Corrigé du Concours Blanc

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Corrigé du Concours Blanc"

Transcription

1 Corrigé du Concours Blanc Exercice : On considère la fonction f définie par : f(x = x ln(e x + et on note (C la courbe représentative de f dans un repère orthonorrnal.. Etude de la fonction f. a. f est définie et de classe C sur R. b. Soit x R, on a : f(x = x ln(e x + = x ln ( e x ( + e x = x lne x 2 ln(e x + = x ln(e x + = f( x. En particulier, f est paire sur R. c. Pour déterminer la limite éventuelle de fen +, j utilise la dernière expression de f(x. Comme lim x + ln(e x + = 0, il en découle immédiatement que lim f(x =. x + d. D après le calcul précédent, f(x ( x + 2 = 2 ln(e x + x + droite D d équation y = x + 2 est asymptote à C au voisinage de +. D autre part, comme pour tout x R, 2 ln(e x + < 0, C est au-dessous de D. 2. Variations de la fonction f a. Ainsi que nous l avons remarqué, f est de classe C sur R. Sa dérivée est donnée par De plus, pour tout réel x, f (x = 2 e x e x + f (x > 0 2e x < + e x e x < x < Par définition, cela signifie que la J en déduis le tableau de variations de f : x 0 + f ln2 f b. Pour tout x R, Comme ln 2 < lne =, 2 2 ln 2 > 0. f(x = x ln(e x + = e x + = e e x = e. Comme e est strictement positif, l équation f(x = x admet une unique solution sur R : α = ln(e. c. Soit x R, comme f (x = + 2 e x e x, f (x = 2 + (e x + 2.

2 d. Comme f est une fonction strictement négative sur R, f est strictement décroissante sur R. En particulier sa restriction : f : [0, ] R est décroissante. Comme f (0 = + = 0 et f e ( = 2 + e = e, il vient : + e x [0, ], e + e f (x 0 En particulier x [0, ], f (x e. 3. Convergence de la suite (u n. On donne les valeurs approchées à 0 2 près suivantes : f(0 0, 6 f( 0.37 la suite (u n définie par : { u 0 = 0 n N, u n+ = f(u n, ln(e 0, 54. On étudie a. Montrons par récurrence que : n N, u n [0, ] Initialisation : u 0 = 0 [0, ]. Hérédité : soit n N tel que u n [0, ], c est-à-dire 0 u n. Comme f est décroissante sur [0, ], il vient f( u n+ f(0 Vu le valeurs approximatives de f(0 et f(, il s en suit immédiatement que u n+ [0, ]. Conclusion : I m done! ( n e b. Montrons par récurrence que : n N, u n α. Initialisation : u 0 = 0 est inférieur à. Hérédité : soit n N tel que u n α ( n e D après l Inégalité des Accroissements finis, nous avons d après la question 2.d u n+ α = f(u n f(α sup t [0,] f (t u n α ( e u n α ( n+ e. ( n e Conclusion : Par récurrence, j ai prouvé que n N, u n α. c. Comme 0 e <, la suite géométrique de raison e est convergente de limite nulle. Comme pour tout entier n N, ( n e u n α 0 n + j en déduis d après le théorème de convergence par comparaison, que la suite (u n est convergente de limite α. 2

3 Exercice 2 : E désigne un espace vectoriel sur le corps C des nombres complexes. On considère le polynôme T de C[X] défini par : et par f un endomorphisme de E satisfaisant à la relation On étudie la suite des puissances de l endomorphisme f. T(X = 3X 3 X 2 X T(f = Θ.. On vérifie aisément que est racine de T. De plus, en procéda,t par identification ou en posant la division euclidienne, on obtient aisément la factorisation : T = (X (3X 2 + 2X + = 3(X (X X + 3. Le discriminant du polynôme X X + 3 étant strictement négatif, T ne possède d autre racine réelle. De plus, notons α, ᾱ les deux racines complexes et conjuguées du polynôme X X +. {α, ᾱ} sont solutions 3 du système : { α ᾱ = 3 α + ᾱ = On désigne par ϕ l application qui, à tout polynôme P de C[X] associe le reste dans la division euclidienne de P par T. a. Rappelons le théorème de la division euclidienne dans C[X]. Théorème : Etant donné un couple (A, B C[X] C[X] tel que B 0, il existe un couple (Q, R C[X] C[X], unique tel que { A = B Q + R d R < d B b. Soient A, A 2 deux polynômes. Effectuons les divisions euclidiennes de A et A 2 par T. Il vient : où d R < 3; d R 2 < 3. D où pour tout couple (λ, λ 2 C 2, A = T Q + R A 2 = T Q 2 + R 2 λ A + λ 2 A 2 = T ( λ Q + λ 2 Q 2 + ( λ R + λ 2 R 2 Comme par les propriétés algébriques du degré des poynômes d λ R + λ 2 R 2 2, l égalité ci-dessus est la division euclidienne de λ A + λ 2 A 2 par T. Par unicité, il s en suit que le reste dans la division euclidienne de λ A + λ 2 A 2 par T est précisément λ R + λ 2 R 2. Autrement dit : ϕ ( λ A + λ 2 A 2 = λ R + λ 2 R 2 = λ ϕ(a + λ 2 ϕ(a 2 c. Utilisons les caractérisations de l injectivité et de la surjectivité d une application linéaire à l aide du noyau et de l image de cette application. T Ker ϕ, donc Ker ϕ { 0}. Par conséquent ϕ n est pas injectif. Comme le reste dans la division euclidienne par T est un polynôme de degré inférieur ou égal à 2, Im ϕ C 2 [X]. En particulier Im ϕ C[X]. Par conséquent ϕ n est pas surjectif. 3

4 3. On note L, L 2, L 3, les polynômes définis par L (X = (X (X α, L 2 (X = (X (X α, L 3 (X = (X α(x α a. Remarquons que C 2 [X] est de dimension 3. Par suite, nous avons les équivalences suivantes : (L, L 2, L 3 est une base ssi elle est génératrice (minimale ssi elle est libre (maximale Montrons qu elle est libre. Soit (λ, λ 2, λ 3 C 3 tels que λ L + λ 2 L 2 + λ 3 L 3 = 0. Montrons que nécessairement, λ = λ 2 = λ 3 = 0. Pour cela, évaluons la relation polynômiale λ L + λ 2 L 2 + λ 3 L 3 = 0 en ᾱ, α et. Il vient λ L (ᾱ = 0 λ 2 L 2 (α = 0 λ 3 L 3 ( = 0 D où il résulte finalement λ = λ 2 = λ 3 = 0. Ainsi, (L, L 2, L 3 est libre (maximale dans C 2 [X], c est donc une base de C 2 [X]. b. Soit n un entier naturel, alors ϕ(x n est un polynôme de degré inférieur ou égal à 2. Comme (L, L 2, L 3 est une base de C 2 [X], ϕ(x n se décompose de façon unique dans cette base : il existe donc un unique triplet (a n, b n, c n appartenant à C 3 tel que : ϕ(x n = a n L + b n L 2 + c n L 3. Pour exprimer a n, b n, c n en fonction de α et α, remarquons que X n = T Q n + a n L + b n L 2 + c n L 3. Evaluons cette égalité aux points, α, ᾱ. Il vient : = c n ( α( ᾱ α n = b n (α (α ᾱ ᾱ n = a n (ᾱ (ᾱ α En particulier, comme ( α( ᾱ = + αᾱ (α + ᾱ = + /3 + 2/3 = 2, il en résulte c n = /2 α n b n = α (α ᾱ ᾱ n a n = ᾱ (ᾱ α c. Reprenons l égalité polynômiale X n = T Q n + a n L + b n L 2 + c n L 3, et appliquons-la à un endomorphisme u L(E. Nous obtenons u n = T(u Q n (u + a n L (u + b n L 2 (u + c n L 3 (u. Ceci étant valable pour n importe quel endomorphisme u de E c est vrai en particulier pour f. Comme par hypothèse T(f = Θ, il vient : f n = a n L (f + b n L 2 (f + c n L 3 (f 4

5 Problème : Partie I. Etude d une variable discrète d univers image fini. Deux urnes A et B, initialement vides, peuvent contenir respectivement au plus n et m boules (n, m. On s intéresse au protocole suivant On choisit l urne A avec la probabilité p ]0, [, l urne B avec la probabilité q = p. On met une boule dans l urne choisie. On répète cette épreuve autant de fois qu il est nécessaire pour que l une des urnes soit pleine. Les choix des urnes sont mutuellement indépendants. A. Préliminaires. On définit la suite de terme général a n par : a n =. a = ( 2 = 4 2. Soit n, a n+ n + = a n = 4 = 4 = 2 4 n 4 n+ 4n n + ( 2n, n. n ( 2n + 2 n + ( 2n n (2n + 2! n! n! (n +! (n +! (2n! + (2n + 2(2n + n (n + 2 2n Montrons par récurrence que pour tout entier n : a n 2n +. Initialisation : a = /2 /3. Hérédité : Soit n tel que a n. D après la question précédente 2n + a n+ = 2 2n + + a n 2 2n + n n + 2n + 2n Pour conclure, il suffit de vérifier que tout entier naturel n : 2n n + n Ceci découle des équivalences suivantes, valides pour 2n n + 3 2n + 4 (n + n + 2n + 3 (2n + (2n + 3 4(n + 2 4n 2 + 8n + 3 4n 2 + 8n n + 3. Il en résulte que a n+ Conclusion : par récurrence, j ai montré que pour tout entier n : a n n 2n +. 5

6 3. D après la première question, a n+ a n = 2 2n + +. Or pour tout entier naturel non nul n N, a n+ a n 2n n 2 + 4n + 4n 2 + 4n. Cette dernière inégalité étant trivialement vraie, il s en suit que a n+ la suite (a n est croissante. De plus, d après la question 2, 2 a n n 2n + a n 2 est supérieur ou égal à. En conséquence Il en résulte d une part que la suite monotone (a n est bornée, donc convergente; et d autre part que sa limite l vérifie 2 l 2. On admet que l = / π. B. Etude de cas particuliers. Dans cette partie seulement m = n et p = q = 2. On note R n la variable aléatoire égale au nombre (éventuellement nul de boules contenues dans l urne qui n est pas pleine, à l issue de l expérience.. Loi de R Si n =, le jeu s arrête dès que l une des deux urnes contient une boule. Par conséquent, le jeu s arrête au premier coup! L urne qui n est pas pleine est vide. r i 0 P[R = r i ] Loi de R 2 Lorsque n = 2, le jeu s arrête lorsqu une urne contient deux boules. En ce cas, l autre urne contient 0, ou boule. Pour calculer la loi de R 2, je fais un arbre. A B A B A B A B A B J en déduis r i 0 P[R 2 = r i ] /2 /2 Il en résulte facilement que E(R 2 = /2 et V (R 2 = /4. Loi de R 3 Les valeurs possibles pour R 3 sont 0, et 2. [R 3 = 0] : les cas favorables sont (A, A, A et (B, B, B. Les choix des urnes étant indépendants, il vient P[R 3 = 0] = = 4. [R 3 = ] : il y a 2 ( 3 = 6 cas favorables pour 2 4 cas possibles. D où P[R 3 = ] = =

7 2. [R 3 = 2] : il y a 2 ( 4 2 = 2 cas favorables pour 2 5 cas possibles. D où J en déduis la loi de R 3 : r i 0 2 P[R 3 = r i ] /4 3/8 3/8 P[R 3 = 2] = = 3 8. Il en résulte facilement que E(R 3 = 9/8 et V (R 3 = 39/64. Dans toute la suite du problème n R n (Ω[[0, ]]. 4. Soit k [[0, ]]. a. Soit E n,k l événement à l issue du ( + k ième tirage l urne A contienne boules et l urne B contienne k boules Il y a n +k tirages. Un résultat possible est donc une liste de symboles A ou B. Donc Ω = {A, B} n+k est muni de la probabilité uniforme : Card Ω = 2 n+k. E n,k est l ensemble des listes contenant exactement symboles A. Une telle liste est entièrement et uniquement déterminée par les places des symboles A. Par suite ( ( + k + k Card E n,k = =. k ( +k D où finalement P(E n,k = 2 +k. b. [R n = k] est réalisé lorsque E n,k est réalisé puis l urne A est choisie au n + k ième coup, ou bien lorsqu on a choisi fois l urne B au cours des + k premiers tirages et encore l urne B au n + k ième coup. Il en résulte que ( P([R n = k] = 2 P(E n,k ( +k k = 2 2 +k 5. Soit k [[0, n 2]]. ( n+k ( k+ n + k 2(k + P[R n = k + ] = 2(k + 2 n+k = 2 n+ k (k + k + ( n + k = 2 n+ k (n + k k = (n + kp[r n = k] D où k [[0, n 2]], 2(k + P([R n = k + ] = (n + kp([r n = k] 6. Sommons l égalité précédente pour k compris entre 0 et n 2, il vient : n 2 2(k + P([R n = k + ] = 2 kp[r n = k] = k= 2 k= n 2 (n + kp([r n = k] (n + kp([r n = k] (2P[R n = ] kp[r n = k] = n + k P([R n = k] (2P[R n = ]. 7

8 Comme E(R n = k P([R n = k] = k P([R n = k], j en déduis k= E(R n = n (2P([R n = ] 7. n E(R n = (2P[R n = ] = (2 ( 2n 2 2n ( 2n 2 4. Or, d après les préliminaires, nous savons que a = plus l infini. Autrement dit Il en découle que ( 2n 2 4 π n E(R n 2 π 2 2n 2 = (2 ( 2n 2 4 ( 2n 2 4 converge vers / π quand n tend vers π C. Retour au cas général. On abandonne les conditions m = n et p = q = 2.. Introduisons les événements G A l expérience se termine et l urne A est pleine G B l expérience se termine et l urne B est pleine, et pour k [[0, m ]] E n,k l événement à l issue du ( + k ième tirage l urne A contienne boules et l urne B contienne k boules. E n,k correspond à la réalisation de succès(a dans une suite de + k expériences de Bernouilli indépendantes de même paramètre p. Par conséquent, ( + k P(E n,k = p q k Il en résulte que P(G A = m ( + k p n q k De même, en échangeant les rôles de n et m, de p et de q, il vient ( m + k P(G B = q m p k Comme le jeu se termine certainement en moins de n + m coups, = P(G A + P(G B, c est-à-dire : q m ( m m + k ( + k p k + p n q k = m 2. On pose u m = m ( + k q k = P(G A. 8

9 a. Comme pour tout entier m, u m+ u m = q m( +m 0, (um est une suite croissante. De plus d après ( ( + k p n u m + q m p k = Par suite pour tous entiers naturels non nuls n et m 0 u m p n Ainsi, la suite (u m est croissante et majorée (par /p : elle est donc convergente. b. Soit k [[0, ]], ( m + k = m (m + k (m + k 2 m k! m + m k k!. c. Comme les termes de la somme ci-dessous sont tous positifs, j en déduis que lorsque m + : D où q m ( m + k p k m lim m + qm q m p k mk k! q m p m (! m + 0. ( m + k p k = 0 m d. Passons à la limite quand m tend vers + dans (. Il vient lim u m = m + p n Remarque : Nous retrouvons ici la convergence et la somme de la série géométrique de raison q dérivée fois. Partie II. Etude d une variable discrète d univers image infini. Dans cette dernière partie l urne B, initialement vide, a une capacité illimitée et l urne A, initialement vide, peut contenir au plus n boules (n. On s intéresse au protocole suivant On choisit l urne A avec. la probabilité p ]0, [, l urne B avec la probabilité q = p. On met une boule dans l urne choisie. On répète cette épreuve autant de fois qu il est nécessaire pour que l urne A soit pleine. Les choix successifs des urnes sont mutuellement indépendants. On note T n le nombre (éventuellement nul de boules contenues dans l urne B et (Z j j [,n]], les variables aléatoires définies de la façon suivante : Z compte le nombre de boules mises dans B avant de mettre la première boule dans A. Pour tout entier j de [[2, n]], Z j compte le nombre de boules mises dans B entre la (j ième boule et la j ième boule mises dans A. On admet que T n est une variable aléatoire.. T n (Ω = N. 2. Soit k N. Les résultats établis à la question Partie I.C. lors du calcul de P(G A restent valides dans ce contexte. Ainsi ( + k P[T n = k] = p n q k 9

10 3. Avec les notations de la Partie I.C + P([T n = k] = p n lim m u m =. 4. Z est le nombre d échecs avant le premier succès dans une suite d expériences de Bernouilli indépendantes de même paramètre p. Autrement dit Z + est le temps d attente du premier succès. Par suite Z + suit une loi géométrique de paramètre p. Il en résulte aisément que : Z (Ω = N et pour tout entier k N, P[Z = k] = p q k, E(Z = + p et V (Z = q p 2 Comme pour tout entier j [[, n]], Z j suit la même loi que Z, il vient : Z j (Ω = N et pour tout entier k N, P[Z j = k] = p q k, E(Z j = + p et V (Z j = q p 2 5. Par construction des variables Z j, il est clair que T n = Z + Z Z n 6. Par linéarité de l espérance, il en résulte que E(T n = E(Z + + E(Z n = n + n p De plus les variables aléatoires (Z j j étant mutuellement indépendantes, V (T n = V (Z + + V (Z n = n q p 2 0

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats)

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) On cherche à modéliser de deux façons différentes l évolution du nombre, exprimé en millions, de foyers français possédant un téléviseur à écran plat

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés Énoncé Soit E un espace vectoriel sur IK (IK = IR ou lc). Soit f un endomorphisme de E. On pose f 0 = Id E, et pour tout entier k 1, f k = f f k 1. 1. Montrer que (Im f k ) k 0 et (Ker f k ) k 0 forment

Plus en détail

1. Montrer que B est une base de. 2. Donner la dimension de f ( 3 ), puis la dimension de Ker f, qu en conclure?

1. Montrer que B est une base de. 2. Donner la dimension de f ( 3 ), puis la dimension de Ker f, qu en conclure? Chapitre Applications linéaires Testez vos connaissances Pourquoi s intéresse-t-on au applications linéaires en économie? Qu est-ce qu un noyau, un rang et une image d une application linéaire? Donner

Plus en détail

Développements limités. Notion de développement limité

Développements limités. Notion de développement limité MT12 - ch2 Page 1/8 Développements limités Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R non vide et non réduit à un point. I Notion de développement limité Dans tout ce paragraphe, a désigne un

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 009 L Maths (a) Rappelons d abord le résultat suivant : Théorème 0.. Densité de Q dans R. QUESTIONS DE COURS. Preuve. Il nous faut nous montrer que tout réel est

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

Exo7. Applications linéaires. 1 Définition. 2 Image et noyau. Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires :

Exo7. Applications linéaires. 1 Définition. 2 Image et noyau. Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : Exo7 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : f 1 : R R f 1 x,y = x + y,x y f : R R f x,y,z = xy,x,y f : R R f x,y,z = x + y + z,y z,x

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

Baccalauréat ES Pondichéry 7 avril 2014 Corrigé

Baccalauréat ES Pondichéry 7 avril 2014 Corrigé Baccalauréat ES Pondichéry 7 avril 204 Corrigé EXERCICE 4 points Commun à tous les candidats. Proposition fausse. La tangente T, passant par les points A et B d abscisses distinctes, a pour coefficient

Plus en détail

CALCULATRICE AUTORISEE

CALCULATRICE AUTORISEE Lycée F. MISTRAL AVIGNON BAC BLANC 2012 Epreuve de MATHEMATIQUES Série S CALCULATRICE AUTORISEE DUREE : 4 heures Dès que le sujet vous est remis, assurez-vous qu il est complet Ce sujet comporte 3 pages

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites Suites numériques 4 1 Autres recettes pour calculer les limites La propriété suivante permet de calculer certaines limites comme on verra dans les exemples qui suivent. Propriété 1. Si u n l et fx) est

Plus en détail

MATHEMATIQUES Option Economique

MATHEMATIQUES Option Economique Concours EDHEC 9 Classes Préparatoires MATHEMATIQUES Option Economique La présentation, la lisibilité, l'orthographe, la qualité de la rédaction, la clarté et la précision des raisonnements entreront pour

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

Exercices : VAR discrètes

Exercices : VAR discrètes Exercices : VAR discrètes Exercice 1: Une urne contient 2 boules blanches et 4 boules noires. On tire les boules une à une sans les remettre jusqu à ce qu il ne reste que des boules d une seule couleur

Plus en détail

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10 PCSI - 4/5 www.ericreynaud.fr Chapitre Points importants 3 Questions de cours 6 Eercices corrigés Plan du cours 4 Eercices types 7 Devoir maison 5 Eercices Chap Et s il ne fallait retenir que si points?

Plus en détail

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q 1 Codes linéaires Un code de longueur n est une partie de F n q. Un code linéaire C de longueur n sur le corps ni F q est un sous-espace vectoriel de F n q. Par défaut, un code sera supposé linéaire. La

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Lois de probabilité à densité Loi normale

Lois de probabilité à densité Loi normale DERNIÈRE IMPRESSIN LE 31 mars 2015 à 14:11 Lois de probabilité à densité Loi normale Table des matières 1 Lois à densité 2 1.1 Introduction................................ 2 1.2 Densité de probabilité

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires

Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires Tatiana Labopin-Richard Mercredi 18 mars 2015 L algèbre linéaire est une très grosse partie du programme de Maths. Il est

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 Relations binaires Relations d équivalence Exercice 1 [ 02643 ] [Correction] Soit R une relation binaire sur un ensemble E à la fois réflexive

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES

M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES I. Logique. II. Ensemble. III. Relation, fonction, application. IV. Composition, réciprocité. V. Relation d

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

Moments des variables aléatoires réelles

Moments des variables aléatoires réelles Chapter 6 Moments des variables aléatoires réelles Sommaire 6.1 Espérance des variables aléatoires réelles................................ 46 6.1.1 Définition et calcul........................................

Plus en détail

Leçon 01 Exercices d'entraînement

Leçon 01 Exercices d'entraînement Leçon 01 Exercices d'entraînement Exercice 1 Etudier la convergence des suites ci-dessous définies par leur terme général: 1)u n = 2n3-5n + 1 n 2 + 3 2)u n = 2n2-7n - 5 -n 5-1 4)u n = lnn2 n+1 5)u n =

Plus en détail

Exercices sur le chapitre «Probabilités»

Exercices sur le chapitre «Probabilités» Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Pour démarrer Exercices sur le chapitre «Probabilités» Exercice 1 (Modélisation d un dé non cubique) On considère un parallélépipède rectangle de

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 août 204 Enoncés Probabilités sur un univers fini Evènements et langage ensembliste A quelle condition sur (a, b, c, d) ]0, [ 4 existe-t-il une probabilité P sur

Plus en détail

Exercices de mathématiques MPSI et PCSI

Exercices de mathématiques MPSI et PCSI Exercices de mathématiques MPSI et PCSI par Abdellah BECHATA www.mathematiques.ht.st Table des matières Généralités sur les fonctions 2 2 Continuité 3 3 Dérivabilité 4 4 Fonctions de classes C k 5 5 Bijections

Plus en détail

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13 Maths PCSI Cours Table des matières Suites réelles 1 Généralités 2 2 Limite d une suite 2 2.1 Convergence d une suite....................... 2 2.2 Deux premiers résultats....................... 3 2.3 Opérations

Plus en détail

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide)

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide) Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009 Descriptifs (Page vide) Sujet 001 Épreuve pratique de mathématiques Descriptif Étude d une fonction dépendant d un paramètre Étant donné une fonction dépendant

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES VINCENT GUEDJ 1. Notions fondamentales 1.1. Noyau, Image. On se donne E un K-espace vectoriel de dimension finie (K = R, C principalement) et f L(E) un

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

GEL-7064 : Théorie et pratique des codes correcteurs Codes cycliques Notes de cours

GEL-7064 : Théorie et pratique des codes correcteurs Codes cycliques Notes de cours linéaires GEL-7064 : Théorie et pratique des codes correcteurs Notes de cours Département de génie électrique et de génie informatique Université Laval jean-yves.chouinard@gel.ulaval.ca 12 février 2013

Plus en détail

Espérance conditionnelle

Espérance conditionnelle Espérance conditionnelle Samy Tindel Nancy-Université Master 1 - Nancy Samy T. (IECN) M1 - Espérance conditionnelle Nancy-Université 1 / 58 Plan 1 Définition 2 Exemples 3 Propriétés de l espérance conditionnelle

Plus en détail

Exo7. Limites de fonctions. 1 Théorie. 2 Calculs

Exo7. Limites de fonctions. 1 Théorie. 2 Calculs Eo7 Limites de fonctions Théorie Eercice Montrer que toute fonction périodique et non constante n admet pas de ite en + Montrer que toute fonction croissante et majorée admet une ite finie en + Indication

Plus en détail

Devoir à la maison : correction

Devoir à la maison : correction Calcul différentiel 2 Sous-variétés : bilan Devoir à la maison : correction Exercice 1. Un exemple de sous-variété : les structures complexes Soit E un R-espace vectoriel. Montrer que la donnée d une structure

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels.

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay Exo7 Sujets de l année 28-29 1 Partiel Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. On suppose a + c = b + d = 1 et a b 1. ( ) a b c d 1. Soient (x 1,x

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Cours de Probabilités. Jean-Yves DAUXOIS

Cours de Probabilités. Jean-Yves DAUXOIS Cours de Probabilités Jean-Yves DAUXOIS Septembre 2013 Table des matières 1 Introduction au calcul des probabilités 7 1.1 Espace probabilisable et loi de variable aléatoire........ 8 1.1.1 Un exemple

Plus en détail

Examen - septembre 2012. Question de cours Enoncer et démontrer l inégalité de Cauchy-Schwarz dans un espace euclidien. Quel est le cas d égalité?

Examen - septembre 2012. Question de cours Enoncer et démontrer l inégalité de Cauchy-Schwarz dans un espace euclidien. Quel est le cas d égalité? Université Paris Dauphine DEMIE e année Algèbre linéaire 3 Examen - septembre 01 Le sujet comporte pages. L épreuve dure heures. Les documents, calculatrices et téléphones portables sont interdits. Question

Plus en détail

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Recherche opérationnelle Les démonstrations et les exemples seront traités en cours Souad EL Bernoussi Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Table des matières 1 Programmation

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé.

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. TES Spé Maths Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013 Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. Vous apporterez un grand soin à la présentation et à la

Plus en détail

CONCOURS D ADMISSION. Option économique MATHEMATIQUES III. Année 2006

CONCOURS D ADMISSION. Option économique MATHEMATIQUES III. Année 2006 ESSEC M B A CONCOURS D ADMISSION Option économique MATHEMATIQUES III Année 2006 La présentation, la lisibilité, l orthographe, la qualité de la rédaction, la clarté et la précision des raisonnements entreront

Plus en détail

Analyse. Gaëtan Bisson. bisson@gaati.org

Analyse. Gaëtan Bisson. bisson@gaati.org Analyse Gaëtan Bisson bisson@gaati.org Table des matières Nombres réels 4. Construction........................................ 4. Densité et distance..................................... 6.3 Exercices...........................................

Plus en détail

Les Interros Corrigées de Sup MPSI-PCSI en Mathématiques

Les Interros Corrigées de Sup MPSI-PCSI en Mathématiques Les Interros Corrigées de Sup MPSI-PCSI en Mathématiques Vandana BHANDARI Marc-Olivier CZARNECKI P R E P AMA TH Collection dirigée par Éric MAURETTE Sommaire Algèbre Notionsdebase... 1,2 Arithmétique...

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Correction du BAC BLANC TECHNOLOGIQUE - Epreuve E4 MATHEMATIQUES ET TECHNOLOGIES INFORMATIQUES ET MULTIMEDIA

Correction du BAC BLANC TECHNOLOGIQUE - Epreuve E4 MATHEMATIQUES ET TECHNOLOGIES INFORMATIQUES ET MULTIMEDIA Correction du BAC BLANC TECHNOLOGIQUE - Epreuve E4 MATHEMATIQUES ET TECHNOLOGIES INFORMATIQUES ET MULTIMEDIA Exercice 1 (4 points) Dans une classe de terminale STAV de 5 élèves, chaque élève possède une

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

Introduction à l Optimisation Numérique

Introduction à l Optimisation Numérique DÉPARTEMENT STPI 3ÈME ANNÉE MIC Introduction à l Optimisation Numérique Frédéric de Gournay & Aude Rondepierre Table des matières Introduction 5 Rappels de topologie dans R n 7 0.1 Ouverts et fermés de

Plus en détail

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau Théorie spectrale Stéphane Maingot & David Manceau 2 Théorie spectrale 3 Table des matières Introduction 5 1 Spectre d un opérateur 7 1.1 Inversibilité d un opérateur........................... 7 1.2 Définitions

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

Rapport sur l oral de mathématiques 2009

Rapport sur l oral de mathématiques 2009 Rapport sur l oral de mathématiques 2009 Oral spécifique E.N.S. Paris : Thomas Duquesne Oral commun Paris-Lyon-Cachan : Romain Abraham, Sorin Dumitrescu, Philippe Gille. 1 Remarques générales sur la session

Plus en détail

Cours Fonctions de deux variables

Cours Fonctions de deux variables Cours Fonctions de deux variables par Pierre Veuillez 1 Support théorique 1.1 Représentation Plan et espace : Grâce à un repère cartésien ( ) O, i, j du plan, les couples (x, y) de R 2 peuvent être représenté

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

Chp. 4. Minimisation d une fonction d une variable

Chp. 4. Minimisation d une fonction d une variable Chp. 4. Minimisation d une fonction d une variable Avertissement! Dans tout ce chapître, I désigne un intervalle de IR. 4.1 Fonctions convexes d une variable Définition 9 Une fonction ϕ, partout définie

Plus en détail

I. Cas de l équiprobabilité

I. Cas de l équiprobabilité I. Cas de l équiprobabilité Enoncé : On lance deux dés. L un est noir et l autre est blanc. Calculer les probabilités suivantes : A «Obtenir exactement un as» «Obtenir au moins un as» C «Obtenir au plus

Plus en détail

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U CHAPITRE V FIBRÉS VECTORIELS 1. Fibrés vectoriels 1. Cartes et atlas vectoriels Soit B une variété différentielle. Considérons un B -ensemble, c est à-dire un ensemble M muni d une application p : M B.

Plus en détail

LIMITES EXERCICES CORRIGES

LIMITES EXERCICES CORRIGES ours et eercices de mathématiques LIMITES EXERIES ORRIGES M UAZ, http://mathscyrreer Eercice n Déterminer la ite éventuelle en de chacune des onctions suivantes : ) ) ) 4 ( ) Déterminer la ite éventuelle

Plus en détail

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques.

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. 14-3- 214 J.F.C. p. 1 I Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. Exercice 1 Densité de probabilité. F { ln x si x ], 1] UN OVNI... On pose x R,

Plus en détail

Chapitre 7. Problèmes de flots. 7.1 Exemple. 7.2 Notions de base sur les graphes

Chapitre 7. Problèmes de flots. 7.1 Exemple. 7.2 Notions de base sur les graphes Chapitre 7 Problèmes de flots. 7.1 Exemple. Un réseau electrique est formé de lignes reliant des noeuds (transformateurs, centre de redistributions,...), chaque ligne a une capacité de transport maximale.

Plus en détail

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B EXERCICE 1 (12 points) Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B Les trois parties de cet exercice peuvent être traitées de façon indépendante. A. Résolution d une équation différentielle On considère

Plus en détail

Exercices théoriques

Exercices théoriques École normale supérieure 2008-2009 Département d informatique Algorithmique et Programmation TD n 9 : Programmation Linéaire Avec Solutions Exercices théoriques Rappel : Dual d un programme linéaire cf.

Plus en détail

Pour réussir en Prépa HEC (voie économique) A. RIDARD

Pour réussir en Prépa HEC (voie économique) A. RIDARD Pour réussir en Prépa HEC (voie économique) A. RIDARD 2 Table des matières Préface................................ 7 I Espaces vectoriels............................. 9 1. Pour montrer qu un sous ensemble

Plus en détail

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Eercice 1 (5 points) pour les candidats n ayant pas choisi la spécialité MATH Le tableau suivant donne l évolution du chiffre

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 août 2015 Enoncés 1 Proailités sur un univers fini Evènements et langage ensemliste A quelle condition sur (a,, c, d) ]0, 1[ 4 existe-t-il une proailité P sur

Plus en détail