Rappels sur les nombres et les calculs élémentaires

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rappels sur les nombres et les calculs élémentaires"

Transcription

1 Rappels sur les nombres et les calculs élémentaires I- Les entiers et l addition des relatifs : La première famille de nombres que vous avez rencontrée dans votre vie est celle des entiers naturels : 0 ; 1 ;2 ;3 ;. On note leur ensemble N. C est : N={0 ;1 ;2 ;3 ;4 ; }. Ces nombres permettent par exemple de compter les billes dans un sac. Avec ces nombres, plusieurs opérations sont possibles : addition, soustraction (mais pas toujours : 5-11 ne donne pas un entier naturel), multiplication, division (là aussi pas toujours : 11/7 n est pas un entier naturel), puissances. Ces opérations ont des propriétés : - On peut faire l addition de nombres dans l ordre qu on veut : = Ce n est pas vrai pour la soustraction. - La multiplication peut aussi se faire dans l ordre qu on veut : = Ce n est pas vrai non plus pour la division, ni pour les puissances (on étudiera plus en détails la puissance plus tard). - Addition et multiplication sont reliées comme il suit : a + a + a a = n a. On répète l addition et cela donne la multiplication. n fois - De même, multiplication et puissance sont reliées : n a a a... a = a. On répète la multiplication et cela donne la puissance. n fois Les deux définitions qui précèdent sont très importantes. Première erreur à éviter : Ne pas croire qu addition, multiplication et puissance sont la même chose. - Une propriété importante : distributivité de la multiplication par rapport à l addition : a ( b + c) = a b + a c. On peut retrouver cette propriété en revenant à la définition de la multiplication. On verra que l on peut faire plein de choses avec cette propriété. Exemple : en calcul mental. Faire directement est difficile. Mais on peut faire : 12 (100-1) = = =1188 grâce à la distributivité. Comme il est décevant de ne pas pouvoir toujours soustraire les nombres, ou ce qui revient au même, de ne pas pouvoir résoudre des équations comme x+7 = 3 (il faudrait x = -4), les mathématiciens ont inventé d autres nombres, plus généraux, les entiers relatifs. Leur ensemble est : Z={ ;-3 ;-2 ;-1 ;0 ;1 ;2 ;3 ;4 ; }. Il contient les entiers naturels. Les entiers relatifs représentent par exemple le solde lors d un échange de billes : si l on donne trois billes, c est -3 billes, si on en reçoit cinq, c est +5 billes. Les mêmes opérations sont possibles qu avec les entiers naturels, mais ici la soustraction existe toujours. Par contre, la division et les puissances peuvent poser problème. Les propriétés restent vraies (c est très important).

2 Pour la multiplication, on a la règle des signes : a b Signe de a b et de a/b Addition et soustraction des relatifs : Le gros avantage des relatifs est que d une certaine manière, en introduisant la notion de signe d un nombre, on peut se passer de la soustraction. Ainsi : «Soustraire un nombre a, c est ajouter a» Attention! Si a vaut 5, -a vaut -5. Et si a vaut -8, -a vaut 8 (les signes se simplifient). Du coup a n est pas toujours négatif!!! Il est négatif seulement quand a est positif!! Avec la règle précédente et le fait qu on peut additionner dans l ordre qu on veut, de nouvelles choses sont possibles dans le calcul : = 8+(-6)+9+(-5)+3+11+(-16)+(-7)= (-6)+(-5)+(-16)+(-7) = (dans l ordre qu on veut, à condition de garder les signes) Par exemple : x-y = -y+x mais x-y y-x (on n a pas gardé les signes). Il est très important en calcul numérique ou littéral (avec des lettres) de savoir comment on peut transformer l expression sans changer sa valeur. C est généralement ça qui pose problème aux élèves. Je mets des exercices sur WIMS pour travailler tout cela. II- Les priorités des opérations: En fait les opérations sont des objets qui «mangent» 2 nombres et qui en fabriquent un troisième. Par exemple : 2+3 = 5 (remarque : «=» ne signifie pas «donne» mais «ça vaut pareil». On peut écrire 2 3 = 2+4 parce que à gauche et à droite ça vaut 6). Du coup, quand on écrit , on ne sait pas s il faut faire d abord 2 + 3, puis le résultat plus cinq, ou 3+5, puis deux plus le résultat. Pour faire la différence, on met des parenthèses : (2+3)+5 ou 2+(3+5). Mais comme on a vu, ici ce n est pas grave parce que le résultat final est le même. Du coup, on se donne le droit d écrire Ce n est qu une notation. On a le même phénomène avec la multiplication, mais pas avec la soustraction, la division et la puissance. Exemple : a priori n a pas de sens car on pourrait faire (2 3)+5=11 ou 2 (3+5) = 16. En conséquence, pour commencer, on doit faire très attention aux parenthèses. En fait on obtient des arbres de calculs qui sont différents suivant les parenthèsages. Parfois, des arbres de calcul donnent le même résultat, et c est une propriété profonde des nombres, parfois pas du tout. Exemple :

3 Mais comme on aimerait simplifier les notations des calculs, on se permet d écrire des choses comme sans parenthèse, mais en se donnant des règles pour savoir où sont les parenthèses «cachées». Ce sont les règles de priorité dans les opérations. Voici ces règles, de la priorité la plus grande à la plus petite : 1- Parenthèses, et parenthèses implicites (comme dans les quotients : ( machin) et les exposants : truc machin revient à truc (machin) ). ( truc) 2- Puissances : ab c revient à a(b c ). machin truc revient à

4 3- Multiplication, quotient et changement de signe, au même niveau car on peut les faire dans ab b ( a b) l ordre qu on veut (en effet : = ( a) ( ) = ( ) =... Mais a+b c = a+(b.) et c c c pas (a+b) c). 4- Addition et «soustration»(c est-à-dire addition de l opposé (= le nombre avec son signe changé)), au même niveau car on peut les faire dans l ordre qu on veut (déjà vu). Du coup, lorsqu on donne une expression, même si on peut croire qu il manque des parenthèses, avec ces règles, il y a un seul arbre de calcul, c est-à-dire une seule façon de faire les calculs. Il n y a plus d ambiguïté. La règle la plus importante à mémoriser dans un premier temps, avant d aller travailler avec les puissances, c est «La multiplication est prioritaire par rapport à l addition». Retenir aussi qu il vaut mieux mettre des parenthèses même si elles sont inutiles en fait avec les priorités, plutôt que de laisser dans le vague et de se tromper. Je mets là aussi des exercices sur WIMS. A ce sujet, voici une petite catastrophe qu un de mes collègues a trouvée dans une copie : «Exemple dans une copie de Terminale que je viens de corriger: / = 7 + ; = < 9 < / Vous remarquerez que le calcul n'est pas acquis!! Les parenthèses sont aussi oubliées, tout comme la priorité des opérateurs. Il faut comprendre, Numérateur divisé par Dénominateur, il y a des parenthèses cachées.? = Je calcule le numérateur, puis le dénominateur et ensuite, je fais le quotient pour trouver 11. J'ai rajouté des parenthèses et ce n'est pas inutile pour comprendre.» 5 III- Fractions et quotients : La notion de fraction est difficile et pose beaucoup de problèmes aux étudiants. Au départ, elle a été introduite pour résoudre des équations qu on ne savait pas résoudre dans Z, comme par exemple 3 x = 2. Il n y a pas de solution entière. C est un problème du type «on a 2 gâteaux et 3 convives. Comment couper les gâteaux pour que chacun des convives en aient autant?». En fait on doit donner deux tiers de gâteau à chaque participant : on coupe les gâteaux en trois, et on donne 2 parts à chacun. Les fractions représentent donc des parts d unités en on en prend un certain nombre. nombre de parts fraction = en combien de parts on divise les unités

5 En fait, le trait au milieu de la fraction correspond aussi à la division. A partir de maintenant on n utilise plus le symbole de division mais seulement le trait de fraction qu on appelle «quotient». C est la même chose car si je multiplie 2 3 par 3, c est que je prends trois fois 2 tiers, et ça revient à prendre 2 unités pleines. Donc le quotient comme la division sont le contraire de la multiplication. C est donc bien la même chose. Les fractions représentent donc un certain nombre de parts égales d unités (de quelque chose qu on peut couper, comme des litres d eau, ou des gâteaux, etc.) L ensemble des fractions d entiers relatifs (fractions positives ou négatives) est noté : Q={.,-10;-8 ;-3/4 ;-8/3 ;0 ;1/2 ;3/4 ;8/7 ;9/10 ;52 ;.}. Ses éléments sont appelés nombres rationnels. Les entiers relatifs sont des fractions particulières : 3 = 3 (on coupe les unités en 1, c est-à-dire on les 1 prend en entier), -8 = 8, etc. 1 Les décimaux (nombres à virgules) sont aussi des fractions particulières, mais avec le nombre du bas 86 (appelé dénominateur) qui s écrit comme 10 ; 100 ; 1000 ; ;. Exemple : 0,086 = ; ,98= Il y a quelque chose de remarquable avec les fractions : c est la simplification. SI on divise les unités en quatre parts égales, et qu on en prend un nombre pair, par exemple 10, on a la même quantité que lorsqu on coupe en deux, et qu on en prend 5. Voici la règle qui exprime cela : 10 5 = 4 2 a b a = c b c (quand b 0, on va voir qu il y a un problème dans ce cas). Il faudra donc autant que possible écrire les fractions de manière simplifiée. Puis, pour définir les opérations sur les fractions, on se débrouille pour qu elles prolongent les opérations classiques et qu elles vérifient les bonnes propriétés du début. Pour l addition et la soustraction, il y a un problème, car lorsqu on veut additionner des quarts et des tiers, a priori on ne sait pas faire (ça serait comme additionner un nombre de carottes et un nombre de navets). Il faut donc se ramener au même type de parts. Pour cela on coupe les quarts en trois

6 pour faire des douzièmes, et les tiers en quatre pour faire aussi des douzièmes. On peut alors ajouter (ou soustraire). Exemple : = + = + = s appelle ici le dénominateur commun des deux fractions. Un gros travail consiste à trouver des dénominateurs communs avec les fractions. Pour additionner ou soustraire deux fractions, on les met au même dénominateur. Pour la multiplication, c est plus simple. Inutile de mettre au même dénominateur : a c a c = b d b d Pour multiplier des fractions, on multiplie en haut et en bas. Autre cas : b a b a b a = = (et pas a b c 1 c c a c! attention!!) Pour le signe on peut le mettre où on veut : les simplifier. a a a = =. Et quand il y en a plusieurs, on peut b b b Maintenant, le gros problème est quand on empile des quotients. Il faut déjà connaître les choses suivantes : - L opposé de A, c est A. - L inverse de A, c est 1 A. L inverse de A B, c est B A. C est un point de vocabulaire. En fait l inverse d un nombre est le nombre qui lorsqu on le multiplie au premier donne 1. Puis : Diviser c est multiplier par l inverse : faire /A, c est faire 1. A Diviser par A B, c est multiplier par B A

7 Après, il faut être très rigoureux sur la longueur des traits de fraction et la position du «=». C est cela qui va dire dans quel ordre on fait les opérations. Exemple : 3 = = =, mais = = = 2 =. On peut compliquer ce genre de choses à l envie. On peut faire les arbres de calcul pour voir ce qui se passe. Avec toutes ces règles de calcul, les bonnes propriétés du début restent vraies (on ajoute dans l ordre qu on veut, distributivité, etc ). Un point de vocabulaire : ce qu il y a en haut de la fraction s appelle le numérateur, ce qu il y en bas le dénominateur. ATTENTIONS AUX CATASTROPHES DANS LES SIMPLIFICATIONS!! Pour simplifier une fraction, il faut que la quantité par laquelle on simplifie en haut et en bas soit en produit avec tout le reste. Exemple de catastrophe : x 2 x = C est faux! Le 1 est additionné en haut et en bas! La preuve : 1+ 5y 5y si c était possible, on aurait : = 2 = 2. On voit bien que c est faux Autre exemple : 2 x (1 + 5 y ) y + = 3. C est faux aussi car le 3 d en haut n est pas pris dans la 2 x(3 + 4 y) 3 + 4y multiplication à cause des priorités et de la position des parenthèses. Par contre : 2 x(1 + 5 y) 1+ 5y = est vrai. 2 x(3 + 4 y) 3 + 4y On ne peut pas diviser par zéro!! Voici un autre gros problème avec les quotients. En partie d une unité on ne sait pas faire des «zéro-ièmes». La preuve : si zéro avait un inverse, disons un 1, ce serait le nombre tel qu en le 0 1 multipliant par 0, on aurait 1 : 0 = 1. Mais on sait bien que 0 fois n importe quoi vaut 0! Donc 0 zéro serait égal à un, gros problème. Donc zéro n a pas d inverse, on ne peut pas diviser par zéro. Il faut être très attentif à cela : on ne peut calculer 3 x + 5 que lorsque x-6 0, c est-à-dire lorsque x 6 x 6, sinon, on divise par zéro!

8 IV- Un petit résumé sur les opérations : Les opérations peuvent se ranger en familles suivant leurs propriétés (c est une théorie appelée théorie des groupes). En fait les relations qu elles ont entre elles se ressemblent, mais il ne faut surtout pas confondre les opérations entre elles. Voici un récapitulatif : Opération de base Passage au «symétrique» Opération contraire Famille addition + Opposé : a - a Additionner l opposé, c est soustraire Famille multiplication Inverse : a 1 a Une erreur classique des élèves est de tout mélanger là-dedans. Multiplier par l inverse, c est diviser Opération répétée On répète n fois l addition de a, c est comme faire a n On répète n fois la multiplication de a, c est comme faire a n (a puissance n) En fait, on peut s en sortir en faisant avec seulement deux opérations qui «mangent 2 nombres» : addition et soustraction (et en fait, on rajoute puissance, mais c est pour plus tard), et deux opérations qui ne «mangent qu un nombre» pour faire un autre nombre : opposé et inverse. Tout le reste est affaire de notations. V- Nombres réels et racines carrées : On pourrait croire qu avec les rationnels on a fini le travail de la construction des nombres parce qu entre deux rationnels, on peut en trouver autant qu on veut. Comme sur une droite : entre deux points, on peut en trouver autant qu on veut. On pourrait croire (et des mathématiciens le croyaient il y a longtemps) que les rationnels permettent de repérer tous les points d une droite (une fois choisie une unité de longueur et une origine). En fait c est faux, et c est difficile à prouver. Par exemple, avec le théorème de Pythagore, on peut construire une longueur telle que son carré fasse 2. Regarder un carré dont l aire vaut 2 cm 2. La longueur de son côté est solution de x 2 =2. (l aire d un carré de côté x est x 2 ). Mais on peut prouver que cette équation ne peut pas se résoudre avec des fractions. On doit alors introduire un nouveau nombre, comme on a fait jusqu à maintenant, 2, dont le carré vaut 2. En fait 2 1, et le développement décimal ne s arrête jamais. On définit ainsi un nouvel ensemble de nombres, les réels, d ensemble noté R. Les réels sont les nombres qui correspondent aux abscisses des points d une droite munie d un origine et d une unité de longueur. Cet ensemble va nous être très utile en Mathématiques, car c est l ensemble naturel pour décrire la géométrie, la physique, etc Il contient toutes les fractions, mais aussi les racines carrées, cubiques, et des nombres très particuliers comme π 3, qui est important pour les cercles. Dans cet ensemble, on peut résoudre plus d équations.

9 Racines carrées : Ne confondez pas les racines carrées et les quotients!! Par exemple 2x=3 a pour solution x = 3 2, mais x2 =3 a pour solution x = 3 (et une autre, c est ce qu on va voir). Les racines carrées ont été inventées pour résoudre les équations du type : x 2 =A, où A est un nombre choisi. Résoudre une équation signifie chercher toutes ses solutions, c est-à-dire les nombres qui, lorsqu on remplace x, font marcher l égalité. Par exemple, cherchons à résoudre x 2 2 =9. On voit que 3 est une solution car 3 3 = 3 = 9. Mais il en a une autre! C est -3: ( 3) ( 3) = 9car les signe se simplifient (avec la règle des signes). En fait ce sont les seules solutions (pas si évident à prouver). Autre chose, lorsque je mets un nombre au carré, s il est positif, son carré est positif, et s il est négatif, les signes s en vont, et le carré est encore positif. Du coup : Un carré de nombre réel est toujours positif. En conséquence, si je veux résoudre x 2 =-2, il n y a pas de solution x, car pour tout nombre x, x 2 est positif. Pour finir, il y a le cas spécial de zéro : x 2 =0 n a qu une solution, c est x=0. On peut déjà dire : L équation x 2 =A n a pas de solution dans R si A<0, et si A=0, la seule solution est 0. Puis, quand A>0, il y a deux solutions, et elles sont opposées : elles diffèrent juste par leur signe. On définit alors A comme étant celle qui est positive, l autre sera A. (Et pas Aqui ne veut pas du tout dire la même chose). Donc une racine carrée est toujours positive car on la choisit comme ça. De plus, comme on fait cette définition pour A 0 (en posant 0 = 0), On ne peut pas calculer la racine carrée d un nombre (strictement) négatif!! Pour finir : L équation x 2 =A a deux solutions si A>0 : A et A. Rien n interdit d empiler les racines carrées : x 2 = 2 a pour solutions 2 et 2. On peut maintenant se poser la question des équations x 2 = -1, un négatif. Ne pourrait-on pas créer des nouveaux nombres pour les résoudre? La réponse est oui, ce sont les nombres complexes. Mais c est une autre histoire.

10 Je conclus ce cours avec les propriétés des racines carrées. On verra plus tard les puissances et les calculs littéraux, équations et inéquations. a b = a b quand a et b sont positifs a a = b b quand a et b sont strictement positifs a+b a + b pas de formule a-b a b pas de formule n n a ( ) quand a positif = a 2 2 Et surtout le plus important : a ( ) quand a est po = a = a sitif Les racines carrées sont faites pour que la dernière propriété marche. 2 Attention! a n est pas toujours égal à a!! Cela ne marche pas quand a est 2 négatif!! Et ( a) n existe pas quand a est négatif (on prend la racine carrée d un négatif)!! En fait quand a est négatif, puis encore -). 2 a = a, c est-à-dire que ça enlève le signe (comme quand on fait Exemple : Pour a = -3: 2 2 a = = = ( 3) 9 3 qui n'est pas -3 par contre : -a=-(-3)=3. Donc a 2 a enlève le signe de a et met un + à la place.

Petit lexique de calcul à l usage des élèves de sixième et de cinquième par M. PARCABE, professeur au collège Alain FOURNIER de BORDEAUX, mars 2007

Petit lexique de calcul à l usage des élèves de sixième et de cinquième par M. PARCABE, professeur au collège Alain FOURNIER de BORDEAUX, mars 2007 Petit lexique de calcul à l usage des élèves de sixième et de cinquième par M. PARCABE, professeur au collège Alain FOURNIER de BORDEAUX, mars 2007 page 1 / 10 abscisse addition additionner ajouter appliquer

Plus en détail

CORRIGE LES NOMBRES DECIMAUX RELATIFS. «Réfléchir avant d agir!»

CORRIGE LES NOMBRES DECIMAUX RELATIFS. «Réfléchir avant d agir!» Corrigé Cours de Mr JULES v3.3 Classe de Quatrième Contrat 1 Page 1 sur 13 CORRIGE LES NOMBRES DECIMAUX RELATIFS. «Réfléchir avant d agir!» «Correction en rouge et italique.» I. Les nombres décimaux relatifs.

Plus en détail

Priorités de calcul :

Priorités de calcul : EXERCICES DE REVISION POUR LE PASSAGE EN QUATRIEME : Priorités de calcul : Exercice 1 : Calcule en détaillant : A = 4 + 5 6 + 7 B = 6 3 + 5 C = 35 5 3 D = 6 7 + 8 E = 38 6 3 + 7 Exercice : Calcule en détaillant

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Seconde-Fonctions homographiques-cours Mai 0 Fonctions homographiques Introduction Voir le TP Géogébra. La fonction inverse. Définition Considérons la fonction f définie par f() =. Alors :. f est définie

Plus en détail

PETIT MANUEL DE SURVIE EN MATHÉMATIQUES À L USAGE DES TERMINALES STI2D (OU CE QU ON DOIT APPRENDRE ET CE QU ON PEUT RETROUVER SI ON EST MALIN) par M.

PETIT MANUEL DE SURVIE EN MATHÉMATIQUES À L USAGE DES TERMINALES STI2D (OU CE QU ON DOIT APPRENDRE ET CE QU ON PEUT RETROUVER SI ON EST MALIN) par M. PETIT MANUEL DE SURVIE EN MATHÉMATIQUES À L USAGE DES TERMINALES STI2D (OU CE QU ON DOIT APPRENDRE ET CE QU ON PEUT RETROUVER SI ON EST MALIN) par M. Vienney 2 M. VIENNEY Vous trouverez dans ce document

Plus en détail

Glossaire des nombres

Glossaire des nombres Glossaire des nombres Numérisation et sens du nombre (4-6) Imprimeur de la Reine pour l'ontario, 008 Nombre : Objet mathématique qui représente une valeur numérique. Le chiffre est le symbole utilisé pour

Plus en détail

La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net

La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net Article rédigé avec epsilonwriter puis copié dans Word La théorie des mouvements

Plus en détail

RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE

RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE. Les ensembles numériques. Propriétés des nombres réels. Ordre des opérations. Nombres premiers. Opérations sur les fractions 7. Puissances entières 0.7 Notation scientifique.8

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET TOUT E QU IL FUT SVOIR POUR LE REVET NUMERIQUE / FONTIONS eci n est qu un rappel de tout ce qu il faut savoir en maths pour le brevet. I- Opérations sur les nombres et les fractions : Les priorités par

Plus en détail

Présentation du cours de mathématiques de D.A.E.U. B, remise à niveau

Présentation du cours de mathématiques de D.A.E.U. B, remise à niveau i Présentation du cours de mathématiques de D.A.E.U. B, remise à niveau Bonjour, bienvenue dans votre début d étude du cours de mathématiques de l année de remise à niveau en vue du D.A.E.U. B Au cours

Plus en détail

2. Fractions et pourcentages

2. Fractions et pourcentages FRACTIONS ET POURCENTAGES. Fractions et pourcentages.. Définitions Certaines divisions tombent justes. C'est par exemple le cas de la division 4 8 qui donne.. D'autres ne s'arrêtent jamais. C'est ce qui

Plus en détail

CALCUL MENTAL. par Gilles BOURDENET, Irem de Strasbourg

CALCUL MENTAL. par Gilles BOURDENET, Irem de Strasbourg École primaire/collège CALCUL MENTAL par Gilles BOURDENET, Irem de Strasbourg Ce document s adresse autant aux enseignants de l Élémentaire que du Collège. On pourra relire également les documents d accompagnement

Plus en détail

Numération C.M.1. Ecole primaire de Provenchères sur Fave

Numération C.M.1. Ecole primaire de Provenchères sur Fave Numération C.M.1 Ecole primaire de Provenchères sur Fave Sommaire Les nombres entiers Chiffres et nombres p. 03 Le système de numération des nombres entiers p. 04 La lecture des nombres entiers p. 05 L

Plus en détail

Programmes du collège

Programmes du collège Bulletin officiel spécial n 6 du 28 août 2008 Programmes du collège Programmes de l enseignement de mathématiques Ministère de l Éducation nationale Classe de quatrième Note : les points du programme (connaissances,

Plus en détail

Factorisation Factoriser en utilisant un facteur commun Fiche méthode

Factorisation Factoriser en utilisant un facteur commun Fiche méthode Factorisation Factoriser en utilisant un facteur commun Fiche méthode Rappel : Distributivité simple Soient les nombres, et. On a : Factoriser, c est transformer une somme ou une différence de termes en

Plus en détail

PARTIE 1 : ACTIVITÉS NUMÉRIQUES (12 points)

PARTIE 1 : ACTIVITÉS NUMÉRIQUES (12 points) COLLÈGE LA PRÉSENTATION BREVET BLANC Février 2011 ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES Classe de 3 e Durée : 2 heures Présentation et orthographe : 4 points Les calculatrices sont autorisées, ainsi que les instruments

Plus en détail

FctsAffines.nb 1. Mathématiques, 1-ère année Edition 2007-2008. Fonctions affines

FctsAffines.nb 1. Mathématiques, 1-ère année Edition 2007-2008. Fonctions affines FctsAffines.nb 1 Mathématiques, 1-ère année Edition 2007-2008 Fonctions affines Supports de cours de mathématiques de degré secondaire II, lien hpertete vers la page mère http://www.deleze.name/marcel/sec2/inde.html

Plus en détail

Complément d information concernant la fiche de concordance

Complément d information concernant la fiche de concordance Sommaire SAMEDI 0 DÉCEMBRE 20 Vous trouverez dans ce dossier les documents correspondants à ce que nous allons travailler aujourd hui : La fiche de concordance pour le DAEU ; Page 2 Un rappel de cours

Plus en détail

CODAGE D UN NOMBRE SYSTEME DE NUMERATION

CODAGE D UN NOMBRE SYSTEME DE NUMERATION 1. Base d un système de numération 1.1 Système décimal. C est le système de base 10 que nous utilisons tous les jours. Il comprend dix symboles différents :... Exemple du nombre 2356 de ce système : nous

Plus en détail

Compter à Babylone. L écriture des nombres

Compter à Babylone. L écriture des nombres Compter à Babylone d après l article de Christine Proust «Le calcul sexagésimal en Mésopotamie : enseignement dans les écoles de scribes» disponible sur http://www.dma.ens.fr/culturemath/ Les mathématiciens

Plus en détail

avec des nombres entiers

avec des nombres entiers Calculer avec des nombres entiers Effectuez les calculs suivants.. + 9 + 9. Calculez. 9 9 Calculez le quotient et le rest. : : : : 0 :. : : 9 : : 9 0 : 0. 9 9 0 9. Calculez. 9 0 9. : : 0 : 9 : :. : : 0

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Entraînement aux tests d'aptitude numérique

Entraînement aux tests d'aptitude numérique Entraînement aux tests d'aptitude numérique Entraînement aux tests d'aptitude numérique Dominique Souder Dunod, Paris, 2014 ISBN 978-2-10-070507-8 Table des matières Entraînement 1 Chapitre 1 QCM de maths

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

LES NOMBRES DECIMAUX. I. Les programmes

LES NOMBRES DECIMAUX. I. Les programmes LES NOMBRES DECIMAUX I. Les programmes Au cycle des approfondissements (Cours Moyen), une toute première approche des fractions est entreprise, dans le but d aider à la compréhension des nombres décimaux.

Plus en détail

3 Chasse aux bulles. A = 2x(x 3) = B = (5x 2) 4x = C = (x 1)(4 x) = D = (x 2)(3x 1) = 4 Distributivité A = 11 4. A = 22x² 55 2 x

3 Chasse aux bulles. A = 2x(x 3) = B = (5x 2) 4x = C = (x 1)(4 x) = D = (x 2)(3x 1) = 4 Distributivité A = 11 4. A = 22x² 55 2 x Développer et réduire 3 Chasse aux bulles 1 Vrai ou faux? x 2 3x 2x 2 4 7x Justifie tes réponses. x 2 est toujours égal à 2x. Faux, par exemple, si x = 3, alors x² = 9, mais 2x = 6 (5x) 2 est toujours

Plus en détail

Construction d un site WEB

Construction d un site WEB Construction d un site WEB 1 Logique binaire 1: Les systèmes de numération Un ordinateur est un appareil électronique. Deux tensions sont majoritairement présentes dans ses circuits électroniques : 0V

Plus en détail

OPERATIONS SUR LE SYSTEME BINAIRE

OPERATIONS SUR LE SYSTEME BINAIRE OPERATIONS SUR LE SYSTEME BINAIRE 1) Nombres signés Nous n avons, jusqu à présent tenu compte, que des nombre positifs. Pourtant, la plupart des dispositifs numériques traitent également les nombres négatifs,

Plus en détail

Sommaire des leçons de numération

Sommaire des leçons de numération Sommaire des leçons de numération n Titre de la leçon NUM 1 NUM 2 NUM 3 NUM 4 NUM 5 NUM 6 NUM 7 NUM 8 NUM 9 NUM 10 NUM 11 NUM 12 NUM 13 Les nombres entiers Lire et écrire les nombres en chiffres Lire et

Plus en détail

Le chiffre est le signe, le nombre est la valeur.

Le chiffre est le signe, le nombre est la valeur. Extrait de cours de maths de 6e Chapitre 1 : Les nombres et les opérations I) Chiffre et nombre 1.1 La numération décimale En mathématique, un chiffre est un signe utilisé pour l'écriture des nombres.

Plus en détail

Combien de fois faut-il battre un jeu de cartes?

Combien de fois faut-il battre un jeu de cartes? Combien de fois faut-il battre un jeu de cartes? Ce texte est tiré d un article de D. Bayer et P. Diaconis Trailing the dovetail shuffle to its lair Ann. Appl. Prob. 992, vol 2, No 2, 294-33. Introduction

Plus en détail

Seconde Généralités sur les fonctions Exercices. Notion de fonction.

Seconde Généralités sur les fonctions Exercices. Notion de fonction. Seconde Généralités sur les fonctions Exercices Notion de fonction. Exercice. Une fonction définie par une formule. On considère la fonction f définie sur R par = x + x. a) Calculer les images de, 0 et

Plus en détail

Chapitre n 1 : «Nombres entiers et décimaux. Comparaison»

Chapitre n 1 : «Nombres entiers et décimaux. Comparaison» Chapitre n 1 : «Nombres entiers et décimaux. Comparaison» I. Les nombres entiers Rappel Un nombre entier est un nombre que l'on peut écrire sans virgule. Par exemple 7,0 et 36 4 sont des nombres entiers

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Pour voir la présentation de l unité et les conseils de travail, cliquez ici.

Pour voir la présentation de l unité et les conseils de travail, cliquez ici. 1 Si vous êtes débutant dans l usage d un cours en ligne, cliquez ici. Pour voir la présentation de l unité et les conseils de travail, cliquez ici. Pour aller à la table des matières, cliquez ici. Pour

Plus en détail

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10.

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. A1 Trouvez l entier positif n qui satisfait l équation suivante: Solution 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. En additionnant les termes du côté gauche de l équation en les mettant sur le même dénominateur

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500. References

NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500. References NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500 ABRAHAM BROER References [R] Kenneth H. Rosen, Mathématiques discrètes, Édition révisée Chenelière McGraw-Hill, 2002. 1. But

Plus en détail

Nombres entiers et décimaux

Nombres entiers et décimaux Nombres entiers et décimaux I- Lecture et écriture des nombres entiers : 1- Rappels sur l écriture et la lecture d un nombre entier : a- Vocabulaire : 0 ; 1 ; 2 ; 3 ; 4 ; 5 ; 6 ; 7 ; 8 ; 9 sont les chiffres

Plus en détail

AC AB. A B C x 1. x + 1. d où. Avec un calcul vu au lycée, on démontre que cette solution admet deux solutions dont une seule nous intéresse : x =

AC AB. A B C x 1. x + 1. d où. Avec un calcul vu au lycée, on démontre que cette solution admet deux solutions dont une seule nous intéresse : x = LE NOMBRE D OR Présentation et calcul du nombre d or Euclide avait trouvé un moyen de partager en deu un segment selon en «etrême et moyenne raison» Soit un segment [AB]. Le partage d Euclide consiste

Plus en détail

EVALUATIONS MI-PARCOURS CM2

EVALUATIONS MI-PARCOURS CM2 Les enseignants de CM2 de la circonscription de METZ-SUD proposent EVALUATIONS MI-PARCOURS CM2 Mathématiques Livret enseignant NOMBRES ET CALCUL Circonscription de METZ-SUD Page 1 Séquence 1 : Exercice

Plus en détail

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10 PCSI - 4/5 www.ericreynaud.fr Chapitre Points importants 3 Questions de cours 6 Eercices corrigés Plan du cours 4 Eercices types 7 Devoir maison 5 Eercices Chap Et s il ne fallait retenir que si points?

Plus en détail

Exercices sur les équations du premier degré

Exercices sur les équations du premier degré 1 Exercices sur les équations du premier degré Application des règles 1 et Résoudre dans R les équations suivantes en essayant d appliquer une méthode systématique : 1 x + = x + 9 x + = x x 1 = x + x +

Plus en détail

Java & Algorithme Corrigé du test final

Java & Algorithme Corrigé du test final Java & Algorithme Corrigé du test final 1 QUESTIONS EN JAVA Chaque question est sur un point, sauf certaines sur deux points. En tout, le QCM est noté sur 24 : la note est divisée par 6 pour revenir entre

Plus en détail

Définition : On obtient les nombres entiers en ajoutant ou retranchant des unités à zéro.

Définition : On obtient les nombres entiers en ajoutant ou retranchant des unités à zéro. Chapitre : Les nombres rationnels Programme officiel BO du 8/08/08 Connaissances : Diviseurs communs à deux entiers, PGCD. Fractions irréductibles. Opérations sur les nombres relatifs en écriture fractionnaire.

Plus en détail

LIVRET DE MATHEMATIQUES ENTREE EN PREMIERE S Institut Notre-Dame (Saint Germain en Laye) Année 2015-2016

LIVRET DE MATHEMATIQUES ENTREE EN PREMIERE S Institut Notre-Dame (Saint Germain en Laye) Année 2015-2016 LIVRET DE MATHEMATIQUES ENTREE EN PREMIERE S Institut Notre-Dame (Saint Germain en Laye) Année 015-016 Pourquoi ce livret? Afin de mieux préparer cette rentrée, ce livret reprend un ensemble de notions

Plus en détail

Inégalités. c a + b 3 2,

Inégalités. c a + b 3 2, DOMAINE : Géométrie AUTEUR : Margaret BILU NIVEAU : Avancé STAGE : Montpellier 03 CONTENU : Eercices Inégalités - Quelques inégalités secondaires, mais utiles - Proposition. (Inégalité de Nesbitt) Soient

Plus en détail

Leçon N 1 : Taux d évolution et indices

Leçon N 1 : Taux d évolution et indices Leçon N : Taux d évolution et indices En premier un peu de calcul : Si nous cherchons t [0 ;+ [ tel que x 2 = 0,25, nous trouvons une solution unique x = 0, 25 = 0,5. Nous allons utiliser cette année une

Plus en détail

Définition 0,752 = 0,7 + 0,05 + 0,002 SYSTÈMES DE NUMÉRATION POSITIONNELS = 7 10 1 + 5 10 2 + 2 10 3

Définition 0,752 = 0,7 + 0,05 + 0,002 SYSTÈMES DE NUMÉRATION POSITIONNELS = 7 10 1 + 5 10 2 + 2 10 3 8 Systèmes de numération INTRODUCTION SYSTÈMES DE NUMÉRATION POSITIONNELS Dans un système positionnel, le nombre de symboles est fixe On représente par un symbole chaque chiffre inférieur à la base, incluant

Plus en détail

Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010

Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010 Université de Provence Introduction à l Informatique Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010 Année 2009-10 Aucun document n est autorisé Les exercices peuvent être traités dans le désordre.

Plus en détail

Représentation des nombres entiers et réels. en binaire en mémoire

Représentation des nombres entiers et réels. en binaire en mémoire L3 Mag1 Phys. fond., cours C 15-16 Rep. des nbs. en binaire 25-09-05 23 :06 :02 page 1 1 Nombres entiers 1.1 Représentation binaire Représentation des nombres entiers et réels Tout entier positif n peut

Plus en détail

Devoir commun Décembre 2014 3 ème LV2

Devoir commun Décembre 2014 3 ème LV2 Devoir commun Décembre 2014 3 ème LV2 Collège OASIS Corrigé de l Epreuve de Mathématiques L usage de la calculatrice est autorisé, mais tout échange de matériel est interdit Les exercices sont indépendants

Plus en détail

LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME

LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME 1 LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME CYCLES 2 ET 3 Circonscription de Grenoble 4 Evelyne TOUCHARD conseillère pédagogique Mots clé Démarche d enseignement - catégories de problèmes (typologie)- problème du jour-

Plus en détail

Ecriture décimale d un nombre : A/ Ecriture d un nombre en chiffres :

Ecriture décimale d un nombre : A/ Ecriture d un nombre en chiffres : Chapitre 1 Nombres entiers et décimaux 6 ème Ecriture décimale d un nombre : A/ Ecriture d un nombre en chiffres :. Définition : Dans un nombre décimal, on appelle : Exemple :.. Partie entière Partie décimale

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Les nombres entiers. Durée suggérée: 3 semaines

Les nombres entiers. Durée suggérée: 3 semaines Les nombres entiers Durée suggérée: 3 semaines Aperçu du module Orientation et contexte Pourquoi est-ce important? Dans le présent module, les élèves multiplieront et diviseront des nombres entiers concrètement,

Plus en détail

Première L COMPOSITION DE MATHEMATIQUES - INFORMATIQUE. 2ème trimestre 2010. Durée de l épreuve : 1 h 30

Première L COMPOSITION DE MATHEMATIQUES - INFORMATIQUE. 2ème trimestre 2010. Durée de l épreuve : 1 h 30 Première L COMPOSITION DE MATHEMATIQUES - INFORMATIQUE 2ème trimestre 2010 Durée de l épreuve : 1 h 30 Le candidat doit traiter les 3 exercices La qualité de la rédaction, la clarté et la précision des

Plus en détail

Chapitre 10 Arithmétique réelle

Chapitre 10 Arithmétique réelle Chapitre 10 Arithmétique réelle Jean Privat Université du Québec à Montréal INF2170 Organisation des ordinateurs et assembleur Automne 2013 Jean Privat (UQAM) 10 Arithmétique réelle INF2170 Automne 2013

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle La fonction exponentielle L expression «croissance exponentielle» est passée dans le langage courant et désigne sans distinction toute variation «hyper rapide» d un phénomène. Ce vocabulaire est cependant

Plus en détail

Fx-92 Collège 2D+ à l école

Fx-92 Collège 2D+ à l école Utiliser sa calculatrice Fx-92 Collège 2D+ à l école Par Christophe Escola www.casio-education.fr 2 Sommaire I Mode COMP (w1) Application 1 : Calculs numériques avec des écritures fractionnaires. Application

Plus en détail

LIMITES EXERCICES CORRIGES

LIMITES EXERCICES CORRIGES ours et eercices de mathématiques LIMITES EXERIES ORRIGES M UAZ, http://mathscyrreer Eercice n Déterminer la ite éventuelle en de chacune des onctions suivantes : ) ) ) 4 ( ) Déterminer la ite éventuelle

Plus en détail

Conversion d un entier. Méthode par soustraction

Conversion d un entier. Méthode par soustraction Conversion entre bases Pour passer d un nombre en base b à un nombre en base 10, on utilise l écriture polynomiale décrite précédemment. Pour passer d un nombre en base 10 à un nombre en base b, on peut

Plus en détail

Correction du Brevet Blanc Shanghai mars 2013

Correction du Brevet Blanc Shanghai mars 2013 Correction exercice 1(4 points) Correction du Brevet Blanc Shanghai mars 2013 1. Calculer les expressions suivantes A et B et donner le résultat sous la forme d une fraction irréductible : 2. Calculer

Plus en détail

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot Chapitre 5 Arithmétique binaire L es codes sont manipulés au quotidien sans qu on s en rende compte, et leur compréhension est quasi instinctive. Le seul fait de lire fait appel au codage alphabétique,

Plus en détail

PROBLEME(12) Première partie : Peinture des murs et du plafond.

PROBLEME(12) Première partie : Peinture des murs et du plafond. PROBLEME(12) Une entreprise doit rénover un local. Ce local a la forme d'un parallélépipède rectangle. La longueur est 6,40m, la largeur est 5,20m et la hauteur est 2,80m. Il comporte une porte de 2m de

Plus en détail

x 8 = 0 3x - 6 = 2x + 2 3x² 6 = 2x² + 2

x 8 = 0 3x - 6 = 2x + 2 3x² 6 = 2x² + 2 Partie numérique : 16 points Exercice n 1 (4 points) : Pour chaque ligne du tableau ci-dessous, 3 réponses sont proposées, mais une seule est exacte. Aucune justification n'est demandée. Écrire le numéro

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

BREVET BLANC DE MAI 2012

BREVET BLANC DE MAI 2012 COLLEGE GASPARD DES MONTAGNES BREVET BLANC DE MAI 2012 Ce sujet comporte 8 pages numérotées de 1/8 à 8/8, dont une feuille annexe à remettre avec la copie. L usage de la calculatrice est autorisé. Notation

Plus en détail

Circonscription de Loudéac. Grilles «Le compte est bon»

Circonscription de Loudéac. Grilles «Le compte est bon» Circonscription de Loudéac Grilles Niveau : Compétence : Niveau : Compétence : Compétences de calcul mental pouvant faire l objet d une grille de «compte est bon» CP Niv. 1 Niv. 2 Compléments à 10 1 2

Plus en détail

Second degré : Résumé de cours et méthodes

Second degré : Résumé de cours et méthodes Second degré : Résumé de cours et méthodes 1 Définitions : DÉFINITIN n appelle trinôme du second degré toute fonction f définie sur R par f () = a + b + c (a,b et c réels avec a 0). Remarque : Par abus

Plus en détail

Chapitre 3. Bien utiliser la TI-Nspire CAS

Chapitre 3. Bien utiliser la TI-Nspire CAS 3 Chapitre Chapitre 3. Bien utiliser la TI-Nspire CAS L objectif de ce chapitre est de vous présenter les méthodes que vous pourrez appliquer dans différents domaines pour faciliter considérablement l

Plus en détail

CUEEP Département Mathématiques E 821 : Problèmes du premier degré 1/27

CUEEP Département Mathématiques E 821 : Problèmes du premier degré 1/27 Problèmes du premier degré à une ou deux inconnues Rappel Méthodologique Problèmes qui se ramènent à une équation à une inconnue Soit l énoncé suivant : Monsieur Duval a 4 fois l âge de son garçon et sa

Plus en détail

La question est : dans 450 combien de fois 23. L opération est donc la division. Le diviseur. Le quotient

La question est : dans 450 combien de fois 23. L opération est donc la division. Le diviseur. Le quotient par un nombre entier I La division euclidienne : le quotient est entier Faire l activité division. Exemple Sur une étagère de 4mm de large, combien peut on ranger de livres de mm d épaisseur? La question

Plus en détail

Indications pour une progression au CM1 et au CM2

Indications pour une progression au CM1 et au CM2 Indications pour une progression au CM1 et au CM2 Objectif 1 Construire et utiliser de nouveaux nombres, plus précis que les entiers naturels pour mesurer les grandeurs continues. Introduction : Découvrir

Plus en détail

STAGE IREM 0- Premiers pas en Python

STAGE IREM 0- Premiers pas en Python Université de Bordeaux 16-18 Février 2014/2015 STAGE IREM 0- Premiers pas en Python IREM de Bordeaux Affectation et expressions Le langage python permet tout d abord de faire des calculs. On peut évaluer

Plus en détail

2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R

2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R 2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R Dans la mesure où les résultats de ce chapitre devraient normalement être bien connus, il n'est rappelé que les formules les plus intéressantes; les justications

Plus en détail

EXERCICES DE REVISIONS MATHEMATIQUES CM2

EXERCICES DE REVISIONS MATHEMATIQUES CM2 EXERCICES DE REVISIONS MATHEMATIQUES CM2 NOMBRES ET CALCUL Exercices FRACTIONS Nommer les fractions simples et décimales en utilisant le vocabulaire : 3 R1 demi, tiers, quart, dixième, centième. Utiliser

Plus en détail

4 ème _DEVOIR COMMUN 2 de MATHÉMATIQUES_Avril 2014

4 ème _DEVOIR COMMUN 2 de MATHÉMATIQUES_Avril 2014 4 ème _DEVOIR COMMUN 2 de MATHÉMATIQUES_Avril 2014 CORRECTIONS CALCULATRICE AUTORISÉE mais indiquer toutes les étapes des calculs!!! Les questions sont à traiter sur une grande copie double, la figure

Plus en détail

VI- Des transistors aux portes logiques. Conception de circuits

VI- Des transistors aux portes logiques. Conception de circuits 1 VI- Des transistors aux portes logiques. Conception de circuits Nous savons que l ordinateur traite uniquement des instructions écrites en binaire avec des 0 et des 1. Nous savons aussi qu il est formé

Plus en détail

Taux d évolution moyen.

Taux d évolution moyen. Chapitre 1 Indice Taux d'évolution moyen Terminale STMG Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Indice simple en base 100. Passer de l indice au taux d évolution, et réciproquement.

Plus en détail

Diviser un nombre décimal par 10 ; 100 ; 1 000

Diviser un nombre décimal par 10 ; 100 ; 1 000 Diviser un nombre décimal par 10 ; 100 ; 1 000 Diviser un nombre décimal par 10 ; 100 ; 1 000. 23 1 et 2 Pauline collectionne les cartes «Tokéron» depuis plusieurs mois. Elle en possède 364 et veut les

Plus en détail

TROISI` EME PARTIE L ALG` EBRE

TROISI` EME PARTIE L ALG` EBRE TROISIÈME PARTIE L ALGÈBRE Chapitre 8 L algèbre babylonienne Sommaire 8.1 Présentation..................... 135 8.2 Résolution d équations du second degré..... 135 8.3 Bibliographie.....................

Plus en détail

Groupe seconde chance Feuille d exercices numéro 4

Groupe seconde chance Feuille d exercices numéro 4 Groupe seconde chance Feuille d exercices numéro 4 Exercice 1 Ecrire un programme de construction de la figure suivante. On utilisera seulement deux mesures : le rayon du cercle est 8 cm, la largeur d

Plus en détail

Algorithmique avancée en Python TDs

Algorithmique avancée en Python TDs Algorithmique avancée en Python TDs Denis Robilliard sept. 2014 1 TD 1 Révisions 1. Ecrire un programme qui saisit un entier, et détermine puis affiche si l entier est pair où impair. 2. Ecrire un programme

Plus en détail

Lire et écrire les nombres jusqu'à 1 000 (2)

Lire et écrire les nombres jusqu'à 1 000 (2) Unité 1 et 5 Lire et écrire les nombres jusqu'à 1 000 () Connaître, savoir écrire et nommer les nombres entiers jusqu au million. 1 En utilisant une, deux ou trois étiquettes ci-contre, écris tous les

Plus en détail

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque FNCTINS I Généralités sur les fonctions Définitions Soit D une partie de l'ensemble IR. n définit une fonction f de D dans IR, en associant à chaque réel de D, un réel et un seul noté f() et que l'on appelle

Plus en détail

2 30 402 457 1 est le plus grand nombre premier connu en 2005. Son ordre de grandeur est de :

2 30 402 457 1 est le plus grand nombre premier connu en 2005. Son ordre de grandeur est de : ARITHMETIQUE Emilien Suquet, suquet@automaths.com I Introduction aux différents ensembles de nombres L'ensemble de tous les nombres se nomme l'ensemble des réels. On le note IR (de real en allemand) On

Plus en détail

Exercice 1 : sur 2,5 points 1) Lire graphiquement les équations des droites D 1, D 2 et D 3 tracées dans le repère ci-dessous

Exercice 1 : sur 2,5 points 1) Lire graphiquement les équations des droites D 1, D 2 et D 3 tracées dans le repère ci-dessous NOM : Seconde A B C H J Mardi 19 janvier 010 Exercice 1 : sur,5 points 1) Lire graphiquement les équations des droites D 1, D et D tracées dans le repère ci-dessous ) Dans le même repère, tracer la droites

Plus en détail

PCSI - informatique commune Vendredi 6 juin 2014 : DS 3. Whatever works!

PCSI - informatique commune Vendredi 6 juin 2014 : DS 3. Whatever works! PCSI - informatique commune Vendredi 6 juin 2014 : DS 3 Avertissements : Whatever works! Vous avez droit à tout document : papier, web... Allumez l ordinateur, loguez vous, lancez Python. En cas de problème,

Plus en détail

BREVET BLANC de MATHEMATIQUES n 1 Janvier 2012 - durée : 2 heures

BREVET BLANC de MATHEMATIQUES n 1 Janvier 2012 - durée : 2 heures BREVET BLANC de MATHEMATIQUES n 1 Janvier 2012 - durée : 2 heures Les calculatrices sont autorisées. L orthographe, le soin et la présentation sont notés sur 4 points. Activités numériques (12 points)

Plus en détail

THEME : CLES DE CONTROLE. Division euclidienne

THEME : CLES DE CONTROLE. Division euclidienne THEME : CLES DE CONTROLE Division euclidienne Soit à diviser 12 par 3. Nous pouvons écrire : 12 12 : 3 = 4 ou 12 3 = 4 ou = 4 3 Si par contre, il est demandé de calculer le quotient de 12 par 7, la division

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Suites numériques

Raisonnement par récurrence Suites numériques Chapitre 1 Raisonnement par récurrence Suites numériques Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Raisonnement par récurrence. Limite finie ou infinie d une suite.

Plus en détail

Les opérations et calculs au cycle 3 à partir des programmes 2008.

Les opérations et calculs au cycle 3 à partir des programmes 2008. Les opérations et calculs au cycle 3 à partir des programmes 2008. OPERATIONS CALCULS - CYCLE 3 Activités proposées par des enseignants de Cycle 3 CALCUL SUR DES NOMBRES ENTIERS - CALCULER MENTALEMENT

Plus en détail

Représentation des Nombres

Représentation des Nombres Chapitre 5 Représentation des Nombres 5. Representation des entiers 5.. Principe des représentations en base b Base L entier écrit 344 correspond a 3 mille + 4 cent + dix + 4. Plus généralement a n a n...

Plus en détail

- Module M2 - Fondamentaux d analyse

- Module M2 - Fondamentaux d analyse - Module M - Fondamentau d analyse Cléo BARAS, cleo.baras@ujf-grenoble.fr IUT - Grenoble Département Réseau et Télécommunications DUT - ère année Année universitaire 9- Web : http ://iut-tice.ujf-grenoble.fr/gtr/mathm/inde.asp

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Quelles activités pour écrire et nommer les nombres entiers?

Quelles activités pour écrire et nommer les nombres entiers? Quelles activités pour écrire et nommer les nombres entiers? Ex n 1 item 64 Champ : Nombres Compétence : Ecrire et nommer les nombres entiers, décimaux et les fractions Sources utilisées : - Evaluations

Plus en détail

Puissances d un nombre relatif

Puissances d un nombre relatif Puissances d un nombre relatif Activités 1. Puissances d un entier relatif 1. Diffusion d information (Activité avec un tableur) Stéphane vient d apprendre à 10h, la sortie d une nouvelle console de jeu.

Plus en détail

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre 1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Les deux modes de représentation des sous-espaces vectoriels Il existe deux modes

Plus en détail

T ES DEVOIR N 1 SEPTEMBRE 2013

T ES DEVOIR N 1 SEPTEMBRE 2013 T ES DEVOIR N 1 SEPTEMBRE 2013 Durée : 2h NOM : Prénom : Calculatrice autorisée «Le candidat est invité à faire figurer sur la copie toute trace de recherche, même incomplète ou non fructueuse, qu il aura

Plus en détail