«POURQUOI ET COMMENT DEVELOPPER UNE MUTUALISATION DES COMPETENCES ENTRE DES STRUCTURES DE L'ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DU PAYS DE FOUGERES?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«POURQUOI ET COMMENT DEVELOPPER UNE MUTUALISATION DES COMPETENCES ENTRE DES STRUCTURES DE L'ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DU PAYS DE FOUGERES?"

Transcription

1 ELISE LAFLECHE MASTER 2 TIERS SECTEUR Université du Maine Faculté de Droit, des Sciences Economiques et de Gestion IUP Management et Gestion de l Entreprise de l Economie Sociale «POURQUOI ET COMMENT DEVELOPPER UNE MUTUALISATION DES COMPETENCES ENTRE DES STRUCTURES DE L'ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DU PAYS DE FOUGERES?» Mémoire Stage à EcoSolidaireS (Pôle de développement de l Economie Sociale et Solidaire du pays de Fougères) 36 RUE DE NANTES FOUGERES Mémoire préparé sous la direction de Mr. Bidet, Responsable de la formation Tiers Secteur. Présenté et soutenu publiquement le 5 septembre 2014 Stage du 7 avril 2014 au 4 juillet 2014

2 Citation «Finalement, la mutualisation qui fonctionne, c est un algorithme qui commence par la division (des coûts et charges), qui se poursuit par l addition (des ressources et moyens) et qui aboutit enfin à la multiplication (du potentiel créatif et productif des talents mobilisés)» Conseil Général de la Gironde 1 P a g e

3 Remerciements Je tiens à remercier l ensemble des acteurs du pôle EcoSolidaireS de m avoir permis de réaliser ce stage dans des conditions optimales pour la réussite de ce mémoire. Je tiens à remercier également Isabelle Georges, du GEDES 35, pour ses nombreux conseils et informations liés à cette étude. Je remercie tous les adhérents et partenaires du pôle sans qui cette étude sur la mutualisation des compétences n aurait pu avoir lieu. Enfin j aimerais remercier l ensemble du corps enseignant de l Université du Maine pour m avoir donné les bases d un enseignement qui m a permis de les mettre en œuvre durant mon stage et de mieux appréhender l environnement qui m entourait. 2 P a g e

4 Sommaire Introduction I) L Economie Sociale et Solidaire : un sche ma en expansion P.5 I.1 L emploi et l Economie Sociale et Solidaire P.5 I.2 Le pôle EcoSolidaireS P.10 II) Qu'est-ce qu'une mutualisation des compe tences? P.14 II.1 Définitions mutualisation/compétences P.14 II.2 Pourquoi mutualiser? P.16 II.3 Sur quoi peut-on coopérer, que peut-on mutualiser? P.21 II.4 Les freins et les opportunités quant à une mutualisation P.22 III) Etude sur la mutualisation des compe tences P.23 III.1 L objectif de l étude P.23 III.2 L analyse du panel P.23 III.3 La méthodologie de l étude P.25 IV) Les modes d organisation et outils de mutualisation possibles P.34 IV.1 Quel mode d organisation adopter? P.34 IV.2 Les outils d aide à la mutualisation P.41 Conclusion Bibliographie Annexes 3 P a g e

5 Introduction «Coopérer, c est agir ensemble afin d obtenir un résultat avantageux» Jean Michel Morin A u nombre de salariés dans le secteur de l'economie Sociale et Solidaire (ESS), l'ille-et-vilaine a un réel ancrage territorial. Au niveau national, les difficultés financières que subissent les associations, notamment du fait de la réduction croissante des soutiens publics, peuvent impliquer un recours fréquent aux temps partiels, aux contrats à durée déterminée et aux contrats aidés. Dans le secteur associatif, mutualiste et coopératif, la mutualisation semble être une pratique qui tend à se développer pour faire face à ces difficultés. Ces pratiques peuvent prendre la forme de mise à disposition entre deux structures ou aboutir à la création d une structure facilitant la mutualisation comme les groupements d employeurs (GE). Certains employeurs n ayant pas toujours les capacités de pouvoir proposer des postes à temps plein (capacité financière insuffisante ou activité ne le permettant pas), le groupement d employeurs pourrait être un des moyens de favoriser la création de ces emplois ou de les pérenniser. Dans un contexte où les besoins de mutualisation dans le milieu de l'ess sont de plus en plus importants pour favoriser un emploi de qualité à temps plein et faire face à la conjoncture économique difficile, le pôle EcoSolidaireS (pôle de développement de l Economie Sociale et Solidaire du pays de Fougères) a souhaité réaliser une étude des besoins en compétences pour explorer et analyser des formes de mutualisation et de coopération possibles dans le secteur de l'ess au sein du pays Fougerais. Les résultats de l étude ont eu pour objectif de proposer une réelle offre d accompagnement à destination des adhérents, dans leurs projets de mutualisation en concordance avec les compétences et les outils existants sur le territoire. Nous pouvons nous demander : «Pourquoi et comment développer une mutualisation des compétences entre des structures de l'economie Sociale et Solidaire du pays de Fougères?» Pour répondre à cette problématique, nous établirons dans une première partie l état des lieux de l Economie Sociale et Solidaire dans le pays de Fougères et du pôle EcoSolidaireS. Dans une seconde partie, nous analyserons le concept de mutualisation et proposerons un diagnostic des besoins en compétences des adhérents du pôle. Enfin, nous conclurons sur les outils et l évaluation d une mutualisation. 4 P a g e

6 I) L Economie Sociale et Solidaire : un sche ma en expansion I.1 L emploi et l Economie Sociale et Solidaire A. Le département de l Ille-et-Vilaine L Ille-et-Vilaine est un département comptant habitants en 2011 et d une superficie de km². En Ille-et-Vilaine, l'economie Sociale et Solidaire représentait, en 2011, établissements et salariés (12.3 % du salariat). Globalement, le poids des salariés de l'ess en Ille-et-Vilaine y est plus faible que sur les départements du Finistère ou des Côtes d'armor : 15,4 % et 15,9 %. Le département d Ille-et-Vilaine représente 35,4 % des emplois publics, 36,8 % des emplois privés (hors ESS), mais «bnnnnnnseulement» 31,2 % des emplois de l'ess en Bretagne. Ce différentiel s'explique par la densité de l'activité économique sur l'ille-et- Vilaine, qu'elle soit privée ou publique, mais également par un moindre développement des coopératives de la sphère agro-alimentaire. En effet, l'ess brétillienne est moins inscrite dans le secteur concurrentiel et plus tournée vers les activités de services aux populations (culture, sport, loisirs, action sociale...). Néanmoins, l'ille-et-vilaine reste largement au-dessus de la moyenne nationale de 10% des salariés employés par l'ess. 1 En Ille-et- Vilaine Etablissements Effectifs au 31/12 ETP Masse salariale (millions d euros) Associations Coopératives Mutuelles Fondations Total ESS Politique de la Bretagne sur les pôles ESS ( ) Les politiques suivantes résultent de la politique générale de la région Bretagne envers l ESS : - Favoriser le développement de la Bretagne et de tous ses territoires : la mise en place d une démarche globale d observation des territoires permet de poser les bases de l identification d enjeux partagés entre la Région, les pays, mais également les autres partenaires tels que les Départements par exemple. - Œuvrer pour l équité territoriale : la Région veut favoriser l égalité des chances par une prise en compte des réalités locales. 1 Sources : INSEE CLAP P a g e

7 - Susciter et promouvoir les dynamiques locales : la Région souhaite enfin soutenir et reconnaître l innovation locale, la gouvernance locale, l efficience locale de l action publique, notamment en matière de mutualisation, de mise en cohérence Elle souhaite aider les territoires à se préparer aux enjeux de demain. B. Le tissu économique et social dans le pays de Fougères Le Pays de Fougères à une superficie km² soit 15,1 % de l Ille-et-Vilaine. Le Pays de Fougères regroupe cinq communautés de communes (58 communes) : - la communauté de communes Fougères Communauté - la communauté de communes Louvigné Communauté - la communauté de communes du canton d'antrain - la communauté de communes du Coglais - la communauté de communes du Pays de Saint-Aubin-du-Cormier. Avec habitants, le pays de Fougères connaît une croissance très rapide de sa population depuis Cette croissance a, cependant des revers : il y a de fortes disparités d évolution selon les communautés de commune et une tendance au vieillissement de la population. 6 P a g e

8 Le tissu économique est composé majoritairement de petites entreprises : 93% des entreprises emploient moins de dix salariés. En 2010, 56,7% des établissements sur le pays de Fougères et 61,4% des emplois salariés relèvent du secteur tertiaire, secteur le plus important du territoire. 2 Le poids de l ESS sur le pays Fougerais Sur le pays de Fougères, l'emploi en ESS compte postes et représente 15,26% des emplois salariés. Les associations ont une part non négligeable dans cette employabilité puisque elles représentent 87,79% des emplois ESS du pays de Fougères. 3 2 Source : L Observatoire du pays de Fougères 3 Source: INSEE CLAP P a g e

9 8 P a g e

10 9 P a g e

11 Il faut savoir que : - Fougères Communauté cumule 2/3 des emplois ESS du Pays de Fougères. - Fougères Communauté compte 56% des structures employeuses de l'ess. - L'action sociale et l'enseignement sont les principaux pourvoyeurs de l'emploi en ESS : 83% des emplois ESS. - Trois structures ESS comptent plus de 99 salariés : Les Ateliers du Douet, l association Le Parc, l association Anne Boivent. I.2 Le pôle EcoSolidaireS (association loi 1901) A. L historique EcoSolidaireS est un pôle de développement de l Economie Sociale et Solidaire qui intervient uniquement sur le pays de Fougères. EcoSolidaireS s inscrit dans une démarche initiée par la Région Bretagne et le Département d Ille et Vilaine. Sur préconisation du CESR (futur CESER) en juillet 2008, le Conseil Régional et le Conseil Général lancent un appel à projets pour la constitution de pôles de développement de l'economie Sociale et Solidaire. Sur le pays de Fougères en décembre 2008 il y a eu, en parallèle, une information du Conseil de développement sur la création des pôles en Bretagne. En mars 2009, il se passe l émergence d'un collectif et la rédaction d'un dossier de financement. En Avril 2010, c est le début de l'étude de préfiguration portée par «Fougères, Pays en Marche» et soutenue par la Chambre Régionale d'economie Sociale (CRESS). Cette étude met en avant des besoins et notamment sur la mise en place d un réseau de l'economie Sociale et Solidaire structuré à l'échelle du pays de Fougères. L association a vu le jour en novembre Le pôle a pour but de rassembler et fédérer les acteurs de l ESS sur le territoire du pays de Fougères. C est par leurs valeurs, leurs statuts, leur gouvernance et leur modèle économique, que les acteurs de l Economie Sociale et Solidaire enrichissent l économie d une plus-value sociale, environnementale, culturelle. Le pôle de développement se réfère à la charte de la Chambre Régionale d Economie Sociale de Bretagne (CRES(S). Les acteurs du pôle respectent comme principes fondateurs : la démocratie, le principe de non-discrimination, la personne au cœur du projet, une personne égale une voix, la transparence (de gestion, de prise de décision), le réinvestissement des richesses dans le projet, l indépendance et la libre-adhésion. B. L organisation Le pôle compte vingt-huit adhérents(es) au 31 décembre 2013 : trois entreprises SCOP, une association intermédiaire, une entrepreneuse-salariée portée par Elan créateur, un atelier d insertion, deux chantiers d insertion, trois mutuelles, dix associations, une SARL et sept personnes individuelles. 4 4 Voir annexe 10 P a g e

12 Le bureau du pôle se compose de : - Présidence du pôle : Marie-Cécile Papail - Vice-présidence du pôle: Bernard Jourdan - Trésorerie du pôle : Martine Barbelette - Secrétariat du pôle: Gérard Louvel L équipe de permanents du pôle est composé de deux salariés : - Merlet Aurélien (en CDI depuis le 7 février ETP). Chargé de mission. - Evenou Gwendal (en CDI au 1er octobre ETP) sur le projet «Circuits courts alimentaires sur le pays de Fougères» Le pôle EcoSolidaireS agit essentiellement sur le pays de Fougères. Les pays de Bretagne sont des subdivisions de la Bretagne. Les pays d'aménagement du territoire, ou pays «Loi Voynet», sont issus de la loi d'orientation pour l'aménagement et le développement durable du territoire (LOADDT) du 25 juin Chaque grande ville de Bretagne s'appuie aujourd'hui sur un pays. On compte vingt-et-un pays en région Bretagne. Les pôles de développement de l ESS s appuient sur ces pays afin de se développer. Ils permettent la rencontre entre acteurs locaux de l'ess pour partager sur des préoccupations communes (financements, gouvernance...) et/ou travailler sur des projets communs. On compte aujourd hui quinze pays ayant des pôles de développement de l Economie Sociale et Solidaire en Bretagne. 11 P a g e

13 C. Les activités EcoSolidaireS s est fixé quatre objectifs prioritaires 5 : - Favoriser et rendre visible le réseau de l ESS - Accompagner et soutenir les structures de l ESS - Accompagner / orienter les porteurs de projet - Encourager l entreprenariat en ESS Pour atteindre ces objectifs, le pôle s est, entre autre, doté d ateliers ouverts aux structures de l ESS sur des thématiques identifiées au cours de l étude de préfiguration ayant précédée la création de l association. Souhaitant une implication des acteurs locaux, le pôle a créé trois ateliers qui se tiennent tous les deux mois, où sont représentées des structures du territoire qui orientent les chantiers du pôle : - L atelier «Finances et entreprenariats solidaires» réunit des entreprises SCOP et des associations. Il y a eu, entre autre, la création de club d investisseurs CigaleS qui apportent au capital des entreprises locales, des permanences d Elan Créateur (coopérative d activités et d emplois) - L atelier «Organisations locales» qui s est réuni autour de la question des circuits courts alimentaires et qui compte des producteurs, des réseaux liés à l environnement. - L atelier «Mutualisation des moyens et des compétences des acteurs de l ESS» composé d associations qui créent des outils qui se veulent utiles. Il y a eu, entre autre, la création d une base de données de mise à disposition de locaux sur les temps occasionnels par les mairies du pays de Fougères. - Ainsi d un groupe «Promotion - Communication Information» (interne au pôle). Ces ateliers ont abouti à la création d une CigaleS, à l étude de faisabilité en cours d une implantation de permanence d Elan Créateur (Coopérative d activités et d emplois), à un événementiel s intitulant «Circuits courts en chantier Produire et manger local en pays de Fougères», et à la création d outils de mutualisation (base de données de mise à disposition de locaux pour les associations, questionnaires sur une mutualisation de véhicules, de locaux ). Parallèlement aux travaux lancés par les ateliers, le pôle remplit une mission de soutien à l émergence de projets : - Accueil de porteurs de projets qui souhaitent créer des entreprises coopératives. - Participation aux projets de territoire (création d épicerie solidaire en SCIC mené par la Maison du Canton de Louvigné-du-Désert, pôle d excellence rurale Ecobatys - plateforme d écoconstruction - mené par le Pays de Fougères). 5 Voir annexe «Actions du pôle EcoSolidaireS ( )» 12 P a g e

14 Au niveau de la mutualisation, le pôle EcoSolidaireS a mené deux études entre 2011 et 2012 : une étude sur une possible mutualisation de locaux et une étude sur la mutualisation de véhicules. Ces deux études n ont pas débouché à une réelle mutualisation pour les adhérents. En effet, la complexité de mettre en place ces mutualisations a eu raison de ces projets. Le pôle EcoSolidaireS mène dorénavant une réflexion sur les actions à venir sur les trois prochaines années. 6 6 Voir annexe «Plan d actions » 13 P a g e

15 II) Qu'est-ce qu'une mutualisation des compe tences? II.1 Définitions : mutualisation/compétences La mutualisation La mutualisation est envisagée comme une mise en commun, une synergie de ressources et de moyens qui peuvent être matériels, immatériels ou humains dans le but de renforcer un réseau, de faciliter et d améliorer la gestion et/ou de diminuer les coûts. Mutualiser pour qui, quoi et pourquoi? Il peut s agir de partager les frais d achat d une ressource (encyclopédie, revue) ou d un moyen technique (logiciel spécialisé), la charge d une compétence spécifique. Avant tout, il est important de bien déterminer quels sont les enjeux et les objectifs : rationaliser pour économiser de l argent, le temps de travail ; bénéficier de compétences accrues, d outils plus performants, de méthodes, d une valeur ajoutée plus élevée La mutualisation peut être entreprise au sein même d une structure, être régionale, nationale, internationale et peut concerner toutes sortes de «ressources» (humaines, informationnelles, techniques ). Cela peut être tout ou partie d un processus : acquisition (achat groupé) ; traitement (catalogage, indexation) ; expertise (personnes ressources) ; produits et services (guichet d accueil, base de données commune, prêt entre bibliothèques, réponse aux questions ). 7 Les compétences La compétence est une combinatoire formée de savoir, de savoir-faire, et de savoir-être. L individu va mobiliser simultanément ces différentes ressources afin d obtenir une compétence propre. La compétence est toujours contextualisée et le contexte est déterminant pour que s exprime une compétence particulière d un individu. La compétence permet l activité et est une composante de la performance. Dans le Traité des sciences et des techniques de la Formation, coordonné par Philippe Carré et Pierre Caspar, Sandra Bélier propose cette définition de la compétence : «la compétence permet d'agir et/ou de résoudre des problèmes professionnels de manière satisfaisante dans un contexte particulier, en mobilisant diverses capacités de manière intégrée». C est à la structure qu il appartient de repérer la compétence, de l évaluer et de la faire évoluer. 7 Source : 14 P a g e

16 Les différents niveaux de mutualisation D après Philippe Henry, ancien maître de conférences HDR de l Université Paris 8 Saint-Denis, on peut observer plusieurs niveaux de mutualisation classés selon leur intensité (et non selon une hiérarchie de valeur). - Mutualisation «simple» Cette forme vise à mettre en commun des ressources : partage de moyens matériels (locaux, matériel technique..) ou de compétences. Elle est très présente au sein ou en dehors des réseaux professionnels constitués. C est la forme la plus fréquente. - Mutualisation «double» Outre les éléments précédents, cette forme inclut un partage des risques et correspond par exemple aux groupements d employeurs (avec le principe de responsabilité solidaire). Les divers accompagnements d artistes menés par des structures culturelles qui s engagent dans des projets de fabrication de spectacles et/ou d expérimentation d actions culturelles sans en connaître à l avance l impact ou le résultat est un type de mutualisation «double». - Mutualisation «triple» Cette forme va jusqu à un partage des recettes et de la notoriété générées par la coopération. Elle s illustre dans certains fonds mutualisés pour la création et la diffusion (par exemple Créa fonds en Aquitaine), ou encore dans des formes assez récentes de coopération transversale sur un territoire comme les grappes d entreprises, porteurs d activités complémentaires autour d enjeux de développement territorial ou sectoriel. Une forme, aujourd hui encore très rare, de mutualisation. Exemple : Créa fonds en Aquitaine Créa Fonds est une démarche collective de soutien à la création et à la diffusion du spectacle vivant, créée en Gironde. Créa Fonds s adresse à des compagnies ou collectifs d artistes ayant un projet de création en phase d ébauche ou de démarrage, qui souhaitent bénéficier d une aide à la structuration économique et financière (projet et/ou structure) et pour qui Créa Fonds représente une plus-value réelle dans la recherche production/diffusion. Créa Fonds a notamment pour ambition : - de favoriser le développement de démarches de mutualisation et de mise en réseau entre les acteurs du spectacle vivant ; - d accompagner la consolidation économique et financière des compagnies et la professionnalisation de l ensemble des acteurs du spectacle vivant ; - de développer une approche globale permettant d associer systématiquement la production à la question de la diffusion et du public. 15 P a g e

17 II.2 Pourquoi mutualiser? Plusieurs raisons expliquent la mise en place d une mutualisation, nous pouvons en mettre en exergue trois d'entre elles : - La mutualisation comme facteur d économie. La mutualisation peut répondre à une logique d économie pour les structures. Cette logique se fait essentiellement dans le cas de la fonction publique et dans les structures relevant d un financement fort et régulier des pouvoirs publics. Exemple la fonction publique : «Pour favoriser des économies d échelle et renforcer la cohérence de l action publique locale, les EPCI devraient explorer avec les communes membres les possibilités de mutualisation des services, à leur niveau, ouvertes par l article L II du code général des collectivités territoriales, modifié par la loi du 13 août Les collectivités concernées devraient engager sans attendre la révision des conventions de mise à disposition de personnel encore en vigueur.» Rapport de la Cour des comptes, «L intercommunalité en France», novembre À l'heure des projets de réforme institutionnelle et de rénovation du trop fameux «mille-feuille» territorial, la question de la mutualisation des moyens et des compétences entre les établissements publics de coopération intercommunale et leurs communes membres ne peut pas ne pas être posée. La mutualisation, beaucoup d'epci y réfléchissent, un certain nombre la met en œuvre, mais en définitive, tous les EPCI doivent y souscrire. C'est l'essence même de la coopération intercommunale qui se doit de mutualiser, à l'échelle d'un territoire, les moyens, notamment humains, dont disposent les communes et la structure intercommunale à laquelle elles adhèrent, et donc de réaliser des économies d'échelle. Un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) est une structure administrative française régie par les dispositions de la cinquième partie du Code général des collectivités territoriales, regroupant des communes ayant choisi de développer plusieurs compétences en commun (comme les transports en commun, l'aménagement du territoire ou la gestion de l'environnement). Les EPCI se sont particulièrement développés depuis la loi relative au renforcement et à la simplification de la coopération intercommunale, dite «loi Chevènement» (juillet 1999). Source potentielle d économies d échelle et d efficacité de l action publique locale, la mutualisation des services apparaît aujourd hui comme une pratique vertueuse dans laquelle de plus en plus de communautés s inscrivent. Gage d efficacité et d économie, la mutualisation des services communaux et communautaires peut, en effet, être un outil efficace pour éviter les dédoublements de services mais aussi pour doter le territoire d une expertise spécifique partagée (bureau d étude, analyse financière, spécialiste des marchés publics...) qu aucune collectivité (commune ou communauté) ne pourrait employer seule à plein temps. 16 P a g e

18 La loi relative aux libertés et responsabilités locales (LRL) du 13 août 2004 est devenue la première base légale solide pour encadrer cette pratique de mutualisation des services. D après l enquête de l AdCF (l assemblée des communautés de France) conduite en 2006 auprès des présidents de communautés, 40% des communautés se déclaraient engagées, à des degrés divers, dans des conventions de partage de services ; 28% étaient en cours de réflexion à ce sujet. Exemple : la gestion unifiée en milieu rural : l expérience d un secrétariat commun aux communes de la communauté de Saint Seine l Abbaye. En impulsant et en soutenant financièrement la généralisation de l informatique conduite en 1995 dans toutes les mairies, la communauté de Saint Seine l Abbaye (21) ne s attendait certainement pas à amorcer une si profonde évolution dans l organisation des services administratifs et techniques des 20 communes membres. Une mutualisation progressive La mise en réseau informatique et la formation partagée par tous les agents administratifs a progressivement conduit à la mutualisation en 2001 de tous les agents de ces communes rurales. Désormais le principe est simple : agents techniques et administratifs sont tous communautaires. Des conventions signées avec les Maires fixent le temps imparti à l exercice des charges municipales (de 6h à 30h hebdomadaires) et les modalités de cette mise à disposition. Celle-ci est facturée par la communauté à hauteur de 20,91 l heure, tarif reflétant fidèlement le coût salarial. Cette évolution s est accompagnée d une profonde réflexion dans les relations financières au sein du couple communauté/communes. «Notre avons toujours souhaité contenir la pression fiscale locale. La hausse de 100% opérée en 2001 des prélèvements communautaires a été compensée par une baisse à dûe-proportion des taxes communales.» indique Christian Myon, président de la communauté. Les objectifs poursuivis En opérant une totale mutualisation des services, et ce même avant la loi du 13 août 2004, la communauté poursuivait un triple objectif. Il convenait tout d abord de séduire des candidats qualifiés à une implantation en zone rurale. La communauté leur offre des emplois à plein temps alors qu en milieu rural l écartèlement entre différents employeurs municipaux est fréquent. Les possibilités de formation sont accrues et la communauté permet aux agents de se spécialiser en s impliquant dans le suivi d une commission thématique particulière Le deuxième objectif visait à renforcer la solidarité communautaire en permettant d une part à toute l équipe administrative et technique de partager les enjeux du territoire et en fixant d autre part un coût horaire facturé identique quels que soient l éloignement de la commune et le niveau technique du personnel. Il convenait enfin de faciliter l exécution des missions municipales. Un minimum de permanences est assuré dans les mairies et les remplacements en cas de maladies, formations ou congés s opèrent facilement Les gains obtenus «Je me félicite des très bons partages d autorité qui s opèrent entre les Maires et le Président. En tant que maires nous sommes très satisfaits de cette mutualisation totale des services. L économie d échelle est indéniable qu il s agisse des fournitures dont la communauté centralise les achats ou des gains de temps que procure l analyse et l interprétation partagée de tous les documents 17 P a g e

19 administratifs. Il convient cependant que nous restions tous pleinement conscients que le fonctionnement administratif de nos collectivités devient de plus en plus lourd ; la mutualisation fléchit le mouvement sans pouvoir le contraindre» indique le Président Myon. «Notre initiative a obtenu un soutien sans faille des services préfectoraux. Ces derniers ont d ailleurs retenu la communauté de Saint Seine l Abbaye comme collectivité pilote dans la dématérialisation des actes administratifs». Elle pourrait être étendue à terme aux actes communaux. Source : Intercommunalités n 101, mai 2006, dossier «Mutualisation des services» - La mutualisation comme facteur de pérennisation ou de création d emploi. Le système de mutualisation dans les structures de l Economie Sociale et Solidaire doit essentiellement son origine aux structures associatives du secteur artistique et culturel. Aujourd hui, c est dans ces structures que le plus fort taux de mutualisation y est pratiqué. Exemple l emploi culturel : Dans la dynamique de l Economie Sociale et Solidaire, mais aussi comme une des réponses face aux nécessités économiques et aux mutations rencontrées par les acteurs, les expériences de mutualisation de l emploi et des compétences dans le secteur artistique et culturel se multiplient depuis quelques années. Structures employeurs ou salariés bénéficiaires semblent trouver dans ces nouvelles formes de gestion de l emploi matière à satisfaction à divers titres. La mutualisation des emplois devient une réelle opportunité de structuration et de développement pour ces structures. Si l on parle beaucoup de mutualisation à l heure actuelle dans le secteur culturel, c est que les opportunités d aide financière en la matière ont été ouvertes par certains dispositifs. Les acteurs culturels étant dans le besoin, ils ont été, comme au temps des emplois-jeunes, réactifs pour s emparer de ces dispositifs. Certaines collectivités territoriales se sont positionnées comme partenaires de projets de mutualisation, notamment les régions dans le prolongement des politiques d emploi tremplin. Les fonctionnements différents de chacune des collectivités font qu il n y a pas de modèles types de dispositifs publics, mais que plusieurs services (économie, emploi/formation, culture) et programmes (de la région, du département, de la communauté d agglomération, etc.) peuvent intervenir et se superposer. Exemple : Conseil régional de Haute-Normandie : Dispositif d aide à la création de groupements d employeurs dans le spectacle vivant. Suite à l étude de faisabilité d un système de mutualisations pour les compagnies du spectacle vivant commandée en 2005 au Synavi Normandie, le Conseil régional a financé l intervention d un consultant pour accompagner la création de groupements d employeurs et propose une aide dégressive au financement de chacun des postes créés. Trois groupements d employeurs ont pu ainsi être créés. Source : Conseil régional de Haute-Normandie 18 P a g e

20 Exemple : Le Rama GE à Bordeaux (Aquitaine) Le Rama GE (groupement d employeurs du Réseau aquitain des musiques amplifiées), dit Ramage, a été imaginé et créé en plusieurs temps. C est une démarche qui a débuté en 2003 et qui s est formalisé par la constitution d un GE en décembre Initialement, une réflexion s est mise en place autour du GE parce que le Rama (réseau de 26 lieux de musiques actuelles en Aquitaine) souhaitait se doter d un second poste. Aidées par le FSE (appui au micro-projet associatif du Fonds social européen), une première phase de préfiguration du GE a été lancée en 2004 autour des aspects technico-juridiques, puis une seconde en 2006, avec l appui du dispositif Relier du Conseil général de Gironde, sur les aspects méthodologiques et stratégiques qui a abouti à une étude sur la gestion prévisionnelle des emplois et compétences (GPEC) au sein du Réseau Aquitain des musiques actuelles. Durant cette phase de préfiguration, les deux futurs membres du Ramage ont signé une convention de mise à disposition d emplois pour deux postes de techniciens (son et lumière) qu ils se sont partagés. Comme en Midi-Pyrénées, des problèmes de conformité avec le droit du travail sont apparus et ont confirmé que la solution la plus adaptée à la mutualisation d emplois entre ces structures était le groupement d employeur. Une fois créé, le Ramage est donc devenu la structure employeuse de ces deux postes de technicien grâce au soutien du Fonds de professionnalisation et de solidarité qui a financé le GE à hauteur de euros pour 2007/2008. Aujourd hui, le Ramage planche sur une stratégie de développement et d ouverture du GE à d autres structures musicales, et plus largement culturelles. En effet, les études préalables ont montré qu au sein du Rama, le potentiel d emplois mutualisables s élevait à huit postes. Le développement pérenne du GE passe par une mutualisation entre des employeurs d Aquitaine venant d autres disciplines artistiques. Dans l attente de nouveaux financements, notamment de la région qui semble intéressée par le projet (une sollicitation a été formulé à la fois auprès des services économiques (aide au démarrage), et aux services culturels), pour développer de nouveaux postes, trois familles de métiers ont été ciblées pour être mutualisées : les métiers techniques (régie, ingénieur, sonorisateur ), les métiers administratifs (gestion, comptabilité, communication, voire direction) et les métiers pédagogiques (enseignements et formation). Source : IRMA (centre d informations et de ressources pour les musiques actuelles Si la mutualisation apparaît comme une solution pour le développement, la pérennisation, de l emploi culturel et comme une forme innovante d emploi, il n en reste pas moins qu une lecture critique est nécessaire pour relativiser. On peut imaginer que c est parce que le secteur est dans la précarité qu il réagit ainsi. L aide publique à l emploi culturel mutualisé pose une question : s agit-il d une politique d emploi pérenne? ou d une gestion de la précarité face à l urgence? Le rôle des collectivités territoriales en la matière est prépondérant. Pour que cette dernière soit pérenne et structurante, elle doit se donner les moyens pour fédérer et multiplier les énergies, et ne pas se contenter d encourager au partage de la pénurie. - La mutualisation comme facteur d amélioration du bien-être du salarié dans les structures de l ESS. La mutualisation est aussi devenue une alternative pour améliorer le bien-être des salariés dans le secteur de l Economie Sociale et Solidaire. Dans un secteur où les chargés de mission sont sur «tous les fronts» il peut être envisagé que la redistribution 19 P a g e

21 des compétences peut être un soulagement pour les salariés. En effet, il est souvent demandé à l unique salarié de la structure d agir sur des compétences transversales (communication, comptabilité, informatique etc). En redistribuant les rôles, grâce à une mutualisation des compétences, cela peut générer un soulagement pour le salarié. Prenons un exemple sur la compétence informatique. Un chef de mission passera peut être quatre heures par mois à faire toutes les mises à jours sur son poste de travail. On peut imaginer qu il y passera plus de temps qu un informaticien. Quatre heures de temps nécessaire au bon fonctionnement de son poste informatique, mais qui ne produisent pas de valeur ajoutée pour la structure et qui incommode le salarié (4h qu il aurait pu optimiser sur un autre projet). Imaginons à présent que la compétence informatique soit mutualisée. Tout d abord l informaticien mutualisé n interviendrait que sur deux/trois heures et non sur quatre. Il faudra rémunérer la prestation, certes, mais en comparant le temps perdu sur un autre projet, et le confort pour le salarié qui en découlerait, cela peut être un avantage certain. La mutualisation permet d apporter des choix en matière d organisation et de gestion des temps de travail, permet également d acquérir plus vite et simultanément des expériences diversifiées, et enfin d utiliser chaque personnel à sa juste qualification. Ces trois facteurs sont autant d enjeux auxquels la mutualisation doit répondre. Cependant nous pouvons nous dire que c est avant tout la nécessité économique qui oblige les acteurs à s emparer des dispositifs de mutualisation. Mais à cela peut s ajouter la volonté de travailler à plusieurs dans une dynamique d échange et d émulation, ou bien la motivation à se constituer en force collective pour plus de reconnaissance et d aide. Il se pose alors la question, «la mutualisation est-elle survenue, du côté des acteurs, dans un effort de stabilisation pour des salariés au statut précaire ou elle-t-elle apparue comme un moyen de conforter les budgets de fonctionnement affectés par des baisses des crédits»? Autant de questions qu il est nécessaire que les structures se posent avant de commencer une possible mutualisation. Il existe trois sortes de mutualisation, tel que : - La mutualisation d opportunité, qui répond principalement à des logiques de court-terme. Elle peut être liée à des pics d activité imprévus, des besoins d acquisition ou de remplacement de ressources dans l urgence ou contrainte pour des raisons économiques. Cette mutualisation concerne majoritairement des relations entre deux structures. La «proximité» entre les parties prenantes, entreprises et salariés, crée une relation de confiance qui favorise la mise en œuvre de la mutualisation. - La mutualisation contractualisée, qui répond à des logiques de court et moyen termes. Elle est liée à un besoin anticipé et découle d une concertation entre les parties. Elle entraîne une relation contractuelle généralement entre un nombre restreint de structures. Cette mutualisation formelle est souvent portée par une structure «experte» de la mutualisation qui bénéficie d une place centrale au sein d un réseau. 20 P a g e

22 - La mutualisation collective, qui répond à des logiques de moyen et long termes. Elle est liée à un important besoin d acquisition de ressources et/ou compétences fondamentales qui restent difficiles à acquérir individuellement. Elle engage un nombre plus important de structures dans un projet collectif qui conduit obligatoirement à constituer une structure collective formelle de mutualisation. L animation de la structure collective est nécessaire pour fédérer divers partenaires qui peuvent parfois être concurrents. II.3 Sur quoi peut-on coopérer, que peut-on mutualiser? 8 De l emploi : Création d un poste partagé de secrétariat, de comptable, de chargé de production/diffusion,... De l information, des ressources : Supports de communication internes et externes, régies publicitaires, site internet mutualisé, centre de ressources, Des réflexions et des pratiques : Groupes d échanges de pratiques, journées thématiques, rencontres professionnelles, Du service : Centrales de réservations, offres d emplois, Des moyens techniques : Espaces de travail et d activités, matériels techniques ou bureautiques, logiciels, Des moyens d action : Lobbying, économies d échelle, fonds de solidarité financière, Des compétences et des savoirs : Echange de savoirs, formations entre membres, pour les membres, Des publics et des bénéficiaires : Programmation commune, diversification d une offre culturelle, La mutualisation des compétences s'orchestre autour de grands leviers : - Stabilisation et pérennisation des emplois collectivement et solidairement. - Optimisation du développement de la politique de ressources humaines. - Accession à de l'expertise ou des compétences que l on jugeait inaccessibles. - Reconnaissance et emploi de chaque personnel à sa juste qualification. - Prise en compte du parcours personnel et professionnel du salarié (formation, gestion prévisionnelle des emplois et compétences, etc). - Configuration nouvelle de l'organisation et de la gestion des temps de travail, autant en interne que pour le salarié. - Acquisition dynamique, simultanée, d'expériences diversifiées. 8 «Eléments d éclairage sur la coopération et la mutualisation» P a g e

23 - Dynamisation de l'ancrage territorial et du développement des projets de territoires. - Soutien et développement de(s) projet(s) associatif(s) et du tiers secteur. II.4 Les freins et les opportunités quant à une mutualisation Les opportunités - La mutualisation a du sens dans le contexte actuel de baisse des financements publics en tant que moyen d économiser des ressources par un partage. Les freins - Trouver des solutions collectives efficaces pour faire face à des problèmes que le manque de ressources ou de temps ne permettent pas de solutionner seul. - Réaliser des gains économiques directs mais aussi indirects en diminuant les coûts cachés (temps passé, risque juridique, erreurs liées au manque d expertise sur un domaine, délaissement du cœur de métier au bénéfice d activités annexes, etc.) - Confier une activité à une structure collective pour se concentrer sur son cœur de métier. - Consolider, ancrer les compétences au sein de sa structure et fidéliser des salariés. - Problème de confidentialité - Problème de l'appropriation culturelle. - Accaparation de la compétence par la structure. - La mutualisation, sous certaines formes, supposerait d y consacrer un minimum de ressources financières, alors que celles-ci sont déjà tendues. - Moyen de valorisation et d'enrichissement de l'existant. - La mutualisation est un vecteur de lien sur le territoire : elle permet aux structures de s ouvrir aux autres, de mieux se connaitre et s enrichir de leurs échanges. 22 P a g e

24 III) Etude sur la mutualisation des compe tences III.1 L objectif de l étude Aujourd hui, les acteurs des structures de l Economie Sociale et Solidaire (dirigeants, salariés, bénévoles) sont face à la nécessité de gérer la complexité croissante des organisations et de leur environnement. Aussi, la capacité de mettre en œuvre des projets pour une structure passe de plus en plus par le déploiement de compétences. La question des compétences nécessaires recoupe celle de l emploi, de la formation et sa qualification, de la gestion de ces compétences, de son développement Les contraintes pesant actuellement sur les ressources financières des structures de l ESS les poussent à rechercher des solutions alliant l efficacité à une plus grande économie de leurs ressources. Pour cela, les formules de mutualisation pour répondre aux besoins semblent être des pistes d avenir. Le pôle, dans ces engagements et dans son inscription à la charte GPEC-T du pays de Fougères, a décidé de s engager dans cette démarche. C est à travers une étude sur la mutualisation des compétences, que le pôle EcoSolidaireS a cherché à savoir s il pouvait aider à mettre en place un système apportant, par la mutualisation, des réponses nouvelles aux besoins non ou mal satisfaits des structures de l ESS du pays de Fougères en matière de compétences et d emplois. Mais avant d envisager des solutions, il a été nécessaire d avoir une bonne connaissance des besoins en compétences, des compétences internes existantes dans les structures adhérentes du pôle, et d identifier les problématiques auxquelles la mutualisation doit répondre. III.2 L analyse du panel A. Les structures interviewées Tout d abord le pôle a relevé vingt-et-un adhérents (et trois partenaires du pôle) qui pourraient être intéressés par le concept de mutualisation de compétences. Sept adhérents n ont pas été mis à contribution dans cette étude car elles sont adhérentes en tant que personnes individuelles. De plus, l association du Coglais n a pas été prise en compte du fait qu elle soit proche de la liquidation judiciaire. Statuts juridiques : - Dix associations - Trois mutuelles - Trois structures d insertion - Un entrepreneur salarié 23 P a g e

25 - Deux SA SCOP - Une SARL - Une SARL SCOP Les domaines d activités : - Formation, enseignement, éducation populaire - Culture, animation socioculturelle - Développement durable, agriculture, environnement - Insertion sociale et professionnelle - Services à la personne et aux entreprises - Sanitaire et social - Commerce de produits biologiques - Tourisme social - Accompagnement de porteurs de projets Nous avons également porté le projet auprès de trois autres structures non adhérentes : - Le centre social de Fougères - La crèche Nicolas et Pimprenelle - La Granjagoul Ces trois partenaires du pôle rentrent dans le secteur de l Economie Sociale et Solidaire par leur forme juridique et par leur proximité au pôle. B. Les ressources externes Afin de se renseigner sur le concept de mutualisation le pôle EcoSolidaireS a pris contact avec deux groupements d employeurs intervenants sur le pays de Fougères : - Le GEDES 35 (Isabelle Georges Directrice - Espace Anne de Bretagne 15 rue Martenot Rennes) - Atouts pays de Rance et Fougères (Alexandra Belloir - Chargée de développement- 50 rue Nationale Fougères) Ces deux groupements d employeurs sont complémentaires. En effet, leur régime fiscal détermine quelles structures doivent faire appel à eux. Le GEDES ne peut avoir comme adhérents que des associations non assujetties à la TVA, alors qu ATOUTS pays de Rance et Fougères peut avoir comme adhérents toutes structures assujetties ou non à la TVA. Il a été également fait état d une prise de contact avec l Observatoire du pays de Fougères, la DIRECCTE d Ille et Vilaine et le DLA (Dispositif Local d Accompagnement) d Ille et Vilaine afin d élargir les pistes de réflexion concernant cette étude sur la mutualisation de compétences. 24 P a g e

26 III.3 La méthodologie de l étude Une démarche de mutualisation est avant tout une approche que les structures doivent prendre pas à pas. Ce processus n est pas exhaustif mais donne un éventail des phases par lesquelles les structures devront réfléchir avant de se lancer dans un projet de mutualisation. Interconnaissance des acteurs - Identifier les points qui font culture commune : volonté de pérenniser, de monter en niveau de compétences et qualification des emplois, modes de management semblables. - Prendre le temps de la connaissance et d une reconnaissance des activités des structures avec lesquelles on souhaite mutualiser (rencontres informelles, réunions thématiques etc). - Réfléchir en amont sur les modalités contractuelles et chartes à mettre en place, et sur ce qu elles vont induire en interne et dans les relations entre les différentes structures (permettant par exemple à terme de se garder des effets de concurrence). Structurer la démarche - S attacher à un calendrier de travail concerté et partagé, ne pas céder à l urgence. Etre accompagné par un tiers - Être attentif aux retours d expériences et s attacher les services d une structure ou de dispositifs d accompagnement (de type DLA) : apport de diagnostic et d expertise, vision neutre et tiers sur le projet (financements possibles). Mener une réflexion approfondie sur la gestion des RH - Établir clairement les besoins et objectiver ceux-ci à la mesure de chaque structure. Définir le type de profil recherché, lister les missions (profil de poste). - Définir les temps de travail utiles à chaque structure sur des projections annuelles : vérifier les cycles d activités, les montées de charge, la saisonnalité ou non des activités. Déterminer le périmètre budgétaire du projet - Evaluer les capacités propres à chaque structure d anticiper et honorer les engagements à venir notamment financièrement. - Prédéfinir le budget (court-moyen terme) que chaque structure est en capacité de mobiliser pour le poste et évaluer l adéquation avec les coûts réels. Elargir le champ de la mutualisation - Le cas échéant, définir également le second périmètre de la mutualisation : locaux administratifs ou de création, matériel informatique, photocopieur, véhicule 25 P a g e

27 Le pôle EcoSolidaireS dans son étude sur la mutualisation de compétences entre ses adhérents, a mené cette réflexion. C est en s appuyant sur cette base que le pôle a pu proposer à ses adhérents une enquête approfondie de leurs besoins en compétences. A. Les questionnaires Il a été créé deux questionnaires : - Un pré-questionnaire permettant d identifier les besoins en compétences latents ou non exprimés des adhérents et partenaires du pôle. - Un questionnaire relatant les besoins en compétences des structures. Il a été réalisé majoritairement des questions fermées. Celui-ci pose un état des lieux des compétences et des besoins en compétences des structures. La prise de contact avec toutes les structures s est faite entre le mois d avril et le mois de mai Une démarche d information sur cette étude avait été menée ultérieurement par le pôle, ce qui a permis une démarche facilité dans la prise de rendez-vous. Sur les vingt-quatre contacts (adhérents ou partenaires du pôle), dix-neuf entretiens ont été menés (80% des structures). Sachant que : - La MRJC Ille et Vilaine n a pas souhaité répondre à ces questionnaires. Cette structure a pensé que son association ne correspondait pas à la demande. D après elle, l association a un fonctionnement national/régional/départemental, et l enquête menée par le pôle concerne plus des associations à fonctionnement locales. - Les trois mutuelles n ont pas répondu à l enquête. - L AREP n a pas répondu à l enquête (ayant un fonctionnement départemental). Au final l étude s est portée sur dix-neuf structures (seize adhérents et trois partenaires du pôle). 9 B. Les résultats Après saisie des enquêtes, les résultats suivants ont été observés : Au niveau des besoins en compétences exprimés La communication 9 Voir en annexe «Les adhérents et partenaires du pôle EcoSolidaireS» 26 P a g e

28 Peu de moyens accordés à la communication La communication est souvent délaissée par les structures au quotidien. Que ce soit sur la communication interne ou externe, institutionnelle ou en marketing, les structures avouent manquer de professionnalisme sur ce sujet. Elles n ont pas de professionnels dédiés. Elles ne font pas le choix d allouer un budget important à la communication car elles capitalisent plutôt sur leurs richesses internes, leurs adhérents et leurs partenaires. Un déficit notable de stratégie de communication La large majorité des structures, qu elles soient petites ou moyennes, fédérées ou non, n a pas de stratégie de communication définie. Les structures ont besoin de revenir sur les fondamentaux, définir ce qu est leur politique de communication (public, cible et messages ) et organiser les choses en interne (quelles ressources peuvent-elles mobiliser, lesquelles doivent-elles externaliser?). Pour cela, elles ont besoin de professionnels de la communication et/ou de se professionnaliser. Cela permettrait ainsi aux structures de mieux formuler leur projet en fonction des interlocuteurs, notamment envers les partenaires institutionnels et les collectivités. Une priorité donnée à la communication extérieure La communication externe est prioritaire parce qu elle sert à faire connaître les services que les structures proposent et/ou les idées qu elles souhaitent diffuser. La communication extérieure reste souvent du «bricolage» : l enrichissement du site internet ou les plaquettes peuvent être réalisés par le directeur ou un bénévole qui manquent de compétences spécialisées. Par ailleurs, lorsque les structures font appel à des compétences externes (cabinet en communication) cela est très souvent onéreux. Un besoin sur la gestion quotidienne des sites web Le site internet de certaines structures est rarement mis à jour. C est un outil que les structures ont du mal à gérer, à s approprier, à suivre et à alimenter. La gestion des outils web repose souvent sur les épaules d une ou deux personnes qui n ont pas le temps de le suivre quotidiennement. Par ailleurs, on note parfois une confusion entre les compétences en gestion informatique et en gestion de communication. 27 P a g e

29 La comptabilité Un besoin de renforcer les compétences en comptabilité, soit à l interne soit en faisant appel à l externe. Plusieurs structures avouent gérer la comptabilité avec des compétences limitées. Cependant le cabinet comptable représente une charge importante pour certains budgets. Dans les cas où le conseil d administration fait appel à un cabinet comptable extérieur, c est essentiellement avec la volonté de rassurer sur la fiabilité des comptes. Pour la paie, la moitié des structures s adresse à des cabinets extérieurs, l autre moitié dispose d une compétence salariée ou bien bénévole, qu elles estiment suffisante en interne. Cependant a été évoqué le problème qui se pose en cas d absence ou de congé de la personne responsable des paies, alors que les bulletins doivent être édités chaque mois. Informatique 28 P a g e

30 L enjeu de la compétence informatique pour les structures n est pas forcément de disposer de la ressource en interne mais d avoir quelqu un qui sait gérer des «petites choses» (créer des adresses nouvelles, acheter des équipements ) et surtout avoir les compétences pour recueillir les besoins : recenser les besoins en hardware (matériel) et en software (exposer ce dont on a besoin en entrée et en sortie serveur). Les structures gèrent la compétence informatique essentiellement en externe, en ayant un contrat de maintenance (pas toujours en local). Les structures ne gèrent pas leur parc informatique de manière préventive, elles subissent donc les pannes (informatique, matériels, ). La gestion des ressources humaines Un besoin d appui sur les compétences en droit social Lorsque les structures sont membres de réseaux fédératifs, ces derniers leur assurent un conseil sur les questions liées au droit social, aux conventions collectives, à la réglementation Lorsque ce n est pas le cas, il apparait un besoin de conseils pour faire face à la législation de plus en plus changeante. L application du droit du travail et/ou de la convention collective est parfois difficile pour les petites structures. Confrontées à la complexité de la gestion juridique, sur un plan général, certaines auraient ressenti ponctuellement le besoin de s adresser à un avocat ou à des juristes. Ce manque de compétences spécifiques est associé à une difficile prise de conscience des responsabilités qui incombent aux dirigeants (nécessité de ressources auxquelles elles pourraient faire appel quand elles en ressentent le besoin sur des questions liées à la responsabilité employeur). Un besoin de conseil sur le recrutement et de réflexion sur l évolution des postes Les structures ont peu évoqué le besoin d aide aux recrutements. Les postes des salariés se caractérisent par une polyvalence plus ou moins poussée. Bien que les limites de ce type 29 P a g e

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

La mutualisation de l emploi. dans les champs du sport, de l animation socio-éducative et culturelle, du tourisme et des loisirs

La mutualisation de l emploi. dans les champs du sport, de l animation socio-éducative et culturelle, du tourisme et des loisirs La mutualisation de l emploi dans les champs du sport, de l animation socio-éducative et culturelle, du tourisme et des loisirs Définitions La mutualisation : néologisme, construit sur le terme de mutualité.

Plus en détail

La Validation des Acquis de l Expérience

La Validation des Acquis de l Expérience La Validation des Acquis de l Expérience Attention : Ces deux dispositifs s adressent uniquement aux salarié(e)s et aux bénévoles du réseau des MJC de Midi Pyrénées. L Institut de Formation à l Animation

Plus en détail

Diagnostic Economie Sociale et Solidaire (ESS) Décembre 2012

Diagnostic Economie Sociale et Solidaire (ESS) Décembre 2012 Diagnostic Economie Sociale et Solidaire (ESS) Décembre 2012 Introduction : Eléments de définition de l ESS Des statuts : associations, coopératives, mutuelles et fondations Des pratiques et valeurs communes

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière 1.1 Le Comité d Innovation Routes et Rues (CIRR) est

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Securex : L humain avant tout

Securex : L humain avant tout Securex : L humain avant tout Qui sommes-nous? Spécialistes des ressources humaines, nous sommes à vos côtés pour vous conseiller et ce, quelles que soient les questions que vous vous posez en la matière.

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil Politique d emploi des personnes handicapées : le diagnosticconseil Ce document s adresse particulièrement aux établissements, entreprises et groupes de plus de 250 salariés qui souhaitent s engager dans

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH 1 Levier essentiel dans le pilotage des grands changements que conduit l Institution, la fonction RH doit, du fait de ce positionnement

Plus en détail

Mise en place d une comptabilité analytique

Mise en place d une comptabilité analytique Id 37 6 rue Jacques Vigier 37 700 Saint-Pierre-des- Corps 02 47 37 95 44 Dossier suivi par : Nina JAMET Email : jamet.dla@id37.fr Mobile : 06 28 79 25 12 CAHIER DES CHARGES PRESTATION D ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur L Outplacement Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode d emploi pratique et opérationnel sur l Outplacement

Plus en détail

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66. Paris, le 22 janvier 2015

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66. Paris, le 22 janvier 2015 Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Paris, le 22 janvier 2015 La CNPTP en bref La Commission Nationale Paritaire Technique de Prévoyance (CNPTP) pilote le régime mutualisé de prévoyance des personnels

Plus en détail

[LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES]

[LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES] 2015 [LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES] Programme de formations du 2ème semestre 2015 pour les acteurs de l Economie Sociale et Solidaire [SOMMAIRE] LA CO-OPERATIVE... 3 Nos formations professionnelles

Plus en détail

La grande enquête sur les besoins en recrutement et en formation des PME du Val d Oise

La grande enquête sur les besoins en recrutement et en formation des PME du Val d Oise La grande enquête sur les besoins en recrutement et en formation des PME du Val d Oise Cette enquête du réseau FormaClub95 est destinée à engager notre action sur les besoins en recrutement et formation

Plus en détail

JOURNÉE PORTES OUVERTES

JOURNÉE PORTES OUVERTES JOURNÉE PORTES OUVERTES Approfondir l utilisation d outils RH vers une gestion dynamique et prospective des RH 7 octobre 2014 Mission Conseils et Organisation RH Face aux contraintes d activités, l évolution

Plus en détail

Besoins en formation professionnelle?

Besoins en formation professionnelle? Besoins en formation professionnelle? La formation professionnelle continue, c est : La formation est toujours un différentiel : Des compétences mobilisables aujourd hui Formation(s) Des compétences à

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. N 1 : Juin 2013. Consultation d experts en Communication et en Webmarketing

CAHIER DES CHARGES. N 1 : Juin 2013. Consultation d experts en Communication et en Webmarketing CAHIER DES CHARGES Consultation d experts en Communication et en Webmarketing N 1 : Juin 2013 Date de publication : 11/06/2013 Date de clôture des candidatures : 25/06/2013 à 12h00 Le présent cahier des

Plus en détail

GERER UNE ENTREPRISE CULTURELLE

GERER UNE ENTREPRISE CULTURELLE GERER UNE ENTREPRISE CULTURELLE FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DOSSIER D INFORMATION Session du 23 janvier au 22 juin 2015 Date limite des candidatures : Mardi 13 janvier 2015 Unité culture de Cépière

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne L intitulé «formation», qui peut être affiché dans un document publicitaire, n est pas suffisant pour garantir son financement

Plus en détail

Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif

Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif Support de présentation - Animation n 1 Guide «Structurer une offre territoriale d accompagnement des petites et moyennes associations employeuses»

Plus en détail

formation 2012 Un Organisme de Formation à votre service Spécialisé «Logement des Jeunes»

formation 2012 Un Organisme de Formation à votre service Spécialisé «Logement des Jeunes» Un Organisme de Formation à votre service Spécialisé «Logement des Jeunes» FORMA-CLLAJ formation 2012 / /Directeurs // Responsables // Élus // Cadres administratifs // Agents de collectivités territoriales

Plus en détail

Date limite de dépôt des candidatures : Lundi 2 novembre 2015, à 12 : 00

Date limite de dépôt des candidatures : Lundi 2 novembre 2015, à 12 : 00 Cahier des charges de l Appel à Projets communautaire 2015 «Actions d animations sportives» Le présent cahier des charges porte à la connaissance des porteurs de projets les conditions de sélection des

Plus en détail

6 RÉUSSIR SA COMMUNICATION ÉVÉNEMENTIELLE

6 RÉUSSIR SA COMMUNICATION ÉVÉNEMENTIELLE 6 MODULES DE FORMATION MARKETING COMMUNICATION EXPERTS COMPTABLES 1 DÉFINISSEZ L IDENTITÉ & LE POSITIONNEMENT DE VOTRE CABINET 4 INITIEZ UNE COMMUNICATION ON-LINE PERFORMANTE (SITE WEB, E- NEWSLETTER )

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 LE CEAS : Centre d étude et d action sociale de la Sarthe Association créée en 1937, secrétariat social, la première étude

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN

EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN LE DÉPARTEMENT La stratégie d intervention du Fonds Social Européen pour 2014-2020 vise à corriger les déséquilibres structurels

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Programme de formation «CAP RSEA»

Programme de formation «CAP RSEA» Programme de formation «CAP RSEA» Amélioration et mesure de la performance économique, sociale, sociétale et environnementale des Entreprises Adaptées Contexte La RSE se définit comme la responsabilité

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

Ressources en ligne pour la mise en œuvre du Contrat de génération

Ressources en ligne pour la mise en œuvre du Contrat de génération Ressources en ligne pour la mise en œuvre du Contrat de génération www.contrat-generation.gouv.fr 1. Emploi des seniors et gestion des âges Outil-Ages RH Pour soutenir la compétitivité de l entreprise

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME ENTREPRISES DE 300 SALARIÉS ET PLUS, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE. LES ENJEUX MAJEURS POUR LES ENTREPRISES

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier ACN achat public MODULE A Renforcer la stratégie achat de son établissement : atouts et clés de succès ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER 2013-15 module A Renforcer

Plus en détail

Enquête sur les ressources propres des universités - Point d étape

Enquête sur les ressources propres des universités - Point d étape Enquête sur les ressources propres des universités - Point d étape KPMG S.A. 18 Juin 2008 1 Contexte de mise en œuvre de l enquête Les universités diversifient leurs ressources depuis fort longtemps :

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

Dispositif d'accompagnement

Dispositif d'accompagnement PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Direction régionale des s, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi de Poitou-Charentes Pôle 3E Service développement économique-innovationentreprises

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu

Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu L entretien professionnel L avenant relatif à l entretien professionnel (extrait) Pour lui permettre

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

DU RESPONSABLE DU CONSEIL EN MOBILITÉ ET CARRIERES

DU RESPONSABLE DU CONSEIL EN MOBILITÉ ET CARRIERES V.18 avril 2008 RÉFÉRENTIEL INTERMINISTÉRIEL DU RESPONSABLE DU CONSEIL EN MOBILITÉ ET CARRIERES (DOCUMENT DE BASE : FICHE RIME, 2006) Le protocole d accord du 21 novembre 2006 relatif à la formation professionnelle

Plus en détail

Proservia se mobilise aux côtés de ses collaborateurs pour leur permettre de révéler leurs talents.

Proservia se mobilise aux côtés de ses collaborateurs pour leur permettre de révéler leurs talents. PROSERVIA DOSSIER DE PRESSE MARS 2013 PRÉAMBULE Depuis sa création, Proservia démontre par ses actions que la mise en œuvre d une véritable gestion des Ressources Humaines au sein d une SSII est compatible

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

FICHE DE PROFIL DE POSTE

FICHE DE PROFIL DE POSTE FICHE DE PROFIL DE POSTE POSTE : Agent de développement sportif et/ou socio-sportif de secteur ou de bassin d activité CONVENTION COLLECTIVE : CCNS GROUPE : 1 METIER : Agent de développement Comité STRUCTURE

Plus en détail

A M E N A G E M E N T D U TERRITOIRE

A M E N A G E M E N T D U TERRITOIRE U n i v e r s i t é d e l a M é d i t e r r a n é e F a c u l t é d e s S c i e n c e s E c o n o m i q u e s e t d e G e s t i o n M a s t e r E c o n o m i e, P o l i t i q u e e t G e s t i o n P u

Plus en détail

CONCOURS PHOTOS. Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire

CONCOURS PHOTOS. Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire CONCOURS PHOTOS Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire Partenaires historiques du secteur de l économie sociale en protection

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES, APPEL D OFFRES PRESTATION MISE EN RELATION AVEC LES ENTREPRISES TOUS PUBLICS

CAHIER DES CHARGES, APPEL D OFFRES PRESTATION MISE EN RELATION AVEC LES ENTREPRISES TOUS PUBLICS CAHIER DES CHARGES, APPEL D OFFRES PRESTATION MISE EN RELATION AVEC LES ENTREPRISES TOUS PUBLICS PLAINE COMMUNE LE PLIE Service bénéficiaire : le PLIE, représenté par son directeur. 87, Avenue Aristide

Plus en détail

APPEL à CANDIDATURE. POUR LA GESTION ET LA MISE EN ŒUVRE DU «STAGE COLLECTIF OBLIGATOIRE de 21 heures»

APPEL à CANDIDATURE. POUR LA GESTION ET LA MISE EN ŒUVRE DU «STAGE COLLECTIF OBLIGATOIRE de 21 heures» Direction Départementale des Territoires de l'aisne En application du décret du relatif à la mise en œuvre du plan de professionnalisation personnalisé prévus par les articles R 3434 et R 3435 du code

Plus en détail

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel Guide d utilisation du - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock Support entretien professionnel L entretien professionnel, une occasion pour l entreprise et le salarié de porter un regard sur

Plus en détail

Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020?

Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020? Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020? 28 novembre 2013 Le Tertiaire Supérieur sur Lille Métropole? Les sources? Le Contrat d Etude Prospective

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. Comment nous retourner votre cahier d acteur?

Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. Comment nous retourner votre cahier d acteur? Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. C est simple, il suffit de remplacer les textes grisés à compléter par votre texte. Votre cahier d acteurs sera mis en forme avant publication

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 EXPOSE DES MOTIFS

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 EXPOSE DES MOTIFS SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 POINT EMPLOI GIP Ivry-Vitry Actions Mission Locale, PLIE, Cellule Insertion Participations pour l année 2014 EXPOSE DES MOTIFS La Ville participe à des actions

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail

Formation de dirigeant de PME

Formation de dirigeant de PME Formation Dirigeant de PME Public : Cette formation est centrée sur le chef d entreprise ou futur chef d entreprise qui a besoin de s approprier ou de perfectionner les outils du management global d entreprise

Plus en détail

APPEL A PROJETS. «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône»

APPEL A PROJETS. «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône» APPEL A PROJETS «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône» PROJET BENEFICIANT DU CONCOURS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Préalable L appel à projets décrit ci-après

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

L externalisation de la formation Résultats de l enquête 2011-2012

L externalisation de la formation Résultats de l enquête 2011-2012 L externalisation de la formation Résultats de l enquête 2011-2012 20 juin 2012 Bénédicte Bailleul Directrice de l activité Externalisation 1 Agenda Présentation de Demos Outsourcing Méthodologie d enquête

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Guide pratique MDPH Partie 1 Fiche n IV-2 CNSA - DGEFP Version 1 sept/2008 L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Plan : 1. Les principes de l orientation professionnelle... 1 2. Vers quels lieux peut se faire

Plus en détail

FICHE DE FONCTION - 04

FICHE DE FONCTION - 04 FICHE DE FONCTION - 04 ANIMATEUR/EDUCATEUR de classe 1 INTITULE DE LA FONCTION : animateur/éducateur RELATIONS HIERARCHIQUES L animateur/éducateur de classe 1 exerce ses fonctions sous la responsabilité

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail