ATELIER 4 - STRUCTURER SA COMMUNICATION INTERNE ET EXTERNE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ATELIER 4 - STRUCTURER SA COMMUNICATION INTERNE ET EXTERNE"

Transcription

1 ATELIER 4 - STRUCTURER SA COMMUNICATION INTERNE ET EXTERNE Attention! Le présent document ne consiste pas une méthode et des outils «clés en main» de communication, mais un compte rendu des échanges réalisés lors de l atelier (avec quelques compléments et analyses). 1. OUTILS ET MOYENS DE COMMUNICATION INTERNE TYPE DE COMMUNICATION OUTILS INTERET / POINTS CLES FREINS / LIMITES AFFICHAGE Affiches papiers ou écran : indicateurs, actions, consignes, photos Mailing : actions, erreurs Utilisation d'un code couleur dédié "déchets" / "environnement" ou selon le message (prévention, information, action) Définition de logos / pictogrammes Objectifs de sensibilisation et d'information. A situer sur les zones de production de déchets. Communiquer sur des éléments concrets, compréhensibles et parlants. A accompagner de communication orale Ne pas fournir trop de messages ou d'affichage au risque de ne pas être lu. MANAGEMENT & ORGANISATIONNEL Réunion d'information (Comité de direction, QHSE, production, etc.) Groupes de travail Briefing quotidien (5min) Jeux/Concours interne Brainstorming Tableau de bord partagé Faire adhérer. Faire émerger des solutions. Echanger des informations. Maintien de la dynamique et du bon fonctionnement de la démarche. Valoriser grâce à un discours positif. Mise à jour régulière. Nécessite une adhésion et d'avoir un nombre significatif de participants. Formation

2 TYPE DE COMMUNICATION OUTILS INTERET / POINTS CLES FREINS / LIMITES Mail d info ou lettre interne sous forme de «communiqué» intégré dans l envoi des bulletins de paye COMMUNICATION GENERALE Livret et procédure d'accueil Permet de toucher tout le monde et d'avoir un premier niveau d'informations. Transmission orale nécessaire. Faire vivre ces outils régulièrement. Intranet Journal de l'entreprise Boite à idées 2. SYNTHESE DES OUTILS DE COMMUNICATION EN FONCTION DE LEUR OBJECTIF

3 3. QUESTIONS ET ALLEGATIONS INTERNES Objectif : Définir un argumentaire face aux salariés réticents à se mobiliser pour la démarche «PACTE -10% Déchets» «Les déchets, ce n est pas la priorité du moment, j ai déjà choses à faire!» Quelques éléments de réponses : Obtenir l adhésion par les chiffres Utiliser l argument de l argent économisé plutôt que les tonnes ou les kg. Savoir présenter les chiffres et les ramener à une échelle connue «Je préfère réduire de 10% la production de déchets sur les 10% que représente le poste de chutes plutôt que réduire de 1 la production globale» La démarche permet de réduire les coûts et donc d investir dans d autres actions, notamment l amélioration des conditions de travail Démontrer que ce n est pas une tâche supplémentaire mais une procédure globale qui permet d améliorer les conditions de travail des collègues C est un objectif de l entreprise donc une priorité globale Intégrer cette action dans les fiches de poste «Ce n est pas vous qui allez nous dire comment bien faire notre métier» Quelques éléments de réponses : Dans le cadre de l évolution de nos démarches internes, un regard externe et une actualisation de nos pratiques sont importants à mener Une évolution du poste et un environnement de travail propre permet de gagner du temps et d assurer de meilleures conditions et une meilleure sécurité Les échanges avec d autres entreprises ou d autres pratiques permettent d identifier des pistes d amélioration pouvant être mise en œuvre : par exemple, des formations et des retours d expériences permettent d améliorer nos compétences et d assurer une évolution professionnelle.

4 «C est bien mais où est mon intérêt individuel?» Quelques éléments de réponses : Le bénéfice économique : s il y a moins de dépenses liées aux déchets, cela permet potentiellement de proposer une prime accrue en fin d année ou l organisation d un évènement spécifique. Les économies permettent d aménager les conditions de travail et l aménagement des postes Participer à un challenge avec une récompense à la clé. Les différents registres à activer: «Vous faites des économies chez vous, faites-le aussi ici» Intérêt : la force de l évidence, la simplicité, le bon sens. Risque: se retrouver face à un salarié qui n est pas sensible aux questions d environnement et ne le fait pas chez lui. L intérêt n est pas direct pour le salarié dans l entreprise. Le salarié n est pas forcément le même chez lui et dans l entreprise. «Le mouvement est global» Intérêt : prendre part au mouvement mondial. Responsabilise le salarié. Risque : distanciation entre le temps de carrière qu il reste au salarié et la perspective à long terme. «Nos clients sont indifférents de notre démarche déchets, on devrait déjà s occuper d améliorer la qualité» Quelques éléments de réponses : Qualité et production de déchets sont liées Les clients sont de plus en plus attentifs au respect environnemental C est une démarche globale d entreprise, intégrant également un intérêt économique Si nous communiquons vers les clients, il faut d abord que la démarche soit solide en interne. Notre entreprise doit prendre part au mouvement global de réduction des déchets et communiquer sur ce sujet. A défaut, il y a un risque de se voir marginalisé. La démarche PACTE peut faire baisser les prix de revient et donc permettre d obtenir de nouveaux clients. Risque : Les clients pourraient demander à voir la facture diminuer si les coûts de production sont en baisse!

