Mesures des précipitations. Gilles Molinie ()

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mesures des précipitations. Gilles Molinie ()"

Transcription

1 Mesures des précipitations Gilles Molinie () Octobre 2004

2 2

3 Table des matières 1 Les précipitations Les nuages Les hydrométéores Mécanismes de formation des précipitations Répartition verticale des hydrométéores Régimes de précipitations Mesure des precipitations Mesures en un point Historique du pluviomèmtre Lame d eau, taux de précipitation Contraintes sur la mesure des précipitations Les pluviomètres ou pluviographes Mesures par réseau de pluviométre Exemple de reseau de pluvio : OHM-CV Interpolation Krigeage Distribution sous maille : désaggrégation spatiale granulométrie : le disdrometre Télédétection RADAR des précipitations Introduction La physique de la mesure Scrutation de l atmosphere Relations réflectivité-aux de précipitation Z e -R Méthode de la distribution de la taille des particules Méthode des pluviomètres Méthode de l aire fractionnelle (peu utilisée)

4 4 TABLE DES MATIÈRES 3.5 Quelques obstacles à la télédétection par radar Echo de sol bande brillante Attenuation Remarque conclusive

5 Chapitre 1 Les précipitations Les nuages Les nuages sont décrits dans les manuels de météorologie et leur exposé détaillé sort du cadre de ce cours. Signalons toutefois que la forme, l ampleur, le développement des nuages dépendent de l importance et de l étendue horizontale des mouvements verticaux ascendants qui leur donnent naissance. Généralement, on classe les nuages suivant l altitude de leur base qui correspond au niveau de condensation solide ou liquide de la vapeur atmosphérique. La base des nuages élevés n est pas trés bien définie tellement leur épaisseur est faible, ces nuages appelés cirrus sont constitués de cristaux de glace non précipitant, Les alto cumulus et alto stratus constituent les nuages moyens, Parmi les nuages bas, on trouve les cumulus et cumulonimbus, nuages cumuliformes où siègent de fortes vitesses verticales de l air (> 3 m/s), et des nuages stratiformes à fort développement horizontal, les stratus, les stratocumulus, nimbostratus. Notons que les suffixe ou préfixe nimbus ou nimbo indique la présence de précipitation. 1 D aprés http ://ydram.epfl.ch/e-drologie/general/tdmchapitres.html; http ://zebulon1er.free.fr/pluie.htm; http ://zebulon1er.free.fr/pluie.htm 5

6 6 CHAPITRE 1. LES PRÉCIPITATIONS (a) (b) (c) (d) Fig. 1 a : Nuages supérieurs : les cirrus ; (b) : Nuages moyens : les altocumulus ; (c) : Nuage bas : Nimbostratus ; (d) : Nuage bas : Cumulonimbus. 1.2 Les hydrométéores Sont dénommées précipitations ou hydrométéores, toutes les eaux météoriques qui tombent sur la surface de la terre, tant sous forme liquide (bruine, pluie, averse) que sous forme solide (neige, grésil, grêle) et les précipitations déposées ou occultes (rosée, gelée blanche, givre,...). Elles sont provoquées par un changement de température ou de pression. La vapeur d eau de l atmosphère se transforme en liquide lorsqu elle atteint le point de rosée par refroidissement ou augmentation de pression. Pour produire la condensation, la présence de particules solides microscopiques de formes particulières est nécessaire. C est autour de ces particules que l eau gazeuse va se condenser

7 1.2. LES HYDROMÉTÉORES 7 ou se solidifier, on appelle ces particules des noyaux de condensation ou de congélation. La source de ces noyaux peut être océanique (chlorides, en particulier NaCl produit par l évaporation de la mer), continentale (poussière, fumée et autres particules entraînées par des courants d air ascendants) ou cosmiques (poussières météoriques). Les gouttelletes ou les critaux de glaces ainsi formées sont de taille microscopique et donc n ont pas un poids suffisant pour vaincre les ascendances de l air et précipiter. Ce sont généralement les processus de coalescence et d agglomération des particules glacés et liquides, qui leur confèrent une force de gravité suffisante pour précipiter. Dans certaines régions du globe particulièrement sêches, l évaporation des précipitations est trés efficace et peu réduire suffisamment leur taille pour les empécher de précipiter (phénomène de virga). Fig. 2 Diagramme des phases de l eau Mécanismes de formation des précipitations La formation des précipitations nécessite la condensation de la vapeur d eau atmosphérique. La saturation est une condition essentielle à tout déclenchement de la condensation. Divers processus thermodynamiques sont susceptibles de réaliser la saturation des particules atmosphériques initialement non saturées et provoquer leur condensation : Saturation et condensation par refroidissement isobare (à pression constante),

8 8 CHAPITRE 1. LES PRÉCIPITATIONS saturation et condensation par détente adiabatique, saturation et condensation par apport de vapeur d eau, saturation par mélange et par turbulence. La saturation n est cependant pas une condition suffisante à la condensation ; cette dernière requiert également la présence de noyaux de condensation (impuretés en suspension dans l atmosphère d origines variées - suie volcanique, cristaux de sable, cristaux de sel marin, combustions industrielles, pollution) autour desquels les gouttes ou les cristaux se forment. Lorsque les deux conditions sont réunies, la condensation intervient sur les noyaux ; il y a alors apparition de gouttelettes microscopiques qui grossissent à mesure que se poursuit l ascendance, celle-ci étant le plus souvent la cause génératrice de la saturation. Les noyaux de condensation jouent le rôle d un catalyseur pour la formation de gouttelettes d eau. Pour qu il y ait précipitations il faut encore que les gouttelettes ou les cristaux composant les nuages (les hydrométéores) se transforment en gouttes de pluie. Ce phénomène est lié à l accroissement de ces éléments dont la masse devient suffisante pour vaincre les forces d agitation 2. Ce grossissement peut s expliquer par les deux processus suivant : l effet de coalescence. Il y a grossissement par choc et fusionnement avec d autres particules. Du fait de la dispersion des vitesses, le cristal en se déplaant, soit en chute libre, soit par turbulence, entre en collision avec les gouttelettes surfondues 3 ; la congélation de celles-ci augmente le volume du cristal. Il en est de même pour les gouttelettes de diamètre supérieur à 30 microns qui entrent en collision avec des gouttelettes de diamètre inférieur. Ce processus provoque un accroissement rapide de leur dimension et donc de leur masse augmentant leur vitesse de chute. l effet Bergeron. Dans la partie du nuage où la température est négative mais supérieure à -40 C, coexistent des cristaux de glace et des gouttelettes d eau surfondues (eau liquide avec une T 0 C, l eau pure ne se solidifie pas à 0 C mais en dessous de - 40 C). Autour d un cristal de glace, l air est saturé à un taux d humidité plus bas qu autour d une gouttelette d eau surfondue. Suite à cette différence d humidité, il apparaît un transfert de la vapeur d eau des gouttelettes vers les cristaux. Par conséquent, les gouttelettes s évaporent tandis 2 Pour une particule sphèrique, le poids est proportionnel au rayon des particules à la puissance 3 alors que les forces d agitation dépendent du rayon au carré. 3 eau surfondue : eau liquide à température négative.

9 1.3. RÉPARTITION VERTICALE DES HYDROMÉTÉORES 9 qu il y a condensation autour des cristaux. Lorsque la masse du cristal est suffisante, il précipite. S il traverse une région à température positive suffisamment épaisse (souvent à partir de 300 m dans les nuages stables) et si la durée de chute le permet, il fond et donne lieu à de la pluie. Le même processus de grossissement a lieu entre deux gouttelettes à des températures différentes (la plus froide grossit au détriment de la plus chaude). EVA CND BER,HON r_v HEN DEP DEP ACC r_c AUT,SHD MLT DRY,WET CFR DEP r_i DRY,WET RIM AGG AUT r_r DRY,WET r_g DRY,WET r_s MLT CVM ACC Fig. 3 Transformation microphysiques de l eau. 1.3 Répartition verticale des hydrométéores En chantier!!! 1.4 Régimes de précipitations En chantier!!!

10 10 CHAPITRE 1. LES PRÉCIPITATIONS

11 Chapitre 2 Mesure des precipitations 2.1 Mesures en un point Historique du pluviomèmtre La pluviométrie consiste à mesurer la quantité de précipitations liquides ou solides qui atteint le sol pendant un intervalle de temps donné. Les mesures de précipitation les plus anciennes connues datent de quatre siècles avant JC en Inde, de 2 siècles avant JC en Palestine. Ces mesures etaient à des fins agricoles. Au XII ieme siècle en Chine, la notion de réseau de mesure apparaît. Vers 1400, le roi Sejo de Coré fait construire des vases en bronze qu il distribue dans toutes les parties de son royaume et il organise la collecte des résultats. C est pourtant Castelli (un disciple de Gállilé) en 1639 à Rome qui effectue (ou prétend effectuer) la première mesure de précipitations. Au cours d un épisode pluvieux continu, il veut estimer l apport en eau pour le lac de Trasimène. Il expose donc un récipient cylindrique pendant une heure note le niveau d eau recueilli puis réexpose le récipient et ainsi de suite. L idée de l enregistrement automatique de la lame d eau se retrouve dans l invention d un pluviomètre par un architecte anglais : Christopher Wren ( ). Un mécanisme d horlogerie déplace trois récipients toutes les heures sous un entonnoir fixe. Quoique trés astucieux, l inconvénient d un tel dispositif outre l encombrement est l évaporation de l eau recueilli. Problème encore plus sensible pour les appareils que l on utilise pour des mesures encore moins fréquentes. Wren résoud le problème et présente à la société royale de Londres un pluviomètre à augets basculeurs repris par un de ses compatriotes, R. 11

12 12 CHAPITRE 2. MESURE DES PRECIPITATIONS Hooke. C est en France que commencent les observations régulières des précipitations. A partir de mesures effectuées pendant 3 années, Pierre Perrault donne une hauteur moyenne de 511 mm de precipitation à Paris. Edme Mariotte en 1740 utilise des résultats de mesures de précipitations pour calculer le flux d eau entrant dans les rivières. Les mesures continues à intervalle réguliers mais parfois long se dévelopent. Le problème de l évaporation se résoud et le principe de la mesure se simplifie. L anglais Samuel Horsley fixe un entonnoir à col trés fermé sur un un cylindre gradué. A partir de ce moment les techniques de mesures évoluent peu mais les surfaces de captation sont loin d être uniformes en taille, forme et localisation. L association scientifique de France à la fin du XIX eme siecle tente une harmonisation en diffusant un pluviomètre avec une bague réceptrice de 400 cm 2, dit le pluviomètre Association. A l usage (près de 130 années), les inconvénients du pluviomètre Association se sont révélés être les suivants : On doit utiliser une éprouvette de lecture d une capacité maximale de 8.2mm (autrefois 10.0 mm), ce qui peut occasionner des pertes d eau définitives lors des mesures de fortes pluies nécessitant plusieurs versements de l eau recueillie dans une éprouvette, au col parfois étroit. En climats chauds, méditerranéens, tropicaux et sahéliens par exemple, une petite pluie (jusqu à mm, on a même cité 1.7 mm au Sahel) peut être évaporée avant la lecture. Ceci a conduit à effectuer en Afrique deux mesures dans la journée : à 7 heures et 18 heures locales. Dans les régions où les averses sont souvent abondantes, en climats tropical, équatorial, méditerranéen, de mousson ou marqué par les ouragans ou cyclones (Nouvelle-Calédonie, Antilles...), il peut arriver que le pluviomètre soit rempli en quelques heures, puisque sa capacité maximale au débordement correspond à 175 mm. Si on n y prend garde, il y a alors perte d eau et l observateur marque une valeur proche de 175 mm, par méconnaissance de ce détail ; détail dont doit être bien conscient toute personne utilisant ces données (particulièrement les anciennes). Pour pallier cet inconvénient, il a été créé, au cours de la deuxième guerre mondiale, un pluviomètre Association tropicalisé, identique au seau classique, mais sur lequel est soudé un manchon de 10 cm de hauteur, et qui autorise une mesure de 275 mm de pluie, qui peuvent cependant être dépassés, comme on le verra ci-dessous.

13 2.1. MESURES EN UN POINT 13 Le dernier inconvénient du pluviomètre Association est qu il en a existé successivement dans le temps deux types, le premier ayant une surface de bague réceptrice de 314 cm 2, le second une surface de 400 cm 2. Or les premières éprouvettes étant en verre, donc relativement fragiles, ont été parfois changées par des éprouvettes non en conformité avec la bague, si bien que l opérateur faisait sans s en douter des observations journalières (donc mensuelles et annuelles) erronées de + 27% ou % (rapport 400/314, ou son inverse). Ces erreurs dites systématiques, portant parfois sur plusieurs années, peuvent être mises en évidence par la méthode des totaux annuels cumulés dont il sera question ci-dessous. Pour pallier cet inconvénient le Service Météorologique Franais a mis en service (avant 1970) l éprouvette en plastique modèle MN-R3-204 de 8.2 mm de contenance totale, dans le corps de laquelle est moulée l expression : millimètres de pluie sur 400 cm. L inconvénient évoqué ci-dessus lié à la capacité maximale d un pluviomètre est très important, par exemple en climat méditerranéen, puisqu il a été observé récemment en France dans la région méditerranéenne : au moins 420 mm en 6 heures 30 (le pluviomètre, relevé plusieurs fois, a néanmoins débordé), à Nîmes Mas de Ponge (département du Gard), lors de la crue catastrophique du 3 octobre 1988 ; 447 mm en 18 heures au Caylar (département de l Hérault, Causse du Larzac), le 22 septembre mm en un jour (de 6 h à 6 h) le 31 octobre 1993, et 794 mm en 24 heures, au pluviographe de Bavella (1180 mètres d altitude), sur le bassin de Solenzara en Corse, étudié par l Ecole Normale Supérieure de Paris. C est ainsi que la collectivité des hydrologues et météorologues a acquis une expérience dans la mesure des précipitations qui a permis de dresser un protocole de mesure mais rappelons d abord la grandeur utilisée pour leur mesure Lame d eau, taux de précipitation La quantité de précipitations s exprime comme l épaisseur (ou hauteur) d eau liquide couvrant un sol horizontal. On appelle aussi cette épaisseur une lame d eau. Par exemple, s il tombe une lame d eau de 1 mm et que l on récolte cette pluie sur une surface de 1 m 2, on obtiendra 1 litre d eau. La

14 14 CHAPITRE 2. MESURE DES PRECIPITATIONS lame d eau est une quantité intensive. Elle ne dépend pas de la surface sous laquelle on la mesure. Si on mesure sous un même orage avec un pluviometre de surface de captation de 1 m 2 et avec un autre de surface de captation de 0.5 m 2 on obtient la même valeur de la lame d eau. Si on divise cette lame d eau par le temps d exposition du pluviomètre on obtient une intensité de précipitation habituellement appelé taux de précipitation (mm/h) Contraintes sur la mesure des précipitations Les principaux problèmes encontrés pour la mesure des précipitations concerne : 1. Perturbation des mesures par la circulation atmosphérique : Les obstacles (végétation, construction, le pluviomètre lui même,...) à la circulation de l air perturbent les trajectoires des précipitations lorsque le vent est violent. Par exemple, lors d averses violentes, les mesures de pluies sont affectées par l inclinaison globale des filets de pluie (angle d incidence) et par les turbulences de l atmosphère au voisinage de l impluvium (entonnoir) (fig. 1). Parfois, seule une faible proportion de l eau tombant au sol est captée par le pluviomètre. En effet, il a été montré que l angle d incidence de la pluie est une fonction croissante de la vitesse et du caractère ascendant du vent. Par ailleurs, cet angle est d autant plus important que le diamètre des gouttes de pluie est faible (Fig. 1). Une expérience conduite en Guadeloupe (M. Morell, 1986) a montré qu à l occasion d averses abondantes accompagnées de fortes rafales de vent, l angle d incidence pouvait atteindre 80 par rapport à la verticale. Ainsi, la composante horizontale de la pluie pouvait, sur la durée de l averse, être 2 à 3 fois supérieure à la composante verticale de la précipitation ( mesurée par le pluviographe). Ainsi, il est toujours préférable d implanter un poste de mesure dans un environnement légèrement protégé (clairière, versant sous le vent de collines ou petits reliefs etc.) et d éviter les sites trop exposés tels que crête, versant au vent de petits reliefs ou collines, terrasses d immeuble etc.

15 2.1. MESURES EN UN POINT 15 angle d incidence verticale θ Vent H Fig. 1 Le pluviomètre perturbe les mesures car l écoulement de l air peut devenir turbulent au voisinage de l appareil lorsque le vent est violent. Les vent violents 2. Si l on placait le pluiviomètre au niveau du sol (enterré), le rebond des gouttes ou fragment de gouttes d eau sur le sol de nature pouvant changer au cours de l averse perturberait aussi la mesure. De plus sur une longue période, la croissance de la végétation pourrait porter atteinte à l uniformité des conditions de mesures. La fragilité du système de mesure serait aussi accrue vu l accessibilité des appareils pour les animaux par exemple. 3. Pour les systèmes à mesure totale des précipitations, il faut prendre garde à ce que le cumul de précipitation ne soit pas évaporé entre les mesures. 4. Nécessité d enregistrer les données ; 5. Choix de la localisation pour assurer la fiabilité, la reproductibilité, et une certaine homogénéité des mesures d un point à l autre. Les normes standards sont basées sur le principe qu un site est représentatif et caractérisé par l absence d obstacles à proximité. Aussi, malgré les erreurs de captation, les normes Organisation Météorologique Mondiale (OMM) (1996) préconisent que la surface réceptrice des pluviomètres (et pluviographes) soit horizontale et située à 1,50 m au-dessus du sol ; cette hauteur

16 16 CHAPITRE 2. MESURE DES PRECIPITATIONS permet de placer facilement l appareil, évite les rejaillissements, et le met hors de portée d atitudes animales indésirables. Une autre norme de l OMM stipule que le pluviomètre doit être situé une distance D égale ou supérieure à 4 fois la hauteur H de l obstacle le plus proche (D >= 4H ). En fait, dans le meilleur des cas, il faut situer l appareil le plus loin possible de tout obstacle (bâtiment, arbres), surtout si celui-ci est situé du coté d où vient le vent apportant les pluies : principalement secteurs Ouest et Sud-Ouest en France et en Europe sous influence océanique plus ou moins forte, secteurs Est et Sud-Est en climat méditerranéen, secteur Est et Nord-Est dans les Iles Carabes (Martinique, Guadeloupe) Les pluviomètres ou pluviographes Qu importe les moyens d enregistrement qui ont beaucoup évolués depuis les compteurs de type horloge, les pointes graphiques traçant sur des papiers en rotation, jusqu à la digitalisation d impulsions pour un enregistrement sur support informatique, nous nous intéressons ici aux types de pluviomètres. Le pluviographe à siphon : L accumulation de la pluie dans un réservoir cylindrique est enregistrée par l élévation d un flotteur. Lorsque le cylindre est plein, un siphon s amorce et le vide rapidement. Le mouvement du flotteur est relié à un enregistreur. Le pluviographe à augets basculeurs Cet appareil comporte, en dessous de son entonnoir de collecte de l eau, une pièce pivotante dont les deux compartiments peuvent recevoir l eau tour à tour (augets basculeurs). Quand un poids d eau déterminé (correspondant en général à 0,1 ou 0,2 mm de pluie) s est accumulé dans un des compartiments, la bascule change de position : le premier auget se vide et le deuxième commence à se remplir (Fig ). Ce sont les basculements qui sont enregistrés. C est donc la taille de l auget qui détermine la valeur minimale du taux de précipitation mesuré.

17 2.2. MESURES PAR RÉSEAU DE PLUVIOMÉTRE Mesures par réseau de pluviométre Les mesures de précipitations s inscrivent soit dans des sytèmes de prevision à court terme des précipitations et d écoulement de ces précipitations ou bien dans l optique de bilan de précipitation pour la connaissance de l hydrométrie. Le 1 but de la mesure des prècipitations en un point est d obtenir un échantillon qui est censé représenter au mieux les précipitations sur toute une région. La région concernée par une mesure ponctuelle aura une superficie variable selon la densité du réseau de postes d observations ; à titre d exemples voici quelques densités connues : un poste pour quelques hectares sur un bassin de recherche et d étude (BRE) ; un poste pour environ 150 km 2 en moyenne sur le réseau francais (3 600 postes sur km 2 ) ; un poste pour à km 2 dans les régions africaines les mieux observées (près des côtes et des capitales) ; voire un poste pour à km 2 et plus, dans les régions sahéliennes et sahariennes d Afrique : Mauritanie, Nord-Mali, Nord-Niger et Tchad du nord. L expérience montre que les pluies, averses estivales en Méditerranée, grains au Sahel,..., sont souvent très variables (hétérogènes) dans l espace. Par exemple, dans le Sud de la France, après une très forte averse, il a été mesuré en 24 heures en 3 sites distants de quelques kilomètres, 85.3 mm, 73.0 mm et 47.5 mm. Quoi qu il en soit, le calcul de la pluie moyenne sur une surface plus ou moins étendue repose sur l hypothèse que la pluie ponctuelle est représentative de la région alentour. L exactitude de cette hypothèse dépend de l étendue de la région que le pluviomètre est censé représenter, de l hétérogénéité spatiale des pluies (fonction du type de temps) et de la topographie de la région. L hétérogénéité spatiale de la pluie est fonction du type de temps : des pluies convectives souvent de forte intensité peuvent intéresser une zone de superficie très restreinte, c est le cas vu ci-dessus à Montpellier en Par contre, les précipitations associées à d importantes perturbations d ouest en France et sur l Europe occidentale en général, peuvent concerner une région très étendue de plusieurs dizaines de milliers de km 2. 1 tiré de http ://medhycos.mpl.ird.fr/en/data/hyd/drobot/chapitre3.html

18 18 CHAPITRE 2. MESURE DES PRECIPITATIONS La topographie des environs du poste de mesure conditionne la représentativité locale des mesures (cf. impact de l environnement sur les mesures). La topographie de la région conditionne beaucoup l hétérogénéité des précipitations du fait des différentes expositions aux perturbations (zones au vent ou sous le vent d une montagne), de l effet orographique (il pleut souvent plus en altitude qu en plaine sur le versant au vent : effet de Föehn ) etc Exemple de reseau de pluvio : OHM-CV Du fait de son exposition particulière à des pluies intenses qui se produisent plutot en automne et qui semblent dues aux effets de circulations specifiques de l air atmosphériques sur la méditérannée, le Sud-Est de la France a vue le développement de l Oberservatoire Hydro-météorologique Cévennes- Vivarais (OHM-CV). Dans cette région de 160*200 km 2, l approche mutidisciplinaire de l hydrologie est favorisée gràce à la mise en place sur une longue pèriode (depuis plus de 10 ans maintenant) d un réseau de radars (3), de pluviomètres à échéances journalière(400) et horaire (160) et de 45 mesures de niveau d eau des rivières (limnimétrie). La comparaison des données de l ensemble de ces intruments n est pas un travail trivial surtout entre les pluviom`tres et les radars à partir on déduit pourtant la même quantité physique (lame d eau ou taux de précipitation). Les incertitudes concernant la conversion des réflectivités radar en lame d eau seront examinées au chapite suivant. Les quantités de précipitation mesurées par le pluviom`tre sont quand à elles considérées comme la vérité du sol mais comme leur couverture spatiale n est pas continue il faut examiner le problème de leur interpolation et parfois même extrapolation Interpolation Tiré de Une station de mesure est parfois appellée poste. Calcul des lame d eau ou taux de précipitation par la moyenne arithmétique Si la pluie est répartie de façon relativement homogène, si la topographie n est pas trop accidentée et si la répartition des postes est suffisamment homogène sur la région d étude, on pourra appliquer une simple moyenne

19 2.2. MESURES PAR RÉSEAU DE PLUVIOMÉTRE 19 arithmétique des observations faites à tous les postes. Si les Z(i) constituent l ensemble des n observations aux points i, Z = 1 n ni=1 Z(i). Moyenne pondérée par la distance La méthode arithmétique ne tient pas compte de la distance qui sépare les points de mesure du point où on veut effectuer l interpolation (cible). La n i=1 moyenne pondérée par l inverse de la distance ( Z = Z(i)/d i n ) ou par une i=1 1/d i n i=1 puissance de l inverse de la distance ( Z = Z(i)/d i e n ) y remedie. Notons i=1 1/d i e que e est un nombre réel et que d i est la distance entre le point i et le point cible. Calcul de la moyenne par la méthode de Thiessen On souhaite maintenant calculer la lame d eau totale sur un bassin où la répartition des postes n est pas homogène. La méthode de Thiessen est indiquée pour ce genre de situation. Elle consiste à définir des zones pour lesquelles chacun de ses points soit plus proche en distance horizontale du pluviomètre considéré que tout autre appareil. A chaque poste est attribué un poids (pourcentage) proportionnel à la surface de sa zone. Cette zone est définie de telle sorte que tout les points de cette zone sont plus prés en distance horizontale du pluviomètre de la zone que de tout autre pluviomètre. Les zones représentatives sont ainsi des polygones obtenus en traçant entre les stations prises deux à deux les médiatrices, lieux géométriques des points situés à égale distance des extrémités d un segment de droite. (cf. tracé avec le compas). Pour le calcul des coefficients de Thiessen (poids) à appliquer à chaque poste, on détermine sur la carte la surface totale du bassin S et les surfaces de chaque polygone S i, par planimétrage (fig. 3.5). Si S est la surface totale du bassin soit 40.8 cm 2, (ou 10.2 km 2 compte tenu de l échelle), et la surface du polygone de Thiessen d un poste i, S i, le coefficient de Thiessen du poste i est égal à C i La pluie moyenne sur le bassin est égale à la somme des pluies partielles : R = i C i P i, où P i est la lame d eau au poste i. Dans l exemple, on calcule ainsi (tab. 2.1) : La pluviométrie moyenne établie par la méthode de Thiessen est de 1233 mm, à comparer aux 1210 mm calculés par la moyenne arithmétique. = S i S.

20 20 CHAPITRE 2. MESURE DES PRECIPITATIONS Station Surface Coefficient de Thiessen (m 2 ) Pluie (mm) Pluie partielle (m 2 ) C i P i C i P i A B C D E F Total Tab. 2.1 Calcul d une pluie moyenne par la méthode de Thiessen Le résultat est une juxtaposition de surface discontinue qui n est pas physique. Calcul de la moyenne par la méthode des isohyètes Pour tendre vers un résultat plus continu ou du moins qui a la continuité maximale vu le réseau de mesure on peut utiliser la méthode des isohyètes. Une courbe isohyète est le lieu géométrique des points sur lesquels il est tombé la même quantité de pluie, pendant une période donnée. Les périodes pour lesquelles sont établies les cartes d isohyètes sont très variables : la durée de l événement, la journée, le mois, l année (isohyètes annuelles). Les isohyètes peuvent représenter des valeurs moyennes interannuelles (isohyètes interannuelles), par exemple les moyennes mensuelles et la moyenne annuelle sur un grand nombre d années. Pour dessiner les isohyètes sur un bassin ou une région, on tient compte de la topographie (il pleut généralement plus sur les régions élevées) et d un certain nombre de stations situées en dehors du bassin. Pour obtenir la pluie moyenne sur le bassin, on doit effectuer la mesure sur la carte des surfaces (planimétrage) pour lesquelles la pluviométrie est supérieure à une valeur donnée, et ceci pour toutes les courbes isohyètes. Le calcul, donné sur le tableau 3.5, est identique à celui effectué avec la méthode de Thiessen : on remplace les coefficients de Thiessen () par les rapports des surfaces

21 2.2. MESURES PAR RÉSEAU DE PLUVIOMÉTRE 21 entre 2 isohyètes à la surface totale du bassin ; la pluie appliquée () à chaque coefficient () est la moyenne des valeurs des 2 isohyètes ; la pluie moyenne sur le bassin est la somme des pluies partielles Krigeage Aucune des méthodes présentées ci-dessus ne prend en compte la physique du phénomène étudié. Par exemple, la valeur d un capteur situé derriere une crête peut avoir le même poids ou un poids supérieur qu une donnée du bassin courant (Fig ). Ceci ne tient pas compte de l effet du relief sur la convection. Le krigeage est une méthode qui pondère l interpolation en considérant la physique du phénomène. Krigeage porte le nom de son précurseur, l ingénieur minier sud-africain D.G. Krige. Dans les années 50, Krige a développé une série de méthodes statistiques empiriques afin de déterminer la distribution spatiale de minerais à partir d un ensemble de forages. C est cependant le français Matheron qui a formalisé l approche en utilisant les corrélations entre les forages pour en estimer la répartition spatiale. C est lui qui a baptisé la méthode Krigeage. En météorologie le krigeage fait partie des méthodes d analyse objective et est connue sous le nom d interpolation optimale. En océanologie, la méthode a été introduite par Bretherton et al. et elle est connue sous le nom de méthode d interpolation de Gauss-Markov. Le but de la méthode est donc de calculer le poids W i qu on va attribuer à la mesure du ieme poste pour calculer la precipitation Z p au point cible par la formule Z = n i=1 W i Z(i). La méthode se déroule en 3 étapes : tracé du variogramme, ajuster la fonction analytique aux différents points du variogramme, calcul des poids de l interpolation. Tracé du variogramme Le variogramme caractérise la continuité spatiale d une variable statistique ou autrement dit sa rugosité. Par exemple, on considère 2 séries de données (Fig ). Ces 2 jeux de données ont même moyenne, écart type, médiane, quartiles. Et toutefois, l organisation spatiale des données sont différentes. Le variogramme γ est une variable statistique qui permet de

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA CHANGER DE CLIMAT! Climat tropical, climat tempéré, réchauffement climatique, facteurs de climat Peut-être as-tu déjà entendu toutes ces expressions. Mais sais-tu ce qu elles signifient vraiment? Nova,

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

4. Indices de précipitations

4. Indices de précipitations 4. Indices de précipitations Cette partie présente les évolutions prévues de cinq indices de précipitations. Il s agit de moyennes annuelles (voir annexes 1 à 4 pour les valeurs saisonnières). Il est à

Plus en détail

Statistiques Descriptives à une dimension

Statistiques Descriptives à une dimension I. Introduction et Définitions 1. Introduction La statistique est une science qui a pour objectif de recueillir et de traiter les informations, souvent en très grand nombre. Elle regroupe l ensemble des

Plus en détail

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.1.- Définition du bruit : A1.1.1.- Production et caractéristiques d un son Tout corps qui se déplace ou qui vibre émet un son. Il transmet sa vibration

Plus en détail

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 )

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 ) Faisceau gaussien 1 Introduction La forme du faisceau lumineux émis par un laser est particulière, et correspond à un faisceau gaussien, ainsi nommé car l intensité décroît suivant une loi gaussienne lorsqu

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

Déterminer l intensité des orages en vue de leur classification et de leur étude climatologique

Déterminer l intensité des orages en vue de leur classification et de leur étude climatologique Déterminer l intensité des orages en vue de leur classification et de leur étude climatologique Explications sur la nouvelle échelle d intensité des orages en usage au sein de KERAUNOS depuis janvier 2013

Plus en détail

Emissions de particules du volcan islandais Eyjafjöll: quelle influence sur le contenu en aérosols dans la région Lilloise?

Emissions de particules du volcan islandais Eyjafjöll: quelle influence sur le contenu en aérosols dans la région Lilloise? Emissions de particules du volcan islandais Eyjafjöll: quelle influence sur le contenu en aérosols dans la région Lilloise? LOA (Laboratoire d Optique Atmosphérique, Lille1, CNRS UMR 8518) vendredi 23

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique E. (a) On a 33, 2 0cm et 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient 33 0 cm 33 20 cm 858 cm Le chat voit le poisson à 858 cm derrière

Plus en détail

Test d auto-évaluation 2010

Test d auto-évaluation 2010 SwissPhO Olympiade Suisse de Physique 2010 Test d auto-évaluation 2010 Ce test permet aux intéressés d évaluer leurs capacités à résoudre des problèmes et de reconnaître des lacunes dans certaines notions.

Plus en détail

Chap.3 Lentilles minces sphériques

Chap.3 Lentilles minces sphériques Chap.3 Lentilles minces sphériques 1. Les différents types de lentilles minces sphériques 1.1. Les différentes formes de lentilles sphériques 1.2. Lentilles minces Centre optique 1.3. Lentille convergente

Plus en détail

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Quantiles En statistique, pour toute série numérique de données à valeurs dans un intervalle I, on définit la fonction quantile Q, de [,1] dans

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE SPÉ MP I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique

OPTIQUE GEOMETRIQUE SPÉ MP I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique n est plus sur l axe, il n y a plus très denses au voisinage d une courbe Pour un point à distance finie, il n y a plus stigmatisme:

Plus en détail

Enveloppes convexes dans le plan

Enveloppes convexes dans le plan ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION FILIÈRE MP HORS SPÉCIALITÉ INFO FILIÈRE PC COMPOSITION D INFORMATIQUE B (XECLR)

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Utilisation concomitante des données pluviométriques et radar

Utilisation concomitante des données pluviométriques et radar Utilisation concomitante des données pluviométriques et radar Procédé de fusion des deux sources indépendantes de données Diminution des incertitudes sur les mesures de pluie Réduction du coût des campagnes

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

METEOROLOGIE CAEA 1990

METEOROLOGIE CAEA 1990 METEOROLOGIE CAEA 1990 1) Les météorologistes mesurent et prévoient le vent en attitude à des niveaux exprimés en pressions atmosphériques. Entre le niveau de la mer et 6000 m d'altitude, quels sont les

Plus en détail

Thermodynamique de l atmosphère

Thermodynamique de l atmosphère Thermodynamique de l atmosphère 1 Introduction Notion de parcelle d air L atmosphère est composée d un ensemble de molécules. Pour la description de la plupart des phénomènes étudiés, le suivi des comportements

Plus en détail

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées?

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Les cartes «annual air quality» montrent le résultat du couplage de deux méthodes d évaluation de la qualité de l air : l interpolation

Plus en détail

CONSTRUIS TA PROPRE STATION AVEC METEOZ

CONSTRUIS TA PROPRE STATION AVEC METEOZ CONSTRUIS TA PROPRE STATION AVEC METEOZ Aujourd hui, c est décidé : tu deviens apprenti météorologue grâce à Meteoz! Il fait beau : c est l occasion idéale pour construire ta propre station météo et faire

Plus en détail

N.T. C Formatio ns 1

N.T. C Formatio ns 1 1 LA RETRODIFFUSION: La rétrodiffusion consiste à mesurer le temps mis par une impulsion lumineuse pour aller et revenir dans la liaison. L atténuation est le rapport entre la lumière envoyée et la lumière

Plus en détail

Méso-NH côtés numérique et informatique

Méso-NH côtés numérique et informatique Méso-NH côtés numérique et informatique Stage Méso-NH Novembre 2005 Schéma leap frog explicite ρ ref ψ(t + t) = ρ ref ψ(t t) + 2 t S p (t) processus t t t t + t M T S temps (limitation du pas de temps

Plus en détail

Le Changement climatique à la Martinique : descente d échelle

Le Changement climatique à la Martinique : descente d échelle Le Changement climatique à la Martinique : descente d échelle Séminaire Carib Risk Cluster Juin 2014 - Conseil Général de Martinique P. PALANY - Météo-France Antilles-Guyane Resp. Division études, Climat,

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Résumé - CHAPITRE 3 LES PRECIPITATIONS

Résumé - CHAPITRE 3 LES PRECIPITATIONS Résumé - CHAPITRE 3 LES PRECIPITATIONS TABLE DES MATIERES Définition des précipitations 1 Mesure des précipitations 1 Mesure de la hauteur d eau précipitée 1 Le réseau d'observation 1 Notion d averses

Plus en détail

Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits

Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits Contexte Les crues ont parfois des effets dévastateurs sur la vie humaine, les infrastructures, l économie, les espèces sauvages

Plus en détail

Exercice 1 Analyse de données de débits et régime hydraulique. Nguyen Ha- Phong. Section génie civil 2012, Prof. Dr A. Schleiss

Exercice 1 Analyse de données de débits et régime hydraulique. Nguyen Ha- Phong. Section génie civil 2012, Prof. Dr A. Schleiss Exercice 1 Analyse de données de débits et régime hydraulique Nguyen Ha- Phong Section génie civil 212, Prof. Dr A. Schleiss A) Analyse hydrologique 1. Estimation des débits moyens journaliers de la station

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

Méso-NH côtés numérique et informatique

Méso-NH côtés numérique et informatique Méso-NH côtés numérique et informatique Stage Méso-NH Octobre 2006 Schéma leap frog explicite ρ ref ψ(t + t) = ρ ref ψ(t t) + 2 t S p (t) processus t t t t + t M T S temps (limitation du pas de temps par

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

How To Analyse Data from micro-array experiments: A Simple Tutorial

How To Analyse Data from micro-array experiments: A Simple Tutorial How To Analyse Data from micro-array experiments: A Simple Tutorial Serge Smidtas Supelec Source de données L analyse commence lorsque les MicroArray ont été scannées. Des images, des logiciels (Genepix,

Plus en détail

6. Le poids et la masse

6. Le poids et la masse 111 6. 6.1. Mise en contexte Pourquoi les astronautes peuvent-ils porter plus facilement leur équipement sur la Lune que sur la Terre? Formule une hypothèse! Dans le langage courant tu dis : «Mon poids

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

Licence IOVIS 2011/2012. Optique géométrique. Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr

Licence IOVIS 2011/2012. Optique géométrique. Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr Licence IOVIS 2011/2012 Optique géométrique Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr Table des matières 1 Systèmes centrés 2 1.1 Vergence................................ 2 1.2 Eléments cardinaux..........................

Plus en détail

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère)

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) Dépôt Mécanismes Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) I. Introduction Les mécanismes de dépôt comprennent à la fois les phénomènes qui se font par l'intermédiaire des précipitations, ou dépôt humide,

Plus en détail

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique.

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique. OPTIQUE GEOMETRIQUE Définitions : L optique est la science qui décrit les propriétés de la propagation de la lumière. La lumière est un concept extrêmement compliqué et dont la réalité physique n est pas

Plus en détail

Observatoire astronomique de la Pointe du diable

Observatoire astronomique de la Pointe du diable Observatoire astronomique de la Pointe du diable 3. Pointage et suivi automatiques Les instruments sont portés par une monture équatoriale dite à l allemande dont chacun des deux axes est solidaire d une

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer B. Pouponneau1, L.Thiebaud 2, C. Conseil3, P.Vigne4, J.Christin5, C. Périard1, S. Martinoni-Lapierre1 Météo-France, Toulouse, France

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C2.2 : Analyser, vérifier une faisabilité Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Notion de physique de l'atmosphère + Complément Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) I. Bilan radiatif de la Terre et effet de serre Le Soleil et la Terre rayonnent dans des gammes de longueur d

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Les modèles numériques en hydrologie et en hydraulique

Les modèles numériques en hydrologie et en hydraulique Les modèles numériques en hydrologie et en hydraulique V. Guinot Université Montpellier 2 Maison des Sciences de l Eau 34095 Montpellier Cedex 5 guinot@msem.univ-montp2.fr 1. L hydrologie et l hydraulique

Plus en détail

Enquête sur les changements climatiques Scénario d animation

Enquête sur les changements climatiques Scénario d animation Enquête sur les changements climatiques Scénario d animation Niveau Durée Objectif Cycle 3 6 ième -5 ième 1 heure Nombre d enfants 15 à 30 Découvrir comment les scientifiques ont mis en évidence la réalité

Plus en détail

STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES

STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES STATISTIQUES A UNE VARIALE EXERCICES CORRIGES Exercice n Les élèves d une classe ont obtenu les notes suivantes lors d un devoir : Note 4 5 8 0 4 5 8 0 Effectif 4 7 6 4 ) Déterminer l étendue et le mode

Plus en détail

METEOROLOGIE. Aéroclub Besançon La Vèze. Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1. F-SO au FL65 over LFQM

METEOROLOGIE. Aéroclub Besançon La Vèze. Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1. F-SO au FL65 over LFQM METEOROLOGIE Aéroclub Besançon La Vèze F-SO au FL65 over LFQM Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1 L air L atmosphère terrestre L humidité La stabilité, l instabilité La convection/l advection Les masses d air

Plus en détail

1. Types de précipitations

1. Types de précipitations Les Précipitations 1. Types de précipitations Deux conditions pour générer des précipitations : condensation de la vapeur d eau atmosphérique (formation d'un nuage) agglomération des gouttes de pluie (précipitations)

Plus en détail

6.1 Méthode des champs de potentiel

6.1 Méthode des champs de potentiel Chapitre 6 Évitement d obstacles L évitement d obstacles est un comportement de base présent dans quasiment tous les robots mobiles. Il est indispensable pour permettre au robot de fonctionner dans un

Plus en détail

La nouvelle planification de l échantillonnage

La nouvelle planification de l échantillonnage La nouvelle planification de l échantillonnage Pierre-Arnaud Pendoli Division Sondages Plan de la présentation Rappel sur le Recensement de la population (RP) en continu Description de la base de sondage

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

Pourquoi le rayonnement en météorologie?

Pourquoi le rayonnement en météorologie? Rayonnement Atmosphérique: Equation du Transfert Radiatif: modèles simplifiés 1 Pourquoi le rayonnement en météorologie? C est la seule source d énergie du système Terre-Atmosphère L atmosphère ne consomme

Plus en détail

Analyse de situations standards et extrêmes

Analyse de situations standards et extrêmes c h a p i t r e 6 Analyse de situations standards et extrêmes Les situations standards ont été choisies parmi les sites dont la configuration ne crée pas en général d interrogations dans le public : les

Plus en détail

CHAPITRE II Expérimentations 33

CHAPITRE II Expérimentations 33 PLAN Introduction générale 1 Introduction 1 1) Présentation de notre objet d étude : la parcelle agricole 1 2) Les différents processus du bilan hydrique 1 3) Cadrage du projet de thèse par rapport aux

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Cours Météo, Club Alpin Suisse, Section de Neuchâtel

Cours Météo, Club Alpin Suisse, Section de Neuchâtel Cours Météo, Club Alpin Suisse, Section de Neuchâtel Liens utiles pour les prévisions météorologiques http://meteo.chamonix.org/ 0900 55 21 65 (Haute Savoie) 0900 55 21 68 (Alpes romandes) Par SMS au numéro

Plus en détail

Comparaison de capteurs à effet Hall à verrouillage bipolaire avec et sans stabilisation par hacheur

Comparaison de capteurs à effet Hall à verrouillage bipolaire avec et sans stabilisation par hacheur Comparaison de capteurs à effet Hall à verrouillage bipolaire avec et sans stabilisation par hacheur Des résultats d essai montrent qu il est possible d obtenir des performances notablement plus élevées

Plus en détail

Rappels et compléments :

Rappels et compléments : CHAPITRE 6 MECANIQUE DES FLUIDES VISQUEUX Pr. M. ABD-LEFDIL Université Mohammed V- Agdal Département de Physique Année universitaire 05-06 SVI-STU Rappels et compléments : Un fluide est un milieu matériel

Plus en détail

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss LivreSansTitre1.book Page 44 Mardi, 22. juin 2010 10:40 10 Loi normale ou loi de Laplace-Gauss I. Définition de la loi normale II. Tables de la loi normale centrée réduite S il y avait une seule loi de

Plus en détail

Le sondeur monofaisceau :

Le sondeur monofaisceau : Le sondeur monofaisceau : Un sondeur monofaisceau classique (de type sondeur de navigation par exemple), émet un signal acoustique vers le fond et analyse l écho retour. L instant de détection se traduit

Plus en détail

Une lueur dans l aube

Une lueur dans l aube 5 n Photographier le ciel de nuit La lumière zodiacale Une lueur dans l aube Lorsque le ciel est particulièrement limpide, sans aucune source de lumière, ni même la présence d un croissant de lune, il

Plus en détail

Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau

Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau Méthodes d étude et projections Serge Planton Météo-France, CNRM/GAME Projections climatiques à l échelle planétaire Projections climatiques

Plus en détail

STATISTIQUES À UNE VARIABLE

STATISTIQUES À UNE VARIABLE STATISTIQUES À UNE VARIABLE Table des matières I Méthodes de représentation 2 I.1 Vocabulaire.............................................. 2 I.2 Tableaux...............................................

Plus en détail

Notion de champ. PARtiE 3. Le programme. Évaluation diagnostique p. 216. CoMPrEndrE Champs et forces

Notion de champ. PARtiE 3. Le programme. Évaluation diagnostique p. 216. CoMPrEndrE Champs et forces PARtiE 3 Manuel unique, p. 216 ( Manuel de physique, p. 102) Notion de champ séquence 1 Le programme notions et contenus Exemples de champs scalaires et vectoriels : pression, température, vitesse dans

Plus en détail

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Bernard Simon- janvier 2015 Météorologie Web : Attention aux modèles utilisés dans les prévisions: (maillage / relief pris en compte/

Plus en détail

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique?

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Impact Climatique Impact sanitaire Les particules atmosphériques sont avant tout étudiées pour leurs impacts sur le climat et sur la santé humaine. 39 Réchauffement

Plus en détail

e point en recherche Profils de la charge de consommation d énergie et d eau dans les collectifs d habitation introduction Programme de recherche

e point en recherche Profils de la charge de consommation d énergie et d eau dans les collectifs d habitation introduction Programme de recherche l Décembre 25 e point en recherche Série technique 5-119 Profils de la charge de consommation d énergie et d eau dans les collectifs d habitation introduction La recherche permet de commencer à comprendre

Plus en détail

La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer?

La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer? La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer? L effet de la fonte des glaces sur la variation du niveau de la mer est parfois source d erreur et de confusion. Certains prétendent qu elle est

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Evaluation des risques. Analyse des risques pour les tiers - Risques liés aux accidents d'avions à proximité de l'aéroport de Genève

Evaluation des risques. Analyse des risques pour les tiers - Risques liés aux accidents d'avions à proximité de l'aéroport de Genève REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Evaluation des risques Aéroport International de Genève Analyse des risques pour les tiers - Risques liés aux accidents d'avions à proximité de l'aéroport de Genève Résumé

Plus en détail

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air.

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air. L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air Les nuages I L air humide et la notion de pression partielle de

Plus en détail

LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE

LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE L expression cycle vient de la thermodynamique. En effet lorsqu une masse de fluide se retrouve après diverses transformations dans le même état (pression, volume, température)

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

1 FAITES CONNAISSANCE AVEC LA MÉTHODE DES PLANS D EXPÉRIENCES

1 FAITES CONNAISSANCE AVEC LA MÉTHODE DES PLANS D EXPÉRIENCES 1 FAITES CONNAISSANCE AVEC LA MÉTHODE DES PLANS D EXPÉRIENCES Si vous lisez ce livre c est que, probablement, vous faites des expériences et que vous cherchez à mieux les organiser. Vous cherchez surtout

Plus en détail

Calcul d erreur (ou Propagation des incertitudes)

Calcul d erreur (ou Propagation des incertitudes) Travaux Pratiques de Physique vers. septembre 014 Calcul d erreur (ou Propagation des incertitudes) 1) Introduction Le mot "erreur" se réfère à quelque chose de juste ou de vrai. On parle d erreur sur

Plus en détail

Historique des normes hydrologiques actuelles et perspectives

Historique des normes hydrologiques actuelles et perspectives Première réunion du Groupe de travail sur la révision des normes hydrologiques en Afrique de l Ouest et du Centre Historique des normes hydrologiques actuelles et perspectives Pierre Ribstein UMR 7619

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail

LYCEE MICHEL-RODANGE LUXEMBOURG PROGRAMMES DE MATHEMATIQUES POUR LE CYCLE INFERIEUR

LYCEE MICHEL-RODANGE LUXEMBOURG PROGRAMMES DE MATHEMATIQUES POUR LE CYCLE INFERIEUR LYCEE MICHEL-RODANGE LUXEMBOURG PROGRAMMES DE MATHEMATIQUES POUR LE CYCLE INFERIEUR Introduction. page 2 Classe de septième.. page 3 Classe de sixième page 7-1 - INTRODUCTION D une manière générale on

Plus en détail

Fiche HYDRAULIQUE. Pourquoi un caniveau. Pour évacuer rapidement l eau de pluie

Fiche HYDRAULIQUE. Pourquoi un caniveau. Pour évacuer rapidement l eau de pluie Fiche HYDRAULIQUE Pourquoi un caniveau Pour évacuer rapidement l eau de pluie Lors de la réalisation de grands espaces imperméabilisés, les maîtres d œuvre sont confrontés aux problèmes de l évacuation

Plus en détail

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Focométrie

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Focométrie RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Focométrie Benjamin Frere & Pierre-Xavier Marique 2ème candidature en sciences physiques, Université de Liège Année académique 2003-2004 But de l expérience Nous devions

Plus en détail

L AIR ET L AÉRAULIQUE

L AIR ET L AÉRAULIQUE Roger Cadiergues MémoCad ne03.a L AIR ET L AÉRAULIQUE SOMMAIRE ne03.1. Les applications de l aéraulique ne03.2. L utilisation des débits ne03.3. Ecoulements : débits et vitesses ne03.4. Vitesses et pressions

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

Binaires. M (g/mol) 78,114 154,211

Binaires. M (g/mol) 78,114 154,211 1 ) Le benzène (B) et le diphényle (D) forment des solutions idéales à l état liquide, par contre les solides ne sont pas miscibles. a) Déterminer la température de fusion du mélange en fonction de la

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

Reliefs et climats du monde

Reliefs et climats du monde Reliefs et climats du monde Matière : Géographie Domaine : Regard sur le Monde Séance 1 Quels sont les reliefs mondiaux? CM2! Objectif(s) de la séance :! Connaître les caractéristiques des reliefs du monde

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE 41 VI-1- INTRODUCTION Les sources lasers ont bouleversé les méthodes et les possibilités de la spectroscopie: leurs très grande monochromaticité a permis de résoudre des

Plus en détail

Hélium superfluide. Applications aux procédés de Cryogénie. Physique des solides - 22 mai 2006 1

Hélium superfluide. Applications aux procédés de Cryogénie. Physique des solides - 22 mai 2006 1 Hélium superfluide Applications aux procédés de Cryogénie Physique des solides - 22 mai 2006 1 Introduction L Hélium Z = 2. Point de fusion très bas. Chimiquement inerte. Deux isotopes naturels Physique

Plus en détail

La focométrie, pour les nuls! Première partie : théorie. par Charles Rydel, Société Astronomique de France. http://www.astrosurf.

La focométrie, pour les nuls! Première partie : théorie. par Charles Rydel, Société Astronomique de France. http://www.astrosurf. La focométrie, pour les nuls! Première partie : théorie. par Charles Rydel, Société Astronomique de France. http://www.astrosurf.com/astroptics Banc optique Pellin (XIXe siècle). Ici pour mesures photométriques

Plus en détail

Lentilles Détermination de distances focales

Lentilles Détermination de distances focales Lentilles Détermination de distances focales Résumé Les lentilles sont capables de faire converger ou diverger un faisceau lumineux. La distance focale f d une lentille caractérise cette convergence ou

Plus en détail