Rapport de mission. Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport de mission. Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP"

Transcription

1 Rapport de mission Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP Rwanda du 26 août au 02 septembre 2012 ROPPA avec l appui technique d IRPAD/Afrique Septembre

2 I. Introduction Du 26 Août au 02 septembre 2012 s est effectuée au Rwanda, une mission du Présent du ROPPA, MR Djibo Bagna, représentant de la société Civile au sein du Comité de pilotage du GAFSP. II. Objectifs de la mission La mission a pour objectifs de : Échanger avec les OSC dans la mise en œuvre des projets financés par le GAFSP au niveau des zones d intervention. Informer sur l initiative du GAFSP et de la nécessité pour les OSC de mieux s impliquer dans l exécution des activités sur l ensemble du processus afin d'améliorer leurs activités et les conditions de vie. Comprendre le mécanisme de fonctionnement de deux guichets notamment le guichet public et le guichet privé et le rôle du comité de pilotage III. Mobiliser les OSC du Rwanda autour du GAFSP pour la mise en œuvre mais aussi le suivi et l évaluation des projets financés par le GAFSP Veiller à ce qu il y ait une large consultation avec les membres des OSC sur le développement agricole et rural Créer une plus grande synergie d action avec l ensemble des parties prenantes dans la mise en œuvre des activités du projet. Déroulement de la mission Cette mission d une durée de huit jours s est déroulée en trois étapes : Réunion de cadrage Réunion de travail Visites terrain 3.1 : Réunion de cadrage Cette activité a pour objectif de faciliter la mission à travers la prise de contact et Rendez- vous avec les acteurs concernés, mais également de la prise en compte de la question du visa. Il s agit de l ONG Action Aid, pour la question du visa et du Réseau EAFF pour l établissement d un agenda de travail. Au terme de la rencontre, des Structures ont été identifiées. Il s agit de la Représentation de la Banque Mondiale et de la Cellule de Coordination du Projet GAFSP, basée au Rwanda et le Ministère de l Agriculture. 2

3 3.2 : Réunion de travail Rencontre avec le Représentant de la Banque Mondiale Cette rencontre a lieu le 29 aout 2012 avec Mr Valens Mwumvaneza de la Banque Mondiale et a pour objectif de s informer sur le niveau de mise en œuvre du projet, les forces et les faiblesses et les constats Il ressort des échanges les points suivants : Une meilleure compréhension sur les objectifs, les différents intervenants et les Zones du projet et des activités du projet. Ainsi, le projet intervient dans quatre zones. En ce qui concerne les intervenants, il s agit principalement de LWH, qui travaille sur les axes prioritaires ci après: Restauration des terres; La collecte des eaux Irrigation sur les collines Le projet appui également des sites pilotes au niveau national dont principalement quatre sites sont soutenus dans le cadre du projet sont implantées à Karongi, Nyanza (1), Gatsibo (1) identifiés par des numéros avec en moyenne 0,5 ha de superficie par ménage Cet appui vise principalement à stopper l érosion, à restaurer la fertilité des sols à grande échelle et à assurer la sécurité alimentaire. Ainsi, les numéros 12 et 13 sont implantés à Karongi, le numéro 23 à Nyanza et celui de Gatsibo porte le numéro 8. En plus de ces sites trois autres ont été identifié et deux sites sont opérationnels, notamment Rwamagana et Kayonza. Les partenaires qui interviennent pour le financement du projet sont : Banque mondiale : USD ACDI : USD USAID : USD Etat Rwandais : USD et USD avant le GAFSP GAFSP : USD En termes de difficultés constatées dans la mise en œuvre du projet, il ressort les points suivants : Faible capacité des producteurs à influencer les politiques surtout des couches vulnérables (femmes et jeunes) Faible niveau de structuration des producteurs/ces Points forts : L intervention du projet s inscrit dans un programme intégré de l État Fort soutien de l État et de PTF Forte prise en compte de la préservation de l environnement dans les politiques nationales de développement 3

4 La prise en compte de l irrigation comme mode permettant non seulement d occuper les producteurs sur toute la saison mais aussi élément qui répond aux aléas climatique en terme de maitrise d'eau. En terme de recommandation il est important de Mettre un accent sur la formation des producteurs agricoles De poursuivre la structuration des OPs entamée De créer un cadre de concertation qui fédère les OPS et les acteurs de la société civile 3.2.2: Rencontre avec la Cellule de Coordination du Projet Cette activité s est tenue le 30 aout 2012 et a regroupé le représentant des OSC au sein du comité de pilotage du projet GAFSP et du Coordonnateur dudit projet, Mr Chantal. Il s agit de partager des informations sur la mise en œuvre des activités du projet GAFSP. Il ressort des échanges les résultats ci après : Notons que le projet intervient sur trois composantes essentielles : Composante 1 : renforcement des capacités des OP Composante 2 : construction des infrastructures pour la collecte des eaux et des ouvrages pour l irrigation des Collines Composante 3 : la synergie d actions avec les autres institutions et la coordination des différentes composantes. Pour atteindre les objectifs assignés à ce projet, un comité de pilotage a été mis en place et est composé de 13 membres : - Un représentant du Ministère de finance; - Un représentant du Ministère de l Administration Locale - Un représentant du Ministère du Commerce et de l industrie - Un représentant du Ministère de l Environnement - Un représentant des Coopératives - Un représentant de l Agence des Coopératives - Un représentant de l Agence des RN - Un représentant des Coopératives - Un représentant de l Agence des Coopératives* - Un représentant de l Agence de l Agriculture et des Ressources Animales - Un représentant des producteurs Horticoles - Un représentant des Cultures de rentes - Un représentant du Secteur privé Ce comité se réunit par trimestre afin de valider le plan d actions, mais aussi effectue des missions de suivi évaluations. En ce qui concerne les difficultés, elles sont de plusieurs ordres dont entres autres : Contraintes budgétaires, limitant la couverture du projet au plan national Refus de rompre avec les habitudes 4

5 Délai court de suivi des activités du projet par les PTF, qui est de 6 mois. Il les négocie pour qu elle soit d une durée d un an Rencontre avec le Ministère de l Agriculture A ce niveau, les échanges ont porté principalement sur le cadre institutionnel du projet. Il s agit de vérifier si le projet cadre parfaitement avec la politique nationale en matière agricole et de mesurer le niveau d investissement de l État. Notons que le projet est en partie financé dans ses premières phases, surtout que le projet GAFSP tire sa substance d un ancien projet où l État a intervenu. En ce qui concerne le niveau d investissement, pour le moment il est de 10.2% du budget national, seuil proposé à Maputo. Ainsi, l État intervient à hauteur de 12 millions de dollars comme fonds propres Visites de terrain Après ces séries de rencontre, le Président du ROPPA a effectué des visites de terrain en vue d échanger avec les bénéficiaires dudit projet du niveau de réalisation des activités et de leur implication. Deux sites ont été visités : Site de production de blé. Il s agit d un site de production de blé sur les Collines au moyen de système de récupération des terres et des eaux. Les enseignements tirés de cette visite s articule autour des points suivants : Au niveau de la production : Dans le cadre de renforcement des capacités des producteurs, un accent particulier a été mis sur des formations en compost. En majorité les producteurs utilisent des engrais vert pour la fertilisation de leurs champs, une technologie maitrisée et pratiqué, ce qui permet d améliorer leur rendement, passant de la consommation familiale à un surplus pour le marché. Au niveau de ce maillon, le projet a renforcé les capacités des producteurs à travers des formations en compost. On note un engouement autour de l utilisation de cette technique de fertilisation. Au niveau du stockage, un magasin a été construit par le projet. Ce qui a réduit au maximum la perte subie à la phase post récolte. Ensuite une décortiqueuse adaptée à leur réalité assure le décorticage du blé. Une partie du blé décortiqué assure l autoconsommation et l autre partie est destinée au marché. Ainsi, s installe une véritable dynamique commerciale, mettant en relation plusieurs acteurs : les producteurs, les transformatrices, les opérateurs économiques avec des rôles et des responsabilités de ces différents acteurs biens définies. 5

6 Le niveau organisationnel est une des contraintes majeures des producteurs, ce qui réduit leur degré d influence. Pour le moment les producteurs sont regroupés au sein des coopératives, qui ne sont pas fédérées ou chacune opère isolement dans un contexte en perpétuel mutation. Au passage la mission a noté une faible implication des femmes dans la mise en œuvre des activités des coopératives. Recommandations : Le projet doit accompagner ces producteurs/ces dans la structuration, soit à travers des voyages d échanges soit la mise en œuvre de sessions de formations sur des thèmes de préoccupation, Favoriser la mise en place d une structure fédératrice de l ensemble de ces coopératives dans tous les secteurs Deuxième site géré par une Union des producteurs/ces. A ce niveau, un magasin est construit en vue de sécuriser les productions. Au niveau, de cet Union, des comités de gestion sont mis en place avec des rôles et des responsabilités bien définies. L Union est dirigée par une femme qui contrôle les activités des comités de gestion. Le projet a permis de créer une dynamique organisationnelle au sein de cette Union. En termes d investissement, l Union a bénéficié des dons de chèvres sous forme de reconstitution du cheptel (solidarité entre les membres), des bœufs et des vaches laitières dont le processus de leur acquisition est en cours. L union a ouvert des lignes de crédit aux membres à travers la création d une IMF. Ce mécanisme a facilité l accès au crédit de proximité aux membres et fonctionne suivant des procédures simples et flexibles. En dehors des activités de production, les membres de la Coopérative exercent des activités génératrices de revenus, notamment la vente du compost. C est pourquoi le secteur privé s active à faire non seulement la promotion de ce produit, mais aussi de la culture biologique. Ces AGR ont contribué à la réduction de l exode rural à travers la fixation des jeunes au sein des exploitations familiales. En termes d innovation, on constate la maitrise des itinéraires techniques à travers la vulgarisation des systèmes de rotation de cultures (pomme de terre, maïs et blé). Ceci a été rendu possible par la mise en place d un encadrement de proximité des agents en charge du développement agricole, c'est-à-dire la disponibilité des agronomes qui accompagnent quotidiennement les exploitants agricoles. Contrainte : Elle est d une part d ordre organisationnel car il manque de fédération qui prendra en charge certaines actions transversales et d autre part d ordre géographique. Le désenclavement de la zone reste un défi majeur. L enclavement ne facilite pas la commercialisation des produits agricoles et 6

7 réduit leur rentabilité économique, car le transports grève les couts de production et rend les produits moins compétitifs. Recommandations : Que le projet favorise le réseautage de ces Organisations paysannes afin d accroitre leur pouvoir de marché et donc l accès au marché de leurs produits tant au niveau de la région qu au niveau national. Il est important de renforcer la société civile afin de poursuivre les activités du projet après l intervention des partenaires techniques et financiers. 7

Financement des infrastructures d eau potable a d assainissement

Financement des infrastructures d eau potable a d assainissement TABLE RONDE DE HAUT NIVEAU Financement des infrastructures d eau potable a d assainissement Gouvernements organisateurs (1) Ministere de l'energie et de l'eau, Mali (2) Gouvernement de la Tunisie 1. Introduction

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE AU BÉNIN : STRATÉGIES DE GESTION ET D ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES

LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE AU BÉNIN : STRATÉGIES DE GESTION ET D ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE AU BÉNIN : STRATÉGIES DE GESTION ET D ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES SOSSOU Comlan Hervé Dissertation originale présentée en vue de l obtention du grade de docteur

Plus en détail

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE Objectif général L objectif général de ce programme de développement est d atteindre une production de qualité, de 1000 tonnes de café marchand,

Plus en détail

Réunions du Conseil International du Cacao et des organes subsidiaires de l ICCO

Réunions du Conseil International du Cacao et des organes subsidiaires de l ICCO Réunions du Conseil International du Cacao et des organes subsidiaires de l ICCO Zurich du 10 au 14/03/2014 Hôtel RADISON BLU Pierre Etoa Abena CT1 ONCC/NCCB Le travail d actualisation du Plan 2002 qui

Plus en détail

REFLEXION EXPLORATOIRE SUR UN REFERENTIEL DE FORMATION DES ACTEURS DU CAR POUR LA REGION DE DIOURBEL

REFLEXION EXPLORATOIRE SUR UN REFERENTIEL DE FORMATION DES ACTEURS DU CAR POUR LA REGION DE DIOURBEL 1 II e CONFERENCE INTERNATIONALE DU RESEAU «FORMATION AGRICOLE ET RURALE» (FAR) «Rôle des acteurs dans l orientation et le fonctionnement des dispositifs de formation rurale pour le développement» TUNIS

Plus en détail

Questions Fréquemment Posées sur le Project USAID C4CP

Questions Fréquemment Posées sur le Project USAID C4CP Questions Fréquemment Posées sur le Project USAID C4CP QUELLES SONT LES GRANDES LIGNES DU PROJET? Le projet USAID C4CP «Partenariat pour le Coton dans les pays du C-4» est un projet de 14,8 millions de

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE A.C.A. ET APROCA

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE A.C.A. ET APROCA Association Cotonnière Africaine African Cotton Association CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE A.C.A. ET APROCA Dakar, 27 août 2009 Convention de partenariat A.C.A/AProCA, Dakar, 27 août 2009 1 Association

Plus en détail

Une stratégie nouvelle 2008-2010. «l approche Guichet» «l approche territoriale»

Une stratégie nouvelle 2008-2010. «l approche Guichet» «l approche territoriale» Une stratégie nouvelle 2008-2010 L Agence de Développement Social De «l approche Guichet» à «l approche territoriale» L Approche Guichet Pendant la phase pilote (2001-2002) et jusqu à la fin de l année

Plus en détail

Le pilotage institutionnel du projet est assuré par le Ministère des Finances et le PNUD.

