Quand la transformation devient création de valeur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quand la transformation devient création de valeur"

Transcription

1 par Paul PINTO Vice- Président Lausanne Consulting Auteur de La performance durable. Dunod 2003 La transformation est au cœur du travail des entreprises pour accroître leur compétitivité La pression s intensifie sur les entreprises pour croître plus vite et de façon plus profitable. D un côté, la globalisation de l économie pousse à une course à la taille. De l autre côté, les apporteurs de capitaux sont constamment à la recherche d une rémunération toujours plus élevée de leurs ressources investies. Enfin, l apparition de nouveaux compétiteurs chinois ou indiens, viennent perturber considérablement le jeu concurrentiel traditionnel en important des chaînes de valeur inédites. La croissance externe, l externalisation et la réduction des cycles sont les réponses les plus couramment apportées par les entreprises pour répondre à ce nouvel environnement. L externalisation transforme considérablement le cœur de métier des entreprises, les acquisitions accélèrent brutalement la croissance naturelle des organisations, les outils de gestion intégrée créent encore plus de pression sur le raccourcissement des cycles logisitiques. Au-delà de ce rapport de force somme toute, assez classique dans une économie de plus en plus ouverte, il peut arriver également, qu à cause de mauvais choix stratégiques, une entreprise doive accomplir un travail de redressement significatif et rapide. Quoi qu il en soit, la transformation est devenue une réalité quotidienne à laquelle le management doit faire face avec la prolifération des projets. Il n est pas rare, qu une entreprise gère simultanément plusieurs dizaines de projets de transformation. L accompagnement du changement n est donc plus une question isolée ou épisodique, à côté du fonctionnement opérationnel. Il a pris sa place au cœur de l entreprise pour devenir une véritable source de création de valeur «endogène», par le biais de plusieurs mécanismes : fluidité des projets, respect du «time to solution», alignement rapide des savoir-faire et des comportements, Pourtant, de nombreux projets de transformation s installent dans l inachèvement chronique. Quel que soit le sujet, les dirigeants, comme les experts, s accordent pour dire qu à peine un projet sur deux atteint ses objectifs. Le coût de cette contre-performance est élevé, même s il est rarement mesuré, parce qu il compromet dans certains cas «le roadmap» stratégique de l entreprise, dans un environnement où le rythme devient un facteur de succès majeur. Il ne s agit pourtant pas d une fatalité. Les théories et l expérience 1 de 15

2 en matière de conduite du changement ont atteint un niveau tel aujourd hui que l on maîtrise les principes-clés qui guident les transformations performantes. Nous nous limiterons à rappeler deux principes majeurs de management du changement, malheureusement encore trop souvent ignorés: adapter la démarche de changement à l environnement de l entreprise, et articuler vie du projet et gestion du changement. Nous verrons ensuite comment une entreprise, le Crédit Lyonnais, confrontée de manière brutale, à la question de sa propore survie, a entrepris un travail de renouvellement en profondeur de son positionnement, en intégrant la conduite du changement tout au long du processus de transformation. A chaque environnement sa démarche de changement La conduite du changement est de fait un exercice multi-disciplinaire qui fait agir plusieurs leviers, avec, pour chacun, des objectifs différents mais dont l action combinée produit le résultat souhaité :un changement réel et durable. Sept facteurs principaux constituent ce mix. Nous verrons plus bas que ce mix va varier selon l environnement dans lequel s inscrit le changement et le scénario qu il implique. De nombreuses démarches de changement ne sont conduites que sous un seul angle : la communication interne, la formation ou la gestion du calendrier, par exemple. A l inverse, certains projets n équilibrent pas assez les facteurs du mix : trop de communication interne et pas assez de pression sur le rythme, par exemple. Facteur Vision stratégique Ecoute feedback interne Communication interne Mobilisation des middle-managers Formation des collaborateurs Pression sur le rythme Mesure des résultats Objectif Elaborer la vision du changement : diagnostic, ambition, déroulement Evaluer le degré de mâturité face au changement Partager le projet et ses objectifs avec les collaborateurs Impliquer les middle-managers dans la mise en oeuvre Transférer les connaissances indispensables pour travailler dans le nouvel environnement Imposer un rythme soutenu de progression vers les objectifs Evaluer le degré d atteinte des résultats obtenus L adaptation à l environnement de l entreprise est la clé pour amorcer un projet de transformation de façon optimale. En l espèce, la volonté du dirigeant importe moins que le respect du scénario de transformation le mieux adapté à la situation que rencontre l entreprise. De nombreux projets ont échoué parce que la démarche choisie était inadaptée à l environnement. Il est faux par exemple de considérer que la vitesse est une condition de 2 de 15

3 succès universel. Il est faux également de penser qu il n y a de bonne gestion du changement que participative. Shématiquement, on peut distinguer quatre grands types de projets, selon leur dégré d urgence d une part et le périmètre de transformation qu ils impliquent : rupture, renouvellement, amélioration continue et adaptation sélective. Chacun d eux présente des caractéristiques propres qui impliquent une stratégie de changement spécifique. Toutefois, un même projet peut connaître plusieurs états différents au cours de son cycle de vie. Cela a été le cas au Crédit Lyonnais, après l arrivée de Jean Peyrelevade à la tête de la banque au cours de la période la plus sombre de son histoire. Il a commencé par une stratégie de rupture dont l objectif était de restaurer la trésorerie de la banque et a poursuivi par une stratégie de renouvellement pour améliorer la compétitivité d ensemble de la banque de détail, par un repositionnement en profondeur des métiers de base et une organisation complètement renouvelée. Périmètre du changement Renouvellement Rupture Large Etroit Amélioration continue Adaptation sélective * Recherche de résultats Lente Rapide les projets de rupture, sont les projets de transformation les plus lourds parce qu ils concernent à la fois un périmètre large et supposent des résultats rapides. Il s agit typiquement des situation de «dé-compétitivité» grave ou de détérioration de la situation financière qui mettent en péril l entreprise à court terme ; elles nécessitent des transformations radicales et rapides du modèle 3 de 15

