Conservatisme phylogénétique des traits fonctionnels végétaux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conservatisme phylogénétique des traits fonctionnels végétaux"

Transcription

1 Chalmandrier Loïc Rapport de stage Conservatisme phylogénétique des traits fonctionnels végétaux Un test utilisant un échantillon de la Flore Alpine Encadrant : Sébastien Lavergne Laboratoire d'acceuil : Laboratoire d'ecologie Alpine (UMR 5553) 1

2 Table des matières Introduction...3 Matériel et Méthode...6 I Acquisition des données sur les traits fonctionnels...6 II Analyse phylogénétique Arbre Outils statistiques Le et (Pagel 1999, Verdù 2006) : Orthogramme (Ollier et al. 2005) Divergence et contribution des noeuds (Moles et al. 2005) : Phylogenetic least squares model (Martins et Hansen 1997 ; Ross Ibarra 2007) ou PGLS...9 Résultats...10 I et de Pagel...10 II Orthogramme SLA LDMC...12 III Amplitude de divergence et contribution...13 IV Etude de la corrélation entre caractères...16 Discussion...17 Patron évolutif du SLA et du LDMC...17 Corrélation des deux patrons d'évolution...17 Critique de la démarche de Moles...17 Comparaison des trois méthodes...18 Conclusion...19 Bibliographie...20 Glossaire...21 Annexes...22 Annexe 1 : Démarche mathématique de Moles Estimation des états ancestraux (Felsenstein 1985) Calcul de l'amplitude de divergences Calcul de la contribution...23 Annexe 2 : Noeuds mis en avant par la méthode d'ollier et de Moles...24 Annexe 3 : Scripts...26 Démarche de Pagel...26 Démarche de Moles

3 Introduction Face aux enjeux majeurs que représentent les changements environnementaux actuels (réchauffement climatique, modifications de l'usage des terres), il est important de décrire les êtres vivants en termes de traits fonctionnels afin de prédire les changements dans la distribution de la biodiversité et le fonctionnement des écosystèmes. En effet, les traits fonctionnels, en particulier chez les végétaux, permettent à la fois d étudier la réponse des espèces aux gradients environnementaux et leurs changements, et de prédire l effet de ces mêmes espèces sur le fonctionnement des écosystèmes (par exemple la production de biomasse ou la décomposition de la litière dans les communautés végétales...) Plus précisément, on peut définir un trait fonctionnel comme étant un trait morphologique, physiologique ou phénologique ayant un impact indirect sur la fitness de la plante via ses effets sur la croissance, la reproduction et la survie des individus (Violle et al. 2007). Il a été démontré (Díaz et al. 2004) que certains traits fonctionnels dits «soft», c'est à dire facilement mesurables et donc plus susceptibles de constituer de larges jeux de données, peuvent ainsi se corréler à des traits dits «hard» tel le taux de croissance ou le taux de azote par feuille, directement liés à la fitness des individus. Au sein des écosystèmes, la diversité fonctionnelle, c'est à dire la largeur du spectre des valeurs de traits de l'ensemble des individus de l'écosystème, constitue un élément essentiel de leur bon fonctionnement et de leur stabilité (Díaz et Cabido 2001). S il est maintenant à peu près établi que la diversité fonctionnelle joue un rôle important dans le fonctionnement des écosystèmes, les mécanismes évolutifs qui sont à l origine de la diversité fonctionnelle chez les végétaux sont encore mal connus. En particulier, l utilisation de phylogénies, c'est à dire d'arbres traduisant des relations de parenté entre espèces ayant donc un ancêtre commun hypothétique, permet de tester si les traits fonctionnels ont connu de fortes variations au cours de l histoire évolutive des espèces ou au contraire on été conservés, ainsi que d'établir les relations entre différents traits. Par exemple, des valeurs de traits similaires pour deux espèces ou des corrélations entre traits peuvent être dues à une origine évolutive commune ou au contraire à une convergence évolutive. De fait, des espèces fonctionnellement similaires peuvent appartenir au même clade ou au contraire être phylogénétiquement éloignées. De nombreux outils statistiques ont ainsi été développés pour évaluer la dépendance interspécifique des valeurs de traits dues à la phylogénie. Blomberg (2002) propose ainsi une méthode permettant de détecter et d'évaluer l'importance du «signal phylogénétique» (terme préféré à celui «d'inertie phylogénétique» plus ancien mais dont la signification conceptuelle est plus controversée selon lui) d'un trait au travers d'une phylogénie, c'est à dire la tendance pour des espèces phylogénétiquement proches à plus se ressembler que des espèces éloignées. Pagel (1999) s'est appuyé sur les transformations de longueur de branches pour comparer la vraisemblance d'un continuum de phylogénies modifiées selon différents paramètres et d'évaluer les grandes tendances du patron évolutif du trait. À l'inverse, Ollier (2005) a adopté une démarche se passant des longueurs de branches pour décomposer la variance d'un trait selon une base orthonormée reflétant la topologie de la phylogénie. Moles (2005) s'appuie sur la reconstruction de caractères ancestraux et l'étude de chaque noeud pour déterminer ceux à l'origine de fortes divergences évolutives et leur contribution à la variance actuelle. Enfin, Martins (1997) développa la méthode GLS (generalized least squares) pour remédier à la dépendance phylogénétique des valeurs interspécifiques de traits afin d'étudier les corrélations existant entre différents traits pour mettre en évidence une éventuelle évolution couplée des traits. Le but de ce travail est donc : 1 tester, comparer et évaluer les différentes méthodes. 3

4 2 tester le conservatisme phylogénétique et l'évolution corrélée de deux traits fonctionnels végétaux grâce à ces différentes méthodes Afin de réaliser ces objectifs, on s'intéressera à un échantillon d'espèces localisées de la vallée de la Guisane au col du Galibier (Hautes Alpes), zone caractérisée par de forts gradients environnementaux permettant ainsi de travailler sur un spectre large de valeurs de traits. Les données proviennent des campagnes de terrain réalisées par l'équipe TDE (Traits fonctionnels végétaux et Dynamique des Ecosystèmes alpins) du LECA (Laboratoire d'ecologie Alpine) dont les recherches portent sur le rôle des traits fonctionnels des végétaux dans la structure et la dynamique des écosystèmes alpins, et dans leurs réponses aux forçages environnementaux. Afin de réaliser les objectifs, les données utilisées sont celles collectées dans le cadre de projets précédents (notamment le projet européen VISTA) ainsi que celle effectuée en 2008 dans le cadre du projet Diversitalp financé par l ANR. On s'intéressera ainsi à deux traits foliaires qui bénéficient d'une attention particulière dans la littérature d'écologie fonctionnelle : l'indice SLA (specific leaf area), calculé comme étant la surface photosynthétique d'une feuille rapportée à sa masse sèche et l'indice LDMC (leaf dry matter content), calculé comme étant la masse sèche de la feuille rapportée à sa masse fraîche. Le SLA est un indice corrélé à la fonction d'acquisition des ressources et au taux de croissance tandis que le LDMC est un trait reflétant la capacité de stockage en matière organique au sein de la feuille et généralement à la durée de vie des feuilles. Ainsi des valeurs de SLA fortes, caractérisent des plantes à croissance rapide produisant de grandes feuilles mais dont la longévité est faible (Westoby 1999) ; de fortes valeurs de LDMC caractérisent des plantes dont les organes foliaires accumulent des nutriments et constituent d'importants pools de stockage donc avec un faible turn over des tissus. Non seulement, ces deux traits reflètent des stratégies écologiques divergentes en tant que traits foliaires reliés à la fonction d'acquisition et stockage des nutriments, mais de plus il est intéressant d'étudier leur relation afin de tester s il existe une relation de compensation entre ces deux traits et si cette corrélation existe toujours lorsque l on prend la phylogénie en compte (trade off évolutif). 4

