Maîtriser les files d attente VI Amélioration du roulement des patients. Eddy Nason Glen Roberts

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maîtriser les files d attente VI Amélioration du roulement des patients. Eddy Nason Glen Roberts"

Transcription

1 Maîtriser les files d attente VI Amélioration du roulement des patients Eddy Nason Glen Roberts Rapport de recherche des RCRPP Juin 2009

2 2009 Réseaux canadiens de recherche en politiques publiques inc.

3 Table des matières Remerciements... Résumé... ii iii 1. Introduction Présentations, questions et allocutions ministérielles Première journée : jeudi, le 26 mars Le point de vue du patient au sujet de l attente Amélioration de l accès aux soins primaires Améliorer les temps d attente dans le processus référenceconsultation Allocution de la ministre fédérale de la Santé Outils et stratégies de gestion du roulement des patients Deuxième journée : vendredi, le 27 mars «Sauter» les files d attente Atténuer la demande par la prévention et la pertinence des soins Allocution du ministre de la Santé du Québec En guise de conclusion à Maîtriser les files d attente VI Principaux messages : Maîtriser les files d attente VI Demande : Analyse des effets de la demande sur les temps d attente Offre : Comment l augmentation de l offre peut-elle améliorer les temps d attente? Processus : Comment adapter le processus en vue d améliorer les résultats Niveaux multiples : Des solutions à la grandeur du cadre Aspects transversaux : Quels sont les messages que nous livre l importante documentation de Maîtriser les files d attente VI? Appendice 1. Programme de la conférence Appendice 2. Notes biographiques des conférenciers Appendice 3. Liste des participants Figures Figure 1. La démarche visant à comprendre les temps d attente... v Figure 2. Structure des délais d attente du projet sur les Listes d attente dans l Ouest canadien (LAOC)... 5 Figure 3. Le modèle du «bac à glace» pour les références en urologie Figure 4. Un cadre d analyse des défis et des solutions entourant les temps d attente i

4 Remerciements Le Comité directeur de la conférence Maîtriser les files d attente V Amélioration du roulement des patients tient à exprimer sa gratitude aux organismes suivants : Association canadienne des institutions de santé universitaires (ASICO) Association canadienne des soins de santé (ACSS) Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) Association médicale canadienne (AMC) Collège des médecins de famille du Canada (CMFC) Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada (CRMCC) Fondation canadienne de la recherche sur les services de santé (FCRSS) Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) Institut canadien d information sur la santé (ICIS) Santé Canada (SC) pour le soutien financier qu ils ont accordé à cette conférence nationale sur invitation. Membres du Comité directeur Glenn Brimacombe David Clements Denise Desautels Danielle Fréchette Alan Hudson Lisa Little John Maxted Kathryn McDade John McGurran Kathleen Morris Tina Saryeddine Marcel Saulnier Alex Saunders Linda St-Amour Julie Swettenham Sheri Todd Brenda Trepanier Stephen Vail (ASICO) (FCRSS) (ACSS) (CRMCC) (Directeur, Projet de réduction des temps d attente dans les salles d urgence en Ontario) (AIIC) (CMFC) (SC) (Cordova Bay Research) (ICIS) (ASICO) (SC) (APC) (SC) (ACSS) (SC) (AMC) (AMC) Le présent rapport contient un résumé du programme de la conférence qui reflète des perspectives choisies sur des enjeux liés aux temps d attente. Ni le rapport ni les résumés des présentations ne visent nécessairement à refléter les opinions des organismes qui font partie du comité de planification ou la gamme des points de vue et des initiatives dans le milieu de la santé. ii

5 Résumé Cerner le problème avant de déterminer la solution. Tel est le conseil avisé qu a donné l un des présentateurs à la conférence Maîtriser les files d attente VI Amélioration du roulement des patients, la sixième édition des conférences sur les temps d attente qui se tiennent tous les ans à Ottawa. L énoncé ci-dessus résume l essence même de l ensemble de la conférence, qui visait à se pencher sur les enjeux entourant les temps d attente dans les soins primaires, les références de patients vers les soins secondaires, la façon de gérer le roulement des patients et les types de moyens qui existent pour atténuer la demande de services de santé par l intermédiaire de la prévention et de la pertinence des soins (ce qui a pour effet de réduire les pressions ressenties par le système de santé). La série de conférences Maîtriser les files d attente a débuté en 2004 en tant que moyen de s attaquer à la question brûlante d actualité que sont les temps d attente pour obtenir des traitements dans le système canadien de soins de santé. À titre d événement annuel, elle a depuis abordé les questions suivantes : la mesure, le contrôle et la gestion des temps d attente; les nouvelles frontières de la gestion des temps d attente; et l excellence en matière de gestion des temps d attente. En ce qui concerne l édition 2009 de Maîtriser les files d attente, l accent fut mis sur l innovation et les pratiques exemplaires dans le continuum de soins en vue de réduire et de gérer les délais d attente. Maîtriser les files d attente VI visait à : Étudier les facteurs sous-jacents qui alimentent les temps d attente pour les services de santé; Partager des résultats de recherche et des expériences vécues par un large éventail d intervenants concernant la gestion et la mesure des temps d attente; et Identifier des stratégies d amélioration dans la mesure des temps d attente et leurs incidences du point de vue des fournisseurs de soins, des patients et des décideurs. Survol En prenant comme point de départ un coup d œil sur le point de vue des patients à l égard des temps d attente, Maîtriser les files d attente VI a ouvert la voie à deux jours de présentations et de délibérations portant sur un système de santé axé sur le patient. Les présentations ont mis en relief des exemples de réussite dans la lutte contre les délais d attente qui se produisent au point d entrée des patients dans le système de santé. Les présentations sur l accès aux soins primaires ont touché à trois domaines : les données, l accès avancé et le rôle des soins infirmiers. Premièrement, des données sur les temps d attente au niveau des soins primaires furent présentées et l on a indiqué de quelle façon ces données peuvent être utilisées pour influencer le débat sur des temps d attente précis. Deuxièmement, on s est penché sur la question de savoir comment utiliser la stratégie de l accès avancé dans les cabinets de médecine familiale, en déterminant les défis que doivent relever les omnipraticiens lorsqu ils adoptent des procédures d accès avancé. Troisièmement, la présentation sur le rôle des soins infirmiers dans les cabinets de médecine familiale a permis de mettre en relief les mesures de soutien à l intégration comme étant l élément clé de l instauration d une collaboration efficace au sein des équipes de prestation des soins primaires. iii

