OXYCODONE. Augmentation de la consommation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OXYCODONE. Augmentation de la consommation"

Transcription

1 OXYCODONE 1917 Augmentation de la consommation

2 Opioïdes Traitements de choix des DL postopératoires et des DL cancéreuses nociceptives L oxycodone est devenue la 1 substance «illicite» aux USA Bien que tous les opioïdes agissent sur les mêmes récepteurs, il y a des différences de pharmacodynamie L oxycodone (OC) est devenue un «best seller», bien que son efficacité et son mode d action restent discutés (rôle des métabolites)

3 Oxycodone (OC) 14-hydroxy-7,8- dihydrocodéinone Opioïde semi-synthétique Métabolites: oxymorphone, noroxycodone et noroxymorphone Liposulubilité morphine Agoniste µ 1 peu affine (5 à 40 fois moins que morphine), mais facilement transporté dans SNC Est aussi agoniste κ 2b (et δ)

4 Pharmacocinétique Chez mouton, équilibre sang/cerveau en 7 min après IV, élimination en 45 min Au pic, C cérébrale est 3 X plus élevée que C plasma du fait d un transporteur Fixation protéines plasma à 45% Métabolisée en oxymorphone très active, et en noroxycodone et noroxymorphone peu actives Biodisponibilité par voie orale > 60 à 80% (idem en rectal) Parentéral, OC 1.5 à 2 fois plus efficace que morphine En PM, OC 10 fois moins puissante que morphine, car peu de production d oxymorphone Passe dans le lait maternel : 20% nouveau-nés allaités ont des effets secondaires

5 Pour la même concentration de produit libre dans le sang, la concentration de produit libre dans le cerveau est 6 X plus importante pour OC que pour la morphine

6 Paramètres pharmacocinétiques Volume distribution (2-3 l/kg) équivalent à celui de la morphine T max 25 min après IV, 80 min après oral LI, 160 min après oral LP T 1/2 2,5 h après IV, 3 h après oral LI, 8 h après oral LP C max 50 ng/ml (après 5 mg IV); 2 X plus élevée après oral LI qu après la même dose LP L absorption orale est plus élevée chez la femme (âgée) que chez l homme (jeune) Pour une même dose, AUC et C max sont 40% plus élevées chez la femme que chez l homme Pour une clairance de la créatinine < 50 ml/min, C max 30%, et T ½ 50%; les mêmes chiffres sont avancés dans «l insuffisance hépatique»

7 Taux sanguin après dose unique

8 Métabolisme OC N-déméthylation en position 17 Conjugaison 5-10% 6-kéto-réduction 8% 3-O-déméthylation Attention inducteurs et inhibiteurs Attention métaboliseurs lents: OC peu efficace Moins affine µ Moins efficace que OC 47%- Attention chez insuffisant hépatique -11% 50 X plus affine µ 8 à 30 X plus efficace que OC O-déméthylation Urines Attention chez insuffisant rénal 3 X plus affine µ 2X plus efficace que OC N-déméthylation Les % font référence à la Cmax observée après 15 mg per os LI

9 Taux sanguins OC et métabolites Chez des patients cancéreux, ces taux sont mal corrélés au degré de soulagement, ou aux effets secondaires!

10 Activation Récepteurs opioïdes

11 Prédire l efficacité Il y a une grande variabilité interindividuelle dans l efficacité Chez des volontaires, le degré d analgésie est corrélé à une moindre sensibilité (retard d apparition de la douleur, seuil de tolérance plus élevé) au froid (température 1 )

12 Posologies Pédiatrie Adulte sain

13 Indications

14 Analgésie à OC Agoniste µ préférentiel, peu affine, avec peu d efficacité intrinsèque Mais: facilement transporté vers SNC, et oxymorphone très efficace Attention aux interférences avec CYP 3A4 (carbamazépine accroît induction, kétoconazole la diminue) et avec CYP 2D6 (blocage, par paroxétine, fluoxétine, quinidine, diminue efficacité OC chez métaboliseurs efficaces) DL nociceptive et inflammatoire: 2 à 4 X plus puissante que morphine (sauf par voie périmédullaire où peu voire pas d effet); efficace en postopératoire, en cancérologie, sur les arthrites chroniques DL neuropathique: efficace dans modèles animaux (neuropathie diabétique, ligature sciatique); en clinique, efficace sur DPZ et DL de neuropathies (diabète, chimiothérapie) DL viscérale: OC LI plus efficace que morphine LI

15 Analgésie à OC en postopératoire Chirurgie abdominale, titration OC versus morphine par bolus 0.05 mg/kg; début analgésie 13 versus 25 mg, à 28 versus 45 min, pour 39 versus 27 min Chirurgie plastique; pas de différence entre bolus morphine 45 µg/kg et OC 30 µg/kg PCA IV OC versus tramadol (ratio 1:8) en chirurgie maxillofaciale; pas de différence, mais plus de nausées avec tramadol Hystérectomie, Mo LP (45 ou 90 mg) versus OC LP (20 ou 40 mg) en prise unique; OC agit 1.8 X plus longtemps et est 2.2 X plus puissante

16

17 Analgésie à OC en cancérologie OC LP versus Mo LP, sur trois études comportant en tout 177 patients Biodisponibilité orale 70 versus 31% Une prise soulage pour 12 h en moyenne pour les deux opioïdes Ratio OC : Mo entre 3:4 et 1:2; posologies OC entre 93 ± 110 et 148 ± 18 mg/j versus 145 ± 204 et 204 ± 24 mg/j pour Mo Moins d hallucinations, de nausées et de prurit avec OC

18 Analgésie à OC en DLC Ostéoarthrite, deux études (167 et 133 patients en tout); titration OC avec 40 mg/j; 1/5 ont des effets secondaires pendant premier mois de titration; au long cours (6 mois), constipation, nausées, somnolence, prurit ont été les effets secondaires marquants DPZ; à 45 ± 17 mg/j, OC est 2 X plus efficace que placebo, mais effets secondaires Résultats similaires dans la neuropathie diabétique

19 Analgésie à OC DL viscérale 967 patients avec DL viscérale due au cancer (94% des cas) mal calmées (EVA > 7/10 chez 97% ) par antalgiques en cours (tramadol) OC LP débuté à 35 mg/j, puis 45 mg/j au 3 j, puis 50 mg/j au 7 j

20 Facteurs de conversion Le ratio Mo : OC est de 1,5 : 1 si on passe de Mo à OC; il est de 1,33 : 1 dans l autre sens Il y a moins de tolérance croisée quand on va de Mo vers OC que dans l autre sens Recommandation: -Morphine vers oxycodone: 2 : 1 -Oxycodone vers morphine: 1 : 1

21 Equivalences

22 Effets secondaires de l oxycodone Plus de troubles cognitifs, de sédation et de troubles psychomoteurs que l hydromorphone Troubles digestifs marqués Somnolence Risque épileptogène Traitement des troubles digestifs en associant de la naloxone per os (biodisponibilité < 2%), à raison de 1 mg de naloxone pour 2 mg OC

23 Administration au long cours -Efficacité maintenue dans les DL nociceptives -Effets secondaires chez patients prenant des psychotropes -Constipation traitée par antagoniste associé per os

24 Effets secondaires au long cours C est pendant les 3 premiers que la tolérance est marquée; elle s atténue ensuite Constipation 15%; Nausées 12%; Somnolence 8%; Vomissements 7%; Dépression 2% Risque de douleurs thoraciques chez les patients angoreux

25 Effets secondaires au long cours Non prouvé pour oxycodone Hyperalgésie

26 Interactions

27 Pourquoi OC est devenue une drogue? Sa pharmacocinétique ne plaide pas en faveur d une drogue permettant d avoir un «shoot» Sa part d effet κ est en partie en cause C est le plus largement prescrit en DLC non cancéreuse aux USA, la sélection des patients à comportement addictif n étant pas bien faite

28 Douleur post-crâniotomie et opioïdes Modérée à sévère chez 80% des patients pendant les premiers jours postopératoires; essentiellement céphalées Insuffisamment traitée, en particulier du fait de la crainte d utiliser des opioïdes (myosis, vomissements, DR, sédation perturbent examen neurologique et sont délétères pour la circulation cérébrale) Il n y a pas de protocoles bien définis qui soient publiés Le postopératoire dépend de l opioïde utilisé en peropératoire le rémifentanil facilite l hyperalgésie) Revue systématique (Best Practice and Research Clinical Anesthesiology, 2007, 21: ): Morphine supérieure à codéine, mais pas de mention de l oxycodone parmi les 7 ECR

Antalgiques. Evaluation de la douleur. Classification

Antalgiques. Evaluation de la douleur. Classification Réflexes Jamais 2 antalgiques du même palier OMS Jamais d association de 2 morphiniques Il est fréquent d associer un antalgique d action centrale à un antalgique d action périphérique Réévaluation régulière

Plus en détail

PRINCIPES GENERAUX Dr REVNIC, Unité de Soins Palliatifs, Hopital Jean Jaurès, Paris 19

PRINCIPES GENERAUX Dr REVNIC, Unité de Soins Palliatifs, Hopital Jean Jaurès, Paris 19 PRINCIPES GENERAUX Chercher la cause de la douleur Soulager une douleur aiguë avant qu elle ne se chronicise Débuter le traitement par la voie d administration la plus simple Différencier les douleurs

Plus en détail

Souffrance et douleur en fin de vie. Dr Sophie Pugliese Unité de Soins Palliatifs Consultation douleurs chroniques Hôpital J.

Souffrance et douleur en fin de vie. Dr Sophie Pugliese Unité de Soins Palliatifs Consultation douleurs chroniques Hôpital J. Souffrance et douleur en fin de vie Dr Sophie Pugliese Unité de Soins Palliatifs Consultation douleurs chroniques Hôpital J. Ducuing Toulouse Notion de souffrance totale Différentes douleurs Les traitements

Plus en détail

âgé Dr Edith Martins-Meune CH Nanterre

âgé Dr Edith Martins-Meune CH Nanterre Douleurs postopératoires chez le sujet âgé Dr Edith Martins-Meune CH Nanterre Douleur chez le PA: Principes généraux Obstacles diagnostiques, Obstacles d'ordre neuropsy, Obstacles thérapeutiques, Obstacles

Plus en détail

Rappels des paramètres PK

Rappels des paramètres PK DIU FARC S BOUCHET Rappels des paramètres PK Un médicament a une biodisponibilité absolue de 50%. Il est utilisé à de 10 mg en IV Quelle doit être la dose per os pour obtenir une exposition équivalente?

Plus en détail

Physiopathologie et classification

Physiopathologie et classification Réflexes On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS On n associe pas 2 morphiniques Toujours prendre en charge la douleur +++ Réévaluation régulière de l efficacité du traitement antalgique : EVA

Plus en détail

Généralités sur la pharmacologie

Généralités sur la pharmacologie 6.Chapitre 1 Généralités sur la pharmacologie Comprendre et connaître les grands principes de pharmacocinétiques et pharmacodynamies, utiles pour la pratique clinique. réponses p. 206 Chapitre 1 Généralités

Plus en détail

ONCOMEL Le 15 novembre Dr Neu Jean-Charles USP Polyclinique du Bois

ONCOMEL Le 15 novembre Dr Neu Jean-Charles USP Polyclinique du Bois ONCOMEL Le 15 novembre 2016 Dr Neu Jean-Charles USP Polyclinique du Bois Complexité du domicile Complexité par elle-même de la maladie cancéreuse! Contexte social et familial Disponibilité des soignants

Plus en détail

Pharmacologie des benzodiazépines utilisées en anesthésie-réanimation. 1. Propriétés physico-chimiques

Pharmacologie des benzodiazépines utilisées en anesthésie-réanimation. 1. Propriétés physico-chimiques Pharmacologie des benzodiazépines utilisées en anesthésie-réanimation 1. Propriétés physico-chimiques Karine Nouette-Gaulain SAR 3 Les BZD de l anesthésie-réanimation Les BZD de l anesthésie-réanimation

Plus en détail

HALOPERIDOL (HALDOL ) VIDAL 2009

HALOPERIDOL (HALDOL ) VIDAL 2009 1 HALOPERIDOL (HALDOL ) VIDAL 2009 Formes pharmaceutiques disponibles : Comprimés 1 mg et 5 mg, solution buvable mg/ml, injectable 5mg/mL (IV ou IM), forme d action prolongée (Haldol decanoas). Halopéridol

Plus en détail

car la balance bénéfice/risque est jugée négative Physiopathologie et classification

car la balance bénéfice/risque est jugée négative Physiopathologie et classification car la balance bénéfice/risque est jugée négative Réflexes On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS On n associe pas 2 morphiniques Toujours prendre en charge la douleur +++ Depuis juin 2009,

Plus en détail

Cliquez sur l'icône pour ajouter une image LA PCA. CLUD Draguignan. Didier MARCHAND IADE. Delphine CASALINI IDE

Cliquez sur l'icône pour ajouter une image LA PCA. CLUD Draguignan. Didier MARCHAND IADE. Delphine CASALINI IDE Cliquez sur l'icône pour ajouter une image LA PCA CLUD Draguignan Didier MARCHAND IADE Delphine CASALINI IDE Cliquez sur l'icône pour ajouter une image définition L analgésie contrôlée par le patient est

Plus en détail

PCA: Protocole d auto-analgésie:

PCA: Protocole d auto-analgésie: PCA: Protocole d auto-analgésie: Pompe PCA «analgésie contrôlée par le patient» Enfants > 5-6 ans EVA > 60 MORPHINE (SU)FENTANYL La morphine: Opioïde fort (palier III OMS) Somnolence (dette de sommeil)

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 décembre 2002 ZOMIGSPRAY 5mg/0,1ml, solution pour pulvérisation nasale 0,1 ml en ampoule (verre) avec dispositif doseur Boîte

Plus en détail

EVALUATION DE LA DOULEUR?

EVALUATION DE LA DOULEUR? CAS CLINIQUE Amélie, 10 ans AVP, Fracture ouverte fémur droit Chirurgie en urgence pour réduction fracture Pas d ATCD médico-chirurgical. Mise en place d une PCA Morphine IV en post op QUESTIONS Critères

Plus en détail

Journée du CEOR 21 juin 2011 Dr Bellia Dhondt Pierrette HAD EOVI Romans

Journée du CEOR 21 juin 2011 Dr Bellia Dhondt Pierrette HAD EOVI Romans Journée du CEOR 21 juin 2011 Dr Bellia Dhondt Pierrette HAD EOVI Romans 1 EVALUATION et TRAITEMENT de la douleur La DOULEUR définition selon l IASP. (Institut international pour l étude de la Douleur)

Plus en détail

LE TRAMADOL: UN ANALGESIQUE ATYPIQUE. Extraits de la liste des médicaments de la PIC

LE TRAMADOL: UN ANALGESIQUE ATYPIQUE. Extraits de la liste des médicaments de la PIC LE TRAMADOL: UN ANALGESIQUE ATYPIQUE Extraits de la liste des médicaments de la PIC Édition juin 2015 6 Le tramadol : un analgésique atypique par Nicolas Schaad Le tramadol est un analgésique appartenant

Plus en détail

CHRONIQUES PHARMACOLOGIQUES

CHRONIQUES PHARMACOLOGIQUES CHRONIQUES PHARMACOLOGIQUES Midazolam «Versed» Claude Gauthier, M.D. Service d urgence Février 1998 CHRONIQUE PHARMACOLOGIQUE SERVICE D URGENCE DU C.H.R.R. Nom du médicament : générique et commercial :

Plus en détail

ANTALGIQUES DE PALIER III :

ANTALGIQUES DE PALIER III : ANTALGIQUES DE PALIER III : OXYCODONE, HYDROMORPHONE SPES / NEPALE Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 Recommandations de l EAPC (European Association Paliative Care) : 1 «La Morphine

Plus en détail

FOCUS sur les Antalgiques de Palier 3

FOCUS sur les Antalgiques de Palier 3 FOCUS sur les Antalgiques de Palier 3 7eme Colloque Aquitain de Soins palliatifs et d Accompagnement 19 novembre 2016 Dr JUCHS Séverine, Gériatre Centre Hospitalier de Périgueux Ne déclare aucun conflit

Plus en détail

Potentiel d'abus et de dépendance du tramadol. Anne Roussin

Potentiel d'abus et de dépendance du tramadol. Anne Roussin Potentiel d'abus et de dépendance du tramadol Anne Roussin Classification des antalgiques Paliers de l OMS Palier II Codéine Tramadol Dextropropoxyphène Palier III Morphine Buprénorphine Fentanyl Oxycodone

Plus en détail

Les principes du traitement antalgique: L évaluation de la douleur chez l adulte Les effets secondaires du traitement médicamenteux et leur gestion

Les principes du traitement antalgique: L évaluation de la douleur chez l adulte Les effets secondaires du traitement médicamenteux et leur gestion Comment gérer le traitement antalgique Objectifs du cours 1: Connaître les bases Les principes du traitement antalgique: Les médicaments utilisés ainsi que les modalités de leur utilisation dans le cadre

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier MONOCRIXO L.P. 100 mg, 150 mg, 200 mg, gélules à libération prolongée Boîte de 15

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier MONOCRIXO L.P. 100 mg, 150 mg, 200 mg, gélules à libération prolongée Boîte de 15 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 28 janvier 2004 MONOCRIXO L.P. 100 mg, 150 mg, 200 mg, gélules à libération prolongée Boîte de 15 Laboratoires THERABEL LUCIEN PHARMA

Plus en détail

La douleur chronique est très fréquente chez les

La douleur chronique est très fréquente chez les 075-Douleur chronique 10/09/08 09:05 Page 75 Mise à La douleur chronique chez les aînés : Quel traitement pharmacologique utiliser? j our David Lussier, MD, FRCPC Présenté dans le cadre de la conférence

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 28 janvier 2004 TOPALGIC 100 mg/ml, solution buvable Flacon de 10 ml Laboratoires THERAPLIX chlorhydrate de tramadol Liste I Date

Plus en détail

à la morphine en chirurgie digestive Gilles Lebuffe Clinique d Anesthésie-Réanimation CHU de Lille

à la morphine en chirurgie digestive Gilles Lebuffe Clinique d Anesthésie-Réanimation CHU de Lille Intérêt de la rachi-analg analgésie à la morphine en chirurgie digestive Gilles Lebuffe Clinique d Anesthésie-Réanimation CHU de Lille g-lebuffe@chru-lille.fr Justification de l utilisation l de la morphine

Plus en détail

QUE CHOISIR POUR TRAITER LA DOULEUR POST- OPERATOIRE? Dr. M. RADJI Département d anesthésie-réanimationd CHU AMIENS

QUE CHOISIR POUR TRAITER LA DOULEUR POST- OPERATOIRE? Dr. M. RADJI Département d anesthésie-réanimationd CHU AMIENS QUE CHOISIR POUR TRAITER LA DOULEUR POST- OPERATOIRE? Dr. M. RADJI Département d anesthésie-réanimationd CHU AMIENS La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle, désagréable, liée à une lésion

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 7 février 2001 KEPPRA 250, 500 et 1000mg comprimé pelliculé Boîte de 60 Lévétiracétam

Plus en détail

Principes de base dans le soulagement des douleurs liées au cancer. Suzanne Chayer, pharmacienne Hôtel-Dieu de Lévis 25 avril 2006

Principes de base dans le soulagement des douleurs liées au cancer. Suzanne Chayer, pharmacienne Hôtel-Dieu de Lévis 25 avril 2006 Principes de base dans le soulagement des douleurs liées au cancer Suzanne Chayer, pharmacienne Hôtel-Dieu de Lévis 25 avril 2006 Plan de la présentation Généralités sur la douleur Mécanismes d action

Plus en détail

La «pompe à morphine» PCA et PCEA

La «pompe à morphine» PCA et PCEA La «pompe à morphine» PCA et PCEA OLIVIER ébastien IADE Centre Hospitalier de Carcassonne Octobre 2015 Définition La PCA (Patient Controlled Analgésia ou analgésie autocontrôlée par le patient): C est

Plus en détail

Les dosages des antifongiques dans les infections àcandida

Les dosages des antifongiques dans les infections àcandida Les dosages des antifongiques dans les infections àcandida Stéphane BOUCHET Laboratoire de Pharmacologie clinique et toxicologie CHU Pellegrin Optimisation traitement : interactions Patient/Champignon/Antifongique

Plus en détail

Kétamine: : place dans

Kétamine: : place dans Session ide Douleur Kétamine: place dans l analgésie Arnaud Chiche et Sylvie Lys Service de Réanimation Polyvalente Centre Hospitalier de Tourcoing Diapositive 1 Kétamine: : place dans l analgésie Arnaud

Plus en détail

Douleur du cancer. - Le 08 Octobre Jean-Michel PELLAT GROUPE HOSPITALIER MUTUALISTE DE GRENOBLE

Douleur du cancer. - Le 08 Octobre Jean-Michel PELLAT GROUPE HOSPITALIER MUTUALISTE DE GRENOBLE Douleur du cancer - Le 08 Octobre 2013 - Jean-Michel PELLAT Centre d Evaluation et de Traitement de la Douleur GROUPE HOSPITALIER MUTUALISTE DE GRENOBLE Clinique d Alembert, Clinique des Eaux Claires,

Plus en détail

Pharmacocinétique. Clary Emmanuelle

Pharmacocinétique. Clary Emmanuelle Pharmacocinétique Clary Emmanuelle 1 Plan 1. Définition 2. Devenir du médicament dans l organisme 3. Influences physiologiques et physiopathologiques sur la pharmacocinétique des médicaments 4. Applications

Plus en détail

Bases Pharmacocinétiques de la voie IV. Pr Mathieu Molimard Departement de pharmacologie CHU de Bordeaux

Bases Pharmacocinétiques de la voie IV. Pr Mathieu Molimard Departement de pharmacologie CHU de Bordeaux Bases Pharmacocinétiques de la voie IV Pr Mathieu Molimard Departement de pharmacologie CHU de Bordeaux Pour un médicament de cinétique linéaire, quel(s) élément(s) parmi les suivants peuvent influer sur

Plus en détail

Les douleurs de mobilisation. Robert Thiffault Pharmacien, CHUS

Les douleurs de mobilisation. Robert Thiffault Pharmacien, CHUS Les douleurs de mobilisation Robert Thiffault Pharmacien, CHUS Quelques situations Marie Pte de 72 ans Pronostic de quelques jours Quelques moments de lucidité Douleur brève (gémissements) qui surviennent

Plus en détail

Pharmacologie de la kétamine. Cours de DES, 17 mai 2013 François Mégret

Pharmacologie de la kétamine. Cours de DES, 17 mai 2013 François Mégret Pharmacologie de la kétamine Cours de DES, 17 mai 2013 François Mégret Objectifs du CFAR Généralités pharmacologiques Propriétés physico-chimiques Pharmacocinétique Relation concentration effet Propriétés

Plus en détail

Pharmacocinétique. Transfert du principe actif du site d administration jusqu à la circulation sanguine

Pharmacocinétique. Transfert du principe actif du site d administration jusqu à la circulation sanguine Pharmacocinétique = étudie le devenir des médicaments dans l organisme I. Absorption Transfert du principe actif du site d administration jusqu à la circulation sanguine On peut choisir différentes voies

Plus en détail

OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES. Extrait de la liste des médicaments de la PIC. Édition juin 2015

OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES. Extrait de la liste des médicaments de la PIC. Édition juin 2015 OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES Extrait de la liste des médicaments de la PIC Édition juin 2015 3. Opiacés Particularités Dose orale equival. à 10 mg de morphine 1 buprénorphine codéine fentanyl Agoniste/antagoniste

Plus en détail

Outil d aide à la titration d ACTIQ Citrate de fentanyl

Outil d aide à la titration d ACTIQ Citrate de fentanyl Outil d aide à la titration d ACTIQ Citrate de fentanyl ACTIQ est indiqué pour le traitement des Accès Douloureux Paroxystiques (ADP)* chez les patients âgés de 16 ans ou plus, ayant un cancer et recevant

Plus en détail

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT SKP FR versie Tolfedine 4% ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE TOLFEDINE 4%, solution injectable pour chats et chiens 2. COMPOSITION QUALITATIVE

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques 4.2.

Plus en détail

Chapitre 9. Causes d échec d analgésie. Contrôle de la douleur post-opératoire. Réalité du problème. Insuffisance d administration

Chapitre 9. Causes d échec d analgésie. Contrôle de la douleur post-opératoire. Réalité du problème. Insuffisance d administration Chapitre 9 Causes d échec d analgésie Insuffisance de prescription Contrôle de la douleur post-opératoire Insuffisance d administration Insuffisance d adaptation Réalité du problème Insuffisance d administration

Plus en détail

MEDICAMENTS CHEZ LA PERSONNE AGEE

MEDICAMENTS CHEZ LA PERSONNE AGEE Chapitre 13 MEDICAMENTS CHEZ LA PERSONNE AGEE Objectifs - Savoir énoncer les particularités pharmacocinétiques et pharmacodynamiques des médicaments chez la personne âgée - Etre capable d en déduire les

Plus en détail

Dr Gabriel ABITBOL Equipe Mobile Douleur et Soins palliatifs GH Paris Centre Cochin Broca Hotel Dieu APHP

Dr Gabriel ABITBOL Equipe Mobile Douleur et Soins palliatifs GH Paris Centre Cochin Broca Hotel Dieu APHP Que faire quand la morphine est mal tolérée? Journée de la filière gériatrique nord 92 Février 2016 Dr Gabriel ABITBOL Equipe Mobile Douleur et Soins palliatifs GH Paris Centre Cochin Broca Hotel Dieu

Plus en détail

Les Antalgiques. UE 2.11 Semestre 1 Compétence 4. RAULT Isabelle Janvier 2016 UE 2.11 Semestre 1

Les Antalgiques. UE 2.11 Semestre 1 Compétence 4. RAULT Isabelle Janvier 2016 UE 2.11 Semestre 1 Les Antalgiques UE Compétence 4 Les Antalgiques Définitions Classifications de la douleur Les Antalgiques opioïdes Les Antalgiques opioïdes palier III La réglementation r des stupéfiants Moyen mnémotechnique

Plus en détail

DIU Soins Oncologiques de Support Novembre Antalgiques opioïdes. Dr Pauline LEROY Service d oncologie et soins de support

DIU Soins Oncologiques de Support Novembre Antalgiques opioïdes. Dr Pauline LEROY Service d oncologie et soins de support DIU Soins Oncologiques de Support Novembre 2015 Antalgiques opioïdes Dr Pauline LEROY Service d oncologie et soins de support PALIER 2: OPIOIDES FAIBLES Palier 2 : codéine Puissance 1/10 morphine Seule

Plus en détail

Pharmacocinétique UE6 - ICDM

Pharmacocinétique UE6 - ICDM Pharmacocinétique UE6 - ICDM Pharmacocinétique/Pharmacodynamie Dose administrée Concentration plasmatique Effet Effet de l organisme sur le Principe Actif Effet du Principe Actif sur l organisme Pharmacocinétique

Plus en détail

LA DOULEUR EST INSUFFISAMMENT TRAITEE CHEZ LA PERSONNE AGEE CAR :

LA DOULEUR EST INSUFFISAMMENT TRAITEE CHEZ LA PERSONNE AGEE CAR : LA DOULEUR EST INSUFFISAMMENT TRAITEE CHEZ LA PERSONNE AGEE CAR : Difficile à évaluer Méconnaissance par les médecins des thérapeutiques et de leur spécificité gériatrique La douleur est une urgence gériatrique

Plus en détail

Cette fiche d information vous explique comment prendre le traitement antalgique prescrit par voie orale après votre intervention.

Cette fiche d information vous explique comment prendre le traitement antalgique prescrit par voie orale après votre intervention. 201 avenue d Alsace B.P. 20129 68003 COLMAR Cedex Fiche Information patient : Les antalgiques par voie orale après chirurgie d'épaule Réf : CLU/DIN/INF/014 Version : 1.0 Etat : Applicable Mise en application

Plus en détail

Hypersensibilité au paracétamol ou au chlorhydrate de proparacétamol ou à l un des excipients. Insuffisance hépatocellulaire sévère.

Hypersensibilité au paracétamol ou au chlorhydrate de proparacétamol ou à l un des excipients. Insuffisance hépatocellulaire sévère. PARACETA - M TABLE DES MATIÈRES 1. COMPOSITION ET FORME 1 2. INDICATIONS THERAPEUTIQUE 1 3. CONTRE-INDICATIONS 1 4. PRÉCAUTIONS D EMPLOI 1 5. EFFETS INDÉSIRABLES 2 6. MISE EN GARDE 2 7. PROPRIÉTÉS PHARMACOLOGIQUES

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 21 septembre 2016

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 21 septembre 2016 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 21 septembre 2016 paracétamol, phosphate de codéine hémihydraté CODOLIPRANE Adulte 400 mg/20 mg, comprimé sécable B/16 (CIP : 34009 332 207 5 4) CODOLIPRANE 500 mg/30

Plus en détail

Composition. Forme galénique et quantité de principe actif par unité. Indications/Possibilités d emploi. Posologie/Mode d emploi

Composition. Forme galénique et quantité de principe actif par unité. Indications/Possibilités d emploi. Posologie/Mode d emploi Granisétron Labatec i.v. Composition Principe actif: granisetronum ut granisetroni hydrochloridum. Excipients: concentré pour perfusion: natrii chloridum, acidum citricum monohydricum, aqua ad iniectabilia

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 19 juillet 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 19 juillet 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 19 juillet 2006 TRAMADOL SANOFI AVENTIS FRANCE L.P. 100 mg, comprimé à libération prolongée (PRISE QUOTIDIENNE) plaquettes thermoformées PVC PVDC aluminium de 15 comprimé(s)

Plus en détail

Pharmacologie des analgésiques pour la pratique 2e partie: opioïdes

Pharmacologie des analgésiques pour la pratique 2e partie: opioïdes CURRICULUM Pharmacologie des analgésiques pour la pratique 2e partie: opioïdes Matthias E. Liechti Abteilung für Klinische Pharmakologie & Toxikologie, Universitätsspital Basel Quintessence Dans l insuffisance

Plus en détail

Protocole de prise en charge d une douleur relevant d antalgiques de paliers 1 ou 2 avec EVA<60 ou EN<6

Protocole de prise en charge d une douleur relevant d antalgiques de paliers 1 ou 2 avec EVA<60 ou EN<6 Protocole de prise en charge d une douleur relevant d antalgiques de paliers 1 ou 2 avec EVA

Plus en détail

Les facteurs de variations de l activité des médicaments. Pharmacologie Clinique Sophie LIABEUF

Les facteurs de variations de l activité des médicaments. Pharmacologie Clinique Sophie LIABEUF Les facteurs de variations de l activité des médicaments Pharmacologie Clinique Sophie LIABEUF Variabilité de la réponse pharmacologique Pathologies associées : Insuffisance hépatique, rénale, cardiaque,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 juillet 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 juillet 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 juillet 2006 TRAMADOL CONTRAMID L.P. 100 mg, comprimé à libération prolongée (une prise quotidienne) plaquettes thermoformées PVC PVDC aluminium de 15 comprimés :

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA chez l adulte, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA chez l adulte, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA chez l adulte, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 3 Date de diffusion Intranet : 10-02-12 Objet

Plus en détail

PHARMACOCINETIQUE.

PHARMACOCINETIQUE. PHARMACOCINETIQUE corine.mouchard@wanadoo.fr PHARMACOCINETIQUE Etude du devenir du médicament après son administration dans l organisme Absorption Distribution Métabolisation Excrétion I) ABSORPTION DU

Plus en détail

Prise en charge de la douleur aiguë chez le patient sous morphinique au long cours

Prise en charge de la douleur aiguë chez le patient sous morphinique au long cours Prise en charge de la douleur aiguë chez le patient sous morphinique au long cours Dr Christian MINELLO Centre G.-F. Leclerc - Dijon Unité d Évaluation et de Traitement de la Douleur Introduction Traitement

Plus en détail

Traitement symptomatique des douleurs intenses, ainsi que des douleurs modérées justifiant l administration d un analgésique à action centrale.

Traitement symptomatique des douleurs intenses, ainsi que des douleurs modérées justifiant l administration d un analgésique à action centrale. 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT TINALOX, Solution buvable en gouttes 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE TINALOX solution buvable en gouttes contient 50 mg de chlorhydrate de tilidine (sous forme

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR CANCÉREUSE. Dr H PEYRIERE 2016

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR CANCÉREUSE. Dr H PEYRIERE 2016 1 PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR CANCÉREUSE Dr H PEYRIERE 2016 Généralités 2 Evaluation de la douleur chez le patient cancéreux : Antécédents Histoire du cancer Histoire du syndrome douloureux Modalités

Plus en détail

Qui perd gagne? Du dextropropoxyphène au tramadol

Qui perd gagne? Du dextropropoxyphène au tramadol Qui perd gagne? Du dextropropoxyphène au tramadol Pr. Laurent Monassier Laboratoire de Neurobiologie et Pharmacologie Cardiovasculaire, Faculté de Médecine & CHU de Strasbourg S Quelques chiffres A partir

Plus en détail

Analgésie post césarienne

Analgésie post césarienne Analgésie post césarienne «Place des nouvelles pratiques» Hawa KEITA-MEYER Service d Anesthésie. Hôpital Louis Mourier, Colombes. Données épidémiologiques. 832799 naissances en France en 2010: 20% de césariennes

Plus en détail

Initiation d un traitement basé sur la substitution (TBS)

Initiation d un traitement basé sur la substitution (TBS) Initiation d un traitement basé sur la substitution (TBS) 05.10.2017 Drsse Clivaz Mariotti Centre Cantonal d addictologie, Fribourg Dr Gamba, Centre Médical Tholos, Corminboeuf Conflits d intérêts Aucun

Plus en détail

Fiche information patiente en obstétrique Les antalgiques par voie orale

Fiche information patiente en obstétrique Les antalgiques par voie orale 201 avenue d Alsace B.P. 20129 68003 COLMAR Cedex Fiche information patiente en obstétrique Les antalgiques par voie orale Réf : CLU/DIN/GYN/011 Version : 3.0 Etat : Applicable Mise en application : Madame,

Plus en détail

Dépendance aux analgésiques opioïdes

Dépendance aux analgésiques opioïdes 6 ème journée du CLUD des hôpitaux de Toulouse Dépendance aux analgésiques opioïdes Anne Roussin Centre d Evaluation et d Information sur la Pharmacodépendance (CEIP)- Centre d Addictovigilance, CHU de

Plus en détail

Pharmacologie indispensable

Pharmacologie indispensable Session IADE Morphiniques Serge Dalmas, Pôle d Anesthésie- Réanimation, Hôpital Jeanne de Flandre Pharmacologie indispensable La bonne utilisation d un morphinique en anesthésie repose sur des connaissances

Plus en détail

Anti-Inflammatoires Non stéroïdiens

Anti-Inflammatoires Non stéroïdiens Pharmacologie Clinique des Anti-Inflammatoires Non stéroïdiens propriétés pharmacocinétiques Aude FERRAN 1. Administration/Absorption 2. Distribution Accumulation dans les zones inflammées 3. Métabolisme/Elimination

Plus en détail

Associations médicamenteuses à risque dans le traitement des douleurs. Eric Salvat, André Muller CETD Les RDV de l urgence, 28 septembre 2017

Associations médicamenteuses à risque dans le traitement des douleurs. Eric Salvat, André Muller CETD Les RDV de l urgence, 28 septembre 2017 Associations médicamenteuses à risque dans le traitement des douleurs Eric Salvat, André Muller CETD Les RDV de l urgence, 28 septembre 2017 Généralités Les patients admis aux urgences ont parfois par

Plus en détail

Antalgiques et médicaments stupéfiants

Antalgiques et médicaments stupéfiants Antalgiques et médicaments stupéfiants Douleur = expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire existante ou potentielle Douleur aigue = début soudain et durée limitée

Plus en détail

DU Perfectionnement en Anesthésiologie

DU Perfectionnement en Anesthésiologie DU Perfectionnement en Anesthésiologie Module Pharmacologie Pharmacologie des analgésiques non morphiniques Classification des Antalgiques Selon le site d action principal (présumé) => antalgiques centraux

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la pompe à MORPHINE sécurisée, en PEDIATRIE

PROTOCOLE d utilisation de la pompe à MORPHINE sécurisée, en PEDIATRIE Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la pompe à MORPHINE sécurisée, en PEDIATRIE Référence : CLUD 35 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 18-05-12 Objet Ce protocole a pour

Plus en détail

Les Antidiarrhéiques. Florian Lemaitre AHU Service Pharmacologie CHU Rennes/Université Rennes 1

Les Antidiarrhéiques. Florian Lemaitre AHU Service Pharmacologie CHU Rennes/Université Rennes 1 Les Antidiarrhéiques Florian Lemaitre AHU Service Pharmacologie CHU Rennes/Université Rennes 1 Quelques définitions physiopathologiques Diarrhées : Selles trop fréquentes (>3/j) ou trop abondantes (>300

Plus en détail

Recommandations générales

Recommandations générales Recommandations générales - Administration systématique : doses et horaires adaptés à l enfant - Pas de voie Sc - Intérêt des moyens non pharmacologiques : hypnorelaxation - Rôle des parents : hospitalisation

Plus en détail

La méthylnaltrexone (MNTX) Marcel Chauvin Service d Anesthésie Réanimation Hôpital Ambroise Paré 9 av. Charles de Gaulle Boulogne

La méthylnaltrexone (MNTX) Marcel Chauvin Service d Anesthésie Réanimation Hôpital Ambroise Paré 9 av. Charles de Gaulle Boulogne La méthylnaltrexone (MNTX) Marcel Chauvin Service d Anesthésie Réanimation Hôpital Ambroise Paré 9 av. Charles de Gaulle 92100 Boulogne Clonage des récepteurs morphiniques Récepteurs: µ, δ, κ 400 AA, 55

Plus en détail

Relais de la sédations l antalgie

Relais de la sédations l antalgie Session ide Douleur Anesthésie loco-régionale en post opératoire Hélène ANDERSON Patrick LOEB Polyclinique de La Louvière, Lille Diapositive 1 Relais de la sédations dation à l antalgie Arnaud Chiche et

Plus en détail

TRAITEMENT DES DOULEURS NEUROPATHIQUES Nicolas Danziger Département de Neurophysiologie Clinique Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris

TRAITEMENT DES DOULEURS NEUROPATHIQUES Nicolas Danziger Département de Neurophysiologie Clinique Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris TRAITEMENT DES DOULEURS NEUROPATHIQUES Nicolas Danziger Département de Neurophysiologie Clinique Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris LES 3 ETAPES PREALABLES 1. S ASSURER QUE LA PLAINTE EST DOULOUREUSE

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN SITUATION D URGENCE

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN SITUATION D URGENCE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN SITUATION D URGENCE Dr Sophie Pautex, PD Unité de soins palliatifs communautaire Service de médecine de premier recours Introduction La douleur est le motif de consultation

Plus en détail

Les antalgiques chez l enfant. Dr Laurent Houtekie Soins intensifs pédiatriques Cliniques universitaires St-Luc

Les antalgiques chez l enfant. Dr Laurent Houtekie Soins intensifs pédiatriques Cliniques universitaires St-Luc Les antalgiques chez l enfant Dr Laurent Houtekie Soins intensifs pédiatriques Cliniques universitaires St-Luc Qu est-ce que la douleur? Contexte : Postopératoire Salle d urgences actes techniques analgosédation

Plus en détail

vaso-occlusive, c est les changer Dr Jean-Louis Wayenberg, PhD Hôpital Universitaire des Enfants - Université Libre de Bruxelles 1er mars 2012

vaso-occlusive, c est les changer Dr Jean-Louis Wayenberg, PhD Hôpital Universitaire des Enfants - Université Libre de Bruxelles 1er mars 2012 Connaître les attitudes dans la crise vaso-occlusive, c est les changer Dr Jean-Louis Wayenberg, PhD Hôpital Universitaire des Enfants - Université Libre de Bruxelles 1er mars 2012 METHODES INCLUSION :

Plus en détail

Cas clinique douleur aigue

Cas clinique douleur aigue Cas clinique douleur aigue Mr D. 60 ans Retraité, marié, 2 enfants. Ses antécédents comportent : - Lymphome avec autogreffe de moelle en mai 2007 21 février 2008, apparition éruptions avec douleurs intenses

Plus en détail

LES ETUDES PHARMACOCINETIQUES ET PHARMACODYNAMIQUES CHEZ LE SUJET AGE APPORTS ET LIMITES. Professeur Isabelle MACQUIN-MAVIER

LES ETUDES PHARMACOCINETIQUES ET PHARMACODYNAMIQUES CHEZ LE SUJET AGE APPORTS ET LIMITES. Professeur Isabelle MACQUIN-MAVIER LES ETUDES PHARMACOCINETIQUES ET PHARMACODYNAMIQUES CHEZ LE SUJET AGE APPORTS ET LIMITES Professeur Isabelle MACQUIN-MAVIER AGE ET PREVALENCE DES EFFETS INDESIRABLES MEDICAMENTEUX McLean AJ et Le Couteur

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 21 septembre 2016

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 21 septembre 2016 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 21 septembre 2016 paracétamol, phosphate de codéine DAFALGAN CODEINE, comprimé effervescent sécable B/16 (CIP : 34009 333 167 7 8) DAFALGAN CODEINE, comprimé pelliculé

Plus en détail

Cas clinique. BOZZOLO Eric Département d Evaluation et Traitement de la Douleur Pôle Neurosciences Cliniques

Cas clinique. BOZZOLO Eric Département d Evaluation et Traitement de la Douleur Pôle Neurosciences Cliniques Cas clinique BOZZOLO Eric Département d Evaluation et Traitement de la Douleur Pôle Neurosciences Cliniques CAS CLINIQUE Monsieur X, 60 ans, 60 kg Néoplasie ORL Traitée par chirurgie il y a 10 mois Métastases

Plus en détail

Paramètres pharmacocinétiques et pharmacodynamiques : ce que tout praticien doit savoir

Paramètres pharmacocinétiques et pharmacodynamiques : ce que tout praticien doit savoir Paramètres pharmacocinétiques et pharmacodynamiques : ce que tout praticien doit savoir Pierre-Louis Toutain To cite this version: Pierre-Louis Toutain. Paramètres pharmacocinétiques et pharmacodynamiques

Plus en détail

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Loratadine EG 10 mg comprimés. 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque comprimé contient 10 mg de loratadine. Excipient à

Plus en détail

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (septembre 2005) FOSRENOL 250 mg, 500 mg, 750 mg et 1000 mg, comprimé à croquer INTRODUCTION Le 04 juillet 2005, une Autorisation de Mise sur le Marché a été octroyée au laboratoire

Plus en détail

A PROPOS DE QUELQUES INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES AVEC LA METHADONE ET DE LEURS CONSEQUENCES CLINIQUES

A PROPOS DE QUELQUES INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES AVEC LA METHADONE ET DE LEURS CONSEQUENCES CLINIQUES A PROPOS DE QUELQUES INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES AVEC LA METHADONE ET DE LEURS CONSEQUENCES CLINIQUES Liens d intérêt Dans le cadre de cette présentation Prise en charge des frais de déplacement, d hébergement

Plus en détail

Les antalgiques. I. Définitions. II. Antalgiques de palier Paracétamol. 2. Aspirine et dérivés salicylés

Les antalgiques. I. Définitions. II. Antalgiques de palier Paracétamol. 2. Aspirine et dérivés salicylés Les antalgiques I. Définitions Antalgique = diminue la perception des sensations douloureuses -> Antalgique périphérique : action symptomatique au niveau de la lésion -> Antalgique central : action sur

Plus en détail

Petit glossaire désordonné de pharmacologie

Petit glossaire désordonné de pharmacologie Fiche pratique Petit glossaire désordonné de pharmacologie Ce mois-ci notre dossier thématique porte sur les interactions médicamenteuses. Avant de rentrer dans le vif du sujet, il nous a semblé important

Plus en détail

Généralités des douleurs de la personne âgée. Dr Serge Robard ICO René Gauducheau Réunion REDO Groupe IRD et Psy 6 Février 2015

Généralités des douleurs de la personne âgée. Dr Serge Robard ICO René Gauducheau Réunion REDO Groupe IRD et Psy 6 Février 2015 Généralités des douleurs de la personne âgée Dr Serge Robard ICO René Gauducheau Réunion REDO Groupe IRD et Psy 6 Février 2015 Généralités La douleur doit être prise en charge quelque soit l'âge du douloureux

Plus en détail

la douleur aiguë en rhumatologie place de la morphine

la douleur aiguë en rhumatologie place de la morphine e la douleur aiguë en rhumatologie place de la morphine Docteur André LESPINE Hôpital E.Herriot LYON Les jeudis de l Europel 11 mars 2006 e Oui? Non? utilisez vous la morphine? mesurez vous la douleur

Plus en détail

Les outils médicamenteux pour garder le patient dans son "couloir d analgésie" Les modalités d administration au lit du malade Dr J L HERMITE

Les outils médicamenteux pour garder le patient dans son couloir d analgésie Les modalités d administration au lit du malade Dr J L HERMITE Les outils médicamenteux pour garder le patient dans son "couloir d analgésie" Les modalités d administration au lit du malade Dr J L HERMITE Douleur Aiguë Postopératoire Cas clinique M. XY 25 ans sans

Plus en détail

TUTORAT UE Pharmacocinétique Séance n 3 Semaine du 25/02/2013

TUTORAT UE Pharmacocinétique Séance n 3 Semaine du 25/02/2013 TUTORAT UE 6 2012-2013 Pharmacocinétique Séance n 3 Semaine du 25/02/2013 Pharmacocinétique Evrard Séance préparée par la team UE 6 + MAPS QCM n 1 : Concernant la pharmacocinétique : A. Elle correspond

Plus en détail

Subutex. Hélène Veyrat-Masson. Subutex (6/12/2010) 1

Subutex. Hélène Veyrat-Masson. Subutex (6/12/2010) 1 Subutex Hélène Veyrat-Masson Subutex (6/12/2010) 1 Définition Le subutex (buprénorphine) est un les personnes souhaitant ne plus consommer cette drogue. Différent du concept de sevrage. Subutex (6/12/2010)

Plus en détail

Procédure Médecins N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB-003 Pagination : 1 de 6 pages. Dr T. RAPENNE, Consultant Douleur CHU Dijon

Procédure Médecins N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB-003 Pagination : 1 de 6 pages. Dr T. RAPENNE, Consultant Douleur CHU Dijon N de version: 01 Date d'application:26052000 Réf.: CMUB-003 Pagination : 1 de 6 pages Procédure N 003 Rédacteurs Dr D. HONNART (Dijon) Date 26/05/00 Validation Dr T. RAPENNE, Consultant Douleur CHU Dijon

Plus en détail

Fiche Information patiente : Les antalgiques par voie orale après chirurgie de prothèse mammaire

Fiche Information patiente : Les antalgiques par voie orale après chirurgie de prothèse mammaire Fiche Information patiente : Les antalgiques par voie orale après Madame, Cette fiche d information vous explique comment prendre le traitement antalgique prescrit par voie orale après votre intervention.

Plus en détail

Mesure du Diamètre pupillaire

Mesure du Diamètre pupillaire Mesure du Diamètre pupillaire «La Pupillomètrie» On peut monitorer la profondeur d anesthésie.. On peut monitorer la curarisation.. Jusqu à ce jour, on ne pouvait pas monitorer la douleur Pr M Beaussier

Plus en détail