Inventaire des cavités souterraines du département de la Sarthe (72)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Inventaire des cavités souterraines du département de la Sarthe (72)"

Transcription

1 Inventaire des cavités souterraines du département de la Sarthe (72) Rapport Final BRGM/RP53065FR avril 2004

2 Inventaire des cavités souterraines du département de la Sarthe (72) Rapport Final BRGM/RP53065FR avril 2004 Étude réalisée dans le cadre des opérations de Service public du BRGM 02RIS412 Convention MEDDBRGM n CV /2002 Loislard M., Baudouin V., Conil P.

3 Mots clés : cavité souterraine, carrière, marnière, karst, cave, inventaire, Sarthe En bibliographie, ce rapport sera cité de la façon suivante : LOISLARD M., BAUDOUIN V., CONIL P. (année 2004) Inventaire des cavités souterraines du département de la Sarthe (72) Rapport final BRGM / RP53065FR, 92 p., 21 fig, 3 tab, 7 annexes. BRGM, 2003, ce document ne peut être reproduit en totalité ou en partie sans l autorisation expresse du BRGM

4

5 Synthèse A la demande du Ministère de l Ecologie et du Développement Durable (MEDD), le BRGM, dans le cadre de ses activités de service public, est chargé de réaliser un inventaire des cavités souterraines d origine anthropique (cavités abandonnées) ou naturelle sur l ensemble du territoire métropolitain. Ce programme, prévu sur une durée de six ans, comprend des inventaires départementaux, suivant un cahier des charges général défini en accord avec le MEDD. L ensemble des informations collectées doit ensuite être intégré à une base de données nationale qui sera consultable sur Internet. La Sarthe, dont le territoire comprend un nombre important de cavités souterraines, fait partie des départements sélectionnés pour faire l objet d un inventaire spécifique (convention MEDD DPPR/BRGM n CV /2002). L inventaire départemental des cavités souterraines (hors mines) de la Sarthe a donc été entrepris avec pour objectif de recenser, localiser et caractériser les principales cavités souterraines présentes sur ce territoire, puis d intégrer l ensemble de ces informations dans la base de données nationale (BDCS : Base de Données sur les Cavités Souterraines). Pour réaliser cet inventaire, selon le canevas défini à l échelle nationale pour les inventaires départementaux, l'opération a comporté des phases de collecte de données (recherche bibliographique, enquête auprès des communes, recueil de données auprès des services techniques concernés), de validation des informations et de saisie dans une base de données. Une synthèse a ensuite été effectuée sur cet ensemble d information. Ce travail a permis de recenser au total 1368 cavités. Les informations collectées montrent qu il s agit quasi exclusivement d ouvrages d origine anthropique. L essentiel de ces cavités est localisé dans la moitié sudest du département et en particulier le long des vallées du Loir et de ses affluents. Ce secteur constitue le principal bassin d exposition du département pour les risques liés aux cavités souterraines. L analyse du nombre de cavités rapporté aux superficies communales a permis d identifier 24 communes présentant une densité élevée d ouvrages souterrains. Dans le cadre de l étude, 404 occurrences de désordres associés à des cavités (effondrements, affaissements, ) ont également été recensées. L ensemble des informations a été mis à disposition dans la base de données nationale consultable sur internet ( BRGM/RP53065FR 3

6

7 Sommaire 1. INTRODUCTION CADRE GÉNÉRAL DE L'ÉTUDE OBJECTIF DES INVENTAIRES Généralités Objectifs à l'échelle locale (départementale) Objectifs à l'échelle nationale CADRE CONTRACTUEL BASE DE DONNÉES NATIONALE BDCAVITÉ Présentation Architecture et champs de base de BDCavité Acquisition des données Mise à disposition de l'information PRINCIPALES ÉTAPES DE LA MÉTHODOLOGIE DES INVENTAIRES Typologie Recueil des données Validation sur le terrain Valorisation des données et saisie Synthèse des données CONTEXTE PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU DÉPARTEMENT Géographie Géologie Hydrogéologie UNITÉS GÉOLOGIQUES PROPICES À L'EXISTENCE DE CAVITÉS SOUTERRAINES RECUEIL DES DONNÉES RECUEIL DE DONNÉES Données d'archives Enquêtes communales Visites de terrain Mouvements de terrain Synthèse de la phase de recueil de données VALIDATION ET VALORISATION DES DONNÉES ELIMINATION DES DOUBLONS ELIMINATION DES DONNÉES INEXPLOITABLES VALIDATION DE TERRAIN Validation des données INTÉGRATION DANS LA BASE CAVITÉS ANALYSE DES RÉSULTATS QUALITE ET REPRESENTATIVITÉ DES INFORMATIONS RECUEILLIES Exhaustivité Qualité des données TYPOLOGIE DES CAVITÉS Nature et distribution par type RÉPARTITION Répartition par type de cavités Répartition par grand ensemble géologique BRGM/RP53065FR 5

8 Répartition par contexte géomorphologique RECOMMANDATIONS EN MATIÈRE DE PRÉVENTION DES RISQUES GÉNÉRALITÉS RÉPARTITION GÉNÉRALE DES CAVITÉS ET RECOMMANDATIONS EN TERME DE PRÉVENTION DES RISQUES Répartition générale des cavités Recommandations en terme de prévention des risques CONCLUSIONS BIBLIOGRAPHIE BRGM/RP53065FR

9 Liste des figures Figure 1 : Thème "identification/localisation" de la base de données Figure 2 : Autres thèmes spécifiques à chaque type de cavité Figure 3 : Cas d une carrière ou d une cave Figure 4 : Ouvrage civil Figure 5 : Présentation du site Internet Figure 6 : Carte simplifiée du relief et du réseau hydrographique du département de la Sarthe Figure 7 : Carte géologique simplifiée de la Sarthe Figure 8 : Cartographie des réponses des communes Figure 9 : Carte des communes ayant fait l objet d une visite de terrain en Figure 10 : Exemple de cavité liée à des marnières : La Champronnière (commune de St Cosme en Vairais) Figure 11 : Mouvements de terrain liés aux cavités Figure 12 : Orifice de marnière (Valaise commune : Nogent le Bernard) Figure 13 : Vue rapprochée de l orifice (Valaise commune : Nogent le Bernard) Figure 14 : Cave correspondant à une ancienne carrière (pour fours à chaux) ; Commune : Le Bailleul Figure 15 : Caves dans une falaise ; Commune : ClermontCréans Figure 16 : Distribution des cavités par type Figure 17 : Répartition géographique des cavités par type Figure 18 : Répartition géographique des indices potentiels et cavités d origine naturelle Figure 19 : Répartition géographique des cavités d origine anthropique Figure 20 : Sudest de la Sarthe : relief et répartition géographique des cavités Figure 21 : Densité de répartition des cavités dans les communes sarthoises Liste des tableaux Tableau 1 : Résultat des enquêtes auprès des communes Tableau 2 : Nombre de cavités par catégories Tableau 3 : Liste des communes présentant une densité de cavités élevée Liste des annexes Ann. 1 Lettre du Ministère de l'aménagement du Territoire et de l'environnement Ann. 2 Programmation des inventaires départementaux des cavités souterraines Ann. 3 Liste des réponses des communes Ann. 4 Cartes : répartition géographique des différents types de cavités et indices et répartition géographique des cavités d'origine anthropique et indices d'extraction Ann. 5 Liste des communes à densité de cavités moyennes Ann. 6 Cartes au 1/ des cavités de la Sarthe Ann. 7 Exemple de restitution au 1/ des localisations de cavités BRGM/RP53065FR 7

10

11 1. Introduction Le présent rapport livre une synthèse finale de l'opération d'inventaire des cavités souterraines abandonnées (hors mines) du département de la Sarthe. Ce travail a été cofinancé par le Ministère de l Ecologie et du Développement Durable (convention référencée MEDD DPPR/BRGM n CV /2002) et par le BRGM (dotation de service public). On soulignera qu'il s'agit d'un inventaire dont la validité s'applique la date à laquelle il a été réalisé et ne pouvant prétendre à une exhaustivité totale. En effet toutes les cavités ne sont pas connues et/ou mentionnées dans des documents et certaines données (essentiellement privées) ne sont pas forcément accessibles. Le département de la Sarthe est affecté périodiquement par des mouvements de terrains liés à la présence de cavités souterraines, qui se manifestent parfois par des effondrements en zone urbaine. La quasitotalité du territoire est concerné par cet aléa, mais le sud du département comporte un nombre particulièrement important de carrières souterraines, caves et galeries. Ce potentiel en cavités souterraines diverses provient essentiellement de la géologie du département. La Sarthe se situe à la frontière entre le Bassin de Paris (à l est) et le Massif armoricain (à l ouest) ce qui entraîne une grande diversité des formations géologiques. Parmi cellesci on rencontre en particulier : des tuffeaux, qui ont été intensément exploités par carrières souterraines pour fournir des pierres de construction ; des marnes, employées pour l amendement des sols et extraites par le biais de cavités appelées marnières ; des calcaires. Ces derniers peuvent donner lieux à des cavités d origine naturelle (comme par exemple des grottes ou des gouffres), se manifestant parfois en surface par des dolines. Le présent rapport rappelle tout d abord la procédure de programmes d inventaires et la banque de données associée, puis le contexte géographique et géologique du département et se termine par la synthèse des résultats. BRGM/RP53065FR 9

12

13 2. Cadre général de l'étude 2.1. OBJECTIF DES INVENTAIRES Généralités Il s agit de recenser, localiser et caractériser les principales cavités souterraines abandonnées (hors mines) présentes dans le département de la Sarthe, puis d intégrer l ensemble de ces données factuelles dans la base de données nationale sur les cavités souterraines ( gérée par le BRGM à la demande du Ministère de l Ecologie et du Développement Durable (cf. annexe 1), les organismes extérieurs associés étant à ce jour l'ineris (Institut National de l Environnement industriel et des Risques), le LCPC (Laboratoire Central des Ponts et Chaussées) et les services RTM (Restauration des Terrains en Montagne). Les objectifs de cette opération sont multiples Objectifs à l'échelle locale (départementale) Il s agit en premier lieu de conserver la mémoire des carrières souterraines, désormais pour la plupart abandonnées. Les archives écrites concernant ces anciennes exploitations sont généralement incomplètes et dispersées. L information est le plus souvent transmise oralement, par des témoins concernés à des titres divers (propriétaires fonciers, élus communaux, anciens carriers, champignonnistes, etc ), ce qui la rend fragile et difficilement accessible. Les mouvements de populations et la pression foncière conduisent à construire ou aménager dans des sites autrefois délaissés, car souscavés, mais dont l historique n est plus connu. Il est donc primordial, pour prévenir les accidents qui pourraient résulter de tels aménagements, de maintenir la mémoire de ces carrières souterraines abandonnées et de diffuser aussi largement que possible une information fiable et homogène les concernant. Par extension, cette démarche s'applique également aux autres type de cavités souterraines anthropiques abandonnées (abris civils ou militaires, caves, ouvrages civils.). Une telle information concernant la localisation et l extension des cavités souterraines, lorsqu elle est disponible, permet une meilleure connaissance du risque (compte tenu des mouvements de terrain qui peuvent être occasionnés) et donc sa prévention, et l organisation des secours en cas de crise. Elle peut en particulier permettre l élaboration de cartes de l aléa associé à la présence des cavités souterraines, et ainsi participer en tant que telle à celle de documents à usage réglementaire, de type PPR, comme à l information préventive du public (DDRM, DICRIM, DCS). BRGM/RP53065FR 11