6 Pour donner suite aux stratégies axées sur l accès aux soins primaires, trois présentations ont abordé la question du processus de référence et de consultation : 1) un exemple portant sur des mécanismes de files d attente uniques et de mise en commun des ressources des consultants en vue de réduire les temps d attente pour des consultations en urologie; 2) deux exemples d utilisation d outils des technologies de l information (TI) en vue d assurer des références appropriées et le transfert des données dans le processus de référence; et 3) des illustrations de la façon d élaborer des systèmes de scores de priorisation en vue d agencer les files d attente en fonction de services fondés sur des besoins médicaux. En s écartant ensuite de l accent mis sur des exemples, la séance de l après-midi s est concentrée sur différents outils et diverses stratégies visant à faciliter la gestion du roulement des patients dans le système de santé. Ceci peut se faire par l intermédiaire d outils de gestion fondés sur les technologies de l information qui permettent d explorer les données des professionnels de la santé afin d assurer une meilleure concordance de l offre et de la demande. Les conférenciers ont ensuite présenté des exemples d utilisation de ces outils informatiques au niveau des professionnels de la santé à l échelle régionale et individuelle. Des stratégies pour assurer le roulement des patients furent évoquées en utilisant des stratégies de recherche opérationnelle afin d améliorer leur roulement au sein du système. L efficacité du recours à différentes stratégies en vue de réduire les délais d attente fut illustrée en se référant à l expérience du Royaume-Uni qui est parvenu à réduire considérablement l attente tant dans les salles d urgence que dans le cas des interventions en chirurgie élective. Après avoir amorcé la deuxième journée avec une présentation portant sur la notion de «l art de sauter les files d attente» dans les soins de santé, l accent s est déplacé vers les moyens d atténuer la demande dans le système de santé. L un des aspects permettant de diminuer la demande est la prévention et la santé publique, qui comprend la prévention primaire, sous la forme de programmes et de stratégies efficaces et bien conçues en matière de santé publique, et la prévention secondaire (par ex., le recours aux systèmes de télésanté). Le deuxième volet de l atténuation de la demande comprend la question de la pertinence des soins. L amélioration de l accès va de pair avec l amélioration et le maintien de la qualité des soins. Lorsque des soins non appropriés sont donnés aux patients, l augmentation de la demande risque d allonger les temps d attente. Cette situation fut illustrée en se référant à titre d exemple à la mise en application de lignes directrices en radiologie, qui indique qu avec une meilleure information sur le bien-fondé d utiliser des tests de radiologie, les médecins peuvent réduire la prestation de soins non indiqués. Pour servir de complément aux présentations des universitaires, des professionnels de la santé, des gestionnaires de systèmes de santé et des décideurs, la ministre fédérale de la Santé et le ministre de la Santé du Québec se sont adressés aux participants à la conférence en faisant état de l importance de la question des temps d attente pour les responsables des politiques et en rappelant les stratégies mises en place aux niveaux national et provincial pour s attaquer aux temps d attente. iv

7 Analyse Dans l ensemble, Maîtriser les files d attente VI a couvert un vaste éventail d enjeux reliés aux temps d attente. Ceux-ci comprennent des questions liées à la demande de services (comment l atténuer), à l offre de services de santé (l augmentation de l offre est-elle la solution à une hausse de la demande?) et au processus de prestation des services. La figure 1 ci-dessous présente un schéma très simple pour aider à comprendre le cheminement à partir de la demande de services de santé pour parvenir aux résultats en matière de santé pour les Canadiens. Le schéma ne fut pas présenté lors de la conférence mais il fut mis au point par les Réseaux canadiens de recherche en politiques publiques (RCRPP) pour les besoins de ce rapport. C est en se basant sur ce schéma que nous avons analysé les principaux messages de la conférence Maîtriser les files d attente VI. Figure 1. La démarche visant à comprendre les temps d attente Processus Demande Offre Résultats Au sein de la structure illustrée ci-dessus, des messages clés furent livrés concernant des enjeux relatifs à la demande, à l offre et au processus, auxquels il faut s attaquer pour aider à lutter contre les délais d attente. Il y a aussi des aspects transversaux qui exercent des effets sur plus d une seule composante de la demande, de l offre ou du processus. Demande Dans le contexte de Maîtriser les files d attente VI, la demande est liée aux besoins et aux perceptions des patients et aux circonstances dans lesquelles il est possible de réduire la demande ou de faire concorder plus efficacement la demande et l offre. Les patients vivent une expérience unique des temps d attente, en ce sens que leur délai d attente comprend une période supplémentaire en plus de se préoccuper de leur condition physique immédiate, ils se demandent si cette condition va être récurrente. Le fait de s intéresser à la prévention et d enrayer la prestation de soins non appropriés peut contribuer à réduire la demande de soins de santé. Il est nécessaire de faire concorder l offre et la demande en utilisant des modèles fondés sur les technologies de l information et en faisant appel à des stratégies de files d attente uniques. Offre On considère communément que l offre comprend le personnel et l espace mais, dans le contexte de cette conférence, on a aussi mis en relief d autres stratégies en vue d améliorer l offre : la collaboration, le fait de s intéresser aux causes profondes et l apport de la technologie. Il y a des avantages à diversifier l éventail des ressources humaines disponibles pour assurer la prestation des soins de santé (par ex., une collaboration multidisciplinaire au niveau des soins primaires). v

8 L augmentation de la capacité n est pas toujours la solution; il est vital de comprendre les processus qui sont à l origine des délais d attente. Il est possible de réduire les temps d attente en faisant une meilleure utilisation de la technologie. Processus Ce terme comprend les activités et les actions du système de santé qui contribuent, en bout de ligne, aux résultats en matière de santé des patients. Le fait d établir des priorités pour s attaquer aux listes d attente (par ex., besoins médicaux, délais d attente actuels) et de restructurer les processus dans le système de soins de santé peut aider à réduire les listes d attente courantes. L établissement de lignes directrices pour la gestion du processus (ce qui comprend la création, la mise en œuvre et la gestion des systèmes) peut contribuer à la diffusion de pratiques exemplaires au sein du système de santé. Niveaux multiples Le défi majeur qui recoupe tous les aspects de l offre, de la demande et du processus identifiés lors de la conférence Maîtriser les files d attente VI fut celui d établir de quelle façon on peut utiliser l analyse des causes fondamentales (par l intermédiaire des techniques d exploration des données) pour déterminer là où il faut apporter des changements en vue d améliorer les temps d attente. Aspects transversaux Il y a des messages additionnels émanant de la conférence qui ne sont pas reliés directement à la demande, à l offre ou au processus dans le système de santé. Premièrement, il y a une tension qui existe entre la création d un système de santé axé sur le patient et un système qui s emploie à maximiser son efficience. Deuxièmement, il faut utiliser conjointement les multiples leviers permettant de réduire les temps d attente par l intermédiaire d un processus de délimitation de la qualité pour parvenir à diminuer les délais et à les maintenir à ce niveau. Troisièmement, la réduction des temps d attente est le thème prédominant de la série des conférences Maîtriser les files d attente, mais si on le fait sans se préoccuper de la qualité des soins (qui comprend des soins pertinents, sécuritaires, compétents, efficaces et efficients, assortis d une continuité pour les patients), il pourrait en résulter des conséquences négatives dans l ensemble du système de santé. Sommaire En intégrant une multiplicité de points de vue (par ex., ceux des patients, d un éventail de professionnels de la santé) sur les temps d attente et en étudiant la demande, l offre et le processus de prestation des soins de santé, Maîtriser les files d attente VI a contribué à élargir la portée des conférences sur les temps d attente. Cette approche élargie offre la possibilité de réduire les délais par l intermédiaire d un système de santé plus efficient et plus efficace. La réussite de l approche sera fonction de la façon dont les intervenants appuieront les conclusions, les stratégies et les enseignements tirés de Maîtriser les files d attente VI en se tournant vers les actions à prendre. vi

9 Maîtriser les files d attente VI Amélioration du roulement des patients 1. Introduction Les conférences antérieures sous le thème Maîtriser les files d attente ont abordé les sujets suivants : la mesure, la surveillance et la gestion des files d attente; les nouvelles frontières de la gestion des files d attente; et l excellence dans la gestion des files d attente. L édition de mars 2009 de Maîtriser les files d attente VI s est penchée sur les moyens d améliorer le roulement des patients dans le système, en mettant un accent tout spécial sur le patient, l accès aux soins primaires, les outils de gestion du roulement des patients et l atténuation de la demande de soins de santé. En présence de représentants de groupes de patients, de professionnels de la santé, de gestionnaires du système de santé, d universitaires, de responsables de l élaboration des politiques et de décideurs clés, la conférence Maîtriser les files d attente VI a débuté en considérant le point de vue des patients au sujet des temps d attente. Puis, la conférence a examiné les moyens d améliorer l accès aux soins primaires et la façon de réduire les temps d attente au niveau de l interface entre la référence et la consultation. Pour clore les travaux de la première matinée, la ministre fédérale de la Santé, l honorable Leona Aglukkaq, a parlé des priorités et des engagements du gouvernement fédéral dans le domaine des soins de santé et des temps d attente. Elle a discuté des moyens auxquels les gouvernements peuvent faire appel pour aider à maintenir les Canadiens en santé et réduire ainsi la demande des soins de santé et les temps d attente qui s y rattachent. La séance de l après-midi s est employée à examiner les outils et les stratégies de gestion du roulement des patients, à comparer des principes, des technologies de l information (TI) et d autres outils organisationnels, ainsi qu à considérer des perspectives internationales tirées de l expérience observée aux États-Unis et au Royaume-Uni. Pour la deuxième journée de la conférence, l accent s est déplacé, passant des stratégies visant à améliorer l accès et le roulement des patients pour considérer les moyens d atténuer la demande et d améliorer la pertinence des soins de santé. Pour le coup d envoi de la journée, le D r Brian Goldman, hôte d une émission à CBC Radio One, a parlé des observations tirées de son émission «White Coat, Black Art». Les moyens d atténuer la demande de soins de santé furent abordés en considérant deux domaines : la prévention primaire et secondaire. Les présentations sur la prestation de soins appropriés ont compris un survol de la question et les liens entre la pertinence des soins et l établissement de lignes directrices à cet effet. Pour clore la conférence, le D r Yves Bolduc, ministre de la Santé du Québec, a parlé des efforts de sa province en vue de réduire les temps d attente. Ses exemples portant sur des stratégies efficaces à l échelle provinciale et sur la multiplicité des outils utilisés pour réduire les files d attente ont permis de clôturer la conférence Maîtriser les files d attente VI sur une note positive, en rappelant les succès qu il est possible de remporter lorsqu on prend des moyens en vue d améliorer le roulement des patients et d atténuer la demande de soins. Nous présentons ci-après des résumés des présentations et des exposés qui furent livrés pendant la conférence Maîtriser les files d attente VI. Nous avons aussi résumé les principaux points qui furent soulevés pendant les discussions générales portant sur les présentations. Les diapositives des présentations sont accessibles à partir du site Internet des Réseaux canadiens de recherche en RÉSEAUX CANADIENS DE RECHERCHE EN POLITIQUES PUBLIQUES 1

10 politiques publiques (www.rcrpp.org). De plus, on peut aussi visualiser sur ce site les diapositives utilisées lors des conférences précédentes, y compris les rapports de ces conférences. Enfin, les RCRPP ont conçu un cadre de réflexion sur les questions liées aux temps d attente, qui permet de catégoriser les principaux thèmes abordés pendant la conférence Maîtriser les files d attente VI. Ce cadre est présenté dans la troisième section du rapport, dans laquelle nous classons les thèmes par catégories et nous analysons les enjeux à caractère transversal qui émanent de l ensemble de la conférence. 2. Présentations, questions et allocutions ministérielles La conférence de cette année, Maîtriser les files d attente VI Amélioration du roulement des patients, s est déroulée les 26 et 27 mars Elle a mis l accent sur le roulement des patients au sein du système de santé. La conférence a débuté avec un exposé du point de vue des patients sur les temps d attente, qui a servi de toile de fond aux présentations de spécialistes provenant d organismes de santé nationaux, provinciaux et régionaux, ainsi qu à celles de personnes possédant des visions uniques sur le système de santé. Les présentations ont abordé un certain nombre de thèmes : Le point de vue du patient sur les délais d attente; Amélioration de l accès aux soins primaires; Amélioration des temps d attente dans le processus de référence et de consultation; Outils et stratégies de gestion du roulement des patients; Données anecdotiques sur l art de «sauter» les files d attente dans le système canadien; et Atténuation de la demande par l intermédiaire de la prévention et de la pertinence des soins. Un survol de la stratégie gouvernementale en vue de réduire les délais d attente fut aussi présenté, avec des exposés de la ministre fédérale de la Santé, l honorable Leona Aglukkaq, et du ministre provincial de la Santé du Québec, le D r Yves Bolduc. 2.1 Première journée : jeudi, le 26 mars La conférence de cette année, Maîtriser les files d attente, fut coprésidée par le D r Brian Goldman, hôte du talk-show médical «White Coat, Black Art» de CBC Radio One, et par M me Pamela Fralick, chef de la direction (PDG) et présidente de l Association canadienne des soins de santé. Ils ont procédé à l ouverture de la conférence en faisant référence à la nature permanente de la conférence Maîtriser les files d attente et en indiquant de quelle façon la sixième conférence dans la série adoptait une approche différente de celle des conférences antérieures afin de mettre l accent sur les temps d attente à l extérieur des soins secondaires, sur la façon d utiliser les technologies et sur les moyens de réduire la demande de soins de santé. La première présentation, qui offrait le point de vue des patients sur les temps d attente, témoignait de ce changement d accent par rapport à celui des conférences des années antérieures 1. 1 Soulignons que, pendant la première journée, la période de questions s est tenue à la fin des panels, et non après les présentations individuelles. Par conséquent, les questions sont traitées dans ce rapport à la fin de chacun des thèmes des panels et non pas après chacune des présentations. 2 RÉSEAUX CANADIENS DE RECHERCHE EN POLITIQUES PUBLIQUES

11 2.1.1 Le point de vue du patient au sujet de l attente L autre côté de la médaille : Le point de vue du patient au sujet de l attente Peter Goodhand, Société canadienne du cancer M. Peter Goodhand est chef de la direction de la Société canadienne du cancer, Division de l Ontario, dont la mission en tant qu organisme bénévole à caractère communautaire est l éradication du cancer et l amélioration de la qualité de vie des personnes touchées par cette maladie. Il a aussi vécu une expérience personnelle face au cancer puisqu il a été un fournisseur de soins primaires et un défenseur des droits des patients pendant les 12 années au cours desquelles son épouse a lutté contre le cancer après l arrivée de sa famille au Canada en C est en s appuyant sur ces deux perspectives que M. Goodhand a dégagé le point de vue des patients atteints de cancer sur les temps d attente, en faisant appel à son expérience personnelle pour servir de complément au multiples études portant sur le point de vue des patients. Il a débuté en insistant sur la nécessité pour tous les participants à la conférence de s extraire de leur univers professionnel pour se placer dans la perspective du patient. Il a fait état des délais habituels associés à la démarche menant à l obtention de soins en cancérologie et il a ensuite décrit les temps d attente auxquels le patient fait face, ce qui lui a permis de reconstituer la feuille de route que doit suivre le patient atteint de cancer. En se basant sur cette feuille de route, M. Goodhand a indiqué qu avant de contacter le système de santé, les patients traversent une période (délai d attente) au cours de laquelle ils soupçonnent que quelque chose ne va pas. Ces soupçons peuvent avoir une durée allant de quelques semaines à des années. Pendant que les patients cheminent au sein du système de santé, ils éprouvent des frustrations, de la colère et des craintes à l égard des délais qui s écoulent avant de recevoir leurs traitements. Cette situation peut mener à des perceptions faussées de la notion du temps (la période de temps nécessaire pour obtenir les résultats des tests et connaître le diagnostic peut sembler incroyablement longue pour certains et trop courte pour d autres); elle peut inciter les gens à comparer leurs temps d attente à d autres expériences personnelles (et conclure que les temps d attente moyens ne signifient rien pour les gens); elle peut susciter des inquiétudes concernant les effets sur la santé de leur attente pour obtenir des traitements; et elle peut rendre difficile pour eux de comprendre dans quelle mesure des facteurs externes comme leur situation géographique peuvent avoir une incidence sur les délais d attente. Selon le message final que M. Goodhand a transmis aux participants à la conférence, les patients ont leur propre perception individuelle : ils ne sont pas intéressés à des statistiques faisant état des temps d attente généraux; ils sont intéressés à obtenir des renseignements sur leurs délais d attente personnels. Il a souligné la nécessité pour le système de «re-personnaliser» la relation entre le médecin et le patient. Parmi les questions posées à M. Goodhand figurent les suivantes : À l heure actuelle, il est difficile pour les médecins de considérer chaque patient comme un individu. Qu est-ce que les médecins pourraient faire pour personnaliser chacun de leurs patients? RÉSEAUX CANADIENS DE RECHERCHE EN POLITIQUES PUBLIQUES 3

12 o M. Goodhand a indiqué qu il y avait plusieurs stratégies pour aider les médecins, lesquelles comprennent l utilisation de nouveaux médias pour diffuser le message (simulations, médias interactifs) et le rôle que peuvent jouer les regroupements de patients en vue de sensibiliser les médecins à cette réalité. Au Danemark, les cancéreux ont le droit de «sauter» les files d attente pour pouvoir recevoir leur traitement et ils exercent un contrôle sur leur propre calendrier de traitement. Cette stratégie fonctionnerait-elle au Canada? o M. Goodhand a répondu que le roulement des patients est un aspect vital de l amélioration de l expérience vécue par les patients au chapitre des temps d attente dans le système de santé Amélioration de l accès aux soins primaires Tel que précisé dans les remarques d ouverture, le premier groupe d orateurs a présenté des exposés à la conférence Maîtriser les files d attente VI portant sur le point d entrée des patients dans le système de santé : les soins primaires. Temps d attente pour les soins primaires et spécialisés Résultats d enquêtes nationales Claudia Sanmartin, Statistique Canada La D re Sanmartin occupe un poste de chercheure principale au sein de la Division de l information et de la recherche à Statistique Canada et elle s intéresse tout spécialement aux temps d attente (y compris un apport à l élaboration de la première enquête nationale sur les temps d attente). Elle a aussi collaboré à titre de chercheure au projet sur les Listes d attente dans l Ouest canadien (LAOC) depuis son lancement. La D re Sanmartin a présenté un survol original des temps d attente au pays, en précisant de quelle façon des données au niveau de la population peuvent contribuer à définir le problème des temps d attente. Elle a situé sa présentation dans la perspective de la structure élaborée par le projet sur les LAOC, qui décrit les endroits où différents délais se produisent dans le cheminement que le patient suit au sein du système de santé (figure 2). La structure illustre le parcours du patient dans le système de santé et elle indique les endroits où les délais se produisent. En s appuyant sur cette structure, elle a ciblé deux délais précis : les délais d attente au niveau des soins primaires (attente # 1) et les délais au niveau de la consultation avec le spécialiste (attente # 2). 4 RÉSEAUX CANADIENS DE RECHERCHE EN POLITIQUES PUBLIQUES

13 Figure 2. Structure des délais d attente du projet sur les Listes d attente dans l Ouest canadien (LAOC) Chirurgie Temps d attente en chirurgie Attente # 4b Placement sur la liste d attente de l hôpital (réservation) Attente # 4a Test diagnostique Attente # 3a Temps d attente pour voir un spécialiste Temps d attente Soins primaires Décision de traiter Attente # 3 Consultation avec un spécialiste/chirurgien Attente # 2 Consultation Soins primaires Attente # 1 Premier contact avec un praticien de première ligne Référence à un autre ou d autres spécialistes Attente # 3b Consultation d un optométriste Source : Sanmartin et coll. (2003) 2. En ce qui concerne les délais d attente pour les soins primaires, la D re Sanmartin a décrit l Enquête canadienne sur l expérience des soins de santé primaires; il s agit d une enquête dans laquelle on suit les gens compris dans l Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, ce qui a permis à Statistique Canada de relier les données entre les deux enquêtes. Elle a fait état de résultats qui indiquent que la majorité des Canadiens (74 pour cent) ne furent pas en mesure de rencontrer leur médecin de famille pour un rendez-vous le même jour et que même ceux qui avaient un médecin de famille avaient recours à des cliniques sans rendez-vous pour pouvoir avoir accès à un médecin le même jour. Ce résultat se compare de façon défavorable à la situation observée dans d autres pays selon laquelle, pour des personnes dans des situations semblables au Pays-Bas et en Nouvelle- Zélande, moins de 50 pour cent de la population n était pas en mesure d obtenir un rendez-vous le même jour. 2 C. Sanmartin et le Steering Committee of the Western Canada Waiting List Project (2003), «Toward Standard Definitions for Waiting Times», FORUM Gestion des soins de santé, été, p RÉSEAUX CANADIENS DE RECHERCHE EN POLITIQUES PUBLIQUES 5

14 Pour ce qui est des délais d attente pour des soins spécialisés, la D re Sanmartin a indiqué que les temps d attente demeurent l obstacle principal en matière d accès aux soins spécialisés (qui comprennent les consultations, les chirurgies non urgentes et les tests diagnostiques). Elle a province à l autre, aux environs de 4,3 semaines, et que les délais d attente étaient demeurés stables au cours des dernières années (données de ). Dans le cadre d une comparaison internationale, le Canada affiche le pourcentage le plus élevé de patients qui attendent deux mois ou plus pour recevoir des soins spécialisés (42 pour cent des patients). Elle a identifié trois facteurs qui sont associés aux délais d attente pour des soins spécialisés : le sexe du patient, avec une attente plus longue dans le cas des femmes; le fait que les patients possèdent un médecin régulier, ceux qui ont un médecin régulier étant ceux qui doivent attendre plus longtemps; et l origine de la référence du patient, les références provenant des médecins de famille comportant des délais plus longs. La D re Sanmartin a conclu en rappelant la nécessité d avoir des données au niveau de la population sur les temps d attente pour les soins primaires, en soulignant qu avec de bonnes données, ces enquêtes pourront mettre l accent, en ce qui concerne les temps d attente, sur les domaines dans lesquels les changements nécessaires sont les plus importants. Modèles de soins primaires en action Accès avancé Ernst Schuster, médecin de famille, Alberta Le D r Schuster occupe le poste de directeur médical des soins primaires pour la région de Capital Health (qui fait maintenant partie des Alberta Health Services). À ce titre, il offre un leadership médical pour les soins primaires dans cette région. Dans sa présentation, il a abordé les thèmes suivants : les principes de l accès avancé aux soins primaires, une stratégie axée sur la qualité en médecine familiale et la façon d utiliser un panel de patients pour guider la pratique de la médecine familiale. L accès avancé à des soins primaires repose sur les principes suivants : Assurer la concordance entre l offre et la demande; Utiliser les outils de la gestion des processus empruntés à d autres industries, offrir une continuité de soins (mesurée en utilisant le moment du troisième prochain rendez-vous disponible pour une visite au bureau); Éliminer le travail en souffrance «en accomplissant le jour même le travail d aujourd hui»; et Optimaliser l espace de travail. Le recours à ces principes peut aider à offrir un accès le même jour (en réduisant ainsi les pressions sur les salles d urgence), à rendre les patients davantage satisfaits des soins qu ils reçoivent, à réduire les besoins en diagnostic et à diminuer les coûts du système de santé. Le D r Schuster a souligné que la notion selon laquelle les délais d attente existent parce que la demande dépasse l offre était erronée dans le cas du Canada, puisque les temps d attente sont demeurés à peu près les mêmes ces dernières années, ce qui laisse croire à un équilibre entre l offre et la demande, mais à l accumulation d un nombre significatif de patients en attente de soins sur les listes. 6 RÉSEAUX CANADIENS DE RECHERCHE EN POLITIQUES PUBLIQUES

15 En ce qui concerne les stratégies axées sur la qualité de la médecine familiale et la mise en application des stratégies d accès avancé, le D r Schuster a souligné le rôle que joue le médecin de famille en tant que «quart arrière» en ce qui concerne l accès au système de soins de santé et l importance du bon fonctionnement des équipes de médecine familiale pour assurer la qualité des soins de santé. Il a allégué qu il est important aussi de comprendre la charge de travail associée aux patients pour mettre en place une stratégie d accès avancé aux soins primaires, ainsi que la nécessité de placer le patient au centre de la pratique médicale et de ne pas se fier aux patients pour faire rapport sur les changements survenus à leur santé (une approche proactive à l égard de patients qui n ont pas été vus depuis un certain temps). Le D r Schuster a analysé les changements qui ont été apportés à son propre cabinet de médecine familiale par suite de l utilisation des techniques de l accès avancé. Il a souligné que les salles d examen ont toutes le même agencement, les membres de l équipe de médecine familiale peuvent assurer un déroulement harmonieux des tâches cliniques, une infirmière chargée de la gestion des maladies chroniques a été ajoutée, et on a institué des rencontres hebdomadaires de l équipe et des «caucus» quotidiens. Il a aussi souligné que les changements s étaient traduits par une réduction du taux des visites de suivi pour les patients. En ce qui a trait à la formation d un panel de patients pour guider l exercice de la médecine familiale, le D r Schuster a indiqué qu il avait réparti les patients de sa propre pratique en fonction de leur sexe, de leur âge et de leur condition chronique pour mettre en relief la composition de son panel de patients. Il a démontré de quelle façon son propre cabinet avait réussi à assurer la continuité des soins et à réduire les temps d attente moyens, mais il a ajouté qu il y aurait toujours des variations dans les temps d attente pour des rendez-vous au cours d une année donnée (à cause des vacances du personnel, de situations de crise en matière de santé publique, etc.). Il a résumé sa présentation en identifiant les défis qui se posent aux membres d un cabinet de médecine familiale dans lequel on adopte des procédures d accès avancé : la nécessité d y faire participer le personnel et les patients; la nécessité d utiliser des stratégies de collaboration dans l exercice de la médecine familiale; et la nécessité de disposer d une infrastructure appropriée. Il a terminé son exposé en paraphrasant le mot d ordre du Collège des médecins de famille du Canada : «Chaque Canadien devrait avoir un médecin de famille qui est en mesure d offrir des soins excellents et soutenus». Les soins infirmiers dans votre cabinet de médecine familiale Un programme pour les médecins Patsy Smith, consultante au sein de l unité des soins de santé primaires, région de Capital Health, Nouvelle-Écosse M me Smith est consultante en leadership et en soins de santé, avec un intérêt particulier pour les systèmes de soins de santé primaires. À l heure actuelle, elle est chef de projet de l initiative «Les soins infirmiers dans votre cabinet de médecine familiale» au sein de l unité des soins de santé primaires de la région de Capital Health. Elle maintient une pratique clinique en tant qu infirmière spécialisée en soins familiaux dans un centre de soins de santé primaires d une région rurale de la Nouvelle-Écosse. Dans sa présentation, M me Smith a décrit le programme de la région de Capital Health, un programme de mesures de soutien à l intention des médecins de famille et du personnel infirmier spécialisé en soins familiaux en Nouvelle-Écosse. RÉSEAUX CANADIENS DE RECHERCHE EN POLITIQUES PUBLIQUES 7

16 Les aspects majeurs du modèle sont les suivants : Il met en cause une équipe intégrée de médecins et de personnel infirmier; La visite d un patient offre la possibilité de procéder à une multiplicité d interventions en matière de santé (par ex., vérification de la pression artérielle pour un rendez-vous visant à obtenir un diagnostic pour un problème de mal de dos); Les patients participent pleinement aux soins; et Les processus internes appuient la mise en application de lignes directrices en matière de pratique clinique. En adoptant ce modèle, il est possible d augmenter le nombre de visites de patients de deux à trois à l heure, et les recettes additionnelles ainsi générées permettent de couvrir les coûts associés à l emploi de personnel infirmier au sein du cabinet. En utilisant du personnel infirmier dans tout l éventail des activités du cabinet, le médecin épargne du temps en évitant de s occuper de conditions non complexes. Pour participer au programme, les équipes reçoivent un manuel de ressources, un programme de formation en soins infirmiers, des mesures de soutien à l intégration au programme, des journées de collaboration en équipe et une série de conférences régulières. Les mesures d aide à l intégration ont pris la forme d un soutien offert par des mentors (utilisation de l espace, efficacité du bureau, rôles des membres de l équipe, etc.) et d un soutien au niveau des communications (téléphone et courriels). La mise sur pied d équipes de travail en collaboration couvre à l heure actuelle trois catégories de maladies chroniques (diabète, broncopneumopathie chronique obstructive et conditions cardiovasculaires) et ces équipes s emploient à appliquer des pratiques de réseautage, à améliorer les communications, à encourager le recours aux pratiques exemplaires (par l intermédiaire de lignes directrices) et à utiliser des dossiers électroniques pour les patients. Ce programme a fait l objet d une première évaluation et il a été soumis à une deuxième évaluation dont les résultats sont attendus. Dans le contexte de la première évaluation, la région de Capital Health a fait appel à une enquête auprès des fournisseurs, à une enquête portant sur la description des services, à un formulaire de suivi des projets, à une enquête auprès des équipes et à un choix d indicateurs de l Institut canadien d information sur la santé pour évaluer les progrès du programme. Les résultats permettent de croire que le programme a mené à une amélioration sensible de l accès aux soins (un plus grand nombre de nouveaux patients acceptés et une diminution des temps d attente); il a favorisé une portée élargie de pratique pour le personnel infirmier (en permettant environ deux rendez-vous additionnels de patients à l heure); il a suscité une satisfaction accrue à l égard des fournisseurs; et il a permis une amélioration du dépistage et de la prévention des maladies chroniques (y compris aussi une gestion des maladies chroniques par le personnel infirmier). En somme, M me Smith a identifié le soutien à l intégration comme étant l élément clé de la création d équipes efficaces de collaboration au niveau des soins primaires. 8 RÉSEAUX CANADIENS DE RECHERCHE EN POLITIQUES PUBLIQUES

17 Parmi les questions posées aux membres de ce panel figurent les suivantes : La réduction de la durée des visites a-t-elle contribué à réduire le revenu des praticiens? o Des visites de plus courte durée permettent de voir un plus grand nombre de patients il y a suffisamment de travail à effectuer. Les changements apportés aux soins primaires ont-ils contribué à diminuer les visites aux salles d urgence? o Ni le D r Schuster ni M me Smith n ont pu répondre un oui catégorique à cette question, mais ils ont indiqué tous les deux que, d après des données fragmentaires, il y avait lieu de croire que les visites aux salles d urgence avaient diminué. Les changements se sont-ils traduits par des temps d attente plus longs à la clinique pour les patients? o Le D r Schuster a indiqué que les patients de sa clinique attendent généralement moins de 15 minutes sur place pour leur rendez-vous. On a demandé à la D re Sanmartin si l enquête de Statistique Canada permettait d identifier des patients qui furent référés mais qui n ont jamais vu un spécialiste et si elle permettait d identifier ceux qui avaient été référés par des infirmières praticiennes? o L enquête ne permet pas d identifier les patients référés qui n ont pas vu un spécialiste, mais celle-ci comprend des patients qui furent référés par des infirmières praticiennes (même si elle ne peut pas offrir une ventilation à ce niveau de détail) Améliorer les temps d attente dans le processus référence-consultation Après être entrés dans le réseau des soins primaires, les patients qui ont besoin de voir un spécialiste doivent se tourner vers le processus de référence pour obtenir une consultation. Les trois conférenciers faisant partie du deuxième panel de Maîtriser les files d attente VI ont abordé ce second volet des temps d attente dans le système des soins de santé. Services d urologie Kishore Visvanathan, Saskatoon Regional Health Region Le D r Visvanathan est chef de la Division de l urologie au sein de la Saskatoon Health Region (SHR) et professeur agrégé d urologie à l Université de la Saskatchewan. Il est chef de projet pour l initiative de l Accès avancé (une initiative qui vise à réduire les temps d attente en urologie à Saskatoon) et il est aussi coprésident du Client and Family-Centered Care Steering Group de la SHR. Dans sa présentation, le D r Visvanathan a décrit le programme d accès avancé en urologie de la Saskatoon Health Region. L initiative d accès avancé en urologie comporte la mise en commun des ressources de tous les consultants en urologie dans la SHR en vue de créer un modèle de «bac à glace» pour répartir les références entre les consultants et parvenir à une utilisation maximale de la capacité (figure 3). Lorsqu un spécialiste atteint un plein contingent de patients (bleu), son excédent (ou liste d attente) est pris en charge par d autres spécialistes dans le bac (bleu clair) pour faire en sorte que les temps d attente demeurent peu élevés. Comme ce modèle ne s applique qu aux RÉSEAUX CANADIENS DE RECHERCHE EN POLITIQUES PUBLIQUES 9

18 références initiales, il ne compromet pas la continuité des soins. De plus, si un patient exige un consultant précis, aucune entrée ne se produira dans le modèle du bac à glace, ce qui permet de maintenir l accent sur le patient dans le processus de référence. Ce processus de mise en commun des références contribue à réduire les temps d attente, mais uniquement par l intermédiaire de la mise en commun du revenu des consultants, de sorte qu il n y a aucune incitation pour les individus de voir des patients additionnels. Figure 3. Le modèle du «bac à glace» pour les références en urologie Le D r Visvanathan a aussi insisté sur l importance des communications avec le médecin de famille afin d assurer la souplesse du processus de référence. Il a souligné qu après des communications explicites (par lettre adressée aux médecins de famille), le nombre reçu de références regroupées avait triplé et qu une lettre expliquant le type de renseignements que devait comprendre une référence avait mené à des hausses considérables de l information pertinente concernant les tests diagnostiques qui accompagnaient la référence. En somme, le D r Visvanathan a conclu que le changement menant à l adoption de cette approche en matière d accès avancé avait suscité beaucoup de travail pour les consultants et avait été difficile à planifier, mais que la baisse du nombre des patients référés en attente constituait au bout du compte un résultat valable. Ceci nécessite aussi qu un médecin se charge de promouvoir le processus de l accès avancé, notamment lorsque des facteurs externes influent négativement sur les temps d attente (tels que des problèmes de ressources humaines). Il a indiqué que l accès avancé et les références regroupées représentaient les premières étapes d un système de référence axé sur le patient. Jeter un pont entre les soins généraux et les soins spécialisés Brie DeMone, Santé et Vie saine Manitoba M me DeMone est directrice du Groupe de travail sur les délais d attente de Santé et Vie saine Manitoba. À ce titre, elle est responsable de l élaboration et de la mise en application de plusieurs projets provinciaux sur l accessibilité, dont les suivants : le projet visant à jeter un pont entre les soins généraux et les soins spécialisés (BGSC) et un répertoire des services spécialisés offerts au Manitoba (CSS). Dans sa présentation, elle a décrit ces deux initiatives. Le projet du BGSC est un système informatisé de références qui utilise des lignes directrices et des exigences en matière de soins mutuellement convenues, ainsi que des cibles en matière de délais portant sur les références. Le projet du BGSC donne lieu à des rencontres de petits groupes de médecins (médecins de famille et spécialistes) qui prennent des décisions concernant l établissement de lignes directrices axées sur le contenu clinique de 10 domaines cliniques. Le projet a aussi permis de créer un mécanisme d accès électronique à l intention des médecins pour 10 RÉSEAUX CANADIENS DE RECHERCHE EN POLITIQUES PUBLIQUES

19 qu ils puissent utiliser ces lignes directrices. Les résultats du projet ont jusqu ici été positifs, puisque les médecins participent davantage à la création et à l emploi des lignes directrices, et qu ils expriment la conviction que le BGSC contribuera à améliorer le processus de référence. Le CSS est un répertoire de médecins et de services accessible depuis l Internet (par ex., on y indique si un spécialiste en orthopédie ne s occupe que des chevilles et non pas des épaules) qui est maintenu par les médecins et qui vise à offrir aux médecins de famille des renseignements à jour sur les spécialistes les plus appropriés vers lesquels ils peuvent référer leurs patients. Il compte à l heure actuelle utilisateurs. Le taux de réponse à la version papier du CSS est très élevé (70 pour cent), tandis que la version accessible sur l Internet est en croissance rapide à mesure que son emploi devient de plus en plus une pratique courante pour les médecins et le personnel infirmier. La difficulté majeure identifiée par M me DeMone concernant tant le CSS que le projet du BGCS est la continuité des projets puisque, dans les deux cas, la participation des médecins est requise pour la mise à jour et la circulation des données. Scores de référence prioritaire du projet sur les Listes d attente dans l Ouest canadien Tom Noseworthy et Carolyn De Coster Département des sciences de la santé communautaire, Université de Calgary Le D r Noseworthy est directeur du Centre for Health and Policy Studies ainsi que professeur (gestion et politique de la santé) et chef du Département des sciences de la santé communautaire à l Université de Calgary. En 2007, il est devenu membre de l Ordre du Canada à l invitation de la Gouverneure générale pour souligner son apport à la médecine et à la politique des soins de santé. La D re De Coster est chercheure principale au sein des Alberta Health Services (Calgary Health Region) et elle enseigne au Département des sciences de la santé communautaire aux Universités de Calgary et du Manitoba. Dans le cadre d une présentation conjointe, les D rs Noseworthy et De Coster ont décrit des approches visant à mettre au point un système de priorisation pour les références en provenance du système de soins primaires. Le travail de priorisation fait partie du projet sur les Listes d attente dans l Ouest canadien (LAOC). Ils ont établi le bien-fondé d une approche visant à établir des priorités en soulignant les pressions que subissent à l heure actuelle les médecins spécialistes à cause du grand nombre des références et de la nécessité de normaliser les renseignements requis lorsque les patients sont référés. L objectif visé est de mettre au point un système qui est basé sur l urgence de la référence et qui fait appel aux connaissances des spécialistes et des médecins de famille pour établir une priorisation. Le D r Noseworthy a fait état de la nécessité pour tout outil d être facile à utiliser dans un cabinet de médecine familiale, tout en offrant tous les renseignements dont les spécialistes ont besoin lorsque les patients sont référés. Dans son état actuel, le système de priorité de référence est élaboré pour des spécialités qui s appuient sur un modèle de références fondé sur un point d entrée unique, des cliniques d intervention rapide et des temps d attente prolongés. Les scores de référence prioritaire du projet des LAOC furent élaborés par un panel d experts (composés de spécialistes et de médecins de famille), en s inspirant d une analyse des résultats de travaux existants sur les systèmes d établissement de priorités. On a donné au panel divers scénarios de cas actuels et on leur a RÉSEAUX CANADIENS DE RECHERCHE EN POLITIQUES PUBLIQUES 11

20 demandé de les classer en fonction des besoins cliniques. Pour les situations d urgence, on a demandé aux médecins de famille de ne pas préciser les critères. Les classements furent comparés et des critères de classement furent élaborés et analysés, pondérés et transformés en un outil, assorti de scores cumulatifs allant de 0 (aucune urgence) à 100 (urgence la plus élevée). En comparant les critères distillés aux classements des médecins, il fut possible de déterminer l exactitude des critères. Les trois principaux domaines distillés furent l état actuel du patient, les risques de progression et les avantages vraisemblables pour le patient de voir un spécialiste. La pondération des critères fut effectuée en utilisant des comparaisons par paire des critères et des niveaux au sein des critères. Lorsque les classements obtenus en utilisant l outil pondéré furent comparés aux classements cliniques des spécialistes et des médecins de famille, on a obtenu des résultats remarquablement similaires, ce qui porte à croire que l outil permet d établir des priorités qui sont conformes à celles jugées par les cliniciens. Parmi les questions posées aux membres de ce panel figurent les suivantes : Les systèmes d établissement de priorités sont-ils le meilleur moyen de réduire les temps d attente? o Les systèmes de priorités sont une approche qui a permis de réduire et de maintenir de courtes listes d attente dans d autres pays. Toutefois, il ne s agit que de l une parmi plusieurs stratégies de gestion des temps d attente qui peut contribuer à réduire les délais. Au sein du système d établissement de priorités, existe-t-il des critères axés sur le patient qui tiennent compte de facteurs comme l incidence d une chirurgie sur la vie du patient (le temps passé à ne pas travailler, etc.)? o Les outils actuels d établissement de priorités tiennent compte de ces facteurs (par ex., impact sur le patient de son état actuel). Comment des systèmes électroniques normalisés comme l établissement de priorités et le BGSC peuvent-ils offrir aux médecins de famille une grille standardisée si ceux-ci traitent différentes maladies sur une base individuelle? o Bien que certaines questions puissent différer pour diverses maladies, il y a des domaines normalisés que l outil englobe et qui encadrent les critères. Toutefois, les outils ne sont pas tributaires des diagnostics. Est-il possible de créer un système de mise en commun des références au sein duquel les spécialistes ne participent pas à une mise en commun des revenus? o Ceci est difficile mais possible; en autant qu il y a assez de travail pour occuper tout le monde, un système de mise en commun des références peut être approprié. Comment des cabinets de médecine familiale peuvent-ils être incités à participer à ce genre d approches en matière de références? o L approche du BGSC/CSS est calquée sur celle des compagnies de produits pharmaceutiques dans leurs rapports avec les médecins, qui consistent à aller rencontrer et consulter les médecins de famille et à leur offrir des crédits lorsqu ils s impliquent dans le système. 12 RÉSEAUX CANADIENS DE RECHERCHE EN POLITIQUES PUBLIQUES

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Une transformation s impose : changeons d attitude

Une transformation s impose : changeons d attitude Une transformation s impose : changeons d attitude Colloque sur le marché des hôpitaux et du réseau de la santé au Québec 27 mai 2009 Aujourd hui, au Canada Le Canada dépense plus pour les soins de santé

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015 Guide des candidatures 2015 Introduction Dans tout l Ontario, il y a beaucoup d entreprises, d organismes, de collectivités et de particuliers qui font plus que ce qui est requis par la législation environnementale,

Plus en détail

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 1. Quel est le rôle du conseil en matière de stratégie par rapport à celui

Plus en détail

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ Mémoire présenté au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes Kaaren Neufeld, présidente de l Association des infirmières et infirmiers du Canada Ottawa

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques

Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques Version originale signée par LE 21 juillet 2015 M. DANIEL GOSSELIN DATE ADMINISTRATEUR EN CHEF TABLE

Plus en détail

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés Rapport de vérification interne du Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément de la Division des régimes de retraite privés du Bureau du surintendant des institutions financières Novembre

Plus en détail

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Juin 2012 D r Graham Dickson Université Royal Roads D r Ronald Lindstrom Université Royal Roads D r Charlyn

Plus en détail

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD Aperçu Lancé en 2004 par l Association minière du Canada, le programme Vers le développement minier durable est un système de contrôle du rendement qui aide

Plus en détail

Amélioration de la production de rapports pancanadiens sur la performance du système de santé à l ICIS

Amélioration de la production de rapports pancanadiens sur la performance du système de santé à l ICIS Contexte Amélioration de la production de rapports pancanadiens sur la performance du système de santé à l ICIS De nombreux pays publient régulièrement des rapports sur la performance de leur système de

Plus en détail

Gestion de l invalidité : Gestion pour le mieux-être

Gestion de l invalidité : Gestion pour le mieux-être Gestion de l invalidité : Gestion pour le mieux-être 75 % 20 % 12 semaines 1 an Plus longtemps un employé s absente du travail, moins il a de chances d y retourner. Après 12 semaines d absence, 75 % des

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique:

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Original : français La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES Vue d ensemble Le Cadre pour l'éducation et la formation professionnelle des Autochtones vise trois objectifs : = augmenter les taux

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

Efforts comparables, influence sur les politiques

Efforts comparables, influence sur les politiques Les réseaux et les domaines de programme du CRDI Efforts comparables, influence sur les politiques Mars 2006 En 2006, le CRDI a procédé à une évaluation d envergure du soutien qu il a accordé aux réseaux

Plus en détail

www.ccsc-cssge.ca Feuillet d information du CSRHSGE pour les employeurs œuvrant dans les services de garde à l enfance

www.ccsc-cssge.ca Feuillet d information du CSRHSGE pour les employeurs œuvrant dans les services de garde à l enfance Feuillet d information du CSRHSGE pour les employeurs œuvrant dans les services de garde à l enfance À propos de nous Le Conseil sectoriel des ressources humaines des services de garde à l enfance est

Plus en détail

Équipe de Collaboration Interprofessionnelle

Équipe de Collaboration Interprofessionnelle Équipe de Collaboration Interprofessionnelle Juin 2012 Tazim Virani Rapport commandé par l Association des infirmières et infirmiers du Canada fcrss.ca Ce document est disponible à www.fcrss.ca. Le présent

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs

Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs Le conseil d administration de PGBC remercie sincèrement les affiliés provinciaux d accueillir chaque année la conférence nationale. La

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario

Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Est Approuvé par le conseil d administration

Plus en détail

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE»

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE» Manuel de mise en œuvre de la communication pour le changement social et comportemental (CCSC) à destination des adolescents en milieu urbain en matière de santé sexuelle et reproductive (SSR) Organisation

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Plan d action pour les services de santé non assurés

Plan d action pour les services de santé non assurés Plan d action pour les services de santé non assurés Plan d action national des Premières Nations pour les services de santé non assurés (SSNA) Avec la participation et l orientation du Comité des Chefs

Plus en détail

LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005. Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel

LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005. Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005 Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel Partie I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Section Initiative Description

Plus en détail

Renseignements pour les nouveaux entraîneurs Foire aux questions

Renseignements pour les nouveaux entraîneurs Foire aux questions Renseignements pour les nouveaux entraîneurs Foire aux questions Cher participant au cours de Patinage Plus, Merci de votre intérêt à devenir un entraîneur professionnel de Patinage Canada! Peu après l

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

Évaluation du Programme national de stratégie d innovation en soins infirmiers des Premières Nations de 2008-2009 à 2011-2012

Évaluation du Programme national de stratégie d innovation en soins infirmiers des Premières Nations de 2008-2009 à 2011-2012 Health Canada and the Public Health Agency of Canada Santé Canada et l Agence de la Santé publique du Canada Évaluation du Programme national de stratégie d innovation en soins infirmiers des Premières

Plus en détail

Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts

Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts Table des matières Introduction... 3 Méthodes... 4 Résumé des résultats... 5 Conclusion

Plus en détail

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Annexe L Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Date de la version la plus récente : octobre 2006 Sommaire des changements d importance : Reflète la création du nouveau ministère de

Plus en détail

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées sur les normes d accessibilité intégrées s de chaque conseil scolaire Date d entrée 2013 Établissement de politiques en matière d accessibilité Le conseil élabore, met en œuvre et tient à jour des politiques

Plus en détail

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS Exposé présenté par l Association des agents financiers autochtones du Canada à la 33 e Assemblée générale annuelle de l Assemblée des Premières Nations Palais des congrès du Toronto métropolitain du 17

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

NutriSTEP MD Vérification du progrès des détenteurs de licence. Quatrième étude de cas. Comté d Oxford, Ontario. Automne 2009

NutriSTEP MD Vérification du progrès des détenteurs de licence. Quatrième étude de cas. Comté d Oxford, Ontario. Automne 2009 NutriSTEP MD Vérification du progrès des détenteurs de licence Quatrième étude de cas Comté d Oxford, Ontario Automne 2009 Lancement de la mise en œuvre Avril 2008 Localisation géographique Comté d Oxford,

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

www.ekos.com Préparé par :

www.ekos.com Préparé par : SOMMAIRE Préparé par : EKOS RESEARCH ASSOCIATES Ottawa 359, rue Kent, bureau 300 Ottawa (Ontario) K2P 0R6 Tél. : 613-235-7215 Téléc. : 613-235-8498 Courriel : pobox@ekos.com Toronto 181, avenue Harbord

Plus en détail

Plan d action sur le changement climatique de [nom de la collectivité]

Plan d action sur le changement climatique de [nom de la collectivité] Province du Manitoba Climate Change Planning Resource Guide Plan d action sur le changement climatique de [nom de la collectivité] Élaboré par : Remerciements : P. ex. conseil municipal, conseil d administration,

Plus en détail

Le Bureau du vérificateur général. Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX

Le Bureau du vérificateur général. Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX Préparé pour : Le Bureau du vérificateur général Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX Le 18 novembre 2009 1 Introduction KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. a été chargée

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES PRÉAMBULE La politique de gestion des programmes d études propose une démarche intégrée des différentes actions du Collège

Plus en détail

Enquête sur les allégations visant l Association des

Enquête sur les allégations visant l Association des Enquête sur les allégations visant l Association des pompiers autochtones du Manitoba 2014 Contexte La Direction générale des services d examen et d enquête du Ministère a reçu des allégations de détournement

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Le comité des risques associés à la sécurité, au milieu de travail et aux projets («comité») est un comité

Plus en détail

Appel de propositions

Appel de propositions Appel de propositions Planification stratégique 2016 à 2020 162, rue Murray Ottawa, ON K1N 5M8 Tél.: 613-789-5144 Téléc.: 613-789-9848 jhtardivel@mri.ca www.montfortrenaissance.ca Objectif de l appel de

Plus en détail

LE PARTENARIAT : CLÉ DE LA RÉUSSITE

LE PARTENARIAT : CLÉ DE LA RÉUSSITE LE PARTENARIAT : CLÉ DE LA RÉUSSITE Au Canada, plus de mille chercheurs en sciences humaines financés par le CRSH étudient des questions qui contribuent à la prospérité des entreprises. Ils s intéressent

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

Pratiques exemplaires et obstacles fédéraux : profession et formation des professionnels de la santé

Pratiques exemplaires et obstacles fédéraux : profession et formation des professionnels de la santé Pratiques exemplaires et obstacles fédéraux : profession et formation des professionnels de la santé Association médicale canadienne Mémoire présenté au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes

Plus en détail

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA DESCRIPTION DU POSTE D INTERVENANT-PIVOT Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA Titre : Intervenant-pivotRelève du : Gestionnaire du programme Programme : Services de soutien communautaireapprouvé

Plus en détail

Plan d accessibilité pluriannuel 2013-2015

Plan d accessibilité pluriannuel 2013-2015 Plan d accessibilité pluriannuel 2013-2015 Plan d accessibilité dans le cadre de la LAPHO Introduction La Loi de 2005 sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario vise l élaboration,

Plus en détail

Calendrier du Programme de formation automne 2015

Calendrier du Programme de formation automne 2015 Calendrier du Programme de formation automne 2015 Atelier Série sur le leadership (présidents) Le rôle du président dans la planification stratégique un atelier interactif La responsabilité des administrateurs

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Exposé présenté à la Table ronde sur l infrastructure de la technologie de l information Mai 2015 Yves Genest, dirigeant

Plus en détail

L application des connaissances aux IRSC. Avril 2009

L application des connaissances aux IRSC. Avril 2009 L application des connaissances aux IRSC Avril 2009 L application des connaissances (AC) fait partie de notre mandat MISSION 4. IRSC a pour mission d exceller, selon les normes internationales reconnues

Plus en détail

INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES. Politique de recherche

INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES. Politique de recherche INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES Politique de recherche Janvier 2004 Institut canadien de recherche sur les minorités

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

PARTENARIAT CANADIEN POUR LE PROGRÈS

PARTENARIAT CANADIEN POUR LE PROGRÈS PARTENARIAT CANADIEN POUR LE PROGRÈS DANS LES RESSOURCES HUMAINES EN SANTÉ SOMMAIRE DE LA CONFÉRENCE INAUGURALE TENUE LES 8 ET 9 OCTOBRE 2009 À OTTAWA Discussions en panel plénier sur l interprofessionnalisme

Plus en détail

Politique pour l apprentissage en milieu communautaire

Politique pour l apprentissage en milieu communautaire Education Éducation 1. Énoncé de politique L apprentissage en milieu communautaire permet aux élèves de faire des stages auprès d organismes d accueil ou d employeurs en milieu communautaire afin d explorer

Plus en détail

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)?

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)? OBJET Les dossiers et l information sont d importants biens stratégiques pour une organisation et, comme c est le cas d autres éléments organisationnels (ressources humaines, capital et technologie), ils

Plus en détail

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Préambule Les Normes de santé publique de l Ontario (normes) sont publiées par le ministère de la Santé et des Soins de longue

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES Compte rendu des décisions de la réunion de la TNMP à Québec (les 20 et 21 novembre 2003) : Les Parties ont présenté un

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

COMMISSION MIXTE INTERNATIONALE COMITÉ DE GESTION ADAPTATIVE DES GRANDS LACS ET DU FLEUVE SAINT-LAURENT DES CONSEILS DE CONTRÔLE DES GRANDS LACS

COMMISSION MIXTE INTERNATIONALE COMITÉ DE GESTION ADAPTATIVE DES GRANDS LACS ET DU FLEUVE SAINT-LAURENT DES CONSEILS DE CONTRÔLE DES GRANDS LACS COMMISSION MIXTE INTERNATIONALE COMITÉ DE GESTION ADAPTATIVE DES GRANDS LACS ET DU FLEUVE SAINT-LAURENT DES CONSEILS DE CONTRÔLE DES GRANDS LACS DIRECTIVE INTRODUCTION Au cours du siècle passé, la Commission

Plus en détail

Soumettre une demande

Soumettre une demande Soumettre une demande Table des matières 1. Financement de projets... 2 1.1 Les règles de financement... 3 1.2 Procédure de dépôt et phases d étude des demandes... 4 1.2.1 Volet Sécurité alimentaire...

Plus en détail

Améliorer les soins de santé, Assurer notre avenir

Améliorer les soins de santé, Assurer notre avenir Améliorer les soins de santé, Assurer notre avenir Mémoire prébudgétaire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Association des infirmières et infirmiers du Canada www.cna-aiic.ca

Plus en détail

Rapport du Comité de vérification au directeur général des élections du Canada pour l exercice 2009-2010. Introduction. Composition et réunions

Rapport du Comité de vérification au directeur général des élections du Canada pour l exercice 2009-2010. Introduction. Composition et réunions 9 juin Rapport du Comité de vérification au directeur général des élections du Canada pour l exercice 2009- Introduction Le Comité de vérification du Bureau du directeur général des élections du Canada

Plus en détail

Foire aux questions : Services en français

Foire aux questions : Services en français Foire aux questions : Services en français 1. Pourquoi tient-on compte des compétences en français dans la politique de recrutement et d embauche de l Hôpital communautaire de Cornwall? Deux raisons expliquent

Plus en détail

Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres

Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres Contexte et objectif : La Fédération canadienne des syndicats d infirmières/infirmiers (FCSII), représentant

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015 // Enquête de satisfaction Résultats 2014-2015 Des résultats encourageants Nos clients ont eu l amabilité de bien vouloir répondre à notre enquête de satisfaction annuelle et nous les en remercions chaleureusement.

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

Vérification de la fonction de trésorerie

Vérification de la fonction de trésorerie Vérification de la fonction de trésorerie La fonction de trésorerie est conforme à l ensemble des dispositions législatives et des politiques Ottawa, le 28 novembre 2013 Le vérificateur général Alain Lalonde

Plus en détail

Mandat - Modèle détaillé

Mandat - Modèle détaillé La gouvernance des PME Mandat - Modèle détaillé - modèle détaillé mandat pour un comité consultatif Nous vous présentons ci-dessous un exemple de mandat pour un comité consultatif plus sophistiqué que

Plus en détail

Ce que les parents devraient savoir

Ce que les parents devraient savoir Renvoi : Ce que les parents devraient savoir Un climat positif à l école et un milieu d apprentissage et d enseignement sécuritaire sont indispensables à la réussite scolaire des élèves. Un climat positif

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail