Rivières. de Seine-et-Marne. Christian de Bartillat

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rivières. de Seine-et-Marne. Christian de Bartillat"

Transcription

1 Rivières de Seine-et-Marne Christian de Bartillat

2 Les rivières sont, peut-être, le principal fil conducteur de l Histoire, et si rois ou empereurs en décidèrent bien des fois, c est l Etat qui s en trouva finalement doté, du moins pour celles où l on pouvait naviguer. Après les incessantes disputes de meuniers et mariniers, de riverains entre eux, détournant l eau à leur profit, puis des pêcheurs avec des entreprises aux rejets dévastateurs, il fallut bien de grands projets pour décider des modes de naviguer, et de nombreuses règles pour dire le droit d usage, de pêche, de passage, et les obligations d entretien ou enfin de qualité des rejets. Préface Le droit de l eau fait partie des plus anciens et des plus complexes, et plusieurs Services de l Etat ont la charge de son explication, et de son application, qu il s agisse de navigation sur les plus grandes, ou de l instruction et de la surveil - lance de toute demande de travaux, de prélèvement ou de rejet sur quelque cours d eau que ce soit. Selon les lieux, et la nature de l usage requis ou constaté, peuvent ainsi intervenir le Service de la Navigation, la Direction Départementale de l Agriculture et de la Forêt prochainement réunie à celle de l Equipement mais aussi la Direction Régionale de l Industrie de la Recherche et de l Environnement, la Direction Régionale de l Environnement, elles aussi bientôt fusionnées, ou encore la Direction des Services Vétérinaires. Le droit de l eau comprenant un volet particulier consacré à la pêche, d autres acteurs ont aussi compétence pour veiller à son respect... C est en raison de cette multiplicité que, dans chaque département, une mission Inter Services de l Eau coordonne le tout. Mais l amélioration de la qualité des rivières, évoquée ici ou là dans le présent ouvrage, n est que la résultante de bien plus de forces conjuguées : celles des riverains, communes, entreprises industrielles, compagnies gestionnaires de l eau, syndicats de rivière, associations, Département, Région, et enfin de l Agence de l Eau, moteur indispensable, mutualisant et redistribuant ressources et compétences. Pour qui ne les connaît pas, les rivières de Seine-et-Marne révèlent ici leur diversité, illustrée d agréable façon par la photographie. Et si ce bel ouvrage ressemble fort à un hymne, il se révèle aussi, parfois, sans complaisance, moyen probable d y faire foi. Michel Guillot, Préfet de Seine-et-Marne L Aubetin à Saint-Augustin. III

3 Alors que la qualité de l eau des rivières, l équilibre de leurs écoulements, et leur rapport au paysage sont principalement affaire de riverains, de communes, ou de l Etat, le Conseil général veille depuis fort longtemps au destin des cours d eau de Seine-et-Marne. D abord engagé dans la lutte contre les pollutions, puis dans l aide à l assainissement et au bon fonctionnement des ouvrages d épuration, il fut parmi les premiers à contribuer à l entretien des rivières. De la protection contre les inondations à l étude des potentialités piscicoles, de la restauration des rivières et de leur patrimoine, aux équipements favorisant le tourisme fluvial, ou de la gestion des espaces naturels aux itinéraires de randonnée bordant les rivières, le Département agit quotidiennement, en maître d ouvrage, en conseiller, et par le biais de multiples subventions ; c est donc très légitimement, que l an dernier, il a inscrit l eau parmi les thèmes majeurs de son Agenda 21. Préface Autour du Département, plusieurs de ses proches partenaires apportent aussi leur concours pour un mieux-être des rivières : Services d Incendie et de Secours à la moindre alerte, Maison de l environnement en pédagogie constante auprès des jeunes seine-et-marnais, Initiatives 77 par l accompagnement de chantiers d insertion, enfin AQUI Brie en veille et formation là où les cours d eau gagnent la nappe souterraine. C est aujourd hui le Conseil d Architecture, d Urbanisme et de l Environnement qui, par la forme originale de l ouvrage signé avec les Presses du Village, enrichit à son tour ces multiples apports. Les rivières du plus vaste département d Ile-de-France s y racontent, mêlant passé et présent, facilitant leur compréhension, et les inscrivant aussi bien dans les paysages de Seine-et-Marne que dans le grand cycle de l eau : anecdotes et pédagogie y flirtent, avec amusement et un rien de poésie. Le Conseil général se réjouit de la publication de «Rivières de Seine-et-Marne», dont les deux auteurs nous font partager leurs savoirs, si différents, dans une passion commune. Vincent Eblé, Président du Conseil général de Seine-et-Marne Péniche sur la Seine. V

4 S il fallait identifier, parmi les forces primordiales, celle qui a le plus façonné les paysages, nul doute que ce serait l eau, formée en rivières innombrables. Après avoir contribué à la conception et à la réalisation de l atlas des paysages du département, c est vers elles que le Conseil d Architecture, d Urbanisme et de l Environnement de Seine-et-Marne porte son regard. Préface La rivière est lieu de convergence, par le réseau affluent tissé dans son bassin, et par ses franchissements, moments d échanges, de mélanges, de conflits, et de créativité. Les rivières ont creusé les plateaux et laissé leurs méandres : chaque rive, tour à tour, est maîtresse ou soumise, et pour peu qu entre elles émergent des îles, villages et villes y naissent et s y étendent. Les plus modestes rus ont fait parcs et châteaux ; d autres, recréés, deviennent trame urbaine. Et tandis que chaque année d éphémères ruisseaux s en reviennent, entre des terres qui se ressuient, les plus grandes rivières portent voiles et lourds bateaux. Par ces divers cours, l eau se révèle fondatrice de paysages, initiatrice d urbanisme, reflet d architecture, révélatrice d environnement. Dérivée, canalisée, retenue ou libérée, elle raconte l histoire du temps, celui d avant les hommes, puis des premiers humains et des siècles passés, jusqu à notre quotidienne empreinte, en défi pour demain. Chaque rivière est une unique histoire, toute en nuances pour celle-ci, en contrastes pour celle-là. L une s auréole de passé, l autre s enivre d avenir. Ici on sauvegarde, là on produit, ailleurs on construit ; ici ou là, là ou ailleurs, presque toujours, heureusement, se mélangent. Tout au long des cours d eau, et aidé par ceux qui les connaissent, les gèrent ou les protègent, le CAUE partage, ici, ses réflexions. De chaque rivière alors, vient une pensée qui n a de sens que mêlée à toutes les autres, comme le font, chaque jour, de multiples ruisseaux, donnant une rivière, puis une autre encore, jusqu à devenir fleuve, pour nous dire de les regarder plus, afin de mieux nous voir. Dominique Satiat, Président du Conseil d Architecture, d Urbanisme et de l Environnement de Seine-et-Marne Le Grand Morin à Pommeuse. VII

5 Christian de Bartillat Les Presses du Village Michel Billecocq Conseil d Architecture, d Urbanisme et de l Environnement de Seine-et-Marne Rivières de Seine-et-Marne

6 A Gabriel En ce mois de mars 2065, Igor venait d avoir 15 ans ; dans un coin du grand écran devant lequel son professeur d Histoire du Monde commentait les résultats du dernier contrôle, la sonde murale externe affichait déjà 29 degrés, alors qu il n était pas 11 heures. A l intérieur il faisait bon, 26 degrés, valeur au-dessous de laquelle on ne cherchait plus à descendre, car même si le dispositif de rafraîchissement fonctionnait à l énergie solaire, on évitait d accentuer les écarts entre températures du dehors et de l intérieur ; et cela depuis la grande crise, mondiale, de l énergie. C était son grand-père, Antonin, qui lui avait tout raconté, et Igor apprenait plus vite en l écoutant que lorsqu il était en classe. Pourtant, le I-Tout qu il portait au poignet, lui permettait de tout savoir, de tout écouter ou filmer, de joindre n importe qui à l autre bout du monde, d ouvrir la porte du logement familial ou de payer ses achats ; il pouvait aussi reconnaître sa voix pour la traduire en n importe quelle langue, et même, comble du bonheur, enregistrer les cours à sa place ce contre quoi luttaient toujours les professeurs, pour qui l effort individuel restait la clef de l apprentissage et de la compréhension future. Préambule Quand Antonin avait eu l âge qu Igor avait aujourd hui, il avait connu les crises successives de l économie mondiale engendrées par la raréfaction progressive du pétrole, la spéculation, et l envolée de ses coûts : elles avaient accru le fossé existant entre les différentes parties de la planète et les diverses couches des sociétés, fossé que ce siècle n avait, hélas, toujours pas réussi à combler. Au moins, le rapport entre transports collectifs et déplacements individuels s en était-il trouvé considérablement modifié. La recherche, la production et la construction avaient, quant à elles, rapidement progressé, à la fois dans le champ des énergies nouvelles, et dans leur gestion, de plus en plus économe. Etangs de pêche à Episy. Quand ils en parlaient, Antonin montrait à Igor en quoi toutes les mesures prises n avaient pas suffi, malheureusement, à enrayer les phénomènes de dérive climatique d une part, et d appauvrissement de la biodiversité de l autre. Progressivement, et parmi de nombreuses autres conséquences, il avait bien fallu se rendre à l évidence : le régime pluviométrique de l Ile de France, par exemple, n avait plus grand chose à voir avec celui des statistiques sur lesquelles s étaient appuyés ingénieurs, géomètres, et autres bureaux d études, pendant tout le XX e siècle et le début du suivant. Si l on avait longtemps réussi à dire que dans le passé il y avait déjà eu un phénomène de même ampleur que celui que l on venait de connaître, il était venu un jour où tous durent admettre que presque chaque année, désormais, il se produisait un événement à caractère exceptionnel, tantôt tempête, tantôt orage, inondation, ou encore sécheresse. En fait, c était l année moyenne qui avait disparu, comme la température de référence qui, comme on l avait craint, mais trop tard, ne cessait de progresser. La répartition mondiale de l eau douce, quant à elle, restait une préoccupation majeure, malgré le dessalement de l eau de mer ; malgré aussi les immenses 5

7 aqueducs, parfois intercontinentaux, que l on avait construits au milieu du XXI e siècle. Depuis cette même époque, une large part de la population humaine se redistribuait, non sans douleur, sur les terres émergées, à plus grande distance des océans dont le niveau montait inexorablement, de cyclones en tsunamis, tandis qu aux pôles les glaces finissaient de fondre. Dans ce monde régi par les plus hautes technologies, et où la science avait repoussé, jour après jour, les limites du savoir, l Eau était redevenue une sorte de déesse mère, toujours auréolée de mystères, malgré la simplicité de sa formule chimique deux atomes d hydrogène pour un d oxygène et des principes physiques auxquels elle avait toujours fidèlement répondu : passer par trois états, solide, liquide et gazeux, en l espace de 100 C. Ce jour-là, pour illustrer ses propos, Antonin avait choisi de parler des rivières : il y avait de moins en moins de régularité dans leurs périodes de crue et, inversement, de plus en plus d endroits où des inondations brutales se produisaient, y compris là où, de mémoire d homme, on n en avait jamais connues. D où le besoin de prendre du recul par rapport à leurs rives, et de réserver des espaces, pour absorber ces sautes d humeur ; la Seine dans la Bassée, l Yerres, le Grand Morin ou encore plusieurs de leurs petits affluents avaient nécessité la délimitation et l aménagement de ces prudentes réserves. On avait, malgré tout, gagné sur quelques plans : comme tous ceux de sa génération, Antonin avait suivi le retour des saumons, filmés alors qu ils franchissaient les habiles ouvrages leur permettant de rejoindre ces ruisseaux où ils retrouvaient les gestes initiaux de la vie. Mais, malgré tous les progrès en la matière, le souci de la qualité de l eau demeurait. Cela remontait à deux siècles plus tôt, quand Paris était venu chercher en Seine-et-Marne les sources qui l alimenteraient : l insidieuse pollution qui y avait été découverte, bien plus tard, s était poursuivie longtemps après que l on eut cessé d employer certains herbicides aussi bien en agricul ture, que sur les voies ferrées, au bord des routes, ou dans les jardins des particuliers. A tel point que le laboratoire départemental avait été intégralement reconverti à l unique et constante surveillance des rivières, des rejets qui s y produisaient, des nappes d eau souterraine, et de toutes les zones humides. Ainsi, à chaque fois que d obscurs chemins souterrains faisaient réapparaître l eau, en source vive ou en vasque lentement débordante, il avait été jugé indispensable d en repérer le lieu, et de l analyser à un rythme soutenu ; car il fallait savoir si les pratiques de gestion de l espace agricole ou forestier, industriel, privatif ou public n hypothéquaient pas, encore, les chances de sauvegarde et de progression du vivant que l eau, seule, pouvait continuer de générer. Tout en faisant défiler sur le panneau mural, ses photos, conservées, des rivières de Seine-et-Marne, Antonin montra à Igor que dans leur lit et sur leurs berges, on avait retrouvé de multiples traces et ouvrages témoignant du génie humain. Leurs cours eux-mêmes n étaient que le résultat d incessants travaux de correction, stabilisation, retenue ou dérivation, travaux dont certains avaient, 6

8 plus tard, été jugés malencontreux. A force d observer certains cours d eau, de plus en plus contraints et enserrés dans de maigres couloirs végétaux, on avait finalement décidé de les reconsidérer, dans leur globalité. Plus personne ne contestait que leur entretien, régulier et précis, soit devenu d intérêt général. Qu ils soient espaces de détente, corridors écologiques, cadre de vie recherché, ruisselets ayant créé des châteaux, émissaires drainant d interminables villes et des champs immenses, ou encore longs chenaux de transport, canaux, rivières, fleuves et ruisseaux avaient enfin été «reconnus». Cela avait commencé par le simple fait qu à chaque fois qu une route croisait l un d eux, on en voyait systématiquement le nom, même pour ces affluents qui restaient secs une grande partie de l année. Il en était avec les rivières comme pour les hommes entre eux : on les respectait d autant plus que l on avait appris à les connaître. Des rivières trop longtemps cachées avaient été rendues à l air libre ; des rus ignorés s étaient révélés le jour où des élus, soucieux de paysage, en avaient écarté toute forme de publicité et nombre d édifices utilitaires mais disgracieux. Au milieu des paysages de la Brie que certains avaient pu trouver monotones, on avait redécouvert les lignes arborées et les denses lisières soulignant à nouveau le parcours, permanent ou éphémère, de l eau. Et dans toutes les écoles, il n y eut plus de cours d Histoire du Monde qui ne commençât par le passionnant cycle de l eau, en partant à sa découverte dehors, car à lui seul il racontait toute l histoire de la Terre, de la Vie, et de l Homme. Préambule En ce moment où Igor n était déjà presque plus adolescent, le concept de développement durable faisait partie de ceux que l on n apprenait plus, car on le vivait au quotidien. On en était, de plus en plus, à se référer à un autre, venu d un mot oublié, que l on tentait de décliner à nouveau : l Harmonie. Alors qu ils en dissertaient, à propos de chacune des rivières de Seine-et-Marne, Antonin s arrêta. Il entreprit de conter à Igor ce qui n était plus qu une vieille anecdote datant de la fin du siècle précédent : un jour, quelqu un avait formulé la surprenante hypothèse de la mémoire de l eau. Comme tant d autres, à l époque de cette annonce, ils en rirent tous deux, pendant un long moment. Mais, lorsqu à nouveau Antonin reprit le cours, tour à tour calme ou bien rapide, des rivières, l esprit d Igor s échappa ; il se demandait si l eau qui s écoulait, en cet instant précis, dans les rivières d Ile-de-France, et d ailleurs, n en savait pas bien plus qu eux deux sur toute l Histoire du Monde Dans les yeux d Antonin, sans qu aucun se le dise, il crut voir la réponse. M. B. 7

