L Education thérapeutique pour

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Education thérapeutique pour"

Transcription

1 L Education thérapeutique pour les nuls Dany Baud CHS Pneumologie(Chevilly Larue) Groupe de travail ETP/ SPLF «Ether» Dr François Martin CH Dreux 1

2 Vous avez dit «nuls»? Qu est ce qu être nul? Qui est nul? - Les médecins? -Les malades? Faire avec le savoir et l expérience de chacun sous peine de double exclusion; l exemple de Mme X et de ses gants 2

3 A case vignette highlightinga commonclinicalproblem (N EnglJ Med August 19, 2010) Une femme de 46 ans hospitalisée en soins intensifs à deux reprises l an passé pour asthme, présente depuis 4 jours une rhinopharyngite et depuis 6 heures un essoufflement avec des sifflements. Habituellement, elle n utilise les CSI prescrits, qu en cas de symptômes ce qui est rare. Elle utilise généralement le salbutamol2x/j mais 6 à 8x depuis 3 jours. 3

4 L ETP un renversement de position Question du N Engl Comment prendre en charge ce cas dans le service des urgences? La question de «l éducateur» Comment la patiente aurait pu éviter ou faire face à cette exacerbation? 4

5 L ETP Pour qui, comment, pourquoi? S adresse aux patients atteints de maladies chroniques Implique une centration sur le patient Est intégrée aux soins Aide les patients à acquérir des compétences de 2 types -d autosoins -d adaptation ou psychosociales 5

6 Les compétencesd autosoins Comprendre, s expliquer Repérer, analyser, mesurer Faire face, décider Résoudre un problème thérapeutique Pratiquer, faire Adapter, réajuster, initier un autotraitement Utiliser les ressources du système de soins 6

7 Les compétences d adaptation Avoir confiance en soi Développer un sentiment d auto-efficacité Renforcer ou même restaurer l image soi Savoir gérer ses émotions, son stress Informer son entourage Rechercher de l aide S observer, s évaluer 7

8 L ETP en pratique «Au commencement était le patient» Connaître le patient dans toutes ses dimensions (est, fait, a, sait, voudrait) Comment? - Entretien, écoute technique, récit de vie, projet Dans quels buts? -Acquérir des compétences (objectifs pédagogiques) - Établir un programme personnalisé d ETP (Séances, calendrier, méthodes pédagogiques, évaluation) 8

9 Le cycle de l ETP Reprise Diagnostic éducatif Evaluation Objectifs pédagogiques Programme personnalisé 9

10 Retour au cas-vignette Ce que l on sait -données biomédicales: passé récent d asthme grave, traitement de fond non pris, méconnaissance possible des effets des effets des médicaments, prise quotidienne de Beta2 +, facteur déclenchant identifiable infectieux Ce que l on ne sait pas -aucune donnée psychosociale ET pourtant 10

11 Recommandations pour la sortie Médicaments Education d USI. - Revoir les effets et les doses des médicaments de l asthme - Revoir les techniques de prise des inhalateurs - Apprendre au patient à repérer les signes d un asthme non contrôlé - Fournir au patient un plan d action Suivi 11

12 Et pourtant Que dit le Chapeau? Le nombre des visites en urgence pour asthme varie selon des données sociodémographiques Enfant/adultes = 11,2/7,8 pour 100 personnes Noirs/blancs = 21/7 Hispaniques /non hispaniques = 12,4/8,4 Femmes /homme = 2 pour 1 En dehors de l éducation, existe-t-il un traitement capable de modifier ces phénotypes de gravité? 12

13 Conclusion L ETP Est centrée sur le patient N est pas une simple information Implique une formation des acteurs et des programmes définis Repose sur l intelligibilité partagée Vise l action et le changement Fait partie intégrante des soins S évalue 13

14 14

15 la mise en œuvre de l ETP (ou un été réglementaire foisonnant ) HPST Décrets Arrets 15

16 Code de la santé publique Partie législative Première partie : Protection générale de la santé Livre Ier : Protection des personnes en matière de santé Titre VI : Education thérapeutique du patient Chapitre II : Dispositions pénales Article L1162-1Créé par LOI n du 21 juillet art. 84 Est puni de d'amende le fait de mettre en œuvre un programme sans une autorisation prévue aux articles L et L /05/10 F. Martin Pdt de la Conférence Régionale de Santé 16

17 05/05/10 F. Martin Pdt de la Conférence Régionale de Santé 17

18 Le décret relatif aux CONDITIONS D AUTORISATION des programmes d ETP (2 août 2010) Arrêtés relatifs au CAHIER DES CHARGES des programmes d ETP et à la composition du DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION (2 août 2010 Le décret et arrêté relatifs aux COMPÉTENCES requises pour dispenser l ETP (2 août 2010)

19 L équipe Transparence Le programme Évaluation La coordination Confidentialité Déontologie La solidité d une chaîne est déterminée par son maillon le plus faible

20

21

22 UTEP ou Service? 22

23 Pôle Addictologie Prévention Éducation ETP CH Dreux 23 15/04/09 F Martin

24 Principe de conception et évolution des programmes Identification des besoins Identification des compétences à acquérir (autosoins et adaptation) Conception du programme structuré Visibilité du parcours éducatif en lien avec le parcours de soins. Évoluent selon les besoins des patients, les recommandations 24

25 Critères de qualité d un programme d éducation thérapeutique (HAS, circulaire DHOS 16 juillet 2008) 1. un programme structuré: écrit (diagnostic éducatif, mise en œuvre,éval,suivi )faisant références a des éléments publiés (HAS) 2. Réalisé par des professionnels formés 3. coordinationavec acteurs sur le territoire de santé (médecin traitant) 4. Files actives identifiables

26 26 26

27 Les programmes Typologie :filières (asthme) / ouverts (préducoeur) Un responsable par programme Un staff mensuel ETP Élaboration d un rapport d activité annuel Évaluation adaptation des programmes aux besoins des patients (outils pédagogiques,recommandations ) Coordination,information au medecin traitant Health Promoting Hospitals 27

28 Les «programmes»: Asthme:enfants,adultes (filière) M.Ducret Préducoeur:ateliers(ouverts) ; Antivit K (liaison) I Huneau B Decelle Stomies: G Laisney (7,5 consultations par patient) Rhumatismes inflamatoires:(biothérapies) C Deulet En projet ;BPCO En partenariat avec service:diabete(1 et 2;service de diabétologie) une IDE;une diet (ETP) En lien avec le CLAT :Tuberculose (0,2 IDE) Health Promoting Hospitals

29 Principes organisationnels de l UTEP (unité transversale d éducation thérapeutique ) CH Dreux Une organisation transversale INTRA HOSPITALIERE: 1. Unité fonctionnelle «Education thérapeutique» Budget fléchés éducation thérapeutique Pas de dispersion des budgets Concentration des efforts de recherche de financement Interlocuteur unique pour les tutelles Affectation comptable des effectifs dédiés 2.Rattachement hiérarchique à un pôle centre de responsabilité Formation des équipes Staffs mensuels Bilans d activité Conseil méthodologique Garant de la qualité du programme 3.Rattachement fonctionnel aux unités de soins concernées 29

30 Principes organisationnels Une organisation transversale TERRITORIALE (en lien avec la ville) : Formations (FMC, EPU, associations patients...) Coordination (réseaux, ASV, CES CPAM) Communication (journées OMS, radio locale ) Une culture de la promotion de la santé à l'hôpital Organisation apprenante, communication, empowerment Intégration réciproque soin prévention 30

31 Professionnels ressources : les paramédicaux 2 niveaux d intervention et de compétence Sanctuariser / polyvalence / chronophage Professionnels dédiésformés(du,master 2 ) à l éducation thérapeutique) équipe ressource 9,65 ETP dont: 5,4 IDE: 1 ETP diabétologie; 1 ETP asthme; 1 ETP cardiovasculaire ; 0,8 ETP rhumatologie; 1 ETP chirurgie (stomies); 0,6 ETP BPCO Autres professionnels : 3,6 diététiciennes (dont 1 ETP diabeto); 0,5 ETP documentaliste; 0,25 ETP cadre santé; 0,5 ETP secrétariat Un praticien référent médical par discipline ;un PH coordinateur (0,20 ETP) Professionnels relaisdes unités de soins intégrant la relation éducative dans la démarche de soins au quotidien formation interne sensibilisation (une journée de formation annuelle pour 8 à 10 IDE/année ) ETP CH Dreux 31 15/04/09 F Martin

32 Health Promoting Hospitals 15/04/09 F Martin ETP CH Dreux 32

A propos d un dispositif hospitalier d éducation thérapeutique

A propos d un dispositif hospitalier d éducation thérapeutique A propos d un dispositif hospitalier d éducation thérapeutique Mise en œuvre au sein du pole d activités addictologie prévention éducation du CH Dreux (28) ETP CH Dreux 1 Un historique rapide Un contexte

Plus en détail

Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée

Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée PREAMBULE. La prévalence des maladies chroniques est en progression constante. 15 millions de personnes présenteraient une affection

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE

EDUCATION THERAPEUTIQUE EDUCATION THERAPEUTIQUE Qu est ce que la santé? Définition OMS 1948: absence de maladie et bien être physique mental et social complet Définition refusée par le ministère de la santé 13 millions de malades

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES. Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES. Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die LES RENCONTRES DU MANAGEMENT Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die Dr Florence TARPIN-LYONNET Chef de Pôle des activités de soins et d Hospitalisation à Domicile CH Crest Présidente CME Retour

Plus en détail

Formations à l éducation thérapeutique du patient

Formations à l éducation thérapeutique du patient Nouvelles dates 2016 Nouvelles formations Formations à l éducation thérapeutique du patient Formation n 1 (6 jours) Mettre en place une démarche d éducation thérapeutique Mettre en place une démarche d

Plus en détail

Éducation thérapeutique du patient Rôle du pharmacien

Éducation thérapeutique du patient Rôle du pharmacien Éducation thérapeutique du patient Rôle du pharmacien Fabienne BLANCHET La Baule - 12 octobre 2010 1 L éducation thérapeutique du patient «Selon l OMS, l éducation thérapeutique du patient vise à aider

Plus en détail

Projet formation éducation thérapeutique INK G. BOURIC / D. DELPLANQUE Version 2016

Projet formation éducation thérapeutique INK G. BOURIC / D. DELPLANQUE Version 2016 Projet formation éducation thérapeutique INK G. BOURIC / D. DELPLANQUE Version 2016 PROJET FORMATION -EDUCATION THERAPEUTIQUE - EDUCATION A LA SANTE- A l USAGE DES PRATICIENS Dominique DELPLANQUE / Gaële

Plus en détail

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Juillet 2013 Contexte d utilisation Objet de la prise en charge Autre objet de prise en charge Un projet et

Plus en détail

LA SANTÉ ET LA PRÉCARITÉ UN

LA SANTÉ ET LA PRÉCARITÉ UN LA SANTÉ ET LA PRÉCARITÉ UN NÉCESSAIRE TRAVAIL EN RÉSEAUX! Intervention DU «santé précarité» Vendredi 11 janvier 2013 de 11H à 13H Marina LAZZARI coordinatrice du réseau Santé Solidarité Lille Métropole

Plus en détail

PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT

PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT Centre Hospitalier de Dreux PÔLE ANP PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT Version n Nombre de pages : 7 Diffusée le :16/12/2015 Appliquée le : Rédigée par : Mme

Plus en détail

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares»

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» (mars 2007) Ministère de la Santé et des Solidarités DHOS Bureau O4 1 Table des matières 1. DESCRIPTION DU CENTRE DE COMPETENCES...4 1.1 L'EQUIPE

Plus en détail

FICHE DE POSTE POSTE INFIRMIER DE JOUR HAD-POLE 93G13

FICHE DE POSTE POSTE INFIRMIER DE JOUR HAD-POLE 93G13 Page 1 sur 6 Métier INFIRMIER Intitulé du poste INFIRMIER EN AMBULATOIRE Villes de rattachements Bobigny, Pantin TITULAIRE DU POSTE : Localisation 48,rue Louise Michel 93000 BOBIGNY Version 1 Composition

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE INAUGURATION DES LOCAUX DE L UNITE TRANSVERSALE D EDUCATION THERAPEUTIQUE AU CENTRE HOSPITALIER DE BETHUNE PRESENTATION DE l UTEP En juillet 2003, l Hôpital s est doté d une Unité

Plus en détail

Pôle Handicap Neurologique Ile De France. L outil des réseaux neurologiques

Pôle Handicap Neurologique Ile De France. L outil des réseaux neurologiques Pôle Handicap Neurologique Ile De France L outil des réseaux neurologiques L état des lieux (1) Les réseaux de santé neurologiques et les expérimentations en Ile de France Les Réseaux neurologiques: Missions

Plus en détail

Un programme d éducation thérapeutique pour les personnes vivant avec le VIH

Un programme d éducation thérapeutique pour les personnes vivant avec le VIH Un programme d éducation thérapeutique pour les personnes vivant avec le VIH une élaboration et une mise en œuvre impliquant l association Aides 44 et l équipe éducative du service d infectiologie CHU

Plus en détail

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES ASTHME

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES ASTHME L asthme est une maladie inflammatoire chronique des voies aériennes, caractérisée par une obstruction bronchique variable dans le temps. Sous-diagnostiqué et insuffisamment pris en charge dans la population

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE POUR DIFFUSION AUX AGENTS PPRS/DGP/ERH4/CB/SC/DEJ/N 16-03 POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE GRADE : FONCTION DE RATTACHEMENT :

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Projet de santé de la MSP du Véron 2014

Projet de santé de la MSP du Véron 2014 Projet de santé de la MSP du Véron 2014 Préambule «La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.»(oms 1946)

Plus en détail

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 Patient(e)s atteint(e)s d un cancer du sein BINOIT NATHALIE ROUSSEAU SOPHIE 17 JUIN 2014 Pourquoi ce projet? Le cancer : une maladie chronique? Les soins de support

Plus en détail

Les attentes institutionnelles dans l éducation thérapeutique

Les attentes institutionnelles dans l éducation thérapeutique Groupement Hospitalier Pitié Salpetrière Charles Foix Les attentes institutionnelles dans l éducation thérapeutique Valérie ACHART-DELICOURT Coordinateur Paramédical P3I journées infirmières JNI 2012 Source

Plus en détail

Le projet d organisation du programme PRADO ( CPAM/DRSM)

Le projet d organisation du programme PRADO ( CPAM/DRSM) Le projet d organisation du programme PRADO ( CPAM/DRSM) Une place importante du programme PRADO dans le bloc commun plan ONDAM /virage ambulatoire Dans les projets d orientation et de prise en charge

Plus en détail

L accompagnement dans les maladies rares

L accompagnement dans les maladies rares L accompagnement dans les maladies rares Marie-Pierre BICHET Vice présidente de l Alliance Maladies Rares Poitiers 3 mars 2016 L accompagnement dans les maladies rares Vivre avec une maladie rare c est

Plus en détail

Pistes de réflexion pour une valorisation «hors T2A» de l activité transversale en infectiologie

Pistes de réflexion pour une valorisation «hors T2A» de l activité transversale en infectiologie Pistes de réflexion pour une valorisation «hors T2A» de l activité transversale en infectiologie Arnaud Pouillart Centre hospitalier Louis Pasteur de Dole 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise,

Plus en détail

FORMATION Education Thérapeutique

FORMATION Education Thérapeutique FORMATION Education Thérapeutique La (MRSS) a pour objectif de porter, concevoir et accueillir les dispositifs permettant l amélioration des prises en charge des patients, par la coordination des acteurs

Plus en détail

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO INTERET D UN CARNET SIDIIEF DE MONTREAL SUIVI 2015 EN ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO l di bi Claudine BUSSET Fabienne GRAVERON infirmières cadres de santé Etablissement MGEN

Plus en détail

Le manager territorial, un acteur-clé de la santésécurité

Le manager territorial, un acteur-clé de la santésécurité Le manager territorial, un acteur-clé de la santésécurité au travail Centre de gestion de la Petite Couronne d Ile-de-France 6 octobre 2015 Christophe LEMOINE Directeur adjoint chargé de la formation Les

Plus en détail

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé Centre Hospitalier de Dreux Pôle Admissions Non Programmées (ANP) PROFIL DE POSTE Cadre de santé SMUR / CESU/ SAU/ HTCD Version n 1 Nombre de pages : 5 Diffusée le : Mars 2015 Appliquée le : Rédigée par

Plus en détail

FORMATION INFIRMIERE

FORMATION INFIRMIERE FORMATION INFIRMIERE UN NOUVEAU REFERENTIEL DE FORMATION Sources : documents de travail de la DHOS (de décembre 2008 à mars 2009) LE POURQUOI DE LA REINGENERIE DE LA FORMATION LMD ECTS Ministère de l enseignement

Plus en détail

Education thérapeutique des aidants informels de patients atteints d une maladie d Alzheimer ou maladie apparentée.

Education thérapeutique des aidants informels de patients atteints d une maladie d Alzheimer ou maladie apparentée. Education thérapeutique des aidants informels de patients atteints d une maladie d Alzheimer ou maladie apparentée. L e r é s e a u d e s a n t é Symbiose : Léna Po u l a i n, P i e r r e Pitsaer, F r

Plus en détail

UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG

UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG MAGALI BERNARD Réseau des PH en hygiène 26.06.13 DEFINITION D UN EIG Evénement Indésirable Grave : Tout évènement indésirable à l origine du décès,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 17 mars 2016 fixant le cahier des charges national relatif aux projets pilotes d accompagnement à

Plus en détail

AIDE A L EVALUATION DES RPS DANS LES COLLECTIVITES. Date : 13/10/2015 PREVENTICA LYON Intervenants : Franck DALPAN, ACFI

AIDE A L EVALUATION DES RPS DANS LES COLLECTIVITES. Date : 13/10/2015 PREVENTICA LYON Intervenants : Franck DALPAN, ACFI AIDE A L EVALUATION DES RPS DANS LES COLLECTIVITES Date : 13/10/2015 PREVENTICA LYON Intervenants : Franck DALPAN, ACFI Programme Généralités Généralités Cadre réglementaire Démarche de prévention : Phases

Plus en détail

L éducation thérapeutique dans les réseaux. L exemple du réseau Santé Nutrition diabète 41

L éducation thérapeutique dans les réseaux. L exemple du réseau Santé Nutrition diabète 41 L éducation thérapeutique dans les réseaux L exemple du réseau Santé Nutrition diabète 41 Louisette MONIER Coordonnatrice Vincent LESIRE Directeur Qualité santenutritiondiabete41@wanadoo.fr Contexte local

Plus en détail

PLAN REGIONAL SPORT SANTE BIEN ETRE

PLAN REGIONAL SPORT SANTE BIEN ETRE Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la cohésion sociale du Centre PLAN REGIONAL SPORT SANTE BIEN ETRE Mardi 17 novembre 2015 Descartes Journée thématique Sport Santé - ANDIISS Centre 23

Plus en détail

Grand-duché du Luxembourg 2013: Santé mentale et psychiatrie

Grand-duché du Luxembourg 2013: Santé mentale et psychiatrie Grand-duché du Luxembourg 2013: Santé mentale et psychiatrie Etude du CRP-Santé Conférence de presse 26 Septembre 2013 SOMMAIRE Contexte Méthodologie Résultats Quelques chiffres clés Le cadre politique

Plus en détail

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé Centre Hospitalier de Dreux Pôle Admissions Non Programmées (ANP) PROFIL DE POSTE Cadre de santé Réanimation Polyvalente / Unité de Surveillance Continue (USC) Version n Nombre de pages : Diffusée le :

Plus en détail

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF Amandine Potier Psychologue 3C Besançon I Un dispositif d annonce : pourquoi? Le 28 novembre 1998 à Paris ont lieu les premiers états généraux de patients

Plus en détail

L OUTIL «CLASSE ÉTAPE» UNE MODALITÉ DE COOPÉRATION MÉDICO-SOCIAL / EDUCATION NATIONALE

L OUTIL «CLASSE ÉTAPE» UNE MODALITÉ DE COOPÉRATION MÉDICO-SOCIAL / EDUCATION NATIONALE L OUTIL «CLASSE ÉTAPE» UNE MODALITÉ DE COOPÉRATION MÉDICO-SOCIAL / EDUCATION NATIONALE UN AGRÉMENT «Les Instituts Thérapeutiques, Educatifs et Pédagogiques accueillent les enfants adolescents ou jeunes

Plus en détail

OBJECTIFS DE LA RENCONTRE

OBJECTIFS DE LA RENCONTRE OBJECTIFS DE LA RENCONTRE Reconnaître les variables de l environnement psychosocial de travail Connaître les risques pour la santé reliés aux contraintes psychosociales de l organisation du travail Connaître

Plus en détail

Comment intégrer l Innovation via les Commissions les COMEDIMS?

Comment intégrer l Innovation via les Commissions les COMEDIMS? Comment intégrer l Innovation via les Commissions les COMEDIMS? Gaël Grimandi Vice-Président COMEDIMS CHU de Nantes Définitions «L innovation est la capacité à créer de la valeur en apportant quelque chose

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 Groupement Hospitalier de Territoire - Haute Bretagne : 11 établissements publics de santé engagés au service de la population Jeudi 30 juin, la convention constitutive

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE INDUSTRIE, ÉNERGIE ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Décret n o 2012-279 du 28 février 2012 relatif à l Institut

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

PLACE DU SST DANS LE CHAMP. Alcool et travail

PLACE DU SST DANS LE CHAMP. Alcool et travail PLACE DU SST DANS LE CHAMP Alcool et travail Dr M.C SOULA MIRTMO Dr A.GILLET DRTEFP IDF Décembre 2006 Plan 1. Quelques chiffres 2. Rappels chronologiques et juridiques 3. Méthodologie d intervention et

Plus en détail

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Filières et réseaux de gériatrie Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Population âgée en forte augmentation Augmentation de l espérance de vie à

Plus en détail

Intégration des services, gestion de cas, et M.A.I.A.

Intégration des services, gestion de cas, et M.A.I.A. L évolution programmée de l accompagnement des malades Alzheimer et de leurs familles: la Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades Alzheimer ( M.A.I.A. ) Stéphanie FACHE, Pilote local, Expérimentation

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT Chloë Bezel HL Le Vigan Armelle Develay-Rambourg CHU Nîmes Eric Jobard CH St Brieuc Claire Pollet EPSM Armentières Edgar Tissot CHS Novillars Définition «L ETP vise à

Plus en détail

Projet médico-social 2013-2017

Projet médico-social 2013-2017 Projet médico-social 2013-2017 C E N T R E H O S P I T A L I E R R É G I O N A L D O R L É A N S Hôpital Porte Madeleine 1, rue Porte Madeleine BP 2439 45032 Orléans cedex 1 Le service social de par ses

Plus en détail

9 ème Colloque inter 3C

9 ème Colloque inter 3C 9 ème Colloque inter 3C L éducation thérapeutique du patient pour qui pourquoi? «Bien gérer sa thérapie orale au quotidien». Programme d éducation thérapeutique inter hospitaliers pour les patients recevant

Plus en détail

Présentation du réseau. Marie-Astrid BLANCHARD (CESEL) Mathilde HERNANDEZ (UPE CH Dreux) Novembre 2008

Présentation du réseau. Marie-Astrid BLANCHARD (CESEL) Mathilde HERNANDEZ (UPE CH Dreux) Novembre 2008 Présentation du réseau Marie-Astrid BLANCHARD (CESEL) Mathilde HERNANDEZ (UPE CH Dreux) Novembre 2008 CRESCENDOC : les origines Contexte : Réseau établi dans le cadre du SREPS Région centre 2003-2007 «renforcement

Plus en détail

THERAPEUTIQUE GENERALE

THERAPEUTIQUE GENERALE THERAPEUTIQUE GENERALE I- Définitions : - Pharmacologie : Etude des médicaments dans l organisme. La pharmacocinétique correspond au devenir du médicament au sein de l organisme et la pharmacodynamie étudie

Plus en détail

Convention constitutive et charte de bonnes pratiques

Convention constitutive et charte de bonnes pratiques Réseau Entre la Ville et l Hôpital pour l Orthogénie www.revho.fr Convention constitutive et charte de bonnes pratiques Préambule Conformément à l article L6321-1 du Code de la Santé Publique, «Les réseaux

Plus en détail

L éducation thérapeutique en addictologie

L éducation thérapeutique en addictologie L éducation thérapeutique en addictologie Dr Philippe DUMAS Dr Bernard STEFANI Praticiens hospitaliers Addictologues CSAPA La caravelle Hôpital de Grasse Qu est ce que l ETP? Un processus continu dont

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX 1 RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX La santé des élèves constitue un enjeu d'importance pour l'ecole : son incidence sur les apprentissages et la réussite scolaire,

Plus en détail

L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne

L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne 1 Stratégie régionale de l Agence Pourquoi un référentiel? Consolider l offre de santé coordonnée déjà en place Impulser et développer l exercice

Plus en détail

Présentation AG GCS TS Centre

Présentation AG GCS TS Centre Répertoire Opérationnel des Ressources Présentation AG GCS TS Centre 21 mars 2013, D. Linassier Plan Définitions Descriptions des offres de soins Modules spécialisés Organisation Les acteurs L organisation

Plus en détail

Recommandations pour le projet de santé et règlement intérieur des centres de santé

Recommandations pour le projet de santé et règlement intérieur des centres de santé Recommandations pour le projet de santé et règlement intérieur des centres de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant

Plus en détail

Document validé en CNP le 17/12/2010 et présenté aux DG ARS le 21/01/2011.

Document validé en CNP le 17/12/2010 et présenté aux DG ARS le 21/01/2011. Cahier des charges de la formation pour les représentants des usagers siégeant dans les diverses instances régionales et locales du système de santé Document validé en CNP le 17/12/2010 et présenté aux

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Date de dépôt des candidatures : 1 er juillet 30 septembre 2014 1 er janvier 31 mars 2015 APPEL A PROJETS DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Cahier des charges

Plus en détail

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 De l infirmier du travail à l infirmier spécialisé en santé au travail : reconnaître l infirmier comme

Plus en détail

Responsable du département. Production / Infrastructures

Responsable du département. Production / Infrastructures Page 1 sur 9 Nom Fonction REDACTEUR VERIFICATEUR APPROBATEUR Martine Véniard Directeur du système d information Directeur du personnel Direction générale Date 1/01/2016 Signature Sources : Répertoire des

Plus en détail

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015 ENTRETIEN PRENATAL Du dépistage à l accompagnement Colloque violences faites aux femmes Toulouse, 22 janvier 2015 F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme 1) La grossesse, un moment clé 2) L entretien précoce 3)

Plus en détail

LE RÉSEAU DES DS VU À TRAVERS LA LUNETTE DE L EMPOWERMENT

LE RÉSEAU DES DS VU À TRAVERS LA LUNETTE DE L EMPOWERMENT LE RÉSEAU DES DS VU À TRAVERS LA LUNETTE DE L EMPOWERMENT William A. «Bill» Ninacs Conférence nationale des DS de la FTQ Laval (Québec) décembre 2012 Esther et moi : PLAN DE LA PRÉSENTATION le développement

Plus en détail

Flash Info N 1. Les Risques psychosociaux (RPS)

Flash Info N 1. Les Risques psychosociaux (RPS) Page1 Flash Info N 1 Mars 2016 Service Hygiène & Sécurité Pôle Santé et Sécurité au Travail Les Risques psychosociaux (RPS) Introduction Prévenir les RPS, c'est conjuguer au bénéfice commun des agents

Plus en détail

REFERENTIEL INTERMINISTERIEL

REFERENTIEL INTERMINISTERIEL REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DE L INSPECTEUR SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Le présent référentiel interministériel s inscrit dans le contexte juridique en vigueur, qui prévoit

Plus en détail

PROPOSITION D'UN PROGRAMME D'EDUCATION THERAPEUTIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT TUBERCULEUX : Réseau National des CLAT Créteil 15/11/2012

PROPOSITION D'UN PROGRAMME D'EDUCATION THERAPEUTIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT TUBERCULEUX : Réseau National des CLAT Créteil 15/11/2012 PROPOSITION D'UN PROGRAMME D'EDUCATION THERAPEUTIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT TUBERCULEUX : Réseau National des CLAT Créteil 15/11/2012 1 Les pré requis 1 Contexte (file active/an), argumentaire

Plus en détail

LA PERSONNE DE CONFIANCE

LA PERSONNE DE CONFIANCE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE LA PERSONNE DE CONFIANCE Introduction L article 1111-6 du code de la santé publique,

Plus en détail

Catalogue des formations

Catalogue des formations Catalogue des formations IREPS Haute-Normandie 2014 Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé 1 Le mot du président Nos formations La formation, initiale et continue, en promotion de la

Plus en détail

LA REFORME DE NOTRE SYSTEME DE SANTE SE MET EN PLACE l UDAF 37 s organise en conséquence

LA REFORME DE NOTRE SYSTEME DE SANTE SE MET EN PLACE l UDAF 37 s organise en conséquence LA REFORME DE NOTRE SYSTEME DE SANTE SE MET EN PLACE l UDAF 37 s organise en conséquence La loi hôpital, patients, santé et territoires (loi HPST) du 21 juillet 2009 modifie en profondeur l organisation

