Expériences d'emerson et Arnold (1932) :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Expériences d'emerson et Arnold (1932) :"

Transcription

1 3 La photosynthèse : un processus complexe en 2 phases. Diverses expériences d'incorporation de CO2 par des chlorelles (algues unicellulaires) ont permis de mettre en évidence que l'ensemble des réactions composant la photosynthèse peut être décomposé en deux groupes : Des réactions mettant directement en jeu la lumière - on parle de phase photochimique de la photosynthèse ; Des réactions plus lentes, sans utilisation directe de la lumière - on parle de phase biochimique de la photosynthèse. a) existence de deux types de réactions. Expériences d'emerson et Arnold (1932) : Ces expériences ont été réalisées sur des algues vertes unicellulaires (Chlorelles) en suspension. L incorporation du CO 2 est mesurée en lumière intermittente à l'aide d'un tube-néon intense qui produit des éclairs brefs (10 µs) séparés par des intervalles variables d obscurité (entre 1 et 40 ms).(1, 2, 3) Expérimentalement, chaque mesure est réalisée pour un total de éclairs de 10µs (soit un total de 1s de lumière) et des durées de périodes sombres comprises entre 100 s et 4000 s (soit un total d'obscurité compris entre 1,6 à 64 minutes). Influence de la durée de la période sombre sur la photosynthèse nette de chlorelles soumises à une lumière intermittente (éclairs de 10 µs). La durée totale de l'éclairement est constante. - A 25 C : une période sombre totale d environ 20 ms (2000 fois plus importante) pour obtenir une photosynthèse nette maximum. - A 5 C, la durée de la période sombre augmente, mais la photosynthèse nette maximale est la même. Conclusion : dans les conditions de cette expérience (éclairement total bref et saturant), il faut une période sombre importante pour obtenir une photosynthèse maximale. Ceci suggère que des intermédiaires sont formés à la lumière rapidement (de manière quasi insensible à la température) = réactions photochimiques, et qu'ils sont utilisés beaucoup plus lentement par des réactions chimiques (sensibles à la température) = réactions biochimiques d"assimilation du CO 2. Remarque :On parle de façon abusive de réactions dites "claires" et "sombres, mais, dans les conditions normales (lumière continue), ces deux groupes de se déroulent conjointement à la lumière. Donc, il faut préférer les termes de "réactions photochimiques" et de "réactions biochimiques d"assimilation du CO 2 " respectivement. b) La 1 er phase : une phase photochimique, initiée par la lumière. - L expérience de Hill : La production d O2 nécessite un accepteur d électrons. Hill utilise une suspension de chloroplastes isolés dans un tampon sans CO2. Il mesure les variations de dioxygène à l'aide d'une électrode à oxygène. Il ajoute à la préparation un accepteur artificiel d'électrons, le ferricyanure de potassium, K 3 Fe 3+ (CN) 6 (réactif de HILL) et travaille en lumière continue.

2 Le réactif de Hill se comporte comme un accepteur d'électron : Fe 3+ + e - Fe 2+ En absence de CO2, les chloroplastes sont capables de libérer du dioxygène, à condition qu'un accepteur d'électron (Fe 3+ ) soit présent dans le milieu. p44.html Dans les conditions naturelles de la photosynthèse, ce rôle d'accepteur d'électron est rempli par un couple redox : noté R + /RH 2. Le couple R + /RH 2 joue ainsi le rôle d'intermédiaire entre l'oxydation de l'eau et la réduction du CO2. NB : Il existe en fait une série de couples redox qui transfèrent successivement les électrons jusqu à un accepteur final, le long d une chaîne d oxydo-réductions. (Phénomène énergétiquement plus efficace : libération progressive d énergie) - Des résultats d expériences montrent la synthèse d une molécule «énergétique» dans le stroma. On note dans le stroma, suite aux réactions précédentes, l augmentation de la concentration d une molécule : l ATP (Adénosine Tri Phosphate) dans certaines conditions. l ATP est composée de : -Une base azotée (adénine) -Un sucre en C5 (ribose) -3 groupements phosphate. Cette molécule "riche en énergie" permet, par hydrolyse, la libération d'énergie ou par phosphorylation, la transformation de l'énergie lumineuse en énergie chimique potentielle; en définitive elle participe aux transferts d'énergie dans la cellule. Animation :

3 On note que l on peut superposer le % d absorption et l incorporation du 32 P. L incorporation de ce phosphate marqué par l ADP signe la synthèse d ATP. Ces 2 phénomènes sont liés, ainsi l absorption des radiations efficaces (bleue et rouge) par les chloroplastes se traduit par la synthèse d ATP, molécule «riche» en énergie. Sachant que ces radiations efficaces sont absorbées par les pigments chlorophylliens, on peut considérer que c est l énergie lumineuse, captée par la chlorophylle (brute) qui initie cette synthèse d ATP (qui nécessite de l énergie) - Recherche des conditions de synthèse d'atp par une solution de chloroplastes On réalise une série d'expériences, dont les résultats sont présentés dans le tableau ci-dessous, sur des solutions de chloroplastes. Des chloroplastes intacts, extraits de cellules, sont placés dans quatre milieux dont les conditions (composition et éclairement) diffèrent d'une expérience à l'autre. On prépare également un milieu sans chloroplastes. Dans chaque milieu, on cherche à mettre en évidence après quelques minutes la formation d'atp. Conditions Milieux Eau ADP Pi Lumière Oxydant (R) Formation d'atp Milieu oui Milieu non Milieu non Milieu non Milieu non Milieu sans chloroplastes non Pi : phosphate inorganique + signifie présence et - signifie absence. La formation de l ATP nécessite : - Le précurseur de l ATP (milieu 4) ADP - Des Pi, (groupement phosphate) qui permet la synthèse d ATP (milieu 3) - De la lumière (milieu2) qui initie les réactions de la phase «claire» en initiant la chaîne de transfert d e-. - Un oxydant (milieu 5) accepteur d e- qui accepte l e- libéré à partir de la chlorophylle excitée par la lumière. Ainsi la phase claire se caractérise - Par la réduction d un accepteur d e- (R+) - Par la synthèse d ATP Ces intermédiaires marquent le bilan de cette phase.

4 BILAN DE LA PHASE PHOTOCHIMIQUE La phase photochimique, dite claire, de la photosynthèse est une suite de réactions complexes nécessitant de la lumière et se déroulant dans la membrane des thylakoïdes. L absorption de photons par les pigments localisés dans la membrane des thylakoïdes constitue un apport d énergie qui permet un ensemble de réactions d oxydo réduction successives. Ces réactions sont réalisées grâce à des enzymes. L ensemble «protéines-pigments» est appelé chaîne photosynthétique. 1. Excitation des pigments photosynthétiques et libération d'électrons: Quand un photon lumineux est absorbé par une molécule de chlorophylle a, un électron est libéré; celui-ci change alors d'orbite en élevant son niveau d'énergie. La molécule de chlorophylle a passe alors à l'état excité en donnant un électron: Chlorophylle a -----> e - (oxydation) Cet électron instable est piégé par un accepteur d'électrons qui est réduit: T + + e > T (réduction) NB : L'état excité se propage aux molécules voisines qui constituent une "antenne collectrice", située dans les membranes des thylakoïdes, qui récupèrent et transmettent les électrons aux pigments photosynthétiques organisés en photosystèmes. 2. Transit des électrons à travers les photosystèmes de la membrane des thylakoïdes des chloroplastes. (Hors programme) Les électrons transitent à travers les photosystèmes (ensemble de pigments) de la membrane des thylakoïdes des chloroplastes. Le premier accepteur d'électrons les transfère le long d'une chaîne de réactions d'oxydo-réduction (chaîne photosynthétique) jusqu'à un dernier accepteur d'électrons qui est alors réduit: R+ (forme oxydée) + 2H + + 2e > RH 2 (forme réduite) (2) 3. Régénération du donneur d'électrons et photolyse de l'eau Pour fonctionner à nouveau la molécule de chlorophylle a, oxydée, devra revenir à l'état réduit en empruntant l'électron perdu à un autre donneur d'électrons; c'est la molécule d'eau qui fournit cet électron en subissant une oxydation ou photolyse de l'eau: H > 2 H + + 1/2 O 2 + 2e - (1) Conclusion: le dioxygène formé et rejeté par les végétaux chlorophylliens sous forme gazeuse est un "déchet" de la photosynthèse; il provient de la photolyse de l'eau dans les chloroplastes. Les protons formés H + s'accumulent dans la cavité des thylakoïdes et il se crée une différence de concentration ou gradient de protons entre la cavité des thylakoïdes et le stroma des chloroplastes. 4. Établissement d'un flux de protons qui active une une ATP synthétase (enzyme active au niveau de la membrane du thylakoïde) Approfondissement : Animation : Ainsi s'accumulent des protons H + dans le stroma; ils serviront à la régénération de R: RH 2 (forme réduite) ----> R (forme oxydée) + 2H + + 2e -

5 5. Photophosphorylation de l'atp C'est la synthèse de l'adénosinetriphosphate à partir de l'adénosinediphosphate et d'une molécule de Phosphate inorganique Pi; l'énergie nécessaire à la formation d'atp est fournie par les électrons à haute énergie qui quittent les photosystèmes (c'est une réaction qui consomme de l'énergie). ADP + Pi + énergie -----> ATP (3) Résumé: la lumière provoque: - L excitation de la chlorophylle, qui libère un e (récupéré par une chaîne de transfert d e jusqu à l accepteur final : R+) - La photolyse de l'eau, source de protons et d'électrons (qui sont cédés à la chlorophylle pour qu eele retrouve sont été stable) mais aussi du dioxygène libéré au cours de la photosynthèse (1) - Le transfert des électrons le long d'une chaîne photosynthétique (2) - La formation et le maintien d'un flux de protons indispensable à la formation de molécules énergétiques (ATP) (3) Attention des notions hors programme enu/cellule13.html

Chapitre 1 : La photosynthèse

Chapitre 1 : La photosynthèse Chapitre 1 : La photosynthèse Introduction: Les végétaux sont des êtres vivants car ils sont composés d une ou plusieurs cellules. Une cellule végétale est composée d une membrane, d un cytoplasme, d un

Plus en détail

LA PHOTOSYNTHÈSE : un mécanisme de photophosphorylation

LA PHOTOSYNTHÈSE : un mécanisme de photophosphorylation LA PHOTOSYNTHÈSE : un mécanisme de photophosphorylation Les végétaux photosynthétiques captent et transforment l'énergie solaire sous forme d'atp et de NADPH. Ces molécules sont alors utilisées pour la

Plus en détail

TP 2 : La lumière captée par les chloroplastes.

TP 2 : La lumière captée par les chloroplastes. TP 2 : La lumière captée par les chloroplastes. La photosynthèse a lieu dans les chloroplastes. Ils sont verts. Ils contiennent des pigments chlorophylliens. Au cours de la photosynthèse, l énergie lumineuse

Plus en détail

un pot de Pélargonium à feuilles panachées est mis au soleil direct pendant 4 heures. Au bout de 4heures, on cueille la feuille.

un pot de Pélargonium à feuilles panachées est mis au soleil direct pendant 4 heures. Au bout de 4heures, on cueille la feuille. un pot de Pélargonium à feuilles panachées est mis au soleil direct pendant 4 heures. Au bout de 4heures, on cueille la feuille. On la met dans l'alcool bouillant. Elle en ressort décolorée après 3 minutes.

