SYNTHESE DE LA REUNION. GROUPE DE TRAVAIL WeDO FRANCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SYNTHESE DE LA REUNION. GROUPE DE TRAVAIL WeDO FRANCE"

Transcription

1 SYNTHESE DE LA REUNION GROUPE DE TRAVAIL WeDO FRANCE Mardi 11 septembre 2012 Paris Participants : Marina BESSEAU (MB) ; Coordinatrice services d aide à domicile, Conseil général de la Sarthe Viviane BOUVET-COUVRIE (VBC) ; Directrice, Familisanté Jean-Pierre BULTEZ (JPB) ; Président Collectif interassociatif Année 2012 Albert EVRARD (AE) ; Juriste, Commission Droits et Libertés FNG Monique FERRY (MF) ; Commission Droits et Libertés FNG Marie-Françoise FUCHS (MFF) ; Commission Droits et Libertés FNG, Old Up Jean-Michel HÔTE (JMH) ; Secrétaire général, FNG Geneviève IMBERT (GI) ; Directeur de recherche, FNG (Animatrice et rapporteur) Elodie JUNG (EJ) ; Association Française des Aidants Brigitte LESCUYER (BL) ; Formatrice Robert MOULIAS (RM) ; Président, Commission Droits et Libertés FNG Michel RIQUIER (MR) ; AGE Platform Europe Christine REVEL (CR) ; HAS Marianne SEGUY (MS) ; Assistante de recherche, FNG Kristine STEMPIEN (KS) ; Chargée de mission Europe, UNCCAS Organismes représentés : FNG et UNCCAS (Coalition nationale WeDO) ; Collectif interassociatif Année 2012 AGE Platform Europe, Association Française des Aidants, Commission Droits et Libertés, Conseil général de la Sarthe, Familisanté, HAS, Old Up Excusés : Geneviève LAROQUE (FNG) Claude LEPRESLE (FIAPA) Judith MOLLARD (FRANCE ALZHEIMER) Benjamin RASQUIN (CCAS Florange) 1

2 Groupe de travail WeDO, FNG UNCCAS Mardi 11 septembre 2012 Outils Multiplicité d outils et de dispositifs de lutte contre la maltraitance, éclatés (millefeuilles) et souvent non évalués. (GI) Suite à l application de la loi du 05 mars 2007 réformant la protection juridique des majeurs (de 18 ans à + ; personne âgée, personne en situation de handicap vivant à domicile), le Conseil général (Cg) de la Sarthe a reçu de nombreux signalements déclenchant enquête sociale et mobilisation des dispositifs (CLIC,...) jusqu'au procureur ; d où publication d'un guide de promotion de la bientraitance et de lutte contre la maltraitance à l usage des professionnels intervenant auprès des majeurs vulnérables vivant à domicile, outil de politique commune pour traiter les demandes et lutter contre la maltraitance, élaboré avec représentants d organismes d aide à domicile, de soins à domicile, associations handicap, MDPH, l ensemble des partenaires du Conseil général de la Sarthe ; mise à disposition des autres Conseils généraux à travers plate-forme web spécifique aux Cg. (MB) Quels sont les moyens qui permettront aux personnes de détecter les situations à domicile par exemple? Passer du concept de qualité aux aspects pratiques de leur mise en œuvre ; problème de coordination entre acteurs ; pourquoi le Conseil général de la Sarthe s interroge, met en œuvre un dispositif et pas les autres Conseils généraux? (MR) Besoin de coordination pour utiliser les dispositifs et que les actions soient reproductibles partout. On constate que chaque intervenant à domicile a son cahier des charges propre à sa structure auquel il est astreint ; s il n est pas respecté, le professionnel peut se retrouver en tort. (MF) En Belgique, il existe une association bilingue pour la Région de Bruxelles-Capitale qui recueille les plaintes des personnes âgées (Service d Écoute à la Personne Âgée Maltraitée, SEPAM) et évalue régulièrement, à l aide d une check list, environ 200 maisons de retraite dans la région ; c est aussi un lieu où se renseigner au sujet de l hébergement, de l aide à domicile et des maisons de retraite (Inforhomes/Home-Info). (AE) Je ne vois rien sur les helplines pour maltraitances. Elles apportent écoute, analyse pluridisciplinaire, conseil et suivi aux appelants en leur garantissant confidentialité et neutralité. Elles permettent de casser le silence. 80 % des appels concernent le domicile, où les situations sont toujours complexes. Ce système peut couvrir toute une région (Wallonie), être un dispositif national (France, projet en Autriche), être l objet d expériences locales (Espagne, Italie). Ce système a débuté depuis 17 ans en France, une dizaine d années en Wallonie, a des publications et des résultats (4 500 dossiers par an en France). (RM) Il existe trop souvent des projets menés à bien et qui ne sont pas reconduits : nécessité de continuité pour créer une dynamique. (MF) 2

3 Rappel de la création en novembre 2002 par les pouvoirs publics d un «comité national de vigilance contre la maltraitance des personnes âgées» qui s est mobilisé en particulier après la canicule de l été 2003 ; son activité a été irrégulière, mais on ne peut pas faire fi des avancées qu il a permis (ex. numéro national unique d appel). En outre, ces dernières années des instances ou structures ont été mises en place en France au niveau national (c est à ce niveau que l on agit dans un pays marqué encore par une tradition centralisatrice) qui sont impliquées dans la question de la qualité des soins et services : ex. Anesm, HAS, CNSA Une mobilisation de la société civile à une échelle décentralisée ne peut se faire en ignorant les acquis et positions exprimées à ce niveau national. (JMH) Parmi les contributions rassemblées par la coalition WeDO France, qu'est-ce qui marche et qu'est-ce qui ne marche pas? (MR) : le document "Actions" rempli par les participants pourra permettre de répondre à cette question. (GI) Formation En maison de retraite, il faut que les professionnels soient spécialisés en gériatrie et soient formés aux problématiques du vieillissement. Les formateurs doivent être préparés et compétents, sinon on peut avoir des effets indésirables catastrophiques (par exemple ALMA dispose de formateurs spécifiquement qualifiés et d un Guide des bonnes pratiques de la formation à la bientraitance). Pour les dysfonctions globales de certains établissements avec conflits entre équipe et encadrement, une méthode de médiation est en expérimentation ; mais la maltraitance ne concerne pas que le secteur médicosocial (domicile et institution), mais aussi le domaine sanitaire et la vie de la personne en LTC au sein de la cité. (RM) Au-delà de formation des professionnels, leur contexte d exercice doit permettre la mise en œuvre des compétences acquises. (GI) Formation Humanitude : très bien, dommage qu elle fasse l objet d un marché. Certes, il faut de la "bisouthérapie", mais pas uniquement. (MF, GI) La méthode Humanitude est très discutée en France : dans une approche gérontologique, elle est desservie par le fait d avoir été conçue par des enseignants venant de l éducation physique et sportive et de s être illustrée au départ dans la manutention des malades. (JMH) En tant que formatrice sur le sujet de la maltraitance, je suis obligée de refuser des formations sollicitées sur un temps bien trop court (une demi-journée) : de nombreux professionnels des domaines sanitaire, médicosocial et social ont vécu des antériorités familiales difficiles et travailler sur ce sujet doit leur permettre de prendre du recul sur leur propre histoire en les déculpabilisant. Le temps de formation accordé est important. Les professionnels très qualifiés ne sont pas maîtres de sujets tels que la violence, la maltraitance, l agressivité et des professionnels très formés sur le plan technique se retrouvent en difficulté sur le plan des émotions. (BL) Au-delà des formations validées institutionnellement, il faut rester vigilant au fait que le risque de maltraitance est omniprésent : ce risque demeure. (VBC) 3

4 Établissements Certains professionnels qui rencontrent des difficultés ne trouvent pas d'alliés pour les écouter ; on ne peut pas dire les choses au sein des équipes, il faut retrouver le sens de la communication. Plus on est dans le soin et l'accompagnement, plus on oublie le lien ; cibler les codes relationnels ; pas de structures au-dessus de tout soupçon en termes de maltraitance ; clivage de l équipe technique et de la direction ; inviter les comités de direction des établissements à venir aux formations, cela permet de redonner du sens et de prioriser l humain, de parler, mais cela devient rare aujourd'hui. (BL) Importance de la qualité de l'animation ; revalorisation des personnes grâce à la stimulation des capacités restantes ; les soins de qualité sont en EHPAD ; décideurs à motiver ; confier des responsabilités particulières aux personnels pour les remotiver. (RM) Deux axes de prévention de maltraitance institutionnelle chez Familisanté : le premier axe porte sur l évolution des pratiques en EHPAD : est-ce qu'on répond bien au public accueilli? Comment mettre les compétences des professionnels au service du souhait des personnes de ne pas aller en EHPAD? Comment faire pour que nos EHPAD s'ouvrent sur le domicile et deviennent des partenaires actifs des services à domicile, pour devenir un tremplin offrant du répit, un accueil de jour avec des projets individuels, évitant ou retardant ainsi l'entrée en établissement? Le second axe porte sur les personnes qui n ont pas d autres choix que de résider en EHPAD, et qui encourent des risques de maltraitance institutionnelle en étant par exemple baladés dans les hôpitaux. (VBC) Aujourd'hui, il existe une multiplicité de fédérations d'ehpad. On met les gens en EHPAD en fonction de la limite de prise en charge des soins à domicile ; entrée en établissement souvent liée à un affaiblissement cognitif induit (absence de stimulation) ; la période de survie en établissement ne dépasse pas 3 ans ; comment les gens font-ils lorsqu'ils ne peuvent pas payer? (MF) En retardant ou en évitant l'entrée en établissement, on minore les coûts. (VBC) Il est dangereux de pointer les «mauvaises choses» car cela entraîne le déni de la part des professionnels ; on est plus efficace en soulignant les «bonnes choses», les expériences réussies ; groupes Balint. (MFF) En France, le mot ''crise'' est déprécié : pas d'interlocuteur pour discuter des dysfonctionnements en équipe ; fragilité des recommandations : tendance à se référer à un modèle unique, pour éviter le risque ; difficulté dans les recrutements. (BL) Désenclaver les maisons de retraite, donner la parole aux vieux à l image de l émission Seniorama qui se déroulait dans une maison de retraite (Belgique, années ) ; ouvrir vers l'extérieur les lieux clos. (AE) Point de vue de la HAS : formule des bonnes pratiques du point de vue médical et non social (CR). Cependant le mésusage des médicaments (ex. benzodiazépines, neuroleptiques) et les risques iatrogéniques peuvent générer des situations de maltraitance. (MF, GI) Les ARS sont sensibilisées à ces problèmes de médicaments et la HAS a 4

5 beaucoup à faire dans ce domaine. (MF) Qualité Requalifier la vieillesse normale et non pas dépendante, ainsi que la maladie d Alzheimer et maladies apparentées. (RM) Ajouter dans le Cadre européen de qualité la "prévention de la dépendance" et la recherche pluridisciplinaire. (RM) Droits des personnes âgées On met en œuvre des dispositifs mais qu'en est-il du bien-être et du sens pour les personnes âgées? Réflexions à mener sur la défense des droits des personnes âgées : comment les juridictions ont instruit les cas de maltraitance et ont rendu leurs décisions? Un élément essentiel pour la réflexion des juristes à partir de données de fait et de droit ; constitution aux Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix (FUNDP, Namur, Belgique) d une base de données qui rend compte du traitement des plaintes des personnes âgées ; réunit les cas de jurisprudence impliquant les personnes âgées, toutes matières et juridictions confondues ; exemple de la création à Namur avec la première Université du Troisième Âge en Belgique (UTAN) et la faculté de droit des FUNDP d un groupe de recherche qui travaille en vue de publications avec d'anciens avocats, magistrats et médecins généralistes sur des sujets tels que l abus de faiblesse, l examen de cas pratiques, la place des personnes âgées dans les institutions et sections pénitentiaires psychiatriques, le contrat d hébergement en maisons de repos ; il faut impliquer les personnes, pour qu'elles apportent leur expérience ; Université de Toulouse 1- Capitole intéressée pour reproduire ce modèle en collaboration avec l UTAT (Université du Troisième Âge de Toulouse). (AE) Aidants Remettre en cause les idées reçues sur les aidants ; risques de maltraitance par les aidants ; développer le dispositif Café des Aidants proposé par l Association Française des Aidants garantissant la qualité, à partir d une méthodologie, de groupes d échanges et de la formation des animateurs psychologues et travailleurs sociaux) ; mise en relation des aidants dans tout domaine d'accompagnement (maladie d Alzheimer, autisme ) ; évaluation des situations afin d apporter des réponses adaptées aux aidants ; fédérer les actions en direction des aidants ; on forme les aidants à l aide mais pas pour se substituer aux professionnels ; l Association Française des Aidants est aussi sollicitée par des entreprises concernant des sujets liés à la conciliation vie d aidant/vie professionnelle. (EJ) Dimension économique des aidants familiaux ; impact du cumul profession et aide et pour les aidants qui rompent leur carrière ; care credits revendiqués par AGE Platform Europe, avec effets long terme (retraite) pour les femmes qui arrêtent le travail ; montrer le gain en coût pour la collectivité, ce qui permettrait de reconnaître la contribution des aidants à la société. (MR) 5

6 A la dimension économique, s ajoute la dimension santé avec l impact de l'aide sur comportements à risque. (EJ) Surmortalité des aidants proches ; nécessité d un statut des «proches aidants» ; préparation des aidants et soignants professionnels en charge du LTC à leur rôle et responsabilités ; s occuper d une personne dépendante (qui ne peut pas vivre sans votre aide) est totalement différent d aider ou soigner une personne indépendante ; nécessité d une formation spécifique et d un statut pour valoriser cette mission. Cela n a rien à voir avec un service à la personne (indépendante). (RM). Lien avec instances décisionnelles françaises (DGCS, Anesm...) et l Europe, développement et pérennité du projet Difficulté à mobiliser les participants des groupes de travail WeDO et à œuvrer ensemble dans la durée. (GI) Comment faire remonter le résultat des travaux WeDO au plan national? Avoir un répertoire de bonnes pratiques, c'est bien, mais les problématiques reviennent ; dans 10 ans, on n'aura pas évolué. (MR) Question : après le 14 novembre, quelle sera la stratégie et la méthode de diffusion de WeDO France? (JPB) Réponse : en cours de réflexion ; les documents remplis par les participants enrichiront nos idées. (GI, KS) Question : quel niveau d'informations dispose un CCAS d'une ville de 500 habitants? Tout est mal identifié au niveau des communes ; un domaine non pris en compte est ce qu'il faut faire au domicile (travail de vérification). (MR) Réponse : la création d un CCAS est une obligation légale qui s accompagne d une analyse des besoins sociaux ; en tant qu'unccas, on crée des outils pour aider à identifier ces besoins, dont l outil bientraitance diffusé nationalement. (KS) Inégalités territoriales auxquelles s ajoute le problème de démographie médicale. (GI) Quel usage, quelle stratégie de diffusion du Cadre européen? Liens avec Commission européenne, l ONU au sujet des droits des personnes âgées (accès aux soins, fin de vie ). (JPB) Question : comment WeDO peut communiquer des choses intéressantes et faire connaître les exemples de bonnes pratiques (MFF)? Réponse : les résultats de ces travaux seront transmis à AGE et diffusés via des sites et autres moyens de communication, relais des témoignages. (GI) Question : qui fait la synthèse au niveau de AGE (MR)? Réponse : Maude Luherne et Anne-Sophie Parent. Faire ressortir aidant et formation, établissement et domicile ; quelle synthèse sera présentée? Quels sont les objectifs, priorités et poser des questions claires à la Commission et au Parlement? Identifier éléments positifs et négatifs ; que fait-on en 2013 (MR)? 6

7 Personne ne connaît Call Europe Age ; projets mixtes à 4 ou 5 pays ; il est dommage de parler du projet WeDO en les occultant. Vérifier que Age Platform est bien informée de l'existence des projets sur le vieillissement. (MF) Comment le grand public sera informé? Campagne de presse prévue? (MFF) Diffusion de l information via radios nationale et/ou locale? (MF) 7

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Bilan national de l enquête d activité 2012 Les plateformes d accompagnement et de répit Bilan national de l enquête d activité 2012 I 2 I DGCS

Plus en détail

En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF

En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF Tél. : 04 42 21 06 22 Fax : 04 42 21 27 04 Mail : if.conseil@wanadoo.fr Site : www.ifconseil.eu Un partenariat Basé sur la lecture attentive

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre.

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. 1 Qu est-ce qu un aidant familial Une personne qui vient en aide, à titre non professionnel

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

Dispositifs d aides aux personnes âgées 10/02/2014

Dispositifs d aides aux personnes âgées 10/02/2014 Dispositifs d aides aux personnes âgées 1 Les acteurs de la gérontologie Où trouver l information sur les aides aux personnes âgées: Les CCAS: Centre Communaux d Action Sociale, outils social des mairies.

Plus en détail

Maltraitance Technophobie Technophilie Technopénie Pr Robert Moulias Commission Age Droits Liberté Fédération 39 77 contre la Maltraitance (ex ALMA

Maltraitance Technophobie Technophilie Technopénie Pr Robert Moulias Commission Age Droits Liberté Fédération 39 77 contre la Maltraitance (ex ALMA Maltraitance Technophobie Technophilie Technopénie Pr Robert Moulias Commission Age Droits Liberté Fédération 39 77 contre la Maltraitance (ex ALMA et HABEO) 1 RAPPEL Vieillesse ne signifie pas : - DEPENDANCE

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

Calendrier des formations INTER en 2011

Calendrier des formations INTER en 2011 Calendrier des formations INTER en 2011 THEMES Liste des formations INTER MOTIVEZ ET DYNAMISEZ VOS EQUIPES 98 % de participants satisfaits et se sentant reconnus à la sortie de nos formations! L environnement

Plus en détail

La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer

La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer Evelyne Gaussens Directrice générale de l HPGM (91) 24/05/2013 Présentation de l Hôpital gériatrique

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE : DES FORMATIONS POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE - GROUPE SOFT FORMATION 84, Boulevard de la Corderie 13007 Marseille Tél : 04.91.15.71.03 Fax : 04.91.81.52.62 1 NOTRE OFFRE

Plus en détail

15 janvier 2014 * PROGRAMME MOBIQUAL

15 janvier 2014 * PROGRAMME MOBIQUAL 15 janvier 2014 * PROGRAMME MOBIQUAL PRÉSENTATION DE LA DÉMARCHE ET DES OUTILS * Sébastien DOUTRELIGNE responsable diffusion nationale, suivi et évaluation Éléments constitutifs Une action nationale initiée

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles

A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles DOSSIER DE PRESSE Février 2011 A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles Contact presse Service

Plus en détail

I. Qu est ce qu un SSIAD?

I. Qu est ce qu un SSIAD? 1 Plan Introduction I. Qu est ce qu un SSIAD? II. L accompagnement du SSIAD III. Présentation du SSIAD de Meyssac et de Beynat IV. Les personnes prises en soin dans le SSIAD V. Présentation d une situation

Plus en détail

MAIA Méthode d action pour l intégration des services d aide et de soins dans le champ de l autonomie

MAIA Méthode d action pour l intégration des services d aide et de soins dans le champ de l autonomie MAIA Méthode d action pour l intégration des services d aide et de soins dans le champ de l autonomie LES CAHIERS PÉDAGOGIQUES DE LA CNSA OCTOBRE 2014 Méthode MAIA : un modèle organisationnel national

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Plan «Alzheimer et maladies apparentées» 2008-2012

Plan «Alzheimer et maladies apparentées» 2008-2012 Plan «Alzheimer et maladies apparentées» 2008-2012 1 er février 2008 Sommaire 10 MESURES PHARES 6 RESUME DES FINANCEMENTS 7 SYNTHESE DES FINANCEMENTS PAR MESURE 8 AXE I. AMELIORER LA QUALITE DE VIE DES

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE DOSSIER DE PRESSE 11 FÉVRIER 2014 Contacts Presse : Burson Marsteller I & E Courriel : tanaquil.papertian@bm.com Tanaquil PAPERTIAN Téléphone : 01

Plus en détail

Positionnement de l UNCCAS relatif au registre national des crédits aux particuliers ou «fichier positif»

Positionnement de l UNCCAS relatif au registre national des crédits aux particuliers ou «fichier positif» Positionnement de l UNCCAS relatif au registre national des crédits aux particuliers ou «fichier positif» Ce registre national des crédits aux particuliers a été introduit (article 22) dans le projet de

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux

Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux Xavier GERVAIS Médecin Coordonnateur EHPAD «Les Balcons de Tivoli» Le Bouscat Mise en œuvre confiée

Plus en détail

Bien-être et Performance Collective Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble

Bien-être et Performance Collective Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble Comment concilier «bienêtre» et «performance collective»? Comment aider les opérationnels à assumer leur responsabilité managériale,

Plus en détail

Quoi Besoin identifié Comment faire? Comment lever les freins? Statut Déclarer l'aide aux aidants «grande cause nationale»

Quoi Besoin identifié Comment faire? Comment lever les freins? Statut Déclarer l'aide aux aidants «grande cause nationale» Méthode : Tester et déployer sur la base de l évaluation du rapport : impact social / coût Reconnaître Faciliter Les aidants Les associations d'aidants / en faveur des aidants Les initiatives en faveur

Plus en détail

La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite

La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite Les retraités et leur logement Maison de la Chimie, 18 novembre 2013 La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite Anne Sophie Grave

Plus en détail

Le partenaire de la gestion des risques des acteurs du social et du médico-social

Le partenaire de la gestion des risques des acteurs du social et du médico-social Le partenaire de la gestion des risques des acteurs du social et du médico-social Présentation de la société La société Sham Fondée en 1928 par des Directeurs d hôpitaux SHAM est une Société d Assurance

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Présentation du guide juridique et pratique «Le crédit à la consommation»

Présentation du guide juridique et pratique «Le crédit à la consommation» Présentation du guide juridique et pratique «Le crédit à la consommation» Mardi 20 mars 2012 à 11h00 Salle des Mariages- Hôtel de Ville Sommaire I. Le Guide «Le crédit à la consommation» et les différents

Plus en détail

dans la Loire... I ACCUEILS DE JOUR

dans la Loire... I ACCUEILS DE JOUR DES PROFESSIONNELS DU CONSEIL GÉNÉRAL DE LA LOIRE proches de chez vous Roanne 31-33 rue Alexandre Raffin 42300 Roanne Autonomie 53 rue de la République 42600 Montbrison 23 rue d'arcole 42000 Montbrison

Plus en détail

Réduire les risques en santé

Réduire les risques en santé Réduire les risques en santé «Mieux vaut penser le changement que changer le pansement» Marie-Françoise Dumay, Garménick Leblanc, Marc Moulaire, Gilbert Mounier 1 Définition du risque «Possibilité de dommage»

Plus en détail

Bibliothèque hors les murs et partenariat

Bibliothèque hors les murs et partenariat Bibliothèque hors les murs et partenariat Ce support est en Creativ Commons : CC-BY-NC Formation ABF 2014-2015 Stéphanie Fohanno 25/11/14 I. Le développement des actions hors les murs dans les bibliothèques

Plus en détail

Présentation de la MDA d EURE ET LOIR

Présentation de la MDA d EURE ET LOIR Présentation de la MDA d EURE ET LOIR 1 MDA d EURE et LOIR Date de création : Décembre 2007 Date d ouverture au public : 21 juin 2010 2 MDA d EURE et LOIR Structure juridique porteur : Centre Hospitalier

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

Sur le Chemin des Attentes des Usagers : le Projet Personnalisé

Sur le Chemin des Attentes des Usagers : le Projet Personnalisé «Pour l amélioration de la qualité, la gestion des risques et l évaluation en Loire Atlantique et Vendée» Sur le Chemin des Attentes des Usagers : le Projet Personnalisé L organisation et la planification

Plus en détail

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 «NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 INTRODUCTION Du fait de l augmentation de l espérance de vie La population des

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

La dépendance. 1 grande victoire 1 grand défi! (âge moyen : + de 80 ans aujourd hui, contre 47 ans en 1900)

La dépendance. 1 grande victoire 1 grand défi! (âge moyen : + de 80 ans aujourd hui, contre 47 ans en 1900) La dépendance 1 grande victoire 1 grand défi! (âge moyen : + de 80 ans aujourd hui, contre 47 ans en 1900) 2 DÉFINITION ENJEUX ET IMPACTS EVOLUTIONS POINT DE VUE POLITIQUE POURQUOI 1 ASSUREUR? LA SILVER

Plus en détail

Association Autonomie Aquitaine

Association Autonomie Aquitaine M1 : le contexte législatif et réglementaire de la démarche qualité en secteur médico- social: o La Loi du 2 janvier 2002 : o ses fondements o La démarche de projet o Le règlement de fonctionnement o Le

Plus en détail

PRESENTATION DE LA MDPH

PRESENTATION DE LA MDPH PRESENTATION DE LA MDPH 1) LA LOI HANDICAP DU 11/02/2005 La loi handicap de 2005 (la précédente remonte à 1975) a révolutionné tant les institutions dans leur fonctionnement, que l accueil des élèves dans

Plus en détail

FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE MINISTERE DE L EMPLOI ET DE LA SOLIDARITE SECRETARIAT D ETAT A LA SANTE ET A L ACTION SOCIALE

FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE MINISTERE DE L EMPLOI ET DE LA SOLIDARITE SECRETARIAT D ETAT A LA SANTE ET A L ACTION SOCIALE FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE MINISTERE DE L EMPLOI ET DE LA SOLIDARITE SECRETARIAT D ETAT A LA SANTE ET A L ACTION SOCIALE 1999 La Fondation nationale de gérontologie et le ministère des affaires

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

AIDE À DOMICILE. Le métier abordé dans ce film est celui d aide à domicile qui relève du secteur social.

AIDE À DOMICILE. Le métier abordé dans ce film est celui d aide à domicile qui relève du secteur social. JE SUIS... Santé - Social - Soins esthétiques AIDE À DOMICILE Réalisation : Luc Millet Production exécutive : CRIPT Sylvestre Audiovisuel Production : Educagri éditions, DRAF SRFD Pays de la Loire, ONISEP

Plus en détail

2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé

2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé Atelier n 11 Monter un parcours de soins sur une approche territoriale ciblée 2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé Françoise ELLIEN,

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

"Allô Parents Marseille" Parents d adolescents, Des professionnels à votre écoute.

Allô Parents Marseille Parents d adolescents, Des professionnels à votre écoute. "Allô Parents Marseille" Parents d adolescents, Des professionnels à votre écoute. QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image. " Mieux faire connaître ce

Plus en détail

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) ont pour objet d offrir aux personnes adultes handicapées un

Plus en détail

Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès aux droits et aux soins CMU ACS ASS AME. Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA.

Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès aux droits et aux soins CMU ACS ASS AME. Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA. CMU ACS ASS AME BILAN DE SANTÉ Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA. > Côté santé, elle bénéfi cie de la Couverture Maladie Universelle. Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès

Plus en détail

Diaporama de présentation. Présentation de l outil

Diaporama de présentation. Présentation de l outil Diaporama de présentation Présentation de l outil Le programme MobiQual Le programme MobiQual est une action nationale élaborée par la SFGG et soutenue par la Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Plus en détail

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H Psychiatrie infanto-juvénile UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION Edition : Août 2015 Franck RENAUDIN U.P.A.H Pavillon «l Orme» 20 avenue du 19 mars 1962 72703 ALLONNES Cédex 02.43.43.51.20

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr ) Découvrez les métiers de la Justice Informez-vous sur www.justice.gouv.fr PENITENTIAIRE Sommaire SOMMAIRE Magistrat............................................................. p. 4, 5 Greffier en chef......................................................

Plus en détail

Le dispositif d intégration MAIA, ses acteurs, ses outils. Aspects éthiques et déontologiques LE DISPOSITIF

Le dispositif d intégration MAIA, ses acteurs, ses outils. Aspects éthiques et déontologiques LE DISPOSITIF Section éthique et déontologie du CNOM Rapporteur : Dr. Bernard LE DOUARIN Juillet 2012 Le dispositif d intégration MAIA, ses acteurs, ses outils. Aspects éthiques et déontologiques LE DISPOSITIF Personnes

Plus en détail

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé Accord Cadre Du Relatif à L exercice médical à l hôpital Au cœur du système de santé, l hôpital en assure la continuité et la permanence. Avec son fonctionnement

Plus en détail

RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC SANTÉ DANS LE CADRE D UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ SUR LA VILLE DE BRIANCON

RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC SANTÉ DANS LE CADRE D UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ SUR LA VILLE DE BRIANCON RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC SANTÉ DANS LE CADRE D UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ SUR LA VILLE DE BRIANCON Etape E : recueil du positionnement des partenaires institutionnels Vincent BAUDOT Septembre 2014 Société

Plus en détail

CALENDRIER DU PLAN AUTISME 2013-2017

CALENDRIER DU PLAN AUTISME 2013-2017 P a g e 1 CALENDRIER DU PLAN AUTISME 2013-2017 Repérage et diagnostic 2013 1) Réseau national Elaboration du cahier charges 2) Carnet de santé : Analyse Données 3) Outils ADOS ADI : - Avis juridique -

Plus en détail

DE LA COHÉSION SOCIALE

DE LA COHÉSION SOCIALE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA COHÉSION SOCIALE Conseil supérieur de travail social Synthèse du Rapport Le partage d'informations dans l'action sociale et le travail social remis à Madame la Ministre Marisol

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

Schéma départemental d organisation sociale et médico-sociale de Dordogne

Schéma départemental d organisation sociale et médico-sociale de Dordogne Schéma départemental d organisation sociale et médico-sociale de Dordogne Denis Nidos CG24 PERSONNES ÂGÉES 2014-2019 sommaire éditorial 7 présentation du schéma 9 Bilan de la mise en œuvre du schéma 2009-2013

Plus en détail

premières Réalisations du 4e Plan triennal [ ] de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr

premières Réalisations du 4e Plan triennal [ ] de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr [ ] premières Réalisations du 4e Plan triennal de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr Ratification de la Convention d Istanbul Lundi 5 mai, le Sénat a adopté définitivement,

Plus en détail

Un de vos proches ou vous-même avez été diagnostiqué malade d Alzheimer, ce guide peut vous aider

Un de vos proches ou vous-même avez été diagnostiqué malade d Alzheimer, ce guide peut vous aider Guide d aide à l orientation des malades et des familles Un de vos proches ou vous-même avez été diagnostiqué malade d Alzheimer, ce guide peut vous aider La maladie d Alzheimer et les maladies apparentées

Plus en détail

ÊTRE MANAGER D UNE ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE

ÊTRE MANAGER D UNE ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE ÊTRE MANAGER D UNE ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE DANS LE SECTEUR SANITAIRE OU MÉDICO-SOCIAL Formation permettant l obtention d un certificat professionnel CPFFP SPÉCIALISATION EN MANAGEMENT D ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie»

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» DOSSIER PAERPA «Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» 1 _ SOMMAIRE Quelques données chiffrées 3 Les initiatives déjà engagées pour améliorer les parcours de

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

maintien de l autonomie

maintien de l autonomie M é t a F o r F o r m a t i o n Contribuer au maintien de l autonomie 2012/2014 Public ciblé : tout professionnel de l aide à domicile aux personnes âgées La formation «contribuer au maintien de l autonomie»

Plus en détail

Maison des Services Publics

Maison des Services Publics brignoles.fr la Maison des Services ublics Une porte d entrée unique pour tous... pour vous faciliter la vie au quotidien! Un peu d histoire Au XIII e siècle, l établissement servit d abord d hospice.

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Mesdames et Messieurs les préfets (pour information)

Mesdames et Messieurs les préfets (pour information) Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué en charge des personnes handicapées et de la lutte contre l exclusion Ministère délégué en charge des personnes âgées et de l autonomie

Plus en détail

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL EXPERIENCES PROFESSIONNELLES Détail des expériences Responsable qualité association secteur SMS : - Conception, mise en œuvre, animation et

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Retour d expérience ESA

Retour d expérience ESA Retour d expérience ESA -Service créé en 2009 dans le cadre du 1 er Plan Alzheimer 2008-2012 -Cette Equipe est tout d abord lancée à titre expérimental, dans le cadre de la mesure 6 de ce Plan, - Une réflexion

Plus en détail

LES LOGEMENTS FOYERS ET LE FORFAIT DE SOINS COURANTS (FSC)

LES LOGEMENTS FOYERS ET LE FORFAIT DE SOINS COURANTS (FSC) LES LOGEMENTS FOYERS ET LE FORFAIT DE SOINS COURANTS (FSC) RAPPORT D ENQUETE SUR L UTILISATION DU FORFAIT DE SOINS COURANTS DANS LES LOGEMENTS FOYERS DU RESEAU UNCCAS UNCCAS - Villa Souchet - 105 avenue

Plus en détail

Poitiers, le 2 Avril 2011. Rédaction : Mireille MOSCATI FORIMPACT 05 49 45 62 96 et 06-71-65-43-83 E mail : mireille.moscati@laposte.

Poitiers, le 2 Avril 2011. Rédaction : Mireille MOSCATI FORIMPACT 05 49 45 62 96 et 06-71-65-43-83 E mail : mireille.moscati@laposte. Poitiers, le 2 Avril 2011 Rédaction : Mireille MOSCATI FORIMPACT 05 49 45 62 96 et 06-71-65-43-83 E mail : mireille.moscati@laposte.net COMMISSION THEMATIQUE : PRESERVATION DE L AUTONOMIE COMPTE RENDU

Plus en détail

GENER'ACTION Formation

GENER'ACTION Formation GENER'ACTION Formation Actions et formations dans le domaine de la gérontologie sociale GENER'ACTION Formation est une association loi 1901 à but non lucratif dont l'objet est de : Permettre de maintenir

Plus en détail

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique Vous trouverez ici notre guide d utilisation et d accompagnement pour l'aidant familial utilisant la tablette et nos jeux de

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

Zoom sur p4. Sommaire. L APPARTEMENT TÉMOIN MADONAH Un projet au carrefour de la construction et des nouvelles technologies. Éditorial.

Zoom sur p4. Sommaire. L APPARTEMENT TÉMOIN MADONAH Un projet au carrefour de la construction et des nouvelles technologies. Éditorial. n 78 - Mars 2014 Sommaire Éditorial p2 Actualités p3 Rencontre avec p5-6 Générations Mouvement Le Pôle séniors Vierzon-Sologne Le saviez-vous? p7 Agenda p8 Zoom sur p4 L APPARTEMENT TÉMOIN MADONAH Un projet

Plus en détail

MAîTRISER SES RISQUES ET RESPONSABILITés

MAîTRISER SES RISQUES ET RESPONSABILITés MAîTRISER SES RISQUES ET RESPONSABILITés en travail social La prise en charge des publics vulnérables par les professionnels des établissements ou services sociaux et médico-sociaux est une mission qui

Plus en détail

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE 0 Page2 Sommaire Les droits rattachés au respect de la personne... 3 Le droit au respect de sa dignité... 3 Quelle est la signification de la dignité en droit de

Plus en détail

Trophées du Grand Age Lundi 2 Mai au Casino de Paris 18h00

Trophées du Grand Age Lundi 2 Mai au Casino de Paris 18h00 Dépendance, Vieillissement de la population, Alzheimer, Maisons de retraite, Maintien à domicile, Gérontechnologies, Aide aux aidants. Organisés par le site Gérontechnologie.net et MarcDumasConseil, les

Plus en détail

Résidence Saint Jean

Résidence Saint Jean Résidence Saint Jean 41 Avenue Félix Baert 59380 BERGUES Tél : 03.28.68.62.99 Fax : 03.28.68.53.19 Email : stjean.residence@wanadoo.fr Site web : www.residence-saint-jean.fr Madame, Monsieur, Le Conseil

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes

DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes Date limite de renvoi des dossiers complétés : 6 novembre 2013, par mail à l adresse contact@grandprix-distributionresponsable.com Nom de l initiative:

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université)

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) Après avoir fait adopter sa loi «Libertés et Responsabilités des Universités» en plein

Plus en détail

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées Guide des interventions Edition 2010 Mot du président Le Centre Communal d Action Sociale de Saint-Yrieix-sur-Charente est un outil majeur de la politique sociale de la municipalité. Au delà des aides

Plus en détail

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Les responsables occupent un «poste clé» autant dans l organisation et la gestion des activités que dans l animation de leur équipe et la qualité

Plus en détail

Budget des établissements et services sociaux et médico-sociaux : Actualités et perspectives

Budget des établissements et services sociaux et médico-sociaux : Actualités et perspectives Budget des établissements et services sociaux et médico-sociaux : Actualités et perspectives Rentrée départementale 2013-2014 1 1. Retour sur la campagne budgétaire 2013 2 Masse salariale de référence

Plus en détail

Le Petit Prince se bat Pour les enfants autistes

Le Petit Prince se bat Pour les enfants autistes Acheter d authentiques lithographies du Petit Prince, c est donner 50 euros à Autisme France, association reconnue d utilité publique. Lithographie du Petit Prince : 100 revient à 67 (après crédit d impôts)

Plus en détail

Document de travail «Conduite de l évaluation interne dans les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes» Mars 2011

Document de travail «Conduite de l évaluation interne dans les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes» Mars 2011 Document de travail «Conduite de l évaluation interne dans les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes» Mars 2011 DOCUMENT DE TRAVAIL Anesm-MARS 2011 1 Sommaire 1. Introduction... 3 Qu

Plus en détail

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ PLAN Préambule Historique de la démarche Cartographie Organigramme Situation actuelle Constat Préambule OVE comprend : Un secteur social Un secteur médico-social

Plus en détail

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD Retour d expérience suite à la visite de certification V2014 Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD 1 Retour d expérience Présentation _Visite Certification du CH de Nontron_Janvier V2014_Centre Hospitalier

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail