Les normes comptables applicables aux PME belges : vers un nouveau cadre européen ou mondial?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les normes comptables applicables aux PME belges : vers un nouveau cadre européen ou mondial?"

Transcription

1 Les normes comptables applicables aux PME belges : vers un nouveau cadre européen ou mondial? Ce mémoire avait pour objectif de s inscrire dans l actualité qui entourait la modernisation du droit comptable européen au moment de sa rédaction en Le droit comptable, servant de base à l élaboration des états financiers, est une matière étroitement liée à l environnement économique. Il doit pouvoir s adapter à cette dernière. Or, le contexte économique de la fin des années soixante et du début des années septante, qui a mené à l élaboration des quatrième et septième directives européennes en matière de droit des sociétés, n est plus celui que nous connaissons actuellement. Même si des amendements ont été apportés aux textes initiaux, datant respectivement de 1978 et 1983, force est de constater que ceux-ci ont peu évolué alors que les objectifs de l Union sont désormais résolument plus tournés vers les petites et moyennes entreprises, considérées comme des acteurs majeurs de l économie européenne. Les normes comptables applicables aux PME représentent donc un enjeu important pour l Union européenne. Afin de moderniser le droit comptable européen, diverses pistes ont été envisagées. Deux d entre elles ont particulièrement retenu l attention. La première concernait l adoption de la norme IFRS pour PME publiée par l International Accounting Standards Board. La seconde s intéressait au projet européen de révision des directives comptables. Le 9 juillet 2009, l IASB a publié la norme internationale d information financière pour les petites et moyennes entités. A travers cette publication, cet organisme international d ordre privé a souhaité répondre à une demande émanant de petites et moyennes entreprises voulant disposer d un référentiel comptable de portée internationale et plus accessible que les Normes internationales d'information financière (IFRS). Après réflexion, l Union européenne n a pas opté pour l application du référentiel «allégé» de l IASB. Initialement, la rédaction de notre mémoire devait uniquement se concentrer sur l analyse de l IFRS pour PME ainsi que son intérêt éventuel pour la Belgique et plus largement pour l Union européenne. Cependant, le 25 octobre 2011, le sujet de notre mémoire a évolué suite à la publication, par la Commission européenne, d une proposition de directive visant à abroger et remplacer les quatrième et septième directives européennes en matière de droit des sociétés. Le projet de directive visait à simplifier les exigences

2 comptables à destination des petites et moyennes entreprises et à améliorer la comparabilité des comptes annuels au sein de l Union européenne. Suite à cette actualité, l intérêt d étudier exclusivement la norme IFRS pour PME était moindre et il semblait opportun de recentrer le sujet en partie sur le projet de directive. En effet, la proposition diminuait grandement les chances de voir un jour la norme IFRS pour PME s appliquer aux PME belges et plus largement aux européennes. Cependant, il restait intéressant d analyser le contenu de celle-ci afin de comprendre pourquoi la piste de la révision des directives était privilégiée. S intéresser à la modernisation du droit comptable européen n est pas un sujet anodin. Outre son actualité récente, ce sont les discussions sur le projet de directive comptable, entamées pendant la rédaction de notre travail, qui dessineront le droit comptable belge de demain. Le 29 juin 2013, soit près d un an après la finalisation de notre mémoire, la nouvelle directive comptable (2013/34/UE) a été publiée au Journal officiel de l UE. Cette nouvelle directive devra être transposée dans notre droit comptable national au plus tard le 20 juillet Ce nouvel acte suit le principe de priorité aux PME. Il vise à trouver un équilibre entre, d une part, les besoins des utilisateurs des états financiers et, d autre part, la charge financière nécessaire pour se conformer aux exigences en matière d information financière. Pour ce faire, la directive distingue diverses catégories d entreprises et prévoit pour chacune d elles une série d obligations comptables. Parmi ces catégories, le texte différencie la microentreprise, la petite entreprise, la moyenne entreprise, la grande entreprise et l entité d intérêt public. Les Etats membres disposent de la possibilité d exempter les micro, petites et moyennes entreprises d une série d obligations comptables. De même, apparaissent les notions de petit, moyen et grand groupes. Les exigences varient également en fonction de la taille du groupe. Par exemple, les Etats membres ont la possibilité d exempter les groupes de taille moyenne d établir des comptes consolidés, alors que les petits groupes en sont d office exemptés. La distinction de catégorie se fera toujours sur les critères de taille auxquels nous sommes déjà familiers. A savoir le total du bilan, le chiffre d affaires et le nombre de salariés employés en moyenne au cours de l exercice.

3 Comme nous l avons souligné, le choix d une nouvelle directive a écarté l IFRS pour PME à vocation davantage mondiale. Les différents points abordés tout au long de notre mémoire laissent à penser que la solution de révision des directives reste le choix le plus adapté et ce, en particulier, compte tenu des objectifs de l Union de favoriser les PME et de réduire les coûts administratifs qui pèsent sur ces dernières. Différentes constatations ont pu être faites dans le cadre de ce mémoire. Premièrement, l analyse du référentiel international pour PME a montré que la norme n était pas adaptée aux petites et moyennes entreprises européennes. Le principal reproche lui étant adressé est sa complexité, peu adaptée aux besoins de ce type d entité. Effectivement, la norme prévoit des traitements comptables qui peuvent poser des difficultés tels les impôts différés, le recours à la juste valeur, Ceci est, en partie, dû au fait que la norme IFRS pour PME a été développée au départ des «full IFRS». Ensuite, le champ d application très étendu constitue un second problème. En visant les PME de manière large (soit toute entité qui n a pas de responsabilité publique), le référentiel conserve un niveau de complexité élevé, peu adapté aux PME telles que définies par l UE. De plus, contrairement aux «full IFRS» qui s appliquent en Europe aux comptes consolidés des sociétés cotées, la norme IFRS pour PME est plus à même de s appliquer aux comptes statutaires des sociétés. Cependant, à l opposé des pays anglo-saxons, un lien étroit existe entre la comptabilité et la fiscalité dans la majorité des pays européens. De ce fait, le référentiel international risquait de rompre ce lien et aurait pu conduire à la nécessité d établir deux jeux de comptes, ce qui aurait été à l encontre des objectifs poursuivis au niveau européen de simplification administrative et de réduction des charges administratives. Deuxièmement, moderniser le droit comptable implique une réflexion sur la finalité de celui-ci. La norme IFRS pour PME s inscrit dans la tradition anglo-saxonne pour laquelle l information est tournée vers l actionnaire. Dès lors, elle ne correspond pas forcément aux besoins des petites et moyennes entreprises européennes dont les techniques de financement diffèrent des PME anglo-saxonnes. De plus, le développement du référentiel international dépend de l IASB, organisme privé sur lequel l Union européenne n a aucun contrôle. A la différence de l Union, son unique intérêt est l acceptation du référentiel pour PME par le plus grand nombre. L accessibilité et la baisse des charges administratives ne constituent donc pas ses priorités.

4 Troisièmement, la proposition de directive présente certains avantages qui en font un choix plus judicieux que le référentiel international pour PME. En outre, son développement est indépendant de l IASB. La directive définit clairement les notions de petites, moyennes et grandes entreprises tout en créant un cadre européen plus adapté à leurs besoins. Afin que toutes les entreprises soient classées de manière similaire au sein de l UE, le projet de directive prévoyait dans sa version initiale une harmonisation maximale en proposant des seuils fixes définissant les différentes catégories d entreprises. De cette manière, il n était plus possible pour les Etats membres de transposer ces seuils à la baisse, ce qui avait pour but d améliorer la comparabilité. Néanmoins, les seuils prévus par le texte dans sa version initiale ont été modifiés suite au débat sur la proposition de directive. En ce qui concerne la catégorie des petites entreprises, les seuils initiaux ont été réduits pour atteindre actuellement 8 millions pour le chiffre d affaires et 4 millions pour le total du bilan. Cependant, par rapport au projet initial, les Etats membres disposent désormais de la possibilité d augmenter ces seuils jusqu à 12 millions pour le chiffre d affaires et jusqu à 6 millions pour le bilan. Cette option proposée par le texte final ne favorise pas l harmonisation comptable mais offre plus de flexibilité aux Etats membres constitués à titre principal d un tissu de PME, comme c est le cas en Belgique. Dans l optique d améliorer la comparabilité des états financiers au sein de l UE, la nouvelle directive diminue de manière générale le nombre d options mises à disposition des Etats membres. Auparavant, une multitude d options existaient suite aux multiples compromis nécessaire à l adoption de ces directives. En limitant les options offertes aux Etats membres dans le cadre de la transposition en droit national de la nouvelle directive, la Commission veut favoriser l harmonisation comptable. En effet, cela permet d éviter la création d obligations différentes entre les Etats membres qui surviendraient à la suite de la transposition en droit national. Le processus qui a mené à l élaboration de la nouvelle directive démontre qu une plus grande harmonisation comptable ne pourra s effectuer sans une perte de souveraineté des Etats membres. La difficulté de concilier les avis des Etats membres, dont les intérêts et orientations politiques divergent, représente un frein à l harmonisation. Ce dernier implique le recours à des options transposables au gré des Etats membres. Enfin, il conviendra d être attentif aux risques liés à une simplification à outrance des obligations des plus petites catégories d entreprises. On pense notamment aux dispositions relatives aux micro-entreprises qui proposent une série de simplifications dont la possibilité pour un Etat membre d exempter ce type d entreprise de l obligation de publier des comptes annuels. En effet, la nouvelle directive définit un sous-groupe d entreprises, les micro-entités

5 pour lesquelles un cadre particulier a été créé afin de simplifier les obligations en matière d information financière à fournir. L Union européenne estime que ces entreprises sont soumises aux mêmes règles comptables que des sociétés plus grandes malgré leurs ressources restreintes. De plus, elles ne sont, pour la plupart, actives que localement et leurs besoins en matière d information financière sont très limités. Les entités pouvant bénéficier de dérogations liées au régime des micro-entités sont celles qui, à la date du bilan, ne dépassent pas plus de deux des trois limites suivantes: un total du bilan de euros, un chiffre d affaires net de euros et un nombre moyen de 10 travailleurs au cours de l exercice. Ces simplifications relatives aux micro-entreprises sont disponibles sous la forme d une option. Sa possible transposition dans certains Etats membres et pas dans d autres pourrait conduire à une comparabilité moindre et à une concurrence déloyale. De plus, des seuils comptables européens trop élevés impliqueraient qu une majorité d entreprises des plus petits pays ne serait soumise qu aux exigences les plus faibles en matière de droit comptable. De trop faibles exigences limiteraient le rôle de la comptabilité à l établissement d une base fiscale, omettant son utilité en tant qu outil de gestion et d information pour les tiers. En outre, en période de crise, la réduction des exigences de publication ne devrait pas rassurer les investisseurs. La nouvelle directive ayant été publiée au Journal officiel de l Union européenne, il sera intéressant d observer quelle sera l attitude adoptée par les Etats membres, notamment en ce qui concerne les exemptions liées aux micro-entités. Quelle qu en soit l issue, on constate d ores et déjà, à travers cette nouvelle directive, une volonté du législateur européen de favoriser les PME. Même si la Commission a écarté l adoption de la norme IFRS pour PME, elle ne renie pas pour autant l intérêt des normes IFRS. Ces dernières ont constitué et constitueront sans nul doute une source d inspiration non négligeable. Le lecteur souhaitant obtenir plus de détails sur la nouvelle directive comptable peut consulter le texte au départ de l adresse suivante :

Quelques repères sur la réalité comptable dans l Union Européenne

Quelques repères sur la réalité comptable dans l Union Européenne Quelques repères sur la réalité comptable dans l Union Européenne Gîrbină Maria Mădălina L objective de notre intervention est de soumettre aux attention deux sujets d actualité pour la communauté comptable

Plus en détail

Institut des Reviseurs d Entreprises

Institut des Reviseurs d Entreprises Institut des Reviseurs d Entreprises Assemblée Générale 27 avril 2007 Jacques Potdevin 1. Je suis particulièrement heureux d être parmi vous ce jour et je voudrais avant tout rendre hommage aux contributions

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER.

Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER. Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER. NOUVEAUX STATUTS Dénomination et siège Article 1 Il est constitué une association professionnelle régie par la loi du

Plus en détail

AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 16 décembre 2005 Objet: Projet de loi sur l application des normes comptables internationales dans le secteur des assurances et portant modification : 1. de la loi modifiée du 8 décembre

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ETLL1420785A Intitulé du texte : Arrêté modifiant l arrêté du 30 mars 2009 relatif aux conditions d application de dispositions concernant les avances

Plus en détail

Relatif aux modalités d établissement des comptes des établissements de paiement

Relatif aux modalités d établissement des comptes des établissements de paiement CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION DE L AVIS N 2009-19 DU 3 DÉCEMBRE 2009 Relatif aux modalités d établissement des comptes des établissements de paiement Sommaire 1 Présentation

Plus en détail

Projet de RÈGLEMENT (UE) Nº /.. DE LA COMMISSION

Projet de RÈGLEMENT (UE) Nº /.. DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le C(2010) XXX final D008788/02 Projet de RÈGLEMENT (UE) Nº /.. DE LA COMMISSION du [ ] modifiant le règlement (CE) nº 1126/2008 portant adoption de certaines normes comptables

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : EINC1517541D Intitulé du texte : Décret relatif aux conditions d'application de l'article L. 213-2 du code de la route Ministère à l origine de la mesure

Plus en détail

U IO EUROPÉE E. Bruxelles, le 6 février 2012 (OR. en) 2009/0035 (COD) PE-CO S 79/11 DRS 133 COMPET 624 ECOFI 896 CODEC 2464 OC 99

U IO EUROPÉE E. Bruxelles, le 6 février 2012 (OR. en) 2009/0035 (COD) PE-CO S 79/11 DRS 133 COMPET 624 ECOFI 896 CODEC 2464 OC 99 U IO EUROPÉE E LE PARLEME T EUROPÉE LE CO SEIL Bruxelles, le 6 février 2012 (OR. en) 2009/0035 (COD) PE-CO S 79/11 DRS 133 COMPET 624 ECOFI 896 CODEC 2464 OC 99 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES I STRUME TS

Plus en détail

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Août 2013 En bref Introduction En avril 2013, le Conseil des normes comptables («CNC») et

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167. Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15. Présidence de M. Pierre Lequiller, Président

DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167. Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15. Présidence de M. Pierre Lequiller, Président DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167 Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15 Présidence de M. Pierre Lequiller, Président SOMMAIRE pages I. Examen du rapport d information de M. Robert

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le régime fiscal des associations (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) Le principe de base est l exonération des impôts commerciaux pour les associations.

Plus en détail

IAS 17 Aujourd hui et demain

IAS 17 Aujourd hui et demain IAS 17 Aujourd hui et demain Analyse comparative et application au travers du secteur de la grande distribution Promoteur : Monsieur Yvan STEMPNIERWSKY Auteur : Florence HENOUMONT Le leasing : un mode

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/21/05/2012 12-38 Amendements gouvernementaux au projet de règlement grand-ducal fixant les critères, la procédure d agrément aux fonctions de médiateur judiciaire et familial et le mode de rémunération

Plus en détail

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes.

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes. Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne, toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables

Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables PARTIE 1 INTRODUCTION ET DÉFINITIONS 1.1 Introduction et objet 1.2 Régime d information multinational 1.3 Détermination

Plus en détail

A V I S N 1.855 ----------------------- Séance du mardi 25 juin 2013 ----------------------------------------

A V I S N 1.855 ----------------------- Séance du mardi 25 juin 2013 ---------------------------------------- A V I S N 1.855 ----------------------- Séance du mardi 25 juin 2013 ---------------------------------------- Projet de loi modifiant le Chapitre 8 du Titre IV de la loi-programme (I) du 27 décembre 2006

Plus en détail

Adoption anticipée de la norme IFRS 9 Instruments financiers par les banques d importance systémique intérieure Préavis

Adoption anticipée de la norme IFRS 9 Instruments financiers par les banques d importance systémique intérieure Préavis Référence: Préavis aux banques, SBE, SPB, SFP, ACC, SAV, SAM, SSM, SPA Le 9 janvier 2015 Destinataires : Entités fédérales Objet : Adoption anticipée de la norme IFRS 9 Instruments financiers par les banques

Plus en détail

La fusion de la DGCP et de la DGI nécessite d opérer une harmonisation de ces dispositions.

La fusion de la DGCP et de la DGI nécessite d opérer une harmonisation de ces dispositions. PISTES DE REFLEXION SUR L HARMONISATION AU SEIN DE LA DGFIP, DES POSSIBILITES D ACCES OFFERTES A LA DGCP ET A LA, AU STATUT D EMPLOI DE CHEF DES SERVICES COMPTABLES L emploi de chef de service comptable

Plus en détail

C O N V E N T I O N N 20XX-XX-XXX - XX

C O N V E N T I O N N 20XX-XX-XXX - XX FOR02 v. 4 d u 15.05.2012 DG2/DPR/CRE 2007-2013 Proj. XXXX-XX-XXX CO XX-2012 (Gestionnaires du projet) C O N V E N T I O N N 20XX-XX-XXX - XX «Compétitivité régionale et emploi» 2007-2013 Relative à la

Plus en détail

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant :

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : BULLETIN DE SALAIRE Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : l employeur (nom, adresse, numéro d immatriculation, code

Plus en détail

LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES. Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires

LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES. Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES Sous-thème II Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires Document de discussion élaboré par le groupe de travail sous-thème II National Audit Office,

Plus en détail

NOTE D INFORMATION EMISE A L OCCASION DE LA MISE EN ŒUVRE D UN PROGRAMME DE RACHAT

NOTE D INFORMATION EMISE A L OCCASION DE LA MISE EN ŒUVRE D UN PROGRAMME DE RACHAT SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 3.424.071 SIEGE SOCIAL : 64 BIS, RUE LA BOETIE 75008 PARIS 400 149 647 RCS PARIS NOTE D INFORMATION EMISE A L OCCASION DE LA MISE EN ŒUVRE D UN PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS

Plus en détail

Statuts de l association DixiemeFamille.com

Statuts de l association DixiemeFamille.com I. CONSTITUTION OBJET - COMPOSITION ARTICLE 1. Constitution - Objet Il est formé, entre les soussignés, ainsi que les personnes, physiques ou morales, qui adhèreront par la suite aux présents statuts,

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

LE DROIT DES SOCIÉTÉS

LE DROIT DES SOCIÉTÉS LE DROIT DES SOCIÉTÉS Bien qu'il n'existe pas de droit européen des sociétés codifié, la législation européenne prévoit des normes minimales applicables aux sociétés dans toute l'union européenne. Deux

Plus en détail

Règlement intérieur. 1. Assemblée Générale. Association Gitoyen Version du 26 octobre 2011

Règlement intérieur. 1. Assemblée Générale. Association Gitoyen Version du 26 octobre 2011 Règlement intérieur Association Gitoyen Version du 26 octobre 2011 Le présent règlement intérieur est établi conformément à l article 15 des statuts de Gitoyen. Il s impose à l ensemble des adhérents de

Plus en détail

N hésitez pas à nous signaler les points que vous souhaiteriez voir développés dans le cadre de ce travail.

N hésitez pas à nous signaler les points que vous souhaiteriez voir développés dans le cadre de ce travail. NEWSLETTER Site de documentation juridique Janvier 2009 Edito La newsletter 2009-01 a pour dossier thématique les structures juridiques supports des diocèses : Associations diocésaines et associations

Plus en détail

Les soutiens de l ADEME aux Plans de Déplacements Entreprise en Île-de-France

Les soutiens de l ADEME aux Plans de Déplacements Entreprise en Île-de-France Les soutiens de l ADEME aux Plans de Déplacements Entreprise en Île-de-France Les PDE sont des démarches liées à l'établissement : accessibilité et attitudes de mobilité. Vous devez au préalable vérifier

Plus en détail

INFO Septembre 2015 loi de transposition de la directive sur les bilans critères rehaussés bilan 2014

INFO Septembre 2015 loi de transposition de la directive sur les bilans critères rehaussés bilan 2014 INFO Septembre 2015 La loi de transposition de la directive sur les bilans (Bilanzrichtlinie- Umsetzungsgesetz BilRUG) a été acceptée par le Conseil fédéral le 10/07/2015 et sera donc publiée sous peu

Plus en détail

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Textes de référence : articles L.225-38, L.225-39, L.225-40, L.225-96, L.225-98, L.225-100, L.225-102-1 L.225-105,

Plus en détail

ALTAREA. Société en commandite par actions au capital de 155.539.502,06 euros Siège social : 8 Avenue Delcassé - 75008 PARIS 335.480.

ALTAREA. Société en commandite par actions au capital de 155.539.502,06 euros Siège social : 8 Avenue Delcassé - 75008 PARIS 335.480. ALTAREA Société en commandite par actions au capital de 155.539.502,06 euros Siège social : 8 Avenue Delcassé - 75008 PARIS 335.480.877 RCS PARIS RAPPORT DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

Mandat - Modèle détaillé

Mandat - Modèle détaillé La gouvernance des PME Mandat - Modèle détaillé - modèle détaillé mandat pour un comité consultatif Nous vous présentons ci-dessous un exemple de mandat pour un comité consultatif plus sophistiqué que

Plus en détail

SYNTHESE. 1. La PME familiale

SYNTHESE. 1. La PME familiale SYNTHESE 1. La PME familiale Le concept d entreprise familiale n est pas clairement défini, car il ne peut l être à partir de formes juridiques spécifiques ou de critères de taille spécifique. Les définitions

Plus en détail

CREATION DE L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE Commentaires de la CGPME

CREATION DE L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE Commentaires de la CGPME CREATION DE L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE Commentaires de la CGPME L objectif de cette proposition est de permettre à un entrepreneur individuel de créer à côté de son patrimoine personnel,

Plus en détail

REAMENAGEMENT DE LA CHRONOLOGIE DES MEDIAS. 1. Synthèse des réponses au questionnaire du CNC

REAMENAGEMENT DE LA CHRONOLOGIE DES MEDIAS. 1. Synthèse des réponses au questionnaire du CNC REAMENAGEMENT DE LA CHRONOLOGIE DES MEDIAS 1. Synthèse des réponses au questionnaire du CNC 2. Propositions élaborées par le CNC afin d alimenter la réflexion des acteurs concernés par le réaménagement

Plus en détail

Aperçu du nouveau droit des sociétés commerciales OHADA applicable au Congo depuis le 5 mai 2014

Aperçu du nouveau droit des sociétés commerciales OHADA applicable au Congo depuis le 5 mai 2014 Aperçu du nouveau droit des sociétés commerciales OHADA applicable au Congo depuis le 5 mai 2014 Article juridique publié le 12/05/2014, vu 6711 fois, Auteur : YAV & ASSOCIATES 1. Liminaires Dans notre

Plus en détail

Accompagner. Guide. sur la définition d une «PME»

Accompagner. Guide. sur la définition d une «PME» Accompagner Guide sur la définition d une «PME» Introduction Ce guide vous permet de connaître les détails et explications sur la définition des «PME» qui a pris effet depuis le 1 er janvier 2005. Pour

Plus en détail

La vérité sur MSSanté

La vérité sur MSSanté La vérité sur MSSanté Suite aux nombreuses informations erronées diffusées dans les médias depuis vendredi soir, l ASIP Santé souhaite rappeler les principes et la vocation de l espace de confiance MSSanté.

Plus en détail

DIRECTIVE SOCIETE COOPERATIVE EUROPEENNE SEMINAIRE GNC 23 SEPTEMBRE 2003. société coopérative européenne (SCE). Comme l avait préconisé le comité

DIRECTIVE SOCIETE COOPERATIVE EUROPEENNE SEMINAIRE GNC 23 SEPTEMBRE 2003. société coopérative européenne (SCE). Comme l avait préconisé le comité DIRECTIVE SOCIETE COOPERATIVE EUROPEENNE SEMINAIRE GNC 23 SEPTEMBRE 2003 Le 22 juillet dernier étaient adoptés le règlement 1 et la directive 2 concernant la société coopérative européenne (SCE). Comme

Plus en détail

CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services 6.10.

CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services 6.10. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services INSTITUTIONS FINANCIÈRES Opérations avec les particuliers, politique des consommateurs et systèmes de paiement 6.10.2010 CONSULTATION

Plus en détail

UNION FLEURS. International Flower Trade Association / Association internationale du commerce des fleurs. Statuts

UNION FLEURS. International Flower Trade Association / Association internationale du commerce des fleurs. Statuts UNION FLEURS International Flower Trade Association / Association internationale du commerce des fleurs Statuts I. Dénomination, siège social, objet Article 1 - Nom Il est constitué par la présente une

Plus en détail

Politique linguistique d Investissement Québec

Politique linguistique d Investissement Québec Politique linguistique d Investissement Québec 1. Objet La présente politique comporte des règles qui devront être appliquées par tous les membres du personnel d Investissement Québec, quels que soient

Plus en détail

COMMUNICATION DE M. POTOČNIK À LA COMMISSION, EN ACCORD AVEC M. LE VICE-PRÉSIDENT KALLAS

COMMUNICATION DE M. POTOČNIK À LA COMMISSION, EN ACCORD AVEC M. LE VICE-PRÉSIDENT KALLAS COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 15 décembre 2009 SEC(2009) 1720 final COMMUNICATION DE M. POTOČNIK À LA COMMISSION, EN ACCORD AVEC M. LE VICE-PRÉSIDENT KALLAS Simplification du processus de recouvrement

Plus en détail

Obtenez jusqu à 1 000 visiteurs ciblés par jour, en provenance de Google!

Obtenez jusqu à 1 000 visiteurs ciblés par jour, en provenance de Google! Obtenez jusqu à 1 000 visiteurs ciblés par jour, en provenance de Google! En seulement 2 étapes faciles! Imprimez ce document 1 Mention Légale Tous les efforts ont été déployés afin de représenter avec

Plus en détail

Pourquoi la France gagnerait financièrement à ne PAS ratifier le Protocole de Londres?

Pourquoi la France gagnerait financièrement à ne PAS ratifier le Protocole de Londres? Pourquoi la France gagnerait financièrement à ne PAS ratifier le Protocole de Londres? Eléments de réflexion dans le cadre du projet de loi N 151 visant à ratifier le Protocole de Londres proposés par

Plus en détail

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir?

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? Prise de position CEPI, le Conseil Européen des Professions Immobilières Contact Référence Janet K. Griffiths - janet.griffiths@cepi.eu

Plus en détail

Enfin, l investissement public en matière de recherche et développement dans le domaine des TIC devrait passer de 5,5 à 11 milliards d Euros.

Enfin, l investissement public en matière de recherche et développement dans le domaine des TIC devrait passer de 5,5 à 11 milliards d Euros. Interf@ce Europe pour les PME En direct de Bruxelles "Une nouvelle stratégie pour le marché unique": les propositions de Mario Monti Mario Monti, ancien Commissaire européen au marché intérieur et à la

Plus en détail

Association Nationale des guides COnférenciers

Association Nationale des guides COnférenciers Association Nationale des guides COnférenciers des Villes et pays d'art et d'histoire PROJET DE LOI POUR LA CROISSANCE ET L ACTIVITÉ Texte et commentaires PROJET DE LOI POUR LA CROISSANCE ET L ACTIVITÉ

Plus en détail

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE Rôle du conseil d administration Le conseil est chargé de la gérance générale de la Société et chaque administrateur doit agir au mieux des

Plus en détail

Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique

Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique Rapport d analyse au niveau des entreprises, Juin 2015 RESUME Droits de propriété intellectuelle et résultats

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : AFSS1403734D (Décret en Conseil d Etat) et AFSS1404498D (Décret simple) Intitulé du texte : décrets relatifs à la prestation d accueil du jeune enfant

Plus en détail

Projet d avis relatif aux principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés * *

Projet d avis relatif aux principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés * * Projet d avis relatif aux principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés Table des matières 1. Introduction a. Absence de cadre conceptuel applicable au traitement comptable

Plus en détail

La proposition de règlement sur les informations accompagnant les virements de fond

La proposition de règlement sur les informations accompagnant les virements de fond La proposition de règlement sur les informations accompagnant les virements de fond Hong Van PHAM Le cadre actuel européen dans la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Plus en détail

DÉCRET PORTANT MESURES DE SIMPLIFICATION APPLICABLES

DÉCRET PORTANT MESURES DE SIMPLIFICATION APPLICABLES DÉCRET PORTANT MESURES DE SIMPLIFICATION APPLICABLES AUX MARCHÉS PUBLICS Conformément aux orientations du Gouvernement en matière de simplification, le décret n 2014-1097 du 26 septembre 2014 portant mesures

Plus en détail

Les automobiles pour les actionnaires-dirigeants

Les automobiles pour les actionnaires-dirigeants Les automobiles pour les actionnaires-dirigeants Plusieurs entrepreneurs se demandent s il est préférable d acheter ou de louer une voiture dans son entreprise ou bien de posséder sa voiture personnellement

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2005-2006 2 DÉCEMBRE 2005 PROJETS DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2005-2006 2 DÉCEMBRE 2005 PROJETS DE DÉCRET 273 (2005-2006) N 2 274 (2005-2006) N 2 273 (2005-2006) N 2 274 (2005-2006) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2005-2006 2 DÉCEMBRE 2005 PROJETS DE DÉCRET portant assentiment à l Accord de coopération entre

Plus en détail

Qu est-ce que MiFID? Objectifs?

Qu est-ce que MiFID? Objectifs? 2 Oeuvrer à une meilleure protection des clients Qu est-ce que MiFID? Objectifs? L Agenda de Lisbonne, élaboré par la Commission européenne en 2000, s est fixé pour ambitieux objectif de faire de l Union

Plus en détail

COMPTE DE DÉPENSES POUR SOINS DE SANTÉ À LA RETRAITE À L INTENTION DES EMPLOYÉS RETRAITÉS DE VIA RAIL MEMBRES DES TCA.

COMPTE DE DÉPENSES POUR SOINS DE SANTÉ À LA RETRAITE À L INTENTION DES EMPLOYÉS RETRAITÉS DE VIA RAIL MEMBRES DES TCA. COMPTE DE DÉPENSES POUR SOINS DE SANTÉ À LA RETRAITE À L INTENTION DES EMPLOYÉS RETRAITÉS DE VIA RAIL MEMBRES DES TCA Groupe n o 93545 SOMMAIRE DES GARANTIES INTRODUCTION...1 ADMISSIBILITÉ...2 DESCRIPTION

Plus en détail

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement 6. Analyse La tarification, le financement et le caractère procyclique des régimes d assurance-dépôts sont étroitement liés. De fait, lorsque les primes sont relativement basses, elles ne permettent pas

Plus en détail

1- Dénomination. 2- Objet

1- Dénomination. 2- Objet Association déclarée en préfecture du Nord le 4 décembre 1987- Parue au JO du 30 décembre 1987. Statuts validés en assemblée générale extraordinaire le 19 mai 2015. La Maison Des Associations a été créée

Plus en détail

Guide pratique des aides à Guide pratique pour la propriété intellectuelle les études de faisabilité en Wallonie

Guide pratique des aides à Guide pratique pour la propriété intellectuelle les études de faisabilité en Wallonie Guide Guide pratique pratique des pour aides à la les propriété études de intellectuelle faisabilité en Wallonie SOMMAIRE 1. L innovation technologique... 2 2. Le cadre légal des aides... 2 2.1. Recherche

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

La revue des pratiques de gestion de la région du Québec Rapport 26 janvier 2009

La revue des pratiques de gestion de la région du Québec Rapport 26 janvier 2009 La revue des pratiques de gestion de la région du Québec Rapport 26 janvier 2009 #1911743 1 Objectifs de la revue Les objectifs de la revue des pratiques de gestion sont les suivants : Assister la région

Plus en détail

Toutefois, certains articles du projet de règlement méritent d être clarifiés ou précisés. G.O. II, 13 novembre 2002, 134 e année, n o 4 6, page 7739.

Toutefois, certains articles du projet de règlement méritent d être clarifiés ou précisés. G.O. II, 13 novembre 2002, 134 e année, n o 4 6, page 7739. Commentaires de l OTPQ concernant le projet de Règlement modifiant le Règlement d application de la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d œuvre Le 13

Plus en détail

STATUTS. La durée de l association ETOILE DE SAINT LEU est illimitée.

STATUTS. La durée de l association ETOILE DE SAINT LEU est illimitée. ESL Basket - ESL Gym Détente - ESL Gymnastique - ESLPB Natation - Blue Stars BaseBall Club - Educa Danse - ESL Tennis de Table - Aqua Détente - ESL équilibres - Plein Air et Bien Etre STATUTS ARTICLE 1

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

Avis de la Direction du Programme, des Finances et des Services Linguistiques sur l Article 8 du projet d Accord d adhésion

Avis de la Direction du Programme, des Finances et des Services Linguistiques sur l Article 8 du projet d Accord d adhésion Strasbourg, le 23 septembre 2011 CDDH-UE(2011)17 Réunion extraordinaire du Comité Directeur pour les Droits de l Homme (CDDH) sur l adhésion de l Union européenne à la Convention européenne des droits

Plus en détail

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP Paiements de transfert Chapitre SP 3410 Avril 2011 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 33 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en mars 2011, comprenait le chapitre

Plus en détail

Commission des Agents sportifs Formation disciplinaire

Commission des Agents sportifs Formation disciplinaire Commission des Agents sportifs Formation disciplinaire La Commission s est réunie, en formation disciplinaire, le 11 avril 2014 à 11h30 au siège de la Fédération française d athlétisme (FFA) 33 Avenue

Plus en détail

POLITIQUE 5.6 OFFRES PUBLIQUES DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS

POLITIQUE 5.6 OFFRES PUBLIQUES DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS POLITIQUE 5.6 OFFRES PUBLIQUES DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS Champ d application de la politique La présente politique expose la procédure et les politiques de la Bourse applicables aux

Plus en détail

Enquête sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2010 et 2011

Enquête sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2010 et 2011 Enquête sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2010 et 2011 n o 6 juin 2012 1 Sommaire 1. Synthèse générale... 3 2. Typologie des contrats et des organismes...

Plus en détail

Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne

Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne Légende: Examen des différents instruments juridiques dont dispose la Banque centrale européenne. Source: Bulletin mensuel de la BCE. dir. de

Plus en détail

Établissement de normes de déclaration obligatoire pour le secteur extractif Document de consultation : Printemps 2014

Établissement de normes de déclaration obligatoire pour le secteur extractif Document de consultation : Printemps 2014 Établissement de normes de déclaration obligatoire pour le secteur extractif Document de consultation : Printemps 2014 Enjeu Le gouvernement du Canada s est engagé à établir des normes de déclaration obligatoire

Plus en détail

Projet 1 : QCM en ligne

Projet 1 : QCM en ligne Chaque groupe choisit un projet parmi ceux proposés ci-après. Il ne peut y avoir deux groupes sur le même projet. Les projets proposés peuvent paraître de complexité et de taille différentes, il en sera

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Comment surveiller un changement profond :

Comment surveiller un changement profond : : présenter votre plan de basculement aux IFRS dans le rapport de gestion Le basculement des normes canadiennes d information financière aux Normes internationales d information financière (les «IFRS»)

Plus en détail

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Direction générale des collectivités

Plus en détail

Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011

Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011 Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011 Sexe - Emploi secteur public Recommandation La réclamante, agent de brigade municipale n a pu conserver son poste au sein de la brigade canine au motif de ses faibles

Plus en détail

APRÈS ART. 5 N I-5 ASSEMBLÉE NATIONALE 6 octobre 2015 PLF POUR 2016 - (N 3096) AMENDEMENT

APRÈS ART. 5 N I-5 ASSEMBLÉE NATIONALE 6 octobre 2015 PLF POUR 2016 - (N 3096) AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 6 octobre 2015 PLF POUR 2016 - (N 3096) Commission Gouvernement Rejeté AMENDEMENT N o I-5 présenté par M. Frédéric Lefebvre, M. Darmanin, M. Dhuicq, M. Berrios, M. Christ, M. Ginesy,

Plus en détail

I. Opérations pour lesquelles un assujetti exempté est redevable de la TVA belge

I. Opérations pour lesquelles un assujetti exempté est redevable de la TVA belge Taxe sur la valeur ajoutée. Modification, à partir du 1er janvier 2010, des règles de localisations des prestations de services et des obligations qui en résultent. Assujettis qui effectuent uniquement

Plus en détail

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL. (Texte présentant de l intérêt pour l EEE)

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL. (Texte présentant de l intérêt pour l EEE) COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 18.11.2015 COM(2015) 496 final 2015/0239 (COD) Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL sur les statistiques européennes concernant les prix du gaz

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : AGRS1501735D Intitulé du texte : Décret relatif à la dématérialisation des déclarations de revenus professionnels et du paiement des cotisations et contributions

Plus en détail

Règlement intérieur de la FFII France

Règlement intérieur de la FFII France Règlement intérieur de la FFII France (version 1 - février 2006) Préambule Conformément aux statuts de l Association «FFII France», dite également FFII.fr, le règlement intérieur est établi par le Conseil

Plus en détail

Statuts Roche Holding SA

Statuts Roche Holding SA Statuts Roche Holding SA 4 mars 2008 I. Raison sociale, but, siège et durée de la société 1 Sous la raison sociale «Roche Holding AG» «Roche Holding SA» «Roche Holding Ltd» existe une société anonyme qui

Plus en détail

Le financement court terme des TPE

Le financement court terme des TPE JANVIER 2015 ENTREPRENEURS N 16 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) 2 Ce guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire,

Plus en détail

Nordea économise 3,5 millions d euros grâce à une gestion optimisée de son portefeuille d applications

Nordea économise 3,5 millions d euros grâce à une gestion optimisée de son portefeuille d applications TEMOIGNAGE CLIENT Nordea économise 3,5 millions d euros grâce à une gestion optimisée de son portefeuille d applications EXEMPLE DE RÉUSSITE Secteur : Services financiers Société : Nordea Bank Effectifs

Plus en détail

Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG

Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG Septembre 2001 : Un mois avant la mise en place «anticipée» de l ARTT, l administration n a toujours pas consulté le personnel,

Plus en détail

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne.

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Av. de la porte de Hal, 5-8, B-1060 Bruxelles Tél.: +32(0)2/542.72.00 Email : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/542.72.12 http://www.privacy.fgov.be/

Plus en détail

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental PRESENTATION La «Caisse des anciens membres du Conseil économique et social, de leurs veuves et orphelins mineurs»,

Plus en détail

Regroupement Mauricie

Regroupement Mauricie Regroupement Mauricie Actions politiques non partisanes Mobilisation sociale Représentation Éducation populaire Réseautage Défense des droits Soutien technique Développement de projets Éditions communautaires

Plus en détail

Paris, le 23 mars 2012. Objet : Bilan du concours EPSO 2011

Paris, le 23 mars 2012. Objet : Bilan du concours EPSO 2011 SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DES AFFAIRES EUROPÉENNES Secteur : Présence et influence françaises dans les institutions européennes Affaire suivie par : Pierre HOUPIKIAN Rédacteur : Sébastien LAVOIL REPRESENTATION

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Réexamen de la directive 94/19/CE relative aux systèmes de garantie des dépôts

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Réexamen de la directive 94/19/CE relative aux systèmes de garantie des dépôts ANNEXE III Rapport de la commission au Parlement européen et au conseil sur le réexamen de la directive 94/19/CE relative aux systèmes de garantie des dépôts (COM(2010)369/2) 1 FR FR FR COMMISSION EUROPÉENNE

Plus en détail

Code de déontologie. 1 - Pré ambulé. 2 - Principés é lé méntairés. Version actualisée et validée en AG le 7 avril 2016

Code de déontologie. 1 - Pré ambulé. 2 - Principés é lé méntairés. Version actualisée et validée en AG le 7 avril 2016 Code de déontologie 1 - Pré ambulé Le financement participatif est un outil de collecte de fonds opéré via une plateforme internet permettant à un ensemble de contributeurs de choisir collectivement de

Plus en détail

AVIS D INITIATIVE A.1200 RELATIF AU RAPPORT DE L ENVOYÉ PME WALLON

AVIS D INITIATIVE A.1200 RELATIF AU RAPPORT DE L ENVOYÉ PME WALLON AVIS D INITIATIVE A.1200 RELATIF AU RAPPORT DE L ENVOYÉ PME WALLON ADOPTÉ PAR LE BUREAU DU CESW LE 20 OCTOBRE 2014 FDe/PBx/CRi 2014/A.1200 PRÉSENTATION DU DOSSIER Le «Small Business Act pour l Europe»

Plus en détail

L effectivité du droit à la qualification : objectif structurant de la réforme annoncée de la formation professionnelle.

L effectivité du droit à la qualification : objectif structurant de la réforme annoncée de la formation professionnelle. L effectivité du droit à la qualification : objectif structurant de la réforme annoncée de la formation professionnelle. 1. De l affirmation du droit à la qualification à son «effectivité». L accès à la

Plus en détail