5 Autres leviers et actions Utiliser la voie hiérarchique pour mobiliser les encadrements des personnes et fixer des objectifs Valoriser les personnes en leur donnant un rôle dans la démarche (pilote, ambassadeur, etc.) en les intégrant dans un groupe de travail ou lors de réunions avec la Direction Utiliser des jeux ou challenges avec des objectifs à atteindre et un lot Faire œuvre de pédagogie : expliquer les intérêts Utiliser des personnes d'autres entreprises déjà engagées : par exemple un responsable maintenance vient parler aux autres responsables maintenance. Accepter de ne pas mobiliser toutes les personnes : pour certains cela ne représente vraiment pas assez d intérêt ; tant pis.

6 4. OUTILS DE COMMUNICATION EXTERNE Extrait de la norme ISO :2006 «Management environnemental Communication environnementale Lignes directrices et exemples»

7

8

Comment motiver ses salariés autour d un projet de développement durable?

Comment motiver ses salariés autour d un projet de développement durable? Comment motiver ses salariés autour d un projet de développement durable? Julie DUMONT, Chef de projet Formation/sensibilisation Auxilia Avec le parrainage de En partenariat avec 2 Déroulement 1) Quel

Plus en détail

Baromètre Planète & Société. Nous mesurons nos performances en développement durable

Baromètre Planète & Société. Nous mesurons nos performances en développement durable Baromètre Planète & Société Nous mesurons nos performances en développement durable Une approche intégrée du développement durable Une nouvelle situation pour notre planète Les initiatives sur lesquelles

Plus en détail

ECO PERFORMANCE ATELIERS DEVELOPPEMENT DURABLE TPE - PME

ECO PERFORMANCE ATELIERS DEVELOPPEMENT DURABLE TPE - PME ATELIERS DEVELOPPEMENT DURABLE TPE - PME développement durable Comprendre les enjeux et fondamentaux d une démarche de Développement Durable applicable aux TPE / PME. Découvrir les impacts environnementaux

Plus en détail

Développons ensemble nos compétences...

Développons ensemble nos compétences... Développons ensemble nos compétences... Les points essentiels de la mise en oeuvre d'une démarche de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) pour les différents acteurs de l entreprise

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 10/07/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d équipe autonome I OBJECTIF

Plus en détail

ENTREPRISE EN SANTÉ : Investir dans la santé de vos employés, un choix qui rapporte!

ENTREPRISE EN SANTÉ : Investir dans la santé de vos employés, un choix qui rapporte! ENTREPRISE EN SANTÉ : Investir dans la santé de vos employés, un choix qui rapporte! economie.gouv.qc.ca/mpa_entsante CAHIER D ACTIVITÉS Module module 1 Les enjeux de la santé globale et ses effets sur

Plus en détail

Programme Moussanada Textile-habillement Segment : Amont Module : Cœur de production Action : Poste de travail et gestion de la production - Tissage

Programme Moussanada Textile-habillement Segment : Amont Module : Cœur de production Action : Poste de travail et gestion de la production - Tissage Programme Moussanada Textile-habillement Segment : Amont Module : Cœur de production Action : Poste de travail et gestion de la production - Tissage TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTATS... 2 INDICATEURS

Plus en détail

Typologie et définitions retenues par l OPCA

Typologie et définitions retenues par l OPCA Ce projet est financé par le Fonds social européen GPEC, GPECT, GTEC Typologie et définitions retenues par l OPCA 2013 Page 2 La GPEC T : quelques principes qui font consensus La GPEC T permet de dépasser

Plus en détail

Retour d expérience sur la mise en œuvre d une démarche d ergonomie participative au sein du service de Réanimation Polyvalente

Retour d expérience sur la mise en œuvre d une démarche d ergonomie participative au sein du service de Réanimation Polyvalente Retour d expérience sur la mise en œuvre d une démarche d ergonomie participative au sein du service de Réanimation Polyvalente Dr Lazarovici S. Equipe du service de Réanimation/Surveillance continue Paris

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Source : GARF Basse-Normandie 1/6

RESSOURCES HUMAINES. Source : GARF Basse-Normandie 1/6 RESSOURCES HUMAINES Source : GARF Basse-Normandie 1/6 Le mot du président La pratique des entretiens individuels annuels est un outil de management. Ce type d appréciation de l activité et de l implication

Plus en détail

/ Classification action : / Constats : BONNE PRATIQUE : RÉALISER UN DIAGNOSTIC PACKAGE : I EFFICIENCE : 38% MESURE D ACCOMPAGNEMENT COMMUNICATION

/ Classification action : / Constats : BONNE PRATIQUE : RÉALISER UN DIAGNOSTIC PACKAGE : I EFFICIENCE : 38% MESURE D ACCOMPAGNEMENT COMMUNICATION / Classification action : DOMAINE(S) D ACTION APPROVISIONNEMENT PRÉPARATION DISTRIBUTION MESURE D ACCOMPAGNEMENT COMMUNICATION BONNE PRATIQUE : RÉALISER UN DIAGNOSTIC PACKAGE : I EFFICIENCE : 38% / Constats

Plus en détail

GESTION QUALITE. Barbara DUBOIS Stratégie et Management de territoires LA GESTION QUALITE. Une démarche de clarification et de lisibilité

GESTION QUALITE. Barbara DUBOIS Stratégie et Management de territoires LA GESTION QUALITE. Une démarche de clarification et de lisibilité Barbara DUBOIS Stratégie et Management de territoires LA GESTION QUALITE Une démarche de clarification et de lisibilité Pourquoi une démarche qualité? Définition : quelle est notre définition? Les Cités

Plus en détail

JE SUIS CADRE DE SANTÉ. Elections CTE/CAP

JE SUIS CADRE DE SANTÉ. Elections CTE/CAP JE SUIS CADRE DE SANTÉ Elections CTE/CAP le 4 Décembre 2014 Lettre aux Cadres de Santé L encadrement vit dans un climat de déstabilisation : la nouvelle organisation de l hôpital, des structures sociales