4 économique dans sa globalité : cessions, restructuration, etc, Des entreprises françaises comme Vivendi Universal, France Telecom, Alstom, par exemple sont passées récemment par ces projets de rupture. Ils demandent donc une prise en main forte par le sommet et une mise sous tension de l organisation sur une période courte, avec en général une bonne acceptabilité interne. Cette bonne acceptabilité est en général liée à une bonne communication du diagnostic qui a mis en évidence l importance vitale de la transformation. A l inverse, le «participatif amical» dans ce type de projet, c est l enlisement assuré, selon le vieux mécanisme du «wishfull thinking». Le participatif ne provoque jamais de sentiment d urgence et installe chacun dans l idée que la situation n est pas si grave. Facteur Vision stratégique Ecoute feedback interne Communication interne Mobilisation des middlemanagers Formation des collaborateurs Pression sur le rythme Mesure des résultats Importance Négligeable Moyenne Négligeable les projets de renouvellement, dont les mécanismes, quoique parfaitement opposés, ont un point commun avec les projets de rupture. Ils cherchent tous deux à renforcer l avantage concurrentiel de l entreprise et s intéressent à l ensemble des compartiments de la performance : valeurs, hommes, marchés et métiers. Là s arrêtent leurs points communs. Leur grande différence, se situe sur l échelle temporelle des objectifs à atteindre. Autant les projets de rupture s inscrivent sur le court terme (l année fiscale, le plus souvent), autant les projets de renouvellement s inscrivent sur des horizons plus longs : trois à cinq ans en moyenne. Ils concernent par exemple, les entreprises publiques confrontées à l ouverture à la concurrence de leurs marchés (SNCF, EDF, La Poste, etc, ) préparent l entreprise à une modification structurelle de son environnement concurrentiel. Malgré ce que l on peut penser, les fusions acquisitions sont plus des projets de renouvellement que des projets de rupture. Ils s agit là non pas de projets réactifs, mais de projets proactifs. Parce qu ils contribuent à reconfigurer en profondeur le business model de l entreprise, ils demandent à la fois du temps et une participation forte des managers et collaborateurs. Cette dimension participative n est pas dictée par 4 de 15

5 une vision «humaniste» mais par la recherche du meilleur résultat. Le directif «à la hussarde», dans ce type de projet, c est le blocage assuré. De trop nombreux dirigeants ne laissent pas à leur organisation le temps d intégrer les transformations qui, au-delà de l apparence technique, sont d abord culturelles et agissent sur des croyances ou des habitudes profondément ancrées. Dans le même temps, les employés, qui ne comprennent pas la justification d une démarche «Top-down», se crispent sur leurs acquis et la transformation s installe dans une dialectique d affrontement. C est schématiquement ce qu il s est passé dans le cadre du projet Cap Client à la SNCF. L idée pertinente d introduire une logique client dans les structures et le fonctionnement de l entreprise s est dévoyée dans une approche strictement organisationnelle qui a enlisé le projet. Facteur Vision stratégique Ecoute feedback interne Communication interne Mobilisation des middlemanagers Formation des collaborateurs Pression sur le rythme Mesure des résultats Importance Moyen Moyen Moyen les projets d amélioration continue concernent le travail d amélioration permanente de la performance. L amélioration continue a été importée en France au travers des démarches Qualité, sous le nom de Kaizen. Ces projets s inscrivent dans la durée et sont rythmés par l introduction progressive de nouvelles méthodes, de nouvelles approches qui viennent se renforcer mutuellement : TPM, juste à temps, GPAO, équipes autonomes de production ont rarement été intégrés simultanément, mais successivement. La conduite du changement dans les projets d amélioration continue permet d optimiser la courbe d aprrentissage de chaque nouvelle méthode et d assurer le lien avec les méthodes existantes, dans la mesure où le surcroît de performance n est pas lié à chaque nouvelle méthode, considérée isolement, mais à l effet Incrémental sur le système. Par exemple, dans l industrie, les équipes autonomes de production accroissent l efficacité et la portée de TPM ou du Juste à Temps. 5 de 15

6 Facteur Vision stratégique Ecoute feedback interne Communication interne Mobilisation des middlemanagers Formation des collaborateurs Pression sur le rythme Mesure des résultats Importance Moyenne Moyenne Moyenne Elevée Moyenne Les projets d adaptation sélective, nécessitent une adaptation rapide d une partie du dispositif, par rapport à l introduction d une nouvelle méthode, une nouvelle technologie ou une nouvelle réglementation. C est le cas notamment lors de l introduction de nouvelles applications informatiques, ou lors de la mise en œuvre des normes comptables issues de Bâle 2 dans les institutions bancaires. Les projets d adaptation sélective concernent le plus souvent une population bien précise et homogène en termes de comportements et de savoir-faire (la comptabilité, le back-office, la maintenance,l informatique, ) et sont pris en main par les Directions concernées à partir de programmes de formation, qui constituent la pièce maîtresse du dispositif de transformation. Facteur Vision stratégique Ecoute feedback interne Communication interne Mobilisation des middlemanagers Formation des collaborateurs Pression sur le rythme Mesure des résultats Importance Faible Faible Moyenne Elevée La gestion combinée du cycle projet et du cycle de changement Parler de gestion du changement, prononcer le nom même de changement signifie que l on reconnaît l humain comme une dimension incontournable d un processus de 6 de 15

