LA STRATEGIE DE L OREAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA STRATEGIE DE L OREAL"

Transcription

1 LA STRATEGIE DE L OREAL POUR CONQUERIR LE MARCHE INDIEN 06/2014 Auteurs : Floriane GALEAZZI Sous la direction de : Christian Harbulot Avertissement et Copyright Ce document d analyse, d opinion, d'étude et/ou de recherche a été réalisé par un (ou des) membre(s) de l Association de l Ecole de Guerre Economique. Préalablement à leurs publications et/ou diffusions, elles ont été soumises au Conseil scientifique de l'association. L'analyse, l'opinion et/ou la recherche reposent sur l'utilisation de sources éthiquement fiables mais l'exhaustivité et l'exactitude ne peuvent être garantie. Sauf mention contraire, les projections ou autres informations ne sont valables qu'à la date de la publication du document, et sont dès lors sujettes à évolution ou amendement dans Le contenu de ces documents et/ou études n'a, en aucune manière, vocation à indiquer ou garantir des évolutions futures. Le contenu de cet article n engage la responsabilité que de ses auteurs, il ne reflète pas nécessairement les opinions du(des) employeur(s), la politique ou l opinion d un organisme quelconque, y compris celui de gouvernements, d administrations ou de ministères pouvant êtres concernés pas ces informations. Et, les erreurs éventuelles relèvent de l entière responsabilité des seuls auteurs. Les droits patrimoniaux de ce document et/ou étude appartiennent à l'association, voire un organisme auquel les sources auraient pu être empruntées. Toute utilisation, diffusion, citation ou reproduction, en totalité ou en partie, de ce document et/ou étude ne peut se faire sans la permission expresse du(es) rédacteur(s) et du propriétaire des droits patrimoniaux. Association de l Ecole de Guerre Economique 1

2 Mots-clés Developpement international, pays émergent, luxe, cosmétiques Association de l Ecole de Guerre Economique 2

3 Test... Sommaire Table des figures... 4 EXECUTIVE SUMMARY... 5 Introduction... 7 Les spécificités du Marché cosmétique indien Des contraintes religieuses Les interdictions hindoues Leurs impacts sur la consommation Des contraintes culturelles Rituels de beauté La consommation masculine Contraintes commerciales et réglementaires Un modèle de distribution particulier Une réglementation peu contraignante Une stratégie concurrentielle : faire face aux compétiteurs Le rôle du management interne de l information dans la conquête du marché indien La R&D au cœur de la stratégie de l Oréal L Oréal en Inde : une stratégie à long terme S imposer localement Stratégie de communication et Marketing Conclusion ANNEXES Cartographie de l ensemble des marques détenues par le groupe l Oréal Bibliographie Association de l Ecole de Guerre Economique 3

4 Table des figures Figure 1- les segments de soins personnels en valeur... 8 Figure 2- présentation des principales marques de cosmétique en Inde Figure 3- Echiquier concurrentiel marché des cosmétiques indien Figure 4- évolution du nombre de centres commerciaux en Inde Figure 5- Vecteurs influant sur la consommation de cosmétiques et pyramide de Maslow Figure 6- cycle de veille chez l'oréal Figure 7- Réseau interne de veille Figure 8- localisation des infrastructures de l'oréal en Inde Figure 9- Comparaison de l'évolution du chiffre d'affaires pour l'asie, de l'amérique du Nord et l'europe de l'ouest Association de l Ecole de Guerre Economique 4

5 EXECUTIVE SUMMARY Cette étude cherche à identifier et à analyser la stratégie mise en œuvre par l Oréal en vue de conquérir le marché indien. Il s agit de répondre aux questions suivantes : Comment le leader mondial des cosmétiques aborde-il un nouveau marché? Quels sont les ressorts qui lui ont permit de s adapter aux exigences du consommateur indien? L Oréal parvient-il à se différencier de ses concurrents en Inde? Et quelles en sont les logiques? Pour ce faire il est nécessaire de clarifier les spécificités du marché des cosmétiques indiens puis d identifier, analyser et cartographier les différents vecteurs de leur stratégie d implantation de sa conception aux premières étapes de sa mise en œuvre. Notre approche se concentre sur les enjeux stratégiques de la pénétration d un nouveau marché, particulièrement imperméable. Tout au long de l étude, le principe de la triangulation a été appliqué à la collecte d'informations. Plutôt que de s'appuyer sur une source unique de données, l'information est généralement recoupée par plusieurs sources différentes et indépendantes permettant un résultat plus solide et fiable. Les sources d'informations utilisées ont été les suivantes: les données primaires collectées par les statistiques officielles des organismes internationaux et nationaux; des revues universitaires, des livres et des articles scientifiques particulièrement en sciences-politiques, gestion et en commerce/marketing ; mais également des journaux spécialisés (finances, cosmétiques) et la presse quotidienne. Le marché cosmétique indien est caractérisé par des contraintes réglementaires faibles, une taxation à l import dissuasive, une forte concurrence et un système de distribution éloigné des standards occidentaux. Il apparaît clairement que la majorité voir la totalité des produits cosmétiques occidentaux contiennent des substances animales dont l usage autant que leur origine vont à l encontre des principes de l Hindouisme. De plus, les rituels de beauté indiens appartiennent à une tradition millénaire qui associe étroitement la beauté et l équilibre intérieur issue de l Ayurveda qui les rend asexués. La stratégique concurrentielle de l Oréal est fondé sur son service de veille très développé qui a permis au groupe d envisager différents scénarii afin de se positionner en adéquation avec la demande mais également de façon différenciée visà-vis de ses concurrents. De plus, l Oréal est un groupe fortement orienté vers Association de l Ecole de Guerre Economique 5

6 l innovation, son département de recherche et développement a développé plusieurs produits spécifiquement pour le marché indien s inspirant des traditions de beauté locales. Le groupe a associé à ses innovations le développement d une image verte et éthique de produits composés uniquement d éléments naturels et respectant la nature afin de répondre aux exigences indiennes. La stratégie d implantation du groupe en Inde est différente de celle développée dans les autres pays d Asie. En effet, Le marché indien se distingue des autres marché asiatiques, où l Oréal peut s implanter en premier lieu par ses marques de luxe, il lui a fallut penser son implantation avec ses marques de milieu de gamme se fondant sur l éducation du consommateur. De plus, le marché des produits capillaires professionnels était quasi inexistant en Inde au milieu des années 1990, l Oréal a donc mis en œuvre une stratégie d influence à long terme pour créer une fidélité à ses marques tout en développant le secteur. Enfin, le groupe se distingue de ses concurrents par sa stratégie de communication différencié sur le marché indien. Association de l Ecole de Guerre Economique 6

7 Introduction L Inde est en passe de devenir le pays le plus peuplé au monde devant la chine (population totale de 1,17 milliard avec une croissance annuelle moyenne de 1,54%). Sa population est jeune : 82% des indiens ont moins de 45 ans et 55% moins de 25 ans. C est également un pays fédéral avec pas moins de quatorze langues officielles. En ce qui concerne la répartition de la population sur le territoire 32% des ménages vivent dans des zones urbanisées et 38% d entre eux disposent des revenus supérieurs contre 14% des ménages ruraux. Les ans représentent 25% de la capacité de consommation du pays, pour un marché global estimé à 300 millions d individus. Avec 3,5 milliards d'euros de chiffre d'affaire par an et une progression de 17% programmée jusqu'en 2015, l Inde est le 10e marché de la beauté, en valeur. Les 2/3 sont constitués par des produits d hygiène quotidienne tels que les produits nettoyant (savon, shampoing ) et les soins dentaires (dentifrice, bain de bouche ). Excepté ces deux catégories, le marché des cosmétiques indien est estimé à près de 800 millions d euros. Les soins corporels représentent la catégorie la plus conséquente en termes de valeurs suivie par les teintures pour cheveux. Enfin, le marché des produits masculins est en bonne position avec les crèmes pour visage, les produits nettoyants et les déodorants. Association de l Ecole de Guerre Economique 7

8 Figure 1- les segments de soins personnels en valeur 1 Déodorants et parfum 2% Soins pour hommes 9% Colora\on capillaires 5% Soins corporels 15% Shampoing 12% Soins dentaires 16% Soins lavants 39% Produits colorants 2% Un marché porteur repéré très tôt par le leader mondial des cosmétiques puisqu il y est présent depuis près de 20 ans. Confronté aux exigences indiennes il a fallut près de 10 ans avant que le groupe parvient à réellement s implanter parmi les acteurs majeurs du secteur. L'Oréal India existe depuis Aujourd'hui, la filiale indienne est présente dans tous les circuits de distribution avec 15 marques internationales sur le marché de la grande 1 AceGlobal, for Italian trade commission, The Cosmetic Sector in India, profile Association de l Ecole de Guerre Economique 8

9 consommation (L'Oréal Paris, Garnier, Maybelline New-York), dans les salons de coiffure (L'Oréal Professionnel, Matrix, Kérastase, Kéraskin Esthetics), dans la distribution sélective (Lancôme, Kiehl's, Yves Saint Laurent, Giorgio Armani, Ralph Lauren, Diesel) et dans les pharmacies (Vichy, La Roche-Posay) 2. Notre approche se concentre sur les enjeux stratégiques de la pénétration d un nouveau marché, particulièrement imperméable. Tout au long de l étude, le principe de la triangulation a été appliqué à la collecte d'informations. Plutôt que de s'appuyer sur une source unique de données, l'information est généralement recoupée par plusieurs sources différentes et indépendantes permettant un résultat plus solide et fiable. Les sources d'informations utilisées ont été les suivantes: les données primaires collectées par les statistiques officielles des organismes internationaux et nationaux; des revues universitaires, des livres et des articles scientifiques particulièrement en sciences-politiques, gestion et en commerce/marketing ; mais également des journaux spécialisés (finances, cosmétiques) et la presse quotidienne. Le terme de «stratégie» provient à l origine du vocabulaire militaire. Il a été emprunté par les économistes afin de signifier que la gestion de l économie procède comme les batailles militaires en se fixant des objectifs défendables et en étudiant toutes les possibilités afin de retenir celle qui correspondent le mieux aux objectifs fixés dans les délais impartis 3. En ce qui concerne les entreprises elle peut se décliner sous de multiples formes en fonction des enjeux (stratégie commerciale, stratégie marketing, stratégie technologique ). Pour cette étude nous considérons par stratégie : les objectifs et les scénarii choisis par l Oréal en vue de pénétrer le marché indien. Enfin, nous comprenons par marché des cosmétiques la vente de l ensemble des produits de beauté soit le maquillage, le parfum et les diverses crèmes pour visage et corps mais également les produits nettoyants (corps et cheveux) ainsi que les divers produits capillaires. Nos sources nous ont parfois forcées à faire la distinction entre «cosmétiques» et «produits de beauté». Dans ce cas, le terme cosmétique exclut les produits nettoyants (corps et cheveux). En revanche, nous ne tenons pas compte du segment des soins dentaires dans le cadre de cette étude car l Oréal y est totalement absent. 2 A propos de L Oréal India 3 Définition du terme stratégie issue du dictionnaire d économie contemporaine de Mokhtar Lakehal, Vuilbert, Paris, 2002, p 692 Association de l Ecole de Guerre Economique 9

10 Cette étude cherche à identifier et à analyser la stratégie mise en œuvre par l Oréal en vue de conquérir le marché indien. Il s agit de répondre aux questions suivantes : Comment le leader mondial des cosmétiques aborde-il un nouveau marché? Quels sont les ressorts qui lui ont permis de s adapter aux exigences du consommateur indien? L Oréal parvient-il à se différencier de ses concurrents en Inde? Et quelles en sont les logiques? Pour ce faire, il est nécessaire de clarifier les spécificités du marché des cosmétiques indiens puis d identifier, analyser et cartographier les différents vecteurs de leur stratégie d implantation, de sa conception aux premières étapes de sa mise en œuvre. Association de l Ecole de Guerre Economique 10

11 Les spécificités du Marché cosmétique indien Le marché cosmétique indien est peu perméable aux marques occidentales car l inde associe une conception particulière de l esthétique mêlant religion et tradition à un réseau de distribution complexe. La tradition cosmétique indienne est millénaire. Religion et rituels de beauté sont étroitement liés car l hindouisme témoigne d une conception holistique du corps, de l esprit et de l environnement qui sont indissociables. Ainsi, beauté intérieure et extérieure ne font qu un selon les rituels de beauté indien. C est donc une approche particulière de l esthétisme qui se couple avec un certain nombre d interdits religieux (notamment concernant l usage de substances animalières dans les produits). De plus, l Inde est un pays où les réseaux de distribution occidentaux n ont pas cours. Il existe très peu de centres commerciaux ou d équivalent à des grandes surfaces occidentales. Or, pour les marques occidentales l approche des petites échoppes et des Association de l Ecole de Guerre Economique 11

12 magasins de ville n est pas usuelle. C est donc l ensemble du marketing et de la stratégie de vente qui doit être repensé. Des contraintes religieuses Les interdictions hindoues L hindouisme comme la plupart des grandes religions édicte des interdictions alimentaires en lien avec la notion de pureté. L hindouisme est la forme contemporaine de la religion védique apparue il y a plus de 5000 ans, elle est considérée comme la plus ancienne des grandes religions du monde 4. Elle repose sur un ensemble de principes complexes que nous ne détaillerons pas ici. La présentation de la religion hindoue se limite aux éléments religieux pouvant influer sur les habitudes de consommation des cosmétiques et relevant d enjeux stratégiques en vue d une implantation occidentale sur ce marché. L hindouisme est fondé sur la croyance en un cycle de réincarnations guidé par les actions accomplies et dont l aboutissement est d atteindre l immortalité aux côtés des Dieux 5. Suite à l invasion aryenne en 1500 av JC, la religion védique servit de support à une stricte ségrégation de la population selon quatre castes, chacune divisée en une multitude de sous-castes, en lien avec la profession exercée. Le but était d asservir la population dravidienne locale dont la peau était plus foncée que celle des aryens. On distingue ainsi quatre varna (couleurs) hiérarchisées selon leur degré de pureté supposé : les brahmanes (prêtres), les Ksatriya (nobles et guerriers), les vaysas (commerçants et paysans), les sûdra (artisans et serviteurs), et enfin les chandala communément appelés «intouchables» qui occupent des professions ayant un lien avec la naissance et la mort. Ces derniers sont considérés comme impurs. Si Nehru a théoriquement aboli le système des castes et interdit toute discrimination, dans les faits la société indienne continue d être profondément imprégnée par ce dernier. Le statut social est avant tout affaire de naissance et la répartition des richesses demeure associée à la structure historique de la société 6. La religion hindoue est donc encore fortement ancrée dans les traditions et la vie quotidienne indienne. Or, à l image des autres grandes religions nombre de ses principes se fondent sur la notion de «pureté». Nous l avons mentionné, c est notamment une des fondations du système de castes. Mais dans notre étude ce sont essentiellement les 4 Louis Renou, l'hindouisme, Puf, Paris, Louis Renou, l'hindouisme, op cit. 6 Le système des castes a été officiellement aboli par la constitution de1950, première constitution de l Etat Indien devenu indépendant. Association de l Ecole de Guerre Economique 12

13 interdictions alimentaires qui importent. En effet, elles régissent les habitudes de consommation de façon globale et en cela doivent faire l objet d une étude stratégique avant une éventuelle prise de position sur le marché des cosmétiques indiens. De façon générale, les hindous sont végétariens suivant le principe de l Ahimsa (non violence) et considèrent la vache comme un animal sacré car elle incarne la mère divine. Plus précisément, l hindouisme classe les aliments par degré de pureté. Plus l individu appartient à une caste élevée plus il est soumis à des contraintes alimentaires strictes. Ainsi les brahmanes n ont, en théorie, droit à aucune chair animale (viande, poisson, œufs..) les classes intermédiaires ont le droit de consommer poulet et mouton, tandis que les intouchables considérés comme impurs peuvent consommer ce qu ils souhaitent y compris du porc. En réalité, les croyants des différentes castes s efforcent d avoir l alimentation «la plus pure possible» selon les principes de l Hindouisme 7. Leurs impacts sur la consommation Or, la majorité voire la totalité des produits cosmétiques occidentaux contiennent des substances animales dont l usage, autant que leur origine vont à l encontre des principes de l Hindouisme 8. La graisse de Bœuf (animal particulièrement sacré en Inde) est un élément fréquent des cosmétiques occidentaux. Cela touche toutes les gammes (shampoing, savon, rouge à lèvre, crèmes, fard à paupière ) Aucun produit couramment utilisé en Europe et en Amérique du Nord ou encore au Japon n est directement transposable au marché indien. La religion se mêle aux habitudes culturelles pour créer un contexte difficile en vue d une implantation occidentale. Les Hindous représentent plus de 80% de la population totale de l Inde, une majorité écrasante qui fait poids quand on envisage de pénétrer un marché. Il apparaît donc indispensable de développer des produits spécifiques respectant les traditions indiennes mais également d adopter la bonne stratégie de communication afin de mettre en avant la particularité des produits. On peut d ailleurs se demander si l important tient à la composition du produit ou en son marketing pour bien pénétrer le marché. Des contraintes culturelles L inde est issue de traditions différentes dont la religion n est qu une des expressions. Il y a dans les habitudes culturelles des éléments qui transcendent les 7 Louis Renou, ibid. 8 idem Association de l Ecole de Guerre Economique 13

14 appartenances confessionnelles mais n en sont cosmétiques. Rituels de beauté pas moins éloignés de nos pratiques Les rituels de beauté indiens appartiennent à une tradition millénaire qui associe étroitement la beauté et l équilibre intérieur issue de l Ayurveda. Ils vont de pair avec le canon de beauté véhiculé par l industrie cinématographique Bollywood (un teint clair et satiné, une silhouette aux courbes féminines, de grands yeux expressifs et une chevelure longue foncée et soyeuse). Les rituels ayurvédiques sont réputés dans le monde entier. Il s agit d une forme de médecine traditionnelle reconnue par l organisation mondiale de la santé et originaire d Inde et dont la pratique s est étendue dans toute l Asie du Sud. Elle puise ses sources dans le Véda, ensemble de textes sacrés de l inde antique 9. Sans entrer dans les détails religieux nous allons décrypter les grandes lignes des rituels de beauté indiens afin de mettre en évidence la spécificité de la demande en cosmétique et les différences considérables qui séparent le marché indien du marché occidental dans ce secteur. 9 Lucie Dejouhanet, «L Ayurveda : mondialisation d une médecine traditionnelle indienne», EchoGéo n 10, septembre- novembre Association de l Ecole de Guerre Economique 14

15 Une peau satinée : huile, gommage, et poudre En Inde, le bain est déjà un rituel en soi. Dans un premier temps il s agit de masser l ensemble du corps avec un tissu de soie (garshan) pour enlever les peaux mortes puis de finir le massage avec une huile hydratante (jasmin ou rose sont les plus utilisées). S ensuit un gommage au curcuma (épice aux vertus dermatologiques notamment cicatrisante) puis un bain qui mêle huiles essentielles, poudre de coquillage ou de pierre précieuse, herbes aromatiques, etc. Dans l Ayurveda, le bain est un rituel de purification important tant pour la beauté que pour l équilibre interne 10. Enfin, le rituel de beauté du corps se termine par des poudres. La plus utilisée de ces poudres entièrement naturelles est la poudre de santal contre le sur chauffage de la peau. La poudre est encore très appréciée, bien que les crèmes et masques soient répandus. En effet, elle sert de cosmétique et de parfum en même temps 11. Un teint clair et de grands yeux expressifs L obsession indienne pour une peau claire est directement liée à l histoire, la population autochtone des Dravidiens a longtemps été dominée par celle des Aryas venus d Iran et dont la peau était blanche. Une peau claire était donc à la fois un signe de beauté et de «statut social». Toutefois, il faut noter que cette «obsession» n est pas spécifique à l Inde. Partout en Asie, une peau blanche est synonyme de beauté, et ce, en étroite association avec la visibilité du statut social. En effet, les populations aisées avaient le loisir de ne pas s exposer au soleil et donc de conserver un «teint d albâtre» tandis que les pauvres passaient leur journée à travailler en extérieur au contact du soleil. L essentiel des traitements que les indiennes utilisent sur leur visage ont pour ambition de blanchir leur peau. Bien sûr il y a également le kumkum et le bindi (raie ou point rouge sur le front de la femme et parfois de l homme) mais cette pratique religieuse n a pas d impact pour notre étude car beaucoup trop spécifique. En revanche, le Kajal est l élément cosmétique indispensable pour une indienne encore aujourd hui. Il est fabriqué à partir du ghee (beurre clarifié) brulé dans une lampe à huile pour obtenir un charbon (toujours selon la tradition ayurvédique), et a pour vertu de rafraichir les yeux. Le regard charbonneux typique que produit la pose d un kajal est un des marqueurs forts de la beauté indienne. 10 Lucie Dejouhanet, «L Ayurveda : mondialisation d une médecine traditionnelle indienne», op cit. 11 idem Association de l Ecole de Guerre Economique 15

16 Une chevelure longue, foncée et soyeuse Les cheveux sont eux aussi un marqueur fort de la beauté indienne. Ils se doivent d être longs et soyeux. Pour ce faire, les femmes les lavent avec du henné (qu il soit coloré ou non). Cette poudre est également utilisée pour tatouer la peau lors des fêtes. Après le shampoing au henné, dans la plus pure tradition, les cheveux sont séchés avec de l encens. Ce dernier est brulé dans un encensoir et on imprègne délicatement les cheveux de sa fumée. Enfin, plusieurs huiles peuvent être appliquées en masque sur les cheveux pour leur donner de la brillance et cet aspect «soyeux». La plus fréquente est l huile de coco laissée posée au moins une heure avant d être rincée. La consommation masculine La conception holistique hindoue du corps, de l esprit et de l environnement rend les rituels de beauté asexués. C est sans doute un des éléments expliquant qu en Inde plus qu ailleurs la demande masculine sur le marché des cosmétiques est significative. Nouveau marché encore émergent en occident, le marché des cosmétiques masculins apparaît mature en Inde. D avril 2009 à mars 2010 le marché des crèmes blanchissantes pour hommes a connu une hausse de 25% soit 8 % de plus que les ventes pour femmes 12. De plus, il est estimé que d ici 2016 l Inde représentera 23% du marché mondial des cosmétiques masculines 13. L Asie a une gamme de produits beaucoup plus développé sous l impulsion de la Chine et de la Corée, deux pays où l esthétique au masculin est totalement assumée. La demande n est pas très différente des pratiques féminines, les hommes se focalisent avant tout sur la couleur de peau. Une étude récente conduite sur un échantillon d individu masculin de Delhi a mis en évidence que l esthétique est avant tout une question de représentation, perçue tel un moteur ou un frein social dans un pays où l appartenance sociale et religieuse demeure central pour l évolution personnelle et communautaire AFP, "En inde les hommes en quête d'une peau plus blanche... jusque sur Facebook", le point, le 16 juillet "les cosmétiques pur hommes: un marché émergent, cosmeticinfopaca, le 31 octobre Gupa SANGEETA, ARORA Simple, Factors influencing the Consumption Pattern of Male Cosmetics In Delhi by an Urban Male, IOSR journal of Business and management, vol 15 issue 2, nov- dec 2013, pp "Indian Male consumers willing to pay more for male- oriented beauty products, GCI, le 28 mars 2012 Association de l Ecole de Guerre Economique 16

17 Contraintes commerciales et réglementaires Le marché cosmétique indien est caractérisé par des contraintes réglementaires faibles, une taxation à l import dissuasive, une forte concurrence et un système de distribution éloigné des standards occidentaux. En effet, Les habitudes culturelles et religieuses ne sont pas les seuls freins au développement de l Oréal en Inde. Tout d abord, le marché n est pas vierge et certaines marques concurrentes (asiatiques mais également occidentales) y sont déjà bien implantées. De plus, et c est sans doute le point essentiel, le système de distribution indien diffère largement du notre en de multiples points rendant complexe l implantation des marques occidentales telle que l Oréal. Des concurrents déjà bien implantés Si le marché possède ses particularités qui le rendent peu perméable pour les groupes occidentaux, il est loin d être inoccupé. Le japonais Shiseido et les marques américaines sont particulièrement bien implanter en Inde (Revlon, Lakmé, elle18). Le marché est dominé par le groupe Unilever qui possède les marques Lakmé et elle Unilever a bien pénétré le marché en rachetant une marque présente en Inde depuis 1952 et dont l image et les produits étaient déjà parfaitement en adéquation avec le marché mais également bien connue des consommateurs. La marque a été créée par le groupe Tata en 1952 et à construit son image sur des produits exclusivement à destination des indiennes produits en inde. C est en 1996 qu Unilever rachète la marque et s implante ainsi sur le marché indien. Ce sont surtout les produits pour les ongles qui sont prisés chez Revelon leur gamme de «nail art» attire les jeunes indiennes. Dans l ordre les dix marques de cosmétiques les plus prisés en inde sont Lakme, l Oreal, Avon, Revlon, Maybelline, Color Bar, Amway, MAC, Chambor et Elle Au total quatorze marques sont bien implantées sur le segment cosmétique, douze, si l on exclut les deux appartenant à l Oréal, dont plus de la moitié appartiennent à des groupes américains 17. Les quatre marques restantes sont indiennes. Il y a donc sept concurrents directs (Lakmé et elle Joy Pinto, "L'inde le nouvel edorado beauté", le Nouvel Observateur, le 21 mai 2013 ; "Shiseido ouvre une filiale en Inde", Fashionmag, le 23 juillet 2013 ; Ava Caridad, "Top 20 global beauty companies", beauty Packaging, novembre 2013 ; Ivan Letessier, "Inde: les défis des marques de cosmétiques", le Figaro, 16 septembre Classement de Diya Agarwal, "Top 10 best MakeUp brands available in India", medicalhealthtips, le 2 janvier 2014 ; "Top 10 makeup brands in India", Style Craze, le 4 juillet 2013 ; "Top 10 comsetic brands in India", Business Maps of India, 14 janvier Chambord pour la Suisse, Avon, Revlon, MAC, Amway pour les Etats- Unis Association de l Ecole de Guerre Economique 17

18 appartenant au même groupe) présent sur ce segment. Finalement, le marché indien est un des nouveaux champs de bataille des groupes mondiaux. Figure 2- présentation des principales marques de cosmétique en Inde Marque les plus présentes en Inde Nationalité Groupe Date d'implantation en Inde Lakmé Indienne Unilever 1952 l'oréal india française l'0réal 1995 (premier) avon américaine aucun Na Revlon américaine aucun 1995 (premier) Maybelline américaine l'oréal color bar indienne aucun 2004 (création) Amway américaine aucun Na MAC américaine Estee Lauder Na Chambor suisse aucun Na elle 18 Indienne Unilever Lotus indienne aucun 1993 biotique indienne aucun 1984 Shiseido Japonaise 2000 Shahnaz Husain indienne aucun 1970 (création) Himalaya indienne aucun 1930 (création) Figure 3- Echiquier concurrentiel marché des cosmétiques indien Association de l Ecole de Guerre Economique 18

19 Un modèle de distribution particulier Le marché reflète ces profondes différences culturelles jusque dans le mode de distribution. Au sein des villes, ce dernier reste très disparate avec une grande majorité de petites échoppes nommées Kiranas nécessitant le déploiement de force de ventes très conséquentes pour couvrir l ensemble des régions. Quelques enseignes locales ont investi 18 dans ce mode de distribution (Central, Shoppers Stop, Health and Glow). En ce qui concerne les enseignes occidentales, seul Sephora a choisi d ouvrir un magasin dans la Capitale. Les grandes marques de luxe françaises avaient dans un premier temps, fait le choix d une présence mesurée et ciblée au sein des hôtels de luxes des grandes villes, leur offrant un accès direct à la clientèle visée. Cette stratégie démontra vite ses limites, les métropoles étant en constante évolution et les lieux à la mode changeant régulièrement. e L impossibilité de développer une artère telle que la 5 Avenue ou les Champs Elysée a conduit les enseignes de luxe à se tourner vers les centres commerciaux dédiés aux 19 grandes marques tel qu Emporio près de New Delhi où l on retrouve notamment Dior. Ces 18 AceGlobal, for Italian trade commission, The Cosmetic Sector in India, profile 2009, op cit. ; Rachit Vats, "L'Oreal thinks local to woo India", Hindoustan Times, le 10 janvier Ivan Letessier, "Inde: les défis des marques de cosmétiques", Op cit. ; Association de l Ecole de Guerre Economique 19

20 zones commerçantes restent rares, 310 sur l ensemble du territoire indien dont 50 uniquement autour de Mumbai et seulement 9 près de la Capitale. Ils sont pour positionnés l essentiel autour des centres urbains et destinés à une clientèle aisée. Comme le montre notre graphique les centres commerciaux sont très récents, les premiers ont à peine dix ans et leur généralisation n a commencé qu il y a 5-6 ans. Figure 4- évolution du nombre de centres commerciaux en Inde Nombre de centres commerciaux existants Nombre de centres commerciaux construits Mais ces stratégies ne permettent d atteindre que le premier segment, or les marques de cosmétiques visent l expansion de la consommation du second. Ce dernier est distinct en moyens et en lieux d approvisionnement. Il se fournit au sein de ces petites échoppes de villes qui ne peuvent avoir une grande diversité de références. Ce sont les commerçants qui commandent les produits et ils se fondent sur les attentes de leur clientèle. Il est donc nécessaire de séduire et d habituer les consommatrices et consommateurs à ces nouveaux produits. Enfin, la vente directe et le e-commerce révolutionnent également les marchés émergents. A mesure que la connaissance et le désir de produits occidentaux augmentent il est nécessaire d user de ces outils 2.0 afin de toucher largement le marché indien en limitant les coûts et les problématiques logistiques dans le pays 21. Enfin, nous l avons déjà mentionné il faut s adapter au format et au budget des consommateurs indiens en vue de pénétrer efficacement le marché. Le second segment (classe inférieures et moyennes) préfère les sachets «unidose» aux grandes bouteilles de shampoing trop couteuses. Le marché indien se montre donc très éloigné culturellement mais également commercialement des standards occidentaux. Une bonne connaissance de 20 Page wikipédia recensant les constructions de centres commerciaux en Inde 21 Joy Pinto, "L'inde le nouvel edorado beauté", le Nouvel Observateur, op cit. Association de l Ecole de Guerre Economique 20

CONCOURS DE L'AGREGATION INTERNE «ECONOMIE ET GESTION»

CONCOURS DE L'AGREGATION INTERNE «ECONOMIE ET GESTION» CONCOURS DE L'AGREGATION INTERNE «ECONOMIE ET GESTION» SESSION 2002 EPREUVE PORTANT SUR LES TECHNIQUES DE GESTION ET COMPORTANT DES ASPECTS PEDAGOGIQUES DOMAINE : économie et gestion commerciale Durée

Plus en détail

Décision n 15-DCC-01 du 19 Janvier 2015 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Bourjois par la société Coty Inc

Décision n 15-DCC-01 du 19 Janvier 2015 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Bourjois par la société Coty Inc RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-01 du 19 Janvier 2015 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Bourjois par la société Coty Inc L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012)

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012) PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE www.ffps.fr 2013 (données 2012) 1 SOMMAIRE Données économiques La Parfumerie Sélective p 3 Le marché de la Parfumerie Sélective p 3 L organisation du marché p 5

Plus en détail

SOMMAIRE 1 INTRODUCTION : LE MARCHE MONDIAL DES PRODUITS DE BEAUTE...11

SOMMAIRE 1 INTRODUCTION : LE MARCHE MONDIAL DES PRODUITS DE BEAUTE...11 Page 7 SOMMAIRE 1 INTRODUCTION : LE MARCHE MONDIAL DES PRODUITS DE BEAUTE...11 1.1 UN MARCHÉ EN CROISSANCE FORTE ET REGULIÈRE, TIRÉ PAR LES PAYS ÉMERGENTS. 11 1.2 LES PRINCIPALES TENDANCES DU MARCHÉ...

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

Parole d utilisateur. Témoignage Gestion de la relation client. L Oréal fidélise ses clients en réduisant sa charge de travail

Parole d utilisateur. Témoignage Gestion de la relation client. L Oréal fidélise ses clients en réduisant sa charge de travail Parole d utilisateur Témoignage Gestion de la relation client L Oréal fidélise ses clients en réduisant sa charge de travail Témoignage Gestion de la relation client L Oréal fidélise ses clients en réduisant

Plus en détail

Programme d optimisation. L image de votre entreprise

Programme d optimisation. L image de votre entreprise Programme d optimisation L image de votre entreprise SOMMAIRE L image joue un rôle pondérable dans les pratiques commerciales et est dédiée exclusivement à assurer une représentativité corporative de l

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

RAPPORT SUR LA COMPETITIVITE

RAPPORT SUR LA COMPETITIVITE RAPPORT SUR LA COMPETITIVITE NOCTURNE DE PARIS Rapport commandé par la Mairie de Paris et la Chambre Syndicale des Cabarets Artistiques et des Discothèque (CSCAD) à l Ecole de Guerre Economique Dans un

Plus en détail

Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Ecole Supérieure de Technologie Technique de communication et de commercialisation Le Marketing des produits de luxe Réalisée par: ALAOUI Meryem Encadré par: Mr. BOUKLATA

Plus en détail

Etude de marché «Les produits cosmétiques en Tunisie» Octobre 2010

Etude de marché «Les produits cosmétiques en Tunisie» Octobre 2010 Etude de marché «Les produits cosmétiques en Tunisie» Octobre 2010 1 TBC Partners est un nouvel acteur dans le domaine des enquêtes et des études de marché. Notre équipe est composée de chercheurs et de

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Les ventes d horlogerie-bijouterie en France en 2014

Les ventes d horlogerie-bijouterie en France en 2014 Ecostat Numéro 142 - Février 2015 Les ventes d horlogerie-bijouterie en France en 2014 5,08 milliards d euros TTC en 2014 (- 1 % par rapport à 2013) Source : Société 5 A noter que le chiffre d affaires

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Création du modèle Tanga en 1979, 9 collections par an. - Cahque produit Aubade est crée, recherché et fabriqué sur le sol francais

Création du modèle Tanga en 1979, 9 collections par an. - Cahque produit Aubade est crée, recherché et fabriqué sur le sol francais I) Diagnostic Stratégique a) Diagnostic Interne Diagnostique interne : Les Points forts : Politique innovatrice : 1 er a osé les couleurs, le concept des parrures coordonées, Création du modèle Tanga en

Plus en détail

Une entreprise historiquement internationale. IFAG Toulouse

Une entreprise historiquement internationale. IFAG Toulouse Une entreprise historiquement internationale IFAG Toulouse Promotion : 2009-2010 Sommaire 2 Introduction L Oréal est un groupe industriel français spécialisé dans les cosmétiques. Le groupe se place en

Plus en détail

Le couple «segment produit» au cœur de la stratégie commerciale

Le couple «segment produit» au cœur de la stratégie commerciale Chapitre 1 Le couple «segment produit» au cœur de la stratégie commerciale Quels que soient la taille, le domaine d activité ou la maturité d une entreprise, personne ne remet en cause l importance et

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Prospective des dispositifs médicauxm : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Dominique Carlac h - Directrice Générale D&C LYON 19 Bd Deruelle 69 003 Lyon Tél :

Plus en détail

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection La prospection est une activité indispensable pour développer le nombre de clients, mais aussi pour contrecarrer la perte de clients actuels. Elle coûte

Plus en détail

MUTUELLES ET ASSURANCES

MUTUELLES ET ASSURANCES LIVRE BLANC E-MARKETING MUTUELLES ET ASSURANCES MARKETING VISIBILITE PERFORMANCE 13/02/13 - Page 2/9 01. Edito Comment être visible sur le net? Sur quoi être visible? Comment adopter une stratégie digitale

Plus en détail

Les Instants E-Commerce

Les Instants E-Commerce Les Instants E-Commerce TPE/PME, Commerçants, Artisans ou Auto-Entrepreneurs : VOUS êtes concernés par le E-Commerce! Présentation Le E-Commerce 1 Introduction 2 Le marché Paysage du E-Commerce 3 - Profil

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

L approche processus c est quoi?

L approche processus c est quoi? L approche processus c est quoi? D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Introduction Termes et définitions

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B Pour bien servir son marché, une entreprise doit mettre en œuvre une démarche en trois temps : segmentation,

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

Les Entreprises Familiales

Les Entreprises Familiales Les Entreprises Familiales Paris, le 5 Fevrier 2008 Les Entreprises Familiales Centenaires sont en France 1400 (présentes dans presque tous les secteurs) dont 400 dans le secteur des Vins et Spiritueux.

Plus en détail

LE CLASSEMENT DES QUASI-SOCIÉTÉS EN CORÉE

LE CLASSEMENT DES QUASI-SOCIÉTÉS EN CORÉE A usage officiel STD/NA(99)47 STD/NA(99)47 Or. Ang. A usage officiel Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 26-Aug-1999 Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Immigration et diversité ethnoculturelle au Québec

Immigration et diversité ethnoculturelle au Québec Immigration et diversité ethnoculturelle au Québec L Enquête nationale auprès des ménages (ENM) Analyse régionale Janvier 2014 Le portrait sur l Immigration et la diversité ethnique au Canada était la

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité. AUDITSec. Version 3.0

Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité. AUDITSec. Version 3.0 Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité AUDITSec Version 3.0 Mai 2011 Historique du document Version Date Auteur Description 1.0 6 novembre 2010 Éric Clairvoyant http://ca.linkedin.com/pub/ericclairvoyant/7/ba/227

Plus en détail

Le marketing du tourisme

Le marketing du tourisme Christine Petr Le marketing du tourisme 2 e édition Conseiller éditorial : Christian Pinson Dunod, 2015 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com ISBN 978-2-10-072242-6 Sommaire Avant-propos 7 Chapitre

Plus en détail

RÉUNION D ACTIONNAIRES À BORDEAUX. 8 décembre 2015. Valerie BOAS. Responsable des Relations Actionnaires Individuels

RÉUNION D ACTIONNAIRES À BORDEAUX. 8 décembre 2015. Valerie BOAS. Responsable des Relations Actionnaires Individuels RÉUNION D ACTIONNAIRES À BORDEAUX 8 décembre 2015 Valerie BOAS Responsable des Relations Actionnaires Individuels LE GROUPE L ORÉAL 22,5 milliards d euros de chiffre d affaires en 2014 12,5% de part de

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

Le Marketing Territorial

Le Marketing Territorial Le Marketing Territorial Eléments de méthodologie pour construire une stratégie Laurent Sansoucy Formation ANIMA Rabat, 7-8-9 mai 2003 Plan Démarche générale Stratégies marketing Segmentation En guise

Plus en détail

Fiches concept SEGMENTATION. 1ère Fiche : Enjeux et principes de la segmentation

Fiches concept SEGMENTATION. 1ère Fiche : Enjeux et principes de la segmentation Fiches concept SEGMENTATION 1ère Fiche : Enjeux et principes de la segmentation Un marché est un ensemble de consommateurs (ou de clients) potentiels d un produit tangible ou intangible. La plupart des

Plus en détail

LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION

LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION 1 LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION par Gilles Le Pottier 1 Alors que notre alimentation est de plus en plus

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Le géomarketing - Page 1 sur 7

Le géomarketing - Page 1 sur 7 Le géomarketing - Page 1 sur 7 LES DOSSIERS MADWATCH.net méthodes Le Géomarketing Novembre 2003 Nb de pages : 7 Le géomarketing - Page 2 sur 7 Créé dans les années 80, la plupart des applications du géomarketing

Plus en détail

Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec. Rapport d analyse

Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec. Rapport d analyse Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec Rapport d analyse Sommaire Aéro Montréal, forum de concertation stratégique de la grappe aérospatiale du Québec, a demandé à PwC

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan 1. Le diagnostic stratégique: un pré-requis à la prise de décision Définition du diagnostic stratégique = Analyse conjointe de l entreprise (ses forces / ses faiblesses)

Plus en détail

L industrie en Poitou-Charentes. Industrie chimique

L industrie en Poitou-Charentes. Industrie chimique Chiffres clés Établissements 86 1,0 % des établissements industriels en Emploi 2 292 2,6 % des emplois industriels en 4,5 % des emplois salairés industriels en France 12 e région française pour l'emploi

Plus en détail

Décision n 10-DCC-88 du 4 août 2010 relative à la prise de contrôle conjoint de la société Nico par la société Machal

Décision n 10-DCC-88 du 4 août 2010 relative à la prise de contrôle conjoint de la société Nico par la société Machal RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-88 du 4 août 2010 relative à la prise de contrôle conjoint de la société Nico par la société Machal L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé

Plus en détail

Une présence nationale pour un impact local & VOUS. www.groupon.fr

Une présence nationale pour un impact local & VOUS. www.groupon.fr Une présence nationale pour un impact local 2015 & VOUS Avez-vous déjà entendu parler d une campagne publicitaire qui ne nécéssite aucune dépense ou investissement préalable? Avez-vous déjà entendu parler

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

E-COMMERCE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 22/05/2015 1

E-COMMERCE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 22/05/2015 1 E-COMMERCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU E-COMMERCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU E-COMMERCE... 4 L'ACTIVITÉ DU E-COMMERCE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DU E-COMMERCE... 9 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 11 1 LE MARCHÉ

Plus en détail

L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS

L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS L ACOSS, caisse nationale des Urssaf, vous a interrogé en 2007 afin d évaluer la qualité de service de la branche du recouvrement. Retour sur l enquête

Plus en détail

Les Affaires Medicales

Les Affaires Medicales Les Affaires Medicales 1 Les tendances du marché français 2014 Introduction Real Life Sciences met à votre disposition des études autour des métiers niches de l industrie pharmaceutique. Concernant les

Plus en détail

:Réalisé par BELHASSAN Selma

:Réalisé par BELHASSAN Selma :Réalisé par BELHASSAN Selma Introduction Le Plan Première partie: Présentation de l entreprise 1) Bref aperçu 2) Historique 3) Répartition géographique 4) Le développement durable Deuxième partie: L étude

Plus en détail

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement Révisions ISO ISO 9001 Livre blanc Comprendre les changements Aborder le changement ISO 9001 en bref Comment fonctionne ISO 9001? ISO 9001 peut s appliquer à tous les types et tailles d organisations et

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

04/05/2014. L étude de marché

04/05/2014. L étude de marché L étude de marché Définition l étude de marché est un travail de collecte et d analyse d informations ayant pour but d identifier les caractéristiques d un marché. (Environnement, offre, demande, ) Son

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid Réseau de transport suisse Mission et défis de Swissgrid 2 La mission de Swissgrid La mission de Swissgrid: la sécurité de l approvisionnement Qui est Swissgrid? La société nationale pour l exploitation

Plus en détail

Partie I L Allemagne

Partie I L Allemagne Partie I L Allemagne Avant-propos L Allemagne est le premier partenaire économique de la France, le plus grand marché de consommateurs en Europe et, selon la banque mondiale, c est le pays qui est actuellement

Plus en détail

Couet Coralie Haudrechy Virginie Dieng Aminata. Licence 3 LEA. Mme Stanislawiak

Couet Coralie Haudrechy Virginie Dieng Aminata. Licence 3 LEA. Mme Stanislawiak Couet Coralie Haudrechy Virginie Dieng Aminata Licence 3 LEA Mme Stanislawiak Historique David H.MCConnell 1886 1939 1960 1990 2005 1937 1950 1970 2000 Europe de l Est Présentation Données chiffrées

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale www.inspection.gc.ca/alimentssalubres Balayer le code de réponse

Plus en détail

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002 Les Distributeurs du Secteur Dentaire [EDITO]. Le marché du matériel dentaire reste un domaine relativement parcellarisé sur le territoire français. Il est couvert par plus de

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

Conférence 9 Vendre partout, tout le temps

Conférence 9 Vendre partout, tout le temps Conférence 9 Vendre partout, tout le temps MODÉRATEUR Clotilde BRIARD - Journaliste LES ECHOS INTERVENANTS Michaël AZOULAY Fondateur- Directeur Général AMERICAN VINTAGE Grégoire BRESSOLLES - Responsable

Plus en détail

Approche de la négociation commerciale et objet du livre

Approche de la négociation commerciale et objet du livre I N T R O D U C T I O N Approche de la négociation commerciale et objet du livre Depuis l achèvement de la première édition de cet ouvrage en décembre 1997, le monde a changé sous plusieurs angles et a

Plus en détail

ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS

ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Session 2008 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA GESTION ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 4 Le sujet comporte 5 pages numérotées

Plus en détail

Observatoire de l e-tourisme. Sommaire

Observatoire de l e-tourisme. Sommaire 2 Sommaire Présentation de Next Content... 9 Nos activités... 9 NC Etudes... 9 NC Event... 10 NC Factory... 11 NC Formation... 12 NC Conseil... 13 Qui sommes-nous?... 13 L Observatoire des décideurs de

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les cabinets d avocats pour développer de nouvelles compétences professionnelles indispensables

Plus en détail

La conduite du changement

La conduite du changement point de vue stratégie et gouvernance des systèmes d'information La conduite du changement dans les projets SI 1 En préambule Devant les mutations économiques, sociales et technologiques engagées depuis

Plus en détail

LE VOYAGE D AFFAIRES DANS LES AGENCES AFAT VOYAGES et SELECTOUR

LE VOYAGE D AFFAIRES DANS LES AGENCES AFAT VOYAGES et SELECTOUR DOSSIER DE PRESSE LE VOYAGE D AFFAIRES DANS LES AGENCES AFAT VOYAGES et SELECTOUR PROXIMITE, SERVICE, TECHNOLOGIE Contacts Presse : Sophie ORIVEL : 06 32 10 69 71 Julie SORIEUL : 06 32 14 53 37 presse@asvoyages.fr

Plus en détail

Présentation du cabinet

Présentation du cabinet Présentation du cabinet Depuis 2005, Selenis intervient aux côtés d acteurs de référence de l assurance. Ce qui nous caractérise fait aussi notre différence : Conseil métier, nous sommes spécialistes de

Plus en détail

Plan d action commercial

Plan d action commercial 3 Plan d action commercial Le plan d action commercial regroupe l ensemble des actions commerciales et marketing à entreprendre sur une période donnée pour atteindre les objectifs commerciaux de l entreprise.

Plus en détail

Produits laitiers de ferme

Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme CRIOC, novembre 2008 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. Consommation de produits laitiers de ferme 4. Perception des produits laitiers de ferme

Plus en détail

LE MARCHÉ FRANÇAIS DU MEUBLE DE SALLE DE BAINS 2013-2020 BON DE COMMANDE

LE MARCHÉ FRANÇAIS DU MEUBLE DE SALLE DE BAINS 2013-2020 BON DE COMMANDE LE MARCHÉ FRANÇAIS DU MEUBLE DE SALLE DE BAINS 2013-2020 Une grande étude IPEA Vous voulez cerner le marché du meuble de salle de bains et explorer les pistes prospectives à l horizon 2020? A partir de

Plus en détail

LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE. Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011

LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE. Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011 LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011 Le processus d investissement Organismes /Agences Analyse

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale La vente est devenue actuellement une activité très importante, c est même la force motrice de toute entreprise. Ainsi, une bonne stratégie marketing doit avoir comme vocation : vendre

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL «COSMETOLOGIE & PLASTURGIE»

GROUPE DE TRAVAIL «COSMETOLOGIE & PLASTURGIE» GROUPE DE TRAVAIL «COSMETOLOGIE & PLASTURGIE» " Pour une filière de l industrie de la cosmétique forte en France " Sommaire 1. L emballage : rarement inerte... 2 2. La nouvelle réglementation cosmétique...

Plus en détail

Présentation 5. Chapitre 1 La démarche marketing 19 1 Définitions 19

Présentation 5. Chapitre 1 La démarche marketing 19 1 Définitions 19 S ommaire Présentation 5 Chapitre 1 La démarche marketing 19 1 Définitions 19 A. Le marketing de l offre 19 B. Le marketing de la demande 20 C. Le marketing de l échange 21 2 Une histoire du marketing

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

Marc Meynardi International Sarl 13 Rue de la Poste 74000 ANNECY - France Tel : +33 (0) 450 104 845

Marc Meynardi International Sarl 13 Rue de la Poste 74000 ANNECY - France Tel : +33 (0) 450 104 845 Sommaire : A - Curriculum vitae B - Entreprise Activité de conseil Activité de formation C : Programme des formations 1. La Chine, puissance mondiale en devenir. Généralités Comprendre la culture Travailler

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Le consommateur devient un Promo sapiens : une plus grande conscience des prix lorsqu il y a beaucoup de promotions sur le point de vente

Le consommateur devient un Promo sapiens : une plus grande conscience des prix lorsqu il y a beaucoup de promotions sur le point de vente Le consommateur devient un Promo sapiens : une plus grande conscience des prix lorsqu il y a beaucoup de promotions sur le point de vente La communication en magasin purement tournée vers la promotion

Plus en détail

L ALÉNA APRÈS HUIT ANS

L ALÉNA APRÈS HUIT ANS L ALÉNA APRÈS HUIT ANS DES ASSISES POUR LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE L ALÉNA APRÈS HUIT ANS Des Assises Pour La Croissance Économique L ENGAGEMENT ENVERS L ALÉNA En dépit du ralentissement qu a connu l économie

Plus en détail

UE Marketing Stratégique

UE Marketing Stratégique UE Marketing Stratégique Modèles et Méthodes du Marketing Stratégique Les différents modèles et méthodes en Marketing Stratégique Introduction Analyse des besoins (du marché de référence) Analyse d attractivité

Plus en détail

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref Services professionnels CONSEIL STRATÉGIQUE En bref La bonne information, au bon moment, au bon endroit par l arrimage des technologies appropriées et des meilleures pratiques. Des solutions modernes adaptées

Plus en détail

L hôtellerie de tourisme en 2008

L hôtellerie de tourisme en 2008 Ministère de l économie, des finances et de l emploi Direction du Tourisme N 2008 2 Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques Mars 2008 L hôtellerie de tourisme

Plus en détail