail

Item 221 (item 130) : Neuropathie Optique Ischémique Antérieure (NOIA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 221 (item 130) : Neuropathie Optique Ischémique Antérieure (NOIA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 221 (item 130) : Neuropathie Optique Ischémique Antérieure (NOIA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières 1. Vascularisation - Physiopathogénie...3 2.

Plus en détail

Solution pour injection

Solution pour injection Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament Eylea de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique et au Luxembourg,

Plus en détail

CATARACTE et CHIRURGIE REFRACTIVE

CATARACTE et CHIRURGIE REFRACTIVE CATARACTE et CHIRURGIE REFRACTIVE LA FIN DES LUNETTES? MF.DALMAS CATARACTE =opacification progressive du cristallin Concerne 20% des patients de plus de 65 ans et 50% des plus de 75 ans 600 000 interventions

Plus en détail

Item 90 : Infections nasosinusiennes. l'adulte

Item 90 : Infections nasosinusiennes. l'adulte Item 90 : Infections nasosinusiennes de l'enfant et de l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une rhinosinusite aiguë... 1 1. 1 Chez l'adulte...1

Plus en détail

Les problèmes de vue liés à l âge

Les problèmes de vue liés à l âge Les problèmes de vue liés à l âge Certaines maladies oculaires deviennent plus fréquentes avec l'âge et peuvent conduire dans certains cas à des problèmes de vue importants. Il s agit de la dégénérescence

Plus en détail

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée Chapitre 22 : Item 234 Diverticulose colique et sigmoïdite I. Définitions - Anatomie II. Épidémiologie physiopathologie III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée IV. Complications de la diverticulose

Plus en détail

Guide de pratique clinique du personnel infirmier en soins primaires Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuits

Guide de pratique clinique du personnel infirmier en soins primaires Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuits Guide de pratique clinique du personnel infirmier en soins primaires Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuits Notre mission est d aider les Canadiens et les Canadiennes à maintenir

Plus en détail

COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES RECOMMANDATIONS

COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES RECOMMANDATIONS COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES RECOMMANDATIONS INTRODUCTION Les traitements topiques ophtalmologiques comprennent des collyres, des pommades et des

Plus en détail

L ANESTHÉSIE POUR LA CHIRURGIE OPHTALMOLOGIQUE

L ANESTHÉSIE POUR LA CHIRURGIE OPHTALMOLOGIQUE L ANESTHÉSIE POUR LA CHIRURGIE OPHTALMOLOGIQUE Service d Anesthésiologie CUB Erasme ULB Bruxelles PARTICULARITÉS DE L ANESTHÉSIE EN OPHTALMOLOGIE Le terrain patients aux âges extrêmes de la vie (enfants,

Plus en détail

Attention. les yeux! Dossier spécial. Zoom sur SANTÉ. Réalisé par Céline Nebout

Attention. les yeux! Dossier spécial. Zoom sur SANTÉ. Réalisé par Céline Nebout Réalisé par Céline Nebout Attention les yeux! L ophtalmologie figure parmi les disciplines médicales qui ont le plus progressé ces dernières années. Les techniques se sont aussi considérablement développées

Plus en détail

Lucentis (ranibizumab)

Lucentis (ranibizumab) Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament LUCENTIS de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

Pharmacie et protocoles d urgence

Pharmacie et protocoles d urgence Pharmacie et protocoles d urgence SOMMAIRE Fiche.0 : Composition de la trousse de secours Fiche. : Soin d une petite plaie Fiche. : Soin d une petite brûlure thermique ou chimique Fiche. : Conduite à tenir

Plus en détail

- Support de Cours (Version PDF) - Item 58 : Cataracte. Date de création du document 2010-2011. - Université Médicale Virtuelle Francophone -

- Support de Cours (Version PDF) - Item 58 : Cataracte. Date de création du document 2010-2011. - Université Médicale Virtuelle Francophone - Item 58 : Cataracte Date de création du document 2010-2011 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostic...1 1. 1 Circonstances de découvertes et signes fonctionnels...1 1. 2 Examen clinique... 1

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

Ophtalmo-pédiatrie. Patrick Berquin

Ophtalmo-pédiatrie. Patrick Berquin Ophtalmo-pédiatrie Patrick Berquin De 1à 3 mois : période critique du développement de l'acuité Visuelle De 3 mois à 3 ans : période de plasticité cérébrale maximale De 3 à 8 ans : la plasticité décroît

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS DESTINÉS AUX CONSOMMATEURS

RENSEIGNEMENTS DESTINÉS AUX CONSOMMATEURS RENSEIGNEMENTS DESTINÉS AUX CONSOMMATEURS Solution ophtalmique Pr DuoTrav MC Association fixe de 0,04 mg/ml de travoprost et de 5 mg/ml de timolol sous forme de maléate de timolol Veuillez lire tous les

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 16 novembre 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 5 août 2000 (JO du 30 août 2005) CILOXAN 0,3 %, pommade

Plus en détail

LASER, SOURCE DE VUE. par Jean-Claude LEPORI

LASER, SOURCE DE VUE. par Jean-Claude LEPORI ALS Lumière, source de vie Séance exceptionnelle du 10 avril 2005 à l Hôtel de Ville de Nancy Laser, source de vue par Jean-Claude LEPORI LASER, SOURCE DE VUE par Jean-Claude LEPORI ALS (Nancy, 10 avril

Plus en détail

Il s agit d une éruption. Cas n 1. cutanée typique d une allergie à la clindamycine.

Il s agit d une éruption. Cas n 1. cutanée typique d une allergie à la clindamycine. Cas n 1 Une patiente âgée de 45 ans, diabétique de type 2, se présente à l urgence avec une importante cellulite au membre inférieur droit nécessitant l utilisation d antibiotiques intraveineux. On débute

Plus en détail

LA VUE. Sommaire : Les voies optiques Examens pratiqués en ophtalmologie Les traitements

LA VUE. Sommaire : Les voies optiques Examens pratiqués en ophtalmologie Les traitements LA VUE Sommaire : Anatomie de l œil Chemin de la lumière dans l œil Vocabulaire et définitions pour l œil Les muscles de l œil Les anomalies de l œil Les 3 amétropies ou vices de réfraction La presbytie,

Plus en détail

Soins d hygiène et de confort / H - Soins des yeux - 1 -

Soins d hygiène et de confort / H - Soins des yeux - 1 - Soins d hygiène et de confort / H - Soins des yeux - 1 - H SOINS DES YEUX H 1 SOINS D HYGIENE FREQUENCE Soin journalier effectué lors de la toilette et plus souvent, si nécessaire BUTS - Maintenir propres

Plus en détail

Traitements du glaucome par laser

Traitements du glaucome par laser Traitements du glaucome par laser Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié. Veuillez

Plus en détail

La chimio - prophylaxie des maladies infectieuses dans la pratique. Maître de conférence Dr. Irina Brumboiu

La chimio - prophylaxie des maladies infectieuses dans la pratique. Maître de conférence Dr. Irina Brumboiu La chimio - prophylaxie des maladies infectieuses dans la pratique Maître de conférence Dr. Irina Brumboiu Définition L administration des substances chimique, y comprise des antibiotiques pour prévenir

Plus en détail

Stratégies à adopter face aux kératoconjonctivites

Stratégies à adopter face aux kératoconjonctivites Stratégies à adopter face aux kératoconjonctivites sèches chez le chien Franck J. Ollivier DMV, PhD, Dip ACVO, Dipl ECVO Plan Composition, Production du film pré-cornéen Tests diagnostiques Epidémiologie

Plus en détail

Le genou : approche Conflits d intérêts systématique Objectifs Questionnaire ciblé Question 1 Examen du genou

Le genou : approche Conflits d intérêts systématique Objectifs Questionnaire ciblé Question 1 Examen du genou Le genou : approche systématique Philippe Mailhot, md Journées de médecine familiale Gatineau Conflits d intd intérêts Objectifs Savoir questionner et examiner un patient avec une gonalgie Connaître les

Plus en détail

Coopérations professionnelles. Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil

Coopérations professionnelles. Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil Coopérations professionnelles Ophtalmologie Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil 1 Présentation générale Intitulé du Protocole de coopération (PC) Réalisation

Plus en détail

Les yeux rouges. urgence? Laurence Letartre

Les yeux rouges. urgence? Laurence Letartre Les urgences ophtalmologiques Les yeux rouges urgence? Laurence Letartre 3 M.Lelièvre se présente aujourd hui à l urgence de votre hôpital exaspéré, car ses collègues le surnomment sans cesse «Monsieur

Plus en détail

CENTRE DE CHIRURGIE DU SEGMENT ANTERIEUR (Greffe de Cornée, Cataracte, Myopie, Hypermétropie, Astigmatisme, Presbytie)

CENTRE DE CHIRURGIE DU SEGMENT ANTERIEUR (Greffe de Cornée, Cataracte, Myopie, Hypermétropie, Astigmatisme, Presbytie) CENTRE DE CHIRURGIE DU SEGMENT ANTERIEUR (Greffe de Cornée, Cataracte, Myopie, Hypermétropie, Astigmatisme, Presbytie) Doc. 7 Ancien Professeur des Universités 13 1 14110 3 NOTE D INFORMATION ET CONSENTEMENT

Plus en détail

Le Glaucome Chronique à Angle Ouvert : définition et pathogénie

Le Glaucome Chronique à Angle Ouvert : définition et pathogénie Le Glaucome Chronique à Angle Ouvert : définition et pathogénie Dr Cédric Lamirel Fondation Ophtalmologique Adolphe de Rothschild Hôpital Bichat Les Glaucomes 6²7 millions!!! Cécité légale irréversible

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

DÉPISTAGE DES TROUBLES VISUELS

DÉPISTAGE DES TROUBLES VISUELS DÉPISTAGE DES TROUBLES VISUELS UN DÉPISTAGE PRÉCOCE Les anomalies oculaires sont du domaine de l'ophtalmologiste. Toutefois, toutes les atteintes de la fonction visuelles chez l'enfant exigent un dépistage

Plus en détail

AVIS DE LA CNEDiMTS 19 novembre 2013

AVIS DE LA CNEDiMTS 19 novembre 2013 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 19 novembre 213 CONCLUSIONS CATIONORM, émulsion pour usage ophtalmique Demandeur : SANTEN SAS

Plus en détail

URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis

URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis Urgences URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis Dr A. de GOUVELLO MG-Urologie-St Louis Rétention aigue d urines ou R.A.U Hématurie Infections

Plus en détail

LES SINUSITES. A. Système de défense sinusien contre les infections : 1. Mécanismes de défense de surface : 2. Mécanismes de défense tissulaire :

LES SINUSITES. A. Système de défense sinusien contre les infections : 1. Mécanismes de défense de surface : 2. Mécanismes de défense tissulaire : LES SINUSITES LES OBJECTIFS EDUCATIONNELS 1) Connaitre les mécanismes physiopathologiques des sinusites aigues et chroniques 2) Citer les principaux germes responsables des sinusites aigues 3) Poser le

Plus en détail

DÉCOL O L L E L MENT T D E R ÉTI T N I E

DÉCOL O L L E L MENT T D E R ÉTI T N I E DÉCOLLEMENT DE RÉTINE S. POMMIER Ref: Pr Philippe Gain DÉFINITION urgence ophtalmologique relative opéré généralement dans les 24 à 48 heures relativement rare (un ophtalmologiste en cabinet en voit 1

Plus en détail

Traitement antiglaucomateux. grossesse. O. Ouhadj, N. Chouchaoui, M.T. Nouri. C.H.U. Béni-Messous, Alger

Traitement antiglaucomateux. grossesse. O. Ouhadj, N. Chouchaoui, M.T. Nouri. C.H.U. Béni-Messous, Alger Traitement antiglaucomateux et grossesse O. Ouhadj, N. Chouchaoui, M.T. Nouri C.H.U. Béni-Messous, Alger Introduction Pendant la grossesse : tt médicament administré par voie générale ou topique effet

Plus en détail

Cellulites (Partie 2)

Cellulites (Partie 2) Cellulites (Partie 2) G. Cellulite Subaigüe et Chronique (suite) Il est toujours très difficile de faire la distinction entre une cellulite subaigüe et une cellulite chronique. Mais le point le plus important

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

OPHTALMOLOGIE ET SPORT M. MAILLE

OPHTALMOLOGIE ET SPORT M. MAILLE OPHTALMOLOGIE ET SPORT. M. MAILLE R A P P E L A N A T O M IQ U E S E G M E N T P O S T E R IE U R c o r p s v itr Ž uvž e r Ž tin e m a c u la p a p ille o p tiq u e S E G M E N T A N T E R IE U R cornž

Plus en détail

Item 81 (item 212) : Oeil rouge et/ou douloureux Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 81 (item 212) : Oeil rouge et/ou douloureux Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 81 (item 212) : Oeil rouge et/ou douloureux Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Examen... 3 2. Etiologie... 6 2.1. Œil rouge,

Plus en détail

RÔLE DE L IADE EN OPHTALMOLOGIE

RÔLE DE L IADE EN OPHTALMOLOGIE RÔLE DE L IADE EN OPHTALMOLOGIE A.Falentin Étude anatomique Léonard de Vinci La chirurgie ophtalmologique n est pas une chirurgie vitale MAIS 05/04/2011 1 IMPERATIFS en CHIRURGIE OPHTALMOLOGIQUE CHIRURGIE

Plus en détail

CENTRE UNIVERSITAIRE D OPHTALMOLOGIE HÔPITAL MAISONNEUVE-ROSEMONT. Demande de services Porte d entrée unique

CENTRE UNIVERSITAIRE D OPHTALMOLOGIE HÔPITAL MAISONNEUVE-ROSEMONT. Demande de services Porte d entrée unique CENTRE UNIVERSITAIRE D OPHTALMOLOGIE HÔPITAL MAISONNEUVE-ROSEMONT Demande de services Porte d entrée unique Nous joindre : Du lundi au vendredi de 8 h 00 à 16 h 00 Tél. : 514 252-3878 Télec. : Après 16

Plus en détail

Rachel Frély. Les dermatoses. Dermatoses allergiques, virales, inflammatoires, mycosiques, bactériennes, parasitaires. Les traitements naturels

Rachel Frély. Les dermatoses. Dermatoses allergiques, virales, inflammatoires, mycosiques, bactériennes, parasitaires. Les traitements naturels Rachel Frély Les dermatoses Dermatoses allergiques, virales, inflammatoires, mycosiques, bactériennes, parasitaires Les traitements naturels Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol Les dermatoses

Plus en détail

Docteur j ai mal aux dents et mon dentiste ne peut pas me recevoir!

Docteur j ai mal aux dents et mon dentiste ne peut pas me recevoir! Docteur j ai mal aux dents et mon dentiste ne peut pas me recevoir! Que faire? Dr Marc SIMON Chirurgien Dentiste LOUVIERS RAPPELS ANATOMIQUES Origine 1. Traumatique 2. Post chirurgicale 3. Endodontique

Plus en détail

LES PARTICULARITES EN OPHTALMOLOGIE

LES PARTICULARITES EN OPHTALMOLOGIE Préparation cutanée e de l opl opéré LES PARTICULARITES EN OPHTALMOLOGIE LE CHAMP OPÉRATOIRE Claude Speeg Schatz Strasbourg Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Particularités en ophtalmologie Particularités

Plus en détail

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL?

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? La dysplasie fibreuse des os (DF) est une maladie osseuse rare pouvant atteindre tous les os. Le nombre d os concernés est très variable : un seul os, deux, trois

Plus en détail

Baisse de l acuité visuelle : cataracte, glaucome et DMLA

Baisse de l acuité visuelle : cataracte, glaucome et DMLA Baisse de l acuité visuelle : cataracte, glaucome et DMLA UE : Défaillances organiques et processus dégénératifs 2.7.S4 Bénédicte DUPAS Service d ophtalmologie Hôpital Lariboisière Introduction Vieillissement

Plus en détail

Qu'est ce que la cataracte? Quels sont les premiers symptômes?

Qu'est ce que la cataracte? Quels sont les premiers symptômes? Qu'est ce que la cataracte? La cataracte correspond à une baisse significative d acuité visuelle en rapport avec l'opacification du cristallin, lentille transparente située à l'intérieur de l'œil et permettant

Plus en détail

Item 127 (item 58) : Cataracte Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 127 (item 58) : Cataracte Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 127 (item 58) : Cataracte Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 20013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Diagnostic... 3 1.1. Circonstances de découvertes et signes fonctionnels...3

Plus en détail

Hypertension intracrânienne idiopathique: à propos de 3 cas B. IBAÑEZ, C. BILLON-GRAND, A. DAVID, E. PEARSON

Hypertension intracrânienne idiopathique: à propos de 3 cas B. IBAÑEZ, C. BILLON-GRAND, A. DAVID, E. PEARSON Hypertension intracrânienne idiopathique: à propos de 3 cas B. IBAÑEZ, C. BILLON-GRAND, A. DAVID, E. PEARSON F. CATTIN, J.F. BONNEVILLE Service de Neuroradiologie. CHU Besançon. France INTRODUCTION Synonymes:

Plus en détail

LES URGENCES OPHTALMOLOGIQUES CHEZ LE CHIEN ET LE CHAT

LES URGENCES OPHTALMOLOGIQUES CHEZ LE CHIEN ET LE CHAT LES URGENCES OPHTALMOLOGIQUES CHEZ LE CHIEN ET LE CHAT - 1 - - 2 - SOMMAIRE INTRODUCTION PREMIERE PARTIE : MATERIEL, EXAMEN DE L ANIMAL I) Materiel... p19 I-1) Source lumineuse et système grossissant I-2)

Plus en détail

PARC CHANOT MARSEILLE

PARC CHANOT MARSEILLE PALAIS DES CONGRÈS PARC CHANOT MARSEILLE VENDREDI 9 OCTOBRE - 16H00 CONFÉRENCE GRAND PUBLIC DOSSIER DE PRESSE MACULA & DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LE KÉRATOCÔNE ENTRÉE LIBRE ORGANISATION GÉNÉRALE MCO CONGRÈS

Plus en détail

Infections de la peau

Infections de la peau Structure de la peau Infections de la peau http://www.tarleton.edu/~anatomy/ Physiopathologie peau = tissu colonisé par les bactéries (flore cutanée) MAIS très résistant aux infections conditions pour

Plus en détail

Bonnes Pratiques d injection intra vitréenne (IVT)

Bonnes Pratiques d injection intra vitréenne (IVT) Sommaire Recommandations MAP Bonnes Pratiques d injection intra vitréenne (IVT) Messages clés L injection intra vitréenne doit être réalisée par un ophtalmologiste expérimenté. Elle doit être réalisée

Plus en détail

J ai toujours la goutte au nez

J ai toujours la goutte au nez J ai toujours la goutte au nez Expert: PD Dr. med. Basile LANDIS Unité de Rhinologie Olfactologie Service d Oto Rhino Laryngologie et de Chirurgie cervico faciale Animatrice: Dre Anne Claire Bréchet Bachmann

Plus en détail

09/04/2009. Les observations en biomicroscopie du segment antérieur de l oeil. Les observations externes et la cornée

09/04/2009. Les observations en biomicroscopie du segment antérieur de l oeil. Les observations externes et la cornée BB 1999 version sept. 2007 Section 4 INSTRUMENTATION ET OBSERVATIONS Chapitre 4.1 BIOMIOCROSCOPIE LES OBSERVATIONS Références: «Cours de Contactologie» M. Guillon B. Barthélémy, Chapitre 4.1 «Biomicroscopie

Plus en détail

Cours d ophtalmologie

Cours d ophtalmologie Cours d ophtalmologie Institut de Formation en soins Infirmiers Docteur POMMIER Stephan Service d ophtalmologie Hôpital d Instruction des Armées LAVERAN MARSEILLE PLAN Rappel anatomique L examen ophtalmologique

Plus en détail

FICHES D ENSEIGNEMENT LES COMPLICATIONS AIGUËS DE LA PEAU ET DES TISSUS MOUS CHEZ LES UTILISATEURS DE DROGUES PAR INJECTION (UDI)

FICHES D ENSEIGNEMENT LES COMPLICATIONS AIGUËS DE LA PEAU ET DES TISSUS MOUS CHEZ LES UTILISATEURS DE DROGUES PAR INJECTION (UDI) FICHES D ENSEIGNEMENT LES COMPLICATIONS AIGUËS DE LA PEAU ET DES TISSUS MOUS CHEZ LES UTILISATEURS DE DROGUES PAR INJECTION (UDI) FICHES D ENSEIGNEMENT LES COMPLICATIONS AIGUËS DE LA PEAU ET DES TISSUS

Plus en détail

Item 271 : Pathologie des paupières

Item 271 : Pathologie des paupières Item 271 : Pathologie des paupières Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer et traiter un chalazion (Cf. Chap. 50, E. PILLY 2008)...1 2 Diagnostiquer

Plus en détail