7 transformation. Dès lors, deux attitudes sont possibles. Celle qui consiste à considérer l humain comme quelque chose d inorganisé et d anarchique qui viendra bouleverser les plans, soit comme quelque chose d intelligent et de rationnel avec lequel il s agit de composer, une dimension que l on tentera de cerner, de comprendre pour mieux l apprivoiser. Cette deuxième approche est de toute évidence, celle qui aura le plus de chances d aboutir. En effet, lorsqu elle est oubliée ou malmenée, la dimension humaine fait souvent irruption dans les projets de transformation de façon aussi inattendue qu inamicale:conflits ouverts ou larvés, cynisme, fatalisme, viennent régulièrement gripper ou ralentir les processus parfaitement huilés de la transformation technicienne. Les sciences des organisations, dont les progrès se sont accélérées ces dix dernières années, nous ont appris que chaque collaborateur d une entreprise dispose d un potentiel de résistance, face à une transformation dont il pense, à tort ou à raison, qu elle constitue un danger par rapport à l équilibre qu il a patiemment construit, une menace sur les valeurs auxquelles il est attaché ou vis-à-vis des croyances sur lesquelles il a bâti son rapport quotidien au métier. Comprendre l univers de perceptions des collaborateurs (sytèmes de valeurs, aversion à l incertitude, ) est le plus sûr moyen de prédire leurs comportements futurs face au changement ( engagement, neutralité, attentisme, hostilité,..) et indirectement, les conséquences des ces comportements sur les résultats ( appropriation, respect des délais, résultats économiques,..). PERCEPTIONS COMPORTEMENTS RESULTATS C est vrai. Lorsque les collaborateurs ne sont que les spectateurs d une transformation dont la raison d être, autant que les objectifs leur échappent, ils sont effectivement capables de faire preuve d une mauvaise foi et d un obscurantisme désarmants pour la Direction Générale. Le niveau de qualification ou d études n a rien à voir 7 de 15

8 avec ce phénomène. L intégration du cabinet de conseil Ernst&Young par Gemini a été très longue et difficile et a décontenancé les dirigeants de Gemini, qui n imaginaient pas un tel niveau de «résistance au changement» chez des professionnels hautement qualifiés. A l inverse, les mêmes collaborateurs, placés en position d acteurs, sont capables de montrer une maturité et un pragmatisme particulièrement encourageants. La gestion combinée du cycle projet et du cycle de changement est possible, à condition de trouver les bonnes articulations entre eux (voir schéma ci-dessous). Cycle du projet Mesure RESULTAT Alignement DEPLOIEMENT Communication LANCEMENT DEGEL MOUVEMENT STABILISATION Cycle de changement Le redressement du Crédit Lyonnais : de la rupture au renouvellement : Une entreprise en perdition Après être devenue la première banque européenne, Le Crédit Lyonnais va connnaitre à partir de 1993 une véritable descente aux enfers. Les scandales (MGM, la Sasea, Pelege, Adidas, ) font la une de l actualité mediatico-financière et les engagements hasardeux dans l immobilier achèvent de fragiliser la plus célèbre banque française. Après le départ calamiteux de Jean-Yves Haberer, la fuite de messieurs Paretti et Fiorini, la débâcle de Bernard Tapie, La banque de la rue des Italiens est dans une posture pour le moins difficile. La tâche de Jean Peyrelevade est incommensurable. Sans le soutien de l Etat, 8 de 15

9 principal actionnaire, le Crédit Lyonnais est en faillite. En moins de deux ans, Jean Peyrelevade va travailler d arrache-pied pour nettoyer le bilan et restaurer la confiance avec les clients. En 1995, l incendie qui détruit la quasi-totalité du siège, boulevard des Italiens, donne comme un coup de grâce à la banque centenaire qui commencait à peine à retrouver ses forces : Le renouveau grâce au réseau de détail En 1993, Le réseau de détail du Crédit Lyonnais était le réseau bancaire le plus performant en France et en Europe, ceci pour deux raisons principales. Les emplacements des points de vente avaient été étudiés grâce à une méthode de géo-marketing particulièrement innovante. Le Crédit Lyonnais avait plusieurs années d avance en matière de banque à distance et d automatisation des tâches à faible valeur ajoutée. Lorsque Jean-Yves Durance a pris la tête du réseau de détail, son objectif a été de renforcer davantage ces avantages concurrentiels avec une ambition supérieure encore. Repenser en profondeur les métiers, l organisation, le rôle du management et l intégration des nouvelles technologies de communication. La puissance de ce projet résidait dans la vision systémique de la performance, dont l impact sur la rentabilité est multiplicatif, par le jeu combiné de plusieurs facteurs : L optimisation de l approche multicanal, La rationalisation du credit scoring Refonte des structures Séparation des réseaux des clientèles des particuliers, des professionnels et des entreprises Séparation du back-office et du front-office L optimisation du multicanal (agences, téléphone, électronique) devait permettre d offrir la bonne offre, au bon client avec le meilleur canal et au meilleur coût. Combinée à des technologies de gestion de la relation client, elle devait déboucher sur une meilleure utilisation des ressources commerciales. Elle impliquait de normer de façon plus précise la valeur ajoutée et le modèle économique et commercial de chaque canal, autant que les synergies entre canaux. La rationalisation du credit scoring, avait pour objectif de raccourcir les délais de réponses tout autant que la gestion préventive et curative du risque. La refonte des structures permettait d accroître la surface de contrôle de chaque échelon hiérarchique, avec pour effet mécanique d en réduire le nombre, avec à la clé une économie en technostrucuture. 9 de 15