Plus en détail

Guide pour le repérage des personnes en situation d illettrisme

Guide pour le repérage des personnes en situation d illettrisme Guide pour le repérage des personnes en situation d illettrisme La personne ne maîtrise pas le français et/ou les compétences de base NON Action d alphabétisation A-t-elle été confrontée à l apprentissage

Plus en détail

SSR ET TERRITOIRES :

SSR ET TERRITOIRES : SSR ET TERRITOIRES : OPTIMISER LES PARCOURS PATIENTS Dr Lawrence BORIES Gériatre Chef du pôle d activité clinique et médical 1 Projet médical de territoire et Soins de suite et réadaptation : Témoignage

Plus en détail

FORMATION A LA MEDIATION SOCIALE

FORMATION A LA MEDIATION SOCIALE FORMATION A LA MEDIATION SOCIALE Contenu des modules de formation Association I.E.F. 54 Rue de Rome 13001 Marseille tél 04 96 10 11 96 tél 04 96 10 11 98 Association I.E.F. Loi 1901 N 0133102851 DU 12

Plus en détail

Pour un soin du patient diabétique centré sur son projet de vie Incidence sur les pratiques pédagogiques d une équipe soignante

Pour un soin du patient diabétique centré sur son projet de vie Incidence sur les pratiques pédagogiques d une équipe soignante Pour un soin du patient diabétique centré sur son projet de vie Incidence sur les pratiques pédagogiques d une équipe soignante François ZITO Cadre de santé Pôle Prestataire Coordinateur Education thérapeutique

Plus en détail

EVOLUTION DU CHAMP DE LA FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL AU MALI

EVOLUTION DU CHAMP DE LA FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL AU MALI EVOLUTION DU CHAMP DE LA FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL AU MALI Sidiki TRAORE Professeur Directeur Général de l Institut National de Formation des Travailleurs Sociaux INFTS Bamako,Mali INTRODUCTION Deux

Plus en détail

La scolarisation de l enfant patient :

La scolarisation de l enfant patient : La scolarisation de l enfant patient : place du PAI dans le parcours éducatif Dr Anne SPITERI (pédiatre endocrinologue - CHU de Grenoble) Le Projet d Accueil Individualisé (Mise à jour le 09.04.2013 Service

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

Franck Laureyns réagit au rapport de synthèse de Laurent Hénart : «Les. métiers en santé de niveau intermédiaire» paru dans Hegel Vol.

Franck Laureyns réagit au rapport de synthèse de Laurent Hénart : «Les. métiers en santé de niveau intermédiaire» paru dans Hegel Vol. Hegel Vol. 1 N 2 2011 77 LETTRE À LA RÉDACTION Franck Laureyns réagit au rapport de synthèse de Laurent Hénart : «Les métiers en santé de niveau intermédiaire» paru dans Hegel Vol. I n 1 Pour faire suite

Plus en détail

ECONOMIE DE LA SANTE. Critères de jugement et indicateurs. L Evaluation des Technologies Médicales: LES CRITERES DE JUGEMENT LES CRITERES DE JUGEMENT

ECONOMIE DE LA SANTE. Critères de jugement et indicateurs. L Evaluation des Technologies Médicales: LES CRITERES DE JUGEMENT LES CRITERES DE JUGEMENT UNIVERSITE RENE DESCARTES Faculté de Pharmacie MASTERE 2007-2008 ECONOMIE DE LA SANTE L Evaluation des Technologies Médicales: LES CRITERES DE JUGEMENT Professeur Robert LAUNOIS REES Réseau d Evaluation

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR. Janvier 2012 1

CE QU IL FAUT SAVOIR. Janvier 2012 1 QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES «EXPERIMENTATION DE NOUVEAUX MODES D ORGANISATIONS DES SOINS DESTINES A OPTIMISER LES PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE»

Plus en détail

ACCORD RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DE L EMPLOI ET DES COMPETENCES (G.P.E.C.) DANS LE GROUPE SANOFI EN FRANCE

ACCORD RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DE L EMPLOI ET DES COMPETENCES (G.P.E.C.) DANS LE GROUPE SANOFI EN FRANCE ACCORD RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DE L EMPLOI ET DES COMPETENCES (G.P.E.C.) DANS LE GROUPE SANOFI EN FRANCE Entre Les sociétés françaises du Groupe SANOFI représentées par Jean-Marc GRAVATTE,

Plus en détail

Le plan autisme 2013-2017 prévoit la création d Unités d Enseignements (UE) en classes maternelles pour des enfants avec autisme ou autres TED.

Le plan autisme 2013-2017 prévoit la création d Unités d Enseignements (UE) en classes maternelles pour des enfants avec autisme ou autres TED. Cahier des charges relatif à la création par extension de 7 places de SESSAD ou d IME (semi-internat) à destination de jeunes enfants de 3 à 6 ans avec autisme et autres TED et accompagnés au sein d une

Plus en détail

BAYONNE jeudi 25 octobre 2012. Laurence ARGUILLERE-BULTEL Vice- Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail Grand Port Maritime du Havre

BAYONNE jeudi 25 octobre 2012. Laurence ARGUILLERE-BULTEL Vice- Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail Grand Port Maritime du Havre BAYONNE jeudi 25 octobre 2012 Laurence ARGUILLERE-BULTEL Vice- Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail Grand Port Maritime du Havre De quoi parle-t-on? Conduites Addictives Les modes d

Plus en détail

La cartographie des acteurs de la prévention les compétences du CHSCT

La cartographie des acteurs de la prévention les compétences du CHSCT Formation des personnes ressources chargées d accompagner les membres des comités d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Secrétariat général DGRH C1 La cartographie des acteurs de

Plus en détail

LE GUIDE. Définir un projet. L appel à initiatives de la Croix-Rouge française

LE GUIDE. Définir un projet. L appel à initiatives de la Croix-Rouge française LE GUIDE Définir un projet L appel à initiatives de la Croix-Rouge française 2 Définir un projet Un projet, c est une idée qui se transforme en réalité Monter un projet c est vouloir changer quelque chose

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES CONCERNANT «Prospection et accompagnement des entreprises candidates au label Empl itude»

CAHIER DES CHARGES CONCERNANT «Prospection et accompagnement des entreprises candidates au label Empl itude» CAHIER DES CHARGES CONCERNANT «Prospection et accompagnement des entreprises candidates au label Empl itude» CONTEXTE ET ENJEUX La labellisation Empl itude représente un levier de valorisation économique

Plus en détail

La souffrance au travail, comment la

La souffrance au travail, comment la SIMUP Service de Santé au Travail de la Vallée de la Lys La souffrance au travail, comment la déceler pour mieux la gérer? 1 QUELQUES CONSTATS D après l Institut Français de Veille Sanitaire, un homme

Plus en détail

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ NOR : SJSH0830983C

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ NOR : SJSH0830983C MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction de l organisation des soins Bureau de l offre régionale

Plus en détail

Projet d éducation thérapeutique

Projet d éducation thérapeutique Diplôme de formation continue Education Thérapeutique Projet d éducation thérapeutique La prévention des lésions du pied diabétique Dr Samir AOUICHE Mme Fatma zohra DIAF Service Diabétologie CHU MUSTAPHA.

Plus en détail

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins»

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» «Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» Hélène Fernandez Cadre Supérieur de Santé, Coordinatrice RESOP06 9 Forum SIH 06 EMSP Cannes Grasse Antibes 4 Mars 2010 Palais des Congrès

Plus en détail

LE STAGE. Présentation des différents dispositifs les plus significatifs. LIVRET D ACCUEIL

LE STAGE. Présentation des différents dispositifs les plus significatifs. LIVRET D ACCUEIL LE STAGE L alternance réserve une place privilégiée à la formation clinique des étudiants au travers du stage. Dès les prémisses de la réforme, l IFSI a réuni les différents acteurs du partenariat afin

Plus en détail

Lien hôpital ville. - douleur chronique

Lien hôpital ville. - douleur chronique Lien hôpital ville - douleur chronique 1 ere année Cette labellisation vise à distinguer des expériences exemplaires et des projets innovants traduisant l'engagement dans la promotion des droits des patients.

Plus en détail

Appel à projets 2016 Prévention et soutien en milieu carcéral

Appel à projets 2016 Prévention et soutien en milieu carcéral Appel à projets 2016 Prévention et soutien en milieu carcéral Destiné aux associations de France métropolitaine, Drom et Com Date de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Il y

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

La mobilisation du droit commun : Eléments de bilan des CUCS expérimentaux. Séminaire PQA Le 26 septembre 2013

La mobilisation du droit commun : Eléments de bilan des CUCS expérimentaux. Séminaire PQA Le 26 septembre 2013 La mobilisation du droit commun : Eléments de bilan des CUCS expérimentaux Séminaire PQA Le 26 septembre 2013 Copyright 2007 ASDO 24/05/2013 Préambule méthodologique Une évaluation au fil de l eau des

Plus en détail

Centre Hospitalier de Bastia

Centre Hospitalier de Bastia Le bilan des années 2010 2011 2012 2013 et 2014 est important tant dans le domaine de la gestion et du pilotage que de la stratégie, du management, de l équilibre des organisations et de la coopération

Plus en détail

Ergonomie et risques psychosociaux

Ergonomie et risques psychosociaux Ergonomie et risques psychosociaux L ensemble des prestations couvertes par le pôle Ergonomie & psychosocial est assuré par Nathalie Feugeas, Technicienne en Ergonomie et Michelle Roche, Ergonome et Psychologue

Plus en détail

Nos atouts pour vous accompagner

Nos atouts pour vous accompagner Formations Les effets de seuils sociaux Tableaux de bord sociaux et pilotage social Assistance à la mise en place d accords d entreprise Audit social d optimisation / de conformité / de sécurisation Rupture

Plus en détail