Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants"

Transcription

1 Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants Dr Audinet cardiologue, Dr Quélennec pharmacien Centre Hospitalier de Bretagne Sud Lorient Journée Retour d Expérience «How?? 2» OMéDIT Bretagne 29 Septembre 2016

2 Programme d éducation thérapeutique Santé cardiovasculaire Programme porté par le CH Lorient Mutualisé avec le réseau de santé du territoire 3 Codiab Kalon IC et la clinique de l humeur à Quimperlé. Les patients porteurs de facteurs de risque cardio vasculaire peuvent entrer dans le programme sur leur propre demande, ou par leur médecin traitant, leur pharmacien, IDE, ou suite à un séjour hospitalier. Le bilan initial (BEP) est réalisé soit à l hôpital, soit au réseau. Puis le patient peut s inscrire à des séances d éducation individuelles ou en groupe, à l hôpital, au réseau, ou près de son domicile (actions délocalisées).

3 Mise en forme : Plateforme ETP - Version 1 du 21 janvier 2015 Programme d éducation thérapeutique «Prise en charge des patients ayant des facteurs de risque cardio-vasculaire» Evaluation quadriennale LES POINTS CLES Population cible Patients à Haut Risque Cardio-vasculaire Critères d inclusion établis à partir des dernières recommandations de la Société Européenne de Cardiologie 2012 sur le Haut Risque Cardio Vasculaire (HRCV) File active Points forts Objectifs du programme Améliorer la qualité de vie des patients à HRCV, en les accompagnant dans la gestion de leur maladie chronique afin d éviter au maximum les complications et réhospitalisation, à travers le développement de compétences (autosoin et adaptation) Aider les professionnels de santé dans la prise en charge éducative de leurs patients de manière intégrée aux soins Perspectives d amélioration - Programme mutualisé dans une logique de parcours patient entre le CHBS, le Réseau Codiab Kalon IC et la clinique de l humeur du CH Quimperlé % des patients du CHBS effectuent l intégralité de leur parcours éducatif. - Forte évolution des contenus des séances pour l adaptation aux besoins des patients et spécificités de chaque structure. - Développement de l expertise, de la dynamique, de la motivation et de la créativité des équipes. - Evolution de la posture éducative des équipes au quotidien. - Travail en partenariat avec les structures éducatives du territoire 3 afin d améliorer le parcours du patient et le partage d outils. Indicateur 1 Nb d intervenants directs 2011 : : 25 Indicateur 4 % patients ayant bénéficié d une démarche éducative de suivi complète 2011 : 0% 2014 : 12% - Améliorer la communication avec les médecins traitants. - Faire circuler tout ou partie du dossier ETP du CHBS vers les autres structures éducatives du territoire et le médecin traitant. - Créer un outil commun d évaluation des compétences des patients sur le territoire. - Développer le recrutement hospitalier via la création d une fresque murale de sensibilisation aux facteurs de risque et la poursuite de la formation des professionnels. - Développer le recrutement ambulatoire via la Plateforme ETP. - Développer des séances sur l observance, le vécu de la maladie et la gestion des urgences (selon moyens). - Actualisation de l outil de recueil de données pour la coordination. - Formalisation des échanges pluri-professionnels et trans-sectoriels une fois par mois. - Développer les supports de communication. Indicateur 2 % d intervenants formés à l ETP 2011 : 50% 2014 : 92 % Indicateur 5 % de transmission du diagn. éduc. et du plan d éducation au médecin traitant 2011 : 100% 2014 : 100% DÉCISION POUR L AVENIR DU PROGRAMME Indicateur 3 % patients ayant bénéficié d une démarche éducative initiale complète 2011 : ND 2014 : 5,7 % Indicateur 6 % de patients ayant eu ETP et une évaluation des compétences +suivi transmise au médecin traitant 2011 : 0 % 2014 : 0 % La décision est de solliciter le renouvellement de l autorisation du programme

4 Comment améliorer inclusions et adhésions médecins et pharmaciens libéraux? Contenu du programme: alimentation, activité physique, vécu de la maladie, observance médicamenteuse, dont gestion des traitements anticoagulants Constats: Les patients inclus à l hôpital représentent plus de 80% de la file active. Très peu de patients sont adressés par les professionnels libéraux. Pourquoi? Patients réticents, besoin de bénéficier d un entretien motivationnel. Pour motiver le patient le professionnel doit être convaincu de l intérêt de l ETP, et connaître l organisation du programme Le professionnel n a pas forcément reçu de formation sur l entretien motiovationnel

5 Objectifs: Magazine Trajectoire patient Anticoagulants Communiquer sur l organisation de l offre d éducation thérapeutique sur le territoire 3 auprès des professionnels de santé libéraux. Donner un aperçu des programmes pour que les explications données au patient sur le contenu et le déroulé soit plus précises, et fidèles à la réalité Partager et expliquer les outils éducatifs à disposition des professionnels de santé Donner les contacts et les liens vers les sites internet dédiés Demander un retour sur les besoins et les attentes des libéraux, proposer un partenariat, optimiser l offre et l accessibilité

6 Magazine Trajectoire patient Anticoagulants Réalisation: table ronde pluriprofessionnelle, acteurs de l éducation thérapeutique au CHBS et au réseau Codiab Kalon IC. Avec l aide d une agence de communication, édition d un magazine papier distribué aux professionnels libéraux du territoire 3 par les visiteurs médicaux de l industrie pharmaceutique qui a financé le projet (Daiichi Sankyo). Et après??? Pas de retour direct des professionnels recensé à ce jour Relance prévue avec remise d un mémo.

7 Les actions qui mènent à l éducation thérapeutique: tous les professionnels de santé sont concernés

8 En l absence de retour des libéraux, une réflexion s organise pour des actions sécuritaires Ces actions utilisent l entretien motivationnel, la posture éducative, avec des objectifs sécuritaires pour chaque pathologie chronique. Le patient est ainsi acteur de sa santé. En pratique, l éducation thérapeutique est une obligation en milieu hospitalier, mais le financement est insuffisant pour que chaque patient en bénéficie, et les patients sont souvent réticents. Les actions sécuritaires permettent d aborder les messages clés de chaque pathologie ou d un traitement, au cours d un entretien de minutes. Un document est remis au décours.

9 Exemple de plan d action Les traitements anticoagulants sont prescrits fréquemment. L utilisation des plans d action permet d aborder les précautions nécessaires avec le patient et son entourage. Son utilisation peut être tracée dans le dossier. Un questionnaire pré et post peut être utilisé pour que le professionnel de santé évalue la nécessité d approfondir certains points lors d un nouvel entretien. La mutualisation de ces plans d action entre la ville et l hôpital, au sein d un territoire de santé, permet d harmoniser les informations reçues par le patient

10 Plan d action AOD (anticoagulants oraux directs)

11

12 Plan d action AVK

13

14 Les libéraux pourront ils utiliser ces plans d action? Comment mieux les informer sur l intérêt de les utiliser, les modalités pratiques? Ils sont en ligne sur le site du CHBS, en téléchargement libre. Doivent ils être modifiés pour que les libéraux se les approprient? Faut il proposer une formation aux libéraux pour se sentir à l aise pour remettre les plans d action aux patients? Doit on attendre que les libéraux nous sollicitent pour les aider à accompagner leurs patients?

15 Actions retenues au CHBS (1) Création de plan d action sécuritaires pour les maladies ou les traitements relevant de programmes d éducation thérapeutique: insuffisance cardiaque, traitement de la maladie coronaire, asthme Formation des professionnels de santé hospitalier à l utilisation de ces plaquettes: connaissances cognitives, posture éducative, entretien motivationnel Projet de formation via le centre de simulation en santé, ouverte aux hospitaliers et aux libéraux Questionnaire à destination des libéraux via les URPS pour proposer des formations en adéquation aux besoins.

16 Actions retenues au CHBS (2) Difficulté actuelle de diffusion des plans d action même au sein de l établissement CH Bretagne Sud : 92% lits bénéficient d une prescription informatisée visibilité sur la quasi totalité des prescriptions d AOD et AVK : AVK et AO sont inscrits sur la liste des médicaments à risques de l établissement Analyse pharmaceutique : vérification des paramètres biologiques et des interactions médicamenteuses Evolution/enrichissement en cours de la démarche pharmaceutique pour ces prescriptions en collaboration avec le médecin référent AOD-AVK : Mise à profit de la possibilité de transmettre un message via le logiciel d aide à la prescription pour encourager médecins et IDE à remettre la plaquette au patient Réflexion sur la faisabilité d une mise à disposition de la plaquette nominative par la pharmacie conjointement à la dispensation des AOD et AVK

Les Agoras Jeudi 8 Octobre 2015 Regards croisés. Parcours de santé et affections cardio-vasculaires

Les Agoras Jeudi 8 Octobre 2015 Regards croisés. Parcours de santé et affections cardio-vasculaires Les Agoras Jeudi 8 Octobre 2015 Regards croisés Parcours de santé et affections cardio-vasculaires Intervenants : Dr Jean-Etienne Touze, cardiologue, réadaptation cardiaque, hôpital privé Clairval (Marseille)

Plus en détail

ORMEDIMS POITOU CHARENTES Propositions commissions sécurisation du circuit du médicament juin 2011

ORMEDIMS POITOU CHARENTES Propositions commissions sécurisation du circuit du médicament juin 2011 ORMEDIMS POITOU CHARENTES Propositions commissions sécurisation du circuit du médicament juin 2011 ACTIONS EN ETABLISSEMENT DE SANTE POUR AMELIORER LE BON USAGE DES AVK Contexte : En France au moins 600

Plus en détail

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Accompagnement : Ed Innov Santé Dr. GENET Dominique, Médecin

Plus en détail

Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO

Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO Dr RAISON Dr MEZGHANI La Télémédecine permet Pratique médicale complémentaire d établir un diagnostic, d assurer un suivi à visée préventive

Plus en détail

L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen

L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen Définition de l OMS (1998) L ETP est un processus continu,

Plus en détail

C O R E P. L ETP : cadre national et déploiement en Champagne Ardenne. Journée régionale ANFH - 25 juin 2015

C O R E P. L ETP : cadre national et déploiement en Champagne Ardenne. Journée régionale ANFH - 25 juin 2015 C O R E P L ETP : cadre national et déploiement en Champagne Ardenne Journée régionale ANFH - 25 juin 2015 Dr Annie Claude MARCHAND ARS Champagne Ardenne Christiane MAUVEZIN COREP Champagne Ardenne XX/XX/XX

Plus en détail

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX Nathalie DANJOU, Directrice 16, rue Du Guesclin 24000 PERIGUEUX 05.53.13.19.90 05.53.53.40.72 @ accueil@mdrs24.fr Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) AUTORISE DEPUIS LE 05 OCTOBRE 2015 «LA MAISON

Plus en détail

Education thérapeutique du patient sous traitement anticoagulant par AVK au centre hospitalier de Douarnenez

Education thérapeutique du patient sous traitement anticoagulant par AVK au centre hospitalier de Douarnenez Education thérapeutique du patient sous traitement anticoagulant par AVK au centre hospitalier de Douarnenez Gaëlle Le Corre Rozenn Gobert-Texier 17 novembre 2011 Centre Hospitalier Alphonse GUERIN PLOERMEL

Plus en détail

Education Thérapeutique du Patient en Lorraine. Dr A. Dieterling Directrice de la Santé Publique 3 décembre 2015

Education Thérapeutique du Patient en Lorraine. Dr A. Dieterling Directrice de la Santé Publique 3 décembre 2015 Education Thérapeutique du Patient en Lorraine Dr A. Dieterling Directrice de la Santé Publique 3 décembre 2015 L ETP : une nécessité 15 M de malades chroniques Maladie chronique Evolution sur le long

Plus en détail

Guide pour la pratique de l'éducation thérapeutique Sébastien Barbarot Groupe d'education Thérapeutique (GET) Nantes

Guide pour la pratique de l'éducation thérapeutique Sébastien Barbarot Groupe d'education Thérapeutique (GET) Nantes Guide pour la pratique de l'éducation thérapeutique Sébastien Barbarot Groupe d'education Thérapeutique (GET) Nantes Organisation et mise en place de l éducation thérapeutique au sein d une structure Dans

Plus en détail

Prise en charge des patients sous chimiothérapie orale. MikaëlDAOUPHARS, Valentin JORET 4 novembre 2014, Rouen

Prise en charge des patients sous chimiothérapie orale. MikaëlDAOUPHARS, Valentin JORET 4 novembre 2014, Rouen Volet Médicament : Prise en charge des patients sous chimiothérapie orale MikaëlDAOUPHARS, Valentin JORET 4 novembre 2014, Rouen Partage d expérience : un pharmacien d officine Par Valentin JORET, pharmacien

Plus en détail

Rôle du pharmacien dans la prise. orales : l expérience du réseau du marsan. MP.Brechet, B.Gosselin

Rôle du pharmacien dans la prise. orales : l expérience du réseau du marsan. MP.Brechet, B.Gosselin Rôle du pharmacien dans la prise en charge des chimiothérapies orales : l expérience du réseau du marsan MP.Brechet, B.Gosselin CONTEXTE Contexte réglementaire : Décret «rétrocession» du 15 juin 2004 Décret

Plus en détail

Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP

Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP Cette fiche propose des exemples de questions qui sont adaptables et modifiables par chaque équipe dans sa démarche d auto-évaluation.

Plus en détail

EDUCATION THÉRAPEUTIQUE À DESTINATION DU PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE DE PARKINSON. Un projet commun

EDUCATION THÉRAPEUTIQUE À DESTINATION DU PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE DE PARKINSON. Un projet commun EDUCATION THÉRAPEUTIQUE À DESTINATION DU PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE DE PARKINSON Un projet commun Genèse du projet Rencontre de professionnels de la santé CHRU de Lille / Santélys Souhait fort des deux

Plus en détail

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque C.JUBE Infirmière coordinatrice du Réseau Territorial de Nantes Réseau Territorial

Plus en détail

L INFIRMIÈRE DE COORDINATION EN HÉMATOLOGIE CLINIQUE ADULTE

L INFIRMIÈRE DE COORDINATION EN HÉMATOLOGIE CLINIQUE ADULTE L INFIRMIÈRE DE COORDINATION EN HÉMATOLOGIE CLINIQUE ADULTE Valérie MORVAN Tiphaine RICARD Laurianne JAMES PLAN Présentation du service d hématologie et des Idecs Ide de programmation en hospitalisation:

Plus en détail

Michèle WALDVOGEL Responsable assurance qualité et gestion des risques GROUPE HOSPITALIER DU CENTRE ALSACE (GHCA) COLMAR

Michèle WALDVOGEL Responsable assurance qualité et gestion des risques GROUPE HOSPITALIER DU CENTRE ALSACE (GHCA) COLMAR Michèle WALDVOGEL Responsable assurance qualité et gestion des risques GROUPE HOSPITALIER DU CENTRE ALSACE (GHCA) 68003 COLMAR Plan Présentation du Groupe Hospitalier du Centre Alsace Contexte et objectifs

Plus en détail

L Education Thérapeutique du Patient en région Centre au 1 er octobre 2013

L Education Thérapeutique du Patient en région Centre au 1 er octobre 2013 L Education Thérapeutique du Patient en région Centre au 1 er octobre 2013 «Législation, bilan et perspectives» Dr Yves MORRIET 1 L ETP et la loi - Code de la santé publique Article L.1161-1 : L éducation

Plus en détail

Choisir un endroit où l entretien pourra se dérouler sans être dérangé. Eviter de le faire dans la chambre du patient. Se libérer de ses autres

Choisir un endroit où l entretien pourra se dérouler sans être dérangé. Eviter de le faire dans la chambre du patient. Se libérer de ses autres Choisir un endroit où l entretien pourra se dérouler sans être dérangé. Eviter de le faire dans la chambre du patient. Se libérer de ses autres tâches pour la durée de l entretien. Prévoir une marge au

Plus en détail

Auto-évaluation annuelle d un programme d éducation thérapeutique du patient : Démarche et outils

Auto-évaluation annuelle d un programme d éducation thérapeutique du patient : Démarche et outils Auto-évaluation annuelle d un programme d éducation thérapeutique du patient : Démarche et outils Anne-Françoise Pauchet-Traversat Quatrièmes journées du Réseau PIC - Lille - 21 septembre 2012 Auto-évaluation

Plus en détail

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire JESS 2014, Saint- Etienne Les progrès en cancérologie Progrès techniques: > Nouveaux médicaments

Plus en détail

La Clinique des Anticoagulants de Beaujon (CAC) Programme d éducation thérapeutique

La Clinique des Anticoagulants de Beaujon (CAC) Programme d éducation thérapeutique La Clinique des Anticoagulants de Beaujon (CAC) Programme d éducation thérapeutique Journée FILFOIE novembre 2015 La Clinique des Anticoagulants de Beaujon (CAC) 1. Surveillance du traitement par AVK -

Plus en détail

Yannick RAUDE - Rencontre COREVIH du 24 09 2015

Yannick RAUDE - Rencontre COREVIH du 24 09 2015 Yannick RAUDE - Rencontre COREVIH du 24 09 2015 1 HISTORIQUE dans le T3 : Objectif opérationnel de la Conférence de Territoire de Santé N 3 : Groupe de travail territorial Portée par le Réseau Codiab-Kalon

Plus en détail

Formation-Action-Cancer-Education (FACE)

Formation-Action-Cancer-Education (FACE) Appel à projet INCa Education Thérapeutique du Patient et chimiothérapies per os Formation-Action-Cancer-Education (FACE) V. Noirez - Pharmacien CHR Mercy N. Fabié Pharmacien RRC Oncolor AAP - ETP (juin

Plus en détail

Forum HAD. organisé par l ARS Poitou Charentes. le 5 novembre 2015

Forum HAD. organisé par l ARS Poitou Charentes. le 5 novembre 2015 Forum HAD organisé par l ARS Poitou Charentes Poitiers le 5 novembre 2015 Intervention Mode d organisation de l HAD Intervenants Dr Nelly GRIMAUD, Médecin de l HAD Mutualiste 16 Ludovic GERBOU, IDE Libéral

Plus en détail

Comment assurer la continuité des traitements médicamenteux? La mise en place de la conciliation médicamenteuse en service d Orthopédie-Traumatologie

Comment assurer la continuité des traitements médicamenteux? La mise en place de la conciliation médicamenteuse en service d Orthopédie-Traumatologie Comment assurer la continuité des traitements médicamenteux? La mise en place de la conciliation médicamenteuse en service d Orthopédie-Traumatologie Bénédicte GOURIEUX, Pharmacien Thérèse SADORGE, Cadre

Plus en détail

Lutte contre la iatrogénie médicamenteuse en EHPAD : De nouveaux outils

Lutte contre la iatrogénie médicamenteuse en EHPAD : De nouveaux outils Lutte contre la iatrogénie médicamenteuse en EHPAD : De nouveaux outils 3 e journée Hygiène et gestion des risques en EHPAD ARLIN Pays de la Loire 1 Dr Elise Rochais 9 octobre 2014, Angers Unité de F.

Plus en détail

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Réunions départementales ARS / EHPAD octobre 2013 La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Mme Nathalie PASQUIER en Saône et Loire Le PRS et les parcours : enjeux

Plus en détail

Optimisation de la Prise en charge médicamenteuse chez la Personne Agée lors de son séjour en centre de SSR

Optimisation de la Prise en charge médicamenteuse chez la Personne Agée lors de son séjour en centre de SSR Optimisation de la Prise en charge médicamenteuse chez la Personne Agée lors de son séjour en centre de SSR 1 A S S O C I A T I O N H O S P I T A L I E R E S A I N T - J O S E P H ( 4 3 ) : C E N T R E

Plus en détail

Parcours de santé complexe, parcours du combattant?

Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Quels moyens pour prévenir les ruptures? 28 janvier 2015, cellule de coordination VISage Les différents niveaux de coordination Coordination clinique

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIE ORALE

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIE ORALE PRISE EN CHARGE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIE ORALE 1 Partage d expérience Pharmacien Hospitalier Pascale Garnier Clinique Pasteur Evreux Anaïs Breteau- OMEDIT Haute Normandie CONTEXTE Balbutiements

Plus en détail

Programme d éducation thérapeutique dans le cancer de la prostate localisé

Programme d éducation thérapeutique dans le cancer de la prostate localisé Programme d éducation thérapeutique dans le cancer de la prostate localisé Fabienne Courdesses-Chargée de mission ETP- Réseau Onco94 Ouest- CNRC -1 er octobre 2015 Onco 94 Ouest en quelques mots Trois

Plus en détail

L Education Thérapeutique du Patient en région Centre

L Education Thérapeutique du Patient en région Centre L Education Thérapeutique du Patient en région Centre Législation, bilan et perspectives Tours, 17 juin 2015 XX/XX/2015 2 La loi Hôpital, patients, santé et territoires Article L.1161-1 du CSP : L éducation

Plus en détail

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE «SITUATIONS RENCONTRÉES EN EHPAD»

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE «SITUATIONS RENCONTRÉES EN EHPAD» RÉSULTATS DE L ENQUÊTE «SITUATIONS RENCONTRÉES EN EHPAD» OMEDIT Haute-Normandie Octobre 2014 Dr M. Lefebvre-Caussin, Dr D. Monzat, Pr J. Doucet, Dr A. Breteau, N. Henry, Groupe de travail «EHPAD» OMEDIT

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT ET MAISONS, PÔLES ET CENTRES DE SANTÉ : UNE DYNAMIQUE RÉGIONALE IMPULSÉE PAR L ARS

EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT ET MAISONS, PÔLES ET CENTRES DE SANTÉ : UNE DYNAMIQUE RÉGIONALE IMPULSÉE PAR L ARS EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT ET MAISONS, PÔLES ET CENTRES DE SANTÉ : UNE DYNAMIQUE RÉGIONALE IMPULSÉE PAR L ARS Dr Gilles LEBOUBE Audrey PRIGENT ARS Franche-Comté Colloque ETP, Paris, juin 2011 Les

Plus en détail

VITALink, Suivi des patients sous thérapie orale

VITALink, Suivi des patients sous thérapie orale Barbara POIROT IDE en éducation thérapeutique Centre Paul Strauss bpoirot@strasbourg.unicancer.fr 3 Rue de la Porte de l Hôpital 67065 STRASBOURG CEDEX 03 88 25 24 24 Le 19 novembre 1923, le Centre Régional

Plus en détail

Les nouveaux rôles des infirmières cliniciennes et praticiennes dans le suivi des clientèles

Les nouveaux rôles des infirmières cliniciennes et praticiennes dans le suivi des clientèles Les nouveaux rôles des infirmières cliniciennes et praticiennes dans le suivi des clientèles Carole Mercier, inf., M.Sc. Directrice-conseil Direction des affaires externes et des statistiques sur l effectif,

Plus en détail

ENTRE EDUCATION THERAPEUTIQUE ET IATROGENIE CHEZ LA PERSONNE AGEE: CONDUITES A TENIR

ENTRE EDUCATION THERAPEUTIQUE ET IATROGENIE CHEZ LA PERSONNE AGEE: CONDUITES A TENIR ENTRE EDUCATION THERAPEUTIQUE ET IATROGENIE CHEZ LA PERSONNE AGEE: CONDUITES A TENIR A partir d un travail réalisé en pluridisciplinarité et présenté en formation par un gériatre hospitalier et un pharmacien

Plus en détail

UN OUTIL DE COORDINATION ET DE SUIVI DU PARCOURS EDUCATIFS DES PATIENTS

UN OUTIL DE COORDINATION ET DE SUIVI DU PARCOURS EDUCATIFS DES PATIENTS UN OUTIL DE COORDINATION ET DE SUIVI DU PARCOURS EDUCATIFS DES PATIENTS CONTEXTE Le Centre d Education Thérapeutique de Bordeaux Aquitaine (CETBA) Le CETBA, association loi 1901, a pour mission de: Devenir

Plus en détail

Retour du patient insuffisant cardiaque à domicile : rôles des aides soignants

Retour du patient insuffisant cardiaque à domicile : rôles des aides soignants Retour du patient insuffisant cardiaque à domicile : rôles des aides soignants Céline GUILLAUD Unité de cardiologie Soins Intensifs et consultation XXIII èmes Journées Européennes de la Société Française

Plus en détail

Déploiement des Télésoins dans l Insuffisance Cardiaque en Basse-Normandie

Déploiement des Télésoins dans l Insuffisance Cardiaque en Basse-Normandie Déploiement des Télésoins dans l Insuffisance Cardiaque en Basse-Normandie Phase 2 financée par ARH, URCAM et CRBN Dr Sabatier, Dr Belin, Pr Grollier CHU de CAEN / APRIC Épidémiologie Épidémiologie ICC

Plus en détail

Programme d éducation thérapeutique du patient Grille d aide à l évaluation de la demande d autorisation par l ARS

Programme d éducation thérapeutique du patient Grille d aide à l évaluation de la demande d autorisation par l ARS Programme d éducation thérapeutique du patient Grille d aide à l évaluation de la demande d autorisation par l ARS «L éducation thérapeutique s inscrit dans le parcours de soins du patient. Elle a pour

Plus en détail

Évaluation d un programme d éducation à la santé VIH: Apport de l expertise de l Unité Transversale d Éducation du Patient.

Évaluation d un programme d éducation à la santé VIH: Apport de l expertise de l Unité Transversale d Éducation du Patient. Évaluation d un programme d éducation à la santé VIH: Apport de l expertise de l Unité Transversale d Éducation du Patient. AFDET 3 février 2012 HUSTACHE-MATHIEU L 1, ESSERT M 2 1 Service de maladies infectieuses

Plus en détail

ABSENCE DE CONFLIT D INTERET

ABSENCE DE CONFLIT D INTERET C.CAILLOT- TRELAZE 14 Janvier 2016 ABSENCE DE CONFLIT D INTERET «L éducation thérapeutique s inscrit dans le parcours de soins du patient. Elle a pour objectif de rendre le patient plus autonome, en facilitant

Plus en détail

Travailler ensemble en éducation thérapeutique du patient : Vers un modèle coordonné et adapté en soins primaires

Travailler ensemble en éducation thérapeutique du patient : Vers un modèle coordonné et adapté en soins primaires Travailler ensemble en éducation thérapeutique du patient : Vers un modèle coordonné et adapté en soins primaires Communication AFDET 13 14 février 2014 PARIS Beryl VIGY URPS Médecins Libéraux Une démarche

Plus en détail

PROGRAMME D EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT DESTINE AUX PERSONNES ATTEINTES DE BRONCHO-PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE (BPCO)

PROGRAMME D EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT DESTINE AUX PERSONNES ATTEINTES DE BRONCHO-PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE (BPCO) PROGRAMME D EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT DESTINE AUX PERSONNES ATTEINTES DE BRONCHO-PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE (BPCO) ETABLISSEMENT THERMAL DE CAMBO-LES-BAINS LES PATIENTS CONCERNES PAR LE

Plus en détail

Éducation Thérapeutique en Cancérologie

Éducation Thérapeutique en Cancérologie Éducation Thérapeutique en Cancérologie I. ETP /Généralités 1 ) Définition 2 ) Législation 3 ) Différentes étapes en Education Thérapeutique 4 ) Modèle D Ivernois/Gagnayre 5 ) Spécificités de l ETP en

Plus en détail

Le réseau de santé des maladies rénales rares de l enfant et de l adulte

Le réseau de santé des maladies rénales rares de l enfant et de l adulte Le réseau de santé des maladies rénales rares de l enfant et de l adulte 1. La filière ORKiD Contexte national La création des filières de santé maladies rares vise à développer les synergies entre acteurs

Plus en détail

MALADIES CHRONIQUES PARCOURS PATIENT

MALADIES CHRONIQUES PARCOURS PATIENT MALADIES CHRONIQUES ET PARCOURS PATIENT Louise ULRIC, Suzanne GERMANY 1 Réflexion née de l expérience des filières existantes en Martinique, en lien avec les réseaux ville - hôpital : - AVC : réseau Ermancia

Plus en détail

LINUT 2009 CSAN du CRRF André Lalande, NOTH.

LINUT 2009 CSAN du CRRF André Lalande, NOTH. EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT A LA NUTRITION ET A L ACTIVITE PHYSIQUE AU CRRF ANDRE LALANDE HISTORIQUE Constat d un besoin réel pour les patients du CRRF + Recommandations nationales = Idée de créer

Plus en détail

CNAMTS / Direction déléguée à la gestion et à l organisation des soins (DDGOS) Mars 2016

CNAMTS / Direction déléguée à la gestion et à l organisation des soins (DDGOS) Mars 2016 Note méthodologique relative à l utilisation du téléservice mis en place pour le suivi du dispositif d accompagnement par le pharmacien des patients sous AOD CNAMTS / Direction déléguée à la gestion et

Plus en détail

A propos d un dispositif hospitalier d éducation thérapeutique

A propos d un dispositif hospitalier d éducation thérapeutique A propos d un dispositif hospitalier d éducation thérapeutique Mise en œuvre au sein du pole d activités addictologie prévention éducation du CH Dreux (28) ETP CH Dreux 1 Un historique rapide Un contexte

Plus en détail

Le service d hémodialyse de l hôpital

Le service d hémodialyse de l hôpital Le projet d'éducation personnalisé en unité d'hémodialyse Aline LEGENDRE - Thionville Le service d hémodialyse de l hôpital Bel Air à Thionville est un centre composé de vingt-sept postes de dialyse chronique,

Plus en détail

Education thérapeutique dans les établissements de santé de la Région Centre

Education thérapeutique dans les établissements de santé de la Région Centre Education thérapeutique dans les établissements de santé de la Région Centre Etude régionale réalisée dans le cadre de la mise en œuvre de la circulaire DHOS/E2/2007/216 du 14 mai 2007 relative au développement

Plus en détail

La coordination des soins des patients souffrant de douleurs chroniques en ville Le réseau de santé LCD Association Ville Hôpital LCD

La coordination des soins des patients souffrant de douleurs chroniques en ville Le réseau de santé LCD Association Ville Hôpital LCD La coordination des soins des patients souffrant de douleurs chroniques en ville Le réseau de santé LCD Association Ville Hôpital LCD Gaëlle SAVIGNEAU SOMMAIRE I- LA DOULEUR CHRONIQUE II- LES RESEAUX DE

Plus en détail

Dossier Médical Personnel. Présentation journée dématérialisation des procédures 18 septembre 2015

Dossier Médical Personnel. Présentation journée dématérialisation des procédures 18 septembre 2015 Dossier Médical Personnel Présentation journée dématérialisation des procédures 18 septembre 2015 Qu est-ce que le Dossier Médical Personnel? «Le DMP en quelques mots» 2 Le DMP, qu est-ce que c est? Le

Plus en détail

Perspectives des Soins Palliatifs à domicile et orientations en région Aquitaine

Perspectives des Soins Palliatifs à domicile et orientations en région Aquitaine Perspectives des Soins Palliatifs à domicile et orientations en région Aquitaine 20 novembre 2015 Journée Nationale de la SFAP sur les Réseaux L avenir des soins palliatifs à domicile, quelle offre de

Plus en détail

Education thérapeutique et VHC en milieu carcéral: l expérience du pharmacien

Education thérapeutique et VHC en milieu carcéral: l expérience du pharmacien Education thérapeutique et VHC en milieu carcéral: l expérience du pharmacien Nicolas TERRAIL Pharmacien US de VLM 1 27/10/2015 Le pharmacien Ne prescrit pas Ne fait pas de soins N a pas été bien formé

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA SECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT ET DU BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES :

ETAT DES LIEUX DE LA SECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT ET DU BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES : ETAT DES LIEUX DE LA SECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT ET DU BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES : ENQUETE DANS LES ETABLISSEMENTS D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES (EHPAD) EN REGION BRETAGNE Enquête

Plus en détail

DES OUTILS DE COORDINATION VILLE HÔPITAL

DES OUTILS DE COORDINATION VILLE HÔPITAL DES OUTILS DE COORDINATION VILLE HÔPITAL Lieux de vie de la personne Hospitalisation Macro cible de sortie D.L.U. Fiche de liaison Sésame relationnel Lieux de vie de la personne pratiques du 13 octobre

Plus en détail

pharmaceutique informatisé

pharmaceutique informatisé Actualités s des EHPAD forfait médicaments, m dossier pharmaceutique informatisé Pr Philippe ARNAUD Hôpital Bichat Groupe hospitalier Universitaire Paris Nord val de Seine ABCPH_28 septembre 2012 Personnes

Plus en détail

Cahier des charges ARS Ile de France. [Tapez le contenu encadré. Un encadré est un supplément autonome dans

Cahier des charges ARS Ile de France. [Tapez le contenu encadré. Un encadré est un supplément autonome dans 2012-13 Cahier des charges ARS Ile de France Soutien au développement de projets d accompagnement des patients malades chroniques en ambulatoire en Ile de France [Tapez le contenu encadré. Un encadré est

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE EN INSUFFISANCE RENALE AVANT DIALYSE

EDUCATION THERAPEUTIQUE EN INSUFFISANCE RENALE AVANT DIALYSE EDUCATION THERAPEUTIQUE EN INSUFFISANCE RENALE AVANT DIALYSE D un programme intra hospitalier vers une collaboration avec le réseau TIRCEL Docteur Anne Jolivot, néphrologue, hôpital Edouard-Herriot, Lyon

Plus en détail

PRADO, le programme de retour à domicile Réunion ASIP

PRADO, le programme de retour à domicile Réunion ASIP , le programme de retour à domicile 10 avril 2014 Sommaire 1 2 Présentation Expérimentation DMP dans le cadre du 2 Enjeux et objectifs du programme Répondre à une volonté croissante des patients Adapter

Plus en détail

Cahier des charges : mise en place d un dispositif d annonce en néphrologie. Phase 1 La formation à l annonce. Docteur Thevenin-Lemoine

Cahier des charges : mise en place d un dispositif d annonce en néphrologie. Phase 1 La formation à l annonce. Docteur Thevenin-Lemoine Cahier des charges : mise en place d un dispositif d annonce en Phase 1 La formation à l annonce Docteur Thevenin-Lemoine Les réclamations à l ARS Île-de-France 1 (sommaire automatique) Sommaire Introduction...

Plus en détail

Goupe de travail et d échange pour les Aidants Familiers. Réseau de Santé Gérontologique Espace Chappe 1 rue Chappe LANNION Tel

Goupe de travail et d échange pour les Aidants Familiers. Réseau de Santé Gérontologique Espace Chappe 1 rue Chappe LANNION Tel Goupe de travail et d échange pour les Aidants Familiers Réseau de Santé Gérontologique Espace Chappe 1 rue Chappe 22300 LANNION Tel 02 96 46 22 10 Sommaire I. Présentation de la Plate Forme II. III. IV.

Plus en détail

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 L HAD Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 Définition Les structures d HAD permettent d assurer au domicile du malade, pour une période

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA DÉMARCHE INITIÉE EN PAYS DE LA LOIRE. Janvier 2014

PRÉSENTATION DE LA DÉMARCHE INITIÉE EN PAYS DE LA LOIRE. Janvier 2014 PRÉSENTATION DE LA DÉMARCHE INITIÉE EN PAYS DE LA LOIRE Janvier 2014 Sommaire 1. Le territoire de La Mayenne retenu pour le prototype 2. Le schéma global du prototype «Parcours des aînés» 3. La coordination

Plus en détail

Problématique des Laboratoires de Biologie Médicale (LBM) des établissements de santé ligériens

Problématique des Laboratoires de Biologie Médicale (LBM) des établissements de santé ligériens Problématique des Laboratoires de Biologie Médicale (LBM) des établissements de santé ligériens Colloque biologie médicale - ARS Pays de la Loire Pays de la Loire Le 9 septembre 2011 D. JACQ PhISP DQE

Plus en détail

ATELIER EDUCATION THERAPEUTIQUE

ATELIER EDUCATION THERAPEUTIQUE ATELIER EDUCATION THERAPEUTIQUE Groupe de réflexion Co-piloté par :. Sandrine BONNEHON (Ide Clinique BDC). Armelle RUFFIN (IDE D Education au CEDD) Synthèse présentée par : Sandrine BONNEHON et Armelle

Plus en détail

Ateliers «Retours d expériences» GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital de Poitiers

Ateliers «Retours d expériences» GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital de Poitiers Ateliers «Retours d expériences» GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital de Poitiers GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital du Grand Poitiers Le Réseau Gérontologique Ville-Hôpital du Grand Poitiers :

Plus en détail

LE BON USAGE DU MEDICAMENT

LE BON USAGE DU MEDICAMENT LE BON USAGE DU MEDICAMENT L optimisation du rapport bénéfice risque des médicaments La minimisation du risque thérapeutique pour le patient. Une meilleure allocation des ressources disponibles Reposent

Plus en détail

COLLABORATION PROFESSIONNELS DE SANTE/INFIRMIERS DANS LE PARCOURS DE SOIN DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE EN SECTEUR LIBERAL (département 66)

COLLABORATION PROFESSIONNELS DE SANTE/INFIRMIERS DANS LE PARCOURS DE SOIN DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE EN SECTEUR LIBERAL (département 66) COLLABORATION PROFESSIONNELS DE SANTE/INFIRMIERS DANS LE PARCOURS DE SOIN DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE EN SECTEUR LIBERAL (département 66) ARLEN Yseult/ GIBERGUES Patricia Infirmières Cliniciennes libérales

Plus en détail

Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer

Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer Docteur Laurence Vanlemmens, oncologue, Centre Oscar Lambret Sophie PERES, cadre de santé, Santélys Journée Régionale Santé A Domicile Santélys

Plus en détail

Prise en charge médicamenteuse : comment concilier autonomie du patient et sécurisation du circuit du médicament?

Prise en charge médicamenteuse : comment concilier autonomie du patient et sécurisation du circuit du médicament? Prise en charge médicamenteuse : comment concilier autonomie du patient et sécurisation du circuit du médicament? Retour d expérience V2010 sur l hôpital de jour de psychiatrie aux Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

Aucun. H Bontemps - Optimisation analyse pharmaceutique prescriptions ciblées

Aucun. H Bontemps - Optimisation analyse pharmaceutique prescriptions ciblées 2 Aucun 3 La croissance des missions du pharmacien et de son périmètre d action est une réalité, qu elle soit voulue ou imposée Contraintes budgétaires des hôpitaux (plan triennal) Questionnement Optimisation

Plus en détail

INTERVENTIONS BREVES ET APPROCHES MOTIVATIONNELLES EN PHARMACIE D OFFICINE

INTERVENTIONS BREVES ET APPROCHES MOTIVATIONNELLES EN PHARMACIE D OFFICINE INTERVENTIONS BREVES ET APPROCHES MOTIVATIONNELLES EN PHARMACIE D OFFICINE Conflits d interêts Pharmacien du Board Novartis (Asthme et BPCO) «Comment améliorer l observance du patient» Pharmacien expert

Plus en détail

Actions d accompagnement et Éducation Thérapeutique Qu en pensent les associations de malades? Que font-elles, que veulent-elles?

Actions d accompagnement et Éducation Thérapeutique Qu en pensent les associations de malades? Que font-elles, que veulent-elles? Actions d accompagnement et Éducation Thérapeutique Qu en pensent les associations de malades? Que font-elles, que veulent-elles? Thomas TREUVELOT Coordinateur de AIDES en Champagne-Ardenne AIDES Créée

Plus en détail

Dr Martine SCIORTINO ARS PACA. L évaluation quadriennale est elle suffisante pour permettre le renouvellement de l autorisation d un programme d ETP?

Dr Martine SCIORTINO ARS PACA. L évaluation quadriennale est elle suffisante pour permettre le renouvellement de l autorisation d un programme d ETP? Dr Martine SCIORTINO ARS PACA L évaluation quadriennale est elle suffisante pour permettre le renouvellement de l autorisation d un programme d ETP? L autorisation d un programme ETP Programme autorisé

Plus en détail

A propos des questions posées en atelier

A propos des questions posées en atelier Diabète éducation de langue française L éducation thérapeutique : pourquoi, avec qui, comment? Rennes, 9 juin 2010 A propos des questions posées en atelier Dr Brigitte Sandrin-Berthon 1- Education thérapeutique

Plus en détail

Accompagner le patient au cours de sa pathologie cancéreuse, place du pharmacien clinicien

Accompagner le patient au cours de sa pathologie cancéreuse, place du pharmacien clinicien Accompagner le patient au cours de sa pathologie cancéreuse, place du pharmacien clinicien Etude COMPHOR Appel à projet DGOS 2016 «Mise en œuvre de la pharmacie clinique en Etablissement de Santé» Journée

Plus en détail

LOI HPST, MISSIONS DU PHARMACIEN, COOPÉRATION, RELATIONS VILLE-HÔPITAL H A D, EHPAD NOUVELLE DONNE?

LOI HPST, MISSIONS DU PHARMACIEN, COOPÉRATION, RELATIONS VILLE-HÔPITAL H A D, EHPAD NOUVELLE DONNE? LOI HPST, MISSIONS DU PHARMACIEN, COOPÉRATION, RELATIONS VILLE-HÔPITAL H A D, EHPAD NOUVELLE DONNE? Marie Josée Augé-Caumon Conseiller USPO 1 ACCÈS DE TOUS À DES SOINS DE QUALITÉ Article 36 I. Les articles

Plus en détail

Enquête nationale sur le déploiement de la conciliation médicamenteuse dans les établissements de santé ( MCO, HAD, Dialyse, SSR et PSY)

Enquête nationale sur le déploiement de la conciliation médicamenteuse dans les établissements de santé ( MCO, HAD, Dialyse, SSR et PSY) Enquête nationale sur le déploiement de la conciliation médicamenteuse dans les établissements de santé ( MCO, HAD, Dialyse, SSR et PSY) La conciliation médicamenteuse est un processus formalisé qui prend

Plus en détail

Enjeux du cabinet médical connecté : Quels bénéfices pour les praticiens et leurs patients?

Enjeux du cabinet médical connecté : Quels bénéfices pour les praticiens et leurs patients? Enjeux du cabinet médical connecté : Quels bénéfices pour les praticiens et leurs patients? Intervenants : - Dr Eric Couhet, Médecin généraliste, Fondateur et Président de Connected Doctors - M. Thibault

Plus en détail

Programme d Education Thérapeutique pour la prévention et le traitement de la Maladie Thrombo-Embolique Veineuse chez les patients atteints de cancer

Programme d Education Thérapeutique pour la prévention et le traitement de la Maladie Thrombo-Embolique Veineuse chez les patients atteints de cancer Programme d Education Thérapeutique pour la prévention et le traitement de la Maladie Thrombo-Embolique Veineuse chez les patients atteints de cancer Unité de Médecine Interne et Pathologie Vasculaire,

Plus en détail

RETOUR d EXPERIENCE Déploiement de la conciliation médicamenteuse d entrée et de la présence du pharmacien dans les unités de soins

RETOUR d EXPERIENCE Déploiement de la conciliation médicamenteuse d entrée et de la présence du pharmacien dans les unités de soins RETOUR d EXPERIENCE Déploiement de la conciliation médicamenteuse d entrée et de la présence du pharmacien dans les unités de soins C. Chenailler Pharmacien CHU Hôpitaux de Rouen CHU Hôpitaux de Rouen

Plus en détail

Recrutement d un Coordinateur en ETP

Recrutement d un Coordinateur en ETP ! 2012 : Souhait de développer une culture éducative commune à tous les professionnels de la santé afin de permettre à tout patient du territoire un accès au soin éducatif " «L Educ attitude» au quotidien

Plus en détail

L athérosclérose, au cœur de la chronicité!

L athérosclérose, au cœur de la chronicité! L athérosclérose, au cœur de la chronicité! Approche de l éducation thérapeutique 22.01.15 Journée du département de médecine interne Hôpital du Valais Pralong Isabelle Chirurgie cardiaque/ SC- Cardio

Plus en détail

Perspectives du financement des parcours de soins. Patrick OLIVIER, Directeur de la stratégie Agence Régionale de Santé d Ile-de-France

Perspectives du financement des parcours de soins. Patrick OLIVIER, Directeur de la stratégie Agence Régionale de Santé d Ile-de-France Perspectives du financement des parcours de soins Patrick OLIVIER, Directeur de la stratégie Agence Régionale de Santé d Ile-de-France 2 Les acteurs, leurs financements : l hôpital (1/2) Médecine chirurgie

Plus en détail

Diagnostic Educatif en réadaptation fonctionnelle cardiaque.

Diagnostic Educatif en réadaptation fonctionnelle cardiaque. Diagnostic Educatif en réadaptation r fonctionnelle cardiaque. Dr Françoise COURTALHAC Médecin coordinateur Pôle d Education du Patient Centre Hospitalier de Compiègne (Oise) DU Education Thérapeutique

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION VISITEURS SUITE A VISITE CIBLÉE. Centre Hospitalier Spécialisé Interdépartemental

RAPPORT DE CERTIFICATION VISITEURS SUITE A VISITE CIBLÉE. Centre Hospitalier Spécialisé Interdépartemental RAPPORT DE CERTIFICATION VISITEURS SUITE A VISITE CIBLÉE 2 ÈME PROCÉDURE Centre Hospitalier Spécialisé Interdépartemental 6 bis rue du pavé- BP 03 03360 AINAY Le CHATEAU Novembre 2008 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Programme d éducation thérapeutique du patient : Rapport synthétique d évaluation quadriennale

Programme d éducation thérapeutique du patient : Rapport synthétique d évaluation quadriennale Programme d éducation thérapeutique du patient : Rapport synthétique d évaluation quadriennale L équipe a la possibilité d adapter le format proposé A. Le programme et l identification du coordonnateur

Plus en détail

L Education Thérapeutique du Patient atteint de BPCO: Pourquoi? Quand? Réseau Insuffisance Respiratoire Lorraine

L Education Thérapeutique du Patient atteint de BPCO: Pourquoi? Quand? Réseau Insuffisance Respiratoire Lorraine L Education Thérapeutique du Patient atteint de BPCO: Pour qui? Pourquoi? Quand? Réseau Insuffisance Respiratoire Lorraine Anne GUILLAUMOT 26 Septembre 2009 L Education Thérapeutique du Patient atteint

Plus en détail

Éducation Thérapeutique de Proximité du Patient Diabétique (ETPPD)

Éducation Thérapeutique de Proximité du Patient Diabétique (ETPPD) FMC VAL DE CREUSE 18 NOVEMBRE 2009 Éducation Thérapeutique de Proximité du Patient Diabétique (ETPPD) SENSIBILISATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ SENSIBILISATION À LÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE OBJECTIFS: Intégrer

Plus en détail

Dépistage du VIH : Enquête auprès des médecins généralistes du secteur de Morlaix

Dépistage du VIH : Enquête auprès des médecins généralistes du secteur de Morlaix Dépistage du VIH : Enquête auprès des médecins généralistes du secteur de Morlaix Jean-Charles DUTHE Le 11 décembre 2012 Contexte et Objectifs de l enquête France : 50000 30 000 personnes ignorent leur

Plus en détail

Congrès du domicile 09 et 10 avril «Les services à domicile, acteurs de la prévention»

Congrès du domicile 09 et 10 avril «Les services à domicile, acteurs de la prévention» Congrès du domicile 09 et 10 avril 2015 «Les services à domicile, acteurs de la prévention» Mérignac Mme BOUFFARD-BERTRAND Directrice Générale de Vie Santé Mérignac Mme Sandra BAYLE Infirmière coordinatrice

Plus en détail

PRADO PATHOLOGIES CHRONIQUES

PRADO PATHOLOGIES CHRONIQUES PRADO Le service d accompagnement à domicile après une hospitalisation PATHOLOGIES CHRONIQUES Volets insuffisance cardiaque et BPCO Dans le Jura (08/07/2016) Restreint 1 Permettre au patient de retourner

Plus en détail

REX LOGICIOVIGILANCE

REX LOGICIOVIGILANCE REX LOGICIOVIGILANCE UC : Unité de Coordination de l Omédit Pilotes du groupe de travail : P Assicot (pharmacien, CH Lannion, bureau de la conférence des pharmaciens de Bretagne) R Le Reun (médecin, responsable

Plus en détail

Education thérapeutique Repères pratiques. Isabelle BERTHON Cadre supérieur de santé CHR METZ-THIONVILLE

Education thérapeutique Repères pratiques. Isabelle BERTHON Cadre supérieur de santé CHR METZ-THIONVILLE Education thérapeutique Repères pratiques Isabelle BERTHON Cadre supérieur de santé CHR METZ-THIONVILLE 26 septembre 2009 1 ère partie: au fil des étapes de l ETP 2 ème partie: au carrefour du soin et

Plus en détail

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Réunions départementales ARS / EHPAD octobre 2013 La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Mme Carole PIERRE dans l Yonne Le PRS et les parcours : enjeux et mise

Plus en détail