10 La séparation des réseaux devait permettre d accroître le niveau d excellence opérationnelle du Crédit Lyonnais sur ses marchés tout en améliorant la capacité de contrôle et de pilotage sur chacun de ces marchés. La séparation du back-office et du front-office avait pour objectif d accroître la productivité administrative par l effet de regroupement (les équipes de back-office forment une communauté qui ne subit plus la pression quotidienne de l agence), la productivité commerciale par l effet de focalisation (les chargés de clientèle sont débarassés des tâches administratives) Facteur Impact majeur Approche multicanal Productivité commerciale Credit Scoring Délais profitabilité Refonte des structures Réduction des frais généraux Séparation des marchés Excellence opérationnelle Séparation back-office/front-office Productivité administrative Productivité commerciale Un déploiement en quatre phases. Jean-Yves Durance est chargé par Jean Peyrelevade de réaliser ce programme ambitieux, au moment où le pronostic sur l avenir du Crédit Lyonnais semble devenir plus réjouissant. Paradoxalement, ce contexte rend l exercice de transformation plus délicat. Après les années de tension liées à l incroyable effort accompli par chacun pour garantir la survie de la banque, la pression est retombée. La majorité des collaborateurs est convaincue que le pire est passé et que le Crédit Lyonnais va revenir à une «vie plus normale». Le renouvellement en profondeur en jeu au Lyonnais ne peut s accomplir sans l appui et la mobilisation des collaborateurs du réseau. Il devient évident qu à côté des projets évoqués plus haut, ce travail de renouvellement devait également sur une véritable démarche de conduite du changement. La conduite du changement a été conçue dès le départ comme une démarche d appui au processus de transformation en s intégrant au plus près des projets tout en leur fournissant un éclairage et des outils complémentaire pour à la fois sécuriser et accélerer la courbe d apprentissage. Cette apport s est déployé en quatre phases principales, qui s articulaient dans une période d un an et demi, compte-tenu du périmètre en jeu. La communication intensive et extensive 10 de 15

11 Un énorme travail a été accompli pour produire et diffuser la vision du changement. Ce travail s est accompli en trois temps : Un premier temps de réflexion stratégique sur la démarche d ensemble avec les managers clés du réseau, soit une trentaine de seniors-managers autour d une plate-forme de départ qui inclut un premier diagnostic, l ambition et les scénarios de déploiement. Un second temps de communication en cascade au sein des grandes unités du réseau et destinée aux middle-managers, grâce à un «road-show» d une trentaine de réunions sur l ensemble du territoire, en présence de Jean-Yves Durance. A ce stade, l ensemble des 1000 managers du réseau retail ont été toûchés par le message. Enfin, une plaquette de communication, destiné à l ensemble des collaborateurs du réseau achève ce premier travail. A ce stade, l ensemble des senoir-managers dispose d un niveau d information assez général et assez précis pour commencer à jouer un rôle efficace de relais et de régulation des craintes exprimées par leurs équipes. L écoute en profondeur Comprendre de façon précise les atttentes et les freins vis-à-vis du changement est considéré par la Direction du réseau comme une condition sine qua non pour sécuriser les prochaines étapes. Des entretiens individuels avec une vingtaine de managers complétés par une dizaine de réunions de groupe avec des collaborateurs commerciaux et administratifs permettent d élaborer une première cartographie qualitative des perceptions et attentes sur le projet. Un questionnaire précis qui porte sur les thèmes clés du projet est ensuite conçu: vision de l entreprise, perceptions sur le fonctionnement, contribution de la hiérarchie, pilotage de la performance, perception sur le projet de transformation. Le questionnaire est ensuite adressé à l ensemble des collaborateurs. Les résultats font l objet d une session de travail avec les managers-clés du réseau, afin d affiner le schéma de déploiement : programmation et articulation des différents projets, affinement du calendrier, populations-clés, plan d action des premiers mois. L intérêt des représentations graphiques utilisées pour restituer les résultats (voir ci-dessous un exemple de matrice Osggod/Lickert) résidait dans leur simplicité d utilisation. Elles permettaient «d un seul coup d œil», grâce à quatre quadrants, d identifer les principaux freins et points d appui à la transformation. Le travail de synthèse et d identifiacation des priorités s en trouvait grandement facilité. 11 de 15

12 Importance Elevée Zone de demande Zone d appui Faible Zone de rejet Zone d indifférence Négative Positive Perception L alignement des organisations et des pratiques Au Crédit Lyonnais, la question du plus petit niveau d assemblage s est très vite posée. En effet, le renouvellement de la Banque s est traduit par plusieurs projets qui devaient converger, comme nous l avons vu, vers un accroissement significatif de la performance et du positionnement concurrentiel de la banque. Mais pour y parvenir, il fallait trouver le meilleur moyen de les assembler. La question était d abord organisationnelle. La réponse a été de créer des Unités de Business très large (sept en tout) chargées d assurer l assemblage opérationnel de l ensemble des projets. La question est ensuite rapidement devenue une question de management. L assemblage supposait d élargir «l horizon de valeur ajoutée» des managers intermédiaires. Le risque par exemple, ne devait pas être de la responsabilité exclusive des managers engagements, mais devait se répartir intelligemment entre les ligne commerciales et administrative, la ligne engagement jouant un rôle d expert en premier et dernier ressort. Le passage d un nouveau modèle d organisation ou de performance nécessite l acquisition rapide des référentiels de management qui permettront aux managers intermédiaires d évoluer efficacement dans leur nouvel environnement et adapter les pratiques les mieux appropriées. L expérience montre qu en période de transformation, la diffusion de nouvelles normes, de pratiques performantes 12 de 15

13 accélère la courbe d apprentissage du nouveau modèle. En effet, si une petite minorité (autour de 5%) de managers parvient spontanément à identifier les pratiques le mieux adaptées à un environnement nouveau, l immense majorité a besoin de normes pour progresser. C est le principe de l alignement. La feuille de route (voir illustration ci-dessous) avait trois fonctions : Une fonction de référentiel dont la vocation était de définir les pratiques de management essentielles pour s inscrire dans le nouvel environnement. Par exemple, lors de la séparation du back-office et du front-office, les managers intermédiaires devaient évoluer dans deux métiers et des référentiels complètement rénovés, voire inédits. Il était donc indispensable de fournir à ces managers intermédiaires le bagage commun pour manager leur dispositif et lerus équipes dans ce nouvel environnement. Une deuxième fonction de suivi et d auto-diagnostic qui permettait aux middlemanagers (Directeurs d agence, par exemple), coachés par les senior-managers (Directeurs Commerciaux, par exemple) de définir un point de départ et une trajectoire d amélioration en termes de pratiques de management, sur la base du référentiel. Enfin, une troisième fonction de pilotage de l amélioration continue pendant la période de transformation. A intervalles réguliers, (tous les deux mois par exemple), les middle-managers rencontrent leurs senior managers afin de procéder à une revue des actions d amélioration engagées et leurs résultats. Sur cette base, iils décident ensemble quelles sont les priorotés pour les deux mois suivants. Un référentiel des nouvelles règles du jeu Un outil De suivi et d autodiagnostic Un processus de d améliration continue Exemple Grille PEC DELAIS PRIORITES MOYENS Développer l utilisation du TDB incidents Développer les compétences relationnelles des vendeurs Niveau de de préparation Niveau d engagement Favoriser la coopération transverse sur le budget Niveau de concrétisation 13 de 15

14 L adaptation des tableaux de bord En complément des nouveaux référentiels, le renouvellement en profondeur des tableaux de bord a constitué une phase décisive dans la transformation des pratiques et des comportements des managers intermédiaires. La mesure accélère et amplifie l acquisition des nouveaux référentiels, dans la mesure où elle les ancre dans la réalité quotidienne du travail de management. Comme nous l avons, vu l avons vu, l élargissement de «l horizon de valeur ajoutée» des managers intermédiaires, impliquait un élargissement des outils de mesure. Pour les commerciaux, par exemple, il fallait construire des indicateurs, qui leur faisaientt comprendre l interdépendance entre crédit et chiffre d affaires, afin d éviter qu ils ne se focalisent sur les produits d épargne, en chechant notamment à éviter l exposition au risque. De la même manière, il était utile de sensibiliser les managers de back-office aux indicateurs de satisfaction client (accueil, qualité, coût et délais, ) de manière à réduire leur propension naturelle à se protéger derrière le respect de la norme et accepter un peu plus de flexibilité. Performance RH Turnover et absentéisme Performance client Satisfaction, CA et fidélisation Performance des processus Qualité, coûts et délais Performance économique Marge opérationnelle Epilogue En quelques années, le Crédit Lyonnais a repris sa place de banque de premier rang, au moins à l echelle française. Plus encore, le modèle d organisation et de management mis en place pendant cette période de renouvellement a été imité quelques années par ses consoeurs les plus prestigieuses. Enfin, la bataille et la surenchère entre BNP et Crédit Agricole pour acquérir la Banque du Lion a sans doute été la meilleure reconnaissance pour le travail accompli par Jean Peyrelevade et Jean-ves Durance. 14 de 15

15 C est vrai, le management du changement exige plus des dirigeants. Parce qu il introduit du «désordre humain» dans des plans stratégiques bien ordonnés. Parce qu il introduit de l incertitude dans un monde que l on voudrait dominé par les certitudes, il rend l exercice de transformation certes plus complexe, mais paradoxalement plus robuste et pérenne. Lorsqu il ne se limite pas à «faire avaler la pilule», il peut alimenter de façon significativement le contenu même du projet et son rythme de progression. Dès lors, il devient créateur de valeur. 15 de 15

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE O Reilly Consultants est un cabinet de conseil en gestion des ressources humaines, formation et coaching qui vise à réconcilier l épanouissement individuel : Accompagner les individus dans la réappropriation

Plus en détail

Quel contexte pour la gestion des ressources humaines?

Quel contexte pour la gestion des ressources humaines? Quel contexte pour la gestion des ressources humaines? Dans le contexte actuel, les PME-PMI subissent de nombreuses contraintes : la mondialisation et la concurrence internationale, la nécessité d être

Plus en détail

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable?

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Lean Management : une stratégie de long terme Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Au cours de ces deux dernières années, les grandes entreprises du monde

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE Finance, Contrôle des Organisations Cette spécialisation se fonde sur la nécessité de prendre des décisions et/ou d organiser les différents processus au cœur de

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale

Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale Notre vision des enjeux et notre offre de service Septembre 2015 La révolution digitale est un challenge

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale Banque de détail Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale L évolution de l environnement et les enjeux dans la Banque de détail CENTRES D'APPELS Intensification du

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Mondialisation. Nouvelles technologies. «Nous parlons le même langage que nos clients, Directeurs de la. Course à la performance

Mondialisation. Nouvelles technologies. «Nous parlons le même langage que nos clients, Directeurs de la. Course à la performance Et si on rapprochait l Homme de l Entreprise! Mondialisation Nouvelles technologies Guerre des talents Course à la performance Cadre réglementaire Génération Y Nathalie LELONG Directrice du cabinet CO

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

Accompagnement RH des projets de transformation des organisations

Accompagnement RH des projets de transformation des organisations Accompagnement RH des projets de transformation des organisations La conduite d un projet de réorganisation : Un exercice complexe ET délicat! Confrontée à une dégradation continue de sa compétitivité,

Plus en détail

DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER

DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER Pour les banques, le papier devrait servir à imprimer des billets ; pas à en garder la trace dans

Plus en détail

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international 1 LES ENJEUX DE LA FONCTION R.H. Environnement : La mondialisation L accélération des changements L incontournable performance Le

Plus en détail

Décryptage. c o m p r e n d r e p o u r a g i r. Le coaching en individuel ou en équipe. Alain Boureau. Septembre 2006. Les Publications du Groupe BPI

Décryptage. c o m p r e n d r e p o u r a g i r. Le coaching en individuel ou en équipe. Alain Boureau. Septembre 2006. Les Publications du Groupe BPI Décryptage c o m p r e n d r e p o u r a g i r Le coaching en individuel ou en équipe Alain Boureau Septembre 2006 Les Publications du Groupe BPI Le coaching en individuel ou en équipe Premières ressources

Plus en détail

Dynamiser la performance commerciale des réseaux : une affaire de bonnes pratiques!

