Rivières. de Seine-et-Marne. Christian de Bartillat

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rivières. de Seine-et-Marne. Christian de Bartillat"

Transcription

1 Rivières de Seine-et-Marne Christian de Bartillat

2 Les rivières sont, peut-être, le principal fil conducteur de l Histoire, et si rois ou empereurs en décidèrent bien des fois, c est l Etat qui s en trouva finalement doté, du moins pour celles où l on pouvait naviguer. Après les incessantes disputes de meuniers et mariniers, de riverains entre eux, détournant l eau à leur profit, puis des pêcheurs avec des entreprises aux rejets dévastateurs, il fallut bien de grands projets pour décider des modes de naviguer, et de nombreuses règles pour dire le droit d usage, de pêche, de passage, et les obligations d entretien ou enfin de qualité des rejets. Préface Le droit de l eau fait partie des plus anciens et des plus complexes, et plusieurs Services de l Etat ont la charge de son explication, et de son application, qu il s agisse de navigation sur les plus grandes, ou de l instruction et de la surveil - lance de toute demande de travaux, de prélèvement ou de rejet sur quelque cours d eau que ce soit. Selon les lieux, et la nature de l usage requis ou constaté, peuvent ainsi intervenir le Service de la Navigation, la Direction Départementale de l Agriculture et de la Forêt prochainement réunie à celle de l Equipement mais aussi la Direction Régionale de l Industrie de la Recherche et de l Environnement, la Direction Régionale de l Environnement, elles aussi bientôt fusionnées, ou encore la Direction des Services Vétérinaires. Le droit de l eau comprenant un volet particulier consacré à la pêche, d autres acteurs ont aussi compétence pour veiller à son respect... C est en raison de cette multiplicité que, dans chaque département, une mission Inter Services de l Eau coordonne le tout. Mais l amélioration de la qualité des rivières, évoquée ici ou là dans le présent ouvrage, n est que la résultante de bien plus de forces conjuguées : celles des riverains, communes, entreprises industrielles, compagnies gestionnaires de l eau, syndicats de rivière, associations, Département, Région, et enfin de l Agence de l Eau, moteur indispensable, mutualisant et redistribuant ressources et compétences. Pour qui ne les connaît pas, les rivières de Seine-et-Marne révèlent ici leur diversité, illustrée d agréable façon par la photographie. Et si ce bel ouvrage ressemble fort à un hymne, il se révèle aussi, parfois, sans complaisance, moyen probable d y faire foi. Michel Guillot, Préfet de Seine-et-Marne L Aubetin à Saint-Augustin. III

3 Alors que la qualité de l eau des rivières, l équilibre de leurs écoulements, et leur rapport au paysage sont principalement affaire de riverains, de communes, ou de l Etat, le Conseil général veille depuis fort longtemps au destin des cours d eau de Seine-et-Marne. D abord engagé dans la lutte contre les pollutions, puis dans l aide à l assainissement et au bon fonctionnement des ouvrages d épuration, il fut parmi les premiers à contribuer à l entretien des rivières. De la protection contre les inondations à l étude des potentialités piscicoles, de la restauration des rivières et de leur patrimoine, aux équipements favorisant le tourisme fluvial, ou de la gestion des espaces naturels aux itinéraires de randonnée bordant les rivières, le Département agit quotidiennement, en maître d ouvrage, en conseiller, et par le biais de multiples subventions ; c est donc très légitimement, que l an dernier, il a inscrit l eau parmi les thèmes majeurs de son Agenda 21. Préface Autour du Département, plusieurs de ses proches partenaires apportent aussi leur concours pour un mieux-être des rivières : Services d Incendie et de Secours à la moindre alerte, Maison de l environnement en pédagogie constante auprès des jeunes seine-et-marnais, Initiatives 77 par l accompagnement de chantiers d insertion, enfin AQUI Brie en veille et formation là où les cours d eau gagnent la nappe souterraine. C est aujourd hui le Conseil d Architecture, d Urbanisme et de l Environnement qui, par la forme originale de l ouvrage signé avec les Presses du Village, enrichit à son tour ces multiples apports. Les rivières du plus vaste département d Ile-de-France s y racontent, mêlant passé et présent, facilitant leur compréhension, et les inscrivant aussi bien dans les paysages de Seine-et-Marne que dans le grand cycle de l eau : anecdotes et pédagogie y flirtent, avec amusement et un rien de poésie. Le Conseil général se réjouit de la publication de «Rivières de Seine-et-Marne», dont les deux auteurs nous font partager leurs savoirs, si différents, dans une passion commune. Vincent Eblé, Président du Conseil général de Seine-et-Marne Péniche sur la Seine. V

4 S il fallait identifier, parmi les forces primordiales, celle qui a le plus façonné les paysages, nul doute que ce serait l eau, formée en rivières innombrables. Après avoir contribué à la conception et à la réalisation de l atlas des paysages du département, c est vers elles que le Conseil d Architecture, d Urbanisme et de l Environnement de Seine-et-Marne porte son regard. Préface La rivière est lieu de convergence, par le réseau affluent tissé dans son bassin, et par ses franchissements, moments d échanges, de mélanges, de conflits, et de créativité. Les rivières ont creusé les plateaux et laissé leurs méandres : chaque rive, tour à tour, est maîtresse ou soumise, et pour peu qu entre elles émergent des îles, villages et villes y naissent et s y étendent. Les plus modestes rus ont fait parcs et châteaux ; d autres, recréés, deviennent trame urbaine. Et tandis que chaque année d éphémères ruisseaux s en reviennent, entre des terres qui se ressuient, les plus grandes rivières portent voiles et lourds bateaux. Par ces divers cours, l eau se révèle fondatrice de paysages, initiatrice d urbanisme, reflet d architecture, révélatrice d environnement. Dérivée, canalisée, retenue ou libérée, elle raconte l histoire du temps, celui d avant les hommes, puis des premiers humains et des siècles passés, jusqu à notre quotidienne empreinte, en défi pour demain. Chaque rivière est une unique histoire, toute en nuances pour celle-ci, en contrastes pour celle-là. L une s auréole de passé, l autre s enivre d avenir. Ici on sauvegarde, là on produit, ailleurs on construit ; ici ou là, là ou ailleurs, presque toujours, heureusement, se mélangent. Tout au long des cours d eau, et aidé par ceux qui les connaissent, les gèrent ou les protègent, le CAUE partage, ici, ses réflexions. De chaque rivière alors, vient une pensée qui n a de sens que mêlée à toutes les autres, comme le font, chaque jour, de multiples ruisseaux, donnant une rivière, puis une autre encore, jusqu à devenir fleuve, pour nous dire de les regarder plus, afin de mieux nous voir. Dominique Satiat, Président du Conseil d Architecture, d Urbanisme et de l Environnement de Seine-et-Marne Le Grand Morin à Pommeuse. VII

5 Christian de Bartillat Les Presses du Village Michel Billecocq Conseil d Architecture, d Urbanisme et de l Environnement de Seine-et-Marne Rivières de Seine-et-Marne

6 A Gabriel En ce mois de mars 2065, Igor venait d avoir 15 ans ; dans un coin du grand écran devant lequel son professeur d Histoire du Monde commentait les résultats du dernier contrôle, la sonde murale externe affichait déjà 29 degrés, alors qu il n était pas 11 heures. A l intérieur il faisait bon, 26 degrés, valeur au-dessous de laquelle on ne cherchait plus à descendre, car même si le dispositif de rafraîchissement fonctionnait à l énergie solaire, on évitait d accentuer les écarts entre températures du dehors et de l intérieur ; et cela depuis la grande crise, mondiale, de l énergie. C était son grand-père, Antonin, qui lui avait tout raconté, et Igor apprenait plus vite en l écoutant que lorsqu il était en classe. Pourtant, le I-Tout qu il portait au poignet, lui permettait de tout savoir, de tout écouter ou filmer, de joindre n importe qui à l autre bout du monde, d ouvrir la porte du logement familial ou de payer ses achats ; il pouvait aussi reconnaître sa voix pour la traduire en n importe quelle langue, et même, comble du bonheur, enregistrer les cours à sa place ce contre quoi luttaient toujours les professeurs, pour qui l effort individuel restait la clef de l apprentissage et de la compréhension future. Préambule Quand Antonin avait eu l âge qu Igor avait aujourd hui, il avait connu les crises successives de l économie mondiale engendrées par la raréfaction progressive du pétrole, la spéculation, et l envolée de ses coûts : elles avaient accru le fossé existant entre les différentes parties de la planète et les diverses couches des sociétés, fossé que ce siècle n avait, hélas, toujours pas réussi à combler. Au moins, le rapport entre transports collectifs et déplacements individuels s en était-il trouvé considérablement modifié. La recherche, la production et la construction avaient, quant à elles, rapidement progressé, à la fois dans le champ des énergies nouvelles, et dans leur gestion, de plus en plus économe. Etangs de pêche à Episy. Quand ils en parlaient, Antonin montrait à Igor en quoi toutes les mesures prises n avaient pas suffi, malheureusement, à enrayer les phénomènes de dérive climatique d une part, et d appauvrissement de la biodiversité de l autre. Progressivement, et parmi de nombreuses autres conséquences, il avait bien fallu se rendre à l évidence : le régime pluviométrique de l Ile de France, par exemple, n avait plus grand chose à voir avec celui des statistiques sur lesquelles s étaient appuyés ingénieurs, géomètres, et autres bureaux d études, pendant tout le XX e siècle et le début du suivant. Si l on avait longtemps réussi à dire que dans le passé il y avait déjà eu un phénomène de même ampleur que celui que l on venait de connaître, il était venu un jour où tous durent admettre que presque chaque année, désormais, il se produisait un événement à caractère exceptionnel, tantôt tempête, tantôt orage, inondation, ou encore sécheresse. En fait, c était l année moyenne qui avait disparu, comme la température de référence qui, comme on l avait craint, mais trop tard, ne cessait de progresser. La répartition mondiale de l eau douce, quant à elle, restait une préoccupation majeure, malgré le dessalement de l eau de mer ; malgré aussi les immenses 5

7 aqueducs, parfois intercontinentaux, que l on avait construits au milieu du XXI e siècle. Depuis cette même époque, une large part de la population humaine se redistribuait, non sans douleur, sur les terres émergées, à plus grande distance des océans dont le niveau montait inexorablement, de cyclones en tsunamis, tandis qu aux pôles les glaces finissaient de fondre. Dans ce monde régi par les plus hautes technologies, et où la science avait repoussé, jour après jour, les limites du savoir, l Eau était redevenue une sorte de déesse mère, toujours auréolée de mystères, malgré la simplicité de sa formule chimique deux atomes d hydrogène pour un d oxygène et des principes physiques auxquels elle avait toujours fidèlement répondu : passer par trois états, solide, liquide et gazeux, en l espace de 100 C. Ce jour-là, pour illustrer ses propos, Antonin avait choisi de parler des rivières : il y avait de moins en moins de régularité dans leurs périodes de crue et, inversement, de plus en plus d endroits où des inondations brutales se produisaient, y compris là où, de mémoire d homme, on n en avait jamais connues. D où le besoin de prendre du recul par rapport à leurs rives, et de réserver des espaces, pour absorber ces sautes d humeur ; la Seine dans la Bassée, l Yerres, le Grand Morin ou encore plusieurs de leurs petits affluents avaient nécessité la délimitation et l aménagement de ces prudentes réserves. On avait, malgré tout, gagné sur quelques plans : comme tous ceux de sa génération, Antonin avait suivi le retour des saumons, filmés alors qu ils franchissaient les habiles ouvrages leur permettant de rejoindre ces ruisseaux où ils retrouvaient les gestes initiaux de la vie. Mais, malgré tous les progrès en la matière, le souci de la qualité de l eau demeurait. Cela remontait à deux siècles plus tôt, quand Paris était venu chercher en Seine-et-Marne les sources qui l alimenteraient : l insidieuse pollution qui y avait été découverte, bien plus tard, s était poursuivie longtemps après que l on eut cessé d employer certains herbicides aussi bien en agricul ture, que sur les voies ferrées, au bord des routes, ou dans les jardins des particuliers. A tel point que le laboratoire départemental avait été intégralement reconverti à l unique et constante surveillance des rivières, des rejets qui s y produisaient, des nappes d eau souterraine, et de toutes les zones humides. Ainsi, à chaque fois que d obscurs chemins souterrains faisaient réapparaître l eau, en source vive ou en vasque lentement débordante, il avait été jugé indispensable d en repérer le lieu, et de l analyser à un rythme soutenu ; car il fallait savoir si les pratiques de gestion de l espace agricole ou forestier, industriel, privatif ou public n hypothéquaient pas, encore, les chances de sauvegarde et de progression du vivant que l eau, seule, pouvait continuer de générer. Tout en faisant défiler sur le panneau mural, ses photos, conservées, des rivières de Seine-et-Marne, Antonin montra à Igor que dans leur lit et sur leurs berges, on avait retrouvé de multiples traces et ouvrages témoignant du génie humain. Leurs cours eux-mêmes n étaient que le résultat d incessants travaux de correction, stabilisation, retenue ou dérivation, travaux dont certains avaient, 6

8 plus tard, été jugés malencontreux. A force d observer certains cours d eau, de plus en plus contraints et enserrés dans de maigres couloirs végétaux, on avait finalement décidé de les reconsidérer, dans leur globalité. Plus personne ne contestait que leur entretien, régulier et précis, soit devenu d intérêt général. Qu ils soient espaces de détente, corridors écologiques, cadre de vie recherché, ruisselets ayant créé des châteaux, émissaires drainant d interminables villes et des champs immenses, ou encore longs chenaux de transport, canaux, rivières, fleuves et ruisseaux avaient enfin été «reconnus». Cela avait commencé par le simple fait qu à chaque fois qu une route croisait l un d eux, on en voyait systématiquement le nom, même pour ces affluents qui restaient secs une grande partie de l année. Il en était avec les rivières comme pour les hommes entre eux : on les respectait d autant plus que l on avait appris à les connaître. Des rivières trop longtemps cachées avaient été rendues à l air libre ; des rus ignorés s étaient révélés le jour où des élus, soucieux de paysage, en avaient écarté toute forme de publicité et nombre d édifices utilitaires mais disgracieux. Au milieu des paysages de la Brie que certains avaient pu trouver monotones, on avait redécouvert les lignes arborées et les denses lisières soulignant à nouveau le parcours, permanent ou éphémère, de l eau. Et dans toutes les écoles, il n y eut plus de cours d Histoire du Monde qui ne commençât par le passionnant cycle de l eau, en partant à sa découverte dehors, car à lui seul il racontait toute l histoire de la Terre, de la Vie, et de l Homme. Préambule En ce moment où Igor n était déjà presque plus adolescent, le concept de développement durable faisait partie de ceux que l on n apprenait plus, car on le vivait au quotidien. On en était, de plus en plus, à se référer à un autre, venu d un mot oublié, que l on tentait de décliner à nouveau : l Harmonie. Alors qu ils en dissertaient, à propos de chacune des rivières de Seine-et-Marne, Antonin s arrêta. Il entreprit de conter à Igor ce qui n était plus qu une vieille anecdote datant de la fin du siècle précédent : un jour, quelqu un avait formulé la surprenante hypothèse de la mémoire de l eau. Comme tant d autres, à l époque de cette annonce, ils en rirent tous deux, pendant un long moment. Mais, lorsqu à nouveau Antonin reprit le cours, tour à tour calme ou bien rapide, des rivières, l esprit d Igor s échappa ; il se demandait si l eau qui s écoulait, en cet instant précis, dans les rivières d Ile-de-France, et d ailleurs, n en savait pas bien plus qu eux deux sur toute l Histoire du Monde Dans les yeux d Antonin, sans qu aucun se le dise, il crut voir la réponse. M. B. 7

9 La Marne et ses affluents 10 Ourcq 12 Les mésaventures de l Ourcq Le canal de l Ourcq en roue libre Dérivation et canalisation de l eau : aqueduc parisien sur ordre impérial Thérouanne 26 La Thérouanne en terre de mémoire La Thérouanne introuvable Droit de l eau et entretien des rivières : l eau n appartient à personne Beuvronne 36 Sous les ailes de Roissy : la Beuvronne Beuvronne et Biberonne à tous vents Pollution et dépollution de l eau : les pêcheurs n ont pas remplacé les castors Petit Morin 44 Trois Régions pour un Petit Morin Le Petit Morin, juvénile et frondeur Diversité écologique, des rivières aux vallées : au cœur de la biodiversité Grand Morin 54 Curieux ouvrages du Grand Morin Le Grand Morin des cités aquatiques Protection contre les inondations : vivre auprès de la rivière Aubetin 70 Les deux vies de l Aubetin L Aubetin, une rivière ancienne Agriculture, drainage et petites rivières : dessins de grandes cultures Gondoire 80 La Gondoire en parenthèse Devenir des eaux de pluie en ville : quand il pleut sur la ville Marne 88 La Marne en tournis incessants Entre le champagne et le petit vin blanc, la Marne et l eau sacrée Gestion des grands cours d eau : indispensables alliances L Yerres et ses affluents 110 Yerres 112 Les mystères de l Yerres L Yerres ou le clavecin de la Brie Rivières et nappes souterraines : eau du dessus et du dessous 8