Plus en détail

- FORMATION - Mener un entretien d évaluation annuelle. CEFOR Module de formation interne

- FORMATION - Mener un entretien d évaluation annuelle. CEFOR Module de formation interne - FORMATION - Mener un entretien d évaluation annuelle CEFOR Module de formation interne Introduction La formation «entretien annuel d évaluation» a pour but de donner aux managers les techniques et outils

Plus en détail

Les mutations de la logistique du textile habillement en France. Katy CABARET ESTA (Belfort)

Les mutations de la logistique du textile habillement en France. Katy CABARET ESTA (Belfort) Les mutations de la logistique du textile habillement en France Katy CABARET ESTA (Belfort) 1 Problématique Contexte socio-économique de la filière textile-habillement marqué depuis la fin des années 70

Plus en détail

Une expertise CHSCT : le cas T

Une expertise CHSCT : le cas T Une expertise CHSCT : le cas T Centres de Services Partagés Février 2014 Le cas T Fin 2011, la direction de T annonce un projet de regroupement des services communication, formation, administration de

Plus en détail

CHARTE POUR UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE QUALITE EN ARIEGE

CHARTE POUR UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE QUALITE EN ARIEGE Département de l Ariège CNATP de l Ariège CAPEB de l Ariège Conseil Général de l Ariège Agence Adour Garonne Association des Maires de l Ariège Syndicat Mixte Départemental d Eau et d Assainissement Syndicat

Plus en détail

Département de la Seine-Maritime. Accompagnement Socioprofessionnel Renforcé en Association Intermédiaire (ASPRAI)

Département de la Seine-Maritime. Accompagnement Socioprofessionnel Renforcé en Association Intermédiaire (ASPRAI) Département de la Seine-Maritime Accompagnement Socioprofessionnel Renforcé en Association Intermédiaire (ASPRAI) 2017-2019 Accompagnement Socioprofessionnel Renforcé en Association Intermédiaire (ASPRAI)

Plus en détail

LES ENJEUX DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

LES ENJEUX DU DÉVELOPPEMENT DURABLE LES ENJEUX DU DÉVELOPPEMENT DURABLE 10 pays se partagent 60 % des réserves d eau douce 1,1 kg de déchets/ jour / Français En France, 620 km² de sols naturels sont urbanisés par an 20 % de la population

Plus en détail

L association ADALEA recrute son équipe d encadrement pour le service Emploi Formation des côtes d Armor

L association ADALEA recrute son équipe d encadrement pour le service Emploi Formation des côtes d Armor ND/OE/178 30 bis rue du Docteur Rochard 22001 SAINT-BRIEUC CEDEX 1 02.96.77.05.50. OFFRES D EMPLOI Date d affichage : 05 mars 2014 Retrait affichage : 31 mars 2014 L association ADALEA recrute son équipe

Plus en détail

Module «La cartographie des processus de l entreprise» Université du Québec Jacques Despatis 1

Module «La cartographie des processus de l entreprise» Université du Québec Jacques Despatis 1 Module «La cartographie des processus de l entreprise» Université du Québec Jacques Despatis 1 «La cartographie des processus» La cartographie des processus de l entreprise: La cartographie des processus

Plus en détail

Dans le cadre de l évaluation des pratiques professionnelles (EPP)

Dans le cadre de l évaluation des pratiques professionnelles (EPP) LE GROUPE D ECHANGE DE PRATIQUES NOTRE EXPERIENCE Dans le cadre de l évaluation des pratiques professionnelles (EPP) Dr Frey-Himbert, Dr Babin, Dr Beaugerie,Dr Bergey, Dr Guevel, Dr Guevel-Lebas, Dr Guiot,

Plus en détail

Mise en œuvre de l entretien de seconde partie de carrière

Mise en œuvre de l entretien de seconde partie de carrière Mise en œuvre de l entretien de seconde partie de carrière L entretien annuel d évaluation et d accompagnement et l entretien de seconde partie de carrière : deux dispositifs aux finalités différentes

Plus en détail

La gestion associative

La gestion associative DISPOSITIF REGIONAL DE FORMATIONS DES BENEVOLES ASSOCIATIFS La gestion associative CONTENUS DES FORMATIONS Être bénévole Être employeur Gérer les finances de son association Optimiser l'organisation de

Plus en détail

LES OBJECTIFS MFBEAU/ B MOY/MAI 2011

LES OBJECTIFS MFBEAU/ B MOY/MAI 2011 LES OBJECTIFS MFBEAU/ B MOY/MAI 2011 OBJECTIFS D APPRENTISSAGE Utiliser des méthodes pour organiser ses apprentissages et son travail Savoir formuler des objectifs personnels dans une dynamique d évolution

Plus en détail

CHARTE DE PROMOTION DE L ALTERNANCE EN ISERE

CHARTE DE PROMOTION DE L ALTERNANCE EN ISERE CHARTE DE PROMOTION DE L ALTERNANCE EN ISERE 2012 2015 CHARTE DE PROMOTION DE L ALTERNANCE EN ISERE Préambule L alternance, dispositif centré sur un contrat de travail, permet au salarié de suivre une

Plus en détail

EvRP Séminaire du 14/02 H. Rivières, chargé de domaine RH I. Cohen, chef de projet EvRP V. Pacatte, experte fonctionnelle

EvRP Séminaire du 14/02 H. Rivières, chargé de domaine RH I. Cohen, chef de projet EvRP V. Pacatte, experte fonctionnelle EvRP Une solution pour le pilotage de vos actions de prévention Séminaire du 14/02 H. Rivières, chargé de domaine RH I. Cohen, chef de projet EvRP V. Pacatte, experte fonctionnelle Amue - 2013 SOMMAIRE