Dynamiser la performance commerciale des réseaux : une affaire de bonnes pratiques! Dynamiser la performance commerciale des réseaux : une affaire de bonnes pratiques! les facteurs exogènes n ont pas un pouvoir explicatif déterminant de l efficacité commerciale d un point de vente «j

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Conduite du Changement Maîtriser le changement et ses conséquences

Conduite du Changement Maîtriser le changement et ses conséquences Conduite du Changement Maîtriser le changement et ses conséquences Michel Viala MV Consulting Dave Cutler Synoptique Changement Changement de type 2 : - Structure - Organisation - Process - Culture - Accompagnement

Plus en détail

CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE. axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL

CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE. axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL SOMMAIRE Édito... page 3 Axiwell Financial Services... Exemples de missions réalisées... Nos offres spécifiques... Risques / Conformité / Réglementaire...

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together.

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together. Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante Delivering Transformation. Together. Sopra Steria Consulting est l activité Conseil du Groupe Sopra Steria. Présent

Plus en détail

agence marketing digital

agence marketing digital agence marketing digital www.digitall-conseil.fr 2 DIGITALL CONSEIL LE DIGITAL POUR TOUS «Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s

Plus en détail

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation Innovation Qu est-ce que l innovation? Une innovation est quelque chose : - de nouveau, de différent ou de meilleur (produit, service, ), - qu une entreprise apporte à ses clients ou à ses employés, -

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE LE MANAGEMENT STRATEGIQUE I. Introduction au management stratégique... 2 A. Cas de l entreprise Dell... 2 B. Définitions... 2 C. Les décisions stratégiques... 2 D. Processus d élaboration... 3 E. Impact

Plus en détail

"DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES"

DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES "DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES" ENQUÊTE RÉALISÉE PAR HOMMES & PERFORMANCE ET EMLYON BUSINESS SCHOOL EN PARTENARIAT AVEC L'APEC Juin 2011 OBJECTIFS DE L ÉTUDE

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

Human Relationship Management

Human Relationship Management Human Relationship Management LE MONDE CHANGE, LES ENTREPRISES AUSSI. Les transformations permanentes issues de la révolution digitale modifient profondément les Business Models des entreprises. Menaces

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

Comment réussir son projet de Master Data Management?

Comment réussir son projet de Master Data Management? Comment réussir son projet MDM? Table des matières Comment réussir son projet de Master Data Management?...... 2 Un marché en croissance..... 2 Les démarches qui réussissent... 2 A quels projets métiers

Plus en détail

60 salariés. 3 MINISTÈRE est une agence Web, experte en CRM, e-commerce, data et analytics. Elle compte à ce. jour 25 salariés.

60 salariés. 3 MINISTÈRE est une agence Web, experte en CRM, e-commerce, data et analytics. Elle compte à ce. jour 25 salariés. Laurent HABIB réunit les agences LIGARIS 1, PLAN CRÉATIF 2 et MINISTÈRE 3 pour créer la 1 ère agence globale indépendante du marché. Une agence de 180 personnes, à 60% digitale, intégrant tous les métiers

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE NOTE CONJONCTURELLE BANQUE Quel avenir pour les réseaux d agences des banques de détail? Quelles menaces pour l emploi? Première partie: Un contexte économique, technologique et réglementaire en mouvance,

Plus en détail

Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable

Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable Paris, le 17 mars 2011 Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable * Crédit Agricole S.A : premier groupe bancaire français à publier un plan stratégique en environnement

Plus en détail

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Une analyse de fond des forces en présence et des impacts en matière de développement pour les compagnies d assurances Un écosystème

Plus en détail

BusinessHIGHLIGHT L EXPÉRIENCE CLIENT : Inspirer. n 1022011 .../... UN LEVIER SIMPLE POUR SE DIFFÉRENCIER SOMMAIRE L APPARITION DE L EXPÉRIENCE CLIENT

BusinessHIGHLIGHT L EXPÉRIENCE CLIENT : Inspirer. n 1022011 .../... UN LEVIER SIMPLE POUR SE DIFFÉRENCIER SOMMAIRE L APPARITION DE L EXPÉRIENCE CLIENT BusinessHIGHLIGHT Inspirer L EXPÉRIENCE CLIENT : UN LEVIER SIMPLE POUR SE DIFFÉRENCIER L APPARITION DE L EXPÉRIENCE CLIENT SOMMAIRE L apparition de l expérience client Notre définition de l expérience

Plus en détail

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI NOTRE EXPERTISE Dans un environnement complexe et exigeant, Beijaflore accompagne les DSI dans le pilotage et la transformation de la fonction SI afin

Plus en détail

La transmission d entreprises

La transmission d entreprises La transmission d entreprises www.interface-entreprises.com Janvier 2013 Plan 1 2 3 4 5 1 Contexte et enjeux de la transmission d entreprises 2 Les motivations de la transmission 3 Les points clés du processus

Plus en détail

Le développement managériale

Le développement managériale Le développement managériale Comment et pourquoi le manager est au centre du processus Le concept managériale: «Business & People Partner partner: Business partner : participer à l efficacité et à la qualité

Plus en détail

Le partenaire des directions financières

Le partenaire des directions financières Le partenaire des directions financières IFRS due diligences transaction services direction financière fast close reporting controlling évaluation externalisation CSP business plan consolidation Notre

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

I) Le diagnostic externe

I) Le diagnostic externe Le diagnostic stratégique est la première étape de la démarche stratégique et consiste à analyser le diagnostic externe et interne de l entreprise. L analyse FFOM (SWOT) résume les conclusions de ces deux

Plus en détail

PM Ressources. Atelier 1: Devenez un As de la Communication. Les Ateliers du Coach

PM Ressources. Atelier 1: Devenez un As de la Communication. Les Ateliers du Coach de ht nive service de l entreprise du Coach Atelier 1: Devenez un As de la Communication progresser en communication et toute personne en situation de difficultés relationnelles Maîtriser les fondamentx

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Un outil pour les entreprises en réseau

Un outil pour les entreprises en réseau STRATEGIE COMMERCIALE : LA «MONTGOLFIERE», UN OUTIL D ANALYSE DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE DES ENTREPRISES EN RESEAU Executive summary La stratégie commerciale mise en place par les points de vente des

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Chapitre 6 La gestion des incidents Quelles que soient la qualité du système d information mis en place dans l entreprise ou les compétences des techniciens

Plus en détail

SIRET : 804253391 00010 RCS LYON TVA INTRACOMMUNAUTAIRE : FR 804253391 ORGANISME DE FORMATION AGREE 82691349869

SIRET : 804253391 00010 RCS LYON TVA INTRACOMMUNAUTAIRE : FR 804253391 ORGANISME DE FORMATION AGREE 82691349869 ECAM Expert SASU au capital de 150 000 euros 40, montée Saint Barthélemy, FR-69321 Lyon Cedex 05 Tél. : +33 (0)4 72 77 06 44 - Fax : +33 (0)4 72 77 06 11 www.ecam.fr SIRET : 804253391 00010 RCS LYON TVA

Plus en détail

«Identifier et définir le besoin en recrutement»

«Identifier et définir le besoin en recrutement» «Identifier et définir le besoin en recrutement» LES ETAPES DU RECRUTEMENT Le recrutement est une démarche structurée qui comporte plusieurs étapes aux quelles il faut attacher de l importance. La majorité

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Table des matières. Partie I Les enjeux 1. Avant-propos Préface Introduction. Chapitre 1 Les enjeux de l expérience client 3

Table des matières. Partie I Les enjeux 1. Avant-propos Préface Introduction. Chapitre 1 Les enjeux de l expérience client 3 Avant-propos Préface Introduction XV XVII XXI Partie I Les enjeux 1 Chapitre 1 Les enjeux de l expérience client 3 1. Une nouvelle ère du développement économique 3 1.1. La digitalisation de l économie

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

Recommandation Plan d actions Communication interne et externe SODRACO

Recommandation Plan d actions Communication interne et externe SODRACO Recommandation Plan d actions Communication interne et externe SODRACO Avant-propos Le cabinet d expertise-comptable SODRACO existe depuis 1974 et fêtera donc en 2014 ses 40 ans. Il a été fondé par Alain

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

ogiciel Véronique Messager

ogiciel Véronique Messager énie ogiciel Véronique Messager Préface de Bernadette Lecerf-Thomas Postface de Françoise Engrand Coacher une équipe agile Guide à l usage des ScrumMasters, chefs de projets, managers et de leurs équipes!

Plus en détail

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Optimind Winter respecte les meilleurs standards européens sur l ensemble des expertises associées à la chaîne des risques des organismes assureurs,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... Partie 1 : Parties prenantes et structures de gouvernances XV 1 Cartographie et attentes des parties prenantes... 9 I. Les apporteurs de capitaux... 10 A. Les actionnaires...

Plus en détail

Transcription médicale: comment faire le bon choix

Transcription médicale: comment faire le bon choix Transcription médicale: comment faire le bon choix La réduction des coûts et l optimisation des investissements sont des préoccupations majeures pour tout entrepreneur qui se respecte. À travers ce document,

Plus en détail

Cohésion et coaching d équipe

Cohésion et coaching d équipe Cohésion et coaching d équipe Institut du Selfcoaching Tél. : 09 75 61 33 17 Mob. 06 10 18 63 93 info@selfcoaching.fr www.selfcoaching.fr 1 Notre Vision du Coaching LE COACHING est un accompagnement sur

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS ACTIVISION Coaching : un cursus de formation complet accrédité ICF pour acquérir les compétences et la posture du coach professionnel. Une formation professionnelle, pour des professionnels, par des professionnels.

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Sept-13 DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Audit commercial Développement de réseau SERVICES Développement commercial Formation vente/négociation Formation management opérationnel Formation communication

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

Réussir l externalisation de sa consolidation

Réussir l externalisation de sa consolidation Réussir l externalisation de sa consolidation PAR ERWAN LIRIN Associé Bellot Mullenbach et Associés (BMA), activité Consolidation et Reporting ET ALAIN NAULEAU Directeur associé Bellot Mullenbach et Associés

Plus en détail

4 500 entreprises. 3 ème. 280 000 salariés gérés. collaborateurs. clientes. de bulletins produits par mois. partenaires. en france.

4 500 entreprises. 3 ème. 280 000 salariés gérés. collaborateurs. clientes. de bulletins produits par mois. partenaires. en france. Yourcegid RH Y2 1 Yourcegid Ressources Humaines Spécialiste des logiciels de gestion de la Paie et des Ressources Humaines, Cegid répond aux exigences de l entreprise d aujourd hui, quel que soit le secteur

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Energisez votre capital humain!

Energisez votre capital humain! Energisez votre capital humain! Nos outils, notre conseil et nos méthodologies permettent à nos clients «d Energiser leur Capital Humain». Qualintra est l un des leaders européens pour la mesure et le

Plus en détail

Réflexion stratégique

Réflexion stratégique Réflexion stratégique Principes généraux... 2 Diagnostic des domaines d'activité... 3 La segmentation... 3 Matrice des activités... 5 Diagnostic des ressources... 8 Fondamentaux... 8 Votre diagnostic de

Plus en détail

L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière.

L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière. L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière. La construction de l informatisation de la Chine est une stratégie nationale qui est directement liée avec la vitesse et

Plus en détail

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines?

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? DOSSIER SOLUTION Package CA Clarity PPM On Demand Essentials for 50 Users Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? agility made possible CA Technologies

Plus en détail

SOMMAIRE. L équipe pédagogique p. 2 Nous contacter p. 3. Cycle - Management

SOMMAIRE. L équipe pédagogique p. 2 Nous contacter p. 3. Cycle - Management SOMMAIRE L équipe pédagogique p. 2 Nous contacter p. 3 Cycle - Management CMM1 : Apprendre/renforcer son savoir être managérial p. 5 CMM2 : Améliorer sa relation à l autre pour mieux communiquer avec la

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Les pratiques du sourcing IT en France

Les pratiques du sourcing IT en France 3 juin 2010 Les pratiques du sourcing IT en France Une enquête Solucom / Ae-SCM Conférence IBM CIO : «Optimisez vos stratégies de Sourcing» Laurent Bellefin Solucom en bref Cabinet indépendant de conseil

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

Beyond business performance. Together. Accélération des délais de clôture

Beyond business performance. Together. Accélération des délais de clôture Beyond business performance. Together. Accélération des délais de clôture Enjeux L accélération des délais de clôture ou Fast Close s est tout d abord très largement répandu dans les grandes entreprises

Plus en détail

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE?

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE? Groupama Banque - Direction de la communication externe - Groupama participe à la protection de l'environnement en utilisant un site imprim vert et des papiers issus des forêts gérées durablement et en

Plus en détail

Maîtrise et réduction des coûts SI. Auralor - Performance et accompagnement opérationnel

Maîtrise et réduction des coûts SI. Auralor - Performance et accompagnement opérationnel Maîtrise et réduction des coûts SI Auralor - Performance et accompagnement opérationnel Activer votre Performance - Augmenter vos Profits Rémi JANELLE Associé, fondateur, Auralor (France, 1965) rjanelle@auralor.com

Plus en détail

Les fonctions de l entreprise 1

Les fonctions de l entreprise 1 Université de Tunis Institut Supérieur de Gestion de Tunis Département Management, RH et Droit Licence Fondamentale en Sciences de gestion 1 ère année Les fonctions de l entreprise 1 Objectifs d apprentissage

Plus en détail

Sopra Steria : effet consolidation

Sopra Steria : effet consolidation 26/05/2014 Cours : 82.5 Sopra Steria : effet consolidation Des récentes opérations de croissance externe des trois grands acteurs domestiques des services et conseils informatiques, celle de Sopra, offre,

Plus en détail

Les clés de la réussite

Les clés de la réussite Pierre ALARD Pierre-Arnaud GUGGÉMOS CRM Les clés de la réussite Préface de Patrick GOUNELLE Président de Ernst & Young Sommaire Remerciements...................................... 1 Préface.............................................

Plus en détail

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS Une enquête auprès des DAF et dirigeants de l industrie en France Paris, le 20 octobre 2010 Olaf de Hemmer International Business Manager Purchasing Department 16,

Plus en détail

Améliorer l efficacité de votre fonction RH

Améliorer l efficacité de votre fonction RH Améliorer l efficacité de votre fonction RH Des tendances accentuées par un environnement économique et social en constante évolution La fonction RH doit répondre à des exigences croissantes en termes

Plus en détail

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012 Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres 18 septembre 2012 Sommaire Communiqué de synthèse P. 1 Le projet de regroupement des fonctions support : un projet stratégique P.

Plus en détail

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012 Réunion SFAF Présentation des résultats annuels 2011/12 clos le 31 mars 2012 Agenda 1. Fiche d'identité de Solucom 2. Marché et activité de l'exercice 2011/12 3. Résultats financiers 2011/12 4. Alturia

Plus en détail

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches?

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches? Introduction UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES Comment les thèmes ont-ils été choisis? Sur base du diagnostic qualité des 5 CEFA du Hainaut Occidental, des marges de progrès

Plus en détail

La B.I. au secours des Managers de transition 72

La B.I. au secours des Managers de transition 72 T r i b u n e Depuis quelques années, la demande d interventions ponctuelles en Supply Chain est croissante. Améliorer la gestion des flux de l entreprise, piloter un projet ambitieux de restructuration

Plus en détail

Dossier de presse. Solucom dans le secteur de l énergie

Dossier de presse. Solucom dans le secteur de l énergie Dossier de presse Solucom dans le secteur de l énergie Solucom en quelques mots Solucom est un cabinet de conseil en management et système d information indépendant. Fondé en 1990, il est aujourd hui 3

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL

ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL DES MANAGERS ET DES DIRIGEANTS des démarches de croissance, d adaptation continue et de créativité dans des environnements et des marchés en mutation DIRIGEANTS ET MANAGERS EN

Plus en détail

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 24 mars 2008 RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE En 2008, La Banque Postale a confirmé sa place unique et singulière sur le marché de la banque de détail

Plus en détail

ATELIERS. Leadership & Talents Féminins

ATELIERS. Leadership & Talents Féminins ATELIERS Leadership & Talents Féminins Social Builder accompagne la féminisation du management par des ateliers et formations dédiés au développement de savoir-être et compétences relationnelles et humaines

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail