Al b e r t C o h e n : ( / ) é c r i v a i n d o r i g i n e j u i v e, n é e n G r è c e,

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Al b e r t C o h e n : ( / ) é c r i v a i n d o r i g i n e j u i v e, n é e n G r è c e,"

Transcription

1 S é q u e n c e 2 : E x p l o r e r l e s r é c i t s d e n f a n c e e t d a d o l e s c e n c e e n t r e a u t o b i o g r a p h i e e t f i c t i o n S é a n c e 2 : E t u d i e r l a f i g u r e d e l a m è r e Al b e r t C o h e n : ( / ) é c r i v a i n d o r i g i n e j u i v e, n é e n G r è c e, é m i g r e e n a v e c s e s p a r e n t s q u i s i n s t a l l e n t à M a r s e i l l e. F o n c t i o n n a i r e i n t e r n a t i o n a l, i l s i n s t a l l e à L o n d r e s e n p u i s r e t o u r n e à G e n è v e. S o n œ u v r e m a j e u r e e s t u n r o m a n d a m o u r i n t i t u l é, B e l l e d u S e i g n e u r. M a m a n J a i é t é u n e n f a n t, j e n e l e s u i s p l u s e t j e n n e r e v i e n s p a s. S o u d a i n, j e m e r a p p e l l e n o t r e a r r i v é e à M a r s e i l l e. J a v a i s c i n q a n s. E n d e s c e n d a n t d u b a t e a u, a c c r o c h é à l a j u p e d e M a m a n c o i f f é e d u n c a n o t i e r o r n é d e c e r i s e s, j e f u s e f f r a y é p a r l e s t r a m s, c e s v o i t u r e s q u i m a r c h a i e n t t o u t e s s e u l e s. J e m e r a s s u r a i e n p e n s a n t q u u n c h e v a l d e v a i t ê t r e c a c h é d e d a n s. [ ] P e u a p r è s n o t r e d é b a r q u e m e n t, m o n p è r e m a v a i t d é p o s é, é p o u v a n t é e t a h u r i, c a r j e n e s a v a i s p a s u n m o t d e f r a n ç a i s, d a n s u n e p e t i t e é c o l e d e s œ u r s c a t h o l i q u e s. J y r e s t a i s d u m a t i n a u s o i r, t a n d i s q u e m e s p a r e n t s e s s a y a i e n t d e g a g n e r l e u r v i e d a n s c e v a s t e m o n d e e f f r a y a n t. P a r f o i s, i l s d e v a i e n t p a r t i r s i t ô t l e m a t i n q u i l s n o s a i e n t p a s m e r é v e i l l e r. A l o r s, l o r s q u e l e r é v e i l s o n n a i t à s e p t h e u r e s, j e d é c o u v r a i s l e c a f é a u l a i t e n t o u r é d e f l a n e l l e s p a r m a m è r e q u i a v a i t t r o u v é l e t e m p s, à c i n q h e u r e s d u m a t i n, d e m e f a i r e u n p e t i t d e s s i n r a s s u r a n t q u i r e m p l a ç a i t s o n b a i s e r e t q u i é t a i t p o s é c o n t r e l a t a s s e. J e n r e v o i s d e c e s d e s s i n s : u n b a t e a u t r a n s p o r t a n t l e p e t i t A l b e r t, m i n u s c u l e à c ô t é

2 d u n g i g a n t e s q u e n o u g a t t o u t p o u r l u i ; u n é l é p h a n t a p p e l é G u i l l a u m e, t r a n s p o r t a n t s a p e t i t e a m i e, u n e f o u r n i q u i r é p o n d a i t a u d o u x n o m d e N a s t r i n e ; u n p e t i t h i p p o p o t a m e q u i n e v o u l a i t p a s f i n i r s a s o u p e ; u n p o u s s i n d e v a g u e a s p e c t r a b b i n i q u e 1 q u i j o u a i t a v e c u n l i o n. C e s j o u r s - l à, j e d é j e u n a i s s e u l, d e v a n t l a p h o t o g r a p h i e d e M a m a n q u e l l e a v a i t m i s e a u s s i p r è s d e l a t a s s e p o u r m e t e n i r c o m p a g n i e. [ ] J e m e r a p p e l l e q u e n q u i t t a n t l a p p a r t e m e n t, j e f e r m a i l a p o r t e a u l a s s o. J a v a i s c i n q o u s i x a n s e t j é t a i s d e t r è s p e t i t e t a i l l e. L e p o m m e a u d e l a p o r t e é t a n t t r è s h a u t p l a c é, j e s o r t a i s u n e f i c e l l e d e m a p o c h e, j e v i s a i s l e p o m m e a u e n f e r m a n t u n œ i l e t, l o r s q u e j a v a i s a t t r a p é l a b o u l e d e p o r c e l a i n e, j e t i r a i s à m o i. C o m m e m e s p a r e n t s m e l a v a i e n t r e c o m m a n d é, j e f r a p p a i s e n s u i t e p l u s i e u r s f o i s c o n t r e l a p o r t e p o u r v o i r s i e l l e é t a i t b i e n f e r m é e. C e t i c m e s t r e s t é. D a n s c e t t e s e c o n d e s c è n e, l e n a r r a t e u r a u n e d i z a i n e d a n n é e s. S o u d a i n j e l a r e v o i s, s i a n i m é e p a r l a v i s i t e d u m é d e c i n v e n a n t s o i g n e r s o n p e t i t g a r ç o n. C o m b i e n e l l e é t a i t é m u e p a r c e s v i s i t e s d u m é d e c i n, l e q u e l é t a i t u n p o n t i f i a n t 2 c r é t i n p a r f u m é q u e n o u s a d m i r i o n s é p e r d u m e n t. C e s v i s i t e s p a y é e s, c é t a i t u n é v è n e m e n t m o n d a i n, u n e f o r m e d e v i e s o c i a l e p o u r m a m è r e. U n m o n s i e u r b i e n d u d e h o r s p a r l a i t à c e t t e i s o l é e, s o u d a i n v i v i f i é e e t p l u s d i s t i n g u é e. E t m ê m e, i l l a i s s a i t t o m b e r d u h a u t d e s o n é m i n e n c e 3 d e s c o n s i d é r a t i o n s p o l i t i q u e s, n o n m é d i c a l e s, q u i r é h a b i l i t a i e n t m a m è r e, l a f a i s a i e n t u n e é g a l e e t ô t a i e n t, p o u r q u e l q u e s m i n u t e s, l a l è p r e d e s o n i s o l e m e n t. S a n s d o u t e s e r a p p e l a i t - e l l e a l o r s q u e s o n p è r e a v a i t é t é u n n o t a b l e 4. J e r e v o i s s o n a s p e c t d e

3 p a y s a n n e p o u r l e m é d e c i n, s o n o r e n i a i s q u i n o u s p a r a i s s a i t l a m e r v e i l l e d u m o n d e e t d o n t j a d o r a i s t o u t, m ê m e u n e t r a c e d e v a r i o l e s u r s o n p i f m a j e s t u e u x. J e r e v o i s l a d m i r a t i o n s i c o n v a i n c u e a v e c l a q u e l l e e l l e l e c o n s i d é r a i t m a u s c u l t a n t d u n e t ê t e à l e a u d e C o l o g n e, a p r è s q u e l l e l u i e u t t e n d u u n e s e r v i e t t e n e u v e à l a q u e l l e i l a v a i t u n d r o i t d i v i n. C o m m e e l l e r e s p e c t a i t c e t t e n é c e s s i t é m a g i q u e d u n e s e r v i e t t e p o u r a u s c u l t e r. J e l a r e v o i s, m a r c h a n t s u r l a p o i n t e d e s p i e d s p o u r e p a s l e d é r a n g e r t a n d i s q u i l m e p r e n a i t g é n i a l e m e n t l e p o u l s t o u t e n t e n a n t g é n i a l e m e n t s a b e l l e m o n t r e d a n s s a m a i n. Q u e c é t a i t b e a u, n e s t - c e p a s, p a u v r e M a m a n s i p e u b l a s é e, s i s e v r é e d e s j o i e s d e c e m o n d e? A l b e r t C o h e n, L e L i v r e d e m a M è r e E d i t i o n s G a l l i m a r d, u n r a b b i n e s t u n r e l i g i e u x j u i f 2. q u i s e d o n n e d e s a i r s d i m p o r t a n c e 3. s a h a u t e u r 4. u n e p e r s o n n e s o c i a l e m e n t é l e v é e U n r é c i t a u t o b i o g r a p h i q u e 1. Q u e l s é l é m e n t s a u t o b i o g r a p h i q u e s i d e n t i f i e z - v o u s d a n s l e t e x t e? 2. L a c o n f u s i o n a u t e u r - n a r r a t e u r - p e r s o n n a g e e x i s t e - t - e l l e d a n s l e t e x t e? J u s t i f i e z.

4 3. a ) Q u e l s s o n t l e s d e u x t e m p s e m p l o y é s d a n s l e r é c i t? C i t e z u n e x e m p l e p o u r c h a c u n d e u x. b ) Q u e c h e r c h e à e x p r i m e r l a u t e u r e n f a i s a n t a l t e r n e r l e s t e m p s d a n s l e r é c i t? 4. Q u e l s e n t i m e n t l e n a r r a t e u r e n f a n t é p r o u v e - t - i l a u d é b u t d e s o n s é j o u r e n F r a n c e? J u s t i f i e z. L a f i g u r e d e l a m è r e 5. a ) R e l e v e z l a d j e c t i f q u a l i f i a n t l e s d e s s i n s d e l a m è r e : Q u e l l e c a r a c t é r i s t i q u e d e c e l l e - c i t r a d u i t - i l? b ) D e «u n e b a t e a u» à «u n l i o n» : Q u e l p r o c é d é d é c r i t u r e l e n a r r a t e u r e m p l o i e - t - i l? Q u e v e u t - i l m o n t r e r? 6. a ) Q u e l n o m l e n a r r a t e u r e m p l o i e - t - i l à d e u x r e p r i s e s p o u r d é s i g n e r s a m è r e? b ) Q u e l l i e n e n t r e l e f i l s e t l a m è r e c e t e m p l o i é t a b l i t - i l? 7. a ) Q u e l l e e s t l a t t i t u d e d e l a m è r e à l é g a r d d u m é d e c i n? b) E s t - e l l e p a r t a g é e p a r l e n a r r a t e u r - e n f a n t? p a r l e n a r r a t e u r a d u l t e? J u s t i f i e z. 8. a ) C o m m e n t l e n a r r a t e u r a d u l t e e x p l i q u e - t - i l l a t t i t u d e d e s a m è r e f a c e a u m é d e c i n?

5 b ) Q u e l j u g e m e n t p o r t e - t - i l s u r s a m è r e d a n s l a d e u x i è m e p a r t i e d u t e x t e? R é p o n d e z e n c i t a n t l e t e x t e. D é g a g e z l e s s e n t i e l Q u e l l e i m a g e d e s a m è r e l a u t e u r - n a r r a t e u r d o n n e - t - i l d a n s c e t e x t e a u t o b i o g r a p h i q u e?

Condition inf-sup pour l Elément Fini de Taylor-Hood È ¾ -iso-è ½

Condition inf-sup pour l Elément Fini de Taylor-Hood È ¾ -iso-è ½ Condition inf-sup pour l Elément Fini de Taylor-Hood È ¾ -iso-è ½ Patrick Ciarlet et Vivette Girault ciarlet@ensta.fr & girault@ann.jussieu.fr ENSTA & Laboratoire Jacques-Louis Lions, Paris 6 Condition

Plus en détail

ISAN System: 5 Œuvre à épisodes ou en plusieurs parties

ISAN System: 5 Œuvre à épisodes ou en plusieurs parties sm: 5 Œ à épsds pss ps Wb f B Rs s: E b W B bs d mdè Vs j www.sb. B ss Psfh B 7 T. +4 5 Fx +4 7 EM: f@sb. www.sb. B ss Psfh B 7 T. +4 5 Fx +4 7 EM: f@sb. wzd 5 Œ à épsds pss ps mm: TRODUTO DEMRE. OEXO.

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION. Association régie par par la Loi du 1 er juillet 1901

STATUTS DE L ASSOCIATION. Association régie par par la Loi du 1 er juillet 1901 STATUTS DE L ASSOCIATION Association régie par par la Loi du 1 er juillet 1901 Statuts adoptés par l Assemblée Générale Extraordinaire du dimanche 1 er avril 2007 ËØ ØÙØ Ð³ Ó Ø ÓÒ ÖØ Ð ÔÖ Ñ Ö¹ ÒÓÑ Ò Ø

Plus en détail

ISAN System: 3 Création d un V-ISAN

ISAN System: 3 Création d un V-ISAN sm: é d V Wb f B Rs s: E b W B bs d mdè Vs j www.sb. B ss Psfh B 7 T. +4 5 Fx +4 7 EM: f@sb. www.sb. B ss Psfh B 7 T. +4 5 Fx +4 7 EM: f@sb. wzd é d V mm: TRODUTO DEMRE. OEXO. RETO D U V 4 FORMTO UPPLEMETRE

Plus en détail

%$&$#' "!# $! ## BD0>@6,;2106>+1:+B2.6;;/>0.2106>9*27+2.1/+BB+:/@6>.106>>+;+>1:+>6;*,+/EA,6.+77/7A,6@+7706>>+B79 561,+76.08189:+;61,+8.6>6;0+976>1:+?+>/+7@6,1+;+>1:8A+>:2>1+7:+B21+.C>6B630+:+ 1+.C>6B630=/+FGD+7A06>>23+8.6>6;0=/++1A6B010=/+:2>7B+.)*+,+7A2.+;+1+>:2>3+,B+A61+>10+B

Plus en détail

Programme Prélavage vapeur. Nettoyage automatique du tambour Permet de nettoyer automatiquement le tambour.

Programme Prélavage vapeur. Nettoyage automatique du tambour Permet de nettoyer automatiquement le tambour. Ó ² ¼ù ² «½ ±² ¼«Ô ª»óÔ ²¹» ÓßÒËÛÔ Üù ÒÍÌÎËÝÌ ÑÒÍ ÜÉÝóÔÝïîïïÍ ñ ÜÉÜóÔÜïìïÕÝÍ Verrouillage enfant Le système de verrouillage enfant empêche que les enfants appuient sur un bouton et modifient le programme

Plus en détail

ÍÒ Ú Ö Ø ËØÖ ÓÙÖ Á ÙÐØ Ë Ò ÓÒÓÑ ÕÙ Î ÄÍ ÌÁÇÆ ÅÈÁÊÁÉÍ Ë Å ÆÁËÅ Ë ÌÊ ÆËÅÁËËÁÇÆ Ë ÀÇ Ë ÇÆ Å ÆÌ Í Ì ÆÇÆ ÇÆ Å ÆÌ Í Î ÊË Ä Ë Å Ê À Ë ÇÍÊËÁ ÊË Ì ÔÖ ÒØ ÔÓÙÖ Ð³Ó Ø ÒØ ÓÒ Ù Ø ØÖ ÓØ ÙÖ Ä³ÍÒ Ú Ö Ø ËØÖ ÓÙÖ Á ÈÖ ÒØ

Plus en détail

5 éléments essentiels à retenir pour optimiser vos revenus nets après impôt. www.planimedic.com

5 éléments essentiels à retenir pour optimiser vos revenus nets après impôt. www.planimedic.com 5 éléments essentiels à retenir pour optimiser vos revenus nets après impôt 1. Report d impôt 1. L incorporation Un outil de report d impôt Taux d imposition marginal en 2014 d un particulier: 50% Taux

Plus en détail

accident du travail ou maladie professionnelle du

accident du travail ou maladie professionnelle du accidents travail et maladies définis et prescrits par le en avec le médecin conseil volet 1 à conserver par le médecin traitant nom de naissance (suivi s'il y a lieu nom d'usage)-prénom accident travail

Plus en détail

Méthode de l équilibrage harmonique généralisé

Méthode de l équilibrage harmonique généralisé Méthode de l équilibrage harmonique généralisé Application à l interaction modale rotor/stator Sébastien Roques * Mathias Legrand * Christophe Pierre ** Bernard Peseux * Patrice Cartraud * * GeM, Pôle

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION REMP

STATUTS DE L ASSOCIATION REMP STATUTS DE L ASSOCIATION REMP WEMF AG für Werbemedienforschung REMP Recherches et études des médias publicitaires Bachmattstrasse 53 CH-8048 Zurich Téléphone +41 43 311 76 76 Fax +41 43 311 76 77 remp@remp.ch

Plus en détail

Ordonnance concernant la mise en vigueur de taux du droit de douane du tarif général convenus dans le cadre de l accord OMC

Ordonnance concernant la mise en vigueur de taux du droit de douane du tarif général convenus dans le cadre de l accord OMC Ordonnance concernant la mise en vigueur de taux du droit de douane du tarif général convenus dans le cadre de l accord OMC 632.104 du 7 décembre 1998 (Etat le 9 octobre 2001) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

CONVENTIONS ET ACCORDS INTERNATIONAUX - LOIS ET DECRETS ARRETES, DECISIONS, AVIS, COMMUNICATIONS ET ANNONCES (TRADUCTION FRANÇAISE)

CONVENTIONS ET ACCORDS INTERNATIONAUX - LOIS ET DECRETS ARRETES, DECISIONS, AVIS, COMMUNICATIONS ET ANNONCES (TRADUCTION FRANÇAISE) N 24 43ème ANNEE Dimanche Correspondant au JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE CONVENTIONS ET ACCORDS INTERNATIONAUX - LOIS ET DECRETS ARRETES, DECISIONS, AVIS, COMMUNICATIONS

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail

ÇÆ ÈÌÁÇÆ Ì Ê ÄÁË ÌÁÇÆ ³ÍÆ ÈÈÄÁ ÌÁÇÆ ËÌÁÇÆ Ê Ë Í Ë ÇÅÈÇË ÆÌË Ê È ÊÌÁË Ô Ö ÅÓ Ñ Ö Þ Ñ ÑÓ Ö ÔÖ ÒØ Ù Ô ÖØ Ñ ÒØ Ñ Ø Ñ Ø ÕÙ Ø ³ Ò ÓÖÑ Ø ÕÙ Ò ÚÙ Ð³Ó Ø ÒØ ÓÒ Ù Ö Ñ ØÖ Ò ÅºËºµ ÍÄÌ Ë Ë Á Æ Ë ÍÆÁÎ ÊËÁÌ ËÀ Ê ÊÇÇÃ

Plus en détail

ÍÒ Ú Ö Ø ÅÓÒØÖ Ð ÍÒ ÑÓ Ð ÙÒ ÓÖÑ ÔÓÙÖ Ð ÑÓ Ð Ø ÓÒ Ø Ð Ñ Ø ÑÓ Ð Ø ÓÒ ³ÙÒ Ñ ÑÓ Ö ³ ÒØÖ ÔÖ Ô Ö ÇÐ Ú Ö Ö Ô ÖØ Ñ ÒØ ³ Ò ÓÖÑ Ø ÕÙ Ø Ö Ö ÓÔ Ö Ø ÓÒÒ ÐÐ ÙÐØ ÖØ Ø Ò Ì ÔÖ ÒØ Ð ÙÐØ ØÙ ÙÔ Ö ÙÖ Ò ÚÙ Ð³Ó Ø ÒØ ÓÒ Ù Ö È

Plus en détail

LILLE MÉTROPOLE BUREAUX

LILLE MÉTROPOLE BUREAUX CONSEIL MÉTROPOLE CHIFFRES CLÉS BUREAUX ème TRIMESTRE 015 ARTEPARC - Lesquin - 1 er bâtiment inauguré en juillet Parc tertiaire 3 ème génération qui proposera à termes bâtiments et 44 000 m de bureaux

Plus en détail

&RQVHLO5pJLRQDO 1RUG± 3DVGH&DODLV

&RQVHLO5pJLRQDO 1RUG± 3DVGH&DODLV SRXU &RQVHLO5pJLRQDO 1RUG± 3DVGH&DODLV (WXGH GHIDLVDELOLWpG XQHILOLqUHUpJLRQDOHLQIRUPDWLTXH HQ 2SHQ6RXUFH ª 6RPPDLUH / REMHWGHO pwxgh /HVSURMHWVHWDSSOLFDWLRQVHQ13'& /HVDWRXWVHWIDLEOHVVHVGHODUpJLRQ /HVFRQVWDWV

Plus en détail

Classement Raid 2015

Classement Raid 2015 Classement Raid 2015 Table des matières Classement Général... 1 Classement Actif... 2 Classement Etudiant... 3 Classement J1... 4 Classement J2... 6 Classement J3... 8 Classement Général Rang Nom de l

Plus en détail

Premiers pas sur le site ecommerce.cléde13.fr. Sommaire

Premiers pas sur le site ecommerce.cléde13.fr. Sommaire Premiers pas sur le site ecommerce.cléde13.fr Sommaire A: Se connecter B: Compte utilisateur C: Recherche d'article D: Constituer votre panier - l'enregistrer - Faire une demande de devis - Passer une

Plus en détail

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche. Camp des Cactus JD1 @ Stanstead 16:30 18:30 FOOTBALL CADET D2

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche. Camp des Cactus JD1 @ Stanstead 16:30 18:30 FOOTBALL CADET D2 Août 2015 Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 RENTRÉE SERVICE DES SPORTS 11 Cactus JD1 15:00 18:30 Accueil et mee ng au local 287 + prépara on des équipements au ves

Plus en détail

Le Processus Unifié de Rational

Le Processus Unifié de Rational Le Processus Unifié de Rational Laurent Henocque http://laurent.henocque.free.fr/ Enseignant Chercheur ESIL/INFO France http://laurent.henocque.perso.esil.univmed.fr/ mis à jour en Novembre 2006 Licence

Plus en détail

Gérer la transition des cadres supérieurs

Gérer la transition des cadres supérieurs Gérer la transition des cadres supérieurs L I S T E D E C O N T R Ô L E D E S P R I N C I P A L E S I N T E R V E N T I O N S D E S C O N S U L T A N T S E T D E S D G I N T É R I M A I R E S 706MissionSt.

Plus en détail

Extrait de http://www.microsoft.com/france/windows/xp/virtualpc/deco uvrez/technique.mspx UREC 2006-09 MMSH (S. ZARDAN) 1

Extrait de http://www.microsoft.com/france/windows/xp/virtualpc/deco uvrez/technique.mspx UREC 2006-09 MMSH (S. ZARDAN) 1 Extrait de http://www.microsoft.com/france/windows/xp/virtualpc/deco uvrez/technique.mspx MMSH (S. ZARDAN) 1 Les systèmes d exploitation d hébergh bergés s Windows 98, Windows 2000 et Windows XP dans Windows

Plus en détail

Molécules et Liaison chimique

Molécules et Liaison chimique Molécules et liaison chimique Molécules et Liaison chimique La liaison dans La liaison dans Le point de vue classique: l approche l de deux atomes d hydrogd hydrogènes R -0,9-1 0 0,5 1 1,5,5 3 3,5 4 R

Plus en détail

A u g m e n t a t i o n c o t i s a t i o n s a u 1 er J a n v i e r 2 0 1 4

A u g m e n t a t i o n c o t i s a t i o n s a u 1 er J a n v i e r 2 0 1 4 A u g m e n t a t i o n c o t i s a t i o n s a u 1 er J a n v i e r 2 0 1 4 Réforme des Retraites Points évoqués : - Augmentation des cotisations vieillesse Caisse Urssaf - Augmentation des cotisations

Plus en détail

1. Généralités sur la norme 2. Pouvoir de représentation 3. Les prix fermes 4. Circonstances extraordinaires 5. Variations économiques 1. Droit 2.

1. Généralités sur la norme 2. Pouvoir de représentation 3. Les prix fermes 4. Circonstances extraordinaires 5. Variations économiques 1. Droit 2. Thèmes abordés s au regard de la norme SIA 118 1. Généralités sur la norme 2. Pouvoir de représentation 3. Les prix fermes 4. Circonstances extraordinaires 5. Variations économiques 1. Droit 2. Méthodes

Plus en détail

Proposition Technique et Financière (PTF) pour un raccordement au réseau de distribution d électricité

Proposition Technique et Financière (PTF) pour un raccordement au réseau de distribution d électricité Proposition Technique et Financière (PTF) pour un raccordement au réseau de distribution d électricité Résumé Ce modèle présente les composantes techniques et financières de la proposition de raccordement

Plus en détail

Dématérialisation des factures du Secteur Public. la solution mutualisée CPP2017

Dématérialisation des factures du Secteur Public. la solution mutualisée CPP2017 Dématérialisation des factures du Secteur Public la solution mutualisée CPP2017 Contexte de la facturation électronique 2017 De la loi à l ordonnance La loi habilitant le gouvernement à simplifier et sécuriser

Plus en détail

Ä Ù Ù ÊÇÇÌ Ö ÔÓÙÖ Ä ÒÙÜ Ö ÙÑ Ö º ÙÑ Ä ÒÙܺ ͺÇÖ Ö º ÙÑ Ö Ò ÜºÓÖ Î Ö ÓÒ ¾º ¾½ Ë ÔØ Ñ Ö ½ Ì Ð Ñ Ø Ö ½ ÈÖ Ñ ÙÐ ½ ½º½ À ØÓ Ö Ù º º º º º º º º º º º º º º º º º º º º º º º º º º º º º º º º º º º º º º º

Plus en détail

ASR1 TD7 : Un microprocesseur RISC 16 bits

ASR1 TD7 : Un microprocesseur RISC 16 bits {Â Ö Ñ º ØÖ Ý,È ØÖ ºÄÓ Ù,Æ ÓÐ ºÎ ÝÖ Ø¹ ÖÚ ÐÐÓÒ} Ò ¹ÐÝÓÒº Ö ØØÔ»»Ô Ö Óº Ò ¹ÐÝÓÒº Ö» Ö Ñ º ØÖ Ý»¼ Ö½» ASR1 TD7 : Un microprocesseur RISC 16 bits 13, 20 et 27 novembre 2006 Présentation générale On choisit

Plus en détail

Cloud pour applications PC SOFT Tarification

Cloud pour applications PC SOFT Tarification Cloud pour applications PC SOFT Tarification Date d entrée en vigueur de cette tarifi cation : 26 mai 2014 16:44 Présentation Le Cloud pour applications PC SOFT met à votre disposition des plateformes

Plus en détail

Modalités de calcul des indemnités des présidents, des vice-présidents et des conseillers communautaires des EPCI à fiscalité propre

Modalités de calcul des indemnités des présidents, des vice-présidents et des conseillers communautaires des EPCI à fiscalité propre Département Intercommunalité et territoires 18 mars 2014 Département Administration et gestion communale Modalités de calcul des indemnités des présidents, des vice-présidents et des conseillers communautaires

Plus en détail

Recommandation de câblage pour système d alarme. (ALS04 avec TVD02 ou TVD03)

Recommandation de câblage pour système d alarme. (ALS04 avec TVD02 ou TVD03) Page 1/9 Recommandation de câblage pour système d alarme. (ALS04 avec TVD02 ou TVD03) Avant toute mise en place, lire attentivement Le document «ANNEXE : RECOMMANDATION GENERALE» (Document fournit avec

Plus en détail

CONSUMER 2008 50 INTERPHONES

CONSUMER 2008 50 INTERPHONES CONSUMER 2008 50 INTERPHONES pour moto NOUVEAU MIDLAND BT2 INTERCOM System sans fi ls Multimédia CONSUMER 2008 51 Le premier vrai system de communication et de loisir pour motards Le Midland BT2 Intercom

Plus en détail

Barre Supplémentaire 85x85 Barre Supplémentaire 85x30

Barre Supplémentaire 85x85 Barre Supplémentaire 85x30 Système de Pergola de Base Fixé au Sol Système de Pergola de Base Fixé au Sol Module Additionnel Système de Pergola de Base Amoviblé, avec Plaque de Pose Système de Pergola de Base Amoviblé, avec Plaque

Plus en détail

Préface des auteurs 17. Àpropos decelivre 19. Introduction 21

Préface des auteurs 17. Àpropos decelivre 19. Introduction 21 Table des matières Préface de Kasper Skårhøj 11 Préface des auteurs 17 Àpropos decelivre 19 Introduction 21 1 Introduction 23 1.1 Historique..................................... 23 1.2 Qu est-ce qu un

Plus en détail

DIRECTIVES DE PLACEMENT RISK BUDGETING LINE 5

DIRECTIVES DE PLACEMENT RISK BUDGETING LINE 5 DIRECTIVES DE PLACEMENT RISK BUDGETING LINE 5 29.06.2011 Groupe de placement Prisma Risk Budgeting Line 5 (RBL 5) Caractéristiques du groupe de placement 1. Le RBL 5 est un fonds composé d actifs susceptibles

Plus en détail

Revue de Presse Casino contre le Cancer 2014. Cercle des jeunes ambassadeurs de l Institut du cancer de Montréal

Revue de Presse Casino contre le Cancer 2014. Cercle des jeunes ambassadeurs de l Institut du cancer de Montréal Revue de Presse Casino contre le Cancer 2014 Cercle des jeunes ambassadeurs de l Institut du cancer de Montréal 1. Actions de communication Premiers contacts informels avec les médias et blogueurs: printemps

Plus en détail

Resolution limit in community detection

Resolution limit in community detection Introduction Plan 2006 Introduction Plan Introduction Introduction Plan Introduction Point de départ : un graphe et des sous-graphes. But : quantifier le fait que les sous-graphes choisis sont des modules.

Plus en détail

Introduction à la finance d'entreprise. Université Paris XIII

Introduction à la finance d'entreprise. Université Paris XIII Introduction à la finance d'entreprise Université Paris XIII GENILUM BE éclairage et conception lumière Nicolas Mangin @: nmangin@genilum.fr Tel: 06 63 39 18 40 Pourquoi tenir une comptabilité Une obligation

Plus en détail

Modification de l ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale

Modification de l ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale Annexe 2: questionnaire pour la procédure de consultation Modification de l ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale Questionnaire pour la procédure

Plus en détail

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Lot 4: Validation industrielle Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Partenaires Lot 1 Modèle du processus métier L4.1 Modèles PSM Lot 2 Guide d implantation L4.2 Développement & Recette prototype Lot

Plus en détail

Les Réunions d information aux associations

Les Réunions d information aux associations REUNION D INFORMATION AUX ASSOCIATIONS Les Réunions d information aux associations du 1 er au 16 octobre 2014 Direction Générale Adjointe du Cadre de Vie 1 Programme Les nouveautés Le projet associatif

Plus en détail

GESTION DES EQUIPEMENTS

GESTION DES EQUIPEMENTS des machines tournantes opérationnelle maintenance des pièces de rechange énergétique des connaissances Programme d optimisation Diagnostic machines Formations au diagnostic Etudes et analyses Systèmes

Plus en détail

Ä ÇÊ ÌÇÁÊ ÈÀ ËÁÉÍ ÌÀ ÇÊÁÉÍ ÍÆÁÎ ÊËÁÌ ÈÁ ÊÊ ÌÅ ÊÁ ÍÊÁ ij ÇÄ ÆÇÊÅ Ä ËÍÈ ÊÁ ÍÊ ÌÀ Ë Ç ÌÇÊ Ì Ä³ÍÆÁÎ ÊËÁÌ È ÊÁË ËÔ Ð Ø ÈÀ ËÁÉÍ ÌÀ ÇÊÁÉÍ Ë Ö ÄÇÊ ÆË ÔÖ ÒØ Ô Ö Ç Ì ÍÊ Ä³ÍÆÁÎ ÊËÁÌ È ÊÁË ÔÓÙÖÓ Ø Ò ÖÐ Ö ÇÀ Ê Æ ÌÄÇ

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUETE DU 25/03/2011 AU 31/03/2011

RESULTATS DE L ENQUETE DU 25/03/2011 AU 31/03/2011 RESULTATS DE L ENQUETE DU 25/03/2011 AU 31/03/2011 Dans le cadre du partenariat avec L INDH l association Avicenne des diabétiques a organisé une semaine de dépistage du diabète au sein de la population

Plus en détail

Manuel d utilisation. ShareCenter Quattro DNS-345 VeRsion 1.0

Manuel d utilisation. ShareCenter Quattro DNS-345 VeRsion 1.0 Manuel d utilisation ShareCenter Quattro DNS-345 VeRsion 1.0 Table des matières Table des matières introduction...1 Pré-requis...2 Coniguration système requise...2 Présentation du produit...3 Contenu de

Plus en détail

Les 31 pays SEPA Union Européenne zone euro. Union Européenne zone non euro. Pays de l AELE (Association Européenne de Libre-Echange)

Les 31 pays SEPA Union Européenne zone euro. Union Européenne zone non euro. Pays de l AELE (Association Européenne de Libre-Echange) e (Single Euro Payments Area) qui suit la mise en place de l euro en 2002, concerne tous les acteurs économiques en Europe : grandes entreprises, PME-PMI, associations, collectivités publiques, particuliers.

Plus en détail

L importance de la fonction RH dans les organisations

L importance de la fonction RH dans les organisations ENSAIA, 2ème année - RH L importance de la fonction RH dans les organisations Organisation de la présentation I. Introduction : la fonction RH dans l organisation II. Présentation des missions de la GRH

Plus en détail

CHEQUE DOMICILE. PAIEMENT EN LIGNE d un intervenant ou d un prestataire

CHEQUE DOMICILE. PAIEMENT EN LIGNE d un intervenant ou d un prestataire CHEQUE DOMICILE PAIEMENT EN LIGNE d un intervenant ou d un prestataire DE QUOI S AGIT - IL? Vous bénéficiez de Chèques Domicile CESU et souhait ez régler des prestations de services àla personne (ménage,

Plus en détail

Résumé. Nature de la modification. Version

Résumé. Nature de la modification. Version Formulaire de demande de raccordement individuel au réseau public de distribution géré par Électricité de Strasbourg Réseaux pour une nouvelle installation de consommation d'électricité de puissance inférieure

Plus en détail

CHAPITRE 1. Suites arithmetiques et géometriques. Rappel 1. On appelle suite réelle une application de

CHAPITRE 1. Suites arithmetiques et géometriques. Rappel 1. On appelle suite réelle une application de HAPITRE 1 Suites arithmetiques et géometriques Rappel 1 On appelle suite réelle une application de dans, soit est-à-dire pour une valeur de la variable appartenant à la suite prend la valeur, ie : On notera

Plus en détail

F. Barthélemy. 17 mai 2005

F. Barthélemy. 17 mai 2005 Typage de la généricité en Java F. Barthélemy 17 mai 2005 1 Le shéma général La g én éricit é en Java est un ajout r éalis é sur un langage existant depuis d éjà une dizaine d ann ées, avec des contraintes

Plus en détail

Projet TE 334, nouvel exemple n 7E

Projet TE 334, nouvel exemple n 7E Annex 24, page 1 Projet TE 334, nouvel exemple n 7E Niveau/Catégories CL 2a, 2a1, 2b4, 2c AL 2a, 2a1, 2b4, 2c Documents Il s agit d un exemple artificiel. Brève description de l exemple artificiel Le système

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS

LE COMPTE EPARGNE TEMPS LE COMPTE EPARGNE TEMPS REGLEMENTATION ET DISPOSITIF REGIONAL Objectif : épargne permettant à l agent de réaliser un projet valorisant au niveau personnel ou professionnel Décret n 2004 878 du 26 août

Plus en détail

Elle s exprime par divers comportements comme frapper, donner des coups de pied, faire trébucher, pincer, pousser ou endommager des biens.

Elle s exprime par divers comportements comme frapper, donner des coups de pied, faire trébucher, pincer, pousser ou endommager des biens. Formesd intimidation Ilexistequatreformescommunesd intimidation.ilestimportantdereconnaîtrele typed intimidationquesubitvotreenfantpourmieuxcomprendrecequ ilvitetsavoir cequevouspouvezfairepourl aider.

Plus en détail

D O S S I E R D E P R E S S E

D O S S I E R D E P R E S S E DOSSIER DE PRESSE S O M M A I R E Le Groupe Électricité de Strasbourg et ses nouvelles marques - En 2008, la préparation de la filialisation du commercialisateur......................3 - Organigramme simplifié

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Comprendre les bases - référencement, indexation et positionnement - comment fonctionne Google pour indexer et référencer un site?

SOMMAIRE. 1. Comprendre les bases - référencement, indexation et positionnement - comment fonctionne Google pour indexer et référencer un site? SOMMAIRE 1. Comprendre les bases - référencement, indexation et positionnement - comment fonctionne Google pour indexer et référencer un site? 2. Comment définir une stratégie de référencement? - connaître

Plus en détail

CENTRE CLIENTÈLE DE LA POSTE CH AG SERVICES EN LIGNE CREER LES CENTRES DE COUTS

CENTRE CLIENTÈLE DE LA POSTE CH AG SERVICES EN LIGNE CREER LES CENTRES DE COUTS CENTRE CLIENTÈLE DE LA POSTE CH AG SERVICES EN LIGNE CREER LES CENTRES DE COUTS Services en ligne - valeur ajoutée Quels sont les avantages des services en ligne? Un point accès unique et central pour

Plus en détail

REPERTOIRE DES INTERPRETATIONS DE LA CCT DU SECTEUR SANITAIRE PARAPUBLIC VAUDOIS ETAT au 07.12.11

REPERTOIRE DES INTERPRETATIONS DE LA CCT DU SECTEUR SANITAIRE PARAPUBLIC VAUDOIS ETAT au 07.12.11 REPERTOIRE DES INTERPRETATIONS DE LA CCT DU SECTEUR SANITAIRE PARAPUBLIC VAUDOIS ETAT au 07.12.11 TABLE DES MATIERES DU REPERTOIRE Numéros Enoncé du problème examiné, de la question soulevée 1 Annuités

Plus en détail

RAPPEL LIMINAIRE : LA

RAPPEL LIMINAIRE : LA JOURNEES D ETUDES PROFESSIONNELLES (JEP) 24 janvi er 2013 1 JEP 2013 Partenaires de la FPI 2 ACTUALITÉ DE LA VEFA Christophe Sizaire Avocat Bérengère Joly Resp ponsable juridique FPI 3 RAPPEL LIMINAIRE

Plus en détail

Déplaçons-nous autrement!

Déplaçons-nous autrement! Déplaçons-nous autrement! Pffff!!! Encore une heure pour rentrer du boulot! Nos habitudes Un quoi? Nous, on a mis en place un «PDE»! Plan de Déplacements Entreprise! On s est organisé pour covoiturer,

Plus en détail

Modèle pour aider les entreprises. Demande de résiliation d un contrat de couverture santé d entreprise

Modèle pour aider les entreprises. Demande de résiliation d un contrat de couverture santé d entreprise Demande de résiliation d un contrat de couverture santé d entreprise Identification de l'entreprise Raison sociale (ou cachet) Adresse : N SIRET : Destinataire (inscrivez ici les coordonnées de votre compagnie

Plus en détail

Le Cloud, pilier de la Transformation Numérique des Entreprises. Didier Krainc 10 Juillet 2015

Le Cloud, pilier de la Transformation Numérique des Entreprises. Didier Krainc 10 Juillet 2015 Le Cloud, pilier de la Transformation Numérique des Entreprises Didier Krainc 10 Juillet 2015 2 réparer l avenir des organisations -> +2016 fondations 2014 -> +2 L innovatio La moitié des entreprises françaises

Plus en détail

Journée e dialogue al chef de file en santé mentale

Journée e dialogue al chef de file en santé mentale Journée e dialogue Le réseau r de l Est l de Montréal al chef de file en santé mentale UN PROCESSUS DE TRANSFERT DE LA CLIENTÈLE ENTRE LES ÉTABLISSEMENTS DE L EST DE MONTRÉAL POUR ASSURER LA CONTINUITÉ

Plus en détail

Sommaire & calendrier

Sommaire & calendrier Associations FORMATIONS & ECHANGES : L INFORMATIQUE 1er trimestre 2011 MAISON DE LA VIE ASSOCIATIVE 140, Allée Robert Govi, Les Défensions 13400 AUBAGNE Tél. 04.42.18.17.75 / Fax : 04.42.18.17.40 Email

Plus en détail

Comité de pilotage 2014. Site natura 2000 des carrières de Cénac

Comité de pilotage 2014. Site natura 2000 des carrières de Cénac Comité de pilotage 2014 Site natura 2000 des carrières de Cénac Ordre du jour Bilan de la première tranche d animation (2011 2014) Perspectives pour la future tranche (2015-2017) SE2 Acquisition, pose

Plus en détail

Adaptation et cloud computing : un besoin dabstraction pour une gestion transverse

Adaptation et cloud computing : un besoin dabstraction pour une gestion transverse Adaptation et cloud computing : un besoin dabstraction pour une gestion transverse Erwan Daubert To cite this version: Erwan Daubert. Adaptation et cloud computing : un besoin dabstraction pour une gestion

Plus en détail

Règlement sur l archivage au Tribunal administratif fédéral

Règlement sur l archivage au Tribunal administratif fédéral Règlement sur l archivage au Tribunal administratif fédéral 152.13 du 9 décembre 2010 (Etat le 1 er mai 2011) Le Tribunal administratif fédéral, vu les art. 1, al. 1, let. d et 4, al. 4, de la loi fédérale

Plus en détail

Village des Métiers, de la Formation et de l Emploi

Village des Métiers, de la Formation et de l Emploi FORMATIONS PROPOSÉES PAR LES EXPOSANTS Immobilier Banque Assurances Pour plus d informations, retrouvez l ensemble des formations sur : www.lorpm.eu Gardien d immeubles IMMOBILIER - Il participe à la gestion

Plus en détail

ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE DU RWANDA

ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE DU RWANDA ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE DU RWANDA Deuxième Congrès des Economistes Africains Abidjan, Côte d Ivoire Novembre 24-26, 2011 Présentateur: Charles RURANGA Institution: Université Nationale du

Plus en détail

Guide explicatif de l utilisation. de la plateforme d éducation en ligne (e-learning)

Guide explicatif de l utilisation. de la plateforme d éducation en ligne (e-learning) Guide explicatif de l utilisation de la plateforme d éducation en ligne (e-learning) Afin de mener à bien le déroulement du programme de formation de l IFCET, Al Imtithal for Islamic Finance met à votre

Plus en détail

Rééducation des accidents vasculaires cérébraux

Rééducation des accidents vasculaires cérébraux Module «Système nerveux central et MPR» Septembre 2008 Rééducation des accidents vasculaires cérébraux G. Rode, S. Jacquin-Courtois, A. Yelnik Ce document est le support des cours «AVC» faits lors de la

Plus en détail

Couveuse d Activités et d Entreprises. Sécuriser le parcours des créateurs

Couveuse d Activités et d Entreprises. Sécuriser le parcours des créateurs Couveuse d Activités et d Entreprises Sécuriser le parcours des créateurs Besoin d un appui au démarrage? Un créateur d entreprise, même s il a très bien préparé son projet, a en tête beaucoup de questions

Plus en détail

Table des matières. Q classic... 4-5. Q color... 6-7. Q swing... 8-9. Q slide...10-11. Q mobil... 12-1. Organisants...14. Colorimétrie...

Table des matières. Q classic... 4-5. Q color... 6-7. Q swing... 8-9. Q slide...10-11. Q mobil... 12-1. Organisants...14. Colorimétrie... bic Table des matières Q classic... 4-5 Q color... 6-7 Q swing... 8-9 Q slide...10-11 Q mobil... 12-1 Organisants...14 Colorimétrie...14 Respect de l environnement...15 Normes, sécurité et garanties...15

Plus en détail

Protocole d'accord préélectoral d'entreprise relatif aux élections des délégués du personnel d'e.on France Management

Protocole d'accord préélectoral d'entreprise relatif aux élections des délégués du personnel d'e.on France Management Protocole d'accord préélectoral d'entreprise relatif aux élections des délégués du personnel d'e.on France Management Entre : E.ON France Management dont le siège social est situé à Paris (75009), 5 rue

Plus en détail

ETUDE DE FINANCEMENT

ETUDE DE FINANCEMENT 9B RUE EDOUARD RMEE, 95640 MARINES ETUDE DE FINANCEMENT 09/06/2015 VOTRE CONSEILLER EMPRUNTIS L'AGENCE Pontoise 1 rue Carnot 95300 PONTOISE Tél. 01.30.17.41.39 EMPRUNTIS L'AGENCE Pontoise Tél. 01.30.17.41.39

Plus en détail

Créer son propre site Internet formation WordPress 2015

Créer son propre site Internet formation WordPress 2015 Créer son propre site Internet formation WordPress 2015 Ligue de l enseignement Programme de la formation wordpress Introduction Qu est ce qu un CMS? (Système de gestion de contenu) Qu est ce qu un hébergeur,

Plus en détail

Former des enseignants à l intégration des TICE bilan des usages, perspectives et questionnement

Former des enseignants à l intégration des TICE bilan des usages, perspectives et questionnement Haute Ecole pédagogique de Fribourg Service Recherche & Développement Former des enseignants à l intégration des TICE bilan des usages, perspectives et questionnement Pierre-François Coen Service Recherche

Plus en détail

ONE STEP GESTION DES BATTERIES.

ONE STEP GESTION DES BATTERIES. ONE STEP GESTION DES BATTERIES. SYSTEM ENTERPRISE BATTERY ASSET MANAGEMENT Dans la mesure où la fiabilité de l'alimentation électrique revêt une importance cruciale dans les télécommunications, la gestion

Plus en détail

La transmission pour information du présent document dans sa présentation intégrale, le présent paragraphe compris, est autorisée.

La transmission pour information du présent document dans sa présentation intégrale, le présent paragraphe compris, est autorisée. ELECTRICITE DE STRASBOURG Référentiel Technique Proposition Technique et Financière pour le raccordement au réseau public de distribution d Électricité de Strasbourg d une installation consommateur HTA

Plus en détail

Education thérapeutique du patient diabétique en pharmacie de ville : Etude au sein du réseau Paris Diabète

Education thérapeutique du patient diabétique en pharmacie de ville : Etude au sein du réseau Paris Diabète IPCEM MEMOIRE du cycle de formation Diabète 2006-2007 Education thérapeutique du patient diabétique en pharmacie de ville : Etude au sein du réseau Paris Diabète Présenté par Sandrine MASSERON Année de

Plus en détail

Florent Vaubourdolle Vendredi 27 mai 2011

Florent Vaubourdolle Vendredi 27 mai 2011 STOCKAGE TRAÇABILITÉ PARTAGE ASPECTS JURIDIQUES Florent Vaubourdolle Vendredi 27 mai 2011 STOCKAGE TRAÇABILITÉ PARTAGE ASPECTS JURIDIQUES 1/ Quelles données? 2/ Problématiques juridiques vues par / pour

Plus en détail

Secure e-mail de la Suva. Brochure à l intention des cadres et des responsables informatiques

Secure e-mail de la Suva. Brochure à l intention des cadres et des responsables informatiques Secure e-mail de la Suva Brochure à l intention des cadres et des responsables informatiques Sommaire Secure e-mail de la Suva en bref 3 Problèmes lors de l envoi d e-mails classiques 4 Vos avantages grâce

Plus en détail

ASSURANCE RESPONSABILITÉ CIVILE D ENTREPRISES ET PROFESSIONNELLE. Conditions générales

ASSURANCE RESPONSABILITÉ CIVILE D ENTREPRISES ET PROFESSIONNELLE. Conditions générales ASSURANCE RESPONSABILITÉ CIVILE D ENTREPRISES ET PROFESSIONNELLE Conditions générales ASS U R A N C E R E S P O N SABILITÉ CIVILE D ENTREPRISES ET PRO F E SS I O N N E L L E CONDITIONS GÉNÉRALES (CG A

Plus en détail

Notre savoir - faire

Notre savoir - faire Antenne des C.F.A des Maisons Familiales M ai son Fami l i al e Rur bai ne «TO U LO U SE - N O RD» 05.34.27.69.70 05.61.09.94.87 mfr.launaguet@mfr.asso.fr PLACO MENUISERIE INTÉRIEURE ÉLECTRICITÉ PLOMBERIE

Plus en détail

(Nom et droit de cité des époux et des enfants) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse,

(Nom et droit de cité des époux et des enfants) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, Code civil suisse Projet (Nom et droit de cité des époux et des enfants) Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le rapport de la Commission des affaires juridiques du Conseil

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

FÖLDRAJZ FRANCIA NYELVEN GEOGRAPHIE

FÖLDRAJZ FRANCIA NYELVEN GEOGRAPHIE Földrajz francia nyelven középszint 0612 É RETTSÉGI VIZSGA 2006. október 25. FÖLDRAJZ FRANCIA NYELVEN GEOGRAPHIE KÖZÉPSZINTŰ ÍRÁSBELI ÉRETTSÉGI VIZSGA EPREUVE ECRITE DE BACCALAUREAT NIVEAU MOYEN JAVÍTÁSI-ÉRTÉKELÉSI

Plus en détail

JUGEMENT N : 500-06-000114-005. 1 ntroduction CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL DATE: 18 SEPTEMBRE 2002

JUGEMENT N : 500-06-000114-005. 1 ntroduction CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL DATE: 18 SEPTEMBRE 2002 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-06-000114-005 DATE: 18 SEPTEMBRE 2002 SOUS LA PRÉSIDENCE DE: L'HONORABLE CLAUDE CHAMPAGNE, J.C.S. CHARLES KA YE VAUGHAN Requérant c. NEW YORK LlFE

Plus en détail

Bienvenue au Grand-Bornand / Chinaillon

Bienvenue au Grand-Bornand / Chinaillon Bienvenue au Grand-Bornand / Chinaillon APPARTEMENTS SPACIEUX MAGASIN DE SKI DANS LA RÉSIDENCE PROCHE DES COMMERCES ACCÈS AU DOMAINE SKIABLE DES ARAVIS CENTRE Ô DES CIMES, SPA D ALTITUDE Le Chinaillon

Plus en détail

- B U S I N E S S E N E R G P O R T A I

- B U S I N E S S E N E R G P O R T A I Relevé mobile des données des compteurs Smart Metering Télélecture des compteurs Gestion des données énergétiques Décompte d énergie/crm Business Process Management BUSINESS PROCESS Management BPM Nous

Plus en détail

bretagne Les rencontres emploi du maritime - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Dossier de presse

bretagne Les rencontres emploi du maritime - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Dossier de presse en partenariat avec Dossier de presse Les rencontres emploi du maritime bretagne 1 er salon du recrutement maritime en région - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Contact presse : Alexandra

Plus en détail

HRP H 2 O 2. O-nitro aniline (λmax = 490 nm) O-phénylène diamine NO 2 NH 2

HRP H 2 O 2. O-nitro aniline (λmax = 490 nm) O-phénylène diamine NO 2 NH 2 ! #"%$'&#()"*!(,+.-'/0(,()1)2"%$ Avant d effectuer le dosage en IR de la biotine, il est nécessaire de s assurer de la reconnaissance du traceur par la streptavidine immobilisée sur les puits. Pour cela,

Plus en détail

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (Règlement interne de la SCH) du 26 février 2015 Approuvé par le Conseil fédéral le 18 février 2015 L administration de la Société suisse de crédit

Plus en détail

Quiz. Webinar. Mini-site. E-mailing Quiz. Quiz. E-mailing BtoB : Webinar. Quiz. E-mailing. Mini-site. Mini-site Prospection

Quiz. Webinar. Mini-site. E-mailing Quiz. Quiz. E-mailing BtoB : Webinar. Quiz. E-mailing. Mini-site. Mini-site Prospection E-mailing Invitat 3 E-mailing E-mailing Événemen Invitation Événem Webina Prospectio É Prospectio Enquête 3 E-mailing BtoB : osez la qualité avec le leader! Un média d excellence pour des résultats d exception!

Plus en détail

Le virement SEPA. www.lesclesdelabanque.com. Novembre 2007 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le site d informations pratiques sur la banque et l argent

Le virement SEPA. www.lesclesdelabanque.com. Novembre 2007 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le site d informations pratiques sur la banque et l argent 027 www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Le virement SEPA LES MINI-GUIDES BANCAIRES FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr Novembre 2007 Ce mini-guide

Plus en détail

RETR ITE. CHARGES LOCATIVES Bailleur, locataire, qui paie quoi? p.60 ~===~ -

RETR ITE. CHARGES LOCATIVES Bailleur, locataire, qui paie quoi? p.60 ~===~ - RETR ITE CHARGES LOCATIVES Bailleur, locataire, qui paie quoi? p.60 ~===~ - '1 50 PIERRE-PAPIER SCPI : profitez du cadre fiscal de l'assurance vie En achetant des parts dans des sociétés civiles de placement

Plus en détail

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé D après les données du Contrat d étude prospective des Industries de Santé 2012 les chiffres clés u Près de 200 000 salariés,

Plus en détail