Plus en détail

PLAN DE DEVELOPPEMENT PERSONNEL

PLAN DE DEVELOPPEMENT PERSONNEL PLAN DE DEVELOPPEMENT PERSONNEL Au départ d une formation, les participants n ont pas forcément le même niveau de compétences par rapport aux thèmes abordés. C est la raison pour laquelle nous les invitons

Plus en détail

sciences et technologie

sciences et technologie Informer et accompagner les professionnels de l éducation Cycles 2 4 sciences et technologie Inscrire son enseignement dans une logique de cycle Outil d aide à la réflexion des équipes pédagogiques pour

Plus en détail

L encadrant et le responsable d unité d intervention sociale

L encadrant et le responsable d unité d intervention sociale L encadrant et le responsable d unité d intervention sociale Un ACTEUR de la mise en œuvre de l action sociale et médico-sociale qui tend à promouvoir l autonomie et la protection des personnes, la cohésion

Plus en détail

du 6 mars 2014 Accompagner le développement d une agriculture durable

du 6 mars 2014 Accompagner le développement d une agriculture durable Comité de programmation Leader du 6 mars 2014 Accompagner le développement d une agriculture durable Intitulé du projet Accompagner le développement d une agriculture durable Année 2014 Nom du maître d

Plus en détail

Technicien administratif et comptable niveau 3

Technicien administratif et comptable niveau 3 LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Technicien administratif et comptable niveau 3 EVALUATION GDI DU SALARIE Technicien administratif et comptable niveau 3 NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule

Plus en détail

Fiche de poste. Catégorie et/ou corps de référence : Catégorie A

Fiche de poste. Catégorie et/ou corps de référence : Catégorie A Correspondance MEEDDM : Intitulé du poste : Responsable Pôle Contrôle des Engagements Famille : Correspondance RIME : Responsable de l activité de contrôle Catégorie et/ou corps de référence : Catégorie

Plus en détail

Périodes de Formation en Milieu Professionnel

Périodes de Formation en Milieu Professionnel PRÉAMBULE Les périodes de formation en milieu professionnel doivent participer activement à l acquisition des compétences du référentiel. Elles font l objet d une évaluation certificative. Les 22 semaines

Plus en détail

REUNION D INFORMATION

REUNION D INFORMATION REUNION D INFORMATION Jeudi 8 décembre 2011 RE(MOTIVEZ) VOS EQUIPES En partenariat avec Avec le soutien P02 PERFORMANCE PME (RE) MOTIVEZ VOS EQUIPES Michel RODRIGUEZ IMPLICATION - NEODEAL michel.rodriguez@implication.fr

Plus en détail

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL Comment organiser. Réunions d information Septembre-octobre 2015

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL Comment organiser. Réunions d information Septembre-octobre 2015 L ENTRETIEN PROFESSIONNEL Comment organiser et réussir ce nouveau challenge? Réunions d information Septembre-octobre 2015 Programme de la réunion 1. Rappels réglementaires 2. La mise en œuvre de l entretien

Plus en détail

Rencontre annuelle des collectivités écoresponsables en Midi-Pyrénées. La mobilisation des équipes

Rencontre annuelle des collectivités écoresponsables en Midi-Pyrénées. La mobilisation des équipes Rencontre annuelle des collectivités écoresponsables en Midi-Pyrénées La mobilisation des équipes RASSUREZ-VOUS Seuls les bébés mouillés aiment le changement. - Coluche 3 LES FREINS AU CHANGEMENT Quel

Plus en détail

FICHES OPERATIONNELLES DU TUTEUR : FORMATEUR ACCOMPAGNATEUR DU TERRAIN

FICHES OPERATIONNELLES DU TUTEUR : FORMATEUR ACCOMPAGNATEUR DU TERRAIN FICHES OPERATIONNELLES DU TUTEUR : FORMATEUR ACCOMPAGNATEUR DU TERRAIN FICHE 1 : PREPARER MA MISSION TUTORALE Etablir la liste de tous les éléments à prendre en compte pour préparer ma mission Accueillir

Plus en détail

Le carnet sanitaire du bloc opératoire :

Le carnet sanitaire du bloc opératoire : Le carnet sanitaire du bloc opératoire : un outil de gestion des risques Journée e d éd échanges du réseau r ISO Sud-est 5 Avril 2012 Contexte Certification V2010 Conférence de consensus sur la gestion

Plus en détail

AMELIORER L EFFICACITE DE VOTRE FONCTION RH

AMELIORER L EFFICACITE DE VOTRE FONCTION RH AMELIORER L EFFICACITE DE VOTRE FONCTION RH DES TENDANCES ACCENTUEES PAR UN ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL EN CONSTANTE EVOLUTION LA FONCTION RH DOIT REPONDRE A DES EXIGENCES CROISSANTES EN TERMES

Plus en détail

LE CADRE REGLEMENTAIRE DES RPS

LE CADRE REGLEMENTAIRE DES RPS LE CADRE REGLEMENTAIRE DES RPS Le mardi 13 octobre 2015 Assurances des collectivités territoriales Le cadre règlementaire des RPS Les RPS comme risque professionnel La prévention des risques psychosociaux

Plus en détail

Défi Familles A Énergie Positive Edition 2013/2014

Défi Familles A Énergie Positive Edition 2013/2014 Défi Familles A Énergie Positive Edition 2013/2014 Présentation générale du projet En quoi ça consiste? Appliquer le protocole de Kyoto chacun à son échelle Mission : réaliser 8% d économies d énergie

Plus en détail

Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d accompagnement à la certification ISO 17020 V1998 TERMES DE RÉFÉRENCE

Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d accompagnement à la certification ISO 17020 V1998 TERMES DE RÉFÉRENCE Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d accompagnement à la certification ISO 17020 V1998 TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIFS... 2 CIBLE... 2 RESULTATS... 2 INDICATEURS D IMPACT... 2 PRE-REQUIS... 2

Plus en détail

L EVALUATION DES RISQUES ET LE DOCUMENT UNIQUE

L EVALUATION DES RISQUES ET LE DOCUMENT UNIQUE SOCIAL N 68 SOCIAL N 29 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 12 septembre 2002 L EVALUATION DES RISQUES ET LE DOCUMENT UNIQUE QUESTIONS REPONSES L évaluation des risques est une obligation pour

Plus en détail

Optimisez votre gestion de contenu avec la solution I-maj!

