MEMOIRE POUR L OBTENTION DU MASTER SPECIALISE EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MEMOIRE POUR L OBTENTION DU MASTER SPECIALISE EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES"

Transcription

1 PROBLEMATIQUE D ALIMENTATION EN POTABLE DE LA VILLE DE DJOUGOU : CONTRIBUTION DE LA GIRE MEMOIRE POUR L OBTENTION DU MASTER SPECIALISE EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Présenté et soutenu publiquement le [Date] par Jean-Eudes OKOUNDE Jury d évaluation du stage : Travaux dirigés par : Denis ZOUNGRANA Enseignant UTER ---- Président : Prénom NOM Membres et correcteurs : Prénom NOM Prénom NOM Prénom NOM Promotion [2009/2010] i

2 DEDICACE Je dédie cette formation à ma mère à titre posthume, A mon père, A ma chère épouse Charlotte OKOUNDE DJEGUI pour son encouragement et son soutien, A mes chers enfants Kébo, Katchoré et Founilayo que ce travail soit pour vous un signe de motivation et de volonté. ii

3 REMERCIEMENT Je voudrais remercier sincèrement mon maître de Stage monsieur Adamou ADJALLA pour sa disponibilité soutenue. Je remercie mon maître de mémoire pour les conseils et sa disponibilité. Je remercie le directeur des Etudes et de la planification de la SONEB Mr David BABALOLA et ses collaborateurs pour avoir mis à ma disposition les documents nécessaires pour rédiger ce mémoire. Je remercie aussi mes collaborateurs qui n ont pas ménagé leur temps pour m aider à collecter certaines données. Je remercie tous les professeurs et les tuteurs qui ont contribué à cette formation. iii

4 Résumé Dans le cadre de l atteinte des OMD, le Bénin s est donné comme priorité l Approvisionnement en Eau Potable (AEP) consacrée dans les documents de base (DSRP, OMD). La Société Nationale des Eaux du Bénin (SONEB) mise en place depuis Janvier 2004 est chargée de l Application de la réforme du secteur de l eau en milieu urbain. L inadéquation nette de la disponibilité avec les besoins réels des populations en eau reste une épineuse question dans les zones géologiques et hydrogéologiquement difficiles comme c est le cas du GRAND DJOUGOU. L AEP de Djougou est caractérisée par : une insuffisance des ressources en eau actuellement mobilisées (deux forages à faibles débits et un barrage dont la capacité est réduite à plus de la moitié) ; une vétusté du réseau existant ; un prix d eau amenant les populations à se rabattre sur les bornes fontaines et les sources alternatives. Dans ce contexte, la GIRE devra contribuer à améliorer les approches permettant d assurer la durabilité de la ressource en eau pour l AEP de la ville de Djougou. Les objectifs spécifiques qui découlent de cet objectif global sont : (1) diagnostiquer la situation actuelle de l AEP de la ville de Djougou ; (2) analyser les données caractéristiques de l AEP; et (3) proposer la contribution de la GIRE pour une gestion durable de l AEP. Suite à l analyse des résultats des plusieurs propositions ont été faites dans le but d améliorer les mobilisations des ressources en eau tant de surface que souterraines tout en respectant les concepts de la GIRE. Dans le cadre de la mobilisation des eaux de surface qui représente aujourd hui la solution la plus probante, cinq (05) sites de barrages ont été identifiés et comparés. Quant à la mobilisation des eaux souterraines, elle viendra en appoint. Pour réussir cette approche, l état centrale devra mettre en place un comité interministériel qui se chargera de la mobilisation des ressources financières et servira de point focal aux différents acteurs. iv

5 ABSTRACT In the achievement of the MDGs, Benin is committed as a priority supply in water potable (EPA) in background (PRSP, Millennium development goals). Benin National Water Society (BNWS) implemented in January 2004 is responsible for the implementation of the reform of the sector of water in urban areas. NET inadequacy of availability with the real needs of populations in water remains a thorny question in geological and hydrogeologically difficult areas as is the case of GRAND DJOUGOU. What may be the contribution of the IWRM to answer this question? The EPA from Djougou is characterized by: a lack of resources currently mobilized water (two drill holes at low speeds and a dam which capacity is reduced to more than half); a dilapidated; network affordable water causing people to rely on the fountains terminals and alternative sources. In this context, IWRM must contribute to improve approaches to ensure the sustainability of resource AEP Djougou city water. The specific objectives arising from this overall objective are: (1) diagnose the current status of the EPA in the town of Djougou; (2) analyze the characteristic data of the ASP; and (3) offer the contribution of the IWRM for sustainable management of the EPA. Analysis results of several proposals were made with the aim of improving the mobilization of water resources both surface underground while respecting the IWRM concepts. In the mobilization of surface waters that represents today the most conclusive solution, several five (05) sites of dams were identified and compared. On the mobilization of groundwater, it will be extra. To succeed this approach, the central State must set up an interdepartmental Committee that will load the mobilization of financial resources and will serve as a focal point for the different actors. v

6 SIGLES ET ABRÉVIATIONS AEP AEV AGETUR BDI CARDER CeRPA DG-Eau DIEPA DSRP EPE ETP GIRE GPS OMD ONU PANGIRE PEA PEHD PVC RGPH RNIE SDAGE SNV SONEB UEMOA UNICEF : Alimentation en Eau Potable : Adduction d Eau Villageoise : AGence d Exécution des Travaux URbains : Base de Données Intégrées : Centre d'action Aégionale pour le Développement Rural : CEntre Régionale pour la Promotion Agricole : Direction Générale de l Eau : Décennie Internationale de l Eau Potable et de l Alimentation : Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté : Équivalent Point d Eau : ÉvapoTranspiration Potentielle : Gestion Intégrée des Ressources en Eau : Global Positioning System : Objectifs du Millénaire pour le Développement : Organisation des Nations Unies : Plan d Action Nationale de Gestion Intégrée des Ressources en Eau : Poste d Eau Autonome : Polyéthylène Haute Densité : PolyChlorure de Vinyle : Recensement Générale de la Population et de l Habitat : Route Nationale Inter-Etat : Schéma Directeur d'aménagement et de Gestion des Eaux : Organisation Néerlandaise pour le Développement : Société Nationale des Eaux du Bénin : Union Économique et Monétaire Ouest Africaine : Fonds des Nations Unies pour l Enfance vi

7 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 4 II. Hypothèses de travail et Objectifs HYPOTHÈSES DE TRAVAIL OBJECTIF GLOBAL OBJECTIFS SPÉCIFIQUES... 8 III. Matériels et Méthodes MATÉRIELS MÉTHODOLOGIE UTILISÉE RENCONTRE AVEC LES RESPONSABLES Rencontre avec les responsables de la SONEB Rencontre avec les responsables de la DG-Eau DOCUMENTATION AU NIVEAU DES MINISTÈRES RENCONTRE AVEC LES AUTORITÉS LOCALES DE LA VILLE DE DJOUGOU VISITE DE TERRAIN ET DIAGNOSTIC DES ÉQUIPEMENTS PRÉSENTATION DES RÉSULTATS ENQUÊTES SUR LES RESSOURCES EN EAU POTENTIELLES ANALYSE DES RÉSULTATS ET DISCUSSION DES PROPOSITIONS RECOMMANDATIONS IV. Résultats GÉNÉRALITÉS LOCALISATION ET ACCÈS DE LA COMMUNE DE DJOUGOU RESSOURCES PHYSIQUES DE LA COMMUNE DE DJOUGOU Climatologie Relief, sols, végétation et hydrographie Géologie et hydrogéologie DONNÉES SOCIO-ÉCONOMIQUES Démographie Activités économiques et capacités de développement Organisations locales de développement DESCRIPTION DE LA SITUATION ACTUELLE DE L AEP DE DJOUGOU RESSOURCES EN EAU

8 Eaux souterraines Eaux de surface INFRASTRUCTURES Station de traitement de l eau de surface Réseau de distribution et réservoirs Production et tarifs de l eau Gestion du réseau PROPOSITIONS EN VUE DU RENFORCEMENT DES RESSOURCES EN EAU RESSOURCES SOUTERRAINES MOBILISABLES RESSOURCES DE SURFACE MOBILISABLES V. Discussion et Analyses ANALYSE DE L ÉTAT ACTUEL DU RÉSEAU ET DE SA GESTION ANALYSE DES SCENARII MOBILISATION HARMONISÉE DE LA RESSOURCE ÉQUITÉ ET SOLIDARITÉ DANS L ESPACE ET DANS LE TEMPS ENTRE LES USAGERS ACTUELS ET FUTURS UTILISATION RATIONNELLE ET CONCERTÉE DE LA RESSOURCE MOBILISÉE PROTECTION HARMONISÉE DES RESSOURCES NON NUISANCE AUX AUTRES RIVERAINS OU USAGERS DE LA RESSOURCE EAU VI. RECOMMANDATION VII. CONCLUSIONS VIII. BIBLIOGRAPHIE..48 VII ANNEXES

9 LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : Récapitulatif des facteurs climatiques de la Commune de Djougou Tableau 2 : Caractéristiques des forages raccordés au réseau AEP de la ville de Djougou Tableau 3 : Caractéristiques du lac contribuant à l AEP de la ville de Djougou Tableau 4 : Production mensuelle d eau pour l AEP de la ville de Djougou Tableau 5 : Tarifs de l eau pour la ville de Djougou Tableau 6 : Caractéristiques des forages analysés Tableau 7 : Caractéristiques morphométriques des bassins versants des sites (1 existant et 3 proposés).. 31 Tableau 8 : Points d eau modernes existants dans un rayon de 15 km autour de la ville de Djougou et les besoins en eau brute des populations LISTE DES FIGURES Figure 1 : Variation mensuelle des températures minimales et maximales Figure 2 : Variation mensuelle des hauteurs de pluie et de l évapotranspiration Figure 3 : Accès à la ville de Djougou à partir de Cotonou (RÉF. CARTE TOURISTIQUE DU BENIN, IGN-France, 2000) Figure 4 : Relief, sols, végétation et hydrographie de la Commune de Djougou (RÉF. CARTE TOURISTIQUE DU BENIN, IGN-France, 2000) Figure 5 : Géologie et hydrogéologie de la Commune de Djougou (RÉF. CARTE HYDROGÉOLOGIQUE DU BENIN, GEOHYDRAULIQUE ) Figure 6 : Projection démographique de la Commune de Djougou Figure 7 : Points d eau fonctionnels dans la Commune de Djougou (RÉF. BANQUE DE DONNÉES INTÉGRÉE DU BENIN, DG-Eau ) Figure 8 : Schéma hydraulique du système d AEP actuel Figure 9 : Organes de prise d eau sur le lac Figure 10 : Parties de la station de traitement des eaux de surface Figure 11 : Variation des productions mensuelles d eau pour l AEP de Djougou Figure 12 : Position des forages (existants et proposés) et du réseau de collecte Figure 13 : Position du site du barrage existant (Lac) Figure 14 : Position du site du barrage DJ-1 Figure 15 : Position du site du barrage DJ-1 bis Figure 16 : Position du site du barrage DJ Figure 17 : Position du site du barrage DJ Figure 18 : Position du site du barrage DJ Figure 19 : Position du site du barrage Affon

10 I. INTRODUCTION La 108ème séance plénière de l Assemblée Générale de l Organisation des Nations Unies (ONU) tenue le 28 juillet 2010, a reconnu le droit à une eau potable salubre et propre comme un droit fondamental de l homme, essentiel au plein exercice du droit à la vie et de tous les droits de l homme. Ce vote majoritaire (122 pour, 0 contre et 41 abstentions) s inscrit dans la logique de l atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) à l horizon En déclarant le droit à l eau potable comme droit fondamental de l homme, la communauté internationale en général et les Nations Unies en particulier viennent d élever le droit des populations à accéder à l eau potable et salubre au rang des droits fondamentaux de l homme, comme le droit à la vie, à la liberté et à la sécurité. En effet, en 2004, dans la résolution 58/217, les Nations Unies ont proclamé la période décennie internationale d action, «L eau, source de vie». A travers cette résolution, l Assemblé Générale appelait la communauté internationale à faire davantage attention sur les questions relatives aux ressources en eau, à tous les niveaux, et sur l exécution de programmes et de projets relatifs à l eau, tout en visant à garantir la participation des femmes aux activités de développement concernant l eau, et la poursuite de la coopération à tous les niveaux, en vue de la réalisation des objectifs relatifs aux ressources en eau convenus sur le plan international. Ainsi, la question relative à l eau potable est déclinée au point sept (7) des OMD. Dans la mise en œuvre de cette résolution des Nations Unies, le Bénin, à travers la Direction Générale de l Eau, a mis en place deux stratégies pour l approvisionnement en eau potable en milieu rural ( ) et en milieu urbain ( ). D après ces stratégies, l eau constitue une ressource rare et indispensable à la vie et au développement socio-économique du pays. L alimentation, la santé et toutes les activités humaines dépendent de sa disponibilité en quantité et qualité suffisantes. Actuellement, le secteur de l Approvisionnement en Eau Potable (AEP) constitue une des priorités nationales consacrées dans les documents de base du Bénin (DSRP, OMD) et bénéficie d importants appuis techniques et financiers par les partenaires au développement. En milieu urbain, depuis la décennie internationale de l eau potable et de l assainissement (DIEPA) , des efforts tangibles ont été réalisés en matière d équipements des villes en installations hydrauliques modernes, l augmentation du taux de desserte des populations et de gestion du service de l eau par la mise en place depuis Janvier 2004 de la Société Nationale des 4

11 Eaux du Bénin (SONEB). La stratégie nationale de l AEP en milieu urbain s inscrit dans le cadre d un processus plus large de la réforme qui touche le secteur de l eau (politique nationale de l eau, GIRE, Code de l eau, création de la SONEB, stratégie de l hydraulique rurale). Celle-ci vient compléter le dispositif des stratégies sous-sectorielles. Cette stratégie constitue un instrument de la politique nationale du Bénin en matière d AEP en milieu urbain. Elle traduit selon la Direction Générale l Eau, la volonté de l Etat de renforcer le développement du secteur de l approvisionnement en eau potable en milieu urbain pour mieux satisfaire les besoins de la population et rendre plus efficace sa gestion. Quant à la stratégie nationale de l approvisionnement en eau potable en milieu rural , elle tient compte de la Stratégie de la Réduction de la Pauvreté et des Objectifs de Développement du Millénaire, et oriente l action du gouvernement dans le secteur par des principes directeurs et un plan d action en vue de sa mise en œuvre. La SONEB, société d état chargée d approvisionner en eau tous les chefs lieux de communes, rencontre d énormes difficultés dues au développement que connaissent les villes notamment la croissance démographique, le développement des industries etc., facteurs qui, combinés, dénotent une inadéquation nette avec la disponibilité et les besoins réels des populations en eau. Des efforts sont faits par la SONEB en initiant assez de projets visant à améliorer la qualité des services aux usagers. Ces efforts se traduisent à travers des projets et programmes de réhabilitation, d extension, de densification, de construction et de recherche des ressources en eau suffisantes et pérennes. Plusieurs études ont été lancées par la SONEB, d autres sont en cours de préparation. La gestion intégrée des ressources en Eau (GIRE) qui doit être perçue comme un outil de développement et de planification de la gestion des ressources en eau dont les principes sont clairement définis estelle prise en compte dans la préparation des divers projets en cours où à venir? Quelle pourrait être l apport de la GIRE pour un projet d alimentation en eau potable? Le GRAND DJOUGOU, c'est-à-dire la ville de Djougou et les agglomérations environnantes sont situées dans un contexte géologique et hydrogéologique difficile, caractérisé par un socle cristallin avec des forages de faibles débits. Il est alimenté par deux forages à débits faibles et un barrage dont la capacité est réduite de plus de la moitié. Pour palier à ce problème, quelle pourra être la contribution de la GIRE? 5

12 II. HYPOTHESES DE TRAVAIL ET OBJECTIFS L eau est la base de toute forme de vie. Elle est à la fois habitat, aliment, moyen de production, moyen de transport et bien marchand. L eau tisse naturellement un vaste réseau de connections du fait : qu elle est liée aux autres ressources naturelles (sol, végétation, biodiversité, etc.) ; que les systèmes aquatiques sont interconnectés ; que les problèmes environnementaux se répercutent d un bout à l autre d un bassin hydrographique ; que différents groupes d intérêts l utilisent pour subvenir à leurs besoins. La croissance démographique, l urbanisation et les progrès réalisés en termes d industrialisation se combinent pour créer une demande en eau toujours plus importante. Les écosystèmes, milieux producteurs et régénérateurs de cette ressource, sont menacés, pollués et détruits. Lorsque les ressources en eau sont restreintes et que différents groupes d intérêts manifestent en même temps des besoins par rapport à ces ressources, des réactions concurrentielles et conflictuelles apparaissent. Droits de propriété, construction de barrages, gestion d un même bassin hydrographique entre plusieurs entités d un pays (Communes, Départements, Régions), concurrence entre milieux naturels et ruraux qui renouvellent l eau d une part et le milieu urbain qui la capte et la rejette polluée d autre part sont autant de sources conflictuelles qui accentuent encore la crise mondiale. Il règne à l heure actuelle une distribution inéquitable parmi les différents utilisateurs. La lutte des intérêts et le manque de coopération apparaissent à tous les niveaux, tant dans la discussion internationale, dans la mise en œuvre institutionnelle, que dans l utilisation au niveau communautaire. Saisons des pluies violentes et irrégulières, crues, inondations, glissements de terrain, sécheresses prolongées et changement de climat se manifestent déjà par des changements drastiques du cycle de l eau dans certaines régions de la planète. Les coûts engendrés par les catastrophes naturelles liées à l eau ont plus que doublé ces dernières années. Les barrages, constructions et autres risques potentiels créés par l homme aggravent encore la situation. 6

13 Les gouvernements manquent de capacités et de moyens financiers pour mettre en place des méthodes efficaces de préparation aux effets des catastrophes et d atténuation de ces effets. Les approches privilégiant la prévention sont encore peu répandues par rapport aux approches curatives classiques. La réduction des risques n est pas suffisamment intégrée dans la gestion des ressources en eau et a été jusqu à présent principalement considérée comme un problème technique à retombée économique, sans tenir compte des aspects socioculturels et écologiques. Les projets d alimentation en eau potable (AEP) sont tributaires des situations ci-dessus citées et s avèrent plus vulnérables parce qu il s agit d assurer la vie des populations. L AEP de Djougou n échappe pas à cette situation, elle qui est caractérisée par : une insuffisance des ressources en eau actuellement mobilisées une vétusté du réseau existant un prix d eau amenant les populations à se rabattre sur les bornes fontaines et les sources alternatives 2.1. HYPOTHÈSES DE TRAVAIL la situation actuelle de l AEP de Djougou est connue ; il existe des ressources en eau pérennes, suffisantes et mobilisables ; le réseau de l AEP de Djougou est géré de façon efficiente ; tous les aspects de la GIRE sont pris en compte dans la conception et la gestion de l AEP de Djougou OBJECTIF GLOBAL La Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE) est un processus qui encourage la mise en valeur et la gestion coordonnée de l eau, des terres et des ressources associées en vue de maximiser le bien-être économique et social qui en résulte d une manière équitable, sans compromettre la durabilité d écosystèmes vitaux. L objectif global du travail en cours est de contribuer à améliorer les approches permettant d assurer la durabilité de la ressource en eau pour l AEP de la ville de Djougou au Bénin. 7

14 2.3. OBJECTIFS SPÉCIFIQUES Les objectifs spécifiques qui découlent de l objectif global sont : diagnostiquer la situation actuelle de l AEP de la ville de Djougou ; analyser les données caractéristiques de l AEP de la ville de Djougou ; proposer la contribution de la GIRE pour une gestion durable des ressources en eau pour l AEP de Djougou, tenant compte d une desserte des agglomérations traversées par les infrastructures hydrauliques. 8

15 III. MATERIELS ET METHODES 3.1. MATÉRIELS Les matériels utilisés pour l étude sont : Le Plan d investissement de la Société Nationale des Eaux du Bénin (SONEB) ; La carte hydrographique du Bénin avec un accent sur le sous-bassin hydrographique auquel appartient la ville de Djougou ; La carte hydrogéologique du Bénin avec un accent sur la zone de Djougou ; La base de données (BDI) de la Direction Générale de l Eau (DG-Eau) ; Les études sectorielles concernant la ville de Djougou ; Le Plan de Développement Communal de la ville de Djougou ; Les matériels de terrain (GPS, Appareil photo numérique, jumelles, kit d analyses physico-chimiques de l eau, etc.) ; Les fiches de collecte de données ; Les matériels de bureau (curvimètre, planimètre, ordinateurs portable et de bureau, imprimantes, photocopieuse, etc.) MÉTHODOLOGIE UTILISÉE Notre méthodologie est basée sur le concept d une approche systémique, en concertation avec l ensemble des acteurs et intervenants dans le développement de la zone du projet. La recherche a été conduite de façon participative sur la base d une consultation des acteurs afin de favoriser une compréhension de la problématique, discuter des objectifs de la recherche et des mutations possibles dans la mise en œuvre des projets d AEP avec la contribution de la GIRE En effet l alimentation en eau potable (AEP) est un système assez sensible dans une société, au regard des contraintes auxquelles elle est soumise : contradictions et conflits des intérêts entre le fournisseur (ici, la Société Nationale des Eaux du Bénin - SONEB) et les usagers, ces derniers étant de plus en plus exigeants du point de vue des quantités d eau disponibles et des prix pratiqués (davantage de quantités d eau disponibles et à moindre coût). Nonobstant cette situation que connait la SONEB, la difficulté majeure réside dans la mise à disposition de la ressource de façon durable. Cette méthodologie est conduite selon les rubriques suivantes 9

16 Rencontre et échanges avec les responsables de la SONEB et de la DG-Eau ; Documentation au niveau des Ministères ; Rencontre des autorités locales de la ville de Djougou ; Visite de terrain et diagnostic des équipements ; Présentation des résultats obtenus ; Enquêtes sur les ressources en eau potentielles Analyse des résultats et discussion des propositions ; Recommandations ; Conclusion et perspectives RENCONTRE AVEC LES RESPONSABLES Rencontre avec les responsables de la SONEB Cette rencontre a permis de discuter avec la Direction des Études et de la Planification sur le plan d investissement de la SONEB et plus spécifiquement les actions à mener sur l AEP de Djougou, notamment en matière de problèmes de mobilisation des ressources en eau Rencontre avec les responsables de la DG-Eau Au niveau de la DG-Eau, des rencontres ont permis de recueillir le Code de l eau et les différents textes réglementaires en matière de gestion des ressources en eau et des documents relatifs aux avancées de la GIRE. Suite à ces rencontres, il apparait que le PANGIRE n est pas encore adopté et que le SDAGE est en cours de démarrage dans la Basse et Moyenne Vallée de l Ouémé qui prend en compte la zone d étude actuelle DOCUMENTATION AU NIVEAU DES MINISTÈRES Les Ministères qui on fait l objet de nos investigations sont : Le Ministère du Développement et de la Prospective pour les données relatives aux budgets-programmes de tous les Ministères, ce qui a permis de collecter des données à caractère hydraulique dans la zone d étude. Le Ministère de l Agriculture, de l Elevage et de la Pêche à travers la Direction de la Programmation et de la Prospective pour recueillir les données relatives aux programmes en cours dans le secteur, la Direction du Géni-Rural. 10

17 Le Ministère de la Décentralisation et du Développement Local pour apprécier l implication des autorités locales dans les projets et programmes parmi lesquels ceux relatifs à l AEP RENCONTRE AVEC LES AUTORITÉS LOCALES DE LA VILLE DE DJOUGOU Cette rencontre avec le Maire et ses Conseillers a permis de prendre la mesure de l acuité du problème d accessibilité de l eau, surtout en saison sèche. Le problème de comblement et de la pollution de l eau du barrage, qui affecte la bonne qualité de l eau. La séance a aussi permis d expliquer au conseil communal les objectifs de à la recherche et de la faire adopter comme un problème à résoudre par tout le monde VISITE DE TERRAIN ET DIAGNOSTIC DES ÉQUIPEMENTS La visite de terrain et le diagnostic des équipements a permis de visiter et d apprécier tous les ouvrages et équipements notamment les ressources (forages et lac), le réseau de transport, la station de traitement, le réseau d adduction et de distribution, les réservoirs, les équipements de puisage, les équipements électromécaniques, etc PRÉSENTATION DES RÉSULTATS Suite à la revue documentaire, aux rencontres, à la visite de terrain et diagnostic des équipements, les résultats seront présentés sous forme de textes et de graphiques ENQUÊTES SUR LES RESSOURCES EN EAU POTENTIELLES En nous référant aux principes de la GIRE et suite à l état des lieux fait sur la situation actuelle du système d alimentation en eau potable de la ville de Djougou, les différents scénarii vont être analysés et des propositions vont être faites dans le but de l application optimale de la gire. Les éléments ci après vont êtres pris en compte dans les appréciations notamment : Mobilisation harmonisée de la ressource. 11

18 Équité et solidarité dans l espace et dans le temps entre les usagers actuels et futurs. Utilisation rationnelle et concertée de la ressource mobilisée. Préoccupation genre. Protection harmonisée des ressources. Non nuisance aux autres riverains ou usagers de la ressource eau ANALYSE DES RÉSULTATS ET DISCUSSION DES PROPOSITIONS Les résultats présentés précédemment vont être analysés en tenant compte d un certain nombre de paramètres et des hypothèses initialement formulées. Des propositions pourront être faites suite aux scénarii comparés entre eux suivant des poids attribués selon le niveau de respect de la procédure GIRE RECOMMANDATIONS Suite aux différentes propositions comparées entre elles issues de l analyse des résultats, des recommandations seront faites pour le choix d un système qui répond le plus aux exigences de l AEP de la ville de Djougou. IV. RESULTATS 4.1. GÉNÉRALITÉS LOCALISATION ET ACCÈS DE LA COMMUNE DE DJOUGOU La commune de Djougou est située au Nord-ouest de la République du Bénin, dans le Département de la Donga dont Djougou est le Chef-lieu. Sur la carte touristique de la République du Bénin au 1/ , la ville de Djougou est repérée par les coordonnées géographiques suivantes : Longitude Est : Latitude Nord : Pour accéder à la ville de Djougou à partir de Cotonou, on emprunte l itinéraire Cotonou- Bohicon-Dassa par la RNIE2 (204,05 km) puis l itinéraire Dassa-Savalou-Djougou par la RNIE3 (260,87 km) soit une distance totale de 465 km entièrement bitumée. L accès est ainsi possible en toutes saisons de l année. 12

19 RESSOURCES PHYSIQUES DE LA COMMUNE DE DJOUGOU Climatologie La Commune de Djougou est caractérisée par un climat tropical sec caractérisé par deux saisons bien marquées que sont la saison sèche dont la durée est de cinq mois (Novembre à Mars) et la saison des pluies dont la durée est de six mois (Avril à Septembre). Le mois d Avril est celui du régime transitoire de printemps. Le mois d Octobre est marqué par le régime transitoire d automne. La pluviométrie annuelle moyenne est de mm. Le mois le plus pluvieux est celui d Août avec 313 mm. Le mois le plus chaud est celui d Avril avec une température moyenne de 30 C et le mois le moins chaud est celui d Août avec une température moyenne de 25 C. L évaporation annuelle est de mm en moyenne. Elle est plus intense au cours du mois de Mars et faible en Août. Tableau 1 : Récapitulatif des facteurs climatiques de la Commune de Djougou JANV. FÉV. MARS AVR MAI JUIN JUIL. AOUT SEPT OCT NOV DEC ANNÉE Tn 18,7 19,4 21,2 23,4 24,0 22,9 21,8 21,2 21,0 20,8 20,6 18,9 Tx 34,7 36,8 37,7 36,3 33,8 31,6 29,7 29,4 30,7 32,8 34,9 34,7 Etp 125,9 127,2 152,8 148,5 140,5 119,3 107,4 103,2 106,2 118,7 118,3 119, ,7 Pan 1,2 4,9 32,3 89,9 124,3 178,0 260,4 313,3 221,0 77,4 6,6 0, ,5 Source : Service Météorologique National du Bénin 13

20 Figure 1 : Variation mensuelle des températures minimales et maximales Source : Traitement des données météo Figure 2 : Variation mensuelle des hauteurs de pluie et de l évapotranspiration Source : Traitement des données météo 14

21 Figure 3 : Accès à la ville de Djougou à partir de Cotonou (RÉF. CARTE TOURISTIQUE DU BENIN, IGN- France, 2000) 15

22 Relief, sols, végétation et hydrographie La ville de Djougou présente un relief de plateau parsemé de collines de faibles dénivellations. Les sols sont à texture argilo-sableuse ou latéritique (gravillonnaire à caillouteux) globalement favorables aux activités de productions agricoles. Les superficies emblavées représentent 35,7 % de l espace communal. La végétation est dominée par la savane boisée et arbustive dont hectares constituent des forêts classées. Cependant des poches non négligeables de forêts claires et de forêts denses s observent par endroits. Plusieurs cours d eau traversent la Commune de Djougou. Ce sont tous des affluents du fleuve Ouémé. Parmi eux, on note la Donga qui a donné son nom au Département dont Djougou est le chef-lieu Géologie et hydrogéologie La Commune de Djougou est géologiquement caractérisée par des roches de l âge du Dahomeyen dominées par une série de gneiss de la Mékrou et de Djougou ; il s agit de : gneiss à biotite, à deux micas, amphibole dans la zone Nord : forages caractérisés par une profondeur variable de 45 à 65 mètres, un niveau d eau variable de 25 à 50 mètres, un débit inférieur à 2 m 3 /s et un taux de réussite de 29% gneiss à biotite et grenat, amphibolite à pyroxène et grenat, leptynite, paragneiss à muscovite, filons de pegmatite, gneiss fin, micaschistes à deux micas : forages caractérisés par une profondeur inférieure à 45 mètres, un niveau d eau variable de 10 à 25 mètres, un débit de pompage inférieur à 2 m 3 /s et un taux de réussite de 70% amphibolite schisteuse dans la zone de Djougou où les profondeurs de forages atteignent 65 m intrusions tardives de massifs intrusifs, granites, granites prophyriques au Centre-nord sur une superficie d environ 46 km 2 et à l Ouest sur une superficie de 40 km 2 environ. Ces zones révèlent une faiblesse en matière de potentialité de développement à partir des eaux souterraines : forages caractérisés par une profondeur inférieure à 45 mètres, un niveau d eau variable de 10 à 23 mètres, un débit d exploitation variable de 2 à 5 m 3 /s et un taux de réussite de 33% 16

23 apparition de formations associées au gneiss, complexe amphibolotique gneissique de Founogo (amphibolites, gneiss, micaschistes mylonitisés et en écailles) orientées Nord-sud à environ 18 kilomètres à l Ouest de la ville de Djougou ; la superficie de ces formations associées est de 35 km 2 environ roches volcano-sédimentaires de l Ouémé au Nord-ouest de la Commune : forages caractérisés par une profondeur inférieure à 45 mètres, un niveau d eau variable de 10 à 25 mètres, un débit d exploitation inférieur à 2 m3/s et un taux de réussite de 60%. 17

24 Figure 4 : Relief, sols, végétation et hydrographie de la Commune de Djougou (RÉF. CARTE TOURISTIQUE DU BENIN, IGN-France, 2000) 18

25 Figure 5 : Géologie et hydrogéologie de la Commune de Djougou (RÉF. CARTE HYDROGÉOLOGIQUE DU BENIN, GEOHYDRAULIQUE ) 19

26 DONNÉES SOCIO-ÉCONOMIQUES Démographie La Commune de Djougou, qui compte 3 arrondissements urbains et 30 villages ou quartiers de villes, a une population jeune à 65% environ. Le taux d accroissement moyen, sur la base des recensements de 1992 et 2002, est de 3,1%. En cette année 2010, le nombre d habitants est estimé à avec un nombre de personnes variable de 8 à 11 par ménage. Figure 6 : Projection démographique de la Commune de Djougou Activités économiques et capacités de développement Les activités agricoles sont exercées par environ 70 % de la population active. Les principales cultures vivrières sont : l igname, le sorgho, le maïs, le mil, le niébé, le manioc. Les principales cultures de rentes sont le coton et l arachide. Le ramassage et la cueillette du néré, de l anacarde et du karité sont également des sources de revenus. L élevage reste encore traditionnel et non intégré à la production végétale. Les bovins sont en général confiés aux éleveurs peulhs. Les autres animaux élevés sont les ovins, les caprins et les porcins. Un important marché de bétail est situé à Kolokondé, un Arrondissement de la Commune de Djougou. Le commerce et l artisanat représentent ensemble la deuxième source de revenus après les activités agricoles. Ce commerce est basé sur les échanges des biens de consommation 20

27 courants, à savoir les vivres et les produits manufacturés. L artisanat est une activité menée par les potiers, les vanniers, les tisserands, les soudeurs et les menuisiers Organisations locales de développement La Commune de Djougou dispose de diverses organisations mises en place par les populations. On distingue entre autres : Les organisations à petite échelle qui sont des organisations plus ou moins structurées qui participent à l épanouissement des communautés à travers les entraides et les tontines. Les organisations de gestion des biens communautaires dont les plus connues sont : o Les Associations des Parents d Élèves pour la gestion des affaires financières et sociales des écoles publiques o les Comités de Gestion des Points d Eau qui assurent la gestion et l entretien des ouvrages hydrauliques essentiellement en zone hors SONEB DESCRIPTION DE LA SITUATION ACTUELLE DE L AEP DE DJOUGOU RESSOURCES EN EAU L AEP de Djougou est assurée à la fois par des eaux souterraines (2 forages à débits faibles pour une AEP) et des eaux de surface (1 barrage de retenue d eau) Eaux souterraines Deux forages, situés dans l Arrondissement de Sérou, sont raccordés au réseau de distribution de l AEP de la ville de Djougou. Leurs caractéristiques sont : Tableau 2 : Caractéristiques des forages raccordés au réseau AEP de la ville de Djougou Localisation Caractéristiques N Localité Longitude Est Latitude Nord Distance % Djougou (km) Profondeur forée et équipée (m) Débit d exploitation (m 3 /h) Source d énergie observations 21

28 1 Alpha-Kpara Centre , , Groupe électrogène Fonctionnel 2 Nangatchouri , , Source : SONEB et mission effectuée sur le site Réseau électrique SBEE Fonctionnel Les forages situés dans un rayon de 15 km autour de la ville de Djougou et ayant un débit au développement supérieur à 10 m 3 /h sont en nombre très faible (0,84%). Ceci explique l insuffisance des capacités en eaux souterraines pour satisfaire les besoins des populations en eau potable. Néanmoins, des systèmes d adduction d eau villageoise (AEV, nombre = 2), des postes d eau autonomes (PEA, nombre = 5), des forages à motricité humaine (nombre = 116 dont 109 fonctionnels) et des puits à grand diamètre (nombre = 340 dont 324 fonctionnels) sont installés dans des localités de la Commune afin de pallier à cette insuffisance Eaux de surface En complément aux forages, un prélèvement d eau de surface est assuré au niveau du lac nommé Téro situé à l entrée Sud de la ville de Djougou. L eau ainsi prélevée est envoyée dans une station de traitement en vue de la rendre potable. Les caractéristiques de ce lac sont : Tableau 3 : Caractéristiques du lac contribuant à l AEP de la ville de Djougou Localisation Caractéristiques du bassin versant Indice Apports Capacité Coefficient Superficie Périmètre de d eau année cuvette Longitude Est Latitude Nord écoulement S (km 2 ) P (km) pente moyenne (m 3 ) Ke (%) Ig ( ) (m 3 ) , ,0 29,08 23,87 5, Source : SONEB, mission effectuée sur le site observations Envasement de la cuvette de retenue Présence d habitations du côté Ouest 22

29 Figure 7 : Points d eau fonctionnels dans la Commune de Djougou (RÉF. BANQUE DE DONNÉES INTÉGRÉE DU BENIN, DG-Eau ) 23

30 INFRASTRUCTURES Le schéma hydraulique du système d AEP de Djougou est le suivant : Figure 8 : Schéma hydraulique du système d AEP actuel Source : Visite de terrain Figure 9 : Organes de prise d eau sur le lac Source : Visite de terrain Station de traitement de l eau de surface La station de traitement de l eau brute en provenance du barrage existant est composé de : 2 décanteurs floculateurs métalliques de forme cylindro-conique et traitant chacun un débit de 15m 3 /h ; 2 filtres à sable de 15 m 3 /h chacun. 24

31 Le sulfate d alumine, le lait de chaux et l hypochlorite de calcium sont injectés dans la conduite à l entrée de la station de traitement. L eau traitée est recueillie dans une bâche de 20 m 3, une station de reprise construite en dessus composée de deux pompes verticaux de 30m 3 /h HMT 35 m chacun, refoule l eau traitée dans le réseau de distribution. Figure 10 : Parties de la station de traitement des eaux de surface Source : Visite de terrain et des équipements Réseau de distribution et réservoirs En 2008, le réseau de distribution, entièrement en PVC, avait une longueur totale de mètres linéaires pour abonnés. Durant la période de 1998 à 2008, le taux d accroissement des abonnés est de 7,6 %, soit un peu plus que le taux moyen national qui est de 6,5%. Le réseau de distribution comprend deux réservoirs en béton armé de capacités respectives de 160 m 3 et 180 m 3. Le réservoir de 160 m 3 ne domine pas suffisamment les concessions situées dans son voisinage immédiat. Le nombre des gros consommateurs est de 20 dont 9 usagers collectifs, avec une consommation moyenne mensuelle de m 3, représentant 22 % de la consommation totale de Djougou. La consommation mensuelle moyenne par gros consommateur est de 168 m 3. Le volume annuel d eau traitée refoulée est de m 3, ce qui donne 214,3 m 3 branchement pour Djougou, contre 242, 65 m 3 pour l ensemble du Bénin. par 25

32 Volume produit (m3) Production et tarifs de l eau La production d eau de la ville de Djougou en 2008 est d environ m 3, répartie mensuellement comme suit : Tableau 4 : Production mensuelle d eau pour l AEP de la ville de Djougou mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Vol (m 3 ) Source : SONEB A cause de l insuffisance d eau potable disponible, la consommation spécifique par habitant est relativement faible, à savoir 4,5l/j/hab bien en dessous de la valeur nationale qui est de 9l/j/hab. Une autre raison est certainement le faible revenu des familles dans leur ensemble qui se disciplinent dan l usage de l eau pour ne pas dépasser le premier seuil des tarifs (voir tableau ci-dessous). Le montant du branchement est de cent mille ( ) Francs CFA. Figure 11 : Variation des productions mensuelles d eau pour l AEP de Djougou Jan. Fév. Mars Avril Mai Juin Juill. Août Sept. Oct. Nov. Déc. V (m3) Source : SONEB Les besoins en eau sont élevés pendant la période de Novembre à Mai qui correspond à la saison sèche, période au cours de laquelle les ressources alternatives (puits, citernes, mares, etc.) sont inexistantes. 26

33 Tableau 5 : Tarifs de l eau pour la ville de Djougou Seuils de consommation Prix du m3 d eau (FCFA) 0 à 5 m 3 /mois à 50 m 3 /mois 459 Plus de 50 m 3 /mois 658 Pour les consommations collectives 300 Source : SONEB Gestion du réseau Le réseau d AEP de la ville de DJOUGOU et ses environs est géré par un service déconcentré de la SONEB nommé «AGENCE» qui a à sa charge un ou plusieurs réseaux dans un rayon donné et suivant la taille des villes. L AGENCE chargée de la gestion de l AEP de DJOUGOU est composé de : un service technique et un service administratif et financier. Le service technique est chargé de la gestion technique du réseau et des autres équipements techniques dans le but de rendre continu le service de l eau pour les usagers. Les problèmes que rencontre souvent ce service sont, entre autres : Casse de conduites Fuites d eau au niveau des raccordements des compteurs Fuites d eau au niveau des autres pièces de raccord Lenteur dans les interventions pour les réparations des fuites à ciel ouvert Non disponibilité de certaines pièces de rechanges Difficulté dans l identification des fuites dans le réseau 4.3. PROPOSITIONS EN VUE DU RENFORCEMENT DES RESSOURCES EN EAU Afin de renforcer l AEP de la ville de Djougou et des localités voisines, les propositions suivantes ont été faites : 27

34 RESSOURCES SOUTERRAINES MOBILISABLES L analyse documentaire couplée aux études hydrogéologiques ont permis d identifier les caractéristiques de la zone et de privilégier celles qui assurent la réussite des implantations. L inventaire des ouvrages existants et des archives d anciens projets réalisés par la DG-Eau, l ex CARDER, la SNV, l UNICEF, l UEMOA, l AGETUR et l analyse des renseignements ainsi obtenus ont permis de caractériser les points d eau dont les débits sont compris entre 4 et 21m 3 /h et une profondeur équipée de 50 ml à 65 ml. Le tableau suivant récapitule les caractéristiques des forages : Tableau 6 : Caractéristiques des forages analysés Indice IRH de forage Longitude Est Latitude Nord Débit d'exploitation (m 3 /h) Niveau dynamique moyen en période de crue (m) Niveau dynamique moyen en période d'étiage (m) Amplitude du niveau dynamique observée h (m) DJO-B '02,1" 09 42'40,0" 5,3 3 5,7 2,7 DJO-B '22,5" 09 49'00,0" 4,3 5,2 8,3 3,1 DJO-B '55,0" 09 58'49,0" 9,45 3,1 6,3 3,2 DJO-B '09,2" 09 30'00,0" 8,5 13,43 17,2 3,77 DJO-D '03,0" 09 25'00,0" 10 5,4 11,4 6 INC-C '12,5" 09 25'30,0" 7,37 4,6 9,6 5 INC-C '46,9" 09 54'00,0" 6,7 8,6 13,4 4,8 PAR-C '37,8" 09 23'00,0" 3,6 3,5 4,35 0,85 PAR-C '48,1" 09 28'30,0" 8,8 2,8 4,96 2,16 PAR-A '26,6" 09 44'27,0" 21 12,31 17,3 4,99 Source : mesures opérées sur le terrain Dans la Commune de Djougou, les recharges sont assurées et se présentent en 2 classes : la classe de 2 m à 5 m et la classe de 6 m et plus. L investigation hydrogéologique et géophysique montre la possibilité de créer 10 nouveaux forages dans un rayon de 15 km autour de la ville de Djougou. Nous admettons un débit moyen de 8,5 m 3 /h pour lesdits forages. 28

35 Figure 12 : Position des forages (existants et proposés) et du réseau de collecte 29

36 30

37 RESSOURCES DE SURFACE MOBILISABLES Du point de vue hydrographique, la Commune de Djougou est essentiellement drainée par 2 principaux cours d eau que sont la Donga et la Doninga, affluents de l Ouémé en rive droite. Le site existant est celui situé à l entrée Sud de la ville de Djougou. En plus de ce site existant, 3 autres sites sont proposés. Les deux premiers sont recherchés sur les affluents de la Donga plus proches de la ville, 10 km pour le premier (avec 1 variante) et 5 km pour le second (avec 2 variantes). La position du troisième site permet de retenir les eaux provenant de la Donga et de la Doninga. Ce site est à 50 km environ. Les bassins versants des sites sont caractérisés par les données morphométriques que sont : la superficie, le périmètre, l indice de compacité, la longueur du rectangle équivalent, les altitudes en crête et au droit du site de barrage, l indice global de pente, la dénivelée spécifique. Les caractéristiques morphométriques des bassins versants correspondants aux sites sont : Tableau 7 : Caractéristiques morphométriques des bassins versants des sites (1 existant et 3 proposés) Sites de barrages Site existant Site n 1 Site n 2 Site n 3 DJ-1 DJ-1bis DJ-2 DJ-3 DJ-4 Afon Coordonnées Latitude Nord ,02" ,80 " ,80" ,91" ,00" ,60" ,8" Longitude Est ,00" ,7" ,80" , ,60" ,30" ,6" Superficie (km2) Périmètre (km) Long cours d eau (km) 29,5 11,4 8,5 43,9 47,9 96, ,6 13,5 12,9 26,5 29,2 39,3 275,8 9,40 5,90 5,10 10,20 12,70 15,80 91,93 Cote max (m) Caractéristiques bassin versant Cote min (m) Indice de compacité 1,23 1,13 1,25 1,13 1,19 1,13 0,02 Long rect équ (km) 8,22 3,44 4,61 6,83 9,64 10,33 33,13 Indice (m/km) pente 6,21 11,04 7,81 6,44 5,39 5,23 3,56 Déniv spécif (m) 33,71 37,29 22,77 42,65 37,34 51,32 60,45 Relief Assez faible Assez faible Faible Assez faible Assez faible Modéré Modéré 31

38 Réseau Radial Radial Radial Radial Radial Radial Apport moyen annuel (x m3)

39 Figure 13 : Position du site du barrage existant (Lac) Figure 14 : Position du site du barrage DJ-1 Figure 15 : Position du site du barrage DJ-1 bis Figure 16 : Position du site du barrage DJ-2 Figure 17 : Position du site du barrage DJ-3 Figure 18 : Position du site du barrage DJ-4 Source : cartes de Djougou Feuille NC-31-VIII au 1/ , IGN-PARIS, édition

40 Figure 19 : Position du site du barrage Affon Source : Base de Données Intégrées, BDI-DGEau,

41 V. DISCUSSION ET ANALYSES 5.1. ANALYSE DE L ÉTAT ACTUEL DU RÉSEAU ET DE SA GESTION Plus de la moitié de l eau courante est gaspillée suite à des fuites. L accès à l eau douce passe nécessairement par une réduction des gaspillages. L eau douce est de plus en plus rare et chère, comme n importe quel autre produit. Qu elle soit distribuée à des petits consommateurs urbains ou à des grands consommateurs industriels, cette denrée a un prix. Dans le cas particulier de l AEP de Djougou, le réseau, en PVC, révèle des faiblesses suite aux nombreuses années d exploitation. On note de manière intempestive des fuites à ciel ouvert dues à des cassures de tuyau ou à un relâchement au niveau des raccordements des compteurs ou autres pièces spéciales. Concernant les fuites internes, elles ne sont découvertes que lorsque les terrains traversés sont mouillés à la surface du sol. Pour ce qui concerne les fuites à ciel ouvert, une section de l AGENCE de la SONEB est mise en place pour les réparations y afférentes. Par contre la SONEB ne dispose pas d équipements et de compétence pour déceler à temps les fuites internes du réseau et les traiter. Pour palier les pertes dues aux diverses fuites, il s avère nécessaire de procéder à l usage de conduites PEHD pour les extensions du réseau et du remplacement progressif des conduites PVC existantes. Afin d'améliorer la qualité du service rendu aux usagers, les gestionnaires des réseaux d'eau potable doivent, non seulement garantir la qualité de l'eau et assurer la continuité de l'alimentation, mais aussi réduire les pertes en eau et préserver le cadre urbain tout en diminuant les coûts ANALYSE DES SCENARII Avant de poursuivre la discussion et les analyses il est important de rappeler l objectif de la recherche qui est de voir en quoi la gire peut contribuer à la problématique de l alimentation en eau de la ville de DJOUGOU. Pour cela nous rappelons le consensus international sur la GIRE basé sur les quatre principes de Dublin : l eau douce est une ressource limitée et vulnérable, indispensable au maintien de la vie, au développement et à l environnement ; 35

42 l exploitation et la gestion de l eau doivent se fonder sur une approche Participative, impliquant les usagers, les planificateurs et les décideurs à tous les niveaux ; les femmes jouent un rôle central dans l approvisionnement, la gestion et la préservation de l eau ; l eau a une valeur économique dans toutes ses utilisations concurrentes et doit être reconnue comme un bien économique. En nous référant à ces principes et suite à l état des lieux fait sur la situation actuelle du système d alimentation en eau potable de la ville de Djougou, les différents scénarii vont être analysés et des propositions vont être faites dans le but de l application optimale de la GIRE. Les éléments ci après vont êtres pris en compte dans les appréciations notamment : Mobilisation harmonisée de la ressource. Équité et solidarité dans l espace et dans le temps entre les usagers actuels et futurs. Utilisation rationnelle et concertée de la ressource mobilisée. Préoccupation genre. Protection harmonisée des ressources. Non nuisance aux autres riverains ou usagers de la ressource eau MOBILISATION HARMONISÉE DE LA RESSOURCE La mobilisation des ressources en eau nécessaires pour la réalisation de l AEP de la ville de Djougou requiert la réalisation de forages ou de barrages. L eau étant une denrée vulnérable et limitée, l objectif sera d assurer une gestion rationnelle par la réalisation des infrastructures de mobilisation d eau. La ressource pourrait être affectée par une mobilisation non coordonnée et non harmonisée. Que ce soit le barrage ou le forage, la matrice des interrelations potentielles permettra de visualiser les différentes relations entre le potentiel de la ressource en eau et le besoin réel de la population de la ville de Djougou et ses environs. En effet le potentiel hydrogéologique et le besoin en eau brute de la population de la ville de Djougou et ses environs se présentent à l horizon 2030 comme suit : 36

43 Tableau 8 : Points d eau modernes existants dans un rayon de 15 km autour de la ville de Djougou et les besoins en eau brute des populations. POTENTIEL HYDROGÉOLOGIQUE Nombre d Equivalent Point d Eau (EPE) dans un rayon de 15 km par rapport à la ville Moyenne de 1985 des à 2008 profondeurs des forages se situant dans un rayon de 15 km par rapport à la zone du projet Moyenne des NS d eau des forages réalisés dans un rayon de 15 km autour de la ville Pourcentage des forages ayant un débit au développement (en m 3 /h) compris dans l intervalle [0,7 ; 5[et dans un rayon de 15 km Pourcentage autour de des la ville forages ayant un débit au développement (en m 3 /h) compris dans l intervalle [5; 10[et dans un rayon de 15 km autour de la ville Pourcentage des forages ayant un débit au développement 10 m 3 /h et dans un rayon de 15 km autour de la ville Structure géologique souvent captée m 8.28m/repère sol 86.52% 12.64% 0.84% Gneiss, des micaschistes à deux micas, des amphibolites schisteuses, des îlots de quartzites BESOIN EN EAU BRUTE TOTAL [Qmoy] (Millions m 3 /an) Le sous-sol de la commune de Djougou, présente un potentiel hydrogéologique passablement généreux mais le débit d exploitation des forages positifs obtenus avec des taux des réussites de 52% pour la meilleure des campagnes de sondage, demeure très faible. La quasi inexistence de forage de débit supérieur ou égal à 10m 3 /h ou le faible pourcentage de forages de débit compris entre 5 et 10m 3 /h montre la difficulté d utiliser uniquement des forages comme source de captage dans un système d Alimentation en Eau Potable, face aux besoins évolutifs des populations. Les eaux de surface des différents sous-bassins seraient un moyen sûr car d importants volumes d eau pourraient être mobilisés. La caractéristique hydraulique des eaux de surface, c est leurs 37

44 écoulements intermittents dus aux variabilités pluviométriques. En effet au nord du Bénin, où se localise la zone d étude, le déficit d écoulement, de l ordre de 40%, correspond à une diminution de la pluviométrie de 15 à 20% (Lebel et Vischel, 2005). L hypothèse la plus avancée sur cette diminution trouverait son origine dans la réduction durable des apports en eau souterraine. (Kamagaté, 2006). Il est donc nécessaire d assurer une gestion durable de la ressource à travers l amélioration du système d alimentation en eau de la ville de Djougou sur les différents sites proposés, à savoir : DJ 1, DJ 2, DJ 3, DJ 4 et Affon. D après les enquêtes réalisées sur l option de mobilisation (forages ou barrages) de la ressource (voir annexe 1) pour l AEP de la ville de Djougou il résulte ce qui suit : Les thèmes de cette enquête ont porté sur le potentiel hydrogéologique de la commune, la mise en appointage des forages, la possibilité d implantation de barrage sur les sites, l existence de zone à risque de salinisation et l impact de chacun des barrages sur la variation des niveaux de la nappe et des débits des cours d eau. L enquête a consisté dans un premier temps à répondre par l affirmation ou la négation concernant les thèmes cités ci-dessus. A travers les réponses, les sites ont été mis en concurrence selon que ceux-ci répondent favorablement aux préoccupations de la GIRE (au quel cas on leur affecte un signe positif "+"). Ainsi le site qui aurait plus de pourcentage d attribution positif sera le plus indiqué pour répondre au principe de mobilisation harmonisé de ressource en eau. Les eaux souterraines de la commune de Djougou peuvent être utilisées en appointage dans le système d approvisionnement en eau avec les barrages des sites DJ 2, DJ 3, DJ 4 et Affon. 38

45 ÉQUITÉ ET SOLIDARITÉ DANS L ESPACE ET DANS LE TEMPS ENTRE LES USAGERS ACTUELS ET FUTURS La gestion participative de la population riveraine et concertée des différents acteurs intervenant dans le domaine de l eau ainsi que les acteurs institutionnels doivent assurer une gestion intégrée et efficace des ressources naturelles en l occurrence celle de l eau dans la ville de Djougou. Le barrage de Téro est le patrimoine de la SONEB qui en assure la gestion. La nouvelle approche visera à intégrer les secteurs de la pêche, de l élevage et de l agriculture. Tout devra se baser sur une planification et une projection des actions possibles dans le bassin, tout ceci dans un environnement législatif adéquat. Cette autorité de régulation doit mettre en place des instruments tels que le Contrôle direct : règles, droits, normes, plans d utilisation des sols, réglementation des services publics, etc. ou encore les instruments économiques : prix, tarifs, subventions, aides, redevances, frais, marchés, taxes, etc. Suivant le principe précédent d enquête, les sites DJ 1 DJ 1bis, DJ 2, DJ 3, DJ 4 et Affon ont été mis en compétition pour des raisons de volume mobilisable par ceux-ci, leur capacité à supporter d autres activités en dehors de l AEP puis la possibilité de mettre en place dans le cas où les barrages de ces sites seraient réalisés, un comité plurisectoriel de gestion. D après le diagramme présenté ci-dessus, la réalisation du barrage sur le site de Affon permettrait le développement d activités auxiliaires à l approvisionnement en eau potable car il mobilise non seulement un volume important de la ressource mais il présente un atout majeur lié à son isolement qui favoriserait non seulement le développement de l agriculture, du tourisme, de la pisciculture, mais aussi de mini AEP pour les agglomérations qui existent entre le barrage et le centre urbain de la commune de Djougou. De plus par la proximité du site avec la forêt classée de l Ouémé supérieur, une synergie de gestion pourrait être établie entre l administration forestière et la SONEB. Quant aux sites DJ 1 DJ 1bis, DJ 2, DJ 3, DJ 4, pour lesquels les pourcentages obtenus lors de cette enquête sont de 13% pour le meilleur score, la réalisation des barrages ne pourrait pas favoriser une organisation communautaire en raison de l exiguïté de ces bassins et de leur situation au voisinage du centre urbain. La réalisation de ces ouvrages resterait l apanage de la SONEB et les autres secteurs qui auraient besoin d eau pour le développement de leurs activités ne pourraient en avoir à cause de l insuffisance du volume mobilisable d une part et de la situation géographique de ces barrages d autre part. 39

46 UTILISATION RATIONNELLE ET CONCERTÉE DE LA RESSOURCE MOBILISÉE. Plusieurs acteurs interviennent au niveau de la gestion et de l utilisation du barrage et de son bassin versant. On peut les regrouper en deux grandes catégories à savoir : Les acteurs étatiques parmi lesquels il y a les services nationaux et déconcentrés de l État (SONEB, DG Eau, CeRPA etc. ), les collectivités locales (Mairies des communes traversées par le bassin); les utilisateurs des ressources en eau et des ressources naturelles au niveau des barrages (existant et à construire) et de leurs bassin versants. Il s agit surtout des producteurs agricoles, des maraîchers, des éleveurs, des pêcheurs, des exploitants forestiers et exploitants du bois énergie etc. Il convient de noter qu autour des barrages et de leurs bassins versants, chaque acteur, surtout les utilisateurs, développe son activité/intérêt avec sa logique, sa stratégie de façon à optimiser à son seul profit les services de l eau et des ressources naturelles associées. Comme il a été développé dans le paragraphe précédent, la réalisation de barrage sur le site de Affon pourrait satisfaire l intérêt de chacune de ces parties. En tenant compte de sa capacité mobilisatrice et de son isolement, ce site peut constituer sans équivoque la grande marmite autour de laquelle les simples consommateurs de la ville de Djougou et ses environs, ainsi que les usagers lucratifs pourront se satisfaire à condition d une utilisation rationnelle qui passe par 40

47 des actions d information, de sensibilisation, de formation, d éducation et de mise en place des mesures d accompagnement en faveur de tous les acteurs et les populations vivant dans le bassin versant. Sur le plan du genre (voir le diagramme ci-dessous), tous les sites recensés dans le cadre de la présente étude favoriseraient l intégration des femmes et des franges vulnérables de la population au développement de leurs activités personnelles mais aussi dans l organe de gestion et de prise de décision. La phase de réalisation de ces ouvrages apportera une valeur ajoutée aux commerçantes en raison de la forte mobilisation de moyens humains que nécessiteraient les divers chantiers. Ces sites favoriseraient de même l éclosion des cultures maraichères, ainsi que les cultures de contre saison qui utilisent dans la plupart des cas, une main d œuvre féminine PROTECTION HARMONISÉE DES RESSOURCES Les systèmes d alimentation en eau potable doivent bénéficier d une protection efficace, tant au niveau de la ressource que des infrastructures mises en œuvre pour le stockage ou la distribution. La protection aura pour objectifs de : Produire une eau dont la qualité ne nuit pas à la santé. Pour cela, elle doit être conforme à la réglementation sanitaire. Mettre à la disposition de l usager une quantité d eau suffisante pour couvrir ses besoins. Procurer un confort d utilisation en approvisionnant l eau à une pression adaptée à l usage. Garantir une distribution 24 heures sur 24 grâce à des solutions de secours. La protection se doit de protéger tous les objectifs du système AEP et notamment des pollutions accidentelles. 41

48 L enquête réalisée sur les sites DJ 1 DJ 1bis, DJ 2, DJ 3, DJ 4, et Affon ne révèle pas de difficulté physique lié à la mise en place de dispositif de protection (voir le diagramme ci-dessous). Cependant les périmètres de protection qui sont actuellement occupés par des agriculteurs constituant une source potentielle de pollution aux pesticides, devront être délocalisés NON NUISANCE AUX AUTRES RIVERAINS OU USAGERS DE LA RESSOURCE EAU Dans ce paragraphe nous aborderons les questions relatives aux impacts positifs, que la réalisation de barrage sur chacun de ces sites aurait sur l environnement (pollution, zone protégée, diversité biologique ) et l aspect socio économique (santé et mode de vie). Il s agira à l issue de cette enquête, d identifier le site qui donnerait un poids considérable aux paramètres énumérés ci-dessus. Il est à noter que les sites DJ 1 DJ 1bis, DJ 2, DJ 3, DJ 4, sont plus urbanisés que celui de Affon à cause de leur proximité avec le centre ville de Djougou. Le manteau géologique est constitué de trois ensembles relativement distincts : La rive gauche présente des terrasses alluvionnaires composées de sable argileux et d argile limoneuse. Ces terrasses donnent à la cuvette une certaine étanchéité. Au niveau du lit mineur, on retrouve des affleurements métamorphiques dus à l effet érosif du cours d eau, ils sont formés de gneiss fins et micaschistes à biotite. Aucune trace de faille n a été observée. 42

49 En s éloignant du cours d eau, les rives (surtout en rive droite) deviennent couvertes par des colluvions résultant de l érosion de la roche mère qui affleure par endroit. Le site est favorable pour la construction d un barrage en présence de deux élévations sur les deux rives pouvant servir comme appuis pour la digue et des terrasses alluvionnaires qui peuvent être des zones d emprunts (surtout en rive gauche). AVANTAGE La réalisation de ce barrage mobilisera un stock d eau Sur le plan socio-économique, au-delà de l objet principal du projet qui est d assurer l alimentation en eau potable, ce stock d eau peut servir au développement des cultures de contre saison par le système d irrigation, le maraîchage, ou au renforcement de l abreuvement des animaux domestiques des localités concernées. Certaines autres activités seront développées ; parmi elles, on peut citer les activités piscicoles et de pêche au niveau de la retenue et/ou sur le cours d eau. Du point de vue de la santé de la population, l existence de ce stock d eau permet de garantir une bonne santé à la population par la distribution d eau potable en toutes saisons, ce qui éviterait les maladies d origine hydrique. IMPACTS NEGATIFS Destruction du couvert végétal : la mise en eau du réservoir du barrage induirait l inondation d environ 30 ha. Ce qui provoquerait la destruction en cet endroit des espèces ligneuses telles que : Isoberlinia doka, Daniellia oliverii, Combretum sp, Terminalia sp, Il en ressort la perturbation de la quiétude et l émigration obligatoire des espèces de faune terrestre occupant ce biotope. La microfaune et la microflore y seraient également modifiées. 43

COMMUNICATION PRESENTEE PAR : Adrien T. DOSSOU, Directeur Général de la Société Nationale des Eaux du Bénin (SONEB)

COMMUNICATION PRESENTEE PAR : Adrien T. DOSSOU, Directeur Général de la Société Nationale des Eaux du Bénin (SONEB) REPUBLIQUE DU BENIN -------------------- MINISTERE DE L ENERGIE, DES RECHERCHES PETROLIERES ET MINIERES, DE L EAU ET DU DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES -------------------- DIRECTION GENERALE

Plus en détail

Pacte d Istanbul pour l Eau

Pacte d Istanbul pour l Eau Pacte d Istanbul pour l Eau Des autorités locales et régionales Réunis à Istanbul en mars 2009, nous Maires et autorités locales et régionales des différentes parties du monde adhérons au présent PACTE

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Réseau International des Centres de formations aux métiers de l Eau Assemblée Constitutive du Réseau Paris 19-21 novembre 2008 Expérience de l

Réseau International des Centres de formations aux métiers de l Eau Assemblée Constitutive du Réseau Paris 19-21 novembre 2008 Expérience de l Réseau International des Centres de formations aux métiers de l Eau Assemblée Constitutive du Réseau Paris 19-21 novembre 2008 Expérience de l Algérienne des Eaux en matière de formation ZAIER Hocine Sommaire

Plus en détail

l association Toilettes Du Monde? Coordonnées de la personne référent sur le projet «assainissement»

l association Toilettes Du Monde? Coordonnées de la personne référent sur le projet «assainissement» Vous avez un projet dans le domaine de l assainissement et vous souhaitez solliciter l appui technique de l association Toilettes Du Monde? Ce questionnaire va nous permettre de mieux cibler votre demande.

Plus en détail

BURKINA FASO CAHIER 3 : LA GESTION DES AEPS/PEA

BURKINA FASO CAHIER 3 : LA GESTION DES AEPS/PEA BURKINA FASO CAHIER 3 : LA GESTION DES AEPS/PEA Pour les AEPS/PEA, la Réforme exclut le principe de gestion communautaire, et préconise une délégation de gestion à un opérateur privé compétent. La Réforme

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Termes de référence de l étude de faisabilité pour le projet d eau potable de Diawara

Termes de référence de l étude de faisabilité pour le projet d eau potable de Diawara 02mars 2009 PacepaS Gret/Semis Benoît Paldrup Termes de référence de l étude de faisabilité pour le projet d eau potable de Diawara Le présent document a pour objet de définir les modalités de réalisation

Plus en détail

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A 105 CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A SECTION I - NATURE DE L OCCUPATION ET DE L UTILISATION DU SOL Article 1 A - Occupations et utilisations du sol interdites 1. Les bâtiments à usage d habitation,

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

CHAPITRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

CHAPITRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CHAPITRE II : APPLICABLES A LA ZONE N Caractère de la zone : Il s agit d une zone naturelle et forestière protégée en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur

Plus en détail

Annexe n 3 - Cadre logique 2009-2012

Annexe n 3 - Cadre logique 2009-2012 1. Objectifs globaux 1. Contribuer à l atteinte des Objectifs du Millénaire (ODM) par la réalisation d actions de proximité (éducation, santé, eau potable, etc.) ; 2. Promouvoir la bonne gouvernance en

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

Plan d'action de la 2ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe

Plan d'action de la 2ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe Plan d'action de la ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe 1. Objectifs Sur le long terme, le projet vise à consolider une démarche

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

ASSAINISSEMENT DU HAMEAU DE LA MARTELIERE COMMUNE DE SAINT-JULIEN-EN-VERCORS MARCHE DE MAITRISE D ŒUVRE - PROGRAMME DE L OPERATION AVRIL 2013

ASSAINISSEMENT DU HAMEAU DE LA MARTELIERE COMMUNE DE SAINT-JULIEN-EN-VERCORS MARCHE DE MAITRISE D ŒUVRE - PROGRAMME DE L OPERATION AVRIL 2013 DEPARTEMENT DE LA DRÔME DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT SERVICE GESTION DE L EAU Cellule d Assistance Technique ASSAINISSEMENT DU HAMEAU DE LA MARTELIERE COMMUNE DE SAINT-JULIEN-EN-VERCORS MARCHE DE MAITRISE

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Communication à la 23 ème CASA, Rabat/Maroc, du 4 au 7 décembre 2013 Par Lassina PARE, Ingénieur statisticien économiste Directeur

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS)

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) PROJET DE GESTION DES RESSOURCES EN EAU ET DE L ENVIRONNEMENT DU BASSIN DU FLEUVE SENEGAL (GEF/BFS) ATELIER DE CONCERTATION SUR LA GESTION DES

Plus en détail

LIVRET DES SOURCES D APPROVISIONNEMENT EN EAU

LIVRET DES SOURCES D APPROVISIONNEMENT EN EAU REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana LIVRET DES SOURCES D APPROVISIONNEMENT EN EAU MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE 1 Introduction L accès à l eau potable et à l assainissement adéquat

Plus en détail

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration... 1 Sommaire INTRODUCTION... 2 1/ Le contexte général de la commune...3 2/ L état des réseaux...3 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...3 4/ Les solutions retenues par la commune...5 CONCLUSION Carte

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DIRECTION DE L'EAU Sous-Direction de l'action territoriale, De la directive cadre

Plus en détail

SEMINAIRE DE FORMATION DES FORMATEURS EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU ******

SEMINAIRE DE FORMATION DES FORMATEURS EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU ****** Université de Dschang Département de Genie Rural SEMINAIRE DE FORMATION DES FORMATEURS EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU ****** Dschang, du 24 au 26 Juillet 2006 ******* Document d orientation

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU

PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU M. KOUASSI Jules Venance Assistant au PCCI (Côte d Ivoire) kouassjv2003@yahoo.fr ATELIER REGIONAL SUR L ADAPTATION ACCRA 21 au 23 septembre 2006 INTRODUCTION

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

Plan d action sur l assainissement des eaux usées à Mayotte

Plan d action sur l assainissement des eaux usées à Mayotte ASSAINISSEMENT Plan d action sur l assainissement des eaux usées à Mayotte L assainissement des eaux usées à Mayotte tarde à se mettre en place. Il est même facteur de ralentissement de certains projets

Plus en détail

Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution

Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution Elodie BRELOT Directeur du GRAIE Groupe de Recherche Rhône-Alpes sur les Infrastructures

Plus en détail

PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE»

PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE» PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE» L ENQUETE EN LIGNE Lien d accès : https://fr.surveymonkey.com/s/enqueteuicncoopdecbiodiv Mot de passe : enqueteuicn Réponse

Plus en détail

OMD 7 - Assurer un environnement durable

OMD 7 - Assurer un environnement durable OMD 7 - Assurer un environnement durable Garantir à la population un environnement durable et sain constitue le socle du septième Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD). Cet objectif cible

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Présentation du Programme

Présentation du Programme Ministère de l Hydraulique et de l Assainissement République du Sénégal ATELIER DE LANCEMENT SECTORIEL EAU-ASSAINISSEMENT Jeudi 25 septembre 2014, King Fahd Palace Hôtel - Dakar Présentation du Programme

Plus en détail

Notice de Présentation. Zonage d assainissement Eaux Usées. Commune de LORIENT

Notice de Présentation. Zonage d assainissement Eaux Usées. Commune de LORIENT Notice de Zonage d assainissement Eaux Usées Commune de LORIENT SOMMAIRE Contexte... 3 Définitions... 3 Rappels réglementaires... 4 Description du plan de zonage d assainissement d eaux usées... 5 Annexe

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices

Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices 1 Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices Les constats sont les suivants : Une eau globalement abondante à l échelle de la Région mais très inégalement répartie

Plus en détail

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA INTITULE DU PROJET : PROJET DE PROMOTION DE L INITIATIVE LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT D AGUIE 1 Intitulé du Projet : Projet de Promotion de l Initiative Locale pour le

Plus en détail

Programme d Application de la Réforme du système de gestion des infrastructures d alimentation en eau potable en milieux rural et semi urbain

Programme d Application de la Réforme du système de gestion des infrastructures d alimentation en eau potable en milieux rural et semi urbain CONVENTION DE DELEGATION DE GESTION DES POMPES A MOTRICITE HUMAINE (PMH) ENTRE UNE COMMUNE ET UNE ASSOCIATION DES USAGERS DE L EAU ENTRE D UNE PART, La Commune de... (province de..) Représentée par le

Plus en détail

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement A l occasion de la Cérémonie de lancement du Cluster Solaire Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Monsieur

Plus en détail

Pastoralisme dans la région du Tadress et le Sud du Ténéré en zone sahélo - saharienne

Pastoralisme dans la région du Tadress et le Sud du Ténéré en zone sahélo - saharienne Réflexion sur les problématiques de l hydraulique pastorale Exemple de la Commune rurale d Aderbissanat au Niger ONG Tidène (Niger) Association Les Puits Du Désert (France) Régie des Eaux de Grenoble (France)

Plus en détail

L accès à l eau et à l assainissement en Afrique subsaharienne. 14 février 2013 Collège Les Petits Sentiers, Lucé

L accès à l eau et à l assainissement en Afrique subsaharienne. 14 février 2013 Collège Les Petits Sentiers, Lucé L accès à l eau et à l assainissement en Afrique subsaharienne 14 février 2013 Collège Les Petits Sentiers, Lucé SEVES L ASSOCIATION Systèmes Economiquement Viables pour l Eau aux Suds Association loi

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 21 Novembre 2011. Les prix de l eau sur le bassin Adour-Garonne : Composantes et disparités

DOSSIER DE PRESSE 21 Novembre 2011. Les prix de l eau sur le bassin Adour-Garonne : Composantes et disparités DOSSIER DE PRESSE 21 Novembre 2011 Les prix de l eau sur le bassin Adour-Garonne : Composantes et disparités Contacts presse : Agence de l eau Adour-Garonne Catherine Belaval- 05 61 36 36 44- catherine.belaval@eau-adour-garonne.fr

Plus en détail

Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2)

Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2) Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2) Unité de Coordination Centrale (UCC) Direction Générale du Financement, des Investissements et des Organismes Professionnels Ministère de l

Plus en détail

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau ROYAUME DU MAROC Secrétariat d État chargé de l Eau et de l Environnement Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau Mohamed HACHIMI Du 08 au 09/07/2009 à Tunis Gouvernance au niveau des Agences

Plus en détail

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Réunion du bureau du CESER Aquitaine du 2 avril 2013 CONTRIBUTION Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Vu le dossier

Plus en détail

Programme de recherche en eau souterraine dans le socle vendéen (2003-2013) : synthèse, bilan et optimisations

Programme de recherche en eau souterraine dans le socle vendéen (2003-2013) : synthèse, bilan et optimisations Programme de recherche en eau souterraine dans le socle vendéen (2003-2013) : synthèse, bilan et optimisations Elisabeth Macé (1) (1) Vendée Eau elisabeth.mace@vendee-eau.fr En 2000, Vendée Eau a réalisé

Plus en détail

********************* Par

********************* Par ********************* Par Salifou B DIARRA Dr Niama Nango DEMBELE : OMA : PROMISAM Mai 2006 1 PERSPECTIVES D EVOLUTION DES MARCHES CEREALIERS POUR LA PERIODE DE SOUDURE 2005/06 Introduction On ne parlerait

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr Pays de l Afrique de l Ouest limité par : l Océan Atlantique au sud le Nigeria à l Est le Togo à l Ouest le Niger au Nord Est

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES NATURE DES OPERATIONS - Infrastructures liées à la protection de la ressource, au traitement et à la distribution de l eau potable. BENEFICIAIRES Communes

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET Introduction A l instar de tous les pays qui ont adhéré à

Plus en détail

L alimentation en eau potable

L alimentation en eau potable Aujourd hui, la qualité de l eau et les réserves potentielles, constituent, au sein de notre société, des préoccupations environnementales majeures. En 1992 et pour la première fois, le principe selon

Plus en détail

GUIDE D'AIDE A L ÉTABLISSEMENT D'UN DESCRIPTIF DÉTAILLÉ DES RÉSEAUX D'EAU POTABLE

GUIDE D'AIDE A L ÉTABLISSEMENT D'UN DESCRIPTIF DÉTAILLÉ DES RÉSEAUX D'EAU POTABLE GUIDE D'AIDE A L ÉTABLISSEMENT D'UN DESCRIPTIF DÉTAILLÉ DES RÉSEAUX D'EAU POTABLE Groupe de travail : Gestion patrimoniale Evènement : Web conférence Date : novembre 2014 www.astee.org Les maitres d œuvre

Plus en détail

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne 10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne Bassin Loire-Bretagne : 155 000 km² (28% du territoire national métropolitain) Population concernée : 12,4 millions d habitants Les grands axes

Plus en détail

Cours :HYDROGEOCHIMIE, EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT LIQUIDE

Cours :HYDROGEOCHIMIE, EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT LIQUIDE Cours :HYDROGEOCHIMIE, EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT LIQUIDE STU 6 -MODULE OPTIONNEL 4 (MOP4 2014-2015 ) Chapitre I- Introduction à l'alimentation en eau potable (AEP) Chapitre II- Evaluation des besoins

Plus en détail

Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau

Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau 1971 ST-LOUIS, GATINEAU (QUÉBEC) J8T 4H6 R.B.Q 2592 3533-93 Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau Lots 3 966 254 et 2 957 115 MISE

Plus en détail

Le Plan de Gestion des Risques d Inondation 2016-2021. Projet en consultation. www.developpement-durable.gouv.fr

Le Plan de Gestion des Risques d Inondation 2016-2021. Projet en consultation. www.developpement-durable.gouv.fr Le Plan de Gestion des Risques d Inondation 2016-2021 Projet en consultation www.developpement-durable.gouv.fr Cadre européen La directive Inondation Directive européenne du 23/10/07 Réduire les conséquences

Plus en détail

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Adour-Garonne

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Adour-Garonne 10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Adour-Garonne Bassin Adour-Garonne : 116 000 km² (21% du territoire national métropolitain) Population concernée : 7 millions d habitants Les grands axes du programme

Plus en détail

Présenté: é Mme Antoinette PA AH. Point focal REFACOF Cameroun ( Réseau des Femmes Africaines pour la Gestion Communautaire des Forêts)

Présenté: é Mme Antoinette PA AH. Point focal REFACOF Cameroun ( Réseau des Femmes Africaines pour la Gestion Communautaire des Forêts) OCBB: OBSERVA ATOIRE DES CULT TURES BA AKA ET BANTOU CA AMEROU UN Présenté: é Mme Antoinette PA AH Directrice de l OCBB(Observatoire des Cultures Baka et Bantou pour l Education Environnementale et le

Plus en détail

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction :

Plus en détail

DURAND Audrey Année 2006-2007. Master II Gestion des Ressources Naturelles et de l Environnement Université Montesquieu Bordeaux IV

DURAND Audrey Année 2006-2007. Master II Gestion des Ressources Naturelles et de l Environnement Université Montesquieu Bordeaux IV DURAND Audrey Année 2006-2007 Master II Gestion des Ressources Naturelles et de l Environnement Université Montesquieu Bordeaux IV Rapport de Stage Mission de maîtrise d œuvre en matière d assainissement

Plus en détail

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès.

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. DIRECTION REGIONALE DE MEKNES Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. 1 Introduction Présentation Acteurs du système d information statistique régional du HCP Sources

Plus en détail

Dr Mathieu BADOLO Centre Régional AGRHYMET www. Agrhymet.ne. m.badolo@agrhymey.ne m_badolo@yahoo.fr

Dr Mathieu BADOLO Centre Régional AGRHYMET www. Agrhymet.ne. m.badolo@agrhymey.ne m_badolo@yahoo.fr PROGRAMME REGIONAL D AUGMENTATION D DES PRECIPITATIONS PAR ENSEMENCEMENT DES NUAGES AU SAHEL - APENS Dr Mathieu BADOLO Centre Régional AGRHYMET www. Agrhymet.ne m.badolo@agrhymey.ne m_badolo@yahoo.fr Plan

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

(Partie française située sur le territoire du bassin Rhin-Meuse)

(Partie française située sur le territoire du bassin Rhin-Meuse) DIRECTIVE 2000/60/CE DU PARLEMENT EUROPEEN ET DU CONSEIL DU 23 OCTOBRE 2000 ETABLISSANT UN CADRE POUR UNE POLITIQUE COMMUNAUTAIRE DANS LE DOMAINE DE L EAU (Partie française située sur le territoire du

Plus en détail

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL Séminaire de partage "Nourrir les villes par une agriculture familiale durable" du samedi 7 au lundi 9 décembre 2013 à Dakar, Sénégal ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE»

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» A l attention des professeurs de SVT, Physique- Chimie et Histoire Géographie. Ecocène

Plus en détail

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie PROGRAMME «BIODIVERSITÉ, GAZ, PÉTROLE» Avec le soutien de : Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie 1 Préambule

Plus en détail

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE L ENVIRONNEMENT DIVISION DE L EAU Direction des Eaux souterraines Directive-Cadre de l eau PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE

Plus en détail

STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU

STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU PLAN DE COMMUNICATION STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU 1. ONEA BURKINA FASO 2. CONTEXTE PN AEPA 3. PN AEPA 4. Volet Formation

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE YASSO

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE YASSO PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

CONTRIBUTION DE L ASSEMBLEE NATIONALE AU CADRE JURIDIQUE DU SECTEUR AEPA

CONTRIBUTION DE L ASSEMBLEE NATIONALE AU CADRE JURIDIQUE DU SECTEUR AEPA CONTRIBUTION DE L ASSEMBLEE NATIONALE AU CADRE JURIDIQUE DU SECTEUR AEPA Réseau des parlementaires burkinabè pour l eau potable, l hygiène et l assainissement REPHA/BF. Atelier national pour une meilleure

Plus en détail

Commune de PISIEU. SYNDICAT des EAUX DOLON-VAREZE. Département de l ISERE. Gilles Nicot Ingénieur Conseil Eau, Assainissement, Environnement.

Commune de PISIEU. SYNDICAT des EAUX DOLON-VAREZE. Département de l ISERE. Gilles Nicot Ingénieur Conseil Eau, Assainissement, Environnement. Département de l ISERE SYNDICAT des EAUX DOLON-VAREZE Commune de PISIEU Etude des possibilités d assainissement collectif / non collectif Octobre 2005 Gilles Nicot Ingénieur Conseil Eau, Assainissement,

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Jean-Baptiste Ouedraogo

Jean-Baptiste Ouedraogo Jean-Baptiste Ouedraogo 1 La vulnérabilité sociale peut être caractérisée par une situation de précarité liée à l exclusion sociale ou à l absence de droits civiques (aspects sociaux et politiques). Elle

Plus en détail

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Titre de l'initiative : Appui à la mise en œuvre du plan d action de la stratégie nationale de développement

Plus en détail

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Colloque Villes et Universités au service du développement local Lausanne, 20 octobre 2010 Association Internationale des Maires Francophones Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Introduction

Plus en détail

CRÉATION D ÉTANGS ET DE PLANS D EAU

CRÉATION D ÉTANGS ET DE PLANS D EAU Seine-Maritime CRÉATION D ÉTANGS ET DE PLANS D EAU REGLEMENTATION APPLICABLE au titre du Code de l Environnement Articles R 214-1 à R 214-6 du code de l environnement relatifs à la nomenclature des opérations

Plus en détail

REVISION DE L ETUDE DE ZONAGE D ASSAINISSEMENT

REVISION DE L ETUDE DE ZONAGE D ASSAINISSEMENT Maître d'ouvrage Commune de MALVILLE Hôtel de Ville Rue Merlerie 44260 MALVILLE REVISION DE L ETUDE DE ZONAGE D ASSAINISSEMENT NOTE DE SYNTHESE Janvier 2014 EF Etudes 4, rue Galilée BP 4114, 44341 BOUGUENAIS

Plus en détail

Le programme-cadre de développement des SADA

Le programme-cadre de développement des SADA 4 Le programme-cadre de développement SADA L étude de cas ne saurait être complète sans présenter une méthode d élaboration programmes de développement SADA. Les sections suivantes montrent les étapes

Plus en détail

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL Présenté par Mouhamadou Moustapha FALL Ingénieur agroéconomiste spécialiste assurance agricole Directeur Général Adjoint de la Compagnie

Plus en détail

Techniques culturales de captage des eaux pluviales

Techniques culturales de captage des eaux pluviales KHARMOUCH Mohamed: Ingénieur en Génie Rural Direction de l Irrigation et de l Aménagement de l Espace Agricole Techniques culturales de captage des eaux pluviales PLAN 1- L EAU RESSOURCE RARE 2- PESPECTIVES/LA

Plus en détail

ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES

ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES IX e JOURNÉES D ÉTUDES INGÉNIERIE DES DISPOSITIFS DE FORMATION A L INTERNATIONAL «ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES»

Plus en détail

RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30

RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30 RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30 Le déroulement de la soirée 1. Qu est-ce qu un PLUi? 2. Etat des lieux du territoire 3. Temps d échanges

Plus en détail

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif?

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Les récentes émeutes de la faim à Maputo, au Mozambique, ont servi à rappeler brutalement que les augmentations

Plus en détail

Territoire de l étude

Territoire de l étude Note de présentation - Novembre 2011 Etat d avancement de l étude Fonctionnement hydraulique du complexe «Etangs Palavasiens Etang d Ingril Etang de l Or» en période de crue et de tempête marine Contexte

Plus en détail

Mettre en œuvre une politique durable de gestion des eaux

Mettre en œuvre une politique durable de gestion des eaux Mettre en œuvre une politique durable de gestion des eaux D01 Objectifs Garantir un approvisionnement en eau potable de qualité et minimiser l impact humain sur les eaux de surface et souterraines Effets

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

Sélection des crédits de priorité régionale de LEED v4 Canada

Sélection des crédits de priorité régionale de LEED v4 Canada Sélection des crédits de priorité régionale de LEED v4 Canada Que sont les crédits de priorité régionale? Les crédits de priorité régionale ont été mis en place dans les systèmes d évaluation LEED 2009

Plus en détail

Mini réseau hybride en Afrique Central. Joseph KENFACK ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE UNIVERSITE DE YAOUNDE I

Mini réseau hybride en Afrique Central. Joseph KENFACK ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE UNIVERSITE DE YAOUNDE I Mini réseau hybride en Afrique Central Joseph KENFACK ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE UNIVERSITE DE YAOUNDE I SOMMAIRE DONNEES SUR L AFRIQUE CENTRALE ENERGIE RENOUVELABLE EN AFRIQUE CENTRALE ETUDE

Plus en détail

DOMAINES DE COOPÉRATION PROPOSÉS PAR L AGENCE NATIONALE DE GESTION INTÉGRÉE DES RESSOURCES EN EAU «AGIRE»

DOMAINES DE COOPÉRATION PROPOSÉS PAR L AGENCE NATIONALE DE GESTION INTÉGRÉE DES RESSOURCES EN EAU «AGIRE» DOMAINES DE COOPÉRATION PROPOSÉS PAR L AGENCE NATIONALE DE GESTION INTÉGRÉE DES RESSOURCES EN EAU «AGIRE» DERAMCHI Mohamed Directeur général de l AGIRE. International Integrated Basin Management Workshop

Plus en détail

PRESENTATION DU MALI FORUM SUR L INITIATIVE SOLAIRE DE LA CEDEAO (IESC)

PRESENTATION DU MALI FORUM SUR L INITIATIVE SOLAIRE DE LA CEDEAO (IESC) FORUM SUR L INITIATIVE SOLAIRE DE LA CEDEAO (IESC) ------------------------------------------------------------------------------------- PRESENTATION DU MALI M. Cheick Ahmed SANOGO Directeur National Adjoint

Plus en détail