10 La Seine et ses affluents 140 Sommaire Voulzie 142 L étrange destin de la Voulzie Le Durteint et la Voulzie se faufilent dans la ville basse de Provins Alimentation en eau potable : infernales molécules Auxence 154 Auxence d en haut, Vieille Seine d en bas La vallée de l Auxence ou le grand virage dans le Montois Enjeux d une vallée alluviale : secrets de Bassée, entre sable et peupliers Ancœur 164 L Ancoeur : le roi en fit toute une histoire L Almont et l Ancœur ou deux bijoux dans un seul lit Sites classés et paysages : paysages à jardiner Orvanne et Lunain 176 Orvanne et Lunain, famille du bocage Le bocage aquatique des deux rivières Pêche, poissons, pêcheurs : petit poisson deviendra grand Loing 192 Le Loing, en lien de Seine et Loire Le Loing dédoublé Protection des bords d eau : berges : l enjeu essentiel Ecole 208 Quand l Ecole descend de son perchoir L Ecole mouille son lit au large de la forêt de Fontainebleau Richesse d un Parc naturel régional : territoire recherche qualité Seine 218 Seine, fleuve magistral La Seine allongée et la Seine debout Navigation sur le fleuve : la voie de l eau, d hier à demain Carte des rivières de Seine-et-Marne 245 Références 247 Au début de chaque chapitre, le cours de la rivière est symbolisé avec les noms des communes qu elle traverse. Toutes les communes ne pouvant être citées, on a le plus souvent fait figurer celles qui sont évoquées, ensuite, dans le texte. 9

11 Les mésaventures de l Ourcq L Ourcq a dû être une grande rivière ; la force de sa vallée, dans le paysage, en témoigne. Bien avant qu il devienne canal des ducs, par le creusement de son propre cours, puis qu il s adjoigne le canal que nous lui connaissons aujourd hui, il a dû forcer le passage, coincé contre la roche, pour parvenir jusqu à la Marne. Entre ce qui deviendrait Lizy «sur Ourcq» et Mary «sur Marne», il a dû longtemps hésiter, comme la Marne elle-même, en cherchant son passage dans les graviers que celle-ci, sauvage et puissante, déplaçait : tantôt îlots, tantôt terre ferme, où plantes et arbres croissaient rapidement, s étouffaient, s écroulaient et les barraient, les contraignant à creuser de nouveaux cours à la prochaine saison de crues. De ces péripéties annuelles, il reste cette vaste étendue presque plane, de sables et de graviers, où Marne et Ourcq se réunissent, au pied de la corniche qui leur a résisté, laissant encore deux îles : de Mary, et de la Cornaille. Aujourd hui discipliné, l Ourcq serpente toujours, en contrebas de son canal. Ses marais, drainés de rigoles et fossés, sont Marais et peupleraie au bord de l Ourcq à Ocquerre.

12 L Ourcq au fil de l eau Paysage de la vallée du ru de Chaton. devenus peupleraies, mais lorsqu on les découvre, des hauteurs de la route, sinueuse, qui s élève de Crouy-sur-Ourcq à May-en-Multien, on devine aisément ce long travail de l eau, dissimulée, mais toujours présente, sous l exubérante végétation qu elle génère. L Ourcq vient du département de l Aisne, où il a pris naissance à plus de 50km de son entrée en Seine-et-Marne : 40 km de cours naturel, une dizaine pour la rivière canalisée à partir de l amont de La Ferté-Milon jusqu à Mareuilsur-Ourcq où le canal lui-même débute et 4 km ensuite pour atteindre son principal affluent de rive gauche : le Clignon, qui sert de limite aux deux départements. L Ourcq parcourt encore une vingtaine de km, avant de confluer avec la Marne. En rive droite, il ne recevra alors que la Gergogne à May-en-Multien, tandis qu en rive gauche, le rejoignent le ru de la Croix Hélène à Crouy, le ru de Chaton à Ocquerre et celui de Méranne à Lizy. De 4 mètres de large à la confluence du Clignon, il en fait à peine le double en arrivant en Marne, où il sépare les territoires de Lizy et de Mary. L importante forêt de Retz, dans la région de Villers-Cotterets, constituait autrefois l une des sources d approvisionnement en bois de Paris, comme le fut aussi, plus au sud la forêt de Crécy sur les rives du Grand Morin. Au milieu du 18 e siècle, afin d améliorer les transports par voie d eau, Louis de Régemortes fut chargé, sur ordre du Duc d Orléans, de l aménagement de la rivière Ourcq; d anciens ouvrages, dont certains avaient été réalisés avant même cette époque, se devinent encore parfois, de nos jours, sur le cours de la rivière. Depuis la création du canal de l Ourcq, la gestion de la rivière est devenue complexe, l existence et le mode de fonctionnement de celui-là ayant conduit à 15

13 prélever une grande partie du débit de la rivière et de ses affluents, pour l alimenter. La canal étant devenu propriété de la Ville de Paris, c est elle qui détient les «droits d eau» sur la rivière Ourcq, et qui en dérive les quantités nécessaires au maintien du fil d eau dans cet ouvrage. Dès lors, le niveau de la rivière varie, parfois brutalement, provoquant érosion puis envasement. En période d étiage, à la fin des étés secs, le débit de l Ourcq peut n être que de 600 litres par seconde, ce qui est bien peu au regard du bassin versant qu il draine avec ses affluents. En période de crue, lorsque, proportionnellement, la gestion du canal nécessite moins d eau que d habitude, l Ourcq peut manifester des débits de 30 à 60 m 3 /s à Lizy-sur-Ourcq, soit cent fois plus qu en étiage, y provoquant de conséquentes inondations. De son ancien caractère de rivière navigable, l Ourcq a gardé un statut particulier, la domanialité, expression de sa propriété par la collectivité et non plus les riverains traduite par une contrainte imposée à ceux-ci : la servitude de marchepied, permettant son entretien. Pour mieux assurer celui-ci, une structure originale de gestion s est créée en 1985 : le Syndicat intercommunal pour l aména- Pavillon d entrée du château de Gesvres-le-Duc. 16

14 L Ourcq au fil de l eau La rivière Ourcq à Lizy-sur-Ourcq. gement et la gestion de la rivière d Ourcq, constitué par la Ville de Paris, et 9 communes appartenant à 3 départements : l Aisne, l Oise, et la Seine-et- Marne. Dans le but de maîtriser les variations de débit de la rivière, le syndicat a automatisé la manœuvre de deux vannages, à Crouy et Lizy, et recruté un garderivière qui veille constamment au bon état du lit de l Ourcq et de ses berges. Au plan piscicole, cette rivière est dite «de seconde catégorie» (cf p ); la police de l eau (cf p ) y est assurée par la Direction départementale de l agriculture et de la forêt. Deux associations se partagent le droit de pêche sur le cours seine-et-marnais de l Ourcq : l Epinoche crouycienne et le Gardon rouge lizéen. La qualité des eaux de la rivière est assez satisfaisante, malgré un traitement parfois insuffisant des effluents domestiques ; elle est plutôt meilleure au niveau de la confluence avec la Marne qu à son entrée en Seine-et- Marne, l importance des zones de marais, une faible population, et la rareté des entreprises industrielles en étant probablement la cause. A l aval, les activités développées dans le secteur de Lizy et Mary, avec principalement l imprimerie Québécor (anciennement Didier) font l objet de traitements limitant leur impact sur le cours d eau. Néanmoins, si l on voulait redonner à l Ourcq une plus grande richesse piscicole, quelques travaux dans le lit de la rivière, et la garantie d un débit minimum, augmenteraient la productivité d une rivière attrayante, qui se dissimule dans un paysage de qualité, franchi fièrement par un récent viaduc permettant aux trains à grande vitesse de rapprocher l est de la France et la région capitale. M. B. 17

15 Le Canal de l Ourcq en roue libre Le canal de 108 km qui se termine après le bassin de La Villette dans les prolongements souterrains de Saint-Martin et Saint-Denis est une œuvre d art aquatique qui complète et transfigure le réseau naturel. Il s agit d un jardin glissant côtoyé par ses chemins de halage et d une rangée d arbres assurant le gardiennage de l ombre. Sa pente qui est constante paraît si limpide qu on penserait à une eau immobile avec des mouvements légers jusqu au moment où le réseau se plisse au gré du vent. Le canal peut être séparé en fragments autonomes. Le fleuve canalisé va de Port-aux-Perches jusqu à Mary-sur-Marne où l Ourcq plus ou moins délivré se jette dans la Marne sous le regard du canal qui les surplombe de haut. Le canal suit à peu près fidèlement les méandres de la Marne jusqu à Fresnes. Désormais divorcé, il s élance d un seul jet avant de réaliser son entrée triomphale dans le bassin de la Villette couronné par la Rotonde de Ledoux sur laquelle il bute pour traverser la rivière souterraine qui s en va en direction de la Seine. Ce canal notamment sa partie supérieure a une très longue histoire d au L Ourcq temps au fil du Usine élévatoire de Villersles-Rigault. 19

16 moins quatre siècles. Elle débute avec François I er et se poursuit avec la famille d Orléans propriétaire de la forêt de Retz qui avait intérêt à faire descendre ses bois coupés vers Paris. Au XVI e siècle, il s agit de faire naviguer les bateaux sur l Ourcq. Un travail vite interrompu débute en 1529 puis Catherine de Médicis relance le projet et en 1562, le premier navire arrive dans Paris en liesse. Le canal des Ducs, autonome, est engagé par Riquet pour Louis XIV à l est de Meaux et par Louis de Régemortes au XVIII e. Puis tout s arrête jusqu à Bonaparte qui fait réaliser le bassin d arrivée et, dès 1822, souvent grâce à la main d œuvre prussienne, le premier navire venant de La Ferté-Milon arrive au bassin chargé de la circulation commerciale et de l alimentation en eau de la capitale. Bien sûr, une guerre larvée demeurera entre les transporteurs qui veulent faire marcher l eau et les meuniers qui veulent la retenir. Après la cinquantaine de kilomètres de la rivière depuis sa source à Courmont, on atteint le réseau canalisé à Port-aux-Perches jusqu à Mareuil. Puis c est la traversée émerveillée de La Ferté-Milon où apparaît comme un fantôme la forteresse branlante du XIV e siècle dominant l église à mi-pente et la maison d enfance de Racine ainsi que celle de la belle-famille de La Fontaine. En aval, des frondaisons étendues cachent une écluse, l église et le château du grand Veneur. Plus loin, un bassin circulaire devient déversoir de la rivière à Mareuil. Désormais, pendant que l Ourcq divague dans les forêts et les marécages, nous nous trouvons dans le canal impérial où à Neufchelles le pont suspendu qui porte le Clignon trace la frontière du département. Car le canal vorace a tôt fait d avaler une partie de ses affluents mercenaires. A Crouy-sur-Ourcq se trouve le donjon de cinq étages. Il faut monter jusqu à May pour regarder la grande vallée marécageuse où flirtent le canal et l Ourcq. En plein centre des Marais, Pompes de l usine élévatoire de Trilbardou. 20

17 Affiche des bâteaux-poste. L Ourcq temps au fil du au croisement de deux avenues, un superbe pavillon solitaire se reflétait dans les douves alimentées par l Ourcq jusqu en C est à ce moment que le duc de Gesvres fit appel à l hydraulicien Drancy qui eut l idée de capter la Gergogne et de la faire passer par-dessus le canal pour emplir les fossés Ce château de la Belle aux bois dormant qui possédait une superbe galerie de peintures demeura la maison de plaisance de cette famille. Ne fut-elle pas par son argent et ses extravagances une des principales à la Cour pendant trois siècles? Puis le canal aborde Lizy-sur-Ourcq après Ocquerre où se trouve en aval du pont l emplacement de l entreprise Bourgeois spécialisée jadis dans la fabrication des flûtes de l Ourcq. Le bateau poste à voyageurs, particulièrement filiforme (22 m 70 de longueur et 2 m de large), a circulé de Paris à Meaux de 1837 à 1860, tiré par des chevaux rapides, arborant au mat une flamme rouge, et annoncé par un cor de chasse. Ce salon flottant, pendant son passage, évinçait Écluse de Vignely. 21

18 Usine élévatoire de Trilbardou. tout autre navigation. Il fallait toujours un homme pour la conduite du cheval et un autre au gouvernail. En plus des voyageurs, il y avait toujours au XIX e siècle le flottage du bois, et le transport de la pierre et du plâtre. A partir du XX e siècle le canal travailleur fut remplacé par le chemin de fer. L instrument de transport outre le bateau de plaisance devint celui de la promenade à vélo pour aller plus vite que l eau, à pied pour se trouver en retrait, ou la pêche et la demi-somnolence qui nous mène à la rêverie au bord de la poésie qui coule. Lizy fut au XVI e siècle une cité protestante. Les familles du Broullat et d Angenne firent établir le prêche dans le château du XVI e dont le beau parc est étalé sur une île où les bras de l Ourcq se multiplient avant d atteindre la confluence à Mary qui autrefois construisait des bateaux. La comtesse d Harville héritière de la Trousse y fit construire une belle demeure de style colonial. Elle fut enterrée en 1821, au cimetière de Mary où se trouvent désormais d innombrables mausolées des gens du voyage. Tout à côté, Mary est le site confluent où la Marne absorbe l Ourcq. A Villersles-Rigault se trouve une usine élévatrice qui aspire l eau de la Marne pour la porter 12 mètres plus haut. Dans ce lieu, construit par Louis Dominique Girard, on n a jamais pu réaliser un élévateur qui permettrait aux navires de passer de l Ourcq à la Marne et viceversa ce qui éviterait cent kilomètres de détour. A Congis le canal pompe une partie de la Thérouanne et s étend sur de vastes espaces d eau. Puis le canal suit les circonvolutions de la Marne à Varreddes ressemblant à un jardin flottant. A Beauval se trouvait un transbordeur et un parc d aérostation de dirigeables. Détente et pêche au bord du canal à Trilbardou. 22

19 À Congis-sur-Thérouanne, l arrivée de la Thérouanne dans le canal de l Ourcq. A Crégy et à Meaux, le canal est enfoui dans la verdure. Vignely est dans l angle de la Marne et du canal : on y voit une écluse avec un moulin et une ancienne écurie pour les chevaux des bateaux de poste. Quant à Trilbardou, c est un site essentiel du canal avant que celui-ci ne se dissocie de la Marne à partir de Fresnes. C est là que se trouve aux pieds d un château néo-renaissance la station de pompage de l ingénieur Sagebien à laquelle est associé un récent musée du canal de l Ourcq. A Charmentray, les jardins descendent jusqu à la berge. Précy occupe une presqu île. A Fresnes, non loin de la belle église, s élevait le château de Guénégaud dont la chapelle, qui était une sœur du Val de Grâce, a été rasée en La ville de Claye se plait au bord de son canal étendu bordé de jardins d agréments. A Gressy, la Beuvronne sort de la propriété du savant Macquer à la grande pièce d eau et la rivière va donner une partie de son flot au canal, l autre s en allant en direction de Claye. L Ourcq temps au fil du Enfin à Villeparisis où l on va quitter la Seine-et-Marne, on garde le souvenir de Balzac et de Laure de Berny dont la maison a été détruite. Continuant à descendre en droite ligne il faut visiter le parc forestier de la Poudrerie, centre d arboriculture, mystère des ateliers disparus et la tranchée de Sevran, oasis linéaire d où l on ne devine absolument pas l environnement urbain contigu. Le canal de l Ourcq est sans aucun doute une des merveilles de Seine-et- Marne et un véritable centre de loisirs. Cette œuvre qui se situe du côté de l art et de la méditation a été évacuée de son trafic au profit des chemins de fer et camionnages. Qu on lui laisse la paix et qu on préserve sa beauté naturelle. Tout doit être réalisé pour en multiplier la paisible attraction. C. de B. 23

20 Aqueduc parisien sur ordre impérial Ci-contre, Meaux, écluse St Lazare. Avez-vous déjà vu l eau d un canal couler? aux écluses, certainement, mais ailleurs? et bien, si vous croisez, ou longez le canal de l Ourcq, vous le verrez couler, comme une rivière, et parfois même plus vite que nombre d entre elles, comme à Vernelle, ou Marnoue-la-Poterie. Et juste à côté, au fond du vallon, l Ourcq, la rivière, coule elle aussi, mais affaiblie de l eau qu elle a laissée à son canal. Celui-ci est un dévoreur de cours d eau ; tout ce qui lui vient d une rive plus haute que lui semble n avoir qu un seul but : satisfaire cette boulimique fausse rivière qui s alimente sans cesse pour avoir assez d eau lors de son arrivée dans Paris : le Clignon, la Thérouanne, la Beuvronne, et d autres en font les frais, qui achèvent ensuite, modestement, leur parcours, vers l Ourcq ou bien la Marne. Le canal, lui, laisse la rivière se fondre dans la Marne, feint de l ignorer, et continue sans elle ; après les méandres de l Ourcq, fidèlement copiés, il s approche de ceux de la Marne, et les fait siens à leur tour : s accrochant au coteau de Varreddes, enserrant Meaux, il ne manque aucun virage. C est en 1825 qu il fut mis en service ; on le qualifia d impérial, car Napoléon lui avait fixé pour objectif d alimenter Paris en eau potable, en plus d assurer le transport du bois et du blé vers la capitale. A l époque, l eau courante étant réputée potable, contrairement aux eaux dormantes, il fallait une pente à ce canal, qui fut créé à partir de Mareuil-sur-Ourcq, par creusement d une dérivation de la rivière anciennement aménagée, ou «canal des ducs», dont il empruntait, et emprunte toujours, l essentiel de l eau. Dans le département voisin, c est la Ginette, affluent de rive droite, qui cède ses eaux au nouveau canal ; puis, en rive gauche, le Clignon, qui tout en séparant les départements de l Aisne de la Seine-et-Marne, est à son tour en grande partie dévié dans un petit ouvrage qui enjambe la rivière Ourcq, pour se déverser dans le nouveau canal C est plus des trois quarts du débit reçu par l Ourcq et ses affluents, entre Mareuil et sa con fluence en Marne, que le nouveau, l Impérial, est en droit d absorber, pour effectuer un périple d une centaine de kilomètres, dont plus de 70 rien qu en Seine-et-Marne. Deux passionnantes usines élévatoires, situées à Villers les Rigault sur la commune de Congis-sur-Thérouanne, et à Trilbardou, furent même créées pour lui apporter, en période de sécheresse, de l eau de la Marne. Page de droite, Congis, le pont levant, et une surverse du canal vers la Marne. 24

La Thérouanne. à Etrepilly. La Thérouanne en terre de mémoire La Thérouanne introuvable L eau n appartient à personne

La Thérouanne. à Etrepilly. La Thérouanne en terre de mémoire La Thérouanne introuvable L eau n appartient à personne à Etrepilly La Thérouanne La Thérouanne en terre de mémoire La Thérouanne introuvable L eau n appartient à personne Congis-sur-Thérouanne Etrépilly Trocy-en-Multien 27 La Thérouanne en terre de mémoire

Plus en détail

P.L.U. d ERSTEIN Rapport de Présentation

P.L.U. d ERSTEIN Rapport de Présentation Aménagement de promenades en haut de berge et préservation d une végétation semi-continue en bas de berge : un bon compromis entre l appropriation des berges par la population et la préservation d une

Plus en détail

La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise».

La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise». La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise». 4 Intégration du Val d Oise dans la région Situé au nord-ouest de la région Ile de France, le Val

Plus en détail

Dossier de presse 19 mai 2011. Opération inédite en Ile-de-France! 216 Millions d euros dédiés à la renaissance de la Bièvre

Dossier de presse 19 mai 2011. Opération inédite en Ile-de-France! 216 Millions d euros dédiés à la renaissance de la Bièvre Dossier de presse 19 mai 2011 Opération inédite en Ile-de-France! 216 Millions d euros dédiés à la renaissance de la Bièvre Sommaire Zoom sur l événement page 3 Les chiffres clés page 4 Une rivière libérée

Plus en détail

le projet de La bassée le dépliant : le projet en quelques mots retenir les crues de la Seine restaurer une zone humide exceptionnelle

le projet de La bassée le dépliant : le projet en quelques mots retenir les crues de la Seine restaurer une zone humide exceptionnelle le projet de La bassée le dépliant : le projet en quelques mots retenir les crues de la Seine restaurer une zone humide exceptionnelle Un risque d inondation et de catastrophe toujours présent Le bassin

Plus en détail

5 - COURS D EAU NON DOMANIAUX

5 - COURS D EAU NON DOMANIAUX 5 - COURS D EAU NON DOMANIAUX La loi définit (articles L.215-1 à L.215-18 du CE) des droits et des obligations pour les cours d eau non domaniaux comme l entretien ou la disposition de l eau et des matériaux

Plus en détail

Les Crastes. Edito G UIDE PRATIQUE D ENTRETIEN

Les Crastes. Edito G UIDE PRATIQUE D ENTRETIEN Les Crastes G UIDE PRATIQUE D ENTRETIEN SOMMAIRE 2 3 Les Crastes : A quoi ca sert? Les obligations en matière d entretien Deux acteurs pour une même mission Edito 4 6 7 8 8 5 Cartes L action de sensibilisation

Plus en détail

Les Crastes. et Fossés. Les crastes, à quoi ça sert? L entretien : qui? comment? Usagers : les bonnes pratiques

Les Crastes. et Fossés. Les crastes, à quoi ça sert? L entretien : qui? comment? Usagers : les bonnes pratiques Les Crastes et Fossés Guide d entretien 2013/2014 Les crastes, à quoi ça sert? L entretien : qui? comment? Usagers : les bonnes pratiques L entretien par les services municipaux LA TESTE CENTRE CAZAUX

Plus en détail

ACTIVITES DE TRANSPORT FLUVIAL

ACTIVITES DE TRANSPORT FLUVIAL SDAGE RMC Volume 2 ACTIVITÉS DE TRANSPORT FLUVIAL 1 Fiche thématique n 20 ACTIVITES DE TRANSPORT FLUVIAL I. Infrastructures I.1 Généralités : Loi sur l eau de 1964 Le Comité de Bassin est consulté sur

Plus en détail

Principes de déclinaison réglementaire des approches. Patrimoine bâti, et paysages urbains. Partenaires Associés. 07Juin 2012

Principes de déclinaison réglementaire des approches. Patrimoine bâti, et paysages urbains. Partenaires Associés. 07Juin 2012 Principes de déclinaison réglementaire des approches Patrimoine bâti, et paysages urbains Partenaires Associés 07Juin 2012 PATRIMOINE BATI ET PAYSAGES URBAINS TERRITOIRE Repérage patrimoine bâti et paysages

Plus en détail

RÉTABLISSEMENT DE LA CONTINUITÉ ÉCOLOGIQUE SUR LA TERNOISE

RÉTABLISSEMENT DE LA CONTINUITÉ ÉCOLOGIQUE SUR LA TERNOISE RÉTABLISSEMENT DE LA CONTINUITÉ ÉCOLOGIQUE SUR LA TERNOISE LA PASSE À POISSONS DU TOUR DES CHAUSSÉES (HESDIN) www.eau-artois-picardie.fr LA CANCHE Longueur principale 89 km Débit moyen (Brimeux) 12 m³/s

Plus en détail

Eau - Assainissement

Eau - Assainissement PRÉSERVER LA BIODIVERSITÉ ET LES RESSOURCES NATURELLES La préservation des milieux humides est l un des points clefs d une politique de développement durable ; tant en raison des intérêts biologiques que

Plus en détail

Exercice 1. Qu est-ce qui a permis l apparition de la vie sur Terre? Fais une liste de tous les endroits où l on trouve de l eau dans la nature.

Exercice 1. Qu est-ce qui a permis l apparition de la vie sur Terre? Fais une liste de tous les endroits où l on trouve de l eau dans la nature. La planète bleue Exercice Fiche n / Élève A l aide des documents que tu as consultés, réponds aux Où trouve-t-on de l eau dans l Univers? Qu est-ce qui a permis l apparition de la vie sur Terre? Fais une

Plus en détail

Avis sur le projet de SAGE Loire en Rhône-Alpes

Avis sur le projet de SAGE Loire en Rhône-Alpes Avis sur le projet de SAGE Loire en Rhône-Alpes Sollicitation de l avis de l Etablissement En application de l article L.212-6 du Code de l Environnement, Monsieur Michel CHARTIER, Président de la CLE,

Plus en détail

PASS ARAN. Maison du Valier - Gite Eylie 9 h 25 mn Dénivelée +1642m -1582 m

PASS ARAN. Maison du Valier - Gite Eylie 9 h 25 mn Dénivelée +1642m -1582 m PASS ARAN Maison du Valier - Gite Eylie 9 h 25 mn Dénivelée +1642m -1582 m Maison du Valier 950m 0h Tél 05 61 01 01 01 Suivre vers le Nord le GR 10 (balisage rouge et blanc) qui remonte au parking pour

Plus en détail

83 RIVIÈRES À MOULES PERLIÈRES

83 RIVIÈRES À MOULES PERLIÈRES M I N ISTERE DE L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DE L'ENVIRONNEMENT DIRECTION DÉPARTEMENTALE DE L AGRICULTURE ET DE LA FORÊT DU CANTAL Service environnement 83 RIVIÈRES À MOULES PERLIÈRES 1 - COMMUNES CONCERNÉES

Plus en détail

1.2 Une animation de la Gouvernance de l eau du territoire

1.2 Une animation de la Gouvernance de l eau du territoire Meudon, le 7 octobre 2011 CONTRIBUTION DE L ASSOCIATION ESPACES AUX ENQUETES PUBLIQUES DES PÉRIMÈTRES DE PROTECTION DES INSTALLATIONS DE L USINE DE PRODUCTION D EAU POTABLE DU MONT-VALÉRIEN A SURESNES

Plus en détail

7 nouveaux circuits à découvrir

7 nouveaux circuits à découvrir DOSSIER DE PRESSE Juin 2014 Randonnée 2014 Chapelle Saint Drédeno de Saint-Gérand 7 nouveaux circuits à découvrir La randonnée profite d un réel engouement, particulièrement en Centre-Bretagne, grâce à

Plus en détail

11- LE MILIEU PHYSIQUE

11- LE MILIEU PHYSIQUE 11- LE MILIEU PHYSIQUE Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 181 11.1 LE RELIEF DE PLAINE ALLUVIALE Clichy est située dans la plaine alluviale de la Seine. C est une commune de configuration

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DIAGNOSTIC DU PROJET D AMENAGEMENT DU BORD DE MARNE

DOCUMENT DE TRAVAIL DIAGNOSTIC DU PROJET D AMENAGEMENT DU BORD DE MARNE DOCUMENT DE TRAVAIL DIAGNOSTIC DU PROJET D AMENAGEMENT DU BORD DE MARNE DE GALZAIN Lothaire élève ingénieur paysagiste en 4 ème année à Agrocampus Ouest juin 2015 PREAMBULE Ce document a été réalisé dans

Plus en détail

Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard

Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard 1 Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard Remarques préliminaires 1..Une route forestière traverse le pierrier ; elle permet donc de l observer de part et d autre. Les personnes

Plus en détail

GEOGRAPHIE : La France

GEOGRAPHIE : La France GEOGRAPHIE : La France [La France : ce territoire qui représente une nation et qui a ses frontières est : un ETAT 22 régions, 95 départements et 60 millions d habitants + les DOM-TOM qui ont changé de

Plus en détail

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE. URBANISME FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU Tél. 01 60 60 87 98 Fax. 01 60 60 82 55 Présent document émis le 29 Décembre

Plus en détail

La zone correspond à la partie centrale du Carré.

La zone correspond à la partie centrale du Carré. La zone correspond à la partie centrale du Carré. Il s agit d une zone en cours d urbanisation, destinée à recevoir des équipements publics ou privés, des activités tertiaires ou de bureaux ainsi que des

Plus en détail

BILAN. Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse Atelier d Architecture, d Urbanisme et de Paysage Page 1

BILAN. Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse Atelier d Architecture, d Urbanisme et de Paysage Page 1 BILAN Atelier d Architecture, d Urbanisme et de Paysage Page 1 Présentation de la démarche Faire de la prospective paysagère avec les habitants Dans le cadre du plan Paysage et Biodiversité de la plaine

Plus en détail

> Qu est ce qu un Observatoire Photographique du Paysage?

> Qu est ce qu un Observatoire Photographique du Paysage? > Qu est ce qu un Observatoire Photographique du Paysage? Un observatoire photographique du paysage (OPP) est constitué d un itinéraire photographique où figure une quarantaine de points de prise de vue.

Plus en détail

DICTIONNAIRE DE LA BANQUE DE DONNEES CARTOGRAPHIQUES SOUS S.I.G.

DICTIONNAIRE DE LA BANQUE DE DONNEES CARTOGRAPHIQUES SOUS S.I.G. DICTIONNAIRE DE LA BANQUE DE DONNEES CARTOGRAPHIQUES SOUS S.I.G. ENTITE_PAYSAGERE SOUS_ENTITE LIMITE STRUCTURE PAYSAGERE LIEUX PARTICULIERS LIGNE_DE_FORCE_DU_PAYSAGE ENJEUX ROUTES_D_INTERET POINT_DE_VUE_REMARQUABLE

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30

RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30 RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30 Le déroulement de la soirée 1. Qu est-ce qu un PLUi? 2. Etat des lieux du territoire 3. Temps d échanges

Plus en détail

CONTEXTE ET OBJECTIFS

CONTEXTE ET OBJECTIFS dans le cadre de la réalisation de l A89 - Dérivation et rescindement de la Goutte Martin OHA363 O et OHA364 CONTEXTE ET OBJECTIFS Le dernier tronçon de l A89 reliant Lyon à Bordeaux, lancé en 2009 pour

Plus en détail

Eau - Assainissement

Eau - Assainissement PRESERVER LA BIODIVERSITE ET LES RESSOURCES NATURELLES La préservation des milieux humides est l un des points clefs d une politique de développement durable ; tant en raison des intérêts biologiques de

Plus en détail

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PRÉPARÉ PAR : COMITÉ DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE LA RIVIÈRE POKEMOUCHE

Plus en détail

IMPORTANCE DES COURS D EAU

IMPORTANCE DES COURS D EAU FORÊT PRIVÉE Les traverses de cours d eau Pour réaliser des travaux d aménagement forestier, le propriétaire d un boisé privé est souvent confronté à la nécessité de construire un chemin et de traverser

Plus en détail

Références des circuits

Références des circuits Accompagnement des communes dans POCHETTES leurs démarches RANDONNÉES d'économie d'énergie Références des circuits Les itinéraires de Promenade et de Randonnée (PR) forment un maillage sur le territoire

Plus en détail

Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie.

Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie. Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie. Marc Fleury Biologiste 341, rue Saint-Jean-Baptiste Est,

Plus en détail

CRÉATION D ÉTANGS ET DE PLANS D EAU

CRÉATION D ÉTANGS ET DE PLANS D EAU Seine-Maritime CRÉATION D ÉTANGS ET DE PLANS D EAU REGLEMENTATION APPLICABLE au titre du Code de l Environnement Articles R 214-1 à R 214-6 du code de l environnement relatifs à la nomenclature des opérations

Plus en détail

MODALITES ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES GESTION DES MILIEUX AQUATIQUES ET DES INONDATIONS

MODALITES ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES GESTION DES MILIEUX AQUATIQUES ET DES INONDATIONS 10 ème programme pluriannuel d intervention MODALITES ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES GESTION DES MILIEUX AQUATIQUES ET DES INONDATIONS Pour la période 2013 à 2018 Le conseil d administration de

Plus en détail

La trame verte et bleue

La trame verte et bleue Plan de développement durable de Saint-Quentin-en-Yvelines CASQY / SJ La trame verte et bleue Une nature au cœur du projet d agglomération Bâtie dès son origine sur l image d une «ville verte et bleue»,

Plus en détail

Le Haut Ellé. Station de pompage de Barréguan près D790 "Le Grand Pont" sous le Faouët. Département 56

Le Haut Ellé. Station de pompage de Barréguan près D790 Le Grand Pont sous le Faouët. Département 56 Le Haut Ellé Station de pompage de Barréguan près D790 "Le Grand Pont" sous le Faouët Département 56 Présentation L'Ellé regroupe tous les niveaux techniques, ainsi l'ellé peut être divisée en trois tronçons

Plus en détail

Les sites classés en Île-de-France

Les sites classés en Île-de-France Septembre 2014 Les sites classés en Île-de-France Lieux d exception, projets de territoire Direction régionale et interdépartementale de l environnement et de l énergie d Île-de-France www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

VALORISER L EAU ET LES ZONES HUMIDES. Fiche 2.10 ET ASSURER LEUR QUALITÉ 1 LE CONTEXTE 1.1 ENTITÉ(S) CONCERNÉE(S) 1.2 LOCALISATION

VALORISER L EAU ET LES ZONES HUMIDES. Fiche 2.10 ET ASSURER LEUR QUALITÉ 1 LE CONTEXTE 1.1 ENTITÉ(S) CONCERNÉE(S) 1.2 LOCALISATION Fiche 2.10 VALORISER L EAU ET LES ZONES HUMIDES ET ASSURER LEUR QUALITÉ Priorité 2 Version 1-Version provisoire 20/10/14 1 LE CONTEXTE 1.1 ENTITÉ(S) CONCERNÉE(S) L ensemble du territoire communal Liens

Plus en détail

La commune de Flagy. LE RÉFERENTIEL (a) ménager la Seine-et-Marne EN APPLICATION. département de Seine-et-Marne. seine-et-marne.

La commune de Flagy. LE RÉFERENTIEL (a) ménager la Seine-et-Marne EN APPLICATION. département de Seine-et-Marne. seine-et-marne. LE RÉFERENTIEL (a) ménager la Seine-et-Marne EN APPLICATION La commune de Flagy Mai 2014 département de Seine-et-Marne Hôtel du Département CS 50377 77 010 Melun cedex tél. : 01 64 14 77 77 seine-et-marne.fr

Plus en détail

Dialogues. au bord de l eau

Dialogues. au bord de l eau Dialogues au bord de l eau Dans le bassin Loire-Bretagne... ISBN (PDF) : 978-2-916869-53-7 C est sur les bords de la Loire, de la Rance, du Loiret, de l Elorn, du Trieux, de la Vilaine, que sont nés et

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement LES CARACTÉRISTIQUES DU SOL ET DE LA PARCELLE Maggy HOVERTIN MATRIciel Objectifs de la présentation Définir

Plus en détail

Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est :

Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est : 1 Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est : POSTE DE REFOULEMENT RESEAU D ASSAINISSEMENT - 6150 mètres de tuyau gravitaire en grès - 1600 mètres de tuyau de refoulement

Plus en détail

L approche paysagère dans les Schémas d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de Seine-Saint-Denis

L approche paysagère dans les Schémas d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de Seine-Saint-Denis L approche paysagère dans les Schémas d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de Seine-Saint-Denis 6 ème Rencontres techniques de Seine-Saint-Denis Paysage en projets 9 décembre 2014 Qu est-ce qu un

Plus en détail

La balade des îles. Programmation 2015. Navigation douce Saison 2015 du 22 mai au 4 octobre

La balade des îles. Programmation 2015. Navigation douce Saison 2015 du 22 mai au 4 octobre La balade des îles Programmation 2015 La balade des îles Le concept Navigation douce Depuis 2012, l association Espaces propose une nouvelle offre de tourisme fluvial et de navigation douce sur la Seine.

Plus en détail

Traversée de Lyon par les bateaux de marchandises et à passagers La problématique des ponts sur la Saône

Traversée de Lyon par les bateaux de marchandises et à passagers La problématique des ponts sur la Saône COORDINATION DES ASSOCIATIONS POUR DES VOIES D EAU DE QUALITE. Traversée de Lyon par les bateaux de marchandises et à passagers La problématique des ponts sur la Saône Beaucoup de choses ont été dites

Plus en détail

PABLO REINOSO COMMANDE PUBLIQUE RIVES DE SAÔNE, LYON NOUAGES

PABLO REINOSO COMMANDE PUBLIQUE RIVES DE SAÔNE, LYON NOUAGES PABLO REINOSO COMMANDE PUBLIQUE RIVES DE SAÔNE, LYON NOUAGES LE PROJET LA COMMANDE : RIVES DE SAÔNE Le projet Rives de Saône s inscrit dans la démarche de reconquête des fleuves amorcée par le Grand Lyon

Plus en détail

De La Forêt de Trappes- Port Royal aux Etangs de St Hubert En passant par le Vallon du Pommeret Espaces Naturels Menacés!

De La Forêt de Trappes- Port Royal aux Etangs de St Hubert En passant par le Vallon du Pommeret Espaces Naturels Menacés! De La Forêt de Trappes- Port Royal aux Etangs de St Hubert En passant par le Vallon du Pommeret Espaces Naturels Menacés! SITES, MONUMENTS, PAYSAGESREMARQUABLESOUCLASSES MENACESPARLEPROLONGEMENTDEA12 La

Plus en détail

Sa vocation est d accueillir l implantation d activités économiques prioritairement dans le domaine des éco activités et des éco filières.

Sa vocation est d accueillir l implantation d activités économiques prioritairement dans le domaine des éco activités et des éco filières. La zone correspond à une zone d urbanisation future, non équipée, située au nord-est de la commune entre les voies ferrées et les territoires des communes limitrophes de Combs-la-Ville et Moissy- Cramayel.

Plus en détail

PROJET DE STATION REVISION SIMPLIFIEE DU PLU N 2 DE VIDE COMMUNE DE VAYRES. Février-Mars 2010

PROJET DE STATION REVISION SIMPLIFIEE DU PLU N 2 DE VIDE COMMUNE DE VAYRES. Février-Mars 2010 COMMUNE DE VAYRES REVISION SIMPLIFIEE DU PLU N 2 PROJET DE STATION DE VIDE Février-Mars 2010 Dossier de concertation Février-Mars 2010 23 La commune de Vayres est desservie par un réseau de collecte des

Plus en détail

Bonnes pratiques en matière de gestion des risques d inondation par débordement

Bonnes pratiques en matière de gestion des risques d inondation par débordement Bonnes pratiques en matière de gestion des risques d inondation par débordement Audrey Lahousse, Attachée Direction des Cours d Eau non navigables (DCENN-DGO3) Rappel : Inondation par débordement de cours

Plus en détail

Moko, enfant du monde

Moko, enfant du monde Moko en Europe : La mer farceuse Objectifs : Dire les opposés Décrire une situation avec des verbes d'action contraires Public : 8-12 ans Niveau : A1 Avant la vidéo lancement Salutations - Se saluer Les

Plus en détail

PHASE 3 : PROGRAMME. Etude géomorphologique des rivières du bassin versant Joyeuse-Savasse-Chalon. Communauté d Agglomération du Pays de Romans

PHASE 3 : PROGRAMME. Etude géomorphologique des rivières du bassin versant Joyeuse-Savasse-Chalon. Communauté d Agglomération du Pays de Romans Etude géomorphologique des rivières du bassin versant Joyeuse-Savasse-Chalon PHASE 3 : PROGRAMME D ACTIONS Communauté d Agglomération du Pays de Romans Juillet 2012 2 SOMMAIRE SOMMAIRE 3 Phase III : Programme

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

Pray4belgium histoire spirituelle de Bruxelles (1): la Place Saint-Géry p. 1. La Place Saint-Géry. Les plus anciennes racines de Bruxelles

Pray4belgium histoire spirituelle de Bruxelles (1): la Place Saint-Géry p. 1. La Place Saint-Géry. Les plus anciennes racines de Bruxelles Pray4belgium histoire spirituelle de Bruxelles (1): la Place Saint-Géry p. 1 Bruxelles histoire spirituelle (1) La Place Saint-Géry Les plus anciennes racines de Bruxelles Cet article a pour but de donner

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE

QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE Etude d incidence Natura 2000_V3 71/99 4.1 PREAMBULE Un projet peut présenter deux types d impacts : des impacts

Plus en détail

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié.

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Quelques exemples de visites et découvertes : Chantilly (22

Plus en détail

RANDONNEES ET BALADES AU DEPART DE BUERBA ET DANS LA VALLEE DE VIO

RANDONNEES ET BALADES AU DEPART DE BUERBA ET DANS LA VALLEE DE VIO RANDONNEES ET BALADES AU DEPART DE BUERBA ET DANS LA VALLEE DE VIO Ce document est une sélection de randonnées et balades que l on peut faire au départ de Buerba et de ses environs. Ces itinéraires sont

Plus en détail

Etude de valorisation paysagère et touristique des bassins versants de la Chalaronne

Etude de valorisation paysagère et touristique des bassins versants de la Chalaronne VALORISATION TOURISTIQUE ET PAYSAGERE DE LA TRAVERSEE DE LA CHALARONNE DANS LE CENTRE DE VILLARS-LES-DOMBES ETAT DES LIEUX Au niveau de Villars-les-Dombes, la Chalaronne contourne le noyau urbain dense.

Plus en détail

L objectif est de préserver et valoriser l agriculture tout en luttant contre les phénomènes des friches périurbaines.

L objectif est de préserver et valoriser l agriculture tout en luttant contre les phénomènes des friches périurbaines. Zone A CARACTERE DE LA ZONE Cette zone est à protéger en raison de la valeur agricole des terrains ou de la richesse du sol ou du soussol. Elle comprend les secteurs : Ac correspondant à une zone où les

Plus en détail

CEMEX Activité granulats La logistique fluviale

CEMEX Activité granulats La logistique fluviale CEMEX 2, rue du Verseau Silic 423-94583 Rungis Cedex Tél. : 01 49 79 44 44 Fax : 01 46 87 50 82 www.cemex.fr Dossier de presse CEMEX Activité granulats - mars 2007 CEMEX Activité granulats La logistique

Plus en détail

Château de Versailles, France : l accessibilité du public au coeur des enjeux du «Grand Versailles»

Château de Versailles, France : l accessibilité du public au coeur des enjeux du «Grand Versailles» Château de Versailles, France : l accessibilité du public au coeur des enjeux du «Grand Versailles» FICHE D IDENTITÉ Type d établissement : château - musée Localisation : France Principales interventions

Plus en détail

L Ile aux Planches Aménagement d un parc et d un déversoir (Le Mans)

L Ile aux Planches Aménagement d un parc et d un déversoir (Le Mans) Semaine de l Architecture Contemporaine 2012. L eau dans l architecture Promenade au bord du canal (infographie) L Ile aux Planches Aménagement d un parc et d un déversoir (Le Mans) Adresse : Pont des

Plus en détail

Plan de travail / Établissement du plan d action pour le lac Rhéaume

Plan de travail / Établissement du plan d action pour le lac Rhéaume Plan de travail / Établissement du plan d action pour le lac Rhéaume PRINCIPAUX ENJEUX A. Qualité de l eau - Suivi de la qualité de l eau B. Qualité de l eau - Épuration des eaux usées C. Contrôle de l

Plus en détail

Offres pédagogiques 2015-2016

Offres pédagogiques 2015-2016 Le Pavillon de Manse Pavillon de la Science Un lieu de découvertes qui éveille la curiosité Offres s 2015-2016 PicardieScience un projet fédérateur au service de la valorisation de l innovation et de

Plus en détail

Derrière cette fontaine, il y a un engagement pour le climat. 1 Eau de Paris s engage pour le climat

Derrière cette fontaine, il y a un engagement pour le climat. 1 Eau de Paris s engage pour le climat Derrière cette fontaine, il y a un engagement pour le climat. 1 Eau de Paris s engage pour le climat Une entreprise engagée dans la transition écologique L eau du robinet, pour une consommation responsable

Plus en détail

Un territoire pour agir!

Un territoire pour agir! Un territoire pour agir! Le Bassin du Léman et le Contrat de rivières du sud-ouest lémanique Le Contrat de rivières du sud-ouest lémanique : un programme d actions de 6 ans un territoire de 226 km 2, 29

Plus en détail

L Ardèche en fauteuil roulant Visite en side-car. Par Kornelia et Michel, juin 2011

L Ardèche en fauteuil roulant Visite en side-car. Par Kornelia et Michel, juin 2011 L Ardèche en fauteuil roulant Visite en side-car Par Kornelia et Michel, juin 2011 Anduze, train des Cévennes Train à vapeur ou vieille diesel, payant, billet valable la journée indépendamment des changements

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

SESSION DE FORMATION «IDF EAU» DU 22 NOVEMBRE 2014. Gestion des eaux pluviales et assainissement en Ile de France

SESSION DE FORMATION «IDF EAU» DU 22 NOVEMBRE 2014. Gestion des eaux pluviales et assainissement en Ile de France SESSION DE FORMATION «IDF EAU» DU 22 NOVEMBRE 2014 Gestion des eaux pluviales et assainissement en Ile de France Introduction Cette matinée de formation est la 1 ère d une série de quatre thématiques liées

Plus en détail

PROGRAMME D ACTION 2013-2018

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 > L eau, cette ressource vitale que l on pensait renouvelable à l infini, n est pas inépuisable. 40 % des territoires sur lesquels intervient l

Plus en détail

3. Développement du Pôle touristique Fluvial sur le Canal des Houillères

3. Développement du Pôle touristique Fluvial sur le Canal des Houillères OPERATION N 3 3. Développement du Pôle touristique Fluvial sur le Canal des Houillères SOMMAIRE 3.1 Le Canal : un vecteur touristique en expansion. 3.2 Le port et la halte fluviale de Harskirchen-Bissert

