Traiter l herpès? Pierre MARES - Renaud de TAYRAC Vincent LETOUZEY - Jean-Marc BOHBOT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traiter l herpès? Pierre MARES - Renaud de TAYRAC Vincent LETOUZEY - Jean-Marc BOHBOT"

Transcription

1 Traiter l herpès? Pierre MARES - Renaud de TAYRAC Vincent LETOUZEY - Jean-Marc BOHBOT

2 Consultations initiales pour herpès génital 1. ARMSTRONG GL,et al. Incidence of herpes simplex virus type 2 infection in the United States. Am J Epidemiol 2001;153:

3 HERPES GENITAL La primo-infection peut également passer inaperçue. Les manifestations cliniques peuvent être très aiguës avec lésions profuses très douloureuses

4 Herpès génital Primo-infection

5 P INF HERPETIQUE

6 RYTHME DES RECURRENCES Très variable, mais on considère que : Environ 40 % des sujets infectés par HSV2 auront jusqu à 6 récurrences /an Et 20 % auront plus de 10 récurrences par an 1 Lafferty WE, Coombs RW, Benedetti J, Critchlow C, Corey L. Recurrences after oral and genital herpes simplex virus infection. Influence of site of infection and viral type. N Engl J Med. 1987;316:

7 NOMBREUSES FORMES TROMPEUSES Lésions étendues Lésions confluentes Fissures Lésions surinfectées Plages érythémateuses prurigineuses

8 DEVANT TOUTE LESION GENITALE RECIDIVANTE Faire une recherche du HSV Sans omettre les sérologies classiques devant toute lésion génitale (VDRL-TPHA et séro VIH)

9 La recherche virale Doit être réalisée le plus tôt possible après le début de la récurrence (dans les 48 premières heures) sous peine de faux négatif. Rédiger l ordonnance : «Recherche de virus herpétique sur lésion génitale»

10 C EST UNE MALADIE VIRALE, SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE ET INCURABLE MALADIE INCURABLE Perte de confiance Conduite d évitement Impression de vie gâchée Caractère inopinée et imprévisible des crises Persistance SEXUELLEMENT Peur de contaminer son ou sa partenaire Détérioration de la vie conjugale TRANSMISSIBLE Crainte du rejet Sentiment de culpabilité ORIGINE VIRALE Vécu anxiogène

11 ETUDE FRANCAISE Population: -150 individus (111 femmes et 39 hommes) -versus population témoin (n=200) Evaluation par Questionnaire QLH et MOS SF-36 TABOULET F et al Quality of life and use of health care among people with genital herpes in France. Acta Derm Venereol Sep;79(5):380-4

12 SUR L INDIVIDU Changement dans la vie sexuelle : 57% Peur d avoir une nouvelle poussée : 50% Difficulté à oublier : 40% Sentiment de déprime : 37% Impression de vie gâchée : 37% Sentiment de honte : 27% SUR LA VIE SOCIALE Manque de confiance en soi : 23% Difficulté à exprimer de l affection : 18% Sentiment d isolement : 7%

13 SUR L ENTOURAGE Peur de transmettre : 64% Peur de déclenchement après les relations sexuelles : 30% Peur du rejet par l entourage : 15% Peur de découverte par l entourage : 13% IMPACT DES DOULEURS Perturbations sur le plan sexuel : 70% Perturbation sur le plan psychologique : 36%

14 RECOMMANDATIONS OFFICIELLES 1 En cas de primo-infection : Valacyclovir : 1 g 2 fois par jour pendant 7 à 10 jrs En cas de récurrence : Valacyclovir : 1 g 2 fois par jour pendant 5 jrs Il est recommandé de débuter le traitement le plus tôt possible, ci-possible pendant les prodromes 1. Centers for Disease Control and Prevention. Sexually transmitted diseases treatment guidelines 2002.MMWR 2002;51(No. RR-6):[12-17]

15 TRAITEMENT SUPPRESSIF En dehors de la réduction du nombre de récidives cliniques, le traitement suppressif réduit également le nombre et la durée des excrétions virales asymptomatiques 1 La réduction du taux de transmission au partenaire indemne est de 48 % 1 (herpès génital) 1 COREY L et al Prevention of herpes simplex virus type 2 transmission with antiviral therapy. Herpes Aug;11 Suppl 3:170A-174A

16 Traitement local (2013) pas utile

17 Histoire des TGO en médecine Utilisation de l huile de chaulmoogra (riche en TGO) en médecine traditionnelle (Inde, Chine) pour le traitement de la lèpre (à la fin du XIX ème siècle)

