Certaines entreprises cherchent des opportunités pour combiner : - la responsabilité environnementale - la valeur ajoutée jusqu alors inexploitées.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Certaines entreprises cherchent des opportunités pour combiner : - la responsabilité environnementale - la valeur ajoutée jusqu alors inexploitées."

Transcription

1

2

3

4

5 Domaine de recherche récent : - incompris - mal maîtrisé Certaines entreprises cherchent des opportunités pour combiner : - la responsabilité environnementale - la valeur ajoutée jusqu alors inexploitées.

6 «Partant du point de consommation jusqu au point d origine, la Reverse Logistics est un processus efficient de planification, de mise en œuvre et de contrôle des flux de matières premières, d encours, de produit finis, et de l information relative à ces flux, dont le but est de recapter la valeur des matières en les remettant à disposition dans une Supply Chain de retour». Council of Supply Chain Management Professionals

7 Son importance devient grandissante : - avec le développement du commerce électronique, - la législation sur le traitement des déchets.

8

9 o 1963 : Fondation du Council of Supply Chain Management Professionals (CSCMP). Association professionnelle mondiale de la logistique la plus importante. o 1984 : Les laboratoires McNeil aux USA distribuent de mauvais produits pharmaceutiques aux détaillants, mais les remplacements commencent à se faire rapidement avec de nouveaux lots sécurisés. o Début des années 90 : Apparition du concept de Reverse Logistics en Amérique du Nord et en Europe.

10 o 1991 : Publication du document «Reverse Logistics» par le CSCMP. o 1991 : R. Frerich-Sagurna au Congrès International de la Logistique de La Haye, propose de dupliquer le schéma classique de la chaîne logistique, en y incluant les flux retours et en imaginant une Consuming Enterprise, miroir de l entreprise productrice classique.

11 o Avril 1992 : L ASLOG, ASsociation française pour la LOGistique introduit le concept en organisant le «1 er forum de la logistique et de l environnement». o 1993 : Publication du livre «Reuse and Recycling Reverse Logistics opportunities» par le CSCMP.

12

13 Les Américains n utilisent qu une seule expression pour désigner le flux inverse de produits ou systèmes parvenant en fin de vie : Reverse Logistics, Direct Logistics.

14 DIRECT LOGISTICS Fournisseurs (Rang2) Fournisseurs (Rang1) Industriel Distributeur Client Final

15 REVERSE LOGISTICS Retours commerciaux Retours commerciaux Utilisation initiale Déchets de production Redistribuer Réutiliser Re fabriquer Collecter Sélectionner Autres usages Recycler Détruire

16 DIRECT LOGISTICS / REVERSE LOGISTICS Achats Production Distribution Services Après-vente Remise en état Remise à neuf Recyclage Fournisseurs Industriel Distributeurs / Revendeurs Centres de réparation Supply Chain Directe Supply Chain Reverse

17 Rétro logistique; Logistique à rebours; Logistique des retours. Secteur en émergence. Un segment coûteux de la chaîne logistique. Nouvelle perspective dans la gestion de la chaîne d approvisionnement.

18 Le contexte de la Rétro Logistique : Récupérer du cash : Trouver une utilisation aux produits qui ont toujours de la valeur, Services Après-ventes : Proposer des services aux clients, Sécuriser l engagement environnemental : Développer le processus de réparation, remise à neuf, destruction.

19 LA REVERSE UN ENSEMBLE DE PROCESSUS QUI INCLUS : Traitement de retour des marchandises : Abîmés Produits en surstock. Recyclage des emballages et des containers : Reconditionnement pour revente : (très répandu dans l industrie automobile) Remise à neuf / en état Utilisation partielle des pièces Destruction ou donation des produits obsolètes. Récupération des matières dangereuses.

20 Thèmes liés : Recyclage DEEE Surstocks Produits en fin de vie Produits défectueux.

21 PROJET DE RECHERCHE DU REVERSE LOGISTICS EXECUTIVE COUNCIL Pression concurrentielle : 65% Supply Chain propre : 33% Réglementation : 25% Recapter la valeur et recouvrer les actifs : 20% Protéger les marges d exploitation : 18%

22 LA LOGISTIQUE INVERSE OU REVERSE LOGISTICS Processus de Planification, mise en place et contrôle de la performance : De l utilisation des Matières premières; Des en-cours : stock, production, produits finis; De la gestion de la chaîne d information depuis le client vers le fournisseur.

23 Distribution inverse ou «Reverse distribution» : Recyclage Remise en état Elimination des déchets Utilisation des contenants réutilisables. Autres responsabilités : Produits de remplacement Réparations sous garanties Retour des produits

24 La logistique verte ou «Green logistics» : Concevoir pour l environnement, Améliorer la productivité, Eliminer les déchets, Economie des ressources.

25

26 5 PRINCIPAUX PROCESS DE LA REVERSE OFFRE MARKETING Contrôle Qualité Processus de Filtre Gestion de la fin de vie des produits Mesure de la performance KPI Processus Logistique Processus de réparation & Gestion de stock

27 Réutilisation / Recyclage des sous ensembles / pièces Industriel 5 Processus de surveillance des fournisseurs Centres d appel Processus de filtre 1 Courtier $ 2 nd Marché Processus de fin de vie 3 Fournisseur 4 Entrepôt 2 3 Processus Logistique (inclus l échange) Processus de stock et de réparation Réparation / Remise en état

28 Le retour des produits : Retourner au fournisseur Donner ou enfouir Revendre Recycler Produits Vendre via magasin entrepôt Récupérer les matériaux Reconditio nner Remettre à neuf Remettre en état

29 Le retour des emballages : Réutiliser Recycler Remettre en état initial Emballages Enfouir Récupérer tous les matériaux

30

31 3 ÉTAPES POUR GÉRER LES FLUX RETOUR 3 Sécuriser le besoin client RETOUR 5 QUALIFIER LES RETOURS DES PRODUITS Décider la gestion des retours 1 DECIDER DE LA GESTION DES RETOURS Exécuter les flux retour EXECUTER LES FLUX RETOUR 4 2

32 Les acteurs qui participent à la Supply Chain directe et qui traitent les produits peuvent initier la boucle de retour Industriel / Distributeur Problèmes de qualité produit Fournisseur Maintenance Problèmes de qualité Client Final Panne de produit Services non-voulus Boutique

33 Retours initiés par le client : C2B Fin d usage Produits qui ont été loués et qui sont sous contrat dénoncé ou mis à jour. 1 Boutique Client Final Retour au fournisseur Nouveaux produits qui ne sont plus voulus. Produits qui ne sont plus désirés. Produits sur les étagères du distributeur (boutique) qui n ont pas pu être vendus Retours envoyés au fournisseurs durant la période contractuelle. Réparation et services associés Produits qui sont en défaut ou nécessitent une réparation.

34 Industriel Retours initiés par le fournisseur : B2C 2 Retour au fournisseur Fournisseur Excès de stock contrebalancés par du buy-back aux revendeurs. Pièces et composants qui ont besoin d une mise à jour. Réparation et services associés Produits qui sont en panne ou qui nécessitent une réparation. Pièces et composants qui peuvent être réutilisés (RAS). Produits changés sur les sites clients et collectés pour réparation. Fin d usage Produits qui sont obsolètes ou sous rappel global. Produits qui peuvent être recyclés ou réutilisés même après démontage. Produits en panne et qui doivent être détruits.

35 TYPES DE RETOUR Retour Commerciaux / Retour dit de Service Retour Après Vente / Rappel Produit Retours Logistiques Produits en fin d usage fin de vie Une des raisons pour laquelle il y a plusieurs types de retours est lié au fait qu il y a plusieurs acteurs qui participent aux flux de la Supply Chain

36 Les acteurs qui participent à la Supply Chain directe et qui traitent les produits peuvent initier la boucle de retour Fin d usage Produits abîmés ou en panne Fin de période de location Réparation et services Réparation / échange standard Intervention sur le terrain Produits de 2 nd main Rappels fournisseurs Produits non désirés Echanges commerciaux Retours commerciaux Retour fournisseur Buy back des excès de stock

37 STRUCTURE PROPOSÉE POUR CONSTRUIRE LES CHEMINS PRIS PAR LES PRODUITS COLLECTÉS Produits en propriété Fin d usage Produits loués Client Final Fournisseur SWAP / Réparation Rappel de produits Réparation et services associés Retour commercial Retour au fournisseur Buy back des excès de stock Boutique

38

39 Ensemble des services fournis par un producteur ou par un distributeur à ses clients, après la vente du produit. Sa mention est parfois accompagnée des lettres: o P (pièces), o MO (main-d'œuvre) et/ou D (déplacement), qui qualifient sa portée et la nature de la garantie. L'encyclopédie du marketing

40 LE DOMAINE DE L'INDUSTRIE : Le service après-vente accompagne la vie d'un équipement de production, assurant la prise en charge de: o l'installation, o la mise en route, o l'entretien préventif, o dépannages et autres réparations, o l'assistance technique, o la gestion des pièces de rechange.

41 LES ACTIVITÉS DE SERVICE PUR : On emploie généralement l'expression service client, pour l'ensemble de la relation client.

42 Un ensemble de processus qui intègrent complètement la gestion de la relation client. Optimisation des services Service d optimisatio n des canaux S.A.V Optimisation des interventions Optimisation des offres Marketing Structure du centre d appel

43 FACTEURS DE RENTABILITE - Rationaliser les interventions sur site ou à domicile - Gérer les pièces détachées - Maîtriser les coûts de garanties - Facturer et le faire au bon tarifs

44 La logistique inversée et le SAV participent à la performance de l entreprise. Chiffre d affaire additionnel Limiter les retours / Améliorer la qualité Fournisseur Améliorer le service client Optimiser les coûts des opérations REVERSE & SAV Récupérer de la valeur Sécuriser les contraintes réglementaires Réparer / Récupérer Gestion des déchets DEEE / REACH Remboursement 14j

45 TAUX DE RETOUR DANS CERTAINS MARCHÉS Secteur % Journaux et magazines 50 Livres et autres produits culturels Ventes par correspondance 10 (35% U.S.A) High Tech et informatique Copieurs et imprimantes 4-8 Automobile 4-6 Le coût moyen logistique des retours de produits est d environ : 4% des coûts logistiques

46 Développer les offres correspond à améliorer les services aux clients et à optimiser le coût des opérations après-vente 5 $ 2 nd Marché 4 Fin de vie Qualité Courtier Fournisseur Offres métiers Réparation Filtres Réparation / Remise à niveau 3 1 Centres d appel Process logistique Unité d intervention 2 Entrepôt

47 Les SAV sont des services commerciaux additionnels Comment délivrer une service homogène à un coût minimum? Comment développer le C.A grâce aux services additionnels? Quelles offres pour quels clients? Pilotage des coûts Service Client Après Vente Valorisation Produit Contrainte métier Comment collecter la valeur résiduelle? Comment aligner les services aux contraintes réglementaires? Comment sécuriser les engagements?

48

49

50 1) Directive n 2008/103/CE : elle réglemente la vente et l'élimination des piles et accumulateurs. Objectif : protéger la santé humaine et l'environnement en faisant en sorte que les piles et les accumulateurs usagés soient correctement collectés et recyclés.

51 2) Directive 1991/689/CEE : vise à garantir la gestion écologiquement rationnelle des flux de déchets dangereux ; les déchets dangereux visés par la présente directive sont regroupés dans une liste, établie sur la base des catégories, des constituants et des propriétés ; entrée en vigueur : 19/12/1991.

52 3) Directive 1994/62/CE : relative aux emballages et aux déchets d emballages. Objectifs : inciter tous les Etats membres à progresser en matière de prévention et de valorisation des déchets d'emballages ; encadrer et harmoniser les initiatives afin d'éviter les entraves aux échanges.

53 Entreprise privée Premier organisme français agréés par l Etat Créée en 1992 Secteur du recyclage des emballages ménagers C.A. en 2010 : 491,2 M

54 Missions : Répondre au nom des entreprises à leur obligation de contribuer financièrement à la collecte, au tri sélectif et au retraitement des emballages ; Favoriser la réduction des déchets en amont ; Informer le consommateur et le citoyen sur les enjeux environnementaux, économiques et sociaux.

55 Société agréée par les pouvoirs publics Partenaire : des entreprises des collectivités territoriales des filières de recyclage Objectif : une gestion performante de la fin de vie des emballages ménagers.

56 1993 : création d Adelphe à l'initiative des opérateurs du secteur des vins et spiritueux : le champ d'intervention d'adelphe s étend à tous les secteurs d'activités économiques et à tous les matériaux d'emballages : Adelphe rejoint Eco-Emballages

57 4) Directive 2002/95/CE RoHS : Restriction of the Use of certain Hazardous Substances ; relative à la limitation de l'utilisation de certaines substances dangereuses dans les équipements électriques et électroniques ; entrée en vigueur 12/02/2003.

58 5) Directive 2000/53/VHU : Véhicule Hors d Usage ; Relative à : - la mise en place d un système de collecte des pièces usagées ; - L interdiction pour les nouveaux véhicules mis sur le marché après le 1er juillet 2003 de contenir des métaux lourds ; Responsabilité : constructeurs ; Financement : organisé en amont par le constructeur.

59 6) Règlement (CE) n 1907/2006 dit REACH : REACH «Registration, Evaluation and Authorisation of CHemicals = enregistrement, évaluation, autorisation et restriction des produits chimiques» ; Objectif : gérer les risques environnementaux et sanitaires résultant de la production et de l'utilisation des substances chimiques.

60 7) Directive 2002/96/CE : Déchets d Equipements Electriques et Electroniques D3E PEEFV- produit électronique en fin de vie WEEE- Waste Electronic and Electrical Equipment Tous les produits qui fonctionnent grâce à un courant électrique ou électromagnétique.

61 Limiter aux matériaux de moins de : Volts en courant alternatif, Volts en courant continu. Au delà, ils sont considérés comme des déchets industriels. Principe : «responsabilité élargie des producteurs» d équipements électriques et électroniques (EEE), qui doivent prendre en charge l élimination des équipements une fois ceux-ci usagés.

62 QUELQUES CHIFFRES Nombre d inscrits au registre des producteurs tenu par l ADEME en 2010 : producteurs d équipements ménagers, producteurs d équipements professionnels. Mises sur le marché d EEE ménagers et professionnels : - environ 600 millions / an, soit plus de 1,6 millions de tonnes (25 kg/habitant/an).

63 Collecte de DEEE ménagers : tonnes en 2010, soit 6,5 kg / habitant / an. Points de collecte des DEEE ménagers : - près de points en collectivités territoriales, - plus de points en distribution en Traitement des DEEE ménagers : tonnes en 2010, dont 80% ont été recyclées et 11% confiées à des structures en vue de leur réutilisation.

64 DEEE PROFESSIONNELS La réglementation précise les points suivants : La gestion de ces D3E mis sur le marché avant la date légale du 13 août 2005, est de la responsabilité du dernier détenteur. La gestion des D3E professionnels futurs (mis sur le marché depuis le 13 août 2005) est à la charge du producteur.

65 LA CONTRIBUTION VISIBLE Depuis le 15 novembre 2006, la filière des DEEE est une réalité, elle permet aujourd hui : collecte, traitement, valorisation, recyclage. Chaque EEE que l on achète est amenés à devenir un jour un déchet qu il va falloir traiter. Ce traitement a un coût.

66 L ECO-PARTICIPATION / L ECO-CONTRIBUTION L'éco-participation représente le coût de la collecte et du traitement des déchets électriques et électroniques et est entièrement reversée aux organismes s'occupant de ce circuit afin de financer ces actions. Afficher de manière visible et repérable sur le produit ménager. 191 millions d euros en 2009

67

68 INFORMER

69 LES 4 ECO-ORGANISMES AGREES - RECYCLUM - ERP - ECOLOGIC - ECO-SYSTEMES Organismes regroupé au sein de l organisme coordinateur agréé : OCAD3E

70 - Créé le 26 mai 2005 par plusieurs fabricants de lampes ; - Eco-organisme agréé. Missions : - collecter et recycler les lampes usagées.

71

72 - Créé : fin 2012 ; - Acteur européen ; Missions : - Assurer une totale conformité de ses adhérents avec les lois et ce, au meilleur coût ; - Promouvoir des techniques de recyclage, innovantes, au meilleur coût ; - Ouvrir de nouvelles opportunités pour les services de recyclage paneuropéens ; - Permettre aux différents acteurs d avoir un choix d interlocuteurs sur les DEEE.

73 - Créée en décembre 2005, sur l initiative d une trentaine de producteurs d EEE. Mission : - un soutien technique et réglementaire ; - un accompagnement permanent ; - une veille réglementaire.

74 Créé le 4 juillet 2005 par 33 entreprises. Société à but non lucratif agréée par les pouvoirs publics pour une période de 5 an, du 1 er janvier 2010 au 31 décembre Organiser, mettre en œuvre et développer la collecte, le traitement et le recyclage des DEEE du territoire national pour le compte de ses adhérents.

75 LES 5 GRANDES MISSION D ECO-SYSTÈMES

76 ECO-SYSTEMES EN CHIFFRES - 63 collaborateurs producteurs adhérents représentant points de collecte distributeurs, collectivités locales et Emmaüs.

77 tonnes de DEEE collectés en 2010 soit 25 millions d appareils usagés appareils réemployés par les réseaux solidaires en % c est le taux de recyclage d un ancien appareil sous forme de nouvelles matières premières.

78 QUANTITÉS COLLECTÉES PAR ORIGINE ET PAR FLUX EN 2010 (en tonnes) 15% 7% 24% 24% 17% 54% Distributeurs 26% tonnes Collectivités locales tonnes 33% 29% 11% GEM Froid GEM Hors Froid 32% Ecrans 28% PAM Economie sociale et solidaire tonnes

79 REPARTITION DES TONNAGES PAR TYPOLOGIE D ENSEIGNE 1% 1% 13% 19% 14% 52%

80 janvier février mars avril mai juin juillet août septembre octobre novembre décembre COLLECTE 2010/2011 TOUTES ORIGINES CONFONDUES (en tonnes)

81 TAUX DE RETOUR DES EEE PAR FLUX 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 33% 26% 72% 21% GEM F GEM HF ECRANS PETITS APPAREILS

82 1 ères EXPERIMENTATIONS POUR LES ESPACES DE COLLECTE - Solution innovante en 2010 : Un meuble de collecte pour les petits appareils.

83 AUX ETATS-UNIS, UNE CONSIGNE POUR LES PRODUITS ÉLECTRONIQUE La start-up américaine Eco ATM Un scanne Une somme d argent : en liquide bon d achat

84 LES DECHETS ELECTRONIQUES ET LA SANTE HUMAINE - Sources dangereuses de pollution - Les conséquences sur la santé humaine sont encore mal cernées.

85

86

87

88 CHAUSSURES NIKE EN DECHETS ELECTRONIQUES

89 CRANE GEANT REALISE PAR INTEL POUR LE MAKE FAIRE

90

91 Logistique directe Logistique reverse Qualité produit uniforme Direction produit claire Coûts de distribution facile à identifier Gestion prédictive des stocks Gestion d un cycle de vie produit uniforme Clients déjà identifiés Qualité des produis qui varie Les chemins sont multiples et dépendant de plusieurs variables Les coûts reverse ne sont pas directement identifiables La gestion des stocks n est pas uniforme Difficultés à gérer les multiples phases de vie produit Les clients doivent être trouvés et ajustés

92 Sources : - FAQ logistique - Eco-systèmes - Ministère de l écologie, de l énergie, du développement durable et de la mer - Supply Chain magazine

93

2 nd vie des produits technologiques. Ecocitoyenneté et nouveaux modèles économiques dans la téléphonie mobile

2 nd vie des produits technologiques. Ecocitoyenneté et nouveaux modèles économiques dans la téléphonie mobile 2 nd vie des produits technologiques Ecocitoyenneté et nouveaux modèles économiques dans la téléphonie mobile SOMMAIRE Electronique Grand Public : un marché de masse! Un cadre réglementaire : depuis 2006

Plus en détail

Introduction à l économie circulaire

Introduction à l économie circulaire Introduction à l économie circulaire Rémy Le Moigne 25 juin 2015 Agenda Les limites de l économie circulaire Les enjeux de l économie circulaire La mise en œuvre de l économie circulaire 2 Agenda Les limites

Plus en détail

DOSSIER REVENDEUR SPECIAL D.E.E.E.

DOSSIER REVENDEUR SPECIAL D.E.E.E. DOSSIER REVENDEUR SPECIAL D.E.E.E. INTRODUCTION Depuis le 15/11/06 tous les distributeurs qui vendent des produits électroniques et électriques (calculatrice, PC, frigo, radiateurs...) doivent : assurer

Plus en détail

Présenter/rappeler l «itinéraire d un appareil usagé» à l aide de l aff iche (annexe 1).

Présenter/rappeler l «itinéraire d un appareil usagé» à l aide de l aff iche (annexe 1). Points de Points de Que faire de ma vieille télé? De mon sèche-cheveux cassé? De mon MP3 sans intérêt? Démodés ou hors d usage, électriques et électroniques peuvent être réutilisés ou recyclés à condition

Plus en détail

SITA DEEE UNE SOLUTION RESPONSABLE POUR LA GESTION DE VOS DÉCHETS D ÉQUIPEMENTS ÉLECTRIQUES ET ÉLECTRONIQUES. www.sita.fr

SITA DEEE UNE SOLUTION RESPONSABLE POUR LA GESTION DE VOS DÉCHETS D ÉQUIPEMENTS ÉLECTRIQUES ET ÉLECTRONIQUES. www.sita.fr SITA DEEE UNE SOLUTION RESPONSABLE POUR LA GESTION DE VOS DÉCHETS D ÉQUIPEMENTS ÉLECTRIQUES ET ÉLECTRONIQUES www.sita.fr UN PARTENAIRE EXPERT POUR OPTIMISER LA GESTION DE VOS DEEE SITA DEEE a été créée

Plus en détail

Équipements électriques et électroniques

Équipements électriques et électroniques Réglementation Organisation Marché Collecte Traitement Comparaison Perspectives européenne Données 213 Équipements électriques et électroniques Collection Repères Un DEEE est un déchet d équipement électrique

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

Les devoirs du Détenteur d équipements

Les devoirs du Détenteur d équipements P o u r u n e u t i l i s a t i o n r e s p o n s a b l e d e s f l u i d e s f r i g o r i g è n e s AFCE - Association loi 1901, créée en 1995 : Groupement des industriels et utilisateurs du Froid et

Plus en détail

Plan individuel de prévention et de gestion des déchets pour les déchets d équipements électriques et électroniques

Plan individuel de prévention et de gestion des déchets pour les déchets d équipements électriques et électroniques Plan individuel de prévention et de gestion des déchets pour les déchets d équipements électriques et électroniques Le plan doit être introduit en langue française ou néerlandaise. Les données sont reprises

Plus en détail

Comment répondre aux obligations liées à l éco-contribution?

Comment répondre aux obligations liées à l éco-contribution? Responsabilité élargie du producteur de meubles fabricants de meubles Comment répondre aux obligations liées à l éco-contribution? 2015 Depuis le décret du 6 janvier 2012, les metteurs sur le marché d

Plus en détail

Green Approach. Une réponse agréée pour le recyclage des Déchets d Equipements Electriques et Electroniques (DEEE)

Green Approach. Une réponse agréée pour le recyclage des Déchets d Equipements Electriques et Electroniques (DEEE) Green Approach Une réponse agréée pour le recyclage des Déchets d Equipements Electriques et Electroniques (DEEE) Dans le respect des principes de développement durable 2 Table des matières Recyclage des

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Gestion des déchets dangereux dans les entreprises

Gestion des déchets dangereux dans les entreprises Actualités Gestion des déchets dangereux dans les entreprises Avril 2012 - Fiche n 1 Rédigée par Margot Liatard CCIR Champagne-Ardenne Qu est ce qu un déchet dangereux? Les déchets dangereux sont des déchets

Plus en détail

Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets

Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets 1 Centre Formation Acteurs Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets Locaux Ouagadougou g Ouagadougou du 26 au 30 Octobre 2009 2 Problématique déchets Augmentation des

Plus en détail

Grâce aux étiquettes RFID Inotec et à solution UBI Cloud Track&Trace, SITA peut tracer à chaque instant les déchets à risque COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Grâce aux étiquettes RFID Inotec et à solution UBI Cloud Track&Trace, SITA peut tracer à chaque instant les déchets à risque COMMUNIQUÉ DE PRESSE la Grâce aux étiquettes RFID Inotec et à solution UBI Cloud Track&Trace, SITA peut tracer à chaque instant les déchets à risque COMMUNIQUÉ DE PRESSE Filiale du Groupe Suez Environnement et Leader en France,

Plus en détail

Le dossier de demande d agrément déposé sur la base de ce cahier des charges est pleinement opposable au titulaire du présent agrément.

Le dossier de demande d agrément déposé sur la base de ce cahier des charges est pleinement opposable au titulaire du présent agrément. CAHIER DES CHARGES annexé à l arrêté du XX/XX/XX relatif à la procédure d agrément et portant cahier des charges des éco-organismes de la filière des déchets d équipements électriques et électroniques

Plus en détail

II L APPROCHE PEDAGOGIQUE EN 2nde PRO LOGISTIQUE ET TRANSPORT. 1 Mon téléphone portable

II L APPROCHE PEDAGOGIQUE EN 2nde PRO LOGISTIQUE ET TRANSPORT. 1 Mon téléphone portable I PRESENTATION DES THEORIES 1 La chaîne logistique traditionnelle 2 Supply chain 3 Supply chain in reverse logistics La gestion globale de la chaîne logistique dans la logistique inversée (verte) II L

Plus en détail

NOTE D INFORMATION : PERIMETRE DECLARATIF ECO-EMBALLAGES

NOTE D INFORMATION : PERIMETRE DECLARATIF ECO-EMBALLAGES NOTE D INFORMATION : PERIMETRE DECLARATIF ECO-EMBALLAGES Vous trouverez dans cette note, les informations suivantes : 1. DEFINITION D UN EMBALLAGE MENAGER 2. QUELLES SONT LES ENTREPRISES CONCERNEES? 3.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Participez au mouvement! Service de Presse EcoTLC :

DOSSIER DE PRESSE. Participez au mouvement! Service de Presse EcoTLC : DOSSIER DE PRESSE Eco TLC met en ligne la première carte de France des points d apport de Textiles, Linge de maison et Chaussures (TLC) usagés sur le site : www.ecotlc.fr Participez au mouvement! Service

Plus en détail

Guide pratique de la Collectivité Locale

Guide pratique de la Collectivité Locale Guide pratique de la Collectivité Locale Objet Ce Guide édité par Récylum* présente : - la procédure de contractualisation (via l Organisme Coordonnateur); - les modalités de mise à disposition et d enlèvement

Plus en détail

Méthode déchets. Peut s appliquer à tout type. Déchets. États-Unis.

Méthode déchets. Peut s appliquer à tout type. Déchets. États-Unis. ÉTUDE DE BENCHMARKING SUR LES DÉCHETS DANS LES MÉTHODOLOGIES D ACTION SUR LES COÛTS ET SUR LES COÛTS DANS LES MÉTHODOLOGIES D ACTION SUR LES DÉCHETS DES ENTREPRISES 6.RESOURCE MANAGEMENT : UNE ALTERNATIVE

Plus en détail

Explicatif acheteurs professionnels

Explicatif acheteurs professionnels Explicatif acheteurs professionnels DEFINITIONS Les cartouches compatibles et recyclées sont une alternative aux produits d origine. Elles ne sont pas développées par les fabricants d'imprimantes. Le

Plus en détail

pile(s) dans la bonne boîte

pile(s) dans la bonne boîte Dossier de presse décembre 2003 pile(s) dans la bonne boîte Le Fonds Français pour la Nature et l Environnement lance une campagne d information pour mobiliser les grandes entreprises, les collectivités

Plus en détail

Réduction des déchets par le Réemploi et la Réutilisation. Cohésion sociale et locale. Création : Septembre 2013 Statut juridique : SAS

Réduction des déchets par le Réemploi et la Réutilisation. Cohésion sociale et locale. Création : Septembre 2013 Statut juridique : SAS Réduction des déchets par le Réemploi et la Réutilisation Cohésion sociale et locale Création : Septembre 2013 Statut juridique : SAS 1 L ENTREPRISE Co-Recyclage propose des solutions innovantes pour préserver

Plus en détail

Guide pratique Détenteurs Professionnels. Les lampes usagées ne se jettent plus: elles doivent être recyclées! Et vous qu en faites-vous?

Guide pratique Détenteurs Professionnels. Les lampes usagées ne se jettent plus: elles doivent être recyclées! Et vous qu en faites-vous? Guide pratique Détenteurs Professionnels Les lampes usagées ne se jettent plus: elles doivent être recyclées! Et vous qu en faites-vous? Plusieurs solutions existent : Les faire enlever gratuitement par

Plus en détail

Présentation ERP. Présentation d ERP Organisation d ERP Présentation d ERP. Présentation d ERP ERP SAS FRANCE

Présentation ERP. Présentation d ERP Organisation d ERP Présentation d ERP. Présentation d ERP ERP SAS FRANCE Présentation ERP Présentation d ERP Société créée en France en 2002 4 membres fondateurs : Braun-Gillette, Electrolux, Hewlett Packard et Sony EUROPEAN RECYING PLATFORM E R P Société par actions simplifiée

Plus en détail

Objectifs: Réduire les apports en déchèterie Sous-objectif: Favoriser le broyage/paillage à domicile

Objectifs: Réduire les apports en déchèterie Sous-objectif: Favoriser le broyage/paillage à domicile déchets 2015 Appui au déploiement de broyeur "groupés" ACTION N 57 : Sous-objectif: Favoriser le broyage/paillage à domicile Favoriser le paillage Stabiliser le flux de déchets verts 115 3 Les habitants

Plus en détail

NTIC et Green Business. quels impacts juridiques sur les systèmes d informationd. Maître Olivier Iteanu Avocat à la Cour

NTIC et Green Business. quels impacts juridiques sur les systèmes d informationd. Maître Olivier Iteanu Avocat à la Cour NTIC et Green Business quels impacts juridiques sur les systèmes d informationd Maître Olivier Iteanu Avocat à la Cour Plan de la présentation Contexte Green It, un nouvel exemple de Soft Law? - Analyse

Plus en détail

Foire aux questions de la filière REP Textiles. Les questions

Foire aux questions de la filière REP Textiles. Les questions Foire aux questions de la filière REP Textiles Les questions Que fait Eco TLC, l éco-organisme du textile, du linge et de la chaussure, pour inciter les entreprises à écoconcevoir leurs produits? Conformément

Plus en détail

Partie. Les jouets et les jeux électroniques : l environnement en danger? L habitant. Étude de cas. A. Le trajet des jouets

Partie. Les jouets et les jeux électroniques : l environnement en danger? L habitant. Étude de cas. A. Le trajet des jouets Étude de cas Les jouets et les jeux électroniques : l environnement en danger? Partie 3 L habitant Dans les pays riches, les enfants ont en général de nombreux jouets. Aujourd hui, de plus en plus de jeunes

Plus en détail

Principes directeurs de l'industrie pour l'élimination de semences traitées par des produits de protection des plantes

Principes directeurs de l'industrie pour l'élimination de semences traitées par des produits de protection des plantes Principes directeurs de l'industrie pour l'élimination de semences traitées par des produits de protection des plantes Préparé par la Commission du traitement des semences et de l'environnement (STEC)

Plus en détail

Recycler mes lampes? Une idée lumineuse. En plus d être économiques, les lampes basse consommation se recyclent!

Recycler mes lampes? Une idée lumineuse. En plus d être économiques, les lampes basse consommation se recyclent! Recycler mes lampes? Une idée lumineuse En plus d être économiques, les lampes basse consommation se recyclent! Prévu par deux règlements européens relatifs à l éco-conception des lampes, le retrait progressif

Plus en détail

Fiche descriptive d activités

Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités (FDA) La fiche descriptive d activités (FDA) dresse la liste de l ensemble des activités, recensées lors d enquêtes, exercées par des titulaires

Plus en détail

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui Management de la chaîne logistique Professeur Mohamed Reghioui M.Reghioui - 2012 1 Informations générales sur le module Intervenants: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com) Informations générales Répartition

Plus en détail

Etat d avancement de la filière Emballages ménagers en Guyane

Etat d avancement de la filière Emballages ménagers en Guyane Etat d avancement de la filière Emballages ménagers en Guyane Eco Emballages (1992) et Adelphe (1993) sont des sociétés agréées en charge de la gestion de la fin de vie des emballages ménagers pour le

Plus en détail

ESII. Une entreprise éco-citoyenne

ESII. Une entreprise éco-citoyenne ESII Une entreprise éco-citoyenne ESII s inscrit dans une politique de développement durable garantissant la mise en œuvre de pratiques sans danger pour l environnement ainsi que le respect des normes

Plus en détail

TOULOUSE : ZAC de Garonne - Chemin de Chantelle - 31200 - Tél : 05 34 51 12 00

TOULOUSE : ZAC de Garonne - Chemin de Chantelle - 31200 - Tél : 05 34 51 12 00 TOULOUSE : ZAC de Garonne - Chemin de Chantelle - 31200 - Tél : 05 34 51 12 00 L entreprise Professionnel dans la collecte, le traitement et la valorisation de déchets industriels depuis plus de 80 ans

Plus en détail

2 exemples de Reverse Logistics chez Nespresso France SITL 2011 30 MARS 2011

2 exemples de Reverse Logistics chez Nespresso France SITL 2011 30 MARS 2011 2 exemples de Reverse Logistics chez Nespresso France SITL 2011 30 MARS 2011 Nespresso en quelques mots Un succès qui repose sur une trilogie: La Meilleure qualité de café en tasse Des Machines ingénieuses

Plus en détail

Consultation publique sur le projet de politique québécoise de gestion des matières résiduelles

Consultation publique sur le projet de politique québécoise de gestion des matières résiduelles Consultation publique sur le projet de politique québécoise de gestion des matières résiduelles Mémoire du Regroupement national des conseils régionaux de l environnement du Québec 23 février 2010 Présentation

Plus en détail

Crédit : June et Sylvain Hitau

Crédit : June et Sylvain Hitau Crédit : June et Sylvain Hitau Géraldine Poivert Crédit : Zabou Carrière Jean-Charles Caudron Filières Responsabilité élargie du producteur Crédit : Antoine Doyen Édito Comme de nombreux produits, les

Plus en détail

Annexe 1 : Dossier de Spécifications générales et détaillées du Système Informatique de Gestion des déchets de mobilier professionnel

Annexe 1 : Dossier de Spécifications générales et détaillées du Système Informatique de Gestion des déchets de mobilier professionnel Annexe 1 : Dossier de Spécifications générales et détaillées du Système Informatique de Gestion des déchets de mobilier professionnel Sommaire 1 Contexte du projet 11 1.1 L ECO-ORGANISME VALDELIA... 11

Plus en détail

LA LOGISTIQUE GLOBALE ET LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Enjeux principes exemples. Philippe-Pierre Dornier Michel Fender. Deuxième édition 2007

LA LOGISTIQUE GLOBALE ET LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Enjeux principes exemples. Philippe-Pierre Dornier Michel Fender. Deuxième édition 2007 Philippe-Pierre Dornier Michel Fender LA LOGISTIQUE GLOBALE ET LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Enjeux principes exemples Deuxième édition 2007, 2007 ISBN : 978-2-7081-3384-6 Sommaire Remerciements... V Préface...

Plus en détail

Tonnages mis sur le marché (kt)

Tonnages mis sur le marché (kt) Synthèse des résultats 2006 Les résultats du recyclage sont présentés ci-dessous. Type d emballages 1 Systèmes Tonnages mis sur le marché (kt) Tonnages de déchets retournés / recyclés (kt) Taux de recyclage

Plus en détail

L offre se structure

L offre se structure Avec le renforcement des directives (DEEE, RoHS, VHU ) visant à protéger l environnement et le développement des flux poussés (promotions, sourcing lointain), les besoins en logistique des retours augmentent.

Plus en détail

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée Pour la réduction dans vos événements Vers l éco-responsabilité des événements en matière de gestion Des dizaines de manifestations musicales, sportives ou culturelles sont organisées chaque année en.

Plus en détail

LOGICIELS DE PRÉVISIONS

LOGICIELS DE PRÉVISIONS Pour vos appels d offre Mars 2014 LGICIELS DE PRÉVISINS 4 e ÉDITIN PTC Service Parts Management SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort 1. NM de l'éditeur PTC 2. Pays d'origine

Plus en détail

ENGAGEMENTS ISO 14001 ET GESTION DES DECHETS. L exemple de l agence 13/84. Service Hygiène et Sécurité Agence 13/84

ENGAGEMENTS ISO 14001 ET GESTION DES DECHETS. L exemple de l agence 13/84. Service Hygiène et Sécurité Agence 13/84 ENGAGEMENTS ISO 14001 ET GESTION DES DECHETS L exemple de l agence 13/84 Service Hygiène et Sécurité Agence 13/84 Présentation Rappel de l engagement ISO 14001 de l ONF Quelques généralités sur la gestion

Plus en détail

ANNEXE OBSERVATIONS DEFINITIVES

ANNEXE OBSERVATIONS DEFINITIVES SEPTIEME CHAMBRE DEUXIEME SECTION LP 68 605 Lettre du président (art. R. 143-1 du code des juridictions financières) ANNEXE OBSERVATIONS DEFINITIVES CONTROLE DES COMPTES ET DE LA GESTION D ECO-EMBALLAGES

Plus en détail

Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2014, toutes options Séries détaillées 2006 à 2015, Option Filières

Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2014, toutes options Séries détaillées 2006 à 2015, Option Filières Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2014, toutes options Séries détaillées 2006 à 2015, Option Filières Présentation des prix de la reprise Page 1 Contenu du document La «Reprise des Matériaux»

Plus en détail

Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2012, toutes options Séries détaillées 2006 à 2013, Option Filières

Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2012, toutes options Séries détaillées 2006 à 2013, Option Filières Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2012, toutes options Séries détaillées 2006 à 2013, Option Filières Présentation des prix de la reprise Page 1 Contenu du document La «Reprise des Matériaux»

Plus en détail

Supply Chain Management ou Gestion de la Chain Logistique

Supply Chain Management ou Gestion de la Chain Logistique Supply Chain Management ou Gestion de la Chain Logistique Définition : Gestion de la Chaine Logistique «Supply Chain Management» ou «La gestion de la chaîne logistique» est fait l'activité consistant à

Plus en détail

Transport et stockage des produits classés dangereux et assimilés

Transport et stockage des produits classés dangereux et assimilés Transport et stockage des produits classés dangereux et assimilés Jacques JOUANNEAU Pierre-Jean CHAFOIX Les enjeux Comment mieux se repérer dans le foisonnement des textes réglementaires? Comment répondre

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Prévention des risques MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Arrêté du 15 juin 2012 relatif à la procédure d agrément et portant cahier des charges des écoorganismes de la filière

Plus en détail

Economie circulaire et économie de fonctionnalité : vers de nouveaux modèles économiques

Economie circulaire et économie de fonctionnalité : vers de nouveaux modèles économiques Billet d étonnement Economie circulaire et économie de fonctionnalité : vers de nouveaux modèles économiques Réalisé par Carine Duwat Le 01/04/2014 SOMMAIRE Introduction 3 Programme 3 Note d observation

Plus en détail

Technicien(ne) spécialisé(e) Bruns

Technicien(ne) spécialisé(e) Bruns Technicien(ne) spécialisé(e) Bruns Installation / Maintenance / SAV Technicien d atelier spécialisé produits bruns Spécialités : Définition du métier : Réparer des équipements complexes concernant les

Plus en détail

Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique

Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique AG2I / R2D2 : En Marin route de Pessan 32000 Auch (Gers en Gascogne) ZI du

Plus en détail

INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS,

INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS, INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS, les choix gagnants INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES PRÉVENIR ET VALORISER LES DÉCHETS UNE STRATÉGIE TRIPLEMENT RENTABLE

Plus en détail

ETUDE DE LA SECONDE VIE DES BATTERIES DES VEHICULES ELECTRIQUES ET HYBRIDES RECHARGEABLES

ETUDE DE LA SECONDE VIE DES BATTERIES DES VEHICULES ELECTRIQUES ET HYBRIDES RECHARGEABLES ETUDE DE LA SECONDE VIE DES BATTERIES DES VEHICULES ELECTRIQUES ET HYBRIDES RECHARGEABLES Juin 2011 Étude réalisée pour le compte de l'ademe par Schwartz and Co et AJI Europe Coordination technique : Patrick

Plus en détail

INNOVATION & SUPPLY CHAIN Quelques problématiques sur lesquelles la supply chain peut et doit innover et être créatrice de valeur

INNOVATION & SUPPLY CHAIN Quelques problématiques sur lesquelles la supply chain peut et doit innover et être créatrice de valeur INNOVATION & SUPPLY CHAIN Quelques problématiques sur lesquelles la supply chain peut et doit innover et être créatrice de valeur Yves DALLERY Professeur de Supply Chain à l Ecole Centrale Paris Associé

Plus en détail

LE REMANUFACTURING. Colloque National d Eco-conception 26 Mars 2015. g.moenne-loccoz@neopost.com

LE REMANUFACTURING. Colloque National d Eco-conception 26 Mars 2015. g.moenne-loccoz@neopost.com LE REMANUFACTURING Colloque National d Eco-conception 26 Mars 2015 g.moenne-loccoz@neopost.com Neopost en quelques mots 2 ème fournisseur mondial de solutions de traitement du courrier Acteur majeur dans

Plus en détail

Communication concernant les accords verticaux dans le domaine de la distribution automobile Décision de la Commission de la concurrence du 21

Communication concernant les accords verticaux dans le domaine de la distribution automobile Décision de la Commission de la concurrence du 21 Communication concernant les accords verticaux dans le domaine de la distribution automobile Décision de la Commission de la concurrence du 21 octobre 2002 Au vu des raisons évoquées ci-après, la Commission

Plus en détail

APPEL A PROJETS R&D 2015

APPEL A PROJETS R&D 2015 APPEL A PROJETS R&D 2015 CONTEXTE ET PRESENTATION L agrément de l éco organisme Eco TLC a été renouvelé pour six ans par l arrêté ministériel des ministères de l écologie et du redressement productif du

Plus en détail

Détails de notre performance environnementale

Détails de notre performance environnementale Détails de notre performance environnementale Émissions de gaz à effet de serre Émissions totales de gaz à effet de serre (en tonnes d équivalent CO) 03 03 0 00 009 008 Activités au Canada 07 69 7 73 9

Plus en détail

POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER DANS LES ECOLES?

POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER DANS LES ECOLES? POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER DANS LES ECOLES? 1. CONSOMMATION DE PAPIER Les écoles primaires et secondaires bruxelloises consomment chaque année 250 millions de feuilles A4, soit environ

Plus en détail

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir connaître pour agir Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement les enjeux les outils les applications locales Enjeux d une analyse environnementale et leviers d améliorations QU EST-CE

Plus en détail

LILLE METROPOLE : «Minidéchets»

LILLE METROPOLE : «Minidéchets» LILLE METROPOLE : «Minidéchets» Le programme transfrontalier franco-belge «minidéchets» s inscrit dans le cadre du programme européen INTERREG III. Il a démarré en octobre 00 et s étend sur 5 ans (00-007.

Plus en détail

L ultra mutualisation : un potentiel de gains majeur pour une nouvelle vision des flux de distribution

L ultra mutualisation : un potentiel de gains majeur pour une nouvelle vision des flux de distribution L ultra mutualisation : un potentiel de gains majeur pour une nouvelle vision des flux de distribution 20% d économie sur les coûts logistiques et 25% de réduction des émissions de CO 2, voilà ce que promet

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE ZENGO LA SOLUTION CHRONOPOST 3 EN 1 POUR LA GESTION DES FLUX SAV ALLER-RETOUR DE PRODUITS HIGH TECH

DOSSIER DE PRESSE ZENGO LA SOLUTION CHRONOPOST 3 EN 1 POUR LA GESTION DES FLUX SAV ALLER-RETOUR DE PRODUITS HIGH TECH DOSSIER DE PRESSE ZENGO LA SOLUTION CHRONOPOST 3 EN 1 POUR LA GESTION DES FLUX SAV ALLER-RETOUR DE PRODUITS HIGH TECH ZENGO, QU EST-CE QUE C EST? LA «REVERSE LOGISTIQUE» (ou «logistique des retours») définit

Plus en détail

Deux collectivités à l heure de la redevance incitative

Deux collectivités à l heure de la redevance incitative Deux collectivités à l heure de la redevance incitative Zero Waste France a organisé à la fin du mois dernier un voyage d étude en Alsace et Franche- Comté. Ce fut l occasion de visiter des collectivités

Plus en détail

Pourquoi un bilan Green IT? Zoom sur la méthodologie. Les chiffres clés Et moi?

Pourquoi un bilan Green IT? Zoom sur la méthodologie. Les chiffres clés Et moi? Pourquoi un bilan Green IT? Zoom sur la méthodologie Les chiffres clés Et moi? Bilan Green IT mars 2011 Bilan Green IT mars 2011 Pourquoi un bilan Green IT? > CONTEXTE En France, la loi sur la Responsabilité

Plus en détail

Green business 18 novembre 2008 Marie-Claude POELMAN

Green business 18 novembre 2008 Marie-Claude POELMAN Green business 18 novembre 2008 Marie-Claude POELMAN SOMMAIRE 01. NATURE et découvertes en quelques chiffres 02. Construire un plan green 03. Mesurer l empreinte écologique 04. Conclusion - 2 01. NATURE

Plus en détail

La collecte des papiers de bureau

La collecte des papiers de bureau Développement durable La collecte des papiers de bureau 1 LE SIVOM DU BAS-BUGEY Compétences La collecte des ordures ménagères La collecte sélective 3 déchetteries : Belley, Culoz et Virieu le Grand Quai

Plus en détail

Manuel d utilisation

Manuel d utilisation ASPIRATEUR 40 LITRES FILTRAGE EAU 1400W Modèle: FAP1440 Manuel d utilisation FEIDER ZI 32, rue Aristide Bergès, 31270 Cugnaux, France IMPORTANT Veuillez lire attentivement ce manuel afin d en connaître

Plus en détail

Décret n 2003-727 du 1 er août 2003 relatif à la construction des véhicules et à l'élimination des véhicules hors d'usage.

Décret n 2003-727 du 1 er août 2003 relatif à la construction des véhicules et à l'élimination des véhicules hors d'usage. Décret n 2003-727 du 1 er août 2003 relatif à la construction des véhicules et à l'élimination des véhicules hors d'usage. Service Economique Chambre de Métiers et de l Artisanat de la Côte d Or 65-69,

Plus en détail

En tête du 6 ème classement

En tête du 6 ème classement En tête du 6 ème classement 1 er : Sony Ericsson (+1 place) Sony Ericsson passe de 2 nde à 1 ère en améliorant son score sur la déclaration des performances de recyclage de téléphones mobiles obsolètes.

Plus en détail

Dossier de presse. Consommables d impression : Quelle place pour une alternative?

Dossier de presse. Consommables d impression : Quelle place pour une alternative? Consommables d impression : Quelle place pour une alternative? Quelle place pour une alternative? Les consommables d impression alternatifs ont l avantage d être plus économiques et plus écologiques (dans

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2011

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2011 BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2011 POUR LE GROUPE MONOPRIX Ce bilan d émission gaz à effet de serre a été réalisé en réponse à l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 portant

Plus en détail

T.Flow Activ Modulo. Notice de Montage. Ballons de stockage d eau chaude sanitaire B200_T.Flow Activ Modulo et B300_T.Flow Activ Modulo. www.aldes.

T.Flow Activ Modulo. Notice de Montage. Ballons de stockage d eau chaude sanitaire B200_T.Flow Activ Modulo et B300_T.Flow Activ Modulo. www.aldes. Notice de Montage T.Flow Activ Modulo Ballons de stockage d eau chaude sanitaire B200_T.Flow Activ Modulo et B300_T.Flow Activ Modulo 11023718/A - RCS 956 506 828 - Imprimé en France/Printed in France

Plus en détail

L écoconception guidée

L écoconception guidée L écoconception guidée par Schneider Electric CLAUDE JOLLAIN, MICHEL LAURAIRE ET WILLY MARTIN [1] Dans le cadre de sa politique de développement durable, Schneider Electric est engagé dans des processus

Plus en détail

La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile.

La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile. La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile. Les spécificités de la profession & de son environnement Les Distributeurs-Grossistes

Plus en détail

Renforcement de Capacité La gestion de déchets industriels - La Promotion de l enseignement

Renforcement de Capacité La gestion de déchets industriels - La Promotion de l enseignement Des modules d une filière (Master) dans le domaine «La gestion de l environnement et des déchets industrielles» L exemple de l Allemagne Otto Schmidt En RFA, l Autriche et la Suisse allemande: Des Masters

Plus en détail

Les enjeux de la deuxième vie des objets

Les enjeux de la deuxième vie des objets Les enjeux de la deuxième vie des objets En 2011, un Côte-d Orien a produit 46 kg de déchets non recyclables, apportés en déchèteries. Ce sont principalement des meubles, du mobilier de jardin, des jouets

Plus en détail

Déchèteries du SYELOM. Mode d emploi pour les professionnels

Déchèteries du SYELOM. Mode d emploi pour les professionnels Déchèteries du SYELOM Mode d emploi pour les professionnels Sommaire Page Edito du Président 3 Qu est ce que le SYELOM? 4 Quels sont les professionnels 6 acceptés? Vous êtes professionnels? 7 Vous devez

Plus en détail

Mix Distribution : où vendre ses produits?

Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous droits de reproduction réservés 1 mondirecteurmarketing N attendez pas d être grand pour croître! Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous

Plus en détail

Nos actions citoyennes. En tant qu acteur majeur de la filière électrique nous nous devons d agir pour la protection de la planète.

Nos actions citoyennes. En tant qu acteur majeur de la filière électrique nous nous devons d agir pour la protection de la planète. Nos actions citoyennes En tant qu acteur majeur de la filière électrique nous nous devons d agir pour la protection de la planète. Le développement durable, plus que des paroles, une stratégie Les 2 grands

Plus en détail

Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730

Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730 PLAN DE COMMUNICATION APRÉS-LIFE Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730 Sensibilisation au recyclage des produits usagés SECTION I: APERCU DU PROJET LE PROJET Le projet COLLECT+ est mené par l un des leaders

Plus en détail

La Commission de la concurrence (ci-après: Comco) a adopté le 21 octobre 2002 une

La Commission de la concurrence (ci-après: Comco) a adopté le 21 octobre 2002 une Wettbewerbskommission WEKO Commission de la concurrence COMCO Commissione della concorrenza COMCO Competition Commission COMCO Note explicative de la Commission de la concurrence se rapportant à la Communication

Plus en détail

Au cours des trois dernières décennies, dans un environnement hyper- concurrentiel, les entreprises ont

Au cours des trois dernières décennies, dans un environnement hyper- concurrentiel, les entreprises ont DOSSIER : Gestion d entreprise La gestion des partenariats : les bons principes pour améliorer la gestion d un réseau de distributeurs Dans un grand nombre de secteurs, la distribution indirecte a pris

Plus en détail

LA GESTION DES DECHETS

LA GESTION DES DECHETS LA GESTION DES DECHETS AML BATIMENT Ensemble contribuons à protéger l environnement AML Bâtiment Page 1 LA GESTION DES DECHETS SUR LES CHANTIERS AML BATIMENT AML Bâtiment Page 2 SOMMAIRE POURQUOI CONNAITRE

Plus en détail

Supply Chain Management

Supply Chain Management Indicateurs de Performance dans les Fonctions du Supply Chain Management Le partenaire Dans le cadre du contrat AGIR pour l AGROALIMENTAIRE Sommaire 1- Qu est ce qu un indicateur? Page 3 2- Notion de Supply

Plus en détail

Eco-Conception. Démarche et livrables Guy Laudereau Sept 2008 technique. environnement. attentes des clients. coût

Eco-Conception. Démarche et livrables Guy Laudereau Sept 2008 technique. environnement. attentes des clients. coût Eco-Conception Démarche et livrables Guy Laudereau Sept 2008 technique environnement attentes des clients coût Eco-Conception : Schneider Electric s engage Schneider Electric s engage à : - Respecter et

Plus en détail

Bonjour, NSE Services a bâti sa croissance autour de trois règles simples :

Bonjour, NSE Services a bâti sa croissance autour de trois règles simples : E-LETTER N 16 / OCTOBRE 2008 SOMMAIRE ÉDITORIAL PARTENARIAT HP NSE SERVICES : UNE ENTREPRISE CITOYENNE Notre site www.nse-groupe.com a fait l objet d une refonte. N hésitez pas à le consulter sous sa nouvelle

Plus en détail

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Contexte À mesure que la concurrence devient plus mondiale, l innovation passe du niveau entreprise-à-entreprise

Plus en détail

2016 4e édition. Manager en systèmes logistiques. Cursus de 10 jours de cours complété par un travail de diplôme. Ensemble pour créer des valeurs

2016 4e édition. Manager en systèmes logistiques. Cursus de 10 jours de cours complété par un travail de diplôme. Ensemble pour créer des valeurs 2016 4e édition Manager en systèmes logistiques Cursus de 10 jours de cours complété par un travail de diplôme Ensemble pour créer des valeurs En collaboration avec : Manager diplômé en systèmes logistiques

Plus en détail

Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH

Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION DE L AVIS N 2009-13 DU 1 er OCTOBRE 2009 Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH Sommaire

Plus en détail

Manager en systèmes logistiques

Manager en systèmes logistiques 2016 4ème édition Manager en systèmes logistiques Cursus de 10 jours de cours complété par un travail de diplôme Ensemble pour créer des valeurs En collaboration avec : Manager diplômé en systèmes logistiques

Plus en détail

OPTIMISATION PACKAGING

OPTIMISATION PACKAGING OPTIMISATION PACKAGING Rencontre Environnement du Commerce - 04 Mai 2010 Loïc LAMMERTYN : Responsable Packaging CRÉER L ENVIE ET RENDRE ACCESSIBLE LE SPORT AU PLUS GRAND NOMBRE Deviennent MDD, marques

Plus en détail

La Solution Pour Le Secteur Des Boissons

La Solution Pour Le Secteur Des Boissons La Solution Pour Le Secteur Des Boissons Avec Tectura, Bénéficiez D une Solution Spécialement Adaptée A Votre Métier Les contraintes liées au secteur de la fabrication de boissons sont toujours plus complexes

Plus en détail

PRESENTATION DE CORDON ELECTRONICS

PRESENTATION DE CORDON ELECTRONICS PRESENTATION DE CORDON ELECTRONICS Création en 1989 par Serge Cordon, PDG Maintenance industrielle en électronique et activités de services associées Effectif: 1200 personnes 7 sites en France 4 filiales

Plus en détail

Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012)

Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012) Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012) Introduction : GMBA est un cabinet d audit, d expertise comptable et de conseil situé sur 3 sites géographiques différents : deux à Paris et

Plus en détail