Antoine Delage MDCM, FRCPC Institut universitaire de cardiologie et pneumolgie de Québec

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Antoine Delage MDCM, FRCPC Institut universitaire de cardiologie et pneumolgie de Québec"

Transcription

1 Antoine Delage MDCM, FRCPC Institut universitaire de cardiologie et pneumolgie de Québec

2 Introduction: Quatre questions fondamentales Un sujet atteint de cancer développe un épanchement pleural: S agit-il d un épanchement néoplasique ou paranéoplasique? Quel est le pronostic de la maladie? Sera-t-il soulagé par le traitement? Quelle est la meilleure option thérapeutique?

3 Epanchement pleural et cancer: Diagnostic différentiel Epanchement néoplasique Épanchement paranéoplasique: Compression ou obstruction bronchique Médicamenteux (www.pneumotox.org) Parapneumonique Embolie pulmonaire Chylothorax Insuffisance cardiaque «Trapped lung» «Trapped lung»

4 Epanchement pleural et cancer: Thoracentèse en premier lieu Thoracentèse diagnostique Transudatif vs exudatif Décompte cellulaire Cytologie (sensibilité de 65% pour une ponction, 92% après 2 ponctions) et thérapeutique 25% de épanchements sont asymptomatiques Déterminer si l évacuation de liquide corrige la dyspnée et autres symptômes Attention si plus de 1500 ml à la fois

5 Epanchement pleural malin Site primaire et fréquence

6 Epanchement pleural malin Pronostic Dépendant de la tumeur primaire: Survie médiane générale: 3-12 mois Poumon: environ 1 mois Sein: mois Facteurs prédictifs: Aucun facteur clinique corrélé Indice de Karnofsky relié à la survie dans une étude rétrospective (<30 vs >70)

7 Options thérapeutiques Observation: Asymptomatique ou en fin de vie Thoracentèses répétées Chimiothérapie/ radiothérapie Pleurodèse: Thoracoscopie médicale ou VATS Drain thoracique Cathéter pleural tunnelisé

8

9 Options thérapeutiques Thoracentèses répétitives Option acceptable pour le patient ayant un mauvais statut de performance ou une survie prédite très courte Évite l hospitalisation Acceptable chez les sujets dont l épanchement se réaccummule lentement (>2-3 mois)

10 Options thérapeutiques Drainage percutané Gros drain (24-32F) vs petit drain (10-14F): Équivalent dans les études mais gros drain cause plus d inconfort Pour pleurodèse via drain thoracique: 3 études randomisées comparant drains de calibres gros et petit n ont démontré aucune différence

11 Options thérapeutiques Pleurodèse chimique Administration d un agent sclérosant via le drain thoracique ou par thoracoscopie Poudrage vs instillation via drain Si drain en place: Réexpansion radiologique vs drainage < 150 ml/ jr: équivalent mais durée de séjour plus courte si on se fie à la radiologie

12 Pleurodèse chimique Agents sclérosants Talc (silicate de magnésie) Dose de 5 g diluée dans ml Cas rapportés d ARDS et d hypoxie avec talc non-calibré mais risque moindre avec talc à grosses particules (> 15 um) Efficacité % selon études Bléomycine (60,000U) Moins efficace et plus coûteuse (79% vs 90% dans une étude vs talc) Tétracycline (750 mg) Probablement moins efficace et plus douloureux

13 Pleurodèse chimique Technique Analgésie: Lidocaïne 3 mg/kg (ad 250 mg) intrapleurale réduit la douleur AINS pour la douleur post-instillation mais pourrait nuire (études animales) Pas nécessaire de faire tourner le patient Clamper le drain pour une heure après l administration Enlever le drain h après si peu de drainage

14 Options thérapeutiques Thoracoscopie Pour confirmer un diagnostic suspecté chez un patient avec un bon état général et cytologie pleurale négative Faible taux de complications Sensibilité >90% Peut faire pleurodèse par poudrage avec efficacité % Pleurectomie est très morbide par contre (19% mortalité périopératoire)

15 Options thérapeutiques Cathéters pleuraux tunnelisé Indication principale: Épanchement récurrent malgré pleurodèse «Trapped lung» Insertion peut-être faite en ambulatoire Drainage fait au besoin en externe avec système dédié Utilisée en première intention dans certains centres Désavantage: coût élevé

16 Cathéters pleuraux tunnelisés Cathéter avant insertion Système de drainage

17 Cathéters pleuraux tunnelisés

18 Cathéters pleuraux tunnelisés Série de 250 patients avec épanchement pleural néoplasique Soulagement de la dyspnée dans 88% des sujets Pleurodèse spontanée chez 42,9% après environ 6 semaines

19 Cathéters pleuraux tunnelisés Indications: «Trapped lung» Mauvais statut de performance Échec à la pleurodèse Veut éviter l hospitalisation Contre-indications: Survie très courte attendue Coagulopathie Dermatite radique ou infection au site prévu Chylothorax Empyème ou épanchement multiloculé

20 Conclusion Premier réflexe devant un épanchement chez le sujet atteint de cancer: thoracentèse diagnostique et thérapeutique Si réponse symptomatique: Drainage percutané et pleurodèse Thoracoscopie si cytologie négative Cathéter tunnelisé Le but sera toujours le soulagement de la dyspnée et éviter de prolonger le séjour intra-hospitalier

