SYNTHESE DE LA REUNION. GROUPE DE TRAVAIL WeDO FRANCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SYNTHESE DE LA REUNION. GROUPE DE TRAVAIL WeDO FRANCE"

Transcription

1 SYNTHESE DE LA REUNION GROUPE DE TRAVAIL WeDO FRANCE Mardi 11 septembre 2012 Paris Participants : Marina BESSEAU (MB) ; Coordinatrice services d aide à domicile, Conseil général de la Sarthe Viviane BOUVET-COUVRIE (VBC) ; Directrice, Familisanté Jean-Pierre BULTEZ (JPB) ; Président Collectif interassociatif Année 2012 Albert EVRARD (AE) ; Juriste, Commission Droits et Libertés FNG Monique FERRY (MF) ; Commission Droits et Libertés FNG Marie-Françoise FUCHS (MFF) ; Commission Droits et Libertés FNG, Old Up Jean-Michel HÔTE (JMH) ; Secrétaire général, FNG Geneviève IMBERT (GI) ; Directeur de recherche, FNG (Animatrice et rapporteur) Elodie JUNG (EJ) ; Association Française des Aidants Brigitte LESCUYER (BL) ; Formatrice Robert MOULIAS (RM) ; Président, Commission Droits et Libertés FNG Michel RIQUIER (MR) ; AGE Platform Europe Christine REVEL (CR) ; HAS Marianne SEGUY (MS) ; Assistante de recherche, FNG Kristine STEMPIEN (KS) ; Chargée de mission Europe, UNCCAS Organismes représentés : FNG et UNCCAS (Coalition nationale WeDO) ; Collectif interassociatif Année 2012 AGE Platform Europe, Association Française des Aidants, Commission Droits et Libertés, Conseil général de la Sarthe, Familisanté, HAS, Old Up Excusés : Geneviève LAROQUE (FNG) Claude LEPRESLE (FIAPA) Judith MOLLARD (FRANCE ALZHEIMER) Benjamin RASQUIN (CCAS Florange) 1

2 Groupe de travail WeDO, FNG UNCCAS Mardi 11 septembre 2012 Outils Multiplicité d outils et de dispositifs de lutte contre la maltraitance, éclatés (millefeuilles) et souvent non évalués. (GI) Suite à l application de la loi du 05 mars 2007 réformant la protection juridique des majeurs (de 18 ans à + ; personne âgée, personne en situation de handicap vivant à domicile), le Conseil général (Cg) de la Sarthe a reçu de nombreux signalements déclenchant enquête sociale et mobilisation des dispositifs (CLIC,...) jusqu'au procureur ; d où publication d'un guide de promotion de la bientraitance et de lutte contre la maltraitance à l usage des professionnels intervenant auprès des majeurs vulnérables vivant à domicile, outil de politique commune pour traiter les demandes et lutter contre la maltraitance, élaboré avec représentants d organismes d aide à domicile, de soins à domicile, associations handicap, MDPH, l ensemble des partenaires du Conseil général de la Sarthe ; mise à disposition des autres Conseils généraux à travers plate-forme web spécifique aux Cg. (MB) Quels sont les moyens qui permettront aux personnes de détecter les situations à domicile par exemple? Passer du concept de qualité aux aspects pratiques de leur mise en œuvre ; problème de coordination entre acteurs ; pourquoi le Conseil général de la Sarthe s interroge, met en œuvre un dispositif et pas les autres Conseils généraux? (MR) Besoin de coordination pour utiliser les dispositifs et que les actions soient reproductibles partout. On constate que chaque intervenant à domicile a son cahier des charges propre à sa structure auquel il est astreint ; s il n est pas respecté, le professionnel peut se retrouver en tort. (MF) En Belgique, il existe une association bilingue pour la Région de Bruxelles-Capitale qui recueille les plaintes des personnes âgées (Service d Écoute à la Personne Âgée Maltraitée, SEPAM) et évalue régulièrement, à l aide d une check list, environ 200 maisons de retraite dans la région ; c est aussi un lieu où se renseigner au sujet de l hébergement, de l aide à domicile et des maisons de retraite (Inforhomes/Home-Info). (AE) Je ne vois rien sur les helplines pour maltraitances. Elles apportent écoute, analyse pluridisciplinaire, conseil et suivi aux appelants en leur garantissant confidentialité et neutralité. Elles permettent de casser le silence. 80 % des appels concernent le domicile, où les situations sont toujours complexes. Ce système peut couvrir toute une région (Wallonie), être un dispositif national (France, projet en Autriche), être l objet d expériences locales (Espagne, Italie). Ce système a débuté depuis 17 ans en France, une dizaine d années en Wallonie, a des publications et des résultats (4 500 dossiers par an en France). (RM) Il existe trop souvent des projets menés à bien et qui ne sont pas reconduits : nécessité de continuité pour créer une dynamique. (MF) 2

