TECHNIQUES DE LABORATOIRE POUR LE DIAGNOSTIC DES BACTÉRIES PHYTOPATHOGÈNES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TECHNIQUES DE LABORATOIRE POUR LE DIAGNOSTIC DES BACTÉRIES PHYTOPATHOGÈNES"

Transcription

1 TECHNIQUES DE LABORATOIRE POUR LE DIAGNOSTIC DES BACTÉRIES PHYTOPATHOGÈNES Ce document a pour objectif de présenter les diverses techniques utilisées au Laboratoire de diagnostic en phytoprotection pour la détection et l identification des bactéries phytopathogènes. L isolement des bactéries sur des milieux de culture généraux ou différentiels demeure souvent l étape de base pour le diagnostic des maladies bactériennes. À la suite de leur mise en culture, les bactéries sont identifiées par les techniques suivantes : Tests biochimiques classiques Système API 20E Système Biolog Test sérologique ELISA Test biologique Une détection des bactéries directement dans les tissus végétaux peut être réalisée par les techniques suivantes : Test sérologique ELISA Immunofluorescence (IMF) Des tests sont réalisés pour vérifier la résistance de certaines bactéries à des produits utiliser dans le cadre de la lutte antiparasitaire. Résistance du Xanthomonas campestris au cuivre Résistance de Erwinia amylovora à la streptomycine.

2 ISOLEMENT DES BACTÉRIES PHYTOPATHOGÈNES SUR DES MILIEUX DE CULTURE GÉLOSÉS L isolement des bactéries phytopathogènes, sur des milieux de culture gélosés, demeure souvent l étape de base pour le diagnostic des maladies bactériennes. Par la suite, diverses techniques peuvent être utilisées afin d identifier les bactéries isolées. Les milieux de culture utilisés au Laboratoire de diagnostic en phytoprotection sont de deux types : milieu différentiel : différents genres et espèces bactériens peuvent y croître mais ce type de milieu permet facilement de reconnaître un genre ou une espèce grâce à son apparence unique et caractéristique. milieu général : toutes les espèces bactériennes phytopathogènes peuvent y croître. Ces milieux de culture doivent contenir tous les éléments essentiels à la croissance d une bactérie soit des sources de carbone et d azote ainsi que des sels minéraux. Parmi les genres bactériens phytopathogènes les plus couramment identifiés au Laboratoire de diagnostic en phytoprotection, nous retrouvons : Agrobacterium, Clavibacter, Erwinia, Pseudomonas, Streptomyces et Xanthomonas. Cependant, d autres genres bactériens ont été également identifiés soit Acidovorax, Rhodococcus, Burkholderia et Ralstonia. Depuis la mise en place du Laboratoire de diagnostic en phytoprotection (1986), les principales espèces bactériennes identifiées sur les plantes cultivées reçues sont: Acidocorax avenae subsp. cattleyae (phalaenopsis) Agrobacterium tumefaciens (framboisier, bleuet, plantes ornementales, pommier) Burkholderia cepacia (oignon) Clavibacter michiganensis subsp. michiganensis (poivron, tomate) Clavibacter michiganensis subsp. sepedonicus (pomme de terre) Erwinia amylovora (pommier, sorbier, poirier, framboisier) Erwinia carotovora subsp. atroseptica (pomme de terre) Erwinia carotovora subsp. carotovora (plusieurs espèces végétales) Erwinia tracheiphila (concombre) Pseudomonas corrugata (tomate) Pseudomonas fluorescens IVb, Pseudomonas marginalis et Pseudomonas viridiflava (plusieurs espèces végétales)

3 Pseudomonas syringae pv. apii (céleri) Pseudomonas syringae pv. lachrymans (cucurbitacées) Pseudomonas syringae pv. maculans (crucifères) Pseudomonas syringae pv. syringae (lilas, impatiens) Pseudomonas syringae pv. tomato (tomate) Ralstonia solanacearum (tomate) Rhodococcus fascians (géranium) Streptomyces spp. (pomme de terre, rutabaga, betterave, carotte) Xanthomonas campestris pv. armoraciae (crucifères) Xanthomonas campestris pv. begoniae (bégonia) Xanthomonas campestris pv. campestris (crucifères) Xanthomonas campestris pv. carotae (carotte) Xanthomonas campestris pv. cucurbitacearum (citrouille) Xanthomonas campestris pv. glycines (soya) Xanthomonas campestris pv. hederae (hedera) Xanthomonas campestris pv. pelargonii (géranium) Xanthomonas campestris pv. vesicatoria (piment, tomate) Xanthomonas campestris pv. vitians (laitue) Xanthomonas fragariae (fraise)

4 PROTOCOLE POUR L ISOLEMENT DES BACTÉRIES SUR DES MILIEUX DE CULTURE GÉLOSÉS Eau physiologique stérile (NaCl 0,85%) tissu végétal symptomatique Prélever des pièces du tissu infecté et les laver à l eau du robinet. Sectionner les pièces en deux et les placer dans de l eau physiologique stérile. Laisser tremper de 20 minutes à 2 heures, selon la bactérie recherchée. 1/10 1/100 Pour les tissus présentant une pourriture molle, faire des dilutions 1/10 et 1/100. À l aide d une anse à inoculer stérile, ensemencer par épuisement des milieux de culture spécifiques à la bactérie recherchée, afin d'obtenir des colonies isolées. 1/10 1/100 À la suite d une incubation de 24 à 72 heures à 26 o C, vérifier la croissance bactérienne. Noter s il y a présence de colonies caractéristiques. À partir d une colonie isolée, inoculer un milieu de culture général afin de réaliser subséquemment des tests d identification.

5 SPÉCIFICATIONS SUR LA PRÉPARATION DES ISOLEMENTS, SUR LES MILIEUX DE CULTURE GÉLOSÉS ET LES TESTS D IDENTIFICATION SYMPTÔME PRINCIPAL BACTÉRIE PHYTOPATHOGÈNE SPÉCIFICATIONS POUR LA PRÉPARATION DES ISOLEMENTS MILIEU DE CULTURE TESTS POUR L IDENTIFICATION DES BACTÉRIES CHANCRE Erwinia amylovora Erwinia carotovora subsp. atroseptica* Erwinia carotovora subsp. carotovora* Pseudomonas corrugata Pseudomonas syringae Faire tremper dans l eau physiologique (0,85 %) de 40 à 60 minutes. Enlever l épiderme des tiges pour E. amylovora et P. syringae. CCT MS MS KB KB API 20E Tests biochimiques Tests biochimiques Biolog LOPAT *Faire des dilutions 1/10 et 1/100 FLÉTRISSEMENT/DÉPÉRISSEMENT Clavibacter michiganensis subsp. michiganensis Erwinia amylovora Erwinia tracheiphila Ralstonia solanacearum Xanthomonas campestris pv. pelargonii Faire tremper dans l eau physiologique (0,85 %) 2 heures Enlever l épiderme des tiges. LPGA CCT NAP SMSA LPGA ELISA API 20E Test biologique Biolog ELISA POURRITURE MOLLE Burkholderia cepacia Erwinia pectinolytiques Erwinia amylovora Pseudomonas fluorescents et pectinolytiques Faire tremper dans l eau physiologique (0,85%) de 20 à 30 minutes. Faire des dilutions (1/10, 1/100) avant l étalement sur milieu de culture LPGA MS CCT KB Biolog Tests biochimiques API 20E LOPAT TACHE ET BRÛLURE FOLIAIRE Acidovorax avenae subsp. cattleyae Clavibacter michiganensis subsp. michiganensis Pseudomonas syringae Xanthomonas campestris Xanthomonas campestris pv. campestris et Xanthomonas campestris pv. armoraciae Xanthomonas campestris pv. pelargonii Faire tremper dans l eau physiologique (0,85%) de 20 à 30 minutes KB LPGA KB LPGA LPGA LPGA Biolog ELISA LOPAT Biolog Test biologique ELISA

6 DESCRIPTIONS MORPHOLOGIQUES DES COLONIES BACTÉRIENNES SUR MILIEUX GÉLOSÉS PSEUDOMONAS FLUORESCENTS Lorsqu une bactérie du genre Pseudomonas fluorescent est soupçonnée, un milieu B de King (milieu KB) est inoculé et incubé à 26 o C pour 24 à 72 heures. Après le temps d incubation, nous recherchons sur le milieu de culture la présence de colonies bactériennes produisant des pigments fluorescents bleutés. Ces pigments sont visibles lorsque les milieux de culture sont exposés à la lumière ultra violet (UV). Dans l affirmative, des tests biochimiques connus sous le nom de LOPAT sont réalisés pour identifier l espèce bactérienne. Croissance : généralement abondante après 48 heures Colonie : blanchâtre à crème Pigment : fluorescent et diffusé dans le milieu Diamètre moyen : 1 à 3 mm (après 48 heures d incubation) ERWINIA PECTINOLYTIQUE Lorsqu une bactérie du genre Erwinia ayant une activité pectinolytique est soupçonnée, un milieu MS est inoculé et incubé à 26 o C pour 24 à 72 heures. Après le temps d incubation, nous recherchons sur le milieu de culture la présence de colonies bactériennes orangées ayant une marge nébuleuse. Dans l affirmative, des tests biochimiques classiques sont réalisés pour déterminer l espèce. Croissance : généralement abondante après 48 heures Colonie : orangée avec contour nébuleux Diamètre moyen : 2 à 8 mm (après 48 heures d incubation)

7 XANTHOMONAS Lorsqu une bactérie du genre Xanthomonas est soupçonnée, un milieu LPGA est inoculé et incubé à 26 o C pour 24 à 72 heures. Après le temps d incubation, nous recherchons sur le milieu de culture la présence de colonies bactériennes jaune pâle à jaune vif. Dans l affirmative, pour déterminer l espèce ou le pathovar, nous réalisons les tests suivants : Xanthomonas campestris test Biolog Xanthomonas campestris pv. armoraciae test biologique Xanthomonas campestris pv. campestris test biologique Xanthomonas campestris pv. pelargonii test ELISA 48 heures Croissance : généralement abondante après 48 heures Colonie : luisante, marge bien définie et ayant une couleur jaune pâle à jaune vif Diamètre moyen : moins de 1 mm (après 48 heures); il faut souvent attendre 72 heures pour obtenir des colonies de 1 à 2mm 72 heures CLAVIBACTER MICHIGANENSIS SUBSP. MICHIGANENSIS Lorsque Clavibacter michiganensis subsp. michiganensis est soupçonné, un milieu LPGA est inoculé à 26 o C pour 24 à 72 heures. Après le temps d incubation, nous recherchons sur le milieu de culture la présence de colonies bactériennes irrégulières, crème à jaunâtre. Dans l affirmative, pour déterminer l espèce, un test ELISA est réalisé. Croissance : généralement peu abondante après 48 heures Colonie : ronde à irrégulière ayant une couleur crème à jaune Diamètre moyen : moins de 1 mm (après 48 heures d incubation); il faut souvent attendre 72 heures d incubation pour obtenir des colonies de 1 à 2 mm.

8 ERWINIA AMYLOVORA Lorsque Erwinia amylovora est soupçonné, un milieu CCT est inoculé et incubé à 26 o C pour 24 à 72 heures. Après le temps d incubation, nous recherchons sur le milieu de culture la présence de colonies bactériennes particulièrement convexes et bleutées. Dans l affirmative, un test API 20E est réalisé pour identifier la bactérie. Croissance : généralement abondante après 48 heures Vue par du dessus du Pétri Colonie : vue du dessus, elles sont très convexes, luisantes et d une couleur grisâtre à bleutée Vue du dessous, elles présentent une marge luisante Diamètre moyen : 2 à 4 mm (après 48 heures d incubation) Vue du dessous du Pétri

9 TESTS BIOCHIMIQUES CLASSIQUES Bien que les tests biochimiques constituent une approche classique pour l identification des bactéries, il n en demeure pas moins qu ils sont particulièrement utiles pour la détermination de certaines espèces et sous-espèces de bactéries phytopathogènes. Grâce à ces tests, il est possible de connaître certaines caractéristiques du métabolisme des bactéries isolées. Les tests biochimiques permettent donc de vérifier si la bactérie a un métabolisme oxydatif ou fermentatif, s il y a formation d un acide à la suite de l utilisation d un hydrate de carbone (ex : glucose, arabinose, sorbitol...), si un composé particulier est utilisé comme seule source de carbone (ex : citrate, malonate...), si un acide aminé peut être transformé (ex : arginine, lysine, tryptophane...), si un enzyme particulier est présent (ex : oxydase, catalase, pectinase...) ou si des molécules complexes sont dégradées (ex : gélatine, amidon...). Au Laboratoire de diagnostic en phytoprotection, ces tests sont utilisés pour identifier les Erwinia pectinolytiques et les Pseudomonas fluorescents. 1. Si des colonies bactériennes, sur le milieu MS (Miller-Schroth), possèdent les caractéristiques d un Erwinia, les tests effectués pour vérifier s il s agit réellement d un Erwinia pectinolytique sont: oxydase, catalase, oxydation/fermentation, dégradation de la pectine (pectinase). Par la suite, pour différencier les espèces et les sous-espèces d Erwinia pectinolytique les tests suivants sont réalisés : transformation du sucrose en substances réductrices, utilisation du αméthyl-glucoside, production d indole et croissance à 35 o C : Tests biochimiques et culturaux pour distinguer les Erwinia pectinolytiques Tests Oxydase Catalase Oxydation/ Fermentation Pectinase α Méthylglucoside Sucrose Production d indole Croissance à 35 o C Erwinia Erwinia caratovora subsp. carovotora Erwinia carotovora subsp. atroseptica Erwinia chrysanthemi

10 Légende : Oxydase Catalase Fermentation Pectinase αméthyl-glucoside Sucrose Indole Détermination de la présence de l enzyme cytochrome C oxydase. Décomposition du peroxyde d hydrogène (H 2 O 2 ) par la catalase. Utilisation du glucose en condition anaérobie. Détermination de la présence de pectinases (substrat utilisé : l acide polygalacturonique). Utilisation du αméthyl-glucoside comme seule source de carbone. Transformation du sucrose en substances réductrices. Formation d indole à partir du tryptophane (acide aminé). 2. Si des colonies bactériennes fluorescentes, sur le milieu B de King, caractéristiques d un Pseudomonas sont présentes, les tests à réaliser (connus sous le nom de LOPAT) pour distinguer les espèces sont : production de levane, présence d oxydase, dégradation de la pectine (pectinase), présence d arginine déshydrolase et l hypersensibilité du tabac. Tests biochimiques et culturaux pour distinguer les espèces de Pseudomonas fluorescents Groupe Tests Pseudomonas Levane Oxydase Pectinase Arginine déshydrolase Hypersensibilité sur tabac Ia P. syringae Ib P. delphini II P. viridiflava III P. cichorii IV a P. marginalis IV b P. fluorescens V a P. tolaasii V b P. fluorescens

11 Légende : Levane Oxydase Pectinase Arginine déshydrolase Hypersensibilité du tabac Polymérisation du fructose en polyfructose (levane). Détermination de la présence de l enzyme cytochrome C oxydase. Détermination de la présence de pectinases (substrat utilisé : l acide polygalacturonique). Transformation de l arginine (acide aminé) par l arginine déshydrolase. Mise en évidence du pouvoir pathogène d une bactérie par le dessèchement des zones d inoculation sur les feuilles de tabac.

12 API 20E La galerie API 20E (biomérieux) est une version miniaturisée des tests biochimiques classiques destinés à l identification des Enterobacteriaceae (bactéries Gram négatif et anaérobies facultatives) dont font partie les Erwinia. Ce système regroupe 23 tests biochimiques. Des substrats déshydratés sont contenus dans des microtubes. Ces substrats sont mis en solution grâce à l addition d une suspension de la bactérie à identifier. À la suite d une période d incubation (24 heures à 30 o C), permettant à la bactérie de réagir avec les substrats, les diverses réactions sont notées afin de déterminer le code d identification composé de 7 chiffres. Au Laboratoire de diagnostic en phytoprotection, le système API 20E est utilisé pour l identification de Erwinia amylovora, agent responsable de la brûlure bactérienne chez les plantes de la famille des Rosaceae. Pour Erwinia amylovora, les principaux codes d identification obtenus avec API 20E sont et A- INOCULATION D UNE GALERIE API 20E A partir d une culture pure de 18 à 24 heures, faire une suspension bactérienne ayant une concentration de 10 8 bactéries/ml (standard McFarland No 5) dans 5 ml de saline stérile (NaCl à 0,85%) à un ph entre 5,5 et 7,0. Bien mélanger la suspension bactérienne au vortex 5-10 secondes. Contrôle de qualité : La suspension bactérienne doit être utiliser dans les 15 minutes suivant sa préparation. Déposer soigneusement 150 µl de la suspension bactérienne dans chaque cupule de la galerie en utilisant un embout stérile. Ajouter de nouveau 150 µl de la suspension bactérienne aux cupules CIT, VP et GEL (total = 300 µl) par puits. Après l inoculation, remplir les cupules ADH, LDC, ODC, H 2 S et URE d huile minérale. Ajouter de l eau dans les supports, y déposer la galerie et mettre le couvercle.

13 Placer les galeries dans une chambre humide (boîte de plastique avec couvercle contenant un papier humide) et incuber à 30 o C pendant 18 à 24 heures. B- LECTURE DES GALERIES Faire la lecture des galeries sous une hotte chimique. Consigner les réactions sur une fiche de résultats comme celle-ci : Légende : ONPG - ADH - LDC - ODC - CIT - H 2 S - URE - TDA - IND - VP - GEL - Détermination de la présence de l enzyme β-galactosidase Transformation de l arginine (acide aminé) par l arginine déshydrolase Transformation de la lysine (acide aminé) par la lysine décarboxylase Transformation de l ornithine (acide aminé) par l ornithine décarboxylase Utilisation du citrate comme seule source de carbone Production du sulfure d hydrogène (H 2 S) à partir du thiosulfate (S 2 O 3 ) Libération d ammoniac à partir de l urée grâce à l uréase Formation de l acide indolepyruvique à partir du tryptophane (acide aminé) grâce à la tryptophane désaminase Formation d indole à partir du tryptophane (acide aminé) Formation d acétoïne à partir du piruvate de sodium Liquéfaction de la gélatine (protéine) GLU (glucose), MAN (mammitol), INO (inositol), SOR (sorbitol), RHA (rhamnose), SAC (sucrose), MEL (mélobiose), AMY (amygdaline), ARA (L+arabinose) - formation d acide à la suite de l utilisation d un hydrate de carbone.

14 Contrôle de qualité : Lire et consigner toutes les réactions avant l addition des réactifs pour la réduction des nitrates et de l indole car ces réactions dégagent des produits gazeux qui peuvent interférer avec les autres épreuves de la galerie. Ne pas replacer le couvercle en plastique après l addition des réactifs. La lecture des galeries se fait généralement au bas de chaque cupule sauf CIT, IND. Lire en suivant l ordre ci-dessous (consulter le tableau des résultats annexé à cette technique) : VP - Ajouter 1 goutte d hydroxyde de potassium (40%) Ajouter 1 goutte d alpha-naphtol (6%) Attendre 10 minutes Pendant ce temps, faire la lecture des autres cupules sauf TDA et IND en inscrivant la couleur et la réaction (+ ou -) sur une fiche de résultats. Lire la réaction du VP GLU - Avant l addition des réactifs, observer s il y a présence de bulles (+ ou -) qui indiquent une réduction du nitrate à l état gazeux (N 2 ). Ajouter 2 gouttes d acide sulfanilique (0,8%) Ajouter 2 gouttes de NN-dimethyl-alpha-naphthylamine (0,05%) Attendre 2-3 minutes Pendant ce temps, faire les réactions TDA et IND. TDA - Ajouter 1 goutte de chlorure ferrique (10%), lire la réaction immédiatement. IND - Ajouter 1 goutte du réactif de Kovac, lire la réaction immédiatement. Lire la réaction GLU. Si la réaction est négative, ajouter de la poudre de zinc. Attendre 10 minutes et faire la lecture de cette dernière réaction. Exemple d une galerie du système API 20E avant l addition des réactifs

15 TABLEAU DES RÉSULTATS MÉTHODE DE 18 À 24 HEURES RÉACTIONS TUBE POSITIVE NÉGATIVE COMMENTAIRES ONPG Jaune Incolore Une teinte jaune pâle est souvent obtenue, la considérer comme une réaction négative. ADH Rouge ou orange Jaune LDC Rouge ou orange Jaune ODC Rouge ou orange Jaune CIT Turquoise ou bleu foncé Vert pâle ou jaune La lecture se fait dans la partie supérieure de la cupule (en aérobie). H 2 S Dépôt noir Aucun dépôt noir URE Rouge ou orange Jaune TDA Brun-rouge Jaune IND Anneau rouge Jaune VP Rose foncé ou rouge Incolore ou rose pâle Ajouter 1 goutte de chlorure de fer à 10%. Lire immédiatement la réaction. Ajouter 1 goutte du réactif de Kovac. Lire la réaction après 2 minutes. Ajouter 1 goutte de KOH à 40% puis 1 goutte d alphanaphthol à 6%. Lire la réaction après 10 minutes. GEL Diffusion du pigment Aucune diffusion, incolore La répartition des particules solides à travers la cupule doit être considérée comme une réaction négative.

16 RÉACTIONS TUBE POSITIVE NÉGATIVE COMMENTAIRES GLU MAN INO SOR RHA SAC MEL AMY ARA Jaune Bleu ou bleu-vert La fermentation des sucres commence dans la partie la plus anaérobique de la cupule (partie inférieure). Il faut lire ces réactions à partir de la base de la cupule vers le haut. Une couleur jaune au fond indique une réaction positive. GLU N 2 gazeux (présence de bulles) Avant d additionner les réactifs, observer la présence de bulles dans la cupule GLU. Ceci indiquerait la réduction des nitrates en gaz (N 2 ). Réduction des nitrates Présence de NO 2 (rouge) Jaune Ajouter 2 gouttes d acide sulfanilique à 0.8% et 2 gouttes de NN-dimethylalphanaphtylamine à 0,5%. Lire la réaction après 2 ou 3 minutes. Présence de bulles et coloration jaune (après l ajout du réactif zinc Orange (après l ajout du réactif de zinc) Confirmer si la réaction est négative en ajoutant de la poudre de zinc. Lire la réaction après 3 ou 4 minutes.

17 BIOLOG Les plaques Biolog GN 2 sont utiliséés pour identifier les bactéries Gram négatif. L identification des bactéries est basée sur l utilisation de 95 sources de carbone. Une coloration pourpre est produite par la réduction de l indicateur, le tétrazolium, en un composé coloré le formazan. Représentation d une plaque GN 2 de Biolog contenant 95 sources de carbone. A- INOCULATION DES PLAQUES BIOLOG GN 2 Contrôle de qualité : Les plaques Biolog GN doivent être à température de la pièce (environ o C). La suspension bactérienne doit être utiliser dans les 15 minutes suivant sa préparation. Faire un test oxydase sur les bactéries à identifier (culture de heures). - Oxydase positive : non-entérobactérie - Oxydase négative : entérobactérie ou non-entérobactérie

18 Si le test oxydase est négatif, faire un test oxydation/fermentation à partir du glucose. Ce test nous permet de connaître si notre bactérie recherchée est une entérobactérie ou une non-entérobactérie. - Oxydation/fermentation positif : entérobactérie - Oxydation/fermentation négatif : non-entérobactérie Contrôle de qualité : Il est essentiel de bien définir si la bactérie à identifier est une entérobactérie ou une bactérie non-entérobactérie car la banque de données de Biolog est basée sur cette information. À partir d une culture pure de 18 à 24 heures, utiliser un cotton-tige stérile pour faire une suspension bactérienne dans un tube de 20 ml d eau physiologique stérile (NaCl 0,85%). La suspension bactérienne doit avoir une transmittance de : - de 52 % + ou 3 % si une non-entérobactérie - de 63 % + ou 3 % si une entérobactérie r l'électrophotomètre ou tubidimètre, lequel doit être calibrer avec les tubes standards de la compagnie Biolog Inc. Bien mélanger la suspension bactérienne à l aide du coton-tige. Si la suspension bactérienne n est pas homogène (formation d amas bactériens) ajouter 3 gouttes de sodium thioglycolate. Déposer 150 µl de la suspension bactérienne par puits.

19 Placer les plaques Biolog GN 2 dans une chambre humide et incuber 24 heures à 30 o C. B- LECTURE DES PLAQUES BIOLOG GN 2 L identification des bactéries par le système Biolog s appuie sur une base de données contenant les profils d utilisation de 95 sources de carbone par la majorité des espèces bactériennes phytopathogènes. Entrer la réaction de chaque puits dans le logiciel fourni par la compagnie Biolog Inc. Contrôle de qualité : Le puits A1 doit être incolore. S il est violet, ne pas lire la plaque. L'oxydation des substrats par la bactérie se traduit par l apparition d une couleur pourpre dans les puits. En l absence de l utilisation du substrat, le puits demeure incolore. C- INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS À la suite de la saisie des résultats, sur l utilisation des substrats par la bactérie inconnue, le système informatique Biolog compare ce profil à ceux des espèces contenues de la base de données. L identification est donc réalisée en jumelant le profil de la bactérie à identifier à celui de l espèce bactérienne phytopathogène présentant le plus de similarité. Avec le système Biolog, une identification est valable si le coefficient de similarité est supérieur à 0,50. Il est essentiel de considérer cette donnée lors de l interprétation des résultats pour le diagnostic.

20 Exemple d une identification réalisée par le système Biolog

21 TESTS SÉROLOGIQUES L utilisation d anticorps pour le diagnostic des maladies bactériennes représente une méthode spécifique et rapide. Au Laboratoire de diagnostic en phytoprotection, les tests sérologiques sont utilisés pour détecter une bactérie directement dans les tissus végétaux ou pour identifier une espèce bactérienne isolée sur milieu de culture gélosé. Les anticorps sont des protéines produites par le système immunitaire des vertébrés. Lorsqu un antigène (composante étrangère) est présent chez un vertébré, des anticorps sont élaborés contre celui-ci. Il est possible de produire commercialement des anticorps destinés au diagnostic des maladies bactériennes. En injectant, dans une souris ou un lapin, une cellule bactérienne ou une de ces composantes, des anticorps sont synthétisés contre cet antigène. À la suite du prélèvement du sang, les anticorps sont purifiés et ils peuvent être utilisés pour le diagnostic de l espèce bactérienne concernée.sur une cellule bactérienne, plusieurs sites antigéniques sont présents et chacun induit la production d anticorps. L injection d un antigène engendre donc la synthèse de plusieurs types d anticorps dont l ensemble est qualifié d anticorps polyclonaux. Il est possible d obtenir des anticorps réagissant spécifiquement avec un seul site antigénique. Ces anticorps sont dits monoclonaux. La spécificité accrue des anticorps monoclonaux permet de réaliser un diagnostic des plus fiable. TEST SÉROLOGIQUE ELISA (enzyme-linked immunosorbent assay) Au Laboratoire de diagnostic en phytoprotection, le test ELISA est utilisé pour identifier la bactérie responsable de la tache bactérienne chez le géranium soit Xanthomonas campestris pv. pelargonii et la bactérie responsable du chancre bactérien chez la tomate soit Clavibacter michiganensis subsp. michiganensis. Dans ces cas, la bactérie est isolée sur milieu de culture et le test ELISA permet d identifier le pathovar. Pour le Xanthomonas campestris pv. pelargonii et le Clavibacter michiganensis subsp. michiganensis, la technique employée est le «double antibody sandwich.d une façon générale, cette approche comporte quatre étapes soit le recouvrement des puits d une plaque en polystyrène par un anticorps spécifique à la bactérie recherchée, l ajout de la suspension bactérienne, l addition d un anticorps, spécifique à la bactérie recherchée, auquel un enzyme a été lié (anticorps conjugué) et finalement l ajout du substrat de l enzyme ainsi que la lecture de la plaque à une longueur d onde appropriée. Dans le présent cas, l enzyme utilisé est la phosphatase alcaline. L addition d un substrat, le p-nitrophényl phosphate, est alors transformé par la phosphatase alcaline en p-nitrophénol lequel est un composé jaune si la bactérie à identifier est du Xanthomonas campestris pv. pelargonii ou du Clavibacter michiganensis subsp. michiganensis.

22 1- RECOUVREMENT DES PUITS oooooooooooooo ooooooooooooooooo oooooooooooooooooo Anticorps de recouvrement Incubation Lavages 2- ADDITION DE L ANTIGÈNE oooooooooooooo oooooooooooooooo ooooooooooooooooo Suspension bactérienne Incubation Lavages 3- ADDITION DE L ANTICORPS LIÉ À L ENZYME (phosphatase alcaline) oooooooooooooo ooooooooooooooooo ooooooooooooooooo Anticorps lié à l enzyme Incubation Lavages 4- ADDITION DU SUBSTRAT (p-nitrophényl phosphate) ET LECTURE Substrat Incubation Lecture

23 TEST BIOLOGIQUE Le test biologique utilisé pour le diagnostic des maladies bactériennes sert à différencier deux bactéries phytopathogènes affectant les crucifères soit Xanthomonas campestris pv. campestris (nervation noire) et Xanthomonas campestris pv. armoraciae (tache bactérienne). La base de ce test consiste à l inoculation de plantules de chou et à l observation de symptômes différentiels. A- INOCULATION DE PLANTULES DE CHOU La distinction entre le Xanthomonas campestris pv. campestris et le Xanthomonas campestris pv. armoraciae se fait par l inoculation de plantules de chou au stade première feuille (environ 8 à 10 jours après le semis). À l aide d un scalpel stérile, enlever un des cotylédons en ne brisant pas la tigelle. À partir d une culture pure de 24 heures, inoculer à l aide d un cure dents stérile la tige à l endroit où le cotylédon a été excisé. Inoculer 3 isolats différents pour chaque échantillon. Incuber à 24 o C dans un cabinet de croissance ayant une photopériode de 12 heures et une humidité relative de 80%. Inoculer des plantules de chou avec des témoins : Xanthomonas campestris pv. campestris et Xanthomonas campestris pv. armoraciae. B- INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Un examen visuel se fait après 4, 7 et 14 jours suivant l inoculation des plantules de chou avec la bactérie. Réaction de Xanthomonas campestris pv. armoraciae : Après 4 à 7 jours, des lésions noires apparaissent le long de la tige au site d inoculation.

24 Réaction de Xanthomonas campestris pv. campestris : Aucun symptôme avant 10 à 14 jours. Les symptômes se caractérisent par un jaunissement débutant habituellement à la marge des feuilles, accompagné d un noircissement des nervures plus ou moins important selon la virulence de la bactérie. Absence de noircissement de la tige comme avec Xanthomonas campestris pv. armoraciae RÉFÉRENCE Alvarez, A.M., A.A. Benedict, C.Y. Mizumoto, J.E. Hunter et D.W. Gabriel Serological, pathological, and genetic diversity among strains of Xanthomonas campestris infecting crucifers. Phytopathology 84 :

25 IMMUNOFLUORESCENCE L immunofluorescence est utilisée pour la détection de Clavibacter michiganensis subsp. sepedonicus dans les tiges ou les tubercules de pomme de terre soupçonnés d être affectés par le flétrissement bactérien. L utilisation d un composé fluorescent (isothiocyanate de fluorescéine) conjugué à un anticorps constitue la base de cette technique. C est grâce à l observation microscopique sous une lumière ultraviolet qu il est possible de visualiser les bactéries. Dans le cas d un échantillon contenant du Clavibacter michiganensis subsp. sepedonicus les cellules bactériennes émettent une fluorescence vert brillant grâce à l isothiocyanate de fluorescéine. 1- RECOUVREMENT AVEC L ANTIGÈNE ou Extraction Incubation dans le tampon Dépôt sur lame IMF Sécher à 50 o C Fixer dans l acétone 2- ADDITION DE L ANTICORPS SPÉCIFIQUE À Clavibacter michiganensis subsp. sepedonicus Anticorps Incubation, lavages et séchage 3- ADDITION DE L ANTICORPS CONJUGUÉ À L ISOTHIOCYANATE DE FLUORESCÉINE

(ERWINIA PECTINOLYTIQUES)

(ERWINIA PECTINOLYTIQUES) TESTS BIOCHIMIQUES CLASSIQUES POUR L IDENTIFICATION DES PECTOBACTERIUM (ERWINIA PECTINOLYTIQUES) ET DES PSEUDOMONAS FLUORESCENTS Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

Entérobactérie GELOSE EMB

Entérobactérie GELOSE EMB GELOSE EMB Milieu sélectif des Gram Peptone 10,0g Lactose 10,0g Eosine 0,4g Bleu de méthylène 0,0625g Hydrogénophosphate de potassium 2,0g Agar 15,0g La dégradation du lactose se traduit par une coloration

Plus en détail

Petrifilm. Test pour la numération des E. coli et Coliformes. Guide d Interprétation

Petrifilm. Test pour la numération des E. coli et Coliformes. Guide d Interprétation Guide d Interprétation Petrifilm Test pour la numération des E. coli et Coliformes Ce document est destiné à vous apporter une aide pour l interprétation des résultats obtenus à partir du test M Petrifilm

Plus en détail

E-IV-1V1 RECHERCHE ET DENOMBREMENT DE LEGIONELLA PNEUMOPHILA DANS LES EAUX

E-IV-1V1 RECHERCHE ET DENOMBREMENT DE LEGIONELLA PNEUMOPHILA DANS LES EAUX 1. Objet E-IV-1V1 RECHERCHE ET DENOMBREMENT DE LEGIONELLA PNEUMOPHILA DANS LES EAUX Cette procédure décrit la méthode de recherche et de dénombrement de Legionella pneumophila dans les eaux. 2. Domaine

Plus en détail

Université Paris 12 IUP SIAL Mlle ROUX 17/11/03 NOVELLO Célia TAP Julien

Université Paris 12 IUP SIAL Mlle ROUX 17/11/03 NOVELLO Célia TAP Julien Université Paris 12 IUP SIAL Mlle ROUX 17/11/03 NOVELLO Célia TAP Julien TP de microbiologie : ANALYSES PLATS CUISINES I. Introduction Le but de ce TP est d analyser un plat cuisiné, le hachis Parmentier,

Plus en détail

Milieux et tests courants

Milieux et tests courants COMPOSITION : (pour 1L) Base Viande-Foie 30,0g Glucose 2,0g Agar 2,0g USAGE : GELOSE VIANDE-FOIE (VF) Milieu conditionné en tubes longs et fins, régénéré avant utilisation : il se crée un gradient de concentration

Plus en détail

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence quelques paramètres influençant

Plus en détail

L'ASSIMILATION DU NITRATE PAR LES PLANTES

L'ASSIMILATION DU NITRATE PAR LES PLANTES Université de Neuchâtel Laboratoire de Physiologie végétale Travaux pratiques de Physiologie végétale L'ASSIMILATION DU NITRATE PAR LES PLANTES En général, les plantes couvrent leur besoin en azote par

Plus en détail

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules UNIVERSITE FRANCOIS RABELAIS FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES TOURS Licence L1 Science et Technologies Mention Sciences du Vivant TRAVAUX PRATIQUES: BIOCHIMIE STRUCTURALE Spectrophotométrie appliquée

Plus en détail

Petrifilm. Levures & Moisissures. Guide d'interprétation

Petrifilm. Levures & Moisissures. Guide d'interprétation 3 Petrifilm Levures & Moisissures Guide d'interprétation Le dénombrement des colonies de levures et de moisissures sur le Petrifilm est simple. Un indicateur coloré, permet de distinguer les colonies de

Plus en détail

Document de préparation Examen chapitre 1 et 2

Document de préparation Examen chapitre 1 et 2 Document de préparation Examen chapitre 1 et 2 Qui suis-je? Chapitre 1 et 2 1. Représentation imagée d une vérité inaccessible par les sens. Modèle scientifique 2. Plus petite partie possible de la matière

Plus en détail

Les Milieux de Culture en Bactériologie

Les Milieux de Culture en Bactériologie Les Milieux de Culture en Bactériologie Les Milieux de Culture Gélose au Cétrimide - milieu sélectif Mélanges d acides aminés, facteurs de croissance : peptone Glucide et dérivés : / Autres molécules carbonées

Plus en détail

Chapitre 6 Isolement et identification de V. cholerae O1 et O139

Chapitre 6 Isolement et identification de V. cholerae O1 et O139 Chapitre 6 Isolement et identification de V. cholerae O1 et O139 L isolement et l identification de V. cholerae O1 et O139 peuvent être améliorés si on dispose de laboratoires et de techniques de pointe.

Plus en détail

Protocole provisoire Vibrio cholerae et de Vibrio parahaemolyticus dans les produits de la mer*

Protocole provisoire Vibrio cholerae et de Vibrio parahaemolyticus dans les produits de la mer* Protocole provisoire Vibrio cholerae et de Vibrio parahaemolyticus dans les produits de la mer* AFSSA, Site de Boulogne-sur-Mer roduits de la Pêche, Institut Pasteur, Paris Centre National de Référence

Plus en détail

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution :

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution : SP. 3 Concentration molaire exercices Savoir son cours Concentrations : Calculer les concentrations molaires en soluté apporté des solutions désinfectantes suivantes : a) Une solution de 2,0 L contenant

Plus en détail

Partie 2, chapitre 3, TP 4 : ETUDE DES CARACTERISTIQUES DE L ACTIVITE D UNE ENZYME

Partie 2, chapitre 3, TP 4 : ETUDE DES CARACTERISTIQUES DE L ACTIVITE D UNE ENZYME Partie 2, chapitre 3, TP 4 : ETUDE DES CARACTERISTIQUES DE L ACTIVITE D UNE ENZYME Doc PP Hatier HCl : réaction avec le magnésium [magnésium (réactif 1) + HCl (réactif 2) dihydrogène + chlorure de Mg (produits

Plus en détail

Quelques expériences sur la corrosion du fer

Quelques expériences sur la corrosion du fer Quelques expériences sur la corrosion du fer TP réalisé en stage «le laboratoire se l approprier et y enseigner» par Mme Lindrec et Mrs Leroux et Tanavelle. L objectif est de tester et réaliser quelques

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2. Thème 2. Utilisation des ressources naturelles. L eau

2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2. Thème 2. Utilisation des ressources naturelles. L eau 2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2 Thème 2 Utilisation des ressources naturelles L eau Problématique générale: Des millions d hommes, dans les pays défavorisés, meurent encore chaque année pour avoir

Plus en détail

PROTECTION DES GASOIL ET FUELS DES PROLIFÉRATIONS BACTÉRIENNES ET FONGIQUES. Raffinerie Allemande (confidentiel)

PROTECTION DES GASOIL ET FUELS DES PROLIFÉRATIONS BACTÉRIENNES ET FONGIQUES. Raffinerie Allemande (confidentiel) DOSSIER TECHNIQUE SELD 1, Rue Marius Berliet 69720 ST BONNET DE MURE PROTECTION DES GASOIL ET FUELS DES PROLIFÉRATIONS BACTÉRIENNES ET FONGIQUES Compte Rendu de l utilisation de l EXP55 O en Raffinerie

Plus en détail

SESSION 2005. CAPET externe et CAFEP TRAVAUX PRATIQUES. Première partie : Techniques de biochimie

SESSION 2005. CAPET externe et CAFEP TRAVAUX PRATIQUES. Première partie : Techniques de biochimie SESSION 2005 CAPET externe et CAFEP Section : Biotechnologies Option : Biochimie - génie biologique TRAVAUX PRATIQUES Première partie : Techniques de biochimie Durée totale : 4 heures SUIVI DE LA PURIFICATION

Plus en détail

1 Contrôle au laboratoire de la pasteurisation du lait

1 Contrôle au laboratoire de la pasteurisation du lait Exploitation d informations scientifiques et présentation d un travail de synthèse Durée : 1,5 h (préparation 1 h et soutenance orale 30 minutes) 1 Etude de la fabrication du Saint-Nectaire Les différentes

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2013 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier?

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier? TP Etude du sang Sur la scène de crime, nous avons retrouvé différents échantillons de sang (sur la victime, à côté d elle, sur la lame de scie, dans des tubes à essai). On se propose de déterminer la

Plus en détail

Méthode. Détermination des composés phénoliques totaux dans l eau par colorimétrie à ph 10

Méthode. Détermination des composés phénoliques totaux dans l eau par colorimétrie à ph 10 Page : 1 de 12 AVERTISSEMENT : Avant d appliquer cette méthode, consulter les manuels d instructions, les fiches signalétiques et autres documents portant sur la sécurité. Le timbre d'encre coloré indique

Plus en détail

Teneur en chlore actif des Eaux et Concentrés de Javel

Teneur en chlore actif des Eaux et Concentrés de Javel Teneur en chlore actif des Eaux et Concentrés de Javel 1 Principe Importance de la mesure de la teneur en chlore actif La mesure de la teneur en chlore actif est très importante pour un fabricant, un préparateur

Plus en détail

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons Les définitions d acidité et de basicité ont beaucoup évoluées depuis leur apparition. Aujourd hui, on retient deux définitions valables. Celle donnée

Plus en détail

Un guide concis de contrôle de qualité des médicaments

Un guide concis de contrôle de qualité des médicaments Un guide concis de contrôle de qualité des médicaments 1 2 Sommaire 1. Inspection visuelle (p.4) 2. Tests de réactions colorées (p.7) 2.1. Préparation d un comprime pour un test de réaction colorée (p.10)

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE CAPET BIOTECHNOLOGIES option biochimie - génie biologique concours interne Session 2002 EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE ETUDE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE Durée : 6 heures Calculatrice interdite Aucun

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

Chimie cinquième - 2014/2015 Chapitre 4 : Séparer les constituants d'un mélange

Chimie cinquième - 2014/2015 Chapitre 4 : Séparer les constituants d'un mélange Chapitre 4 : Séparer les constituants d un mélange 1. Que faut-il pour récupérer un gaz? 2. A quoi sert l eau de chaux? 3. Comment utilise-t-on l eau de chaux? 4. Qu'utilise-t-on pour tester la présence

Plus en détail

- Méthode de diffusion en milieu gélosé (USP) - Méthode par ensemencement par inondation sur Mueller Hinton.

- Méthode de diffusion en milieu gélosé (USP) - Méthode par ensemencement par inondation sur Mueller Hinton. I/ CADRE DE L ETUDE Le laboratoire national de contrôle des médicaments (LNCM) est situé en face de l hôpital Aristide Le Dantec. C est un service rattaché au ministère de la santé et dont les principales

Plus en détail

Détermination du pourcentage de transmittance UV : méthode par spectrophotométrie UV-visible, lecture à 254 nm

Détermination du pourcentage de transmittance UV : méthode par spectrophotométrie UV-visible, lecture à 254 nm Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 103 %TUV 1.0 Détermination du pourcentage de transmittance UV : méthode par spectrophotométrie UV-visible, lecture à 254 nm 2016-02-03 (révision

Plus en détail

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité GRAVIMETRIE 1 - Principe de la gravimétrie Cette méthode d analyse quantitative a pour but d obtenir une séparation quantitative (c'est-àdire totale) d'un cation ou d'un anion (en solution aqueuse) par

Plus en détail

EXPOITATION PEDAGOGIQUE DE TRAVAUX PRATIQUES

EXPOITATION PEDAGOGIQUE DE TRAVAUX PRATIQUES EPREUVE PRATIQUE ET ORALE D ADMISSION SESSION : 2004 EXPOITATION PEDAGOGIQUE DE TRAVAUX PRATIQUES Durée : 8 heures Coefficient : 2 - Travaux pratiques de biochimie, durée 3h, coefficient 0.5 - Travaux

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 156 22 août 2007. S o m m a i r e LUTTE CONTRE LE FLETRISSEMENT BACTERIEN DE LA POMME DE TERRE

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 156 22 août 2007. S o m m a i r e LUTTE CONTRE LE FLETRISSEMENT BACTERIEN DE LA POMME DE TERRE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2843 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 156 22 août 2007 S o m m a i r e LUTTE CONTRE LE FLETRISSEMENT BACTERIEN

Plus en détail

TP3 Test immunologique et spécificité anticorps - déterminant antigénique

TP3 Test immunologique et spécificité anticorps - déterminant antigénique TP3 Test immunologique et spécificité anticorps - déterminant antigénique Partie 1 : Spécificité d'un anticorps pour un déterminant antigénique du VIH La séropositivité pour le VIH correspond à la présence

Plus en détail

Les laboratoires de biotechnologie au service des produits cosmétiques

Les laboratoires de biotechnologie au service des produits cosmétiques Les laboratoires de biotechnologie au service des produits cosmétiques Calculatrice interdite. Vous êtes en stage en industrie cosmétique, pour découvrir quelques aspects du métier de technicien de laboratoire.

Plus en détail

Reformulons donc la question : De quels sucres s agit-il?

Reformulons donc la question : De quels sucres s agit-il? TP : ETUDE D UNE BOISSON POUR LE SPORT : une boisson riche en glucides La nutrition du sportif : Avoir une bonne nutrition contribue non seulement à améliorer les performances mais cela permet aussi de

Plus en détail

J-10. Chimie Les données nécessaires à la résolution des exercices et ne se trouvant pas dans l énoncé se situent en fin de partie.

J-10. Chimie Les données nécessaires à la résolution des exercices et ne se trouvant pas dans l énoncé se situent en fin de partie. J0 Chimie Les données nécessaires à la résolution des exercices et ne se trouvant pas dans l énoncé se situent en fin de partie. Exercice : Ecriture d équation de réaction. Ecrire les équation de réaction

Plus en détail

TP1 Spécificité enzymatique

TP1 Spécificité enzymatique TP1 Spécificité enzymatique L'approvisionnement en glucose commence par la digestion de macromolécules glucidiques comme l'amidon. Cette digestion s'effectue grâce à enzymes digestives. Les enzymes sont

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009 DETERMINATION DE LA CAPACITE D'UNE PREPARATION ENZYMATIQUE A COUPER LES CHAINES PECTIQUES PAR LA MESURE DE LA VISCOSITE (OIV-Oeno 351-2009) 1. PRINCIPE On se propose ici de mesurer la quantité d'enzyme

Plus en détail

Titre de la séance : la structure moléculaire du vivant

Titre de la séance : la structure moléculaire du vivant Partie du programme : la Terre dans l Univers, la vie et l évolution du vivant : une planète habitée Niveau : seconde EXTRAIT DU PROGRAMME Les êtres vivants sont constitués d éléments chimiques disponibles

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

RAPID Salmonella/Gélose 356-3961 356-3963 356-4705

RAPID Salmonella/Gélose 356-3961 356-3963 356-4705 356-3961 356-3963 356-4705 DOMAINE D APPLICATION La gélose RAPID Salmonella est un milieu chromogénique utilisé pour la recherche des Salmonella spp. lors de l'analyse des produits d alimentation humaine

Plus en détail

Test d immunofluorescence (IF)

Test d immunofluorescence (IF) Test d immunofluorescence (IF) 1.1 Prélèvement du cerveau et échantillonnage Avant toute manipulation, il est fondamental de s assurer que tout le personnel en contact avec un échantillon suspect soit

Plus en détail

Laboratoire #3 : Dosage des carbonates

Laboratoire #3 : Dosage des carbonates Laboratoire #3 : Dosage des carbonates Au cours de cette expérience, vous allez obtenir de façon simple du dioxyde de carbone, caractériser quelques unes de ses propriétés et effectuer quelques réactions

Plus en détail

Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme

Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme République Démocratique du Congo Ministère de la Santé Programme National de Lutte Contre le Paludisme Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme Ces planches visent à améliorer le diagnostic

Plus en détail

ST2S Thème 2 - ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES Chapitre 1 : ACIDES FAIBLES ET BASES FAIBLES EN SOLUTION

ST2S Thème 2 - ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES Chapitre 1 : ACIDES FAIBLES ET BASES FAIBLES EN SOLUTION ST2S Thème 2 - ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES Chapitre 1 : ACIDES FAIBLES ET BASES FAIBLES EN SOLUTION 1. ECHELLE DE Sur les étiquettes d minérales, on peut lire suivi d une valeur voisine

Plus en détail

SOMMMAIRE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL...

SOMMMAIRE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL... SOMMMAIRE PAGE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL...5 LE PH ET LE POUVOIR TAMPON DU SOL...6 LE CALCAIRE TOTAL

Plus en détail

Méthode. l azote total Kjeldahl (NTK) dans l eau Page : 1 de 9

Méthode. l azote total Kjeldahl (NTK) dans l eau Page : 1 de 9 dans l eau Page : 1 de 9 AVERTISSEMENT : Avant d appliquer cette méthode, consulter les manuels d instructions, les fiches signalétiques et autres documents portant sur la sécurité. Le timbre d'encre coloré

Plus en détail

Les nitrates fiche guide

Les nitrates fiche guide Les nitrates fiche guide Notions abordées Chimie Sciences Mathématiques - Réactions chimiques - Concentration - Filtration - Rôle de l azote - Etude d un écosystème - Proportionnalité Objectifs d apprentissage

Plus en détail

COFFRET D IDENTIFICATION DES MYCOPLASMES

COFFRET D IDENTIFICATION DES MYCOPLASMES URBM/MON/Id.MYCO REDACTEURS VERIFICATEUR Amadou DIOP Abdoulaye DIOP Dr Fatou Bintou GUEYE GBAYA Amy SYLLA Version : Date : 26/08/2013 APPROBATEUR Pr Cheikh Saad-Bou BOYE Sommaire 1. OBJECTIF... 5 2. PRINICIPE...

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -,

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -, Document du professeur 1/5 Niveau 3 ème Physique Chimie Programme A - La chimie, science de la transformation de la matière Connaissances Capacités Exemples d'activités Comment reconnaître la présence

Plus en détail

EUROPEAN UNION SCIENCE OLYMPIAD. Livret réponses TEST 1. AVRIL 13 th, 2010. pays: BELGIUM

EUROPEAN UNION SCIENCE OLYMPIAD. Livret réponses TEST 1. AVRIL 13 th, 2010. pays: BELGIUM EUROPEAN UNION SCIENCE OLYMPIAD Livret réponses TEST 1 AVRIL 13 th, 2010 pays: BELGIUM Team: _B Noms et signatures 1 Tache 1 humidité relative de l air 1.1: Le point de rosée ( condesation) est à (indiquer

Plus en détail

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de L eau Origine de l eau : La terre à environ quatre milliard et demi d années. Lors de sa formation, la terre était entourée de divers gaz brûlants. En se refroidissant au cours du temps, deux de ces gaz,

Plus en détail

E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE

E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE 1. Objet La présente méthode de référence spécifie une méthode de détermination de l azote nitreux dans l eau

Plus en détail

Expérimentons sur les enzymes

Expérimentons sur les enzymes NOTICE Expérimentons sur les enzymes Réf. MT DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes. Objectifs : Proposer une banque d images présentant des manipulations et des expériences sur les enzymes.

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Baccalauréat sciences et technologies de laboratoire Sujet zéro Option biotechnologies Évaluation des compétences expérimentales Contrôle de l

Plus en détail

On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette.

On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette. CONTROLE D'UNE EAU On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette. Données : couleur des complexes : Ca-NET : rouge ; Mg-NET

Plus en détail

Détection de traces de sang par la fluorescéine

Détection de traces de sang par la fluorescéine Détection de traces de sang par la fluorescéine La fluorescéine est un réactif permettant la recherche de traces de sang. Les gouttes de sang entières éteignent apparemment la fluorescence et la fluorescéine

Plus en détail

Méthode. Détermination des cyanures totaux et disponibles dans l eau par colorimétrie automatisée

Méthode. Détermination des cyanures totaux et disponibles dans l eau par colorimétrie automatisée Page : 1 de 15 AVERTISSEMENT : Avant d appliquer cette méthode, consulter les manuels d instructions, les fiches signalétiques et autres documents portant sur la sécurité. Le timbre d'encre coloré indique

Plus en détail

Détermination du carbone inorganique dissous, du carbone organique dissous et du carbone organique total : méthode par détection infrarouge

Détermination du carbone inorganique dissous, du carbone organique dissous et du carbone organique total : méthode par détection infrarouge Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 300 C 1.0 Détermination du carbone inorganique dissous, du carbone organique dissous et du carbone organique total : méthode par détection infrarouge

Plus en détail

Il existe plusieurs types de tests ELISA mais le plus couramment utilisé et celui que nous proposons

Il existe plusieurs types de tests ELISA mais le plus couramment utilisé et celui que nous proposons 14: ELISA La technique de dosage d immunoabsorption par enzyme liée (en anglais Enzyme Linked Immuno Assay) ou ELISA est principalement utilisée en immunologie afin de détecter et/ou doser la présence

Plus en détail

la matièr cuivre (II) Donner la 2) Déterminer et Cu 2+ + Correction : ions chlorure. 1) Chlorure de cuivre neutralité CuCl 2. = =

la matièr cuivre (II) Donner la 2) Déterminer et Cu 2+ + Correction : ions chlorure. 1) Chlorure de cuivre neutralité CuCl 2. = = 1) Chlorure de cuivre Le chlorure de cuivre (II) est un composé ionique constitué d'ions chlorure Cl - et d'ions cuivre (II) Cu 2+. Donner la formule statistique de ce composé. Écrire l'équation de sa

Plus en détail

Injections alcalinisantes

Injections alcalinisantes Injections alcalinisantes Des solutions d'hydrogénocarbonate de sodium ou de lactate de sodium sont utilisées en injection par les médecins pour leurs propriétés alcalinisantes (traitement de l'excès d'acidité)

Plus en détail

Fiche n 9 : Le brunissement des pommes Niveau : 1 ère S SVT

Fiche n 9 : Le brunissement des pommes Niveau : 1 ère S SVT FICHE RÉCAPITULATIVE Lorsque nous croquons une pomme, la chair de celle-ci est blanche. Nous avons tous pu remarquer, après avoir oublié cette même pomme croquée sur une table pendant plusieurs minutes,

Plus en détail

Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie.

Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie. 13. Analyse de l eau Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie. Les eaux des rivières, des fleuves, des mares ou des

Plus en détail

Étude de validation du Bluestar Forensic

Étude de validation du Bluestar Forensic Étude de validation du Bluestar Forensic I. Matériels et matières utilisés II. des tests 2.1. Détermination du seuil de sensibilité du kit Bluestar 2.2. Détermination de taches en fonction de leur volume

Plus en détail

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif 1. Question 1 Etant donné que le germanium (Ge) est dans la même colonne que le carbone, cela implique qu il possède 4 électrons

Plus en détail

Expérience : Extraction de la caféine dans des sodas et dosage.

Expérience : Extraction de la caféine dans des sodas et dosage. Expérience : Extraction de la caféine dans des sodas et dosage. On propose dans ce fichier de doser la caféine contenue dans une boisson. La première étape consiste à extraire la caféine d une à l aide

Plus en détail

3: Clonage d un gène dans un plasmide

3: Clonage d un gène dans un plasmide 3: Clonage d un gène dans un plasmide Le clonage moléculaire est une des bases du génie génétique. Il consiste à insérer un fragment d'adn (dénommé insert) dans un vecteur approprié comme un plasmide par

Plus en détail

Génétique kits. Kit de précipitation de l ADN. Réf : 117 029. Français p 1. Version : 8003

Génétique kits. Kit de précipitation de l ADN. Réf : 117 029. Français p 1. Version : 8003 kits Français p 1 Kit de précipitation de l ADN Version : 8003 1 Composition Quantité nécessaire pour 25 tests. - 25 ml de solution d ADN (de saumon) à 1mg/mL (tampon Tris-HCI 0,010 M, ph 8,0 en présence

Plus en détail

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya 3. Identification du sol. 3.1. Généralités. On a procédé à faire une identification du sol en ce qui concerne ses propriétés, indices et son état initial. Ceci pour identifier, sur un profil de 5 m de

Plus en détail

Production et législation des levures biologiques différences entre les levures sèches actives biologiques et traditionnelles

Production et législation des levures biologiques différences entre les levures sèches actives biologiques et traditionnelles Production et législation des levures biologiques différences entre les levures sèches actives biologiques et traditionnelles Rudolf Kreuz Journée d information oenologique 16 janvier 2015 Lausanne Procédé

Plus en détail

Streptocoques GELOSE COLUMBIA AU SANG FRAIS + A.N.C. Milieu d isolement sélectif enrichi, adapté aux exigences des Streptocoques.

Streptocoques GELOSE COLUMBIA AU SANG FRAIS + A.N.C. Milieu d isolement sélectif enrichi, adapté aux exigences des Streptocoques. GELOSE COLUMBIA AU SANG FRAIS + A.N.C Milieu d isolement sélectif enrichi, adapté aux exigences des Streptocoques. COMPOSITION : (pour 1L) Peptone Hydrolysat de protéines Amidon de maïs Chlorure de sodium

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

Chimie Troisième - Chapitre 2 : Conduction des liquides Chapitre 2 : Conduction des liquides

Chimie Troisième - Chapitre 2 : Conduction des liquides Chapitre 2 : Conduction des liquides Chapitre 2 : Conduction des liquides Massy Solution conductrices 16 p 60 : Vrai ou faux? Répondre aux affirmations suivantes par vrai ou faux et corriger les affirmations fausses.. 1. Toutes les solutions

Plus en détail

UTILISATION DU COMPLEXE IMMUN DANS LA DETECTION D ANTIGENE

UTILISATION DU COMPLEXE IMMUN DANS LA DETECTION D ANTIGENE T.P. 4.3 : UTILISATION DU COMPLEXE IMMUN DANS LA DETECTION D ANTIGENE Un lapin présente une forte réaction immunitaire sans qu il soit en contact avec un microbe susceptible de lui déclencher cette réaction.

Plus en détail

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2. La chimie de la vie Au menu aujourd hui Les éléments chimiques et l eau http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.jpg Au menu aujourd hui Les éléments chimiques

Plus en détail

G.O. : CHAPMAN : Lecture : Composition : g/l d eau distillée. Peptone pancréatique d organe 10 Extrait de viande 10 Chlorure de sodium 5 Agar 20

G.O. : CHAPMAN : Lecture : Composition : g/l d eau distillée. Peptone pancréatique d organe 10 Extrait de viande 10 Chlorure de sodium 5 Agar 20 G.O. : g/l d eau distillée Peptone pancréatique d organe 10 Extrait de viande 10 Chlorure de sodium 5 20 ph = 7.5 CHAPMAN : g/l d eau distillée Peptones 11,0 Extrait de viande 1,0 Chlorure de sodium 75

Plus en détail

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc.

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Le ph, c est c pas compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Conseiller en serriculture Des réponses r aux questions C est quoi et pourquoi c est c important? Conséquences d un d débalancementd? Comment

Plus en détail

Peptone trypsique de caséine : 15 g/l Peptone papaïnique de soja : 5 g/l. Chlorure de sodium

Peptone trypsique de caséine : 15 g/l Peptone papaïnique de soja : 5 g/l. Chlorure de sodium Milieux de culture Gélose trypticase soja Peptone trypsique de caséine : 15 g/l Peptone papaïnique de soja : 5 g/l Chlorure de sodium : 5 g/l gélose :15 g/l Cette gélose permet la culture de micro-organismes

Plus en détail

KIT COMPOSITION DU LAIT A RECEPTION DU COLIS : COMPOSITION (pour 10 binômes)

KIT COMPOSITION DU LAIT A RECEPTION DU COLIS : COMPOSITION (pour 10 binômes) : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : @ :sordalab@wanadoo.fr KIT COMPOSITION DU LAIT Ref: CPLAI A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en page 1 Stocker l ensemble

Plus en détail

OLYMPIADES REGIONALES de LA CHIMIE - XX ème édition PROTOCOLE EXPERIMENTAL

OLYMPIADES REGIONALES de LA CHIMIE - XX ème édition PROTOCOLE EXPERIMENTAL UNIVERSITE DE CAEN 2004-03-03 LYMPIADES REGINALES de LA CHIMIE - XX ème édition PRTCLE EXPERIMENTAL Durée 2 h Au début du XX ème siècle, l industrie des produits cosmétiques connaît un développement exponentiel.

Plus en détail

1) L ion borate est une base, écrire la demi-équation acido-basique correspondante : BO 2

1) L ion borate est une base, écrire la demi-équation acido-basique correspondante : BO 2 Chimie : Séance n 2 I. Réaction entre l acide acétique et l ion borate : On mélange 25,0 ml d une solution d acide acétique de concentration 2,50.10 2.L 1 et 75,0 ml d une solution de borate de sodium

Plus en détail

Cyanures non oxydables au chlore : fraction massique des cyanures totaux moins la fraction massique des cyanures libres.

Cyanures non oxydables au chlore : fraction massique des cyanures totaux moins la fraction massique des cyanures libres. 1. Objet E.II.4.V1 DOSAGE DES CYANURES TOTAUX ET LIBRES : MÉTHODES D ANALYSE EN FLUX CONTINU Cette procédure a pour objet la détermination de la teneur en cyanures libres, en cyanures non oxydables au

Plus en détail

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière.

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière. Chapitre n 2 3 Conduction électrique et structure de la matière. T.P.n 1: Les solutions aqueuses sont-elles conductrices? >Objectifs: Tester le caractère conducteur ou isolant de diverses solutions aqueuses.

Plus en détail

LES SUCRES. Exemple : Représentation du glycéraldéhyde (2, 3 dihydroxypropanal)

LES SUCRES. Exemple : Représentation du glycéraldéhyde (2, 3 dihydroxypropanal) LES SUCRES I ) Compléments de Stéréochimie 1) Représentation de Fischer Pour les sucres et les acides aminés, on utilise une autre représentation des molécules dans l'espace : la représentation de Fischer.

Plus en détail

Sciences physiques et chimiques

Sciences physiques et chimiques bac pro Philippe Adloff Hervé Gabillot Eyrolles Éducation / Gep Éditions, 2014 ISBN : 978-2-84425-946-2 Sciences physiques et chimiques Seconde professionnelle 100 % Exercices expérimentaux science et

Plus en détail

TP 8 Détermination de l activité spécifique d une enzyme.

TP 8 Détermination de l activité spécifique d une enzyme. TP 8 Détermination de l activité spécifique d une enzyme. Les objectifs de cette séance : - Apprendre à faire une réaction enzymatique. - Adapter les manipulations de chimie en TP de biologie. - Savoir

Plus en détail

QUI A TUE PAMELA ROSE (TESTS DES IONS)

QUI A TUE PAMELA ROSE (TESTS DES IONS) QUI A TUE PAMELA ROSE (TESTS DES IONS) classe : troisième durée : 1h30 Travail préparatoire sur les tests des ions : (réalisé en classe et noté au tableau, sans traces pour les élèves à ce stade.) Il est

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Préparation des solutions

LABORATOIRES DE CHIMIE Préparation des solutions LABORATOIRES DE CHIMIE Préparation des solutions La préparation des solutions est un des actes majeurs de la chimie. Une solution se prépare toujours dans une fiole jaugée. Tout prélèvement se fait avec

Plus en détail

Tableau d avancement

Tableau d avancement Terminale S - AP SPC 6 Tableau d avancement Objectifs : Savoir réaliser un bilan de matière initial, intermédiaire ou final grâce à un tableau d avancement. Une transformation chimique est l évolution

Plus en détail

COULEURS LIQUIDES OU TEINTURES DITES DE COPENHAGUE

COULEURS LIQUIDES OU TEINTURES DITES DE COPENHAGUE COULEURS LIQUIDES OU TEINTURES DITES DE COPENHAGUE Les couleurs liquides sous émail se composent de sels métalliques dissous dans de la glycérine et de l'eau, c'est pourquoi elles prennent aussi le nom

Plus en détail

Méthode. sulfures totaux dans l eau par colorimétrie Page : 1 de 16

Méthode. sulfures totaux dans l eau par colorimétrie Page : 1 de 16 par colorimétrie Page : 1 de 16 AVERTISSEMENT : Avant d appliquer cette méthode, consulter les manuels d instructions, les fiches signalétiques et autres documents portant sur la sécurité. Le timbre d'encre

Plus en détail

L2 Microbiologie, TD06 Nutrition et croissance des bactéries

L2 Microbiologie, TD06 Nutrition et croissance des bactéries # Andrew Tolonen (atolonen@genoscope.cns.fr) # avril 2014 L2 Microbiologie, TD06 Nutrition et croissance des bactéries Exercice 1 : les phrases suivantes sont-elles vraies ou fausses? A- le terme auxotrophe

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail