L eau dans les ateliers fromagers et le. les UV

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L eau dans les ateliers fromagers et le. les UV"

Transcription

1 Perfectionnement des techniciens produits laitiers fermiers Manosque septembre 2011 L eau dans les ateliers fromagers et le système de désinfection de l eau par les UV Dans le cadre de la lutte contre les Pseudomonas

2 Les eaux naturelles : généralités Réserves: souterraines, de surface et de mer Besoins en eau potable = eaux douces Eau = milieu vivant, éléments présents sous formes: gaz, liquide ou solide minérale ou organique particules de dimension variable

3 Les eaux naturelles : généralités Eaux superficielles Sensibles aux variations saisonnières Développement +/- important de phytoplancton Présence fréquente de MO Fragilité, vulnérabilité de la ressource à la pollution (minérale, organique) Très souvent contaminés par bactéries et virus (non exploitable à l état brut) Eaux souterraines Qualité P-Chimique liée aux origines géologiques Faible turbidité Peuvent être de grande pureté bactériologique Peuvent contenir quelques éléments indésirables (composés soufrés, Fer, Mn)

4 Les eaux naturelles : généralités Réglementation européenne (décret n et arrêtés du 17 décembre 2008) : qualité de l eau à la production 62 paramètres (organoleptiques, physicochimiques, substances toxiques, biologiques, microbiologiques) i Niveau guide (NG) CMA (concentration maximale admissible) Responsables : Etat et distributeur Techniques de l ingénieur (JC BOEGLIN)

5 Contexte L eau en ateliers réglementaire fromagers Réglementation européenne décret n et arrêtés du 17 décembre 2008 Mise au norme des ateliers de transformation Potabilité: recherche de germes témoins de la contamination fécale Obligation suivi qualité de l eau d alimentation de l atelier Analyse 1 à 2 fois/an source privée et/ou traitement

6 L eau en ateliers fromagers Données générales Environ 2,7 litres d eau / L de lait transformé soit 450 m 3 / an en moyenne (uniquement pour la MAT et l atelier de transformation) Utilisation pour les opérations de nettoyage et désinfection Et donc Le rinçage final des matériels et surfaces

7 Données études Vet Agro Sup Suivi 8 ateliers (2 ans) zone AOC saint nectaire Recueil données quantitatives et qualitatives : Niveau de contamination par les Pseudomonas Procédures de nettoyage et désinfection EAUX SURFACES MATIERES

8 Données études Vet Agro Sup Charge moyenne en Pseudomonas dans les eaux de sources et de réseau 6,0 6,0 lo og CFU/L 5,0 4,0 3,0 2,0 5,0 4,0 3,0 2,0 eau réseau eau source 1,0 1,0 0, producteurs 0,0 Niveau contamination en Pseudomonas entre 10 et 10 4 CFU/L Réseau = Source privée

9 Maîtrise du risque Pseudomonas Eliminer les Pseudomonas à l entrée de l atelier Le système UV Eliminer les Pseudomonas présents dans l atelier

10 Le traitement eau par UV-c La solution «idéale» en théorie mais. Des difficultés pour paramétrer l installation Surveillance et maintenance contraignantes et difficiles il

11 Données études Vet Agro Sup Efficacité du dispositif UV chez 10 producteurs de fromage saint nectaire 5,0 4,0 CFU/L log 3,0 2,0 1,0 0, producteur Avant UV Après UV

12 Les ultraviolets et leurs effets UV-C Action bactéricide et bactériostatique Inactivation par absorption de la lumière UV Modification des composants moléculaires par réaction photochimique UV traversent t paroi cellulaire, l interaction avec acides nucléiques Performance traitement UV-c: - Dose suffisante - UV atteignent les micro-organismes visés

13 Les ultraviolets et leurs effets Certains micro-organismes organismes développent des systèmes de réparation et sont capables de reconstituer l ADN altéré (dark repair, photoréactivation) Courbes des doses-réponses aux UV de E.coli et L. pneuphilia avec et en l absence de mécanismes de photoréactivation (EPA, guidance manual, 2003)

14 Les ultraviolets - efficacité Degré de destruction ou d inactivation des microorganismes dépend de la dose d énergie UV(D (dose d'exposition) = P / S exp(-ky) T exprimée en J/m² ou en Ws/cm² ) utilisée qui dépend de: Puissance de la lampe (P en Watt) Surface émettrice (S en m²) Coefficient d adsorption dans le liquide (K en m -1 ) L épaisseur de la lame d eau (Y en m) Temps d exposition (T en s) Efficacité des installations dépend Dose UV appliquée Caractéristiques de l eau à traiter : Paramètres hydrauliques Paramètres physico-chimiques, microbiologiques

15 Les ultraviolets - efficacité Paramètres altérant la performance du traitement de l eau par les UV: La coloration Les matières en suspension (sable, argiles, boues diverses) Les matières organiques (déchets végétaux, acides humiques) Certains composés inorganiques (Fer, Co, Cu, Ca, Mg, Mn) Certains composés chimiques absorbent les UV: Composé chimique Concentration ayant un impact sur l UVT (mg/l) Ozone 0,071 Ion ferrique 0,057 Permanganate 0,91 Thiosulfate 2,7 Hypochlorite 8,4 Peroxyde d hydrogène 8,7 Ion ferreux 9,6 Sulfite 23 Zinc 187

16 Installation Entretien Maintenance des installations UV-C

17 Les objectifs Choix : paramètres à prendre en compte Installation : mise en place, positionnement Entretien : points de contrôle, outils de maintenance

18 MEMO pour l installation dispositif UV-C Analyses à effectuer Turbidité (MES) Dénombrement germe cible Concentration fer total Dureté totale (TH) (présence de calcium et de magnésium) Capacité à transmettre les UV (Transittance UV-c (254 nm) Paramètres à évaluer Débits mini, moyen et maxi (de pointe) Lieu d installation N tt t dé i f ti d li ti t Nettoyage et désinfection des canalisations avant installation

19 Critères pour l installation dispositif UV-C - prétraitement Etape filtration (élimination des colloïdes et matières organiques) Eau «qualité réseau» Eau «qualité particulière» Support Corps du filtre Composition filtre Diamètre de pore Traitement spécifique (décantation, Traitement spécifique (décantation, coagulation floculation, adoucissement, déferrisation )

20 Critères pour l installation dispositif UV-C: la lampe (1) Efficacité désinfection dépend de la dose UV-c reçue par les micro- organismes Dose Uv-c fonction de - Temps d exposition - Intensité UV-c émise par la lampe - Changement régulier de la lampe (10 000h) - Débit

21 Critères pour l installation dispositif UV-C: lampes, autres Lampe UV-C basse tension= 55W (<3 m 3 /h) ou 95W selon débit Chambre de désinfection = en fonction des débits minimal, moyen et maximal Raccordement du dispositif au plus près du point utilisation Éléments optionnels : œil, compteur horaire, vannes (entrée et sortie), manomètres, alarmes, by pass

22 Critères pour l installation dispositif UV-C Précautions au montage Eléments fragiles (gaine quartz, lampe UV-c) Nettoyage et désinfection des canalisations Elimination biofilms

23 Critères pour l entretien et la maintenance du dispositif UV-C Point de contrôle 1: filtration Etape clé déterminant le niveau d efficacité du traitement UV-c - changement 2 à 3 fois/an maximum - en cas variation exceptionnelle qualité de l eau Moyens de contrôle Observation état filtres et manomètres turbidité et conductivité

24 Critères pour l entretien et la maintenance du dispositif UV-C Point de contrôle 2 : la gaine quartz Manipulation délicate avec gants Vérifier l encrassement tous les mois (1ere année) Nettoyage et désinfection = de 1 à 3 fois/an selon vitesse encrassement En cas d arrêt prolongé : N et D obligatoire N et D extérieur de la gaine quartz

25 Critères pour l entretien et la maintenance du dispositif UV-C Point de contrôle 3 : chambre UV-c Vérifier encrassement en même temps que gaine Nettoyage et Désinfection 1 fois/an et en cas d arrêt prolongé Montage et démontage Vérifier absence de fuites

26 Critères pour l entretien et la maintenance du dispositif UV-C Point de contrôle 4 : Lampe UV-c Changement entre et h (1 fois/an) Eviter on / off = diminution durée de vie lampe Manipulation délicate = manipulation hors tension et au niveau du culot

27 Les ultraviolets et leurs effets Les doses UV appliquées varient selon les micro- organismes à inactiver: Type de microorganismes Dose UV (mj/cm²) Bacillus subtilis (spore) 12,0 Clostridium tetani 4,9 Listeria monocytogenes 3,4 Legionelle pneumophilla 21 2,1 Pseudomonas aeruginosa 5,5 Pseudomonas fluorescens 3,5 Streptococcus faecalis 4,5 Hepatitis A virus 11,0 Hepatitis poliovirus 12,0 Saccharomyces cerevisiae 6,0 Aspergillus niger 132 Virus de la mosaïque du tabac 240 Dose germicide id préconisée é est de 25 mj/cm 2

28 Critères pour l installation dispositif UV-C Positionnement = au plus près de l utilisation Pas d effet rémanent = pas de protection du réseau après l appareil Traitement MAT et atelier de fabrication

29 Le guide VetAgro SUP

STERILISATEUR UV COMPACT GERMI AP 36

STERILISATEUR UV COMPACT GERMI AP 36 STERILISATEUR UV COMPACT GERMI AP 36 Débit moyen traité : 2 m 3 /h Testé par biodosimétrie ACS N 05ACCLY096 Puissance électrique : 36 watts Puissance germicide : 12 watts UVc à 254 nm 1 lampe 36 watts

Plus en détail

STERILISATEUR UV GERMI AP 30 ECO

STERILISATEUR UV GERMI AP 30 ECO STERILISATEUR UV GERMI AP 30 ECO Débit moyen traité : 2 m3/h Testé par biodosimétrie ACS n 05ACCLY096 Puissance électrique : 30 watts Puissance germicide : 11.2 watts UVc à 254 nm 1 lampe 30 watts Entrée/sortie

Plus en détail

Stérilisateurs UVc. Stérilisateurs UVc

Stérilisateurs UVc. Stérilisateurs UVc Qualité de l eau Documentation technique > Principe des stérilisateurs UVc Issus des nouvelles technologies de traitement de l eau, les stérilisateurs UVc sont des appareils agissant contre les micro-organismes

Plus en détail

STERILISATEUR UV GERMI AP 55 55W

STERILISATEUR UV GERMI AP 55 55W STERILISATEUR UV GERMI AP 55 55W Débit moyen traité : 3 m3/h Testé par biodosimétrie ACS N 05ACCLY096 Puissance électrique : 55 watts Puissance germicide : 18 watts UVc à 254 nm 1 lampe 55 watts Entrée/sortie

Plus en détail

Boitier de commande avec compteur horaire. Alarme sonore. Lampe UV. Filtration

Boitier de commande avec compteur horaire. Alarme sonore. Lampe UV. Filtration Alarme sonore Boitier de commande avec compteur horaire Filtration 50 µ Lampe UV La technologie des ultraviolets GERMI ULTRA : la potabilisation* physique de l eau par association d une filtration et d

Plus en détail

Anti-légionelles /Anti-tartre /Anti-corrosion

Anti-légionelles /Anti-tartre /Anti-corrosion COMMUNIQUÉ DE PRESSE Le LegioConcept Procédé de Traitement des Tours Aéro-réfrigérantes Anti-légionelles /Anti-tartre /Anti-corrosion Afin de répondre aux exigences imposées par la réglementation en terme

Plus en détail

Notions d UV : le spectre lumineux

Notions d UV : le spectre lumineux Notions d UV : le spectre lumineux longueur d'onde en metres (m) onde radio 10 2 Television 1 FM Spectre electromagnetique Radar 10-2 10-4 Infrarouge Invisible 10-6 Visible Ultraviolet 10-8 Invisible 10-10

Plus en détail

Catalogue ozone.ch. Stérilisateurs UV pour piscines privées

Catalogue ozone.ch. Stérilisateurs UV pour piscines privées Catalogue Stérilisateurs UV pour piscines privées Version juillet 2014 Table des matières La stérilisation U.V. 3 Le rayonnement U.V. et l eau........................... 3 Les avantages de la stérilisation

Plus en détail

STERILISATEUR UV GERMI AP 36

STERILISATEUR UV GERMI AP 36 STERILISATEUR UV GERMI AP 36 Débit moyen traité : 3.4 m 3 /h Puissance électrique : 36 watts Puissance germicide : 12 watts UVc à 254 nm 1 lampe 36 watts Entrée/sortie eau : 3/4 mâle (20/27) Hauteur totale

Plus en détail

Normes d évaluation d activité des produits désinfectants. Domaine hospitalier et paramédical Environnement et matériel

Normes d évaluation d activité des produits désinfectants. Domaine hospitalier et paramédical Environnement et matériel Normes d évaluation d activité des produits désinfectants Domaine hospitalier et paramédical Environnement et matériel Noël LECERF noellecerf@hotmail.fr 1 DEFINITION DES TERMES NETTOYAGE Opération qui

Plus en détail

VIRKON FICHE TECHNIQUE

VIRKON FICHE TECHNIQUE VIRKON Nettoyant désinfectant à très large spectre : bactéricide, fongicide, virucide, sporicide. Ne contient ni formol ni aldéhydes. Biodégradable FICHE TECHNIQUE 1 PROPRIETES -Nettoyant de surface pour

Plus en détail

votre solution en ultraviolets

votre solution en ultraviolets votre solution en ultraviolets la société BIO-UV, premier fabriquant français, conçoit, fabrique et commercialise des systèmes et concepts de désinfection par Ultraviolets (UV C). L'expérience de ses dirigeants

Plus en détail

Notice Technique NIROXLINE 120/180

Notice Technique NIROXLINE 120/180 DESCRIPTION NIROXLINE 120 NIROXLINE 180 Débit admissible bassin eau claire 34.1 m³/h 60.4 m³/h Débit admissible bassin eau verte 27.3 m³/h 48.3 m³/h Débit admissible bassin baignade 13.7 m³/h 26.8 m³/h

Plus en détail

La chloration de l eau potable. Solutions alternatives

La chloration de l eau potable. Solutions alternatives La chloration de l eau potable Solutions alternatives Inconvenients de la chloration Goût et odeur Addition d une substance chimique Formation des sous-produits Pas efficace contre les protozoaires Applications

Plus en détail

Qualité de l eau distribuée, Risques sanitaires et Traitements

Qualité de l eau distribuée, Risques sanitaires et Traitements Qualité de l eau distribuée, Risques sanitaires et Traitements Dans le Doubs 3 paramètres sont sensibles Microbiologie Turbidité Produits phytosanitaires MICROBIOLOGIE Risques sanitaires : en cas de présence

Plus en détail

Solutions de traitement de l eau par technologie ultraviolets. Désinfection UVc

Solutions de traitement de l eau par technologie ultraviolets. Désinfection UVc Solutions de traitement de l eau par technologie ultraviolets Désinfection UVc Désinfection UVc APPLICATIONS Eau potable Eaux usées Eaux de process industriels Eau de piscine Eaux salées Eaux de réseaux

Plus en détail

Chapitre 9 - manganèse. GCI Conception : usine de traitement des eaux potables Automne 2009

Chapitre 9 - manganèse. GCI Conception : usine de traitement des eaux potables Automne 2009 Chapitre 9 - Élimination du fer et du manganèse GCI 720 - Conception : usine de traitement des eaux potables Automne 2009 Hubert Cabana, 2009 1 Le fer et le manganèse La présence de Fe et de Mn dans les

Plus en détail

Série LBX WEDECO UnE DéSinfECtiOn UV respectueuse DE L EnVirOnnEmEnt pour LES LiqUiDES à faible facteur DE transmittance

Série LBX WEDECO UnE DéSinfECtiOn UV respectueuse DE L EnVirOnnEmEnt pour LES LiqUiDES à faible facteur DE transmittance Série LBX WEDECO Une désinfection UV respectueuse de l environnement pour les liquides à faible facteur de transmittance Systèmes de désinfection UV série LBX La série LBX remplit toutes les conditions

Plus en détail

LA QUALITE MICROBIOLOGIQUE (DÉSINFECTION)

LA QUALITE MICROBIOLOGIQUE (DÉSINFECTION) MÉTHODES DE DÉSINFECTION D DES EAUX Jean-Pierre DUGUET, Michel JOYEUX Direction Recherche & Développement et Qualité des Eaux 15 ème Colloque sur le CONTRÔLE EPIDEMIOLOGIQUE DES MALADIES INFECTIEUSES,

Plus en détail

Journée technique des distributeurs d eau romands. La chloration de l eau potable, bien ou mal nécessaire? Bases de la chloration

Journée technique des distributeurs d eau romands. La chloration de l eau potable, bien ou mal nécessaire? Bases de la chloration Journée technique des distributeurs d eau romands La chloration de l eau potable, bien ou mal nécessaire? Yverdon-les-Bains, 7 février 2013 Bases de la chloration Dr Eric Raetz, inspecteur cantonal des

Plus en détail

1 TH correspond à 4 mg de Ca 2+ par litre d eau.

1 TH correspond à 4 mg de Ca 2+ par litre d eau. A L I M E N T A T I O N E N E AU Introduction : L eau est très utilisée en hôtellerie restauration : Comme eau de consommation ou milieu de cuisson dans les préparations culinaires. Pour le lavage de la

Plus en détail

A n n e x e I. Traitement des déchets dangereux. Évaporation des solutions aqueuses. Traitement chimique. Remarque

A n n e x e I. Traitement des déchets dangereux. Évaporation des solutions aqueuses. Traitement chimique. Remarque A n n e x e I Traitement des déchets dangereux Remarque Le traitement de déchets dangereux doit être effectué uniquement par du personnel qui possède les connaissances appropriées en chimie et qui a l

Plus en détail

OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux

OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux INDICATEURS EAU Indicateurs d'activité Volume total d'eau prélevée Volume total des rejets Consommation d'eau totale DBO 5 (Demande Biochimique en Oxygène)

Plus en détail

Vous aussi, choisissez la sécurité du traitement automatique sans chlore BIO-UV! Proitez d une eau claire, saine et sans odeur.

Vous aussi, choisissez la sécurité du traitement automatique sans chlore BIO-UV! Proitez d une eau claire, saine et sans odeur. Vous aussi, choisissez la sécurité du traitement automatique sans chlore BIO-UV! Proitez d une eau claire, saine et sans odeur. Partenaire technique de la Fédération Française de Natation Agréé en piscines

Plus en détail

La nature fait bien les choses. nous aussi

La nature fait bien les choses. nous aussi La nature fait bien les choses nous aussi Sanuvox reproduit le processus Offrir le meilleur à votre famille Naturellement, vous voulez offrir à votre famille le meilleur environnement qui soit. Nous vivons

Plus en détail

L`eau est souvent de mauvaise qualité. Le calcaire. PDF Editor Mac Free. Il faudra 20 ans pour changer toutes les canalisations

L`eau est souvent de mauvaise qualité. Le calcaire. PDF Editor Mac Free. Il faudra 20 ans pour changer toutes les canalisations PDF Editor Mac Free Le calcaire L`eau est souvent de mauvaise qualité Il provoque des démangeaisons, abime la peau et les cheveux. Il endommage le matériel de votre maison (les ballons d eau chaude, les

Plus en détail

Le Purificateur d Air GREEN WELCOME

Le Purificateur d Air GREEN WELCOME Le Purificateur d Air GREEN WELCOME SM 767 Distribué Exclusivement en Algérie par : La Sarl CCVF LE SM 767 SE PRESENTE COMME SUIT : Flux de l Air à travers le SM 767 DANS QUELS LIEUX INSTALLER LE PURIFICATEURS

Plus en détail

Laboratoires Ultrateck Inc.

Laboratoires Ultrateck Inc. Laboratoires Ultrateck Inc. Stérilisateurs Naturels UVC pour Piscine Jacuzzi ou Spa POUR UNE MEILLEURE QUALITÉ DE VIE Fini les Odeurs Désagréables Toxique de Chlore et les Yeux qui Piquent Stérilisateurs

Plus en détail

Lutte contre les microorganismes

Lutte contre les microorganismes Lutte contre les microorganismes Dans la lutte contre les maladies infectieuses, une place importante revient à la lutte contre les microorganismes. Le but est de détruire ou d inactiver les MO sur des

Plus en détail

Les matières organiques : deux solutions innovantes pour les caractériser dans les eaux usées et traitées

Les matières organiques : deux solutions innovantes pour les caractériser dans les eaux usées et traitées Les matières organiques : deux solutions innovantes pour les caractériser dans les eaux usées et traitées Caractérisation par fluorescence 3D de la E. Parlanti, Y. Dudal Université de Bordeaux : E. Parlanti,

Plus en détail

LA CONSERVATION DES PÂTES FRAÎCHES

LA CONSERVATION DES PÂTES FRAÎCHES s LA CONSERVATION DES PÂTES FRAÎCHES BONNES PRATIQUES DE PASTEURISATION Magali WAGNER 19/11/15 LES PROCÉDÉS DE CONSERVATION Formulation produit Composition, additifs (conservateurs) Biocides Stockage Conditions

Plus en détail

Procédé de désinfection des surfaces

Procédé de désinfection des surfaces SURFACE désinfection Procédé de désinfection des surfaces par voie aérienne Contrôle de la contamination, sécurité des soins Pourquoi une Désinfection des Surfaces par Voie Aérienne (DSVA)? Stopper le

Plus en détail

INSTRUCTIONS DE MISE EN SERVICE ET D UTILISATION

INSTRUCTIONS DE MISE EN SERVICE ET D UTILISATION GERMI ULTRA 000 INSTRUCTIONS DE MISE EN SERVICE ET D UTILISATION Germi Ultra : Domaines d utilisation p. 2 Conception p. 3 Installation p.2 4 Branchement électrique p.4 5 Fonctionnement p.4 6 Consignes

Plus en détail

Choisir un produit désinfectant pour l entretien des locaux

Choisir un produit désinfectant pour l entretien des locaux Choisir un produit désinfectant pour l entretien des locaux Laurence Badrikian Service Hygiène Hospitalière CHU Clermont-Ferrand 1 Définition des besoins Quels produits? - un détergent (pour l alternance

Plus en détail

litres d air, c est l impressionnante quantité d air que nous respirons en 24 heures!

litres d air, c est l impressionnante quantité d air que nous respirons en 24 heures! AXTEK AX-5000 PURIFICA TE UR D A IR IONISE UR FILTRE A MOVIBLE ET LAMPE UV RESPIREZ ENFIN UN AIR PUR REVITALISÉ 15 000 litres d air, c est l impressionnante quantité d air que nous respirons en 24 heures!

Plus en détail

Carola bleue. ph 6,3 7,4 7,2 6,6 7

Carola bleue. ph 6,3 7,4 7,2 6,6 7 Thème : Nourrir l humanité Séquence 2 La qualité de l eau et l analyse Contenu : composition chimique d une eau de consommation Compétences : analyse qualitative d une eau I Les différentes eaux L eau

Plus en détail

EAU PRO. Expertise - Conception - Réalisation. Traitement des lixiviats de centres d enfouissement technique de déchets ménagers.

EAU PRO. Expertise - Conception - Réalisation. Traitement des lixiviats de centres d enfouissement technique de déchets ménagers. EAU PRO Notre métier : gestion, traitement et réutilisation de vos effluents Expertise - Conception - Réalisation Environnement Agro-alimentaire Industries Traitement des lixiviats de centres d enfouissement

Plus en détail

Traitement des eaux potables

Traitement des eaux potables Traitement des eaux potables Daniel Thévenot & Gilles Varrault Cereve Université Paris XII-Val de Marne, ENPC, ENGREF (UMR-MA 102) http://www.enpc.fr/cereve/homepages/thevenot/ enseignement.html Sommaire

Plus en détail

DE LCB A LCB FOOD SAFETY

DE LCB A LCB FOOD SAFETY DE LCB A LCB FOOD SAFETY 1963 Laboratoire Chimie Biologie prestations laboratoires pour l identification et le contrôle de toutes contaminations Coeur de métier : fumigènes désinfectants 2012 LCB food

Plus en détail

UV-C PURIFICATEUR D EAU

UV-C PURIFICATEUR D EAU UV-C PURIFICATEUR D EAU DE L EAU CRISTALLINE GRÂCE AUX RAYONS UV-C Chaque piscine doit contenir de l eau propre et claire, sans bactéries, virus, algues ou moisissures. Vous souhaitez, en effet, pouvoir

Plus en détail

La décision de mettre en place un recyclage des rejets liquides sur une filière de production d eau potable dépend de plusieurs critères.

La décision de mettre en place un recyclage des rejets liquides sur une filière de production d eau potable dépend de plusieurs critères. 08/01/2009 Note de la Commission Scientifique et Technique de la FP2E sur la problématique du recyclage d effluents liquides sur les filières de production d eau potable 1. Pourquoi recycler? La gestion

Plus en détail

1. Fonctionnement général

1. Fonctionnement général Stérilisateur UVc eau froide Modèle UV Mega et Mega+ 1. Fonctionnement général Contre les micro-organismes et pour des débits d eau compris entre 100 et 400 m³/h. Le traitement de l eau aux UVc est un

Plus en détail

Congrès ATD Toulouse ème Session 19 novembre. Corinne PICOT, chef de projet traitement d eau

Congrès ATD Toulouse ème Session 19 novembre. Corinne PICOT, chef de projet traitement d eau Congrès ATD Toulouse 2015 24 ème Session 19 novembre Comment choisir son pré-traitement? Corinne PICOT, chef de projet traitement d eau Pré-traitement: définition et fonction Eau potable destinée à la

Plus en détail

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan C - Qualité des sols et de l eau Bilan 1 CAH, Solution du sol et nutrition minérale végétale Le sol est un système complexe formé : D'une fraction solide minérale faite de fragments de roche issus du sous-sol

Plus en détail

LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES

LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES Novembre 2014 Le terme micropolluants désigne des substances, d origine naturelle ou synthétique, susceptibles d avoir une action toxique

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSİON 2013 SCİENCES. Épreuve écrite anticipée classe de première. Séries L et ES. Durée de l épreuve : 1 h 30 Coefficient : 2

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSİON 2013 SCİENCES. Épreuve écrite anticipée classe de première. Séries L et ES. Durée de l épreuve : 1 h 30 Coefficient : 2 BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSİON 2013 SCİENCES Épreuve écrite anticipée classe de première Séries L et ES Durée de l épreuve : 1 h 30 Coefficient : 2 L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Page 1 sur

Plus en détail

TD N 2. Méthodes de stérilisation en bactériologie

TD N 2. Méthodes de stérilisation en bactériologie TD N 2 Méthodes de stérilisation en bactériologie Définition La stérilisation est l'opération qui consiste à éliminer les micro-organismes d'un objet, et de manière durable. En microbiologie, le but de

Plus en détail

L usine conteneur de traitement de l eau HUTIRA CCW KU

L usine conteneur de traitement de l eau HUTIRA CCW KU 1 2 Introduction La technologie unique et brevetée, basée sur la modification de l eau dans le ciric (purificateur de l eau), développée par Mr. Ing. František Svoboda, CSc., le scientifique tchèque dans

Plus en détail

Prévenir les risques grâce aux indicateurs indirects, au développement de filières multibarrières, Jean-François Loret, CIRSEE

Prévenir les risques grâce aux indicateurs indirects, au développement de filières multibarrières, Jean-François Loret, CIRSEE Prévenir les risques grâce aux indicateurs indirects, au développement de filières multibarrières, à l assurance qualité Jean-François Loret, CIRSEE 1 Le risque microbiologique en eau potable Une priorité

Plus en détail

Notice technique. Filtres twin HT Fabrication française

Notice technique. Filtres twin HT Fabrication française Notice technique Filtres twin HT Fabrication française - 0 - www.temiq.fr Filtres HT Applications La gamme de filtres HT est destinée à la pré-filtration des particules en suspension dans l'eau pour les

Plus en détail

Révisions et Applications

Révisions et Applications LES NORMES D ÉVALUATION D ACTIVITÉ DES DÉSINFECTANTS DOMAINE MÉDICAL SOLS ET SURFACES Révisions et Applications 21 Mai 2015 POITIERS - mai 2015 JC-CP/Anios Normes générales EN 12353: Préservation des microorganismes

Plus en détail

Lavage et désinfection : procédure manuelle. Lavage et désinfection : procédure en LDE. Lavage et stérilisation : autoclavage

Lavage et désinfection : procédure manuelle. Lavage et désinfection : procédure en LDE. Lavage et stérilisation : autoclavage Lavage et désinfection : procédure manuelle Lavage et désinfection : procédure en LDE Lavage et stérilisation : autoclavage Procédure manuelle DM utilisés en endoscopie : - Stérilisables - A défaut Désinfection

Plus en détail

TRAFFIC ALLEES Version 1.3 Date de révision: : 22/07/2011

TRAFFIC ALLEES Version 1.3 Date de révision: : 22/07/2011 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/DU MÉLANGE ET DE LA SOCIÉTÉ/L'ENTREPRISE 1.1 Informations sur le produit Nom du produit : 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du mélange et utilisations

Plus en détail

Présenté en première mondiale au salon Piscine et Spa de Paris 2011.

Présenté en première mondiale au salon Piscine et Spa de Paris 2011. Deux procédés totalement différents, qui travaillent en tandem pour une désinfection et une stérilisation biologique de l'eau complète de très haute qualité, sans chlore ni produits chimiques. Présenté

Plus en détail

Mode d action des désinfectants. Quelques notions

Mode d action des désinfectants. Quelques notions Mode d action des désinfectants Quelques notions HNey SSSHSR 16 mars 2013 1 Points abordés Définitions Mode d actions de quelques désinfectants Spectre d action La fiche «produit» HNey SSSHSR 16 mars 2013

Plus en détail

ENSEMBLE DE DESINFECTION POUR PISCINE EAU LYMPIA 1 000

ENSEMBLE DE DESINFECTION POUR PISCINE EAU LYMPIA 1 000 ENSEMBLE DE DESINFECTION POUR PISCINE EAU LYMPIA 1 000 INSTRUCTIONS DE SERVICE 1 Traitement de l eau aux UV p.1 Avantage de la désinfection par UV p.1 3 Conception p. 4 Installation p.3 5 Mise en route

Plus en détail

Décontamination par ablation laser AspiLaser

Décontamination par ablation laser AspiLaser Décontamination par ablation laser AspiLaser F. Champonnois, Ch. Lascoutouna, H. Long, P.Y. Thro Direction de l Energie Nucléaire Département de Physico-Chimie Service de Chimie-Physique CEA Saclay DEN/DANS/DPC/SCP

Plus en détail

Lut try le 17 nov. 2011

Lut try le 17 nov. 2011 Lut try le 17 nov. 2011 Qualité d eau pour le remplissage de circuits I Page 1 I Sommaire Pourquoi traiter l eau des circuits Ce qui a changé ces dernières années Les moyens de traitement possibles Les

Plus en détail

VORTEX est un filtre utilisable pour la filtration d eau ou de liquide fortement chargé en sable, gravillons ou autres éléments en suspension ayant

VORTEX est un filtre utilisable pour la filtration d eau ou de liquide fortement chargé en sable, gravillons ou autres éléments en suspension ayant VORTEX est un filtre utilisable pour la filtration d eau ou de liquide fortement chargé en sable, gravillons ou autres éléments en suspension ayant une densité supérieure à 1 (densité de l eau = 1). Le

Plus en détail

TRAITEMENT DE POTABILISATION DES EAUX DE SURFACE DESINFECTION. Conf2006/64 1

TRAITEMENT DE POTABILISATION DES EAUX DE SURFACE DESINFECTION. Conf2006/64 1 TRAITEMENT DE POTABILISATION DES EAUX DE SURFACE DESINFECTION Conf2006/64 1 LE RISQUE A COURT TERME Correspond au risque microbiologique. C est un des paramètres les plus importants de la qualité de l

Plus en détail

Exemples de technologies récentes de traitement d eau à disposition des collectivités publiques

Exemples de technologies récentes de traitement d eau à disposition des collectivités publiques Exemples de technologies récentes de traitement d eau à disposition des collectivités publiques Conférence Alliance - CSEM - CleantechAlps Neuchâtel, 28 mars 2012 Emmanuel Bonvin 1 Quelques exemples 1.

Plus en détail

Comment assurer la mise en place d une technologie de rupture pour résoudre la crise de l eau

Comment assurer la mise en place d une technologie de rupture pour résoudre la crise de l eau Comment assurer la mise en place d une technologie de rupture pour résoudre la crise de l eau 1. Les différentes étapes d une filière classique de traitement d eau potable 1.1 Le pré-traitement Les procédés

Plus en détail

Récupération et désinfection

Récupération et désinfection Série - + 366 Modules de récupération des eaux de pluie pour habitats individuels et petits collectifs Série AQUADA 370 Système de traitement U.V. pour habitats individuels et petits collectifs Xylem Water

Plus en détail

Visite de la station de traitement des eaux de Viñas Kue. Nom :... Prénom :... Dossier à RENDRE complété et correctement rédigé.

Visite de la station de traitement des eaux de Viñas Kue. Nom :... Prénom :... Dossier à RENDRE complété et correctement rédigé. Visite de la station de traitement des eaux de Viñas Kue Nom :... Prénom :... Dossier à RENDRE complété et correctement rédigé. I) Présentation et histoire : Au début des années 50, Asunción était la seule

Plus en détail

3. Critères de potabilité.

3. Critères de potabilité. QUALITE DE L EAU Dans le chapitre précédent, on a mis en avant l importance pour les végétaux de la solution ionique du sol qui autorise les transferts de matière. Cette solution contient bien évidemment,

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Embouage : Constat et Solutions

Embouage : Constat et Solutions Embouage : Constat et Solutions MAX P. 20 MAI 2015 H. PAQUET 1 Constat - Les boues Les boues sont le plus souvent constituées de : FeOx CaCO 3 non incrustants Matières Organiques provenant de prolifération

Plus en détail

Détermination des Dates Limites de Consommation

Détermination des Dates Limites de Consommation Détermination des Dates Limites de Consommation Pr Ivan LEGUERINEL IUT de Quimper, Département de Biologie Directeur du LUMAQ Quelques mots de présentation IUT de Quimper 4 départements GB, TC, GLT, GEA

Plus en détail

ACTIVITE ANTIMICROBIENNE DU PROCEDE DE DESINFECTION SANIVAP VALIDATION SCIENTIFIQUE EN LABORATOIRE

ACTIVITE ANTIMICROBIENNE DU PROCEDE DE DESINFECTION SANIVAP VALIDATION SCIENTIFIQUE EN LABORATOIRE ACTIVITE ANTIMICROBIENNE DU PROCEDE DE DESINFECTION SANIVAP VALIDATION SCIENTIFIQUE EN LABORATOIRE Dr. M. RICHARD (MARSEILLE) SANIVAP 3000 SANIVAP 1000 SANIVAP 2000 SOMMAIRE Efficacité du procédé SaniVap

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Création le: 10/08/2003 Page : 1/5 1. Identification de la substance / préparation et de la société / entreprise Nom du produit : Marques secondaires : Fournisseur : Utilisation : fabricant : Lithothamne

Plus en détail

Note Technique Les méthodes de désinfection de l'eau. Avantages et inconvénients respectifs entre chlore - U.V. - ozone - microfiltration

Note Technique Les méthodes de désinfection de l'eau. Avantages et inconvénients respectifs entre chlore - U.V. - ozone - microfiltration Note Technique Les méthodes de désinfection de l'eau Avantages et inconvénients respectifs entre chlore - U.V. - ozone - microfiltration Quelle méthode choisir en fonction des objectifs? Quelques exemples

Plus en détail

Visite de la station de traitement des eaux de Viñas Kue. Nom :... Prénom :... Nom :... Prénom :... Dossier à RENDRE complété et correctement rédigé.

Visite de la station de traitement des eaux de Viñas Kue. Nom :... Prénom :... Nom :... Prénom :... Dossier à RENDRE complété et correctement rédigé. Visite de la station de traitement des eaux de Viñas Kue Nom :... Prénom :... Nom :... Prénom :... Dossier à RENDRE complété et correctement rédigé. I) Présentation et histoire : Au début des années 50,

Plus en détail

L eau du logement MCAD. I- Alimentation en eau.

L eau du logement MCAD. I- Alimentation en eau. L eau du logement I- Alimentation en eau. L eau est un bien rare, fragile et précieux. L eau est le patrimoine de tous et il faut la protéger. Elle est utilisée pour : - Nourriture et boissons : 7%. -

Plus en détail

TRAITEMENT DE POTABILISATION DES EAUX DE SURFACE FILTRATION

TRAITEMENT DE POTABILISATION DES EAUX DE SURFACE FILTRATION TRAITEMENT DE POTABILISATION DES EAUX DE SURFACE FILTRATION Conf2006/66 1 HISTORIQUE DE LA FILTRATION Les premiers écrits mentionnent la filtration 4000 ans avec J.C. en Inde (sable - gravier, charbon

Plus en détail

ANALYSES MICROBIOLOGIQUES CTAA 2017

ANALYSES MICROBIOLOGIQUES CTAA 2017 ANALYSES MICROBIOLOGIQUES CTAA 2017 12 Rue de l Usine Charguia II Tél : 71 940 198/081 Fax : 71 941 080 Germes Indicateurs d hygiène générale Les germes mésophiles totaux Les levures et moisissures Les

Plus en détail

TP de Chimie n o 1 Comment déterminer la concentration des colorants d un sirop de menthe? 1 Questions préliminaires

TP de Chimie n o 1 Comment déterminer la concentration des colorants d un sirop de menthe? 1 Questions préliminaires TP de Chimie n o 1 Comment déterminer la concentration des colorants d un sirop de menthe? 1 Questions préliminaires Compétences Analyser et S approprier Le sirop de menthe étudié contient deux colorants

Plus en détail

Licence professionnelle Aménagement et Gestion Écologiques des Paysages URbains (AGÉPUR) Grandes fonctions de la Plante : La Plante et le Sol

Licence professionnelle Aménagement et Gestion Écologiques des Paysages URbains (AGÉPUR) Grandes fonctions de la Plante : La Plante et le Sol Licence professionnelle Aménagement et Gestion Écologiques des Paysages URbains (AGÉPUR) Biologie Végétale Avancée Grandes fonctions de la Plante : La Plante et le Sol les plantes prélèvent dans le milieu

Plus en détail

3 ème partie: Nourrir. l humanité

3 ème partie: Nourrir. l humanité 3 ème partie: Nourrir l humanité NLH1: Le sol et l eau. VIDEOS I. Etude du sol 1. Constitution générale Le sol est un élément très important sur Terre, et regorgeant de complexité. Toutefois, on peut considérer

Plus en détail

Liste des analyses éffectuées par 2DAS 2010

Liste des analyses éffectuées par 2DAS 2010 Liste des analyses éffectuées par 2DAS 2010 Paramètre Méthode Unités Limite de quantification COFRAC D R Acide isocyanurique en labo : Mélamine mg/l 10 mg/l Acide isocyanurique in situ : Mélamine mg/l

Plus en détail

S-I-4V1 ESSAI DE LIXIVIATION DE SOLS ET DÉCHETS FRAGMENTÉS, DE SÉDIMENTS ET DE BOUES METHODE EN BATCH

S-I-4V1 ESSAI DE LIXIVIATION DE SOLS ET DÉCHETS FRAGMENTÉS, DE SÉDIMENTS ET DE BOUES METHODE EN BATCH ESSAI DE LIXIVIATION DE SOLS ET DÉCHETS FRAGMENTÉS, DE SÉDIMENTS ET DE BOUES METHODE EN BATCH 1. Objet La présente méthode permet de déterminer par un essai de lixiviation des substances solubles contenues

Plus en détail

Contamination des endoscopes : mécanismes, moyens de détection, prévention

Contamination des endoscopes : mécanismes, moyens de détection, prévention Contamination des endoscopes : mécanismes, moyens de détection, prévention Pr O. Traoré Service d Hygiène Hospitalière CHU Clermont-Ferrand ARLIN Réseau des Hygiénistes du Centre, Blois 22/03/2012 1 Risques

Plus en détail

DESINFECTION EN LIGNE

DESINFECTION EN LIGNE DESINFECTION EN LIGNE Désinfection par produits chimiques Procédé de traitement par dosage, dans l'eau, de produit désinfectant destiné à détruire (effet biocide) ou à stopper la croissance (effet biostatique)

Plus en détail

Direction de la production de l eau potable MISE AUX NORMES DES USINES DE PRODUCTION D EAU POTABLE (PROJET MNU)

Direction de la production de l eau potable MISE AUX NORMES DES USINES DE PRODUCTION D EAU POTABLE (PROJET MNU) Direction de la production de l eau potable MISE AUX NORMES DES USINES DE PRODUCTION D EAU POTABLE (PROJET MNU) Mise MISE aux AUX normes NORMES des usines DES (MNU) USINES (MNU) 1.0 Présentation d ensemble

Plus en détail

Les appareils de protection respiratoire. Christine BOUST

Les appareils de protection respiratoire. Christine BOUST Les appareils de protection respiratoire Christine BOUST Les appareils de protection respiratoire Généralités Classification des différents appareils Avantages / inconvénients des différents équipements

Plus en détail

La stabilisation microbiologique des moûts et des vins aux UV-C : Une technologie pour limiter les apports de SO 2 en vinification

La stabilisation microbiologique des moûts et des vins aux UV-C : Une technologie pour limiter les apports de SO 2 en vinification La stabilisation microbiologique des moûts et des vins aux UV-C : Une technologie pour limiter les apports de SO 2 en vinification F. DAVAUX 1, C. HOUBART 2 1 Institut Français de la Vigne et du Vin Pôle

Plus en détail

Le tout en un : une nouvelle technologie de purification et revitalisation de l eau en une seule étape, simple, efficace et économe

Le tout en un : une nouvelle technologie de purification et revitalisation de l eau en une seule étape, simple, efficace et économe 1 Microspiral - l ultra filtration vivante Le tout en un : une nouvelle technologie de purification et revitalisation de l eau en une seule étape, simple, efficace et économe Une brève introduction Le

Plus en détail

Étude d un projet de réutilisation des eaux usées épurées d une station d épuration

Étude d un projet de réutilisation des eaux usées épurées d une station d épuration Projet de fin d études Étude d un projet de réutilisation des eaux usées épurées d une station d épuration Anthony JACOB Tuteur entreprise : Frédéric BONNARDON Tuteur école : Luc MALHAUTIER Mars à août

Plus en détail

La biologie synthétique dans les procédés industriels innovants, ou le long cheminement du vivant au produit

La biologie synthétique dans les procédés industriels innovants, ou le long cheminement du vivant au produit La biologie synthétique dans les procédés industriels innovants, ou le long cheminement du vivant au produit Olivier Galy Chef de projet Toulouse White Biotechnology Toulouse le 24/04/2014 Toulouse White

Plus en détail

Skanair VM Poste de travail à flux d air. Protection du produit contre le risque de contamination par des particules ou micro-organismes

Skanair VM Poste de travail à flux d air. Protection du produit contre le risque de contamination par des particules ou micro-organismes Skanair VM Poste de travail à flux d air Protection du produit contre le risque de contamination par des particules ou micro-organismes Together always one step ahead SKAN Fondée en 1968, SKAN compte parmi

Plus en détail

www.eauxygene- web.fr EAUXYGENE Une eau sure, une eau saîne. Pour votre bien être au quotidien! Une eau sûre, une eau saine

www.eauxygene- web.fr EAUXYGENE Une eau sure, une eau saîne. Pour votre bien être au quotidien! Une eau sûre, une eau saine www.eauxygene- web.fr EAUXYGENE Une eau sure, une eau saîne. Pour votre bien être au quotidien! Une eau sûre, une eau saine AGISSEZ POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE Les appareils de traitement de l eau proposée

Plus en détail

Des bio-puces pour la mesure des contaminations microbiennes

Des bio-puces pour la mesure des contaminations microbiennes Des bio-puces pour la mesure des contaminations microbiennes Delphine Guillebault 13 novembre 2013 L eau est le vecteur de nombreux microorganismes ayant un impact sociétal et économique fort Des dinoflagellés

Plus en détail

Usage spécifique UV BX 250 et Biocontrol

Usage spécifique UV BX 250 et Biocontrol Affinage de l eau au traitement de l eau. CATALOGUE STERILISATEUR UV A2E développe, conçoit, réalise et installe des systèmes sur mesure et des équipements standards destinés au traitement de l eau. Notre

Plus en détail

Séance de TP : 2 manipulations sont réalisées en une séance de TP

Séance de TP : 2 manipulations sont réalisées en une séance de TP Séance de TP : 2 manipulations sont réalisées en une séance de TP Vous disposez : - d une trame de TP (individuelle) - ainsi que d indication sur l analyse à réaliser (par poste de TP) - de matériel nécessaire

Plus en détail

Innovation. Technologies douces. Technologie Douce. sans produits chimiques. Maîtrisez. la qualité de votre eau. avec. la centrale.

Innovation. Technologies douces. Technologie Douce. sans produits chimiques. Maîtrisez. la qualité de votre eau. avec. la centrale. Innovation Technologies douces Technologie Douce sans produits chimiques Maîtrisez la qualité de votre eau avec la centrale de traitement L eau est notre bien le plus précieux, L eau est notre bien le

Plus en détail

Traitement de l eau pour les hôtels et complexes touristiques

Traitement de l eau pour les hôtels et complexes touristiques Traitement de l eau pour les hôtels et complexes touristiques L accès à de l eau propre et sûre est d une importance primordiale pour les complexes touristiques et hôtels. Cette eau peut être destinée

Plus en détail

Protéger ses patients, c est se protéger soi-même

Protéger ses patients, c est se protéger soi-même Protéger ses patients, c est se protéger soi-même Un nouveau concept très efficace qui associe l action d un appareil à celle d un désinfectant - le Nocolyse. Le Nocospray transforme le Nocolyse liquide

Plus en détail

Produire de l eau potable partout dans le monde. Unité conteneurisée de traitement des eaux par Clarification-Filtration

Produire de l eau potable partout dans le monde. Unité conteneurisée de traitement des eaux par Clarification-Filtration Unité conteneurisée de traitement des eaux par Clarification-Filtration Produire de l eau potable partout dans le monde Un design performant pour tous types d applications L unité conteneurisée NC-COA

Plus en détail

L eau dans le processus de lavagedésinfection. conditions de mesure des paramètres. 15 mars 2007, SSSH P. Ménard et L. Rosetti

L eau dans le processus de lavagedésinfection. conditions de mesure des paramètres. 15 mars 2007, SSSH P. Ménard et L. Rosetti L eau dans le processus de lavagedésinfection et de stérilisation: conditions de mesure des paramètres 15 mars 2007, SSSH P. Ménard et L. Rosetti Les normes Normes sur l eau purifiée (pharma, laboratoire,

Plus en détail

Jeudi 23 juin 2016 ABBEVILLERS. Vos interlocuteurs : Unité Territoriale Santé Environnement Nord Franche-Comté

Jeudi 23 juin 2016 ABBEVILLERS. Vos interlocuteurs : Unité Territoriale Santé Environnement Nord Franche-Comté Fabienne UGOLIN Simon BELLEC Amélioration de la qualité des eaux destinées à la consommation humaine Réunion d information sur la Problématique de la TURBIDITE Jeudi 23 juin 2016 ABBEVILLERS Coordonnées

Plus en détail

Les micropolluants dans la filière de potabilisation

Les micropolluants dans la filière de potabilisation Les micropolluants dans la filière de potabilisation R. Tatin Enseignant Chercheur Ecole des Métiers de l Environnement (Bruz) romualdtatin@ecole-eme.com Sommaire Les micropolluants : Définition Sources

Plus en détail