HORMONOLOGIE - REPRODUCTION Physiologie de la régulation de la glycémie, sémiologie des hypoglycémies

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "HORMONOLOGIE - REPRODUCTION Physiologie de la régulation de la glycémie, sémiologie des hypoglycémies"

Transcription

1 19/03/2015 NAUD Romain L3 CR : AUDOUARD Justine Hormonologie - Reproduction Pr B. Gaborit 12 pages Physiologie de la régulation de la glycémie, sémiologie des hypoglycémies Plan A. Homéostasie glucidique I. Les trois effecteurs II. Le pancréas B. Insulinosécrétion I. Déclenchement de l'insulinosécrétion par le repas II. Mécanisme de l'insulinosécrétion C. Action de l'insuline D. Action du glucagon E. Régulation hormonale de la glycémie par les hormones extra-pancréatiques F. Métabolisme énergétique G. Sémiologie des hypoglycémies I. Symptômes liés à la glycémie II. Définition de l'hypoglycémie III. Signes de l'hypoglycémie IV. Différents types de malaise V. Diagnostic différentiel du malaise hypoglycémique VI.Les causes de l'hypoglycémie VII. Contexte de survenue d'une hypoglycémie VIII. Les traitements A. Homéostasie glucidique La glycémie est la concentration plasmatique en glucose. Elle doit être maintenue constante, même à distance d'un repas. Quand on mange on va avoir une augmentation de la glycémie mais elle sera régulée par la sécrétion d'hormones. Il existe une régulation fine du métabolisme énergétique, pour permettre un équilibre permanent entre l'utilisation et la production de glucose. Pour la production de substrats énergétiques, il y a un catabolisme du glycogène pour donner du glucose c'est la glycogénolyse, et on peut fabriquer des substrats énergétiques glucidiques (du glucose quoi) à partir de substrats non glucidiques comme les acides aminées ou les acides gras, c'est la néoglucogénèse. La production de glucose est contrebalancée par son utilisation par tous les tissus périphériques. Lorsque le glucose est en excès, il sera stocké au niveau du foie sous forme de glycogène ou au niveau du tissu adipeux sous forme de triglycérides. La glycémie normale : A jeun : 4 à 6 mmol/l soit 0,7 à 1,1 g/l Après les repas : <7,7 mmol/l soit 1,4 g/l 1/12

2 I. Les trois effecteurs L'homéostasie glucidique est réalisée par 3 principaux effecteurs : le foie, le muscle et le tissu adipeux. Après un repas, on va avoir une augmentation de la glycémie plasmatique (dans le sang), il va y avoir stockage des substrats énergétiques : Le glucose peut être stocké dans le foie ou dans le muscle sous forme de glycogène, c'est la glycogénogénèse. On peut former des triglycérides dans le tissu adipeux, c'est la lipogénèse. Quand la glycémie s'abaisse lors d'un jeûne, il y aura mobilisation de glucose dans le sang : Le glycogène s'hydrolyse en glucose, c'est la Glycogénolyse. Dans le tissu adipeux, les triglycérides sont transformés en acides gras et en glycérol, c'est la lipolyse. II. Le pancréas L'organe principal qui régule la glycémie, c'est le pancréas, il permet d'avoir une glycémie stable. Il a deux fonctions d'une part la digestion par sa fonction exocrine, par les cellules acinaires pancréatiques,en synthétisant les enzymes digestives d'autre part la régulation de la glycémie par sa fonction endocrine. Elle va créer 2 hormones, l'insuline (seule hormone hypoglycémiante de l'organisme) par les cellules β des îlots de Langerhans qui correspondent à 75% du pancréas endocrine et le glucagon (hyperglycémiante) par les cellules α des îlots de Langerhans qui correspondent à 20% du pancréas endocrine. C'est le couple insuline-glucagon qui va réguler la glycémie plasmatique. Le pancréas synthétise aussi de la somatostatine (les cellules sont moins nombreuses que les cellules α et β) B. Insulinosécrétion I. Déclenchement de l'insulinosécrétion par le repas Lors d'un repas, la glycémie va augmenter, on aura une augmentation de l'insuline et diminution du glucagon. Il y a toujours un maintien de la glycémie constante, il y a toujours une sécrétion basale d'insuline. Lorsqu'on ne mange pas, il y a toujours une petite sécrétion d'insuline. Puis lorsque l'on mange, la sécrétion de l'insuline augmente de façon biphasique. Immédiatement on aura un premier pic de sécrétion d'insuline qui correspond à la sécrétion d'insuline pré-formée par les cellules β, il s'agit des granules de sécrétion déjà prêtes, c'est un pic précoce. En même temps, il y a stimulation de la synthèse d'insuline et donc il y a un deuxième pic ; c'est l'insulinosécrétion tardive, il s'agit d'une synthèse d'insuline de novo, c'est l'insuline nouvellement synthétisée. Lors du diabète, il y a une perte du pic d'insulinosécrétion de la phase précoce. Il existe trois phases lors de la sécrétion d'insuline à la suite d'un repas. a. La phase céphalique Il y a stimulation du SN parasympathique (le nerf vague) et sécrétion d'insuline (il y a déjà sécrétion avant même que les aliments soit ingérés).quand on voit la nourriture, on va déjà avoir une hyper salivation qui est due à la même stimulation végétative que la sécrétion d'insuline lors de cette phase céphalique. 2/12

3 b. La phase entéro-insulaire Lorsque le bol alimentaire arrive au niveau de l'intestin, il y a stimulation d'hormones, les incrétines, qui sont sécrétées par les cellules intestinales. Il y a notamment le GLP1(= glucagon-like peptide 1, sécrétée par les cellules L) qui est utilisé dans le TRT du diabète de type 2 et le GIP (= glucose dependant insulinotropic peptide, sécrétée par les cellules K). Ces peptides vont stimuler les cellules β pour permettre la sécrétion d'insuline et inhiber la sécrétion de glucagon. Ils vont avoir une action glucose dépendante. On voit que le couple insuline-glucagon agit toujours en sens inverse c. La phase insulaire Elle a lieu lors de l'augmentation de la glycémie au niveau du pancréas. Il y a stimulation de la sécrétion d'insuline et inhibition de la sécrétion de glucagon. C'est la phase la plus puissante. II. Mécanisme de l'insulinosécrétion Dès que la glycémie va s'élever, il y a activation du GLUT2 qui est un transporteur du glucose, il a une très forte capacité de transport du glucose mais il a une affinité faible. L'entrée du glucose par ce transporteur se fait en fonction de la glycémie. La glucokinase est une glucose sensor, c'est à dire qu'elle va détecter l'augmentation de la glycémie intracellulaire instantanément, elle va stimuler le transport du glucose dans la cellule β et va stimuler la synthèse d'insuline. Cette glucokinase permetr de faire rentrer le glucose dans la voie métabolique de la glycolyse. Il y a donc production d'énergie par augmentation de l'atp, cela va inhiber les canaux potassique ATP dépendant, cela va dépolariser la cellule, et va faire rentrer le calcium dans la cellule via l'activation des canaux calcium voltage dépendant. L'augmentation du calcium intracellulaire va permettre la libération des granules par exocytose. C'est pour cela qu'il y a une régulation fine et une sécrétion biphasique : dès que la glycémie s'élève, il y a libération des granules préformées puis dans un deuxième temps, l'augmentation de la glycémie va activer la glucokinase, la production d'atp et ainsi la production de nouvelle insuline. 3/12

4 C. Action de l'insuline L'insuline est une hormone peptidique (découverte en 1923 ) indispensable à la survie. Avant qu'on connaisse l'insuline, les enfants qui avaient le diabète, étaient mis au régime (qui était une sorte de traitement contre l'hyperglycémie) et ils mourraient de dénutrition. Elle est synthétisée par les cellules β des îlots de Langerhans. C'est la seule hormone hypoglycémiante de l'organisme. L'insuline favorise l anabolisme glucido-lipido-protidique, c'est à dire la constitution des stocks énergétiques glucidiques (sous forme de glycogène), des lipides (sous forme de triglycérides) et des protéines. C'est pour cela que avec de l'insuline on prend généralement du poids. Elle permet d'augmenter la capture du glucose par les cellules musculaires et adipocytaires via un transporteur : le GLUT4. Ce transporteur est plus sécrété en présence d'insuline, ce qui favorise l'entrée du glucose dans le muscle et le tissu adipeux. Dans le muscle et le foie, elle va permettre le stockage du glucose sous forme de glycogène. On a donc une augmentation de la glycogénogenèse (muscle, foie) et une diminution de la glycogénolyse et de la néoglucogenèse. Dans le tissu adipeux : elle va permettre le stockage du glucose sous forme de triglycérides. Il y a donc 3 organes cibles : foie, muscle, et le tissu adipeux. Si on a une anomalie de sécrétion et/ou d action de l insuline, les conséquences peuvent être graves, si on a un excès, on est en hypoglycémie (risque neurologique), et si on a un déficit, on est en hyperglycémie (diabète). Elle est utilisée de manière courante en thérapeutique. D. Action du glucagon Le glucagon est une hormone d action opposée à celle de l insuline, c'est à dire qu'il est hyperglycémiant. Il est sécrété par les cellules α des îlots de Langerhans du pancréas endocrine. Il n'est pas la seule hormone hyperglycémiante. Son action est essentiellement hépatique, il va avoir un effet catabolisant, c'est à dire qu'il va favoriser l'utilisation des stocks (qui sont sous forme de glycogène). Son action est maximale à distance des repas. Pendant un repas, l'insuline est activée et le glucagon est inhibé et entre les repas, c'est le glucagon qui est activé et l'insuline est inhibée. E. Régulation hormonale de la glycémie par les hormones extra-pancréatiques Les autres hormones hyperglycémiantes sont : L'adrénaline synthétisée par les cellules médullosurrénaliennes. Lors d'un gros stress, on aura un excès de catécholamines. Le cortisol synthétisé par les cellules corticosurrénaliennes de la zone fasciculée. Lors d'un Cushing, on va avoir une hypersécrétion de cortisol et on peut développer un diabète. L'hormone de croissance (GH) synthétisée par les cellules somatotropes antéhypophysaires Etant hyperglycémiantes, on va donc avoir une augmentation de la glycogénolyse et de la néoglucogenèse. Elles ont un effet anti-insuline en diminuant la captation musculaire de glucose Elles économisent du glucose en augmentant la lipolyse, ce qui va augmenter les acides gras libres. Dans un premier temps, en cas de stress, c'est l'adrénaline et le cortisol (et bien entendu le glucagon) qui vont être libérés, puis si le jeune se prolonge, on rentre dans une carence extrême en substrats énergétiques amenant à la synthèse de la GH comme c'est par exemple le cas si la personne fait la grève de la faim, le ramadan, le carême, etc. 4/12

5 F. Métabolisme énergétique Lors d'un repas, il va y avoir stimulation de l'insuline et inhibition du glucagon, du cortisol, du GH et de l'adrénaline. Il y a stockage, anabolisme du glucose pour diminuer la glycémie. Il y a augmentation de la glycogénogenèse, diminution de la glycogénolyse et de la néoglucogenèse pour normaliser la glycémie. Normalement, avec ces régulations, la glycémie ne devrait pas dépasser 1,40 g/l. Lors du jeune, il va y avoir stimulation des hormones de contre régulation qui sont le glucagon, le cortisol, le GH et l'adrénaline et inhibition de l'insuline. Il y a catabolisme pour augmenter la glycémie. Il y a diminution de la glycogénogenèse, augmentation de la glycogénolyse et de la néoglucogenèse, et économie du glucose par la lipolyse. Tout ça est fait pour éviter qu'on fasse des hypoglycémies entre les repas. On a donc bien plusieurs facteurs hyperglycémiants, et un seul facteur hypoglycémiant. 5/12

6 Si le jeûne vient à se prolonger, on essaie d'économiser le glucose un maximum afin d'éviter l'hypoglycémie et afin de protéger le cerveau. Le cerveau a un transporteur de glucose particulier car il n'a qu'un seul subtrat énergétique utilisable : le glucose. Pour favoriser cette «économie de glucose», on va avoir un catabolisme maximal du à une hausse des hormones extra-pancréatiques et il y aura aussi une stimulation des mécanismes compensateurs (comme l'oxydation des acides gras et le métabolisme hépatique). Ce métabolisme hépatique a lieu lorsqu'il n'y a pas assez de sucre dans les cellules, il correspond en fait à la production des corps cétoniques. Si la production de ces corps cétoniques est trop importante (par exemple chez le sujet diabétique qui ne reçoit pas d'insuline), le patient va faire ce qu'on appelle un coma acidocétosique (cf. le cours sur l'acidocétose diabétique). Si le jeûne continue encore, il va y avoir une protéolyse musculaire, ce qui stimule la néoglucogenèse ayant lieu surtout dans le foie et le muscle mais il va aussi y avoir néoglucogenèse rénale et intestinale. En dernier recours, on assiste à une utilisation de corps cétoniques par le cerveau et le muscle. G. Sémiologie des hypoglycémies I. Symptômes liés à la glycémie On peut avoir des sueurs (dues à la production des catécholamines stimulant la sudation), un malaise, des palpitations. Malgré que la glycémie soit finement régulée, il y a quand même des petites variations. Il n' y a aucun symptôme entre 0,60 et 1,80 g/l. A 1,80 g/l, il y a une élimination du glucose dans les urines, cela constitue une glycosurie mais ce n'est pas pathologique. Si la glycémie augmente encore, les gens vont avoir un syndrome polyuro-polydipsique car il y a une diurèse osmotique, il y a une élimination du glucose dans les urines, il y a un appel d'eau, on va perdre des kilocalories et cette perte d'énergie va stimuler le centre de la soif au niveau cérébral. Si la glycémie arrive en dessous de 0,60 g/l, les symptômes sont liés à la sécrétion des hormones de contre régulation. Et quand la glycémie diminue en dessous de 0,30g/L, on risque de voir des signes de neuroglucopénie liés à un déficit en substrat énergétique au niveau cérébral, on peut faire un coma si on n'est pas resucré. 6/12

7 II. Définition de l'hypoglycémie La glycémie normale à jeun est entre 0,70 et 1,10g/L(3,9-5,6 mmol/l). Une hypoglycémie se définit par une glycémie inférieure à 0,60 g/l Attention : les lecteurs de glycémie sont peu fiables dans la zone basse. Les chiffres bas prennent leur valeur si ils sont accompagnés de symptômes (car on peut être asymptomatique à 0,40g/L) et si ces symptômes cèdent à la prise de sucre. Une hypoglycémie asymptomatique correspond à des chiffres bas sans symptôme. Une hypoglycémie modérée correspond à des chiffres bas et la présence de symptôme(s). Une hypoglycémie sévère correspond à une hypoglycémie durant laquelle la personne n'arrive pas à se resucrer par ses propres moyens, c'est à dire nécessitant l'intervention d'une tierce personne. III. Signes de l'hypoglycémie L'hypoglycémie s'exprime par crises correspondant à des malaises. Entre les crises tout est normal. La connaissance de l'horaire (à jeun, à distance des repas) et la notion de sédation à la prise d'aliments sucrés sont très importants. Il est important de connaître l'horaire des hypoglycémies car si les hypoglycémies surviennent à jeun cela peur par exemple correspondre à un manque d'apport. Les hypoglycémies peuvent être fonctionnelles ou organiques. Par exemple une hypoglycémie organique peut être liée à un insulinome (tumeur sécrétant trop d'insuline). La sécrétion d'insuline sera ici anarchique. A l'inverse on peut avoir des hypoglycémies fonctionnelles qui sont liées à une hypersécrétion insulinique post-prandiale. IV. Différents types de malaise Il existe trois types de malaises et 3 types de signes : a. Le malaise mineur Ici les signes sont des signes adrénergiques, ils sont dus à la sécrétion des catécholamines (pour rappel, une hypoglycémie va stimuler les hormones hyperglycémiantes, dont les catécholamines font parti). Classiquement ce type de malaise est fait par les gens mangeant très sucré le matin et qui en fin de matinée ressentent certains signes : Asthénie brusque, dérobement de jambes Sueurs profuses Pâleur du visage, angoisse Faim impérieuse, fringale, crampes d estomac Palpitations (tachycardie), douleurs dans la poitrine Céphalées, vertiges, tremblements Les symptômes sont très variés en fonction des patients, mais en général un patient aura ses signes à lui et se sera le plus souvent les mêmes. Il est donc important pour le patient (et aussi pour le médecin) de connaître ses propres signes car il reconnaîtra aisément une hypoglycémie. 7/12

8 b. Le malaise grave Lorsque la glycémie s'abaisse encore, le cerveau va commencer à manquer de sucre. C'est là ou on verra apparaître les signes neuroglucopéniques. On peut donc avoir certains signes neurologiques : Lipothymies Troubles visuels (diplopie) Troubles moteurs : monoplégie, hémiplégie pouvant simuler un AVC Crise convulsive Agitation, pseudo ébriété Confusion Dépression Il y a aussi des signes de glucopénie tissulaire. c. Le coma hypoglycémique Le cerveau souffre encore plus, on aura des troubles de la conscience. L'installation est rapide mais progressive (je trouve ça un peu contradictoire mais c'est bien ce qu'elle a dit). Le patient ici n'est pas conscient (à cause de la carence en glucose au niveau cérébral). Il est pâle, agité, a des sueurs, une tachycardie, une hypotonie, des réflexes vifs avec parfois certains signes neurologiques complexes comme des crises convulsives, une hémiplégie, etc. ce qui peut être trompeur et nous faire passer à côté du diagnostic. Pour ces raisons, tout coma impose de mesurer la glycémie capillaire car après resucrage le patient sort du coma très rapidement. En général, un coma est en dessous de 0,20g/L. Si l'hypoglycémie se prolonge, cela peut induire une nécrose cellulaire responsable de lourde séquelles. Une hypoglycémie sévère prolongée peut même être associée à une certaine mortalité cardiovasculaire, de ce fait un coma hypoglycémique doit être rapidement identifié et traité. Le premier signe est la baisse de l'insulinémie en dessous de 0,80g/L. En dessous de 0,60g/L les hormones de contre régulation sont stimulées (sauf le glucagon qui est stimulé à partir de 0,70g/L donc plus tôt). A partir de maintenant on commence à avoir les signes liés à la sécrétion des catécholamines. En dessous de 0,50g/L on commence à avoir les signes neuroglucopéniques. Mais ces derniers apparaissent surtout en dessous de 0,40g/L. Ensuite en dessous de 0,30/0,20 g/l on aura un coma avec plus de séquelles. Pour la fréquence des signes, ça dépend beaucoup des patients. En revanche, comme dit plus haut, un patient aura quasiment tout le temps les mêmes signes d'hypoglycémie. 8/12

9 V. Diagnostic différentiel du malaise hypoglycémique Il peut s'agir de : Malaise vagal : pâleur extrême, parfois bradycardie, nausées, parfois vomissements, sensation de faiblesse générale, avec des sueurs froides, allant rarement jusqu'à la perte de connaissance. Ce sont des signes qui peuvent se trouver lors d'une hypoglycémie. Il survient dans un contexte de chaleur, de stress, de bloc opératoire. Il dure en général quelques minutes. Crise de panique : peut ressembler à un malaise hypoglycémique, avec sa tachycardie, et ses sueurs profuses, la sensation de mort imminente, mais ne va pas jusqu'à la perte de connaissance. Elle est souvent déclenchée par des circonstances particulières qui la conditionne comme par exemple la personne agoraphobe qui se trouve en plein milieu d'une foule. Les crises comitiales (ou convulsives) Le diagnostic positif d'une hypoglycémie repose donc sur la glycémie capillaire anormalement basse (<0,60g/L) et non pas sur les signes cliniques (notion très importante +++). VI.Les causes de l'hypoglycémie Les causes peuvent être multiples, la glycémie peut augmenter si on ingère des glucides alimentaires (donc un jeun peut être à l'origine d'une hypoglycémie), ou si on est stressé. La glycémie peut diminuer si on fait du sport ou si on prend de l'insuline ou des sulfamides. Il est donc important d'interroger le patient pour savoir ce qu'il s'est passé. Lorsqu'on fait de nombreuses hypoglycémies (notamment chez le patient diabétique par prise de trop d'insuline), on ne les ressentira qu'à partir d'une glycémie plus basse. Un patient qui fait des hypoglycémies symptomatiques à 0,70g/L, au bout d'un moment il ne les ressentira qu'à partir de 0,60g/L. Il faut donc savoir si le patient a déjà fait beaucoup d'hypoglycémies. Il faut connaître le terrain du patient. S'il a une insuffisance rénale, cela pourra altérer l'élimination d'insuline ou de sulfamides, pouvant créer une hypoglycémie. Il est donc très important d'interroger le patient! VII. Contexte de survenue d'une hypoglycémie a. Chez le patient diabétique Les causes vraisemblables peuvent être : trop d'insuline, pas assez mangé, des exercices physiques non préparés, des épisodes antérieurs de petites hypoglycémies, une insuffisance rénale qui prolonge la demi-vie de l'insuline et si le patient prend des sulfamides comme antidiabétique oral, l'insuffisance rénale va favoriser l'accumulation de sulfamides, et on aura une hypoglycémie. Il faut noter que certains alcools (comme le whisky) sont hypoglycémiant. Comme dit précédemment, le ressenti est différent. Ils ressentiront leur hyperglycémie à partir d'une glycémie plus basse qu'un patient n'ayant jamais fait d'hypoglycémie. De ce fait, dès qu'un patient diabétique ressent une hypoglycémie, il est plus proche du danger du coma. Il est donc important d'éduquer les patients afin qu'ils aient toujours un peu de sucre sur eux. Le traitement d'une hypoglycémie est le glucagon qui est donc hyperglycémiant. Le glucagel est du glucagon sous forme d'ampoule et on l'injecte en cas d'hypoglycémie. On ne s'en sert que chez des diabétiques de type I car chez le diabétique de type II si on lui injecte du glucagon, le patient va contrebalancer et synthétiser de l'insuline, et va refaire une hypoglycémie. Dans les diabètes de type I il y a une insulinopénie absolue, du coup il n'y aura pas de synthèse d'hormone hypoglycémiante. 9/12

10 b. Chez le patient non diabétique Dans ce cas il peut y avoir une hypoglycémie organique, ou bien une hypoglycémie fonctionnelle. L'insulinome par exemple entraîne une hypoglycémie organique qui aura lieu le matin ou bien à distance d'un repas, à jeun ou lors d'une effort physique. Ces hypoglycémies organiques sont traitées par prise de sucre. Le patient ne peut pas se permettre de sauter un repas, de ne pas prendre de collation ou bien de faire la grasse matinée. Souvent, les patients prennent du poids car pour évier les malaises ils se resucrent. L'hypoglycémie fonctionnelle intervient par exemple chez l'étudiant en médecine qui a mangé trop sucré le matin. Il fait ces hypoglycémies en fin de matinée ou en période post-prandiale. C'est lié à la consommation de sucres rapides, le pancréas va sécréter beaucoup d'insuline ce qui va créer une hypoglycémie. Elle a aussi lieu suite à une chirurgie gastrique ou la vidange gastrique est accélérée, et ceci accélère lé sécrétion d'insuline. L'épreuve de jeun est normale dans cette hypoglycémie. De plus, l'insuline et le peptide C sont normaux dans cette situation (donc normalement faible). Cf. juste après. La sémiologie biologique de l'hypoglycémie chez un sujet non diabétique est difficile à réaliser. En dehors du malaise la glycémie est normale. On peut réaliser un test de «sensibilisation» en milieu hospitalier (HPO, épreuve de jeune ). L' épreuve de jeune se déroule dans un milieu hospitalier, le patient va jeûner pendant 48h, ainsi on enlève la composante repas. S'ils ne font pas d'hypoglycémie, ce sera en faveur d'une hypoglycémie fonctionnelle c'est à dire que c'est le fait de manger trop sucré qui va les faire réagir par une hyperinsulisme réactionnelle qui va leur faire faire une hypoglycémie. S'ils font des hypoglycémies, on va doser l'insulinémie et le peptide C ( ce peptide est le reflet de l'insulinosécrétion endogène pancréatique et ne tient pas compte des traitements d'insuline, pour une molécule d'insuline synthétisée, il y a une molécule de peptide C produite). S'il y a une hypersécrétion d'insuline alors que les personnes sont à jeun, cela va être en faveur d'un insulinome par exemple et donc d'une hypoglycémie organique. L'autre expérience que l'on peut faire est l'hyperglycémie provoquée par voie orale (HPO). On fait boire du sucre au patient et on regarde la sécrétion d'insuline (voir si elle est adaptée ou non). Le but est de faire la différence entre une hypoglycémie organique et une hypoglycémie fonctionnelle (qui peut apparaître chez une personne jeune qui a une alimentation inadaptée). Pour l'hypoglycémie organique, on a l'apparition de signes cliniques à distance des repas et lors du test de jeun on va avoir une insulinémie anormalement élevée (alors qu'à distance des repas on devrait avoir une insulinémie basse). On dose l'insulinémie et le peptide C car les deux sont sécrétés en même temps. Ceci est possible car la pré-prohormone de l'insuline contient le peptide C. Le peptide C reflète en fait la libération de l'insuline par le pancréas. Il y eu des cas ou les gens font des injections d'insuline cachés. Quand on fait l'épreuve de jeun, on aura alors une insulinémie anormalement haute mais un peptide C normalement bas. Si la personne prend des sulfamides hypoglycémiants, ceci stimule la sécrétion d'insuline endogène et on aura alors une augmentation de l'insuline ET du peptide C. 10/12

11 VIII. Les traitements a. En phase aiguë Il est important de savoir comment resucrer une hypoglycémie. Si le patient est conscient il faut cesser toute activité. Le traitement, c'est du sucre (20g donc 4 morceaux de sucre environ). S il est inconscient on ne peut pas lui donner de sucre. On fait un dextro pour vérifier que ce soit une glycémie et on lui injecte 2 ampoules de VG30 en IntraVeineux direct puis dès la reprise de conscience on le resucre en PerOs. Si le patient est conscient/agité, on injecte 1 ampoule de glucagon en IM (attention si diabète de type 2, le glucagon ne sert que dans le type 1). On éduque beaucoup les familles des patients diabétiques pour qu'ils puissent traiter une hypoglycémie. Ensuite on surveille la glycémie capillaire pour vérifier qu'on ait administré assez de sucre. b. Le traitement étiologique Cela nécessite de trouver la cause de l'hypoglycémie. Chez le patient diabétique, on recherche de la cause de l ypoglycémie (quantité d'insuline injectée trop imporante, repas insuffisant, jeûne, activité physique, alcool comme le whisky) et on réalise une éducation des patients afin que cela ne se reproduise plus. Dans le cas d'un insulinome, le traitement est chirurgical. Il faut enlever la tumeur. Dans ce acs les hypoglycémies peuvent être très importantes, la prof a parlé d'une patiente qui devait tout le temps être perfusée avec du G5 ou sinon elle faisait des malaises... Dans une hypoglycémie fonctionnelle, on éduquera diététiquement le patient en lui demandant de fractionnement des repas et de diminuer des sucres rapides, éviter les boissons sucrées alcoolisées, enrichir son alimentation en fibres, manger du pain complet et pas du pain blanc. Dans 90% des cas cette éducation est suffisante. Si ça ne suffit pas, on a des Acarbose qu'on prend à chaque repas. Ce sont des inhibiteurs de l'absorption des glucides, ce qui évite d'avoir une hausse trop importante de l'insuline. Voila, mes cours sur les cétones et la glycémie sont terminés, j'espère qu'ils sont assez clairs pour tout le monde:) Si vous voulez plus de schémas sur ce cours, vous pouvez allez voir le diapo de la prof quand elle l'aura mis, pour le moment elle ne l'a pas encore fait... Petite dédicace à Mous qui a tout comme moi perdu 4h de sa vie en cours. J'espère que mes ronéos te plaisent.. Non en fait je prends ma c****** comme ça... donc ciao PD!! Dédicace à Thibault du neuf trois (pour 93 ans), Parkinson Disease for ever! Dédicade à Angélique et Mathilde qui ne pourront pas suivre ces cours sans utiliser plus de 10% de leur cerveau, malheureusement.. Kacedédi à ma relectrice, en espérant ne pas te donner trop de travail car tu avais l'air débordé quand on s'est croisé..:p Et kacedédi à ma Grébillette qui doit se peler le cul là-haut..que les esquirousses soient avec toi <3 11/12

12 12/12

HORMONOLOGIE et REPRODUCTION Pancréas : Physiologie de la régulation de la glycémie, sémiologie des hypoglycémies

HORMONOLOGIE et REPRODUCTION Pancréas : Physiologie de la régulation de la glycémie, sémiologie des hypoglycémies 20 mars 2014 MOUROT Sophie L3 Hormonologie et reproduction Pr Bénédicte GABORIT Relecteur12 14 pages Pancréas : Physiologie de la régulation de la glycémie, Plan: A. Homéostasie glucidique I. Les trois

Plus en détail

REGULATION DE LA GLYCÉMIE

REGULATION DE LA GLYCÉMIE 3 REGULATION DE LA GLYCÉMIE Objectifs : en s'appuyant sur des résultats expérimentaux, construire un schéma mettant en place : le stimulus, la glande endocrine, l'hormone sécrétée, les organes effecteurs,

Plus en détail

Hyper/hypoglycémie. Ana Estrade D1 Rangueil 12/10 1

Hyper/hypoglycémie. Ana Estrade D1 Rangueil 12/10 1 Hyper/hypoglycémie Ana Estrade D1 Rangueil 12/10 1 Glycémie = valeur constante régulée par différentes hormones (N 1g/l) 2 Glycémie = valeur constante régulée par différentes hormones (N 1g/l) - Insuline

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée DURISGuillaume@Fotolia.com 1 P A R T I E 1 Biologie appliquée Glycémie TD 1 OBJECTIFS 1 Définitions Définir la glycémie et la glycosurie. Indiquer les variations de la glycémie au cours de la journée

Plus en détail

La régulation de la glycémie

La régulation de la glycémie La régulation de la glycémie INTRODUCTION GENERALE La glycémie est le taux de glucose plasmatique. Chez un sujet normal, la glycémie oscille autour d une valeur moyenne comprise entre 0.8 g.l -1 et 1.2

Plus en détail

Utilisation des substrats énergétiques

Utilisation des substrats énergétiques Utilisation des substrats énergétiques Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Les organes et les substrats... 3 I.1 Les substrats énergétiques...

Plus en détail

PRISE EN CHARGE SECOURISTE DE L HYPOGLYCEMIE

PRISE EN CHARGE SECOURISTE DE L HYPOGLYCEMIE PRISE EN CHARGE SECOURISTE DE L HYPOGLYCEMIE Prise en charge préhospitalière d un patient en hypoglycémie par des équipages d ambulances hors présence médicale ou paramédicale. V 1.1 Fabian Thomas INTRODUCTION

Plus en détail

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N. Université Hadj Lakhdar Batna Faculté de médecine de Batna Laboratoire de physiologie La régulation de la glycémie Aspects pratiques TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.CHIBOUT Tache N 1 Quel est

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

L'insuline DR.AHMED HAKIM - PR.AG.ZOUHEIR SAHNOUN LABORATOIRE DE PHARMACOLOGIE FACULTÉ DE MÉDECINE DE SFAX PUBLIC CIBLE : DCEM2

L'insuline DR.AHMED HAKIM - PR.AG.ZOUHEIR SAHNOUN LABORATOIRE DE PHARMACOLOGIE FACULTÉ DE MÉDECINE DE SFAX PUBLIC CIBLE : DCEM2 L'insuline DR.AHMED HAKIM - PR.AG.ZOUHEIR SAHNOUN LABORATOIRE DE PHARMACOLOGIE FACULTÉ DE MÉDECINE DE SFAX PUBLIC CIBLE : DCEM2 Table des matières Table des matières 3 I - Historique 9 II - Structure

Plus en détail

LA REGULATION DE LA GLYCEMIE

LA REGULATION DE LA GLYCEMIE Le début vous l avez fait avant les vacances cours de ce jours à partir du II Chap8 TS spécialité Thème 3 Restitution des acquis LA REGULATION DE LA GLYCEMIE http://img10.beijing2008.cn/20080824/img214581293.jpg

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation Classe : 1 ère Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 3 Les systèmes vivants maintiennent leur intégrité et leur identité en échangeant de l'information.

Plus en détail

Glycémie et homéostasie

Glycémie et homéostasie Glycémie et homéostasie L homéostasie (de homeo semblable et stase rester) est l ensemble des mécanismes permettant de réguler la constance du milieu intérieur. La glycémie est la mesure du taux de glucose

Plus en détail

1. Système nerveux et système endocrinien. Sécrétion d hormones dans le sang Action lente, mais soutenue

1. Système nerveux et système endocrinien. Sécrétion d hormones dans le sang Action lente, mais soutenue HOMÉOSTASIE 1. Système nerveux et système endocrinien 589 Maintien de l homéostasie par : Système endocrinien (hormonal) : Sécrétion d hormones dans le sang Action lente, mais soutenue Système nerveux

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation Classe : 1 ère ou Terminale Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 3 Sous-thème : 3.2 Les systèmes vivants utilisent deux grandes voies de communication

Plus en détail

INSULINOTHERAPIE FONCTIONNELLE

INSULINOTHERAPIE FONCTIONNELLE Synthèse personnelle INSULINOTHERAPIE FONCTIONNELLE De nos jours, le diabète inuslinodépendant ne connaît aucun traitement pouvant éviter l injection d insuline. L insulinothérapie fonctionnelle est une

Plus en détail

Ressources pour le lycée technologique

Ressources pour le lycée technologique éduscol Chimie biochimie sciences du vivant Classe de première Ressources pour le lycée technologique Présentation Thème 3 du programme Les systèmes vivants maintiennent leur intégrité et leur identité

Plus en détail

Le diabète de type 1 UNSPF. Ségolène Gurnot

Le diabète de type 1 UNSPF. Ségolène Gurnot Le diabète de type 1 UNSPF Ségolène Gurnot Juin 2013 Légende Entrée du glossaire Abréviation Référence Bibliographique Référence générale Table des matières Introduction 5 I - Introduction 7 A. Quelle

Plus en détail

Leptine et diabète LA LEPTINE POSSEDE DEUX TYPES DE RECEPTEURS

Leptine et diabète LA LEPTINE POSSEDE DEUX TYPES DE RECEPTEURS Leptine et diabète La leptine est une hormone protéique de 16 KDa (précédé d une séquence signal hydrophobe) comportant 167 acides aminés produite à partir du "gène de l'obésité" ob, principalement par

Plus en détail

PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE

PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE Ce document a été élaboré par le groupe de travail "EHPAD" de l'omedit de Haute- Normandie. Il s'agit d'une proposition de protocole d'insulinothérapie

Plus en détail

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique Dr P. ASSOUAKON SAMU EPU les jeudis du samu 27 Mai 2004 1 PLAN Introduction Généralités Régulation et prise en charge SMUR Prise en charge

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

L hypoglycémie: un risque majeur à ne pas négliger

L hypoglycémie: un risque majeur à ne pas négliger L hypoglycémie: un risque majeur à ne pas négliger Présenté par David BENAHIM Infirmier SIAMU Service des 20 décembre 2013 Urgences et USI CHU Brugmann, site Paul Brien Plan du travail Introduction Rappels

Plus en détail

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

THEME 1 GLYCEMIE ET DIABETES

THEME 1 GLYCEMIE ET DIABETES THEME 1 GLYCEMIE ET DIABETES INTRO : Le glucose est une molécule fondamentale pour notre organisme. En effet il constitue à la fois une source d énergie et de matière (il sert à la synthèse de biomolécules).

Plus en détail

D après SVT 1 ère S, Nathan, 2001, modifié Remérand 2001.

D après SVT 1 ère S, Nathan, 2001, modifié Remérand 2001. Enseignement Obligatoire de 1 ère S - Dossier 2 : la régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques- 1 Ac. Poitiers 1 ère S Enseignement général Le diabète, une maladie en constante augmentation,

Plus en détail

I. Qu est-ce que c est? plus de 3,7 millions de personnes ont du diabète Le diabète est une augmentation du taux de glucose (sucre) dans le sang,

I. Qu est-ce que c est? plus de 3,7 millions de personnes ont du diabète Le diabète est une augmentation du taux de glucose (sucre) dans le sang, Le diabète I. Qu est-ce que c est? On a tous déjà entendu parler du diabète, sans savoir exactement de quoi il s agit. Pourtant, en France, on estime que plus de 3,7 millions de personnes ont du diabète,

Plus en détail

RÉGULATION DE LA GLYCÉMIE

RÉGULATION DE LA GLYCÉMIE Biologie RÉGULATION DE LA GLYCÉMIE SERVICE FORMATION CONTINUE, UNIVERSITÉ DE LILLE - SCIENCES ET TECHNOLOGIES DÉPARTEMENT SCIENCES JACQUES COGET Juillet 2013 Table des matières Table des matières 3 I

Plus en détail

Epreuves d'hyperglycémie combinées aux drogues hypo. Epreuves d'hypoglycémie

Epreuves d'hyperglycémie combinées aux drogues hypo. Epreuves d'hypoglycémie Chapitre premier Introduction Historique des hypoglycémiants oraux Cycle du glucose : courants métaboliques, contrôle hormonal, causes d'hypoglycémie Conceptions actuelles des mécanismes d'action des drogues

Plus en détail

Suite du Cours Physiologie L3 APA -2008

Suite du Cours Physiologie L3 APA -2008 Suite du Cours Physiologie L3 APA -2008 Elsa HEYMAN MCU FSSEP Lille 2 Chapitre 1: Bioénergétique Parties IV- V - VI IV- La voie aérobie CO 2 + H 2 O VOIE AEROBIE ATP Glucose, Glycogène, acides gras libres,

Plus en détail

DURISGuillaume@Fotolia.com PARTIE 1. Biologie appliquée

DURISGuillaume@Fotolia.com PARTIE 1. Biologie appliquée DURISGuillaume@Fotolia.com 1 Biologie appliquée Glycémie TD 1 OBJECTIFS 1 Définitions Définir la glycémie et la glycosurie. Indiquer les variations de la glycémie au cours de la journée (glycémie à jeun

Plus en détail

26.05.2011 Dr. Roger WIRION

26.05.2011 Dr. Roger WIRION Quelestle principalfacteur d hypoglycémie? Was ist die Hauptursache von Unterzucker? 2222 DCCT: Chez les patients diabétiques de type 1, traités de façon intensive le risque d hypoglycémie est multiplié

Plus en détail

Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID. Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues.

Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID. Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues. Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues. Date de présentation : 2014 Lieu : Roubaix. Mis à disponibilité sur le site

Plus en détail

Lames préparées (pancréas) Indicateur de glycémie et bandelette d analyse Dispositif de prélèvement sanguin

Lames préparées (pancréas) Indicateur de glycémie et bandelette d analyse Dispositif de prélèvement sanguin LA GLYCÉMIE But Comprendre l histologie du pancréas. Établir des liens entre l histologie et la physiologie glandulaire. Observer les effets de l insuline sur le contrôle du sucre sanguin. Expliquer les

Plus en détail

DIABETE ET SPORT. Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS

DIABETE ET SPORT. Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS DIABETE ET SPORT Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS DIABETE TYPE 1#TYPE 2 Jeunes sportifs Risque hypoglycémie Adaptation schémas Autosurveillance +++ Sports souvent sources de difficultés Contre

Plus en détail

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND PHYSIOPATHOLOGIE DE L HYPERGLYCEMIE DU DT2 Tube digestif Pancréas endocrine α β Tissu adipeux cellules β insuline cellules

Plus en détail

Les hypoglycémies nocturnes (chez le diabétique) Leïla Ben Salem Hachmi

Les hypoglycémies nocturnes (chez le diabétique) Leïla Ben Salem Hachmi Les hypoglycémies nocturnes (chez le diabétique) Leïla Ben Salem Hachmi Hypoglycémie Fréquente Dangereuse+++ /impact diurne Facteur limitant pour l atteinte des objectifs glycémiques Insuline, insulinosécrétaguogues

Plus en détail

Hypoglycémie (206) Professeur Serge HALIMI Novembre 2002 (Mise à jour Février 2005)

Hypoglycémie (206) Professeur Serge HALIMI Novembre 2002 (Mise à jour Février 2005) Hypoglycémie (206) Professeur Serge HALIMI Novembre 2002 (Mise à jour Février 2005) Résumé : L hypoglycémie correspond à une baisse du glucose sanguin en dessous de 0,5 g/l (2,8 mmol/l). Son diagnostic

Plus en détail

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004 ITEM 206 : HYPOGLYCEMIE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer une hypoglycémie», «identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge» I DEFINITION En général, malaise avec

Plus en détail

Y a-t-il un bon moment pour l'hypoglycémie?

Y a-t-il un bon moment pour l'hypoglycémie? Y a-t-il un bon moment pour l'hypoglycémie? La réponse est NON. Voilà pourquoi il est essentiel d'être toujours prêt à y remédier. Avant de vous installer derrière le volant, prenez soin de vérifier votre

Plus en détail

Hypoglycémie (206) B. Conte-Devolx, T. Brue, P. Jaquet Octobre 2005

Hypoglycémie (206) B. Conte-Devolx, T. Brue, P. Jaquet Octobre 2005 Hypoglycémie (206) B. Conte-Devolx, T. Brue, P. Jaquet Octobre 2005 Objectifs pédagogiques : Diagnostiquer une hypoglycémie. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. 1. Introduction

Plus en détail

EIA ENDOCRINOLOGIE DCEM2

EIA ENDOCRINOLOGIE DCEM2 BIOLOGIE EIA ENDOCRINOLOGIE DCEM2 o TISSU ADIPEUX 1- Le tissu adipeux permet de stocker de l'énergie sous forme de triglycérides en période post-prandiale et de la restituer sous la forme d'acides gras

Plus en détail

Boughanmi Hajer. JAOUA Noureddine. Membre du bureau exécutif de l OTEF

Boughanmi Hajer. JAOUA Noureddine. Membre du bureau exécutif de l OTEF Organisation Tunisienne pour L Éducation et de la Famille Elaboré par Diabète infantile Boughanmi Hajer Encadré par : Licence appliquée en Biotechnologie JAOUA Noureddine Membre du bureau exécutif de l

Plus en détail

EXPLORATION BIOCHIMIQUE DU

EXPLORATION BIOCHIMIQUE DU UNIVERSITE DE LILLE II Faculté de Médecine e Henri Warembourg Année 2009-2010 ENSEIGNEMENTS DIRIGES BIOCHIMIE ET BIOLOGIE MOLECULAIRE EXPLORATION BIOCHIMIQUE DU DIABETE G.HUET J. LECLERC A. MARTIN I-DEFINITION

Plus en détail

Date d élaboration : Date de reconduction :

Date d élaboration : Date de reconduction : PROJET D ACCUEIL INDIVIDUALISÉ DIABÈTE INSULINO-DÉPENDANT Date d élaboration : Date de reconduction : Nom : Prénom : Né(e): Poids : Classe : Fréquente : garderie cantine activités périscolaires transports

Plus en détail

HYP Y O P GL G Y L C Y E C MI M E I

HYP Y O P GL G Y L C Y E C MI M E I HYPOGLYCEMIE DU NOURRISSON ET DE L ENFANT Dr N. TEBIB PHYSIOLOGIE DE L HOMEOSTASIE DU GLUCOSE 1- Rôle du glucose dans l organisme Glucose : substrat indispensable à toutes les cellules Maintien de la glycémie

Plus en détail

L influence du sport sur le traitement du diabète de type 1

L influence du sport sur le traitement du diabète de type 1 L influence du sport sur le traitement du diabète de type 1 Contenu 1. Bénéfice du sport pour patients avec diabète de type 1 2. Aspects physiologiques du sport en rapport avec la glycémie en général 3.

Plus en détail

Diabète de type 1 et haute montagne. Revue de la littérature

Diabète de type 1 et haute montagne. Revue de la littérature Diabète de type 1 et haute montagne Revue de la littérature Contre-indications absolues Diabète mal équilibré : hypoglycémies sévères mal ressenties, acido-cétose. Présence de complications du diabète

Plus en détail

TD1: homéostasie du glucose

TD1: homéostasie du glucose TD1: homéostasie du glucose 1. Mécanismes neuroendocrine de régulation de la glycémie 2. Fonctionnement des neurones GE 3. Régulation de l activité des neurones GE par les acides gras 4. Régulation de

Plus en détail

Effets des hormones sur la glycémie du rat

Effets des hormones sur la glycémie du rat UNIVERSITE MONTPELLIER II Sciences & Techniques du Languedoc Licence Biologie des Organismes Travaux Pratiques de Physiologie Animale : Effets des hormones sur la glycémie du rat . La glycémie est une

Plus en détail

Phase d identification de la personne avant apprentissage

Phase d identification de la personne avant apprentissage CHU DE ROUEN - DIABETOLOGIE PLAN DE SOINS GUIDE D ENSEIGNEMENT Diagnostic Infirmier : Manque de connaissances lié à la mise en route d un traitement par insuline. Définition : la personne n a pas les informations

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

Le contrôle de la glycémie. Un exemple de collaboration médeciningénieur

Le contrôle de la glycémie. Un exemple de collaboration médeciningénieur Le contrôle de la glycémie Un exemple de collaboration médeciningénieur Paul Massion Sophie Penning Médecin Service de Soins Intensifs Généraux du CHU de Liège Ingénieur biomédical Doctorante à l ULg,

Plus en détail

BILAN DE LA PRISE EN CHARGE DU TRAITEMENT DU DIABETE (PSG «bilan DID») Guide d évaluation et de réajustement*

BILAN DE LA PRISE EN CHARGE DU TRAITEMENT DU DIABETE (PSG «bilan DID») Guide d évaluation et de réajustement* BILAN DE LA PRISE EN CHARGE DU TRAITEMENT DU DIABETE (PSG «bilan DID») Guide d évaluation et de réajustement* Diagnostic infirmier : risque de prise en charge inefficace du programme thérapeutique. Identification

Plus en détail

Déséquilibres glycémiques

Déséquilibres glycémiques Déséquilibres glycémiques Item 245. Diabète sucré de types 1 et 2 de l'enfant et de l'adulte. Complications Diagnostiquer un diabète chez l'enfant et l'adulte. Identifier les situations d'urgence et planifier

Plus en détail

En savoir plus sur le diabète

En savoir plus sur le diabète En savoir plus sur le diabète 2 Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par un excès de sucre dans le sang, on appelle cela l hyperglycémie. Le diabète est une maladie chronique qui survient

Plus en détail

Ac#vité Physique et Diabète

Ac#vité Physique et Diabète Ac#vité Physique et Diabète DIAPASON 36 MSA Châteauroux 2012 Dr Thierry KELLER 27 & 28 septembre 2012 Quels Constats? L inac#vité TUE!! "30% Mortalité totale 9% Risque Cardio-Vasculaire (coronaropathie)

Plus en détail

1- Interpréter les résultats du document 1. 2- L adjudine est considérée comme pilule

1- Interpréter les résultats du document 1. 2- L adjudine est considérée comme pilule Matière : Biologie Classe : SV Traiter les exercices suivants: Exercice 1: Fonctions des cellules de Sertoli Le testicule a deux fonctions : produire de la testostérone (hormone mâle) et produire des spermatozoïdes.

Plus en détail

Soins infirmiers et diabètes

Soins infirmiers et diabètes Soins infirmiers et diabètes 1 Objectifs Au terme de cet enseignement l étudiant doit être capable : D expliquer la physiologie du pancréas endocrine De citer les facteurs de risque du diabète De définir

Plus en détail

La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques. Séquence 5 SN12 105. Cned Académie en ligne

La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques. Séquence 5 SN12 105. Cned Académie en ligne > La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques Séquence 5 SN12 105 Chapitre 1 > L'homéostasie glycémique....................................................................... 109 A Le constat

Plus en détail

Dépistage de l hypoglycémie en maternité

Dépistage de l hypoglycémie en maternité Dépistage de l hypoglycémie en maternité Dr Paola JABRE SIKIAS Maternité Hôpital Privé d Antony Journée Pédiatres de Maternité 2009 Juin 2009 PLAN 1- Rappel du métabolisme glucidique 2- Définition de l

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Correction de l hypoglycémie chez l usager diabétique PROFESSIONNELS VISÉS TYPE D ORDONNANCE Infirmières Ordonnance visant à initier des mesures thérapeutiques NUMÉRO

Plus en détail

Le diabète MODY 5 chez l enfant

Le diabète MODY 5 chez l enfant Le diabète MODY 5 chez l enfant Jacques Beltrand Endocrinologie et diabétologie pédiatrique, Hôpital Necker Enfants Malades, Paris Le diabète Symptômes + glycémie 2 g/l (moment au hasard) ou Glycémie à

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Guide Accu-Chek Situations à risque: les dérégulations métaboliques chez les personnes souffrant de diabète

Guide Accu-Chek Situations à risque: les dérégulations métaboliques chez les personnes souffrant de diabète Guide Accu-Chek Situations à risque: les dérégulations métaboliques chez les personnes souffrant de diabète Chère lectrice, Cher lecteur, Table des matières Les personnes souffrant de diabète sont régulièrement

Plus en détail

Diabète de type 1: Quelles sont les causes du diabète de type 1?

Diabète de type 1: Quelles sont les causes du diabète de type 1? Diabète de type 1: Pour familles et amis Le diabète chez les jeunes Le diabète de type 1 est une maladie très difficile à affronter, surtout quand on est jeune. Malheureusement, si quelque chose va mal

Plus en détail

La digestion chimique

La digestion chimique SBI3U La digestion chimique Les aliments sont réduits mécaniquement en particules plus petites ils sont soumise à l action de substances chimiques et des enzymes les molécules complexes deviennent des

Plus en détail

Cas clinique. Patiente de 54 ans, origine tunisienne Diabète de type 2 diagnostiqué en 2002 devant un syndrome cardinal ATCD

Cas clinique. Patiente de 54 ans, origine tunisienne Diabète de type 2 diagnostiqué en 2002 devant un syndrome cardinal ATCD François VIDAL Cas clinique Patiente de 54 ans, origine tunisienne Diabète de type 2 diagnostiqué en 2002 devant un syndrome cardinal ATCD Dyslipidémie HTA traitée Gonarthrose bilatérale invalidante Capsulite

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES DANS LE DIABETE DE TYPE 2. Docteur R.POTIER

ACTUALITES THERAPEUTIQUES DANS LE DIABETE DE TYPE 2. Docteur R.POTIER ACTUALITES THERAPEUTIQUES DANS LE DIABETE DE TYPE 2 Docteur R.POTIER DEFINITION DU DIABETE soit : Syndrome polyuro-polydipsique + amaigrissement + 1 glycémie > 2g/L 2 glycémies à jeun > 1,26g/l 1 glycémie

Plus en détail

Activité physique et alimentation pour le patient diabétique de type 2

Activité physique et alimentation pour le patient diabétique de type 2 Activité physique et alimentation pour le patient diabétique de type 2 Séverine VINCENT http://www.fmc-tourcoing.org http://www.formunof.org http://www.rdo-lille.org L ACTIVITE PHYSIQUE L ACTIVITE PHYSIQUE

Plus en détail

39 ème forum médical lyonnais 29 septembre 2012 Dr Bernard Colle

39 ème forum médical lyonnais 29 septembre 2012 Dr Bernard Colle 39 ème forum médical lyonnais 29 septembre 2012 Dr Bernard Colle FORUM MEDICAL LYONNAIS Dr Bernard Colle Conflits d intérêts Pas de conflit d intérêts pour cette présentation Sur les 5 dernières années:

Plus en détail

Pharmacothérapie du diabète de type 2. Antihyperglycémiants oraux, insuline et traitement d association

Pharmacothérapie du diabète de type 2. Antihyperglycémiants oraux, insuline et traitement d association Pharmacothérapie du diabète de type 2 Antihyperglycémiants oraux, insuline et traitement d association La médication Il y a deux types de médication 1. Les antihyperglycémiants oraux (pilules) 2. L insuline

Plus en détail

Lecteur de glycémie FreeStyle InsuLinx MC

Lecteur de glycémie FreeStyle InsuLinx MC Lecteur de glycémie FreeStyle InsuLinx MC Interprétation des rapports 1 Ajustement de l insulinothérapie via l analyse des graphiques téléchargés Hélène Gagné, Infirmière clinicienne Chantal Martineau,

Plus en détail

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Complications de l obésité (1) Diminution de l espérance de vie Diminution de la qualité de

Plus en détail

Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants

Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants Le diabète chez les jeunes Le diabète de type 1 est une maladie très difficile à affronter, surtout quand on est jeune. Malheureusement, si quelque

Plus en détail

PHYSIOPATHOLOGIE DU DIABETE DE TYPE II. Le diabète de type II se caractérise par : une insulinorésistance une insulinopénie

PHYSIOPATHOLOGIE DU DIABETE DE TYPE II. Le diabète de type II se caractérise par : une insulinorésistance une insulinopénie PHYSIOPATHOLOGIE DU DIABETE DE TYPE II Le diabète de type II se caractérise par : une insulinorésistance une insulinopénie PHYSIOPATHOLOGIE DU DIABETE DE TYPE II Insensibilité du foie et des muscles à

Plus en détail

Diabète et exercice physique

Diabète et exercice physique excer.phys_062004 13-07-2004 10:52 Pagina 1 Diabète et exercice physique un service de excer.phys_062004 13-07-2004 10:52 Pagina 2 2 Diabète et exercice physique La présente brochure a pu être réalisée

Plus en détail

Ajustement de l insulinothérapie via l analyse des graphiques téléchargés

Ajustement de l insulinothérapie via l analyse des graphiques téléchargés Chantal Martineau, nutritionniste Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec Ajustement de l insulinothérapie via l analyse des graphiques téléchargés Cet événement est rendu possible

Plus en détail

Le diabète pédiatrique

Le diabète pédiatrique Le diabète pédiatrique Ce guide est pour : Ce guide est un outil d aide dans la gestion des soins de votre enfant pour vous, votre école ou la garderie. Hôpital de Montréal pour enfants Montreal Children

Plus en détail

II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE

II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE I. ÉPIDÉMIOLOGIE En France, le diabète de type 1 touche 0,38 % de la population totale et environ 10 % des diabétiques.

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

Diabetes Service. Diabète et exercice physique

Diabetes Service. Diabète et exercice physique Diabetes Service Diabète et exercice physique Diabète et Exercice Physique La présente brochure a pu être réalisée grâce à l aimable collaboration du: Dr. B. Jandrain, Médecine Interne, Diabétologie, Consultant

Plus en détail

Exploration du métabolisme lipidique

Exploration du métabolisme lipidique Exploration du métabolisme lipidique Les principaux lipides le cholestérol (utilisé par les cellules pour la synthèse de leurs membranes) les triglycérides (substrat énergétique) les phospholipides (constituants

Plus en détail

Normes de soins. à l intention des élèves atteints de diabète de type 1 à l école. Objectifs : But : Définitions clés :

Normes de soins. à l intention des élèves atteints de diabète de type 1 à l école. Objectifs : But : Définitions clés : Normes de soins à l intention des élèves atteints de diabète de type 1 à l école But : Reconnaître et clarifier les partenariats essentiels parmi les parents ou les soignants, les élèves et le personnel

Plus en détail

Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2

Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2 Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2 Janvier 2013 Recommandation de bonne pratique Service des bonnes pratiques professionnelles Service évaluation économique et santé publique

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

GLYCEMIE ET DIABETE 1 1

GLYCEMIE ET DIABETE 1 1 GLYCEMIE ET DIABETE 1 1 Mesure de la la glycémie 2 1- Définition et mesure de la glycémie La glycémie est le taux de glucose dans le sang. La glycémie peut être exprimée en grammes par litre (g.l-1) ou

Plus en détail

Enfants et adolescents diabétiques Problématiques courantes en médecine générale dominique.beckers@uclouvain.be

Enfants et adolescents diabétiques Problématiques courantes en médecine générale dominique.beckers@uclouvain.be Enfants et adolescents diabétiques Problématiques courantes en médecine générale dominique.beckers@uclouvain.be Hyperglycémies Acido-cétose = Insulinopénie * Au moment du diagnostic (dépistage) * Lors

Plus en détail

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne L alimentation : partie intégrante de la prise en charge de l enfant et de l adolescent diabétique base du traitement avec l insulinothérapie et l activité

Plus en détail

LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE

LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE Le psoriasis est apparu longtemps comme une maladie de peau isolée mais des études épidémiologiques internationales ces dernières années ont

Plus en détail

PARTS RESPECTIVES DES GLUCIDES ET DES LIPIDES DANS LA PRODUCTION D ENERGIE A L EXERCICE (d après Costill D.L.)

PARTS RESPECTIVES DES GLUCIDES ET DES LIPIDES DANS LA PRODUCTION D ENERGIE A L EXERCICE (d après Costill D.L.) PARTS RESPECTIVES DES GLUCIDES ET DES LIPIDES DANS LA PRODUCTION D ENERGIE A L EXERCICE (d après Costill D.L.) % Production d énergie 70 Glucides Lipides QR 60 50 40 QR 0,90 0,80 0 10 20 30 40 50 60 Temps

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

OPTIMISATION SOMMEIL

OPTIMISATION SOMMEIL OPTIMISATION DU SOMMEIL Copyright 2009 Bio.Form.Gym Tout droits réservés pour tous pays Table des matières Introduction...3 Les 8 bénéfices du sommeil...3 Objectifs...3 Possibilités...4 Résultats...4 Explications...4

Plus en détail

Directives concernant l aptitude à conduire lors de diabète sucré Janvier 2011 (adaptations février 2012)

Directives concernant l aptitude à conduire lors de diabète sucré Janvier 2011 (adaptations février 2012) Directives concernant l aptitude à conduire lors de diabète sucré Janvier 2011 (adaptations février 2012) Groupe de travail «diabète et conduite» de l ASD et de la SSED R. Lehmann, D. Fischer-Taeschler,

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER EMILE MAYRISCH. Le diabète

CENTRE HOSPITALIER EMILE MAYRISCH. Le diabète CENTRE HOSPITALIER EMILE MAYRISCH Le diabète Bienvenue au Centre Hospitalier Emile Mayrisch Saviez-vous que notre établissement compte aujourd hui plus de 50 services différents, dont 28 se consacrent

Plus en détail