18 Protocole : Etude CS 21 (Khemis 2013) CS21 = Clareva Gel Etude prospective randomisée et contrôlée, avec investigateur en aveugle Trois groupes de traitement : CS 21 (formulation initiale contenant du paraben, retiré depuis) Aciclovir crème Placebo Traitements attribués selon des listes de randomisation Evaluations : J0, J1 (avant tout traitement), J2 (24h après la 1ère application), J3 (48h après), J8 (7 j après), J15 (14 j après) Khemis A. et al J Eur Acad Derm Vener 2013

19 Critères d évaluation : Etude CS21 (Khemis 2013) Critère principal : score cumulatif de 4 symptômes (douleur, brûlure, démangeaisons et picotements), chaque score étant évalué tous les jours par le patient à l aide d une échelle visuelle analogique (de J1 à J15) Critères secondaires : modifications objectives de la peau (érythème, papules, vésicules, oedème, érosions /ulcérations, croûtes), évaluées par l investigateur par une échelle semi-quantitative (de 0 à 3) délai de cicatrisation, tolérance locale, acceptabilité globale du traitement Khemis A. et al J Eur Acad Derm Vener 2013

20 The Skin

21 McArthur et al. Arch Neurol 1998;55:

22 PHYSIOPATHOLOGIE Le HSV est un virus dermo-neurotrope, c est-à-dire que ses cibles de prédilections sont la peau et le tissu nerveux. L affinité du HSV pour le tissu nerveux explique en grande partie les symptômes douloureux ressentis par les patients au cours de la primo-infection et des récurrences.

23 PHYSIOPATHOLOGIE Les particules virales quittent la lésion dermique et migrent le long des fibres nerveuses jusqu au ganglion sensitif latéro-médullaire. Au niveau cellulaire, la propagation virale se fait de cellule à cellule, contournant ainsi l immunité circulante. Les cellules infectées des couches moyennes et basales de l épiderme se lysent (vésicule).

24 CRITERE PRINCIPAL de l étude Clareva TM Gel /cs21 (Khemis 2013) Score cumulatif des 4 symptômes subjectifs La somme des scores est significativement inférieure dans le groupe CS 21 / aciclovir et placebo, alors que les scores initiaux ne sont pas différents. - 53% après 24 h Khemis A. et al J Eur Acad Derm Vener 2013 Etude Clareva TM Ge/cs21 (Khemis 2013) Score de douleur Le score de douleur est significativement plus bas dans le groupe CS21 dès le 1er jour CS21 = Clareva Gel TM - 69 % après 24 h Khemis A. et al J Eur Acad Derm Vener 2013

25 Etude CS 21 (Khemis 2013) Score de brûlures CS21 = Clareva Gel TM - 59% après 24 h Khemis A. et al J Eur Acad Derm Vener 2013

26 Etude Clareva TM Gel/csé& (Khemis 2013) Score de prurit CS21 = Clareva Gel TM - 44% après 24 h Khemis A. et al J Eur Acad Derm Vener 2013 Etude Clareva TM Ge/cs21 (Khemis 2013) Score d œdème Etude Clareva TM Gel/cs21 (Khemis 2013) Score d érythème 2,5 2, ,5 1 * Clareva Placebo Zovirax 1,5 1 Clareva Placebo Zovirax 0,5 * 0,5 0 Day 1 Day 2 Day 3 Day 8 Day 15 0 Day 1 Day 2 Day 3 Day 8 Day 15 * p<0,005 Data on file * p<0,005 Data on file

27

GUIDE PRATIQUE N 1 HERPES ASSOCIATION HERPES. Agissons contre l herpès

GUIDE PRATIQUE N 1 HERPES ASSOCIATION HERPES. Agissons contre l herpès GUIDE PRATIQUE N 1 HERPES ASSOCIATION HERPES Agissons contre l herpès L Herpès : une maladie très répandue En France, on estime qu environ 10 millions de personnes sont porteuses du virus de l herpès à

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA GALE. Traitement local par Ascabiol :

TRAITEMENT DE LA GALE. Traitement local par Ascabiol : Logo CHU Clinique Dermatologique Tél 02 40 08 31 16 Fax :02 40 08 31 17 TRAITEMENT DE LA GALE Rédaction : Dr M. Wourch Proposition de schéma thérapeutique dans le cas d une gale Traitement local par Ascabiol

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

généralités Infections à Herpès virus généralités généralités généralités Virus:

généralités Infections à Herpès virus généralités généralités généralités Virus: généralités Infections à Herpès virus Virus: S. Nguyen 03/2005 multiplication intracellulaire taille: nanomètre pls composants: -acide nucléique (ADN, ARN) -capside -enveloppe ou non généralités herpès

Plus en détail

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Date unique de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Cet appel à projets est ouvert aux centres hospitaliers du secteur public,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE N 4 HERPES DU VISAGE. Bouche Nez Yeux ASSOCIATION HERPES. Agissons contre l herpès

GUIDE PRATIQUE N 4 HERPES DU VISAGE. Bouche Nez Yeux ASSOCIATION HERPES. Agissons contre l herpès GUIDE PRATIQUE N 4 HERPES DU VISAGE Bouche Nez Yeux ASSOCIATION HERPES Agissons contre l herpès L Herpès est une ma On estime qu en France, 10 millions de personnes sont porteuses du virus de l herpès

Plus en détail

Connaître son statut sérologique pour VHS-1,2: Un droit fondamental pour Homo sapiens sexualis?

Connaître son statut sérologique pour VHS-1,2: Un droit fondamental pour Homo sapiens sexualis? Connaître son statut sérologique pour VH-1,2: Un droit fondamental pour Homo sapiens sexualis? Les Journées l Actuel, 3 Octobre 2014 Dr Marco Andres Bergevin, MD, FRCPC Microbiologiste médical et Infectiologue

Plus en détail

LA GALE. Réunion du Réseau des HAD SSIAD IDE Libéraux. ARLIN Midi-Pyrénées CCLIN Sud-Ouest

LA GALE. Réunion du Réseau des HAD SSIAD IDE Libéraux. ARLIN Midi-Pyrénées CCLIN Sud-Ouest LA GALE Réunion du Réseau des HAD SSIAD IDE Libéraux ARLIN Midi-Pyrénées CCLIN Sud-Ouest Jeudi 11 juin 2015 LE SARCOPTE DE LA GALE Définition Parasite de l ordre des acariens qui vit dans l épiderme humain

Plus en détail

Comprendre. son Psoriasis du Cuir Chevelu

Comprendre. son Psoriasis du Cuir Chevelu Comprendre son Psoriasis du Cuir Chevelu Vous avez un psoriasis du cuir chevelu ou une personne de votre entourage en est atteinte. Cette brochure vous est destinée. Grâce aux informations transmises,

Plus en détail

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Jade GHOSN Laboratoire de Virologie CHU Necker-Enfants Malades EA MRT 3620 Paris 5 Réservoirs anatomiques du VIH:

Plus en détail

De quoi parlons nous?

De quoi parlons nous? De quoi parlons nous? 1 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière grippale humaine H5N1 aviaire H1N1 H2N2 H3N2 H5N1 2 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière

Plus en détail

HERPES GÉNITAL ET AUTRES IST

HERPES GÉNITAL ET AUTRES IST GUIDE PRATIQUE N 3 HERPES GÉNITAL ET AUTRES IST ASSOCIATION HERPES Agissons contre l herpès Herpès génital et au Quand on parle d Infections Sexuellement Transmissibles, on pense immédiatement au Sida.

Plus en détail

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L herpès est une infection systémique qui se manifeste surtout par des lésions muco-cutanées causées par le virus herpès simplex des types 1 et 2. Ne sera abordé

Plus en détail

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE SAINT-LEGER MélanieM Réunion inter-régionale de Réanimation R MédicaleM PLAN Efficacité & essais cliniques

Plus en détail

PATHOLOGIES DE LA PEAU CHEZ. Joëlle OTZ

PATHOLOGIES DE LA PEAU CHEZ. Joëlle OTZ PATHOLOGIES DE LA PEAU CHEZ Joëlle OTZ SOMMAIRE Introduction Examen dermatologique Cas cliniques INTRODUCTION médecine générale est telle que seules les plus fréquente seront traitées dans ce diaporama

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

Diarrhée à Rotavirus MS. IFMT, Sémin.Diarrhées-sept 1 2003

Diarrhée à Rotavirus MS. IFMT, Sémin.Diarrhées-sept 1 2003 Diarrhée à Rotavirus 1 Rotavirus : Épidémiologie Virus ubiquitaire, découvert en 1973 Touche adultes et enfants ; surtout E Agent n 1 de diarrhée aiguë sévère de l enfant < 5 ans Transmission feco-orale,

Plus en détail

Comprendre. son Psoriasis du Cuir Chevelu

Comprendre. son Psoriasis du Cuir Chevelu Comprendre son Psoriasis du Cuir Chevelu Vous avez un psoriasis du cuir chevelu ou une personne de votre entourage en est atteinte. Cette brochure vous est destinée. Grâce aux informations transmises,

Plus en détail

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Informations à l intention des patients souffrant de lombosciatique AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Pour toute information complémentaire, consultez le site www.douleurnonidentifiee.com Vous êtes peut-être

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

Virus de l hépatite B

Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Persistance de l antigène HBs 10% - 90% Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B faible ou absente Persistance

Plus en détail

1. Le psoriasis, une maladie pas comme les autres

1. Le psoriasis, une maladie pas comme les autres 1. Le psoriasis, une maladie pas comme les autres une dermatose érythémato-squameuse pas si simple toutes les localisations sont possibles vraiment toutes peut être très grave Par son extension Par sa

Plus en détail

Bulletin traitement. Le VPH et le VIH. Fondation des personnes de Toronto atteintes du sida

Bulletin traitement. Le VPH et le VIH. Fondation des personnes de Toronto atteintes du sida Fondation des personnes de Toronto atteintes du sida Bulletin traitement Le VPH et le VIH Juin 2010 Avis aux lecteurs Le programme de ressources et de traitements de la Fondation PWA offre des ressources

Plus en détail

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Hypertension artérielle et démences Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Classification des démences Neurology 2009;72:368 374 Newer representation of the overlap and relative distribution of dementia

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

Exemple d utilisation de nouvelles technologies pour réaliser l IPPAP Protocole de la région de Montréal

Exemple d utilisation de nouvelles technologies pour réaliser l IPPAP Protocole de la région de Montréal Exemple d utilisation de nouvelles technologies pour réaliser l IPPAP Protocole de la région de Montréal 9 avril 2014 Colloque MI et ITSS - Québec Geneviève Boily, inf. M.Sc. Direction de santé publique

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Indications de la césarienne programmée à terme

Indications de la césarienne programmée à terme Indications de la césarienne programmée à terme Janvier 2012 Quelles sont les indications de la césarienne programmée? Utérus cicatriciel Transmissions mère-enfant d infections maternelles Grossesse gémellaire

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

Etude des prescriptions d isotrétinoïne orale en France

Etude des prescriptions d isotrétinoïne orale en France Etude Etude des prescriptions d isotrétinoïne orale en France Période 2007-2013 Liste des abréviations Afssaps ATB AMM ANSM EGB RCP Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé Antibiotique(s)

Plus en détail

Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris

Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris Conflits d intérêt Pour la communication présentée: Bénéfice d un des auteurs par une firme : - Soit directement

Plus en détail

TRAITEMENT MEDICAL AMBULATOIRE DE LA GEU

TRAITEMENT MEDICAL AMBULATOIRE DE LA GEU Journée du Réseau Gard-Lozère Juin 2005 TRAITEMENT MEDICAL AMBULATOIRE DE LA GEU R de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique CHU Carémeau, Nîmes Données épidémiologiques 2004 Incidence : 2 GEU pour

Plus en détail

La gale DOSSIER. 2.1. Mesures préventives lors des soins à une personne atteinte

La gale DOSSIER. 2.1. Mesures préventives lors des soins à une personne atteinte Référence Référence : : Version : Date : La gale DOSSIER Sommaire : 1. Ce qu il faut savoir 1.1. Comment se manifeste la gale? 1.2. Comment se traiter? Traitement corporel Traitement du linge et autres

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

La Gale. Dr N. Contet-Audonneau. 26/09/2010 Dr N Contet-Audonneau Cours IST

La Gale. Dr N. Contet-Audonneau. 26/09/2010 Dr N Contet-Audonneau Cours IST La Gale Dr N. Contet-Audonneau 1 Définition Dermatose contagieuse due à un acarien Sarcoptes scabiei variété hominis Fréquente Cosmopolite Prurigineuse 2 La gale 300 millions de personnes/an dans le monde

Plus en détail

Herpès simplex virus. Agent viral. Épidémiologie. Physiopathologie

Herpès simplex virus. Agent viral. Épidémiologie. Physiopathologie Herpès simplex virus L herpès est une maladie vésiculeuse cutanéo-muqueuse très fréquente, souvent considérée comme banale mais dont les conséquences peuvent être sévères. Cette pathologie est causée par

Plus en détail

Conduite à tenir devant une suspicion ou un cas de grippe A(H1N1) chez un professionnel de santé en établissement de santé 16 septembre 2009

Conduite à tenir devant une suspicion ou un cas de grippe A(H1N1) chez un professionnel de santé en établissement de santé 16 septembre 2009 Conduite à tenir devant une suspicion ou un cas de grippe A(H1N1) chez un professionnel de santé en établissement de santé 16 septembre 2009 Consensus des CCLIN (http://www.cclin-france.fr/) Cette conduite

Plus en détail

Les clés de la maladie de Verneuil

Les clés de la maladie de Verneuil Adresses utiles pour plus d informations : Association Française pour la Recherche sur l Hidrosadénite (AFRH) 772 avenue du Professeur Louis Ravas 34080 Montpellier http://www.afrh.fr - http://ados.afrh.fr

Plus en détail

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se Le psoriasis est une maladie fréquente Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se traduit le plus souvent par des plaques rouges sur la peau, légèrement surélevées

Plus en détail

Psoriasis & Sport. Pour un meilleur accès des personnes psoriasiques aux activités sportives. Qui le psoriasis touche-t-il?

Psoriasis & Sport. Pour un meilleur accès des personnes psoriasiques aux activités sportives. Qui le psoriasis touche-t-il? Psoriasis, let s sport together! Psoriasis & Sport Pour un meilleur accès des personnes psoriasiques aux activités sportives Qui le psoriasis touche-t-il? On estime que 2 à 3 % de la population belge est

Plus en détail

«Diagnostic différentiel : S agit-il de l herpès ou d un aphte?»

«Diagnostic différentiel : S agit-il de l herpès ou d un aphte?» volume 3 numéro 1 15 février 2002 «Diagnostic différentiel : S agit-il de l herpès ou d un aphte?» Résumé La stomatite aphteuse récurrente et l herpès buccal récurrent sont les deux cas de lésions buccales

Plus en détail

L'hépatite C dans les communautés ethnoculturelles au Canada

L'hépatite C dans les communautés ethnoculturelles au Canada L'hépatite C dans les communautés ethnoculturelles au Canada Un guide de formation à l intention des fournisseurs de soins communautaires, de soins de santé et de services sociaux Produit par Le Conseil

Plus en détail

Ac monoclonaux en Pneumo-Allergologie Palivizumab, Omalizumab. J.L. Rittié Hôpital des Enfants, Toulouse

Ac monoclonaux en Pneumo-Allergologie Palivizumab, Omalizumab. J.L. Rittié Hôpital des Enfants, Toulouse Ac monoclonaux en Pneumo-Allergologie Palivizumab, Omalizumab J.L. Rittié Hôpital des Enfants, Toulouse Particularités communes! Ac monoclonaux «humanisés»! AMM 1999 pour le palivizumab, 2006 pour omalizumab!

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant de la fièvre, vomissements ou diarrhée)

Plus en détail

Avis 4 septembre 2013. AVAMYS 27,5 µg/pulvérisation, suspension pour pulvérisation nasale Flacon de 120 pulvérisations (CIP : 34009 383 224 4 6)

Avis 4 septembre 2013. AVAMYS 27,5 µg/pulvérisation, suspension pour pulvérisation nasale Flacon de 120 pulvérisations (CIP : 34009 383 224 4 6) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 4 septembre 2013 AVAMYS 27,5 µg/pulvérisation, suspension pour pulvérisation nasale Flacon de 120 pulvérisations (CIP : 34009 383 224 4 6) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

GALE gestion d une épidémie. B. HUC Service d Hygiène Hospitalière CH de PAU

GALE gestion d une épidémie. B. HUC Service d Hygiène Hospitalière CH de PAU GALE gestion d une épidémie B. HUC Service d Hygiène Hospitalière CH de PAU 1 Mesures immédiates pour la prise en charge des patients atteints : «isolement contact» Pour les soignants Pas de contact directe

Plus en détail

French Version. Aciclovir Labatec 250 mg (For Intravenous Use Only) 02/2010. Product Information Leaflet for Aciclovir Labatec i.v.

French Version. Aciclovir Labatec 250 mg (For Intravenous Use Only) 02/2010. Product Information Leaflet for Aciclovir Labatec i.v. Product Information Leaflet for Aciclovir Labatec i.v. 250 mg French Version Aciclovir Labatec i.v. Composition Principe actif: Aciclovirum ut Acicloviri natricum (Praeparatio cryodesiccata). Excipients:

Plus en détail

Surveillance des cols traités

Surveillance des cols traités Surveillance des cols traités Collège de Gynécologie de Normandie 12 mai 2007 Dr Juan BERROCAL Clinique Europe ROUEN Biologie de l HPV La connaissance de la biologie de l HPV nous a permis d énormes progrès

Plus en détail

Pour qui : Des femmes sédentaires de 25 à 70 ans.

Pour qui : Des femmes sédentaires de 25 à 70 ans. De l innovation à la motivation : Étude pilote d une intervention par téléphone portable Fiche No 47 pour augmenter la pratique d activité physique chez les femmes sédentaires. Fukuoka Y et coll. Innovation

Plus en détail

Présenté par Mélanie Dessureault, inf. clin. et Caroline Fortin, AIC radio-oncologie

Présenté par Mélanie Dessureault, inf. clin. et Caroline Fortin, AIC radio-oncologie Présenté par Mélanie Dessureault, inf. clin. et Caroline Fortin, AIC radio-oncologie Quiz de la radio-oncologie Rôle de l infirmière en radio-oncologie Mise en contexte (création des outils) Premier outils:

Plus en détail

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille XVIIe Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE PRODUIT

MONOGRAPHIE DE PRODUIT MONOGRAPHIE DE PRODUIT Pr VALTREX Caplets de chlorhydrate de valacyclovir Valacyclovir à 250, à 500 et à 1 000 mg Antiviral GlaxoSmithKline Inc. 7333 Mississauga Road Mississauga (Ontario) L5N 6L4 Date

Plus en détail

KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens, 3 MS Dryden, 4 H Bhattacharyya, 5 M Kunkel, 5 A Baruch 5

KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens, 3 MS Dryden, 4 H Bhattacharyya, 5 M Kunkel, 5 A Baruch 5 Efficacité et tolérance du linézolide (LZD) versus vancomycine dans le traitement des infections compliquées de la peau et des tissus mous (ICPTM) documentées à SARM KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens,

Plus en détail

*smith&nephew IV3000 Pansement pour cathéters réactif à l'humidité. Le pansement idéal pour cathéters

*smith&nephew IV3000 Pansement pour cathéters réactif à l'humidité. Le pansement idéal pour cathéters Le pansement idéal pour cathéters IV3000 diminue sensiblement le risque d infection en maintenant sec le site de ponction. IV3000 est jusqu à 8 fois plus efficace en terme d évaporation d humidité que

Plus en détail

Eczé-crème, une nouvelle crème émolliente dans la prise en charge de la dermatite atopique

Eczé-crème, une nouvelle crème émolliente dans la prise en charge de la dermatite atopique DOSSIER DE PRESSE Jeudi 19 janvier 2012 Eczé-crème, une nouvelle crème émolliente dans la prise en charge de la dermatite atopique NOUVEAU DISPOSITIF MEDICAL Contacts presse Laurence Mertz-Goussu Sophie

Plus en détail

Pilotez le progrès dans le traitement du cancer localisé de la prostate

Pilotez le progrès dans le traitement du cancer localisé de la prostate Pilotez le progrès dans le traitement du cancer localisé de la prostate - High Intensity Focused Ultrasound www.edap-tms.com Ablatherm Prenez les commandes de votre nouvel assistant opératoire High Intensity

Plus en détail

Santé sexuelle. Aimer et se protéger

Santé sexuelle. Aimer et se protéger Santé sexuelle Aimer et se protéger Une sexualité : du plaisir, de l amour en toute confiance Le début de la vie sexuelle est riche en émotions, en plaisir mais aussi souvent en questions, en incertitudes.

Plus en détail

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis Ce produit pédagogique numérisé est la propriété exclusive de l'uvt. Il est strictement

Plus en détail

CONCEPTION DE L ÉTUDE

CONCEPTION DE L ÉTUDE Etudes cliniques randomisées, contrôlées et publiées dans des revues scientifiques internationales avec comité de lecture 1 démontrant l efficacité et la sécurité du traitement par le système EMS Swiss

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 5 février 2003. Date de l'amm et de ses rectificatifs : 19 novembre 2001, 28 septembre 2001 (extension d indication)

AVIS DE LA COMMISSION. 5 février 2003. Date de l'amm et de ses rectificatifs : 19 novembre 2001, 28 septembre 2001 (extension d indication) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 5 février 2003 STROMECTOL 3 mg, comprimé B/1, B/4, B/20 Laboratoires MERCK SHARP & DOHME-CHIBRET Ivermectine Date de l'amm et de

Plus en détail

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE?

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? D après la communication orale de Yu Y. (Discussion) Prognosis and Prediction of Outcomes in Castration-Resistant

Plus en détail

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Best of Hépatologie 2010 Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Evaluation de la fibrose Analyse des échecs de l élastométrie impulsionnelle Castera L et al. Hepatology 2010;51 (3): 828-35

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

félins peuvent-ils être vaccinés?

félins peuvent-ils être vaccinés? Fiche technique n 6 2 ème édition Contre quelles maladies nos félins peuvent-ils être vaccinés? La vaccination est une des armes les plus efficaces dans la lutte contre certaines maladies infectieuses.

Plus en détail

TUBERCULOSE Nouveautés 2009

TUBERCULOSE Nouveautés 2009 TUBERCULOSE Nouveautés 2009 Dr Grégoire Gex Rencontres Genevoises de Pneumologie Avril 2010 Introduction 6044 articles dans PubMed avec Tuberculose dans titre en 2009 Stratégie de recherche : Sélections

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Dentifrice à haute teneur en fluorure

Dentifrice à haute teneur en fluorure Dentifrice à haute teneur en fluorure Résumé complet Description : Les dentifrices au fluorure ont été introduits sur le marché dans les années 50. [1] Le premier dentifrice au fluorure contenant du fluorure

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

Perfusions de corticoïdes à domicile

Perfusions de corticoïdes à domicile Perfusions de corticoïdes à domicile Livret Infirmier Copyright France 2009 Physiopathologie de la SEP La sclérose en plaques (SEP) est une maladie neurologique inflammatoire, caractérisée par la destruction

Plus en détail

Module 7 : 079 ECTOPARASITOSE CUTANÉE : GALE ET PÉDICULOSE

Module 7 : 079 ECTOPARASITOSE CUTANÉE : GALE ET PÉDICULOSE Module 7 : 079 ECTOPARASITOSE CUTANÉE : GALE ET PÉDICULOSE Validé par le Dr Revest Gale Épidémiologie - Réservoir humain : la femelle est fécondée à la surface de la peau puis creuse un tunnel dans la

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Le Puy-en-Velay, le 22 Septembre 2006 Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant

Plus en détail

DING! DONG! LA TÉLÉRÉADAPTATION À VOTRE PORTE! Marianne Cabana, ergothérapeute Julie Duguay, chef de programme

DING! DONG! LA TÉLÉRÉADAPTATION À VOTRE PORTE! Marianne Cabana, ergothérapeute Julie Duguay, chef de programme DING! DONG! LA TÉLÉRÉADAPTATION À VOTRE PORTE! Marianne Cabana, ergothérapeute Julie Duguay, chef de programme DING! DONG! LA TÉLÉRÉADAPTATION À VOTRE PORTE! Plan de la présentation L historique de la

Plus en détail

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis ! " #$%&

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis !  #$%& Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis! " #$%& "' Ce produit pédagogique numérisé est la propriété exclusive de l'uvt. Il

Plus en détail

La dysplasie cervicale

La dysplasie cervicale La dysplasie cervicale Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié. Veuillez consulter

Plus en détail

La «période fenêtre» des ITSS

La «période fenêtre» des ITSS Les ITSS II : comment relever le défi La «période fenêtre» des ITSS pour optimiser et non empêcher la prévention! Marc Steben et Rhonda Y. Kropp 4 Josée a eu des relations sexuelles extraconjugales sans

Plus en détail

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION II. 1 Généralités II.2 Transmission des Virus II.3 Grandes étapes de Cycle de Multiplication Attachement Pénétration Réplication Libération II. 1 Généralités

Plus en détail

Un test Pap pourrait vous sauver la vie

Un test Pap pourrait vous sauver la vie Un test Pap pourrait vous sauver la vie Un test Pap pourrait vous sauver la vie Vous avez 21 ans ou plus et êtes sexuellement active? Passez un test Pap! Si vous saviez qu un test Pap, qui prend 5 minutes,

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Jean-Frédéric COLOMBEL

Jean-Frédéric COLOMBEL Jean-Frédéric COLOMBEL Anti TNF et RCH Connaître les indications, modalités et résultats des traitements anti-tnf dans la RCH 06/09/2012 Anti-TNF et rectocolite hémorragique Jean-Frédéric Colombel CHU

Plus en détail

Infections à herpes virus de l adulte immunocompétent (84) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003

Infections à herpes virus de l adulte immunocompétent (84) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Infections à herpes virus de l adulte immunocompétent (84) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003 Cours

Plus en détail

Le condom pour la prévention du VIH et des ITS

Le condom pour la prévention du VIH et des ITS FEUILLET D INFORMATION Le condom pour la prévention du VIH et des ITS Sommaire Le condom est une barrière physique qui réduit les risques d exposition sexuelle au VIH et aux infections transmissibles sexuellement

Plus en détail

Classification des douleurs

Classification des douleurs Classification des douleurs Docteur C. MINELLO Unité d évaluation et de traitement de la douleur Centre G. F. Leclerc - Dijon Définition de la douleur Selon le dictionnaire, la douleur est définie comme

Plus en détail

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique 2 èmes Assises de l Innovation Thérapeutique Paris, 05-11-2014 La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique Pr. Jean-François DHAINAUT Président du Groupement Inter-régional de la Recherche Clinique

Plus en détail

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ QUESTION : Est-ce que le café décaféiné est une alternative au café chez les patients qui souffrent d un RGO? AUTEUR : Alexis Du Cap (JUILLET 2009) SUPERVISEUR : Guylène Thériault

Plus en détail

Les problèmes de santé liés aux punaises de lit et la situation à Montréal Sommet sur les punaises de lit 1 juin 2011

Les problèmes de santé liés aux punaises de lit et la situation à Montréal Sommet sur les punaises de lit 1 juin 2011 Les problèmes de santé liés aux punaises de lit et la situation à Montréal Sommet sur les punaises de lit 1 juin 2011 Stéphane Perron M.D., M.Sc., FRCPC Les infestations à Montréal Montréal : De 2006 à

Plus en détail

Prise en charge des dysplasies et carcinomes in situ de la surface oculaire au CHT de Nouvelle-Calédonie

Prise en charge des dysplasies et carcinomes in situ de la surface oculaire au CHT de Nouvelle-Calédonie Prise en charge des dysplasies et carcinomes in situ de la surface oculaire au CHT de Nouvelle-Calédonie Congrès de la SFO Mai 2011 M. Le Loir (Brest), E. Mancel (Nouméa), L.W. Hirst (Brisbane) Dysplasie

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire Qu est-ce qu une IST? p. 5 La blennorragie gonococcique p. 7 La chlamydiose p. 8 L hépatite B p. 9 L herpès génital p. 10 Les mycoplasmes et

Plus en détail

Consultations précoces en soins palliatifs

Consultations précoces en soins palliatifs Consultations précoces en soins palliatifs 10 avril 2014 Dr Catherine LACROIX USP /EMSP Précoce tardif Soins de support Soins palliatifs SOINS DE SUPPORT «Ensemble des soins et soutiens nécessaires aux

Plus en détail

Bases de données électroniques : de la variable au système

Bases de données électroniques : de la variable au système Bases de données électroniques : de la variable au système Guy Haller Chef de clinique scientifique Unité d Epidémiologie Clinique-Centre de Recherche Clinique Département APSI 2 STRUCTURE GENERALE 3 OBJECTIF

Plus en détail

Grippe saisonnière. tout ce qu il faut savoir. La grippe saisonnière (Influenza) Virus Influenza - I

Grippe saisonnière. tout ce qu il faut savoir. La grippe saisonnière (Influenza) Virus Influenza - I Grippe saisonnière tout ce qu il faut savoir Monica Attinger - infirmière HPCI Forum HH /CHUV - 4 septembre 2007 La grippe saisonnière (Influenza) Infection virale du système respiratoire causée par les

Plus en détail

Qu est-ce que c est la tuberculose?

Qu est-ce que c est la tuberculose? Qu est-ce que c est la tuberculose? La tuberculose, souvent connu comme TB, est une maladie propagée par le microbe tuberculose. A peu près 8 millions de personnes par an sont infectées par la TB et 2

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

Sein-gynécologie Décembre 2013

Sein-gynécologie Décembre 2013 Sein-gynécologie Décembre 2013 Copyright 2012 GIP Réseau Espace Santé-Cancer Rhône-Alpes. Tous droits réservés. Reproduction interdite. CANCER DU SEIN CHIRURGIE PROPHYLACTIQUE Version de travail : 05/12/2013

Plus en détail

POINT SUR LA GALE. (basé sur le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique du 9 novembre 2012)

POINT SUR LA GALE. (basé sur le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique du 9 novembre 2012) POINT SUR LA GALE (basé sur le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique du 9 novembre 2012) Une forte recrudescence de la gale Le HCSP rappelle l augmentation du nombre de cas de gale. L incidence

Plus en détail