14 Objectifs à l'échelle nationale Il s agit d initier une démarche globale de recensement des cavités souterraines abandonnées, d origine anthropique (hors mines) ou naturelle, ce qui suppose de réaliser ce travail d inventaire départemental sur l ensemble du territoire (ou au moins sur les secteurs potentiellement les plus concernés). La connaissance des zones souscavées est jusqu à présent diffuse, hétérogène et incomplète. Il s agit de rassembler la totalité des informations disponibles (sans qu il soit possible de prétendre à l exhaustivité en la matière) et de la stocker, sous forme homogène, dans une base unique et fédérative de données géoréférencées : la Base de Données nationale dont les développements informatiques ont été cofinancés par le MEDD de 1999 à L opération d inventaire départemental des cavités souterraines anthropiques abandonnées et des cavités naturelles permettra d alimenter cette base avec l ensemble des phénomènes connus à la date de l étude. L organisation de cette connaissance sous forme d une base de données informatique gérée par un organisme public pérenne permettra de la mettre régulièrement à jour au fur et à mesure de l acquisition de nouvelles données (l existence de certaines cavités non mentionnées dans les archives et inconnues des acteurs locaux peut être révélée fortuitement à l occasion d un effondrement en surface). L accès à cette base de données étant libre et gratuit, une large diffusion de cette connaissance sera possible, ce qui facilitera les politiques d information et de prévention du risque CADRE CONTRACTUEL Cette étude s inscrit dans le cadre d un programme pluriannuel 2001 à 2006 demandé par le MEDD visant à réaliser un bilan aussi exhaustif que possible de la présence de cavités souterraines abandonnées sur le territoire métropolitain. La programmation, en termes de choix des départements à inventorier comme le calendrier de leur traitement, résulte d'une démarche logique s'appuyant sur l'inventaire National de 1994 et la cartographie de l'aléa qui en a découlée, ainsi que sur divers épisodes événementiels en matière d effondrements de terrain tels ceux de l hiver Sachant que des évolutions sont possibles au cours des 6 ans de programmation en fonction des critères cités préalablement, la programmation résultant des divers choix effectués fait l objet du tableau et de la carte fournis en annexe 2. La méthodologie de ces inventaires est présentée dans le cahier des charges type. Elle permet d homogénéiser la représentation des résultats obtenus. 12 BRGM/RP53065FR

15 2.3. BASE DE DONNEES NATIONALE BDCAVITE Présentation En parallèle des inventaires départementaux, se finalise le développement par le BRGM de l outil informatique Base de Données nationale sur les Cavités souterraines, BDCavité. La base s.s. est gérée par le BRGM en collaboration pour ce qui concerne la fourniture de données avec l INERIS, le LCPC et les services RTM avec le soutien du Ministère de l Education Nationale, de la Recherche et de la Technologie et de celui de l Ecologie et du Développement Durable. Ce projet doit répondre à la fois à un besoin national et local, et a pour objectif de centraliser et de mettre à disposition, via Internet et dans le réseau d agences régionales du BRGM, l'information concernant les cavités souterraines sur le territoire métropolitain Architecture et champs de base de BDCavité Parmi les outils informatiques développés, se distinguent, dans la base centrale (sous Oracle) à partir de laquelle sont faites les interrogations du site Internet, l interface Web du site correspondant et un applicatif local permettant les saisies régionales ainsi qu une interface de saisie centralisée via le réseau interne BRGM. Le contenu thématique sera variable en fonction du type de cavité étudié. Deux grands types de cavités souterraines sont à distinguer : les cavités d origine naturelle et les cavités d origine anthropique, et parmi cellesci les types déclinés cidessous. a) Cavités souterraines abandonnées d origine anthropique carrières (intègrent les différents modes d exploitation, la présence éventuelles de plusieurs étages, leur état, ) ; caves (cavités à usage industriel ou agricole) ; ouvrages souterrains spécifiques à usage civil (abris, tunnels, aqueducs..) ouvrages souterrains militaires. b) Cavités souterraines d origine naturelle Pour modéliser ces différents types de cavités, deux notions, ou entités, distinctes ont été dégagées : une entité localisée par l enveloppe simplifiée (site) de son emprise au sol (carrière, cave) ou par un réseau de segments (réseau de cavités naturelles) ; une entité localisée par un seul point (ouvrage de carrière, de cave, orifice de cavité naturelle, ouvrage souterrain civil ou militaire). L utilisation de ces deux notions permet une identification et une localisation par entité, indépendamment du type de cavité telle que le montre la Figure 1. Le thème "identification/localisation" est le "tronc commun" du modèle conceptuel de données des divers types de cavités souterraines. D autres thèmes spécifiques à chaque type de cavité sont accessibles (Figure 2) BRGM/RP53065FR 13

16 Module existant mais actuellement non accessible au public a) Cavités anthropiques b) Cavités naturelles Figure 1 Thème "identification/localisation" de la base de données 14 BRGM/RP53065FR

17 Carrière/ cave, réseau de cavités naturelles a) Sites Ouvrage de carrière/ cave, ouvrage souterrain civil/ militaire, orifice de cavités naturelles b) Cavités isolées identifiées Figure 2 Autres thèmes spécifiques à chaque type de cavité BRGM/RP53065FR 15

18 La base BDCavité dont il est question ici ne concerne pas les cavités d origine minière. Les figures suivantes (Figure 3 et Figure 4) donnent quelques exemples de descriptions synthétiques de cavités de type anthropique. Carrière / cave Figure 3 Cas d une carrière ou d une cave Figure 4 Ouvrage civil 16 BRGM/RP53065FR

19 Acquisition des données L acquisition des données se fait essentiellement à partir d inventaires effectués par le BRGM, avec à terme la collaboration de l INERIS, du LCPC à travers le réseau des Laboratoires Régionaux de l Equipement et les services RTM. D'autres sources de données sont exploitées, que cellesci soient publiques (archives départementales ) ou privées (associations.). L origine des informations est diverse, leur provenance peut aller d un simple dépouillement d archives plus ou moins complètes, à des visites de terrain. La saisie des données est réalisée par les Services Géologiques Régionaux du BRGM Mise à disposition de l'information La mise à disposition de l information s effectue grâce au site Internet La Figure 5 montre l interface d accueil du site ainsi que ses principales fonctionnalités. Figure 5 Présentation du site Internet BRGM/RP53065FR 17

20 2.4. PRINCIPALES ETAPES DE LA METHODOLOGIE DES INVENTAIRES Typologie Les cavités souterraines concernées par cet inventaire départemental sont : les carrières abandonnées : cavités ou site anthropiques dont l'activité principale fût l'extraction de matériaux ; à savoir les exploitations en souterrain de substances non concessibles (pierre de taille, craie, gypse, ardoise, argile, ocre, etc.) et dont l exploitation est désormais arrêtée. les caves abandonnées : cavités ou sites naturels ou anthropiques dont l'usage principal était soit le remisage ou le stockage, soit une activité industrielle (hors extraction de matériaux) ou agricole (champignonnière), soit un abri civil (abris, souterrain refuge, troglodytes). les ouvrages abandonnés de génie civil : cavités à usage de transport (aqueducs, tunnels routiers, tunnels ferroviaires, souterrains pour les piétons) ; les ouvrages militaires abandonnés ; les cavités naturelles (karsts calcaire, poches de dissolution ou d effondrement des évaporites, gouffres de quartzites précambriens, cavités volcaniques, grottes marines, ) ; les cavités abandonnées indéterminées : s'applique aux cavités pour lesquelles on ne connaît ni l'origine ni l'utilisation principale Recueil des données La collecte des données se fait en 3 étapes : recherche bibliographique de base, questionnaires d enquête auprès des communes, recueil de données auprès des services techniques concernés, d organismes, d associations ou de particuliers Recherche bibliographique de base Le but de cette phase est de rassembler toutes les informations déjà publiées concernant des vides souterrains abandonnés ou les cavités naturelles (travaux de thèses), dans le département étudié, (dans certains départements les deux types d inventaires sont dissociés). Cette recherche bibliographique se fait par l intermédiaire de la bibliothèque centrale du BRGM. Elle comporte notamment une analyse d éventuels rapports d étude concernant des sites déjà suivis par le BRGM dans le cadre de sa mission de service public. Une recherche spécifique auprès des archives départementales est également menée. Toutefois, cette recherche se borne à l extraction des données déjà disponibles sous forme de synthèse thématique ou accessibles par l utilisation de mots clés. Les données départementales déjà saisies dans BDCavités font évidemment l objet d une extraction au cours de cette phase Questionnaire d'enquête auprès des communes Un questionnaire d enquête type est adressé à l ensemble des communes du département, sous couvert de la Préfecture (sous réserve de l accord de cette dernière). Les maires sont invités à fournir au BRGM tous les éléments dont ils ont connaissance concernant les cavités souterraines abandonnées anthropiques et les cavités naturelles présentes dans leur commune. Un extrait de carte topographique est 18 BRGM/RP53065FR

21 joint au questionnaire afin de faciliter leur repérage par les maires (ou leurs services techniques). Une relance téléphonique est effectuée par le BRGM un mois après envoi du questionnaire et ensuite à intervalles réguliers jusqu à obtenir un nombre de réponses jugé représentatif à l échelle départementale Recueil des données auprès d organismes compétents, d associations, voire de particuliers Des enquêtes plus spécifiques sont orientées vers les organismes techniques locaux, en vue de recueillir les informations qu ils détiennent. Les archives des anciens Services des Mines (détenues par les DRIRE ou versées aux archives départementales) sont systématiquement dépouillées, comme les archives départementales. Selon le contexte local, d autres organismes sont aussi consultés : DDE, laboratoires régionaux de l Equipement, Conseils Généraux (direction chargée de l environnement et éventuellement celle chargée de l entretien des routes), DDAFF, DIREN, DRAC, etc. Enfin, des enquêtes orales sont menées auprès de personnesressources susceptibles de fournir des informations pertinentes en raison de leur connaissance du milieu souterrain : anciens carriers, champignonnistes, conservateurs de musée, archéologues, etc. Les associations locales et départementales de spéléologie (CDS) sont systématiquement mises à contribution, à la fois pour les cavités naturelles et les cavités anthropiques, et certaines de leurs publications font l objet d une analyse bibliographique. En matière de cavités naturelles les services de la protection civile sont interrogés Validation sur le terrain Valorisation des données et saisie Validation sur le terrain : caractérisation des cavités recensées, repérage fortuit de cavités non archivées. Valorisation des données et saisie : géoréférencement des cavités, descriptif (fiches de saisie), saisie dans BDCavité. a) Validation sur le terrain Caractérisation des cavités recensées Toutes les carrières souterraines recensées par l intermédiaire de la recherche bibliographique, des enquêtes auprès des communes et des contacts avec les différents interlocuteurs locaux font l objet d une visite sur le terrain, hormis ceux pour lesquels la documentation disponible est jugée suffisante pour permettre une localisation et une description fiable. Cette visite sur le terrain a pour objectif principal de localiser précisément la situation des cavités (repérage sur carte topographique à l échelle 1/25 000), soit à partir de l observation directe lorsque des accès sont encore praticables ou au moins visibles, soit à partir de témoignages concordants recueillis sur place. Il s agit aussi de compléter, par une observation rapide, les informations déjà disponibles sur l environnement du site (nature de l occupation du sol en surface et position des éléments éventuellement exposés). Lorsque des accès sont connus, qu il s agisse d orifices karstiques ou de bouches de cavages / puits de carrière, leur position exacte est notée par rapport à des repères jugés pérennes et déterminée quand c est possible BRGM/RP53065FR 19

22 à l aide d un GPS. Les éléments sont accompagnés d une description (géométrie, état, accessibilité, etc. ). Lorsque la cavité est encore accessible, une visite rapide des galeries est effectuée afin d évaluer, globalement, l extension des zones souscavées et leur état général de stabilité. La finalité d une telle visite n est pas d aboutir à un diagnostic complet de stabilité, mais de permettre une caractérisation globale de la carrière identifiée (validation des plans quand ils sont disponibles). En matière de karst, ce genre de visite est l exception. b) Validation sur le terrain Repérage de cavités non archivées À l occasion des visites de terrain et de rencontres avec des témoins locaux, il peut arriver que des carrières souterraines abandonnées non signalées dans les archives soient repérées. Ces cavités sont également localisées sur carte topographique à l échelle 1/ ou à l aide du GPS et font l objet des observations minimales comme définies cidessus. c) Valorisation des données et saisie Géoréférencement des cavités Toutes les cavités recensées font l objet d un géoréférencement (calcul des coordonnées dans un système de projection Lambert), à partir des cartes topographiques IGN à l échelle 1/ ou de mesures GPS quand c est possible. d) Valorisation des données et saisie Descriptif (fiches de saisie) Pour chacune des cavités recensées, une fiche de saisie est remplie afin de renseigner les différents champs la décrivant dans la BdCavité, soit (énumération non exhaustive) : type d exploitation, localisation (commune, lieudit, coordonnées géographiques, etc.), origine de l information, descriptif (géométrie, contexte géologique, nature des matériaux exploités, photos du site, état de stabilité apparent, utilisation actuelle, etc ), nature, localisation et date d occurrence des désordres éventuels associés (fontis, effondrement généralisé, débourrages de karst, chute de blocs près des entrées, etc ), dommages éventuels causés, nature des études et travaux éventuellement réalisés (avec références bibliographiques). e) Valorisation des données et saisie Saisie dans BDCavité Les fiches ainsi remplies servent de support pour la saisie des informations dans la base de données nationale sur les cavités souterraines (BDCavité) Synthèse des données Synthèse des données : analyse critique de la représentativité des données recueillies, typologie des cavités repérées, réalisation d une carte de synthèse, rédaction d un rapport de synthèse. a) Analyse critique des données Une fois que les phases de recueil, de validation et de valorisation des données sont achevées pour l ensemble du département, une synthèse des cavités recensées est effectuée. Une analyse critique des données recueillies est menée pour déterminer la représentativité des résultats de l inventaire, en tenant compte des spécificités du département et des éventuelles difficultés rencontrées (défaut de réponse de certains acteurs lors des enquêtes, absence d information dans certains secteurs, imprécision 20 BRGM/RP53065FR

23 dans la localisation de carrières dont les traces ne sont plus visibles sur le terrain, etc.). Cette analyse critique est indispensable pour évaluer la fiabilité des résultats de l opération et la représentativité de l échantillon recueilli (qui ne pourra en aucun cas être considéré comme définitivement exhaustif). b) Caractérisation des cavités recensées Une typologie caractérisation quand il s agit de cavités naturelles des cavités recensées dans le département est effectuée à l aide des résultats de l inventaire départemental. La typologie s appuiera non seulement sur le mode d exploitation employé, mais tiendra compte aussi de la nature des matériaux extraits, de l extension des cavités, de leur mode d utilisation passé (voire actuel), de leur état de stabilité apparente et de la nature des éléments exposés. La caractérisation des cavités naturelles se fait sur la base de critères tels que l extension et le régime hydraulique. c) Carte de synthèse L ensemble des cavités recensées est reporté sur une carte synthétique et sur laquelle figure, outre les cavités ellesmêmes (classées par type), les principaux repères géographiques nécessaires (limites départementales et communales, villes principales, voies de communication et cours d eau principaux). Cette carte synthétique permettra de visualiser les zones a priori les plus exposées au vu des connaissances actuelles et pour lesquelles des analyses plus spécifiques devront être menées, pour aboutir à l élaboration de cartes d aléa. Le chapitre suivant donne une description synthétique de l état final de l étude concernant l inventaire cavités souterraines pour le département de la Sarthe. BRGM/RP53065FR 21

24 22 BRGM/RP53065FR

25 3. Contexte 3.1. PRESENTATION GENERALE DU DEPARTEMENT Géographie Le département de la Sarthe s étend sur une superficie de km². Il regroupe 375 communes. La densité de population est, d après les résultats du recensement INSEE de 1999, de 85 habitants au km². En 1999, sa population s élevait à habitants et était estimée à en janvier De l ordre de habitants résident dans des communes urbaines, soit 60% de la population. La préfecture, Le Mans, comprends habitants soit 28 % de la population du département. La figure 6 présente une carte simplifiée du relief et du réseau hydrographique du département. Le relief est, globalement, peu accidenté. Son altitude varie entre 340 m au Signal de Perseigne, point culminant situé au nord du département, et 21m en aval de Sablé, au sud ouest. Des plateaux, bas, et de grandes vallées fluviales constituent l essentiel de la topographie. Ils sont dominés par un ensemble de reliefs plus élevés, disposés en arc de cercle. Le réseau hydrographique du département comprend deux grandes rivières : La Sarthe. Elle prend sa source dans le département de l Orne et reçoit un affluent principal, l Huisne au centre du département. Le Loir. Il traverse le sud du territoire départemental d est en ouest. Le département bénéficie d un climat tempéré de type océanique. BRGM/RP53065FR 23

26 340m 2 MAMERS MERS. Sarthe Huisne ( LE MANS. LA FLECHE Loir Kilomètres Figure 6 : Carte simplifiée du relief et du réseau hydrographique du département de la Sarthe (Fond : données MNT de l IGN traitées en fausses couleurs par le BRGM) Géologie Le département de la Sarthe relève de deux grands ensembles géologiques régionaux : Le Massif Armoricain, qui couvre environ 12 % du territoire sarthois, et affleure dans la partie ouest de celuici. Il est constitué de terrains anciens faiblement métamorphiques d âge Protérozoïque terminal (Briovérien : 620 Ma) à Paléozoïque supérieur (Carbonifère inférieur : 325 Ma). Le Bassin Parisien qui couvre le reste (78 %) du département. Ses terrains, d âge plus récent, reposent en discordance sur ceux du Massif armoricain. Ils sont âgés du Mésozoïque (Jurassique moyen 170 Ma) au cénozoïque (Eocène : 40 Ma). 24 BRGM/RP53065FR

27 La limite entre ces deux entités suit approximativement une ligne passant par Alençon au nord et Sablé sur Sarthe au sud. Ces deux ensembles sont recouverts, en placage, par des formations très récentes d âge Pliocène et entamés par les systèmes alluvionnaires d âge Quaternaire qui occupent les fonds et les flancs de vallées, en particulier celles de la Sarthe et de l Huisne. La figure 7 présente une carte géologique simplifiée du département. BRGM/RP53065FR 25

28 LES GRANDS TYPES DE ROCHES Roches sédimentaires Roches métasédimentaires allu vion s f luv iatil es r éçents Sch istes, calcaires et congl omérats allu vion s fluv iatil es an ciennes Grès et calcaires Sab les et grès Sch istes, gr ès, h ouil le Ar gile à s il ex Sch is tes, gr ès Sab les, marnes, crai e et arg ile "Bassin Tertiaire" Grès, quartzites Marn es, tuffeau, craie à silex Marn es, calcaires argilo sableux Roches plutoniques Calcaires argi leux Gr anodi ori tes Marn es et calcaires rh yoli tes Sab les et arg ile Argiles et sables à silex Sch is tes, gr ès Failles fai lle m ajeur e autre fai lle 20km Figure 7 : Carte géologique simplifiée de la Sarthe N 26 BRGM/RP53065FR

29 Hydrologie Dans la Sarthe, les niveaux sablograveleux de la base du Cénomanien constituent l aquifère le plus intéressant du département, pour la ressource en eaux souterraines. Il est captif lorsqu il est surmonté par les marnes du Cénomanien supérieur ou libre lorsque les marnes sont absentes. Les alluvions des cours d eaux (Sarthe, ) définissent aussi des aquifères aux propriétés hydrodynamiques intéressantes UNITES GEOLOGIQUES PROPICES A L'EXISTENCE DE CAVITES SOUTERRAINES Les unités géologiques propices à l existence de cavités souterraines sur le département sont, de manière très générale, des formations sédimentaires. En effet les cavités d origine naturelle (grottes, gouffres,.) sont liées à des phénomènes de karstification, qui interviennent sur des roches calcaires au sens large. D autre part, les cavités anthropiques du département correspondent : soit à des extractions de matériaux pour la construction ou l amendement. Ces exploitations, lorsqu elles sont souterraines, correspondent alors à des matériaux sédimentaires : tuffeau, calcaire, marne. soit à des ouvrages de type "galeries" (anciens souterrains par exemple) ou ouvrages civils. Le contexte géologique n est alors pas un critère déterminant. Compte tenu de ce contexte les principales formations géologiques propices à l existence de cavités souterraines en Sarthe sont : Les calcaires du Bajocien Bathonien. Ces formations sont principalement présentes dans l ouest du département Les formations du Turonien moyen. Elles correspondent à une craie tuffeau, avec parfois des lits de silex, et se rencontrent essentiellement dans la moitié sudest du département. Ces formations sont parfois appelées localement "tuffe" ou plus simplement "tuffeau". Elles ont fait l objet d une exploitation intense pour la production de pierres de taille. D autres formations peuvent également être propices à la présence de cavités, mais avec une fréquence ou une ampleur sensiblement moins importante (Turonien inférieur marnes et tuffeau blanc, ). BRGM/RP53065FR 27

30

31 4. Recueil des données 4.1. RECUEIL DE DONNEES Données d'archives La collecte et l analyse des informations préexistantes a constitué la premières étape du recueil de données. Les sources suivantes ont été consultées : Recherche bibliographique : Une recherche bibliographique a été réalisée, avec l aide des services de documentation du BRGM : interrogation des bases de données bibliographiques Saphir (rapports du BRGM), PASCALGEODE (base bibliographique de l INISTCNRS) et GEOREF. Archives du Service Géologique Régional : Cette recherche a été complétée par la consultation des archives "papier" et numériques du Service Géologique Régional des Pays de la Loire et par l interrogation de la BSS (Banque des Données du SousSol). Archives départementales de la Sarthe : Les informations utilisées dans le cadre de l étude proviennent également de la consultation de dossiers des archives départementales de la Sarthe (sections 8 S 73, 8 S 25 et 8 S 26 ). Informations provenant du Service Interministériel de Défense et Protection Civile de la Préfecture de la Sarthe : Le SIDPC, consulté, a fourni un ensemble de documents et en particulier l atlas «cartographie du risque mouvement de terrain dans la Sarthe» établi par le CETE Ouest en Il s agit d un document de synthèse présentant un nombre important de cavités et falaises / talus instables (244 occurrences). Les dossiers de Plan de Prévention des Risques (PPR) ou de préparation de PPR de plusieurs communes ont également été mis à disposition (La Chartre sur le Loir, Le Grand Lucé, Le Lude, Vouvray sur Loir). Conservatoire du Patrimoine Naturel Sarthois (CPNS) Cette association naturaliste intervient dans le suivi des chiroptères. Compte tenu des relations étroites entre les habitats des chauves souris et les cavités souterraines, elle a donc été contactée. Une réunion de travail a été organisée et a permis de comparer et compléter les données collectées sur les cavités. Sur la base des connaissances de terrain de cette association, nous avons pu implanter 66 objets supplémentaires (carrières et caves) et rectifier une centaine d enregistrements (apport de précision dans la localisation). Clubs spéléologiques : Les associations sportives de spéléologie apparaissent peu nombreuses en Sarthe. Les contacts ont donc porté également vers des associations de départements limitrophes. Le site internet de la Fédération Française a de plus été consulté. BRGM/RP53065FR 29