Le pilotage institutionnel du projet est assuré par le Ministère des Finances et le PNUD. Communication du DNP L objectif de cette journée de restitution est de partager avec tous les acteurs du marché financier les résultats finaux des travaux réalisés par les experts internationaux dans le

Plus en détail

Moderniser les services publics et les systèmes de gouvernance pour mieux atteindre les objectifs de développement

Moderniser les services publics et les systèmes de gouvernance pour mieux atteindre les objectifs de développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation pour le Développement des Capacités Africaines Moderniser les services publics et les systèmes de gouvernance

Plus en détail

Pour la conception et la Promotion d une Stratégie Nationale de Développement Durable

Pour la conception et la Promotion d une Stratégie Nationale de Développement Durable MINSTERE DE L ENVIRONNEMENT BURKINA FASO ET DE L EAU Unité - Progrès - Justice ----------------- ---------- SECRETARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR LA GESTION DE L ENVIRONNEMENT ----------------

Plus en détail

POLITIQUE D ACHAT LOCAL

POLITIQUE D ACHAT LOCAL POLITIQUE D ACHAT LOCAL 1. VISION... 2. PORTÉE... 3. PÉRIODE D'APPLICATION 4. RESPONSABILITÉS 5. PRINCIPES DIRECTEURS 5.1 VITRINE DE CHOIX POUR LES PRODUITS RÉGIONAUX 5.2 PARTENAIRE PRIVILÉGIÉ DE ALIMENTS

Plus en détail

Améliorer la résilience du secteur agricole au

Améliorer la résilience du secteur agricole au 7 ème atelier du Réseau Climat & Développement Conakry du 17 au 21 avril 2013 Améliorer la résilience du secteur agricole au Niger Abdoulaye ISSA Chargé de Programmes Energie et Environnement ONG-EDER

Plus en détail

Atelier International : Aménagement intégré des bassins versants

Atelier International : Aménagement intégré des bassins versants Republique Tunisienne Ministère de l agriculture Direction Générale de l Améngement et de la Conservation des terres Agricoles Atelier International : Aménagement intégré des bassins versants ISTANBUL,

Plus en détail

FISEA FONDS D INVESTISSEMENT ET DE SOUTIEN AUX ENTREPRISES EN AFRIQUE

FISEA FONDS D INVESTISSEMENT ET DE SOUTIEN AUX ENTREPRISES EN AFRIQUE FISEA FONDS D INVESTISSEMENT ET DE SOUTIEN AUX ENTREPRISES EN AFRIQUE PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L EMPLOI EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE Créé en 2009, le Fonds d investissement et de soutien aux entreprises

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L ÉVOLUTION DE LA POLITIQUE NATIONALE DE VULGARISATION AGRICOLE DU CAMEROUN

PRÉSENTATION DE L ÉVOLUTION DE LA POLITIQUE NATIONALE DE VULGARISATION AGRICOLE DU CAMEROUN REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie --------------- MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL ----------- PRÉSENTATION DE L ÉVOLUTION DE LA POLITIQUE NATIONALE DE VULGARISATION AGRICOLE

Plus en détail

FINANCEMENT DE L AGRICULTURE URBAINE ET PERIURBAINE: ETAT DES LIEUX ET STRATEGIES ALTERNATIVES. LE CAS DE L AFRIQUE DE L OUEST FRANCOPHONE 1

FINANCEMENT DE L AGRICULTURE URBAINE ET PERIURBAINE: ETAT DES LIEUX ET STRATEGIES ALTERNATIVES. LE CAS DE L AFRIQUE DE L OUEST FRANCOPHONE 1 FINANCEMENT DE L AGRICULTURE URBAINE ET PERIURBAINE: ETAT DES LIEUX ET STRATEGIES ALTERNATIVES. LE CAS DE L AFRIQUE DE L OUEST FRANCOPHONE 1 OBJECTIFS DE LA PRESENTATION Présenter un aperçu de l agriculture

Plus en détail

Le rôle de NABARD dans la promotion, le soutien et la règlementation du financement de l agriculture

Le rôle de NABARD dans la promotion, le soutien et la règlementation du financement de l agriculture Le rôle de NABARD dans la promotion, le soutien et la règlementation du financement de l agriculture Paladi Mohanaiah Directeur général, APRO, Hyderabad Origine NABARD, première institution de développement

Plus en détail

PRODUCTIVITÉ ET DURABILITÉ EN AGRICULTURE: SONT-ELLES COMPATIBLES?

PRODUCTIVITÉ ET DURABILITÉ EN AGRICULTURE: SONT-ELLES COMPATIBLES? PRODUCTIVITÉ ET DURABILITÉ EN AGRICULTURE: SONT-ELLES COMPATIBLES? Mr. Yves Leterme, Secrétaire général adjoint de l OCDE 30 mai 2013 Tendances: Offre et demande à longterme La population mondiale devrait

Plus en détail

Programme détaillé de développement de l agriculture africaine

Programme détaillé de développement de l agriculture africaine AFRICAN UNION NEPAD DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT Programme détaillé de développement de l agriculture africaine INTÉGRATION DES SOUS-SECTEURS ÉLEVAGE, FORÊTS ET PÊCHES DANS LE PDDAA Nouveau partenariat pour

Plus en détail

Atelier sur le renforcement des capacités en faveur du développement des filières agricoles et horticoles en Afrique sub-saharienne Ouagadougou,

Atelier sur le renforcement des capacités en faveur du développement des filières agricoles et horticoles en Afrique sub-saharienne Ouagadougou, Atelier sur le renforcement des capacités en faveur du développement des filières agricoles et horticoles en Afrique sub-saharienne Ouagadougou, Burkina Faso, du 12 au 15 décembre 2006 INTRODUCTION L ANCAR

Plus en détail

VINGT-DEUXIÈME SESSION. Rome, 23-27 juin 2014 EXAMEN DE L EFFICACITÉ DE L ARRANGEMENT INTERNATIONAL SUR LES FORÊTS. I. Historique

VINGT-DEUXIÈME SESSION. Rome, 23-27 juin 2014 EXAMEN DE L EFFICACITÉ DE L ARRANGEMENT INTERNATIONAL SUR LES FORÊTS. I. Historique Mai 2014 COFO/2014/5.4 F COMITÉ DES FORÊTS VINGT-DEUXIÈME SESSION Rome, 23-27 juin 2014 EXAMEN DE L EFFICACITÉ DE L ARRANGEMENT INTERNATIONAL SUR LES FORÊTS I. Historique 1. L Arrangement international

Plus en détail

PLAN DE PRESENTATION

PLAN DE PRESENTATION ATELIER REGIONAL RENFORCEMENT DES CAPACITES POUR LES PAYS DE L AFRIQUE L DE L OUEST L SUR LES STRATEGIES ET LES PLANS D ACTIONS NATIONAUX SUR LA BIODIVERSITE du 29 septembre au 3 octobre 2008 -----------------

Plus en détail

WWW.SENEGALPAPERLESSTRADE.COM DOSSIER DE PRESSE LANCEMENT DU PILOTE DE LA DEMATERIALISATION DES PROCEDURES DU COMMERCE EXTERIEUR AU SENEGAL

WWW.SENEGALPAPERLESSTRADE.COM DOSSIER DE PRESSE LANCEMENT DU PILOTE DE LA DEMATERIALISATION DES PROCEDURES DU COMMERCE EXTERIEUR AU SENEGAL WWW.SENEGALPAPERLESSTRADE.COM DOSSIER DE PRESSE LANCEMENT DU PILOTE DE LA DEMATERIALISATION DES PROCEDURES DU COMMERCE EXTERIEUR AU SENEGAL Avec le soutien de : SEPTEMBRE 2010 SOMMAIRE A- LE PROJET «PAPERLESS

Plus en détail

EXPERIENCE DU PANA NIGER

EXPERIENCE DU PANA NIGER REPUBLIQUE DU NIGER CABINET DU PREMIER MINISTRE CONSEIL NATIONAL DE L ENVIRONNEMENT POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE EXPERIENCE DU PANA NIGER Hôtel AMARI WATERGATE BANKOK, 3-53 5 SEPT 2007 Présenté par Mme

Plus en détail

APERÇU DES PRINCIPALES MODIFICATIONS DE L ESTIMATION DU SOUTIEN AUX SERVICES D INTÉRÊT GÉNÉRAL (2014)

APERÇU DES PRINCIPALES MODIFICATIONS DE L ESTIMATION DU SOUTIEN AUX SERVICES D INTÉRÊT GÉNÉRAL (2014) APERÇU DES PRINCIPALES MODIFICATIONS DE L ESTIMATION DU SOUTIEN AUX SERVICES D INTÉRÊT GÉNÉRAL (2014) Modification apportée à la définition de l estimation du soutien aux services d intérêt général La

Plus en détail

Forum 2012 sur le financement de l agriculture. Du 28 au 30 mars 2012 Kampala, Ouganda

Forum 2012 sur le financement de l agriculture. Du 28 au 30 mars 2012 Kampala, Ouganda Banque Populaire du Rwanda Ltd Financement des coopératives agricoles Forum 2012 sur le financement de l agriculture Du 28 au 30 mars 2012 Kampala, Ouganda À propos de la BPR Une banque issue d une association

Plus en détail

Dossier de Presse Lancement Projet NETS / octobre 2009 Page 1

Dossier de Presse Lancement Projet NETS / octobre 2009 Page 1 Dossier de Presse Lancement Projet NETS / octobre 2009 Page 1 SOMMAIRE Dossier de Presse Lancement Projet NETS / octobre 2009 Page 2 COMMUNIQUE DE PRESSE LANCEMENT OFFICIEL DU PROJET NETS A SEDHIOU Dans

Plus en détail

Appui externe pour l élaboration d un document de positionnement du FORIM en termes de plaidoyer

Appui externe pour l élaboration d un document de positionnement du FORIM en termes de plaidoyer Appui externe pour l élaboration d un document de positionnement du FORIM en termes de plaidoyer Présentation du FORIM Le Forum des Organisations de Solidarité Internationale issues des Migrations (FORIM)

Plus en détail

ETAT D AVANCEMENT DU PPCR EN HAITI RÉPUBLIQUE D HAÏTI BUREAU DU PREMIER MINISTRE/CIAT

ETAT D AVANCEMENT DU PPCR EN HAITI RÉPUBLIQUE D HAÏTI BUREAU DU PREMIER MINISTRE/CIAT PROGRAMME PILOTE RÉGIONAL POUR LA RÉSILIENCE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE (PPCR) ETAT D AVANCEMENT DU PPCR EN HAITI RÉPUBLIQUE D HAÏTI BUREAU DU PREMIER MINISTRE/CIAT 11 JUIN, 2010 Le PPCR vise a: INTRODUCTION

Plus en détail

(2) ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS

(2) ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS (2) ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS Dans les 10 premières années de son activité, M&D a concentré toutes ses forces sur les infrastructures villageoises. A la fin des années 90, la question des activités

Plus en détail

NOTE DE COMMUNICATION PUBLIQUE D OPÉRATION RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN CCM 3013

NOTE DE COMMUNICATION PUBLIQUE D OPÉRATION RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN CCM 3013 NOTE DE COMMUNICATION PUBLIQUE D OPÉRATION RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN CCM 3013 Volets recherche et culture du premier Contrat de désendettement et de développement SOMMAIRE VOLET RECHERCHE I - LE SECTEUR ET

Plus en détail

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 EAU POTABLE. Aides financières Rhône Méditerranée Corse. Établissements publics de coopération intercommunale

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 EAU POTABLE. Aides financières Rhône Méditerranée Corse. Établissements publics de coopération intercommunale PROGRAMME D ACTION 2013-2018 Aides financières Rhône Méditerranée Corse EAU POTABLE Collectivités locales Établissements publics de coopération intercommunale PROTECTION DES CAPTAGES D EAU POTABLE Mettre

Plus en détail

Contexte. L agriculture sénégalaise occupe 60-70% de la population mais reste caractérisée par sa faible productivité;

Contexte. L agriculture sénégalaise occupe 60-70% de la population mais reste caractérisée par sa faible productivité; Dakar du 23 au 25 avril 2013 Contexte L agriculture sénégalaise occupe 60-70% de la population mais reste caractérisée par sa faible productivité; Les populations ont des difficultés d accès à des produits

Plus en détail

LES CHAMBRES D AGRICULTURE ENGAGÉES POUR LA FORÊT LES ARBRES LE BOIS

LES CHAMBRES D AGRICULTURE ENGAGÉES POUR LA FORÊT LES ARBRES LE BOIS LES CHAMBRES D AGRICULTURE ENGAGÉES POUR LA FORÊT LES ARBRES LE BOIS Quelles sont les missions des Chambres d agriculture? L action des Chambres d agriculture pour la forêt et l arbre hors forêt s inscrit

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA TOGO JANVIER 2015 Avec l appui financier de DDP N : SIF/01/2015/TOG/FA

Plus en détail

*=*=*=*=*=*=*=*=*=* Un Peuple- Un But- Une Foi SECRETARIAT GENERAL *=*=*=*=*=*=*=*=*

*=*=*=*=*=*=*=*=*=* Un Peuple- Un But- Une Foi SECRETARIAT GENERAL *=*=*=*=*=*=*=*=* MINISTERE DU DEVELOPPEMENT RURAL REPUBLIQUE DU MALI *=*=*=*=*=*=*=*=*=* Un Peuple- Un But- Une Foi SECRETARIAT GENERAL ---------------------------- *=*=*=*=*=*=*=*=* PROJET DE DISCOURS DU MINISTRE DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET DE PROMOTION DU SECTEUR PRIVÉ

PROGRAMME REGIONAL DE DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET DE PROMOTION DU SECTEUR PRIVÉ Intitulé du programme Période de mise en oeuvre de 2016 à 2020 Structure responsable de la mise en œuvre PROGRAMME REGIONAL DE DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET DE PROMOTION DU SECTEUR PRIVÉ La Direction de

Plus en détail

LE PROGRAMME DE REFORME DU SECTEUR COTON DU MALI Mesures et état d exécution

LE PROGRAMME DE REFORME DU SECTEUR COTON DU MALI Mesures et état d exécution République du Mali Un Peuple - Un But - Une Foi ------------ LE PROGRAMME DE REFORME DU SECTEUR COTON DU MALI Mesures et état d exécution Communication de la délégation malienne au Forum Union Européenne

Plus en détail

Intégration de la biodiversité dans les politiques transversales et dans le développement durable de la RDC

Intégration de la biodiversité dans les politiques transversales et dans le développement durable de la RDC Intégration de la biodiversité dans les politiques transversales et dans le développement durable de la RDC Par Madame NKEY NGONO Chantal Point Focal APA Atelier régional de renforcement des capacités

Plus en détail

une rationalisation d ampleur inédite

une rationalisation d ampleur inédite Conférence de presse 20 octobre 2015 Dossier de presse Aides aux entreprises et au développement économique à Bruxelles : une rationalisation d ampleur inédite Didier Gosuin Ministre bruxellois de l Economie

Plus en détail

Les rapports de genre dans l'accès à la terre et son contrôle

Les rapports de genre dans l'accès à la terre et son contrôle Les rapports de genre dans l'accès à la terre et son contrôle G.T. 1 : le Monde selon les Femmes Document issu de 3 sources : 1. Recommandations du groupe GESA de la CFD sur " l'accès et le contrôle des

Plus en détail

Etude d intégration des questions genre dans les processus de prise en compte. des liens pauvretéenvironnement

Etude d intégration des questions genre dans les processus de prise en compte. des liens pauvretéenvironnement EVALUATION ENVIRONNEMENTALE STRATÉGIQUE Etude d intégration des questions genre dans les processus de prise en compte des liens pauvreté - environnement pour la gestion rationnelle des ressources naturelles

Plus en détail

EXPERIENCE DE CAPAD DANS LA COMMERCIALISATION DU RIZ

EXPERIENCE DE CAPAD DANS LA COMMERCIALISATION DU RIZ Confédération des Associations des Producteurs Agricoles pour le Développement «CAPAD» EXPERIENCE DE CAPAD DANS LA COMMERCIALISATION DU RIZ Par ANNICK SEZIBERA Secrétaire Exécutive de CAPAD Q.Rohero II,

Plus en détail

PRESENTATION CHAINE DE VALEUR POIS SUCRE

PRESENTATION CHAINE DE VALEUR POIS SUCRE PRESENTATION CHAINE DE VALEUR POIS SUCRE Le Pois Sucré est cultivé dans trois pays (Mali, Burkina Faso et Niger) de la sous région. Au Mali, il est cultivé seulement dans les cercles de Sikasso et de Kadiolo.

Plus en détail

Organisation et structuration de la filière

Organisation et structuration de la filière INFORMATIONS GENERALES ORGANISATION ET STRUCTURATION DONNEES SUR LA PRODUCTION DONNEES SUR LA QUALITE DE LA PRODUCTION DONNEES SUR LES VENTES ET L EXPORTATION QUELQUES CONTRAINTES ET PERSPECTIVES CONCLUSION

Plus en détail

ZANZAN 5/5 V - INFORMATION ET COMMUNICATION. Emissions radiophoniques

ZANZAN 5/5 V - INFORMATION ET COMMUNICATION. Emissions radiophoniques ZANZAN 5/5 Une étude CAP a été réalisée en 2001 ; 15 Animatrices Rurales et leur Coordonnatrice ont été formées à la méthode MARP ; 40 formateurs des ASC membres du personnel de la santé (15 médecins et

Plus en détail

Communication du CNCR (Sénégal)

Communication du CNCR (Sénégal) Atelier de mise en place d un cadre permanent de concertation entre la recherche et les producteurs Du 18 au 20 Juin 2013 Freetown (Sierra Leone) Communication du CNCR (Sénégal) Présentation: Samba Gueye

Plus en détail

Collaboration de l industrie et du gouvernement en vue d élaborer un SNTSA au Canada

Collaboration de l industrie et du gouvernement en vue d élaborer un SNTSA au Canada Collaboration de l industrie et du gouvernement en vue d élaborer un SNTSA au Canada Susie Miller, Directrice Generale Agriculture et Agroalimentaire Canada Winnipeg (Manitoba) Le 2 juin 2009 1 Contenu

Plus en détail

CONFERENCE CRISE ALIMENTAIRE EN BANDE SAHELIENNE

CONFERENCE CRISE ALIMENTAIRE EN BANDE SAHELIENNE CONFERENCE CRISE ALIMENTAIRE EN BANDE SAHELIENNE Leçons tirées des précédentes réponses humanitaires et mise en perspective face aux défis à venir N Djamena, 20 Mars 2012 COMMUNICATION OXFAM AU TCHAD Réduction

Plus en détail

Lutte contre la pauvreté. Atelier pour Afrique de l Ouest francophone Dakar, 24-27 mars 2003

Lutte contre la pauvreté. Atelier pour Afrique de l Ouest francophone Dakar, 24-27 mars 2003 Lutte contre la pauvreté Questions budgétaires et calcul du coût des DSRP, analyse de l impact des politiques sur la pauvreté et liens entre commerce international et pauvreté Atelier pour Afrique de l

Plus en détail

La Formation agricole en Algérie : Problématique et prise en charge des nouveaux besoins

La Formation agricole en Algérie : Problématique et prise en charge des nouveaux besoins La Formation agricole en Algérie : Problématique et prise en charge des nouveaux besoins Communication présentée par : M. BERRANEN Hassen S/D Formation MADR/DFRV Plan de la communication :. Différentes

Plus en détail

Convention constitutive du RSVA

Convention constitutive du RSVA RÉSEAU DE SERVICES POUR UNE VIE AUTONOME Convention constitutive du RSVA Vu le code de la santé publique. Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système

Plus en détail

Œuvrer pour une économie cacaoyère mondiale durable

Œuvrer pour une économie cacaoyère mondiale durable Conférence Mondiale sur le Cacao Œuvrer pour une économie cacaoyère mondiale durable Dr. Jean-Marc Anga Directeur Exécutif 1 Participation Amérique Latine: 1% Amérique du Nord 3% Indéterminé: 2% Europe:

Plus en détail

UNOPS. Secrétariat Opérationnel. FONDS ITALIE-CILSS Lutte Contre la Désertification pour la Réduction de la Pauvreté au Sahel FLCDRPS

UNOPS. Secrétariat Opérationnel. FONDS ITALIE-CILSS Lutte Contre la Désertification pour la Réduction de la Pauvreté au Sahel FLCDRPS République du Niger ----------- Cabinet du Premier Ministre ----------- Conseil National de l Environnement Pour un Développement Durable ------------- Secrétariat Opérationnel UNOPS Secrétariat Opérationnel

Plus en détail

SYFAAH. Système de Financement et d Assurances Agricoles en Haïti

SYFAAH. Système de Financement et d Assurances Agricoles en Haïti S Conférence régionale sur le développement de la microfinance pour l activité économique Ministère de l Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR) Diagramme du Système :

Plus en détail

Réunion d information sur l agriculture l

Réunion d information sur l agriculture l Réunion d information d sur l agriculture l biologique Mercredi du Développement D Durable Limoges MétropoleM 3 mars 2010 GABLIM GABLIM (Groupement des Agrobiologistes du Limousin) est une association

Plus en détail

L agriculture familiale :

L agriculture familiale : MADAGASCAR Année Internationale de l Agriculture Familiale (AIAF) 2014 et Journée Mondiale de l Alimentation (JMA) 2014 L agriculture familiale : une chance pour la planète et pour Madagascar Sécurité

Plus en détail

Politique de développement durable

Politique de développement durable Politique de développement durable Ville de Bécancour Décembre 2013 Ville de Bécancour 1295, Nicolas-Perrot Bécancour (Québec), G9N 1A1 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 2 1. DÉVELOPPEMENT DURABLE...

Plus en détail

Atelier 1 bis : Développement et adaptation des mutuelles à la mise en œuvre des couvertures santé universelles

Atelier 1 bis : Développement et adaptation des mutuelles à la mise en œuvre des couvertures santé universelles Atelier 1 bis : Développement et adaptation des mutuelles à la mise en œuvre des couvertures santé universelles Mutuelles de santé et Régime d Assurance Maladie Universelle (RAMU) au Bénin KOTO-YERIMA

Plus en détail

IMPLICATION LA FEMME DANS LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET PANA-ASA

IMPLICATION LA FEMME DANS LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET PANA-ASA Direction de Développement Durable IMPLICATION LA FEMME DANS LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET PANA-ASA Jean NDEMBO LONGO et Aimé MBUYI KALOMBO PANA ASA : Projet de renforcement des capacités d adaptation et

Plus en détail

LA MICROFINANCE Un levier de développement mais à quelles conditions?

LA MICROFINANCE Un levier de développement mais à quelles conditions? LA MICROFINANCE Un levier de développement mais à quelles conditions? Abderrahim BOUAZZA Directeur de la Supervision Bancaire La microcrédit dans la région: un secteur encadré et orienté vers le tissu

Plus en détail

L expérience du Burkina Faso pour promouvoir l entreprenariat auprès de la diversité des systèmes agricoles

L expérience du Burkina Faso pour promouvoir l entreprenariat auprès de la diversité des systèmes agricoles Thème 2 : Accompagnement de la diversité des agricultures et des projets d installation des jeunes 2.1: Quels systèmes d activités dans la diversité des agricultures? L expérience du Burkina Faso pour

Plus en détail

RAPPORT DE L ATELIER N 1

RAPPORT DE L ATELIER N 1 RAPPORT DE L ATELIER N 1 Thème : Relever notre agriculture : comment et par quels moyens? Modérateur : Arouna LAWANI Rapporteurs : Hubert TROUGNIN Samson TOULASSI Palais des congrès de Cotonou, le 17 décembre

Plus en détail

Territoires Métropolitains Innovants: Technopoles et Pôles de compétitivité Tunis 19 & 20 Juin

Territoires Métropolitains Innovants: Technopoles et Pôles de compétitivité Tunis 19 & 20 Juin Territoires Métropolitains Innovants: Technopoles et Pôles de compétitivité Tunis 19 & 20 Juin Atelier n 5: «Le financement des technopoles et des pôles de compétitivité» Intervention de Madame GONGI Neila

Plus en détail

Le territoire des îles Wallis et Futuna

Le territoire des îles Wallis et Futuna Le territoire des îles Wallis et Futuna présente le Colloque UNE AGRICULTURE DURABLE AU SERVICE DE LA POPULATION À Wallis et Futuna Le colloque Une agriculture durable au service de la population (ADSP)

Plus en détail

SYSTEME DE CULTURE INNOVANT DE LA BANANE EN TANZANIE

SYSTEME DE CULTURE INNOVANT DE LA BANANE EN TANZANIE SYSTEME DE CULTURE INNOVANT DE LA BANANE EN TANZANIE Présenté par : Amon P. Maerere Université d agriculture Sokoine Faculté d agriculture Department of Crop Science & Production Morogoro (Tanzanie) INTRODUCTION

Plus en détail

Vendredi 13 mai 2016. Remise des prix aux éleveurs. Mairie de Bras-Panon

Vendredi 13 mai 2016. Remise des prix aux éleveurs. Mairie de Bras-Panon DOSSIER DE PRESSE Foire agricole DE BRAS-PANON DU 6 AU 16 MAI Vendredi 13 mai 2016 Remise des prix aux éleveurs Mairie de Bras-Panon Le mot de la Présidente NOTES La période 2015-2020 est une période charnière

Plus en détail

CHAPITRE VII : CONTROLE ET SUPERVISION BANCAIRE

CHAPITRE VII : CONTROLE ET SUPERVISION BANCAIRE CHAPITRE VII : CONTROLE ET SUPERVISION BANCAIRE Le renforcement et la consolidation du cadre de la supervision bancaire en Algérie se sont poursuivis en 2014, année marquée notamment par la promulgation

Plus en détail

Compte-rendu atelier Eco-assainissement

Compte-rendu atelier Eco-assainissement Compte-rendu atelier Eco-assainissement 14 au 16 Septembre 2010 à N Djamena : Atelier d accompagnement des acteurs humanitaires et d échange d expérience «Opérationnalisation des projets d Assainissement

Plus en détail

Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020»

Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020» Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020» Introduction L Europe est au carrefour de ses propres ambitions. Le choix des voies

Plus en détail

L ACCÈS DES PETITS PRODUCTEURS FAMILIAUX AUX MARCHES MODERNES : LE CAS DES PRODUCTEURS DU RIZ DES COLLINES

L ACCÈS DES PETITS PRODUCTEURS FAMILIAUX AUX MARCHES MODERNES : LE CAS DES PRODUCTEURS DU RIZ DES COLLINES L ACCÈS DES PETITS PRODUCTEURS FAMILIAUX AUX MARCHES MODERNES : LE CAS DES PRODUCTEURS DU RIZ DES COLLINES Léopold LOKOSSOU Président de la PNOPPA- Bénin CONTEXTE DE LA PRODUCTION AGRICOLE AU BÉNINB Au

Plus en détail

STRATEGIE NATIONALE ET PLAN NATIONAL D ACTIONS POUR LA CONSERVATION DE LA BIODIVERSITE. Ouagadougou, 29 septembre 03 Octobre 2008

STRATEGIE NATIONALE ET PLAN NATIONAL D ACTIONS POUR LA CONSERVATION DE LA BIODIVERSITE. Ouagadougou, 29 septembre 03 Octobre 2008 STRATEGIE NATIONALE ET PLAN NATIONAL D ACTIONS POUR LA CONSERVATION DE LA BIODIVERSITE Ouagadougou, 29 septembre 03 Octobre 2008 Alioune SEYDI / Amady Gnagna CISSE Sénégal Plan I. Elaboration de la stratégie

Plus en détail

les entreprises doivent constamment améliorer leur compétitivité et pour cela, développer une véritable dynamique d innovation.

les entreprises doivent constamment améliorer leur compétitivité et pour cela, développer une véritable dynamique d innovation. Innovation, moteur de la chimie en France 1,64 Mds d à la R&D En 2012, les industries chimiques ont consacré : 32 Pour que l industrie chimique en France garde une place prépondérante sur la scène internationale,

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR L AIDE AU COMMERCE

QUESTIONNAIRE SUR L AIDE AU COMMERCE MINISTERE DU COMMERCE ET DE L INDUSTRIE ************ DIRECTION DE CABINET REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE Unité Dignité Travail ********** ******* UNITE DE GESTION DE PROJETS DU CADRE INTEGRE ********** QUESTIONNAIRE

Plus en détail

«Organisations professionnelles et formation des populations agricoles et rurales»

«Organisations professionnelles et formation des populations agricoles et rurales» 25 au 27 novembre 2010 à BAMAKO (MALI) Atelier international du réseau FAR : «Organisations professionnelles et formation des populations agricoles et rurales» LES OP AGRICOLES ET RURALES AFRICAINES ET

Plus en détail

RAPPORT DE SYNTHÈSE DE L ATELIER DE PARTAGE DES RÉSULTATS DE L ASSAINISSEMENT PRODUCTIF A AGUIÉ.

RAPPORT DE SYNTHÈSE DE L ATELIER DE PARTAGE DES RÉSULTATS DE L ASSAINISSEMENT PRODUCTIF A AGUIÉ. RAPPORT DE SYNTHÈSE DE L ATELIER DE PARTAGE DES RÉSULTATS DE L ASSAINISSEMENT PRODUCTIF A AGUIÉ. 1 I- Introduction Du 26 au 28 Janvier 2010 s est déroulé un voyage d étude et de partage des expériences

Plus en détail

DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE

DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE Zine-Eddine SEFFADJ Maître de conférence Chargé des

Plus en détail

SECURITE ALIMENTAIRE EN AFRIQUE DE L OUEST Dispositifs et Mécanismes en cours au sein de la Commission de la CEDEAO

SECURITE ALIMENTAIRE EN AFRIQUE DE L OUEST Dispositifs et Mécanismes en cours au sein de la Commission de la CEDEAO SECURITE ALIMENTAIRE EN AFRIQUE DE L OUEST Dispositifs et Mécanismes en cours au sein de la Commission de la CEDEAO Lassané KABORE Direct., Surveillance multilatérale / Macroéconomie Alain SY TRAORE -

Plus en détail

Le Plan de développement durable : son encadrement légal. par Léopold Gaudreau, sous-ministre adjoint

Le Plan de développement durable : son encadrement légal. par Léopold Gaudreau, sous-ministre adjoint Le Plan de développement durable : son encadrement légal par Léopold Gaudreau, sous-ministre adjoint Présentation à la journée de travail sur l intégration des principes de développement durable dans les

Plus en détail

Ministère de l Eau Direction du Développement des Partenariats Madagascar

Ministère de l Eau Direction du Développement des Partenariats Madagascar REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Fitiavana - Tanindrazana Fandrosoana Ministère de l Eau Direction du Développement des Partenariats Madagascar Présenté par HAMELO Solphi Joli Historique Créé en Juillet 2008

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

Electrification de. Dossier Projet. l école d Issaogo. La Fondation Akuo s engage à soutenir le projet d électrification de l école

Electrification de. Dossier Projet. l école d Issaogo. La Fondation Akuo s engage à soutenir le projet d électrification de l école Dossier Projet Electrification de l école d Issaogo La Fondation Akuo s engage à soutenir le projet d électrification de l école d Issaogo au Burkina Fasso, projet porté par les élèves et professeurs du

Plus en détail

Décrets n 2002-335 du 14 Février 2002

Décrets n 2002-335 du 14 Février 2002 Décrets n 2002-335 du 14 Février 2002 Décret n 2002-335 du 14 Février 2002, fixant le seuil duquel la consommation des eaux est soumise à un diagnostic technique, périodique et obligatoire des équipements,

Plus en détail

Enjeux socio-économiques du développement agricole en Tunisie

Enjeux socio-économiques du développement agricole en Tunisie Enjeux socio-économiques du développement agricole en Tunisie Conférence internationale sur le développement des énergies renouvelables et leurs applications pour une agriculture durable RE & AGRI Tunis,

Plus en détail

LA CHAMPAGNE-ARDENNE AU CŒUR DE L EUROPE

LA CHAMPAGNE-ARDENNE AU CŒUR DE L EUROPE LA CHAMPAGNE-ARDENNE AU CŒUR DE L EUROPE Comme les 274 régions des 28 États membres de l Union européenne, la Champagne-Ardenne bénéficie d un soutien financier de l Europe : un budget d environ 430 M

Plus en détail

Performance dans la riziculture en Afrique: Expérience du Burkina Faso. Elaborée par la Task Force

Performance dans la riziculture en Afrique: Expérience du Burkina Faso. Elaborée par la Task Force Performance dans la riziculture en Afrique: Expérience du Burkina Faso Elaborée par la Task Force PLAN DE PRESENTATION I. Contexte de la riziculture au Burkina Faso II. Aperçu sur la SNDR du Burkina Faso

Plus en détail

Page 1. Juin 2015. RADDHO, Mermoz x Pyrotechnie, Villa N 11 Email: raddho@orange.sn, Tél : 33 865 00 30

Page 1. Juin 2015. RADDHO, Mermoz x Pyrotechnie, Villa N 11 Email: raddho@orange.sn, Tél : 33 865 00 30 Organisation Non Gouvernementale ayant Statut spécial à l ECOSOC aux Nations Unies, membre observateur à la Commission Africaine des Droits de l Homme et des Peuples (CADHP) de l Union Africaine Juin 2015

Plus en détail

Communiqué final de l Atelier

Communiqué final de l Atelier Projet PD 456/07 Rev.4(F) : Renforcement des capacités à la gestion durable des forêts tropicales ombrophiles et à la conservation de la biodiversité dans les pays du bassin du Congo membres de l OIBT»

Plus en détail

Analyse DES IMPAYES des acteurs des Pôles d Entreprises Agricoles (PEA) auprès des Institutions de Financement de Sikasso

Analyse DES IMPAYES des acteurs des Pôles d Entreprises Agricoles (PEA) auprès des Institutions de Financement de Sikasso Analyse DES IMPAYES des acteurs des Pôles d Entreprises Agricoles (PEA) auprès des Institutions de Financement de Sikasso Mohamed Ali, Spécialiste Finance Rurale -Mali FINAGRI mars 2014 Sikasso Plan de

Plus en détail

créer de l emploi dans les territoires

créer de l emploi dans les territoires 3 créer de l emploi dans les territoires 3 Créer de l emploi dans les territoires L Économie sociale et solidaire trouve sa force dans les territoires : quartiers urbains, zones rurales, bassins industriels

Plus en détail

PARTENARIAT UE-AFRIQUE SUR LE COTON

PARTENARIAT UE-AFRIQUE SUR LE COTON PARTENARIAT UE-AFRIQUE Objectifs Des relations commerciales plus équitables dans le cadre de l Agenda de Doha pour le Développement. La compétitivité du coton africain et une diminution de la vulnérabilité

Plus en détail

Stratégie économique pour la Francophonie

Stratégie économique pour la Francophonie XV e Conférence des chefs d État et de gouvernement des pays ayant le français en partage Dakar (Sénégal), les 29 et 30 novembre 2014 Stratégie économique pour la Francophonie Préambule : La Francophonie

Plus en détail

PREMIERES JOURNEES SCIENTIFIQUES DU CAMES

PREMIERES JOURNEES SCIENTIFIQUES DU CAMES PREMIERES JOURNEES SCIENTIFIQUES DU CAMES 1. Contexte et justification Le progrès économique et social se réalise principalement par l avancée de la science et de la technologie. Les pays dit «émergents»

Plus en détail

PLAN DE PRÉSENTATION CONTEXTE RÉFORMES ENTREPRISES RÉSULTATS OBTENUS PERSPECTIVES (PND 2016-2020)

PLAN DE PRÉSENTATION CONTEXTE RÉFORMES ENTREPRISES RÉSULTATS OBTENUS PERSPECTIVES (PND 2016-2020) 1 EDBI 2016 Nairobi PLAN DE PRÉSENTATION CONTEXTE RÉFORMES ENTREPRISES RÉSULTATS OBTENUS PERSPECTIVES (PND 2016-2020) 2 3 CONTEXTE Superficie : 322.462 km², avec un littoral de 520 km Population : 22.4

Plus en détail

PROCESSUS D ELABORATION ET DE GESTION D UN PTBA

PROCESSUS D ELABORATION ET DE GESTION D UN PTBA PLANIFICATION ET GESTION FINANCIÈRE ET BUDGÉTAIRE AXÉE SUR LES RÉSULTATS AU SERVICE DE LA BONNE EXÉCUTION DES PROJETS CAS DU PROGRAMME NATIONAL D APPUI AUX ACTEURS DES FILIÈRES AGRICOLES (PNAAFA) EN REPUBLIQUE

Plus en détail

Relation hiérarchique des documents concernant l organisation de la politique de sécurité de l information INTRODUCTION.

Relation hiérarchique des documents concernant l organisation de la politique de sécurité de l information INTRODUCTION. Ce document est la propriété de la Banque Carrefour de la sécurité sociale. La publication de ce document ne préjudicie nullement aux droits de la Banque Carrefour de la sécurité sociale à l'égard de ce

Plus en détail

Agenda 22 de La Rochelle:

Agenda 22 de La Rochelle: NOTE n 7 - Fondation Jean-Jaurès / Observatoire de l innovation locale - 19 août 2013 - page 1 de La Rochelle: innover dans la prise en compte du Maxime Bono* * Maire de La Rochelle, président de la Communauté

Plus en détail