Plus en détail

AlivrableV.3. Phase1. Méthode particulière de définition des aléas et des enjeux. Direction Départementale des Territoires et de la Mer Nord

AlivrableV.3. Phase1. Méthode particulière de définition des aléas et des enjeux. Direction Départementale des Territoires et de la Mer Nord Direction Départementale des Territoires et de la Mer Nord Méthode particulière de définition des aléas et des enjeux p.5 Introduction Pourquoi un PPR? p.7 Partie 1 Méthode de détermination de l aléa p.22

Plus en détail

Cotonu. Introduction. Page 1. Cotonu the floating edge

Cotonu. Introduction. Page 1. Cotonu the floating edge Cotonu Introduction Page 1 Cotonu the floating edge Je m appelle Roméo Mivekannin. Je suis Béninois et je réside actuellement en France où je termine mes études d architecture. Au terme de mon cursus,

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME 2- PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE

PLAN LOCAL D URBANISME 2- PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE Département de la Saône et Loire Commune de CIEL PLAN LOCAL D URBANISME 2- PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE PREAMBULE LES TEXTES Article L110 du Code de l Urbanisme Le territoire français

Plus en détail

EXAMEN BREVET DE CONDUITE RESTREINT ET GENERAL 28 mai 2011

EXAMEN BREVET DE CONDUITE RESTREINT ET GENERAL 28 mai 2011 Contrôle de la Navigation City Atrium Rue du Progrès 56 1210 Bruxelles EXAMEN BREVET DE CONDUITE RESTREINT ET GENERAL 28 mai 2011 Remarque: La mention «RPNE» correspond au règlement général de police pour

Plus en détail

Organisation des travaux. LE DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE /// Enjeux et objectifs du projet

Organisation des travaux. LE DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE /// Enjeux et objectifs du projet Organisation des travaux 4 170 LE DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE /// Enjeux et objectifs du projet Quelles seront les différentes étapes du chantier du réseau du Grand Paris? Plusieurs méthodes pourront être

Plus en détail

Une opération d aménagement touristique durable. Figure 1 : vue d un Mont-Saint-Michel au caractère maritime rétabli

Une opération d aménagement touristique durable. Figure 1 : vue d un Mont-Saint-Michel au caractère maritime rétabli Une opération d aménagement touristique durable Figure 1 : vue d un Mont-Saint-Michel au caractère maritime rétabli Pourquoi un tel projet? «Le rétablissement du caractère maritime du Mont- Saint-Michel

Plus en détail

CHAPITRE VI : DESSERTE, MOYENS DE COMMUNICATION ET D APPROVISIONNEMENT À LANGEAIS EN CAS D INONDATION

CHAPITRE VI : DESSERTE, MOYENS DE COMMUNICATION ET D APPROVISIONNEMENT À LANGEAIS EN CAS D INONDATION CHAPITRE VI : DESSERTE, MOYENS DE COMMUNICATION ET D APPROVISIONNEMENT À LANGEAIS EN CAS D INONDATION Page 127 sur 133 I. LA DESSERTE DE LANGEAIS En cas d inondation majeure de la commune par ses rivières

Plus en détail

Le train à vapeur : Les premières lignes de chemin de fer françaises sont construites dans les années 1830.

Le train à vapeur : Les premières lignes de chemin de fer françaises sont construites dans les années 1830. Quels progrès techniques voit-on apparaitre au XIXème siècle? Une première phase de la Révolution Industrielle. 1769 : James Watt invente la machine à vapeur. La machine à vapeur est l une des plus importantes

Plus en détail

Prix Coup de Cœur 2011

Prix Coup de Cœur 2011 Prix Coup de Cœur 2011 Gîtes de France Manche Dossier de presse 8 mars 2012 Contact presse : Frédérique HEDOUIN - Gîtes de France Manche Tél. : 02 33 05 99 01 - mél : gites-de-france50@manche.fr Prix Coup

Plus en détail

Comment entretenir un cours d eau en milieu agricole?

Comment entretenir un cours d eau en milieu agricole? Comment entretenir un cours d eau en milieu agricole? Sont concernés par ce document, tous les cours d eau apparaissant en bleu (trait plein ou pointillé) sur les cartes IGN au 1/25 000ème ainsi que ceux

Plus en détail

Plan détaillé du Projet d Aménagement et de Développement Durable (PADD) et du Document d Orientations Générales (DOG)

Plan détaillé du Projet d Aménagement et de Développement Durable (PADD) et du Document d Orientations Générales (DOG) SCoT des Coteaux et du Val de Seine Plan détaillé du Projet d Aménagement et de Développement Durable (PADD) et du Document d Orientations Générales (DOG) Dominique Gaudron dominique.gaudron@algoe.fr Nicolas

Plus en détail

LE PROJET MARAJO En Amazonie Brésilienne.

LE PROJET MARAJO En Amazonie Brésilienne. LE PROJET MARAJO En Amazonie Brésilienne. Suite à deux voyages effectués dans le cadre de missions d évangélisation avec des jeunes des Maisons du Pain de Vie et d autres Communautés, Pascal Pingault est

Plus en détail

Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11

Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11 Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11 Points proposés : Le Contrat de rivière: avancement, objectifs Etat des lieux du bassin du Doron Enjeux et objectifs, propositions d actions Vers une mise

Plus en détail

La rigole d Hilvern, encore plus belle

La rigole d Hilvern, encore plus belle DÉVELOPPEMENT CÔTES D ARMOR D Randonnée et Espaces naturels La rigole d Hilvern, encore plus belle Le détail de 5 ans de chantier Votre Conseil général le développement, favoriser l essor de tous 1 2 1

Plus en détail

Place de la nature en ville

Place de la nature en ville Le transport en site propre permet d installer une forme de nature le long d un parcours Une nouvelle approche de la nature Longtemps cantonnée à une dimension d agrément, voire d hygiène, la nature dans

Plus en détail

SHS 21 Identifier les relations existant entre les activités humaines et l'organisation de l'espace

SHS 21 Identifier les relations existant entre les activités humaines et l'organisation de l'espace SHS 21 Identifier les relations existant entre les activités humaines et l'organisation de l'espace http://www.plandetudes.ch/web/guest/shs_21/ En 1802, Napoléon a fait dessiner une carte de la vallée

Plus en détail

ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et

ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et recommandations Le Pont des Trous constitue un des rares exemples

Plus en détail

16- L EAU. Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 231

16- L EAU. Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 231 16- L EAU Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 231 16.1 LE RESEAU HYDROGRAPHIQUE La commune est située en bordure de Seine dans sa limite nord. Le risque d inondation existe sur

Plus en détail

Chablais d hier et d aujourd hui

Chablais d hier et d aujourd hui - 1 - Chablais d hier et d aujourd hui On constatera bien sûr de nombreuses nouvelles constructions, mais surtout la grande emprise de la forêt et le retrait des glaciers Pour peindre le Grammont et les

Plus en détail

CHAPITRE II - DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE ND

CHAPITRE II - DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE ND CHAPITRE II - DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE ND CARACTERE DE LA ZONE Cette zone est constituée d espaces verts dont le maintien est la règle. Elle concerne les jardins du Château, des terrains d entraînement

Plus en détail

Chemin déconseillé par temps de pluie. Marches nombreuses et irrégulières

Chemin déconseillé par temps de pluie. Marches nombreuses et irrégulières Le départ se fait sur la place du village. Prendre la direction de la source (rue commerçante). Prendre à gauche, le chemin des Beaumes rouges, entre 2 magasins souvenirs (route balisée rouge et blanc)

Plus en détail

DIRECTIVES OPERATIONNELLES DE LA BOAD

DIRECTIVES OPERATIONNELLES DE LA BOAD RÉSEAUX DE TRANSPORT D ÉLECTRICITÉ Généralité 1. Les réseaux de transport d électricité comprennent les lignes de transport et leur emprise, les postes de transformation et les routes d accès ou d entretien.

Plus en détail

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 L eau dans les documents d urbanisme L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 Pourquoi ce guide? Participer à «décloisonner» les services «Environnement Eau» et «Urbanisme»

Plus en détail

SOMMAIRE DES DELIBERATIONS DU COMITE DU 13 SEPTEMBRE 2006

SOMMAIRE DES DELIBERATIONS DU COMITE DU 13 SEPTEMBRE 2006 SOMMAIRE DES DELIBERATIONS DU COMITE DU 13 SEPTEMBRE 2006 1- Marché de services pour l entretien courant des cours d eau du Boulonnais (2007-2009)... page 2 2- Etude de définition des aménagements de prévention

Plus en détail

Voici quelques exemples : qu est-ce qui différencie par exemple le renard, l écureuil de Corée, la renouée du Japon ou le cerisier tardif?

Voici quelques exemples : qu est-ce qui différencie par exemple le renard, l écureuil de Corée, la renouée du Japon ou le cerisier tardif? L 7 a diversité biologique une richesse difficile à préserver A Uccle Notre Commune fait partie des communes les plus vertes de Bruxelles. Aussi aurez-vous peut-être la chance de faire des rencontres intéressantes

Plus en détail