3 Rappel de la création en novembre 2002 par les pouvoirs publics d un «comité national de vigilance contre la maltraitance des personnes âgées» qui s est mobilisé en particulier après la canicule de l été 2003 ; son activité a été irrégulière, mais on ne peut pas faire fi des avancées qu il a permis (ex. numéro national unique d appel). En outre, ces dernières années des instances ou structures ont été mises en place en France au niveau national (c est à ce niveau que l on agit dans un pays marqué encore par une tradition centralisatrice) qui sont impliquées dans la question de la qualité des soins et services : ex. Anesm, HAS, CNSA Une mobilisation de la société civile à une échelle décentralisée ne peut se faire en ignorant les acquis et positions exprimées à ce niveau national. (JMH) Parmi les contributions rassemblées par la coalition WeDO France, qu'est-ce qui marche et qu'est-ce qui ne marche pas? (MR) : le document "Actions" rempli par les participants pourra permettre de répondre à cette question. (GI) Formation En maison de retraite, il faut que les professionnels soient spécialisés en gériatrie et soient formés aux problématiques du vieillissement. Les formateurs doivent être préparés et compétents, sinon on peut avoir des effets indésirables catastrophiques (par exemple ALMA dispose de formateurs spécifiquement qualifiés et d un Guide des bonnes pratiques de la formation à la bientraitance). Pour les dysfonctions globales de certains établissements avec conflits entre équipe et encadrement, une méthode de médiation est en expérimentation ; mais la maltraitance ne concerne pas que le secteur médicosocial (domicile et institution), mais aussi le domaine sanitaire et la vie de la personne en LTC au sein de la cité. (RM) Au-delà de formation des professionnels, leur contexte d exercice doit permettre la mise en œuvre des compétences acquises. (GI) Formation Humanitude : très bien, dommage qu elle fasse l objet d un marché. Certes, il faut de la "bisouthérapie", mais pas uniquement. (MF, GI) La méthode Humanitude est très discutée en France : dans une approche gérontologique, elle est desservie par le fait d avoir été conçue par des enseignants venant de l éducation physique et sportive et de s être illustrée au départ dans la manutention des malades. (JMH) En tant que formatrice sur le sujet de la maltraitance, je suis obligée de refuser des formations sollicitées sur un temps bien trop court (une demi-journée) : de nombreux professionnels des domaines sanitaire, médicosocial et social ont vécu des antériorités familiales difficiles et travailler sur ce sujet doit leur permettre de prendre du recul sur leur propre histoire en les déculpabilisant. Le temps de formation accordé est important. Les professionnels très qualifiés ne sont pas maîtres de sujets tels que la violence, la maltraitance, l agressivité et des professionnels très formés sur le plan technique se retrouvent en difficulté sur le plan des émotions. (BL) Au-delà des formations validées institutionnellement, il faut rester vigilant au fait que le risque de maltraitance est omniprésent : ce risque demeure. (VBC) 3

4 Établissements Certains professionnels qui rencontrent des difficultés ne trouvent pas d'alliés pour les écouter ; on ne peut pas dire les choses au sein des équipes, il faut retrouver le sens de la communication. Plus on est dans le soin et l'accompagnement, plus on oublie le lien ; cibler les codes relationnels ; pas de structures au-dessus de tout soupçon en termes de maltraitance ; clivage de l équipe technique et de la direction ; inviter les comités de direction des établissements à venir aux formations, cela permet de redonner du sens et de prioriser l humain, de parler, mais cela devient rare aujourd'hui. (BL) Importance de la qualité de l'animation ; revalorisation des personnes grâce à la stimulation des capacités restantes ; les soins de qualité sont en EHPAD ; décideurs à motiver ; confier des responsabilités particulières aux personnels pour les remotiver. (RM) Deux axes de prévention de maltraitance institutionnelle chez Familisanté : le premier axe porte sur l évolution des pratiques en EHPAD : est-ce qu'on répond bien au public accueilli? Comment mettre les compétences des professionnels au service du souhait des personnes de ne pas aller en EHPAD? Comment faire pour que nos EHPAD s'ouvrent sur le domicile et deviennent des partenaires actifs des services à domicile, pour devenir un tremplin offrant du répit, un accueil de jour avec des projets individuels, évitant ou retardant ainsi l'entrée en établissement? Le second axe porte sur les personnes qui n ont pas d autres choix que de résider en EHPAD, et qui encourent des risques de maltraitance institutionnelle en étant par exemple baladés dans les hôpitaux. (VBC) Aujourd'hui, il existe une multiplicité de fédérations d'ehpad. On met les gens en EHPAD en fonction de la limite de prise en charge des soins à domicile ; entrée en établissement souvent liée à un affaiblissement cognitif induit (absence de stimulation) ; la période de survie en établissement ne dépasse pas 3 ans ; comment les gens font-ils lorsqu'ils ne peuvent pas payer? (MF) En retardant ou en évitant l'entrée en établissement, on minore les coûts. (VBC) Il est dangereux de pointer les «mauvaises choses» car cela entraîne le déni de la part des professionnels ; on est plus efficace en soulignant les «bonnes choses», les expériences réussies ; groupes Balint. (MFF) En France, le mot ''crise'' est déprécié : pas d'interlocuteur pour discuter des dysfonctionnements en équipe ; fragilité des recommandations : tendance à se référer à un modèle unique, pour éviter le risque ; difficulté dans les recrutements. (BL) Désenclaver les maisons de retraite, donner la parole aux vieux à l image de l émission Seniorama qui se déroulait dans une maison de retraite (Belgique, années ) ; ouvrir vers l'extérieur les lieux clos. (AE) Point de vue de la HAS : formule des bonnes pratiques du point de vue médical et non social (CR). Cependant le mésusage des médicaments (ex. benzodiazépines, neuroleptiques) et les risques iatrogéniques peuvent générer des situations de maltraitance. (MF, GI) Les ARS sont sensibilisées à ces problèmes de médicaments et la HAS a 4

5 beaucoup à faire dans ce domaine. (MF) Qualité Requalifier la vieillesse normale et non pas dépendante, ainsi que la maladie d Alzheimer et maladies apparentées. (RM) Ajouter dans le Cadre européen de qualité la "prévention de la dépendance" et la recherche pluridisciplinaire. (RM) Droits des personnes âgées On met en œuvre des dispositifs mais qu'en est-il du bien-être et du sens pour les personnes âgées? Réflexions à mener sur la défense des droits des personnes âgées : comment les juridictions ont instruit les cas de maltraitance et ont rendu leurs décisions? Un élément essentiel pour la réflexion des juristes à partir de données de fait et de droit ; constitution aux Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix (FUNDP, Namur, Belgique) d une base de données qui rend compte du traitement des plaintes des personnes âgées ; réunit les cas de jurisprudence impliquant les personnes âgées, toutes matières et juridictions confondues ; exemple de la création à Namur avec la première Université du Troisième Âge en Belgique (UTAN) et la faculté de droit des FUNDP d un groupe de recherche qui travaille en vue de publications avec d'anciens avocats, magistrats et médecins généralistes sur des sujets tels que l abus de faiblesse, l examen de cas pratiques, la place des personnes âgées dans les institutions et sections pénitentiaires psychiatriques, le contrat d hébergement en maisons de repos ; il faut impliquer les personnes, pour qu'elles apportent leur expérience ; Université de Toulouse 1- Capitole intéressée pour reproduire ce modèle en collaboration avec l UTAT (Université du Troisième Âge de Toulouse). (AE) Aidants Remettre en cause les idées reçues sur les aidants ; risques de maltraitance par les aidants ; développer le dispositif Café des Aidants proposé par l Association Française des Aidants garantissant la qualité, à partir d une méthodologie, de groupes d échanges et de la formation des animateurs psychologues et travailleurs sociaux) ; mise en relation des aidants dans tout domaine d'accompagnement (maladie d Alzheimer, autisme ) ; évaluation des situations afin d apporter des réponses adaptées aux aidants ; fédérer les actions en direction des aidants ; on forme les aidants à l aide mais pas pour se substituer aux professionnels ; l Association Française des Aidants est aussi sollicitée par des entreprises concernant des sujets liés à la conciliation vie d aidant/vie professionnelle. (EJ) Dimension économique des aidants familiaux ; impact du cumul profession et aide et pour les aidants qui rompent leur carrière ; care credits revendiqués par AGE Platform Europe, avec effets long terme (retraite) pour les femmes qui arrêtent le travail ; montrer le gain en coût pour la collectivité, ce qui permettrait de reconnaître la contribution des aidants à la société. (MR) 5

6 A la dimension économique, s ajoute la dimension santé avec l impact de l'aide sur comportements à risque. (EJ) Surmortalité des aidants proches ; nécessité d un statut des «proches aidants» ; préparation des aidants et soignants professionnels en charge du LTC à leur rôle et responsabilités ; s occuper d une personne dépendante (qui ne peut pas vivre sans votre aide) est totalement différent d aider ou soigner une personne indépendante ; nécessité d une formation spécifique et d un statut pour valoriser cette mission. Cela n a rien à voir avec un service à la personne (indépendante). (RM). Lien avec instances décisionnelles françaises (DGCS, Anesm...) et l Europe, développement et pérennité du projet Difficulté à mobiliser les participants des groupes de travail WeDO et à œuvrer ensemble dans la durée. (GI) Comment faire remonter le résultat des travaux WeDO au plan national? Avoir un répertoire de bonnes pratiques, c'est bien, mais les problématiques reviennent ; dans 10 ans, on n'aura pas évolué. (MR) Question : après le 14 novembre, quelle sera la stratégie et la méthode de diffusion de WeDO France? (JPB) Réponse : en cours de réflexion ; les documents remplis par les participants enrichiront nos idées. (GI, KS) Question : quel niveau d'informations dispose un CCAS d'une ville de 500 habitants? Tout est mal identifié au niveau des communes ; un domaine non pris en compte est ce qu'il faut faire au domicile (travail de vérification). (MR) Réponse : la création d un CCAS est une obligation légale qui s accompagne d une analyse des besoins sociaux ; en tant qu'unccas, on crée des outils pour aider à identifier ces besoins, dont l outil bientraitance diffusé nationalement. (KS) Inégalités territoriales auxquelles s ajoute le problème de démographie médicale. (GI) Quel usage, quelle stratégie de diffusion du Cadre européen? Liens avec Commission européenne, l ONU au sujet des droits des personnes âgées (accès aux soins, fin de vie ). (JPB) Question : comment WeDO peut communiquer des choses intéressantes et faire connaître les exemples de bonnes pratiques (MFF)? Réponse : les résultats de ces travaux seront transmis à AGE et diffusés via des sites et autres moyens de communication, relais des témoignages. (GI) Question : qui fait la synthèse au niveau de AGE (MR)? Réponse : Maude Luherne et Anne-Sophie Parent. Faire ressortir aidant et formation, établissement et domicile ; quelle synthèse sera présentée? Quels sont les objectifs, priorités et poser des questions claires à la Commission et au Parlement? Identifier éléments positifs et négatifs ; que fait-on en 2013 (MR)? 6

7 Personne ne connaît Call Europe Age ; projets mixtes à 4 ou 5 pays ; il est dommage de parler du projet WeDO en les occultant. Vérifier que Age Platform est bien informée de l'existence des projets sur le vieillissement. (MF) Comment le grand public sera informé? Campagne de presse prévue? (MFF) Diffusion de l information via radios nationale et/ou locale? (MF) 7

Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées

Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées Définition de la maltraitance En 1987, le Conseil de l Europe

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec Une initiative de la Direction Générale de la Santé mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie en collaboration avec Améliorer la qualité des pratiques professionnelles MOBIQUAL : MOBILISATION

Plus en détail

Mise en place d une commission régionale du vieillissement

Mise en place d une commission régionale du vieillissement Le sociographe, 9, 2002 / 91 Pierre Chabas, Françoise Vidal-Borrossi Mise en place d une commission régionale du vieillissement L exemple du Languedoc-Roussillon A l initiative du Directeur régional des

Plus en détail

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Direction de la population âgée et des personnes handicapées Service de la population âgée 3e commission RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Séance du 9 juillet 2015 OBJET : PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE

Plus en détail

Les Conférences de Territoire

Les Conférences de Territoire Les Conférences de Territoire Conférences de Territoire de Bretagne Guide de présentation onférence erritoire Rennes - Redon Fougères - Vitré 2 Les différentes parties du guide Présentation du guide...4

Plus en détail

INSTRUCTION N DGCS/2A/2015/60

INSTRUCTION N DGCS/2A/2015/60 Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Ministère de la ville, de la jeunesse et des

Plus en détail

Salon Préventica Lille 2013

Salon Préventica Lille 2013 Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord www.cdg59.fr Risques psychosociaux : méthodologie d intervention pluridisciplinaire du pôle prévention du CDG 59 Salon Préventica Lille 2013

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles 1 La bientraitance : le socle du programme MobiQual La «trousse de bientraitance» est

Plus en détail

De l évaluation interne à l évaluation externe RETOUR D EXPERIENCE

De l évaluation interne à l évaluation externe RETOUR D EXPERIENCE De l évaluation interne à l évaluation externe RETOUR D EXPERIENCE SENS DE L EVALUATION INTERNE DANS L ETABLISSEMENT La démarche qualité Depuis 2005, implication de la Direction, Implication du personnel

Plus en détail

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 Claire ASTIER Pilote MAIA Paris Est 1 En2009,MAIAinitiéedansle PlannationalAlzheimer:unemaladiequitouche toutes les dimensions de la «santé» (OMS) où les réponses

Plus en détail

En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF

En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF Tél. : 04 42 21 06 22 Fax : 04 42 21 27 04 Mail : if.conseil@wanadoo.fr Site : www.ifconseil.eu Un partenariat Basé sur la lecture attentive

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD élaboré par un groupe de psychologues travaillant en EHPAD dans le Val-de-Marne Janvier 2010, réactualisé en janvier 2013 par l APG94. PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE

Plus en détail

Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte. Réseau Bas-Normand / REQUA

Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte. Réseau Bas-Normand / REQUA Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte Réseau Bas-Normand / REQUA Octobre 2012 Haute Autorité de Santé 2012 Place de la charte dans le déploiement de la bientraitance La charte de bientraitance

Plus en détail

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Intervenant: Marc MOULAIRE GCS HELPAM

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Intervenant: Marc MOULAIRE GCS HELPAM en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Intervenant: Marc MOULAIRE GCS HELPAM 1 La bientraitance : le socle du programme MobiQual La ʺtrousse de bientraitanceʺ est un outil de sensibilisation

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Espace éthique Alzheimer - Bilan des premiers mois d activité. Présentation au Comité de Suivi du Plan Alzheimer - 30 juin 2011

Espace éthique Alzheimer - Bilan des premiers mois d activité. Présentation au Comité de Suivi du Plan Alzheimer - 30 juin 2011 Espace éthique Alzheimer - Bilan des premiers mois d activité Présentation au Comité de Suivi du Plan Alzheimer - 30 juin 2011 Constitution d un réseau national RNREMA : Mise en place du Réseau national

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer)

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) Le cahier des charges national a pour objet de définir les dispositifs MAIA (maison

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Société gérontologique de Normandie Société gérontologique de Normandie 1 Projet Régional de Santé Un ensemble coordonné et structuré

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

Un INTERVENANT DE SANTE (H/F) Pour son PROGRAMME MIGRANTS LITTORAL (basé à Dunkerque pour des activités sur Calais)

Un INTERVENANT DE SANTE (H/F) Pour son PROGRAMME MIGRANTS LITTORAL (basé à Dunkerque pour des activités sur Calais) MEDECINS DU MONDE FRANCE recherche Un INTERVENANT DE SANTE (H/F) Pour son PROGRAMME MIGRANTS LITTORAL (basé à Dunkerque pour des activités sur Calais) Médecins du Monde, association médicale militante

Plus en détail

LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG

LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG Le CNG contribue au développement professionnel des praticiens hospitaliers et des directeurs de la Fonction Publique Hospitalière dans un objectif

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

mobiliser les acteurs et assurer le risque

mobiliser les acteurs et assurer le risque Prix OCIRP Acteurs Economiques & Handicap mobiliser les acteurs et assurer le risque pour faire avancer la cause du handicap Le Prix OCIRP Acteurs Économiques & Handicap Un prix référence un jury reconnu

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2014

CATALOGUE FORMATION 2014 CATALOGUE FORMATION 2014 AT-Talents 56, rue du Ruisseau 75018 Paris 01 42 52 35 35 www.at-talents.com AT-Talents est enregistré en tant qu Organisme de Développement Professionnel Continu auprès de l OGDPC

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

Appui des professionnels dans le secteur de la gérontologie

Appui des professionnels dans le secteur de la gérontologie Appui des professionnels dans le secteur de la gérontologie Hélène ARCHAMBAULT Chargée de mission métiers de la gérontologie XX/XX/XX 1 Un peu d histoire: la gérontologie, un secteur victime d une image

Plus en détail

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl.

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl. Renforcer les compétences psychosociales des enfants et adolescents. Repères pour démarrer un projet Pour tous renseignements concernant le programme MAGALI SEGRETAIN msegretain@irepspdl.org Pour les inscriptions

Plus en détail

Les relations avec les familles. Une double référence : confiance et professionnalisme

Les relations avec les familles. Une double référence : confiance et professionnalisme Les relations avec les familles Une double référence : confiance et professionnalisme Confiance O La confiance ne se donne pas, elle s établit avec le temps. O Les actions, les moyens, le suivi constituent

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

Parcours de formation modulaire

Parcours de formation modulaire Parcours de formation modulaire CQPM 0264 : Coordinateur (trice) du développement des ressources humaines de l entreprise Public concerné Assistant(e) RH débutant dans le poste ou personne chargée de la

Plus en détail

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé CONVENTION CADRE ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé ENTRE Le Conseil Général des Vosges, 8 Rue de la Préfecture, 88000 EPINAL,

Plus en détail

1/9. E.H.P.A.D. Château La Valliere http://www.abras-strategie.com/

1/9. E.H.P.A.D. Château La Valliere http://www.abras-strategie.com/ Abrégé du rapport Evaluation des activités et de la qualité des prestations EHPAD Louise de la Vallière 7 rue de la Citadelle 37330 Château la Vallière 1/9 SOMMAIRE Abrégé du Rapport d évaluation... 3

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93

Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93 Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93 Contexte Evolia93, plateforme des services à la personne en Seine-Saint-Denis a pour mission la structuration et la professionnalisation

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

Colloque: «Quel avenir pour la dépendance?»

Colloque: «Quel avenir pour la dépendance?» Colloque: «Quel avenir pour la dépendance?» L ancien premier ministre, François Fillon, évoquait lors de son discours d'ouverture du troisième débat interrégional sur la dépendance : «La dépendance concerne

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social

3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social 3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social Évaluation Externe / Évaluation Interne / Aide Médico - Psychologique / Assistant de soins en gérontologie / Préparation au concours DEAMP / Accompagnement

Plus en détail

Présentation du guide juridique et pratique «Le crédit à la consommation»

Présentation du guide juridique et pratique «Le crédit à la consommation» Présentation du guide juridique et pratique «Le crédit à la consommation» Mardi 20 mars 2012 à 11h00 Salle des Mariages- Hôtel de Ville Sommaire I. Le Guide «Le crédit à la consommation» et les différents

Plus en détail

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports Renforcer la formation des professionnels de santé à la prévention des violences au sein du couple et l'information du grand public sur les violences au sein du couple et les mutilations sexuelles féminines

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Formateur dans le contexte de publics à besoins spécifiques de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Avant d entrer dans le vif du sujet, je vous présenterai rapidement la CIJOC, puis je vous donnerai quelques exemples de

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

LE PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION ACADEMIQUE ORLEANS-TOURS 2013

LE PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION ACADEMIQUE ORLEANS-TOURS 2013 Le mardi 9 avril 2013 LE PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION ACADEMIQUE ORLEANS-TOURS 2013 Le programme annuel de prévention 2013 pour l académie d Orléans-Tours a été rédigé en s appuyant sur les orientations

Plus en détail

La Maison. Départementale. des Personnes. Handicapées

La Maison. Départementale. des Personnes. Handicapées La Maison Départementale des Personnes Handicapées 0 800 31 01 31 Depuis son installation en 2006, la Maison Départementale des Personnes Handicapées assure le rôle de guichet unique départemental pour

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement Dossier de presse Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement 7 janvier 2015 Communiqué de presse Campagne de communication «Pas de relations sexuelles sans consentement» «Pas

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

STOP VIOLENCE AGAINST ELDERLY WOMEN: STOP VI.E.W Projet DAPHNE JUST/2009-2010/DAP/AG/0992

STOP VIOLENCE AGAINST ELDERLY WOMEN: STOP VI.E.W Projet DAPHNE JUST/2009-2010/DAP/AG/0992 STOP VIOLENCE AGAINST ELDERLY WOMEN: STOP VI.E.W Projet DAPHNE JUST/2009-2010/DAP/AG/0992 1. Situation générale 2. Dispositifs et ressources 3. Conclusion Pour réaliser notre recueil de données, nous nous

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

2016 formation. qualifiante

2016 formation. qualifiante 2016 formation qualifiante Surveillant(e)s de nuit qualifié(e)s Maître(sse)s de maison CREAI ChAmpAgnE-ARdEnnE : Cité Administrative Tirlet - Bât. 3-51036 ChAlons en ChAmpAgne Cedex tél. : 03 26 68 35

Plus en détail

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail,

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail, Direction des Ressources humaines TRAVAILLEUR SOCIAL I ASSISTANT SOCIO-EDUCATIF A LA MAISON DES ENFANTS (pôle 2-6 ans) Direction Générale Adjointe : Solidarités Direction : Enfance Famille Santé Service

Plus en détail

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 ACTION DE LUTTE CONTRE LA DÉSCOLARISATION ET L EXCLUSION Objectifs de l action Accompagner les dispositifs de prévention de la déscolarisation. Mettre en place

Plus en détail

Promouvoir la bientraitance, un guide à destination des professionnels de santé

Promouvoir la bientraitance, un guide à destination des professionnels de santé (Nord Picardie) (Basse-Normandie) (Rhône Alpes) (Loire-Atlantique) (Franche-Comté) (Aquitaine) Promouvoir la bientraitance, un guide à destination des professionnels de santé Contexte FORAP 10 SRA Bientraitance

Plus en détail

4 ème réunion PAERPA EHPAD

4 ème réunion PAERPA EHPAD 4 ème réunion PAERPA EHPAD Jeudi 16 avril 2015 14h30 17h Délégation territoriale de Paris 1 Cartographie des EHPAD PAERPA (9-10-19) En attente carte stagiaire géographe 2 Ordre du jour 1. Actions déployées

Plus en détail

Aide et Soins à Domicile en Province de Luxembourg. Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires

Aide et Soins à Domicile en Province de Luxembourg. Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires Aide et Soins à Domicile, c est Un réseau de professionnels de l aide et des soins qui ont pour objectif de proposer

Plus en détail

Edito. Guy LE CHARPENTIER & Nicolas ROUMAGNE Co-directeurs, ingénieurs en réadaptation, formateurs

Edito. Guy LE CHARPENTIER & Nicolas ROUMAGNE Co-directeurs, ingénieurs en réadaptation, formateurs Edito Depuis la création de notre organisme de formation en 2011, 350 personnes ont bénéficié de notre pédagogie innovante : Scènésens. Les stagiaires ont montré à la fois les besoins et les intérêts de

Plus en détail

PRÉSENTATION DU CENTRE RESSOURCE DÉVELOPPÉ EN ILE-DE-FRANCE

PRÉSENTATION DU CENTRE RESSOURCE DÉVELOPPÉ EN ILE-DE-FRANCE PRÉSENTATION DU CENTRE RESSOURCE DÉVELOPPÉ EN ILE-DE-FRANCE Marie Vandeville Directrice Séminaire régional Point d étape sur le CREHPSY Alsace Le projet Constats : Personnes démunies et déstabilisées Offre

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

HANDICAP ET RECRUTEMENT. «Comment diversifier et adapter ses méthodes?»

HANDICAP ET RECRUTEMENT. «Comment diversifier et adapter ses méthodes?» COMPTE RENDU DES HANDI RENCONTRES EN ESSONNE HANDICAP ET RECRUTEMENT «Comment diversifier et adapter ses méthodes?» Le, 18 personnes ont répondu présentes à l invitation lancée par Opcalia Ile de France,

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Accompagner le changement dans le secteur médicosociale: Rôle et place de la formation

Accompagner le changement dans le secteur médicosociale: Rôle et place de la formation Accompagner le changement dans le secteur médicosociale: Rôle et place de la formation Journées allocation de ressources 3 et 4 avril 2014 La CNSA, en bref Établissement public créé par la loi du 30 juin

Plus en détail

2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé

2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé Atelier n 11 Monter un parcours de soins sur une approche territoriale ciblée 2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé Françoise ELLIEN,

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

Sommaire détaillé. Sommaire. Les acteurs au sein de la collectivité. Les intervenants extérieurs. Le rôle du CHSCT dans la prévention des risques

Sommaire détaillé. Sommaire. Les acteurs au sein de la collectivité. Les intervenants extérieurs. Le rôle du CHSCT dans la prévention des risques détaillé Réf. Internet Pages Partie 1 Les acteurs de la prévention Les acteurs au sein de la collectivité Les acteurs de la prévention dans la collectivité : rôles, liens et coordination...5509 9 Responsabilité

Plus en détail

adolescents difficiles APPROCHe PSYCHOPATHOLOGIQUe et éducative DIPLÔme D UNIVeRSITé INTeRPROFeSSIONNeL Directeur : professeur Philippe Jeammet DPJJ

adolescents difficiles APPROCHe PSYCHOPATHOLOGIQUe et éducative DIPLÔme D UNIVeRSITé INTeRPROFeSSIONNeL Directeur : professeur Philippe Jeammet DPJJ adolescents difficiles DIPLÔme D UNIVeRSITé INTeRPROFeSSIONNeL Directeur : professeur Philippe Jeammet APPROCHe PSYCHOPATHOLOGIQUe et éducative Objectifs généraux > Informer les professionnels sur l état

Plus en détail

«Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets»

«Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets» «Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets» Santé et bien- être au travail Risques psychosociaux du travail- Handicap- Gestion des âges Diversité. SynergenceA propose aux entreprises

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

BRIANÇON VILLE - SANTÉ OMS Mai 2010

BRIANÇON VILLE - SANTÉ OMS Mai 2010 BRIANÇON VILLE - SANTÉ OMS Mai 2010 BRIANÇON LA VILLE QUI GRIMPE BRIANÇON BRIANÇON VILLE-SANTE OMS LES DETERMINANTS SOCIAUX DE LA SANTÉ BRIANÇON VILLE-SANTE OMS La santé concerne les soignants mais aussi

Plus en détail

Eva. Méthode d évaluation externe. des établissements et services pour personnes âgées dépendantes

Eva. Méthode d évaluation externe. des établissements et services pour personnes âgées dépendantes Eva «Décision n H2009-07-092 portant habilitation du CNEH par l ANESM» Méthode d évaluation externe des établissements et services pour personnes âgées dépendantes Habilitation du CNEH par l ANESM Dans

Plus en détail

EVALUATION EXTERNE 2014. RESTITUTION pour les EHPAD du Centre Gériatrique Desaint- Jean

EVALUATION EXTERNE 2014. RESTITUTION pour les EHPAD du Centre Gériatrique Desaint- Jean EVALUATION EXTERNE 2014 RESTITUTION pour les EHPAD du Centre Gériatrique Desaint- Jean 1 L évaluation externe : Rappels Le rapport d évaluation externe doit être envoyé avant le 1 er janvier 2015 aux tutelles

Plus en détail

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Les responsables occupent un «poste clé» autant dans l organisation et la gestion des activités que dans l animation de leur équipe et la qualité

Plus en détail

Cycle de conférences et ateliers formation continue universitaire

Cycle de conférences et ateliers formation continue universitaire Cycle de conférences et ateliers formation continue universitaire La création artistique et l art de bien vieillir Cinq conférences et deux ateliers 15 avril > 17 juin 2015 R e c o n n a i s s a n c e

Plus en détail

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Le Comité National de pilotage des parcours de santé des Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie a été installé en avril 2013 et les projets

Plus en détail

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE DOSSIER DE PRESSE 11 FÉVRIER 2014 Contacts Presse : Burson Marsteller I & E Courriel : tanaquil.papertian@bm.com Tanaquil PAPERTIAN Téléphone : 01

Plus en détail

ECOLE NATIONALE DE LA MAGISTRATURE COUR D APPEL DE LYON DES MAGISTRATS

ECOLE NATIONALE DE LA MAGISTRATURE COUR D APPEL DE LYON DES MAGISTRATS ECOLE NATIONALE DE LA MAGISTRATURE COUR D APPEL DE LYON FORMATION continue DES MAGISTRATS 2010 Chers collègues, J ai le plaisir de vous adresser le programme de formation continue déconcentrée 2010 : Je

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

www.objectifpartenaires.com

www.objectifpartenaires.com Ressources Humaines Développeur de compétences Objectif Partenaires est un cabinet de Gestion des Ressources Humaines développant trois activités majeures : Le cabinet place au centre de ses prestations

Plus en détail

CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS. Juin 2015

CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS. Juin 2015 CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS Juin 2015 SOMMAIRE Catalogue des outils et publications de l Anesm LES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES (RBPP) 3 Les recommandations tous secteurs

Plus en détail

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Rencontre presse Jeudi 12 septembre 2013 PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Plus de 4 millions de Français1

Plus en détail

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Guide pratique MDPH Partie 1 Fiche n IV-2 CNSA - DGEFP Version 1 sept/2008 L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Plan : 1. Les principes de l orientation professionnelle... 1 2. Vers quels lieux peut se faire

Plus en détail