Plan de la partie sismicité

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan de la partie sismicité"

Transcription

1 Plan de la partie sismicité 1/ Sismicité naturelle et sismicité induite 2/ Observation de la sismicité induite 3/ Sismicité induite lors des stimulations - hydrauliques - chimiques 4/ Sismicité en condition de circulation 5/ Sismicité et EGS 1/ Sismicité naturelle et sismicité induite Le Fossé Rhénan est considéré comme une région active du point de vue sismique. L activité sismique y est qualifiée de faible à modérée et s observe principalement dans la partie méridionale du Fossé. Dans la région de Soultz-sous-Forêts, l activité sismique naturelle est très faible (pour plus d information, voir par exemple le site du Réseau National de Surveillance Sismique : Néanmoins, cette sismicité témoigne de la présence de failles potentiellement actives dans le sous-sol. Les travaux effectués à Soultz-sous-Forêts ont montré que ces failles sont le siège des circulations souterraines du fluide géothermique. Les nombreuses analyses géologiques ont montré que ces failles, constituant le réservoir géothermique, sont généralement scellées par des dépôts hydrothermaux et sont donc peu perméables. Ainsi, un développement de ce réservoir est nécessaire afin d obtenir les performances hydrauliques requises pour son exploitation. Ce travail est réalisé par le biais de stimulations hydrauliques ou chimiques, dont le principe est décrit au ci-dessus. Les stimulations hydrauliques agissent mécaniquement sur les failles en les réactivant, c est-à-dire en les faisant rejouer, tandis que les stimulations chimiques ont pour but de dissoudre les minéraux responsables du colmatage des failles. Ces deux méthodes permettent d augmenter la perméabilité des failles, mais génèrent une activité sismique qui peut être intense et que l on qualifie de sismicité induite, puisque résultant d une intervention humaine. Dans d autres conditions, à savoir pendant des tests de circulation entre puits, une activité sismique beaucoup moins intense a été également observée. 2/ Observation de la sismicité induite L occurrence de sismicité induite étant connue sur d autres sites géothermiques ou pétroliers, des réseaux sismologiques ont été installés sur le site de Soultz-sous-Forêts, afin de surveiller l activité sismique, mais également d enregistrer une base de données dont se servent des scientifiques pour mieux comprendre les interactions entre failles, injections d eau et sismicité. Deux réseaux sont actuellement en place autour du site de production (cf. figure 1 et 2) : - un réseau «fond de puits», représenté par des carrés rouges sur la figure 1. Il est constitué d accéléromètres 4 composantes (figure 3) et de géophones 3 composantes, installés dans d anciens puits pétroliers qui ont été réhabilités et approfondis (figure 4). 4 puits (4550, 4601, 4616 et OPS4) atteignent une profondeur d environ 1500 m, correspondant au toit du massif granitique. Les puits EPS1 (~2220 m) et GPK1 (~3600 m) ont été utilisés

2 occasionnellement en tant que puits d observation sismique. La figure 2 présente une représentation schématique de la géométrie du réseau. plan réseau, schéma 3D, photo accéléro, photo installation sonde Figure 1 : Carte des 2 réseaux sismologiques

3 Figure 2 : Représentation 3D de la trajectoire des puits géothermiques et d observation Figure 3 : un accéléromètre 4 composantes

4 Figure 4 : installation d une sonde sismique dans le puits EPS1 - un réseau de surface, représenté par des triangles bleus sur la figure 1. Il est constitué de 9 stations permanentes, régulièrement réparties autour du site de production. Les appareils installés sont de sismomètres 1 ou 3 composantes. Ce réseau a été installé et est maintenu par l EOST (Ecole et Observatoire des Sciences de la Terre, Université de Strasbourg, Des stations de surface additionnelles peuvent éventuellement être installées durant les périodes d intense activité hydraulique. Parallèlement, des accéléromètres ont été également installés en surface par l EOST, afin d enregistrer les accélérations au niveau du sol générées par les séismes et d observer et comprendre d éventuelles différences de ressenti en divers endroits autour du site de production. pour en savoir plus sur les séismes et leur mesures : voir documents pédagogiques de l EOST : 3/ Sismicité induite lors des stimulations Les stimulations hydrauliques et, à un degré moindre, chimiques sont les expériences hydrauliques générant l activité sismique la plus intense. Typiquement, pour chaque stimulation hydraulique effectuée dans le cadre du projet, plusieurs milliers de séismes peuvent être induits, sachant que ces tests ne durent généralement pas plus d une semaine. En revanche, l activité sismique induite lors de stimulation chimique est plus faible que pour les stimulations hydrauliques. 3.1) Stimulation hydraulique La stimulation hydraulique consiste à injecter de grands volumes d eau dans le milieu (typiquement plusieurs milliers de m 3 ), à des débits relativement élevés (de l ordre de 50 L/s) de façon à faire augmenter la pression de pore dans le milieu, notamment au niveau des plans de faille. Ces surpressions ont tendance à réactiver le jeu des failles présentes dans le milieu, selon le principe suivant (figure 5):

5 1 2 3 Figure 5 : principe de la stimulation hydraulique Etape 1) Etat initial avant stimulation : - le plan de faille, qui correspond à une surface formée d épontes irrégulières, est plus ou moins colmaté par des dépôts hydrothermaux, - la contrainte normale (flèches noires) agissant perpendiculairement au plan de faille et la contrainte tangentielle ou cisaillante (contenue dans le plan de faille) s équilibrent, la faille ne joue pas Etape 2) Pendant la stimulation hydraulique : - les injections d eau sous pression font augmenter la pression de pore au niveau du plan de faille. Celle-ci a tendance à s opposer à la contrainte normale qui se réduit. De ce fait, la contrainte cisaillante devient prépondérante et génère le glissement de la faille : un séisme se produit. Le glissement de la faille a deux conséquences majeures : les dépôts colmatant sont broyés lors du processus et des chenaux perméables sont créés dans le plan de faille, permettant la circulation de fluide géothermal. Etape 3) Après l arrêt des injections - Les contraintes reviennent progressivement à leur état initial. La faille a tendance à se refermer, mais il a été observé que, généralement, les zones perméables créées lors de la stimulation se conservent même après l arrêt des injections. Ceci serait dû à la présence d aspérités sur les plans de faille. En effet, le mécanisme de cisaillement étant irréversible, les épontes de la faille offrent davantage d espaces après stimulation hydraulique Durant les stimulations hydrauliques, l activité sismique est intense : plusieurs milliers de séismes sont enregistrés en surface et même plusieurs dizaines de milliers sont observés avec le réseau fond de puits qui a une meilleure détectabilité. La sismicité se produit dès le début des injections et semble très sensible aux changements de conditions hydrauliques (figure 6). Après l arrêt des injections, la sismicité diminue fortement, mais une activité rémanente peut être observée plusieurs jours après la fin de la stimulation.