5 Figure 1: Arbre phylogénétique de 208 espèces de la vallée de la Guisane (au niveau des ordres) 5

6 I Matériel et Méthode Acquisition des données sur les traits fonctionnels Le site d'étude est la vallée de la Guisane (Hautes Alpes, France) qui s'étend sur 20 km entre Briançon et le col du Lautaret. Cent sept communautés végétales ont été étudiées sur ce site, leur répartition se fait sur un large gradient d'altitude ( m). La stratégie d'échantillonnage et de mesures des traits fonctionnels a été élaborée pour compléter les bases de données du LECA déjà existantes de façon à obtenir une représentativité totale de 80% de couverture végétale. La campagne Diversitalp de l'été 2008 a ainsi échantillonné cent espèces végétales. Douze individus de chaque espèce ont été échantillonnés sur le terrain et conservé en milieu frais et humide afin de les préserver de la dessiccation. Les individus collectés étaient séparés de plusieurs mètres sur le site afin d'éviter d'échantillonner des clones ou des individus génétiquement proches, ainsi que des individus présents dans des conditions micro environnementales similaires (limitation de la pseudo réplication dans nos données). Les traits foliaires SLA (specific leaf area) et LDMC (leaf dry matter content) étaient ensuite estimés, à partir de la masse fraîche, de la surface foliaire mesurée en laboratoire par scanner HP grâce au logiciel MideBMP (entre 0 et 5% d'erreur) et la masse sèche foliaire mesurée sur une balance de précision (micro gramme) après quatre jours à l étuve (60 C). II Analyse phylogénétique 1. Arbre L'analyse a été effectuée à partir d'un super arbre (Figure 1) restreint aux espèces contenues dans la base de données et dont à la fois les valeurs de SLA et de LDMC étaient disponibles. L'arbre phylogénétique comporte ainsi 208 feuilles. De nombreux embranchements, notamment au niveau des genres ne sont pas résolus et sont donc polytomiques. L'arbre phylogénétique a été construit grâce à la compilation de phylogénies (approche du «superarbre» réalisées par différents partenaires du projet DIVERSITALP. L'élaboration de ce super arbre n'est pas le sujet de ce travail, ainsi je n'ai pas participé à son élaboration. 2. Outils statistiques Différentes méthodes ont été utilisées afin d'analyser les données de traits d'un point de vue phylogénétique. Toutes ont été appliquées grâce au logiciel R (Ihaca, R, Gentleman R., R : a language for data analysis and graphics. Journal of Computational and Graphical Statistics ) 1. Le et (Pagel 1999, Verdù 2006) : La démarche consiste à appliquer différents modèles aux données phylogénétiques en faisant varier le paramètre concerné. Ce paramètre modifie les longueurs de branches pour arriver au modèle le plus vraisemblant*, c'est à dire celui prédisant au mieux le patron évolutif du trait.. Le paramètre est simil * aire à l'indice développé par Blomberg (2002) pour détecter un signal phylogénétique, c'est à dire la tendance pour des taxons proches d'avoir des caractères proches. Une * cf. Glossaire 6

7 valeur de nulle indique une absence de signal phylogénétique, cela indique que le trait a évolué comme sur une phylogénie en étoile (toutes les espèces sont équidistances entre elles, sans relations phylogénétiques). Une valeur de égale à 1 indique que le trait évalue exactement tel que la topologie originale de la phylogénie le suggérait. Le mode de l'évolution est mesurée par la comparaison des vraisemblances de modèles avec différentes valeurs de. Ce paramètre raccourcit ou étire individuellement les branches de l'arbre phylogénétique ; ainsi une valeur de supérieure à 1 indique que les longues branches ont besoin d'être plus étirées que les branches courtes, traduisant une accélération de l'évolution du trait le long des plus longues branches.. Une valeur inférieure à 1 traduisant plutôt une conservation du trait sur les branches plus longues (donc trait plutôt statique). Une valeur de nulle indique un cas de ponctualisme, c'est à dire un trait dont le changement est rapide sur une courte période de temps (évolution par paliers), tandis qu'une valeur de égale à 1 indique un cas de gradualisme, c'est àdire un trait dont la vitesse de changement est constante au cours du temps. Le tempo de l'évolution du caractère est mesuré par. Ce paramètre représente la puissance à laquelle sont élevées les chemins évolutifs (distance de la racine aux feuilles). Si ce paramètre est inférieur à 1, cela signifie que les chemins évolutifs courts contribuent plus à l'évolution du caractère que les chemins longs. Ce qui est cohérent avec des cas de divergences précoces du trait. Inversement, une valeur de supérieure à 1 traduit une radiation tardive du trait. Les vraisemblances associées à ces trois modèles ont été comparées à celles de modèles pour des valeurs de paramètre (, fixées à 0 ou à 1, ces valeurs de paramètre correspondant à des «valeurs frontière» (cf. paragraphe précédent). Les p values associées ont ensuite été calculées par approximation du ratio de vraisemblance* par la loi de chi2 à un degré de liberté *. Le script associé est disponible en annexe. Le script utilise notamment la fonction fitcontinuous contenue dans la librairie R «geiger» 2. Orthogramme (Ollier et al. 2005) Cette méthode consiste à traduire la topologie de l'arbre phylogénétique par une matrice et de déduire la base orthornomée associée.. Il convient de noter que la démarche ne prend pas en compte les longueurs de branches de la phylogénie et se focalise uniquement sur les noeuds (topologie). Au final, la base orthonormée résume ainsi chaque noeud de l'arbre par un ou plusieurs (dans le cas de polytomies) vecteurs de la base orthonormée (cf. Figure 1). La décomposition de la variance du trait selon Figure 2: Représentation des vecteurs de la base les vecteurs de la base orthonormée permet orthonormée pour un arbre fictif. Les vecteurs B donc de calculer la contribution de chaque i sont ceux de la base orthonormée et L vecteur de la base à la variabilité actuelle du i, ceux associés à chacune des feuilles de l'arbre. (Ollier et trait. Ces contributions sont comparées à un al. 2005) modèle nul (par randomisation des feuilles de l'arbre phylogénétique). La fonction orthogram() disponible sous R au sein de la librairie ade4, fournit également quelques * Cf. Glossaire 7

8 outils permettant d'interpréter cette décomposition. Elle renvoit l'orthogramme proprement dit, c'està dire la contribution de chaque vecteur à la variance du trait, ainsi que l'orthogramme cumulé. De plus, quatre indices sont calculés : Soit r i la composante du vecteur «trait» centré et standardisé (à partir du vecteur x contenant les valeurs de traits pour chacune des feuilles) le long du vecteur i (compris entre 1 et (t 1) où t est le nombre de feuilles de l'arbre phylogénétique) de la base orthonormée. R2max x =max r 1 2,...,r t 1 Cet indice permet de constater si un vecteur de la base contribue dans une large mesure à la variance totale, c'est à dire qu'un noeud de l'arbre contribue beaucoup à la variance du trait, ce dernier étant ensuite conservé dans les branches descendantes. m i= 1 r i 2 m t 1 Cet indice permet de constater une dépendance plus diffuse de la variance du trait dans l'arbre phylogénétique en calculant l'écart maximum de l'orthogramme cumulatif à la droite d'évolution moyenne. t 1 2 SkR2k x = ir i i=1 Cet indice permet de calculer une distribution de la variance plutôt au niveau de la racine ou au niveau des feuilles, c'est à dire de constater une divergence plutôt précoce ou tardive. t 1 SCE x = i=1 2 r 2 2 i r i 1 Cet indice permet de calculer la variation locale moyenne des valeurs de l'orthogramme. 3. Divergence et contribution des noeuds (Moles et al. 2005) : Un script (disponible en annexe) destiné à être utilisé sur R a été codé pour intégralement reprendre cette analyse. Moles passe par une estimation des caractères ancestraux utilisant la méthode des contrastes phylogénétiquement indépendants (PIC) de Felsenstein (1985), néanmoins cette étude lui a préféré la méthode GLS (generalized least squares, Martins et Hansen 1997) s'appuyant sur une hypothèse d'évolution brownienne* (ce qui revient à la méthode PIC). Ce choix s'est justifié par la comparaison de plusieurs méthodes d'évaluation * des caractères ancestraux et la constatation de la présence d'un outlayer* dans le set de caractères ancestraux évalué par la méthode PIC. De plus, le problème des polytomies* (que la méthode ne prend pas en charge) a été résolu par l'ajout d'embranchements aléatoires permettant d'obtenir un arbre phylogénétique entièrement dichotomique. Les branches supplémentaires sont alors de longueurs nulles. Afin d'évaluer l'impact de cette transformation sur la valeur de caractère ancestral attribuée à un noeud polytomique, un arbre polytomique (39 espèces et 9 noeuds internes)a été résolu cent fois en arbre dichotomique et la valeur du caractère ancestral de la racine a été évaluée. Cette dernière reste identique. On peut en déduire que cet ajout d'embranchement ne modifie pas l'évaluation du caractère ancestral, ce qui peut, par ailleurs, s'expliquer par la nullité des branches ajoutées. Par la suite, l'analyse a été conduite à partir de l'arbre original sans tenir compte des noeuds ajoutés pour les besoins du calcul des états ancestraux afin de ne pas sous estimer l'importance des noeuds polytomiques dans le calcul de leur divergence et leur contribution L'amplitude de divergence a ensuite été calculée pour chaque noeud, il s'agit de la racine carrée de * Cf. Glossaire 8

9 la somme des différences entre les valeurs de caractères des noeuds fils et du noeud père. La contribution de chaque noeud a également été déterminée, cet indice permet d'estimer la contribution du noeud à la variance actuelle du trait dans tout l'arbre. Les détails des calculs sont disponibles en annexe. Afin d'évaluer leur significativité, ces résultats ont été comparés avec ceux obtenus par 999 randomisations des feuilles de l'arbre phylogénétique. Cela constitue également une différence avec la démarche de Moles qui n'utilise ces randomisations que pour l'étude des amplitudes de divergence (voir discussion) Afin de pouvoir comparer les valeurs d'amplitude de divergence et de contribution, pour chaque noeud, la moyenne des contributions et des amplitudes de divergences obtenues lors des randomisations a été calculée. «L'anomalie» de divergence et de contribution a ensuite été calculée en soustrayant cette moyenne aux valeurs observées de divergence et de contribution. 4. Phylogenetic least squares model (Martins et Hansen 1997 ; Ross Ibarra 2007) ou PGLS Cette méthode permet, entre autres, de calculer la corrélation entre deux traits en prenant en compte des relations phylogénétiques qui relient les espèces. De plus, le modèle proposé par Martins permet d'évaluer le paramètre qui reflète la contrainte évolutive. Une valeur nulle illustre une croissance linéaire de la divergence phénotypique entre espèces avec la distance phylogénétique et revient à une hypothèse d'évolution brownienne (divergence aléatoire ou pression de sélection variable) et à la méthode PIC de Felsenstein. Un GLS avec une valeur de non nulle fait l'hypothèse d'une croissance exponentielle de la divergence phénotypique avec la distance phylogénétique. Le modèle GLS converge vers un modèle classique de corrélation entre valeurs indépendantes quand tend vers l'infini. Cette démarche a été effectuée avec le logiciel Compare (Martins 2004). 9

10 Résultats I et de Pagel Paramètre Valeur du paramètre log likelihood* AICc* p value par rapport à la valeur 0 p value par rapport à la valeur e e e 05 Tableau 1: Profil évolutif du SLA * Paramètre Valeur du paramètre log likelihood AICc p value par rapport à la valeur 0 p value par rapport à la valeur e e e e 02 Tableau 2: Profil évolutif du LDMC Les indices de Pagel indique donc que le SLA et le LDMC ont deux patrons évolutifs distincts, en effet, on constate que le LDMC semble avoir subi une diversification ancienne et un mode évolutif de type ponctué (la valeur de kappa n'est pas significative par rapport à la valeur nulle). En revanche, le SLA bien que présentant un signal phylogénétique certain a plutôt subi une radiation tardive et présente un mode évolutif du type gradualisme* (la valeur de kappa n'est pas significativement différente de 1) et le paramètre lambda associé n'est pas significativement différent de 0. * Cf. Glossaire 10

11 II Orthogramme 1. SLA Figure 3: Orthogramme du SLA Test Valeur observée P value R2Max SkR2k Dmax SCE Tableau 3: Indicateurs statistiques de l'orthogramme du SLA 11

12 2. LDMC Figure 4: Orthogramme du LDMC Test Valeur observée P value R2Max SkR2k Dmax SCE Tableau 4: Indicateurs statistiques de l'orthogramme du LDMC La décomposition orthonormale d'ollier ne détecte pas de profil particulier dans le patron évolutif du SLA. On peut néanmoins noter quelques noeuds dont le coefficient élevé au carré, qui peut être interprété comme la contribution à la variance totale du trait, est significativement plus grand que ceux obtenus par les randomisations. En revanche, le profil du LDMC présente un profil très marqué indiquant une évolution concentrée dans les premiers noeuds de la phylogénie, ce qui visuellement est indiqué par la présence de pics très élevés dans les premiers vecteurs de l'orthogramme. Cela est confirmé par les quatre indices statistiques qui viennent corroborer cette proposition. 12

13 III Amplitude de divergence et contribution Figure 5: Amplitude de divergence et contribution des noeuds à la variance du SLA. L'anomalie représente l'écart de l'amplitude de divergence ou de la contribution à la moyenne des valeurs obtenues pour les 999 randomisations des valeurs de traits. Les résultats obtenus par la méthode de Moles semblent indiquer une absence de patron évolutif clair concernant l'évolution du SLA. Les amplitudes de divergences et les contributions semblent se répartir autour d'une valeur moyenne constante au cours du temps ; l'analyse détaillée indique peu de valeurs significatives par rapport aux randomisations y compris concernant les valeurs les plus élevées (cf. annexe). 13

14 Figure 6: Amplitude de divergence et contribution du LDMC Le premier graphe de la Figure 6 indique que les amplitudes de divergence diminuent quand la distance phylogénétique à la racine augmente. Cette tendance est encore plus marquée quand on s'intéresse à l'anomalie de divergence. L'amplitude des divergences prend ainsi des valeurs plus faibles que celles obtenues après randomisation (représentant l'hypothèse nulle) en approchant des feuilles de l'arbre phylogénétique. Les contributions indiquent une nette prédominance de la racine par rapport aux autres noeuds. Ces derniers noeuds ont ensuite des valeurs assez homogènes avec une certaine baisse observable en échelle logarithmique (Figure 7). 14

15 Figure 7: Corrélation entre les moyennes de randomisation des contributions et le nombre de noeuds fils et comparaison avec les contributions du SLA Ces résultats sont donc concordants avec l'idée d'une radiation précoce du LDMC et un conservatisme du trait dans les branches plus récentes. On notera néanmoins que comme pour les résultats du SLA, on observe que peu de valeurs significatives parmi les plus grandes valeurs de divergences. En revanche, les contributions indiquent des noeuds ayant une contribution importante et significative. Ces deux graphes (Figure 8) permettent d'apprécier un certain biais existant dans les valeurs de contribution. On voit en effet qu'il existe une corrélation élevée (0.9) entre la moyenne des randomisation qui est donc indépendante des valeurs de traits (on obtient ainsi les mêmes moyenne de randomisation pour le SLA et le LDMC) et le nombre de noeuds fils. Ce biais est par ailleurs important, car comme on peut le constater, il existe des valeurs élevées de contribution pour des noeuds possédant un grand nombre de noeuds fils, qui sont en réalité très proches de la moyenne de randomisation qui leur est associée. 15

16 IV Etude de la corrélation entre caractères Un premier aperçu de la relation entre SLA et LDMC indique une relation décroissante entre les deux traits. De plus, on constate qu'une relation linéaire significative (p value < 10 6 ) avec une corrélation de 0,35. Les plantes à fort LDMC et faible SLA sont des plantes à feuilles plus coriaces et comprennent les conifères (Pinus, Larix, Juniperus), des Ericacées (Vaccinium, Arctostaphylos) ainsi que dans une moindre ampleur certaines Poacées (Festuca, Nardus) et certains arbres typiques de milieux montagnards ou frais (Salix, Sorbus). A l'opposé, on trouve des plantes de type herbacé à fort SLA et faible LDMC. A l'écart de ces tendances (outliers), on trouve des plantes à feuilles charnues à faible LDMC et SLA, il s'agit de Crassulacées (Sempervivum). La méthode GLS nous permet de tester plusieurs modèles différents d évolution des traits. Le modèle brownien a été testé (équivalent à la méthode PIC de Felsenstein) ainsi que le modèle utilisant la matrice de variance/covariance d'ornstein Uhlnbeck, la Figure 8: Corrélation entre SLA et LDMC (en vraisemblance de ces deux modèles a ensuite bleu,corrélation classique ; en violet, corrélation par été comparée à celle du modèle non la méthode PGLS) phylogénétique pour obtenir une p value. Méthode PGLS Modèle brownien Modèle non phylogénétique 15,5 0 na Log likelihood P value < / Pente Ordonnée à l'origine Coefficient de corrélation Tableau 5: Corrélations obtenues par la méthode GLS On constate que le modèle PGLS est celle présentant la meilleure vraisemblance. Le coefficient de corrélation entre les deux traits est ainsi à 0.46 en prenant en compte l'information génétique. Néanmoins, cette augmentation de la corrélation grâce à l'intégration de la phylogénie n'est pas très importante ( 0.46 contre 0.35). La corrélation phylogénétique entre les deux caractères reste donc limitée 16

