BIL BOARD L'actualité des marchés financiers été 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BIL BOARD L'actualité des marchés financiers été 2013"

Transcription

1 BIL BOARD L'actualité des marchés financiers été 2013 Chers clients, Chers investisseurs, La fin du 1 er semestre 2013 ne sonne malheureusement pas encore la fin de cette crise financière! Les informations transmises par les médias se veulent tantôt alarmistes, tantôt réalistes et il faut pouvoir comprendre et interpréter au mieux les décisions, les rebonds, ou encore les différents indices qui sont publiés. Comme depuis des mois, la vigilance, une diversification des investissements et une approche prudente restent de mise. Outre cet environnement financier, les nouvelles législations des différents pays peuvent apparaître comme des facteurs aggravants. Au fil des années, nos conseillers et experts ont déjà vécu de nombreuses turbulences... Et aujourd hui, plus que jamais, entre connaissance aguerrie, expertise et conseils avisés, nous mettons tout en œuvre pour répondre à vos questions financières mais aussi à toutes vos interrogations par rapport à votre patrimoine dans sa globalité et vous offrir les solutions optimales par rapport à votre situation. Le marché obligataire à 30 ans est-il à bout de souffle? «Si les taux d intérêt augmentent pour les bonnes raisons, c est-à-dire optimisme concernant l économie et évaluation précise de la politique monétaire, alors ce n est pas une mauvaise chose.» Ben Bernanke, 19 juin 2013 Quelque chose de fondamentalement nouveau s est produit le 22 mai 2013 : la Réserve fédérale américaine (la «Fed») a décidé de réintroduire la volatilité sur les marchés de capitaux lors de son discours relatif à un plan de sortie du programme d assouplissement quantitatif. «à l heure actuelle, le comité estime qu une modération du rythme mensuel des achats dans le courant de l année serait appropriée. Et si les données subséquentes demeurent largement en ligne avec nos attentes actuelles concernant l économie, nous devrions continuer à progressivement ralentir le rythme des achats au cours du premier semestre de l année prochaine pour l interrompre vers le milieu de l année». En d autres mots, un resserrement de la politique monétaire est en cours après quatre ans d indulgence sans précédent. Les rendements des bons du Trésor américain à dix ans ont par conséquent enregistré un nouveau record depuis octobre N hésitez donc pas à solliciter votre personne de contact ou l un de nos experts en gestion ou en structuration de patrimoine. A votre service 5,0 4,5 4,0 3,5 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 Taux des obligations d'etat 10 ans des Etats-Unis et de l'allemagne (Pourcent) Yves Kuhn Chief Investment Officer 0, Source: Datastream, BIL États-Unis Allemagne

2 Yves Kuhn Chief Inves tment Officer Olivier Goemans Head of Wealth Inves tment Management Jérôme Castagne Head of Discretionary Management Qu est-ce que l assouplissement quantitatif («QE»)? Depuis 2009, la Fed achète des actifs financiers, généralement des titres du Trésor américain et certains types d obligations privées par le biais d une expansion de son bilan. Depuis septembre 2012, un troisième élément de cette expansion de bilan, connu sous le nom de QE3, est apparu. La Fed a en effet décidé de faire l acquisition de 85 milliards d USD d actifs chaque mois, sous la forme de titres adossés à des emprunts hypothécaires pour une somme de 40 milliards d USD et de titres de créance du Trésor américain pour un montant de 45 milliards d USD. L intention était de faire baisser les taux d intérêt, à la fois pour les propriétaires et pour les détenteurs de titres de créance. L objectif était de réveiller le marché immobilier et de faire baisser le coût du capital. Le résultat a été sans appel : la morosité des taux hypothécaires a aidé la reprise du marché de l immobilier et le caractère atone des rendements des obligations souveraines a contraint les épargnants à se tourner vers des capitaux plus risqués comme les actions par exemple. Après tout, un marché immobilier en hausse et un marché des actions en plein essor ne peuvent qu être de bon augure pour la confiance des consommateurs américains, moteur de la croissance économique outre-atlantique. Toutefois, quelques déséquilibres ont commencé à prendre forme lorsque certains investisseurs, en l absence d inquiétudes, ont décidé de s endetter afin d acheter les marchés émergents et les fonds obligataires. Il y a quatre ans de cela, M. Bernanke avait déclaré que sa préoccupation était de résoudre les déséquilibres sur le territoire national plutôt que ceux ayant lieu à l étranger. Ainsi, ce ne peut être l inflation des actifs, engendrée par la vague de liquidités à l échelle mondiale, et plus particulièrement sur les marchés émergents, qui a amené la Fed à discuter de la suppression progressive de l injection de liquidités sur les marchés mondiaux. La réaction des investisseurs s est révélée sévère. La plupart des marchés d actions émergents ont perdu jusqu à 15 % de leur valeur en USD au cours des 5 semaines qui ont suivi la déclaration du 22 mai Ce sont en outre les devises qui ont été le moteur de ces corrections puisque la dynamique en faveur de la chasse au rendement s est inversée. Les marchés émergents ont tendance à se refinancer en USD, ce qui signifie que la récente augmentation notoire du coût du capital en USD a eu des répercussions négatives sur ces derniers, du fait notamment que les comptes courants de bon nombre de ces marchés se soient dégradés au cours des dernières années. L année dernière, les objectifs de la Fed étaient fixés à 6,5 % pour le chômage et à moins de 2,5 % pour l inflation. Ces objectifs constitueraient les seuils en fonction desquels la Fed serait amenée à cesser d acheter des actifs. La question que nous devons nous poser est : qu est-ce qui a amené la Fed à faire de telles déclarations le 22 mai 2013 et à annoncer qu elle entamerait prochainement une diminution progressive du QE3? Le 19 juin 2013, le ton plus ferme de Ben Bernanke a en réalité confirmé que la Fed réfléchissait à une suppression en plusieurs étapes de l assouplissement quantitatif après le ralentissement estival, quelque part entre septembre et octobre Au cours des 4 semaines suivant le 22 mai, le taux obligataire à 10 ans s est resserré de plus de 50 pb. Ces changements sont significatifs, à la fois en termes de montants et de rapidité. Est-ce que le monde sous-estime la croissance de l économie américaine? La Fed semble croire que le marché de l emploi américain est plus sain que nous le pensons. Il est vrai que si nous prenons en compte les chiffres du chômage en comparaison du taux de participation de 2008, le taux de chômage américain a à peine chuté Taux de chômage aux Etats-Unis (Pourcent) Source: Datastream, BIL Taux officiel Taux rebasé sur le niveau de participation de mars 2008 Alors, qu est-ce que la Fed sait que nous ne savons pas? Pourquoi M. Bernanke ne semble pas éprouver d embarras à exposer les marchés de capitaux à un sérieux durcissement alors qu il existe un risque de déflation? Le Japon, les Etats-Unis et l Europe luttent contre la chute des taux d inflation. Plutôt que de rassurer le monde sur l avenir, l action de la Fed a en réalité laissé s engouffrer bon nombre de questions sans réponses. Quels que soient les motifs du calendrier ambitieux que la Fed doit suivre pour retirer le QE, la récente vague de cessions a montré qu un certain nombre de déséquilibres étaient inhérents à la politique de la Réserve fédérale américaine. La dernière grande stratégie de sortie de la Fed remonte à Le Financial Times écrivait : «... ce jour a déclenché de telles turbulences qu il est gravé dans la mémoire de tous les négociateurs d obligations». A cette période, comme aujourd hui, le marché n était pas préparé aux changements imposés par la Fed. Les investisseurs étaient surendettés et croulaient sous les dettes et hypothèques mexicaines. Les actions ont sorti la tête de l eau relativement épargnées. Mais avant que le bain de sang ne s achève ce fameux mois de novembre, la survie des banques d investissement américaines était en jeu. Il est important de remarquer que la correction du Dow Jones n a jamais excédé 10 % à ce moment-là. 2

3 Les tendances mondiales sont déflationnistes plutôt qu'inflationnistes pour le consommateur européen. Craindre ou pas la diminution progressive de l aide? La Fed a peut-être attendu trop longtemps pour contrecarrer les déséquilibres qu elle a créés par le biais de ses programmes d assouplissement quantitatif. Il se peut que l endettement et les opérations de portage aient drastiquement augmenté ces derniers mois, et, tout dénouement pourrait résulter en une hausse des spreads de crédit et des rendements bien supérieure à ce qui pourrait être anticipé ou justifiable par les fondamentaux économiques. Outre-Atlantique, un ralentissement marqué du marché de l immobilier et de l économie pourrait être le prix à payer pour des coûts en capital largement plus élevés. Sensibilité des prix des actifs à l'expansion du bilan de la banque centrale américaine (moyenne pour QE1, QE2, QE3) 3,5 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5-0,5 Obligations à haut rendement Europe Source: Barclays Actions marchés émergents Actions marchés développés Obligations à haut rendement USA Matières Premières Obligations "Investment Grade" Europe Obligations "Investment Grade" USA Obligations d'etat allemandes Gilt 10y (Obligations d'etat anglaises) Taux de change nominal effectif du dollar américain Obligations d'etat 10 ans américaines A quoi les autres banques centrales vont-elles faire face dans ce contexte? La Banque du Japon continuera malgré tout à étendre son bilan. Son Président, Haruhiko Kuroda, s est clairement engagé à doubler son bilan d ici la fin Par conséquent, les nouvelles opérations de portage pourraient reposer sur le yen : une devise devenant toujours moins onéreuse au fil des jours. Ceci nous amène à la Banque centrale européenne (BCE). En juillet 2012, Mario Draghi a annoncé qu il ferait tout ce qui est en son pouvoir pour garantir la stabilité de l euro. La BCE dispose de toute une gamme d instruments : les opérations de refinancement à long terme (LTRO), le Programme pour les marchés des titres (SMP) et les transactions monétaires fermes (OMT). Récemment, le mouvement de ventes massives a clairement affecté l Europe : les rendements des Bunds ont grimpé de près de 70 pb, les spreads de la dette périphérique ont recommencé à se creuser, le risque politique a augmenté en Grèce car l un des partis a quitté la coalition, Chypre demande à l Europe de payer la totalité de la note s élevant à 10 milliards d euros au lieu de 5 milliards d euros et l Europe n a toujours pas réussi à se mettre d accord sur les termes d une union bancaire. Toutefois, le problème le plus contrariant pour le consommateur européen pourrait être la chute de l inflation en Europe et le fait que les tendances mondiales soient déflationnistes plutôt qu inflationnistes pour le consommateur européen. Le Fonds monétaire international (FMI) a récemment fixé à 20 % la probabilité que l Europe soit déflationniste au quatrième trimestre Le pourcentage de cette probabilité n est pas si élevé, mais il n est pas non plus assez faible pour être ignoré. Le ralentissement de la demande de matières premières et le renforcement de la compétitivité de l économie japonaise (en raison de la chute du yen) continuent de faire ployer les prix des biens de consommation à l échelle mondiale. C est ainsi qu un second tour d expansion de bilan pourrait être très prochainement nécessaire à la BCE si les pressions déflationnistes persistent sur le vieux continent. 3

4 Les marchés Le climat d investissement en actions n a pas connu de changements significatifs. Les fondamentaux soutiennent toujours les actions : leur valorisation est toujours attrayante et la dynamique bénéficiaire demeure positive. En se concentrant sur la deuxième partie de l annonce de Ben Bernanke (la fin progressive de l expansion du bilan de la banque centrale) plutôt que sur la première partie (déclaration selon laquelle les risques de dégradation des perspectives de l économie américaine et du marché de l emploi se sont dissipés), les investisseurs ont décidé de refléter dans leur approche d évaluation la réduction de la liquidité, la volatilité excessive et les sorties massives d actifs. Sans surprise, les marchés obligataires ont été dans l œil du cyclone. Les marchés d actions développés ont connu des corrections importantes, bien que les actions américaines se soient révélées plus résistantes, tout au moins au début. Parmi d autres catégories d actifs gravement affectées, comme les matières premières et les fonds immobiliers américains («REITs»), les actions des marchés émergents se sont effondrées, avec une correction de 15 % sur 5 semaines. Ainsi, l absence de valeur refuge est rapidement devenue la règle du jeu ; en effet la corrélation entre les cours des actions et des obligations a largement augmenté, les liquidités en tant que valeur refuge étant la dernière carte à jouer. Les actions En ce qui concerne la stratégie d investissement en actions, une attention particulière devrait être accordée aux thèmes suivants : Déplacement des risques Longtemps réputée comme la lanterne rouge en termes de préférence d investissement au cours des derniers trimestres, l Europe ne peut plus être considérée comme l épicentre des risques mondiaux. Au lieu de montrer du doigt les économies en détresse et le dysfonctionnement de l Union, les investisseurs doivent désormais reconnaître la capacité des décideurs politiques européens à faire face aux défis d une union économique et monétaire (harmonisation fiscale, supervision bancaire et convergence en termes de productivité), la capacité des citoyens européens à raviver la consommation, et celle des sociétés européennes à restaurer la concurrence et la rentabilité. Par la suite, la perception du risque devrait se déplacer vers les Etats-Unis (le Président de la Fed, Ben Bernanke, perdrait alors inexorablement son surnom de «Ben l Hélicoptère», alors que le Président de la BCE, M. Draghi, lui, serait toujours associé avec «l option de couverture Draghi») et les marchés émergents où les durcissements massifs du crédit mettent la Chine sous pression et où les troubles sociaux pourraient entraver les économies brésilienne et turque. Croissance des dividendes versus ratio de distribution Etant donné que la chasse au rendement était des plus à la mode durant la période historique de faiblesse des taux d intérêt, la perspective d une hausse des rendements obligataires menacerait les dividendes élevés et les actions à faible croissance dans les secteurs des télécommunications ou des services aux collectivités (considérés comme des substituts aux obligations et dotés d une faible volatilité et de versements en numéraire prévisibles élevés). Les actions soi-disant défensives versant de solides dividendes et absorbant normalement les chocs en période de correction n ont pas été épargnées durant la récente vague de cessions en raison de leur caractère sensible aux taux d intérêt. C est notamment le cas pour les biens de consommation courante qui ont été affectés sans discrimination. Dans un climat de hausse de taux d intérêt, les actions de qualité supérieure axées sur la croissance et présentant une marge de manœuvre dans le cadre d une politique de distribution de dividendes devraient être privilégiées. Préférences sectorielles et géographiques La suppression des mesures incitatives structurelles pourrait tout à fait mener à un changement des préférences en termes de secteur. Nous soulignons ci-après les principaux thèmes pouvant éventuellement altérer notre approche sectorielle : La corrélation entre les cours des actions et des obligations a largement augmenté, les liquidités en tant que valeur refuge étant la dernière carte à jouer. 4

5 Nous sommes conscients que la moyenne à long terme de l indice des prix à la consommation est légèrement supérieure à 3%. - Au sein des secteurs d actions distribuant des dividendes, l immobilier pourrait certainement être affecté par une hausse des rendements obligataires. L évolution du cours des actions observée depuis que la phase «de hausse complaisante» a commencé le 22 mai 2013 pourrait refléter une image pertinente du comportement de ce secteur si le schéma de hausse des rendements persistait. A l inverse, tout rebond soudain des cours obligataires pourrait ouvrir la voie à un mouvement à la hausse des actions immobilières. - Les banques pâtiraient probablement des pertes sur les titres de créance enregistrées dans leurs livres et opéreraient un resserrement de leurs marges de taux d intérêt. - De manière intéressante, les valeurs énergétiques américaines ont bénéficié de hausses de taux au cours des 40 dernières années et pourraient réitérer le même schéma si les rendements obligataires inversaient leur tendance à 30 ans. En termes de préférences géographiques, les risques pourraient progressivement se déplacer vers les marchés américain et émergents, laissant une certaine marge de manœuvre pour des opérations de réallocation massive à la faveur de l Europe et du Japon. Les titres à revenu fixe Eu égard aux obligations, les sommes importantes pouvant encore subir des corrections n existent plus en ce qui concerne les taux d intérêt ; cela n implique pas pour autant une hausse spectaculaire des taux dans un avenir proche. D après nous, les taux américains à 10 ans ne dépasseront pas la barre des 2,8 % d ici la fin de l année et le Bund à 10 ans sera inférieur à 2 %. La morosité de la croissance économique, l accroissement du fardeau de la dette publique et la persistance des pressions déflationnistes pourraient maintenir encore pendant longtemps les taux d intérêt à des niveaux inférieurs à la moyenne générale. Nous sommes conscients que la moyenne à long terme de l indice des prix à la consommation est légèrement supérieure à 3 %. A l heure actuelle, les prévisions inflationnistes semblent minimes, malgré le fait que le rendement réel des bons du Trésor américain se soit révélé positif pour la première fois depuis Le cours du bon du Trésor américain de référence à 10 ans a progressé de plus de 50 points de base pendant quatre semaines suite à la déclaration de la Fed concernant la suppression du programme d assouplissement quantitatif le 22 mai Ainsi, ce que nous constatons à l heure actuelle est une «normalisation des primes de risque sur les titres à revenu fixe». Variation des taux 10 ans (points de base, du 22/05/13 au 24/06/2013) États-Unis Allemagne Espagne Japon Italie Source: Datastream, BIL Normalement, une hausse des rendements souverains durant une période d embellie de la croissance et de pressions inflationnistes modérées devrait se révéler positive pour les marchés du crédit. Nous avons néanmoins constaté des cessions corrélées, les opérateurs de marché digérant et inversant toute opération de portage avec effet de levier ayant été mise en place. En ce qui concerne les emprunts d Etat, leur duration longue face au risque était, selon nous, un piètre rapport risque/rendement au vu de leur faible niveau de rendement et des perspectives de normalisation à des niveaux plus élevés. Les récentes hausses importantes des rendements obligataires souverains ont permis de renforcer ce point. Nous avons probablement enregistré l une des plus fortes hausses de rendement depuis Certains de ces comportements pourraient sembler exagérés au vu de l anémie persistante de la croissance dans de nombreuses économies. Puisque les principaux déséquilibres ont été traités avec les dernières vagues de vente, nous pourrions rechercher des valorisations au sein des obligations souveraines : les bons du Trésor à 10 ans offrent pour la première fois en 2 ans des rendements réels positifs historiques. Le rendement réel a enflé pour atteindre 1,19 % (l IPC américain a progressé à 1,4 % en mai), dépassant ainsi la moyenne de la dernière décennie s établissant à 1,1 %. Les marchés d obligations spéculatives offrent une perspective différente. Dans l ensemble, le segment du haut rendement a mieux évolué que le crédit investment grade au cours de la dernière déroute : les coupons plus élevés représentent un coussin de sécurité sain face aux pertes déclenchées par une hausse des rendements souverains. Malgré des perspectives de volatilité persistantes à court terme et les cessions corrélées des actifs de crédit, nous estimons que le haut rendement demeure 5

6 L assèchement des liquidités sur le marché interbancaire chinois est loin d avoir rassuré les opérateurs sur cette catégorie d actifs spécifique. intéressant. Au cours d un cycle habituel, une grande liquidité mène à l augmentation d émissions de faible qualité et cela est suivi quelques mois après par un rebond des défauts. Si nous avons constaté une certaine reprise des émissions de faible qualité, le cycle de crédit a encore du temps devant lui avant que les défauts n augmentent de manière drastique, notamment au vu de nos perceptions optimistes concernant l économie américaine et la santé des bilans d entreprises. Cependant, il existe tout de même plusieurs menaces à court terme. La volatilité, les flux d investissement, la liquidité du marché et l amélioration relative de l attrait des autres actifs à revenu fixe pourraient créer un contexte technique qui exercerait une pression sur les obligations à haut rendement. L Indice Citigroup High Yield est l un des seuls indices à revenu fixe indiquant un rendement positif (de 0,5 % seulement) en glissement annuel (fin Juin). La dette des marchés émergents présente une évolution légèrement plus délicate. L importante faiblesse des cours de cette catégorie d actifs a été induite par l ensemble des composantes : les taux, les écarts et les devises. Ce qui a débuté comme une réaction face aux inquiétudes relatives à la hausse des rendements du Trésor s est transformé en panique des hedge funds et des sociétés de négoce endettées. La flambée des coûts du capital aura, selon nous, des répercussions structurelles sur les crédits et, en général, sur la dette des marchés émergents. En outre, l assèchement des liquidités sur le marché interbancaire chinois est loin d avoir rassuré les opérateurs sur cette catégorie d actifs spécifique. Or En l absence d inflation et face à des perspectives limitant l exercice de la planche à billets, l achat d or n est que très peu justifié ces jours-ci. Si les valeurs aurifères sont un moyen de jouer sur l effet de levier avec cette matière première, le message est clair : restez à l écart! Certains des plus grands producteurs d or peuvent bien réduire jusqu à un tiers le personnel de leur siège, d autres ont contracté des pertes de plusieurs milliards sur des actifs (mines aurifères) qui ont été acquis au cours des deux dernières années et qui, ont, depuis, perdu tout leur attrait. Aujourd hui, il semblerait que la Fed soit sérieusement décidée à supprimer son programme d achats d actifs dans un futur proche. L économie pourrait bien croître de 3 % à 3,5 % en 2014, si la croissance en 2014 déçoit et que la Fed a encore le courage de persévérer dans ses efforts d émission des billets de manière à fournir le plein emploi, alors tout n est peut-être pas perdu pour les investisseurs en or. Cela étant, nous ne serions pas surpris, à court terme, de constater un rebond rapide des cours de l or étant donné les ventes excessives observées. USD/EUR Notre position structurelle demeure positive sur le dollar ; la réduction du déficit de la balance des paiements courants, la chute du bilan de la Fed et la hausse des rendements aux Etats-Unis auront tous eu une incidence favorable pour attirer des capitaux vers les Etats-Unis. Ainsi, le dollar s est largement apprécié en glissement annuel face au dollar australien et face à la plupart des devises des marchés émergents. L euro a affiché une certaine vigueur pour deux raisons : la BCE était l une des premières banques centrales à réduire son bilan (restriction de l utilisation de la planche à billets) et la balance courante de la zone euro demeure dans le vert. D après l expérience passée, nous avons appris que les devises sur un compte courant positif pourraient difficilement se déprécier. Par conséquent, nous pourrions constater à court terme une persistance de la hausse du billet vert face aux principales devises mondiales et une évolution dans une fourchette allant de 1,28 à 1,32 face à l euro pour le trimestre à venir. Conclusion Après les dégagements massifs, notamment des obligations, de nouvelles opportunités devraient voir le jour. Le marché baissier des titres à revenu fixe à 30 ans est arrivé à son terme. Les titres souverains américains offrent néanmoins un rendement réel de 116 pb (sur la base de l inflation actuelle) et nous reconnaissons que la remontée des taux de 100 pb du 1 er mai au 30 juin était sévère. En général, notre duration demeurera courte face au risque. Des possibilités d investissement sur les bons du Trésor américains à 10 ans pourraient avoir lieu à un niveau de rendement s élevant à 270 points de base. Dans l ensemble, nous continuerons de privilégier les actions en tant que catégorie d actifs. Au sein des actions, nous accorderons encore notre préférence à l Europe : les premiers bourgeons d une certaine croissance économique peuvent être observés, et les actions de la zone euro ainsi que les crédits des pays PIIGS pourraient bénéficier de la haute rentabilité des entreprises européennes. D après nous, les actions des marchés émergents continueront d être exposées à certains ajustements structurels (voir la crise du crédit chinois), la hausse du coût du capital et la faiblesse des cours des matières premières n ayant pas aidé. Yves Kuhn Chief Investment Officer DM FR-07/13 La conjoncture économique étant sujette au changement, les informations et opinions présentées dans cet article ne sont valables qu au 25 juin Cette publication est basée sur des données disponibles pour le public et sur des informations considérées comme fiables. Même si une attention particulière a été prêtée à son contenu, aucune garantie ni déclaration n est donnée quant à son exactitude ou son intégralité. Banque Internationale a Luxembourg SA ne sera pas tenue responsable des informations exprimées dans les présentes. Ce document a été préparé à des fins informatives uniquement et ne constitue pas une offre ou une sollicitation d investissement. Il incombe aux investisseurs de juger si les informations contenues dans les présentes correspondent à leurs besoins et à leurs objectifs ou de solliciter des conseils avant de prendre une décision d investissement basée sur ces informations. Banque Internationale a Luxembourg SA n accepte aucune responsabilité quant aux décisions d investissement de toute nature prises par le lecteur de cette publication, qui ne sont pas basées sur cette publication, ni aux pertes ou dommages encourus à la suite de l utilisation de cette publication ou de son contenu. Cette publication ne peut pas être reproduite ou copiée sous toute forme que ce soit ni redistribuée sans l autorisation écrite préalable de Banque Internationale a Luxembourg SA. Cette publication a été préparée par: Banque Internationale à Luxembourg SA ı 69, route d Esch ı L-2953 Luxembourg ı RCS Luxembourg B-6307 ı Tel ı

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %.

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %. LE RAPPORTEUR PERSPECTIVES 2015 Le jeu des prévisions est inévitable et toujours très captivant. Toutefois, avec les années, nous avons appris à les mettre en perspective, particulièrement les prévisions

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

Macro Network Consensus

Macro Network Consensus 3 ème trimestre 2015 NUMERO 3 Macro Network Consensus Le Macro Network Consensus consulte les économistes de la place de Genève et de Paris pour établir un consensus macroéconomique européen sur les risques

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Belfius Pension Fund Reporting Mensuel Juin 2015

Belfius Pension Fund Reporting Mensuel Juin 2015 Belfius Pension Fund Reporting Mensuel Juin 2015 130 125 120 115 110 105 95 90 Rendement depuis 31/12/2014 (% changement en EUR) MSCI Europe MSCI EMU MSCI United Kingdom ( ) MSCI World ex-europe ( ) MSCI

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin.

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin. Paris, le 6 septembre 2012 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE CONFÉRENCE DE PRESSE 6 SEPTEMBRE 2012 DÉCLARATION INTRODUCTIVE Mesdames et messieurs, le vice-président et moi-même sommes très heureux de vous accueillir

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion de patrimoine. En choisissant

Plus en détail

Etats-Unis : vigilance oblige

Etats-Unis : vigilance oblige GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 16 septembre 2013 IN CHARTS Etats-Unis : vigilance oblige Si la tendance à l optimisme quant à la situation américaine est coutumière, rares sont toutefois

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Actions Européennes : 3 thèmes pour 2015

Actions Européennes : 3 thèmes pour 2015 PERSPECTIVES 2015 Actions Européennes : 3 thèmes pour 2015 Diego Franzin, Directeur de la Gestion Actions Européennes Janvier 2015 Actions européennes : perspectives Diego Franzin Directeur de la Gestion

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale

Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale ŒKONOMIA Analyse du 8 septembre 2015 Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale Depuis le début de l année, on parle beaucoup de l exceptionnel alignement des planètes

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire)

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire) Royaume du Maroc N 04/08- avril 2008 DENI/SCI Synthèse En matière de politique monétaire, la Fed, a baissé son taux directeur de 75 pb pour le ramener à 2,25%, lors de sa réunion du 18 mars 2008, dans

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses EDITION SPÉCIALE

Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses EDITION SPÉCIALE EDITION SPÉCIALE Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses L indice perd 1,83% en janvier 2015 La mauvaise performance de janvier se reflète également dans l allocation

Plus en détail

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014 PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 30 Juin 2014 Paramètres de marché au 30 juin 2014 Malgré la publication de chiffres de croissance du 1 er trimestre décevants en zone euro et, plus encore, aux Etats-Unis,

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Les matières premières : une baisse annoncée

Les matières premières : une baisse annoncée Que s'est-il passé en juillet? Commentaires de marché Focus Marchés Le carnage sur les matières premières et en Chine sur les marchés domestiques ont été les éléments essentiels dans ce qui fut un mois

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION 4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION L ensemble du portefeuille-titres 34 des établissements de la place a connu une croissance très importante au

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 PERFORMANCE DES MARCHÉS ACTIONS EN 2014 (EN EURO) PERFORMANCE DES MARCHÉS OBLIGATAIRES EN 2014 (DEVISES LOCALES) Monde 19,5%

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Newsletter Aoû t 2013

Newsletter Aoû t 2013 Newsletter Aoû t 2013 Table des matières Introduction... 2 Performances... 3 SIF Structured Product Sicav... 3 Eurinvest Flexible Opportunities... 4 Procès-verbal du Comité de Placement du 22 août 2013...

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance 1 ère partie : La baisse du prix du pétrole Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Petit rappel des faits Partie I : Marché des actions et banques centrales Mars - juillet 2012 :

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Situation des PME et perspectives de croissance en France

Situation des PME et perspectives de croissance en France Situation des PME et perspectives de croissance en France Résumé : - Les entreprises françaises ont su résister à la crise grâce à la consolidation de leur bilan au cours des années 2000 ; - Le maintien

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Perspectives Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Une approche mesurée du risque s impose : la prise de risque maitrisée est la solution AUTEUR : STEFAN HOFRICHTER

Plus en détail

BCE : «et croyez-moi, ce sera suffisant»

BCE : «et croyez-moi, ce sera suffisant» Aperiodique n 16/075 15 mars 2016 BCE : «et croyez-moi, ce sera suffisant» La BCE a annoncé qu elle augmentait le montant du QE de 20 Mds EUR par mois et qu elle ajoutait certaines obligations d entreprises

Plus en détail

Note de gestion. Note de Gestion 15 Janvier 2015. 15 janvier 2015

Note de gestion. Note de Gestion 15 Janvier 2015. 15 janvier 2015 Note de gestion 15 janvier 2015 En début d année, il est d usage de se livrer à l exercice du bilan de l année écoulée et de tracer des perspectives pour l année qui débute. Il est intéressant de constater

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Patrimoine Immobilier Finance Retraite

Patrimoine Immobilier Finance Retraite Patrimoine Immobilier Finance Retraite Numéro 47 Février 2013 EDITO Situation du marché immobilier d habitation L heure de vérité Le mois dernier, nous nous interrogions sur les hypothèses de croissance

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I

FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I ()*( TABLE DES MATIERES 1. EXERCICE I 3 2. EXERCICE II 3 3. EXERCICE III 4 4. EXERCICE IV 4 5. EXERCICE V 5 6. EXERCICE VI 5 7. SOURCES 6 (#*( 1. EXERCICE

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Menu Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de placement Fiscalité

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Pour la 8 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

Votre patrimoine est une histoire qui s écrit. Macroéconomie. novembre 2015. Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant. Mob.

Votre patrimoine est une histoire qui s écrit. Macroéconomie. novembre 2015. Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant. Mob. Votre patrimoine est une histoire qui s écrit Macroéconomie novembre 2015 Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant Mob. 06 25 83 20 79 SYNTHESE Les fondamentaux économiques restent positifs aux Etats-Unis

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE L OBSERVATOIRE des marchés de l ancien Avril 2007 Lettre de conjoncture - N 48 E N B R E F +6.5 % DE HAUSSE DES PRIX DE L ANCIEN AU 1 ER TRIMESTRE 2007. Doucement, le rythme annuel de progression des prix

Plus en détail

1 MOIS EN 10 IMAGES. 1. L inflation au cœur des décisions de la BCE, de la BoJ et de la Fed? Novembre 2015. Sommaire

1 MOIS EN 10 IMAGES. 1. L inflation au cœur des décisions de la BCE, de la BoJ et de la Fed? Novembre 2015. Sommaire 1 MOIS EN 10 IMAGES Chaque mois, SYZ Wealth Management publie dans «1 mois en 10 images» un survol de l activité économique dans le monde. Une image valant parfois plus qu un long discours, nous choisissons

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations?

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2.1 - Mutations dans l économie mondiale Michel FOUQUIN (CEPII) «La crise économique qui touche la France et l ensemble du monde

Plus en détail

GEMAST OBLIG COURT TERME

GEMAST OBLIG COURT TERME Fonds commun de placement GEMAST OBLIG COURT TERME Exercice du 01/07/2014 au 30/06/2015 Commentaires de gestion Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels 1 L'objectif de gestion Cet OPCVM

Plus en détail

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde».

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». «Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». Un contexte toujours difficile Conséquences pour les placements Conséquences pour la gestion des CARPA Reste-t-il des opportunités?

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

CHARTE GRAPHIQUE. Réflexion sur les opportunités d investissement

CHARTE GRAPHIQUE. Réflexion sur les opportunités d investissement CHARTE GRAPHIQUE Réflexion sur les opportunités d investissement AVRIL 2016 L actif «sans risque» entre en hibernation 2 A l introduction de la LPP en 1985, les portefeuilles des caisses de pensions se

Plus en détail