COMPTE-RENDU. Jeudi 7 février 2012, au Grand Hôtel Opéra, Paris. Organisée par Agora Fonctions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMPTE-RENDU. Jeudi 7 février 2012, au Grand Hôtel Opéra, Paris. www.gala-dsi.com. Organisée par Agora Fonctions"

Transcription

1 COMPTE-RENDU Organisée par Agora Fonctions Jeudi 7 février 2012, au Grand Hôtel Opéra, Paris

2 LA DSI DE DEMAIN SOMMAIRE INTRODUCTION Page 03 Présentation de l Agora des DSI et lancement des thématiques FOCUS Page 06 Le BYOD, retour d expérience ANALYSE Page 08 Résultats de l étude d Ernst & Young sur l ADN du DSI TABLE RONDE PROSPECTIVE Page 11 «De la technique à la création de valeur, quelle est la DSI de demain» ZOOM Page 18 L AFAI (Association française de l audit et du conseil informatiques) RÉSULTATS DU QUESTIONNAIRE Page 20 «Quel est le profil du DSI de demain?» Remise des prix Agora des DSI 2013 CONCLUSION Page 23 2

3 3

4 Présentation de l Agora des DSI et lancement des thématiques A événement exceptionnel, lieu prestigieux : le premier Gala des DSI s est tenu dans les salons du Grand Hôtel Opéra à l initiative d Agora Fonctions. Dès les premières minutes, le ton était donné par l envoi d un clip de présentation très entrainant. Sébastien GUENARD, cofondateur d Agora Fonctions lançait les débats en remerciant les nombreuses personnes présente, et en soulignant que dans les paroles de la chanson il y avait beaucoup d Agora Fonctions, notamment cette étincelle que chaque membre du club peut produire au bénéfice de tous. Oui, Agora Fonctions est vraiment un foyer. Le feu y est en permanence allumé. Sébastien GUENARD passait ensuite le témoin aux coprésidents de l Agora des DSI, Robert EUSEBE, DSI d ARTE et Ludovic TASSY, DSI d ALAIN AFFLELOU FRANCHISEUR. LE COMITÉ D ORGANISATION Robert EUSEBE Directeur des Systèmes d Information ARTE FRANCE Ludovic TASSY Directeur des Systèmes d Information ALAIN AFFLELOU FRANCHISEUR David LANIADO Directeur des Systèmes d Information GROUPE BABILOU Christian GARREZ Directeur des Systèmes d Information GROUPE MONITEUR Fabrice BENAUT DSI IFR GROUP GFK Après des mots de bienvenue aux amis DSI et aux partenaires, les coprésidents se sont félicités de cette première soirée de gala des DSI dont le succès laisse augurer une future édition. Ils invitent d ailleurs les participants à noter dans leurs agendas, en février 2014, un événement au moins comparable à celui-ci. 4

5 Ensemble ils ont livré quelques mots à propos de l Agora des DSI : «L Agora des DSI est née en décembre Nous réunissons plus de 100 DSI du midmarket, les entreprises de 500 salariés et plus. Nous nous rencontrons tous les mois. Beaucoup de membres de l Agora des DSI sont présents dans l assemblée ce soir, ce sont les ambassadeurs du club qui pourront expliquer le fonctionnement de l Agora à leurs voisins qui nous découvrent ce soir. Les contenus de nos réunions se veulent particulièrement liés à l actualité des DSI : le management, le savoir-faire, le savoirêtre. Mais l Agora des DSI est aussi un club qui sait aussi vivre, «mettre le feu», qui pétille. Nous travaillons certes, mais nous savons aussi nous amuser. L Agora des DSI ce sont des amis qui se rencontrent régulièrement. Avec 16 autres communautés dédiées aux décideurs métiers, elle compose le réseau d Agora Fonctions riche de membres, issus aussi bien de la sphère publique que privée. Agora Fonctions organise plus de 230 rendez-vous par an qui réunissent près de décideurs. Le DSI rencontre au quotidien nombre d enjeux qui convergent vers lui. Il doit lutter en permanence contre la solitude dans l entrepris et dans son entourage. Et bien l Agora des DSI est la réponse : c est le moyen de s entourer de collègues, de confères confrontés aux mêmes préoccupations et avec lesquels il peut échanger en confiance à travers différents outils : ateliers flash, questions flash : ces petites choses qui font la vie de tous les jours de l Agora des DSI et que nos ambassadeurs vont vous expliquer dans leurs moindres détails. Il y a aussi la capacité de discuter avec nos confrères en dehors de notre communauté. Les DSI ont, bien-sûr, beaucoup à se dire entre eux, mais ils ont aussi beaucoup à partager, à recevoir, à écouter de la part des autres communautés. Et Agora fonctions représente tous les collègues de l entreprise au travers de ses 17 communautés, les financiers, les commerciaux, les RH etc. Cette composante transverse est également une force appréciable. C est une soirée d exception. Nous sommes 16 DSI présents ce soir et deux associations, AFAI et Hub forum. L objet de ce Gala est d élargir notre vision grâce à nos partenaires, aux intervenants et aux organisations qui nous ont fait le plaisir de leur présence ce soir!» Robert Eusèbe et Ludovic TASSY ont ensuite appelé François SOREL pour lancer les débats : «Permettez-moi de me présenter en quelques mots : je suis journaliste radio et travaille également à la télévision sur RMC, BFM business. Je suis spécialisé dans tout ce qui touche les nouvelles technologies pour le grand public. Tout au long de la soirée nous vous avons réservé un menu passionnant. Une table ronde mettra en perspective cette question : «De la technique à la création de valeur, qui est la DSI de demain?». 5

6 6

7 LE BYOD (Bring Your Own Device) RETOUR D EXPÉRIENCE D UN JOURNALISTE François Sorel : «Cela fait une vingtaine d années que je fais de la radio, et comme nous allons parler de BYOD (Bring Your Own Device), je voulais vous faire partager mon expérience. Lorsque j ai débuté mon métier, j utilisai un gros appareil qui me permettait de réaliser des interviews. C était le Nagra. D ailleurs le créateur de cet appareil est mort il y a peu, je lui rends hommage. Mais, je souhaitais des appareils de plus en plus petits. Et aujourd hui, en 2013, pour travailler, pour interviewer en audio ou vidéo, pour caler un rendez-vous, pour répondre à mes s ou modifier des documents, je n ai plus qu un appareil. Vous le connaissez, c est celui-ci : un Smartphone. J ai récemment interviewé le PDG d Orange, Stéphane Richard, et je vous garantis que le son et l image sont de très bonne qualité. En tant que journaliste, le BYOD, c est ce que je vis au quotidien. Je voulais également vous citer quelques chiffres éloquents : un sondage montre que sur salariés IT dans le monde, 29 % sont des travailleurs presque permanents. Avec leurs terminaux, Smartphones ou tablettes ils travaillent depuis de multiples lieux : le week-end à la maison, depuis la salle d attente d un médecin, ou encore à la terrasse d un café. Nous vivons ce changement au quotidien. Cette technologie rend un peu plus flou la frontière entre vie privée et professionnelle. 64% des sondés disent utiliser leur Smartphone au travail, un peu moins que ceux qui affirment s en servir à la maison, 69%, et autant que ceux qui indiquent l utiliser pendant leurs trajets. Les applications de loisirs se mélangent avec celles pour le professionnel. Blackberry, Iphone et Androïd dominent le marché, tandis que Microsoft revient fort avec Windows Phone. L attente de tablettes pour les loisirs et le travail est très forte, Microsoft proposerait des solutions en la matière». 7

8 8

9 Résultats de l étude d Ernst & Young sur l ADN du DSI Les résultats ont été commentés par Hervé de la CHAPELLE, associé chez Ernst & Young. Hervé de la CHAPELLE : «Permettez moi de vous dire ma satisfaction d être présent ici ce soir, de restituer une enquête, où pour une fois nous n allons évoquer ni technique, ni risque, ni sécurité, ni coût informatique, mais nous allons parler de vous, les DSI. Cette étude nous tenait vraiment à cœur. Nous l avons réalisée l année dernière. Auprès de 300 DSI, répartis sur quatre continents et en perspective avec le point de vue d une quarantaine de dirigeants, directeurs généraux, directeurs financiers qui n ont jamais exercé de fonctions dans l informatique. Cela a permis de révéler un certain nombre de décalages entre la perception qu ont les dirigeants du DSI et la perception que le DSI peut avoir de luimême. Nous avons, à partir de ces échanges, dressé une sorte de portrait robot du DSI. L intégralité de l étude vous sera remise à l issue de la soirée. En synthèse, trois points nous ont particulièrement frappés. Le premier est celui de la parité. Seulement 4% de DSI femmes se trouvaient dans le panel que nous avions. En regardant l assemblée ce soir, je crois qu il y a encore un véritable effort à fournir pour atteindre l équilibre! Le deuxième point, bien que cela soit un sujet débattu depuis des années, la représentation du DSI comme membre du Comité de direction, du Comité exécutif, est un point à améliorer. Moins de 20 % des DSI interrogés sont membres actifs du Comité de direction et acteurs de la stratégie de l entreprise. Enfin, le troisième point que nous interprétons comme un signal d évolution de la fonction de DSI est la réponse faite à la question des «compétences clé». La technique ne tient pas la première place pour les DSI. Ce sont le leadership et la communication, à plus de 80%. Dans quel contexte le DSI évolue-t-il? Tout d abord, il souffre d une image peu valorisante et peu valorisée. Il n appartient pas au comité de direction et subit plusieurs stéréotypes. Le DSI est par ailleurs confronté à une situation assez paradoxale : la technologie se complexifie de jour en jour tandis que les directions métiers ont la possibilité de s adresser au marché sans forcément passer par leur DSI. 9

10 Sans être une révélation, un point fort de l étude nous indique que les DSI ne sont pas en position de force dans les réseaux de pouvoir de l entreprise. Il y a, là encore, du chemin à parcourir. Une vision pessimiste conduirait le DSI à ne devenir qu un gestionnaire d infrastructures et de contrats de service auprès du marché qui, lui, apportera la valeur ajoutée. Face à cela, il est temps de réagir. Quatre grandes lignes d action sont ressorties de cette étude : Intégrer le Comité de direction et avancer des propositions stratégiques innovantes grâce à la technologie. Répondre positivement aux métiers. Ne plus parler technologie au travers des coûts, mais plutôt au travers des enjeux et du business. Lutter contre les stéréotypes : celui du technocrate, celui du DSI qui dit toujours non, mais aussi du DSI qui serait peu ambitieux, 60 à 65 % des DIS interrogés considèrent que le poste de DSI est un aboutissement. Il y a ici un vrai décalage avec d autres études du même type menées auprès de directeurs financiers, RH etc. DSI est la seule fonction à ce niveau là de l entreprise pour laquelle autant de répondants indiquent qu ils ne pensent plus évoluer au sein de leur structure. Le réseau d influence a d autres ambitions. Quelles ambitions? Imaginer que le DSI a une vision a 360 degrés de son entreprise, au cœur du réseau d influence. Mais la réalité est tout autre. D après nos sondages, peu de DSI se pense connecté au réseau d influence. Développer certaines compétences : le DSI doit devenir plus communicant, et affermir ses qualités de leadership. Mon propos n est pas de donner une vision négative, mais plutôt d ouvrir des pistes de réflexion et de s interroger sur le DSI de demain. Si ces défis sont relevés, nous trouverons demain un DSI au cœur de l entreprise, un véritable copilote, qui aura une vision globale sur le patrimoine d informations du système d information. Il sera porteur auprès de la direction générale mais aussi des métiers, d une vision stratégique. Ses enjeux évolueront : il lui faudra garder le contrôle face à la dispersion des ressources et des données. Le positionnement du service rendu aux métiers devra comporter des visions à long et court terme. Le DSI sera multi compétent, tant en technique qu en métiers, capable de communiquer en interne et en externe, qui pilotera les grands projets de transformation.». 10

11 11

12 «De la technique à la création de valeur, quelle est la DSI de demain» François SOREL : Pour débuter cette table ronde, j invite les participants à s installer autour de moi. Rapide tour de présentation : Anne-Sophie POGGI, je rappelle que vous êtes avocate spécialisée dans le numérique, vous avez fondé l année dernière votre propre cabinet. Ludovic TASSY, vous êtes DSI chez AFFLELOU depuis franchises en Europe, 150 succursales en France et en Espagne. Vous êtes également coprésident de l Agora des DSI. Vincent DUCREY, vous avez cofondé le HUB INSTITUTE et auteur d un livre qui a connu beaucoup de succès : De l influence aux éditions Eyrolles. Vous conseillez de nombreuses entreprises pour le choix de leurs stratégies digitales. DSI d Arte depuis 2002, Robert ESUEBE, vous avez notamment piloté la mutation de la chaîne vers le web. Je dois dire qu Arte sur le web, c est assez impressionnant par la multitude des programmes associés. Autre invité de marque que nous recevons aujourd hui : il s agit de Pierre-Noël LUIGGI, PDG fondateur d OSCARO. Qui ne connaît pas OSCARO, le leader mondial de vente de pièces automobiles sur internet? Présent bientôt dans six pays en Europe, puis au printemps en Californie, vous avez l ambition de devenir numéro un mondial l année prochaine, n est-ce pas Pierre-Noël? LES INTERVENANTS Animé par : François SOREL Journaliste sur BFM & RMC Intervenants : Pierre-Noël LUIGGI PDG d OSCARO Vincent DUCREY Cofondateur de Hub Insitute, Anne-Sophie POGGI Avocate, spécialiste IT Ludovic TASSY Directeur des Systèmes d Information ALAIN AFFLELOU FRANCHISEUR Robert EUSEBE Directeur des Systèmes d Information ARTE FRANCE 12

13 Pierre-Noël LUIGGI : En fait nous sommes déjà numéro un mondial. Théoriquement le leader de la vente de pièces automobiles sur internet se nomme US AUTO PARTS qui ne réalise que 300 millions de dollars aux Etats-Unis, tandis qu OSCARO présente un chiffre d affaires en 2012 de 200 millions d euros. Je vous laisse faire le compte. Pas en volume, mais par tête d habitant nous sommes dix fois meilleurs que l Américain. François SOREL : Bravo, c est une belle réussite française! (applaudissements dans la salle). Votre entreprise a un fort caractère technologique, qui s est très rapidement investie dans l high-tech. Quels sont les messages que vous voulez faire passer ce soir? L on peut commencer par le fait que, pour vous, le DSI doit être un entrepreneur et non un manager. Pierre-Noël LUIGGI : L étude qui vient de nous être présentée, nous a tout expliqué. Quelle est la position du DSI aujourd hui et demain? Et bien, c est celle de l entrepreneur. Estimant qu il y a très peu de conservateurs dans cette assemblée, je souhaite, comme vous tous je crois, la mort du DSI et la naissance de celui qui sera un intrapreneur pour épauler son dirigeant. Il faut en finir avec le «supposé savoir», qui est un piège infernal. Je veux que le DSI se transforme. François SOREL : Nous y reviendrons tout à l heure. (Plaisanterie à propos du DSI d OSACRO présent dans la salle).robert, parlons un peu de votre vison du futur de la DSI. Quels sont le positionnement et la mission d un DSI à votre avis? «Le nouveau DSI doit se transformer pour devenir un véritable intrapreneur» «Le DSI peut transformer aussi son dirigeant au bénéfice de l entreprise» Robert ESUEBE : Je commencerai à adresser un message d encouragements au DSI d OSACRO (rires). Je voudrais aussi le rassurer car il a un président qui veut le transformer. C est plutôt bon signe. D autres cherchent à changer, éliminer et passer à autre chose. Peut-être, de son côté, ce DSI a des velléités de transformer aussi son dirigeant et de l accompagner dans les changements (applaudissements). Il est possible que cet échange soit le plus fructueux possible et dans le meilleur intérêt de l entreprise. Quant au positionnement de la DSI, il est nécessaire de poursuivre le travail entamé depuis plusieurs années. Les méthodes sont aujourd hui industrialisées, stabilisées. Elles orientent l informatique, le numérique vers les process internes. Mais aujourd hui, il y a de nouveaux champs qui s ouvrent au DSI. Il s agit notamment d introduire massivement du numérique dans le produit et la relation client. 13

14 Ce sont réellement deux axes nouveaux qui peuvent radicalement transformer les entreprises. Si le DSI s empare de ces sujets, il sera au-delà d une simple logistique. Il se repositionnera au cœur d une nouvelle stratégie d entreprise. «Introduire massivement du numérique dans le produit et la relation client transforme radicalement la stratégie de l entreprise» François SOREL : Ludovic, j imagine que la transformation a débuté chez AFFLELOU. Ludovic TASSY : Bien évidemment! Pour rebondir sur les propos du président d OSCARO, je crois que la maturité technologique est suffisante pour que les DSI n aient plus à s occuper du quotidien, mais peuvent élever largement le niveau. Je vous propose le Cloud comme illustration. Les outils de virtualisation sont maîtrisés depuis longtemps, les réseaux sont assez conséquents. Donc, les DSI sont aujourd hui parfaitement capables de s adapter aux besoins de l entreprise en mettant en place un certain nombre d application dans le Cloud, en établissant une facturation sur mesure et surtout en répondant beaucoup plus rapidement aux demandes des métiers. François SOREL : Le Cloud est-il aujourd hui suffisamment fiable pour cela? «Le Cloud est une excellente solution d adaptation» Ludovic TASSY : Il y a plusieurs niveaux de services, de coûts C est de toute façon une des voies sur lesquelles il faut s engager. Le modèle d hier qui consistait à acheter des machines et à les financer sur une certaine durée est aujourd hui à bout de souffle. Désormais, nos dirigeants souhaitent des sites très rapides. Les constructeurs évoluent aussi très vite. Donc le Cloud est une excellente solution d adaptation. François SOREL : Vincent, vous avez conseillé de nombreuses entreprises dans leur stratégie digitale. Pour vous le nouveau rôle du DSI se trouve dans la digitalisation du management. «L association du marketing et de la DSI constituera demain la force de l entreprise dans la durée.» Vincent DUCREY : Effectivement. D ailleurs, les trois premières interventions montrent qu il y a de très forts inputs du management. De l autre côté il y a les inputs des consommateurs digitalisés qui attendent des flux d information extrêmement rapides. Et enfin les inputs technologiques sont aussi très pressants. A ces trois dimensions, j en ajoute une quatrième que sont les nouveaux métiers dans l entreprise : chip marketing officer, chip mobile officer. 14

15 Tous ces nouveaux profils émergent et veulent contribuer à la gestion du digital dans l organisation. On assiste à un nouveau rapport de forces. Cela sous entend la mise en place d une relation durable entre le marketing-communication et la DSI. C est, à mon sens, cette association qui constituera demain la force de l entreprise dans la durée. «L association du marketing et de la DSI constituera demain la force de l entreprise dans la durée.» François SOREL : Anne-Sophie, qu est-ce au juste le patrimoine immatériel de l entreprise? A-t-il une valeur? Anne-Sophie POGGI : Bonne nouvelle pour les DSI : ils sont assis sur un tas d or sans le savoir! Le patrimoine immatériel de l entreprise est divers. Il y a, bien entendu, les sites internet qui peuvent être valorisés comptablement dans l actif de l entreprise dès qu il s agit de sites marchands. S ajoutent les sites mobiles, les noms de domaine, les logos, les chartes graphiques, les marques ou encore les dénominations sociales Mais ce qui a le plus de valeur aujourd hui c est la donnée. La donnée personnelle recherchée auprès des clients, la donnée commerciale, celle de secret des affaires, ou toute autre donnée constituent un véritable patrimoine de l entreprise. Cette valeur, comme l expliquait la précédente intervention, s associe au marketing et à la DSI. A la direction générale et aux DSI de concevoir la stratégie d entreprise. «Les DSI sont assis sur un tas d or sans le savoir!» Les DSI se doivent d être les inputs de cette valorisation. Des sociétés se constituent pour valoriser ces données personnelles, les big datas. Elles récupèrent ces données de flux, les analysent et des brokers les revendent. Sans s en rendre compte, les entreprises se départissent de ce patrimoine qui a une valeur considérable. Le message que je peux donner aux DSI est de prendre le temps d évaluer les biens immatériels de son entreprise et de discuter avec leurs dirigeants sur la meilleure manière de capitaliser cette valeur. François SOREL : La direction est-elle sensible à ce phénomène? Anne-Sophie POGGI : Même si le sujet est de plus en plus évoqué, il me semble qu il y a encore beaucoup de freins dans l organisation et le management. Chacun doit diminuer ses coûts, mais la démarche de chercher au sein même de l entreprise de la valeur n est pas toujours entrée dans les mœurs. François SOREL : Pierre-Noël, êtes-vous d accord avec cette analyse? Pierre-Noël LUIGGI : Je suis parfaitement en phase avec Anne-Sophie. Eleanor Roosevelt disait que les hommes parlaient de trois choses : des autres, des événements et des idées. 15

16 Elle préférait ceux qui parlaient des idées. C est ce dont parle Anne-Sophie. La valeur de l entreprise, c est traiter de l information. C est aux DSI de le dire à la direction générale. Il s agit pour eux de flux et non de stock. OSCARO est un modèle sans stock. «La valeur de l entreprise, c est traiter de l information» Nous devons connaître ce que nous pouvons étiqueter et définir des informations dans l entreprise. Cela constitue une valeur essentielle. Un mot encore sur le rôle du DSI auprès du directeur général. Il est le seul à savoir qu il ne sait rien! Nous, dirigeants, croyons qu il sait quelque chose. Les personnes employées par le DSI sont des mercenaires volatiles et avec le phénomène BYOD même le matériel lui échappe. J ai des éléments de réponse pour aider le DSI à sortir de cette situation. Peut-être les évoquerons-nous tout à l heure. François SOREL : Robert, un mot sur le recentrage des missions stratégiques de la DSI. Robert ESUEBE : Que dire après une présentation aussi détaillée des caractéristiques d un DSI vu par son président? Le DSI aujourd hui met du numérique dans son process interne, dans ses produits, dans sa relation client et il contribue à créer un monde de l internet des objets. Il aura, me semble-t-il, trois préoccupations majeures. Les données seront primordiales. Le DSI doit scrupuleusement veiller à leur confidentialité et «le DSI préserve le leur exploitation. Deuxième angle, la sécurité : le DSI préserve patrimoine le patrimoine informationnel de son entreprise. C est un de ses rôles premiers. Enfin, le DSI assure une veille technologique informationnel de dans un monde en mutation incessante. Il se doit d être son entreprise» porteur des technologies de demain qui seront source de valeur pour l entreprise. cette valeur. François SOREL : Ludovic, vous vouliez aborder le sujet du BYOD. Ludovic TASSY : Heureusement qu avec le Cloud et le BYOD l infrastructure et le matériel nous échappent. Si le DSI veut apporter de la valeur et se tourner plus vers les métiers, être force d accompagnement et de réactivité, il doit cesser de gérer ce qui peut l être beaucoup mieux par d autres acteurs. Quant au BYOD, je crois que le DSI doit arrêter de prescrire tel ou tel service. Nous avons virtualisé les applications, il faut qu elles soient adaptées aux différents matériels. Nous ne pourrons pas, de toute façon, manager tous les devices. Et quand bien même, cela serait extrêmement onéreux. Nous sommes devenus plus adaptables, plus réactifs et beaucoup plus attractifs pour la génération Y. Nous les laissons venir avec leur matériel. Je pense qu en étant plus proche des métiers, nous sommes au plus près des projets et c est un bien pour l entreprise! 16

17 François SOREL : Vincent, votre conclusion Vincent DUCREY : L enjeu aujourd hui pour le DSI est de «coller» au business. La question est la proximité entre les DSI et les décideurs. Il est important de réfléchir au manifeste du DSI de demain. L Agora est la structure idéale pour penser l écriture d un tel manifeste! «Le DSI doit coller au business» François SOREL : Anne-Sophie, le mot de la fin Ces données que l on a évoquées, sont-elles suffisamment protégées? Existe-t-il un risque? Anne-Sophie POGGI : Oui, le risque est là. Ces données ne sont ni identifiées, ni valorisées, ni même bien protégées. Trois publics exigent cette protection : le grand public, les salariés et les fournisseurs. Des moyens sont efficaces, ce sont la charte informatique, les conventions de confidentialité et la mise en place de gestion d outils de traçabilité d intervention sur les données. François SOREL : Merci infiniment à vous tous pour cette table ronde de grande qualité. 17

18 18

19 Message vidéo d Hubert TOURNIER, Vice-président de l AFAI «Bonsoir à tous! L AFAI est une association française qui existe depuis trente ans environ. Forte de 900 membres qui s intéressent à la maîtrise de système d information. Nous regroupons cinq communautés d individus, ceux qui se penchent sur la gouvernance de systèmes d information, typiquement des DSI, d autres sur la gestion des risques, d autres encore sur la sécurité, les RSSI et ceux qui gravitent autour de ces fonctions, auditeurs, consultants internes ouy externes chargés d apporter de bonnes pratiques au sein de l entreprise. HUBERT TOURNIER L AFAI est rattachée à une association mondiale qui se nomme l ISACA (Information Systems Audit and Control Association), qui comporte membres présents dans 180 pays. Tous concourent à identifier puis promouvoir les bonnes pratiques du système d information. Au-delà des échanges entre pairs, les moyens déployés comportent des publications. Nous éditions des référentiels, certains très connus tel le CobiT, d autres comme Risk IT (gestion des risques) et Val IT (création de valeur). Nous organisons des manifestations, de la formation auprès des juniors pour les hisser au niveau de maîtrise qui leur est demandé. Pour les plus confirmés nous proposons des certifications qui confirment leur niveau de bonnes pratiques, et ces certifications leur permettent d envisager de partir travailler dans d autres pays car elles sont valeur de diplômes à l international, notamment dans le monde anglo-saxon. Le monde change en permanence. Les DSI sont en première ligne face à ces évolutions. Les business modèles des entreprises ne cessent de bouger. Traditionnellement positionnés sur des enjeux de maîtrise de la conformité de la gestion des risques, d exigences budgétaires, les DSI sont de plus en plus soumis à des contraintes de temps dans la mise en œuvre de nouvelles solutions. La bonne solution pour exécuter correctement ces missions dans ce contexte complexe reste d échanger entre pairs, partager les bonne pratiques, et lorsqu elles n existent pas, de contribuer à les identifier puis à les formaliser. C est ainsi que l on peut agir non pas dans le feu de l instant mais avec un certain recul qui permet de mieux maîtriser les systèmes d information et de s assurer que le résultat soit de confiance et créateur de valeur». 19

20 20

21 Résultats du questionnaire «Quel est le profil du DSI de demain?» et remise des prix Agora des DSI 2013 Ce quizz a été effectué lors du cocktail de début de soirée sur tablettes tactiles. Des hôtesses sont passées parmi les tables lors du dîner pour permettre à ceux qui n avaient pas encore participé de jouer. Sébastien GUENARD, David LANIADO, DSI de Babilou et Fabrice Benaut, DSI IFR du groupe GFK, rendent les résultats. Le quizz comportait neuf questions, de la data au digital en passant par les métiers et la technologie, toutes ces dimensions du métier et qui déterminent le profil du DSI de demain. Les prix ont été remis à ceux qui s étaient rapprochés des neuf réponses les plus exprimées. Le DSI est membre du Comex Le DSI est proche des métiers Le DSI participe à la création de valeur Le DSI est expert stratégique Le DSI a une influence transverse Le DSI partage avec ses pairs 21

22 Le DSI a une dimension internationale Le DSI évangélise le digital dans l entreprise Le DSI maîtrise les technologies Ce questionnaire a été développé en un temps record par A3IS : l application a été développée en moins de trois jours! Fabien RICO son président se joint à la remise des prix. Les gagnants, ceux qui se sont rapproché le plus de la liste type : Le premier est Stéphane MARIOTTO, DSI de la MAF (Mutuelle des Architectes Français), il reçoit un weekend «Lucien Barrière» Le deuxième, Jacky GALICHER, DSI de l Académie de Versailles, gagne un coffret cadeau Lucien Barrière «Escale et plaisir». Le troisième prix est remporté par le DSI de NextiraOne, Jean-Luc AMAGAT. Fabrice BENAUT conclut la cérémonie en ces termes : «Chacun parmi nous est compétent et respectueux des métiers des uns et des autres. Et avec l appui de sa direction, un bon DSI peut rapidement devenir directeur général. Il y a d ailleurs un exemple dans la salle!» (applaudissements). 22

23 23

24 Merci à nos partenaires 24

25 Ludovic TASSY et Robert EUSEBE remercient le Comité d Organisation, les sponsors principaux, Samsung, Orange et Ernst & Young. Ainsi que l équipe d Agora Fonctions. Comme annoncé la soirée a été vivante, en effet «l Agora pétille bien et met le feu». «Dans un contexte où les DSI voient leurs clients internes et externes très avancés dans l usage, où l arbitrage du «tout digital» est à mettre en perspective avec l acceptation et l équilibre de l humain, où les DSI doivent mesurer et juger rapidement les risques et les opportunités sur des choix technologiques toujours plus innovants, il est indispensable de travailler en mode prospectif et participatif» ont-ils conclus. Nul doute que ce premier Gala a permis de répondre à ces attentes en posant les jalons de ce que sera la DSI de demain! 25

LES ENTREPRISES A L HEURE DE LA MOBILITÉ

LES ENTREPRISES A L HEURE DE LA MOBILITÉ Marketing Services LES ENTREPRISES A L HEURE DE LA MOBILITÉ Une étude réalisée en collaboration avec ! Objectif L ÉTUDE Ø Faire le point sur l utilisation des terminaux mobiles en entreprise par des populations

Plus en détail

pour Une étude LES DÉFIS DES DSI Avril 2013

pour Une étude LES DÉFIS DES DSI Avril 2013 Une étude pour LES DÉFIS DES DSI Avril 2013 Présentation de l étude Objectifs : Faire le point sur les orientations IT des DSI : cloud, mobilité, sécurité, poste de travail Identifier les principaux défis

Plus en détail

Performances Veille. Système d Information. Semaine 25 du 18 au 24 juin 2012. Numéro 228

Performances Veille. Système d Information. Semaine 25 du 18 au 24 juin 2012. Numéro 228 Performances Veille Système d Information Semaine 25 du 18 au 24 juin 2012 Numéro 228 TABLE DES MATIÈRES LA GÉNÉRATION Y DÉFIE LA DSI... 2 SOLUTIONS LINUX : BIG DATA ET BI OPEN SOURCE FONT BON MÉNAGE 01

Plus en détail

LES ENTREPRISES A L HEURE DE LA MOBILITÉ

LES ENTREPRISES A L HEURE DE LA MOBILITÉ Marketing Services LES ENTREPRISES A L HEURE DE LA MOBILITÉ Une étude réalisée en collaboration avec Objectif L ÉTUDE Faire le point sur l utilisation des terminaux mobiles en entreprise par des populations

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Synthèse des principaux enseignements Octobre 2012 sfrbusinessteam.fr FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 300 entreprises de 20 à

Plus en détail

Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de l entreprise ainsi qu un avantage concurentiel.

Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de l entreprise ainsi qu un avantage concurentiel. un rapport des services d analyse de harvard business review L agilité de l entreprise dans le Cloud Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de

Plus en détail

La gestion globale des contenus d entreprise

La gestion globale des contenus d entreprise Gonzague Chastenet de Géry La gestion globale des contenus d entreprise Le projet ECM, une nouvelle approche de la gestion de l information é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des ouvrages

Plus en détail

Les Dossiers Airnlive Consulting. Check List BYOD

Les Dossiers Airnlive Consulting. Check List BYOD Check List BYOD Qu est-ce que le BYOD? Littéralement : Bring Your Own Device. Il s agit d un usage récent dans l entreprise consistant à laisser le salarié utiliser à des fins professionnelles ses propres

Plus en détail

Résultats de l étude IPSOS pour Microsoft

Résultats de l étude IPSOS pour Microsoft La stratégie informatique des entrepreneurs français Résultats de l étude IPSOS pour Microsoft Janvier 2011 SOMMAIRE L équipement informatique des TPE PME françaises : Internet toujours plus présent...

Plus en détail

ÉTUDE IT FOCUS. Enjeux et perspectives 2013 pour la DSI. En partenariat avec DÉCEMBRE 2012

ÉTUDE IT FOCUS. Enjeux et perspectives 2013 pour la DSI. En partenariat avec DÉCEMBRE 2012 DÉCEMBRE 2012 ÉTUDE IT FOCUS Enjeux et perspectives 2013 pour la DSI En partenariat avec SOMMAIRE INTRODUCTION IT FOCUS...4 MÉTHODOLOGIE...4 BUDGETS ET ORIENTATIONS...5 Disposez-vous d un budget qui vous

Plus en détail

NOUVEAUX USAGES IT, NOUVEAUX DÉFIS

NOUVEAUX USAGES IT, NOUVEAUX DÉFIS Une étude pour NOUVEAUX USAGES IT, NOUVEAUX DÉFIS Juin 2013 Présentation de l étude Objectifs : Faire le point sur la manière dont les utilisateurs sont en train de modifier leurs usages de l informatique.

Plus en détail

Talents. 7 pratiques RH à la loupe. Performances. Mobilité. Evaluation. Numérique. Compétences. Réseaux sociaux. Engagement

Talents. 7 pratiques RH à la loupe. Performances. Mobilité. Evaluation. Numérique. Compétences. Réseaux sociaux. Engagement COLLECTION > PRATIQUES RH IN THE BUSINESS OF YOUR SUCCESS TM 7 pratiques RH à la loupe Indicateurs Analyses Expertises Perspectives Evaluation Business intelligence Formation Performances Masse salariale

Plus en détail

Atelier " Gestion des Configurations et CMDB "

Atelier  Gestion des Configurations et CMDB Atelier " Gestion des Configurations et CMDB " Président de séance : François MALISSART Mercredi 7 mars 2007 (Nantes) Bienvenue... Le thème : La Gestion des Configurations et la CMDB Le principe : Échanger

Plus en détail

ROMAIN HENNION HUBERT TOURNIER ÉRIC BOURGEOIS. Cloud. computing. Décider Concevoir Piloter Améliorer. Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13404-9

ROMAIN HENNION HUBERT TOURNIER ÉRIC BOURGEOIS. Cloud. computing. Décider Concevoir Piloter Améliorer. Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13404-9 ROMAIN HENNION HUBERT TOURNIER ÉRIC BOURGEOIS Cloud computing Décider Concevoir Piloter Améliorer Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13404-9 Avant-propos Cloud computing : du buzz aux perspectives

Plus en détail

Étude : les PME à l heure du Cloud

Étude : les PME à l heure du Cloud Étude : les PME à l heure du Cloud Synthèse des principaux enseignements 27 avril 2012 1 FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 301 entreprises de 20 à 499 salariés. Représentativité assurée par des

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Sony en 2010, il faut développer le marché du contenu

Sony en 2010, il faut développer le marché du contenu Sony en 2010, il faut développer le marché du contenu EPC : L arrivée de l ipad est-elle une chose positive par rapport au marché du livre électronique? Au niveau technologique, cela ne vous oblige-t-il

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

smart M2M interconnectez machines et objets pour développer votre activité et accroître l efficience de vos processus métiers

smart M2M interconnectez machines et objets pour développer votre activité et accroître l efficience de vos processus métiers smart M2M interconnectez machines et objets pour développer votre activité et accroître l efficience de vos processus métiers smart M2M créer de nouveaux usages industriels, logistiques, urbains, domestiques,

Plus en détail

Les nouveaux tableaux de bord des managers

Les nouveaux tableaux de bord des managers Alain Fernandez Les nouveaux tableaux de bord des managers Le projet Business Intelligence clés en main Sixième édition Tableaux bord NE.indd 3 26/03/13 15:22 Le site www.piloter.org, dédié au pilotage

Plus en détail

Création et animation du «Club TIC Oise» mardi 26 Juin 2012 18h00 20h00

Création et animation du «Club TIC Oise» mardi 26 Juin 2012 18h00 20h00 Création et animation du «Club TIC Oise» mardi 26 Juin 2012 18h00 20h00 «Le club Tic est cofinancé par l union européenne. L Europe s engage en Picardie avec le Fonds européen de développement régional»

Plus en détail

Dossier de presse 17 avril 2014

Dossier de presse 17 avril 2014 Dossier de presse 17 avril 2014 Communiqué de presse Paris, le 17 avril 2014 Athlon Car Lease France s appuie sur l expertise d Athlon Mobility Consultancy pour s affirmer en tant que «fournisseur de mobilité»

Plus en détail

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur?

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Un Livre Blanc Experian Marketing Services d après une enquête menée par le

Plus en détail

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE 800 EXPERTS-COMPTABLES COMMUNICANTS

Plus en détail

CCI DE SAÔNE-ET-LOIRE - ATELIER ENP 21 MARS 2012. Comment bien choisir son équipement informatique?

CCI DE SAÔNE-ET-LOIRE - ATELIER ENP 21 MARS 2012. Comment bien choisir son équipement informatique? CCI DE SAÔNE-ET-LOIRE - ATELIER ENP 21 MARS 2012 Comment bien choisir son équipement informatique? Vous êtes plutôt PC... ou plutôt Mac? o Depuis plus de 20 ans, le couple PC/Windows représente le poste

Plus en détail

Enquête Unisys Security Insights : 2015 Point de vue des consommateurs français

Enquête Unisys Security Insights : 2015 Point de vue des consommateurs français L opinion des consommateurs français sur : Le niveau de sécurité des données personnelles pour chaque industrie Les organisations collectant des données personnelles via les appareils connectés Les recherches

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? 1 Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement collectif

Plus en détail

Journée Secteur Public CXP Jeudi 5 novembre 2015. Le numérique au service des métiers

Journée Secteur Public CXP Jeudi 5 novembre 2015. Le numérique au service des métiers Jeudi 5 novembre 2015 Le numérique au service des métiers Rendez-vous incontournable des décideurs du Secteur Public La Journée Secteur Public est un événement consacré aux tendances et aux évolutions

Plus en détail

Visez l excellence digitale

Visez l excellence digitale Visez l excellence digitale Repensez vos possibilités applicatives grâce à la redéfinition des modes de travail d Avanade. Applications : le nouvel eldorado de la compétitivité La consumérisation de l

Plus en détail

«Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH».

«Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH». Compte Rendu Café RH Dauphine du 7 avril 2014 «Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH». Ce compte rendu vise à faire une synthèse des différents points abordés

Plus en détail

2015Dossier de presse

2015Dossier de presse 015 Dossier de presse Notre ADN Loyalty Company est un groupe indépendant, 100% intégré, qui propose une palette d expertises au service du développement de la valeur client et de la performance commerciale.

Plus en détail

BYOD : LES TERMINAUX PERSONNELS AU SERVICE DE L ENTREPRISE

BYOD : LES TERMINAUX PERSONNELS AU SERVICE DE L ENTREPRISE Il est commun, pour un salarié, d utiliser son véhicule personnel pour ses déplacements professionnels. Et s il en était ainsi pour le matériel informatique? De nombreuses entreprises ont adopté ce concept

Plus en détail

Poste de travail. La métamorphose du Poste de travail. Mardi 11 Octobre 2011 -Paris EVENEMENT 01 >>>> 2011 >>>> N 1

Poste de travail. La métamorphose du Poste de travail. Mardi 11 Octobre 2011 -Paris EVENEMENT 01 >>>> 2011 >>>> N 1 Poste de travail La métamorphose du Poste de travail Mardi 11 Octobre 2011 -Paris EVENEMENT 01 >>>> 2011 >>>> N 1 MATINEE 01 -Poste de travail EDITO Une révolution dans les mains des utilisateurs «Le Poste

Plus en détail

Baromètre 2015 Havas Voyages / Intel* Travailler et voyager à l ère de la transformation numérique

Baromètre 2015 Havas Voyages / Intel* Travailler et voyager à l ère de la transformation numérique Communiqué de presse Baromètre 2015 Havas Voyages / Intel* Travailler et voyager à l ère de la transformation numérique Havas Voyages et Intel collaborent pour comprendre et adresser les nouvelles attentes

Plus en détail

La transformation digitale en entreprise. Vécu, perceptions & attentes des cadres opérationnels

La transformation digitale en entreprise. Vécu, perceptions & attentes des cadres opérationnels La transformation digitale en entreprise Vécu, perceptions & attentes des cadres opérationnels Septembre 2015 2 Fiche technique Dates de terrain Du 29 juin au 17 août 2015 Echantillon 82 cadres opérationnels

Plus en détail

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE 4 novembre 2015 Les Echos Business - 04/11/2015 http://business.lesechos.fr/directions-numeriques/digital/transformation-digitale/021450570757-s-adapter-ou-se-transformer-les-hesitations-des-entreprises-pre-numeriques-204380.php

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse 16 octobre 2014 Raphaël Couderc Service de Presse T +33 01 74 18 61 57 raphael.couderc@gfk.com Rentrée IT : La croissance fait son grand retour sur le marché du PC portable tandis

Plus en détail

Internet en mobilité : scénarios de développement et propositions de valeur. Octobre 2008

Internet en mobilité : scénarios de développement et propositions de valeur. Octobre 2008 Internet en mobilité : scénarios de développement et propositions de valeur Octobre 2008 Contexte «Internet en mobilité» renvoie aujourd hui à un potentiel d usages d encore mal identifiés. Apple a proposé

Plus en détail

Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal

Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal Vincent Arseneau, M.A.P. Chef de la formation au SPVM vincent.arseneau@spcum.qc.ca RÉSUMÉ Ce texte rend compte d une expérience

Plus en détail

L explosion du marketing multi-écrans

L explosion du marketing multi-écrans Chapitre 6 L explosion du marketing multi-écrans Vérifier la météo sur son smartphone tout en regardant les informations à la télévision dès le matin, puis recevoir une publicité sur son PC du bureau pour

Plus en détail

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Monsieur le Président du Conseil du commerce de France ;

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise LA MOBILITÉ NÉCESSITE UN CHANGEMENT DES SI EN PROFONDEUR

Transformation IT de l entreprise LA MOBILITÉ NÉCESSITE UN CHANGEMENT DES SI EN PROFONDEUR Transformation IT de l entreprise LA MOBILITÉ NÉCESSITE UN CHANGEMENT DES SI EN PROFONDEUR L es technologies mobiles impactent en profondeur le fonctionnement des organisations. Elles sont également à

Plus en détail

7ème. Forum International de la Cybersécurité. 20 et 21 janvier 2015 Lille Grand Palais. Cybersécurité et Transformation Numérique

7ème. Forum International de la Cybersécurité. 20 et 21 janvier 2015 Lille Grand Palais. Cybersécurité et Transformation Numérique Cybersécurité et Transformation Numérique 20 et 21 janvier 2015 Lille Grand Palais 7ème Forum International de la Cybersécurité Sous le Haut Patronage de Monsieur François Hollande Président de la République

Plus en détail

Nouvelles compétences pour des nouveaux utilisateurs : La mutation des métiers de l infodoc

Nouvelles compétences pour des nouveaux utilisateurs : La mutation des métiers de l infodoc Nouvelles compétences pour des nouveaux utilisateurs : La mutation des métiers de l infodoc 23 janvier 2014 Marc Raphel, consultant formateur Serda Jean Gauthier, Manager de serda formation Présentation

Plus en détail

regards sur les métiers des industries pharmaceutiques, cosmétiques & parfums

regards sur les métiers des industries pharmaceutiques, cosmétiques & parfums regards sur les métiers des industries pharmaceutiques, cosmétiques & parfums good to know you* Le centre expert des industries pharmaceutiques, cosmétiques & parfums, étudie les tendances de ces deux

Plus en détail

Cette première partie pose les enjeux de la BI 2.0 et son intégration dans le SI de l entreprise. De manière progressive, notre approche situera le

Cette première partie pose les enjeux de la BI 2.0 et son intégration dans le SI de l entreprise. De manière progressive, notre approche situera le Partie I BI 2.0 Cette première partie pose les enjeux de la BI 2.0 et son intégration dans le SI de l entreprise. De manière progressive, notre approche situera le SI classique avec l intégration de la

Plus en détail

Regard sur le coaching

Regard sur le coaching Regard sur le coaching «L impossible est le seul adversaire digne de l Homme.» Andrée Chedid La profession de coach s organise en fonction d un phénomène de surmédiatisation et de l engouement dont elle

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.clubcapitales.com www.facebook.com/clubcapitales

DOSSIER DE PRESSE. www.clubcapitales.com www.facebook.com/clubcapitales DOSSIER DE PRESSE Du réseau social au local, c est capital! Contact Presse Julien Boissier contact@clubcapitales.com 06 09 69 51 98 Octobre 2013 www.clubcapitales.com www.facebook.com/clubcapitales QUI?

Plus en détail

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES?

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? INTRODUCTION Depuis quelques années, un certain nombre d évolutions à la fois sociétales et professionnelles nous poussent,

Plus en détail

PARTENARIAT DE L OBSERVATOIRE TECHNOLOGIQUE

PARTENARIAT DE L OBSERVATOIRE TECHNOLOGIQUE PARTENARIAT DE L OBSERVATOIRE TECHNOLOGIQUE Gouvernance du Système d Information Comment bien démarrer? Page 1 Soirée «Gouverner son informatique et sa sécurité : le défi des entreprises» CLUSIS / ISACA

Plus en détail

3 minutes. pour tout savoir sur. Orange Consulting le conseil par Orange Business Services

3 minutes. pour tout savoir sur. Orange Consulting le conseil par Orange Business Services 3 minutes pour tout savoir sur Orange Consulting le conseil par Orange Business Services la technologie digitale est partout et n a jamais été aussi riche en promesses Notre ambition dans notre plan stratégique

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Le rendez-vous de l innovation La voiture autonome Mai 2015

Le rendez-vous de l innovation La voiture autonome Mai 2015 Le rendez-vous de l innovation La voiture autonome Mai 2015 Sondage réalisé par pour le publié et diffusé par et Publié le 27 mai 2015 Levée d embargo le 27 Mai 2015 06H00 Méthodologie Recueil Enquête

Plus en détail

Veille technologique - BYOD

Veille technologique - BYOD Veille technologique - BYOD Présentation : L acronyme BYOD signifie Bring Your Own Device. En fait, ce principe récent est de partager vie privée et professionnelle sur un même appareil mobile (Smartphone,

Plus en détail

Enquête Innovation. L innovation et la DSI

Enquête Innovation. L innovation et la DSI Enquête Innovation L innovation et la DSI L innovation, un levier pour positionner la DSI au plus proche des métiers et au cœur de la stratégie de l entreprise Février 2012 : Synthèse de notre enquête

Plus en détail

Bienvenue FAUR MATION. Jean Marc FAURE A.I.L.E.S. & FAUR MATION OXATIS. Assistance. Internet. Internet. Logiciels. Logiciels.

Bienvenue FAUR MATION. Jean Marc FAURE A.I.L.E.S. & FAUR MATION OXATIS. Assistance. Internet. Internet. Logiciels. Logiciels. Bienvenue Jean Marc FAURE A.I.L.E.S. & FAUR MATION A.I.L.E.S. Assistance Internet Logiciels E-learning Sites FAUR MATION OXATIS Internet Logiciels Comptabilité - Fiscalité Payes - Social Sauveteur Secouriste

Plus en détail

Bring Your Own Device (BYOD)

Bring Your Own Device (BYOD) Bring Your Own Device (BYOD) Membres du groupe : Nicolas BOUTET Philippe DURIX Thomas KERHERVE Sébastien MONTET Marc STEFFANN Sami ZEROUTA Coaché par : Valérian COURTILLON Comment sécuriser les usages

Plus en détail

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où :

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où : LES BILANS Les bilans sont pluriels dans la mesure où : Ils peuvent Répondre àdes objectifs différents : définir/valider un projet d évolution, retrouver du sens àson parcours, anticiper un changement

Plus en détail

Enquête PME 2015 : Tour d horizon numérique des PME bretonnes

Enquête PME 2015 : Tour d horizon numérique des PME bretonnes Enquête PME 15 : Tour d horizon numérique des PME bretonnes Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin Au cours du premier trimestre 15, 1550 PME bretonnes ont répondu à l «Enquête PME 15» en ligne ou

Plus en détail

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social.

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham accompagne les acteurs de la santé, du social et du médico-social depuis plus de 85 ans. Par son

Plus en détail

Idées nouvelles recherchent avocats du diable. Récolte

Idées nouvelles recherchent avocats du diable. Récolte Idées nouvelles recherchent avocats du diable (et vice-versa...) Récolte de la rencontre du 6 octobre 2015 Et si notre milieu était appelé à s adapter, sommes-nous vraiment à l écoute de ces aînés qui

Plus en détail

Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma

Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma Dans le monde des services, Lean Six Sigma est en train de s imposer comme démarche d excellence opérationnelle et de progrès permanent. Au

Plus en détail

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle Comment répondre aux nouveaux enjeux des DRH du 21 ème siècle? Besoin n 1 : innover et développer de nouveaux usages métier en décloisonnant les différents

Plus en détail

200 M. 15 ans d expérience. terminaux mobiles. intégrés par an. tickets de support mobilité traités par an. de dépenses telecom gérées

200 M. 15 ans d expérience. terminaux mobiles. intégrés par an. tickets de support mobilité traités par an. de dépenses telecom gérées E c o n o c o m Te l e c o m S e r v i c e s s o c i é t é d u g r o u p e p a r t e n a i r e d e v o t r e t ra n s fo r m a t i o n v e r s l e " M o b i l e I T " E c o n o c o m Te l e c o m S e r

Plus en détail

digital customer experience

digital customer experience digital customer experience améliorons ensemble votre expérience numérique au service de vos usages digital customer experience enrichir l expérience utilisateur grâce à des usages novateurs et fédérateurs

Plus en détail

Observatoire ROOMn 2016 De la stratégie à l action. Janvier 2016

Observatoire ROOMn 2016 De la stratégie à l action. Janvier 2016 Observatoire ROOMn 2016 De la stratégie à l action Janvier 2016 Contexte Pour la 2ème année, ROOMn - Rencontre d'affaires de la mobilité et du digital - fait le point auprès de son écosystème sur l'intégration

Plus en détail

ERICSSON. Des connexions mondiales un engagement local

ERICSSON. Des connexions mondiales un engagement local ERICSSON Des connexions mondiales un engagement local Dans le monde des communications en pleine évolution, Ericsson joue le rôle d un puissant vecteur de croissance Hans Vestberg, President ET CEO Les

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

Associez-vous pour augmenter la performance de votre entreprise

Associez-vous pour augmenter la performance de votre entreprise Associez-vous pour augmenter la performance de votre entreprise Développez vos connaissances Développez votre Entreprise Développez votre rentabilité Développez votre réseau Boostez votre rentabilité!

Plus en détail

Interview de Benoit, coordinateur de l espace de coworking de La Cordée de Villefranche-sur-Saône

Interview de Benoit, coordinateur de l espace de coworking de La Cordée de Villefranche-sur-Saône 18/06/2013 Interview de Benoit, coordinateur de l espace de coworking de La Cordée de Villefranche-sur-Saône Coop alternatives 47, rue de la Garde 69005 Lyon - 06 48 03 74 14 - contact@coop-alternatives.fr

Plus en détail

BYOD : Suppression des frontières numériques professionnelles

BYOD : Suppression des frontières numériques professionnelles BYOD : Suppression des frontières numériques professionnelles Alain Bensoussan 09 10 2014 09/10/2014 Copyright Lexing 2014 Confidentiel Entreprise 1 Réseau Lexing 2 Introduction (1) Enjeux Défis La maîtrise

Plus en détail

«Smart City», les services à l usager au bout des doigts!

«Smart City», les services à l usager au bout des doigts! White paper 9 : Smart Cities «Smart City», les services à l usager au bout des doigts! Emmanuel Jaunart Emmanuel Jaunart commença sa carrière dans le domaine des télécommunications. En 1995, il rejoint

Plus en détail

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt?

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt? Y : Cette année, je suis le cours ETIC de sujet MOOC, donc mon prof m a recommandé de vous contacter pour une interview, parce que vous avez fait beaucoup de MOOCs. R : Oui, j ai un peu d expérience. Y

Plus en détail

Allô Marchés Publics. Jean-Paul Roustan, Dirigeant : spécialiste en management stratégique des achats publics

Allô Marchés Publics. Jean-Paul Roustan, Dirigeant : spécialiste en management stratégique des achats publics Allô Marchés Publics La réponse aux appels d offres publics représente indéniablement un potentiel de croissance pour les TPE/PME (plus de 200 milliards d euros/an sur le plan national). Malheureusement,

Plus en détail

Khalil SLAOUI. Le BYOD : simple mode passagère, ou système D qui va perdurer? What is the BYOD? IUT de Vélizy - UVSQ. 18 ans

Khalil SLAOUI. Le BYOD : simple mode passagère, ou système D qui va perdurer? What is the BYOD? IUT de Vélizy - UVSQ. 18 ans Khalil SLAOUI IUT de Vélizy - UVSQ 18 ans Le BYOD : simple mode passagère, ou système D qui va perdurer? Le BYOD, pour Bring Your Own Device, est un acronyme qui est de bon ton d utiliser aujourd hui en

Plus en détail

Enquête communication interne - restitution

Enquête communication interne - restitution Enquête communication interne - restitution Septembre 2014 Julie Gaillot et Ellen Walker Chargées de communication interne Groupe 1 1 Méthodologie et périmètre de l étude 2 Trois phases Phase qualitative

Plus en détail

Dossier de presse 2014

Dossier de presse 2014 Dossier de presse 2014 Sommaire Le mot du président 3 Recherche & Développement 5 Le Hub 6 Axes de différenciation 7 Crowdfunding 8 Partenaires 9 Contacts presse 11 2 Le mot du président La multiplication

Plus en détail

L importance du volet comptable de la loi organique

L importance du volet comptable de la loi organique Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire Journée d études des trésoriers-payeurs-généraux, relative à la nouvelle fonction comptable - 3 octobre 2003 - Mesdames et

Plus en détail

CQPI Technicien qualité

CQPI Technicien qualité CQPI Technicien qualité Public concerné Salariés ou futurs salariés qui auront pour mission d assurer le contrôle de la qualité et de participer à l amélioration des modes de production et/ou à la mise

Plus en détail

Dossier de presse Holimeet

Dossier de presse Holimeet Dossier de presse Holimeet Mardi 9 juin 2015 holimeet@gmail.com holimeet.fr Table des matières Communiqué Présentation de Holimeet 3 4-5 Le concept Holimeet, dans la mouvance du tribalisme planétaire La

Plus en détail

Les «BUSINESS DECISION MAKERS» l entreprise numérique. 14 février 2013

Les «BUSINESS DECISION MAKERS» l entreprise numérique. 14 février 2013 Les «BUSINESS DECISION MAKERS» & l entreprise numérique 14 février 2013 Nathalie Wright Directrice de la Division Grandes Entreprises & Alliances Microsoft France #MSTechdays @MicrosoftFrance Microsoft

Plus en détail

Bring your own device, où en est- on en Europe?

Bring your own device, où en est- on en Europe? Si on parle beaucoup du bring your own device dans les conférences TIC, les whitepapers des fabricants de tablettes et les institutions tertiaires, qu en est-il des pratiques des écoles à travers l Europe?

Plus en détail

Axéréal Étude de la communication interne d un groupe agricole

Axéréal Étude de la communication interne d un groupe agricole IUT DE CAEN - DÉPARTEMENT INFOCOM Axéréal Étude de la communication interne d un groupe agricole Sophie Herrouet Cécile Martin Fanny Gigou Chloé Chaussier - TD 2 16/05/2011 I. PRESENTATION DE L ENTREPRISE

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Montpellier Agglomération et le labex Entreprendre remettent les 1ers diplômes universitaires de la formation "Stratégie de Croissance des PME"

Montpellier Agglomération et le labex Entreprendre remettent les 1ers diplômes universitaires de la formation Stratégie de Croissance des PME Mardi 1er octobre 2013 Montpellier Agglomération et le labex Entreprendre remettent les 1ers diplômes universitaires de la formation "Stratégie de Croissance des PME" Les sept chefs d entreprises, au cours

Plus en détail

Le coaching : une appellation dévoyée pour une mission d exigence.

Le coaching : une appellation dévoyée pour une mission d exigence. Le coaching : une appellation dévoyée pour une mission d exigence. par Martine Payot-Surma coach et formatrice janvier 2008 MPSConsultant@aol.com Membre d I.C.F. www.coachfederation.fr Définir ce qu est

Plus en détail

Vécu, perceptions & attentes Regards croisés RH opérationnels. Janvier 2015. Transformation digitale TNS 2014 48UN76

Vécu, perceptions & attentes Regards croisés RH opérationnels. Janvier 2015. Transformation digitale TNS 2014 48UN76 Vécu, perceptions & attentes Regards croisés RH opérationnels Janvier 2015 La en entreprise Fiche technique Enquête réalisée pour : ABILWAYS Dates de terrain Du 25 novembre au 7 décembre 2014 Echantillon

Plus en détail

SOMMAIRE. 2.Maîtriser les Processus : Qu est-ce que ça apporte? 15. 3.Comment maîtriser vos Processus? 19

SOMMAIRE. 2.Maîtriser les Processus : Qu est-ce que ça apporte? 15. 3.Comment maîtriser vos Processus? 19 1.Introduction 5 1.1 A qui s adresse ce petit cahier? 6 1.2 Comment utiliser ce petit cahier? 7 1.3 Dans quel contexte utiliser ce petit cahier? 8 1.4 Les Processus, c est quoi? 9 2.Maîtriser les Processus

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

Sommaire. Première partie

Sommaire. Première partie Sommaire Introduction... XIX Première partie Pour bien piloter, il faut mieux mesurer Chapitre 1 Vos tableaux de bord ne sont plus efficaces... 3 Rôle du tableau de bord...3 Le modèle conducteur, automobile

Plus en détail

L innovation numérique

L innovation numérique ç ç 2ème Colloque ISD «Information Systems Dynamics» Programme International de Recherche L innovation numérique au service de la transformation des entreprises Chapitre 5 Colloque jeudi 23 septembre 2010

Plus en détail

EDITORIAL. Développez Vos Compétences, Anticipez L Avenir! Fatima Zahra ABBADI Executive Manager

EDITORIAL. Développez Vos Compétences, Anticipez L Avenir! Fatima Zahra ABBADI Executive Manager EDITORIAL Dans un contexte économique et géopolitique en transition, le Maroc se voit aujourd hui de plus en plus interpellé à relever des challenges tant nationaux qu internationaux avec des exigences

Plus en détail

MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE

MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE Livre Blanc MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE Une méthode opérationnelle proposée par un groupe de professionnels (DSI et experts des RSE) pour analyser la valeur d

Plus en détail