TABLE DES MATIèRES. Présentation du secteur de la production agricole 6. Productions végétales 9. Acériculture sirop d érable 10.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TABLE DES MATIèRES. Présentation du secteur de la production agricole 6. Productions végétales 9. Acériculture sirop d érable 10."

Transcription

1

2 ANNUAIRE DES MÉTIERS Que l on oeuvre comme ouvrier, manoeuvre, superviseur, gérant ou encore que l on exerce ses talents d entrepreneurship en exploitant une entreprise agricole, l agriculture a quelque chose à offrir à tous ceux qui s y intéressent...

3 TABLE DES MATIèRES Présentation du secteur de la production agricole 6 Productions végétales 9 Acériculture sirop d érable Producteur acéricole Responsable de production acéricole Ouvrier acéricole 16 Champignons Producteur de champignons Champignonniste Superviseur en production de champignons Ouvrier horticole en production de champignons Manœuvre en production de champignons Cueilleur de champignons 30 Floriculture Producteur en floriculture Gérant de production en floriculture Superviseur en floriculture Ouvrier horticole en floriculture, ouvrier de serre Aide général-préposé à l entretien en floriculture 42 Grains céréales, maïs, oléoprotéagineux Producteur de grains Ouvrier agricole en production de grains 48 Légumes en plein champ Producteur maraîcher Gérant de production maraîchère Superviseur en production maraîchère Ouvrier horticole en production maraîchère Manœuvre en production maraîchère Préposé à la récolte en production maraîchère Manœuvre préposé au tri et à l emballage Aide-horticulteur/préposé à l entretien 70

4 TABLE DES MATIèRES Légumes de serre Producteur de légumes de serre Directeur de production de légumes de serre Superviseur en production de légumes de serre Ouvrier serricole spécialisé Ouvrier serricole 82 Pépinières et gazonnières Producteur, pépinières et gazonnières Gérant de production, pépinières et gazonnières Superviseur, pépinières et gazonnières Ouvrier horticole spécialisé, pépinières et gazonnières Ouvrier horticole, pépinières et gazonnières Préposé à l entretien et à la réparation, pépinières et gazonnières 98 Petits fruits Producteur de petits fruits Superviseur de petits fruits Ouvrier horticole en production de petits fruits Cueilleur de petits fruits 108 Pommes Producteur de pommes Ouvrier horticole en pomiculture Élagueur de verger Cueilleur de pommes 118 Pommes de terre Producteur de pommes de terre Superviseur en production de pommes de terre Ouvrier horticole en production de pommes de terre Préposé à la récolte en production de pommes de terre 128 Tabac Producteur de tabac Superviseur en production de tabac Ouvrier horticole en production de tabac Préposé à la récole du tabac 138

5 TABLE DES MATIèRES Viticulture vin Producteur viticole Superviseur de production Ouvrier viticole Préposé à la récolte 148 Productions animales 150 Animaux à fourrure Producteur d animaux à fourrure Ouvrier agricole en production d animaux à fourrure 156 Apicole abeilles Producteur apicole Ouvrier apicole Agent de promotion et de vente de produits apicoles 166 Avicole œufs et volailles Producteur avicole Directeur de production avicole Gérant de ferme Ouvrier avicole 180 Bovine Producteur de bovins Ouvrier agricole en production bovine Préposé aux récoltes 188 Caprine chèvres Producteur caprin Ouvrier agricole en production caprine 196 Chevaline Producteur de chevaux Ouvrier agricole en production chevaline Préposé aux récoltes en production chevaline 206

6 TABLE DES MATIèRES Cunicole lapins Producteur cunicole Ouvrier agricole en production cunicole 212 Grands gibiers et Ratites Producteur de grands gibiers et de ratites 216 Laitière Producteur laitier Vacher Ouvrier agricole en production laitière Préposé aux récoltes en production laitière 228 Ovine agneaux et moutons Producteur ovin Ouvrier agricole en production ovine 234 Porcine Producteur porcin Gérant de ferme Ouvrier agricole en production porcine 242 Bibliographie 244 Liste des programmes de formation initiale en agriculture 245 Établissements de formation 248 Où trouver davantage d information 252

7 PRÉSENTATION DU SECTEUR de la production agricole Présentation du secteur de la production agricole Le secteur de la production agricole réunit quelque producteurs et productrices agricoles qui investissent annuellement plus de 500 millions de dollars dans l économie du Québec. Contrairement à d autres secteurs d activités économiques, celui-ci est constitué de plusieurs unités de production différentes, tant par leur taille que par leur diversité. Réparties un peu partout sur l ensemble du territoire habité du Québec, on dénombre plus de exploitations agricoles, majoritairement familiales, et rassemblant plus d une vingtaine de champs de spécialisation 1. Chaque année, le secteur agricole québécois dépense au-delà de trois milliards de dollars pour assurer le fonctionnement de ces entreprises. Deux tiers des exploitations agricoles tirent leurs revenus principalement des productions animales où quatre grands domaines de spécialisation dominent, soit les productions laitière, porcine, avicole et bovine. La production horticole (comestible et ornementale) contribue pour 50 % des recettes des productions végétales, suivie de la production des céréales, des oléoprotéagineux et de l acériculture. Les producteurs de bois, quant à elles, récoltent annuellement environ 10 millions de mètres cubes de matière ligneuse, pour une valeur de quelque 580 millions de dollars, contribuant ainsi aux emplois que génère l industrie forestière en région 2. Au global, en 2001, les recettes agricoles atteignaient 5,7 milliards de dollars 3.

8 PRÉSENTATION DU SECTEUR de la production agricole La main-d œuvre agricole au Québec Le secteur agricole se démarque également au chapitre de sa main-d œuvre. Depuis plusieurs années, le secteur agricole fait état de difficultés croissantes face à la recherche de travailleurs compétents et intéressés par le travail agricole. Si la main-d œuvre familiale continue de prédominer et ce, principalement au chapitre des productions animales, l augmentation de la taille des fermes accroît la nécessité de recruter de plus en plus de la main-d œuvre expérimentée à l extérieur de la ferme. Les entreprises de production laitière, porcine et avicole, et de plus en plus maintenant en horticulture et en production céréalière, expriment des besoins de main-d œuvre spécialisée qui occupe des postes de travail stratégiques dans l organisation. Le secteur doit donc compter sur des programmes de formation adaptés aux besoins de ces travailleurs. Au total, la main-d œuvre agricole représentait près de personnes, en Environ 41 % de cette main-d œuvre est constituée d employés embauchés sur une base saisonnière, occasionnelle ou permanente. Le MAPAQ, dans son profil de la main-d œuvre agricole (1999), signalait que les entreprises agricoles, pour cette même année, comptaient postes à temps plein (15 %) et postes à temps partiel (6 %) pour de la main-d œuvre engagée. D autre part, le secteur agricole embauche la plus grande partie des ses effectifs sur une base saisonnière. D après les données du MAPAQ (1999), postes de travail sont saisonniers. Dans cette catégorie d emplois, on retrouve plusieurs métiers qui nécessitent une bonne formation professionnelle, mais, pour une bonne part toutefois, on y retrouve surtout des postes de manœuvres et de préposés aux récoltes. Sur la totalité des saisonniers, le MAPAQ recensait, en 1999, postes de travail de moins de cinq semaines dans l année, constituant 46 % de toute la main-d œuvre saisonnière. On qualifie ces emplois d occasionnels parce que la régularité du travail est dépendante du climat et des aléas du marché. 1 UPA 2 «Vers un pacte renouvelé », Potentiel commercial des secteurs de production agricole du Québec, UPA, mars Statistique Canada, Profil de la main-d œuvre agricole, MAPAQ, 1999