32 Les clubs spéléologiques contactés : Groupe Spéléo Manceau (72), Section Spéléo CAF du Mans (72), Spéléo Club Saint Herblain (44), Spéléo Club de Touraine (37), n ont pas pu fournir d information nouvelle, permettant de compléter les données de la Sarthe. Le site Internet de la Fédération Française de Spéléologie (FFS) permet d accéder à une liste de cavités majeures du patrimoine souterrain français (adresse : Pour la Sarthe, seules deux grottes sont mentionnées avec un développement connu : grotte de Pissegrêle (19 m) grotte du Moulin de Rance (4 m) Le ruisseau souterrain de Besse quant à lui est mentionné avec un développement inconnu. La revue et édition spécifique à la spéléologie "Spelunca Librairie" ne mentionne aucun document ou ouvrage relatif à la Sarthe. Tout ceci tend à montrer que les cavités souterraines d origine naturelle en Sarthe ne présenteraient pas de réseaux exondés importants. Localisation à partir de cartes topographiques de l IGN : Un essai de localisation, à partir de l examen des cartes topographiques à l échelle du 1/ ème, de cavités non archivées a été entrepris. Réalisé principalement dans les zones à soussol calcaire ou marneux, il avait pour objectif de localiser les indices de cavités souterraines susceptibles d être mentionnés sur les cartes topographiques : relief indiquant une doline, mention de gouffre ou grottes, carrières souterraines mentionnées sur la carte, etc.. Ce travail de consultation de cartes topographiques a permis de recenser un nombre conséquent de dolines, qui sont des indicateurs de cavités karstiques. Au cours de cette consultation, il a été décidé de relever également la localisation de talus creux. Il ne s agit pas de cavités, mais ces creux sont le témoignage d un creusement artificiel ("mini carrière", etc) et peuvent donc fournir un indice sur des entrées potentielles de cavités anthropiques (entrée de cave, etc.). Au fur et à mesure du dépouillement des cartes, un contrôle "en ligne" de l existence de l information dans la base de données du SGR, sous MapInfo, était effectué. De ce fait seules des localisation non encore recensées ont été saisies. Ce travail a ainsi permis d identifier 665 nouvelles occurrences, se répartissant entre : 3 gouffres, 74 caves, 200 dolines et 358 indices "talus creux". 30 BRGM/RP53065FR

33 Enquêtes communales La consultation des communes du département, pour identifier les cavités connues, a été effectuée en plusieurs étapes. Investigations dans le sud département Une enquête avait été réalisée en 1995 dans le sud de la Sarthe et avait permis d identifier 120 communes où des cavités sont présentes. Le recensement et la localisation de ces dernières avait permis de constituer une base locale d informations numériques sur ce secteur, au SGR des Pays de la Loire. Enquête complémentaire L enquête effectuée dans le cadre de la présente étude a donc été réalisée de manière à concerner prioritairement les communes qui n avaient pas fait l objet d un étude en 1995 et pour lesquelles on ne dispose donc que de peu d information. Un questionnaire d enquête type, complété d un extrait de carte IGN à l échelle du 1/25000 ème a été adressé sous couvert de la Préfecture à un total de 255 communes du département. Un courrier de relance a été envoyé aux communes n ayant pas répondu au premier mailing. Résultat des enquêtes Le résultat de cet ensemble d enquêtes est résumé dans le tableau 1 ciaprès : Réponses Nombre % (par rapport à l ensemble du département) Communes ayant des cavités % Communes sans cavité % Communes n ayant pas répondu % TOTAL % Tableau 1 : Résultat des enquêtes auprès des communes A l issue de l enquête, seules 84 municipalités n ont pas répondu, soit 22 % de l ensemble des communes du département. Nous pouvons donc considérer que l information disponible auprès des mairies a été collectée avec une bonne représentativité (78 % des communes) et une assez bonne exhaustivité. La figure 8 ciaprès présente la carte des communes de la Sarthe avec, parmi cellesci, la localisation des municipalités comportant, d après l enquête, une ou plusieurs cavités sur leur territoire. Cette carte montre le caractère contrasté de la répartition des cavités sur le département : BRGM/RP53065FR 31

34 la moitié sudest de ce dernier rassemble majoritairement des communes présentant des cavités, dans la moitié nordouest, au contraire, la plupart des communes ne comporte pas de cavité. Bilan des enquêtes communales Kilomètres 20 Cartographie des réponses des communes pas de réponse réponse "sans cavité" réponse "cavité(s)" Figure 8 : Cartographie des réponses des communes Visites de terrain Suite aux réponses apportées dans le cadre de l enquête auprès des communes, des visites de terrain ont été effectuées. Elles avaient pour objectif de préciser / valider le positionnement des cavités mentionnées lors de l enquête, de compléter les informations collectées (nature précise des cavités, extension, usage, état, ) et éventuellement de rajouter de nouvelles cavités non citées par écrit. La carte 9 ciaprès présente la localisation des 35 communes ayant fait l objet d une visite de terrain. 32 BRGM/RP53065FR

35 Kilomètres Figure 9 : Carte des communes ayant fait l objet d une visite de terrain en 2003 Pour ces visites, un contact et si possible un rendezvous étaient pris avec les personnes ayant répondu à l enquête. Sur place, en plus de l examen de terrain, des informations complémentaires étaient recherchées auprès des propriétaires et riverains des sites mentionnés. Chaque cavité identifiée sur le terrain a été positionnée géographiquement sur un support cartographique au 1/ et a fait l objet d une fiche de recensement. Ponctuellement, pour étayer la description, des photographies de cavités ont été effectuées. La figure 10 ciaprès présente un exemple des cavités observées. BRGM/RP53065FR 33

36 Figure 10 : Exemple de cavité liée à des marnières : La Champronnière (commune de St Cosme en Vairais) (diamètre de la cavité de l ordre de 1,5 m) Mouvements de terrain La phase de collecte d information (données d archives du SGR des Pays de la Loire, données recueillies auprès des divers interlocuteurs, ) a permis de recenser un nombre important de mouvements de terrains liés à des cavités (fontis, effondrements, affaissements). En effet, au total 404 occurrences de ces phénomènes ont été comptabilisées. Elles se répartissent en : 368 effondrements, 28 affaissements et 8 éboulements. Comme pour les cavités, leur positionnement géographique a été effectué avec la précision du 1/ ème. La carte 11 ciaprès présente la localisation de ces mouvements de terrains dans le département. L essentiel des désordres apparaît localisé dans la moitié sudest de la Sarthe. 34 BRGM/RP53065FR

37 0 10 Kilomètres 20 Désordres observés Effondrement (368) Eboulement (8) Affaissement (28) Figure 11 : Mouvements de terrain liés aux cavités Synthèse de la phase de recueil de données Les informations collectées au cours des différentes consultations décrites dans les paragraphes cidessus ont été saisies au fur et à mesure dans une base de données locale du Service Géologique Régional du BRGM Pays de la Loire, intégrée dans un SIG (logiciel utilisé : MapInfo). Au total, la phase de recueil de données a permis de recenser occurrences potentielles de cavités. BRGM/RP53065FR 35

38 Egalement, et ainsi que cela a été décrit précédemment, l examen des cartes IGN au 1/ a conduit à relever 555 indices soit de cavités naturelles (dolines) soit d extraction. 36 BRGM/RP53065FR

39 5. Validation et valorisation des données 5.1. ELIMINATION DES DOUBLONS Le regroupement d informations relatives aux mêmes cavités et l élimination des citations redondantes sont des taches importantes de la validations des données. Cette élimination de doublons s est souvent effectuée "en ligne" lors de la phase d acquisition d information. Par exemple lors des réunions de travail avec le Conservatoire du Patrimoine Naturel Sarthois, une comparaison secteur géographique par secteur des données disponibles au BRGM et à l association a été effectuée, afin de : Valider les informations (cavités déjà recensées et bien renseignées dans la base de données BRGM). Compléter les descriptions (cavités pour lesquelles les informations étaient incomplètes ou imprécises). Par exemple 3 indices "talus creux" ont été requalifiés en "caves", car correspondant de fait à la localisation de l entrée de telles cavités. Rajouter de nouvelles descriptions (cavités non encore recensées). Pour mentionner un autre exemple, il a été procédé de la même façon lors du dépouillement de l atlas "cartographie du risque mouvement de terrain dans la Sarthe" établi par le CETE Ouest en 1991 : un examen des informations contenues dans le document a été effectué point par point, afin de ne pas retenir les cavités déjà renseignées. Ce travail a permis de rajouter 3 nouvelles occurrences, le reste étant déjà recensé dans la base de données du BRGM ELIMINATION DES DONNEES INEXPLOITABLES Un ensemble de données collectées s est révélé inexploitable. En effet certaines informations apparaissaient trop peu fiables ou trop peu précises. Par exemple des mentions de souterrains moyenâgeux potentiels, sans orifice localisé, mais couvrant une longueur de plusieurs dizaines de kilomètres ou passant sous des rivières ont été écartées. Au total 60 occurrences inexploitables et pour lesquelles nous n avons pas pu effectuer de validation ont été éliminées VALIDATION DE TERRAIN Validation des données La validation de terrain, effectuée par déplacements sur site, a porté prioritairement sur les informations pour lesquelles la localisation et/ou la description étaient imprécises ou susceptibles d ambiguïté. De fait, elle a donc été centrée principalement sur les informations provenant des mairies. Cette validation a été effectuée par des visites sur site, décrites au paragraphe BRGM/RP53065FR 37

40 La confirmation ou les modifications éventuelles des informations, à la vue du constat de terrain, ont principalement porté sur le descriptif typologique des cavités. En effet, la distinction entre par exemple mine, marnière et carrière n est pas aisée pour des personnes dont le métier n est pas en lien avec ces thématiques. Il est donc parfaitement normal que les personnes ayant, au sein des mairies, fort aimablement répondu à l enquête n aie pas toujours employé le terme descriptif exact. Moins fréquemment, la validation de terrain a permis de rajouter des cavités, non mentionnées. Par exemple l indication d une marnière, lors de l enquête, au lieu dit "la Champronnière" (commune de St Cosmes en Varais) a permis, lors de la visite de terrain, de relever un ensemble de six cavités liées à des marnières INTEGRATION DANS LA BASE CAVITES Comme cela a déjà été mentionné précédemment, les différentes données collectées au cours de l étude ont été saisies au fur et à mesure dans une base de donnée locale, intégrée à un Système d Information Géographique ou SIG (logiciel utilisé : Mapinfo). A l issue des phases de collecte et de validation des informations, décrites dans les paragraphes précédent, le nombre d occurrences renseignées dans cette base correspond à un total de 1461 cavités diverses. Le SIG ainsi constitué permet de produire des cartes de synthèses ou thématiques. Les annexes 6 et 7 présentent un ensemble d exemples de documents qu il est possible de constituer : cartes de répartition géographique des cavités, à l échelle du 1/ ème ( 4 cartes couvrant l ensemble de la Sarthe : annexe 6) cartes présentant, à l échelle du 1/25 000, la localisation des cavités sur le territoire d un ensemble de communes (annexe 7). Les informations de cette base locale ont été exportées au format Excel. Une vérification de la syntaxe employée dans les différents champs a été effectuée, notamment vis à vis de l homogénéité des appellations par rapport à la base nationale BD Cavité. Puis les fichiers ont été transférés dans cette base afin de pouvoir être ensuite mis à disposition pour des consultations par Internet. 38 BRGM/RP53065FR