6 Figure 6 : Stimulation du puits GPK2 en 2000 : paramètres hydrauliques (débit et pression d injection) et activité sismique correspondante (ref : Cuenot et al., 2008) La majorité de ces séismes sont des «micro-séismes» (figure 7): ils sont de très faible énergie et cette énergie s atténue lors de la propagation des ondes sismiques dans le sous-sol, si bien qu en surface, les micro-séismes ne sont pas ressentis. Leur magnitude s échelonne d environ -2 (seuil de détection minimal) à 1.8 (seuil au-delà duquel les séismes commencent à se ressentir en surface). images nuages microsismiques Figure 7: «Nuages» microsismiques enregistrés par le réseau fond de puits lors des différentes stimulations hydrauliques effectuées à Soultz-sous-Forêts.

7 Néanmoins, en raison de la présence de failles dont les dimensions sont suffisamment grandes, quelques séismes de plus forte magnitude (> 1.8) peuvent se produire et, sous certaines conditions, être ressentis en surface. Typiquement une dizaine de séismes de magnitude supérieure ou égale à 2 sont observés lors des stimulations (tableau 1). Volume injecté Débit d injection maximal Surpression maximale Sismicité induite Magnitudes GPK2 (2000) ~23400 m3 50 l/s 13 MPa GPK3 (2003) ~34000 m3 50 l/s; 60 & 90 l/s 18 MPa GPK4 (2004) ~9300 m3 45 l/s 17 MPa GPK4 (2005) ~12300 m3 45 l/s 19 MPa ~14000 (localisés) ~22000 (localisés) ~5800 (localisés) ~3000 (localisés) 75 (M 1.8) 1 x x (M 1.8) 1 x x (M 1.8) 1 x (M 1.8) 1 x x 2.3 Tableau 1 : Principaux paramètres hydrauliques et sismiques observés lors des stimulations hydrauliques des puits profonds La répétitivité du phénomène sur un temps court, ainsi que l occurrence de séismes largement ressenti ont provoqué par le passé quelques troubles parmi la population. Cela fut le cas pour la première fois en 2000 (stimulation du puits GPK2), lors de l occurrence d un séisme de magnitude 2.6 qui a été ressenti. Il a donné lieu à de nombreuses études scientifiques et à la création d un groupe d experts indépendant d évaluation du risque sismique lié aux injections. En 2003 (stimulation hydraulique de GPK3) a eu lieu le séisme le plus fort généré à Soultzsous-Forêts, qui a atteint une magnitude de 2.9. Il a été ressenti assez largement autour de Soultz-sous-Forêts et a fait l objet d un grand mécontentement parmi la population et les autorités locales. Les quelques plaintes déposées pour des dommages supposés aux habitations, n ont pas abouti. Par conséquent, en 2004 et 2005, les deux stimulations hydrauliques du puits GPK4 ont été réalisées à des débits d injection plus faibles et un volume d eau moins important a été injecté, réduisant ainsi les effets en terme de sismicité. Néanmoins, quelques séismes ont été encore ressentis. Afin de minimiser les nuisances sismiques, en 2006 et 2007, des techniques de stimulation chimiques, empruntées au monde pétrolier, ont été utilisées. 3.2) Stimulation chimique La stimulation chimique est une technique de stimulation plus douce que la stimulation hydraulique : on ajoute à l eau injectée une petite proportion d agents chimiques qui vont agir sur les différents minéraux colmatant les fractures. L avantage de cette méthode est qu elle nécessite l injection d un plus faible volume d eau, à des débits généralement plus faibles, excepté lors des périodes de «chasse» où l on utilise des débits d injection élevés pour pousser le produit dans la formation. Ces périodes sont cependant très courtes (quelques heures au maximum). En conséquence, les surpressions mesurées sont plus faibles que pour

8 une stimulation hydraulique et l activité microsismique reste modérée, tant du point de vue du nombre de séismes induits que des magnitudes atteintes (Tableau 2). But Volume injecté (eau pure + mixture) Débit d'injection maximal Surpression maximale Sismicité induite Magnitude maximale dissolution calcite, argile, RMA feldspath et mica 4225 m 3 28 L/s ~7 MPa 20 NTA dissolution calcite 5200 m 3 40 L/s ~ 8 MPa 0 - OCA dissolution argile dans environnements chauds 1635 m 3 55 L/s ~13 MPa Tableau 2 : Stimulations chimiques du puits GPK4 (Nami et al., 2008; Portier et al., 2009). 1.9 (non ressenti) 4/ Sismicité induite lors de tests de circulation L activité microsismique a été également surveillée pendant les tests de circulation entre puits : les conditions de ces tests sont en effet très proches de celles de la future exploitation continue du site. Il est très important d observer la réponse du réservoir géothermique dans ces conditions, afin de pouvoir anticiper son comportement à long terme et prendre les mesures nécessaires pour réduire le risque d occurrence de microséismes pendant l exploitation. En 2005, un test de circulation entre les 3 puits (GPK2 et GPK4 : production ; GPK3 : injection) a été conduit en conditions artésiennes (débit global : 15 L/s) pendant 6 mois. Environ 600 microséismes ont été détectés pendant cette période (figure 8), dont 4 ont atteint ou dépassé une magnitude 2, la magnitude maximale enregistrée étant de ou 2 ont été ressentis. Figure 8 : Activité microsismique enregistrée lors du test de circulation de 2005 En , trois tests de circulation ont été réalisés, impliquant deux ou trois puits, la différence majeure étant la présence de pompe de production dans les puits de production. Pour chacun des tests l activité sismique enregistrée est restée modérée tant en nombre qu en niveau de magnitude. Le tableau 3 donne un résumé des principales observations hydrauliques et sismiques effectuées lors de ces tests :