Optimisez votre gestion de contenu avec la solution I-maj! SOLSTYS Parc d activité Pégase 12 rue Fulgence Bienvenüe 22300 LANNION FRANCE Email : infos@i-maj.com Web : www.i-maj.com Tél : +33 810 06 40 47 Optimisez votre gestion de contenu avec la solution I-maj!

Plus en détail

GUIDE DE LECTURE VAP-VAE BEES1 AVIRON. MS-DEF - Décembre 2003

GUIDE DE LECTURE VAP-VAE BEES1 AVIRON. MS-DEF - Décembre 2003 GUIDE DE LECTURE VAP-VAE BEES1 AVIRON 1 CONSIGNES DE LECTURE Ce tableau comporte de gauche à droite 4 colonnes: Colonne activités: il s'agit des activités professionnelles de référence que l'animateur

Plus en détail

Témoignage sur la gestion d un projet: Intégration du nouvel agent

Témoignage sur la gestion d un projet: Intégration du nouvel agent Témoignage sur la gestion d un projet: Intégration du nouvel agent Témoignage du CPAS de Namur 20 octobre 2015 La Marlagne I. Contexte CPAS DE NAMUR: Environ 750 travailleurs répartis sur plusieurs sites

Plus en détail

Les enjeux et défis de l éthique, de l intégrité et du. professionnalisme orientés vers la responsabilité fiscale, la

Les enjeux et défis de l éthique, de l intégrité et du. professionnalisme orientés vers la responsabilité fiscale, la Les enjeux et défis de l éthique, de l intégrité et du professionnalisme orientés vers la responsabilité fiscale, la transparence et le développement Les règles de transparence et d éthique constituent

Plus en détail

2 Guide d accompagnement professionnel d un changement

2 Guide d accompagnement professionnel d un changement Introduction Le monde change et les organisations sont appelées à modifier leurs perceptions du changement si elles veulent relever les multiples défis posés par le marché du travail aujourd hui. Il importe

Plus en détail

Séance 4 : La gestion prévisionnelle des effectifs, des emplois et des compétences

Séance 4 : La gestion prévisionnelle des effectifs, des emplois et des compétences Séance 4 : La gestion prévisionnelle des effectifs, des emplois et des compétences Objectif : - savoir lire la partie «effectif» du bilan social - savoir faire la différence entre une référentiel poste

Plus en détail

SERVICES À LA PERSONNE

SERVICES À LA PERSONNE AGENCE NATIONALE DES Engagez-vous pour la qualité! Qu est-ce que la Qualité des services à la personne? Après un cycle de travail réunissant les représentants des offreurs, associations et entreprises,

Plus en détail

ACCOMPAGEMENT QUALITE 2016 DES OFFICE DE TOURISME

ACCOMPAGEMENT QUALITE 2016 DES OFFICE DE TOURISME ACCOMPAGEMENT QUALITE 2016 DES OFFICE DE TOURISME LA QUALITE OUTIL DE PILOTAGE ET D AMELIORATION CONTINUE Quels que soient les objectifs de l Office de Tourisme - obtenir le label Générosité de l accueil,

Plus en détail

MEGRET & Fils vous conseille une machine? Consultez ce guide pour mieux comprendre notre choix.

MEGRET & Fils vous conseille une machine? Consultez ce guide pour mieux comprendre notre choix. MEGRET & Fils vous conseille une machine? Consultez ce guide pour mieux comprendre notre choix. Parce que vous êtes très nombreux à connaître JUKI et que nous vous apportons de nombreuses solutions techniques

Plus en détail

Sommaire AVANT PROPOS... 8 INTRODUCTION... 9 1. LA FORMALISATION DES OBJECTIFS... 10. 1.1. Le contexte... 10. 1.2. Les objectifs...

Sommaire AVANT PROPOS... 8 INTRODUCTION... 9 1. LA FORMALISATION DES OBJECTIFS... 10. 1.1. Le contexte... 10. 1.2. Les objectifs... Sommaire Contenu AVANT PROPOS... 8 INTRODUCTION... 9 PREMIERE ETAPE : LA DEFINITION DES OBJECTIFS STRATEGIQUES DE L ADMINISTRATION FISCALE ET LA MISE EN PLACE D UNE ORGANISATION ADAPTEE POUR L ELABORATION

Plus en détail

Fiche pratique n 8. L entretien 2 ème partie de carrière. Finalité. Mode opératoire

Fiche pratique n 8. L entretien 2 ème partie de carrière. Finalité. Mode opératoire Finalité De quoi s agit-il? L entretien de seconde partie de carrière doit être mis en place dans toutes les entreprises de la Métallurgie et proposé aux salariés dans l année qui suit leur 45 ème anniversaire

Plus en détail

Financement de l efficacité énergétique

Financement de l efficacité énergétique Financement de l efficacité énergétique Leçons tirées de l essai de deux modèles de financement innovateurs Jonathan Morier Conférence AQME Avril 2016 À propos de TAF Conseil Municipal de Toronto a crée

Plus en détail

EDUCATEUR TECHNIQUE SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.3 : DOMAINES DE COMPETENCES

EDUCATEUR TECHNIQUE SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.3 : DOMAINES DE COMPETENCES Domaine de compétences 1 Accompagnement social et éducatif spécialisé Instaurer une relation Favoriser la construction de l'identité et le développement des capacités sociales et professionnelles Assurer

Plus en détail

Agr Eau Madon. Le Madon représente un enjeu pour l alimentation en eau potable

Agr Eau Madon. Le Madon représente un enjeu pour l alimentation en eau potable AGR EAU MADON Agr Eau Madon Protéger les eaux de surface, Pourquoi? Le Madon représente un enjeu pour l alimentation en eau potable C est un gros affluent de la Moselle qui alimente pour partie la ville

Plus en détail

PACTE MONDIAL. Communication sur le Progrès. Pacte Mondial / COP 2015 VF _ Juil. 2015 1

PACTE MONDIAL. Communication sur le Progrès. Pacte Mondial / COP 2015 VF _ Juil. 2015 1 PACTE MONDIAL Communication sur le Progrès 2015 1 Message de la Direction Générale, EFFICO a signé le Pacte Mondial des Nations Unies et s est engagé à en respecter les dix principes fondateurs sur la

Plus en détail

PROJET EDUCATIF ET SPORTIF ECOLE DE RUGBY DE L U.S.B

PROJET EDUCATIF ET SPORTIF ECOLE DE RUGBY DE L U.S.B PROJET EDUCATIF ET SPORTIF ECOLE DE RUGBY DE L U.S.B De tout temps, le rugby prône des valeurs humaines et collectives que nous retrouvons tant chez le pratiquant, que dans l entreprise et la société :

Plus en détail

Ensemble pour la prévention des risques Campagne «Lieux de travail sains» 2012-13

Ensemble pour la prévention des risques Campagne «Lieux de travail sains» 2012-13 Ensemble pour la prévention des risques Campagne «Lieux de travail sains» 2012-13 Frank Dehasque 25 avril 2012 Lancement de la campagne en Belgique Lieux de travail sains. Un acquis pour vous. Un atout

Plus en détail

Parcours de formation modulaire

Parcours de formation modulaire Parcours de formation modulaire CQPM 0265 : Technicien(ne) en gestion et administration des ressources humaines Public concerné Assistant(e) RH débutant dans le poste ou personne chargée de la gestion

Plus en détail

Séminaire Accompagnement pédagogique des enseignants chercheurs CARRY le ROUET Novembre 2011. ATELIER A Propositions exhaustives

Séminaire Accompagnement pédagogique des enseignants chercheurs CARRY le ROUET Novembre 2011. ATELIER A Propositions exhaustives Séminaire Accompagnement pédagogique des enseignants chercheurs CARRY le ROUET Novembre 2011 ATELIER A Propositions exhaustives Objectif des ateliers Objectif des ateliers Définir un socle commun : une

Plus en détail

Contenu des épreuves envisagées :

Contenu des épreuves envisagées : ATELIER SUR LES EPREUVES : Comme préalable, l équipe s est fixé pour objectif d établir une cohérence entre les deux épreuves terminales afin d établir une progression pédagogique et intellectuelle allant

Plus en détail

EVALUATION EXTERNE AU CENTRE HOSPITALIER DE ST-MARCELLIN - «Vivre l évaluation»

EVALUATION EXTERNE AU CENTRE HOSPITALIER DE ST-MARCELLIN - «Vivre l évaluation» EVALUATION EXTERNE AU CENTRE HOSPITALIER DE ST-MARCELLIN - «Vivre l évaluation» PELLERIN Christelle, responsable démarche qualité médico-social Centre Hospitalier de St-Marcellin Journée régionale 2015

Plus en détail

Marché de fourniture de mobilier pour l immeuble administratif du 121 avenue de France, Paris 13ème (environ 1 000 postes de travail)

Marché de fourniture de mobilier pour l immeuble administratif du 121 avenue de France, Paris 13ème (environ 1 000 postes de travail) Direction de l Immobilier, de la Logistique et des Transports Département de la Stratégie de l Immobilier Administratif Direction des Achats Marché de fourniture de mobilier pour l immeuble administratif

Plus en détail

Culture et Compétences numériques C2i. D1 Environnement numérique évolutif 21/10/2015 1

Culture et Compétences numériques C2i. D1 Environnement numérique évolutif 21/10/2015 1 Culture et Compétences numériques C2i D1 Environnement numérique évolutif 21/10/2015 1 C2 Cartographie 21/10/2015 2 Sommaire C2.1 Qu est ce que la cartographie? C2.2 Architecture d entreprise Application

Plus en détail

Expérimentation «Spasad» - Dossier de candidature

Expérimentation «Spasad» - Dossier de candidature Expérimentation «Spasad» Dossier de candidature Département d implantation du projet de Spasad Territoire couvert par le projet de Spasad Nom des différents services impliqués dans le projet de Spasad

Plus en détail

Le positionnement des cadres dans le système de management de la sécurité

Le positionnement des cadres dans le système de management de la sécurité D i r e c t i o n d e l a p r o p r e t é e t d u c a d r e d e v i e D i r e c t i o n d e s r e s s o u r c e s h u m a i n e s Le positionnement des cadres dans le système de management de la sécurité

Plus en détail

LA CULTURE ORGANISATIONNELLE ET LE RÔLE DES GESTIONNAIRES

LA CULTURE ORGANISATIONNELLE ET LE RÔLE DES GESTIONNAIRES LA CULTURE ORGANISATIONNELLE ET LE RÔLE DES GESTIONNAIRES Présentée par : Pierre Simard Samson, Loiselle et Associés Tous droits réservés. Ce manuel ne peut être reproduit en tout ou partie, sous aucune

Plus en détail

FORMATION ACTION La démarche TPM COMPRENDRE pour MIEUX PRODUIRE

FORMATION ACTION La démarche TPM COMPRENDRE pour MIEUX PRODUIRE FORMATION ACTION La démarche TPM COMPRENDRE pour MIEUX PRODUIRE DUREE : 10 jours FINALITE Dans le cadre de l optimisation de la production et, associés à la démarche globale de l'entreprise : donner les

Plus en détail

Le Code de Gouvernance d Entreprise: L expérience Libanaise. Gaelle Kibranian Le Mercredi 20 juin 2007 Tunisie

Le Code de Gouvernance d Entreprise: L expérience Libanaise. Gaelle Kibranian Le Mercredi 20 juin 2007 Tunisie Le Code de Gouvernance d Entreprise: L expérience Libanaise Gaelle Kibranian Le Mercredi 20 juin 2007 Tunisie PMEs au Moyen Orient en en Afrique du Nord Les PMEs représentent plus de 85% des compagnies

Plus en détail

www.legrenelle-environnement.fr

www.legrenelle-environnement.fr Restitution Groupe 6 - «Promouvoir des modes de développement écologiques favorables à la compétitivité et à l emploi» Nice Sophia Alpes maritimes lundi 8 octobre 2007 www.legrenelle-environnement.fr Améliorer

Plus en détail

Calcul mental en grande section

Calcul mental en grande section Calcul mental en grande section Les séances qui suivent sont une progression dans le domaine du calcul mental, dans une classe de grande section. Elles sont conduites avec un groupe de 6 élèves. Les quatre

Plus en détail

Classe de seconde : Pédagogie de projet sur le thème «Le diplôme : un passeport pour l emploi?»

Classe de seconde : Pédagogie de projet sur le thème «Le diplôme : un passeport pour l emploi?» Classe de seconde : Pédagogie de projet sur le thème «Le diplôme : un passeport pour l emploi?» Août 2011 Contexte et objectif Dans le cadre de la formation continue, comme l année précédente un groupe

Plus en détail

Charte de management des acteurs salariés du Secours Catholique

Charte de management des acteurs salariés du Secours Catholique Charte de management des acteurs salariés du Secours Catholique Le Secours Catholique a pour mission de faire rayonner la charité chrétienne, par la mise en œuvre d une solidarité concrète entre tous,

Plus en détail

Description des emplois-types

Description des emplois-types Service du personnel Rue Caroline 4 1014 Lausanne Présentation générale Description des emplois-types Département Politique des salariale finances et des relations extérieures 2009 Plan Description des

Plus en détail

Référentiel fonction / activités Educateur Technique Spécialisé

Référentiel fonction / activités Educateur Technique Spécialisé Référentiel fonction / activités Accompagnement éducatif de la personne ou du groupe Contribue à la mission institutionnelle par la mise en œuvre d activités techniques et professionnelles. Développe une

Plus en détail

La structure des représentations sociales de la médiation au Luxembourg et en Europe

La structure des représentations sociales de la médiation au Luxembourg et en Europe FLSHASE groupe de recherche EMACS (Educational Measurement and Applied Cognitive Science) La structure des représentations sociales de la médiation au Luxembourg et en Europe Claude Houssemand claude.houssemand@uni.lu

Plus en détail

Lettre de mission INSPECTEUR GENERAL

Lettre de mission INSPECTEUR GENERAL Lettre de mission INSPECTEUR GENERAL VALIDÉE LE NIVEAU : A RANG ADMINISTRATIF : A3 FAMILLE : MANAGEMENT I. VOLET TRANSVERSAL A. OBJECTIFS DE GESTION STRATEGIQUE Finalité Exercer le rôle d acteur essentiel

Plus en détail

compétences, pourquoi?

compétences, pourquoi? Notre profession entre l idl idéal et la réalitr alité Congrès s Sigop,Sidops Gérer et développer d des compétences, pourquoi? Esther Merino Arnedo Recherche, développement, conseil en entreprises Harmony

Plus en détail

Partie 1 : LA STRATEGIE ET LA CROISSANCE. Chapitre 4 : La croissance de l entreprise

Partie 1 : LA STRATEGIE ET LA CROISSANCE. Chapitre 4 : La croissance de l entreprise Partie 1 : LA STRATEGIE ET LA CROISSANCE Chapitre 4 : La croissance de l entreprise I- Définition de la croissance 1.1- Définition La croissance est un processus quantitatif d augmentation de la taille

Plus en détail

Mme Myriam Bertrand Ligne de Myr

Mme Myriam Bertrand Ligne de Myr Implication et motivation des Collaborateurs dans le contexte d une démarche de Management de la Qualité ou d excellence. Mme Ligne de Myr Consultante Formatrice Coach certifiée De la satisfaction des

Plus en détail

POL-01 Politique d évaluation du personnel d encadrement. Adoptée par le Conseil d administration le 19 juin 2000.

