SYNTHÈSE DES QUESTIONNAIRES D ÉVALUATION

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SYNTHÈSE DES QUESTIONNAIRES D ÉVALUATION"

Transcription

1 THÉMATIQUE NUTRITION, DÉNUTRITION, ALIMENTATION SYNTHÈSE DES QUESTIONNAIRES D ÉVALUATION ÉVALUATION INTERNE 2013 Une évaluation interne visant à apprécier l utilisation des contenus des mallettes mises à disposition des professionnels de santé a été conduite fin 2012/début Sur une période de 2 mois, 479 questionnaires d évaluation relatifs à la thématique de la nutritiondénutrition alimentation de la personne âgée ont été adressés à l équipe de coordination du programme MobiQual. Les réponses ont été apportées par les professionnels référents des structures engagées dans la démarche. Ce document présente la synthèse des réponses aux questions portant sur : l impact des actions conduites sur l état nutritionnel des résidents : o évaluation de l état nutritionnel (question 1) o suivi de la courbe de poids (question 2) o pèse personnes adaptés (question 3) o utilisation d outils d évaluation formalisés pour surveiller l état nutritionnel (question 4) o existence d un référent Nutrition (question 5) l impact des actions conduites sur le plaisir de manger et l activité physique : o goûts et réticences des personnes (question 6) o existence d une commission des menus (question 7) o conduite d enquêtes de satisfaction anonymes (question 8) o réflexion sur les textures, collations à disposition (questions 9 et 10) o affichage des menus, alternative aux menus proposés (questions 11 à 12) o programme d activité physique (question 13) la participation des personnels et l impact en termes de réflexion et d organisation : o professionnels mobilisés par l action (question 14) o impact positif de l action (question 15) o création de liens avec l extérieur (question 16) o améliorations souhaitées (question 17)

2 PRINCIPAUX RÉSULTATS 479 QUESTIONNAIRES D ÉVALUATION ANALYSÉS, REPRÉSENTANT PLUS DE 500 STRUCTURES PROFIL DES STRUCTURES DE L ÉCHANTILLON : o EHPAD : 68,5 %, SOIT 340 ÉTABLISSEMENTS o STRUCTURES SANITAIRES : 19,2 %, SOIT PRÈS DE 100 STRUCTURES o SERVICES AUX DOMICILES ET ORGANISMES DE FORMATION CONTINUE : MOINS DE 5 % CHACUN PROFIL DES PROFESSIONNELS RÉFÉRENTS : o 173 MÉDECINS, DONT 143 MÉDECINS COORDONNATEURS o 109 INFIRMIÈRES, DONT LA PLUPART COORDONNATRICES o 85 CADRES DE SANTÉ o 35 DIÉTÉTICIENNES IMPACT DES ACTIONS CONDUITES SUR L ÉTAT NUTRITIONNEL DES PERSONNES ÂGÉES : o UNE ÉVALUATION DE L ÉTAT NUTRITIONNEL ET DES PÈSE PERSONNES ADAPTÉS DANS LA QUASI TOTALITÉ DES STRUCTURES o UN SUIVI DE LA COURBE DE POIDS RÉALISÉ AU MOINS UNE FOIS PAR MOIS DANS 8 ÉTABLISSEMENTS SUR 10 o OUTILS D ÉVALUATION : AVANT TOUT LA COURBE DE POIDS, EN LIEN AVEC LA GRILLE DE SURVEILLANCE ALIMENTAIRE, L IMC ET DANS UNE MOINDRE MESURE LE MNA o UN RÉFÉRENT NUTRITION DANS PRÈS DE 6 STRUCTURES SUR 10 IMPACT SUR LE PLAISIR DE MANGER ET L ACTIVITÉ PHYSIQUE : o GOÛTS ET RÉTICENCES RECUEILLIS, RESPECTÉS ET CONSIGNÉS QUASI SYSTÉMATIQUEMENT o DES ENQUÊTES DE SATISFACTION ANONYMES PORTANT EN PRIORITÉ SUR LE PLAISIR DE MANGER o UNE ATTENTION PORTÉE AUX TEXTURES, AUX COLLATIONS À DISPOSITION, À L AFFICHAGE DES MENUS, AUX ALTERNATIVES AUX MENUS PROPOSÉS AINSI QU À L ACTIVITÉ PHYSIQUE DANS LA PLUPART DES STRUCTURES PARTICIPATION DES PERSONNELS EN TERMES DE RÉFLEXION ET D ORGANISATION o UNE MOBILISATION MAJORITAIRE D INFIRMIÈRES, AIDES SOIGNANTES, MÉDECINS COORDONNATEURS ET DE DIRECTEURS o UN IMPACT TRÈS POSITIF DES ACTIONS CONDUITES EN TERMES DE : RÉFLEXION SUR LEUR TRAVAIL (94 %) REPÉRAGE ET PRÉVENTION DES SITUATIONS À RISQUE (98 % ET 93 %) COORDINATION AVEC L ÉQUIPE DE RESTAURATION 92 %) QUALITÉ DE VIE DES RÉSIDENTS (94 %) LA VALORISATION DES SOINS RELATIONNELS (79 %) o UN IMPACT RELATIVEMENT MOINS IMPORTANT SUR : LA VALORISATION DES SOINS TECHNIQUES (62 %) LA QUALITÉ DE VIE DES PERSONNELS SOIGNANTS (57 %) - 2 -

3 PROFIL DES STRUCTURES ET PROFESSIONNELS RÉFÉRENTS Les structures ayant renvoyé les questionnaires d évaluation sont : en majorité des EHPAD (68,5 %) ; des centres hospitaliers et cliniques (19,2 %, dont des ex hôpitaux locaux, services de soins de suite et réadaptation (SSR), et unités de soins de longue durée (USLD)) ; des services intervenant aux domiciles (19) ; d autres structures et organismes (33) : organismes de formation, structures handicap et réseaux Graphique 1 Profil des structures ayant renvoyé le questionnaire d évaluation Les professionnels référents déclarés au sein de ces structures sont : des médecins (36,1 %), dont : o des médecins coordonnateurs (29,8 % du total des professionnels référents) o des médecins et/ou gériatres (6,3 %) des personnels infirmiers (22,7%), dont : o des infirmières coordonnatrices (16,6 %) ; o des infirmières (6,1 %) ; des cadres de santé (17,7 %) ; des diététiciennes (7,3 %) ; - 3 -

4 des personnels de direction (6 %) ; d autres professionnels (10 %), dont des aides soignantes (1 %), psychologues (1 %), responsables qualité (1 %) ainsi que des professionnels n ayant pas communiqué leur fonction. Graphique 2 Profil des professionnels référents pour le programme MobiQual mallette Nutrition Nombre de réponses exprimées : 80,2 % Source : SFGG Programme MobiQual Avril

5 I IMPACT DES ACTIONS CONDUITES SUR L ÉTAT NUTRITIONNEL DES RÉSIDENTS QUESTION 1 UN ÉTAT NUTRITIONNEL DES PERSONNES ÂGÉES ÉVALUÉ PRÈS DE 9 FOIS SUR 10 DÈS L ENTRÉE EN INSTITUTION L état nutritionnel des personnes est évalué : lors de l entrée en institution dans près de 9 établissements sur 10 (88,4 %) ; pendant le séjour de façon quasi systématique (94,7 %) ; suite à un évènement aigu dans 9 établissements sur 10 (89,4 %). Graphique 3 évaluation de l état nutritionnel Nombre de réponses exprimées : 95 % - 5 -

6 QUESTIONS 2, 3 ET 5 SUIVI DE LA COURBE DE POIDS, PÈSE PERSONNES ET RÉFÉRENT NUTRITION Le suivi de la courbe de poids est réalisé au moins une fois par mois dans plus de 8 structures sur 10 (83,7 %). Ce suivi est réalisé de manière moins fréquente dans 8 % des cas, et plus souvent dans 28 % des cas, soit sur prescription médicale ou en cas de nécessité (lors d un événement aigu, en cas de pathologies aigues ou intercurrentes, en cas de risque de dénutrition, de risque d aggravation de l état de santé, ou de perturbation du bilan biologique). Ce suivi est réalisé jusqu à une fois par semaine en cas de perte de poids, de perte d appétit, de dénutrition. Un pèse personnes adapté est utilisé dans 90 % des cas : une chaise ou un fauteuil de pesée (47 %), un lèvemalades (17 %), une plate forme de pesée (13 %) et plus rarement une balance classique (2 %). Un référent Nutrition existe dans près de six structures sur dix (57 %). Graphique 4 suivi de la courbe de poids Nombre de réponses exprimées : 94,6 % - 6 -

7 QUESTION 4 OUTILS D ÉVALUATION POUR SURVEILLER L ÉTAT NUTRITIONNEL : LA COURBE DE POIDS UTILISÉE EN PRIORITÉ La courbe de poids est le premier outil d évaluation utilisé pour surveiller l état nutritionnel (93,3 %), en lien avec la grille de surveillance alimentaire (84,9 %), l indice de masse corporelle (IMC 75,1 %), et le Mini Nutritional Assessment (MNA 40,7 %). Un peu moins de 6 % des structures ayant répondu au questionnaire déclare n utiliser aucun outil. Graphique 5 outils d évaluation pour surveiller l état nutritionnel Nombre de réponses exprimées : 96,9 % - 7 -

8 II IMPACT SUR LE PLAISIR DE MANGER ET L ACTIVITÉ PHYSIQUE QUESTIONS 6 ET 7 GOÛTS ET RÉTICENCES, COMMISSION DES MENUS Les goûts et réticences des personnes sont quasi systématiquement recueillis (97,6 %), respectés (92,8 %) et consignés (91,6 %). % de réponses exprimées : 93,3 % Une commission des menus existe dans 8 structures sur 10 au sein du conseil de la vie sociale (CVS), conseil de maison, voire du CLAN (Comité de Liaison Alimentation Nutrition). La fréquence des réunions varie entre une semaine et six mois. Parmi les recommandations élaborées par ce type de commission, on trouve : le recueil à l entrée et la prise en compte des goûts et réticences des résidents ; l adaptation des menus aux besoins des personnes âgées : enrichissement protidique, augmentation des quantités servies, proposition de collations, amélioration et diversification des textures (plats mixés, fruits cuits ) ; la diversification des menus ainsi que des propositions de plats alternatifs ; des travaux sur la palatabilité (intensité du plaisir de manger), les améliorations gustatives, l assaisonnement (épices) ; l amélioration de la qualité nutritionnelle, le souci de l équilibre alimentaire, des menus saisonniers, davantage de produits frais, un approvisionnement local ; l amélioration de la présentation, du service, ainsi que le réaménagement de la salle à manger ; la validation des menus établis par les cuisiniers par une diététicienne ou des infirmières. ; l évaluation de la satisfaction des repas ; la mise en place d une fiche de suivi alimentaire pour les personnes à risque ; l affichage des menus ; l utilisation du temps de repas pour la résolution de problèmes, les mini formations la réorganisation du service repas, l instauration d une «table thérapeutique» ; le réajustement du protocole de dépistage de la dénutrition et de la prise en charge des troubles nutritionnels

9 QUESTION 8 DES ENQUÊTES DE SATISFACTION ANONYMES PORTANT EN PRIORITÉ SUR LE PLAISIR DE MANGER Des enquêtes de satisfaction anonymes sont conduites principalement sur la qualité des repas et leur palatabilité (78,7 %), sur le temps laissé aux personnes à chaque repas (54,9%), sur la salle à manger (53,2 %), et dans une moindre mesure sur le dressage de la table (41,2 %). Graphique 6 Conduite d enquêtes de satisfaction anonymes Nombre de réponses exprimées : 92,5 % QUESTIONS 9 À 13 UNE ATTENTION PORTÉE AUX TEXTURES, AUX COLLATIONS À DISPOSITION, À L AFFICHAGE DES MENUS, AUX ALTERNATIVES AUX MENUS ET À L ACTIVITÉ PHYSIQUE DANS LA PLUPART DES STRUCTURES Une réflexion sur les textures est conduite dans plus de 8 structures sur 10 (85,6 %). A quelques exceptions, des collations sont mises à disposition dans l ensemble des structures ayant répondu au questionnaire (92,3 %). Les menus sont affichés la veille dans une très large majorité d établissements (88,3 %) et une alternative aux menus est proposée près de 9 fois sur 10 (87,6 %)

10 Un programme d activité physique est proposée dans près des trois quarts des établissements (73,3 %). Graphique 7 Textures, collations, affichage des menus, alternatives, activité physique Nombre de réponses exprimées : 92,5 % III PARTICIPATION DES PERSONNELS EN TERMES DE RÉFLEXION ET D ORGANISATION QUESTION 14 PLUS DE PROFESSIONNELS MOBLISÉS PAR L ACTION CONDUITE EN UN PEU PLUS D UN AN D avril 2011 à septembre 2012, professionnels de 246 établissements ont participé à une action spécifique sur la thématique de la nutrition dénutrition alimentation de la personne âgée (51 % de réponses exprimées), soit en moyenne un peu plus de 23 personnes par établissement. Les personnels infirmiers, les aides soignantes, médecins coordonnateurs et directeurs des structures y ont pris part majoritairement. Moins nombreux, les diététiciennes, psychologues, animateurs y ont également été associés, et dans une moindre mesure les médecins traitants, kinésithérapeutes et d autres professionnels

11 Graphique 8 Professionnels mobilisés par l action conduite Autres professionnels : cuisinier, personnel de cuisine, cadres de santé, PH, ASH, auxiliaires de vie, agents de service, personnel hôtelier, orthophonistes, ergothérapeutes, musicothérapeute Nombre de réponses exprimées : 51 % QUESTION 15 IMPACT POSITIF DE L ACTION Les répondants au questionnaire ont déclaré que l action conduite a eu un impact majeur en termes de réflexion des personnels soignants sur leur travail (94 %), repérage des situations à risque (97,9 %), prévention des situations à risque (93,2 %), qualité de vie des résidents (94,1 %) ou encore en termes de coordination avec l équipe de restauration (91,6 %). L impact a été plus modéré en termes de valorisation des soins techniques (61,6 %) et de qualité de vie des personnels soignants (56,9 %)

12 Graphique 9 Impact de l action en termes de Nombre de réponses exprimées : 83,9 % QUESTION 16 LIENS CRÉÉS DEPUIS L ACTION Depuis l action, des liens ont été créés pour avec des réseaux (14,9 %) et avec des structures spécialisées en alimentation/nutrition (12,8 %). Graphique 9 Liens créés depuis l action Nombre de réponses exprimées : 82,5 %

13 QUESTION 17 AMÉLIORATIONS SOUHAITÉES Les principales améliorations souhaitées concernent : l adaptation des contenus au secteur du domicile ; les supports vidéos, à adapter davantage aux EHPAD, et à développer sur le «manger main» ; des outils pratiques autour : o de conseils pour l élaboration de menus ; o de conseils aux infirmières et aides soignantes pour faire remonter les observations ; o de «recettes palatables» ; o de la thématique «déshydratation» ; o des fausses routes et de la cinétique de la déglutition ; un arbre décisionnel pour les refus alimentaires. D autres demandes portent sur : la liste des apports en protéines des principaux aliments ; plus d informations sur l enrichissement de l alimentation orale ; l approche psychologique autour des cinq sens et des souvenirs engendrés par la représentation des aliments ; la possibilité d intégration de l outil aux outils informatiques utilisés. QUESTION 18 PROCHAINES ACTIONS PRÉVUES POUR POURSUIVRE LA RÉFLEXION Afin de poursuivre la réflexion engagée autour de la thématique nutrition dénutrition alimentation de la personne âgée, plusieurs travaux sont prévus, comme : l identification et la formation de référents nutrition, éventuellement au sein de commissions nutrition avec des objectifs précis ; un travail sur le repérage de troubles de la déglutition et les fausses routes ; un focus sur l alimentation du malade d Alzheimer, l IMC, l alimentation du polyhandicapé ; la formation à la prévention de la dénutrition ; des sessions de formation avec des orthophonistes ; l implication des résidents et des familles dans les commissions de menus ; une réflexion sur l utilisation de compléments alimentaires ; la création d une cuisine interne favorisant le lien entre le personnel soignant hôtelier et la cuisine pour une adaptabilité et un suivi individualisé des patients ; un travail sur l amélioration du temps de repas ;

14 UTILISATION DE L OUTIL NUTRITION NOM DE LA STRUCTURE ADRESSE TEL NOM DU DIRECTEUR FAX NOM DU PROFESSIONNEL REFERENT POUR L OUTIL : Fonction : E mail de liaison : I IMPACT DES ACTIONS CONDUITES SUR L ETAT NUTRITIONNEL DES RESIDENTS 1 L état nutritionnel des personnes est il évalué? o Lors de l entrée en institution Oui Non o Pendant le séjour Oui Non o Suite à un événement aigu Oui Non 2 La courbe de poids est elle suivie régulièrement? Oui Non o o o Une fois par mois Moins souvent Plus souvent Précisez 3 Disposez vous de pèse personnes adaptés? Oui Non Précisez les moyens utilisés 4 Utilisez vous des outils d évaluation formalisés pour surveiller l état nutritionnel des personnes? Courbe de poids Oui Non Indice de Masse Corporelle Oui Non Grille de surveillance alimentaire Oui Non Mini Nutritional Assessment (MNA) Oui Non 5 Votre établissement dispose t il d un référent Nutrition? Oui Non

15 II IMPACT DES ACTIONS CONDUITES SUR LE PLAISIR DE MANGER ET L ACTIVITE PHYSIQUE 6 Les goûts et réticences des personnes sont ils : o Recueillis? Oui Non o Respectés? Oui Non o Consignés? Oui Non 7 Existe t il une commission des menus au sein du conseil de la vie sociale? Oui Non Le cas échéant, quelles recommandations a t elle pu élaborer? 8 Procédez vous à des enquêtes de satisfaction anonymes? Sur la qualité des repas et leur palatabilité Oui Non Sur la salle à manger Oui Non Le dressage de la table Oui Non Le temps laissé aux personnes à chaque repas Oui Non 9 Une réflexion sur les textures a t elle été conduite? Oui Non 10 Des collations sont elles à disposition des personnes? Oui Non 11 Les menus sont ils affichés la veille? Oui Non 12 Existe t il une alternative aux menus proposés? Précisez Oui Non 13 Un programme d activité physique est il proposé? Oui Non

16 II I PARTICIPATION DES PERSONNELS ET IMPACT EN TERMES DE RÉFLEXION ET D ORGANISATION 14 Combien de professionnels ont été mobilisés par l action conduite? Directeur de la structure Médecin traitant Médecin coordonnateur Personnels infirmiers Psychologue Aides soignant(e)s Kinésithérapeute Animateur Diététicien Autre Précisez 15 La session de sensibilisation/formation a t elle eu un impact positif en termes de Réflexion des personnels soignants sur leur travail? Oui Non Repérage des situations à risque? Oui Non Prévention des situations à risque? Oui Non Valorisation des soins techniques? Oui Non Valorisation des soins relationnels? Oui Non Qualité de vie des patients? Oui Non Qualité de vie des personnels soignants? Oui Non Coordination avec l équipe de restauration? Oui Non Commentaire Commentaires 16 Depuis l action, des liens ont ils pu être créés? Avec des réseaux Oui Non Avec des structures hospitalières spécialisées en alimentation/nutrition Oui Non

17 17 Quelles améliorations souhaiteriez vous apporter à cet outil? 18 Quelles sont les prochaines actions prévues pour poursuivre la réflexion sur cette thématique? 19 Utilisez vous d autres outils du programme MobiQual? Douleur Oui Non Douleur Bientraitance Domicile Oui Non Soins palliatifs Oui Non Bientraitance Oui Non Dépression Oui Non Nutrition Oui Non

Docteur DEBOFFLE. G.

Docteur DEBOFFLE. G. 1 SESSION INTER REGIONALE Les Coopérations : L Hôpital Public au cœur du mouvement. Journée du 11 janvier 2001, à l ENSP de Rennes. Docteur DEBOFFLE. G. 2 HOPITAL LOCAL : HOPITAL DE PROXIMITE Quelles Missions

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE.

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE. COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE Octobre 2003 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES Cedex 9 Direction Générale

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES Cedex 9 Direction Générale CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES Cedex 9 Direction Générale Tél 04 66 68 30 01 Fax 04 66 68 34 00 www.chu-nimes.fr

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer. Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse

Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer. Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer Anne Ghisolfi-Marque Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse Première rencontre Mme A. 75 ans bénéficie b pour la

Plus en détail

SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences. I- Conduite d un examen psychiatrique

SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences. I- Conduite d un examen psychiatrique ACTIVITES Référentiel métier SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences CONNAISSANCES Référentiel de connaissances et formations de base à acquérir I- Conduite d un entretien psychiatrique à visée diagnostique

Plus en détail

Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée

Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée 1 Une recommandation L alimentation est un soin de base. Elle doit être une priorité absolue

Plus en détail

Expertise et Actions en Nutrition-Santé

Expertise et Actions en Nutrition-Santé Expertise et Actions en Nutrition-Santé ACTIONS...Nutrition! Nutri&Co est une structure ayant pour mission l'aide au développement des actions en nutrition santé. Elle accompagne les collectivités, les

Plus en détail

Démarche qualité en EHPAD. Y. Wolmark Hôpital Bretonneau (Paris 18)

Démarche qualité en EHPAD. Y. Wolmark Hôpital Bretonneau (Paris 18) Démarche qualité en EHPAD Y. Wolmark Hôpital Bretonneau (Paris 18) LA QUALITE Aptitude à satisfaire les besoins exprimés ou implicites des utilisateurs La qualité des soins OMS Garantir à chaque patient

Plus en détail

DEMENCE ET DENUTRITION. A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT

DEMENCE ET DENUTRITION. A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT DEMENCE ET DENUTRITION A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT Maladie d Alzheimer et perte de poids la perte de poids touche 30 à 40 % des patients atteints des patients atteints des formes légères

Plus en détail

LIMITER LES MEDICAMENTS ECRASES POUR RETROUVER LE PLAISIR DE MANGER

LIMITER LES MEDICAMENTS ECRASES POUR RETROUVER LE PLAISIR DE MANGER EVIBE UN OUTIL SIMPLE POUR MESURER LE BIEN- ETRE IMMEDIAT DES PERSONNES AGEES EN EHPAD 31 OCTOBRE 2014 1 LIMITER LES MEDICAMENTS ECRASES POUR RETROUVER LE PLAISIR DE MANGER RESULTATS DE L ETUDE MELA MEDICAMENTS

Plus en détail

FORMATION PREPARATOIRE AU D.E.A.V.S Suite à la réforme du 14 mars 2007

FORMATION PREPARATOIRE AU D.E.A.V.S Suite à la réforme du 14 mars 2007 ACTION ET FORMATION POUR L AIDE AU MAINTIEN A DOMICILE 97, rue Pelleport - 75 020 PARIS - Tél. : 01.40.31.11.96 Fax : 01.40.31.12.00. - e-mail : secretariat@afpam.fr FORMATION PREPARATOIRE AU D.E.A.V.S

Plus en détail

La prise en charge nutritionnelle à domicile ou en institution des patients présentant une maladie d Alzheimer ou apparentée

La prise en charge nutritionnelle à domicile ou en institution des patients présentant une maladie d Alzheimer ou apparentée La prise en charge nutritionnelle à domicile ou en institution des patients présentant une maladie d Alzheimer ou apparentée Par Eva MILESI Diététicienne DE Janvier 2011 Pourquoi cette prise en charge

Plus en détail

A CCUEIL DE JOUR. 55 Allée Charles Victor Naudin Sophia Antipolis 06410 BIOT O FFRIR UN ACCUEIL À LA PERSONNE ATTEINTE DE LA MALADIE

A CCUEIL DE JOUR. 55 Allée Charles Victor Naudin Sophia Antipolis 06410 BIOT O FFRIR UN ACCUEIL À LA PERSONNE ATTEINTE DE LA MALADIE A CCUEIL DE JOUR F ONDÉE LE 1 ER AVRIL 2007 N FINESS : 06 001 640 9 O FFRIR UN ACCUEIL À LA PERSONNE ATTEINTE DE LA MALADIE D A LZHEIMER OU AUTRES SYNDROMES APPARENTÉS, ET AIDER LES FAMILLES DANS LE CADRE

Plus en détail

«Le maintien à domicile en fin de vie : une histoire d implication» Dr Marie-Hélène DELANGLE Nelly LOQUET, Infirmière COMPAS NANTES

«Le maintien à domicile en fin de vie : une histoire d implication» Dr Marie-Hélène DELANGLE Nelly LOQUET, Infirmière COMPAS NANTES «Le maintien à domicile en fin de vie : une histoire d implication» Dr Marie-Hélène DELANGLE Nelly LOQUET, Infirmière COMPAS NANTES Lieux de décès en France Loi du 9 Juin 1999 : «Toute personne malade

Plus en détail

CHARTE D ACCUEIL PETITE ENFANCE HANDICAP

CHARTE D ACCUEIL PETITE ENFANCE HANDICAP CHARTE D ACCUEIL PETITE ENFANCE HANDICAP Perspectives et protocole d accueil des enfants en situation de handicap dans les établissements de la petite enfance Document à enrichir par vos observations et

Plus en détail

«LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV»

«LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV» «LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV» Textes élaborés par la Commission Formation en coordination avec la Commission Bénévolat Mars 1999 à 2002 LA FORMATION : principes généraux - Septembre 2000 Présentation

Plus en détail

DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE

DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE Marie-Noëlle Lombarte. Diététicienne CHU Besançon Service de Radiothérapie-Oncologie médicale/gastroentérologie-nutrition Référent

Plus en détail

tique et Diabète de type 2

tique et Diabète de type 2 Diététique tique et Diabète de type 2 Démarche éducative au RSND41 DU Education pour la santé / Education thérapeutique SALHI Latifa Diététicienne Réseau Santé Nutrition Diabète 41 Réseau Santé Nutrition

Plus en détail

TRACEUR JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT. Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie

TRACEUR JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT. Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT TRACEUR Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie Pauline Bailleul, Responsable Département Management de la Qualité et de la Gestion des Risques 12 juin

Plus en détail

2009-2010 : 1 an après : Bilan et Focus sur les activités

2009-2010 : 1 an après : Bilan et Focus sur les activités 2009-2010 : 1 an après : Bilan et Focus sur les activités Un an après son ouverture, le taux d occupation de la clinique Saint-Joseph est de 90 %. Ce chiffre permet de mesurer la forte demande des familles

Plus en détail

EHPAD LES SOURCES. 04 73 92 94 33 secretariat-sources@ccas-clermont-ferrand.fr LIVRET D ACCUEIL

EHPAD LES SOURCES. 04 73 92 94 33 secretariat-sources@ccas-clermont-ferrand.fr LIVRET D ACCUEIL LIVRET D ACCUEIL PAGE 1 EHPAD LES SOURCES 11 rue Saint-Rames à Clermont-Ferrand 04 73 92 94 33 secretariat-sources@ccas-clermont-ferrand.fr Lignes 6 et 9 Arrêt Vertaizon Ligne 7 Arrêt St Rames Lignes 6

Plus en détail

Ahmed Khelili et Sylvie Drot/ Hôpital Marie Lannelongue CCLIN /ARLIN île de France 15/10/2015

Ahmed Khelili et Sylvie Drot/ Hôpital Marie Lannelongue CCLIN /ARLIN île de France 15/10/2015 Ahmed Khelili et Sylvie Drot/ Hôpital Marie Lannelongue CCLIN /ARLIN île de France 15/10/2015 Réunion des infirmiers(e) hygiéniste CCLIN Paris Nord 1 Certification V 2014 : Procédure d évaluation externe

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL PASA - 2015 Pôle d activités et de soins adaptés

LIVRET D ACCUEIL PASA - 2015 Pôle d activités et de soins adaptés LIVRET D ACCUEIL PASA - 2015 Pôle d activités et de soins adaptés Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes Route de Marseille D 559 83270 SAINT-CYR-SUR-MER Service des établissements

Plus en détail

Analyse d un parcours patient par la méthode du «patient traceur» Dr M.C. Moll Coordonnateur GDR, délégué qualité

Analyse d un parcours patient par la méthode du «patient traceur» Dr M.C. Moll Coordonnateur GDR, délégué qualité Analyse d un parcours patient par la méthode du «patient traceur» Dr M.C. Moll Coordonnateur GDR, délégué qualité 1 Contexte : Certification V2014 Objectifs de la 4 ème itération de la certification V2014

Plus en détail

ACCUEIL DE JOUR THÉRAPEUTIQUE. les LILAS

ACCUEIL DE JOUR THÉRAPEUTIQUE. les LILAS ACCUEIL DE JOUR THÉRAPEUTIQUE les LILAS Les Lilas est une structure d accueil de jour thérapeutique gérée par AgeOptimum s.a.r.l. qui veille à la prise en charge individuelle ou en groupe des personnes

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT CENTRE HOSPITALIER DE SAINT-BRIEUC ---------- CENTRE GERIATRIQUE DES CAPUCINS 17 Rue des Capucins 22027 SAINT-BRIEUC cedex1 Tel : 02 96 01 77 69_02 96 01 71 23 FAX :02 96 01 73 14 accueil-jour-geriatrique@ch-stbrieuc.fr

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION 2015-2016 PARCOURS METIERS - FICHE DE PRESENTATION

PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION 2015-2016 PARCOURS METIERS - FICHE DE PRESENTATION PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION 2015-2016 PARCOURS METIERS - FICHE DE PRESENTATION Intitulé du Parcours métiers SE FORMER AUX METIERS DE L'AIDE A DOMICILE n de l offre de formation 2015 4969 0948 Nom de

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2015 Favoriser la professionnalisation des intervenants à domicile auprès de personnes en HANDEO 38 EN QUELQUES MOTS Les missions principales du Pôle Ressources Local : o Centre

Plus en détail

Retour sur les autres travaux de l ASIP Santé : UNR, HAD et maisons de santé pluri-professionnelles

Retour sur les autres travaux de l ASIP Santé : UNR, HAD et maisons de santé pluri-professionnelles Retour sur les autres travaux de l ASIP Santé : UNR, HAD et maisons de santé pluri-professionnelles Les Rencontres Inter-Régionales de l'asip Santé Jeudi 10 février 2011 Introduction L existence du SI

Plus en détail

vous accompagner MSA Gironde La Prévention Edition 2016 Quelles actions? Pour qui? www.msa33.fr

vous accompagner MSA Gironde La Prévention Edition 2016 Quelles actions? Pour qui? www.msa33.fr vous accompagner MSA Gironde La Prévention Edition 2016 Quelles actions? Pour qui? www.msa33.fr La PRÉVENTION Un enjeu majeur pour la Santé des assurés agricoles et leur famille Le programme de prévention

Plus en détail

Les Echanges Inter Hospitaliers

Les Echanges Inter Hospitaliers Les Echanges Inter Hospitaliers En organisant les Echanges Inter Hospitaliers, a souhaité, dans le cadre du partenariat développé avec les pharmaciens, favoriser des échanges d expériences pratiques au

Plus en détail

Chef de chantier gros oeuvre

Chef de chantier gros oeuvre Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 24/06/2016. Fiche formation Chef de chantier gros oeuvre - N : 19299 - Mise à jour : 08/12/2015 Chef de chantier gros oeuvre Lycée Technique

Plus en détail

INFOS INTER CVS Mai / juin 2014 Elus des Conseils de la Vie Sociale Personnes âgées Séance du 19 mai 2014 SOMMAIRE

INFOS INTER CVS Mai / juin 2014 Elus des Conseils de la Vie Sociale Personnes âgées Séance du 19 mai 2014 SOMMAIRE reseauintercvs91@gmail.com Coderpa91@gmail.com Réseau Inter CVS 95 Rue Rochefort 91000 EVRY 30/05/14 INFOS INTER CVS Mai / juin 2014 Elus des Conseils de la Vie Sociale Personnes âgées Séance du 19 mai

Plus en détail

Rencontre départementale d Ille et Vilaine l Evaluation des structures sociales et médico-sociales LE CADRE NATIONAL

Rencontre départementale d Ille et Vilaine l Evaluation des structures sociales et médico-sociales LE CADRE NATIONAL Rencontre départementale d Ille et Vilaine l Evaluation des structures sociales et médico-sociales LE CADRE NATIONAL 1 EVALUATIONS : LE CADRE LEGISLATIF et REGLEMENTAIRE La loi du 2 janvier 2002 dispose

Plus en détail

LES SOINS PALLIATIFS EN EHPAD et A DOMICILE

LES SOINS PALLIATIFS EN EHPAD et A DOMICILE LES SOINS PALLIATIFS EN EHPAD et A DOMICILE FINALITE DE CET OUTIL Être un support pour la démarche de promotion de l amélioration de la qualité des soins palliatifs et de l accompagnement de la fin de

Plus en détail

handicap : mieux se connaitre

handicap : mieux se connaitre Les services d aide et d accompagnement à domicile pour adultes en situation de handicap : mieux se connaitre pour mieux travailler ensemble. Rachelle LE DUFF, Conseillère technique, CREAI de Bretagne

Plus en détail

Éléments structurant l organisation des séquences de travail des personnels Éducatifs, Enseignants, Soignants

Éléments structurant l organisation des séquences de travail des personnels Éducatifs, Enseignants, Soignants DIRECTION GENERALE Direction des ressources humaines www.ove.asso.fr 19 rue Marius Grosso 69120 VAULX-EN-VELIN Tél. 04 72 07 42 00 - Fax 04 72 07 42 01 contact@ove.asso.fr - http://www.ove.asso.fr Conditions

Plus en détail

L intégration de la psychiatrie à un hôpital de spécialités médico-chirurgicales L exemple des hôpitaux universitaires de Paris (AP-HP)

L intégration de la psychiatrie à un hôpital de spécialités médico-chirurgicales L exemple des hôpitaux universitaires de Paris (AP-HP) L intégration de la psychiatrie à un hôpital de spécialités médico-chirurgicales L exemple des hôpitaux universitaires de Paris (AP-HP) Emmanuel GODDAT directeur d hôpital, directeur adjoint aux relations

Plus en détail

Rencontre inter fonctions publiques

Rencontre inter fonctions publiques La restauration collective quels enjeux Rencontre inter fonctions publiques Février 2013- Jacqueline Maréchal Programme de la rencontre La restauration collective définition Son objectif social Sa participation

Plus en détail

Accueil de Jour. Du maintien de l autonomie. paration à l entrée e en institution. au domicile à la préparation. Centre Hospitalier de Bernay

Accueil de Jour. Du maintien de l autonomie. paration à l entrée e en institution. au domicile à la préparation. Centre Hospitalier de Bernay Accueil de Jour Du maintien de l autonomie l au domicile à la préparation paration à l entrée e en institution Centre Hospitalier de Bernay Accueil de Jour L unité d Accueil de Jour est destinée à prendre

Plus en détail

Convention constitutive du RSVA

Convention constitutive du RSVA RÉSEAU DE SERVICES POUR UNE VIE AUTONOME Convention constitutive du RSVA Vu le code de la santé publique. Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL CENTRE HOSPITALIER DE PERPIGNAN. Personnes atteintes de la maladie d Alzheimer ou troubles apparentés

LIVRET D ACCUEIL CENTRE HOSPITALIER DE PERPIGNAN. Personnes atteintes de la maladie d Alzheimer ou troubles apparentés CENTRE HOSPITALIER DE PERPIGNAN Personnes atteintes de la maladie d Alzheimer ou troubles apparentés LIVRET D ACCUEIL 57, Avenue Victor Dalbiez 66000 PERPIGNAN Bureau Infirmier : 04 68 87 59 55 Secrétariat

Plus en détail

BAROMÈTRE AIDANTS Vague 1

BAROMÈTRE AIDANTS Vague 1 BAROMÈTRE AIDANTS Vague 1 LEVEE D EMBARGO : MARDI 06 OCTOBRE A 10H CONTACTS BVA Anne-Laure GALLAY Directrice des études institutionnelles - BVA Opinion +33 1 71 16 90 88 anne-laure.gallay@bva.fr Domitille

Plus en détail

L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire?

L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire? L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire? Pr JC Desport Réseau LINUT / ARS du Limousin Isle Unité de nutrition et Centre de l Obésité Sévère CHU Limoges INSERM UMR 1094 Faculté de Médecine

Plus en détail

MEDECIN COORDONNATEUR EN EHPAD ET EN ETABLISSEMENTS MEDICO-SOCIAUX POUR ADULTES : UN METIER DIFFERENT?

MEDECIN COORDONNATEUR EN EHPAD ET EN ETABLISSEMENTS MEDICO-SOCIAUX POUR ADULTES : UN METIER DIFFERENT? Université René Descartes Paris V Faculté Cochin Port Royal MEDECIN COORDONNATEUR EN EHPAD ET EN ETABLISSEMENTS MEDICO-SOCIAUX POUR ADULTES : UN METIER DIFFERENT? Dr Virginie CHAPUT DIU médecin coordonnateur

Plus en détail

METHODOLOGIE ET OUTILS

METHODOLOGIE ET OUTILS METHODOLOGIE ET OUTILS OUTIL POUR ORGANISER UNE FORMATION EN CHANTIER CHANTIE ECOLE Contexte Les formations courtes (2 à 5 jours) sont adaptées à un public en emploi. Elles conviennent aux indépendants

Plus en détail

LIVRET D APPUI TECHNIQUE AU TUTEUR EN ENTREPRISE

LIVRET D APPUI TECHNIQUE AU TUTEUR EN ENTREPRISE LIVRET D APPUI TECHNIQUE AU TUTEUR EN ENTREPRISE AFPA AUVERGNE V.04/06 Sommaire OBJECTIF du LIVRET D APPUI TECHNIQUE...2 LE TUTORAT DANS LA LOI...3 CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION DES TUTEURS EN ENTREPRISE...4

Plus en détail

Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT

Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT Critères d inclusion des patients Inclusion Patient âgé d au moins 18 ans Patient atteint d un nouveau cancer découvert

Plus en détail

Règlement d admission en formation préparant au Diplôme d Etat d Auxiliaire de Vie Sociale (DEAVS) à Artigues près Bordeaux

Règlement d admission en formation préparant au Diplôme d Etat d Auxiliaire de Vie Sociale (DEAVS) à Artigues près Bordeaux Maison de la Promotion Sociale Site : www.mps-aquitaine.org Règlement d admission en formation préparant au Diplôme d Etat d Auxiliaire de Vie Sociale (DEAVS) à Artigues près Bordeaux Préliminaire : L

Plus en détail

Bac Pro ACCOMPAGNEMENT, SOINS ET SERVICES A LA PERSONNE

Bac Pro ACCOMPAGNEMENT, SOINS ET SERVICES A LA PERSONNE Bac Pro ACCOMPAGNEMENT, SOINS ET SERVICES A LA PERSONNE DOSSIER D EVALUATION PAR CONTROLE EN COURS DE FORMATION Le dossier contient : Session 201_ OPTION A «A DOMICILE» - les situations d évaluation -

Plus en détail

Enquête nationale sur la satisfaction des patients 2012

Enquête nationale sur la satisfaction des patients 2012 Enquête nationale sur la satisfaction des patients 2012 Version brève du rapport comparatif national Mars 2014, version 1.0 Résumé du rapport comparatif national, mesure 2012 Sommaire 1. Contexte... 3

Plus en détail

Le DPC, en bref. mars 13 n 2

Le DPC, en bref. mars 13 n 2 L OGDPC mars 13 Le DPC, en bref une obligation annuelle pour tous les professionnels de santé une démarche active tout au long de l exercice professionnel une formation professionnelle continue : l acquisition

Plus en détail

Quelques programmes modèles à Genève Professeur François Ferrero

Quelques programmes modèles à Genève Professeur François Ferrero Quelques programmes modèles à Genève Professeur François Ferrero Equipe mobile en psychiatrie adulte Programme pour les troubles psychiques débutants (JADE) Formation des médecins de premier recours Equipe

Plus en détail

Centre Hospitalier D Etampes

Centre Hospitalier D Etampes Centre Hospitalier D Etampes Offre des soins pour vos patients diabétiques En collaboration avec le réseau REVEDIAB SOMMAIRE AVEC LIENS CONSULTATION MEDICALE CONSULTATION DE DIETETIQUE CONSULTATION INFIRMIERE

Plus en détail

Page 5 à 13 Page 15 à 28 Page 30 à 36

Page 5 à 13 Page 15 à 28 Page 30 à 36 Autour du résident L établissement, son management et ses collaborateurs Le développement durable - La bientraitance en EHPAD - L accompagnement au quotidien de la personne âgée - La prévention des chutes

Plus en détail

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL ACCOMPAGNEMENT SOINS ET SERVICES A LA PERSONNE OPTION «EN STRUCTURE»

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL ACCOMPAGNEMENT SOINS ET SERVICES A LA PERSONNE OPTION «EN STRUCTURE» BACCALAUREAT PROFESSIONNEL ACCOMPAGNEMENT SOINS ET SERVICES A LA PERSONNE OPTION «EN STRUCTURE» Guide d élaboration du plan de formation incluant les PFMP Document d aide à destination des équipes d établissement

Plus en détail

Master Administrateur des institutions de recherche et de diffusion des connaissances

Master Administrateur des institutions de recherche et de diffusion des connaissances Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Administrateur des institutions de recherche et de diffusion des connaissances Ecole normale supérieure de Lyon - ENS Lyon (déposant) Université Lumière

Plus en détail

La simulation comme outil dans une démarche de bientraitance

La simulation comme outil dans une démarche de bientraitance La simulation comme outil dans une démarche de bientraitance Le porteur du projet C.H.U. Angers 4 rue Larrey 49033 ANGERS cedex Coordonnées N Benscri : cadre supérieur de santé Le contexte L'origine Le

Plus en détail

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie Recherche épidémiologique sur la maladie d'alzheimer : quelques questions d'éthique Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie P. 1 Les études cas-témoin L un

Plus en détail

«LA CUISINE DE VILLERSEXEL»

«LA CUISINE DE VILLERSEXEL» 3 465 RUE DE MARTINEY 70110 VILLERSEXEL TEL : 03.84.62.49.20 FAX : 03.84.20.29.63 lacuisine@ahs-fc.fr CHEFS DE PRODUCTION : M. YANNICK BARRET M. FRANÇOIS THENAILLER ENTREPRISE ADAPTEE «LA CUISINE DE VILLERSEXEL»

Plus en détail

SERVICE DE MEDIATION HOSPITALIERE. Réglement d ordre intérieur

SERVICE DE MEDIATION HOSPITALIERE. Réglement d ordre intérieur SERVICE DE MEDIATION HOSPITALIERE Réglement d ordre intérieur Coordonnées Médiatrice Laetitia Salembier Tel : 065 41 30 40 Fax : 065 41 30 19 Mail : mediation@hap.be Boulevard Kennedy 2 7000 MONS Edité

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL C.S.A.P.A L ASTROLABE. Centre de Soins d'accompagnement et de Prévention en Addictologie. Tel : 02.98.62.64.02. Fax : 02.98.62.64.

LIVRET D ACCUEIL C.S.A.P.A L ASTROLABE. Centre de Soins d'accompagnement et de Prévention en Addictologie. Tel : 02.98.62.64.02. Fax : 02.98.62.64. LIVRET D ACCUEIL Centre de Soins d'accompagnement et de Prévention en Addictologie C.S.A.P.A L ASTROLABE 74, rue de Brest B.P. 97237 29 672 MORLAIX CEDEX Tel : 02.98.62.64.02 Fax : 02.98.62.64.77 Mail

Plus en détail

Le patient traceur. Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé. Août 2014 ACC01_F205_B

Le patient traceur. Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé. Août 2014 ACC01_F205_B Le patient traceur Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé Août 2014 ACC01_F205_B 1 La méthode du patient traceur Définition Méthode d évaluation et d amélioration

Plus en détail

CONCOURS GENERAL SESSION 2009

CONCOURS GENERAL SESSION 2009 CONCOURS GENERAL SESSION 2009 Epreuve d admission Partie écrite : Durée : 2 heures Le Centre hospitalier du Val d Ariège (CHVA) est inscrit dans un réseau local de lutte contre les infections nosocomiales

Plus en détail

DES PLANS A LA RÉALITÉ DU TERRAIN

DES PLANS A LA RÉALITÉ DU TERRAIN LA MALADIE D ALZHEIMER UN DÉFI SOCIAL DES PLANS A LA RÉALITÉ DU TERRAIN Dr Nadir KADRI Neurogériatre Service de Gériatrie Aiguë, SSR, EHPAD-SLD, Consultation mémoire Hôpital Saint-Julien, CHU de Rouen

Plus en détail

Préfecture de Guadeloupe Sous-Préfète chargée de mission Rue Lardenoy 97100 BASSE TERRE. aapess@guadeloupe.pref.gouv.fr.

Préfecture de Guadeloupe Sous-Préfète chargée de mission Rue Lardenoy 97100 BASSE TERRE. aapess@guadeloupe.pref.gouv.fr. Soutien de l économie sociale et solidaire APPEL A PROJETS DOSSIER DE CANDIDATURE Le dossier complet est à déposer à minuit au plus tard le 15 juillet 2016 sous forme postale à Préfecture de Guadeloupe

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Mission interministérielle pour la protection de femmes victimes de violences et la lutte contre la traite des êtres humains Personne chargée du dossier : Annie GARCIA Tel : 01 40 56 89 69 annie.garcia@miprof.gouv.fr

Plus en détail

Compte-rendu atelier Eco-assainissement

Compte-rendu atelier Eco-assainissement Compte-rendu atelier Eco-assainissement 14 au 16 Septembre 2010 à N Djamena : Atelier d accompagnement des acteurs humanitaires et d échange d expérience «Opérationnalisation des projets d Assainissement

Plus en détail

CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE

CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE RAPPORT AU CONSEIL GENERAL Direction Générale des Services Direction de la Solidarité 81 CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE Par délibération du 2 juillet 2007, notre assemblée a adopté son schéma

Plus en détail

Nous vous remercions de la confiance que vous nous témoignez.

Nous vous remercions de la confiance que vous nous témoignez. Madame, Monsieur, Le Président et les membres du Conseil d Administration de l ORSAC, l ensemble du Personnel et la Direction de l Etablissement vous souhaitent la bienvenue au sein de l EHPAD Le Clos

Plus en détail

ÉPREUVE E2 Analyse de situation(s) professionnelle(s) DOSSIER TECHNIQUE

ÉPREUVE E2 Analyse de situation(s) professionnelle(s) DOSSIER TECHNIQUE Baccalauréat professionnel Accompagnement, soins et services à la personne Options «À domicile» et «En structure» ÉPREUVE E2 Analyse de situation(s) professionnelle(s) DOSSIER TECHNIQUE Sommaire Document

Plus en détail

Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient diabétique sortant : expérience du service de diabétologie.

Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient diabétique sortant : expérience du service de diabétologie. Mme Nathalie GROUAS, IDE service de Diabétologie Dr SANGUIN, Médecin Diabétologue Dr Anne-Marie CAMINONDO, Pharmacien Dr Annie ATHOUEL, Pharmacien Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient

Plus en détail

COHESION SOCIALE LE PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE -=-=-=-

COHESION SOCIALE LE PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE -=-=-=- COHESION SOCIALE LE PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE -=-=-=- I BASES REGLEMENTAIRES Le plan de cohésion sociale (programmes 15 et 16) et la loi n 2005-32 du 18 janvier 2005 de programmation pour la cohésion

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience MINISTERE CHARGE DES AFFAIRES SOCIALES Diplôme d Etat d éducateur spécialisé Guide à l'intention des membres de jurys de validation des acquis de l'expérience 1 / 26 Notice explicative Vous allez prochainement

Plus en détail

Fiche formation Baccalauréat professionnel spécialité accompagnement, soins, services à la personne - N : 14493 - Mise à jour : 06/05/2015

Fiche formation Baccalauréat professionnel spécialité accompagnement, soins, services à la personne - N : 14493 - Mise à jour : 06/05/2015 Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 18/11/2015. Fiche formation Baccalauréat professionnel spécialité accompagnement, soins, services à la personne - N : 14493 - Mise à

Plus en détail

Modalités STAGE 3 Promotion VAN GOGH 2015-2016 IFAS ST QUENTIN S L ENFANT Janvier 2016

Modalités STAGE 3 Promotion VAN GOGH 2015-2016 IFAS ST QUENTIN S L ENFANT Janvier 2016 Modalités STAGE 3 Promotion VAN GOGH 2015-2016 IFAS ST QUENTIN S L ENFANT Janvier 2016 2 DEROULEMENT STAGE DATE: 11 janvier au 5 février 2016 MSP entre le Vendredi 22 février et le 4 février 2016 Mercredi

Plus en détail

Plan POLITIQUE RÉGIONALE DES AÎNÉS. d action 2015-2017

Plan POLITIQUE RÉGIONALE DES AÎNÉS. d action 2015-2017 POLITIQUE RÉGIONALE DES AÎNÉS Plan d action 2015-2017 Constats Plusieurs aînés rencontrés connaissent peu ou pas les différents services offerts par le réseau public ou communautaire sur le territoire

Plus en détail

Débouchés : Ingénieurs dans les établissements de santé (hôpitaux publiques et privés), Chef de projet, Consultant dans

Débouchés : Ingénieurs dans les établissements de santé (hôpitaux publiques et privés), Chef de projet, Consultant dans Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 25/06/2016. Fiche formation Master ISS : Ingénierie des services et systèmes. Spécialité : technologie et territoire de santé - N : 4379

Plus en détail

Retour d expérience. Dr Anne MORILLON. Pôle Gériatrie Centre hospitalier de Montereau

Retour d expérience. Dr Anne MORILLON. Pôle Gériatrie Centre hospitalier de Montereau Retour d expérience Dr Anne MORILLON Pôle Gériatrie Centre hospitalier de Montereau Limites de la formation institutionnelle Nombre de places limité Annulation pour cause de plannings Difficultés à former

Plus en détail

Conseiller, Consultant, Responsable Formation. 180 h 192 h h h 420 h 372 h

Conseiller, Consultant, Responsable Formation. 180 h 192 h h h 420 h 372 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Spécialité : Volume horaire étudiant : Formation dispensée en : Sciences Humaines et Sociales Education et Formation Conseiller, Consultant, Responsable Formation

Plus en détail

À L ÉCOLE, ON PREND SOIN DE MA SANTÉ MENTALE

À L ÉCOLE, ON PREND SOIN DE MA SANTÉ MENTALE À L ÉCOLE, ON PREND SOIN DE MA SANTÉ MENTALE RÉFÉRENTIEL EN SANTÉ MENTALE À L INTENTION DES COMMISSIONS SCOLAIRES DE LA MONTÉRÉGIE Présentation faite au Congrès du CQJDC Québec 24 avril 2014 Anne-Marie

Plus en détail

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2015-2016 Alexandra CURT - Claire EMERIT - Estelle GARCIA Formatrices Sylvie CLARY - Directrice L équipe

Plus en détail

GERONTOLOGIE GERIATRIE 1 - GERONTOLOGIE :

GERONTOLOGIE GERIATRIE 1 - GERONTOLOGIE : GERONTOLOGIE GERIATRIE 1 - GERONTOLOGIE : 1 Quitter la vie sans déchoir 2 Médecine générale et personnes âgées 3 Particularités sémiologiques du sujet âgé 4 Le traitement des douleurs chez les vieillards

Plus en détail

Protocole d allégement

Protocole d allégement Protocole d allégement 1- Allégements réglementaires applicables à tous les candidats dont ceux ayant obtenu une validation partielle par voie de VAE Les candidats qui justifient : Un diplôme au moins

Plus en détail

Deux nouveaux outils de formations pour les formateurs

Deux nouveaux outils de formations pour les formateurs Deux nouveaux outils de formations pour les formateurs Françoise Galland*, Myriam Blidi** *Cofondatrice et directrice de l association SPARADRAP *Chargée de projet, responsable du secteur formation Association

Plus en détail

«L Animation comme thérapie»

«L Animation comme thérapie» «L Animation comme thérapie» Docteur Imad Sfeir Madame Sarah Busson 21 ème Journée Gérontologique le 17 octobre 2013 1 Introduction GROUPEMENT DE COOPERATION SANITAIRE AMPLITUDE Perte de mémoire, perte

Plus en détail

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS 2015

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS 2015 NOTICE DE RENSEIGNEMENTS 2015 SOMMAIRE I QUI PEUT VENIR A SAINT-CYR-SUR-MER? II QUELS TYPES DE RESIDENTS SONT RECUS A SAINT-CYR- SUR-MER? III QUEL EST LE COUT DU SEJOUR? IV QUELLES DEMARCHES ENTREPRENDRE

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS ET AIDES SOIGNANTS

INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS ET AIDES SOIGNANTS Madame Gabrielle BAEUMLER Directrice des soins I.F.S.I- I.F.A.S INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS ET AIDES SOIGNANTS GROUPE HOSPITALIER LA ROCHELLE RE AUNIS Rue du Dr Schweitzer 17019 LA ROCHELLE

Plus en détail

Catalogue des formations 2015-2016

Catalogue des formations 2015-2016 Catalogue des formations 2015-2016 valable jusque décembre 2016 Institut de Formation Aides-Soignants (IFAS) et Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) du Centre Hospitalier Compiègne-Noyon Organisme

Plus en détail

Charte Réseau de santé Epsilon

Charte Réseau de santé Epsilon EPSILON Réseau de coordination à domicile Gérontologie - Soins de support - Soins palliatifs Charte Réseau de santé Epsilon Quatrième version créée du fait du déménagement en mars 2012, faisant suite :

Plus en détail

Formation PNNS. de formateurs. istna. Organisée par le

Formation PNNS. de formateurs. istna. Organisée par le Formation de formateurs PNNS Organisée par le istna Publics visés Les publics visés en priorité par les formations sont : Les professionnels de la nutrition et de l activité physique, intervenant comme

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL DE L HEBERGEMENT TEMPORAIRE

LIVRET D ACCUEIL DE L HEBERGEMENT TEMPORAIRE LIVRET D ACCUEIL DE L HEBERGEMENT TEMPORAIRE Ce livret d accueil est réalisé à votre intention vous permettant d obtenir toutes les informations utiles en vue de votre séjour au Village Répit Familles

Plus en détail

DEMANDE D APPROBATION D UNE FORMATION RELATIVE À L EXPÉRIMENTATION ANIMALE

DEMANDE D APPROBATION D UNE FORMATION RELATIVE À L EXPÉRIMENTATION ANIMALE N 15012*01 DEMANDE D APPROBATION D UNE FORMATION RELATIVE À L EXPÉRIMENTATION ANIMALE ARTICLE R. 214-130 DU CODE RURAL ET DE LA PÊCHE MARITIME ARRÊTÉ DU 1ER FÉVRIER 2013 RELATIF À L ACQUISITION ET À LA

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 43

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 43 29 Rajab 1430 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 43 15 Décret exécutif n 09-240 du 29 Rajab 1430 correspondant au portant statut particulier des fonctionnaires appartenant aux corps des psychologues

Plus en détail

Maison de Retraite Saint-Martin 48500 La Canourgue. Charte des Droits et Libertés Des Résidents

Maison de Retraite Saint-Martin 48500 La Canourgue. Charte des Droits et Libertés Des Résidents Maison de Retraite Saint-Martin 48500 La Canourgue Charte des Droits et Libertés Des Résidents Arrêté du 08 septembre 2003 relatif à la charte des droits et libertés de la personne accueillie, mentionnée

Plus en détail

Nouvelle procédure d autorisation par appel à projet Dossier de presse 30 juillet 2010

Nouvelle procédure d autorisation par appel à projet Dossier de presse 30 juillet 2010 Nouvelle procédure d autorisation par appel à projet Dossier de presse 30 juillet 2010 1 Sommaire Une réforme pour qui? Une réforme pour quoi? Objectifs et bénéfices attendus - Répondre plus rapidement

Plus en détail

SAVS : Projet d établissement SAVS

SAVS : Projet d établissement SAVS SAVS : Projet d établissement Les autorisations Autorisation du 14 septembre 2001 : Ce service s adresse aux seules personnes fréquentant le centre Ad appro ; il est destiné au soutien pour une vie à domicile

Plus en détail

Permanence d Accès aux Soins de Santé CHU de Nice

Permanence d Accès aux Soins de Santé CHU de Nice 04 92 03 32 13 Permanence d Accès aux Soins de Santé CHU de Nice Comment répondre à la précarité aux urgences? Dr Pierre-Marie TARDIEUX Responsable PASS du CHU de NICE Vous rêvez d action, de mouvement

Plus en détail

Qu est-ce qu un facteur de risque?

Qu est-ce qu un facteur de risque? Edito Cette enquête est le fruit d une collaboration exemplaire de l Union Régionale des Médecins Libéraux et de l Union Régionale des Caisses d Assurance Maladie de Corse. Elle témoigne de la volonté

Plus en détail