41 6. Analyse des résultats 6.1. QUALITE ET REPRESENTATIVITE DES INFORMATIONS RECUEILLIES Exhaustivité Ainsi que nous l avons mentionné précédemment, seules 84 municipalités n ont pas répondu à l issue de l ensemble d enquêtes, soit 22 % des communes du département. Nous pouvons donc considérer que l information disponible auprès des mairies a été collectée avec une bonne représentativité (78 % des communes) et une assez bonne exhaustivité. De même la comparaison des données collectées avec d une part la très bonne connaissance du terrain du Conservatoire du Patrimoine Naturel Sarthois (cavités inventoriées pour la protection des chiroptères) et d autre part avec l atlas établi par le CETE en 1991, confirme la bonne exhaustivité de recensement des cavités connues Qualité des données Le recoupement des informations et les validations de terrain permettent d évaluer que la précision des localisations des cavités est globalement bonne. Par contre le niveau de détail des renseignements associés à chaque occurrence s avère très variable. En particulier l extension géométrique des cavités est souvent délicate à connaître. En effet, le sudest du département a fait l objet d une exploitation importante du sous sol afin de fournir des matériaux de construction (pierres de taille en tuffeau notamment). L exploitation s est effectuée au cours des siècles précédents par de très nombreuses carrières souterraines. Ces carrières, après abandon, ont été fréquemment utilisées en caves ou champignonnières. Des maçonneries ou des éboulements peuvent masquer les extensions réelles. De même, pour les marnières, les informations détaillées (extension, profondeur, ) sont souvent impossible à acquérir. L identification et la localisation se font par l existence d orifices ou d effondrements, mais sans qu il soit possible de retrouver de descriptifs ou d apprécier l extension réelle TYPOLOGIE DES CAVITES Nature et distribution par type Le département de la Sarthe présente des cavités souterraines très variées, tant par leur origine (naturelle ou anthropique) que par leur nature (caves, galeries,.). BRGM/RP53065FR 39

42 Cavités d origine naturelle : Les grottes, gouffres s avèrent peu nombreux, d après les données collectées, malgré certains secteurs du département montrant des signes de karstification marquée. Il apparaît que les cavités naturelles sarthoises ont principalement un rôle sur les écoulements des eaux souterraines, mais n ont pas développé de grand réseau de cavités exondées. Cavités anthropiques : Les cavités d origine anthropique constituent la très grande majorité des occurrences recensées dans le département. En dehors des ouvrages liés aux exploitations minières qui, ne relevant pas de la présente étude, n ont pas été répertoriés dans le cadre de ce travail, ces cavités comprennent en particulier : des carrières souterraines : creusées pour l extraction de matériau de construction (pierres de taille : calcaire tuffeau, ou pierres destinées à l approvisionnement de fours à chaux), elles sont actuellement fréquemment réutilisées en champignonnière ou cave ; des marnières : ces cavités proviennent de l extraction de marnes ou calcaires marneux, pour fournir des matériaux destinés à l amendement des sols agricoles. L accès de ces cavités s effectuait assez souvent par des puits de faible diamètre. Les figures 12 et 13 présentent un exemple de tels orifices. Lorsque plusieurs orifices sont constatés sans possibilité de déterminer si il s agit d une cavité avec plusieurs accès ou de plusieurs cavités distinctes, la mention groupe de marnières a été utilisée ; des galeries : les ouvrages de ce type recensés au cours de l étude correspondent fréquemment à d anciens souterrains ; des caves ou groupes de caves : ces cavités peuvent soit avoir été creusées spécifiquement pour l usage de cave au sens large (stockage, abri pour animaux domestiques,..) soit être liée à la réutilisation de toute ou partie d une carrière souterraine. Les figures14 et 15 présentent deux exemples de telles cavités. Quand il y a plusieurs orifices très proches géographiquement ou sans possibilité de déterminer s il s agit d une cavité avec plusieurs accès ou de plusieurs cavités, l appellation groupe de cave a été employée ; des habitats troglodytiques : ces habitats se rencontrent le long de coteaux, dans le sud est du département. Ils n ont pas été recensés au cours de la présente étude. Pour certaines des cavités anthropiques, il n a pas toujours été possible d identifier l usage d origine ou le type d extraction. Elles apparaissent alors avec la mention "indéterminé". De la même façon, lorsque l accès s effectue par un puit sans que le rattachement à une extraction spécifique (marnière ou carrière) soit établi, la cavité est recensée avec l appellation "puit". 40 BRGM/RP53065FR

43 Figure 12 : Orifice de marnière (Valaise commune : Nogent le Bernard) Figure 13 : Vue rapprochée de l orifice (Valaise commune : Nogent le Bernard) (diamètre du puit : environ 2 mètres) BRGM/RP53065FR 41

44 Figure 14 : Cave correspondant à une ancienne carrière (pour fours à chaux) ; Commune : Le Bailleul Figure 15 : Caves dans une falaise ; Commune : ClermontCréans 42 BRGM/RP53065FR

45 Le tableau 2 ciaprès présente le nombre d objets, de type cavité ou désordre, recensés dans la base de données. Afin de ne pas comptabiliser deux fois la même occurrence, les désordres associés à une cavité déjà mentionnée sont juste cités pour mémoire. En complément, les proportions respectives des différents types de cavités sont exprimées sous forme de pourcentages dans le schéma de la figure 16. Ces deux modes de présentation montrent clairement la disproportion entre le nombre restreint de cavités d origine naturelle et l abondance d ouvrages anthropiques souterrains. Type Nombre Cavités naturelles : Grotte 1 Gouffres 3 Indéterminées d origine naturelle 9 Total 13 Cavités anthropiques : Carrières souterraines 155 Marnières et groupes de marnières 456 Caves et groupes de caves 657 Galeries 10 Indéterminées d origine anthropique 48 Puits 29 Total 1355 Désordres non liés à une cavité déjà citée : Effondrements, éboulements, affaissements 93 Pour mémoire : désordres associés à des cavités déjà mentionnées (311) TOTAL 1461 Tableau 2 : Nombre de cavités par catégories Les caves représentent à elles seules quasiment la moitié (48 %) des cavités recensées, avec 657 occurrences dénombrées. Les marnières (33 % des cavités) constituent le deuxième groupe par ordre d importance numérique, avec 456 cavités dénombrées. Les carrières souterraines viennent en troisième position (11 % des cavités, 155 occurrences). Parmi les 404 désordres recensés, 311 correspondent à des événement associés à une cavité localisée et inscrite dans la base (exemple : carrière souterraine avec un effondrement) et 93 sont des effondrements ou affaissements non liés à une cavité déjà mentionnée. BRGM/RP53065FR 43

46 Galeries 1% Marnières et groupes de marnières 33% Indéterminés 4% Cavités naturelles 1% Carrières souterraines 11% Puits 2% Caves et groupes de caves 48% Figure 16 : Distribution des cavités par type 6.3. REPARTITION Répartition par type de cavités La répartition géographique des 1461 cavités et désordres recensés est présentée en figure 17, avec un figuré différent pour chaque catégorie d occurrence. Le nombre apparaissant dans la légende à coté du libellé de chaque type de cavité correspond au nombre d objets recensés. Cette carte montre l abondance de cavités rencontrées dans la moitié sudest du département : Les caves et groupes de caves apparaissent majoritairement dans l extrême sudest. Les marnières se répartissent de manière moins groupée et fréquemment plus au nord. 44 BRGM/RP53065FR

47 0 10 Kilomètres 20 Cavités recensées Carrière souterraine (155) Cave (388) Cavité naturelle (9) Effondrement (93) Galerie (10) Gouffre (3) Grotte (1) Groupe de caves (269) Groupe de marnières (3) Indéterminé (48) Marnière (453) Puits (29) Figure 17 : Répartition géographique des cavités par type BRGM/RP53065FR 45

48 Une carte de l ensemble des occurrences recensées sur le département, que ce soit des cavités ou des indices potentiels (dolines et talus creux), est présentée en annexe Répartition par grand ensemble géologique Un examen de la répartition des différents types d occurrences en fonction des grands ensembles géologiques a été réalisé. Cette approche s effectue par juxtaposition entre la localisation géographique des cavités et la cartographie des principales formations géologiques affleurantes. Les relations potentielles s évaluent par la présence d une occurrence soit sur les affleurements soit à relative proximité de ceuxci. En effet, une cavité souterraine peut concerner une couche géologique alors que celleci n est plus affleurante mais recouverte superficiellement. Cavités et indices potentiels d origine naturelle Une première cartographie a porté sur la répartition des cavités d origine naturelle et des indices potentiels de présence de cellesci (dolines, ). Deux grands ensembles géologiques ont été sélectionnés : les calcaires du Bajocien et Bathonien d une part et les formations de tuffeau d autre part. En effet ces deux ensembles ont été décrits (cf. 2.2) comme étant les plus propices à la présence de cavités. Comme le montre la figure 18, la comparaison entre la localisation de ces cavités et indices avec les affleurements des formations sélectionnées met en évidence un lien important. Une forte proportion de dolines ou de cavités apparaît positionné sur ou à proximité de ces deux ensembles. Dans les formations de Bajocien Bathonien du sudouest du département, la cartographie montre un secteur fortement karstifié, avec de nombreuses dolines, mais sans qu il y ait de réseau connu avec des cavités d extension notable. Dans le nord ouest du département plusieurs dolines s expliquent par des placages calcaires ne relevant pas du Bajocien Bathonien. 46 BRGM/RP53065FR

49 Kilomètres Cavités Indéterminé (9) Gouffre (3) Grotte (1) Indices Doline (200) Tuffeau Calcaires argileux ou graveleux du BajoBathonien Figure 18 : Répartition géographique des indices potentiels et cavités d origine naturelle Cavités d origine anthropique : Pour la comparaison avec la localisation des cavités d origine anthropique et indices d extraction, les mêmes grands ensembles géologiques que pour les cavités naturelles ont été considérés (calcaires du Bajocien Bathonien et tuffeau). L examen du positionnement des indices d extraction (talus creux, microcarrières à ciel ouvert,.) par rapport aux cavités anthropiques et à la géologie ne permet pas de dégager de relation claire (cf. carte en annexe 4). BRGM/RP53065FR 47

50 La figure 19 présente la répartition des cavités d origine anthropique en fonction de la géologie. L élément prédominant qui apparaît sur cette carte est la relation importante entre la localisation de la majorité des caves et les formations de tuffeau, dans le sud est du département Kilomètres Cavités anthropiques Carrière souterraine (155) Cave (388) Groupe de caves (269) Groupe de marnières (3) Marnière (453) Calcaires argileux ou graveleux du BajoBathonien Tuffeau Figure 19 : Répartition géographique des cavités d origine anthropique 48 BRGM/RP53065FR

51 Répartition par contexte géomorphologique Certains contextes géomorphologiques peuvent se révéler propices à l existence de cavités. A ce titre, la figure 20 présente une cartographie du sudest de la Sarthe avec représentation du relief, des affleurements des formations de tuffeau et la localisation des cavités. Il apparaît clairement que la répartition de ces dernières s effectue principalement le long des coteaux où coïncident des affleurements de tuffeau. Ce contexte géomorphologique se révèle favorable aux exploitations car il combine en effet l accessibilité à un matériau de construction et la proximité de voies de communication (rivière, route ) permettant un transport des produits. Figure 20 : Sudest de la Sarthe : relief et répartition géographique des cavités (Fond de carte : MNT de l IGN traité en fausses couleurs par le BRGM) BRGM/RP53065FR 49

52

53 7. Recommandations en matière de prévention des risques 7.1. GENERALITES D une manière générale, la présence de cavités naturelles ou anthropiques dans le soussol est associée à un aléa, qui en fonction des enjeux de surface, constitue un risque non négligeable pour les biens et les personnes. Les cartes de répartition des cavités souterraines permettent de faire une hiérarchisation préliminaire des communes sur lesquelles il conviendrait d envisager des mesures de prévention au travers des documents d urbanisme ou d'information. A ce titre, plusieurs types de documents officiels servent directement ou indirectement à la prévention des risques naturels. Certains d'entre eux ont uniquement un but d'information, tandis que d'autres ont un impact direct sur l'aménagement du territoire. On citera cinq documents officiels ainsi qu'un texte de loi essentiels pour la prévention des risques : Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) : il s'agit d'un document de sensibilisation, illustré par des cartes d'aléas (atlas des risques) et fixant les priorités communales. Il regroupe les principales informations sur les risques majeurs naturels et technologiques du département. Il peut comprendre : un rapport de présentation justifiant les mesures envisagées ; une carte par bassin de risque et type de risque ; l'historique des évènements antérieurs principaux ; la réglementation relative aux risques (périmètre de risque, plans d'urgence) ; les mesures collectives prises (aménagement, surveillance, alerte, plans de secours..) ; les mesures individuelles à connaître. Les documents Communaux Synthétiques (DCS) : ces documents spécifiques à chaque commune ont exclusivement une vocation d'information et de sensibilisation des populations. Ils constituent un document de base du droit à l'information fixé par la loi. Ils présentent les risques naturels et technologiques encourus par les habitants d'une commune. Généralement, à partir du DDRM, sont extraits les éléments relatifs à la commune (information, cartes), avec éventuellement des ajouts (particularisme de la commune). Les DCS, élaborés par les services de l'etat, sont notifiés au maire par arrêté préfectoral. Dans la pratique, une fois le DDRM établi, les DCS sont généralement dressés assez rapidement pour les communes exposées du département. BRGM/RP53065FR 51

54 Les Documents d'information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) : Ils correspondent aux DCS, enrichis de mesures de prévention ou de protection qui auraient été prises par les communes, complétés par des informations nécessaires à la mise en œuvre de l'information préventive dans la commune ou des fiches ou plaquettes d'information destinées aux citoyens. Les DICRIM sont établis par les maires. Il s'agit alors, en plus de sensibiliser les citoyens, d'établir un catalogue de recommandations de base permettant de limiter les risques en matière de désordres afférents aux cavités souterraines (périmètres de sécurité autour des cavités connues, protection des accès, entretien de la signalisation préventive, maîtrise des rejets d'eau, inspections régulières, rappel des techniques de recherches de cavités..). Dans la pratique, dans la mesure où les DICRIM sont directement élaborés par les mairies, relativement peu de municipalités en ont rédigé. Cet outil est généralement réservé aux municipalités importantes possédant des moyens conséquents ou à des municipalités particulièrement exposées aux risques naturels ou technologiques. Les plan de Prévention des Risques (PPR) : ce type de document, promulgué par la loi n du 2 février 1995, permet de prévenir les risques naturels en s'appuyant sur une politique précise d'aménagement du territoire. Il a une portée réglementaire. En effet, à partir d'une évaluation détaillée de l'aléa (à l'échelle 1/ ou 1/5 000), il conduit à établir un zonage réglementaire sur chaque commune concernée. Chaque zone est associée à un règlement qui prescrit les mesures de prévention retenues. Cellesci vont d'un simple rappel des règles de l'art en matière de construction dans les zones blanches, à une interdiction de construire la plupart des édifices neufs en zone rouge, en passant par des obligations en terme de dispositions constructives en zone bleu (reconnaissances géotechniques obligatoires, fondations sur radier, interdiction de piscines ou de bassins, etc ). Les PPR se déclinent en 3 parties : la note de présentation ; le zonage graphique ; le règlement. Les PPR sont prescrits par arrêté à l'initiative du préfet. Ils sont instruits par l'etat et soumis à enquête publique. Après avis des communes concernées, les PPR sont approuvés par arrêté préfectoral et obligatoirement annexés au PLU. Les PPR peuvent s'étendre à plusieurs communes. On notera que le passage du DDRM aux PPR peut se faire via des études d'aléa plus précises sur les bassins de risques permettant d'affiner d'une part les contours des zones exposées et d'autre part la quantification de l'aléa en procédant à des visites systématiques des cavités visitables ce qui permettra d'apprécier la tenue des souterrains. Une fois cette étape intermédiaire achevée, l'etat pourra plus précisément choisir ses priorités en terme de lancement de PPR et soulager d'autant le travail d'évaluation de l'aléa au 1/ BRGM/RP53065FR

55 Les Plans Locaux d'urbanisme (PLU) : Ces documents, entrés en vigueur en avril 2001, se substituent progressivement aux Plans d'occupation des Sols (POS). Ils expriment le projet d'aménagement et de développement durable de la commune. Ils fixent les affectations du sol au regard des prévisions économiques et démographiques et des besoins répertoriés en matière de développement économique, d'aménagement de l'espace, d'environnement, d'équilibre social de l'habitat, de transport, d'équipements et de services. La prévention des risques naturels prévisibles reste un des objectifs des documents d'urbanisme au terme de l'article L.1211 du code d'urbanisme. A ce titre, les PPR, qui valent servitudes d'utilité publique, doivent être annexés aux POS, révisés en PLU, en vertu de l'article L du Code de l'environnement. De même, les POS, révisés en PLU, doivent permettre de déterminer les conditions dans lesquelles les risques naturels peuvent être prévenus, conformément à l'article L La loi n du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation des dommages titre II article 42 : Article L 5636 du code de l'environnement I Les communes ou leurs groupements compétentes en matière de documents d'urbanisme élaborent, en tant que besoin, des cartes délimitant les sites où sont situés des cavités souterraines et des marnières susceptibles de provoquer l'effondrement du sol. II Toute personne qui a connaissance de l'existence d'une cavité souterraine ou d'un marnière dont l'effondrement est susceptible de porter atteinte aux personnes ou aux biens, ou d'un indice susceptible de révéler cette existence, en informe le maire, qui communique, sans délai, au représentant de l'etat dans le département et au président du conseil général les éléments dont il dispose à ce sujet. La diffusion d'informations manifestement erronées, mensongères ou résultant d'une intention dolosive relatives à l'existence d'une cavité souterraine ou d'une marnière est punie d'une amende de III Le représentant de l'etat dans le département publie et met à jour, selon les modalités fixées par décret en Conseil d'etat, la liste des communes pour lesquelles il a été informé par le maire de l'existence d'une cavité souterraine ou d'une marnière et de celles où il existe une présomption réelle de l'existence d'une telle cavité. On notera que ce texte de loi avait déjà au préalable été présenté dans la loi "Démocratie de proximité" du 27 Février REPARTITION GENERALE DES CAVITES ET RECOMMANDATIONS EN TERME DE PREVENTION DES RISQUES Répartition générale des cavités Pour pouvoir identifier et hiérarchiser les communes les plus concernées par les aléas liés aux cavités souterraines, il est nécessaire de prendre en compte le nombre de ces dernières mais également de pondérer cette information par l étendue, plus ou moins BRGM/RP53065FR 53

56 grande du territoire. Pour chaque commune le nombre total de cavités recensées a donc été divisé par la surface communale. Cela a permis de calculer une densité de répartition, exprimée en nombre de cavité par kilomètre carré, à partir de laquelle les communes ont été réparties en trois catégories : 24 communes présentent une forte densité de cavités (entre 0.1 et 0.5 cavités / km²) 134 une densité moyenne (entre 0.02 et 0.1 cavités / km²), 217 communes ont une densité faible à nulle (pas de cavité ou une seule pour une forte superficie). Le tableau 3 ciaprès fourni la liste des communes présentant une forte densité de cavités, ainsi que le nombre de cavités recensées sur chacune d elle et la superficie communale. Ces informations sont classées par ordre de densité décroissante. Elles montrent l intérêt de la pondération du nombre de cavités par la surface. La commune de FresnaysurSarthe, alors qu elle ne comporte "que" dix occurrences recensées, présente une densité de cavités supérieure à celle de la commune de Lavernat (67 occurrences recensées mais sur un territoire beaucoup plus étendu). Numéro INSEE Nom Commune Superficie Nombre de Densité (ha) cavités (cav./km²) FRESNAYSURSARTHE , VERNEILLECHETIF , LAVERNAT , PREVELLES , LAVENAY , CHATEAUDULOIR , PONCESURLELOIR , LE GRANDLUCE , VOUVRAYSURLOIR , MONTABON , SAINTPIERREDECHEVILLE , DISSAYSOUSCOURCILLON , REQUEIL , LA CHARTRESURLELOIR , LHOMME , AUBIGNERACAN , LUCHEPRINGE , LA CHAPELLEAUXCHOUX , CHATEAUL'HERMITAGE , COULONGE , SARCE , BEAUMONTSURDEME , VANCE , SAINTVINCENTDU LOROUER ,1001 Tableau 3 : Liste des communes présentant une densité de cavités élevée 54 BRGM/RP53065FR

57 La figure 21 présente la localisation géographique des communes à forte, moyenne et faible concentration de cavités. L analyse de cette densité d occurrences confirme que le sudest du département représente le bassin d exposition principal pour les risques associés aux cavités souterraines Kilomètres Densité de cavités Forte : 0,1 0,5 cav / km² (24) Moyenne : 0,002 0,1 cav / km² (134) Faible : 0 0,002 cav / km² (217) Figure 21 : Densité de répartition des cavités dans les communes sarthoises BRGM/RP53065FR 55

58 Recommandations en terme de prévention des risques Ainsi que nous venons de le voir au paragraphe précédent, le sudest du département de la Sarthe (vallées du Loir et de ses affluents en particulier) constitue un bassin d exposition important pour les risques liés aux cavités souterraines, il serait vivement recommandé de procéder à des études d'aléa afin d'avoir une vision plus fine de l'exposition des communes et de pouvoir mieux hiérarchiser les démarches de prévention. La préfecture (SIDPC) et la DDE ont engagé, depuis plusieurs années, la mise en place de PPR pour de nombreuses communes (plus de 50 des PPR prescrits concernent des communes à aléa mouvement de terrain au sens large liés à des cavités ou non). A défaut de l étude d aléa recommandée cidessus, la généralisation de ces PPR pour les communes du bassin de risque et/ou les communes à forte densité de cavités serait recommandée. Pour les communes à densité moyenne de cavités et comportant plus de 10 occurrences (cf. liste en annexe 5), un DCS (voire un DICRIM) avec une carte de cavités au 1/10 000, demandée par la loi, pourrait être mis en place. Ce DCS pourrait ensuite être annexé au PLU. Pour les communes comportant entre 1 et 10 cavités, un DCS avec carte au 1/ des orifices et des centres de cavités serait recommandé. 56 BRGM/RP53065FR

59 8. Conclusions L inventaire départemental des cavités souterraines (hors mines) de la Sarthe a été entrepris avec pour objectif de recenser, localiser et caractériser les principales cavités souterraines présentes sur ce territoire. Pour réaliser cet inventaire, selon le canevas défini à l échelle nationale, l'opération a comporté des phases de collecte de données (recherche bibliographique, enquête auprès des communes, recueil de données auprès des services techniques concernés), de validation des informations et de saisie dans une base de données. Une synthèse a ensuite été effectuée sur cet ensemble d information. Ce travail a permis de recenser au total 1368 cavités. Les informations collectées montrent qu il s agit quasi exclusivement d ouvrages d origine anthropique. L essentiel de ces cavités est localisé dans la moitié sudest du département et en particulier le long des vallées du Loir et de ses affluents. Ce secteur constitue le principal bassin d exposition du département pour les risques liés aux cavités souterraines. Les informations sur les extensions des ouvrages souterrains apparaissent fréquement imprécises ou incomplètes voire inexistantes. Il serait important d entreprendre des études pour acquérir ou compléter ces données et les cartographier. L analyse du nombre de cavités rapporté aux superficies communales a permis d identifier 24 communes présentant une densité élevée d ouvrages souterrains. Dans le cadre de l étude, 404 occurrences de désordres associés à des cavités souterraines (effondrements, affaissements, ) ont également été recensées. L ensemble des informations a été mis à disposition dans la base de données nationale (BDCS : Base de Données sur les Cavités Souterraines) consultable sur internet ( BRGM/RP53065FR 57

60

61 Bibliographie CLEMENT J.P., CHANTRAINE J., LIMASSET J.C. (1987) Notice explicative, Carte géol. France (1/50 000), feuille LOUE (357) Orléans : Bureau de recherches géologiques et minières, 35 p. Carte géologique par CLEMENT J.P., BRUNEL L. (1986). JUIGNET P., LEBERT A., LE GALL J. (1984) Notice explicative, Carte géol. France (1/50 000), feuille FRESNAYSURSARTHE (287) Orléans : Bureau de recherches géologiques et minières, 56 p. Carte géologique par LEBERT A., JUIGNET P., LE GALL J., DORE F. (1983). JUIGNET P., LEBERT A., LE GALL J., MARY G. (1989) Notice explicative, Carte géol. France (1/50 000), feuille BEAUMONTSURSARTHE (322) Orléans : Bureau de recherches géologiques et minières, 63 p. Carte géologique par LEBERT A., JUIGNET P., MARY G. (1988). JUIGNET P., MARY G., MENILLET F., DEPARGNE J. (1973) Notice explicative, Carte géol. France (1/50 000), feuille LE MANS (358) Orléans : Bureau de recherches géologiques et minières, 22 p. Carte géologique par JUIGNET P., MARY G., MENILLET F. (1973). LOUAIL J., MORZADEC P., LE HERISSE A., BROSSE A., MOGUEDET G., ETIENNE H. (1989) Notice explicative, Carte géol. France (1/50 000), feuille LA FLECHE (392) Orléans : Bureau de recherches géologiques et minières, 38 p. Carte géologique par LOUAIL J., MORZADEC P., LE HERISSE A., BROSSE R., JUIGNET P., GIORDANO R., DURAND J. (1988). MANIVIT J., LABLANCHE G., DEPAGNE J. (1988) Notice explicative, Carte géol. France (1/50 000), feuille ECOMMOY (393) Orléans : Bureau de recherches géologiques et minières, 40 pages. Carte géologique par MANIVIT J., LABLANCHE G. (1988). Ministère de l Aménagement du territoire et de l Environnement, ministère de l Equipement, des Transports et du Logement, 1999, Plans de prévention des risques naturels prévisibles : guide méthodologique, La Documentation française, 71 pages. BRGM/RP53065FR 59

62

63 Annexe 1 Lettre du Ministère de l'aménagement du Territoire et de l'environnement

64 Annexe 2 Programmation des inventaires départementaux des cavités souterraines

65 RÉCAPITULATIF PROGRAMMATION CAVITÉS Mise à jour début 2003 INVENTAIRES TERMINÉS À FIN 2001 DEBUT 2001 FIN 2002 DEBUT 2002 FIN 2003 AISNE (02) AVEYRON (12) CHARENTE (16) CHARENTEMARITIME (17) DORDOGNE (24) MEUSE (55) MOSELLE (57) OISE * (60) ALPESDEHAUTEPROVENCE (04) * BOUCHESDURHÔNE (13) * DOUBS (25) HÉRAULT (34) * INDREETLOIRE (37) ISÈRE (38) MAINEETLOIRE (49) * MARNE (51) * AIN (01) CALVADOS (14) CORRÈZE (19) JURA (39) LOIRETCHER (41) LOIRET (45) RHÔNE (69) SARTHE (72) SEINEETMARNE (77)** DEUXSÈVRES (79) SOMME (80) * VIENNE(86) * complétés partiellement à fin 12/2002 suite à étude influence remontées de nappe sur les MVT. ** bassin de risque de 6 communes. MAYENNE (53) * ORNE (61) VAR (83) * VAUCLUSE (84) * * hors convention MEDD DEBUT 2003 FIN 2004 DEBUT 2004 FIN 2005 DEBUT 2005 FIN 2006 AUBE (10) ARDECHE (07) GARD (30) HAUTELOIRE (43) LOZERE (48) PASDECALAIS (62) * SEINE ET MARNE (77) * convention spécifique MEDD ALLIER (03) HAUTESALPES (05) ALPESMARITIMES (06) ARIEGE (09) AUDE (11) EUREETLOIR (28) SAONEETLOIRE (71) HAUTESAVOIE (74) CANTAL (15) DRÔME (26) HAUTEGARONNE (31) LOT (46) LOTETGARONNE (47) SAVOIE (73) TARN (81) TARNETGARONNE (82)

66 Annexe 3 Liste des réponses des communes

67 Liste des communes ayant répondu aux enquêtes Numéro Réponses : avec des Nom de la commune INSEE cavités AILLIERESBEAUVOIR oui AMNE non ARCONNAY non ARDENAYSURMERIZE non ARNAGE non ARTHEZE non ASNIERESSURVEGRE oui ASSELEBOISNE non ASSELERIBOUL oui AUBIGNERACAN oui LES AULNEAUX non AUVERSSOUSMONTFAUCON oui AVESNESENSAOSNOIS non AVEZE non AVOISE oui LE BAILLEUL oui BALLON oui LA BAZOGE non BEAUFAY non BEAUMONTSURDEME oui BEAUMONTPIEDDEBOEUF oui BEAUMONTSURSARTHE non BEILLE non BERFAY oui BERNAY non BERUS non BESSESURBRAYE oui BETHON oui BOESSELESEC oui BONNETABLE oui LA BOSSE oui BOUER non BOULOIRE oui BOURGLEROI non LE BREILSURMERIZE oui BRETTELESPINS non BRIOSNELESSABLES oui CERANSFOULLETOURTE oui CHAHAIGNES oui CHALLES oui CHAMPAGNE oui CHAMPFLEUR non CHAMPROND oui CHANGE non CHANTENAYVILLEDIEU non LA CHAPELLEAUXCHOUX oui LA CHAPELLED'ALIGNE non LA CHAPELLEDUBOIS non LA CHAPELLEGAUGAIN oui

68 Numéro INSEE Nom de la commune Réponses : avec des cavités LA CHAPELLEHUON oui LA CHAPELLESAINTAUBIN non LA CHARTRESURLELOIR oui CHASSE non CHATEAUDULOIR oui CHATEAUL'HERMITAGE oui CHEMIREENCHARNIE non CHEMIRELEGAUDIN oui CHENAY non CHENU oui CHERRE oui LE CHEVAIN non CLERMONTCREANS oui COGNERS oui COMMERVEIL non CONFLANSSURANILLE oui CONGESURORNE non CONNERRE oui CONTILLY oui CORMES oui COUDRECIEUX non COULOMBIERS non COULONGE oui COURCEBOEUFS non COURCEMONT non COURDEMANCHE oui CRANNESENCHAMPAGNE oui CRE non CROSMIERES oui CURES oui DANGEUL non DEGRE non DEHAULT oui DISSAYSOUSCOURCILLON oui DISSESOUSBALLON non DISSESOUSLELUDE oui DOLLON oui DOMFRONTENCHAMPAGNE oui DOUCELLES non DOUILLET non ECOMMOY oui ECORPAIN oui ETIVALLESLEMANS non EVAILLE oui FATINES non FERCESURSARTHE non LA FERTEBERNARD non FILLE non FLEE oui LA FONTAINESAINTMARTIN non LA FRESNAYESURCHEDOUET non

69 Numéro INSEE Nom de la commune Réponses : avec des cavités FRESNAYSURSARTHE oui FYE oui LE GRANDLUCE oui GREEZSURROC oui GUECELARD non LA GUIERCHE non JAUZE non JOUEENCHARNIE non JOUEL'ABBE non JUIGNESURSARTHE oui JUILLE non JUPILLES oui LA FLECHE non LAVARDIN non LAVARE non LAVENAY oui LAVERNAT oui LHOMME oui LIGNIERESLACARELLE non LIGRON oui LOMBRON oui LONGNES non LOUE oui LOUPLANDE non LOUVIGNY non LOUZES oui LE LUART non LUCEAU oui LUCHEPRINGE oui LE LUDE oui MAISONCELLES oui MALICORNESURSARTHE non MAMERS oui LE MANS oui MANSIGNE oui MARCON oui MAREILENCHAMPAGNE non MAREILSURLOIR oui MARIGNELAILLE oui MAROLLESLESBRAULTS non MAROLLESLESSAINTCALAIS non MAYET oui LES MEES non MELLERAY oui MEURCE non MEZIERESSURPONTHOUIN non MEZIERESSOUSLAVARDIN non LA MILESSE non MOITRONSURSARTHE non MONCEENBELIN non MONCEENSAOSNOIS non

70 Numéro INSEE Nom de la commune Réponses : avec des cavités MONHOUDOU non MONTABON oui MONTAILLE oui MONTBIZOT non MONTIGNY non MONTREUILLEHENRI oui MONTSAINTJEAN non MOULINSLECARBONNEL oui NAUVAY non NEUFCHATELENSAOSNOIS non NEUVILLETTEENCHARNIE non NOGENTLEBERNARD oui NOGENTSURLOIR oui NOYENSURSARTHE non NUILLELEJALAIS oui OIZE oui PANON non PARCESURSARTHE oui PARIGNELEPOLIN oui PARIGNEL'EVEQUE oui PERAY non PEZELEROBERT oui PIACE non PIZIEUX non POILLESURVEGRE non PONCESURLELOIR oui MONTFORTLEGESNOIS non PONTVALLAIN oui PRECIGNE oui PREVAL non PREVELLES oui PRUILLELECHETIF non PRUILLEL'EGUILLE non LA QUINTE non RAHAY oui RENE non REQUEIL oui ROEZESURSARTHE non ROUESSEFONTAINE oui ROUESSEVASSE oui ROUEZ oui ROUILLON non ROULLEE non ROUPERROUXLECOQUET non RUILLEENCHAMPAGNE oui RUILLESURLOIR oui SABLESURSARTHE non SAINTAUBINDELOCQUENAY oui SAINTAUBINDESCOUDRAIS oui SAINTBIEZENBELIN non SAINTCALAIS oui