POL-01 Politique d évaluation du personnel d encadrement. Adoptée par le Conseil d administration le 19 juin 2000. POL-01 Politique d évaluation du personnel d encadrement Adoptée par le Conseil d administration le 19 juin 2000. POLITIQUE D EVALUATION DU PERSONNEL D ENCADREMENT 1 1. PRINCIPES DIRECTEURS - PRÉAMBULE

Plus en détail

LE BAROMÈTRE DES STARTUPERS Sondage de l Institut CSA pour Dell 17 mai 2016

LE BAROMÈTRE DES STARTUPERS Sondage de l Institut CSA pour Dell 17 mai 2016 LE BAROMÈTRE DES STARTUPERS Sondage de l Institut CSA pour Dell 17 mai 2016 FICHE TECHNIQUE - QUI SONT LES STARTUPERS INTERROGÉS? Méthodologie : enquête réalisée par téléphone du 11 au 21 janvier 2016

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTION

DESCRIPTION DE FONCTION DESCRIPTION DE FONCTION 1. Données d'identification Dénomination de la fonction : Coordination des projets pédagogiques Cocof Grade : Niveau rang : Niveau 1 Domaine d'activité : Enseignement Catégorie

Plus en détail

REFERENTIEL DU BAC PRO «COMMERCE»

REFERENTIEL DU BAC PRO «COMMERCE» REFERENTIEL DU BAC PRO «COMMERCE» Savoir- faire «Etre capable de» 2.4 Participer à la gestion et à la prévention des risques 2.4.1 Appliquer les règles d hygiène et de liées au personnel et aux clients

Plus en détail

Responsable d Unité Intervention Sociale en 2016. une période «singulière» P DEBIEUVRE Directeur Général Adapei Var-méditerrannée

Responsable d Unité Intervention Sociale en 2016. une période «singulière» P DEBIEUVRE Directeur Général Adapei Var-méditerrannée Responsable d Unité Intervention Sociale en 2016. une période «singulière» P DEBIEUVRE Directeur Général Adapei Var-méditerrannée Journée Unifaf - 25 février 2016 Le changement est atemporel et concerne

Plus en détail

Développement durable dans les structures petite enfance : Et si on passait aux couches lavables?

Développement durable dans les structures petite enfance : Et si on passait aux couches lavables? Développement durable dans les structures petite enfance : Et si on passait aux couches lavables? Les pratiques éco-responsables des professionnels et des parents dans les structures d accueil de jeunes

Plus en détail

Convention de collaboration inter établissements

Convention de collaboration inter établissements Convention de collaboration inter établissements Entre le lycée AGORA de Puteaux et le Lycée Table des matières 1 1.1 1.2 2. 2.1 2.2 3 3.1 3.2 4 5 5.1 5.2 Préambule Objectifs de la collaboration Objectifs

Plus en détail

Concevoir une séquence d apprentissage permettant de construire des connaissances, des capacités et des attitudes.

Concevoir une séquence d apprentissage permettant de construire des connaissances, des capacités et des attitudes. Concevoir une séquence d apprentissage permettant de construire des connaissances, des capacités et des attitudes. Christine Boidron-Jamet (CPC Tours Sud) Claire BEY (CPC Tours Nord) Mission Socle Commun

Plus en détail

Le Développement Durable. chez Europe Services Déchets. Le partenaire des Territoires Responsables

Le Développement Durable. chez Europe Services Déchets. Le partenaire des Territoires Responsables Le Développement Durable chez Europe Services Déchets Le partenaire des Territoires Responsables Le mot des Présidents EUROPE SERVICES GROUPE, acteur de référence dans les services liés à l environnement,

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EPREUVE

Plus en détail

Certificat de qualification professionnelle Maintenance des équipements de production de médicaments

Certificat de qualification professionnelle Maintenance des équipements de production de médicaments Certificat de qualification professionnelle Maintenance des équipements de production de médicaments CQP Maintenance des équipements de production des médicaments CQP Animation d équipe option maintenance

Plus en détail

Introduction au débat. «Améliorer l intégration des salariés pour favoriser une culture de prévention des risques»

Introduction au débat. «Améliorer l intégration des salariés pour favoriser une culture de prévention des risques» Introduction au débat Qu entend-on par «nouveau»? - salariés récemment embauchés sous CDD ou CDI - les stagiaires, les apprentis, les remplaçants, les intérimaires, les saisonniers - les personnes reprenant

Plus en détail

Charte du Salarié. Les valeurs de l entreprise

Charte du Salarié. Les valeurs de l entreprise Charte du Salarié Les valeurs de l entreprise W W W. S A F R A. F R 2 L EDITO LA CHARTE DU SALARIÉ Vincent Lemaire Président Didier Filipek Secrétaire J entends chaque jour parler des sociétés en termes

Plus en détail

L ENTRETIEN ANNUEL 3D ÉVALUATION

L ENTRETIEN ANNUEL 3D ÉVALUATION L ENTRETIEN ANNUEL 3D ÉVALUATION Septembre 2008 Sommaire 1. Pourquoi l Entretien Annuel d Evaluation? 4 2. Conseils pour préparer l entretien Focus sur l évaluation des compétences Focus sur la fixation

Plus en détail

La valorisation du potentiel d équipe

La valorisation du potentiel d équipe La valorisation du potentiel d équipe I. Introduction Lorsque l équipe commerciale est constituée, encore faut-il qu elle fonctionne bien et qu elle soit efficace, au regard des objectifs qui lui ont été

Plus en détail

Projet Prévention du Risque Chimique dans les TPE et PME

Projet Prévention du Risque Chimique dans les TPE et PME Projet Prévention du Risque Chimique dans les TPE et PME 2013 SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE 3 1.1. Introduction 3 1.2. Le cadre réglementaire 3 1.3. Les enjeux 3 1.4. Le constat 3 2. LES OBJECTIFS DE LA FORMATION

Plus en détail

1 La Maîtrise de la langue française

1 La Maîtrise de la langue française Les Items du SOCLE COMMUN DE COMPETENCES Collège Soualiga Janvier 2011 1A1 FRANCAIS HIST-GEO ANGLAIS ESPAGNOL MATHS P-C SVT TECHNO DESSIN MUSIQUE EPS 1 La Maîtrise de la langue française 2 La Pratique

Plus en détail