Plus en détail

L ACTE PHOTOCHIMIQUE DE LA PHOTOSYNTHESE

L ACTE PHOTOCHIMIQUE DE LA PHOTOSYNTHESE L ACTE PHOTOCHIMIQUE DE LA PHOTOSYNTHESE Acte photochimique Réactions chimiques L ACTE PHOTOCHIMIQUE DE LA PHOTOSYNTHESE I- La lumière et son énergie. A- Les radiations lumineuses Rappel : E = hν; h constante

Plus en détail

2. La lumière, source d énergie de la photosynthèse est captée par la chlorophylle.

2. La lumière, source d énergie de la photosynthèse est captée par la chlorophylle. Hyp : la chlorophylle absorbe les photons de la lumière et convertit l énergie lumineuse pour permettre la photolyse de l eau et les oxydoréductions mises en évidence précédemment. 2. La lumière, source

Plus en détail

Les fonctions de nutrition

Les fonctions de nutrition Les fonctions de nutrition Auteur : Yves Kuster Formateur SVT ESPE de Bretagne Objectifs Ce cours en ligne vous apportera une information de base, richement illustrée, concernant les fonctions de nutrition.

Plus en détail

S'informer sur les techniques d'amélioration des cultures

S'informer sur les techniques d'amélioration des cultures 1. Objectifs : Objectifs de savoir: Mettre en évidence la présence de matière organique dans les organes de réserve de la plante et au niveau des feuilles. Déduire, dans le cas de la plante éclairée le

Plus en détail

Les deux composantes d un gradient électrochimique pour un ion (ici pour les protons).

Les deux composantes d un gradient électrochimique pour un ion (ici pour les protons). Les deux composantes d un gradient électrochimique pour un ion (ici pour les protons). Molecular Biology of the Cell. 4th edition. Alberts B, Johnson A, Lewis J, et al. New York: Garland Science; 2002.

Plus en détail

Biologie et Physiologie Végétales

Biologie et Physiologie Végétales Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis Biologie et Physiologie Végétales Autotrophie des organismes végétaux LA PHOTOSYNTHESE

Plus en détail

La chaîne respiratoire mitochondriale est associée aux crêtes de la membrane interne des mitochondries (Figure 2-6).

La chaîne respiratoire mitochondriale est associée aux crêtes de la membrane interne des mitochondries (Figure 2-6). II.2.4.3 LA CHAINE RESPIRATOIRE MITOCHONDRIALE La chaîne respiratoire mitochondriale est associée aux crêtes de la membrane interne des mitochondries (Figure 2-6). Figure 2-6 Résumé du métabolisme énergétique

Plus en détail

nergétique La thermodynamique est l ensemble des principes décrivant les flux et les échanges dans les systèmes considérés.

nergétique La thermodynamique est l ensemble des principes décrivant les flux et les échanges dans les systèmes considérés. Bioénerg nergétique des réactions r biochimiques Définitions La thermodynamique est l ensemble des principes décrivant les flux et les échanges dans les systèmes considérés. Un système est une partie de

Plus en détail

L ENERGIE DANS LA CELLULE

L ENERGIE DANS LA CELLULE I. Introduction L ENERGIE DANS LA CELLULE II. Les molécules du métabolisme énergétique 1. L ATP et les composés phosphorylés 2. Les cofacteurs et les réactions d oxydo-réduction III. Glycolyse et fermentation

Plus en détail

CHAPITRE I /ENERGIE ET CELLULE VIVANTE/ La PHOTOSYNTHESE :

CHAPITRE I /ENERGIE ET CELLULE VIVANTE/ La PHOTOSYNTHESE : CHAPITRE I /ENERGIE ET CELLULE VIVANTE/ La PHOTOSYNTHESE : PREAMBULE: Structure tridimensionnelle d une feuille : Rappel : anatomie d une plante verte : -> Schéma d interprétation 3D : (à légender) TP

Plus en détail

b) La deuxième phase de la photosynthèse: l'incorporation du CO2 au cours de réactions biochimiques.

b) La deuxième phase de la photosynthèse: l'incorporation du CO2 au cours de réactions biochimiques. b) La deuxième phase de la photosynthèse: l'incorporation du CO2 au cours de réactions biochimiques. Il apparaît nécessaire, au terme de nos investigations, de distinguer, dans le processus de photosynthèse,

Plus en détail

Expériences historiques

Expériences historiques La photosynthèse Expériences historiques 1773 : Joseph Priestley une plante peut régénérer l'air souillé par la combustion d'une bougie : l air redevient propre à la respiration d'une souris. disparition

Plus en détail

CONCLUSION GENERALE - 245. Transfert par infiltration de l'eau et du soluté dans les sols non saturés - Utilisation de la méthode TDR-

CONCLUSION GENERALE - 245. Transfert par infiltration de l'eau et du soluté dans les sols non saturés - Utilisation de la méthode TDR- CONCLUSION GENERALE - 245 - 246 CONCLUSION GENERALE L'étude présentée dans ce mémoire concerne principalement l'analyse et l'interprétation d'essais d'infiltration d'eau et de soluté réalisés, au laboratoire,

Plus en détail

Thème : Energie et cellule vivante

Thème : Energie et cellule vivante Thème : Energie et cellule vivante Chapitre 1 : L ATP, molécule indispensable aux activités cellulaires 1. Structure de l ATP L ATP, adénosine tri-phosphate, est la molécule universelle qui permet les

Plus en détail

Augmentation de la surface racinaire

Augmentation de la surface racinaire Introduction (10pts) Un être vivant, quel qu il soit, a besoin d énergie pour assurer son fonctionnement et son développement. Les végétaux terrestres utilisent la matière minérale dans leur environnement

Plus en détail

Deux activités intégrant l'utilisation du spectrophotomètre didactique SPID - HR

Deux activités intégrant l'utilisation du spectrophotomètre didactique SPID - HR Deux activités intégrant l'utilisation du spectrophotomètre didactique SPID - HR Pascal NOSS - Lycée International - STRASBOURG I - Afficher le spectre d'absorption d'une solution de chlorophylle brute

Plus en détail

Caractéristiques de la lumière

Caractéristiques de la lumière Caractéristiques de la lumière Une source lumineuse, qu'il s'agisse d'un HQI, d'une LED, d'un tube T5 ou T8, d'une ampoule halogène ou du soleil, se caractérise par sa couleur et son intensité. 1. La couleur

Plus en détail

BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT

BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT Sommaire Introduction A. La molécule d ATP 1. L ATP comme source d énergie 2. Les besoins en ATP lors de l effort B. Les filières de resynthèse de l ATP 1. La filière anaérobie

Plus en détail

L approche bioénergétique

L approche bioénergétique L approche bioénergétique Appréhender l homme par la bioénergétique est une manière de comprendre et d analyser ses performances motrices. Ce champs d étude resté l apanage des scientifiques entre les

Plus en détail

Séquence 2. Énergie et cellule vivante. Sommaire

Séquence 2. Énergie et cellule vivante. Sommaire Séquence 2 Énergie et cellule vivante Sommaire 1. Prérequis 2. La photosynthèse : conversion de l énergie lumineuse en énergie chimique 3. Respiration et fermentation cellulaire 4. Utilisation de l ATP

Plus en détail

T.P. 2.4 : UTILISATION DE L ENERGIE LUMINEUSE PAR LE CHLOROPLASTE

T.P. 2.4 : UTILISATION DE L ENERGIE LUMINEUSE PAR LE CHLOROPLASTE T.P. 2.4 : UTILISATION DE L ENERGIE LUMINEUSE PAR LE CHLOROPLASTE La chlorophylle stimulée par l énergie lumineuse arrache les électrons de l eau et les transfère sur un accepteur existant dans les chloroplastes.

Plus en détail

I/ Un semi-conducteur «lumineux» : la LED

I/ Un semi-conducteur «lumineux» : la LED 1/7 Thème : Matériaux Domaine : Propriétés électriques des matériaux CHAP 10-ACT DOC/EXP semi-conducteurs-diodes-cellules photovoltaïques : comment expliquer leur fonctionnement? Mots clés : Semi-conducteurs-cellules

Plus en détail

COURS DE METABOLISME PHOSPHORYLATIONS CELLULAIRES

COURS DE METABOLISME PHOSPHORYLATIONS CELLULAIRES 1 COURS DE METABOLISME Chapitre 4 Pr C. ZINSOU 1 - INTRODUCTION - DEFINITION PHOSPHORYLATIONS CELLULAIRES 2 - FORMATION DE L ATP PAR TRANSFERT D ENERGIE ET DE GROUPEMENT PHOSPHATE D UN PHOSPHODERIVE RICHE

Plus en détail

L ARBRE EST UN. ÊTRE VIVANT Arbres

L ARBRE EST UN. ÊTRE VIVANT Arbres L ARBRE EST UN ÊTRE VIVANT Arbres fiche n 03 Il respire, il transpire, il photosynthétise, il fait des réserves, il produit des défenses physiques et chimiques (antibiotiques) s il est agressé. Il grandit,

Plus en détail

Optique. Chapitre 1 : Visibilité. Propagation de la lumière

Optique. Chapitre 1 : Visibilité. Propagation de la lumière 2 e B et C 1 Visibilité. Propagation de la lumière 1 Optique L optique est l étude des phénomènes lumineux, donc de tous les phénomènes qui se rapportent aux ondes électromagnétiques visibles. Nous nous

Plus en détail

DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE

DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE Dans un premier temps, nous rappelons comment la performance d un réseau peut se dégrader en terme d

Plus en détail

Chapitre III PHENOMENES NON RADIATIVES. Fig. III-1- Exemples de transitions multiphonons des ions Nd 3+, Er 3+ et Tm 3+

Chapitre III PHENOMENES NON RADIATIVES. Fig. III-1- Exemples de transitions multiphonons des ions Nd 3+, Er 3+ et Tm 3+ 18 Chapitre III PHENOMENES NON RADIATIVES Deux types de phénomènes non radiatifs peuvent intervenir dans le processus de désexcitation d un activateur: les processus multiphonons et les transferts d énergie

Plus en détail

Chapitre 2 Thermodynamique du vivant Professeur Bertrand TOUSSAINT

Chapitre 2 Thermodynamique du vivant Professeur Bertrand TOUSSAINT UE1 : Biochimie Chapitre 2 Thermodynamique du vivant Professeur Bertrand TOUSSAINT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. PLAN Définitions et rappels

Plus en détail

Bioénergétique de l exercice musculaire

Bioénergétique de l exercice musculaire Bioénergétique de l exercice musculaire 1 Afin de se maintenir en vie, une cellule doit continuellement "travailler". Donc, elle a besoin d'énergie (énergie = capacité à produire du travail). Travail mécanique

Plus en détail

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2. La chimie de la vie Au menu aujourd hui Les éléments chimiques et l eau http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.jpg Au menu aujourd hui Les éléments chimiques

Plus en détail

EXPLORATION DE LA CELLULE ET MÉTABOLISME ÉNERGÉTIQUE. Gilles Bourbonnais / Cégep de Sainte-Foy

EXPLORATION DE LA CELLULE ET MÉTABOLISME ÉNERGÉTIQUE. Gilles Bourbonnais / Cégep de Sainte-Foy EXPLORATION DE LA CELLULE ET MÉTABOLISME ÉNERGÉTIQUE Gilles Bourbonnais / Cégep de Sainte-Foy Taille des cellules (104) Si une cellule animale avait la taille d'un immeuble de six logements 1 µm = 1/1000

Plus en détail

Problèmes d actualité Citoyenneté et responsabilité Métiers

Problèmes d actualité Citoyenneté et responsabilité Métiers Problèmes d actualité Citoyenneté et responsabilité Métiers L Homme a besoin de matière et d énergie. La croissance démographique place l humanité face à un enjeu majeur : trouver et exploiter des ressources

Plus en détail

G' 0 = - 30,9 kj.mol -1. ATP + H 2 O ADP + Pi

G' 0 = - 30,9 kj.mol -1. ATP + H 2 O ADP + Pi Énergie et métabolisme Les animaux trouvent la plupart de leur énergie dans l'oxydation des nutriments. La quantité d'oxygène absorbée peut permettre des mesures du métabolisme. Certains organismes peuvent

Plus en détail

Taux de Rendement Interne (TRI)

Taux de Rendement Interne (TRI) PRINCIPAUX CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROJETS 4 Principes fondamentaux Définition Il s agit du taux d actualisation qui rend nulle la VAN de base (voir calculs pages 145 et 146), ou par extension, la VANR.

Plus en détail

FORFOR 2010 LA MISE EN ŒUVRE EXPERIMENTALE DE LA NUTRITION CHEZ LES AUTOTROPHES

FORFOR 2010 LA MISE EN ŒUVRE EXPERIMENTALE DE LA NUTRITION CHEZ LES AUTOTROPHES FORFOR 2010 LA MISE EN ŒUVRE EXPERIMENTALE DE LA NUTRITION CHEZ LES AUTOTROPHES Formatrices : Anne Bauwens et Sandrine Kivits Lecture : Michel Edmond Ghanem www.uclouvain.be/scienceinfuse Scienceinfuse

Plus en détail

Votre lettre du Vos références Nos références Annexes DD/DD/SIPPT/201000366RA.9981

Votre lettre du Vos références Nos références Annexes DD/DD/SIPPT/201000366RA.9981 Note à Mesdames et Messieurs les Fonctionnaires généraux(ales). Votre lettre du Vos références Nos références Annexes DD/DD/SIPPT/201000366RA.9981 Objet : Sécurité: Sécurité lors de charge de batteries.

Plus en détail

Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS

Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS 1 Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS Excitation (hυ) Emission (hυ ) Substance fluorescente * hυ < hυ Définitions Les fluorochromes ou fluorophores sont des substances chimiques capables

Plus en détail

CHAPITRE IV : ENERGETIQUE CELLULAIRE : ATP IV 1 QUELQUES DEFINITIONS IV 2 L ATP OU ADENOSINE TRIPHOSPHATE

CHAPITRE IV : ENERGETIQUE CELLULAIRE : ATP IV 1 QUELQUES DEFINITIONS IV 2 L ATP OU ADENOSINE TRIPHOSPHATE CHAPITRE IV : ENERGETIQUE CELLULAIRE : ATP IV 1 QUELQUES DEFINITIONS IV 2 L ATP OU ADENOSINE TRIPHOSPHATE IV 2.1 STRUCTURE DE L ATP IV 2.2 ROLE DE L ATP IV 2.3 SYNTHESE DE L ATP IV 2.3.1 CATABOLISME DU

Plus en détail

Technologies Systèmes d extinction à gaz. Systèmes d extinction au dioxyde de carbone Combattre le feu avec le CO 2

Technologies Systèmes d extinction à gaz. Systèmes d extinction au dioxyde de carbone Combattre le feu avec le CO 2 Technologies Systèmes d extinction à gaz Systèmes d extinction au dioxyde de carbone Combattre le feu avec le CO 2 Efficace Extinction au CO 2 N Extinction fiable La force des systèmes d extinction par

Plus en détail

Structure des molécules

Structure des molécules Niveau : Première S Structure des molécules Activité expérimentale (prof) A. Structure électronique de l'atome 1. Liaisons dans les molécules (rappels de cours) Un atome est caractérisé par son numéro

Plus en détail

1.1 - Définition. 1.2 - Origine

1.1 - Définition. 1.2 - Origine 1.1 - Définition Les glucides ou sucres sont des composés naturels qui correspondent généralement à la formule brute C n (H 2 O) n, c est la raison pour laquelle on les appelle parfois hydrates de carbone

Plus en détail

Macromolécules et la Cellule

Macromolécules et la Cellule Macromolécules et la Cellule Macromolécules Campbell chapitre 5 Macromolécules Définition: Molécule géante formée par l assemblage de plusieurs petites molécules organiques Macromolécules Définition:

Plus en détail

L origine de la vie et les métalloenzymes à fer-soufre

L origine de la vie et les métalloenzymes à fer-soufre L origine de la vie et les métalloenzymes à fer-soufre Juan C. FONTECILLA-CAMPS Institut de Biologie Structurale Laboratoire de Cristallographie et Cristallogenèse de Protéines, CEA, CNRS, Université J.

Plus en détail

2. Les participants conviennent

2. Les participants conviennent Mémorandum d'entente sur l'établissement d'un Partenariat Stratégique entre l'union européenne et la République algérienne démocratique et populaire dans le domaine de l'énergie Le présent Mémorandum a

Plus en détail

PROGRAMME DE REVISIONS - TERM S /2016

PROGRAMME DE REVISIONS - TERM S /2016 PROGRAMME DE REVISIONS - TERM S /2016 ENSEIGNEMENT DE SPECIALITE THEMES 1 2 et 3 ENTRAINEMENT THEME 1 - LA TERRE DANS L UNIVERS LA VIE L EVOLUTION DE LA VIE ENERGIE ET CELLULE VIVANTE I / FLUX D ENERGIE

Plus en détail

Baccalauréat technologique annale zéro

Baccalauréat technologique annale zéro éduscol Baccalauréat technologique Enseignement de Chimie, Biochimie, Sciences du Vivant Baccalauréat technologique annale zéro Annale zéro : Sciences et technologies de laboratoire Durée de la sous-épreuve

Plus en détail

Les installations de ventilation à double flux doivent être munies de récupérateurs de chaleur

Les installations de ventilation à double flux doivent être munies de récupérateurs de chaleur Aide à l'application Installations de ventilation 1. But et objet Une série d'aides à l'application a été créée afin de faciliter la mise en œuvre des législations cantonales en matière d'énergie. Le présent

Plus en détail

- Les marqueurs en TEP

- Les marqueurs en TEP TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS Remarque : ce cours est un complément du poly Introduction : La TEP est une technique de médecine nucléaire récente : technique de diagnostic, de lutte et de suivi

Plus en détail

Pression saturante. La pression ambiante ou la présence d autres gaz ou impuretés n a aucune influence sur le comportement représenté cidessus.

Pression saturante. La pression ambiante ou la présence d autres gaz ou impuretés n a aucune influence sur le comportement représenté cidessus. M. K. JUCHHEIM GmbH & Co Adresse de livraison : Mackenrodtstraße 14, 36039 Fulda, Allemagne Adresse postale : 36035 Fulda, Allemagne Téléphone : +49 661 6003-0 Télécopieur : +49 661 6003-607 E-Mail : mail@jumo.net

Plus en détail

OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux

OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux INDICATEURS EAU Indicateurs d'activité Volume total d'eau prélevée Volume total des rejets Consommation d'eau totale DBO 5 (Demande Biochimique en Oxygène)

Plus en détail

Notes TD1. + 2 H+ + 2 e NADH + H+. - des synthèses d'atp par phosphorylation d'adp (formation nette de deux molécules d'atp) : 2 ADP + 2 Pi

Notes TD1. + 2 H+ + 2 e NADH + H+. - des synthèses d'atp par phosphorylation d'adp (formation nette de deux molécules d'atp) : 2 ADP + 2 Pi Notes TD1 La glycolyse (2ATP) La glycolyse est une voie métabolique d'assimilation du glucose et de production d'énergie. Elle se déroule dans le cytoplasme de la cellule. Comme son nom l'indique elle

Plus en détail

Base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée

Base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée Base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée Premières estimations : 16 janvier 2013 Les chaînes de valeur mondiales (CVM) jouent aujourd hui un rôle de premier plan dans l économie de l

Plus en détail

L'IMPACT DES TECHNOLOGIES MODERNES APPLIQUÉES À LA CULTURE DE MAÏS SUR LA FERTILITÉ DU PRELUVOSOL ROUGEÂTRE RÉSUMÉ

L'IMPACT DES TECHNOLOGIES MODERNES APPLIQUÉES À LA CULTURE DE MAÏS SUR LA FERTILITÉ DU PRELUVOSOL ROUGEÂTRE RÉSUMÉ L'IMPACT DES TECHNOLOGIES MODERNES APPLIQUÉES À LA CULTURE DE MAÏS SUR LA FERTILITÉ DU PRELUVOSOL ROUGEÂTRE Mots Clés: travaux du sol, production de maïs, fertilité du sol, maïs, engrais chimiques avec

Plus en détail

COURS DE METABOLISME CYCLE DE CALVIN ET PHOTORESPIRATION

COURS DE METABOLISME CYCLE DE CALVIN ET PHOTORESPIRATION 1 COURS DE METABOLISME Chapitre 13 Pr C. ZINSOU CYCLE DE CALVIN ET PHOTORESPIRATION 1 INTRODUCTION 2 - LES VOIES DE CARBOXYLATIONS PHOTOSYNTHETIQUES 2.1 - Carboxylation chez les espèces de type C3 2.2

Plus en détail

l indigo (C 16 H 10 N 2 O 2 ) synthétisé en 1878 par Baeyer ;

l indigo (C 16 H 10 N 2 O 2 ) synthétisé en 1878 par Baeyer ; GÉÉRLITÉS Partie 1 : Généralités O O L indigo C est icolas Lémery qui, le premier, a divisé la chimie en deux domaines : chimie minérale (à partir de la matière inerte) ; chimie organique (à partir des

Plus en détail

LES LENTILLES : PROPRIETES OPTIQUES ET UTILISATION

LES LENTILLES : PROPRIETES OPTIQUES ET UTILISATION OBSERVATION PREPARATOIRE (avec le prof) 1 POINT FOCAL A l'aide d'une maquette, on observe la trajectoire d'un rayon lumineux à travers une lentille cylindrique (i.e. comprise entre de deux morceaux de

Plus en détail

BIOLOGIE. Réponses proposées et grille de correction

BIOLOGIE. Réponses proposées et grille de correction BACCALAURÉAT EUROPÉEN 2009 BIOLOGIE et grille de correction Les réponses proposées servent à uniformiser les corrections. Elles sont du niveau d un(e) bon(ne) bachelier(ière) et non d un(e) étudiant(e)

Plus en détail

Licence 2 nde année Jussieu, année 2014/2015

Licence 2 nde année Jussieu, année 2014/2015 Licence 2 nde année Jussieu, année 2014/2015 INTRODUCTION Rappel Dans le cas où système matériel et champ de rayonnement sont en déséquilibre, les interactions entre molécules et photons conduisent à des

Plus en détail

Bac S - Sujet de SVT - Session 2014 - Emirats Arabes Unis. http://artic.ac-besancon.fr/ GÉNÉTIQUE ET ÉVOLUTION

Bac S - Sujet de SVT - Session 2014 - Emirats Arabes Unis. http://artic.ac-besancon.fr/ GÉNÉTIQUE ET ÉVOLUTION Bac S - Sujet de SVT - Session 2014 - Emirats Arabes Unis http://artic.ac-besancon.fr/ 1ère PARTIE : Mobilisation des connaissances (8 points). GÉNÉTIQUE ET ÉVOLUTION Diversification génétique et diversification

Plus en détail

La Chaîne Critique. Résumé du livre 17/02/2010

La Chaîne Critique. Résumé du livre 17/02/2010 La Chaîne Critique Résumé du livre 17/02/2010 INTRODUCTION Pourquoi les projets sont-ils souvent en retard? Pourquoi certains n aboutissent-ils jamais? Comment réussir à terminer les projets en respectant

Plus en détail

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 6. Leçon n 6 : l imputation rationnelle

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 6. Leçon n 6 : l imputation rationnelle Leçon n 6 : l imputation rationnelle PLAN DE LA LEÇON : 1! L imputation rationnelle des charges fixes : principes et fondements... 1! 1.1! Fondements théoriques et techniques de l imputation rationnelle...

Plus en détail

HYDROGENE VECTEUR D ENERGIE DE DEMAIN? FICHE TECHNIQUE.

HYDROGENE VECTEUR D ENERGIE DE DEMAIN? FICHE TECHNIQUE. HYDROGENE VECTEUR D ENERGIE DE DEMAIN? FICHE TECHNIQUE. I. PRECISION SUR L UTILISATION : - Dans toutes les documents on sous-entend par hydrogène, la molécule dihydrogène H 2.On conservera le terme hydrogène

Plus en détail

La fluorescence des végétaux

La fluorescence des végétaux La fluorescence des végétaux Définition de la fluorescence La fluorescence est une émission lumineuse provoquée par l excitation d une molécule, généralement par absorption d un photon. Ce signal optique

Plus en détail

QUELQUES NOTIONS DE BASE POUR UTILISER SON APPAREIL PHOTO

QUELQUES NOTIONS DE BASE POUR UTILISER SON APPAREIL PHOTO QUELQUES NOTIONS DE BASE POUR UTILISER SON APPAREIL PHOTO Questions communes, quelque soit l'appareil photo utilisé 1 2 La photographie, en numérique, s'est construite sur les apports techniques de la

Plus en détail

Chapitre II Respiration et fermentations cellulaires. -I -Les cellules respirent

Chapitre II Respiration et fermentations cellulaires. -I -Les cellules respirent Chapitre II Respiration et fermentations cellulaires -I -Les cellules respirent 1 2 3 Les échanges gazeux entre les cellules chlorophylliennes et leur milieu 4 - II - Les mitochondries, organites de la

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

Observation microscopique d un granit sain et d un granit altéré

Observation microscopique d un granit sain et d un granit altéré TP n 16 L érosion des massifs montagneux Thème 1-B-4 Différents phénomènes géologiques mêlant subduction et collision aboutissent à un épaississement crustal important sous la forme d une chaîne de montagnes.

Plus en détail

N Etudiant:: Place : Filière :

N Etudiant:: Place : Filière : UNIVERSITE DE BOURGOGNE UFR SCIENCES DE LA VIE, DE LA TERRE ET DE L ENVIRONNEMENT L2, PHYSIOLOGIE VEGETALE : Examen du 08 janvier 2013 (A) Professeur D. REDECKER, Professeur D. WIPF N Etudiant:: Place

Plus en détail

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine «Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine Pr. Wang Gao, Professeur de Marketing, Université Qing Hua Bonjour,

Plus en détail

PARTIE 2 : LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : LES OBJETS DU SYSTÈME SOLAIRE ET LEURS CARACTÉRISTIQUES

PARTIE 2 : LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : LES OBJETS DU SYSTÈME SOLAIRE ET LEURS CARACTÉRISTIQUES PARTIE 2 : LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT L'environnement de la planète Terre correspond à tous les éléments du Système Solaire dont elle fait partie. L'environnement de la Terre a pu être découvert

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture réhabilitation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture réhabilitation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture réhabilitation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/8 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée

Plus en détail

Métal : Ions métalliques : Électroneutralité : Exercice :

Métal : Ions métalliques : Électroneutralité : Exercice : TP - COURS 1STD2A THÈME MONDE DE LA MATIERE / MONDE OBJET CH III RÉACTIONS CHIMIQUES ENTRE UN MÉTAL ET UN ION RÉACTIONS D OXYDORÉDUCTION I RAPPELS a) Métaux Métal : Corps, bon conducteur de la chaleur

Plus en détail

Ce document est destiné à suivre le parcours de formation d un candidat au CQP «Conduite de procédé de fabrication», en intégrant :

Ce document est destiné à suivre le parcours de formation d un candidat au CQP «Conduite de procédé de fabrication», en intégrant : Commission Paritaire Nationale de l Emploi des Industries de Santé CQP «Conduite de procédé de fabrication» Livret de suivi de la formation en contrat de professionnalisation Nom et prénom du candidat

Plus en détail

Couleur et longueur d'onde

Couleur et longueur d'onde Lumière et couleurs Il semble inutile de questionner le thème des couleurs : Comme tout le monde le sait, une feuille d'arbre est verte, le ciel bleu, une carotte orange etc... Mais les choses ne sont

Plus en détail

LE MONDE DES MATIERES COLOREES NATURELLES

LE MONDE DES MATIERES COLOREES NATURELLES T.P n 4 : LE MONDE DES MATIERES COLOREES NATURELLES Observer Tout est coloré : le Smartphone, les encres d impression... Pour cela l industrie utilise des pigments ou des colorants. Certains sont naturels...

Plus en détail

Annexe I FORMULAIRE DE DEMANDE

Annexe I FORMULAIRE DE DEMANDE Annexe I FORMULAIRE DE DEMANDE En vue de la délivrance d une attestation en matière de déduction pour investissement majorée pour des éléments qui tendent à promouvoir la recherche et le développement

Plus en détail

DS SPÉCIALITÉ. Doc. 1 : Voiture à hydrogène. Doc. 2 : Panneaux photovoltaïques

DS SPÉCIALITÉ. Doc. 1 : Voiture à hydrogène. Doc. 2 : Panneaux photovoltaïques DS SPÉCIALITÉ Monsieur Greenroad, dirigeant d une société de taxis, est soucieux de l'environnement. Afin de diminuer les émissions de gaz à effet de serre et ainsi améliorer le bilan carbone de son entreprise,

Plus en détail

Les filières énergétiques

Les filières énergétiques Les filières énergétiques Sources : Bases physiologiques de l activité physique. Fox et Mathews. Vigot, Paris, 1984. Biologie de l exercice musculaire. J.R. Lacour. Masson, Paris, 1992. Biologie du sport.

Plus en détail

Les 7 conseils pour réussir son entrainement.

Les 7 conseils pour réussir son entrainement. Les 7 conseils pour réussir son entrainement. Ces conseils s'attachent plus à l'organisation de vos entraînements qu'à leur contenu et se limitent à l'aspect technique et biomécanique du tir. Si l'on voulait

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1 Avis du 8 septembre 2010 I. Introduction a. Absence de cadre conceptuel

Plus en détail

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE Sommaire. INTRODUCTION Page 3-7 FILIERE ANAEROBIE ALACTIQUE FILIERE ANAEROBIE LACTIQUE Page 8-15

Plus en détail

ADAPTATION DU CONDITIONNEMENT DU MIEL POUR LA MANUTENTION SUR PALETTE

ADAPTATION DU CONDITIONNEMENT DU MIEL POUR LA MANUTENTION SUR PALETTE ADAPTATION DU CONDITIONNEMENT DU MIEL POUR LA MANUTENTION SUR PALETTE Patrick Fortier, apiculteur et Jocelyn Marceau, ingénieur, ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation INTRODUCTION

Plus en détail

La photosynthèse photosynthèse autotrophes hétérotrophes photoautotrophes

La photosynthèse photosynthèse autotrophes hétérotrophes photoautotrophes La photosynthèse La vie sur terre dépend de l énergie solaire : les végétaux convertissent l énergie lumineuse en énergie chimique. Ce processus s appelle la photosynthèse. Les autotrophes sont les producteurs

Plus en détail

Les plantes et la lumière

Les plantes et la lumière Les plantes et la lumière Première partie : la lumière comme source d énergie Pierre.carol@upmc.fr http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/photosynthese-cours/index.htm 1. Introduction La lumière est la source

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT (1999)

MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT (1999) MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT (1999) Avis à toute personne qui utilise le bromure de méthyle Les Parties au Protocole de Montréal relatif à des substances

Plus en détail

Unité 1 : Document 1 Documents 2 Conclusion Conclusion Unité 2: Conclusion «les poils absorbants».

Unité 1 : Document 1 Documents 2 Conclusion Conclusion Unité 2: Conclusion «les poils absorbants». CHAPITRE I : ABSORPTION DE L EAU ET DES SELS MINÉRAUX PAR LES PLANTES CHLOROPHYLLIENNES. Unité 1 :.1- Document 1 : La forêt équatoriale est la forêt la plus dense à l'échelle de la planète. Son emplacement

Plus en détail

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Total Productive Maintenance - - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Tous Pour la Machine, résume l idée principale de la Total Productive Maintenance TOTAL Transverse à tous les services centrés

Plus en détail

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME 2 novembre 2000 CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME Troisième réunion thématique ad hoc Rio de Janeiro, 14-15 décembre 2000 Point 4.1 de l ordre du jour provisoire Le point sur l évaluation sur cinq ans

Plus en détail

Introduction à l analyse de cycle

Introduction à l analyse de cycle Introduction à l analyse de cycle de vie (ACV) 9 èmes Rencontres de la Biomasse Quel avenir pour les produits biobasés en Wallonie? 14 novembre 2012 Julie Roïz ValBiom 1. Définition L ACV permet de quantifier

Plus en détail

Direction des ressources humaines Document d information

Direction des ressources humaines Document d information Direction des ressources humaines Document d information Le projet de modernisation de la gestion de la rémunération des cadres et professionnels sur fonds courant 19 janvier 2007 1. Rappel du projet de

Plus en détail

Cours de radioamateur en vue de l'obtention de la licence complète (HAREC +) Les composants

Cours de radioamateur en vue de l'obtention de la licence complète (HAREC +) Les composants 4. Les transformateurs Les composants 4.1. Généralités Si nous branchons une bobine sur une source de courant alternatif, il y aura un courant alternatif dans la bobine et un champ magnétique alternatif.

Plus en détail

2 PARCOURS. Chimie. Chimie Chimie Biologie. Nature de la formation : Diplôme national de l'enseignement Supérieur

2 PARCOURS. Chimie. Chimie Chimie Biologie. Nature de la formation : Diplôme national de l'enseignement Supérieur Chimie 2 PARCOURS Chimie Chimie Biologie Nature de la formation : Diplôme national de l'enseignement Supérieur Durée des études : 3 ans Crédits ECTS : 180 Formation accessible en : Formation initiale Formation

Plus en détail

L'énergie photovoltaïque peut-elle faire tourner un moteur?

L'énergie photovoltaïque peut-elle faire tourner un moteur? TPE ANNEE 2012-2013 L'énergie photovoltaïque peut-elle faire tourner un moteur? Rédacteur du rapport : THOMAS Antoine FENOT Bazil Professeurs : M. AUDRY M. POUSSEL Les réalisations techniques face aux

Plus en détail

CORRIGE DE LA PARTIE PHYSIQUE

CORRIGE DE LA PARTIE PHYSIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION SPECIALE D ENTRAINEMENT N 1 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SÉRIE L Durée de l'épreuve : 1h30 - Usage de la calculatrice autorisé CORRIGE DE LA PARTIE PHYSIQUE PARTIE 1 : REPRÉSENTATION

Plus en détail

ThyssenKrupp Industrial Solutions. Notre nouveau nom est. www.thyssenkrupp-industrial-solutions.com. La presse à rouleaux POLYCOM.

ThyssenKrupp Industrial Solutions. Notre nouveau nom est. www.thyssenkrupp-industrial-solutions.com. La presse à rouleaux POLYCOM. Notre nouveau nom est ThyssenKrupp Industrial Solutions www.thyssenkrupp-industrial-solutions.com La presse à rouleaux POLYCOM Polysius 2 La presse à rouleaux POLYCOM La solution éprouvée pour les économies

Plus en détail

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS PROTOCOLE D ACCORD pour l'enseignement de la PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS Ministère de l Éducation Nationale, de la Recherche et de la Technologie Caisse Nationale de l Assurance Maladie des Travailleurs

Plus en détail