CAS CLINIQUE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CAS CLINIQUE"

Transcription

1 CAS CLINIQUE

2 Un homme, 47 ans, diabétique sous ADO, se présente aux urgences pour fièvre et douleur de la jambe droite et vomissements évoluant depuis 48 heures. A l examen : T = 39 C Placard rouge chaud douloureux mal limité intéressant les 2/3 inf de la jambe droite Absence d IIO Absence d ADP satellites

3 Quel sera votre conduite? A. Pratiquer en urgence une échographie doppler veineuse B. Prescrire un traitement antibiotique en ambulatoire C. Adresser le malade en chirurgie pour avis D. Rechercher une décompensation du diabète

4 Quel sera votre conduite? A. Pratiquer en urgence une échographie doppler veineuse Le tableau clinique ne cadre pas avec une phlébite : fièvre à 39, placard rouge douloureux

5 Quel sera votre conduite? A. Pratiquer en urgence une échographie doppler veineuse B. Prescrire un traitement antibiotique en ambulatoire C. Adresser le malade en chirurgie pour avis D. Rechercher une décompensation du diabète

6 Quel sera votre conduite? A. Pratiquer en urgence une échographie doppler veineuse B. Prescrire un traitement antibiotique en ambulatoire Le malade est diabétique Le caractère du placard est suspect de complication : mal limité Absence de porte d entrée

7 Quel sera votre conduite? A. Pratiquer en urgence une échographie doppler veineuse B. Prescrire un traitement antibiotique en ambulatoire C. Adresser le malade en chirurgie pour avis D. Rechercher une décompensation du diabète

8 Quel sera votre conduite? A. Pratiquer en urgence une échographie doppler veineuse B. Prescrire un traitement antibiotique en ambulatoire C. Adresser le malade en chirurgie pour avis Caractère suspect de complication

9 Quel sera votre conduite? A. Pratiquer en urgence une échographie doppler veineuse B. Prescrire un traitement antibiotique en ambulatoire C. Adresser le malade en chirurgie pour avis D. Rechercher une décompensation du diabète

10 Quel sera votre conduite? A. Pratiquer en urgence une échographie doppler veineuse B. Prescrire un traitement antibiotique en ambulatoire C. Adresser le malade en chirurgie pour avis D. Rechercher une décompensation du diabète

11 Vous décidez d hospitaliser le malade. Quels sont les germes à considérer dans votre antibiothérapie initiale?

12 Vous décidez d hospitaliser le malade. Quels sont les germes à considérer dans votre antibiothérapie initiale? Staphylococcus aureus Streptocoques Anaérobies

13 Parmi les antibiotiques suivants, les quels prescrivez vous en 1 ère intention? A. Amoxicilline B. Amoxicilline + acide clavulanique C. Érythromycine D. Pristinamycine E. Clindamycine

14 Parmi les antibiotiques suivants, les quels prescrivez vous en 1 ère intention? A. Amoxicilline B. Amoxicilline + acide clavulanique C. Érythromycine D. Pristinamycine E. Clindamycine

15 Parmi les antibiotiques suivants, les quels prescrivez vous en 1 ère intention? A. Amoxicilline B. Amoxicilline + acide clavulanique C. Érythromycine D. Pristinamycine E. Clindamycine

16 Parmi les antibiotiques suivants, les quels prescrivez vous en 1 ère intention? A. Amoxicilline B. Amoxicilline + acide clavulanique C. Érythromycine D. Pristinamycine E. Clindamycine

17 Parmi les antibiotiques suivants, les quels prescrivez vous en 1 ère intention? A. Amoxicilline B. Amoxicilline + acide clavulanique C. Érythromycine D. Pristinamycine (vomissements) E. Clindamycine

18 Parmi les antibiotiques suivants, les quels prescrivez vous en 1 ère intention? A. Amoxicilline B. Amoxicilline + acide clavulanique C. Érythromycine D. Pristinamycine E. Clindamycine

19 Le patient a été mis sous C1G IV et métronidazole. 72 heures plus tard, apparaît des lésions cutanées à type de décollement avec une coloration noirâtre de la peau Écho des parties molles : deux collections sous cutanées

20 Le patient a été mis sous C1G IV et métronidazole. 72 heures plus tard, apparaît des lésions cutanées à type de décollement avec une coloration noirâtre de la peau Écho des parties molles : deux collections sous cutanées Quelle est votre conduite?

21 A. il s agit d une fasciite nécrosante chez un diabétique : amputation B. Chirurgie et excision large du tissu nécrosé et modifier l antibiothérapie C. Modifier l antibiothérapie : large spectre D. Réaliser une ponction des collections sous échographie et modifier l antibiothérapie après résultat bactériologique

22 A. il s agit d une fasciite nécrosante chez un diabétique : amputation B. Chirurgie et excision large du tissu nécrosé et modifier l antibiothérapie C. Modifier l antibiothérapie : large spectre D. Réaliser une ponction des collections sous échographie et modifier l antibiothérapie après résultat bactériologique

23 A. il s agit d une fasciite nécrosante chez un diabétique : amputation B. Chirurgie et excision large du tissu nécrosé et modifier l antibiothérapie C. Modifier l antibiothérapie : large spectre D. Réaliser une ponction des collections sous échographie et modifier l antibiothérapie après résultat bactériologique

24 A. il s agit d une fasciite nécrosante chez un diabétique : amputation B. Chirurgie et excision large du tissu nécrosé et modifier l antibiothérapie C. Modifier l antibiothérapie : large spectre D. Réaliser une ponction des collections sous échographie et modifier l antibiothérapie après résultat bactériologique

25 A. il s agit d une fasciite nécrosante chez un diabétique : amputation B. Chirurgie et excision large du tissu nécrosé et modifier l antibiothérapie C. Modifier l antibiothérapie : large spectre D. Réaliser une ponction des collections sous échographie et modifier l antibiothérapie après résultat bactériologique

26 Le patient est opéré et mis sous clindamycine + ceftazidime J4 : obtention d une apyrexie J5 : fièvre à 40 C, douleurs abdominales diffuses, diarrhée glaireuse. Que suspectez vous? Quelle est votre conduite?

27 Colite pseudo-membraneuse à Clostridium difficile.

28 Colite pseudo-membraneuse à Clostridium difficile. Antibiotique incriminé : clindamycine

29 Colite pseudo-membraneuse à Clostridium difficile. Antibiotique incriminé : clindamycine Arrêt immédiat de la clindamycine

30 Colite pseudo-membraneuse à Clostridium difficile. Antibiotique incriminé : clindamycine Arrêt immédiat de la clindamycine Réaliser une coproculture avec recherche des toxines A et B

31 Colite pseudo-membraneuse à Clostridium difficile. Antibiotique incriminé : clindamycine Arrêt immédiat de la clindamycine Réaliser une coproculture avec recherche des toxines A et B Antibiothérapie par métronidazole

INFECTIONS DES TISSUS MOUS

INFECTIONS DES TISSUS MOUS INFECTIONS DES TISSUS MOUS 1 Definitions 2 Définitions Dermohypodermite bactérienne: Erysipéle Infection cutanée aiguë touchant le derme et l hypoderme Localisée Non nécrosante Fréquente chez l adulte,

Plus en détail

Infection des parties molles. S.Touchais

Infection des parties molles. S.Touchais Infection des parties molles S.Touchais Flore Principales bactéries en causes dans les infections cutanées : - Sta. aureus - Streptococcus pyogenes (streptocoques du groupe A). 2 Streptocoques Ne sont

Plus en détail

Pathologies chirurgicales IFCS

Pathologies chirurgicales IFCS C est une folliculite profonde, nécrosante due au staphylocoque doré. La folliculite est l infection de l appareil pulo-cébacés. II) - Clinique : 1)- Signes locaux : Le début est marqué par une saille

Plus en détail

. Quelles durées de traitements antibiotiques pour les infections courantes? Cas clinique IRB Atelier 2

. Quelles durées de traitements antibiotiques pour les infections courantes? Cas clinique IRB Atelier 2 . Quelles durées de traitements antibiotiques pour les infections courantes? Cas clinique IRB Atelier 2 Pr Hanene Tiouiri Benaissa Service des maladies infectieuses CHU La Rabta La résistance aux antibiotiques

Plus en détail

Infection digestive à Clostridium difficile

Infection digestive à Clostridium difficile Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Dr Adnene TOUMI Service des Maladies Infectieuses Monastir.

CAS CLINIQUE. Dr Adnene TOUMI Service des Maladies Infectieuses Monastir. CAS CLINIQUE Dr Adnene TOUMI Service des Maladies Infectieuses Monastir Mr XY, 50 ans, infirmier, asthmatique, vous consulte le 10 janvier pour Fièvre évoluant depuis 48 heures chiffrée à 40 C, frissons

Plus en détail

Cas clinique. Guyen, L.Legout des Maladies Infectieuses CH de Tourcoing

Cas clinique. Guyen, L.Legout des Maladies Infectieuses CH de Tourcoing Cas clinique Dr E. Senneville,, S. N GuyenN Guyen, L.Legout Service Régional R des Maladies Infectieuses CH de Tourcoing 2 ème JRIPD, 1 er Juin 2007 Cas? Mrs H. Kimberly, 64 ans? Diabète connu depuis plus

Plus en détail

COPACAMU Comment traiter en ambulatoire les infections Pulmonaires, urinaires, cutanées. Cas cliniques. Sékéné BADIAGA Hôpital Nord Marseille

COPACAMU Comment traiter en ambulatoire les infections Pulmonaires, urinaires, cutanées. Cas cliniques. Sékéné BADIAGA Hôpital Nord Marseille COPACAMU 2011 Comment traiter en ambulatoire les infections Pulmonaires, urinaires, cutanées Cas cliniques Sékéné BADIAGA Hôpital Nord Marseille Cas clinique 1 Femme de 36 ans, sans ATCD Séjour touristique

Plus en détail

I. chroniques I. aiguës Sinus pilonidal Maladie de Verneuil Sinus pilonidal Maladie de Verneuil Sinus pilonidal

I. chroniques I. aiguës Sinus pilonidal Maladie de Verneuil Sinus pilonidal Maladie de Verneuil Sinus pilonidal PRISE EN CHARGE CHIRURGICALE des INFECTIONS CUTANÉES M. Revol www.hopitalsaintlouis.org pilus : poil nidus : nid sinus : cavité Kyste (ou «sinus») pilonidal (ou «sacrococcygien») : granulome sous-cutané

Plus en détail

Tableaux avec les antibiothérapies proposées dans le pied diabétique infecté. Recommandations 2007 sur la prise en charge du pied diabétique infecté

Tableaux avec les antibiothérapies proposées dans le pied diabétique infecté. Recommandations 2007 sur la prise en charge du pied diabétique infecté Tableaux avec les antibiothérapies proposées dans le pied diabétique infecté Recommandations 2007 sur la prise en charge du pied diabétique infecté Facteurs généraux et choix de l ATB Facteurs associés

Plus en détail

Infections cutanées à pyogènes

Infections cutanées à pyogènes Infections cutanées à pyogènes Un peu de sémantique Les pathologies dites d inoculation Les exanthèmes infectieux Les infections cutanées à pyogènes Primaires Secondaires Pathologies d inoculation : Pasteurellose

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Dr Foued BELLAZREG Service de Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached - Sousse. Sousse, le 23 septembre 2011

CAS CLINIQUE. Dr Foued BELLAZREG Service de Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached - Sousse. Sousse, le 23 septembre 2011 CAS CLINIQUE Dr Foued BELLAZREG Service de Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached - Sousse Sousse, le 23 septembre 2011 1 Un patient de 50 ans consulte aux urgences pour céphalées, fièvre, et vomissements

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Dr Wissem HACHFI. Sce de Médecine Interne et Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached Sousse

CAS CLINIQUE. Dr Wissem HACHFI. Sce de Médecine Interne et Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached Sousse CAS CLINIQUE Dr Wissem HACHFI Sce de Médecine Interne et Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached Sousse Cas clinique - Patient de 70 ans, - Antécédents:. Diabète de type II sous ISL. Prothèse mécanique

Plus en détail

ANTIBIOTIQUES révisions. Dr Oana DUMITRESCU, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux

ANTIBIOTIQUES révisions. Dr Oana DUMITRESCU, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux ANTIBIOTIQUES révisions Dr Oana DUMITRESCU, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux oana.dumitrescu@chu-lyon.fr b-lactamines Glycopeptides Fosfomycine Quinolones Sulfamides Rifampicine Nitrofuranes

Plus en détail

Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) A. Riché P. Tattevin

Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) A. Riché P. Tattevin Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) F. Roblot A. Riché P. Tattevin Définitions des infections de Prothèses articulaires (PA) Les infections de PA sont définies en fonction de leur

Plus en détail

Diarrhée post antibiotiques

Diarrhée post antibiotiques Diarrhée post antibiotiques Dr M. Brière 2014 Diarrhée post antibiotiques Diarrhée survenant l Au décours l Et jusqu à 8 semaines après la fin du traitement ATB 2 diagnostics à évoquer l Dysbiose aigue

Plus en détail

SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE

SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE I Définition Elle se définit comme une infection aiguë de la muqueuse du sinus maxillaire. C est une affection fréquente vue dans le cadre de l urgence. C est une complication

Plus en détail

Journée. de pathologie. infectieuse. pédiatrique. ambulatoire. Vignette 1 Clostridium Une Prise en Charge difficile. Josette Raymond Marc Bellaïche

Journée. de pathologie. infectieuse. pédiatrique. ambulatoire. Vignette 1 Clostridium Une Prise en Charge difficile. Josette Raymond Marc Bellaïche 18e Journée de pathologie infectieuse pédiatrique ambulatoire Vignette 1 Clostridium Une Prise en Charge difficile Josette Raymond Marc Bellaïche 1 Joseph 15 mois a depuis 3 jours une diarrhée glairosanglante,

Plus en détail

7 QCM Infections respiratoires. Florence Gourdon PH CH Vichy

7 QCM Infections respiratoires. Florence Gourdon PH CH Vichy 7 QCM Infections respiratoires Florence Gourdon PH CH Vichy QCM1 Vous êtes appelé auprès de Mme Grand-âge Gertrude, 98 ans, car elle présente une fièvre à 38,5 C depuis 48 heures, associée à une toux sèche,

Plus en détail

Les Antibiotiques en dermatologie. Où? Quand? Comment? Domitille Courivaud Dermatologue, CARMI Lens-Grenay Hôpital Saint Vincent de

Les Antibiotiques en dermatologie. Où? Quand? Comment? Domitille Courivaud Dermatologue, CARMI Lens-Grenay Hôpital Saint Vincent de Les Antibiotiques en dermatologie. Où? Quand? Comment? Domitille Courivaud Dermatologue, CARMI Lens-Grenay Hôpital Saint Vincent de Type de flore présente à la surface de l épiderme : Antibiothérapie ET

Plus en détail

Grande diversité des lésions, une sémiologie riche, Connaissance de l anatomie de la peau, Examen clinique et Investigations paracliniques

Grande diversité des lésions, une sémiologie riche, Connaissance de l anatomie de la peau, Examen clinique et Investigations paracliniques Grande diversité des lésions, une sémiologie riche, Connaissance de l anatomie de la peau, Données microbiologiques, Examen clinique et Investigations paracliniques Des algorithmes décisionnels appliqués

Plus en détail

Nora MIFTAH externe DCEM2 Service d endocrinologie Printemps 2012 Hôpital Avicenne

Nora MIFTAH externe DCEM2 Service d endocrinologie Printemps 2012 Hôpital Avicenne CAS CLINIQUE Nora MIFTAH externe DCEM2 Service d endocrinologie Printemps 2012 Hôpital Avicenne MOTIF D HOSPITALISATION Mr A. M. patient âgé de 73 ans, venu aux urgences le 30/05/2012 pour une plaie plantaire

Plus en détail

Antibiothérapie et rupture prématurée des membranes (RPM): Etat des lieux

Antibiothérapie et rupture prématurée des membranes (RPM): Etat des lieux Antibiothérapie et rupture prématurée des membranes (RPM): Etat des lieux Loïc Sentilhes, Guillaume Legendre, Pauline Jeanneteau, Sébastien Madzou, Florence Biquard, Philippe Gillard, Philippe Descamps

Plus en détail

BACTÉRIÉMIES CHEZ LA FEMME ENCEINTE : ÉTUDE DESCRIPTIVE CHEZ 135 PATIENTES ENCEINTE : ÉTUDE DESCRIPTIVE CHEZ

BACTÉRIÉMIES CHEZ LA FEMME ENCEINTE : ÉTUDE DESCRIPTIVE CHEZ 135 PATIENTES ENCEINTE : ÉTUDE DESCRIPTIVE CHEZ BACTÉRIÉMIES CHEZ LA FEMME ENCEINTE : ÉTUDE DESCRIPTIVE CHEZ BACTÉRIÉMIES 35 PATIENTES CHEZ LA FEMME ENCEINTE : ÉTUDE DESCRIPTIVE CHEZ 35 PATIENTES Laure Surgers, Nadia Valin, Bruno Carbonne, Valérie Lalande,

Plus en détail

Uniformisons. notre communication

Uniformisons. notre communication Antibiothérapie des Pneumonies et des Pleuro-pneumopathies Uniformisons Robert COHEN notre communication CHI Créteil GRC Gemini Université Paris XII GPIP InfoVac ACTIV Etiologies des pneumonies de l enfant

Plus en détail

Dr J.P. Rasigade, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Octobre 2014

Dr J.P. Rasigade, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Octobre 2014 Dr J.P. Rasigade, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Octobre 2014 Utilisation antibiotique = Résistance DANS et HORS Etablissements de soins BMR Innovation pharmaceutique Impasse thérapeutique

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Dr Adnene TOUMI Service des Maladies Infectieuses CHU Fattouma Bourguiba Monastir. Monastir le

CAS CLINIQUE. Dr Adnene TOUMI Service des Maladies Infectieuses CHU Fattouma Bourguiba Monastir. Monastir le CAS CLINIQUE Dr Adnene TOUMI Service des Maladies Infectieuses CHU Fattouma Bourguiba Monastir Monastir le 28.11.2008 Patient âgé de 54 ans, diabétique sous insuline 5.08.2008 : AVP avec TC temporal gauche

Plus en détail

DOSSIER PROGRESSIF n 1 VIRGINIE LAFONTAINE 2015/2016

DOSSIER PROGRESSIF n 1 VIRGINIE LAFONTAINE 2015/2016 DOSSIER PROGRESSIF n 1 VIRGINIE LAFONTAINE 2015/2016 Mr KARY âgé de 30 ans déteste aller chez le dentiste et donc n a aucun suivi à ce niveau. Depuis 3 jours il présente une douleur constante au niveau

Plus en détail

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF 2015 INTRODUCTION L infection urinaire (IU) peut avoir des conséquences

Plus en détail

PROBIOTIQUES ET PATHOLOGIE INFECTIEUSE

PROBIOTIQUES ET PATHOLOGIE INFECTIEUSE PROBIOTIQUES ET PATHOLOGIE INFECTIEUSE ej 20 ée ourn de path ologie in fe ct ieu se p é d i a t r i q bu ue am lato ire Marc Bellaïche Robert Cohen 1 Arthur 15 mois, non vacciné contre le rotavirus, présente

Plus en détail

Le respect de ces principes permettra de limiter les conséquences de la pénurie.

Le respect de ces principes permettra de limiter les conséquences de la pénurie. Réponses à la saisine de l ANSM du 23 Janvier 2017, sur les ruptures de stock de 2 dosages d amox/ac.clav injectables (500 mg/50mg et 2000 mg/200 mg) Préambule : Ces préconisations sont émises par défaut,

Plus en détail

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy Principes generaux de l antibiotherapie Prof RANDRIA Mamy Introduction Antibiotiques: substances d origine biologique ou synthétique capables d inhiber la croissance des bactéries Médicaments d usage courant

Plus en détail

Antibiothérapie dans rhinosinusites aigues bactériennes

Antibiothérapie dans rhinosinusites aigues bactériennes Antibiothérapie dans rhinosinusites aigues bactériennes Messala.R, Touati.S, Mecibah.A (service ORL EPH de Batna) Messala.A,Kassah Laouar.A(service de microbiologie Batna), Introduction Rhinosinusites

Plus en détail

Cas clinique : prévention de la rage après morsure animale. Dr A TOUMI Service des Maladies Infectieuses EPS F Bourguiba Monastir

Cas clinique : prévention de la rage après morsure animale. Dr A TOUMI Service des Maladies Infectieuses EPS F Bourguiba Monastir Cas clinique : prévention de la rage après morsure animale Dr A TOUMI Service des Maladies Infectieuses EPS F Bourguiba Monastir Un homme de 45 ans, berger, vient consulter 1 heure après avoir été mordu

Plus en détail

Plaies chroniques. Prélèvements, interprétation. Dr DECRUCQ Krystel, microbiologiste LABORATOIRE BIOLILLE

Plaies chroniques. Prélèvements, interprétation. Dr DECRUCQ Krystel, microbiologiste LABORATOIRE BIOLILLE Plaies chroniques Prélèvements, interprétation Dr DECRUCQ Krystel, microbiologiste LABORATOIRE BIOLILLE Quelques définitions Plaie: rupture de la continuité de l enveloppe corporelle généralement associée

Plus en détail

Dermo-hypodermites, fasciites nécrosantes et myonécroses. Julien Rousset 16/09/09 Limoges

Dermo-hypodermites, fasciites nécrosantes et myonécroses. Julien Rousset 16/09/09 Limoges Dermo-hypodermites, fasciites nécrosantes et myonécroses Julien Rousset 16/09/09 Limoges Généralités Infection des tissus mous Gravité fonction de la profondeur de l atteinte anatomique 50% des DHBNN prises

Plus en détail

Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS

Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant les pyélonéphrites aiguës : A - Elles peuvent mettre en jeu le pronostic vital

Plus en détail

TISSUS MOUS. Tx initial avant résultat de culture Adulte Enfant Prophylaxie : Amoxicilline / a. clavulanique 50 mg/kg/jour div TID X 5 jours

TISSUS MOUS. Tx initial avant résultat de culture Adulte Enfant Prophylaxie : Amoxicilline / a. clavulanique 50 mg/kg/jour div TID X 5 jours TISSUS MOUS Morsure Syndrome Humaine Chien Chat Agents habituels Staph. aureus, Streptococcus, Eikenella corrodens, Pasteurella multocida, Anaérobies, Entérobactéries Bilan Culture de surface si éclement,

Plus en détail

DUCIV Introduction. Pr Christian Chidiac Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Croix Rousse

DUCIV Introduction. Pr Christian Chidiac Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Croix Rousse DUCIV 2016 Introduction Pr Christian Chidiac Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Croix Rousse Pré-test* * Grade 5/5 (très difficile) Pre-test 1 Gertrude 68 ans, consulte pour dyspnée. L examen

Plus en détail

I/ RESULTATS DE LA SENSIBILITE AUX ANTIBIOTIQUES I-1 PROFIL GLOBAL DE SENSIBILITE DES SOUCHES DE STREPTOCOCCUS PNEUMONIAE

I/ RESULTATS DE LA SENSIBILITE AUX ANTIBIOTIQUES I-1 PROFIL GLOBAL DE SENSIBILITE DES SOUCHES DE STREPTOCOCCUS PNEUMONIAE 64 I/ RESULTATS DE LA SENSIBILITE AUX ANTIBIOTIQUES I-1 PROFIL GLOBAL DE SENSIBILITE DES SOUCHES DE STREPTOCOCCUS PNEUMONIAE Tableau VII: Profil de sensibilité des souches de Streptococcus pneumoniae Antibiotiques

Plus en détail

Traitement médical des infections sur prothèses vasculaires. O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing.

Traitement médical des infections sur prothèses vasculaires. O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing. Traitement médical des infections sur prothèses vasculaires O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing. 59200 Introduction Aux USA, chaque année, sont implantés 700 «cœurs artificiels»

Plus en détail

Place des Fluoroquinolones : Synthèse de la MAP. Christian Chidiac

Place des Fluoroquinolones : Synthèse de la MAP. Christian Chidiac Place des Fluoroquinolones : Synthèse de la MAP Christian Chidiac Maladies Infectieuses et Tropicales - Lyon christian.chidiac@univ-lyon1.fr 1 Déclaration d intérêts de 2012 à 2015 Intérêts financiers

Plus en détail

COMMENT DIMINUER LES CONSOMMATIONS DES ANTIBIOTIQUES CRITIQUES

COMMENT DIMINUER LES CONSOMMATIONS DES ANTIBIOTIQUES CRITIQUES COMMENT DIMINUER LES CONSOMMATIONS DES ANTIBIOTIQUES CRITIQUES FLUOROQUINOLONES, CÉPHALOSPORINES ET AMOXICILLINE/ACIDE CLAVULANIQUE S JAFFUEL SMIT CHRU de Brest 4 ème journée régionale Antibiotiques en

Plus en détail

INFECTIONS INVASIVES A STREPTOCOQUES (cutanées) (service des maladies infectieuses CHU St Etienne)

INFECTIONS INVASIVES A STREPTOCOQUES (cutanées) (service des maladies infectieuses CHU St Etienne) INFECTIONS INVASIVES A STREPTOCOQUES (cutanées) Dr Céline C CAZORLA (service des maladies infectieuses CHU St Etienne) STREPTOCOQUE Cocci Gram + En chaînette Plusieurs sérotypes streptococcus pyogenes

Plus en détail

DOULEURS SCROTALES AIGUËS

DOULEURS SCROTALES AIGUËS DOULEURS SCROTALES AIGUËS causes fréquentes de consultation en urgence origines les plus fréquentes (en dehors du traumatisme) : Épididymite aiguë (EA) Torsion testiculaire aiguë (TTA) examen clinique

Plus en détail

au temps veineux, on confirme la thrombose de la veine ovarienne droite qui est augmentée de calibre et non rehaussée prise de contraste de la paroi

au temps veineux, on confirme la thrombose de la veine ovarienne droite qui est augmentée de calibre et non rehaussée prise de contraste de la paroi Femme de 25 ans; accouchement il y a 5 jours ; douleurs abdominales depuis deux jours, syndrome inflammatoire biologique, fièvre. Quels sont les éléments sémiologiques à retenir images CH Metz - Scanner

Plus en détail

Douleurs. abdominale est. Diagno-photo. Quel est le diagnostic? Quel est le traitement?

Douleurs. abdominale est. Diagno-photo. Quel est le diagnostic? Quel est le traitement? 1 Douleurs abdominales Copyright Vente et distribution commerciale interdites Une patiente de 58 ans en détresse respiratoire et sans antécédent particulier est admise d urgence. Elle est rapidement intubée

Plus en détail

Infections cutanées bactériennes

Infections cutanées bactériennes Infections cutanées bactériennes Plan du cours I. Introduction :... 1 II. Mécanismes de contrôle de l infection de la peau... 1 III. Facteurs favorisant l'infection cutanée:... 2 IV. Impétigo :... 2 V.

Plus en détail

Spondylodiscites bactériennes chez l insuffisant rénal

Spondylodiscites bactériennes chez l insuffisant rénal Spondylodiscites bactériennes chez l insuffisant rénal Dr Virginie Zarrouk Service de Médecine Interne Hôpital Beaujon 5 ème séminaire de FMC en Néphrologie 27 mars 2009 Généralités Pathologie infectieuse

Plus en détail

ABLATION DE LA VESICULE BILIAIRE

ABLATION DE LA VESICULE BILIAIRE ABLATION DE LA VESICULE BILIAIRE Information destinée aux patients Ce document a pour but de vous rappeler les informations importantes sur votre chirurgie ainsi que sur l organisation de votre séjour

Plus en détail

Ischémie colique, péritonite et prothèse vasculaire

Ischémie colique, péritonite et prothèse vasculaire Ischémie colique, péritonite et prothèse vasculaire Quelle prise en charge concernant l antibiothérapie? Ischémie colique o Antibiothérapie probabiliste? o Si oui Quand? Quels antibiotiques? o Dans tous

Plus en détail

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée»

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Ce document s appui sur les recommandations de la société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF) : «Diagnostic et antibiothérapie

Plus en détail

Infection intra-abdominale aiguë et antibiothérapie

Infection intra-abdominale aiguë et antibiothérapie 6 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie Infection intra-abdominale aiguë et antibiothérapie Docteur Elise Fiaux Service des Maladies Infectieuses CHU de Rouen Laboratoire GRAM EA2656 Mr

Plus en détail

Prévalence et bon usage de l antibioth. antibiothérapie : Résultats Nord Pas de Calais de l enquête SPILF-ONERBA SPA2

Prévalence et bon usage de l antibioth. antibiothérapie : Résultats Nord Pas de Calais de l enquête SPILF-ONERBA SPA2 Journée ALIAS 29 mars 2011 Spa 2 Prévalence et bon usage de l antibioth antibiothérapie : Résultats Nord Pas de Calais de l enquête SPILF-ONERBA SPA2 S. Alfandari Infectiologie/Hygiène CHRU Lille/CH Tourcoing

Plus en détail

Actualités en antibiothérapie

Actualités en antibiothérapie Actualités en antibiothérapie 17 décembre 2015 Anissa Bouaziz Infectiologie Service de Médecine A CH Lucien Hussel, VIENNE Programme Problématiques actuelles : Alerte sur l antibiorésistance Les antibiotiques

Plus en détail

Du Bon Usage des Antibiotiques. Pierre-Marie Roger Infectiologie Centre Hospitalier Universitaire de Nice FMC AMIFORM Paris, Septembre 2010

Du Bon Usage des Antibiotiques. Pierre-Marie Roger Infectiologie Centre Hospitalier Universitaire de Nice FMC AMIFORM Paris, Septembre 2010 Du Bon Usage des Antibiotiques Pierre-Marie Roger Infectiologie Centre Hospitalier Universitaire de Nice FMC AMIFORM Paris, Septembre 2010 Principes de prescription des ATB Spectre d activité (CMI) Diffusion

Plus en détail

Clostridium difficile

Clostridium difficile Il est décrit en 1935 par Hall et O Toole Son nom «difficile» provient des grandes difficultés qu ils éprouvèrent à l isoler et de sa croissance très lente en milieu de culture. Clostridium difficile C

Plus en détail

Sémiologie de la Main PCEM2

Sémiologie de la Main PCEM2 Sémiologie de la Main PCEM2 J.JEUDY CHU Bichat La Main est l Outil du Cerveau Sensibilité très fine (aires 3,2,1 Brodmann) La Main est l Outil du Cerveau Sensibilité très fine (aires 3,2,1 Brodmann) La

Plus en détail

Neutropénies fébriles

Neutropénies fébriles Enfant fébrile ayant moins de 500 PNN/mm 3 = urgence thérapeutique! 1 - Accueil du patient Enfant à prendre en priorité sans passage dans la salle d attente «commune» des urgences. Antibiothérapie à débuter

Plus en détail

T2A et Infectiologie. S.Leotard 1, N.Polchi 2, M.Berchialla 2, D.Desse 2 1.Laboratoire - 2.DIM Centre Hospitalier de Grasse JNI 2011

T2A et Infectiologie. S.Leotard 1, N.Polchi 2, M.Berchialla 2, D.Desse 2 1.Laboratoire - 2.DIM Centre Hospitalier de Grasse JNI 2011 T2A et Infectiologie S.Leotard 1, N.Polchi 2, M.Berchialla 2, D.Desse 2 1.Laboratoire - 2.DIM Centre Hospitalier de Grasse JNI 2011 T2A Depuis 2005, les séjours des patients sont soumis à la T2A (10 %

Plus en détail

Une histoire abdominale

Une histoire abdominale Une histoire abdominale Monsieur R est de retour en France métropolitaine et se présente à la consultation de proximité le 3 juin 2015 pour des douleurs abdominales et des accès fébriles pluriquotidiens

Plus en détail

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge?

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? C H A P E L L E E, D E L A P P A R E N T T, J O L L Y M, B A E Z A C, G O V Y A D O W S K I Y A, T E R Z I B A C H I A N J

Plus en détail

CE QUE LE CHIURGIEN DE LA MAIN ATTEND DE L URGENTISTE. Dr HANOUZ COMUN 16 novembre2012

CE QUE LE CHIURGIEN DE LA MAIN ATTEND DE L URGENTISTE. Dr HANOUZ COMUN 16 novembre2012 CE QUE LE CHIURGIEN DE LA MAIN ATTEND DE L URGENTISTE Dr HANOUZ COMUN 16 novembre2012 STATISTIQUES PAR SA SITUATION ANATOMIQUE ET SON CARACTERE FONCTIONNEL : LA MAIN EST EXPOSÉE AUX TRAUMATISMES 1 500

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

A Berriche, L Ammari, H Tiouiri Benaissa. Le 30/06/2010.

A Berriche, L Ammari, H Tiouiri Benaissa. Le 30/06/2010. A Berriche, L Ammari, H Tiouiri Benaissa Le 30/06/2010 Mr A.B, âgé de 72 ans, admis pour : Céphalée Vomissements Convulsions généralisés Sono-photophobie Fièvre chiffrée à 39 40 C La symptomatologie est

Plus en détail

Le pied diabétique Gestion multidisciplinaire et antibiothérapie

Le pied diabétique Gestion multidisciplinaire et antibiothérapie Le pied diabétique Gestion multidisciplinaire et antibiothérapie Harold Bernatchez, m.d. Microbiologiste-infectiologue 1 er mai 2009 International Diabetes Federation International working group on the

Plus en détail

Epidémiologie à cas par an en France. Mortalité : Implication économique ans 15 cas / ans et plus 34 cas / 1000

Epidémiologie à cas par an en France. Mortalité : Implication économique ans 15 cas / ans et plus 34 cas / 1000 Epidémiologie 1 400 000 à 600 000 cas par an en France L incidence augmente avec l âge 60-74 ans 15 cas / 1000 75 ans et plus 34 cas / 1000 Mortalité : > 65 ans : 10% des Pneumopathies aigues communautaires

Plus en détail

Actualisation des recommandations du

Actualisation des recommandations du Actualisation des recommandations du Actualités Thérapeutiques D. Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales 1 dimanche 2 décembre Actualisation AFFSAPS 2011 2 dimanche 2 décembre Contexte : évolution

Plus en détail

La fièvre en réanimation. Catherine Ract DAR Bicêtre

La fièvre en réanimation. Catherine Ract DAR Bicêtre La fièvre en réanimation Catherine Ract DAR Bicêtre Problèmes Difficultés diagnostiques avec risque vital de méconnaître une infection intrication de pathologies multiples clinique limitée gravité des

Plus en détail

DIU IOA : Bactériologie Cas clinique N 1 : infection sur prothèse. Ponction articulaire : intérêt, procédures?

DIU IOA : Bactériologie Cas clinique N 1 : infection sur prothèse. Ponction articulaire : intérêt, procédures? DIU IOA : Bactériologie Cas clinique N 1 : infection sur prothèse Monsieur B., 66 ans à 8 mois d une première pose de prothèse de hanche pour coxarthrose Depuis deux semaines Douleur à la marche Fièvre

Plus en détail

Informations après traitement sclérosant

Informations après traitement sclérosant Informations après traitement sclérosant Le site du Docteur Jean-Jérôme GUEX Adresse du site : www.docvadis.fr/guex.phlebo Ce document vous informera sur le traitement des varices par sclérothérapie Veuillez

Plus en détail

Ostéomyélite Aigue chez l enfant. Dr TERNIFI

Ostéomyélite Aigue chez l enfant. Dr TERNIFI Ostéomyélite Aigue chez l enfant Dr TERNIFI Définition généralités L ostéomyélite aiguë hématogène frappe surtout les enfants et se développe le plus souvent près du genou Elles est 2 fois plus fréquente

Plus en détail

ÉTUDES DE CAS. Evidence clinique et V.A.C. Therapy Thérapie par pression négative

ÉTUDES DE CAS. Evidence clinique et V.A.C. Therapy Thérapie par pression négative ÉTUDES DE CAS Evidence clinique et V.A.C. Therapy Thérapie par pression négative Études de cas : plaies chroniques Depuis son introduction dans les années 990, la V.A.C. Therapy a indiscutablement sauvé

Plus en détail

Séminaire de perfectionnement en réanimation de la SRLF

Séminaire de perfectionnement en réanimation de la SRLF Séminaire de perfectionnement en réanimation de la SRLF Dermohypodermites bactériennes nécrosantes, avec ou sans fasciite Dermohypodermites bactériennes nécrosantes, avec ou sans fasciite Epiderme Derme

Plus en détail

DIVERTICULITE SIGMOÏDIENNE

DIVERTICULITE SIGMOÏDIENNE DIVERTICULITE SIGMOÏDIENNE Dr Anware Maftouh Chirurgie viscérale Hôpital St Camille Mars 2016 Introduction La diverticulose colique est une anomalie fréquente dans les pays occidentaux, son incidence augmente

Plus en détail

CAS-CLINIQUE PROGRESSIF SIDES-ECNi FICHE SIGNALITIQUE DU DOSSIER PROGRESSIF

CAS-CLINIQUE PROGRESSIF SIDES-ECNi FICHE SIGNALITIQUE DU DOSSIER PROGRESSIF CAS-CLINIQUE PROGRESSIF SIDES-ECNi FICHE SIGNALITIQUE DU DOSSIER PROGRESSIF Référence du Cas-Clinique- Progressif : Faculté Nom et prénom du rédacteur Nom et prénom du relecteur Spécialité du rédacteur

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE CHEZ L ADULTE ET LE SUJET AGE

ANTIBIOTHERAPIE CHEZ L ADULTE ET LE SUJET AGE ANTIBIOTHERAPIE CHEZ L ADULTE ET LE SUJET AGE R. Abdelmalek Le 19/03/2010 INTRODUCTION Antibiothérapie: changer pronostic des infections Prescriptions abusives: antipyrétiques!!! Manque de formation en

Plus en détail

Prélèvement de plaie : pourquoi? quand? comment? Dr Sylvie Meaume, dermatologue gériatre Hôpital Rothschild

Prélèvement de plaie : pourquoi? quand? comment? Dr Sylvie Meaume, dermatologue gériatre Hôpital Rothschild Prélèvement de plaie : pourquoi? quand? comment? Dr Sylvie Meaume, dermatologue gériatre Hôpital Rothschild sylvie.meaume@rth.aphp.fr Pourquoi faire un prélèvement bactériologique? Pour faire le diagnostic

Plus en détail

Les bactéries multi résistantes (BMR) CHATELAIN Rémi Laboratoire Bouvier 20/01/2010

Les bactéries multi résistantes (BMR) CHATELAIN Rémi Laboratoire Bouvier 20/01/2010 Les bactéries multi résistantes (BM) CHATELAIN émi Laboratoire Bouvier 20/01/2010 Les différentes BM Entérobactéries productrices de β-lactamase à spectre étendu (EBLSE) : épidémies tendance à la diffusion

Plus en détail

Un Hollandais mordu d Alsace. Joy Mootien & Victor Balvay Réanimation médicale de Mulhouse

Un Hollandais mordu d Alsace. Joy Mootien & Victor Balvay Réanimation médicale de Mulhouse Un Hollandais mordu d Alsace Joy Mootien & Victor Balvay Réanimation médicale de Mulhouse S.H 64 ans Marié, 3 enfants Ancien chef d entreprise Splénectomie, vagotomie Pas de traitement Pas d autres voyages

Plus en détail

PRESCRIPTION ANTIBIOTIQUE

PRESCRIPTION ANTIBIOTIQUE PRESCRIPTION ANTIBIOTIQUE https://cneco.education - Date de mise à jour : Mars 2016 1 PRESCRIPTION ANTIBIOTIQUE Définition : un antibiotique est une substance qui s'oppose au développement bactérien en

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB-45 Pagination : 1de 7 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 45 Rédacteurs Dr Bénédicte VALLET Date 20/10/2008 Validation Srce Commission

Plus en détail

Recommandation sur la prise en charge des IU chez les personnes âgées en institution. Olivier Baud Arlin Auvergne-Rhône-Alpes

Recommandation sur la prise en charge des IU chez les personnes âgées en institution. Olivier Baud Arlin Auvergne-Rhône-Alpes Recommandation sur la prise en charge des IU chez les personnes âgées en institution Olivier Baud Arlin Auvergne-Rhône-Alpes QCM 1 : L interprétation du résultat d un ECBU doit prendre en compte : 1. La

Plus en détail

Pour les communautés d Eeyou Istchee

Pour les communautés d Eeyou Istchee Pour les communautés d Eeyou Istchee Par : Christine Nault Inf. B.Sc. IPC Nurse Counsellor Cree Board of Health and Social Services of the James Bay Constat initial : Dernièrement, on a constaté une augmentation

Plus en détail

Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature

Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature Dr L. BADAOUI,G.DABO,M.SODQI,L.MARIH,A.OULED LAHSEN,R.BENSGHIR,A.CHAKIB,K.MARHOUM EL FILLALI Service des Maladies Infectieuses

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections Respiratoires Basses. S. NAFTI Clinique des Maladies Respiratoires «Ibn Zohr» CHU Mustapha

Antibiothérapie des Infections Respiratoires Basses. S. NAFTI Clinique des Maladies Respiratoires «Ibn Zohr» CHU Mustapha Antibiothérapie des Infections Respiratoires Basses S. NAFTI Clinique des Maladies Respiratoires «Ibn Zohr» CHU Mustapha 1 En Algérie Infections respiratoires basses Epidémiologie Enfants : (1 à 14 ans)

Plus en détail

Qu est-ce qu une phlébite?

Qu est-ce qu une phlébite? Je m'informe sur la phlébite Une phlébite est la conséquence d un caillot de sang dans une veine. Elle est accompagnée d une inflammation locale. La phlébite est également appelée thrombose veineuse ou

Plus en détail

Extrait gratuit : testez-vous!

Extrait gratuit : testez-vous! Extrait gratuit : testez-vous! Préparez vos partiels en toute sénérité! Enoncé Erysipèle Un homme de 55 ans, diabétique de type 2, est hospitalisé dans votre service pour un érysipèle de la jambe droite.

Plus en détail