RAPPORT ANNUEL. Au service de l interbancarité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT ANNUEL. Au service de l interbancarité"

Transcription

1 RAPPORT ANNUEL 2005 Au service de l interbancarité

2 2 Au service des banques Le Système Interbancaire de Télécompensation en Le GSIT, un expert au service de la communauté bancaire...6 Le SIT, une adaptation continue...8 La gestion des risques et de la sécurité...12 Le fonctionnement interne du GSIT...14 Les faits marquants en Les instances de direction du GSIT...16 RAPPORT ANNUEL 2005

3 3 Nous tenons tout d abord à rendre hommage à Marcel Roncin pour le travail effectué pendant son mandat de début 2000 à fin 2005, dans le prolongement des actions de ses prédécesseurs. Son esprit de consensus et sa volonté indéfectible de servir la Place pendant ces six dernières années ont fait du SIT et du GSIT une chambre de compensation automatisée, citée par tous en exemple pour son fonctionnement sans faille et la prise en compte de l ensemble des opérations de petits montants françaises, exemple unique en Europe. Cette réussite n aurait pas pu se concrétiser sans le travail accompli par les équipes du GSIT depuis l origine, avec un effort particulier ces dix dernières années. La recherche permanente de l efficacité, de la qualité et du progrès ont permis au SIT de confirmer sa position de leader, tant du point de vue de la fiabilité et de sa qualité de service, que des volumes traités. La mise en place de l Espace Unique Européen des Paiements (SEPA) a conduit la communauté bancaire française à adopter une stratégie nouvelle, qui se traduit par la création d une nouvelle plate-forme, mise en place par STET (Systèmes Technologiques d Echange et de Traitement). Nous souhaitons à cette nouvelle structure un brillant avenir dans son prochain développement au service de l ensemble de la Place. Néanmoins, jusque là, la mission du GSIT perdure. Notre volonté de servir la Place, avec un niveau d exigence identique, se poursuivra sans faille. Les équipes du GSIT, conscientes que le Système Interbancaire de Télécompensation est un rouage essentiel de l économie française, considèrent qu être au service des banques françaises est une fierté et que la recherche d une qualité de service optimale est un défi permanent dans lequel elles puisent leur motivation. Bernard Gouraud, Président Sylvain Omnès, Administrateur

4 4 Le Système Interbancaire de Télécompensation en Le Système Interbancaire de Télécompensation a échangé 11,98 milliards d opérations pour 4 800,32 milliards d euros avec des indicateurs de service très largement au-dessus des seuils fixés par la Profession ,88 MILLIONS D OPÉRATIONS 4 800,32 MILLIARDS D EUROS Virements Avis de prélèvement et Titres Électroniques de Paiement - TEP Titres Interbancaires de Paiement - TIP Lettres de Change Relevés - LCR Retraits D.A.B. Paiements par Cartes Images-Chèques Opérations connexes* * Opérations connexes : rejets, annulations, ordres à caractère administratif. La répartition des opérations a été dans la continuité de celle de Les opérations de paiement par carte augmentent de 6,35%. Les opérations monétiques, paiement par cartes et retraits DAB ont représenté en 2005 plus de 40% du volume global échangé sur le SIT. Les chèques ont représenté moins d'un tiers des volumes, en baisse de 4,02%. La journée de pointe de l année a eu lieu le lundi 14 novembre avec 77,20 millions d opérations, plus fort volume observé en 2005 au cours d une journée au profil normal. Une pointe horaire à 10,26 millions d'opérations a été observée le lundi 25 avril Le fonctionnement bancaire du SIT a été très satisfaisant en Aucun Plan de Secours n a été déclenché. Aucun incident bancaire d'origine SIT n'a été répertorié. Les déversements des soldes du SIT dans TBF via la C.R.I. se sont effectués correctement. En 2005, près de 54 millions de chèques circulants ont été échangés au CEPC, soit 1,67% des images chèques changements ont été réalisés en 2005, avec quelques évolutions majeures comme : La migration vers UNIX de trente trois stations des Participants. La suppression de soixante huit stations de l'ancien catalogue. La mise en œuvre du nouveau format carte CB2C V2. La mise en œuvre des déversements vers la CRI via SWIFTNet FileAct. RAPPORT ANNUEL 2005

5 La sûreté de fonctionnement Dans le cadre de la couverture du risque d une crue centennale de la Seine, le GSIT travaille en étroite collaboration avec la Zone de Défense de la Préfecture de Police de Paris. A l automne 2004, les instances de direction du GSIT avaient décidé de programmer un test, dans le cadre des campagnes périodiques de plan de secours, afin d éprouver les procédures opérationnelles en contexte de crue centennale, au cours d un exercice de Continuité Générale. Le test s est déroulé les 17 et 18 novembre 2005 ; l ensemble de nos Participants Directs y a pris part. Le dispositif plan de secours a été déployé sur trois sites d échange géographiquement distincts : au nord, au sud et à l est de Paris. Le site de télépilotage de secours du SIT hébergeait l Outil de Règlement Centralisé. Afin de mettre en œuvre les procédures répondant à la situation la plus dégradée, l hypothèse d une rupture des moyens habituels de télécommunication a été retenue. Les communications entre les sites ont été établies à l aide de téléphones satellitaires. Les acheminements inter-sites ont été effectués selon des parcours imposés, tenant compte des LES UTILISATEURS DU SIT À FIN 2005 A fin 2005, établissements étaient connus du GSIT, contre à fin Le nombre de Participants Directs est passé de 14 à 13 (retrait de la Banque Palatine). 13 Participants Directs 572 Participants raccordés 411 Banques clientes 13 ENASIT 36 points d accès répartis sur 20 sites géographiques informations communiquées par les pouvoirs publics sur la viabilité du réseau routier francilien en cas de crue. Les séances d échanges se sont déroulées dans les créneaux horaires prévus et conformément aux procédures mises en place. Le bilan de ce test est globalement positif. L exercice a confirmé que les procédures sont opérationnelles, bien qu avec des marges limitées. Nous en avons tiré des enseignements qui nous permettrons d améliorer nos procédures, afin de faire face à la situation de façon optimale, dans le cas où un tel événement se produirait. Un exercice en réel de télépilotage, depuis le Site de Télépilotage de Secours du SIT, a été réalisé durant une semaine, du samedi 26 novembre au samedi 3 décembre dernier. Il n'a entraîné aucune modification du processus opérationnel pour les Participants. Il s'est déroulé de façon très satisfaisante. Un exercice du même type sera réalisé en En 2005, la qualité de fonctionnement du réseau SIT a été maintenue, l ensemble des indicateurs ayant une valeur supérieure aux seuils. VOLUMES ANNÉE 2004 ANNÉE 2005 Nombre annuel en millions d opérations , ,88 Nombre journalier moyen en millions d opérations 46,18 47,55 Capitaux en milliards d euros 4 598, ,32 Capitaux journaliers moyens en milliards d euros 18,10 19,05 POINTES JOURNALIÈRES ET HORAIRES ANNÉE 2004 ANNÉE 2005 Jour en millions d opérations 69,28 le 29/11/04 77,20 le 14/11/05 Jour en milliards d euros 26,51 le 23/12/04 28,20 le 21/12/05 Heure en millions d opérations 7,84 le 22/03/04 10,26 le 25/04/05 Le taux de fonctionnement des stations, en hausse sensible à 99,90%, traduit la forte diminution des arrêts matériels, conséquence de la rénovation du parc. LES DIFFÉRENTS TAUX DE DISPONIBILITÉ DU SIT FIN 2004 FIN Taux de service SIT (seuil : 99,75 %) 99,99 % 99,78 % 2 - Taux de disp. annuel du Centre Comptable (seuil : 99,80 %) 99,99 % 100 % 3 - Taux de disp. annuel du Serveur Trésorier (seuil : 99,70 %) 99,96 % 99,98 % 4 - Taux de disp. annuel des Stations (seuil : 99,60 %) 99,86 % 99,90 % 1 Disponibilité réelle du réseau pour les échanges d'opérations rapportée à la disponibilité théorique offerte d'émettre et de recevoir sur le SIT (*) 2 Disponibilité réelle du Centre Comptable rapportée à la disponibilité théorique (*) 3 Disponibilité réelle du Serveur Trésorier pour la période de 9h 00 à 17h 00 rapportée à la disponibilité théorique (8h 00 par jour ouvré) 4 Disponibilité réelle pour la période rapportée à la durée de la disponibilité théorique du SIT (*) (*) fixée à 22h10 par jour ouvré en semaine et à 36h10 du vendredi 0h00 au samedi 12h10.

6 6 Le GSIT, un expert au service de la communa Le GSIT apporte son expérience et son expertise d acteur majeur du système de paiement de détail à la communauté bancaire française et européenne. Il participe à la construction de l Europe des paiements. Partage de son expérience de chambre de compensation automatisée Suite à la mise en place du Système Interbancaire d Echanges de Nouvelle Calédonie (SIENC), le GSIT a répondu à des demandes de précisions de la part de l Institut d Emission d Outre-Mer IEOM. Le GSIT a reçu des délégations étrangères : Banque Centrale des Etats d Afrique de l Ouest, en janvier Suède, en mars Uruguay, en mai Inde, en septembre Le GSIT a rencontré ses homologues des autres chambres de compensation automatisées européennes, lors de la réunion de l European Automated Clearing House Association - EACHA, qui s est déroulée le 9 décembre 2005 à Amsterdam. Le GSIT a participé à la mise en place de Target 2, au travers de la Task Force SC et se tient informé de l évolution de ce dossier. Autoprotection du SIT L expression des besoins sur l Autoprotection du système de compensation de la communauté bancaire française s appuie sur les principes du rapport qui avait été validé en novembre Plusieurs réunions du Groupe Autoprotection en début d année 2005 ont permis d affiner certains points fonctionnels non décrits dans le rapport de Trois thèmes d étude ont été abordés : La problématique des virements à échéance, La gestion des montants élevés La prédictibilité des capitaux des opérations cartes RAPPORT ANNUEL 2005

7 7 uté bancaire Le Comité de Direction a validé, en avril, l expression des besoins de l autoprotection et a décidé de la poursuite de la démarche. Le GSIT a pris contact avec le Comité Français d Organisation et de Normalisation Bancaires - CFONB - pour exposer la problématique des virements à échéance. Il a organisé un groupe de travail pour les opérations de montants anormalement élevés. Le GSIT a travaillé en étroite collaboration avec les comités de pôle du CFONB (MP1 et MP2), afin que chacun d eux puisse analyser et définir, pour les moyens de paiement qui les concernent, une procédure permettant au système d échanger des opérations de détail, d éviter le risque de liquidité et donc de règlement, face à une opération d un montant anormalement élevé. Nos instances de concertation et de direction La concertation et la recherche du consensus sont des points-clés dans le mode de fonctionnement du GSIT. Ils s exercent au travers de deux types d instances : celles des Membres du groupement : Comité de Direction et Bureau, Comité d Evolutions, Commission de Gestion et de Structure. celles des Utilisateurs du SIT (les Participants Directs) : Comité de Fonctionnement, Groupes et Clubs, réunions bilatérales ou spécifiques. 22 réunions spécifiques GSIT / Participants, pour un suivi personnalisé de la migration vers Unix de chaque Participant, 2 sessions de formation (Dialogue CTB/station et Correspondants Sécurité) ayant réuni dix participants. Une représentation forte dans les instances de normalisation Le GSIT participe activement à la vie de la Place financière française. Adhérent du Comité Français d Organisation et de Normalisation Bancaires - CFONB, il participe à de nombreux groupes ou les anime : groupes Normalisation SIT, Suivi et contrôle des flux EIC-CEPC, Incidents,... Groupe Incidents liés aux échanges : 7 réunions Groupe Suivi et contrôle des flux EIC-CEPC : 3 réunions Le GSIT assure la représentation française dans la «Security of payments task-force», rattachée au groupe Operations, Infrastructure, Technology and Standards (OITS) de l European Payments Council (EPC). Il préside le «Working Block II Cryptographic Algorithms & Techniques». Le GSIT assure la liaison entre ce groupe et le groupe de l'iso : TC68-SC2 - gestion de la sécurité et opérations bancaires générales. Il poursuit, dans ce cadre, sa contribution active à la rédaction de la future norme sur les politiques et les déclarations de certification.

8 8 Le SIT, une adaptation continue Le GSIT maintient son effort de prévention des risques et d adaptation aux besoins pour maintenir un niveau de service et de fiabilité optimal pour le réseau SIT. Son schéma d orientation technique lui a permis de renouveler progressivement la quasi-totalité des quartiers du réseau SIT menacés d obsolescence, à plus ou moins long terme. La migration des stations SIT sous Unix Le 16 décembre 2004, Le Comité de Direction du GSIT décidait «d engager la migration vers UNIX des stations SIT, selon un mode décentralisé, dans une optique de prévention des risques d obsolescence des stations actuelles». Il fixait l échéance de cette migration à fin Validé par le Comité de Direction du 24 février 2005, le plan de migration a été décliné en trois lots : Le démontage des équipements obsolètes Pour chaque participant, la suppression des anciennes stations a été engagée, dès l installation de sa configuration Unix cible. Les dernières stations ont été supprimées lors du changement logistique du Réseau Opérationnel en novembre Le 6 décembre 2005, les dernières stations du Réseau de Référence ont été remplacées par des stations Unix et les «stations services» ont été supprimées. Le déploiement de l infrastructure Le déploiement des stations s est effectué en deux étapes. Au moins une station Unix a été déployée par site Participant, au cours du premier semestre Les stations les plus anciennes ou celles connaissant statistiquement le plus grand nombre d anomalies ont été remplacées prioritairement. Le déploiement de l ensemble des stations Unix s est terminé lors du changement logistique du Réseau Opérationnel en Octobre 2005, conformément au calendrier prévisionnel établi avec chaque Participant. Les adaptations logistiques Afin de limiter les risques inhérents aux changements, les Participants ont adopté pendant la période de migration, une logistique transitoire aux changements délibérément limités. Au cours du dernier trimestre 2005, des réunions bilatérales ont été organisées afin d identifier les optimisations logistiques à réaliser. Les dix Participants concernés ont été répartis, selon des modifications logistiques jugées simples ou complexes. Le planning de mise en œuvre est établi sur le premier semestre Afin de préserver le niveau de service du SIT pendant cette phase délicate d optimisation logistique, le Comité de Direction du 15 décembre 2005 a adopté des règles prudentielles pour cette période. RAPPORT ANNUEL 2005

9 9 Un Catalogue des Stations a été diffusé par le GSIT en décembre Chaque Participant a commandé auprès de son fournisseur les stations nécessaires à sa configuration. Un dossier de migration, personnalisé à chaque Participant, a été élaboré conjointement entre le GSIT et les Participants et a précédé les travaux de migration. Les «stations services» étaient utilisées sur le Réseau de Référence par certains Participants, soit pour échanger pendant les recettes internes ou communautaires, soit comme secours de leurs propres stations du Réseau de Référence. Pour achever la migration des stations vers Unix, le cas de ces stations services restait à traiter. Après étude par un groupe d experts, les instances de direction du GSIT a validé l abandon de la fonction «station service» le 21 juillet Les dernières stations services ont été retirées en décembre La migration Unix a été l un des grands projets de l année 2005 réalisé avec succès, car il a été mené dans le respect des délais, tout en maintenant la disponibilité et la qualité de fonctionnement du réseau SIT à son niveau habituel, et en permettant de couvrir un risque majeur d obsolescence.

10 10 Démarrage CB2C V2 Ce projet a été piloté conjointement par le GSIT et le Groupement des Cartes Bancaires «CB». La version 2.0 du CB2C, qui remplace la version 1.1 en place depuis avril 2004, comporte différentes évolutions (modifications des formats des données, nouveaux rejets techniques, création/suppression de tables monétiques, etc.) concernant la zone banque des opérations de paiements cartes et de retraits DAB. Afin de limiter la circulation d opérations de paiements cartes et de retraits DAB de versions CB2C différentes, source possible d un accroissement des rejets, il a été décidé d effectuer la bascule en V 2.0 du CB2C simultanément de l ensemble des Participants Directs pour les paiements cartes et les retraits DAB. De plus, pour que les Participants puissent bénéficier d un délai suffisant pour passer complètement leurs applications monétiques (paiements et retraits) dans la nouvelle version, la bascule a eu lieu le week-end des 22 et 23 octobre Liaison SIT/CRI sous SWIFTNet FileAct Après avoir reçu l aval du Bureau du COMP, le GSIT a mis en place une architecture SWIFT évolutive qui permettra dans un premier temps de répondre à la demande de la Centrale des Règlements Interbancaires (CRI) de migrer la liaison SIT/CRI sous SWIFTNet FileAct. L objectif cible du projet est de mettre en œuvre une architecture SWIFT afin d assurer le déversement des soldes de compensation quotidiens du SIT dans TARGET 2, si cela s avérait nécessaire. Dans une première étape, la mise en place de l architecture SWIFT a permis de déverser les soldes quotidiens de compensation du SIT (ainsi que les commissions interbancaires du SIT, les commissions CB, et les soldes de compensation VISA pour le compte du GIE Carte Bleue) dans la plate-forme CRI. Les déversements sont effectués par le réseau SWIFTNet FileAct. Les Opérations Plan d Epargne Logement Les instances de normalisation de la Profession ont décidé de compléter les informations portées dans l opération de demande de paiements de Prime d Epargne Logement (code SIT 030), ainsi que la codification des rejets admis dans l opération 430. Pour le SIT, cette réforme a abouti d une part à la modification de l opération existante «030 Demande de Prime Epargne Logement» et de ses opérations connexes. Les établissements bancaires ont pu utiliser ces aménagements à partir du 12 décembre Il a également été procédé à la création d une nouvelle opération «031 Initialisation de Paiement de Prime Epargne Logement» et de son opération connexe de rejet. Ces nouvelles opérations sont opérationnelles depuis mars RAPPORT ANNUEL 2005

11 11 Un portail d entreprise sécurisé La mise en œuvre d un portail d entreprise au sein du GSIT permettra d harmoniser l accès aux applications du GSIT, avec pour pré-requis l évolutivité du portail et l utilisation de standards du marché. Son objectif est de permettre l acceptation de certificats issus des Autorités de Certification (CA) des Participants, tout en maintenant pour les établissements qui le souhaitent, l usage des certificats délivrés par le GSIT. Ce concept de «multi-acceptance» permettra à chaque Participant d appliquer à son rythme sa propre politique de sécurité. Le certificat est le point d entrée du portail ; il mémorisera l ensemble des identifiants / mots de passe du portail. Il permettra l identification des utilisateurs et garantira la sécurisation des flux d information par le chiffrement des données. Le portail doit apporter une réponse, en termes d infrastructure, aux besoins d évolution de la sécurité des accès à l extranet du GSIT, d accès personnalisé des Participants aux applications opérationnelles et informationnelles du GSIT. Il fédère l accès aux différentes applications du portail après reconnaissance de l utilisateur. Le périmètre du projet a été étendu en interne aux collaborateurs du GSIT : l accès à l intranet GSIT se fera par le portail d entreprise. Après une phase préalable de maquettage, courant septembre 2005, permettant de vérifier l adéquation de l infrastructure proposée avec les besoins recensés par les Participants et la faisabilité technique, le choix du GSIT s est porté sur la solution Java Enterprise System proposée par Sun. Une plate-forme de gestion d accès sécurisés pouvant accepter les certificats des établissements et ceux du GSIT (fonctions «multi acceptance») a été mise en œuvre au troisième trimestre Le projet est en phase de mise en place des environnements de production cible en prenant en considération les besoins de renforcement de l infrastructure de la zone démilitarisée. Une recette Pilote sera organisée en 2006 avec un Participant volontaire. Le service sera ensuite ouvert à l ensemble des Participants pour accéder au SCIL - Système Central d Information Logistique -, au titre de la première utilisation. L accès à de nouvelles applications pourra être envisagé par la suite.

12 12 La gestion des risques et de la sécurité Le GSIT poursuit depuis de nombreuses années sa démarche continue et pro-active de prévention et de couverture des risques. RAPPORT ANNUEL 2005

13 13 Le 18 juillet 2005 la Banque de France a transmis au GSIT le rapport d évaluation par l Euro-système de la conformité du SIT aux "Principes Fondamentaux pour les Systèmes de Paiement d Importance Systémique" tel qu'il a été approuvé par le Conseil des Gouverneurs de la BCE le 15 juillet Le GSIT a analysé chacune des préconisations contenues dans ce rapport et en a déduit un plan d'actions qui a été approuvé par le Comité de Direction du GSIT le 28 octobre 2005, et dont la réalisation est à présent en œuvre. Dans ce cadre, le GSIT a exposé aux Correspondants Nationaux Sécurité, le 8 novembre 2005, les domaines couverts respectivement par la Politique de Sécurité du SIT et du GSIT et par la Politique de Sécurité bureautique du GSIT, ainsi que leur complémentarité vis-à-vis des documents concernant la sécurité du réseau SIT tels que CIRCE ou le Manuel des Correspondants Sécurité. Ces politiques de sécurité et le plan des contrôles du GSIT qui les complète, ont été mises en conformité avec la norme ISO qui constitue une référence internationalement reconnue en la matière. Parmi les principaux points couverts par les politiques de sécurité du GSIT, on peut retenir : l'organisation interne de la sécurité au GSIT dont le Comité Directeur interne de Sécurité (CODIRSEC), et le suivi des actions touchant à la sécurité qu'il permet de réaliser ; l'utilisation continue depuis plusieurs années d'une méthodologie d'analyse de risque interne, ERSI, préconisée par la mission d'inspection interbancaire de 2000 ; l'existence d'un plan de contrôle pluriannuel, aligné sur le contenu de la politique de sécurité permettant de suivre le respect effectif de cette politique ; l'intégration de la composante sécurité dans la gestion des ressources humaines, et dans la méthode de conduite de projet ; la sécurité des locaux et des biens ; la gestion des incidents de sécurité, notamment la protection en temps réel contre les virus informatiques ; le dispositif de continuité d'activité (redondance, sites géographiques distincts, ) étendu au-delà des centres du réseau SIT. A l'occasion de cette présentation les Correspondants Nationaux de Sécurité ont pu apprécier le dispositif de maîtrise des risques internes au GSIT et approuver la démarche du GSIT en la matière. Par ailleurs, dans le cadre de la politique de sécurité du SIT, le GSIT a instruit un dossier sur le blocage d un Participant. L étude a porté sur les conséquences qui pourraient découler de l incapacité d un Participant à participer, de son fait à un Plan de Secours Partiel en cas de paralysie totale et longue de tous ses équipements. D'autre part, une nouvelle version du Manuel du Correspondant Sécurité tenant compte des évolutions technologiques récentes du réseau SIT (migration sous TCP/IP du réseau, sous UNIX du logiciel des centres, mise en œuvre de l'extranet d'accès au Système Central d Information Logistique, ) a été diffusée sous forme électronique en février Le «kit de survie» est un CD-Rom comprenant la documentation de référence et d exploitation du réseau SIT et du CEPC, utilisable en cas de choc extrême nécessitant la poursuite du fonctionnement du SIT avec un apport extérieur important. Il a été enrichi avec les suggestions des Participants et a fait l objet d une mise à jour en janvier 2005.

14 14 Le fonctionnement interne du GSIT GIE Monceau-Berri Le GSIT a repris, début 2005, l administration du GIE Monceau-Berri (gestion de l immeuble Monceau) pour deux ans, mission exercée en alternance avec le Groupement des Cartes Bancaires «CB». Le en 2005 Le 12 avril 2005, le GSIT a mis en ligne son nouveau site internet GSIT et de son Espace Adhérents, répondant aux nouvelles règles de navigation et d ergonomie, afin de faciliter l accès à l information diffusée par le GSIT. Plus de accès au Web GSIT ont été enregistrés en 2005, soit une moyenne de accès par mois, dont plus de accès à la version française. 70 questions ont été posées via la rubrique Contact. Près de la moitié a été émise par des établissements bancaires français ou étrangers. 42 % des questions portaient sur le SIT ou le GSIT, 38 % concernaient les moyens et le système de paiement français, 20 % portaient sur Etebac5. Gestion des ressources humaines L évolution du groupement et le remplacement à terme du réseau SIT ont conduit le GSIT à entamer avec ses partenaires sociaux des réunions de concertation en vue d assurer l accompagnement de ses ressources humaines. Données financières Les comptes de l'exercice 2005 supportent l'incidence d'une provision pour pertes et charges destinée à couvrir les charges liées à l'évolution du Groupement dans le cadre de la mise en place du SEPA et à l'arrêt prévisionnel du réseau SIT. Les charges de l'exercice s'élèvent en conséquence à K et les produits de l'exercice s'élèvent à K. Il en résulte une perte comptable de K qui est reportée à nouveau dans les comptes sociaux. RAPPORT ANNUEL 2005

15 15 Les faits marquants en 2005 JANVIER 2005 Approbation du projet de la société STET consistant à créer, ex-nihilo, un système de compensation venant se substituer au réseau SIT, dans la perspective de la mise en place du SEPA. Lancement du chantier de migration des stations UNIX, pour un déploiement étalé sur tout l exercice MARS 2005 Publication d une nouvelle version du Manuel du Correspondant Sécurité. JUIN 2005 Publication du rapport détaillé du FMI concernant la France, au titre du «Financial Sector Assessment Program». JUILLET 2005 Rapport d évaluation par l Eurosystème de la conformité du SIT aux principes fondamentaux pour les systèmes de paiement d importance systémique. OCTOBRE 2005 Démarrage de la version CB2C V2 des opérations paiements cartes et retraits DAB. NOVEMBRE 2005 Exercice en réel de télépilotage sur le site de back-up. Organisation et tenue d un test de plan de secours - crue centennale sur trois sites. DÉCEMBRE 2005 Fin du mandat de Président de M. Marcel Roncin, BNP Paribas. Nomination du nouveau Président du GSIT : M. Bernard Gouraud, Banque Fédérale des Banques Populaires. Lancement des nouvelles opérations Primes d Epargne Logement.

16 16 Les instances de direction Marcel RONCIN Président jusqu au 31 décembre 2005 Bernard GOURAUD Président depuis le 1 er janvier 2006 Michel SPIRI Banque de France Denis BEAU (*) Banque de France Sylvain OMNES Administrateur Gilbert ROUSSEAU BNP Paribas Claude BRUN (*) Crédit Mutuel (*) Membre du Bureau. Le Bureau définit chaque fois que nécessaire les modalités pratiques d'application des décisions du Comité de Direction. Entre les réunions de ce dernier, il prend les décisions urgentes, en lui en rendant compte lors de la réunion suivante. Patrick BRISBOIS CIC Geoffroy de CHAMISSO HSBC France, représentant les membres non rattachés à un membre fondateur depuis avril 2005 RAPPORT ANNUEL 2005

17 17 du GSIT Alain GOLDBERG Natexis Banques Populaires Jean-Yves GARNIER (*) Natexis Banques Populaires jusqu en décembre 2005 Martine BRACHET (*) Société Générale Jean-Paul AEBERHARDT (*) jusqu en février 2005, Le Crédit Lyonnais puis Antoine SORIN Louis QUETIER Caisse des Dépôts et Consignations jusqu au 31 décembre 2005, accompagné de Gérard THALAMY (CNCE) Fabrice DENELE (*) Caisse Nationale des Caisses d Epargne, représentant la Caisse des Dépôts et Consignations depuis avril 2005 Philippe GIRIER (*) Crédit Agricole SA jusqu en novembre 2005 Jean-Louis FIALON (*) Crédit Agricole SA à partir de décembre 2005 Jean-Marc DEGEZ Crédit Agricole SA à partir de décembre 2005 Jean-Francis GORIN Crédit du Nord Bertrand LOUVIER Banque Palatine, jusqu en avril 2005 Michel GARNIER La Banque Postale Alain LASSERON ASF Association française des Sociétés Financières, en tant que Membre observateur représentant l Association Française des Etablissements de Crédit et des Entreprises d Investissement AFECEI Bernard DUTREUIL Fédération Bancaire Française, FBF, en tant que Membre observateur

18 18 Vos contacts au GSIT : RAPPORT ANNUEL 2005

19 19 Président : Administrateur : Bernard Gouraud Sylvain Omnès Correspondants Participants : Communication : Fabienne Pesty

20 Au service de l interbancarité Groupement pour un Système Interbancaire de Télécompensation Washington Plaza - Immeuble Monceau - 31, rue de Berri Paris Cedex 08 Téléphone : Fax : Site Internet : ideographic RC Paris B Groupement d intérêt économique régi par l ordonnance du 23 septembre RCS PARIS

SEPA info. Single Euro Payments Area * Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA

SEPA info. Single Euro Payments Area * Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA SEPA info Nous avons anticipé les impacts de ces évolutions de Place sur nos relations «banque à client». Nous vous tiendrons donc périodiquement

Plus en détail

Arrêt du protocole ETEBAC

Arrêt du protocole ETEBAC Arrêt du protocole ETEBAC Quels impacts pour votre entreprise? Les solutions d échanges de flux dématérialisés avec le Crédit Agricole ETEBAC est le protocole utilisé pour échanger tous les jours et de

Plus en détail

Single Euro Payments Area*

Single Euro Payments Area* SEPA info Single Euro Payments Area* * Espace Unique de Paiements en Euro Qu est-ce que SEPA? Les objectifs du SEPA Les 3 nouveaux instruments du SEPA Le SEPA en 3 phases > planning prévisionnel de migration

Plus en détail

Guide SEPA «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement»

Guide SEPA «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement» Guide SEPA «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement» Le Crédit Agricole accompagne les Entreprises dans le nouvel environnement des Moyens de Paiement Le

Plus en détail

Le SEPA (Single Euro Payments Area) est un espace unique de paiement en euro. Newsletter n 01 / Septembre 2007. Définition. Problématique SEPA

Le SEPA (Single Euro Payments Area) est un espace unique de paiement en euro. Newsletter n 01 / Septembre 2007. Définition. Problématique SEPA É D I T O R I A L N ous avons le plaisir de vous présenter le premier numéro de la lettre d information du département Finance de la société Marianne Experts. Animé par une équipe de trésoriers et d'auditeurs

Plus en détail

Frais bancaires : Réunion du Comité consultatif du secteur financier. Christine LAGARDE. Bercy, le mardi 21 septembre 2010 DOSSIER DE PRESSE

Frais bancaires : Réunion du Comité consultatif du secteur financier. Christine LAGARDE. Bercy, le mardi 21 septembre 2010 DOSSIER DE PRESSE CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Frais bancaires : Réunion du Comité consultatif du secteur financier Christine LAGARDE Bercy, le mardi 21 septembre 2010 DOSSIER

Plus en détail

La dématérialisation des échanges bancaires SEPA. Normes et formats, Quels impacts dans les entreprises? Comment être prêt à temps?

La dématérialisation des échanges bancaires SEPA. Normes et formats, Quels impacts dans les entreprises? Comment être prêt à temps? La dématérialisation des échanges bancaires SEPA Normes et formats, Quels impacts dans les entreprises? Comment être prêt à temps? Juin 2013 Sommaire Prologue et son positionnement dans la dématérialisation

Plus en détail

UNIVERS SWIFTNET 19 mars 2007

UNIVERS SWIFTNET 19 mars 2007 UNIVERS SWIFTNET 19 mars 2007 Conclusion Jean-Luc Thérond Directeur Marketing et Développement CEDICAM Filiale Flux et Paiements du Groupe Crédit Agricole 1 Sommaire SEPA : calendrier et instruments SWIFTNET

Plus en détail

choix de la banque tirée choix de la date de rédaction du chèque absence de frais bancaires à ce jour

choix de la banque tirée choix de la date de rédaction du chèque absence de frais bancaires à ce jour III. Les conditions bancaires 1. La problématique du choix de la banque 2. Les principaux instruments de paiement domestiques 3. Les jours de valeur et les jours de banque 4. Les taux d intérêt 5. Les

Plus en détail

Atelier n 5 : Les Échanges de Données Informatiques, une réelle opportunité pour le cabinet

Atelier n 5 : Les Échanges de Données Informatiques, une réelle opportunité pour le cabinet Atelier n 5 : Les Échanges de Données Informatiques, une réelle opportunité pour le cabinet 1 EDI : c est quoi? L EDI s inscrit dans un contexte de dématérialisation des échanges entre la banque et ses

Plus en détail

Conseil d administration 323 e session, Genève, 12-27 mars 2015 GB.323/PFA/4

Conseil d administration 323 e session, Genève, 12-27 mars 2015 GB.323/PFA/4 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 323 e session, Genève, 12-27 mars 2015 GB.323/PFA/4 Section du programme, du budget et de l administration Segment du programme, du budget et de

Plus en détail

La gestion du compte de l État

La gestion du compte de l État FINANCES PUBLIQUES TRÉSORERIE Nouvelle convention MINÉFI/Banque de France La gestion du compte de l État Article d Olivier Cuny, administrateur civil à l Agence France Trésor, en collaboration avec Dominique

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Union Fédérale des Consommateurs QUE CHOISIR de Nouvelle-Calédonie 8 rue Lacave-Laplagne BP 2357-98846 NOUMEA CEDEX Tél/Fax : (687) 28.51.20 Courriel : contact@nouvellecaledonie.ufcquechoisir.fr Site :

Plus en détail

LES CARTES BANCAIRES CB

LES CARTES BANCAIRES CB 25 LES CARTES BANCAIRES CB EN CHIFFRES MARS 26 www.cartes-bancaires.com INTRODUCTION ET CHIFFRES CLES CB 3 ACTIVITÉ DES CARTES CB DEPUIS 22 4 EVOLUTION DU NOMBRE DE CARTES BANCAIRES CB 5 EVOLUTION DES

Plus en détail

S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens. Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy

S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens. Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy Agenda Présentation générale du S PA Rappel des caractéristiques du SCT,

Plus en détail

Le projet de système des paiements en euros

Le projet de système des paiements en euros Jean-François Pons, Fédération Bancaire Française Le projet de système des paiements en euros (SEPA) =Single Euro Payment Area Conférence de l Union des banques du Maghreb sur la carte bancaire, Hammamet,

Plus en détail

SEPA L Espace unique de paiement en euro

SEPA L Espace unique de paiement en euro SEPA L Espace unique de paiement en euro Introduction Le 28 janvier 2008 est la date officielle du lancement de l espace unique de paiement en euro («Single Euro Payment Area», SEPA). La migration vers

Plus en détail

Communication Adhérents

Communication Adhérents Fédération Bancaire Française 18, rue La Fayette - 75440 Paris cedex 09 Tél : 01 48 00 52 52 - Fax : 01 42 46 76 40 Numéro : 2010288 Communication Adhérents Date : 24/11/2010 Circulaire d'application Rédacteur

Plus en détail

L après ETEBAC et le SEPA

L après ETEBAC et le SEPA L après ETEBAC et le SEPA CODINF 30 avenue Franklin Roosevelt 75 008 Paris Tél : 01.55.65.04.00 Fax : 01.55.65.10.12 Mail : codinf@codinf.fr N TVA CEE : FR 17 481 350 700 2 Pour y voir plus clair, vous

Plus en détail

Guide SEPA «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement»

Guide SEPA «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement» «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement» Le Crédit Agricole accompagne les Professionnels et les Entreprises dans le nouvel environnement des Moyens de

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES

CONDITIONS TARIFAIRES Soon CONDITIONS TARIFAIRES SOON EN BREF! Soon, c est une offre bancaire, 100% sur smartphone, qui vous aide à gérer votre budget, anticiper vos dépenses et préparer vos projets. Soon comprend gratuitement

Plus en détail

L espace SEPA comprend les Etats membres de l Union européenne ainsi que l Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse.

L espace SEPA comprend les Etats membres de l Union européenne ainsi que l Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse. SEPA, mode d'emploi tout savoir sur l'espace unique de paiement en euros Qu'est-ce que SEPA? Qu est-ce que SEPA change pour les entreprises? [Qu est-ce que SEPA?] SEPA (SingleEuroPaymentsArea - Espace

Plus en détail

SOGESTEL ET SOGESTEL TS. La télétransmission sous protocole EBICS

SOGESTEL ET SOGESTEL TS. La télétransmission sous protocole EBICS ENTREPRISES GESTION DES FLUX SOGESTEL ET SOGESTEL TS La télétransmission sous protocole EBICS SOMMAIRE Les offres 4 Des services complets de remises 5 Des services de relevés à la carte 6 Un fonctionnement

Plus en détail

Présentation Commerciale SIYOU Conseil

Présentation Commerciale SIYOU Conseil Performance Management I Consulting I Technology Présentation Commerciale SIYOU Conseil Juin 2014 Siyou Conseil Tous droits réservés Pourquoi ce nom? Les entreprises cherchent souvent à cacher l étymologie

Plus en détail

D exia CLF Banque. Conditions et Tarifs

D exia CLF Banque. Conditions et Tarifs D exia CLF Banque Conditions et Tarifs Mise à jour au 1 er octobre 2010 Sommaire Le compte bancaire... p. 3 Les règlements et encaissements... p. 3 Les opérations sur effets de commerce et Loi Dailly...

Plus en détail

CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT

CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT Après une phase de diagnostic et d'études, la Banque d'algérie et les banques de la place ont entrepris, à partir de 2003 et d'une

Plus en détail

Conditions générales applicables aux principales opérations bancaires Au 3 fevrier 2014

Conditions générales applicables aux principales opérations bancaires Au 3 fevrier 2014 Conditions générales applicables aux principales opérations bancaires Au 3 fevrier 2014 sommaire Page TENUE DE COMPTES ET SERVICES ASSOCIES 4 Tenue de comptes en euros ou en devises 4 Services Associés

Plus en détail

L Autorité de la concurrence (commission permanente),

L Autorité de la concurrence (commission permanente), RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DSE-01 du 30 juillet 2013 relative aux engagements rendus obligatoires par la décision n 12-D-17 du 5 juillet 2012 de l Autorité de la concurrence L Autorité de la concurrence

Plus en détail

ORGANISATION ET SURVEILLANCE DES SYSTÈMES DE PAIEMENT

ORGANISATION ET SURVEILLANCE DES SYSTÈMES DE PAIEMENT n 4 Note d information systèmes et moyens de paiement au maroc rôle et responsabilités de bank al-maghrib L une des principales missions confiées à Bank Al-Maghrib est de veiller au bon fonctionnement

Plus en détail

STRATÉGIE POUR LA MODERNISATION DE L INFRASTRUCTURE DU SYSTÈME DE PAIEMENT EN RÉPUBLIQUE DE GUINÉE

STRATÉGIE POUR LA MODERNISATION DE L INFRASTRUCTURE DU SYSTÈME DE PAIEMENT EN RÉPUBLIQUE DE GUINÉE STRATÉGIE POUR LA MODERNISATION DE L INFRASTRUCTURE DU SYSTÈME DE PAIEMENT EN RÉPUBLIQUE DE GUINÉE La qualité du système de paiement d un pays (ou d une union monétaire et économique) est un bon indicateur

Plus en détail

La REUNION La MARTINIQUE La GUADELOUPE La GUYANE La MIGRATION SEPA

La REUNION La MARTINIQUE La GUADELOUPE La GUYANE La MIGRATION SEPA La REUNION La MARTINIQUE La GUADELOUPE La GUYANE La MIGRATION SEPA Ordre du Jour Introduction IEDOM et FBF Présentation SEPA et les Entreprises Partage d expériences Questions- Réponses TITRE TITRE TITRE

Plus en détail

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires)

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires) PROBLEMATIQUE - L APPROCHE JADE Telecom L exploitation de réseaux de télécommunications implique pour les entreprises la prise en compte de différents points importants : La mise en place de personnel

Plus en détail

NOS SOLUTIONS DE BANQUE ELECTRONIQUE

NOS SOLUTIONS DE BANQUE ELECTRONIQUE NOS SOLUTIONS DE BANQUE ELECTRONIQUE EVOLUTION DE NOS SOLUTIONS DE BANQUE ELECTRONIQUE LES SOLUTIONS TECHNIQUES ACTUELLES Etebac 3 sous réseau X25 ; Etebac 5 sous réseau X25 ; PeSit ; E-Banking. LE CONTEXTE

Plus en détail

LE COMPTE COURANT ING DIRECT TARIFS

LE COMPTE COURANT ING DIRECT TARIFS LE COMPTE COURANT ING DIRECT TARIFS Tarifs TTC valables à partir du 1 er mai 2009 LE COMPTE ING DIRECT : UN COMPTE COURANT SANS FRAIS POUR LA PLUPART DE VOS OPÉRATIONS BANCAIRES. Avec le Compte d ING Direct,

Plus en détail

Le prélèvement SEPA Quels impacts pour votre entreprise?

Le prélèvement SEPA Quels impacts pour votre entreprise? Vous êtes chef d entreprise, profession libérale, professionnel, expert comptable, Directeur Administratif et Financier. L harmonisation de Moyens de Paiement vous concerne Le prélèvement SEPA Quels impacts

Plus en détail

Bon usage LA BANQUE PLUS FACILE POUR TOUS 1) REFONDER LES RELATIONS CONTRACTUELLES ENTRE LES BANQUES ET LES CLIENTS

Bon usage LA BANQUE PLUS FACILE POUR TOUS 1) REFONDER LES RELATIONS CONTRACTUELLES ENTRE LES BANQUES ET LES CLIENTS Bon usage Novembre 2004 LA BANQUE PLUS FACILE POUR TOUS 1) REFONDER LES RELATIONS CONTRACTUELLES ENTRE LES BANQUES ET LES CLIENTS Rétablir dans la loi l obligation de contractualiser L obligation pour

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

L Univers SWIFTNet. Transformons l essai. Multiplexons les relations

L Univers SWIFTNet. Transformons l essai. Multiplexons les relations L Univers SWIFTNet Transformons l essai Multiplexons les relations High performance. Delivered. High performance. Delivered.* Globalisation de la communication bancaire Vincent.Lebeault Partner Accenture

Plus en détail

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires Statistiques arrêtées à fin 2013 SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 Partie I : Evolution des paiements de masse 6 I. Echanges EN INTERbancaire 7 1.

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 13 juin 2013 portant orientations sur le cadre de régulation du système de comptage évolué de GrDF Participaient à la séance : Olivier

Plus en détail

e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant profondément les structures des organisations et par conséquence

e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant profondément les structures des organisations et par conséquence e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant Alain Fernandez Consultant indépendant, il intervient depuis plus de 15 ans auprès des grands comptes et des PME sur la conception des systèmes

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification Préparé par : Le Centre de la sécurité des télécommunications à titre d organisme de certification dans le cadre du Schéma canadien d évaluation et de certification selon les critères

Plus en détail

PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE

PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE Annexe 1 SEF - Pôle Analyses, Etudes Bancaires et Financières 1/8 I. CONTEXTE L Institut d Emission des Départements d Outre-Mer (IEDOM) a désigné

Plus en détail

Algérie. Compensation des chèques et autres instruments de paiement de masse

Algérie. Compensation des chèques et autres instruments de paiement de masse Compensation des chèques et autres instruments de paiement de masse Règlement de la Banque d n 05-06 du au 15 décembre 2005 Le gouverneur de la Banque d, Vu l ordonnance n 75-58 du 26 septembre 1975, modifiée

Plus en détail

Section Gestion comptable publique n 15-0002

Section Gestion comptable publique n 15-0002 DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES Section Gestion comptable publique n 15-0002 NOR : FCPE1508019J Instruction du 24 mars 2015 CALENDRIERS DES SYSTEMES DE PAIEMENT ET JOURNEES PARTICULIERES DE FERMETURE

Plus en détail

Sage Formation. Le parcours pédagogique. Sage 1000 Suite Financière

Sage Formation. Le parcours pédagogique. Sage 1000 Suite Financière Sage 1000 Suite Financière Vous êtes Consultant, Chef de Projets, Directeur des Systèmes d Information, Directeur Administratif et Financier, optez pour les «formations Produits» Nous vous proposons des

Plus en détail

I. Gouvernance 1/8. B- Comité Direction Générale

I. Gouvernance 1/8. B- Comité Direction Générale Rémunération au titre de l exercice 2012 des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque du Groupe Les principes de rémunération du Groupe

Plus en détail

Evolution des normes d échanges bancaires. Laurent Cantereau Marie Laure Demarquay

Evolution des normes d échanges bancaires. Laurent Cantereau Marie Laure Demarquay Forum Client Cegid Evolution des normes d échanges bancaires Laurent Cantereau Marie Laure Demarquay Sommaire A. Le contexte B. Les conséquences pour les entreprises C. L accompagnement de Cegid Le contexte

Plus en détail

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE Référentiel des Activités Professionnelles A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE L assistant prend en charge l essentiel du processus administratif des ventes. Il met en place certaines actions de

Plus en détail

Copyright Agirc-Arrco Mars 2012. 2 QUESTIONS pour comprendre le Système d Information Retraite Complémentaire (SI-RC)

Copyright Agirc-Arrco Mars 2012. 2 QUESTIONS pour comprendre le Système d Information Retraite Complémentaire (SI-RC) 2 QUESTIONS pour comprendre le Système d Information Retraite Complémentaire (SI-RC) SOMMAIRE (1/3) ENJEUX DE L INFORMATIQUE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE 1. Depuis quand un programme de convergence informatique

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

1 Présentation de l Apur 2. 2 Contexte général du projet 3. 3 Prestation attendue 4

1 Présentation de l Apur 2. 2 Contexte général du projet 3. 3 Prestation attendue 4 APUR.2015.1 Cahier des charges d appel à concurrence Accompagnement de la mise en place d outils de formulaires et de gestion électronique des processus métiers (workflow) avec le logiciel K2 autour d

Plus en détail

Entreprises. Extrait des Conditions Générales de Banque. Tarifs nets en vigueur au 1 er mai 2014 BANQUE ET ASSURANCES

Entreprises. Extrait des Conditions Générales de Banque. Tarifs nets en vigueur au 1 er mai 2014 BANQUE ET ASSURANCES Entreprises Extrait des Conditions Générales de Banque Tarifs nets en vigueur au 1 er mai 2014 BANQUE ET ASSURANCES Le FONCTIONNEMENT DU COMPTE FRAIS DE TENUE DE COMPTE - Commission de tenue de compte

Plus en détail

Objectif. 1 La durée de la période transitoire sera confirmée ultérieurement.

Objectif. 1 La durée de la période transitoire sera confirmée ultérieurement. Objectif Ce document a pour but de vous présenter les impacts du SEPA sur vos activités et de décrire une démarche afin de vous guider dans la mise en œuvre de ces nouveaux instruments de paiement SEPA

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES SOLUTIONS DE MESSAGERIE COLLABORATIVE - PRIVATE EXCHANGE 2013

CONDITIONS PARTICULIERES SOLUTIONS DE MESSAGERIE COLLABORATIVE - PRIVATE EXCHANGE 2013 CONDITIONS PARTICULIERES SOLUTIONS DE MESSAGERIE COLLABORATIVE - PRIVATE EXCHANGE 2013 Dernière version en date du 05 Septembre 2013 ARTICLE 1 : OBJET Les présentes conditions particulières, complétant

Plus en détail

La carte bancaire : un véritable instrument européen

La carte bancaire : un véritable instrument européen La carte bancaire : un véritable instrument européen A. Les caractéristiques de la carte bancaire La carte bancaire est l instrument de paiement le plus utilisé en France et en Europe. En 2007, les paiements

Plus en détail

= Sécurité + performance + fiabilité des appareils d éclairage à LED

= Sécurité + performance + fiabilité des appareils d éclairage à LED Dossier de Presse Octobre 2014 LCIE Bureau Veritas + PISEO + Serma Technologies = Sécurité + performance + fiabilité des appareils d éclairage à LED ForumLED Europe Grande Halle de La Villette 211 avenue

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2007 PFA/ICTS POUR DÉCISION. Stratégie en matière de technologies de l information (2007-2009) Liens

Conseil d administration Genève, mars 2007 PFA/ICTS POUR DÉCISION. Stratégie en matière de technologies de l information (2007-2009) Liens BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.298/PFA/ICTS/1 298 e session Conseil d administration Genève, mars 2007 Sous-comité des technologies de l'information et de la communication PFA/ICTS POUR DÉCISION PREMIÈRE

Plus en détail

Principales conditions tarifaires. en vigueur au 1 er janvier 2014. Agriculteurs et professionnels

Principales conditions tarifaires. en vigueur au 1 er janvier 2014. Agriculteurs et professionnels Principales conditions tarifaires en vigueur au 1 er janvier 2014 Agriculteurs et professionnels Sommaire Banque au quotidien... p. 3 Tenue de compte... p. 3 Relevés de compte...p. 3 Autres services...

Plus en détail

Guide Utilisateur Transnet

Guide Utilisateur Transnet Guide Utilisateur Transnet > Sommaire 1 I Introduction 3 2 I Les premiers pas sous Transnet 4 2.1 Configuration informatique nécessaire pour accéder à Transnet 4 2.2 Initialisation de Transnet 4 3 I Téléchargement

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEOM

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEOM OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEOM RAPPORT D ACTIVITÉ 2011 1 INSTITUT D ÉMISSION D OUTRE-MER Siège social 164, rue de Rivoli - 75001 Paris Tél. +33 1 53 44 41 41 Fax +33 1 44 87 99 62 Rapport d activité

Plus en détail

COMMUNIQUE DE LANCEMENT

COMMUNIQUE DE LANCEMENT COMMUNIQUE DE LANCEMENT Le descriptif des nouvelles fonctions par produits Ligne 30 & 100 (Cbase, SQL Server et Mac) - V15.50 (juin 2008) et V15.52 (mi juillet 2008) Sage Entreprise - Version 15.50 (juin

Plus en détail

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance Règlement intérieur de la Commission de surveillance L a loi du 28 avril 1816 dote la Caisse des Dépôts et Consignations d un statut particulier destiné à assurer à sa gestion une indépendance complète

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES

CONDITIONS TARIFAIRES 2872855391694728728553911694728539475394728539169472891169%4728%53947539947%285394728539%1%694728728553911%694728539 4753985391647%285391694728728553911694728539472853916947287285539169472%8728553911694728539475394728%5391694728911694

Plus en détail

> Barème tarifaire applicable au 16 mai 2008. www.ca-sudrhonealpes.fr

> Barème tarifaire applicable au 16 mai 2008. www.ca-sudrhonealpes.fr Extrait des conditions générales de banque > Barème tarifaire applicable au 16 mai 2008 www.ca-sudrhonealpes.fr Au Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, nos engagements en matière de transparence se traduisent

Plus en détail

CONDITIONS & TARIFS (hors taxes) au 01/01/2014 PRINCIPALES OPÉRATIONS APPLICABLES AUX DISTRIBUTEURS ET PARTENAIRES

CONDITIONS & TARIFS (hors taxes) au 01/01/2014 PRINCIPALES OPÉRATIONS APPLICABLES AUX DISTRIBUTEURS ET PARTENAIRES CONDITIONS & TARIFS (hors taxes) au 01/01/2014 PRINCIPALES OPÉRATIONS APPLICABLES AUX DISTRIBUTEURS ET PARTENAIRES de Groupe VOLKSWAGEN France s.a. Document non publicitaire mis à disposition du public

Plus en détail

REGLEMENT FINANCIER FFCV- Règlement Financier validé à l assemblée générale du 12/12/04 page 1 sur 14

REGLEMENT FINANCIER FFCV- Règlement Financier validé à l assemblée générale du 12/12/04 page 1 sur 14 REGLEMENT FINANCIER page 1 sur 14 Article 1 - Objet Le Règlement Financier est établit conformément aux directives du Ministère chargé des Sports et à l article 107 du Règlement Intérieur de la FFCV En

Plus en détail

IMPORTANT À CONSERVER

IMPORTANT À CONSERVER IMPORTANT À CONSERVER FICHE CONSEIL : PRODUCTION ET EXPLOITATION DES FICHIERS EDI L utilisation des relevés de compte EDI : Si vous utilisez les relevés de compte EDI pour les intégrer dans un logiciel

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEOM

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEOM ÉDITION 2013 OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEOM RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 INSTITUT D ÉMISSION D OUTRE-MER Siège social 164, rue de Rivoli - 75001 Paris Tél. +33 1 53 44 41 41 Fax +33 1 44 87 99 62 Rapport

Plus en détail

Conditions et tarifs

Conditions et tarifs BANQUE ET ASSURANCES Conditions et tarifs Convention de compte de dépôt 1 er janvier 2013 3 > 4 > 5 > 7 > 8 > 9 > 11> Extrait standard des tarifs ouverture, fonctionnement et suivi de votre compte Ouverture,

Plus en détail

Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA)

Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA) TERMES DE REFERENCE Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA) TDR_Plan de Continuité de l Activité (PCA)

Plus en détail

Le guide tarifaire des principaux produits et services aux entreprises

Le guide tarifaire des principaux produits et services aux entreprises 2014 Le guide tarifaire des principaux produits et services aux entreprises Fonctionnement du compte Gestion à distance Gestion des flux Placements Investissements Conseils Extrait des conditions tarifaires

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-D-17 du 5 juillet 2012 relative à des pratiques relevées dans le secteur des moyens de paiements scripturaux (prélèvement, titre interbancaire de paiement, télérèglement,

Plus en détail

Gestion Comptable Sage 100

Gestion Comptable Sage 100 Gestion Comptable La réponse à tous les besoins comptables et financiers de l entreprise avec la richesse d une offre unique sur le marché. 1 SOMMAIRE 1.1. Le pôle comptable et Financier...3 1.2. Une couverture

Plus en détail

Communiqué de presse Nos très chères banques

Communiqué de presse Nos très chères banques Union Fédérale des Consommateurs QUE CHOISIR de Nouvelle-Calédonie 8 rue Lacave-Laplagne BP 2357-98846 NOUMEA CEDEX Tél/Fax : (687) 28.51.20 Courriel : contact@nouvellecaledonie.ufcquechoisir.fr Site :

Plus en détail

Politique de Rémunération

Politique de Rémunération Rémunération au titre de l exercice 2011 des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque de Natixis Le présent document a été établi en application

Plus en détail

Nouveau Programme 2010. Formation Monétique

Nouveau Programme 2010. Formation Monétique EESTEL vous propose en cette année 2010 une formation à la monétique rénovée, en fonction : - D une part, des nouvelles architectures fonctionnelles issues du SEPA et de l irruption de nouveaux Opérateurs

Plus en détail

Gilles Guitton. Président du Conseil de Direction Groupement des Cartes Bancaires "CB"

Gilles Guitton. Président du Conseil de Direction Groupement des Cartes Bancaires CB Enjeux et Défis de la Création du Marché Unique des Paiements en Europe (SEPA) pour les Systèmes de Cartes Gilles Guitton Président du Conseil de Direction Groupement des Cartes Bancaires "CB" 9 février

Plus en détail

Réseau national de courtage en travaux immobiliers Création d ambiances et vente de biens d équipement

Réseau national de courtage en travaux immobiliers Création d ambiances et vente de biens d équipement C r é e z v o t r e e n t r e p r i s e e n t o u t e c o n f i a n c e DEVENEZ COURTIER ACTIV TRAVAUX Une activité commerciale valorisante, d hommes et de femmes d action! DEVENEZ DISTRIBUTEUR ACTIV TENDANCES

Plus en détail

Implémentation de la RFC 1086 Mise au format XML de fichiers bancaires

Implémentation de la RFC 1086 Mise au format XML de fichiers bancaires Implémentation de la Mise au format de fichiers bancaires Felip Manyé i Ballester 19 mai 2009 1 / 32 Plan Cadre du TFE 1 Cadre du TFE Présentation de l entreprise Cadre technique 2 Description de la 3

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 7 bis du 15 septembre 2006 C2006-66 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l industrie du 13 juillet

Plus en détail

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise.

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. LES DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE L objet de ce rapport est de rendre compte aux

Plus en détail

Barème tarifaire applicable à partir du 1 er janvier 2015

Barème tarifaire applicable à partir du 1 er janvier 2015 Extrait * du Barème tarifaire applicable à partir du 1 er janvier 2015 Les prix sont nets de taxes sauf mention spécifique HT pour les services soumis à la TVA de plein droit. Entreprises *Portant sur

Plus en détail

Au service de l interbancarité The French interbank clearing consortium

Au service de l interbancarité The French interbank clearing consortium R A P P O R T A N N U E L 2 0 0 4 Au service de l interbancarité The French interbank clearing consortium 2004: Marcel Roncin Sylvain Omnes Sommaire 3 2004 : des objectifs atteints 2004: objectives reached

Plus en détail

Sécurité des Systèmes d Information Une politique simple pour parler à la Direction Générale De la théorie à la pratique

Sécurité des Systèmes d Information Une politique simple pour parler à la Direction Générale De la théorie à la pratique Sécurité des Systèmes d Information Une politique simple pour parler à la Direction Générale De la théorie à la pratique Sommaire Fondements d une politique de sécurité Les 9 axes parallèles d une politique

Plus en détail

Principales conditions tarifaires

Principales conditions tarifaires PROFESSIONNELS Principales conditions tarifaires Applicables au 1 er mai 2015 www.bnpparibas.net/entrepros BNP Paribas vous informe des principales évolutions tarifaires des produits et services pour l

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES SOLUTIONS DE MESSAGERIE COLLABORATIVE OFFRE CORPORATE

CONDITIONS PARTICULIERES SOLUTIONS DE MESSAGERIE COLLABORATIVE OFFRE CORPORATE CONDITIONS PARTICULIERES SOLUTIONS DE MESSAGERIE COLLABORATIVE OFFRE CORPORATE Définitions : Dernière version en date du 21 Avril 2011 Activation du Service : L activation du Service intervient à compter

Plus en détail

FINANCE ISLAMIQUE. Conditions et tarifs C M J N 67 68 51 47 C M J N 24 100 100 27

FINANCE ISLAMIQUE. Conditions et tarifs C M J N 67 68 51 47 C M J N 24 100 100 27 FINANCE ISLAMIQUE Conditions et tarifs 2011 C M J N 67 68 51 47 C M J N 24 100 100 27 Sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 FONCTIONNEMENT DU COMPTE 4 SUIVI DU COMPTE 4 INFORMATIONS ET DOCUMENTS 5 MOYENS

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI)

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) COMMUNIQUÉ 14-COM-002 14 juillet 2014 Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

LES TESTS. Les tests. Organisation d un projet de recette Les types de tests Les outils

LES TESTS. Les tests. Organisation d un projet de recette Les types de tests Les outils Les tests Organisation d un projet de recette Les types de tests Les outils Organiser le déroulement des tests Spécifier Exécuter les Cahiers de tests les Cahiers de tests Analyser les résultats Correction

Plus en détail

Atelier SwiftNet Mars 2010. La signature Personnelle Etebac 5 à SwiftNet

Atelier SwiftNet Mars 2010. La signature Personnelle Etebac 5 à SwiftNet ! Atelier SwiftNet Mars 2010 La signature Personnelle Etebac 5 à SwiftNet Sommaire Etebac 5 : les principes Signature Personnelle de Swift Synthèse Partage autour de la Signature Etebac 5 : les principes

Plus en détail

Extrait de nos références Ingénierie & Conseil

Extrait de nos références Ingénierie & Conseil Janvier 2003 Extrait de nos références Ingénierie & Conseil ATOS-INFOGERANCE Assistance technique sur les applications de gestion de titres ATOS-SEGIF Assistance Production et Système Analyse d exploitation

Plus en détail

TASK Santé : Le protocole Pésit /TCP-IP

TASK Santé : Le protocole Pésit /TCP-IP TASK Santé : Le protocole Pésit /TCP-IP Une offre de 4@xes Groupe I.T.A. C.B.V Ingénierie 2 Rue E. & A. Peugeot 92563 RUEIL MALMAISON Ingénierie 1 Préambule Au cours de ces dernières années, l avancée

Plus en détail

«SEPA : 1 ER FÉVRIER 2014, ENSEMBLE, ON Y SERA!» Virements et Prélèvements SEPA - Guide de migration

«SEPA : 1 ER FÉVRIER 2014, ENSEMBLE, ON Y SERA!» Virements et Prélèvements SEPA - Guide de migration «SEPA : 1 ER FÉVRIER 2014, ENSEMBLE, ON Y SERA!» Virements et Prélèvements SEPA - Guide de migration Introduction L échéance du 1 er Février 2014, date limite pour basculer vos virements et prélèvements

Plus en détail

sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE

sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE Ouverture, transformation, clôture 4 Relevés de compte 4 Tenue de compte 4 Services en agence 4-5 BANQUE À DISTANCE

Plus en détail

ENTREPRISES, PROFESSIONNELS ET ASSOCIATIONS

ENTREPRISES, PROFESSIONNELS ET ASSOCIATIONS BARÈME ENTREPRISES, PROFESSIONNELS ET ASSOCIATIONS CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AU 1 ER SEPTEMBRE 2013 (EN F.CFP - TSS 5 % INCLUSE) V2 1 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE > Ouverture,

Plus en détail