Infections nosocomiales à Bacillus. T Debillon Service de Néonatologie CHU de Grenoble

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Infections nosocomiales à Bacillus. T Debillon Service de Néonatologie CHU de Grenoble"

Transcription

1 Infections nosocomiales à Bacillus T Debillon Service de Néonatologie CHU de Grenoble

2 Cas Clinique Jade R. J6: syndrome apnéique Bilan infectieux et Antibiothérapie probabiliste J10: Résultats du bilan infectieux Syndrome inflammatoire: CRP = 13mg/l Procalcitonine: 6,2µg/l Hémoculture: + genre strepto puis bacillus céréus Pas de réelle amélioration du syndrome apnéique Arrêt de l antibiothérapie à 4 jours de traitement J14: Contrôle ETF systématique

3 ETF Jade R.J15

4 Décision Ponction Lombaire Pas de germes, Culture Négative Cellularité: 6/mm3. Prot: 1.7g/l Glyco: 3.5mMoles/l Contrôle IRM (J17) ANTIBIOTHERAPIE PAR VANCOMYCINE / CLAFORAN 3 semaines

5 Évolution Évolution clinique favorable Actuellement âgée de 7 mois d age civil (AC 4mois) Examen clinique normal. Croissance du PC harmonieuse

6

7 Cas clinique LD, Prématuré 25 SA, 610gr J5, Bilan biologique 8h: CRP = 15 Stabilité ventilatoire en OHF: FIO2 = 21%, PMR = 8,5, PIC à PIC = 30 Stabilité hémodynamique PAM = 35, FC = 140 à 150, Diurèse + J5, ETF systématique 19h

8

9 Le cerveau est gravement lésé avant que l enfant soit malade

10 FC PAM FIO2 Sa02

11 Cas clinique Bilan biologique 21h CRP = 49, PCT = 13 NFS = 6000 GB Aggravation hémodynamique et respiratoire Hypoxémie réfractaire: 100% Etat de choc: Noradrénaline Décès à J6 Bactériologie Positivité de l hémoculture à Bacillus Cereus Positivité des prélèvements réalisés à l autopsie Poumon, Cerveau, Foie

12 Quel Germe? Bacillus Céréus Bacille du genre bacillus gram + aérobie ou anaérobie facultatif Bactéries genre bacillus Bactéries de l environnement rarement pathogènes Sauf bacillus anthracis: bacille du charbon Bactérie sporulée Adhérente aux surfaces Peu sensible aux gels hydro alcooliques

13 Que donne t il? Toxi infection alimentaire bénigne Foyers de Toxi Infection Alimentaire Collective 7 à 15 foyers déclarés annuellement aux DDASS Infections sévères chez les patients immunodéprimés En Réanimation, En Hématologie-Oncologie Méningite, Pneumopathie, Choc septique, Abces occulaires Bactérie sensible à Vancomycine, Aminosides et Erythromycine

14 Chez le nouveau-né Evreux F et al. Arch Pediatr 2007,14:

15 Enquête Service d Hygiène Hospitalière Prélèvements d environnement 10 / chambre Tous contaminés «en nappe» avec le BC Prélèvement des circuits de ventilation, des gaines de désenfumage Nettoyage «de fond» du service Changement de produit de nettoyage des surfaces Nettoyage des gaines de désemfumage Environnement particulier Air chaud et sec et présence de vent. Bâtiment en construction à proximité immédiate Adaptation: Plus d ouverture des fenêtres dans les parties communes Humidification du chantier et des abords du bâtiment Renforcement du ménage pour les parties communes Mesures dans le service: visites limitées, plus de peau à peau, plus de sorties d incubateur des enfants avec cathéter PAS D EFFICACITE NOTABLE

16 Autres mesures Réunion de crise avec la direction Gestion de l information des parents, de l information du personnel, de la déclaration des cas Mise en place d unités mobiles de décontamination Dans les chambres de réanimation Renforcement des mesures de nettoyage Indication plus large d antibiothérapie probabiliste Décision de nettoyage complet des circuits de ventilation Devant la persistance d un niveau de contamination élevé Avec fermeture partielle du service par tiers Disparition du BC seulement par nettoyage des gaines de ventilation

17 Facteurs favorisants Pas de respect des règles de construction lors de la pose du circuit de ventilation

18 Conclusion Gravité de ces infections Atteinte cérébrale sévère Précédent parfois la phase septique (cas n 2) Tableau septique et BG+ : attention! Facteur favorisant ces infections par cette bactérie de l environnement Poussière de chantier Circuit de ventilation du service Importance du suivi de l environnement dans des nouveaux locaux Pas ou peu de BC à l emménagement Une surveillance régulière aurait permis de déceler cette contamination massive

MENINGITE NEONATALE : à propos de 2 cas

MENINGITE NEONATALE : à propos de 2 cas MENINGITE NEONATALE : à propos de 2 cas Laurence Palpacuer-Dillenseger Service de Pédiatrie 2-CHU de Hautepierre GENE 9 JUIN 2016 BRAYAN, né le 11/01/16 BRAYAN, né le 11/01/16 Antécédent : Mère née en

Plus en détail

Traitements d Urgence d de «L ETAT SEPTIQUE GRAVE»

Traitements d Urgence d de «L ETAT SEPTIQUE GRAVE» Traitements d Urgence d chez l Adultel de «L ETAT SEPTIQUE GRAVE» POS LORRAINE ACTUALISEE Juin 2011 Dr ALBIZZATI SAMU-SMUR URGENCES CHU Nancy 21 JUIN 2011 POS choc septique : 10 objectifs 10 Fiches réflexesr

Plus en détail

Les états de choc. Introduction. Introduction. Introduction. Introduction. Physiopathologie. Choc septique

Les états de choc. Introduction. Introduction. Introduction. Introduction. Physiopathologie. Choc septique Les états de choc Choc septique Insuffisance circulatoire aigüe secondaire à un processus infectieux responsable d une inadéquation entre besoin et apport en oxygène et pouvant entrainer une défaillance

Plus en détail

Le choc septique. Dr Julie THISSE SAMU 88 SAU SMUR Epinal 18/03/14

Le choc septique. Dr Julie THISSE SAMU 88 SAU SMUR Epinal 18/03/14 Le choc septique Dr Julie THISSE SAMU 88 SAU SMUR Epinal 18/03/14 Définitions Etat de choc: inadéquation prolongée entre les apports en O2 et la demande tissulaire en O2 (très souvent corréléàune baisse

Plus en détail

Un Hollandais mordu d Alsace. Joy Mootien & Victor Balvay Réanimation médicale de Mulhouse

Un Hollandais mordu d Alsace. Joy Mootien & Victor Balvay Réanimation médicale de Mulhouse Un Hollandais mordu d Alsace Joy Mootien & Victor Balvay Réanimation médicale de Mulhouse S.H 64 ans Marié, 3 enfants Ancien chef d entreprise Splénectomie, vagotomie Pas de traitement Pas d autres voyages

Plus en détail

ABCES ACTINOMYCOSIQUE SECONDAIRE DU PSOAS ET DISPOSITIF INTRA-UTERIN SOCIETE DE MEDECINE DE FRANCHE-COMTE. Jeudi 14 avril 2011

ABCES ACTINOMYCOSIQUE SECONDAIRE DU PSOAS ET DISPOSITIF INTRA-UTERIN SOCIETE DE MEDECINE DE FRANCHE-COMTE. Jeudi 14 avril 2011 ABCES ACTINOMYCOSIQUE SECONDAIRE DU PSOAS ET DISPOSITIF INTRA-UTERIN SOCIETE DE MEDECINE DE FRANCHE-COMTE Jeudi 14 avril 2011 AS THOLOZAN, A BOURTEMBOURG, N MOTTET, A ATASSI, C MEZHER, F LEUNG, JJ TERZIBACHIAN,

Plus en détail

Infections à BGN. 2/ Autres BGN : pseudomonas (bacille pyocyannique), acinetobacter.

Infections à BGN. 2/ Autres BGN : pseudomonas (bacille pyocyannique), acinetobacter. Introduction Infections à BGN Infections très fréquentes. Communautaires / associées aux soins. La porte d entrée: urinaire / digestive Gravité sepsis sévère. La première cause de choc septique Résistance

Plus en détail

Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature

Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature Dr L. BADAOUI,G.DABO,M.SODQI,L.MARIH,A.OULED LAHSEN,R.BENSGHIR,A.CHAKIB,K.MARHOUM EL FILLALI Service des Maladies Infectieuses

Plus en détail

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge?

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? C H A P E L L E E, D E L A P P A R E N T T, J O L L Y M, B A E Z A C, G O V Y A D O W S K I Y A, T E R Z I B A C H I A N J

Plus en détail

INFECTION MATERNO-FŒTALE BACTERIENNE EXTRAIT DES TEXTES HA (2002)

INFECTION MATERNO-FŒTALE BACTERIENNE EXTRAIT DES TEXTES HA (2002) INFECTION MATERNO-FŒTALE BACTERIENNE EXTRAIT DES TEXTES HA (2002) INTRODUCTION Incidence des sepsis 1 à 4 / naissances vivantes Incidence des infections probables 3 à 8 / naissances Mortalité 10% Séquelles

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES MENINGITES DE L ADULTE AU SERVICE DES URGENCES

PRISE EN CHARGE DES MENINGITES DE L ADULTE AU SERVICE DES URGENCES N de version: 01 Date d'application: Mars 2010 Réf.: CMUB-004 Pagination : 1 de 5 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 004 Rédacteurs Dr Minerva FADDOUL, Dr Emmanuel VIGREUX Date Mars

Plus en détail

RISQUES INFECTIEUX. Infections liées aux soins

RISQUES INFECTIEUX. Infections liées aux soins 1 RISQUES INFECTIEUX Infections liées aux soins 2 Quels sont les objectifs? Evaluer les risques infectieux Mettre en place les mesures préventives adaptées Le risque infectieux est lié à 3 éléments indissociables

Plus en détail

Septicémie néonatale à streptocoque bovis et allaitement maternel. Dr M. Walther Dr Mallaval- Dr Labe Dr Deiber

Septicémie néonatale à streptocoque bovis et allaitement maternel. Dr M. Walther Dr Mallaval- Dr Labe Dr Deiber Septicémie néonatale à streptocoque bovis et allaitement maternel Dr M. Walther Dr Mallaval- Dr Labe Dr Deiber Histoire clinique (1) Mère: 35 ans- GII PIII ( 1 er enfant : IMF strepto B réanimation 48

Plus en détail

L infection bactérienne précoce du nouveau-né

L infection bactérienne précoce du nouveau-né L infection bactérienne précoce du nouveau-né Definition L infection bactérienne précoce du nouveau-né = - infection par une bactérie pathogène - transmission materno-fœtale - révélation au cours des 1

Plus en détail

Les Hémocultures. -De la prescription au Laboratoire. D. Marsé CDS Service Infectiologie Pôle des Spécialités Médicales Archet CHU de Nice

Les Hémocultures. -De la prescription au Laboratoire. D. Marsé CDS Service Infectiologie Pôle des Spécialités Médicales Archet CHU de Nice Les Hémocultures -De la prescription au Laboratoire D. Marsé CDS Service Infectiologie Pôle des Spécialités Médicales Archet CHU de Nice CONSTAT Fréquence et importance de la réalisation d hémocultures

Plus en détail

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy Principes generaux de l antibiotherapie Prof RANDRIA Mamy Introduction Antibiotiques: substances d origine biologique ou synthétique capables d inhiber la croissance des bactéries Médicaments d usage courant

Plus en détail

Se S ps p i s s i Pr P is i e e n c harge e t t c odage P M P S M I S Table des matières

Se S ps p i s s i Pr P is i e e n c harge e t t c odage P M P S M I S Table des matières Sepsis Prise en charge et codage PMSI Syndrome de réponse inflammatoire systémique Les infectiologues ont défini la notion de syndrome de réponse inflammatoire. Cette classification qui date de 1992 permet

Plus en détail

CAS CLINIQUE M. F. DESC Maladies infectieuses Octobre Dr MELOT Dr BOYER CHAMMARD CHU de la Guadeloupe Pointe-à-Pitre

CAS CLINIQUE M. F. DESC Maladies infectieuses Octobre Dr MELOT Dr BOYER CHAMMARD CHU de la Guadeloupe Pointe-à-Pitre CAS CLINIQUE M. F. DESC Maladies infectieuses Octobre 2015 Dr MELOT Dr BOYER CHAMMARD CHU de la Guadeloupe Pointe-à-Pitre M. F., 24 ans ATCD : Infection aiguë par le Chikungunya en 2014 AVP en août 2014

Plus en détail

Cas Clinique ATCD : Mode de vie : Traitement habituel : HTA Insuffisance cardiaque Démence Myélodysplasie

Cas Clinique ATCD : Mode de vie : Traitement habituel : HTA Insuffisance cardiaque Démence Myélodysplasie Cas Clinique Mme F. Jeanne, 82 ans est hospitalisée dans le service de Gériatrie le 21/01/2004. Elle est adressée par son médecin traitant pour d aggravation de sa démence et demande de placement. ATCD

Plus en détail

Cas clinique: une tentative d autolyse. S. Nguyen, CH Béthune ARMEDA 15 février 2011

Cas clinique: une tentative d autolyse. S. Nguyen, CH Béthune ARMEDA 15 février 2011 Cas clinique: une tentative d autolyse S. Nguyen, CH Béthune ARMEDA 15 février 2011 Cas clinique: une tentative d autolyse Mme D, 45 ans, admise en réanimation pour choc cardiogénique sur intoxication

Plus en détail

SUIVI DU PROTOCOLE PANSEMENT EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES DANS UN SERVICE DE REANIMATION

SUIVI DU PROTOCOLE PANSEMENT EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES DANS UN SERVICE DE REANIMATION SUIVI DU PROTOCOLE PANSEMENT EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES DANS UN SERVICE DE REANIMATION Hélène LEFORT Cadre infirmier Service de Réanimation Médicale Hôpitaux de Brabois CHRU NANCY 18ème

Plus en détail

LE ROLE DE L INFIRMIER(E) EN LIEN AVEC LES EXAMENS DE LABORATOIRE LES EXAMENS COMPLEMENTAIRES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE

LE ROLE DE L INFIRMIER(E) EN LIEN AVEC LES EXAMENS DE LABORATOIRE LES EXAMENS COMPLEMENTAIRES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE LE ROLE DE L INFIRMIER(E) EN LIEN AVEC LES EXAMENS DE LABORATOIRE OBJECTIFS DE LA SEQUENCE Connaître le rôle infirmier dans la réalisation De l hémoculture De la ponction lombaire Savoir les normes des

Plus en détail

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG FORMES CLINIQUES Précoce Tardive Aiguë Chronique Par contamination péri-opératoire Secondaire : inoculation

Plus en détail

Prélèvements bactériologiques

Prélèvements bactériologiques Prélèvements bactériologiques Diagnostique direct : on recherche la bactérie responsable de l infection. Le prélèvement peut se faire soit au niveau du foyer infectieux soit à distance. Importance de :

Plus en détail

Professeur agrégé Département de médecine

Professeur agrégé Département de médecine François LeBlanc Professeur agrégé Département de médecine Université Laval Appliquer les principales stratégies de diagnostic d une fièvre aux soins intensifs chez un patient immunocompétent / chez un

Plus en détail

Les outils biologiques pour l aide au diagnostic des états infectieux de l enfant

Les outils biologiques pour l aide au diagnostic des états infectieux de l enfant Les outils biologiques pour l aide au diagnostic des états infectieux de l enfant Dr Carine BROCARD Biologiste médical Laboratoire BIOCEANE LE HAVRE Journée des référents anti-infectieux 23 juin 2016 Rouen

Plus en détail

Risque Legionella dans les établissements de santé

Risque Legionella dans les établissements de santé Risque Legionella dans les établissements de santé * Surveillance de l environnement hospitalier : - une priorité nationale en matière de lutte contre les infections nosocomiales (100 recommandations )

Plus en détail

Risque infectieux néonatal

Risque infectieux néonatal PCT au SANG du CORDON Risque infectieux néonatal 08/10/2014 Dr Catherine BATTIE Dr Hocine BOUAMARI HFME 1 MARQUEURS INFLAMMATOIRES APRES INJECTION D UNE TOXINE BACTERIENNE modified from Dandona & Bohuon,

Plus en détail

PROALCONINE et SEPSIS Intérêt en Urgence, Réanimation

PROALCONINE et SEPSIS Intérêt en Urgence, Réanimation Dr E r i c C O P P A R D PROALCONINE et SEPSIS Intérêt en Urgence, Réanimation EPU Rillieux du Petite synthèse personnelle de données existantes dans la littérature 20 Juin 2006 Qu est est-ce que la Procalcitonine?

Plus en détail

Surveillance et complications des dispositifs intra-veineux de longue durée

Surveillance et complications des dispositifs intra-veineux de longue durée Surveillance et complications des dispositifs intra-veineux de longue durée Désormais toutes les équipes d onco-hématologies utilisent des voies veineuses de longue durée (DIVLD) pour l administration

Plus en détail

Procalcitonine: ce que l on sait et ce que l on ne sait pas

Procalcitonine: ce que l on sait et ce que l on ne sait pas Procalcitonine: ce que l on sait et ce que l on ne sait pas Pro-hormone de la calcitonine Elle est secrétée par de nombreuses cellules de l organisme (FOIE++) en réponse à une agression infectieuse (bactérienne

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) Infections associées aux soins (IAS)

INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) Infections associées aux soins (IAS) INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) Infections associées aux soins (IAS) IN / IAS Hospitalisation Absente à l admission Délai 48h après l admission Délai > période d incubation Exemple : légionnellose 10 jours

Plus en détail

L endocardite infectieuse

L endocardite infectieuse L endocardite infectieuse IFSI Nantes 2011-2012 Dr D. Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Nantes 1 A- Définition Greffe et multiplication, au niveau de l endocarde valvulaire, d un agent

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU RPFC. Prise en charge de l Infection Materno-Foetale. PC 004 Nb de pages : 1/6

RECOMMANDATIONS DU RPFC. Prise en charge de l Infection Materno-Foetale. PC 004 Nb de pages : 1/6 PC 004 Nb de pages : 1/6 1. DOCUMENTS DE REFERENCE - Agence Nationale d Accréditation et d Evaluation en Santé (ANAES). Diagnostic et traitement curatif de l infection bactérienne précoce du nveau-né.

Plus en détail

La fièvre en réanimation. Catherine Ract DAR Bicêtre

La fièvre en réanimation. Catherine Ract DAR Bicêtre La fièvre en réanimation Catherine Ract DAR Bicêtre Problèmes Difficultés diagnostiques avec risque vital de méconnaître une infection intrication de pathologies multiples clinique limitée gravité des

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE DES MENINGITES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE - Cas clinique. Dr Pierre-Julien ROGEZ SAU CHR G.

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE DES MENINGITES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE - Cas clinique. Dr Pierre-Julien ROGEZ SAU CHR G. ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE DES MENINGITES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE - Cas clinique Dr Pierre-Julien ROGEZ SAU CHR G. DRON TOURCOING Histoire de la maladie Priscilla, 20 ans, consultant

Plus en détail

Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) A. Riché P. Tattevin

Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) A. Riché P. Tattevin Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) F. Roblot A. Riché P. Tattevin Définitions des infections de Prothèses articulaires (PA) Les infections de PA sont définies en fonction de leur

Plus en détail

Infection maternofoetales et néonatales à Herpes simplex (HSV)

Infection maternofoetales et néonatales à Herpes simplex (HSV) Surveillance des cas d herpès néonatal enquête 2011-2015 auprès des services de Pédiatrie et Laboratoires Epidémiologie : Les virus herpès simplex de type 1 et 2 (HSV1 et HSV2) sont surtout responsables

Plus en détail

Infection précoce sur prothèse de hanche et de genou

Infection précoce sur prothèse de hanche et de genou Infection précoce sur prothèse de hanche et de genou Jean-Yves JENNY Service de Chirurgie Orthopédique Septique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 1 Conflits d intérêt ( potentiels ) Déclaration d intérêts

Plus en détail

Pr Ag. Torjemane L. et Pr Ag Achour W. CNGMO 25 ème Congrès de la STPI 16/04/2015 Hôtel le Royal, Hammamet

Pr Ag. Torjemane L. et Pr Ag Achour W. CNGMO 25 ème Congrès de la STPI 16/04/2015 Hôtel le Royal, Hammamet Pr Ag. Torjemane L. et Pr Ag Achour W. CNGMO 25 ème Congrès de la STPI 16/04/2015 Hôtel le Royal, Hammamet Introduction Émergence depuis 2011 d entérobactéries et d entérocoques/ Bactéries Multirésistantes

Plus en détail

Listeria Kenneth Todar University of Wisconsin-Madison Department of Bacteriology

Listeria Kenneth Todar University of Wisconsin-Madison Department of Bacteriology Listeria 2003 Kenneth Todar University of Wisconsin-Madison Department of Bacteriology Romain Volmer - ENVT - 28/04/2009 r.volmer@envt.fr http://www.microbiologyatlas.kvl.dk La bactérie : Listeria petits

Plus en détail

Méningites. Dr Rafik Terki Hassaïne Dr F. Tahrour, Dr A. Laredj, Dr F. Soltani, Dr N. Alla Et tous les Résidents EHS pédiatrique Canastel

Méningites. Dr Rafik Terki Hassaïne Dr F. Tahrour, Dr A. Laredj, Dr F. Soltani, Dr N. Alla Et tous les Résidents EHS pédiatrique Canastel Méningites Dr Rafik Terki Hassaïne Dr F. Tahrour, Dr A. Laredj, Dr F. Soltani, Dr N. Alla Et tous les Résidents EHS pédiatrique Canastel Année Nombre d hospitalisations 2010 1001 2011 1077 Nombre de méningites

Plus en détail

parine-facteur Plaquettaire 4 dans la thrombopénie induite chez le patient septique.

parine-facteur Plaquettaire 4 dans la thrombopénie induite chez le patient septique. Absence d anticorps d anti HéparineH parine-facteur Plaquettaire 4 dans la thrombopénie induite par l héparine l chez le patient septique. Docteur Cécile Chopard Anesthésiste CHI Eure-Seine Evreux 31 Mai

Plus en détail

L HYGIENE DE L ENVIRONNEMENT (prévention surveillance) L eau à l hôpital EOH_PSL_2012 1

L HYGIENE DE L ENVIRONNEMENT (prévention surveillance) L eau à l hôpital EOH_PSL_2012 1 L HYGIENE DE L ENVIRONNEMENT (prévention surveillance) L eau à l hôpital EOH_PSL_2012 1 QUEL ENVIRONNEMENT? EAU HYGIENE SURFACES AIR opourquoi? Parce qu ils sont tous des vecteurs potentiels EOH_PSL_2012

Plus en détail

Épidémie à Pseudomonas aeruginosa béta-lactamase à spectre étendu dans un service d Onco-hématologie pédiatrique

Épidémie à Pseudomonas aeruginosa béta-lactamase à spectre étendu dans un service d Onco-hématologie pédiatrique Équipe Opérationnelle d Hygiène Épidémie à Pseudomonas aeruginosa béta-lactamase à spectre étendu dans un service d Onco-hématologie pédiatrique Dr Salauze, Mme Chauvin, Mme Rossi (EOH Hôpital Trousseau)

Plus en détail

Méfiez-vous de la rivière qui dort

Méfiez-vous de la rivière qui dort Méfiez-vous de la rivière qui dort Dr BEN NEJI HEND Pr Ag ACHOUR WAFA Congrès de la société tunisienne de pathologie infectieuse Avril 2015 Mr SA 34 ans Leucémie aigue myéloblastique (LAM) hyperleucocytaire

Plus en détail

Macrophages pseudo-gaucher et infection à Mycobacterium avium. Rémy Hurstel

Macrophages pseudo-gaucher et infection à Mycobacterium avium. Rémy Hurstel Macrophages pseudo-gaucher et infection à Mycobacterium avium Rémy Hurstel Historique du patient Patient de sexe masculin né en 1934 Diagnostic de leucémie prolymphocytaire T CD 4+ réalisé en avril 2013

Plus en détail

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves. Janvier 2006

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves. Janvier 2006 Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves. Janvier 2006 PLAN Généralités Méningites Pneumopathies Infections urinaires Infections intra abdo Infections parties molles Endocardites Sepsis

Plus en détail

LISTERIOSE ET GROSSESSE

LISTERIOSE ET GROSSESSE LISTERIOSE ET GROSSESSE Incidence divisée par 3 entre 1997 et 2001 : contrôle des industries alimentaires Listeria monocytogenes BG + /anaérobie facultatif / Multiplication intracellulaire ubiquitaire

Plus en détail

ostéo articulaire Dr E. Senneville

ostéo articulaire Dr E. Senneville Modalités s du diagnostic de l infection ostéo articulaire Dr E. Senneville Clinique d Orthopédie Traumatologie, CHRU de Lille Service Universitaire Régional des Maladies Infectieuses, CH GustaveDronTourcoing

Plus en détail

Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS

Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant les pyélonéphrites aiguës : A - Elles peuvent mettre en jeu le pronostic vital

Plus en détail

LITTÉRATURE. Epidémiologie: Endémique en Asie du sud-est et Nord de l Australie Taux de létalité entre 14% et 68% selon les pays

LITTÉRATURE. Epidémiologie: Endémique en Asie du sud-est et Nord de l Australie Taux de létalité entre 14% et 68% selon les pays MÉLIOÏDOSE CHEZ LE VOYAGEUR: A PROPOS D UN CAS ET REVUE DE LA LITTÉRATURE Mémoire pour la Capacité de Médecine Tropicale, année 2014-2015 présenté par: Dr Souandou Tabibou Dirigé par: M. le Pr Eric Caumes

Plus en détail

Diarrhées aigues de l adulte (hors diarrhées immunodéprimées) (302) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Diarrhées aigues de l adulte (hors diarrhées immunodéprimées) (302) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Diarrhées aigues de l adulte (hors diarrhées immunodéprimées) (302) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Flore bactérienne colique normale Examen bactériologique des selles Examen parasitologique

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PERITONITES NOSOCOMIALES

PRISE EN CHARGE DES PERITONITES NOSOCOMIALES PRISE EN CHARGE DES PERITONITES NOSOCOMIALES C. Mariette Service de chirurgie digestive et générale CHRU LILLE Introduction Principes généraux Facteurs de gravité Plan Sur quels éléments repose l indication

Plus en détail

INCIDENCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES AU SERVICE DE RÉANIMATION MÉDICALE

INCIDENCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES AU SERVICE DE RÉANIMATION MÉDICALE CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE DE BAB EL OUED SERVICE D ÉPIDÉMIOLOGIE ET MÉDECINE PRÉVENTIVE Deuxième forum paramédical international de Sétif 08 et 09 décembre 2010 INCIDENCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES

Plus en détail

Isolements : mesures générales et mesures spécifiques pour chaque type d'isolement et exemple de germe

Isolements : mesures générales et mesures spécifiques pour chaque type d'isolement et exemple de germe QUESTIONS HYGIENE Isolements : mesures générales et mesures spécifiques pour chaque type d'isolement et exemple de germe Question 10: Dans un service un patient est porteur de la gale, des précautions

Plus en détail

Température optimale Croissance optimale pour T comprise 25 C et 45 C. Destruction cellulaire si exposition prolongée à T 60 C

Température optimale Croissance optimale pour T comprise 25 C et 45 C. Destruction cellulaire si exposition prolongée à T 60 C Informations sur les légionelles et sur la légionellose Arrêt de la multiplication cellulaire si T < 5 C Température optimale Croissance optimale pour T comprise 25 C et 45 C Destruction cellulaire si

Plus en détail

Prévention du risque infectieux en endoscopie ANALYSE D UNE ÉPIDÉMIE

Prévention du risque infectieux en endoscopie ANALYSE D UNE ÉPIDÉMIE Prévention du risque infectieux en endoscopie ANALYSE D UNE ÉPIDÉMIE H.N. BUI, V. MARIE 38 èmes Journées Régionales d Hygiène Hospitalière Mars 2016 Indications de la fibroscopie bronchique en Réanimation

Plus en détail

Prévention et gestion des gastro-entérites aiguës dans une collectivité de personnes âgées. Objectif. A savoir

Prévention et gestion des gastro-entérites aiguës dans une collectivité de personnes âgées. Objectif. A savoir Annexe 2 - GEA Annexe n 2-1 MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Prévention et gestion des gastro-entérites aiguës dans une collectivité de personnes âgées Objectif Prévenir ou contrôler une

Plus en détail

Ostéoarthrite de hanche à Fusobacterium necrophorum dans les. Présentation atypique d un syndrome de Lemierre

Ostéoarthrite de hanche à Fusobacterium necrophorum dans les. Présentation atypique d un syndrome de Lemierre Ostéoarthrite de hanche à Fusobacterium necrophorum dans les suites d une angine Présentation atypique d un syndrome de Lemierre Définition/Epidémiologie Nécrobacillose = septicémie à Fusobacterium + Thrombose

Plus en détail

Mortalité Périnatale

Mortalité Périnatale Mortalité Périnatale Prof.Asso.Dr.Douangdao SOUKALOUN, M.D.,Ph.D. Chef de service de Pediatrie, Hopital Mahosot 1 Mort périnatale: Mortalité Périnatale Définition Age gestationnel > 28 semaines ou Poids

Plus en détail

Prélèvement de plaie : pourquoi? quand? comment? Dr Sylvie Meaume, dermatologue gériatre Hôpital Rothschild

Prélèvement de plaie : pourquoi? quand? comment? Dr Sylvie Meaume, dermatologue gériatre Hôpital Rothschild Prélèvement de plaie : pourquoi? quand? comment? Dr Sylvie Meaume, dermatologue gériatre Hôpital Rothschild sylvie.meaume@rth.aphp.fr Pourquoi faire un prélèvement bactériologique? Pour faire le diagnostic

Plus en détail

Gestion du risque infectieux en établissement de santé Retour d expérience et analyse des causes

Gestion du risque infectieux en établissement de santé Retour d expérience et analyse des causes Gestion du risque infectieux en établissement de santé Retour d expérience et analyse des causes Dr J-M GUERIN Hôpital Lariboisière Paris Qu est ce que la gestion des risques? Connaissance et identification

Plus en détail

LES TOXI-INFECTIONS D ORIGINE BACTERIENNE

LES TOXI-INFECTIONS D ORIGINE BACTERIENNE LES TOXI-INFECTIONS D ORIGINE BACTERIENNE 1. DEFINITIONS 2. TOXI-INFECTIONS «VRAIES» 3. INTOXINATIONS 1. DEFINITIONS TIAC? Toxinogènes : Clostridium botulinum, Staphylococcus aureus Bacillus cereus, Clostridium

Plus en détail

Arthrite septique à Mycobacterium avium puis sepsis sur PTG

Arthrite septique à Mycobacterium avium puis sepsis sur PTG Arthrite septique à Mycobacterium avium puis sepsis sur PTG Case report Bibliographie Discussion LIGNEL A. (interne) POLARD J-L (PH) Service d Orthopédie et Traumatologie CHU Rennes Mme L, 67 ans ATCD

Plus en détail

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Cours PCEM 2 Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Anne-Laure Michon, AHU Laboratoire de Bactériologie, CHU de Montpellier, Université Montpellier I Objectifs

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L'APLASIE FÉBRILE. Christelle DUFOUR Département de pédiatrie Institut Gustave Roussy DIUOP

PRISE EN CHARGE DE L'APLASIE FÉBRILE. Christelle DUFOUR Département de pédiatrie Institut Gustave Roussy DIUOP PRISE EN CHARGE DE L'APLASIE FÉBRILE Christelle DUFOUR Département de pédiatrie Institut Gustave Roussy DIUOP 2014-2015 APLASIE FÉBRILE Complication grave à la chimiothérapie Morbidité Infection documentée

Plus en détail

Les Maladies d origine alimentaire

Les Maladies d origine alimentaire Conseil de développement Nantes Métropole mercredi 7 octobre 2009 -CCO - Cycle de conférences avec PONAN Dr. Maître de conférences Unité Hygiène et Qualité des Aliments UMR SECALIM Ecole Nationale Vétérinaire

Plus en détail

EVALUATION FORMATIVE UE PROCESSUS INFECTIEUX ET INFLAMMATOIRE

EVALUATION FORMATIVE UE PROCESSUS INFECTIEUX ET INFLAMMATOIRE CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE GUADELOUPE DIRECTION DE LA FORMATION ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS EVALUATION FORMATIVE UE 2.5 - PROCESSUS INFECTIEUX ET INFLAMMATOIRE

Plus en détail

Transmission nosocomiale des entérovirus :

Transmission nosocomiale des entérovirus : Transmission nosocomiale des entérovirus : Intérêt du diagnostic moléculaire rapide associé au génotypage prospectif Enseignement à propos d une observation Audrey MIRAND EA3843 Laboratoire de Virologie

Plus en détail

Infections Urinaires de l Enfant

Infections Urinaires de l Enfant Elaboration de Bonne Pratique Clinique Infections Urinaires de l Enfant Robert Cohen Coordonateur du Groupe d Expert sur les Infections urinaires de l enfant Particularités des IU de l enfant Fréquence

Plus en détail

Principes de l antibiothérapie curative post-opératoire de première intention. Olivier LEROY Maladies Infectieuses

Principes de l antibiothérapie curative post-opératoire de première intention. Olivier LEROY Maladies Infectieuses Principes de l antibiothérapie curative post-opératoire de première intention Olivier LEROY Maladies Infectieuses Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur,

Plus en détail

Pronostic des patients d onco-hématologie en réanimation

Pronostic des patients d onco-hématologie en réanimation Pronostic des patients d onco-hématologie en réanimation Rébecca Hamidfar-Roy Réanimation Médicale CHU de Grenoble Actualités En Réanimation 14 Novembre 2013 Oncohématologie/Réanimation Facteurs liés à

Plus en détail

Arthrite d évolution récente

Arthrite d évolution récente CHU de BORDEAUX Douleur et épanchement articulaire. Arthrite d évolution récente Item 307 : Devant une douleur ou un épanchement articulaire, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier

Plus en détail

Complications neurologiques symptomatiques de l'endocardite infectieuse : contributions de l'irm cérébrale

Complications neurologiques symptomatiques de l'endocardite infectieuse : contributions de l'irm cérébrale Complications neurologiques symptomatiques de l'endocardite infectieuse : contributions de l'irm cérébrale T. Goulenok, P. Longuet, J.J. Laurichesse, I. Klein, C. Leport, B. Iung, X. Duval. 1 à propos

Plus en détail

Guide d utilisation de la procalcitonine

Guide d utilisation de la procalcitonine Guide d utilisation de la procalcitonine bit.ly/procalcitonine Jeannot Dumaresq, microbiologiste-infectiologue CISSS de Chaudière-Appalaches 21 mars 2016 Généralités sur la procalcitonine (PCT) Prohormone

Plus en détail

Tuberculose des carnivores domestiques. Professeur D.P. PICAVET UP Pathologie infectieuse, Zoonoses, Législation sanitaire

Tuberculose des carnivores domestiques. Professeur D.P. PICAVET UP Pathologie infectieuse, Zoonoses, Législation sanitaire Tuberculose des carnivores domestiques Professeur D.P. PICAVET UP Pathologie infectieuse, Zoonoses, Législation sanitaire Introduction M. tuberculosis, M. bovis >> M.avium Importance: Hygiénique Source

Plus en détail

Traitement chirurgical des fistules des voies aériennes

Traitement chirurgical des fistules des voies aériennes Traitement chirurgical des fistules des voies aériennes Service Chirurgie Thoracique Hôpital Cochin Les Rencontres du Club d Endoscopie Thoracique d Ile de France (CETIF) Vendredi 23 mai 2014-19h30 Fistule

Plus en détail

INFECTIONS DES TISSUS MOUS

INFECTIONS DES TISSUS MOUS INFECTIONS DES TISSUS MOUS 1 Definitions 2 Définitions Dermohypodermite bactérienne: Erysipéle Infection cutanée aiguë touchant le derme et l hypoderme Localisée Non nécrosante Fréquente chez l adulte,

Plus en détail

QUICK READ CRP Etude de faisabilité sur l utilisation d un appareil de mesure rapide de la protéine C réactive en pratique courante de médecine

QUICK READ CRP Etude de faisabilité sur l utilisation d un appareil de mesure rapide de la protéine C réactive en pratique courante de médecine QUICK READ CRP Etude de faisabilité sur l utilisation d un appareil de mesure rapide de la protéine C réactive en pratique courante de médecine générale Nicolas GROFFAL 19 avril 2012 INTRODUCTION(1) CRP

Plus en détail

Risque d infection associée aux soins et prévention chez le patient gériatrique

Risque d infection associée aux soins et prévention chez le patient gériatrique Risque d infection associée aux soins et prévention chez le patient gériatrique Dr M-C LAURAIN Praticien Hospitalier 17 juin 2016 I -Données démographiques Il y a de plus en plus de personnes âgées Année

Plus en détail

Compétence 4 UE 4.4. S2

Compétence 4 UE 4.4. S2 Compétence 4 UE 4.4. S2 HEMOCULTURE SITUATION: Vous êtes en stage en pneumologie, vous prenez en charge Mme H, 75ans entrée pour pneumopathie. Vous prenez sa température, elle a 39 5, la patiente vous

Plus en détail

PNEUMOCYSTOSE : EPIDEMIOLOGIE,TRANSMISSION, INVESTIGATION DE CAS GROUPÉS

PNEUMOCYSTOSE : EPIDEMIOLOGIE,TRANSMISSION, INVESTIGATION DE CAS GROUPÉS PNEUMOCYSTOSE : EPIDEMIOLOGIE,TRANSMISSION, INVESTIGATION DE CAS GROUPÉS Dr Nathalie Pestourie-Penault Assistant spécialiste Unité d Hygiène Hospitalière CHU de Limoges JNI 15 juin 2012 Généralités P.

Plus en détail

Dr F. Sapin Spécialité en médecine d urgence Année académique seminaires iris

Dr F. Sapin Spécialité en médecine d urgence Année académique seminaires iris Dr F. Sapin Spécialité en médecine d urgence Année académique 2013 2014 Introduction Le développement d un sepsis suite à une chirurgie abdominale, même programmée, est grevé d une mortalité importante

Plus en détail

Aspects microbiologiques des pneumopathies nosocomiales

Aspects microbiologiques des pneumopathies nosocomiales Aspects microbiologiques des pneumopathies nosocomiales Pauline Floch AHU Laboratoire de Bactériologie GHS Pr F. Mégraud CHU de Bordeaux 5 ème journée d Infectiologie en Aquitaine 6 ème journée Régionale

Plus en détail

Optimisation de l analyse bactériologique des prothèses orthopédiques

Optimisation de l analyse bactériologique des prothèses orthopédiques Optimisation de l analyse bactériologique des prothèses orthopédiques C. RondéOustau 1, J. Gaudias 2, C. Boéri 2, JY. Jenny 2, P. Riegel 3 1 Service des Maladies Infectieuses 2 Service de Chirurgie Orthopédique

Plus en détail

Pseudomonas aeruginosa

Pseudomonas aeruginosa Pseudomonas aeruginosa Pseudomonas aeruginosa Bacilles à Gram négatif Mobiles (ciliature polaire) Aérobies stricts Pseudomonas aeruginosa Aérobies stricts Pseudomonas aeruginosa Pigmentation bleu-vert

Plus en détail

Etats septiques néonataux Et risques infectieux

Etats septiques néonataux Et risques infectieux Etats septiques néonataux Et risques infectieux G. Putet Discussions à partir des textes ANAES DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT CURATIF DE L'INFECTION BACTERIENNE PRECOCEDU NOUVEAU-NE. NE. www.anaes.fr Infection

Plus en détail

Les infections associées aux soins: Quelle est l ampleur du problème?

Les infections associées aux soins: Quelle est l ampleur du problème? Les infections associées aux soins: Quelle est l ampleur du problème? Geneviève Christiaens Médecin coordinateur de l équipe d hygiène hospitalière Présidente du Comité d Hygiène Hospitalière Direction

Plus en détail

Épidémie due a Klebsiella pneumoniae BLSE dans un service de réanimation : gestion et analyse de l'intérêt du signalement externe

Épidémie due a Klebsiella pneumoniae BLSE dans un service de réanimation : gestion et analyse de l'intérêt du signalement externe Centre Hospitalier Avranches Granville Journée C CLIN Ouest Signalement des infections nosocomiales Épidémie due a Klebsiella pneumoniae BLSE dans un service de réanimation : gestion et analyse de l'intérêt

Plus en détail

QUELLE UTILISATION DE LA PCT EN PÉDIATRIE? Pr C GRAS-LE GUEN Réanimation et Urgences pédiatriques Hôpital Mère Enfant CHU NANTES

QUELLE UTILISATION DE LA PCT EN PÉDIATRIE? Pr C GRAS-LE GUEN Réanimation et Urgences pédiatriques Hôpital Mère Enfant CHU NANTES QUELLE UTILISATION DE LA PCT EN PÉDIATRIE? Pr C GRAS-LE GUEN Réanimation et Urgences pédiatriques Hôpital Mère Enfant CHU NANTES 2 Fièvre de l enfant: la problématique pédiatrique 1er motif de consultation

Plus en détail

ROLE DU LABORATOIRE DANS LE SUIVI DU TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE. Dr.HENNICHE HCA

ROLE DU LABORATOIRE DANS LE SUIVI DU TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE. Dr.HENNICHE HCA ROLE DU LABORATOIRE DANS LE SUIVI DU TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE Dr.HENNICHE HCA INTRODUCTION Les principaux critères de choix d un antibiotique sont: -le premier critère est son activité propre par rapport

Plus en détail

Recommandations de bonnes pratiques - HAS mars 2014

Recommandations de bonnes pratiques - HAS mars 2014 Recommandations de bonnes pratiques - HAS mars 2014 Prothèse de hanche ou de genou : diagnostic et prise en charge de l infection dans le mois suivant l implantation Dr S. Nguyen Service de Maladies Infectieuses,

Plus en détail

Risques infectieux en Hémodialyse. Cas pratique. Analyse. Méthode d analyse. Démarche d analyse des causes et détermination d actions correctives

Risques infectieux en Hémodialyse. Cas pratique. Analyse. Méthode d analyse. Démarche d analyse des causes et détermination d actions correctives Risques infectieux en Hémodialyse Cas pratique Analyse Démarche d analyse des causes et détermination d actions correctives Cas d infections nosocomiales virales Méthode d analyse 1. Description de l événement

Plus en détail

GROUPES SANGUINS ET TRANSFUSIONS

GROUPES SANGUINS ET TRANSFUSIONS Faculté de Médecine d Alger Direction de la Pédagogie Formation Médicale Continue SOINS DE SUPPORT EN ONCOLOGIE GROUPES SANGUINS ET TRANSFUSIONS Pr M. Ramaoun Service d hématologie / CTS CHU Béni Méssous

Plus en détail

PLACE DU LINEZOLIDE (et des anti-samr) EN TRAITEMENT PROBABILISTE DES PNEUMOPATHIES DE REANIMATION? J. PERNY Réanimation Médicale Brabois

PLACE DU LINEZOLIDE (et des anti-samr) EN TRAITEMENT PROBABILISTE DES PNEUMOPATHIES DE REANIMATION? J. PERNY Réanimation Médicale Brabois PLACE DU LINEZOLIDE (et des anti-samr) EN TRAITEMENT PROBABILISTE DES PNEUMOPATHIES DE REANIMATION? J. PERNY Réanimation Médicale Brabois GENERALITES Pneumopathie de réanimation : Communautaire Nosocomiales

Plus en détail

Hygiène des mains et port de gants

Hygiène des mains et port de gants Hygiène des mains et port de gants Dr Agnès VINCENT 2 e Journée de Prévention du Risque Infectieux en FAM, MAS et IME 2 Octobre 2014 -Lyon Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales

Plus en détail

Sémiologie des Etats de choc

Sémiologie des Etats de choc Sémiologie des Etats de choc Dr CHEN CHI SONG 12/11/2012 1 Introduction Urgence vitale Reconnaître Diagnostiquer étiologie Traiter 12/11/2012 2 Définition Etat de choc: survenue d une hypotension artérielle:

Plus en détail

Protocole de surveillance des Coxiella burnetii, fièvre Q

Protocole de surveillance des Coxiella burnetii, fièvre Q Protocole de surveillance des Coxiella burnetii, fièvre Q Justifications : La fièvre Q est une zoonose causée par Coxiella burnetii, bactérie intracellulaire stricte. Les études séro-épidémiologiques démontrent

Plus en détail

Mesures d isolement en milieu hospitalier. Morocco, Marrakech FRIDAY 15 MAY 2015 Brahim Garmouh

Mesures d isolement en milieu hospitalier. Morocco, Marrakech FRIDAY 15 MAY 2015 Brahim Garmouh Mesures d isolement en milieu hospitalier Morocco, Marrakech FRIDAY 15 MAY 2015 Brahim Garmouh Sommaire Introduction Objectif de l isolement Méthodes d isolement A. Isolement septique: 1. Précautions standards

Plus en détail