9 La Marne et ses affluents 10 Ourcq 12 Les mésaventures de l Ourcq Le canal de l Ourcq en roue libre Dérivation et canalisation de l eau : aqueduc parisien sur ordre impérial Thérouanne 26 La Thérouanne en terre de mémoire La Thérouanne introuvable Droit de l eau et entretien des rivières : l eau n appartient à personne Beuvronne 36 Sous les ailes de Roissy : la Beuvronne Beuvronne et Biberonne à tous vents Pollution et dépollution de l eau : les pêcheurs n ont pas remplacé les castors Petit Morin 44 Trois Régions pour un Petit Morin Le Petit Morin, juvénile et frondeur Diversité écologique, des rivières aux vallées : au cœur de la biodiversité Grand Morin 54 Curieux ouvrages du Grand Morin Le Grand Morin des cités aquatiques Protection contre les inondations : vivre auprès de la rivière Aubetin 70 Les deux vies de l Aubetin L Aubetin, une rivière ancienne Agriculture, drainage et petites rivières : dessins de grandes cultures Gondoire 80 La Gondoire en parenthèse Devenir des eaux de pluie en ville : quand il pleut sur la ville Marne 88 La Marne en tournis incessants Entre le champagne et le petit vin blanc, la Marne et l eau sacrée Gestion des grands cours d eau : indispensables alliances L Yerres et ses affluents 110 Yerres 112 Les mystères de l Yerres L Yerres ou le clavecin de la Brie Rivières et nappes souterraines : eau du dessus et du dessous 8

10 La Seine et ses affluents 140 Sommaire Voulzie 142 L étrange destin de la Voulzie Le Durteint et la Voulzie se faufilent dans la ville basse de Provins Alimentation en eau potable : infernales molécules Auxence 154 Auxence d en haut, Vieille Seine d en bas La vallée de l Auxence ou le grand virage dans le Montois Enjeux d une vallée alluviale : secrets de Bassée, entre sable et peupliers Ancœur 164 L Ancoeur : le roi en fit toute une histoire L Almont et l Ancœur ou deux bijoux dans un seul lit Sites classés et paysages : paysages à jardiner Orvanne et Lunain 176 Orvanne et Lunain, famille du bocage Le bocage aquatique des deux rivières Pêche, poissons, pêcheurs : petit poisson deviendra grand Loing 192 Le Loing, en lien de Seine et Loire Le Loing dédoublé Protection des bords d eau : berges : l enjeu essentiel Ecole 208 Quand l Ecole descend de son perchoir L Ecole mouille son lit au large de la forêt de Fontainebleau Richesse d un Parc naturel régional : territoire recherche qualité Seine 218 Seine, fleuve magistral La Seine allongée et la Seine debout Navigation sur le fleuve : la voie de l eau, d hier à demain Carte des rivières de Seine-et-Marne 245 Références 247 Au début de chaque chapitre, le cours de la rivière est symbolisé avec les noms des communes qu elle traverse. Toutes les communes ne pouvant être citées, on a le plus souvent fait figurer celles qui sont évoquées, ensuite, dans le texte. 9

11 Les mésaventures de l Ourcq L Ourcq a dû être une grande rivière ; la force de sa vallée, dans le paysage, en témoigne. Bien avant qu il devienne canal des ducs, par le creusement de son propre cours, puis qu il s adjoigne le canal que nous lui connaissons aujourd hui, il a dû forcer le passage, coincé contre la roche, pour parvenir jusqu à la Marne. Entre ce qui deviendrait Lizy «sur Ourcq» et Mary «sur Marne», il a dû longtemps hésiter, comme la Marne elle-même, en cherchant son passage dans les graviers que celle-ci, sauvage et puissante, déplaçait : tantôt îlots, tantôt terre ferme, où plantes et arbres croissaient rapidement, s étouffaient, s écroulaient et les barraient, les contraignant à creuser de nouveaux cours à la prochaine saison de crues. De ces péripéties annuelles, il reste cette vaste étendue presque plane, de sables et de graviers, où Marne et Ourcq se réunissent, au pied de la corniche qui leur a résisté, laissant encore deux îles : de Mary, et de la Cornaille. Aujourd hui discipliné, l Ourcq serpente toujours, en contrebas de son canal. Ses marais, drainés de rigoles et fossés, sont Marais et peupleraie au bord de l Ourcq à Ocquerre.

12 L Ourcq au fil de l eau Paysage de la vallée du ru de Chaton. devenus peupleraies, mais lorsqu on les découvre, des hauteurs de la route, sinueuse, qui s élève de Crouy-sur-Ourcq à May-en-Multien, on devine aisément ce long travail de l eau, dissimulée, mais toujours présente, sous l exubérante végétation qu elle génère. L Ourcq vient du département de l Aisne, où il a pris naissance à plus de 50km de son entrée en Seine-et-Marne : 40 km de cours naturel, une dizaine pour la rivière canalisée à partir de l amont de La Ferté-Milon jusqu à Mareuilsur-Ourcq où le canal lui-même débute et 4 km ensuite pour atteindre son principal affluent de rive gauche : le Clignon, qui sert de limite aux deux départements. L Ourcq parcourt encore une vingtaine de km, avant de confluer avec la Marne. En rive droite, il ne recevra alors que la Gergogne à May-en-Multien, tandis qu en rive gauche, le rejoignent le ru de la Croix Hélène à Crouy, le ru de Chaton à Ocquerre et celui de Méranne à Lizy. De 4 mètres de large à la confluence du Clignon, il en fait à peine le double en arrivant en Marne, où il sépare les territoires de Lizy et de Mary. L importante forêt de Retz, dans la région de Villers-Cotterets, constituait autrefois l une des sources d approvisionnement en bois de Paris, comme le fut aussi, plus au sud la forêt de Crécy sur les rives du Grand Morin. Au milieu du 18 e siècle, afin d améliorer les transports par voie d eau, Louis de Régemortes fut chargé, sur ordre du Duc d Orléans, de l aménagement de la rivière Ourcq; d anciens ouvrages, dont certains avaient été réalisés avant même cette époque, se devinent encore parfois, de nos jours, sur le cours de la rivière. Depuis la création du canal de l Ourcq, la gestion de la rivière est devenue complexe, l existence et le mode de fonctionnement de celui-là ayant conduit à 15

13 prélever une grande partie du débit de la rivière et de ses affluents, pour l alimenter. La canal étant devenu propriété de la Ville de Paris, c est elle qui détient les «droits d eau» sur la rivière Ourcq, et qui en dérive les quantités nécessaires au maintien du fil d eau dans cet ouvrage. Dès lors, le niveau de la rivière varie, parfois brutalement, provoquant érosion puis envasement. En période d étiage, à la fin des étés secs, le débit de l Ourcq peut n être que de 600 litres par seconde, ce qui est bien peu au regard du bassin versant qu il draine avec ses affluents. En période de crue, lorsque, proportionnellement, la gestion du canal nécessite moins d eau que d habitude, l Ourcq peut manifester des débits de 30 à 60 m 3 /s à Lizy-sur-Ourcq, soit cent fois plus qu en étiage, y provoquant de conséquentes inondations. De son ancien caractère de rivière navigable, l Ourcq a gardé un statut particulier, la domanialité, expression de sa propriété par la collectivité et non plus les riverains traduite par une contrainte imposée à ceux-ci : la servitude de marchepied, permettant son entretien. Pour mieux assurer celui-ci, une structure originale de gestion s est créée en 1985 : le Syndicat intercommunal pour l aména- Pavillon d entrée du château de Gesvres-le-Duc. 16

14 L Ourcq au fil de l eau La rivière Ourcq à Lizy-sur-Ourcq. gement et la gestion de la rivière d Ourcq, constitué par la Ville de Paris, et 9 communes appartenant à 3 départements : l Aisne, l Oise, et la Seine-et- Marne. Dans le but de maîtriser les variations de débit de la rivière, le syndicat a automatisé la manœuvre de deux vannages, à Crouy et Lizy, et recruté un garderivière qui veille constamment au bon état du lit de l Ourcq et de ses berges. Au plan piscicole, cette rivière est dite «de seconde catégorie» (cf p ); la police de l eau (cf p ) y est assurée par la Direction départementale de l agriculture et de la forêt. Deux associations se partagent le droit de pêche sur le cours seine-et-marnais de l Ourcq : l Epinoche crouycienne et le Gardon rouge lizéen. La qualité des eaux de la rivière est assez satisfaisante, malgré un traitement parfois insuffisant des effluents domestiques ; elle est plutôt meilleure au niveau de la confluence avec la Marne qu à son entrée en Seine-et- Marne, l importance des zones de marais, une faible population, et la rareté des entreprises industrielles en étant probablement la cause. A l aval, les activités développées dans le secteur de Lizy et Mary, avec principalement l imprimerie Québécor (anciennement Didier) font l objet de traitements limitant leur impact sur le cours d eau. Néanmoins, si l on voulait redonner à l Ourcq une plus grande richesse piscicole, quelques travaux dans le lit de la rivière, et la garantie d un débit minimum, augmenteraient la productivité d une rivière attrayante, qui se dissimule dans un paysage de qualité, franchi fièrement par un récent viaduc permettant aux trains à grande vitesse de rapprocher l est de la France et la région capitale. M. B. 17

15 Le Canal de l Ourcq en roue libre Le canal de 108 km qui se termine après le bassin de La Villette dans les prolongements souterrains de Saint-Martin et Saint-Denis est une œuvre d art aquatique qui complète et transfigure le réseau naturel. Il s agit d un jardin glissant côtoyé par ses chemins de halage et d une rangée d arbres assurant le gardiennage de l ombre. Sa pente qui est constante paraît si limpide qu on penserait à une eau immobile avec des mouvements légers jusqu au moment où le réseau se plisse au gré du vent. Le canal peut être séparé en fragments autonomes. Le fleuve canalisé va de Port-aux-Perches jusqu à Mary-sur-Marne où l Ourcq plus ou moins délivré se jette dans la Marne sous le regard du canal qui les surplombe de haut. Le canal suit à peu près fidèlement les méandres de la Marne jusqu à Fresnes. Désormais divorcé, il s élance d un seul jet avant de réaliser son entrée triomphale dans le bassin de la Villette couronné par la Rotonde de Ledoux sur laquelle il bute pour traverser la rivière souterraine qui s en va en direction de la Seine. Ce canal notamment sa partie supérieure a une très longue histoire d au L Ourcq temps au fil du Usine élévatoire de Villersles-Rigault. 19

16 moins quatre siècles. Elle débute avec François I er et se poursuit avec la famille d Orléans propriétaire de la forêt de Retz qui avait intérêt à faire descendre ses bois coupés vers Paris. Au XVI e siècle, il s agit de faire naviguer les bateaux sur l Ourcq. Un travail vite interrompu débute en 1529 puis Catherine de Médicis relance le projet et en 1562, le premier navire arrive dans Paris en liesse. Le canal des Ducs, autonome, est engagé par Riquet pour Louis XIV à l est de Meaux et par Louis de Régemortes au XVIII e. Puis tout s arrête jusqu à Bonaparte qui fait réaliser le bassin d arrivée et, dès 1822, souvent grâce à la main d œuvre prussienne, le premier navire venant de La Ferté-Milon arrive au bassin chargé de la circulation commerciale et de l alimentation en eau de la capitale. Bien sûr, une guerre larvée demeurera entre les transporteurs qui veulent faire marcher l eau et les meuniers qui veulent la retenir. Après la cinquantaine de kilomètres de la rivière depuis sa source à Courmont, on atteint le réseau canalisé à Port-aux-Perches jusqu à Mareuil. Puis c est la traversée émerveillée de La Ferté-Milon où apparaît comme un fantôme la forteresse branlante du XIV e siècle dominant l église à mi-pente et la maison d enfance de Racine ainsi que celle de la belle-famille de La Fontaine. En aval, des frondaisons étendues cachent une écluse, l église et le château du grand Veneur. Plus loin, un bassin circulaire devient déversoir de la rivière à Mareuil. Désormais, pendant que l Ourcq divague dans les forêts et les marécages, nous nous trouvons dans le canal impérial où à Neufchelles le pont suspendu qui porte le Clignon trace la frontière du département. Car le canal vorace a tôt fait d avaler une partie de ses affluents mercenaires. A Crouy-sur-Ourcq se trouve le donjon de cinq étages. Il faut monter jusqu à May pour regarder la grande vallée marécageuse où flirtent le canal et l Ourcq. En plein centre des Marais, Pompes de l usine élévatoire de Trilbardou. 20

17 Affiche des bâteaux-poste. L Ourcq temps au fil du au croisement de deux avenues, un superbe pavillon solitaire se reflétait dans les douves alimentées par l Ourcq jusqu en C est à ce moment que le duc de Gesvres fit appel à l hydraulicien Drancy qui eut l idée de capter la Gergogne et de la faire passer par-dessus le canal pour emplir les fossés Ce château de la Belle aux bois dormant qui possédait une superbe galerie de peintures demeura la maison de plaisance de cette famille. Ne fut-elle pas par son argent et ses extravagances une des principales à la Cour pendant trois siècles? Puis le canal aborde Lizy-sur-Ourcq après Ocquerre où se trouve en aval du pont l emplacement de l entreprise Bourgeois spécialisée jadis dans la fabrication des flûtes de l Ourcq. Le bateau poste à voyageurs, particulièrement filiforme (22 m 70 de longueur et 2 m de large), a circulé de Paris à Meaux de 1837 à 1860, tiré par des chevaux rapides, arborant au mat une flamme rouge, et annoncé par un cor de chasse. Ce salon flottant, pendant son passage, évinçait Écluse de Vignely. 21

18 Usine élévatoire de Trilbardou. tout autre navigation. Il fallait toujours un homme pour la conduite du cheval et un autre au gouvernail. En plus des voyageurs, il y avait toujours au XIX e siècle le flottage du bois, et le transport de la pierre et du plâtre. A partir du XX e siècle le canal travailleur fut remplacé par le chemin de fer. L instrument de transport outre le bateau de plaisance devint celui de la promenade à vélo pour aller plus vite que l eau, à pied pour se trouver en retrait, ou la pêche et la demi-somnolence qui nous mène à la rêverie au bord de la poésie qui coule. Lizy fut au XVI e siècle une cité protestante. Les familles du Broullat et d Angenne firent établir le prêche dans le château du XVI e dont le beau parc est étalé sur une île où les bras de l Ourcq se multiplient avant d atteindre la confluence à Mary qui autrefois construisait des bateaux. La comtesse d Harville héritière de la Trousse y fit construire une belle demeure de style colonial. Elle fut enterrée en 1821, au cimetière de Mary où se trouvent désormais d innombrables mausolées des gens du voyage. Tout à côté, Mary est le site confluent où la Marne absorbe l Ourcq. A Villersles-Rigault se trouve une usine élévatrice qui aspire l eau de la Marne pour la porter 12 mètres plus haut. Dans ce lieu, construit par Louis Dominique Girard, on n a jamais pu réaliser un élévateur qui permettrait aux navires de passer de l Ourcq à la Marne et viceversa ce qui éviterait cent kilomètres de détour. A Congis le canal pompe une partie de la Thérouanne et s étend sur de vastes espaces d eau. Puis le canal suit les circonvolutions de la Marne à Varreddes ressemblant à un jardin flottant. A Beauval se trouvait un transbordeur et un parc d aérostation de dirigeables. Détente et pêche au bord du canal à Trilbardou. 22

19 À Congis-sur-Thérouanne, l arrivée de la Thérouanne dans le canal de l Ourcq. A Crégy et à Meaux, le canal est enfoui dans la verdure. Vignely est dans l angle de la Marne et du canal : on y voit une écluse avec un moulin et une ancienne écurie pour les chevaux des bateaux de poste. Quant à Trilbardou, c est un site essentiel du canal avant que celui-ci ne se dissocie de la Marne à partir de Fresnes. C est là que se trouve aux pieds d un château néo-renaissance la station de pompage de l ingénieur Sagebien à laquelle est associé un récent musée du canal de l Ourcq. A Charmentray, les jardins descendent jusqu à la berge. Précy occupe une presqu île. A Fresnes, non loin de la belle église, s élevait le château de Guénégaud dont la chapelle, qui était une sœur du Val de Grâce, a été rasée en La ville de Claye se plait au bord de son canal étendu bordé de jardins d agréments. A Gressy, la Beuvronne sort de la propriété du savant Macquer à la grande pièce d eau et la rivière va donner une partie de son flot au canal, l autre s en allant en direction de Claye. L Ourcq temps au fil du Enfin à Villeparisis où l on va quitter la Seine-et-Marne, on garde le souvenir de Balzac et de Laure de Berny dont la maison a été détruite. Continuant à descendre en droite ligne il faut visiter le parc forestier de la Poudrerie, centre d arboriculture, mystère des ateliers disparus et la tranchée de Sevran, oasis linéaire d où l on ne devine absolument pas l environnement urbain contigu. Le canal de l Ourcq est sans aucun doute une des merveilles de Seine-et- Marne et un véritable centre de loisirs. Cette œuvre qui se situe du côté de l art et de la méditation a été évacuée de son trafic au profit des chemins de fer et camionnages. Qu on lui laisse la paix et qu on préserve sa beauté naturelle. Tout doit être réalisé pour en multiplier la paisible attraction. C. de B. 23

20 Aqueduc parisien sur ordre impérial Ci-contre, Meaux, écluse St Lazare. Avez-vous déjà vu l eau d un canal couler? aux écluses, certainement, mais ailleurs? et bien, si vous croisez, ou longez le canal de l Ourcq, vous le verrez couler, comme une rivière, et parfois même plus vite que nombre d entre elles, comme à Vernelle, ou Marnoue-la-Poterie. Et juste à côté, au fond du vallon, l Ourcq, la rivière, coule elle aussi, mais affaiblie de l eau qu elle a laissée à son canal. Celui-ci est un dévoreur de cours d eau ; tout ce qui lui vient d une rive plus haute que lui semble n avoir qu un seul but : satisfaire cette boulimique fausse rivière qui s alimente sans cesse pour avoir assez d eau lors de son arrivée dans Paris : le Clignon, la Thérouanne, la Beuvronne, et d autres en font les frais, qui achèvent ensuite, modestement, leur parcours, vers l Ourcq ou bien la Marne. Le canal, lui, laisse la rivière se fondre dans la Marne, feint de l ignorer, et continue sans elle ; après les méandres de l Ourcq, fidèlement copiés, il s approche de ceux de la Marne, et les fait siens à leur tour : s accrochant au coteau de Varreddes, enserrant Meaux, il ne manque aucun virage. C est en 1825 qu il fut mis en service ; on le qualifia d impérial, car Napoléon lui avait fixé pour objectif d alimenter Paris en eau potable, en plus d assurer le transport du bois et du blé vers la capitale. A l époque, l eau courante étant réputée potable, contrairement aux eaux dormantes, il fallait une pente à ce canal, qui fut créé à partir de Mareuil-sur-Ourcq, par creusement d une dérivation de la rivière anciennement aménagée, ou «canal des ducs», dont il empruntait, et emprunte toujours, l essentiel de l eau. Dans le département voisin, c est la Ginette, affluent de rive droite, qui cède ses eaux au nouveau canal ; puis, en rive gauche, le Clignon, qui tout en séparant les départements de l Aisne de la Seine-et-Marne, est à son tour en grande partie dévié dans un petit ouvrage qui enjambe la rivière Ourcq, pour se déverser dans le nouveau canal C est plus des trois quarts du débit reçu par l Ourcq et ses affluents, entre Mareuil et sa con fluence en Marne, que le nouveau, l Impérial, est en droit d absorber, pour effectuer un périple d une centaine de kilomètres, dont plus de 70 rien qu en Seine-et-Marne. Deux passionnantes usines élévatoires, situées à Villers les Rigault sur la commune de Congis-sur-Thérouanne, et à Trilbardou, furent même créées pour lui apporter, en période de sécheresse, de l eau de la Marne. Page de droite, Congis, le pont levant, et une surverse du canal vers la Marne. 24

La Thérouanne. à Etrepilly. La Thérouanne en terre de mémoire La Thérouanne introuvable L eau n appartient à personne

La Thérouanne. à Etrepilly. La Thérouanne en terre de mémoire La Thérouanne introuvable L eau n appartient à personne à Etrepilly La Thérouanne La Thérouanne en terre de mémoire La Thérouanne introuvable L eau n appartient à personne Congis-sur-Thérouanne Etrépilly Trocy-en-Multien 27 La Thérouanne en terre de mémoire

Plus en détail

PASS ARAN. Maison du Valier - Gite Eylie 9 h 25 mn Dénivelée +1642m -1582 m

PASS ARAN. Maison du Valier - Gite Eylie 9 h 25 mn Dénivelée +1642m -1582 m PASS ARAN Maison du Valier - Gite Eylie 9 h 25 mn Dénivelée +1642m -1582 m Maison du Valier 950m 0h Tél 05 61 01 01 01 Suivre vers le Nord le GR 10 (balisage rouge et blanc) qui remonte au parking pour

Plus en détail

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PRÉPARÉ PAR : COMITÉ DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE LA RIVIÈRE POKEMOUCHE

Plus en détail

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE. URBANISME FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU Tél. 01 60 60 87 98 Fax. 01 60 60 82 55 Présent document émis le 29 Décembre

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est :

Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est : 1 Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est : POSTE DE REFOULEMENT RESEAU D ASSAINISSEMENT - 6150 mètres de tuyau gravitaire en grès - 1600 mètres de tuyau de refoulement

Plus en détail

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié.

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Quelques exemples de visites et découvertes : Chantilly (22

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

L Ardèche en fauteuil roulant Visite en side-car. Par Kornelia et Michel, juin 2011

L Ardèche en fauteuil roulant Visite en side-car. Par Kornelia et Michel, juin 2011 L Ardèche en fauteuil roulant Visite en side-car Par Kornelia et Michel, juin 2011 Anduze, train des Cévennes Train à vapeur ou vieille diesel, payant, billet valable la journée indépendamment des changements

Plus en détail

La rigole d Hilvern, encore plus belle

La rigole d Hilvern, encore plus belle DÉVELOPPEMENT CÔTES D ARMOR D Randonnée et Espaces naturels La rigole d Hilvern, encore plus belle Le détail de 5 ans de chantier Votre Conseil général le développement, favoriser l essor de tous 1 2 1

Plus en détail

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN VERSANT DE L ARMANÇON Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau Année 2009 Adopté en séance plénière le 25 mai 2010 Siège de la Commission

Plus en détail

Le Haut Ellé. Station de pompage de Barréguan près D790 "Le Grand Pont" sous le Faouët. Département 56

Le Haut Ellé. Station de pompage de Barréguan près D790 Le Grand Pont sous le Faouët. Département 56 Le Haut Ellé Station de pompage de Barréguan près D790 "Le Grand Pont" sous le Faouët Département 56 Présentation L'Ellé regroupe tous les niveaux techniques, ainsi l'ellé peut être divisée en trois tronçons

Plus en détail

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Étude de la carte de Vézelise Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Double objectif de la séance Étude d un paysage lorrain de côte Apprentissage de la lecture du relief sur une

Plus en détail

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Les rois de France viennent régulièrement chasser à Versailles à partir du XVI ème siècle. Henri IV y amène son fils, le futur Louis XIII. Devenu

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

SOMMAIRE DES DELIBERATIONS DU COMITE DU 13 SEPTEMBRE 2006

SOMMAIRE DES DELIBERATIONS DU COMITE DU 13 SEPTEMBRE 2006 SOMMAIRE DES DELIBERATIONS DU COMITE DU 13 SEPTEMBRE 2006 1- Marché de services pour l entretien courant des cours d eau du Boulonnais (2007-2009)... page 2 2- Etude de définition des aménagements de prévention

Plus en détail

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 L eau dans les documents d urbanisme L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 Pourquoi ce guide? Participer à «décloisonner» les services «Environnement Eau» et «Urbanisme»

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES SUR LES ENSEIGNEMENTS DES INONDATIONS DE 2010 SUR LE LITTORAL ATLANTIQUE (XYNTHIA) ET DANS LE VAR La Cour des comptes et les trois chambres régionales

Plus en détail

Exposition zones humides. Dossier de Presse

Exposition zones humides. Dossier de Presse Dossier de Presse DOSSIER DE PRESSE - EXPOSITION ZONES HUMIDES 2015 Panneaux d expositions Conception graphique : Séverine Soury Textes : Aurélie Matrot - AVEN Crédits photographiques Aurélie Matrot, Sarah

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Julien St-Laurent, M.Sc.Env. Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion et développement durable

Plus en détail

mesure des débits et des volumes dérivés par les canaux gravitaires

mesure des débits et des volumes dérivés par les canaux gravitaires mesures limnimétriques 2009 Depuis la loi sur l Eau de 1992, précisée par celle de 2006, tous les volumes d eau prélevés dans le milieu naturel doivent être mesurés, et ce, pour permettre une meilleure

Plus en détail

Journées Des animateurs territoriaux d Ile de France. 22 & 23 novembre 2010, Paris

Journées Des animateurs territoriaux d Ile de France. 22 & 23 novembre 2010, Paris Journées Des animateurs territoriaux d Ile de France Coorganisées par la région Ile de France et l Agence de l eau Seine Normandie Journées des animateurs territoriaux d Ile de France Les CONTRATS avec

Plus en détail

Magonty, un quartier tourné vers l écologie de demain

Magonty, un quartier tourné vers l écologie de demain Pessac, le 7 août 2009 Réf. : CQM-2009-30a-CV Magonty, un quartier tourné vers l écologie de demain Projet de cheminements verts Rapporteur Serge Degueil Responsable Commission Cadre de vie Yves Schmidt

Plus en détail

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES Tél. : 04.50.32.40.48 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux - Filtre à sable vertical drainé Rejet dans un

Plus en détail

Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères

Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères CO.TE.CO du 09 juin 2015 Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères Institution interdépartementale des barrages-réservoirs du bassin de la Seine 8,

Plus en détail

Édito. Pas besoin d aller loin pour découvrir un nouveau monde! Comité Départemental de la Protection de la Nature et de l Environnement

Édito. Pas besoin d aller loin pour découvrir un nouveau monde! Comité Départemental de la Protection de la Nature et de l Environnement Enseignants du primaire Pour vos projets d écoles et vos classes découvertes, faites découvrir la biodiversité du territoire à travers des programmes riches et ludiques! Édito Agglopolys, Communauté d'agglomération

Plus en détail

Systèmes de stockage simples à installer et économiques

Systèmes de stockage simples à installer et économiques Systèmes de stockage simples à installer et économiques Parallèlement à l accroissement et à l ampleur des événements pluviométriques, l accélération et l augmentation des débits de pointe accentuent de

Plus en détail

Extraits d un carnet de route de mon voyage en Patagonie

Extraits d un carnet de route de mon voyage en Patagonie Manifestations-loisirs / Carnet de route Patagonie / extraits Page 1 / 7 Contenu : Patagonie ARGENTINE Glacier Perito Moreno / El Chalten Fitz Roy et Corre Torre Rédaction : Alain Krummenacher / entrepreneur

Plus en détail

Développer sa commune

Développer sa commune N 18 juin 2008 Développer sa commune Les documents d urbanisme (1) quel document pour quel projet de territoire? Imaginer l avenir d un territoire communal ou intercommunal dans une vision durable de son

Plus en détail

Questionnaire eevm. échange école ville montagne. www.parc-du-vercors.fr/eevm/

Questionnaire eevm. échange école ville montagne. www.parc-du-vercors.fr/eevm/ Questionnaire eevm échange école ville montagne www.parc-du-vercors.fr/eevm/ Répondre aux questions. Il y a 3 types de réponses en fonction des types de questions. - Questions fermées à réponse unique

Plus en détail

Château des Ducs de Bretagne, France : l accessibilité permet la réappropriation par les habitants de Nantes du château-musée

Château des Ducs de Bretagne, France : l accessibilité permet la réappropriation par les habitants de Nantes du château-musée Château des Ducs de Bretagne, France : l accessibilité permet la réappropriation par les habitants de Nantes du château-musée Thierry Mezerette FICHE D IDENTITÉ Type d établissement : château - musée Localisation

Plus en détail

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1 Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 2 6/4/08 11:53 AM Page 2 LOG 8869 Residential

Plus en détail

Le canal de l Ourcq. Source Une histoire de la Seine-Saint-Denis au XX e siècle, CD-Rom édité par le Conseil général de la Seine-Saint-Denis, 2004

Le canal de l Ourcq. Source Une histoire de la Seine-Saint-Denis au XX e siècle, CD-Rom édité par le Conseil général de la Seine-Saint-Denis, 2004 Le canal de l Ourcq Source Une histoire de la Seine-Saint-Denis au XX e siècle, CD-Rom édité par le Conseil général de la Seine-Saint-Denis, 2004 Repères bibliographiques Annie Kriegel, L Histoire et la

Plus en détail

Gestion des eaux pluviales : collectivités, communes et particuliers face à une nouvelle problématique.

Gestion des eaux pluviales : collectivités, communes et particuliers face à une nouvelle problématique. Gestion des eaux pluviales : collectivités, communes et particuliers face à une nouvelle problématique. Le développement de l urbanisation et l imperméabilisation croissante des sols ont fait des eaux

Plus en détail

un lieu d exception pour goûter l art de vivre en bretagne

un lieu d exception pour goûter l art de vivre en bretagne un lieu d exception pour goûter l art de vivre en bretagne le château du grand val accueille séminaires et incentives haut de gamme Le Château du Grand Val, dont les origines remontent au XVème siècle,

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Les contes de la forêt derrière l école.

Les contes de la forêt derrière l école. Circonscription de Lamballe EPS cycle 1 Les contes de la forêt derrière l école. Une proposition de travail en EPS pour les enfants de petite et moyenne section, ayant comme thèmes Les déplacements, les

Plus en détail

Le métier de gestionnaire de cours d eau non navigables. Ir. Yanni XANTHOULIS

Le métier de gestionnaire de cours d eau non navigables. Ir. Yanni XANTHOULIS Le métier de gestionnaire de cours d eau non navigables Ir. Yanni XANTHOULIS 1 Organisation du STP Administration des Services Techniques et de l Environnement Ir. P. SQUERENS / Inspecteur Général Service

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CARACTERE DE LA ZONE Zone faisant l objet d une protection en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur intérêt notamment du

Plus en détail

Crédit de CHF 340'000.00. Réaménagement du canal de Versoix et du bief de Pont-Céard

Crédit de CHF 340'000.00. Réaménagement du canal de Versoix et du bief de Pont-Céard VILLE DE VERSOIX MESSAGE DU CONSEIL ADMINISTRATIF A l'attention de Mesdames et Messieurs, Les Conseillères Municipales et Conseillers Municipaux MAIRIE VERSION N 1 FIGÉE LE: 02.06.2010 Evolution du message:

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL

ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL Bureau d Etudes TEST INGENIERIE 14, rue Gambetta 77 400 THORIGNY Tél. : 01.60 07 07 07 www.testingenierie.fr

Plus en détail

Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation

Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation publique ou associative, à l exclusion des activités

Plus en détail

GATINEAU, QUÉBEC, LE 7 MAI 2007. Société d=histoire de l=outaouais C.P. 1007, Succ. Hull Gatineau (Québec) J8X 3X5 michel.prevost@uottawa.

GATINEAU, QUÉBEC, LE 7 MAI 2007. Société d=histoire de l=outaouais C.P. 1007, Succ. Hull Gatineau (Québec) J8X 3X5 michel.prevost@uottawa. MÉMOIRE DE LA SOCIÉTÉ D'HISTOIRE DE L'OUTAOUAIS SOUMIS À LA SÉANCE EXTRAORDINAIRE DU COMITÉ CONSULTATIF D URBANISME SUR L AVENIR DU CENTRE-VILLE DE GATINEAU GATINEAU, QUÉBEC, LE 7 MAI 2007 Société d=histoire

Plus en détail

LE POINT DE VUE DE FNE

LE POINT DE VUE DE FNE LE POINT DE VUE DE FNE Voir à ce sujet les articles suivants : - «Pour une eau vivante : la fin des barrages?» de la Lettre eau N 2 (juin 1996) - «Rapport de la Commission Mondiale des Barrages : les clés

Plus en détail

Laisser une empreinte Devenez acteur de la restauration des plantations du canal du Midi

Laisser une empreinte Devenez acteur de la restauration des plantations du canal du Midi Laisser une empreinte Devenez acteur de la restauration des plantations du canal du Midi Le canal du Midi, un patrimoine exceptionnel Une vitrine. L inscription par l Unesco en 1996 sur la liste du patrimoine

Plus en détail

VANNES, VIS SANS FIN, POMPES D ASSÈCHEMENT DES MARAIS

VANNES, VIS SANS FIN, POMPES D ASSÈCHEMENT DES MARAIS La Directive Cadre sur l Eau (DCE, n 2000/60/CE) fixe comme objectif pour 2015 l atteinte du bon état ou du bon potentiel écologique des eaux de surface. Ces états écologiques sont appréciés par la qualité

Plus en détail

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 20 L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 21 Besançon : des défenses façonnées par un méandre dominé > 21 27 La citadelle Historique La position stratégique

Plus en détail

Le SPANC. Communauté de communes des Versants d Aime

Le SPANC. Communauté de communes des Versants d Aime Le SPANC Communauté de communes des Versants d Aime Créé en 2012, le Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) de la communauté de communes des Versants d Aime est un service industriel et

Plus en détail

TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX

TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX CARACTERE ET VOCATION DE LA ZONE UX Il s agit d une zone d activité créée à l Est de l agglomération, sous la forme d un lotissement dont les règles

Plus en détail

CONTENU MISE EN PLACE. 1. Placez le plateau de jeu au centre de la table.

CONTENU MISE EN PLACE. 1. Placez le plateau de jeu au centre de la table. TM Pour voir une vidéo explicative du jeu, visitez www.stratusgames.com INTRODUCTION BUT DU JEU Les habitants des villages entourant un volcan dormant vivaient heureux et en paix jusqu au jour où BADABOUM

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

TNS. BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA FORCE

TNS. BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA FORCE 15/01/10-08:01 - Page 1/3 Ref. Doc. : 2500-4318690-8 A : Service de presse / VEOLIA ENVIRONNEMENT Mot-Clé : VEOLIA BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA

Plus en détail

Dans le cadre du Plan Pluie : les chantiers 2008-2009 du Maillage Bleu

Dans le cadre du Plan Pluie : les chantiers 2008-2009 du Maillage Bleu Dans le cadre du Plan Pluie : les chantiers 2008-2009 du Maillage Bleu Le point sur les chantiers prévus en 2008-2009 par la Ministre bruxelloise de l Environnement, Evelyne Huytebroeck : Cours du Molenbeek

Plus en détail

document de travail Phase 2 : groupe de travail Eau et biodiversité

document de travail Phase 2 : groupe de travail Eau et biodiversité document de travail Extrait du tableau de bord de la Région de Bruxelles-Capitale, amendé par la Coordination associative : «Nouvelles Rivières Urbaines» et biodiversité 1.2.1. intégration des principes

Plus en détail

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises?

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Pierre MANGEOT 3 juillet 2014 Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Agence de l eau Rhin- Meuse, quelques repères

Plus en détail

ANNEXE 1: Entretien de la filie re

ANNEXE 1: Entretien de la filie re ANNEXE 1: Entretien de la filie re 1 A ) ENTRETIEN DE LA COLLECTE DES EAUX USEES : Objectif : assurer un bon écoulement des eaux usées. Vérifier le bon écoulement par les tés ou regards de visite Nettoyer

Plus en détail

La gestion des écoulements dans les Wateringues du Nord - Pas de Calais Incidence prévisible des changements climatiques

La gestion des écoulements dans les Wateringues du Nord - Pas de Calais Incidence prévisible des changements climatiques La gestion des écoulements dans les Wateringues du Nord - Pas de Calais Incidence prévisible des changements climatiques Par Philippe PARENT Institution des Wateringues Par Philippe PARENT Institution

Plus en détail

D.I.C.R.I.M. DOCUMENT D INFORMATIONS COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS LES BONS REFLEXES EN CAS DE RISQUES MAJEURS

D.I.C.R.I.M. DOCUMENT D INFORMATIONS COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS LES BONS REFLEXES EN CAS DE RISQUES MAJEURS D.I.C.R.I.M. DOCUMENT D INFORMATIONS COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS LES BONS REFLEXES EN CAS DE RISQUES MAJEURS Les incendies de forêts ou les inondations sont les principaux risques majeurs qui peuvent

Plus en détail

Activité 45 : La responsabilité de l Homme sur son environnement géologique

Activité 45 : La responsabilité de l Homme sur son environnement géologique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : Géologie externe, évolution des paysages (16 heures) Notions. contenus Compétences Exemples d activités L procure à l Homme des ressources. [Thèmes : Environnement,

Plus en détail

INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES... 10

INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES... 10 Rapport d avancement des travaux de lla Commiissiion Localle de ll Eau du bassiin du Loiiret ANNÉE 2004 INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES...

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA Après ces projets dont notre Président nous permet d espérer la réalisation

Plus en détail

Le préfet de la région Haute-Normandie, préfet de la Seine-Maritime, commandeur de la Légion d'honneur

Le préfet de la région Haute-Normandie, préfet de la Seine-Maritime, commandeur de la Légion d'honneur PRÉFET DE LA SEINE-MARITIME DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES ET DE LA MER Affaire suivie par : Cyril Teillet Tél. : 02 35 58 54 28 Fax : 02 35 58 55 63 Mél : cyril.teillet@seine-maritime.gouv.fr

Plus en détail

Campagne de communication «Soyez Branché, raccordez-vous» Une aide financière aux habitants un geste pour l environnement (jusqu à 100% d aide)

Campagne de communication «Soyez Branché, raccordez-vous» Une aide financière aux habitants un geste pour l environnement (jusqu à 100% d aide) Campagne de communication «Soyez Branché, raccordez-vous» Une aide financière aux habitants un geste pour l environnement (jusqu à 100% d aide) Sommaire Communiqué : le raccordement au réseau public d

Plus en détail

acérola - plessis-grammoire

acérola - plessis-grammoire acérola - plessis-grammoire oap aménagement Le secteur d Acérola se situe au cœur de la commune du Plessis-Grammoire et couvre une surface d environ 5 hectares au coeur du tissu urbain. Il est délimité

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 La SEVESC assure les services de l eau et de l assainissement de collectivités des départements

Plus en détail

COMMUNE DE VELET. Dotée d un P.P.R.I (Plan de Prévention des Risques) Plan Communal de Sauvegarde Identification du Risque.

COMMUNE DE VELET. Dotée d un P.P.R.I (Plan de Prévention des Risques) Plan Communal de Sauvegarde Identification du Risque. COMMUNE DE VELET Dotée d un P.P.R.I (Plan de Prévention des Risques) Plan Communal de Sauvegarde Identification du Risque (le D I C R I M) Document d information communal sur les Risques Majeurs Sommaire

Plus en détail

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Généralités Le bac dégraisseur doit avoir un volume au moins égal à 200 litres, s il reçoit les eaux de cuisine seules et un volume au moins égal à 500

Plus en détail

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8 Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable S e p t e m b r e 2 0 0 8 Le PADD : un Projet Politique Le PADD : un Projet Politique L e S C O T, u n o u t i l a

Plus en détail

la Pyramide Espace d activités tertiaires > Bureaux à la location 820 m² de bureaux divisibles à partir de 113 m² l'ourcq Communauté de communes

la Pyramide Espace d activités tertiaires > Bureaux à la location 820 m² de bureaux divisibles à partir de 113 m² l'ourcq Communauté de communes la Pyramide Espace d activités tertiaires > Bureaux à la location 820 m² de bureaux divisibles à partir de 113 m² Communauté de communes du Pays de l Ourcq 2, avenue Louis Delahaye - 77440 Ocquerre Tél.

Plus en détail

SCP d Architecture et d Aménagement du Territoire DESCOEUR F & C 49 rue des Salins, 63000 Clermont Fd. 7 juin 2010

SCP d Architecture et d Aménagement du Territoire DESCOEUR F & C 49 rue des Salins, 63000 Clermont Fd. 7 juin 2010 SCP d Architecture et d Aménagement du Territoire DESCOEUR F & C 49 rue des Salins, 63000 Clermont Fd Commune de Coulandon CONTRATT COMMUNAL D AMENAGEMENT DE BOURG FICHE ACTION 1 Aménagement de la route

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

Voile à l école : développer le sens marin

Voile à l école : développer le sens marin Voile à l école : développer le sens marin Météo Activités possibles Sujets d étude Compétences visées Dans le centre nautique Pour et à l école Température Nuages Bulletin météo Différencier la température

Plus en détail

Sommaire PROJET ACCESSIBILITÉ PANORAMA ENVIRONNEMENT MOBILITÉ EMPLOI 3 ANS DE TRAVAUX PARTENAIRES MAÎTRES D OUVRAGE ET FINANCEURS

Sommaire PROJET ACCESSIBILITÉ PANORAMA ENVIRONNEMENT MOBILITÉ EMPLOI 3 ANS DE TRAVAUX PARTENAIRES MAÎTRES D OUVRAGE ET FINANCEURS Sommaire PROJET Le pôle multimodal Créteil Pompadour, c est bien plus qu une gare. Zoom sur les grands aménagements qui composent le projet. ACCESSIBILITÉ Station de bus Pompadour, passerelle de correspondance,

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur Jeu de l ingénierie écologique mémo du joueur Contexte Qu est-ce que l ingénierie écologique? L ingénierie écologique peut être définie par une action par et/ou pour le vivant. Plus précisément, le vivant

Plus en détail

Paris La Mer Trouville environ, en voiture à pédale

Paris La Mer Trouville environ, en voiture à pédale Paris La Mer Trouville environ, en voiture à pédale Aventure proposée par la Boussole affolée Départ du 12 e arrondissement le samedi 10 août 2013 à 10 heures. Résumé de la proposition de parcours : Proposition

Plus en détail

Paye Bah. Ibrahim Touré

Paye Bah. Ibrahim Touré Mon pays est immense comme un continent A cause de la guerre, les gens sont mécontents. La guerre a tout détruit au nord Personne n ose sortir dehors Même les ampoules la nuit ne s allument plus Le jour

Plus en détail

PARTIE III LE PLAN DE DESHERBAGE

PARTIE III LE PLAN DE DESHERBAGE PARTIE III LE PLAN DE DESHERBAGE III.1 / LES OBJECTIFS DU PLAN DE DESHERBAGE : La contamination des eaux par les pesticides s'effectue essentiellement par ruissellement. Les études menées dans le cadre

Plus en détail

Formation FORÊT Les massifs

Formation FORÊT Les massifs Formation FORÊT Les massifs Ateliers du patrimoine naturel de Picardie Rémi François Paul Janin 20/04/2014 Tour d horizon des principaux massifs picards Retz : l héritage de la futaie cathédrale Dominance

Plus en détail

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun Miroslav Marcelli Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun «Aujourd hui, le partage évolue vers un nouveau concept le partage citoyen. Audelà des clivages politiques, idéologiques ou religieux,

Plus en détail

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Depuis la parution de la Directive cadre sur l eau en octobre 2000, une politique européenne de l eau a vu le jour avec un objectif principal : atteindre le

Plus en détail

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts 35 36 Introduction La directive cadre sur l eau donne à l analyse économique une place déterminante.

Plus en détail

- 2 - La Traduction - 2.1. - La Traduction Spatiale Révision du PLU/Commune de HAMEL

- 2 - La Traduction - 2.1. - La Traduction Spatiale Révision du PLU/Commune de HAMEL - - La Traduction -.. - La Traduction Spatiale Révision du PLU/Commune de HMEL Christophe Laborde, paysagiste - gence E.Sintive, Ludovic Durieux, architecte urbaniste Sept - PGE -. - La Traduction Spatiale

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

Philippe. JOURNO Philippe, Gérant

Philippe. JOURNO Philippe, Gérant Projet commercial et de loisirs Red Line à Bussy-Saint-Georges JOURNO Philippe SCI Bussy Promotion JOURNO Philippe, Gérant 505 365 296 00019 SCI 36 Travaux ou constructions soumis à permis de construire,

Plus en détail

UN NOUVEAU CADRE DE VIE...

UN NOUVEAU CADRE DE VIE... UN NOUVEAU CADRE DE VIE... Résider sur la rive d un parc Située au cœur du nouveau quartier résidentiel Rives de Seine, la résidence Rive de Parc est une réalisation exceptionnelle à plusieurs titres.

Plus en détail

Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000

Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000 Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000 16 N SIREN 200 000 990 Code APE 751 Administration publique

Plus en détail

www.igg.fr Tout savoir sur l itinéraire à grand gabarit

www.igg.fr Tout savoir sur l itinéraire à grand gabarit www.igg.fr Tout savoir sur l itinéraire Direction Régionale de l Équipement Midi-Pyrénées Mission Grand Direction Régionale de l'équipement Midi-Pyrénées Cité administrative bâtiment A boulevard Armand

Plus en détail

Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse

Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse SDAGE Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse guide juridique et références Document réalisé par la DIREN de BASSIN RHIN-MEUSE avec le concours de l Institut pour une

Plus en détail

Le financement du projet

Le financement du projet Le financement du projet Comment financer mon projet? 14 Votre budget doit faire l objet d une étude approfondie. Pour vous aider à établir votre plan de financement, faites appel à l Association Départementale

Plus en détail

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte»

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» «Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» Silva Cell Module d enracinement pour arbres Application : - Le module Silva Cell crée un espace souterrain permettant l enracinement des arbres en ville.

Plus en détail

Construction d un centre de formation professionnelle

Construction d un centre de formation professionnelle Projet d appui au développement de la communauté locale Construction d un centre de formation professionnelle Ile Sainte Marie, Madagascar (2015 2017) Contexte Situé dans l'océan Indien, Madagascar est

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Bases juridiques et dernières évolutions règlementaires Séminaire des animateurs territoriaux, le 26 juin 2012 Ludiana KORTH, chargée d étude juridique

Plus en détail

Paysages industriels au fil de l Orne. Blainville-sur-Orne. Feuguerolles-Bully. Pierrefitte-en-Cinglais Le Mesnil-Villement.

Paysages industriels au fil de l Orne. Blainville-sur-Orne. Feuguerolles-Bully. Pierrefitte-en-Cinglais Le Mesnil-Villement. LA RÉGION EXPOSE LA RÉGION EXPOSE Paysages industriels au fil de l Orne CAEN Blainville-sur-Orne Feuguerolles-Bully Le Bô Ménil-Hubert-sur-Orne Pierrefitte-en-Cinglais Le Mesnil-Villement Rabodanges ARGENTAN

Plus en détail

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire Coordination Régionale LPO Pays de la Loire COMITE 21 27 Avril 2010 Campagne «Tous agissons pour la nature!» Une campagne d actions concrètes pour la protection de la nature ordinaire, la nature de proximité

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze Règlement Titre Adopté par la CLE le 18 décembre 2012 Légende Sommaire Sommaire... 2 Préambule... 3 Chapitre 1 : Contenu et portée juridique du

Plus en détail