La plèvre en 2008 V. Bosshard 17 juin 2009

La plèvre en 2008 V. Bosshard 17 juin 2009 La plèvre en 2008 V. Bosshard 17 juin 2009 Plan de la présentation Analyse du liquide pleural (1) Prise en charge des épanchements pleuraux malins (2) Toxicité médicamenteuse (1) Hydrothorax réfractaire

Plus en détail

THORACOSCOPIE MEDICALE THORACOSCOPIE MEDICALE. Clinique 14/05/2010 QUELQUES NOTIONS DE BASE

THORACOSCOPIE MEDICALE THORACOSCOPIE MEDICALE. Clinique 14/05/2010 QUELQUES NOTIONS DE BASE THORACOSCOPIE MEDICALE THORACOSCOPIE MEDICALE Noureddine Gharbi Université Paris-Sud Schematic diagram of pleural anatomy QUELQUES NOTIONS DE BASE ; s.c.=systemic capillary; p.c.=pulmonary capillary. Modified

Plus en détail

Epanchement pleural - ou pleurésie

Epanchement pleural - ou pleurésie Epanchement pleural - ou pleurésie Définition Egalement appelé pleurésie, l épanchement pleural est défini par la présence de liquide entre les deux feuillets de la plèvre (le feuillet viscéral qui recouvre

Plus en détail

Métastases Pulmonaires

Métastases Pulmonaires Métastases Pulmonaires Diagnostic, et traitement «local» Philippe Girard, Stéphane Lenoir Institut Mutualiste Montsouris, Paris Métastases Pulmonaires 1. Présentation radio-clinique, diagnostic 2. Traitement

Plus en détail

Systèmes de drainage en soins. domicile. Saint Sauveur Docteur JM Commer ICO Paul Papin/HAD Saint S

Systèmes de drainage en soins. domicile. Saint Sauveur Docteur JM Commer ICO Paul Papin/HAD Saint S Systèmes de drainage en soins palliatifs: intérêts, utilisation et limites au domicile Gwenaëlle Peltier IDE HAD Saint Sauveur Docteur JM Commer ICO Paul Papin/HAD Saint S Pleurésies tumorales récidivantes

Plus en détail

Urgences oncologiques et pronostic

Urgences oncologiques et pronostic Urgences oncologiques et pronostic Gorham, Julie 14/11/15 S Urgences oncologiques et pronostic S Aucun conflit d intérêt à déclarer Urgences oncologiques et pronostic S Peu de données sur le sujet Amanda

Plus en détail

Ambroise Paré mostafa.elhajjam, pascal.lacombe

Ambroise Paré mostafa.elhajjam, pascal.lacombe Ambroise Paré 1517-1590 Imagerie Interventionnelle Thoracique mostafa.elhajjam, pascal.lacombe Service de Radiologie- Hôpital Ambroise Paré Université Versailles-UFR-Paris-Ile-de-France-Ouest Principes

Plus en détail

Table des matières. Module 8. Immunopathologie Réaction inflammatoire I. DÉFINITIONS GÉNÉRALITÉS 14 II. PHYSIOPATHOLOGIE 14 III.

Table des matières. Module 8. Immunopathologie Réaction inflammatoire I. DÉFINITIONS GÉNÉRALITÉS 14 II. PHYSIOPATHOLOGIE 14 III. Table des matières CHAPITRE 1. ALLERGIES ET HYPERSENSIBILITÉS CHEZ L ENFANT 13 ET L ADULTE : ASPECTS ÉPIDÉMIOLOGIQUES, DIAGNOSTIQUES ET PRINCIPES DE TRAITEMENT I. DÉFINITIONS GÉNÉRALITÉS 14 II. PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

Docteur Gabriel Le Moël Service de pneumologie. CHLP Journée ARKM 19/11/2016 LES LIMITES DE LA RADIOGRAPHIE PULMONAIRE

Docteur Gabriel Le Moël Service de pneumologie. CHLP Journée ARKM 19/11/2016 LES LIMITES DE LA RADIOGRAPHIE PULMONAIRE Docteur Gabriel Le Moël Service de pneumologie. CHLP Journée ARKM 19/11/2016 LES LIMITES DE LA RADIOGRAPHIE PULMONAIRE RADIO DE THORAX a-t-elle encore un intérêt? Place de radio de thorax dans le cadre

Plus en détail

PLEURESIES SERO FIBRINEUSES. Préparé par JL Pujol. Inflammation exsudative de la plèvre

PLEURESIES SERO FIBRINEUSES. Préparé par JL Pujol. Inflammation exsudative de la plèvre PLEURESIES SERO FIBRINEUSES Préparé par JL Pujol Inflammation exsudative de la plèvre Pleurésies liées à une affection autonome Pleurésies loco régionale Pleurésies liées à une affection générale soit

Plus en détail

DENUTRITION ET CANCER

DENUTRITION ET CANCER DENUTRITION ET CANCER Pr Julien Mazières Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de pneumologie Hôpital Larrey, CHU Toulouse Introduction La malnutrition atteint la majorité des patients porteurs

Plus en détail

L ultrafiltration appliquée au domaine de l insuffisance cardiaque

L ultrafiltration appliquée au domaine de l insuffisance cardiaque L ultrafiltration appliquée au domaine de l insuffisance cardiaque RAPPORT DU GROUPE D EXPERTS EN INSUFFISANCE CARDIAQUE DU RÉSEAU QUÉBÉCOIS DE CARDIOLOGIE TERTIAIRE RQCT INDICATIONS CLINIQUES POUR L ULTRAFILTRATION

Plus en détail

Comment préparer un sujet âgé à la chirurgie oncologique thoracique?

Comment préparer un sujet âgé à la chirurgie oncologique thoracique? Comment préparer un sujet âgé à la chirurgie oncologique thoracique? Pr. Bruno Degano (Pneumologue Explorations fonctionnelles respiratoires CHRU Besançon) Chirurgie : traitement de choix si la tumeur

Plus en détail

Comité d Organisation : Responsables : Professeur Eric Deutsch Docteur Benjamin Besse

Comité d Organisation : Responsables : Professeur Eric Deutsch Docteur Benjamin Besse Diplôme Universitaire de Carcinologie Thoracique Intégrée Programme 5 modules de 2 jours répartis de Janvier à Mai 2017 avec contrôle des connaissances le Vendredi 16 juin 2017 1 journée TP moléculaires

Plus en détail

Pleurésies malignes révélatrices d un cancer : Etiologies et discussion des investigations paracliniques

Pleurésies malignes révélatrices d un cancer : Etiologies et discussion des investigations paracliniques UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE Année 2004 N 115 T H E S E pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Qualification en Pneumologie par Marie MARCQ Née le 09 juin 1975 à Lille (59) Présentée

Plus en détail

Auteurs : JC. Guérin, A. Taytard pour le collège des Professeurs de pneumologie P. Astoul. Q 276 : Pneumothorax

Auteurs : JC. Guérin, A. Taytard pour le collège des Professeurs de pneumologie P. Astoul. Q 276 : Pneumothorax Créé le 22/02/2005 Révisé le 09/03/2007 Auteurs : JC. Guérin, A. Taytard pour le collège des Professeurs de pneumologie P. Astoul (Mis à jour le 09/03/2007) Q 276 : Objectifs pédagogiques terminaux (Q

Plus en détail

3 NOUVEAUX TYPES DE TRAITEMENTS RADIO- ONCOLOGIQUES

3 NOUVEAUX TYPES DE TRAITEMENTS RADIO- ONCOLOGIQUES 3 NOUVEAUX TYPES DE TRAITEMENTS RADIO- ONCOLOGIQUES Dr Marc-François Cyr Dre Sabrina Selmani Dre Alexandra Waters À VENIR À RIMOUSKI Journée scientifique en oncologie Octobre 2017 Plan de la présentation

Plus en détail

L'examen physique : syndrome pleural unilatéral = matité à la percussion, diminution des vibrations vocales, diminution du murmure vésiculaire

L'examen physique : syndrome pleural unilatéral = matité à la percussion, diminution des vibrations vocales, diminution du murmure vésiculaire LES PATHOLOGIES PLEURALES I/ Introduction La cavité pleurale est une cavité virtuelle chez le sujet sain, elle n'apparaîtra que chez le sujet malade. Elle est limitée par la plèvre pariétale (adhérente

Plus en détail

EXSUDATS : DES NOUVEAUTÉS?

EXSUDATS : DES NOUVEAUTÉS? EXSUDATS : DES NOUVEAUTÉS? Vincent JOUNIEAUX Service de Pneumologie Réanimation Respiratoire CHU Amiens AFMP. Dubrovnik, 9-13 avril 2014 PLAN 1-CRITERES de LIGHT 2-PLEURESIES TUBERCULEUSES 3-PLEURESIES

Plus en détail

Traitement du cancer du poumon avancé

Traitement du cancer du poumon avancé Traitement du cancer du poumon avancé Joffre C. Allard, M.D., Rimouski Octobre 2008 Plan Classification TNM : qu est-ce qu un stade IV? Cancer du poumon non à petites cellules Chimiothérapie palliative

Plus en détail

F. Thorax. Sommaire 01 F 02 F 03 F 04 F 05 F 06 F 07 F 08 F 09 F 10 F 11 F 12 F 13 F 14 F 15 F 16 F

F. Thorax. Sommaire 01 F 02 F 03 F 04 F 05 F 06 F 07 F 08 F 09 F 10 F 11 F 12 F 13 F 14 F 15 F 16 F F. Thorax Sommaire 01 F 02 F 03 F 04 F 05 F 06 F 07 F 08 F 09 F 10 F 11 F 12 F 13 F 14 F 15 F 16 F Douleur thoracique non spécifique... 1 Traumatisme thoracique mineur... 1 Contrôle médical avant embauche

Plus en détail

Pr P.HAINAUT Médecine Interne Cliniques Universitaires St Luc

Pr P.HAINAUT Médecine Interne Cliniques Universitaires St Luc Maladie thromboembolique veineuse Diagnostic Pr P.HAINAUT Médecine Interne Cliniques Universitaires St Luc 1 Embolie pulmonaire (EP) et thrombose veineuse profonde (TVP) Environ 50% des patients avec TVP

Plus en détail

Réunion du 3C Dr Jean Dubrez Clinique St Etienne

Réunion du 3C Dr Jean Dubrez Clinique St Etienne Le cathetertunnélisé«pleur X» : une solution non invasive pour le traitement des épanchements pleuraux malins chez les patients avec altération de l état général. Réunion du 3C 09.10.2013 Dr Jean Dubrez

Plus en détail

PRISE EN CHARGE MEDICO- CHIRURGICALE DU PNEUMOTHORAX IDIOPATHIQUE SPONTANE BENIN

PRISE EN CHARGE MEDICO- CHIRURGICALE DU PNEUMOTHORAX IDIOPATHIQUE SPONTANE BENIN PRISE EN CHARGE MEDICO- CHIRURGICALE DU PNEUMOTHORAX IDIOPATHIQUE SPONTANE BENIN Dr P. BAGAN Services de Chirurgie Thoracique HEGP Paris CHVD Argenteuil PHYSIOPATHOLOGIE PNEUMOTHORAX: Présence d air dans

Plus en détail

1. Décrivez les signes radiologiques

1. Décrivez les signes radiologiques Patiente de 45 ans présentant une toux productive depuis 10 jours associée à une fièvre à 38 5 et une dyspnée d aggravation récente sur quelques jours pour des efforts de la vie courante et des douleurs

Plus en détail

Facteurs pronostiques et traitement des métastases cérébrales

Facteurs pronostiques et traitement des métastases cérébrales Facteurs pronostiques et traitement des métastases cérébrales Avi ASSOULINE Réunion du CORP 22/05/2008 Introduction Fréquent : 20-40% des patients cancéreux Plus fréquentes des tumeurs cérébrales Incidence

Plus en détail

APPENDICITE AIGÜE Y A T IL UNE PLACE POUR LE TRAITEMENT MÉDICALE?

APPENDICITE AIGÜE Y A T IL UNE PLACE POUR LE TRAITEMENT MÉDICALE? Caryne Lessard, MD FRCSC Chirurgienne Générale CSSS Gatineau Montebello février 2014 APPENDICITE AIGÜE Y A T IL UNE PLACE POUR LE TRAITEMENT MÉDICALE? OBJECTIFS Connaître les indications et contreindications

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA TUBERCULOSE DES SEREUSES

TRAITEMENT DE LA TUBERCULOSE DES SEREUSES TRAITEMENT DE LA TUBERCULOSE DES SEREUSES Dr Chakib Marrakchi Cours du collège des maladies infectieuses Sfax le 10 4 2013 INTRODUCTION Tunisie: Tuberculose déclarés: 2964 cas Tuberculose extra pulmonaire:

Plus en détail

Traitement des carcinoses péritonéales

Traitement des carcinoses péritonéales Traitement des carcinoses péritonéales Jean-Louis Legoux Service d Hépato-Gastroentérologie et Oncologie Digestive Centre Hospitalier Régional d Orléans Bernard Denis Service d Hépato-Gastroentérologie,

Plus en détail

Cancer et dyspnée: comment peut-on soulager? Dr Lise Tremblay 10 mai 2010

Cancer et dyspnée: comment peut-on soulager? Dr Lise Tremblay 10 mai 2010 Cancer et dyspnée: comment peut-on soulager? Dr Lise Tremblay 10 mai 2010 Objectifs Comprendre la physiopathologie de la dyspnée Connaître les traitements disponibles pour soulager la dyspnée Définir la

Plus en détail

ASPECT PNEUMOLOGIQUE DU CAS CLINIQUE

ASPECT PNEUMOLOGIQUE DU CAS CLINIQUE ASPECT PNEUMOLOGIQUE DU CAS CLINIQUE Bronchopneumonie BPCO sévère Traitements symptomatiques Traitement causal Oxygénothérapie Fluidifiants Kiné respiratoire +++ Broncho-aspiration? VNI? Revoir mode d

Plus en détail

61émes Journées Françaises de Radiologie diagnostique et interventionnelle octobre 2013 Paris

61émes Journées Françaises de Radiologie diagnostique et interventionnelle octobre 2013 Paris 61émes Journées Françaises de Radiologie diagnostique et interventionnelle 18 22 octobre 2013 Paris T Bassaid(1), E Taleb(1), J M Tubiana(2), H Mahmoudi(1). (1) Oran - Algérie, (2) Paris France toufikbassaid@yahoo.fr

Plus en détail

CPU CASE N3 DR SASSI.M Le 26/04/2013

CPU CASE N3 DR SASSI.M Le 26/04/2013 CPU CASE N3 DR SASSI.M Le 26/04/2013 Patient âgé de 69 ans dont ses ATCD: HTA depuis 12 ans sous lopril 2cps /j Diabétique sous daonil 3cps /j dyslipidémie non traitée hospitalise en cardio pour TVP en

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mars 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mars 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 mars 2008 TARCEVA 25 mg, comprimé pelliculé (369 232-3) TARCEVA 100mg, comprimé pelliculé (369 234-6) TARCEVA 150 mg, comprimé pelliculé (369 235-2) B/ 30 Laboratoire

Plus en détail

Embolisation des ruptures de malformations artérioveineuses pulmonaires dans la maladie de Rendu-Osler

Embolisation des ruptures de malformations artérioveineuses pulmonaires dans la maladie de Rendu-Osler Embolisation des ruptures de malformations artérioveineuses pulmonaires dans la maladie de Rendu-Osler P Lacombe*, M El Hajjam*, S Binsse*, E Kuhl** **, J Desperramons*, JP Pelage* *Consultation pluridisciplinaire

Plus en détail

Intérêt de la biopsie pulmonaire chirurgicale en réanimation. DESC Réanimation médicale 2009 Mathilde ROL (Toulouse)

Intérêt de la biopsie pulmonaire chirurgicale en réanimation. DESC Réanimation médicale 2009 Mathilde ROL (Toulouse) Intérêt de la biopsie pulmonaire chirurgicale en réanimation DESC Réanimation médicale 2009 Mathilde ROL (Toulouse) Technique : en théorie 2 possibilités chirurgicales : Thoracotomie Thoracoscopie 2 localisations

Plus en détail

Cystites radiques hématuriques traitées par OHB Bilan à 3 mois et 1 an

Cystites radiques hématuriques traitées par OHB Bilan à 3 mois et 1 an Cystites radiques hématuriques traitées par OHB Bilan à 3 mois et 1 an Genestal M, Bouaziz M, Barthet MC, Silva S Centre de Médecine Hyperbare CHU Purpan Toulouse MEDSUBHYP Paris 29 mars 2014 Cystites

Plus en détail

Organisa(on du parcours ini(al de soins en cancérologie des VADS

Organisa(on du parcours ini(al de soins en cancérologie des VADS Organisa(on du parcours ini(al de soins en cancérologie des VADS Dr Damien Le Pennec Problématique du délai Contenu de la première consultation : Anticipation des prises en charge Prise en charge diagnostique

Plus en détail

Paraprotéinémie et cie. Gabrielle Gagnon Hémato-oncologue Journée scientifique en oncologie CSSS de Rimouski-Neigette 18 septembre 2009

Paraprotéinémie et cie. Gabrielle Gagnon Hémato-oncologue Journée scientifique en oncologie CSSS de Rimouski-Neigette 18 septembre 2009 Paraprotéinémie et cie Gabrielle Gagnon Hémato-oncologue Journée scientifique en oncologie CSSS de Rimouski-Neigette 18 septembre 2009 Plan Définition du pic monoclonal Comment le diagnostiquer Quand demander

Plus en détail

Épidémiologie et caractéristiques cliniques des complications suppuratives des pneumonies de l enfant

Épidémiologie et caractéristiques cliniques des complications suppuratives des pneumonies de l enfant Épidémiologie et caractéristiques cliniques des complications suppuratives des pneumonies de l enfant Desrumaux Amélie¹, François Patrice², Pascal Céline², Cans Christine³, Croizé Jacques 4,, Gout Jean-Pierre

Plus en détail

PROGRAMME D ANESTHÉSIOLOGIE. OBJECTIFS DE FORMATION CanMEDS

PROGRAMME D ANESTHÉSIOLOGIE. OBJECTIFS DE FORMATION CanMEDS PROGRAMME D ANESTHÉSIOLOGIE OBJECTIFS DE FORMATION CanMEDS Février 2011 108 Respecte l'opinion des collègues consultants et des médecins traitants dans la prise en charge des problèmes du patient et montre

Plus en détail

Le rôle de l imagerie médicale dans la détresse respiratoire

Le rôle de l imagerie médicale dans la détresse respiratoire Le rôle de l imagerie médicale dans la détresse respiratoire Journée SIAMU du 29.09.2017 Dr Yorick Lismonde Service d imagerie médicale Introduction Urgence / hospitalisation Rôle dans l orientation diagnostique

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses en radiologie interventionnelle. François Casalonga Service d imagerie HP Clairval

Prise en charge des métastases osseuses en radiologie interventionnelle. François Casalonga Service d imagerie HP Clairval Prise en charge des métastases osseuses en radiologie interventionnelle François Casalonga Service d imagerie HP Clairval Introduction La présence de métastases osseuses est la cause la plus fréquente

Plus en détail

Echographie interventionnelle D.I.U.E

Echographie interventionnelle D.I.U.E Echographie interventionnelle D.I.U.E 3 applications. Diagnostique Thérapeutique Per-opératoire Ponction écho guidée. Geste de base (diagnostique et thérapeutique) Exemple de réalisation pratique (pathologie

Plus en détail

ANNEXE III AMENDEMENTS AU RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ET A LA NOTICE

ANNEXE III AMENDEMENTS AU RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ET A LA NOTICE ANNEXE III AMENDEMENTS AU RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ET A LA NOTICE 43 AMENDEMENTS A INCLURE DANS LES DIFFERENTES SECTIONS DU RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT POUR LES MEDICAMENTS CONTENANT

Plus en détail

Evaluation au CHU de Limoges à travers un audit clinique A Vergnenègre, V Gazaille SIME, Service de Pneumologie

Evaluation au CHU de Limoges à travers un audit clinique A Vergnenègre, V Gazaille SIME, Service de Pneumologie Recommandations de la Société de Pneumologie de Langue Française pour la prise en charge des pneumopathies aiguës communautaires : Evaluation au CHU de Limoges à travers un audit clinique A Vergnenègre,

Plus en détail

MEDI-G-315 Médecine factuelle et pronostic

MEDI-G-315 Médecine factuelle et pronostic MEDI-G-315 Médecine factuelle et pronostic Prof Thierry Berghmans MEDI-G-315 1 Comment prédire le pronostic d un patient? MEDI-G-315 2 Facteur pronostique vs facteur prédictif Facteur pronostique Facteur

Plus en détail

La radiologie interventionnelle dans la douleur du cancer : quelles techniques? quelles indications?

La radiologie interventionnelle dans la douleur du cancer : quelles techniques? quelles indications? La radiologie interventionnelle dans la douleur du cancer : quelles techniques? quelles indications? 6 ème journée des actualités de la douleur 25 février 2016 Gilles Piana Unité de radiologie interventionnelle

Plus en détail

LYMPHOME AGRESSIF CHEZ LES SUJETS AGES. D après la session présidée par B. COIFFIER, ICML 2011, abstracts

LYMPHOME AGRESSIF CHEZ LES SUJETS AGES. D après la session présidée par B. COIFFIER, ICML 2011, abstracts LYMPHOME AGRESSIF CHEZ LES SUJETS AGES D après la session présidée par B. COIFFIER, ICML 2011, abstracts 104-108 Rappel La plupart des lymphomes agressifs surviennent après 60 ans Le pronostic est plus

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 02 juin 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 02 juin 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 02 juin 2004 DEPOCYTE 50 mg/5 ml, suspension injectable Boîte de 1 flacon MUNDIPHARMA S.A.S cytarabine Liste I Date de l'amm : 11

Plus en détail

Carcinome neuroendocrine à grandes cellules

Carcinome neuroendocrine à grandes cellules Carcinome neuroendocrine à grandes cellules C. Clément-Duchêne Institut de Cancérologie de Lorraine Introduction Groupe hétérogène de tumeurs (histologie, immunohistochimie, moléculaire, pronostic et thérapeutique)

Plus en détail

Douleur du cancer. - Le 08 Octobre Jean-Michel PELLAT GROUPE HOSPITALIER MUTUALISTE DE GRENOBLE

Douleur du cancer. - Le 08 Octobre Jean-Michel PELLAT GROUPE HOSPITALIER MUTUALISTE DE GRENOBLE Douleur du cancer - Le 08 Octobre 2013 - Jean-Michel PELLAT Centre d Evaluation et de Traitement de la Douleur GROUPE HOSPITALIER MUTUALISTE DE GRENOBLE Clinique d Alembert, Clinique des Eaux Claires,

Plus en détail

Cas cliniques syncopes

Cas cliniques syncopes Cas cliniques syncopes Cas clinique 1 01/08/2007 Mr D 70 ans Syncopes depuis 7 mois (Déc 2006): En position allongée, PC de 20 secs, Retour rapide à état de conscience, Relâchement musculaire début malaise,

Plus en détail

Femme de 55 ans ; PAC pour chimiothérapie d'un carrcinome bronchique lobaire supérieur droit Difficulté à l injection dans la chambre

Femme de 55 ans ; PAC pour chimiothérapie d'un carrcinome bronchique lobaire supérieur droit Difficulté à l injection dans la chambre Femme de 55 ans ; PAC pour chimiothérapie d'un carrcinome bronchique lobaire supérieur droit Difficulté à l injection dans la chambre RX Marion Grandhaye IHN rupture du catheter à hauteur de la pince costo-claviculaire

Plus en détail

Comparaison radiographie standard et tomodensitométrie thoracique dans les métastases pulmonaires de l ostéosarcome

Comparaison radiographie standard et tomodensitométrie thoracique dans les métastases pulmonaires de l ostéosarcome Comparaison radiographie standard et tomodensitométrie thoracique dans les métastases pulmonaires de l ostéosarcome (A propos de 30 cas) I.En-nafaa, N.Allali, F.El Ounani, R.Dafiri Service de Radiologie

Plus en détail

Construisons ensemble le premier centre intégré de prise en charge des cancers thoraciques

Construisons ensemble le premier centre intégré de prise en charge des cancers thoraciques Construisons ensemble le premier centre intégré de prise en charge des cancers thoraciques Les cancers thoraciques sont multiples Grande variété de tumeurs (poumons primitifs, métastases, médiastin, sarcomes,

Plus en détail

Diagnostic, histoire naturelle et prise en charge des MAKP : étude rétrospective de 62 patients pédiatriques

Diagnostic, histoire naturelle et prise en charge des MAKP : étude rétrospective de 62 patients pédiatriques Diagnostic, histoire naturelle et prise en charge des MAKP : étude rétrospective de 62 patients pédiatriques Jérémie BLED Service du Pr Annick CLEMENT Centre de Référence des Maladies Respiratoires Rares

Plus en détail

I/ Classification. II/ Définition. III/ Les cancers bronchiques primitifs. Les cancers bronchiques primitifs Les cancers bronchiques secondaires

I/ Classification. II/ Définition. III/ Les cancers bronchiques primitifs. Les cancers bronchiques primitifs Les cancers bronchiques secondaires LES CANCERS THORACIQUES I/ Classification Les cancers bronchiques primitifs Les cancers bronchiques secondaires Les cancers de plèvre primitifs Les cancers secondaires de la plèvre Les lymphomes médiastinaux

Plus en détail

Pierre DAMAS Service de Soins Intensifs Généraux C.H.U. - Liège. P. Damas, C.H.U.-Liège, 2 ème journée NSIH, 12/02/03

Pierre DAMAS Service de Soins Intensifs Généraux C.H.U. - Liège. P. Damas, C.H.U.-Liège, 2 ème journée NSIH, 12/02/03 Pierre DAMAS Service de Soins Intensifs Généraux C.H.U. - Liège Représente plus de 50 % des infections traitées aux soins intensifs Risque: altération du contrôle du carrefour aérodigestif manipulation

Plus en détail

F. LAVRAND CHIRURGIE INFANTILE HOPITAL DES ENFANTS CHU BORDEAUX

F. LAVRAND CHIRURGIE INFANTILE HOPITAL DES ENFANTS CHU BORDEAUX F. LAVRAND CHIRURGIE INFANTILE HOPITAL DES ENFANTS CHU BORDEAUX DESC Chirurgie pédiatrique 11 mars 2015 Anatomie La lymphe est produite dans le tube digestif et collectée dans la citerne chyleuse à hauteur

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES

QUESTIONS / RÉPONSES Cancer du poumon : conditions non réunies pour un dépistage chez les fumeurs QUESTIONS / RÉPONSES A quoi sert un dépistage?... 2 Quelles conditions doivent être réunies pour qu il soit possible et utile

Plus en détail

Hospitaliser ou non? Plan de l atelier (60 )

Hospitaliser ou non? Plan de l atelier (60 ) Hospitaliser ou non? Laurence VILLOZ Bruce BRINKLEY 10 décembre 2015 Plan de l atelier (60 ) Présentations et objectifs 5 Brainstorming- Tour de table 15 Facteurs clés Hospitaliser pourquoi? Hospitaliser

Plus en détail

Pneumothorax, Pleurésies et Pneumopathies infectieuses

Pneumothorax, Pleurésies et Pneumopathies infectieuses Pneumothorax, Pleurésies et Pneumopathies infectieuses I) Epanchement pleural liquidien A) Signes cliniques Toux sèche : lors des mouvements respiratoires ou des changements de position Dyspnée : o Révèle

Plus en détail

Place de la chirurgie dans le traitement de la douleur pancréatique. Dr Sara MESSAOUDI EPH ILLIZI Algérie

Place de la chirurgie dans le traitement de la douleur pancréatique. Dr Sara MESSAOUDI EPH ILLIZI Algérie Place de la chirurgie dans le traitement de la douleur pancréatique Dr Sara MESSAOUDI EPH ILLIZI Algérie La douleur: sensation désagréable ressentie par un organisme dont le système nerveux détecte un

Plus en détail

Embolie pulmonaire, quand y penser? G Meyer Hôpital Européen Georges Pompidou, Université Paris Descartes

Embolie pulmonaire, quand y penser? G Meyer Hôpital Européen Georges Pompidou, Université Paris Descartes Embolie pulmonaire, quand y penser? G Meyer Hôpital Européen Georges Pompidou, Université Paris Descartes Quand penser à l embolie pulmonaire? Toujours? La nuit en sursaut? En vous rasant le matin? Moi

Plus en détail

SYNOPSIS DU PROTOCOLE Lung ART N CSET 2006/1202

SYNOPSIS DU PROTOCOLE Lung ART N CSET 2006/1202 SYNOPSIS DU PROTOCOLE Lung ART N CSET 2006/1202 Essai de phase III comparant une radiothérapie médiastinale conformationnelle post-opératoire à l absence de radiothérapie après chirurgie complète chez

Plus en détail

14/05/2010. Epanchement pleural droit. 4 cures de chimiothérapie. A propos d un cas. Hémangioendothéliome épithélioide pulmonaire.

14/05/2010. Epanchement pleural droit. 4 cures de chimiothérapie. A propos d un cas. Hémangioendothéliome épithélioide pulmonaire. Patient âgé de 59 ans, sans antécédents, admis au service de pneumologie le 25/07/09 Hémangioendothéliome épithélioide pulmonaire A propos d un cas F.Yassi,C. Kaidi, O.Meziou,S.Haddad, A.Lankar CHU Annaba

Plus en détail

4 mécanismes possibles devant des convulsions dans le cadre d un SHU typique de l enfant

4 mécanismes possibles devant des convulsions dans le cadre d un SHU typique de l enfant 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 4 mécanismes possibles devant des convulsions dans le cadre d un SHU typique de l enfant 4 causes médicales de détresse respiratoire du nouveau-né 1 diagnostic différentiel de la névrite

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE QUEL TRAITEMENT POUR QUEL PATIENT? Pr M. ZERBIB Hôpital Cochin, Paris Cancer localisé de la prostate: les acquis d une décennie Diagnostic précoce Evaluation plus précise : biopsies,

Plus en détail

Module de Pathologie Respiratoire. Pathologie de la plèvre

Module de Pathologie Respiratoire. Pathologie de la plèvre Module de Pathologie Respiratoire Pathologie de la plèvre Plan du Cours 1) Pneumothorax 2) Pleurésies Plèvre pariétale Plèvre viscérale Diaphragme Pneumothorax Définition : éruption d air dans la cavité

Plus en détail

N 3 : Sensibilité, spécificité

N 3 : Sensibilité, spécificité La connaissance et la maîtrise de quelques concepts de base contribuent à mieux mettre en œuvre la pensée critique lors de la lecture du compte rendu d une étude médicale. Un mois sur deux, la Rédaction

Plus en détail

N 3 : Sensibilité, spécificité

N 3 : Sensibilité, spécificité La connaissance et la maîtrise de quelques concepts de base contribuent à mieux mettre en œuvre la pensée critique lors de la lecture du compte rendu d une étude médicale. Un mois sur deux, la Rédaction

Plus en détail

LE PARCOURS RAPIDE EN CHIRURGIE RECONSTRUCTRICE ORL-CMF. A propos d un étude rétrospective sur 25 observations.

LE PARCOURS RAPIDE EN CHIRURGIE RECONSTRUCTRICE ORL-CMF. A propos d un étude rétrospective sur 25 observations. LE PARCOURS RAPIDE EN CHIRURGIE RECONSTRUCTRICE ORL-CMF A propos d un étude rétrospective sur 25 observations. L anesthésie de longue durée. - Pas définition consensuelle. - Définition proposée par Stoppa

Plus en détail

4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES

4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES 4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES Niort Jeudi 24 avril 2008 QCM 1 La chirurgie des cancers du poumon stade IV peut être curatrice: A- En cas de métastase cérébrale.

Plus en détail

ETUDES DE PHARMACO-ECONOMIE ETUDES DE PHARMACO -EPIDEMIOLOGIE

ETUDES DE PHARMACO-ECONOMIE ETUDES DE PHARMACO -EPIDEMIOLOGIE ETUDES DE PHARMACO-ECONOMIE ETUDES DE PHARMACO -EPIDEMIOLOGIE 1 Etudes pré AMM Etudes post-amm Etudes servant de base au SMR, à l ASMR. Etudes d efficience Ventes Etudes pharmaco-épidémiologiques Pots

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

AR- Nodule pulmonaire. Nodule pulmonaire

AR- Nodule pulmonaire. Nodule pulmonaire ABECASSIS Anna L3 20/10/2014 Appareil respiratoire CR : AUDOUARD Justine Pr Greillier 8 pages Nodule pulmonaire Plan I. Définitions et physiopathologie II. Circonstances de découverte III.Diagnostic radiologique

Plus en détail

Histoire clinique. Cas de Pleurésie. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. 2 e cycle MIA - Pneumologie Année Universitaire

Histoire clinique. Cas de Pleurésie. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. 2 e cycle MIA - Pneumologie Année Universitaire M. CHAKRA (Mise ligne 25/01/08 LIPCOM) Histoire clinique Cas de Pleurésie Vous voyez en consultation une femme de 40 ans. Elle vous explique que, pendant ces dernières semaines, elle a vu apparaître une

Plus en détail

Epanchements pleuraux néoplasiques

Epanchements pleuraux néoplasiques 1 Epanchements pleuraux néoplasiques Philippe GIRARD Département thoracique Institut Mutualiste Montsouris 42 boulevard Jourdan 75014 Paris philippe.girard@imm.fr Environ 15% des patients décédant de cancer

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du poumon non à petites cellules

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du poumon non à petites cellules Recommandations régionales Prise en charge des cancers du poumon non à petites cellules - avril 2009 - Réunions de Concertation Pluridisciplinaires (RCP) Tout nouveau patient ayant un cancer bronchique

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 3 septembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 3 septembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 3 septembre 2008 HYCAMTIN 0,25 mg, gélules (CIP 384 876-5) HYCAMTIN 1 mg, gélules (CIP 384 877-1) B/10 Laboratoire GLAXOSMITHKLINE topotécan liste I Date de l'amm (centralisée)

Plus en détail

Cancer des voies biliaires: le thésaurus. Ivan Borbath Cliniques universitaires Saint-Luc Bruxelles

Cancer des voies biliaires: le thésaurus. Ivan Borbath Cliniques universitaires Saint-Luc Bruxelles Cancer des voies biliaires: le thésaurus Ivan Borbath Cliniques universitaires Saint-Luc Bruxelles Introduction Dernière mise à jour: 11/07/2007 Cancer rare: 3% des cancers digestifs 2000 nouveaux cas

Plus en détail

LE DRAINAGE THORACIQUE JOURNÉES NATIONALES EURO-PHARMAT BORDEAUX

LE DRAINAGE THORACIQUE JOURNÉES NATIONALES EURO-PHARMAT BORDEAUX LE DRAINAGE THORACIQUE JOURNÉES NATIONALES EURO-PHARMAT BORDEAUX 2016 1 RAPPEL Le poumon est entouré de 2 feuillets : la plèvre pariétale rattachant le poumon à la paroi et la plèvre viscérale entourant

Plus en détail

Épanchements pleuraux

Épanchements pleuraux Épanchements pleuraux I. Signes de gravité d'un épanchement pleural gazeux II. Signes de gravité d'un épanchement pleural liquidien Points clés Items 276. Pneumothorax. Maladies et grands syndromes. L

Plus en détail

Sémiologie pancréatique

Sémiologie pancréatique Sémiologie pancréatique Sémiologie Médicale PCEM2 Docteur Pascal Sève Professeur Christiane Broussolle Faculté de Médecine Lyon-Sud 2007 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 1 Pancréas Sémiologie Examens complémentaires:

Plus en détail

Abcès du poumon = suppuration collectée dans une cavité néoformée creusée dans un parenchyme pulmonaire par une inflammation non spécifique

Abcès du poumon = suppuration collectée dans une cavité néoformée creusée dans un parenchyme pulmonaire par une inflammation non spécifique I- Définition Abcès du poumon = suppuration collectée dans une cavité néoformée creusée dans un parenchyme pulmonaire par une inflammation non spécifique II- Intérêt de la question Fréquence : ère ATB

Plus en détail

LITHIASE BILIAIRE. Guidelines de l EASL *

LITHIASE BILIAIRE. Guidelines de l EASL * LITHIASE BILIAIRE Guidelines de l EASL * * EASL Clinical Practice Guidelines on the prevention, diagnosis and treatment of gallstones J Hepatol 2016,65: 146-181 Claude EUGENE 1 TROIS TYPES DE LITHIASE

Plus en détail

Romain Kessler Groupe de transplantation thoracique HUS

Romain Kessler Groupe de transplantation thoracique HUS Romain Kessler Groupe de transplantation thoracique HUS Vérifier la motivation du patient Vérifier l indication de greffe pulmonaire Rechercher les contre-indications éventuelles Évaluer leur impact sur

Plus en détail

CHU-UVC BRUGMANN Membre du réseau Iris

CHU-UVC BRUGMANN Membre du réseau Iris INTRODUCTION: Dissection de l aorte thoracique = urgence engageant le pronostic vital du patient à court terme Peu fréquente < moins de 2% des urgences cardiovasculaires préhospitalières Majorité des décès

Plus en détail