17 Discussion Patron évolutif du SLA et du LDMC Les différentes méthodes employées fournissent des réponses cohérentes. Il est ainsi net que le patron évolutif que semble suivre le LDMC est celui d'une radiation précoce (Tableau 2, Tableau 4 Figure 6). Cela entraîne un fort signal phylogénétique (Tableau 2)étant donné le fort conservatisme phylogénétique de ce trait dans les noeuds au delà des premières divergences. Cela se manifeste par les faibles valeurs d'amplitude de divergence des noeuds les plus récents, fait qui se retrouve aussi bien dans la méthode de Moles que d'ollier. De même, les trois méthodes semblent montrer que le SLA a un profil évolutif peu tranché. Les méthodes de Moles et d'ollier n'indiquent aucune tendance globale nette. La méthode de Pagel indique un signal phylogénétique moyen ainsi qu'un indice élevé. Cela signifie que le trait a subi une radiation tardive et donc un conservatisme phylogénétique faible, ce qui n'est en revanche pas détectée par les deux autres méthodes. La méthodes de Moles indiquent des contributions importantes de certains noeuds sans pour autant qu'il y ait de corrélation particulière avec la distance phylogénétique à la racine. Le profil de l'orthogramme d'ollier s'interprète comme un cas où la dépendance phylogénétique n'est pas significative, ce qui est confirmé avec la valeur du paramètre, non significativement différente de 0. Ceci indique un moins fort conservatisme phylogénétique. Le SLA semble donc être un trait fonctionnel plus labile et moins contraint par la sélection naturelle que le LDMC. Corrélation des deux patrons d'évolution Les deux traits présentent une corrélation significative qui indique que ces deux caractères sont liés, ce qui n'est guère étonnant étant donné qu'ils se rapportent tout deux au même organe végétatif. Les plantes à fort SLA possèdent un faible LDMC et inversement. On remarque que l'ajout de la contrainte phylogénétique par le biais du modèle d'ornstein Uhlnbeck améliore le coefficient de corrélation du modèle linéaire ce qui confirme la tendance globale que l'on a pu observer avec un modèle linéaire classique. Le modèle exponentiel se révèle plus approprié, ce qui concorde avec les conclusions précédentes indiquant que l'évolution des traits est soumis à des contraintes évolutives. Cela est cohérent avec les stratégies écologiques que reflètent ces traits fonctionnels. En effet, les végétaux à fort SLA et faible LDMC sont des plantes donc la croissance sera rapide et l'acquisition des ressources efficace à court terme par rapport à la matière organique investie. En revanche, les structures foliaires ont une moins grande longévité car plus fragiles (plus sensibles à la dessiccation par exemple). A l'inverse, les plantes à fort LDMC et faible SLA, présentent une croissance moins rapide mais des feuilles à plus grande longévité, ce qui permet à ces feuilles de stocker des nutriments notamment l'azote. (Westoby 1988). On remarque également que le paramètre est élevé, ce qui indique que l'autocorrélation phylogénétique donnant le modèle le plus vraisemblable n'est pas très importante, ce qui peut explique l'augmentation modérée de la valeur absolue du coefficient de corrélation. On peut relier cette faible autocorrélation au fait que les deux patrons évolutifs sont globalement découplés et que les fortes divergences évolutives ne correspondent pas. Critique de la démarche de Moles L'article de Moles indique l'utilisation de randomisations des valeurs de traits pour évaluer la significativité des résultats. Il apparaît que l'étude ici présente ne met en valeur que peu de valeurs 17

18 significatives (cf. Annexe) même parmi les noeuds les plus importants. Or une valeur de contribution ou d'amplitude de divergence même élevée et non significative indique qu'en moyenne, même après randomisation des valeurs et donc perte du lien phylogénétique entre celles ci, ce noeud possède encore une contribution ou une amplitude de divergence élevée ; ceci est d'autant plus gênant que l'analyse de Moles met en valeur les noeuds possédant les contributions ou divergences les plus élevées. On peut alors se demander si les indices de contribution et d'amplitude de divergence possèdent un biais qui les rend trop dépendants de la topologie de l'arbre phylogénétique par rapport aux valeurs de traits attribués aux feuilles. Il apparaît en effet que la moyenne des randomisations des contribution est variable selon le noeud (contrairement à ce que donne la méthode d'ollier) et se corrèle très bien au nombre de noeuds fils du noeud étudié (Figure 8), ce qui n'est pas surprenant, compte tenu de la formule de l'indice de contribution. Ce biais est donc particulièrement important pour des arbres comprenant de nombreuses polytomies comme celui étudié ici. Ceci justifie l'usage de «l'anomalie» en particulier pour l'indice de contribution. De plus, la démarche de Moles semble peu adaptée à l'étude de traits fonctionnels tel que le LDMC qui présente dans la phylogénie étudiée ici, un patron évolutif très marqué. En effet, l'estimation des caractères ancestraux reposent sur l'hypothèse d'une évolution brownienne du trait (Felsenstein 1985) ; hors ce modèle semble totalement inapproprié pour un trait tel que le LDMC dont le profil n'est clairement pas celui d'une évolution brownienne. Si on se reste dans le cadre d'étude proposé par Moles (reconstruction de caractères ancestraux), il pourrait être intéressant de comparer les résultats obtenus pour différents méthodes de calcul de caractères ancestraux notamment prenant en compte une sélection évolutive. Néanmoins, il n'existe que peu de méthodes de reconstruction de caractères ancestraux adaptés à cela. Comparaison des trois méthodes Les trois méthodes présentent des stratégies différentes. La méthode de Pagel s'appuie sur l'étude de la vraisemblance de différents modèles s'appuyant sur la modifications des longueurs de branches pour déterminer des profils évolutifs sur l'ensemble de l'arbre phylogénétique. Elle permet notamment également de quantifier le mode évolutif ainsi que le «signal phylogénétique» en plus du tempo. La démarche d'ollier et de Moles relèvent elles d'une analyse statistique qui permet de tirer des informations sur chacun des noeuds. L'orthogramme d'ollier présente la particularité de ne s'appuyer que sur les noeuds. Cela permet de se détacher de l'information parfois peu fiable selon l'auteur que donnent les longueurs de branches en particulier pour des super arbres, cela conduit néanmoins à une perte d'information. Ainsi l'étude d'arbres phylogénétiques présentant des longueurs de branches contrastées conduit à des résultats contradictoires entre la méthode d'ollier et de Pagel. Enfin la méthode de Moles s'appuie, elle, sur l'estimation de caractères ancestraux pour déterminer l'amplitude de divergence et la contribution de chaque noeud. Néanmoins, il apparaît que l'indice de contribution possède un biais intrinsèque qui conduit à sa surévaluation pour des noeuds polytomiques ce qui peut s'avérer gênant pour des arbres possédant des très fortes polytomies dues à une non résolution de certains embranchements. L'usage de «l'anomalie», c'est à dire de la différence entre la valeur de contribution ou de divergence et la moyenne obtenue par les randomisations (qui traduit le biais phylogénétique) permet de rendre plus comparables les valeurs attribuées aux différents noeuds. Il est finalement intéressant de constater que les grandes tendances données par ces trois méthodes 18

Traits fonctionnels : concepts et caractérisation exemples des prairies Marie-Laure Navas, Eric Garnier, Cyrille Violle, Equipe ECOPAR

Traits fonctionnels : concepts et caractérisation exemples des prairies Marie-Laure Navas, Eric Garnier, Cyrille Violle, Equipe ECOPAR Traits fonctionnels : concepts et caractérisation exemples des prairies Marie-Laure Navas, Eric Garnier, Cyrille Violle, Equipe ECOPAR Ecole Chercheurs AgroEcologie 5-8 Juin 2012 1 Diversité spécifique

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN Dans cette leçon nous définissons le modèle de plus court chemin, présentons des exemples d'application et proposons un algorithme de résolution dans le cas où les longueurs

Plus en détail

Structures de données non linéaires

Structures de données non linéaires Structures de données non linéaires I. Graphes Définition Un graphe (simple) orienté G est un couple (S, A), où : S est un ensemble dont les éléments sont appelés les sommets. A est un ensemble de couples

Plus en détail

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées :

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées : a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. Nous nous limiterons ici à l'analyse discriminante linéaire et à deux groupes : - linéaire, la variante utilisée par ALTMAN

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Exemple 1: Diamètres des injecteurs de carburant Problème Un fabricant d'injecteurs de carburant installe un nouveau système de mesure numérique. Les

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

1. Vocabulaire : Introduction au tableau élémentaire

1. Vocabulaire : Introduction au tableau élémentaire L1-S1 Lire et caractériser l'information géographique - Le traitement statistique univarié Statistique : le terme statistique désigne à la fois : 1) l'ensemble des données numériques concernant une catégorie

Plus en détail

Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique

Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique Année 2008/2009 1 Décomposition QR On rappelle que la multiplication avec une matrice unitaire Q C n n (c est-à-dire Q 1 = Q = Q T ) ne change

Plus en détail

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 L utilisation des indicateurs de performance ne peut se faire de manière pertinente

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

Évaluation de la régression bornée

Évaluation de la régression bornée Thierry Foucart UMR 6086, Université de Poitiers, S P 2 M I, bd 3 téléport 2 BP 179, 86960 Futuroscope, Cedex FRANCE Résumé. le modèle linéaire est très fréquemment utilisé en statistique et particulièrement

Plus en détail

Chapitre 3. Les distributions à deux variables

Chapitre 3. Les distributions à deux variables Chapitre 3. Les distributions à deux variables Jean-François Coeurjolly http://www-ljk.imag.fr/membres/jean-francois.coeurjolly/ Laboratoire Jean Kuntzmann (LJK), Grenoble University 1 Distributions conditionnelles

Plus en détail

ANTISELECTION ET CHOIX D'ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE

ANTISELECTION ET CHOIX D'ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE ANTISELECTION ET CHOIX D'ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE Yannick MACÉ Statisticien-Economiste Responsable du Secteur Analyses Techniques, Groupama (C.C.A.M.A.)

Plus en détail

Le test s'est déroulé en trois étapes successives

Le test s'est déroulé en trois étapes successives TEST SUR LES BASES BIBLIOGRAPHIQUES Rapport* du bureau Marcel van Dijk L'étude qui suit présente les résultats du test quantitatif et qualitatif de 5 bases bibliographiques disponibles en France : BNOPALE

Plus en détail

Régression linéaire. Nicolas Turenne INRA nicolas.turenne@jouy.inra.fr

Régression linéaire. Nicolas Turenne INRA nicolas.turenne@jouy.inra.fr Régression linéaire Nicolas Turenne INRA nicolas.turenne@jouy.inra.fr 2005 Plan Régression linéaire simple Régression multiple Compréhension de la sortie de la régression Coefficient de détermination R

Plus en détail

Recherche de parenté entre les vertébrés

Recherche de parenté entre les vertébrés 1 CHAPITRE A Recherche de parenté entre les vertébrés 2 Chapitre A : Recherche de parentés entre les êtres vivants Tous les êtres vivants présentent des structures cellulaires et un fonctionnement commun

Plus en détail

METHODOLOGIE : INGENIERIE DES SYSTEMES

METHODOLOGIE : INGENIERIE DES SYSTEMES METHODOLOGIE : INGENIERIE DES SYSTEMES L ingénierie de systèmes regroupe l ensemble des activités de pilotage des projets de construction effective d un système en s appuyant sur sa décomposition architecturale

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes.

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes. Introduction L'objectif de mon TIPE est la reconnaissance de sons ou de notes de musique à l'aide d'un réseau de neurones. Ce réseau doit être capable d'apprendre à distinguer les exemples présentés puis

Plus en détail

Le modèle linéaire généralisé avec R : fonction glm()

Le modèle linéaire généralisé avec R : fonction glm() SEMIN- Le modèle linéaire généralisé avec R : fonction glm() Sébastien BALLESTEROS UMR 7625 Ecologie Evolution Ecole Normale Supérieure 46 rue d'ulm F-75230 Paris Cedex 05 sebastien.ballesteros@biologie.ens.fr

Plus en détail

Travaux pratiques. Compression en codage de Huffman. 1.3. Organisation d un projet de programmation

Travaux pratiques. Compression en codage de Huffman. 1.3. Organisation d un projet de programmation Université de Savoie Module ETRS711 Travaux pratiques Compression en codage de Huffman 1. Organisation du projet 1.1. Objectifs Le but de ce projet est d'écrire un programme permettant de compresser des

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

Les métriques de coût et de budget à considérer dans tout projet

Les métriques de coût et de budget à considérer dans tout projet 1 Les métriques de coût et de budget à considérer dans tout projet Par : Abdel YEZZA, Ph.D. Réf. : 90 DAYS TO SUCCESS AS A PROJECT MANAGER, by Paul Sanghera, Ph.D. Sommaire Introduction et notions de base...

Plus en détail

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Adriana Climescu-Haulica Laboratoire de Modélisation et Calcul Institut d Informatique et Mathématiques Appliquées de

Plus en détail

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Leçon 11 PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Dans cette leçon, nous retrouvons le problème d ordonnancement déjà vu mais en ajoutant la prise en compte de contraintes portant sur les ressources.

Plus en détail

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING»

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» Gilbert Saporta Professeur de Statistique Appliquée Conservatoire National des Arts et Métiers Dans leur quasi totalité, les banques et organismes financiers

Plus en détail

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS 1 sur 9 COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS (L'article intégral est paru dans Gestions Hospitalières n 357 de juin-juillet 1996) Pour plus d'informations concernant

Plus en détail

Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1

Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1 Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1 1. a. On considère un modèle de marché (B, S) à une étape. On suppose que S = 5 C et qu à la date t = 1 on a (S u 1 = 51, S d 1 = 48).

Plus en détail

Tests non-paramétriques de non-effet et d adéquation pour des covariables fonctionnelles

Tests non-paramétriques de non-effet et d adéquation pour des covariables fonctionnelles Tests non-paramétriques de non-effet et d adéquation pour des covariables fonctionnelles Valentin Patilea 1 Cesar Sanchez-sellero 2 Matthieu Saumard 3 1 CREST-ENSAI et IRMAR 2 USC Espagne 3 IRMAR-INSA

Plus en détail

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Introduction: - Réponse d un animal à l expérimentation (diapo 1) Facteurs environnementaux et propres à l animal - Notion d animal standardisé

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

Cours (7) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012 LES STATISTIQUES INFERENTIELLES

Cours (7) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012 LES STATISTIQUES INFERENTIELLES LES STATISTIQUES INFERENTIELLES (test de Student) L inférence statistique est la partie des statistiques qui, contrairement à la statistique descriptive, ne se contente pas de décrire des observations,

Plus en détail

Normalité des rendements?

Normalité des rendements? Normalité des rendements? Daniel Herlemont 31 mars 2011 Table des matières 1 Introduction 1 2 Test de Normalité des rendements 2 3 Graphiques quantile-quantile 2 4 Estimation par maximum de vraisemblance

Plus en détail

LE QUESTIONNAIRE ISALEM : ETUDE STATISTIQUE

LE QUESTIONNAIRE ISALEM : ETUDE STATISTIQUE LE QUESTIONNAIRE ISALEM : ETUDE STATISTIQUE 1. OBJECTIFS DE L'ETUDE STATISTIQUE Le traitement statistique des données a été effectué par le Professeur A. ALBERT du Centre Interdisciplinaire de Statistique

Plus en détail

TECH. INFOTECH # 34 Solvabilité 2 : Le calcul du capital économique dans le cadre d un modèle interne. Introduction

TECH. INFOTECH # 34 Solvabilité 2 : Le calcul du capital économique dans le cadre d un modèle interne. Introduction INFO # 34 dans le cadre d un modèle interne Comment les méthodes d apprentissage statistique peuvent-elles optimiser les calculs? David MARIUZZA Actuaire Qualifié IA Responsable Modélisation et Solvabilité

Plus en détail

RapidMiner. Data Mining. 1 Introduction. 2 Prise en main. Master Maths Finances 2010/2011. 1.1 Présentation. 1.2 Ressources

RapidMiner. Data Mining. 1 Introduction. 2 Prise en main. Master Maths Finances 2010/2011. 1.1 Présentation. 1.2 Ressources Master Maths Finances 2010/2011 Data Mining janvier 2011 RapidMiner 1 Introduction 1.1 Présentation RapidMiner est un logiciel open source et gratuit dédié au data mining. Il contient de nombreux outils

Plus en détail

Recherche dans un tableau

Recherche dans un tableau Chapitre 3 Recherche dans un tableau 3.1 Introduction 3.1.1 Tranche On appelle tranche de tableau, la donnée d'un tableau t et de deux indices a et b. On note cette tranche t.(a..b). Exemple 3.1 : 3 6

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

EXEMPLE : FAILLITE D ENTREPRISES

EXEMPLE : FAILLITE D ENTREPRISES EXEMPLE : FAILLITE D ENTREPRISES Cet exemple a pour objectif d étudier la faillite d entreprises. Les données proviennent de l ouvrage de R.A.Johnson et D.W Wichern : «Applied Multivariate Statistical

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

RAPPORT DE PROJET DATA MINING

RAPPORT DE PROJET DATA MINING DEA 127 : INFORMATIQUE SYSTEMES INTELLIGENTS RAPPORT DE PROJET DATA MINING «Analyse des endettements par niveau de développement des pays» Réalisé par : BELEM MAHAMADOU Sous la direction de : M. EDWIN

Plus en détail

L'évolution de VISUAL MESSAGE CENTER Architecture et intégration

L'évolution de VISUAL MESSAGE CENTER Architecture et intégration L'évolution de VISUAL MESSAGE CENTER Architecture et intégration Sommaire Résumé exécutif Base technologique : VISUAL Message Center 2 3 VISUAL Message Center Core Engine VISUAL Message Center Extended

Plus en détail

Ebauche Rapport finale

Ebauche Rapport finale Ebauche Rapport finale Sommaire : 1 - Introduction au C.D.N. 2 - Définition de la problématique 3 - Etat de l'art : Présentatio de 3 Topologies streaming p2p 1) INTRODUCTION au C.D.N. La croissance rapide

Plus en détail

Projetde SériesTemporelles

Projetde SériesTemporelles COMMUNAUTE ECONOMIQU E ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (CEMAC) INSTITUT SOUS REGIONAL DE STATISTIQUES ET D ECONOMIE APPLIQUEE (ISSEA) Projetde SériesTemporelles MODELISATION DE LA RENTABILITE DE L INDICE

Plus en détail

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA)

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) I. L'intérêt de la conversion de données, problèmes et définitions associés. I.1. Définitions:

Plus en détail

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE)

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : STIC POUR L'ECOLOGIE

Plus en détail

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE MODELISER L IMPACT DES CHANGEMENTS DEMOGRAPHIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX SUR L EVOLUTION DES ARBRES Le module Luberon Version 2010 Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE Ecologie

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

4. Verdissement, une PAC plus verte

4. Verdissement, une PAC plus verte 4. Verdissement, une PAC plus verte Aides Couplées JA Verdissement Paiement redistributif DPB Trois obligations à respecter : 1. Diversification des assolements 2. Maintien des prairies permanentes 3.

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

La classification automatique de données quantitatives

La classification automatique de données quantitatives La classification automatique de données quantitatives 1 Introduction Parmi les méthodes de statistique exploratoire multidimensionnelle, dont l objectif est d extraire d une masse de données des informations

Plus en détail

Module d'analyse des données

Module d'analyse des données *** Année 2007 *** Module d'analyse des données P.L. Toutain, A. Bousquet-Mélou UMR 181 de Physiopathologie et Toxicologie Expérimentales INRA/ENVT Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse 24/04/2007 Avant

Plus en détail

Marketing quantitatif M2-MASS

Marketing quantitatif M2-MASS Marketing quantitatif M2-MASS Francois.Kauffmann@unicaen.fr UCBN 2 décembre 2012 Francois.Kauffmann@unicaen.fr UCBN Marketing quantitatif M2-MASS 2 décembre 2012 1 / 61 Première partie I Analyse Analyse

Plus en détail

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque FNCTINS I Généralités sur les fonctions Définitions Soit D une partie de l'ensemble IR. n définit une fonction f de D dans IR, en associant à chaque réel de D, un réel et un seul noté f() et que l'on appelle

Plus en détail

Le calcul du barème d impôt à Genève

Le calcul du barème d impôt à Genève Le calcul du barème d impôt à Genève Plan : 1. Historique Passage d un système en escalier à une formule mathématique 2. Principe de l imposition Progressivité, impôt marginal / moyen ; barème couple/marié

Plus en détail

Statistiques Descriptives à une dimension

Statistiques Descriptives à une dimension I. Introduction et Définitions 1. Introduction La statistique est une science qui a pour objectif de recueillir et de traiter les informations, souvent en très grand nombre. Elle regroupe l ensemble des

Plus en détail

L évolution des indicateurs sur l enfance Identifier des indicateurs centrés sur l enfant pour élaborer les politiques de l enfance¹

L évolution des indicateurs sur l enfance Identifier des indicateurs centrés sur l enfant pour élaborer les politiques de l enfance¹ L évolution des indicateurs sur l enfance Identifier des indicateurs centrés sur l enfant pour élaborer les politiques de l enfance¹ Asher Ben-Arieh, PhD Rédacteur en chef, Child Indicators Research Adjoint

Plus en détail

Quelques analyses simples avec R en écologie des communautés

Quelques analyses simples avec R en écologie des communautés Jérôme Mathieu janvier 2007 Quelques analyses simples avec R en écologie des communautés 1 Visualisation des données... 2 Aperçu rapide d'un tableau de données... 3 Visualiser les corrélations entre des

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Le taux d'actualisation en assurance

Le taux d'actualisation en assurance The Geneva Papers on Risk and Insurance, 13 (No 48, July 88), 265-272 Le taux d'actualisation en assurance par Pierre Devolder* Introduction Le taux d'actualisation joue un role determinant dans Ia vie

Plus en détail

Séance 8 : Régression Logistique

Séance 8 : Régression Logistique Séance 8 : Régression Logistique Sommaire Proc LOGISTIC : Régression logistique... 2 Exemple commenté : Achat en (t+1) à partir du sexe et du chiffre d affaires de la période précédente. 4 La régression

Plus en détail

DETERMINATION DE L INCERTITUDE DE MESURE POUR LES ANALYSES CHIMIQUES QUANTITATIVES

DETERMINATION DE L INCERTITUDE DE MESURE POUR LES ANALYSES CHIMIQUES QUANTITATIVES Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Administration des Laboratoires Procédure DETERMINATION DE L INCERTITUDE DE MESURE POUR LES ANALYSES CHIMIQUES QUANTITATIVES Date de mise en application

Plus en détail

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation )

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation ) DÉRIVÉES I Nombre dérivé - Tangente Eercice 0 ( voir animation ) On considère la fonction f définie par f() = - 2 + 6 pour [-4 ; 4]. ) Tracer la représentation graphique (C) de f dans un repère d'unité

Plus en détail

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346 La proposition de la Commission pour la révision du Règlement "faillite": une deuxième chance pour les entreprises en difficulté Durant le mois de mars 2012, une consultation publique a été lancée, sollicitant

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail

chapitre 4 Nombres de Catalan

chapitre 4 Nombres de Catalan chapitre 4 Nombres de Catalan I Dénitions Dénition 1 La suite de Catalan (C n ) n est la suite dénie par C 0 = 1 et, pour tout n N, C n+1 = C k C n k. Exemple 2 On trouve rapidement C 0 = 1, C 1 = 1, C

Plus en détail

Travaux pratiques avec RapidMiner

Travaux pratiques avec RapidMiner Travaux pratiques avec RapidMiner Master Informatique de Paris 6 Spécialité IAD Parcours EDOW Module Algorithmes pour la Fouille de Données Janvier 2012 Prise en main Généralités RapidMiner est un logiciel

Plus en détail

Scalimétrie 211 VARIABILITE DES MESURES SCALIMETRIQUES CHEZ LES COREGONES DU LAC D'ANNECY

Scalimétrie 211 VARIABILITE DES MESURES SCALIMETRIQUES CHEZ LES COREGONES DU LAC D'ANNECY Scalimétrie 211 VARIABILITE DES MESURES SCALIMETRIQUES CHEZ LES COREGONES DU LAC D'ANNECY Daniel GERDEAUX' RESUME La variabilité des mesures scalimétriques chez les corégones du lac d'annecy a été étudiée

Plus en détail

Pratique des options Grecs et stratégies de trading. F. Wellers

Pratique des options Grecs et stratégies de trading. F. Wellers Pratique des options Grecs et stratégies de trading F. Wellers Plan de la conférence 0 Philosophie et structure du cours 1 Définitions des grecs 2 Propriétés des grecs 3 Qu est ce que la volatilité? 4

Plus en détail

Quelles représentations des interactionsbiotiques dans les modèles?

Quelles représentations des interactionsbiotiques dans les modèles? Session 1. Quelles représentations des interactionsbiotiques dans les modèles? Exemple du Modèle GEMINI Nicolas Gross, Vincent Maire, Jean François Soussana Nicolas Gross Chargé de recherche 1 er Classe

Plus en détail

Répartition des coûts du compte de pass-on par catégorie de consommateurs

Répartition des coûts du compte de pass-on par catégorie de consommateurs Répartition des coûts du compte de pass-on par catégorie de consommateurs Coûts et caractéristiques de la consommation Plan de travail 1. Retour sur le suivi de la rencontre du 17 mai 1.1 Illustration

Plus en détail

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Titre : SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dan[...] Date : 09/11/2011 Page : 1/9 SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Résumé On teste les éléments paraxiaux

Plus en détail

8 Certifications Minergie

8 Certifications Minergie 8 Chapitre 8 Être Minergie, est-ce aussi être «autrement»? Pour de nombreux acteurs du marché immobilier, un label de durabilité devrait s accompagner d une appréciation de la valeur de leur immeuble,

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 9 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé. Dès que le

Plus en détail

Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1

Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1 Master IMEA Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o Corrigé exercices8et9 8. On considère un modèle Cox-Ross-Rubinstein de marché (B,S) à trois étapes. On suppose que S = C et que les facteurs

Plus en détail

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ETUDE Il

Plus en détail

Techniques de DM pour la GRC dans les banques Page 11

Techniques de DM pour la GRC dans les banques Page 11 Techniques de DM pour la GRC dans les banques Page 11 II.1 Introduction Les techniques de data mining sont utilisé de façon augmentaté dans le domaine économique. Tels que la prédiction de certains indicateurs

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Chaînes de Markov au lycée

Chaînes de Markov au lycée Journées APMEP Metz Atelier P1-32 du dimanche 28 octobre 2012 Louis-Marie BONNEVAL Chaînes de Markov au lycée Andreï Markov (1856-1922) , série S Problème 1 Bonus et malus en assurance automobile Un contrat

Plus en détail

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre. Assurance qualité/contrôle qualité

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre. Assurance qualité/contrôle qualité Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre Assurance qualité/contrôle qualité Version 2, avril 2012 Public cible et objectif des supports de formation Ces supports de formation

Plus en détail

pour les compagnies d assurances non-vie relatif à l estimation des paramètres du modèle standard SST

pour les compagnies d assurances non-vie relatif à l estimation des paramètres du modèle standard SST GUIDE PRATIQUE pour les compagnies d assurances non-vie relatif à l estimation des paramètres du modèle standard SST Edition du 16 décembre 2011 But Le présent guide pratique s entend comme une aide pour

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

Les bases théoriques du numérique

Les bases théoriques du numérique Les bases théoriques du numérique 1. Différences entre signaux analogiques et signaux numériques L analogique et le numérique sont deux procédés pour transporter et stocker des données. (de type audio,

Plus en détail