9

10 PRODUCTIONS VÉGÉTALES La production végétale québécoise est très variée. Elle englobe 12 sous-secteurs de production. Pour chacun d eux, nous présentons les caractéristiques des exploitations et de la main-d œuvre, les perspectives pour le sous-secteur, ainsi qu une fiche détaillée des métiers retrouvés dans ces productions.

11 10 PRODUCTIONS VÉGÉTALES Acériculture sirop d érable L acériculture est un sous-secteur de production spécialisée dans la transformation de la sève d érable. La majorité de la production acéricole, soit 96%, est concentrée sur le produit de première transformation qu est le sirop d érable. La production destinée à la deuxième transformation (tire d érable, sucre d érable, bonbons à l érable ) ne représente que 4% de la production totale. En 1998, les recettes de la production acéricole s élevaient à plus de 199 millions de dollars. Le Québec constitue la zone principale de production de sirop d érable au monde avec près de 75 % de la production mondiale. En 1998, le Québec exportait 85 % de sa production vers 32 pays, ce qui représente 46 millions de livres de sirop d érable. Métiers Les métiers retrouvés dans la production acéricole sont les suivants : 1 Producteur acéricole 2 Responsable de la production acéricole 3 Ouvrier acéricole Caractéristiques des exploitations et de la main d œuvre En 1998, on comptait près de entreprises acéricoles qui exploitaient plus de 25 millions d entailles. En 1996, on y dénombrait emplois dont occupés par la main d œuvre familiale et par des travailleurs embauchés. Près de 6 % de ces emplois étaient permanents et 94 % saisonniers. Perspectives pour le sous-secteur L acériculture, auparavant considérée comme production d appoint, s est développée et s impose maintenant comme production spécialisée. Ainsi, le soussecteur a su mettre au point des techniques mécanisées et des méthodes modernes d aménagement des érablières, de cueillette et de transformation de l eau d érable. Le Québec ayant le plus grand bassin d érables à sucre et les conditions climatiques idéales pour favoriser la coulée de sève, l acériculture québécoise est en pleine période de croissance et de mutation. Dans les prochaines années, on prévoit une augmentation de 50 % à 100 % du nombre d entailles, de même qu une augmentation de 10 % du rendement pas entaille. Cette croissance aura un impact considérable sur le besoin de main-d œuvre.

12 PRODUCTIONS VÉGÉTALES 11 Producteur acéricole Responsable de la production acéricole Ouvrier acéricole

13 12 PRODUCTIONS VÉGÉTALES 1Acériculture sirop d érable Producteur acéricole Caractère du travail Le producteur acéricole organise, planifie, dirige et contrôle l exploitation d une entreprise de production acéricole. Ces fonctions peuvent être partagées entre deux ou plusieurs producteurs. Description des tâches Le producteur acéricole réalise une partie ou l ensemble des tâches suivantes : Organisation Effectue des analyses, des études de marché, prépare un plan d affaires, organise l exploitation acéricole, supervise et participe à la mise en place du plan d affaires, assure le développement de l exploitation. Analyse les prix, les données de production des années précédentes. Discute avec différents intervenants, assiste à différents événements du secteur. Analyse divers scénarios d exploitation selon la capacité de production, les prix et les tendances du marché, les marges bénéficiaires désirées, les contraintes de production, les ressources, l effectif et le financement disponible. Voit à la croissance de l entreprise par l achat ou la location de nouvelles terres (parcelles, lots de forêt), d équipements plus performants, etc. Exploitation et gestion de la production Dirige et participe aux opérations de production : aménagement de l érablière, aménagement de la cabane à sucre, entaillage, évaporation de la sève, calibration et mise en contenants du sirop, inspection du système de collecte, nettoyage des équipements, aménagement de l érablière, etc. Établit et coordonne un programme d entretien et d amélioration des installations et des équipements. Effectue ou supervise des travaux d entretien des bâtiments, de l équipement et de la machinerie. Accomplit, au besoin, les mêmes tâches que les ouvriers qu il supervise. Administration Effectue le contrôle financier de l entreprise par l établissement de budgets, en recueillant des données et en tenant des registres permettant la préparation des rapports financiers. Voit à la réalisation de transactions pour encaisser les recettes de l entreprise et payer les comptes, les salaires et autres créances. Analyse les rapports financiers, évalue la situation de l entreprise et prend des mesures correctives appropriées, le cas échéant. Prépare des dossiers, négocie des prêts et des marges de crédit, s informe et sollicite l aide gouvernementale dans le cadre des programmes en vigueur. Remplit divers documents officiels et s assure que l entreprise respecte toutes les lois qui la régissent. Participe aux activités des organismes de son secteur afin de favoriser le développement de son entreprise. Gestion des ressources humaines Délègue des responsabilités à ses responsables de production, s il y a lieu, et peut les partager avec des partenaires familiaux ou autres. Évalue les besoins en main-d œuvre, embauche les travailleurs, établit les critères de rémunération, évalue la progression et le rendement des travailleurs, planifie des horaires de travail et règle les problèmes relatifs à la gestion des ressources humaines. Effectue la supervision directe de la plupart des employés, enseigne des techniques de production et des méthodes de travail, et assure le perfectionnement des employés. Commercialisation, la vente, le marketing et la distribution Pour les divers produits de transformation du sirop et les autres productions (céréales, bovin de boucherie, porc, etc.). Détermine le meilleur moyen de mise en marché des produits de l entreprise, rencontre des intervenants impliqués en commercialisation, étudie les prix et les ententes relatives à la livraison, et complète des transactions de commercialisation des produits. Voit à l entreposage et à l emballage des produits. Organise la livraison selon les ententes et s assure que la qualité des produits est conforme aux attentes.

14 PRODUCTIONS VÉGÉTALES 13 Catégorie d emploi : Titre en entreprise : CNP : CCDP : Producteur/ gestionnaire Producteur, propriétaire, sociétaire, actionnaire, producteur acéricole Exploitant agricole et gestionnaire d exploitation agricole Producteur de sirop d érable Autres Expérimente de nouvelles méthodes de production, des nouvelles technologies, etc. Se tient au courant des développements en production acéricole en participant ou en assistant à des cliniques, des journées de formation portant sur l entaillage, l installation de systèmes de collecte, la fabrication des produits de l érable, etc. Participe à des colloques, des festivals, des carrefours et des concours en acériculture. Conditions de travail particulières Les producteurs travaillent à temps complet, plus de 30 heures par semaine dans leur entreprise. Ils travaillent entre 5 et 7 jours par semaine selon la période de l année. Le nombre d heures par semaine peut varier entre 35 heures et 65 heures. Une journée à l érablière peut compter jusqu à 18 heures de travail. Formation et expérience demandées La scolarité varie d un diplôme d études secondaires à un diplôme d études collégiales. Certains producteurs ont une formation universitaire en administration. Les méthodes d entaillage, les techniques de production en acériculture et la mécanique sont des sujets de formation prioritaires pour les producteurs acéricoles. Les producteurs ont souligné qu il était nécessaire pour eux de se tenir au courant des nouveautés et des nouvelles tendances en assistant aux différentes réunions d information. Le programme d études techniques en Gestion et exploitation d entreprise agricole (GEEA) représente la formation la plus pertinente pour acquérir les connaissances nécessaires à la gestion d une entreprise agricole. Tendances L évolution technologique pourrait avoir des répercussions sur les tâches des producteurs acéricoles. Ceux-ci devront apprendre de nouvelles méthodes de travail et auront à travailler avec de nouveaux équipements.

15 14 PRODUCTIONS VÉGÉTALES Acériculture sirop d érable 2Responsable de production acéricole Caractère du travail Le responsable de production acéricole planifie, coordonne et supervise les activités de production d une exploitation acéricole. Il participe aux travaux (aménagement de l érablière et de la cabane à sucre, entaillage, évaporation de la sève, calibration et mise en contenants du sirop, inspection du système de collecte, nettoyage des équipements, etc.). Description des tâches Le responsable de production réalise une partie ou l ensemble des tâches suivantes : Planification En collaboration avec le producteur, planifie les étapes de production. Prépare un plan de travail hebdomadaire et quotidien. Voit à l achat de certains outils, produits ou équipements. Supervision Gère le travail de ses employés. Explique le travail à faire et assigne les tâches. Conseille ses employés et leur fournit le support technique; encourage et favorise leur apprentissage; enseigne certaines techniques de travail et en vérifie l application pour s assurer de la qualité du produit et de la productivité. Prépare le matériel et s assure de la disponibilité et du bon fonctionnement des outils de travail. Évalue les besoins en main-d œuvre pour les travaux à venir. Évalue le rendement des travailleurs de son équipe et en informe le producteur. Travaux à l érablière Exécute toutes les étapes nécessaires à l entretien de l érablière et du système de collecte. Évalue la topographie du terrain, sélectionne les arbres; planifie et procède à l installation de la tubulure et des chalumeaux; vérifie, répare ou procède à l achat de l équipement nécessaire à la cueillette de la sève de manière traditionnelle (chalumeaux, seaux, tonneaux) et industrielle (chalumeaux, tubes en polyéthylène); planifie l entretien préventif et le nettoyage des équipements et des stations de pompage. Voit au nettoyage et à l aménagement de l érablière : jardinage, drainage, implantation et entretien du réseau routier, éclaircie, reboisement de la forêt. Décèle les maladies et les problèmes de santé des arbres et prend les mesures nécessaires. Transformation du sirop Supervise les différentes étapes de transformation. Contrôle les différents indicateurs de qualité du sirop (température d évaporation, degré de cuisson, calibration et filtration du sirop). Utilise et surveille le bon fonctionnement des équipements (séparateur, concentrateur, évaporateur). Prépare les produits pour la vente. Autres Entretient les équipements, la machinerie (fait le plein de carburant, lubrifie les mécanismes et nettoie ce qui est sous sa responsabilité) et les bâtiments. Renseigne les clients sur les techniques acéricoles (pour les érablières recevant à domicile).

16 PRODUCTIONS VÉGÉTALES 15 Catégorie d emploi : Titre en entreprise : CNP : CCDP : Personnel d encadrement Contremaître, chef d équipe, responsable d érablière Surveillant d exploitation agricole Directeur d exploitation agricole Conditions de travail particulières Les responsables de production ont sensiblement les mêmes horaires de travail que les producteurs; environ la moitié ont un emploi permanent et travaillent plus de 30 heures par semaine. Les autres ont un emploi saisonnier variant de 20 à 39 semaines par année. Cependant, les employeurs tentent d établir un horaire stable pour cette catégorie d employés. Ils travaillent entre 5 et 7 jours par semaine selon la période de l année. Le nombre d heures par semaine peut varier entre 35 et 65. Formation et expérience demandées La majorité des employeurs exigent pour l embauche d un responsable de production que ce dernier ait une formation en lien avec l emploi (ex : foresterie) et plusieurs années d expérience en production acéricole. Les années d expérience peuvent être accumulées dans l exploitation du producteur, auprès d autres producteurs, ou encore, en tant que propriétaire d une exploitation acéricole. La formation requise concerne aussi la calibration du sirop, la connaissance des équipements utilisés, de l entaillage et du fonctionnement des systèmes de cueillette sous tubulure. Le programme d études techniques en Gestion et exploitation d entreprise agricole (GEEA) représente la formation la plus pertinente pour acquérir les connaissances, les habiletés et les attitudes nécessaires pour exercer des activités liées à la gestion et à l exploitation d une entreprise acéricole. Évolution et perspectives d emploi La progression dans l emploi se fait par le développement de diverses compétences, le perfectionnement des connaissances acquises et l augmentation de l autonomie du travailleur. Elle se traduit par une progression salariale. Problèmes reliés à l emploi Les relations de travail sont bonnes et les conditions de travail sont relativement satisfaisantes selon les travailleurs. Une partie des tâches en acériculture comporte des risques semblables à ceux que rencontrent les travailleurs forestiers. Des risques de brûlures peuvent être également associés à l utilisation des équipements lors de la transformation du sirop. Tendances Certains employeurs ont signalé que les responsables de production devront s adapter à de nouvelles installations ou de nouveaux équipements.

17 16 PRODUCTIONS VÉGÉTALES Acériculture sirop d érable 3Ouvrier acéricole Caractère du travail L employé à la production travaille dans l érablière; il assiste le producteur lors de la transformation du sirop et il entretient les équipements et les bâtiments. Généralement, les ouvriers sont spécialisés en cueillette ou en transformation. Description des tâches L ouvrier acéricole réalise une partie ou l ensemble des tâches suivantes : Installation Vérifie, répare les équipements nécessaires à la cueillette de la sève de manière traditionnelle (chalumeaux, seaux, tonneaux) et industrielle (chalumeaux, tubes en polyéthylène). Effectue les entailles. Procède à l installation de la tubulure et des chalumeaux. Selon le cas, suspend les seaux aux crochets ou raccorde la tubulure aux chalumeaux. Cueillette Procède à la cueillette de la sève de manière traditionnelle, utilise un cheval, une motoneige ou un tracteur pour la collecte. Inspecte de manière quotidienne le réseau de tubulures sous vide et les équipements des stations de pompage. Répare les fuites. Replante les chalumeaux. Transporte la sève d une installation à l autre par camion, selon le cas. Transformation du sirop Surveille la température d évaporation, ajuste le degré de cuisson. Utilise et surveille le bon fonctionnement de l équipement (séparateur, concentrateur, évaporateur). Calibre, filtre et met en contenant le sirop. Lave et aseptise les équipements, filtres et bacs. Dispose des contenants. Prépare les produits pour la vente. Procède au nettoyage et au lavage des équipements, des tubulures. Fait l entretien préventif des équipements et des stations de pompage. Dans l érablière Voit au nettoyage et à l aménagement de l érablière : jardinage, débroussaillage, enlèvement du bois mort, reboisement de la forêt. Décèle les maladies et les problèmes de santé des arbres. Utilise une scie à chaîne pour abattre, ébrancher et tronçonner les arbres. Conduit des véhicules pour déplacer ou débusquer les arbres abattus. Étudie les lieux, le terrain et les conditions météorologiques avant d abattre et de débusquer les arbres. Entretient les scies à chaîne et les engins de débardage. Construit et entretient des chemins, des ponceaux. Utilise des engins de terrassement : bouteur, pelle mécanique, tracteur. Charge et transporte du bois. Conditions de travail particulières La plupart des ouvriers travaillent de façon saisonnière. Les ouvriers acéricoles affectés à l aménagement de l érablière et/ou à la surveillance du réseau de tubulures travaillent entre 5 et 6 jours par semaine, de 7 heures à la tombée de la nuit (17-18 heures). Les ouvriers affectés à la production et la transformation du sirop travaillent en moyenne 6 jours sur 7. Leur horaire de travail est de 8 heures à 19 heures. Toutefois, en période de production intensive, plusieurs employeurs ont instauré 2 quarts de travail de 12 heures pour assurer une surveillance de la production.

18 PRODUCTIONS VÉGÉTALES 17 Catégorie d emploi : Titre en entreprise : CNP : CCDP : Employé à la production Ouvrier acéricole, employé, assistant, contractuel, saisonnier Ouvrier agricole Manœuvre agricole Ouvrier d érablière Formation et expérience demandées Pour les employés affectés à la transformation du sirop, une bonne méthode de travail, le respect des étapes de production, la propreté, la concentration et le sens des responsabilités sont des qualités appréciées. Les critères d embauche pour un ouvrier qui doit œuvrer dans l érablière sont de connaître le maniement de la scie à chaîne et/ou d une débroussailleuse, et d avoir une connaissance de base en foresterie. Certaines qualités personnelles sont considérées par les producteurs telles la capacité de concentration, la polyvalence, la minutie, la fiabilité, la motivation, la discipline, l initiative et la persévérance. Les qualités physiques exigées sont l endurance et la force physique. En général, les producteurs demandent aux employés d être disponibles pour travailler en tout temps; c est pourquoi la proximité du lieu de résidence représente un élément important. Le programme d études professionnelles en production acéricole représente la formation la plus pertinente pour acquérir les connaissances, les habiletés et les attitudes nécessaires pour exercer le métier. Évolution et perspectives d emploi Les ouvriers qui comptent plusieurs années d expérience au sein de la même entreprise peuvent être affectés à la transformation du sirop ou encore devenir responsable de certains employés s ils ont l expérience, les connaissances et les aptitudes. Problèmes reliés à l emploi Les relations de travail sont bonnes et les conditions de travail sont relativement satisfaisantes selon les travailleurs. Une partie des tâches en acériculture comporte des risques semblables à ceux que rencontrent les travailleurs forestiers qui travaillent avec des scies à chaîne (blessures, chutes de branches, etc.). Le travail avec la machinerie en forêt présente des risques importants (renversement, chutes, heurts, etc.). Des risques de brûlures peuvent être également associés à l utilisation des équipements lors de la transformation du sirop. Certains travailleurs ont signalé des maux de dos qu ils associent à un manque d entraînement. Le travail durant de longues heures sans repos présente des risques d accidents. Tendances L évolution technologique pourrait avoir des répercussions sur les tâches des ouvriers acéricoles. Ceux-ci devront apprendre des méthodes de travail différentes à l aide de nouveaux équipements.

19 18 PRODUCTIONS VÉGÉTALES Champignons Le sous-secteur comprend la production de champignons frais et la production de champignons destinés à la transformation. Toutefois, la production de champignons frais présente plus de 90 % de l ensemble de la production. En 1994, la valeur annuelle des champignons produits au Québec et dans les Maritimes était de près de 5,5 millions de dollars, répartis ainsi : Champignons frais : $ Champignons de transformation : $ Métiers Les métiers retrouvés dans la production de champignons sont les suivants : 1 Producteur de champignons 2 Champignonniste (gérant de production) 3 Superviseur 4 Ouvrier horticole 5 Manœuvre 6 Cueilleur Caractéristiques des exploitations et de la main d œuvre En 1995, on retrouvait au Québec 12 champignonnières. La même année, le soussecteur générait 165 emplois dont 120 étaient offerts à des travailleurs embauchés. Perspectives pour le sous-secteur Le sous-secteur de la production de champignons profite d un accroissement de la demande des consommateurs pour les produits frais. De plus, les champignonnières comptent maintenant sur des méthodes de production plus modernes, ce qui permet aux producteurs d occuper une place concurrentielle sur le marché québécois face aux producteurs canadiens et étrangers. La compétitivité du sous-secteur laisse entrevoir une augmentation des effectifs en production de champignons. Ainsi, plusieurs employeurs pourraient accroître le nombre de postes de cueilleur, ouvrier et manœuvre à l emballage.

20 PRODUCTIONS VÉGÉTALES 19 Producteur de champignons Champignonniste(s) Superviseur à la culture Superviseur à la cueillette Superviseur à l'emballage Ouvriers horticoles Manoeuvres Cueilleurs Autres manoeuvres

21 20 PRODUCTIONS VÉGÉTALES Champignons 1Producteur de champignons Caractère du travail Les producteurs de champignons font la gestion liée à la production, aux ressources humaines, à l administration, à la vente et au marketing, à l entretien de la machinerie, de l équipement et des bâtiments. Description des tâches Le producteur de champignons réalise une partie ou l ensemble des tâches suivantes : Gestion de la production Dirige l ensemble des activités d une ferme de production de champignons. Planifie, organise et contrôle la production de compost et de champignons ainsi que les opérations de cueillette et d emballage. Voit à l approvisionnement en s informant des caractéristiques des ressources matérielles requises (matières premières, composants, matériel, outillage, équipement, etc.), en évaluant les besoins, en négociant avec les fournisseurs et en contrôlant la qualité et la disponibilité des approvisionnements. Dirige l exploitation et s assure que le programme de culture est suivi. Contrôle la qualité de la production. Le producteur de champignons travaille en étroite relation avec le champignonniste et les différents superviseurs. Gestion des ressources humaines Recrute, embauche et forme le personnel. Supervise et évalue le travail des employés. Évalue les besoins de main-d œuvre pour les travaux à venir. Évalue les besoins de formation des travailleurs, s informe et sollicite l aide gouvernementale pour assurer la formation des travailleurs. Tient les registres de temps. Prépare les paies des employés. Administration Planifie le développement et le financement de l entreprise : établit les prévisions budgétaires et élabore des projets. Prépare des dossiers, négocie des prêts et des marges de crédit, s informe et sollicite l aide gouvernementale dans le cadre des programmes en vigueur. Analyse l état financier de l entreprise et prend les décisions qui en découlent. Effectue la comptabilité et la tenue de livres de l entreprise. Tient des états de production, des ventes, des recettes, des dépenses et de tout autre genre de données relatives à l exploitation agricole. Voit aux achats de matériels et d équipement. Participe aux activités des organismes de son secteur pour assurer le développement de son entreprise. Établit la facturation. Vente et marketing Analyse les tendances du marché. Établit un programme de commercialisation. Rencontre des clients, négocie les prix et les ententes relatives à la livraison. Organise la livraison et s assure de la qualité des produits. Entretien de la machinerie, de l équipement et des bâtiments Répare et entretien la machinerie, l équipement, les bâtiments et différents systèmes. Autres Peut faire la livraison des produits chez les clients. Peut participer aux travaux de fabrication du compost, de culture, de cueillette et d emballage.

en Mauricie Aliments, boissons et tabac Répartition des établissements du secteur des aliments, des boissons et du tabac

en Mauricie Aliments, boissons et tabac Répartition des établissements du secteur des aliments, des boissons et du tabac Le sous-secteur de la fabrication d aliments comprend les établissements dont l activité principale est la production d aliments destinés à la consommation humaine ou animale. (89 % des entreprises du

Plus en détail

COMPTABILITÉ ACÉRICOLE

COMPTABILITÉ ACÉRICOLE COMPTABILITÉ ACÉRICOLE 20 Nom de l entreprise Sylvie Raymond, agronome Conseillère en gestion MAPAQ Direction régionale du Bas-Saint-Laurent NOTE AU LECTEUR Le but de ce document est de fournir un outil

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

Annexe A : Tableau des exigences

Annexe A : Tableau des exigences E1 E1.1 E1.2 E1.3 E1.4 E1.5 E1.6 Exigences générales production Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent être cultivés au Québec. Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent

Plus en détail

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu La Bernardière la Boisissiere de Montaigu Boufféré La Guyonnière Montaigu St Goerges de Montaigu St Hilaire de Loulay Treize Septiers

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Portrait du marché du travail du secteur de la production agricole Région du Bas-Saint-Laurent

Portrait du marché du travail du secteur de la production agricole Région du Bas-Saint-Laurent Portrait du marché du travail du secteur de la production agricole Région du Bas-Saint-Laurent Le 15 août 2013 ISBN : 978-2-922731-61-3 (imprimé) ISBN : 978-2-911731-62-0 (PDF) Dépôt légal, 3 e trimestre

Plus en détail

ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES

ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES VOUS VOULEZ DIVERSIFIER VOS ACTIVITÉS? VOUS DÉSIREZ UN APPROVISIONNEMENT GARANTI POUR VOTRE ENTREPRISE? DÉVELOPPER DE PLUS GRANDS MARCHÉS ET DISCUSTER DIRECTEMENT AVEC LES CONSOMMATEURS?

Plus en détail

Caisse Nationale de Mutualité Agricole

Caisse Nationale de Mutualité Agricole Séminaire national sur la vulgarisation, l appui-conseil et les bonnes pratiques agricoles Le rôle des Assurances Agricole dans le développement de la politique du renouveau Agricole et Rural Présentation

Plus en détail

CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736

CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736 D. NAUD 1 INSTRUCTIONS COMPLÈTES CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736 2007 11 La Direction de l'environnement et du développement durable du ministère de l'agriculture,

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

«Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire»

«Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire» «Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire» Forum agricole et agroalimentaire, 12 février 2015, Albanel PDAA 2013-2018 - MRC DE MARIA-CHAPDELAINE L ABATTOIR COMME

Plus en détail

Série «Connaissances et employabilité» Préparation au milieu de travail, 8 e et 9 e années

Série «Connaissances et employabilité» Préparation au milieu de travail, 8 e et 9 e années Série «Connaissances et employabilité» Préparation au milieu de travail, 8 e et 9 e années Les cours de la série «Connaissances et employabilité» du secondaire premier cycle sont axés sur l exploration.

Plus en détail

Décembre 2011. Nord-du-Québec

Décembre 2011. Nord-du-Québec Enquête sur les besoins de main-d œuvre et de formation des entreprises du secteur de l industrie de l information, de l industrie culturelle, des finances, des assurances, des services immobiliers et

Plus en détail

Agri-stabilité GUIDE DE DÉCLARATION DES UNITÉS PRODUCTIVES 2012

Agri-stabilité GUIDE DE DÉCLARATION DES UNITÉS PRODUCTIVES 2012 Ce guide contient toutes les informations nécessaires pour déclarer vos unités productives pour l année de participation 2012. Guide de déclaration des unités productives...p. 3 Liste des unités productives...p.

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION La rémunération est une activité ayant un impact important sur la performance de l entreprise. Une gestion efficace de la rémunération permet de contrôler les coûts liés à la main-d œuvre,

Plus en détail

Bas Saint-Laurent. Fiche régionale. Portrait régional de l emploi

Bas Saint-Laurent. Fiche régionale. Portrait régional de l emploi Portrait régional de l emploi (*) (*) (en milliers) Bas Saint-Laurent 200 756 habitants % du Québec 2,6 % Agriculture 3,1 Services publics 0,0 Construction 4,9 Emploi par groupe d âge (*) Bas Saint-Laurent

Plus en détail

FICHES DE PARCOURS DE FORMATION

FICHES DE PARCOURS DE FORMATION FICHES DE PARCOURS DE FORMATION Ce document comprend : 3 fiches générales L industrie de la métallurgie Parcours de formation Conditions d admissibilité générales Fiches de métiers, dont : Électricien

Plus en détail

L emploi en production agricole

L emploi en production agricole agir ensemble L emploi en production agricole Chiffres 2011 - Département d Ille-et-Vilaine La brochure est téléchargeable sur les sites de la MSA : www.msaportesdebretagne.fr et de l AEF : www.ille-et-vilaine.anefa.org

Plus en détail

Poste : AGENT AUX ACHATS. Conditions d accès à la profession : Tâches : ACHATS

Poste : AGENT AUX ACHATS. Conditions d accès à la profession : Tâches : ACHATS Norme professionnelle (Pour décrire des emplois de la chaîne d'approvisionnement, réaliser des évaluations du rendement, élaborer des plans de carrière, etc.) Description du poste (selon la définition

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

Formulaire de demande d une phytolicence

Formulaire de demande d une phytolicence Formulaire de demande d une phytolicence Veuillez compléter toutes les données en MAJUSCULES et joindre à ce formulaire tous les documents demandés avant de l envoyer. Les demandes reçues électroniquement

Plus en détail

METIERS DESCRIPTIF DE L ACTIVITE LIEE A LA FAMILLE

METIERS DESCRIPTIF DE L ACTIVITE LIEE A LA FAMILLE ANNEXE I A LA CONVENTION COLLECTIVE REGLEMENTANT LES CONDITIONS DE TRAVAIL ET DE REMUNERATION DES SALARIES ET APPRENTIS DES ETABLISSEMENTS PRODUCTEURS DE GRAINES DE SEMENCES POTAGERES ET FLORALES DE MAINE

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail

ABATTAGE ET COMMERCIALISATION DU BŒUF AU QUÉBEC. Direction : Développement des secteurs agroalimentaires Par : Hervé Herry Date : le 5 mars 2014

ABATTAGE ET COMMERCIALISATION DU BŒUF AU QUÉBEC. Direction : Développement des secteurs agroalimentaires Par : Hervé Herry Date : le 5 mars 2014 ABATTAGE ET COMMERCIALISATION DU BŒUF AU QUÉBEC Direction : Développement des secteurs agroalimentaires Par : Hervé Herry Date : le 5 mars 2014 1 LES ABATTOIRS DE BOVINS AU QUÉBEC Sous inspection fédérale:

Plus en détail

LES PROGRAMMES DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC EN ACÉRICULTURE

LES PROGRAMMES DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC EN ACÉRICULTURE LES PROGRAMMES DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC EN ACÉRICULTURE 1. Contexte La Financière agricole contribue au développement économique du Québec et de ses régions. Elle offre une gamme d'outils financiers

Plus en détail

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE Cette fi che est un outil d introduction au concept de la gestion interculturelle. Elle est destinée aux gestionnaires de PME afi

Plus en détail

PLAN D AFFAIRES SOMMAIRE

PLAN D AFFAIRES SOMMAIRE ÉTUDE DE FAISABILITÉ PORTANT SUR L ÉTABLISSEMENT D UNE PÉPINIÈRE DE CHEVRETTES AU QUÉBEC PLAN D AFFAIRES SOMMAIRE remis à Société des éleveurs de chèvres laitières de race du Québec Ministère de l Agriculture

Plus en détail

Détail des cultures de l'exploitation en 2007

Détail des cultures de l'exploitation en 2007 République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Formulaire annexe à la déclaration 2007 servant à déterminer le revenu et la fortune professionnels de l'agriculture

Plus en détail

Évaluation d un système automatique de détection des fuites en érablière

Évaluation d un système automatique de détection des fuites en érablière Siège social et station expérimentale 142, Rang Lainesse Saint-Norbert d Arthabaska Québec G0P 1B0 Téléphone : (819) 369-4000 Télécopieur : (819) 369-9589 RAPPORT FINAL Évaluation d un système automatique

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

La transformation des petits fruits et l'inspection des aliments. Présenté par Sylvie Bujold inspectrice des aliments, chef d équipe 2013-10-30

La transformation des petits fruits et l'inspection des aliments. Présenté par Sylvie Bujold inspectrice des aliments, chef d équipe 2013-10-30 La transformation des petits fruits et l'inspection des aliments Présenté par Sylvie Bujold inspectrice des aliments, chef d équipe 2013-10-30 Plan de présentation Cadre légal Types et catégories de permis

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Contexte Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) souscrit aux principes d Approvisionnement

Plus en détail

Modifiée par : La commission permanente de l assemblée territoriale de la Polynésie française,

Modifiée par : La commission permanente de l assemblée territoriale de la Polynésie française, 1 DELIBERATION n 77-116 du 14 octobre 1977 portant réglementation de l inspection des denrées alimentaires d origine animale (rendue exécutoire par arrêté n 5533 AA du 21 novembre 1977) (JOPF du 15 décembre

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail

Ingénieur patrimoine immobilier et logistique

Ingénieur patrimoine immobilier et logistique Ingénieur patrimoine immobilier et logistique G1X21 Patrimoine : travaux et maintenance immobilière / Logistique et service - IR L ingénieur du patrimoine immobilier et logistique conduit : Le management

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

MODÈLE DE PRÉSENTATION PLAN D AFFAIRES

MODÈLE DE PRÉSENTATION PLAN D AFFAIRES MODÈLE DE PRÉSENTATION PLAN D AFFAIRES (Nom de l entreprise) PRÉPARÉ PAR : (Nom du ou des promoteurs) EN COLLABORATION AVEC : CDEC ROSEMONT PETITE-PATRIE (Mois et année) POURQUOI UN PLAN D AFFAIRES? Le

Plus en détail

Services de travail temporaire

Services de travail temporaire Chapitre 4 Section 4.14 Ministère des Services gouvernementaux Services de travail temporaire Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.14 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d emplois correspondant au poste, la durée de travail, etc

Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d emplois correspondant au poste, la durée de travail, etc MODELE DE FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE : AGENT POLYVALENT DES SERVICES TECHNIQUES OBJECTIF PRINCIPAL DU POSTE : Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d

Plus en détail

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part :

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part : ENTENTE À INTERVENIR entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC et d autre part : LE SECRÉTARIAT INTERSYNDICAL DES SERVICES PUBLICS (SISP) LA CONFÉDÉRATION DES SYNDICATS NATIONAUX (CSN) LA FÉDÉRATION

Plus en détail

Le rapport des ventes : un outil de gestion essentiel

Le rapport des ventes : un outil de gestion essentiel Le rapport des ventes : un outil de gestion essentiel Combien de cell-packs ai-je vendus au printemps dernier et quel a été mon prix moyen? À qui ai-je vendu des poinsettias roses et combien chacun de

Plus en détail

Atelier du café. La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Objectif:

Atelier du café. La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Objectif: Instructions pour l'enseignant Objectif: La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Tâche: Les images doivent être attribuées aux textes correspondants. Matériel:

Plus en détail

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Introduction Les diplômés des universités et des collèges du Canada sont confrontés à des taux inacceptables

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Guide de déclaration des données financières

Guide de déclaration des données financières AGRI-STABILITÉ AGRI-QUÉBEC PLUS AGRI-INVESTISSEMENT AGRI-QUÉBEC Devis du préparateur accrédité de données Guide de déclaration des données financières Guide pour remplir la déclaration des données financières

Plus en détail

Conditions pour devenir un auditeur CanadaGAP

Conditions pour devenir un auditeur CanadaGAP Conditions pour devenir un auditeur CanadaGAP Pour être admissibles aux postes d auditeurs du programme CanadaGAP, tous les nouveaux candidats ayant reçu la formation après le 1 er avril 2015 doivent remplir

Plus en détail

PROFESSIONS AGRICOLES

PROFESSIONS AGRICOLES PROFESSIONS AGRICOLES Parce qu il vous faut produire, gérer, élever, Aréas est à vos côtés pour Protéger votre exploitation Nous couvrons vos bâtiments d exploitation en cas d incendie, de tempête, de

Plus en détail

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- DELIBERATION N 77-116 AT DU 14 OCTOBRE 1977 ------------------------------------------------------ portant réglementation de l inspection des

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014 L Agroindicateur Octobre 2014 Une autre bonne performance La conjoncture 2014 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer à un niveau historiquement

Plus en détail

Le fonctionnement et l importance des agences de recrutement et de placement de personnel

Le fonctionnement et l importance des agences de recrutement et de placement de personnel Le fonctionnement et l importance des agences de recrutement et de placement de personnel Annexe technique à la Note économique sur les avantages d un marché du travail flexible Dans la Note économique

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

Sommaire Module 1. 2.1. Annexe 1 : Exemple d exercices pour l apprentissage basé sur les problèmes... 5

Sommaire Module 1. 2.1. Annexe 1 : Exemple d exercices pour l apprentissage basé sur les problèmes... 5 Module 1 Calcul et analyse de coût Sommaire Module 1 1. Module 1 : Calcul et analyse de coûts... 2 1.1. Objectifs... 2 1.2. Exécution... 2 1.3. Contenu... 3 1.4. Evaluation... 4 2. Annexes... 5 2.1. Annexe

Plus en détail

FORMATION DES ADULTES

FORMATION DES ADULTES La section de la formation des adultes s adresse à toute personne âgée de 16 ans et plus. SERVICE D ACCUEIL, DE RÉFÉRENCE, DE CONSEIL ET D ACCOMPAGNEMENT (SARCA) D abord et avant tout! Cette section vous

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE Juillet 2010 ADMINISTRATION... 4 MANAGEMENT... 4 Initiation à l organisation...

Plus en détail

Applicable à partir de l année d assurance 2014 Assurance récolte Sirop d érable Section 16,4 Indemnité

Applicable à partir de l année d assurance 2014 Assurance récolte Sirop d érable Section 16,4 Indemnité Page 1 Date de mise à jour : 2014-05-05 1 INDEMNITÉ EN BAISSE DE RENDEMENT Pour le sirop d érable, les pertes encourues sont indemnisables en baisse de rendement seulement. Une indemnité en baisse de rendement

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement GUIDE ADMINISTRATIF Classification et rémunération du personnel d encadrement En vigueur du 1 er avril 2007 au 31 mars 2010 Contenu et rédaction Association québécoise des centres de la petite enfance

Plus en détail

Direction générale des relations du travail

Direction générale des relations du travail Direction générale des relations du travail PLAN DE CLASSIFICATION DES EMPLOIS TYPES et GUIDE DE CLASSEMENT DES POSTES DE CADRE POUR LE PERSONNEL D ENCADREMENT DES COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL

Plus en détail

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC)

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) GUIDE À L INTENTION DES ORGANISATIONS Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) Pour des paniers de légumes locaux et sains, directement livrés

Plus en détail

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Résumé L industrie des produits alimentaires et des produits de consommation est le principal

Plus en détail

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC Développer aujourd hui la main-d œuvre de demain Information and Communications Technology Council Conseil des technologies de l information et des communications Faits saillants du Cadre des profils de

Plus en détail

LE GROUPEMENT D'EMPLOYEURS

LE GROUPEMENT D'EMPLOYEURS LE GROUPEMENT D'EMPLOYEURS EN ARBORICULTURE FRUITIÈRE Présentation générale Mise à jour : Décembre 2004 Rédacteurs : Benoît PIQUET, ADEFA Tarn-et-Garonne et Christian BADOC, Chambre d'agriculture du Tarn-et-Garonne

Plus en détail

Administration de l établissement. (Ressources humaines)

Administration de l établissement. (Ressources humaines) Administration de l établissement (Ressources humaines) Chapitre 3 Administration de l établissement (Ressources humaines) Section Sujet traité Page 3000 Résumé... 3-2 3100 Qualité de la gestion. 3-3 3101

Plus en détail

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT Application de la corrélation entre l utilisation du territoire et la concentration de phosphore total développée par Gangbazo (MDDEP, 2005) 1 Évaluation

Plus en détail

S installer en Massif central, faire vivre un territoire

S installer en Massif central, faire vivre un territoire 16 mars 2012 S installer en Massif central, Le Vee Gilles Machat Marie Marchetti Célia Commanditaire : Amélie Chavarot faire vivre un territoire Diversité des exploitations agricoles au sein du Massif

Plus en détail

TABLEAU À POCHES SUIVI ET GESTION

TABLEAU À POCHES SUIVI ET GESTION FICHE ANIMATION OBJECTIF > Entretien, gestion et suivi TABLEAU À POCHES SUIVI ET GESTION Définir les responsabilités concernant chacune des tâches de gestion et d entretien du système construit. Relever

Plus en détail

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE. Reuters Canada Limitée (ci-après appelé l employeur )

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE. Reuters Canada Limitée (ci-après appelé l employeur ) PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE Reuters Canada Limitée (ci-après appelé l employeur ) ET LA GUILDE CANADIENNE DES MÉDIAS, SOUS-SECTION 30213 DE LA GUILDE DES EMPLOYÉS DE JOURNAUX / SCA (ci-après appelée la Guilde

Plus en détail

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS FICHES 1et 2 : HYGIENE DU PERSONNEL FICHE 3 : PLAN DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 4 : SUIVI DES OPERATIONS DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES

Plus en détail

Objet : Remarques de Manufacturiers et exportateurs du Québec sur le régime d assuranceemploi

Objet : Remarques de Manufacturiers et exportateurs du Québec sur le régime d assuranceemploi Le 15 juillet 2013 Madame Rita Dionne-Marsolais Monsieur Gilles Duceppe Coprésidents Commission nationale d examen sur l assurance-emploi Tour de la Place Victoria, C.P. 100 800, rue du Square Victoria,

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

Impact économique du secteur des coopératives. George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University

Impact économique du secteur des coopératives. George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University Impact économique du secteur des coopératives George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University Tendances Les coopératives au Canada 350 300 250 200 150 100 50 0 Les coopératives en Nouvelle- Écosse

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois

Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois 2009 Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois Service des statistiques et des sondages Rédaction Mise en page Francis

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

Infrastructures et adoptions technologiques sur les entreprises serricoles du Québec (légumes et production ornementale)

Infrastructures et adoptions technologiques sur les entreprises serricoles du Québec (légumes et production ornementale) Infrastructures et adoptions technologiques sur les entreprises serricoles du Québec (légumes et production ornementale) Préparé pour OCTOBRE 2011 Groupe AGÉCO pour le SPSQ 1 RAPPORT PRÉSENTÉ AU Syndicat

Plus en détail

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Programme Lait canadien de qualité des Producteurs laitiers du Canada Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Utiliser avec le Registre et le Calendrier de DGI pour des dossiers

Plus en détail

PROGRAMME DE RÉCUPÉRATION ET DE VALORISATION DES LAMPES AU MERCURE APPEL DE DEMANDE D EXPRESSION D INTÉRÊT (ADEI)

PROGRAMME DE RÉCUPÉRATION ET DE VALORISATION DES LAMPES AU MERCURE APPEL DE DEMANDE D EXPRESSION D INTÉRÊT (ADEI) PROGRAMME DE RÉCUPÉRATION ET DE VALORISATION DES LAMPES AU MERCURE APPEL DE DEMANDE D EXPRESSION D INTÉRÊT (ADEI) 1. Introduction. 1.1. L Association des Producteurs Responsables (l APR) développe un programme

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Bonus Bon Client 10 % Pack Modulis Agriculture Des garanties exclusives pour vous, vos activités et votre famille!

Bonus Bon Client 10 % Pack Modulis Agriculture Des garanties exclusives pour vous, vos activités et votre famille! Bonus Bon Client 10 % Pack Modulis Agriculture Des garanties exclusives pour vous, vos activités et votre famille! Modulis, pour une vision globale et une gestion simplifiée de vos assurances! L agriculture

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

Conférence ALINE GRENIER, AGR. ET PIERRE MASSIE PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT)

Conférence ALINE GRENIER, AGR. ET PIERRE MASSIE PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT) Conférence ALINE GRENIER, AGR. ET PIERRE MASSIE PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT) 38 Programme d apprentissage en milieu de travail (PAMT) ALINE GRENIER ET PIERRE MASSIE POURQUOI LE

Plus en détail

Réunion Publique Opération Compostage Individuel

Réunion Publique Opération Compostage Individuel Réunion Publique Opération Compostage Individuel Introduction : 1) mettre nos déchets dans le composteur et non à la poubelle? 2) transformer nos déchets en compost? 3) utiliser le compost? 4) Le paillage,

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT Points clefs tirés de l étude de l Agence d Evaluation des Technologies et des Modes d Intervention en Santé(AETMIS) ETMIS 2009 Préface

Plus en détail

NOS OFFRES D'EMPLOI EN PRODUCTION AGRICOLE

NOS OFFRES D'EMPLOI EN PRODUCTION AGRICOLE Carte : articque Crédit photos : Chambre régionale d'agriculture du Centre et FNASAVPA NOS OFFRES D'EMPLOI EN PRODUCTION AGRICOLE n 445 Edition dépt. 28 du 4 octobre 2013 Pour obtenir les coordonnées d'une

Plus en détail

L pionnier dans le Bade-Wurtemberg,

L pionnier dans le Bade-Wurtemberg, RENCONTRE Rencontre avec Peter Berg LAURENT DREYFUS Peter Berg vient de publier son deuxième livre, traduit et édité par le Mouvement de l Agriculture BioDynamique. Nous avons voulu voir de quelle expérience

Plus en détail

Devenir un gestionnaire de personnes

Devenir un gestionnaire de personnes Devenir un gestionnaire de personnes SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Déterminer vos besoins Trouver les bonnes personnes Conserver les bons employés SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Le passage de personne d

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation Guide sur les mutuelles de formation Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION AVRIL 2008 Dans le cadre d une entente de délégation prévue par la Loi sur le ministère de l Emploi et de la Solidarité

Plus en détail

SECTEUR DE LA FINANCE ET DES ASSURANCES

SECTEUR DE LA FINANCE ET DES ASSURANCES DOCUMENT SYNTHÈSE DIAGNOSTIC DES BESOINS EN MAIN-D ŒUVRE SECTEUR DE LA FINANCE ET DES ASSURANCES PAGE 2 CONSEIL EMPLOI MÉTROPOLE DIAGNOSTIC DES BESOINS EN MAIN-D ŒUVRE CONSTATS ET FAITS SAILLANTS DÉFINITION

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

allianceautopropane.com

allianceautopropane.com allianceautopropane.com QUI EST ALLIANCE AUTOPROPANE? LE PLUS GRAND RÉSEAU D AUTOPROPANIERS EN AMÉRIQUE Alliance AutoPropane est un réseau de propaniers qui se consacre à la distribution et à la vente

Plus en détail

Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire 2015 31 juillet 2014

Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire 2015 31 juillet 2014 Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire 2015 31 juillet 2014 Ingénieurs Canada 1100-180, rue Elgin Ottawa (Ontario) K2P 2K3 Au sujet d Ingénieurs

Plus en détail

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario L Association canadienne du propane Février 2013 Association canadienne du propane Mémoire pour le

Plus en détail

en Mauricie Transport et entreposage Répartition des établissements du secteur du transport et de l entreposage (LIC 2005)

en Mauricie Transport et entreposage Répartition des établissements du secteur du transport et de l entreposage (LIC 2005) Ce secteur comprend les établissements dont l activité principale consiste à fournir des services de transport de personnes et de marchandises, des services d entreposage des marchandises et des services

Plus en détail

FORMULAIRE 1: Demande d'ajout des données d'une entreprise agricole personne physique manquante

FORMULAIRE 1: Demande d'ajout des données d'une entreprise agricole personne physique manquante FORMULAIRE 1: Demande d'ajout des données d'une entreprise agricole personne physique manquante Avec ce formulaire, vous pouvez introduire une demande afin de faire ajouter votre entreprise personne physique

Plus en détail

PROFIL DE L EMPLOI. (gestion financière et paie) Titre du supérieur immédiat: Titre du responsable fonctionnel: Subordonné(s):

PROFIL DE L EMPLOI. (gestion financière et paie) Titre du supérieur immédiat: Titre du responsable fonctionnel: Subordonné(s): PROFIL DE L EMPLOI Titre de l emploi : Catégorie de l'emploi : Numéro du plan d'effectif : Technicien en administration (gestion financière et paie) Soutien technique 314-TECADM005 Titre de la direction

Plus en détail