Températures moyennes annuelles et saisonnières

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Températures moyennes annuelles et saisonnières"

Transcription

1 Températures moyennes annuelles et saisonnières Evolution des températures moyennes annuelles saisonnières Territoire concerné Type d indicateur Justification du choix de l indicateur Lien avec le SRCAE Rhône- Alpes Région Rhône-Alpes Indicateur de pression Description de l indicateur L évolution de la température moyenne annuelle et saisonnière permet d identifier et de suivre les évolutions du climat en Rhône-Alpes, qui peuvent impacter sur les activités socio-économiques (agriculture, tourisme, production industrielle, etc.) Indicateur contribuant à répondre à l orientation AD3 : Améliorer et diffuser la connaissance des effets du changement climatique pour notre région Descriptif Les indicateurs considérés sont les suivants : 1.1. La température moyenne annuelle, définit comme étant la moyenne sur 12 mois des températures moyennes mensuelles ; 1.2. La température moyenne saisonnière, définit comme étant la moyenne des températures moyennes mensuelles des saisons de printemps, d été, d automne et d hiver. Les saisons correspondent au découpage temporel de mois successifs défini ci-dessous : -printemps : mars, avril, mai ; -été : juin, juillet, août ; -automne : septembre, octobre, novembre ; -hiver : décembre, janvier, février. Chaque saison correspond à trois mois consécutifs. Pour une année n, l hiver comprend par conséquent le mois de décembre de l année n, ainsi que les mois de janvier et de février de l année n+1. Suivi de l indicateur Couverture spatiale et temporelle d observation Le choix a été fait de retenir au moins une station par département, disposant de données mensuelles homogénéisées, sur un temps suffisamment long pour définir un climat de référence sur une période d au moins 30 ans. Le tableau ci-dessous récapitule les stations retenues pour chacun des départements de la région Rhône-Alpes, ainsi que leur altitude. Département Station Altitude de la station Ain Ambérieu 330 m Ardèche Aubenas 180 m Drôme Montélimar 73 m Isère Monestier de Clermont 800 m Loire Saint Etienne Boutheon 400 m Rhône Bron 197 m Savoie Bourg Saint Maurice 865 m Haute Savoie Cran Gevrier 426 m Les données sont observées sur la période commune de mise à disposition des données, soit Température moyenne annuelle La description et l analyse du changement climatique nécessite de définir un climat de référence correspondant au climat moyen sur une période d au moins 30 ans, par rapport auquel on observe les évolutions. Le choix a été fait de définir ce climat de référence sur la période -2010, période correspondant à la norme climatologique utilisée actuellement par Météo France, dans le calcul de moyennes climatiques pour une période de référence. Pour chaque station d observation retenue, la température de référence est ainsi calculée comme la moyenne des températures moyennes annuelles de à Le tableau suivant récapitule la valeur de ces températures de référence pour les stations observées : Station Valeur de la température annuelle Ambérieu 11,4 Aubenas 13,4 Montélimar 10,0 Monestier de Clermont 12,7 Saint Etienne Boutheon 10,7 Bron 9,1 Bourg Saint Maurice 13,8 Cran Gevrier 11,5 Les températures observées sont ensuite comparées à cette température de référence, en déterminant l écart à la moyenne, c est-à-dire la différence entre une température moyenne annuelle et la température de référence définie précédemment. Les graphiques suivants représentent, pour chacune des stations étudiées, l évolution de cet écart à la moyenne. Les écarts sont représentés par un diagramme en barres, qui permet d identifier les années chaudes, représentées par des barres de couleur rouge lorsque l écart à la moyenne est positif (c est-à-dire lorsque la température moyenne annuelle est supérieure à la température de référence) et les années froides, représentées par des barres de couleur bleue lorsque l écart à la moyenne est négatif. Sur ces graphiques figurent aussi les moyennes mobiles, moyennes calculées annuellement de façon glissante sur les périodes respectives de 10 ans et de 30 ans. L utilisation de ces moyennes mobiles permet de lisser la variation inter-annuelle et de visualiser graphiquement la tendance.

2 de la température moyenne annuelle à la station d'ambérieu de la température moyenne annuelle à la station de Montélimar de la température moyenne annuelle à la station de Saint Etienne Bouthéon de la température moyenne annuelle à la station de Bourg Saint- Maurice Moyenne mobile sur 10 ans Moyenne mobile sur 30 ans Fiche indicateur Climat de la température moyenne annuelle à la station de Monestier L évolution de l écart à la moyenne montre une tendance à la hausse de la température moyenne annuelle, pour l ensemble des huit stations observées. Le test statistique de Mann Kendall confirme le caractère statistiquement significatif de cette tendance, avec un niveau de confiance supérieur à 95 %. Pour la période de à, l augmentation de la température moyenne annuelle varie, selon les stations, entre +1,6 C et +2,0 C. Le tableau situé ci-dessous récapitule les valeurs de cette augmentation entre et. On note que cette augmentation est plus marquée pour les stations situées plus en altitude (Bourg de la température moyenne annuelle à la station d'aubenas de la température moyenne annuelle à la station de Bron de la température moyenne annuelle à la station de Cran Gévrier

3 Stations Saint Maurice et Monestier), que pour les stations de plaine. Augmentation absolue de la température moyenne annuelle, en degré celsius, entre et de la température moyenne annuelle, en degré celsius, entre et Ambérieu +1,7 C + 0,30 C/décennie Aubenas +1,6 C + 0,29 C/décennie Bourg Saint-Maurice +2,0 C + 0,36 C/décennie Bron +1,7 C + 0,31 C/décennie Cran Gévrier +1,7 C + 0,32 C/décennie Monestier +1,9 C + 0,33 C/décennie Montélimar +1,6 C + 0,30 C/décennie Saint-Étienne Bouthéon +1,6 C + 0,29 C/décennie 1.2 Température moyenne saisonnière Pour chacune des stations, les graphiques suivants présentent l écart à la moyenne saisonnière des températures moyennes printanières, estivales, automnales et hivernales. La valeur de ces moyennes saisonnières sur sont données dans le tableau suivant : Station Valeur de la température printanière Valeur de la température estivale de référence en C Valeur de la température automnale Valeur de la température hivernale Ambérieu 11,0 19,7 11,8 3,3 Aubenas 12,5 21,9 13,7 5,7 Montélimar 9,5 18,5 10,5 1,6 Monestier de Clermont 12,1 21,3 13,0 4,4 Saint Etienne Boutheon 10,2 19,3 11,1 2,3 Bron 8,3 17,2 9,7 1,2 Bourg Saint Maurice 12,9 22,3 14,1 5,7 Cran Gevrier 10,6 19,5 12,0 4,0 Les graphiques représentent aussi les moyennes mobiles sur 10 ans et sur 30 ans, qui permettent de lisser la variation inter-annuelle et de faire apparaître visuellement la tendance. A titre d illustration, les graphiques ci-dessous concernent la station d Ambérieu, pour la période de la température moyenne printanière à la station d'ambérieu de la température moyenne automnale Concernant l évolution des températures moyennes saisonnières de la station d Ambérieu : de la température moyenne hivernale à la station d'ambérieu on observe une tendance à la hausse statistiquement significative pour les températures printanière, estivale et automnale ; on n observe pas de tendance statistiquement significative pour la température hivernale. Le test de Mann Kendall montre que l on ne peut pas rejeter l hypothèse «il n y a pas de tendance» ; la tendance à l augmentation varie selon les saisons. Elle s avère plus marquée au printemps et en été, qu à l automne. De à, l augmentation des températures est en moyenne de +2 C au printemps, de + 2,3 C l été et de +1,4 C l automne. Pour les autres stations de la région Rhône-Alpes, la même méthode a été appliquée. Les représentations ci-dessous récapitulent l ensemble des résultats obtenus pour les températures moyennes annuelles et saisonnières : existence ou non d une tendance statistiquement significative et valeur de l augmentation de température entre et lorsque la tendance est significative del atempérature moyenne estivale à la station d'ambérieu

4 Evolution des températures moyennes annuelle et saisonnières valeur absolue de l augmentation en C lorsque la tendance est significative Evolution des températures moyennes annuelle et saisonnières valeur par décennie de l augmentation en C/décennie lorsque la tendance est significative Station de la température annuelle de la température printanière de la température estivale de la température automnale de la température hivernale Ambérieu + 0,30 C/décennie + 0,35 C/décennie + 0,42 C/décennie + 0,24 C/décennie Pas de tendance significative Aubenas + 0,29 C/décennie + 0,29 C/décennie + 0,37 C/décennie + 0,27 C/décennie Tendance à la hausse peu significative Bourg Saint Maurice + 0,36 C/décennie + 0,45 C/décennie + 0,49 C/décennie + 0,22 C/décennie + 0,27 C/décennie Bron + 0,31 C/décennie + 0,35 C/décennie + 0,44 C/décennie + 0,24 C/décennie Pas de tendance significative Cran Gevrier + 0,32 C/décennie + 0,41 C/décennie + 0,45 C/décennie + 0,21 C/décennie + 0,21 C/décennie Monestier + 0,33 C/décennie + 0,42 C/décennie + 0,48 C/décennie + 0,22 C/décennie + 0,22 C/décennie Montelimar + 0,30 C/décennie + 0,32 C/décennie + 0,41 C/décennie + 0,27 C/décennie Pas de tendance significative Saint Etienne Bouthéon + 0,29 C/décennie + 0,35 C/décennie + 0,41 C/décennie + 0,22 C/décennie Pas de tendance significative Concernant l évolution des températures saisonnières de l ensemble des stations de Rhône-Alpes, on observe : une tendance à la hausse statistiquement significative pour les températures printanières, estivales et automnales ; une tendance à la hausse statistiquement significative pour les températures hivernales pour les stations de Bourg Saint-Maurice, Cran Gévrier, et Monestier ; que l augmentation de la température entre et est plus marquée à l été et au printemps, qu à l hiver et à l automne ; que l augmentation des températures saisonnières entre et varie selon les stations. Elle est plus marquée pour les stations de Bourg Saint Maurice, Cran Gevrier et Monestier, situées un peu plus en altitude. En conclusion, on constate que le changement climatique est déjà perceptible en région Rhône-Alpes, avec une augmentation de la température moyenne annuelle, des températures printanières, estivales et automnales. L augmentation de la température hivernale est statistiquement significative pour les stations de Bourg Saint Maurice, Cran Gévrier et Monestier. Ces augmentations s avèrent hétérogènes selon les stations (plus marquées pour les stations situées plus en altitude de Bourg Saint Maurice, Cran Gévrier et Monestier) et les moments de l année (beaucoup plus marquées au printemps et l été). Construction de l indicateur Méthode de calcul de l indicateur 1. Température moyenne annuelle La température moyenne annuelle correspond à la moyenne sur 12 mois des températures moyennes mensuelles. Cela revient à faire les calculs suivants : - calculer la température moyenne pour chacun des mois de la saison considérée, soit : Tmoy mois i= (Tmax mois i+tmin mois i)/2 avec : Tmax mois i la température mensuelle maximale et Tmin mois i la température mensuelle minimale - faire la moyenne sur 12 mois des températures moyennes mensuelles de l année. 2. Température moyenne saisonnière Les saisons considérées sont délimitées de la façon suivante : -printemps : mars, avril, mai -été : juin, juillet, août -automne : septembre, octobre, novembre -hiver : décembre, janvier, février La température moyenne saisonnière correspond à la moyenne des températures mensuelles sur une saison. Cela revient : - à calculer la température moyenne pour chacun des mois de la saison considérée, soit : Tmoy mois i= (Tmax mois i+tmin mois i)/2 avec : Tmax mois i la température mensuelle maximale et Tmin mois i la température mensuelle minimale

5 - puis à faire la moyenne des températures moyennes mensuelles, soit : Tmoy =1/3(Tmoy mois 1 + Tmoy mois 2+Tmoy mois 3) Unité de mesure Degré celcius ( C) Détenteur des données source Les données météorologiques sont mises à disposition par Météo France. Producteur des données source Les données météorologiques utilisées sont produites par MétéoFrance. Recul temporel des données Période sur laquelle on dispose de données homogénéisées pour Tmin et Tmax : -Ain : Ambérieu (1953-) -Ardèche : Aubenas (-) -Drôme : Montélimar (-) -Isère : Monestier de Clermont (1951-) -Loire : Saint Etienne Boutheon (1953-) -Rhône : Bron (1953-) -Savoie : Bourg Saint Maurice (1951-) -Haute Savoie : Cran Gevrier (1951-) Les données disponibles présentent un recul historique d au moins 30 ans. Fiabilité de l indicateur Les indicateurs définis précédemment sont calculés à partir de séries homogénéisées en température moyenne mensuelle de Météo France. Ces données ont fait l objet d une correction permettant de gommer toutes formes de distorsions d origine non climatiques (déplacement de l appareil de mesure, modification du protocole de mesure, etc.). Ceci permet de mettre en évidence les évolutions d origine climatiques et non celles dues à d autres facteurs. La méthode d homogénéisation est décrite dans une note de la direction de la climatologie de Météo France (annexe séries homogénéisées version 1.2 de 2008). L homogénéisation procède en plusieurs étapes : 1. constitution d une longue série, en choisissant des postes corrélés (c est-à-dire généralement proches et présentant des caractéristiques semblables) ; 2. détection de ruptures, via une méthode statistique, affinée ensuite par l expert climatologue, en fonction de la connaissance des dates de modification des conditions de mesure archivées dans la Base des Données des Conditions de mesure de Météo France ; 3. correction des séries : un modèle de correction initialisé à partir des ruptures détectées permet d estimer le facteur d origine climatique et le facteur d origine non climatique. Pour les paramètres additifs comme la température, une valeur fixe est ajoutée ou retranchée à chaque période. Selon MétéoFrance, la qualité des séries homogénéisées est variable : elle dépend en premier de la qualité de la série d origine, notamment du taux de données manquantes, en deuxième de l amplitude des ruptures résiduelles et enfin du nombre de ruptures. La qualité de la série est fournie dans le fichier de données brutes. Producteur de l indicateur ORECC Rhône-Alpes Actualisation de l indicateur Indicateur suivi par l ORECC depuis 2014 Dernière mise à jour de la fiche Septembre 2014 Périodicité d actualisation Actualisation annuelle Perspective pour l indicateur Suivi annuel sur les années à venir Indicateur disponible sur

Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière

Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière Par Lucie Vincent 1 et Enric Aguilar 2 1 Climate Research Division, Environment Canada, Toronto, Canada

Plus en détail

Royaume du Maroc Secrétariat d État auprès du Ministère de l Énergie, des Mines, de l Eau et de l Environnement, Chargé de l Eau et de l Environnement Direction de la Météorologie Nationale Variabilité

Plus en détail

Synthèse des travaux réalisés par la DMN dans le cadre du projet ACCMA

Synthèse des travaux réalisés par la DMN dans le cadre du projet ACCMA Synthèse des travaux réalisés par la DMN dans le cadre du projet ACCMA Fatima Driouech et Atika Kasmi Le travail effectué par l équipe de la DMN, dans le cadre du projet et durant cette première période,

Plus en détail

ISO 19131 Atlas agroclimatique du Québec Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131.

ISO 19131 Atlas agroclimatique du Québec Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131. ISO 19131 Atlas agroclimatique du Québec Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131 Révision: A Spécifications de contenu informationnel: Atlas agroclimatique

Plus en détail

CHAPITRE 2 : DIAGNOSTIC CLIMATIQUE

CHAPITRE 2 : DIAGNOSTIC CLIMATIQUE CHAPITRE 2 : DIAGNOSTIC CLIMATIQUE CAA - Elaboration du PLU Durable - Diagnostic 213 I. INTRODUCTION Le réseau de l Association Climatologique de la Moyenne Garonne et du Sud-Ouest (ACMG) fonctionne depuis

Plus en détail

Indices agroclimatiques

Indices agroclimatiques Indices agroclimatiques pour faciliter la prise de décision en agriculture Dominique Plouffe, Gaétan Bourgeois, René Audet Marie-Pier Lepage Indices agroclimatiques ± 1920 : apparition de l agrométéorologie

Plus en détail

EN R H ÔNE-ALPES. L emploi en 2007. Cécile BAZIN Jean-Baptiste PIOCH AUD Jacques MALET

EN R H ÔNE-ALPES. L emploi en 2007. Cécile BAZIN Jean-Baptiste PIOCH AUD Jacques MALET ECONOMIE SOCIALE EN R H ÔNE-ALPES L emploi en 2007 Cécile BAZIN Jean-Baptiste PIOCH AUD Jacques MALET CHH IFFRES CLEFS : Plus de 22.300 établissements employeurs en 2007 Plus de 226.000 salariés, dont

Plus en détail

La réactivité d une PME, la rigueur d un Groupe

La réactivité d une PME, la rigueur d un Groupe La réactivité d une PME, la rigueur d un Groupe LE GROUPE Le Groupe GETHERM est né de l association de plusieurs sociétés performantes et spécialisées dans les domaine du Génie Climatique et Electrique.

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Nouvel internat Lumière livré en 214 : Alexa Brunet Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année

Plus en détail

Changement climatique & Stations de montagne :

Changement climatique & Stations de montagne : DÉVELOPPEMENT DURABLE Changement climatique & Stations de montagne : Quelles conséquences? Quelles actions? Avec l expertise scientifique de Météo France et Mission Développement Prospective 73 Dans les

Plus en détail

Toutes les formations du cnam Rhône-Alpes

Toutes les formations du cnam Rhône-Alpes Toutes les formations du cnam Rhône-Alpes ECOLE MANAGEMENT ET SOCIETE (MS) 2013-2014 Type de certification Cnam Grand Lyon Cnam Loire Cnam Isère Savoie Cnam Léman Ain Haute Savoie Cnam Drôme Ardèche Certificats

Plus en détail

Guide pratique du Centre de Tests Engins Classiques de Moins de 12 ans

Guide pratique du Centre de Tests Engins Classiques de Moins de 12 ans Guide pratique du Centre de Tests Engins Classiques de Moins de 12 ans Date rapport : mardi 25 juin 2013 Référence rapport et version : I72013 version b 2/64 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 INTRODUCTION... 5 REFERENCES...

Plus en détail

Les marchés immobiliers et fonciers en région Rhône-Alpes

Les marchés immobiliers et fonciers en région Rhône-Alpes Les marchés immobiliers et fonciers en région Rhône-Alpes Afin d avoir une vue d ensemble des transactions foncières et immobilières effectuées en région Rhône-Alpes, l Observatoire Régional de l Habitat

Plus en détail

Tourisme Pyrénéen Bilan de saison

Tourisme Pyrénéen Bilan de saison Observatoire du tourisme pyrénéen Confédération Pyrénéenne du Tourisme Août 2012 Tourisme Pyrénéen Bilan de saison Hiver 2011-2012 ZONE D OBSERVATION, SOURCES ET MÉTHODES Zone de montagne touristique pyrénéenne

Plus en détail

Cours SIA 380/1, édition 2009

Cours SIA 380/1, édition 2009 Cours SIA 380/1, édition 2009 HES-SO Valais Pierre-André Seppey Novembre 2009 Aujourd hui Il y a quelques années La norme SIA 380/1, édition 2009 Les 6 chapitres de la norme: 0 Domaine d application 1

Plus en détail

Observatoire National des Stations de Montagne Atout France ANMSM Vague 5

Observatoire National des Stations de Montagne Atout France ANMSM Vague 5 Observatoire National des Stations de Montagne Atout France ANMSM Vague 5 10 avril 2014 Méthodologie Cette enquête repose sur l interrogation de l ensemble des stations membres du réseau ANMSM. Sa dimension

Plus en détail

Rhône-Alpes CANADA. Fiche marché

Rhône-Alpes CANADA. Fiche marché Rhône-Alpes CANADA Fiche marché 2016 Situation Superficie 9,9 Millions de km² 2 eme territoire au monde en superficie Terrain Plaines et montagnes dans l'ouest, et basses plaines dans l'est. Le nord du

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Suaci Alpes du Nord Maison de l Agriculture et de la Forêt 40 rue du Terraillet 73190 SAINT BALDOPH Tél: 04 79 70 77 77 Réalisation d un recensement

Plus en détail

GRAND TOURMALET TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE BILAN ÉTÉ 2012

GRAND TOURMALET TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE BILAN ÉTÉ 2012 GRAND TOURMALET TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE BILAN ÉTÉ 2012 COMETE - 14/12/2012 258 RUE PERRIER GUSTIN - 73 000 BASSENS Tel : 04 79 62 77 62 - Fax : 01 57 67 95 98 - Email : infos@comete-conseils.fr Bilan

Plus en détail

PLAN DE COMMUNICATION 2014-2018

PLAN DE COMMUNICATION 2014-2018 PLAN DE COMMUNICATION 2014-2018 Office de Tourisme des Combrailles OT des Combrailles Plan de communication 2014-2018 Page 1 sur 8 L Office de Tourisme des Combrailles (OTC) a été créé au 1 er janvier

Plus en détail

Union Régionale des Comités Locaux pour le Logement Autonome des Jeunes de Rhône Alpes. Rapport d Activités 2011

Union Régionale des Comités Locaux pour le Logement Autonome des Jeunes de Rhône Alpes. Rapport d Activités 2011 Union Régionale des Comités Locaux pour le Logement Autonome des Jeunes de Rhône Alpes Rapport d Activités 2011 URCLLAJ Rhône Alpes Synergie Jeunes 245 rue Duguesclin 69003 Lyon 04 72 98 24 75 Mail : rhonealpes@uncllaj.org

Plus en détail

Simuler le cumul pour valider

Simuler le cumul pour valider Énergies renouvelables et eau chaude Simuler le cumul pour valider Est-il opportun de cumuler les énergies pour améliorer les installations de production d eau chaude sanitaire? Quelles sont les interactions

Plus en détail

BILAN HYDRIQUE ET BESOIN D IRRIGATION DE LA CEREALICULTURE EN REGION SEMI-ARIDE.

BILAN HYDRIQUE ET BESOIN D IRRIGATION DE LA CEREALICULTURE EN REGION SEMI-ARIDE. Résumé Des travaux de recherches combinant les précipitations annuelles et les températures, classent la zone d étude dans le climat méditerranéen de l étage semi-aride (Seltzer, 1949; Emberger, 1955).

Plus en détail

Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011

Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011 Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011 Notions importantes : Dans les bilans présentés ci-dessous, les consommations d énergie (électricité

Plus en détail

Réseau des acteurs de l habitat en Rhône-Alpes. Le foncier : une problématique à partager

Réseau des acteurs de l habitat en Rhône-Alpes. Le foncier : une problématique à partager Réseau des acteurs de l habitat en Rhône-Alpes Le foncier : une problématique à partager Et en Rhône-Alpes? Quelques éléments d objectivation Retour sur l évolution du prix du foncier Un prix du foncier

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau

Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau Méthodes d étude et projections Serge Planton Météo-France, CNRM/GAME Projections climatiques à l échelle planétaire Projections climatiques

Plus en détail

Estimation de la surmortalité observée et attendue au cours de la vague de chaleur du mois de juillet 2006

Estimation de la surmortalité observée et attendue au cours de la vague de chaleur du mois de juillet 2006 Rapport remis à l Institut de Veille Sanitaire Anne FOUILLET (Inserm, U4, IFR) Grégoire REY (Inserm, U4, IFR) Eric JOUGLA (Inserm, CépiDc, IFR) Denis HÉMON (Inserm, U4, IFR) Estimation de la surmortalité

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Février 2013. DRÔME LOISIRS - contact@drome- loisirs.fr - www.drome- loisirs.fr - Tél. : 04 75 21 54 20

DOSSIER DE PRESSE Février 2013. DRÔME LOISIRS - contact@drome- loisirs.fr - www.drome- loisirs.fr - Tél. : 04 75 21 54 20 DOSSIER DE PRESSE Février 2013 www.drome- loisirs.fr www.canoe- drome.com - www.velo- drome.com DRÔME LOISIRS - contact@drome- loisirs.fr - www.drome- loisirs.fr - Tél. : 04 75 21 54 20 SARL Drôme Loisirs

Plus en détail

RÉSEAU DE SURVEILLANCE ET PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES EN VALAIS

RÉSEAU DE SURVEILLANCE ET PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES EN VALAIS CAPOFILA DI PROGETTO Regione Lombardia, Agenzia Regionale per la Protezione dell Ambiente PARTNER DELL ATTIVITA 3 GESTIONE SORGENTI DI MONTAGNA Regione Valle d Aosta, Dipartimento Difesa del Suolo e Risorse

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 22 octobre 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 9 sur 170 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

PLANS CLIMAT NICE / NICE COTE D AZUR

PLANS CLIMAT NICE / NICE COTE D AZUR PLANS CLIMAT NICE / NICE COTE D AZUR Atelier GT 4 - Vulnérabilités du territoire 13 décembre 2011 2 ORDRE DU JOUR DE L ATELIER 4 Tour de table des participants Organisation des ateliers Définition et périmètre

Plus en détail

LES ESPACES PRODUCTIFS

LES ESPACES PRODUCTIFS LES ESPACES PRODUCTIFS fiche d objectifs/ Plan détaillé Quels sont les principaux espaces productifs français? Comment fonctionnent-ils et évoluent-ils face à la mondialisation? Respectent-ils le développement

Plus en détail

Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits

Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits Contexte Les crues ont parfois des effets dévastateurs sur la vie humaine, les infrastructures, l économie, les espèces sauvages

Plus en détail

Individuels. La meilleure façon de skier depuis 15 ans...

Individuels. La meilleure façon de skier depuis 15 ans... Individuels La meilleure façon de skier depuis 15 ans... Saison 2015 Sommaire Nouveauté hiver 2015 3 Comment réserver? 4 Les formules Ski-lowcost 5 Programme Saison Hiver 2015 7 Offres promos groupes car

Plus en détail

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 La saisonnalité de l emploi au Québec Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 Plan de la présentation: Définition Mesure, causes et conséquences Certaines

Plus en détail

Etude sur le rapport qualité/prix des prestations touristiques dans les Alpes de Haute Provence

Etude sur le rapport qualité/prix des prestations touristiques dans les Alpes de Haute Provence Etude sur le rapport qualité/prix des prestations touristiques dans les Alpes de Haute Provence Digne les Bains, le 8 décembre 2009 Service études ingénierie et développement, ADT 04 1 La démarche Au préalable

Plus en détail

RAPPORT. Rapport. Projet pilote d essai de véhicules électriques Mitsubishi. Novembre 2013

RAPPORT. Rapport. Projet pilote d essai de véhicules électriques Mitsubishi. Novembre 2013 RAPPORT Novembre 2013 Projet pilote d essai de véhicules électriques Mitsubishi Principales conclusions du plus important projet de démonstration de véhicules électriques au Canada qui s'est déroulé à

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

Figure 1 : Graphique de l évolution des températures en France sur 100 ans Source : Météo France

Figure 1 : Graphique de l évolution des températures en France sur 100 ans Source : Météo France 1) Le changement climatique Le changement climatique qui est maintenant prouvé scientifiquement est connu de tous. Il a une influence sur nous, sur la végétation, mais aussi sur la pollinisation. Les changements

Plus en détail

Note technique. Consommation électrique d'un poêle à granulés à émission directe

Note technique. Consommation électrique d'un poêle à granulés à émission directe Note technique Consommation électrique d'un poêle à granulés à émission directe Version / Date Version 1.0 du 06/02/2012 Auteur David Chénier 2012, Amoès SAS. Toute utilisation, reproduction intégrale

Plus en détail

LA CAMÉRA THERMIQUE GUIDE PRATIQUE DE. pour les activités du bâtiment 4SOMMAIRE

LA CAMÉRA THERMIQUE GUIDE PRATIQUE DE. pour les activités du bâtiment 4SOMMAIRE GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE pour les activités du bâtiment SOMMAIRE 1. DÉFINIR SA MISSION 2 2. CHOISIR SA CAMÉRA THERMIQUE 3 3. PROPOSER UNE INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE À SON CLIENT 5. ANTICIPER

Plus en détail

Estimation Expert. Manuel utilisateur

Estimation Expert. Manuel utilisateur Sommaire Présentation... 3 Saisie des données personnelles... 3 Saisie de la carrière professionnelle... 4 Saisie des droits... 9 Sélection de l âge de départ à la retraite souhaité.... 11 Préconisation

Plus en détail

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar Revue des Energies Renouvelables Vol. 15 N 2 (2012) 357-364 Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar S. Sami-Mécheri 1*, D. Semmar 2 et

Plus en détail

2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 Année

2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 Année Pourcentage de mortalité ENQUÊTE SUR LA MORTALITÉ HIVERNALE DES COLONIES D ABEILLES HIVER 2013-2014 Contexte Bien qu elle varie selon les années, la mortalité hivernale des colonies d abeilles demeure,

Plus en détail

Assurance qualité. Thermographies Test «Blower-Door» Calcul de ponts thermiques. Energie am grénge Beräich

Assurance qualité. Thermographies Test «Blower-Door» Calcul de ponts thermiques. Energie am grénge Beräich Assurance qualité Thermographies Test «Blower-Door» Calcul de ponts thermiques Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS C Analyse thermographique 3 Analyse thermographique

Plus en détail

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Sylvie Gauthier, Chercheuse scientifique, successions forestières RNCan-SCF-CFL

Plus en détail

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE VITICULTURE 212 V 12 / PACA 2 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse 1- Identification de l action a. Responsables techniques et partenaires :

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 12 juin 2012 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une partie

Plus en détail

- La santé de la mère et de l enfant dans la Drôme

- La santé de la mère et de l enfant dans la Drôme - La santé de la mère et de l enfant dans la Drôme Données 2012 1 - Données issues des certificats de santé du 8 ème jour 2 -Sommaire p.3 - édito p.4 - Contexte périnatal dans la drôme p.5 - Certificats

Plus en détail

ATILLAH (CRTS, MAROC)

ATILLAH (CRTS, MAROC) United Nations/Morocco/European Space Agency International Workshop on the Use of Space Technology for Sustainable Development 25 27 April 2006, Rabat, Morocco Génération d indices d upwelling à partir

Plus en détail

Les Professionnels du Conseil en Habitat et en Immobilier

Les Professionnels du Conseil en Habitat et en Immobilier Présentation FRANCHISE ECO TRAVAUX PRESENTATION DU RESEAU Groupe ECO TRAVAUX MEMBRE EUROPEEN Siège administratif Tour Suisse 1 bd Vivier Merle 69003 LYON N INDIGO 0820.820.535 Email contact@eco eco-travaux.com

Plus en détail

Indicateur : population présente tout au long de l année dans les départements littoraux métropolitains

Indicateur : population présente tout au long de l année dans les départements littoraux métropolitains Indicateur : population présente tout au long de l année dans les départements littoraux métropolitains Contexte Les communes littorales métropolitaines hébergent plus de 6 millions d habitants et ont

Plus en détail

L hôtellerie de tourisme en 2008

L hôtellerie de tourisme en 2008 Ministère de l économie, des finances et de l emploi Direction du Tourisme N 2008 2 Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques Mars 2008 L hôtellerie de tourisme

Plus en détail

Le marché français. Fiche n 1 : Le Bassin Lyonnais. Données de cadrage. Observatoire d Aintourisme

Le marché français. Fiche n 1 : Le Bassin Lyonnais. Données de cadrage. Observatoire d Aintourisme LAin et ses principaux marchés touristiques Date : novembre 2010 Observatoire d Aintourisme Le marché français Fiche n 1 : Le Bassin Lyonnais Dans cette fiche marché, le Bassin Lyonnais correspond à la

Plus en détail

QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. ETUDE DE CLIENTELE TOURISTIQUE DU LIMOUSIN. 7 avril 2009

QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. ETUDE DE CLIENTELE TOURISTIQUE DU LIMOUSIN. 7 avril 2009 ETUDE DE CLIENTELE TOURISTIQUE DU LIMOUSIN 7 avril 2009 Objectifs de l enquête Définir les caractéristiques des clientèles touristiques du Limousin : motivations, profils et comportements Mesurer leur

Plus en détail

Le saviez-vous? LA FORÊT FRANÇAISE PRÉSENTATION DE L'IFN ACTUALITÉS PRODUITS ET SERVICES ACTIVITÉS THÉMATIQUES DONNÉES ET RÉSULTATS Nouveautés

Le saviez-vous? LA FORÊT FRANÇAISE PRÉSENTATION DE L'IFN ACTUALITÉS PRODUITS ET SERVICES ACTIVITÉS THÉMATIQUES DONNÉES ET RÉSULTATS Nouveautés L IFN vient de mettre en ligne une nouvelle version de son site Internet contenant encore plus d informations, disponibles en téléchargement gratuit. Nouveautés Le site Internet de l IFN : une mine de

Plus en détail

L assainissement des petites collectivités rurales. Enjeux et perspectives

L assainissement des petites collectivités rurales. Enjeux et perspectives l'eau L assainissement des petites collectivités rurales Enjeux et perspectives Plan Diagnostic du parc de STEP en Isère STEP de moins de 2 000 Eh : état des lieux Besoins et spécificités de l assainissement

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 6 décembre 2011 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une

Plus en détail

Séchage des salles et vide sanitaire

Séchage des salles et vide sanitaire Séchage des salles et vide sanitaire L intérêt du vide sanitaire et sa durée sont aujourd hui controversés. Son rôle est de détruire les micro-organismes persistant après la désinfection en les plaçant

Plus en détail

Chapitre 8 Normes relatives aux constructions

Chapitre 8 Normes relatives aux constructions CHAPITRE 8 NORMES RELATIVES AUX CONSTRUCTIONS ET AUX USAGES TEMPORAIRES 8.1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Les constructions et usages temporaires sont des constructions et usages autorisés pour une période de

Plus en détail

Réglementation thermique 2012 :

Réglementation thermique 2012 : Réglementation thermique 2012 : un saut énergétique pour les bâtiments neufs Bernard Suard-MEDDTL Avril 2011 Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement Ministère de

Plus en détail

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures?

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Benoît Pagès 1, Valérie Leveau 1 1 ARVALIS Institut du

Plus en détail

1 of 5 16.04.2009 11:03

1 of 5 16.04.2009 11:03 1 of 5 16.04.2009 11:03 Actualités météorologiques 14 avril 2009 / Daniel Gerstgrasser, Bernd Konantz (traduction et adaptation par Olivier Duding) Pâques 2009 très doux Du Jeudi-Saint (9 avril 2009) au

Plus en détail

Le cycle de traitement de la situation 1/2

Le cycle de traitement de la situation 1/2 Le cycle de traitement de la situation 1/2 Le cycle de traitement de la situation est un processus mené en continu consistant à obtenir des informations brutes, à les évaluer, à les transformer en renseignements

Plus en détail

21 juin 2012. Baromètre Printemps 2012 SymphonyIRI Group / Climpact

21 juin 2012. Baromètre Printemps 2012 SymphonyIRI Group / Climpact 21 juin 2012 25 juin 2012 1 Baromètre printemps 2012 Introduction Alors que nous sommes déjà rentrés dans la seconde quinzaine du mois de juin, nous nous demandons si l été va se décider à arriver. Et

Plus en détail

consommations d énergie

consommations d énergie Comprendre ses consommations d énergie pour mieux les gérer Boulangers Pâtissiers Consommations maîtrisées dans l Artisanat L épuisement des énergies fossiles entraine une augmentation des coûts de l énergie

Plus en détail

La Vallée de la Loire

La Vallée de la Loire BEP des Métiers de la Restauration et de l Hôtellerie Titre de la leçon Les Vignobles La Vallée de la Loire Contenu de la séance SITUATION GEOGRAPHIQUE 1. SITUATION Le vignoble du Val de Loire est situé

Plus en détail

Louis-André Vallet (CNRS) Laboratoire de Sociologie Quantitative, CREST, UMR 2773 CNRS & INSEE

Louis-André Vallet (CNRS) Laboratoire de Sociologie Quantitative, CREST, UMR 2773 CNRS & INSEE Utiliser le modèle log-linéaire pour mettre au jour la structure du lien entre les deux variables d un tableau de contingence : un exemple d application à la mobilité sociale Louis-André Vallet (CNRS)

Plus en détail

Premiers résultats 2006-2009

Premiers résultats 2006-2009 Suivi ornithologique et chiroptérologique des parcs éoliens de Beauce Premiers résultats 2006-2009 Quelques repères Durée du projet : 2006 2010 Prestataires : Loiret Nature Environnement (LNE) Eure et

Plus en détail

NOUVELLE RÉGLEMENTATION APPLICABLES AUX VÉHICULES ET ÉQUIPEMENTS RÉCRÉATIFS

NOUVELLE RÉGLEMENTATION APPLICABLES AUX VÉHICULES ET ÉQUIPEMENTS RÉCRÉATIFS NOUVELLE RÉGLEMENTATION APPLICABLE AUX VÉHICULES ET ÉQUIPEMENTS RÉCRÉATIFS NOUVELLE RÉGLEMENTATION APPLICABLES AUX VÉHICULES ET ÉQUIPEMENTS RÉCRÉATIFS RENCONTRE D INFORMATION AUX CITOYENS RENCONTRE VILLE

Plus en détail

Projet de modification de

Projet de modification de RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie Projet de modification de Arrêté du 29 décembre 2014 relatif aux modalités d application de la troisième période du

Plus en détail

Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional

Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE SERVICE DE L OBSERVATION ET DES STATISTIQUES Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional Note d accompagnement Février 2014 La consommation d'énergie

Plus en détail

Thermographie aérienne. 19 sept. 2013

Thermographie aérienne. 19 sept. 2013 Thermographie aérienne SAINT ORENS DE GAMEVILLE 19 sept. 2013 Les enjeux De tous les secteurs économiques, celui du bâtiment est le plus gros consommateur d énergie en France (42,5% de l énergie finale

Plus en détail

Classement et Labellisation des lits

Classement et Labellisation des lits Classement et Labellisation des lits Réunion de présentation du projet par Les Arcs Bourg Saint Maurice Tourisme en collaboration avec ADS Domaine skiable Les Arcs/Peisey Vallandry Lundi 16 avril 2012

Plus en détail

Méthode de calcul des estimations de consommation de gaz des Points de Comptage et d Estimation (PCE) à relevé mensuel ou journalier

Méthode de calcul des estimations de consommation de gaz des Points de Comptage et d Estimation (PCE) à relevé mensuel ou journalier RÉFÉRENCE : Méthode de calcul des estimations de consommation de gaz des Points de Comptage et d Estimation (PCE) à relevé mensuel ou journalier Ce document a pour objet de décrire le mode de calcul des

Plus en détail

J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances

J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances Abdellah Belkhaouad, INRH - Casablanca (Maroc) Marc Taconet, FAO Rome (Italie)

Plus en détail

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Partie concernant les bâtiments de logements Thermique et Scénarios de rénovation 10, rue des Bluets 75011 Paris Tél : 01 55 43 97 07 37-39 Avenue

Plus en détail

Les Métiers de la Comptabilité et de la Gestion

Les Métiers de la Comptabilité et de la Gestion Les Métiers de la Comptabilité et de la Gestion Mondial des Métiers 2008 Présentation des métiers Les entreprises ne peuvent se passer de comptables. On trouve ces derniers partout ; ils travaillent soit

Plus en détail

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Laure Beff, Yvon Lambert, Nicolas Beaudoin, Bruno Mary et Thierry

Plus en détail

REUNION PROPRIETAIRES 30 décembre 2014

REUNION PROPRIETAIRES 30 décembre 2014 REUNION PROPRIETAIRES 30 décembre 2014 HIVER 2014 : FREQUENTATION STATION Fréquentation HIVER 2014 : + 0,2% vs 2013 séjours : 342 500 nuitées : 2 055 000 En volume de personnes accueillies, l hiver 2014

Plus en détail

MORILLON TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE BILAN ÉTÉ 2012

MORILLON TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE BILAN ÉTÉ 2012 MORILLON TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE BILAN ÉTÉ 2012 COMETE - 05/10/2012 258 RUE PERRIER GUSTIN - 73 000 BASSENS Tel : 04 79 62 77 62 - Fax : 01 57 67 95 98 - Email : infos@comete-conseils.fr Bilan 1/22

Plus en détail

Modèle économique de TIGNES. TIGNES février 2015

Modèle économique de TIGNES. TIGNES février 2015 1 Modèle économique de TIGNES 2 SOMMAIRE 1. Les spécificités de la capacité d accueil 2. La fréquentation selon les saisons 3. L activité du domaine skiable 4. Les performances commerciales sur les marchés

Plus en détail

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 15 octobre 2013

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 15 octobre 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 15 octobre 2013 N/Réf. : CODEP-CAE-2013-056982 Monsieur le directeur de l établissement AREVA NC de La Hague 50 444 BEAUMONT-HAGUE CEDEX

Plus en détail

GESTION DE TRAFIC GESTION DES CRISES HIVERNALES LE SUIVI ET L ALERTE METEO

GESTION DE TRAFIC GESTION DES CRISES HIVERNALES LE SUIVI ET L ALERTE METEO Gestion de trafic, gestion des crises hivernales : le suivi et l alerte météo M. Guy LEGOFF Directeur Régional Météo Sud-Est 2, bd du château double 13908 Aix-en-Provence Cedex 2 Tél.: 33 (0)4 42 95 90

Plus en détail

DANSE, CHANT ET SPECTACLE LE SEJOUR INFOS PRATIQUES. Adresse du séjour

DANSE, CHANT ET SPECTACLE LE SEJOUR INFOS PRATIQUES. Adresse du séjour LE SEJOUR Référence > SPECTCR2014 Agrément > JEUNESSE ET SPORTS Dates > Du 19/10/2013 au 02/11/2013 Ages > de 12 à 17 ans A partir de > 420,00 Frais de dossier > 19,00 /personne Chanteurs, musiciens ou

Plus en détail

L association Infoclimat et l open-data

L association Infoclimat et l open-data L association Infoclimat et l open-data Séminaire Open Data en Agriculture (2 nd édition) Paris, le 7 janvier 2015 Serge Zaka - Ruffec (16)) Laurent Garcelon l.garcelon@infoclimat.fr Serge Zaka serge.zaka@infoclimat.fr

Plus en détail

PROJET CATVAR. Original : 2015-04-27 HQD-6, document 15 Page 1 de 8

PROJET CATVAR. Original : 2015-04-27 HQD-6, document 15 Page 1 de 8 PROJET CATVAR Page 1 de 8 TABLE DES MATIÈRES 1. CONTEXTE... 5 2. RÉSULTATS AU 31 DÉCEMBRE 2014... 5 2.1. État d'avancement des travaux du Distributeur... 5 2.2. Suivi des investissements... 5 2.3. Suivi

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

Le Rapport développement durable : une opportunité pour les PCET

Le Rapport développement durable : une opportunité pour les PCET Le Rapport développement durable : une opportunité pour les PCET Direction Territoriale Centre-Est Florence Bordère, urbaniste OPQU et chargée de mission développement durable 1 Le rapport sur la situation

Plus en détail

DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88)

DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88) DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88) Ce document a été réalisé en collaboration avec APAVE Alsacienne SAS 3 rue de l Euron BP 21055 Maxeville 54522 LAXOU Cedex Références

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur "Logement" métropole... 4

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur Logement métropole... 4 SOMMAIRE I - Synthèse de l'activité 2014... 2 II - Secteur "Logement" métropole... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS + EXISTANTS... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS... 9 ACTIVITE LOGEMENTS EXISTANTS... 13 ACTIVITE

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée Composition

Plus en détail

Institut National de la MétéorologieM

Institut National de la MétéorologieM Annex 7 Institut National de la MétéorologieM La Banque de Données Climatologiques de l INMl présentée par : Jameleddine EL KAMEL GENEVE, 27/05-01/06 2002 1/40 La Banque de Données Climatologiques 1. Introduction

Plus en détail

Cycle de vie, processus de gestion

Cycle de vie, processus de gestion Les données scientifiques au CNES Cycle de vie, processus de gestion Danièle BOUCON Réunion PIN du 4 janvier 2013 Réunion PIN du 22 mars 2012 Outils CNES Contexte des données scientifiques au CNES SOMMAIRE

Plus en détail

La Bretagne romantique

La Bretagne romantique La Bretagne romantique Energie Thermographie et diagnostic thermique en rénovation Tinténiac, le 25 octobre 2015 Gireg Le Bris Yvan Le Tennier Qu est ce que la thermographie? La thermographie est la technique

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS

RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS 1 SITUATION DE L ÉTUDE Les données météorologiques sont des données primordiales pour le bon déroulement des calculs et pour avoir des résultats les plus proches de la réalité.

Plus en détail