9 GPK2 débit de production GPK3 débit d injection GPK4 débit de production GPK3 pression maximale d injection Juil.-Déc Juil.-Août Nov.-Déc Mars-Oct ~12 L/s ~25 L/s ~17 L/s ~15 L/s puis ~20 L/s ~23 L/s ~12 L/s puis ~27 L/s ~3 L/s - ~12 L/s 4 MPa puis 7 MPa 7.3 MPa 2.8 MPa puis 8.6 MPa ~20 L/s puis ~22 L/s ~20 L/s puis ~11 L/s ~12 L/s puis ~9 L/s Sismicité induite ~600 ~ ~200 Magnitude maximale Tableau 3 : Principales observations hydrauliques et sismiques enregistrées lors des tests de circulation de 2005, 2008 et 2009 (!!!! compléter pour 2009!!!!) Il est rassurant de constater que le niveau d activité microsismique durant les tests de circulation n est en rien comparable à ce qui est observé pendant les stimulations. Dans les conditions les plus proches de l exploitation, c est-à-dire, avec les pompes de production, l activité microsismique est même très faible. Aucun séisme n a été ressenti, les magnitudes étant restées très faibles. 5/ Sismicité et EGS Les problèmes de sismicité induite sont inhérents à la technologie EGS. Tous les sites EGS dans le monde ont dû faire face à l occurrence de microséismes pouvant être ressenti par les populations, avec des conséquences parfois néfastes. Le phénomène de sismicité induite, bien que connu, n est pas encore complètement compris par les scientifiques. Cependant, les observations réalisées ont permis d acquérir des bases de données conséquentes, utilisées par les scientifiques afin de mieux comprendre les interactions entre failles, injection ou circulation d eau et sismicité induite. C est à l heure actuelle le principal thème de recherche lié à la géothermie EGS. Si le phénomène est mieux compris dans le futur, on peut espérer trouver des voies pour réduire l impact microsismique des projets géothermiques et ainsi gagner une meilleure acceptation de ces projets par la population. Références : Cuenot N., Dorbath L., and Dorbath C., (2008). Analysis of the microseismicity induced by fluid injections at the Hot Dry Rock site of Soultz-sous-Forêts (Alsace, France): implications for the characterization of the geothermal reservoir properties, Pure Appl. Geophys., 165, Nami P., Schellschmidt R., Schindler M., Tischner T., (2008). Chemical stimulation operations for reservoir development of the deep crystalline HDR/EGS system at Soultz-sous-

10 Forêts (France), Proceedings, Thirty-Third Workshop on Geothermal Reservoir Engineering Stanford University, Stanford, California, USA, January 28-30, 2008, SGP-TR-185, Portier S., Vuataz F-D., Sanjuan B., Nami P., Gérard A., (2009). Chemical stimulation techniques for geothermal wells: experiments on the three-well EGS system at Soultz-sous- Forêts, Geothermics, 38,

Surveillance du site d injection et du réservoir de stockage Synthèse du programme et de l état de référence

Surveillance du site d injection et du réservoir de stockage Synthèse du programme et de l état de référence Pau, le 23 décembre 2009 DGEP/SCR/RD/ MGR 09-239 TEPF/DT/EXP/10-344 Site d injection de CO de Rousse 2 Surveillance du site d injection et du réservoir de stockage Synthèse du programme et de l état de

Plus en détail

PROJET DE RECHERCHE Deuxième année d Ecole d Ingénieur

PROJET DE RECHERCHE Deuxième année d Ecole d Ingénieur PROJET DE RECHERCHE Deuxième année d Ecole d Ingénieur Apport des mesures sismologiques en fond de puits dans le projet de géothermie profonde de Soultz-Sous-Forêts Chloé PERRIN 2014-2015 Encadrants: Jean

Plus en détail

Stimulation hydraulique d un puits géothermique en milieu fracturé S.Gentier, X. Rachez BRGM

Stimulation hydraulique d un puits géothermique en milieu fracturé S.Gentier, X. Rachez BRGM Stimulation hydraulique d un puits géothermique en milieu fracturé S.Gentier, X. Rachez BRGM Modélisation : quand faut-il passer au 3D? BRGM/Département Géothermie Stimulation hydraulique d un puits géothermique

Plus en détail

Un aperçu des Enhanced Geothermal Systems ( systèmes géothermiques stimulés )

Un aperçu des Enhanced Geothermal Systems ( systèmes géothermiques stimulés ) Un aperçu des Enhanced Geothermal Systems ( systèmes géothermiques stimulés ) Keith F. Evans et Benoît Valley Géologie de l ingénieur/institut de géologie, Ecole Polytechnique Fédérale de Zürich, ETH Hönggerberg,

Plus en détail

Nom du service émetteur. mardi 27 mars 2012. Géothermie. Nom du service émetteur

Nom du service émetteur. mardi 27 mars 2012. Géothermie. Nom du service émetteur Nom du service émetteur Géothermie Nom du service émetteur Modèle conceptuel d un «réservoir» de type EGS : application au site géothermal de Soultz-Sous-Forêts Mathilde Loubaud - 1 ère année > Master

Plus en détail

Colmatage des drains et matériaux filtrants

Colmatage des drains et matériaux filtrants CHAPITRE 12 Colmatage des drains et matériaux filtrants 12.1 INTRODUCTION Il est désastreux de constater après l installation de drains qu ils sont colmatés et que l investissementestperdu. Lecolmatagedesdrainsestinfluencéparlescaractéristiquesdusol,dudrainetles

Plus en détail

Gestion de l eau et Fracturation Hydraulique 1/12

Gestion de l eau et Fracturation Hydraulique 1/12 Gestion de l eau et Fracturation Hydraulique 1/12 Fracturation Hydraulique et Gestion de l eau Agenda 1. Cycle de l eau 2. Préservation du sous-sol (Nappes Phréatiques) 3. Risque de pollution par les fluides

Plus en détail

Eléments de présentation de la nouvelle réglementation française pour la géothermie de minime importance

Eléments de présentation de la nouvelle réglementation française pour la géothermie de minime importance 30 juin 2015 Auteurs : J. C. MARTIN, P. DURST, F. JAUDIN avec la collaboration du Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Eléments de présentation de la nouvelle réglementation

Plus en détail

Le projet franco-allemand de géothermie profonde de Soultz-sous-Forêts

Le projet franco-allemand de géothermie profonde de Soultz-sous-Forêts Le projet franco-allemand de géothermie profonde de Soultz-sous-Forêts Nicolas CUENOT & Albert GENTER GEIE Exploitation Minière de la Chaleur cuenot@soultz.net Sobriété et efficacité énergétiques 28 novembre

Plus en détail

_ Chaque site de stockage souterrain de gaz naturel est constitué

_ Chaque site de stockage souterrain de gaz naturel est constitué _ Chaque site de stockage souterrain de gaz naturel est constitué d installations de surface (comptage, unités de traitement, compression) et d équipements souterrains (puits et canalisations) qui permettent

Plus en détail

Expertise de la demande d autorisation de travaux miniers sur le site de Rousse

Expertise de la demande d autorisation de travaux miniers sur le site de Rousse Expertise de la demande d autorisation de travaux miniers sur le site de Rousse Hubert FABRIOL, Olivier BOUC h.fabriol@brgm.fr, o.bouc@brgm.fr ARN/RSC Sommaire > Cadre de l expertise > Rappel du cahier

Plus en détail

mieux connaître le sous-sol genevois pour en valoriser les ressources www.geothermie2020.ch

mieux connaître le sous-sol genevois pour en valoriser les ressources www.geothermie2020.ch mieux connaître le sous-sol genevois pour en valoriser les ressources www.geothermie2020.ch GEothermie 2020 La géothermie c est quoi? Plus de 99% du volume terrestre présente une température de plus de

Plus en détail

11.- Fiche «menuisier d extérieur»

11.- Fiche «menuisier d extérieur» .- Fiche «menuisier d extérieur»..- Préambule L isolation acoustique d une façade vis-à-vis du bruit de circulation routière, ferroviaire ou aérienne (avions) dépend des performances de tous les éléments

Plus en détail

Les reconnaissances géophysiques appliquées à la recherche de cavités en sous-sol Franck Rivière 1.

Les reconnaissances géophysiques appliquées à la recherche de cavités en sous-sol Franck Rivière 1. Les reconnaissances géophysiques appliquées à la recherche de cavités en sous-sol Franck Rivière 1. Introduction Qu elles soient anthropiques ou naturelles, la présence de cavités souterraines est un risque

Plus en détail

De la géothermie au laboratoire du Rift de Corinthe : L étude in situ du rôle des fluides en mécanique crustale

De la géothermie au laboratoire du Rift de Corinthe : L étude in situ du rôle des fluides en mécanique crustale De la géothermie au laboratoire du Rift de Corinthe : L étude in situ du rôle des fluides en mécanique crustale François Henri CORNET Institut de Physique du Globe de Paris 1 INTRODUCTION Un des problèmes

Plus en détail

Les modèles numériques en hydrologie et en hydraulique

Les modèles numériques en hydrologie et en hydraulique Les modèles numériques en hydrologie et en hydraulique V. Guinot Université Montpellier 2 Maison des Sciences de l Eau 34095 Montpellier Cedex 5 guinot@msem.univ-montp2.fr 1. L hydrologie et l hydraulique

Plus en détail

GÉOTHERMIE PROFONDE EN SUISSE: ÉTAT DE DÉVELOPPEMENT, PERSPECTIVES

GÉOTHERMIE PROFONDE EN SUISSE: ÉTAT DE DÉVELOPPEMENT, PERSPECTIVES CENTRE DE COMPÉTENCE SUISSE EN GÉOTHERMIE PROFONDE POUR LA PRODUCTION D ÉLECTRICITÉ ET DE CHALEUR GÉOTHERMIE PROFONDE EN SUISSE: ÉTAT DE DÉVELOPPEMENT, PERSPECTIVES POWERTAGE, ZURICH, 5 JUIN 2014 D r PETER

Plus en détail

Journées LABEX. Réseau sismologique de surface à Rittershoffen pour ECOGI

Journées LABEX. Réseau sismologique de surface à Rittershoffen pour ECOGI Journées LABEX Réseau sismologique de surface à Rittershoffen pour ECOGI 29 novembre 2012 Plan I. PRESENTATION DU RESEAU DE RITTERSHOFFEN II. CONVENTIONS III. ANALYSE DES DONNEES EN TEMPS REEL IV. POINT

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

Hydrothermalisme et géothermie en France

Hydrothermalisme et géothermie en France Hydrothermalisme et géothermie en France Les sources hydrothermales en France Principale origine de ces ressources hydrothermales Le temps de transfert peut être relativement long, se chiffre en dizaines

Plus en détail

METHODS FOR HELPING DECISION-MAKING IN PROJECTS

METHODS FOR HELPING DECISION-MAKING IN PROJECTS METHODS FOR HELPING DECISION-MAKING IN PROJECTS Franck MARLE Ecole Centrale Paris, Laboratoire Génie Industriel marle@pl.ecp.fr Jean-Claude BOCQUET Ecole Centrale Paris, Laboratoire Génie Industriel pl@ecp.fr

Plus en détail

Rapport du président du jury

Rapport du président du jury 1 IRA de LILLE Rapport du président du jury Concours 2013 Le registre des inscriptions ayant été ouvert en novembre 2013, le concours 2013/2014, dont les épreuves écrites et orales ont eu lieu en 2014,

Plus en détail

Les compresseurs Scroll dédiés aux applications de réfrigération

Les compresseurs Scroll dédiés aux applications de réfrigération Les compresseurs Scroll dédiés aux applications de réfrigération Le compresseur est le cœur de toute installation de froid à compression. Il aspire les vapeurs du fluide frigorigène à partir d un niveau

Plus en détail

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Introduction La présente fiche traite du risque d explosion susceptible d

Plus en détail

Le pilote de Soultz : une expérience grandeur nature en roches fracturées

Le pilote de Soultz : une expérience grandeur nature en roches fracturées Le pilote de Soultz : une expérience grandeur nature en roches fracturées Albert Genter, Directeur Scientifique GEIE Exploitation Minière de la Chaleur genter@soultz.net Colloque 07 juin 2012, Pars La

Plus en détail

Géothermie de minime importance Eléments de présentation de la nouvelle réglementation (11/06/2015)

Géothermie de minime importance Eléments de présentation de la nouvelle réglementation (11/06/2015) Géothermie de minime importance Eléments de présentation de la nouvelle réglementation (11/06/2015) J.-C. MARTIN, P. DURST, F. JAUDIN avec la collaboration du Ministère de l Ecologie, du Développement

Plus en détail

8 Raisons pour lesquelles le Concept des Optimiseurs de Puissance est meilleur

8 Raisons pour lesquelles le Concept des Optimiseurs de Puissance est meilleur 8 Raisons pour lesquelles le Concept des Optimiseurs de Puissance est meilleur Les Micros Onduleurs et les Optimiseurs de Puissance Comparaison Technique DEUX APPROCHES SIMILAIRES L'électronique au niveau

Plus en détail

Exigences pour la certification de mouvements et de montres mécaniques résistant aux champs magnétiques de 1,5 T (15 000 G)

Exigences pour la certification de mouvements et de montres mécaniques résistant aux champs magnétiques de 1,5 T (15 000 G) Institut fédéral de métrologie METAS METAS-N001 Exigences pour la certification de mouvements et de montres mécaniques résistant aux champs magnétiques de 1,5 T (15 000 G) Numéro du document: METAS-N001/f

Plus en détail

(bicarbonates ) et CO 3

(bicarbonates ) et CO 3 2/ Les eaux gazeuses LE SYSTÈME CARBONATE est l'ensemble formé par trois types de composés chimiques, qui sont : - dans l'atmosphère : le gaz carbonique (CO2) ; - dans l'eau : les composés de l'acide carbonique

Plus en détail

ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007

ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007 ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007 Peuplements mélangés, modalités, perspectives La diversité des exigences des essences pour la lumière, l eau et les éléments minéraux, nécessite toutefois de prendre

Plus en détail

Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz

Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz Fiche technique Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz 2 5 6 7 Connaître Réseau d eau froide Réseau d eau chaude Réseau de gaz Regarder Réseau d eau Entretenir & améliorer Contrat d'entretien Remplacement

Plus en détail

I. L évolution des caractéristiques des chaînes de montagnes

I. L évolution des caractéristiques des chaînes de montagnes T H E M E 1 : L A T E R R E D A N S L U N I V E R S, L A V I E, L E V O L U T I O N D U V I V A N T P A R T I E 2 : G E O D Y N A M I Q U E D U D O M A I N E C O N T I N E N T A L C H A P I T R E 11 :

Plus en détail

Exploitation de la micro-sismique pour le monitoring de la fracturation Etude de faisabilité

Exploitation de la micro-sismique pour le monitoring de la fracturation Etude de faisabilité المعهد الجزاي ري للبترول INSTITUT ALGERIEN DU PETROLE JOURNEES D ETUDES TIGHT & SHALE RESERVOIRS 17-18 Septembre 2013 Sheraton, Alger Exploitation de la micro-sismique pour le monitoring de la fracturation

Plus en détail

Gaz de schistes Gaz de roche mère Gaz de Shale Gaz non conventionnels Bruno Goffé

Gaz de schistes Gaz de roche mère Gaz de Shale Gaz non conventionnels Bruno Goffé Gaz de schistes Gaz de roche mère Gaz de Shale Gaz non conventionnels Bruno Goffé Affleurement de couches contenant du gaz de schiste (Fontaine ardente de Gua dans le Dauphiné) Terminologie Schiste, shale,

Plus en détail

PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE

PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE 1/14 DIRECTION DE LA SECURITE ET DU CABINET PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE ARRÊTÉ PRÉFECTORAL n IAL- 13112-03 modifiant l arrêté n IAL- 13112-02 du 20 aout 2010 relatif à l état des risques naturels et technologiques

Plus en détail

Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés

Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés Le chapitre précédent a montré la réalité de la tectonique des plaques et notamment la création permanente de lithosphère nouvelle dans l axe des dorsales océaniques.

Plus en détail

L utilisation des technologies numériques à l école : le point de vue des élèves Résultats du sondage n=252 Janvier 2016.

L utilisation des technologies numériques à l école : le point de vue des élèves Résultats du sondage n=252 Janvier 2016. Introduction Ce sondage fait partie du processus consultatif et participatif du Pacte pour un Enseignement d'excellence. Il a été réalisé entre septembre 2015 et janvier 2016 à partir d'un questionnaire

Plus en détail

La géothermie profonde de nouvelle génération en France : recherches et développements

La géothermie profonde de nouvelle génération en France : recherches et développements La géothermie profonde de nouvelle génération en France : recherches et développements C. Dezayes en collaboration avec R. Vernier, S. Gentier, B. Sanjuan Géoressources / Division Géothermie FRQNT - Québec

Plus en détail

Outils de gestion de l irrigation

Outils de gestion de l irrigation L EAU, SOURCE DE QUALITÉ ET DE RENDEMENT Le vendredi 10 février 2006, Hôtel Mortagne, Boucherville Outils de gestion de l irrigation Jean CARON, professeur Physique et hydrodynamique des sols Université

Plus en détail

La circulation à la surface des océans

La circulation à la surface des océans La circulation océanique La surface des océans n est jamais immobile. Un transport de colossales quantités d eau et d énergie s opère à travers un système de circulation à l échelle du globe. Les courants

Plus en détail

Le séisme de Concepcion, Chili, du 27 février 2010 - Le point sur les informations scientifiques

Le séisme de Concepcion, Chili, du 27 février 2010 - Le point sur les informations scientifiques Le séisme de Concepcion, Chili, du 27 février 2010 - Le point sur les informations scientifiques Le 28-février-2010 Christophe Vigny Directeur de recherches au CNRS Laboratoire de Géologie de l ENS, UMR8538

Plus en détail

Lowering the bar : options pour que l industrie automobile parvienne à 80g CO 2 /km (3l/100 km) d ici 2020 en Europe

Lowering the bar : options pour que l industrie automobile parvienne à 80g CO 2 /km (3l/100 km) d ici 2020 en Europe Note d information - 20 mai 2010 Lowering the bar : options pour que l industrie automobile parvienne à 80g CO 2 /km (3l/100 km) d ici 2020 en Europe Une étude du Centre de recherche sur l industrie automobile

Plus en détail

Dossier Technique #1 Les Mousses Extinctrices

Dossier Technique #1 Les Mousses Extinctrices Dossier Technique #1 Les Mousses Extinctrices INDEX Défintion Moyens et Mise en oeuvre Action Anti feu Cas d Emploi Classique de la mousse Le taux d application Classification des Emulseurs Viscosité Foisonnement

Plus en détail

La géothermie profonde EGS en Alsace aujourd hui. Module «Géothermie»

La géothermie profonde EGS en Alsace aujourd hui. Module «Géothermie» La géothermie profonde EGS en Alsace aujourd hui Module «Géothermie» Jean Schmittbuhl EOST (UdS/CNRS) LabEx G-eau-thermie Profonde Chaire industrielle Géthermie Profonde 12/04/2015 Conférence Musée du

Plus en détail

Estimations et modélisations des niveaux de champs. électromagnétiques

Estimations et modélisations des niveaux de champs. électromagnétiques Estimations et modélisations des niveaux de champs électromagnétiques dans le cadre d une démarche d information et de concertation entre les opérateurs de téléphonie mobile, les collectivités et la population

Plus en détail

Etudes, Actuariat et statistiques

Etudes, Actuariat et statistiques Etudes, Actuariat et statistiques Mots clés Pension de réversion IRCANTEC Octobre 2014 Résumé L Institution de retraite complémentaire des agents non titulaires de l Etat et des collectivités publiques

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Ce guide vous aidera à en savoir plus et vous donnera peut-être l envie d en installer un chez vous [1] Mise à jour le 06/04/2008

Ce guide vous aidera à en savoir plus et vous donnera peut-être l envie d en installer un chez vous [1] Mise à jour le 06/04/2008 Un système de rafraîchissement hérité des romains est sorti de l'oubli : on l'appelle puits canadien quand il sert à préchauffer l'air extérieur l'hiver, puits provençal quand il sert à rafraîchir l'été,

Plus en détail

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé Evaluation du Climat des investissements à Madagascar Résumé Qu est-ce que le climat des investissements et en quoi est-il important? Le climat des investissements est défini en termes opérationnels comme

Plus en détail

Rapport annuel sur la Qualité de l Électricité

Rapport annuel sur la Qualité de l Électricité Rapport annuel sur la Qualité de l Électricité Résultats 2012 1. Préambule Ce rapport annuel fait partie des publications relatives à la concession du Réseau Public de Transport (RPT) 1. Qualité de l électricité

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse. Nicolas Merigeau NewCap. Tél. : 01 44 71 94 98 nmerigeau@newcap.fr

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse. Nicolas Merigeau NewCap. Tél. : 01 44 71 94 98 nmerigeau@newcap.fr DOSSIER DE PRESSE COGENTEC, http://www.cogentec.fr, entreprise française spécialisée dans la distribution de solutions de cogénération pour les particuliers et les professionnels, annonce aujourd hui le

Plus en détail

PipePatrol. Système de détection et de localisation de fuites

PipePatrol. Système de détection et de localisation de fuites PipePatrol Système de détection et de localisation de fuites Le système de détection de fuite interne le plus sensible disponible Fiabilité exceptionnelle grâce à la «reconnaissance des signatures de fuite»

Plus en détail

RÈGLEMENT CO-2015-872 ADOPTANT UN PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE COMPLÉMENTAIRE AU PROGRAMME ACCÈSLOGIS CHAPITRE I DÉFINITIONS

RÈGLEMENT CO-2015-872 ADOPTANT UN PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE COMPLÉMENTAIRE AU PROGRAMME ACCÈSLOGIS CHAPITRE I DÉFINITIONS RÈGLEMENT CO-2015-872 ADOPTANT UN PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE COMPLÉMENTAIRE AU PROGRAMME ACCÈSLOGIS LE CONSEIL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : CHAPITRE I DÉFINITIONS 1. Aux fins d application de ce règlement, les

Plus en détail

COMPTE-RENDU. Comité de quartier Secteur 2 Clémenceau-Kiener. Le vendredi 12 septembre 2014

COMPTE-RENDU. Comité de quartier Secteur 2 Clémenceau-Kiener. Le vendredi 12 septembre 2014 COMPTE-RENDU Comité de quartier Secteur 2 Clémenceau-Kiener Le vendredi 12 septembre 2014 Le deuxième comité de quartier secteur 2 s est déroulé au centre Arago le vendredi 12 septembre en présence d une

Plus en détail

Le nouveau réseau accélérométrique suisse

Le nouveau réseau accélérométrique suisse Le nouveau réseau accélérométrique suisse Carte du réseau accélérométrique suisse en 2019. En bleu : 30 stations installées dans la première phase du projet (2009 2013). En rouge : 70 stations prévues

Plus en détail

07 Mesurage des appareils de correction auditive

07 Mesurage des appareils de correction auditive 07 Mesurage des appareils de correction auditive Sommaire 1. Introduction... 1 1.1. Evaluation subjective:... 1 1.2. Mesurage objectif:... 2 2. Pourquoi faire des mesurages objectifs?... 2 2.1. Fabricant...2

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

Perspectives de la géothermie en France et focus sur les opérations de géothermie profonde en Alsace.

Perspectives de la géothermie en France et focus sur les opérations de géothermie profonde en Alsace. Perspectives de la géothermie en France et focus sur les opérations de géothermie profonde en Alsace. Übersicht der Projekte in Frankreich. Fokus Elsass C. Dezayes, R. Vernier, B. Sanjuan et al. Division

Plus en détail

TEPZZ 6798_8A_T EP 2 679 818 A1 (19) (11) EP 2 679 818 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: F04B 1/22 (2006.01)

TEPZZ 6798_8A_T EP 2 679 818 A1 (19) (11) EP 2 679 818 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: F04B 1/22 (2006.01) (19) TEPZZ 6798_8A_T (11) EP 2 679 818 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 01.01.2014 Bulletin 2014/01 (51) Int Cl.: F04B 1/22 (2006.01) (21) Numéro de dépôt: 13172383.5 (22) Date

Plus en détail

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 janvier 2011-9 h 30 «Prolongation d'activité, liberté de choix et neutralité actuarielle : décote, surcote et cumul emploi retraite» Document N

Plus en détail

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle par B. Ahier* La radioexposition professionnelle dans le parc mondial de centrales nucléaires n a cessé de diminuer depuis le début

Plus en détail

2/Focalisation des lasers

2/Focalisation des lasers 2/Focalisation des lasers L utilisation d un laser à distance élevé est donc inutile car la divergence du faisceau est non négligeable. L intérêt d un laser est sa capacité à transporter de l énergie dans

Plus en détail

Atelier 3. Investigations Complémentaires. Observatoire Régional DT/DICT Auvergne. Manifestation du 24 septembre 2014

Atelier 3. Investigations Complémentaires. Observatoire Régional DT/DICT Auvergne. Manifestation du 24 septembre 2014 Atelier 3 Investigations Complémentaires Observatoire Régional DT/DICT Auvergne Manifestation du 24 septembre 2014 Loriane Roussel - FNEDRE Aurélie Georges Coudoin FRTP Auvergne Hervé De Stefano FNEDRE/CSNGT

Plus en détail

Baromètre emploi-formation régional 2015

Baromètre emploi-formation régional 2015 Observatoire régional des métiers du sanitaire et du social Baromètre emploi-formation régional 2015 Professionnels de l intervention éducative octobre 2015 Activité : quelles sont les perspectives d évolution

Plus en détail

LA QUALITÉ DE L AIR EN 2011 À ÉVRY. Juillet 2012

LA QUALITÉ DE L AIR EN 2011 À ÉVRY. Juillet 2012 LA QUALITÉ DE L AIR EN 2011 À ÉVRY Juillet 20 LA QUALITE DE L'AIR A EVRY EN 2011 COMPLEMENT A LA QUALITE DE L'AIR EN ESSONNE 1. INTRODUCTION La station de surveillance de la qualité de l air d Evry a été

Plus en détail

Ordre de mission. Collège d Indre & Loire. Ref. : 37-02154N

Ordre de mission. Collège d Indre & Loire. Ref. : 37-02154N Sismologie UN PEU D'HISTOIRE DES SCIENCES... (...) C est un Chinois, l inventeur Zhang Heng, qui créa le premier sismographe en 132. Utilisant le principe du pendule, ce sismographe se présentait sous

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Accident nucléaire de FUKUSHIMA Daiichi Point de la situation en mars 2015

Accident nucléaire de FUKUSHIMA Daiichi Point de la situation en mars 2015 Mars 2015 Accident nucléaire de FUKUSHIMA Daiichi Point de la situation en mars 2015 Ce document est basé sur les informations rendues publiques sur la situation de la centrale de Fukushima Daiichi. I.

Plus en détail

Approche technicoéconomiques. des pratiques respectueuses. de l environnement

Approche technicoéconomiques. des pratiques respectueuses. de l environnement Station Régionale ITV Midi-Pyrénées Approche technicoéconomiques des pratiques respectueuses de l environnement 40 - Viticulture durable et environnement - Décembre 2007 Station Régionale ITV Midi-Pyrénées

Plus en détail

RÉSUMÉ 9. Résumé. Le concept de la «demande» appliqué à l éducation

RÉSUMÉ 9. Résumé. Le concept de la «demande» appliqué à l éducation RÉSUMÉ 9 Résumé Le concept de la «demande» appliqué à l éducation La demande est rapidement devenue une partie importante du discours sur la réforme éducative dans le monde entier. C est un concept controversé.

Plus en détail

Rapport de l ANFR sur les expérimentations concernant la compatibilité TNT/LTE autour de 790 MHz

Rapport de l ANFR sur les expérimentations concernant la compatibilité TNT/LTE autour de 790 MHz Rapport de l ANFR sur les expérimentations concernant la compatibilité TNT/LTE autour de 790 MHz 1. Introduction Afin de compléter les études de compatibilité entre la bande numérique télévisuelle et la

Plus en détail

Impacts environnementaux et géothermie profonde sur le site de Soultz-sous-Forêts

Impacts environnementaux et géothermie profonde sur le site de Soultz-sous-Forêts Impacts environnementaux et géothermie profonde sur le site de Soultz-sous-Forêts CUENOT Nicolas SPPPI Séminaire transrhénan Géothermie Profonde GEIE Exploitation Minière de la Chaleur Route de Soultz

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

Programme de reconnaissance de produits

Programme de reconnaissance de produits Association canadienne des ergothérapeutes Programme de reconnaissance de produits Rapport d évaluation des modèles de monte-escaliers Siena, Starla, Scout et Sadler de la compagnie Stannah Publié au www.caot/productrecognition

Plus en détail

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013)

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) 1 CONCERTATION POUR LE PROJET DE RECONSTRUCTION DE LA LIGNE DE GRAND TRANSPORT D ELECTRICITE ENTRE ARRAS ET LILLE RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) RAPPEL Le débat public pour ce projet dont

Plus en détail

CTAexklusiv. Nous construisons votre pièce unique. Swiss. Quality

CTAexklusiv. Nous construisons votre pièce unique. Swiss. Quality CTAexklusiv Nous construisons votre pièce unique. Swiss Quality CTAexklusiv Expériences Siège principal de CTA à Münsingen CTAexklusiv désigne des installations produites par CTA qui couvrent la totalité

Plus en détail

Bien connaître le tarif Vert

Bien connaître le tarif Vert Bien connaître le tarif Vert http://corse.edf.com Comment se présente le tarif vert A5 1 Plusieurs versions tarifaires Courtes utilisations Moyennes utilisations Longues utilisations mais une structure

Plus en détail

DETECTION DES RESEAUX ENTERRES

DETECTION DES RESEAUX ENTERRES 1, rue de la Terre de Feu 91940 Les Ulis Tel : 01 69 28 37 19 Fax : 01 69 82 92 79 DETECTION DES RESEAUX ENTERRES Sommaire ANNEXE : DETECTION DES RESEAUX... 1 DETECTION ELECTROMAGNETIQUE (DEM).... 1 Le

Plus en détail

DOCUMENTS D'APPEL D'OFFRES SOUS-SECTION 6.35 INJECTION

DOCUMENTS D'APPEL D'OFFRES SOUS-SECTION 6.35 INJECTION DOCUMENTS D'APPEL D'OFFRES SECTION 6 CONDITIONS TECHNIQUES NORMALISÉES TABLE DES MATIÈRES PAGE... 1 6.35.1 GÉNÉRALITÉS... 1 6.35.2 NORMES DE RÉFÉRENCE... 1 6.35.3 MATÉRIAUX... 1 6.35.4 INSPECTION ET ENTREPOSAGE...

Plus en détail

Édition Suisse 2016. Liste de prix prestations de service. Un service après-vente sur mesure pour les pompes et les systèmes.

Édition Suisse 2016. Liste de prix prestations de service. Un service après-vente sur mesure pour les pompes et les systèmes. Édition Suisse 2016 Liste de prix prestations de service. Un service après-vente sur mesure pour les pompes et les systèmes. 02 Liste de prix prestations de service Un service après-vente sur mesure. Vous

Plus en détail

Le Service Sismologique Suisse (SED)

Le Service Sismologique Suisse (SED) Le Service Sismologique Suisse (SED) Histoire et mission du SED Le Service Sismologique Suisse enregistre en moyenne deux séismes par jour. Environ dix par an sont suffisamment forts pour pouvoir être ressentis

Plus en détail

GUIDE D ANIMATION PÉDAGOGIQUE DU DIAPORAMA SUR LES INÉGALITÉS SOCIALES DE SANTÉ

GUIDE D ANIMATION PÉDAGOGIQUE DU DIAPORAMA SUR LES INÉGALITÉS SOCIALES DE SANTÉ GUIDE D ANIMATION PÉDAGOGIQUE DU DIAPORAMA SUR LES INÉGALITÉS SOCIALES DE SANTÉ Une production du 2009 Réseau de recherché en santé des populations du Québec TABLE DES MATIÈRES Contexte...3 1. But poursuivi

Plus en détail

Flash Point : Fire Rescue. Extreme Danger. (Un jeu coopératif de Kevin Lanzing)

Flash Point : Fire Rescue. Extreme Danger. (Un jeu coopératif de Kevin Lanzing) Flash Point : Fire Rescue Extreme Danger (Un jeu coopératif de Kevin Lanzing) "Extreme Danger" est une extension pour "Flash Point : Fire Rescue". Sont inclus dans cette extension deux nouveaux plateaux

Plus en détail

INSA de Strasbourg Résumé Génie Mécanique (EI) Master Automotive Product Engineering

INSA de Strasbourg Résumé Génie Mécanique (EI) Master Automotive Product Engineering INSA de Strasbourg Résumé Génie Mécanique (EI) Master Automotive Product Engineering Hoffmann Sébastien Septembre 2012 1. Introduction De nombreuses contraintes sont apparues ces dernières années. Les

Plus en détail

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Lancement de la 1 ère chaire industrielle en géothermie profonde le 4 avril 2014

DOSSIER DE PRESSE. Lancement de la 1 ère chaire industrielle en géothermie profonde le 4 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE Lancement de la 1 ère chaire industrielle en géothermie profonde le 4 avril 2014 SOMMAIRE La géothermie profonde, une énergie d avenir... 3 } Les différents types de géothermie, de la

Plus en détail

De l'eau des rivières à l'eau du robinet.

De l'eau des rivières à l'eau du robinet. De l'eau des rivières à l'eau du robinet. Pour être en bonne santé, l homme doit consommer 1,5 litre d eau chaque jour. Encore faut-il que cette eau soit d une qualité satisfaisante. L eau est dite potable

Plus en détail

Fiche de sensibilisation Maintenance des installations solaires

Fiche de sensibilisation Maintenance des installations solaires Fiche de sensibilisation Maintenance des installations solaires L atteinte des objectifs d économie d énergie et de réduction des gaz à effet de serre doit passer par l installation d équipements performants,

Plus en détail

LA PROTECTION INCENDIE

LA PROTECTION INCENDIE Roger Cadiergues MémoCad ma35.a LA PROTECTION INCENDIE SOMMAIRE ma35.1. La protection incendie ma35.2. Les composants de la protection incendie ma35.3. L organisation du compartimentage ma35.4. Les concepts

Plus en détail

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL Dans le cadre du projet d aménagement de la liaison routière RN126 Castres-Soual, la Direction Départementale de l Equipement

Plus en détail

1. Celui qui engage les travaux dans son lieu d habitation principale, soit le propriétaire, le locataire ou l occupant à titre gratuit.

1. Celui qui engage les travaux dans son lieu d habitation principale, soit le propriétaire, le locataire ou l occupant à titre gratuit. Crédit d impôt, ce qui change en 2010 L Etat s est engagé à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à valoriser de plus en plus les énergies renouvelables pour moins polluer et mieux consommer

Plus en détail

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES De quoi s agit-il? La mesure des risques discriminatoires dans les carrières professionnelles au sein d une organisation présente des difficultés.

Plus en détail

Vanne d équilibrage automatique (motorisable) AB-QM

Vanne d équilibrage automatique (motorisable) AB-QM Vanne d équilibrage automatique (motorisable) AB-M Description La vanne AB-M est un limiteur automatique de débit assurant un équilibrage automatique des réseaux. Domaines d application types : Equilibrage

Plus en détail

Les choix en astrophotographie (4) par Alain Kohler

Les choix en astrophotographie (4) par Alain Kohler Les choix en astrophotographie (4) par Alain Kohler 4. Le rapport f/d Le rapport f/d va influencer le temps de pause photographique. 4.a Définition Le rapport d ouverture ou ouverture relative est le quotient

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Africa RiskView. Bulletin Mensuel. Points forts : Introduction. Pluviométrie

Africa RiskView. Bulletin Mensuel. Points forts : Introduction. Pluviométrie Points forts : Pluviométrie : Précipitations médiocres en Afrique de l Ouest Précipitations supérieures à la normale dans certaines régions d Afrique de l Est, notamment à l est du Tchad, au Soudan, au

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

MISE AU POINT DES BRULEURS A GAZ

MISE AU POINT DES BRULEURS A GAZ MISE AU POINT DES BRULEURS A GAZ 1. Analogies fioul-gaz, spécificités des gaz. 2. Des composants différents. 3. Cycle de fonctionnement. 4. Ajustement du débit de gaz. 5. Paramètres d une bonne combustion.

Plus en détail

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Depuis plus d un siècle, les scientifiques étudient les rayonnements invisibles provenant de l Univers. C est ainsi que l on a pu mieux

Plus en détail