71 Numéro INSEE Nom de la commune Réponses : avec des cavités SAINTCALEZENSAOSNOIS non SAINTCELERIN oui SAINTECEROTTE oui SAINTCHRISTOPHEEN oui CHAMPAGNE SAINTCOSMEENVAIRAIS non SAINTDENISDESCOUDRAIS oui SAINTGEORGESDELACOUEE oui SAINTGEORGESDUBOIS non SAINTGEORGESDUROSAY oui SAINTGEORGESLEGAULTIER non SAINTGERMAIND'ARCE oui SAINTGERMAINSURSARTHE non SAINTGERVAISDEVIC oui SAINTHILAIRELELIERRU non SAINTJEAND'ASSE non SAINTJEANDESECHELLES non SAINTJEANDUBOIS non SAINTLONGIS non SAINTMAIXENT oui SAINTMARCEAU non SAINTMARSDELOCQUENAY oui SAINTMARSD'OUTILLE oui SAINTMARSLABRIERE non SAINTMARSSOUSBALLON non SAINTMICHELDECHAVAIGNES oui SAINTEOSMANE oui SAINTOUENDEMIMBRE non SAINTOUENENBELIN oui SAINTOUENENCHAMPAGNE oui SAINTPATERNE non SAINTPAULLEGAULTIER non SAINTPAVACE non SAINTPIERREDECHEVILLE oui SAINTPIERREDESBOIS oui SAINTPIERREDESORMES non SAINTPIERREDULOROUER oui SAINTREMYDESMONTS non SAINTREMYDUVAL oui SAINTRIGOMERDESBOIS non SAINTESABINESURLONGEVE non SAINTULPHACE non SAINTVINCENTDESPRES non SAINTVINCENTDULOROUER oui SAOSNES non SAVIGNESOUSLELUDE non SCEAUXSURHUISNE oui SEGRIE non SEMURENVALLON non SILLELEGUILLAUME non SOLESMES oui

72 Numéro INSEE Nom de la commune Réponses : avec des cavités SOUGELEGANELON non SOUILLE non SOULIGNEFLACE oui SOULIGNESOUSBALLON non SOULITRE oui SOUVIGNESURMEME non SURFONDS oui TASSE non TASSILLE non TEILLE non TELOCHE non THELIGNY oui THOIGNE non THOIRESURDINAN oui THORIGNESURDUE oui TORCEENVALLEE oui TRESSON oui LE TRONCHET non TUFFE oui VAAS oui VALLONSURGEE oui VANCE oui VERNEILLECHETIF oui VERNIE oui VEZOT non VILLAINESLACARELLE oui VILLAINESLAGONAIS non VILLAINESSOUSLUCE oui VILLAINESSOUSMALICORNE oui VION non VIVOIN non VOIVRESLESLEMANS non VOLNAY oui VOUVRAYSURHUISNE oui VOUVRAYSURLOIR oui YVRELEPOLIN oui YVREL'EVEQUE non

73 Annexe 4 Cartes : Répartition géographique des différents types de cavités et indices Répartition géographique des cavités d origine anthropique et indices d extraction

74 Répartition géographique des différents types de cavités et indices

75 Kilomètres Cavités anthropiques Carrière souterraine (155) Cave (388) Groupe de caves (269) Groupe de marnières (3) Marnière (453) Indices anthropiques Talus creux (355) Calcaires argileux ou graveleux du BajoBathonien Tuffeau Répartition géographique des cavités d origine anthropique et indices d extraction

76 Annexe 5 Liste des communes à densité de cavités moyenne

77 NUMERO INSEE NOM COMMUNE SUPERFICIE Ha NOMBRE DE CAVITES DENSITE (Cav / km²) SAINTDENISDESCOUDRAIS , COURDEMANCHE , SAINTGEORGESDELACOUEE , NOGENTSURLOIR , VAAS , COGNERS , SAINTGERVAISDEVIC , MARCON , BEAUMONTPIEDDEBOEUF , LUCEAU , VILLAINESLACARELLE , FLEE , MAYET , RUILLESURLOIR , SAINTEOSMANE , DISSESOUSLELUDE , CHAHAIGNES , LA CHAPELLEGAUGAIN , TRESSON , MARIGNELAILLE , SAINTMAIXENT , SAINTCELERIN , MAREILSURLOIR , PRUILLEL'EGUILLE , BESSESURBRAYE , PARIGNELEPOLIN , CHALLES , SAINTECEROTTE , SOULITRE , CHENU , MAISONCELLES , SAINTMICHELDECHAVAIGNES , VILLAINESSOUSLUCE , BOESSELESEC , CRANNESENCHAMPAGNE , OIZE , LE LUDE , TORCEENVALLEE , EVAILLE , AVOISE , SURFONDS , AUVERSSOUSMONTFAUCON , SAINTCALAIS , MAMERS , SAINTGERMAIND'ARCE , RAHAY , TUFFE , CHAMPAGNE , DOLLON ,0354

78 72114 DEHAULT ,0333 NUMERO NOM COMMUNE SUPERFICIE NOMBRE DE DENSITE INSEE Ha CAVITES (Cav / km²) MAROLLESLESSAINTCALAIS , LE BREILSURMERIZE , SOULIGNEFLACE , MANSIGNE , BRIOSNELESSABLES , VOUVRAYSURHUISNE , SAINTMARSDELOCQUENAY , BERFAY , SAINTOUENENCHAMPAGNE , CHEMIRELEGAUDIN , SAINTMARSD'OUTILLE , SAINTCHRISTOPHEEN ,0259 CHAMPAGNE CURES , VOLNAY , MOULINSLECARBONNEL , CONNERRE , SAINTPIERREDULOROUER , ASNIERESSURVEGRE , MELLERAY , YVRELEPOLIN , JUPILLES , CONFLANSSURANILLE , THOIRESURDINAN , CLERMONTCREANS , SARGELESLEMANS , ECOMMOY , THELIGNY , THORIGNESURDUE , VERNIE , RUILLEENCHAMPAGNE , AILLIERESBEAUVOIR , PARCESURSARTHE , DOMFRONTENCHAMPAGNE , ECORPAIN , CERANSFOULLETOURTE , PEZELEROBERT , SAINTCOSMEENVAIRAIS , SAINTREMYDUVAL , NUILLELEJALAIS , LOMBRON , CHAMPROND , CORMES , BALLON , SAINTPIERREDESBOIS , SAINTOUENENBELIN , MAREILENCHAMPAGNE , LOUZES , ASSELERIBOUL , SAINTGEORGESDUROSAY ,0115

79 72080 CHERRE ,0108 NUMERO NOM COMMUNE SUPERFICIE NOMBRE DE DENSITE INSEE Ha CAVITES (Cav / km²) LA MILESSE , LA BOSSE , SAINTLONGIS , MAIGNE , SCEAUXSURHUISNE , ROUESSEFONTAINE , CONTILLY , GREEZSURROC , LE MANS , BONNETABLE , LIGRON , LE BAILLEUL , MONTREUILLEHENRI , MONTAILLE , LOUE , SOUVIGNESURSARTHE , VALLONSURGEE , SAINTAUBINDESCOUDRAIS , SAINTAUBINDELOCQUENAY , PONTVALLAIN , LA CHAPELLEHUON , VILLAINESSOUSMALICORNE , CROSMIERES , PARIGNEL'EVEQUE , LAVARE , BEAUFAY , BOULOIRE , CHANTENAYVILLEDIEU , ASSELEBOISNE , BAZOUGESSURLELOIR , NOGENTLEBERNARD , SAINTJEANDELAMOTTE , ROUEZ , VIBRAYE ,0023

80 Annexe 6 Cartes au 1/ des cavités de la Sarthe

81 Carte de localisation des cavités quart NW 0 5 Kilomètres 10 Nature des cavités Carrière souterraine Cave Cavité naturelle Effondrement Galerie Gouffre Grotte Groupe de caves Groupe de marnières Indéterminé Marnière Puits Region Fond topographique : IGN 1/ ème

82 Carte de localisation des cavités quart NE Kilomètres Nature des cavités Carrière souterraine Cave Cavité naturelle Effondrement Galerie Gouffre Grotte Groupe de caves Groupe de marnières Indéterminé Marnière Puits Region Fond topographique : IGN 1/ ème

83 Carte de localisation des cavités quart SW Region Nature des cavités Carrière souterraine Cave Cavité naturelle Effondrement Galerie Gouffre Grotte Groupe de caves Groupe de marnières Indéterminé Marnière Puits Kilomètres Fond topographique : IGN 1/ ème

84 Carte de localisation des cavités quart SE Region Nature des cavités Carrière souterraine Cave Cavité naturelle Effondrement Galerie Gouffre Grotte Groupe de caves Groupe de marnières Indéterminé Marnière Puits Kilomètres Fond topographique : IGN 1/ ème

85 Annexe 7 Exemples de restitution au 1/ des localisations de cavités

86

87 Inventaire des cavités souterraines du département de la Sarthe (72) Rapport final

88 Inventaire des cavités souterraines du département de la Sarthe (72) Rapport final

89 Inventaire des cavités souterraines du département de la Sarthe (72) Rapport final

90 Inventaire des cavités souterraines du département de la Sarthe (72) Rapport final

91 Inventaire des cavités souterraines du département de la Sarthe (72) Rapport final

92 Inventaire des cavités souterraines du département de la Sarthe (72) Rapport final

93 Inventaire des cavités souterraines du département de la Sarthe (72) Rapport final

Activités informatiques

Activités informatiques Développement d un Système d Informations Statistiques sur les Entreprises (SISE) en Tunisie Documentation technique finale Activités informatiques Contrat de Jumelage n TU/07/AA/OT/02 Sommaire 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUES POUR LA REALISATION

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUES POUR LA REALISATION CAHIER DES CHARGES TECHNIQUES POUR LA REALISATION DES INVENTAIRE DES ZONES HUMIDES Septembre 2012 Préambule Le SAGE Rance Frémur baie de Beaussais, par sa disposition 17 «inventorier les zones humides»,

Plus en détail

PARTENARIAT EDITORIAL*

PARTENARIAT EDITORIAL* 7 e APPEL D OFFRES 2017 2019 PARTENARIAT EDITORIAL* * Le partenariat éditorial est ouvert à des éditeurs juridiques et techniques pouvant satisfaire le besoin d information des cabinets sur la matière

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières Le 17 octobre 2008 Cahier des Clauses Techniques Particulières «Recensement et analyse critique d'indicateurs dans le domaine de l'eau» Titre : Cahier des charges technique : «Recensement et analyse critique

Plus en détail

METHODOLOGIE ET OUTILS

METHODOLOGIE ET OUTILS METHODOLOGIE ET OUTILS OUTIL POUR ORGANISER UNE FORMATION EN CHANTIER CHANTIE ECOLE Contexte Les formations courtes (2 à 5 jours) sont adaptées à un public en emploi. Elles conviennent aux indépendants

Plus en détail

Appel à projets 2010 du Département de Paris pour développer l économie sociale et solidaire notamment l insertion par l activité économique

Appel à projets 2010 du Département de Paris pour développer l économie sociale et solidaire notamment l insertion par l activité économique DIRECTION DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L EMPLOI 8, rue de Cîteaux 75012 PARIS Appel à projets 2010 du Département de Paris pour développer l économie sociale et solidaire notamment l insertion par

Plus en détail

Observatoire de l environnement en Nouvelle-Calédonie. Audit externe CAHIER DES CHARGES

Observatoire de l environnement en Nouvelle-Calédonie. Audit externe CAHIER DES CHARGES Observatoire de l environnement en Nouvelle-Calédonie, province Sud 11 rue Guynemer 98 800 Nouméa Tél : (+687) 23 69 69 Observatoire de l environnement en Nouvelle-Calédonie Audit externe CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

Programme d action et plan de financement 2015 des SAGE portés par l Etablissement

Programme d action et plan de financement 2015 des SAGE portés par l Etablissement Programme d action et plan de financement 2015 des SAGE portés par l Etablissement A la demande des commissions locales de l eau (CLE) concernées, l Etablissement devrait assurer en 2015 le rôle de structure

Plus en détail

QUALIFICATION DE DONNEES GEOGRAPHIQUES POUR LES BESOINS DE LA DEFENSE FRANCAISE

QUALIFICATION DE DONNEES GEOGRAPHIQUES POUR LES BESOINS DE LA DEFENSE FRANCAISE CO-181 QUALIFICATION DE DONNEES GEOGRAPHIQUES POUR LES BESOINS DE LA DEFENSE FRANCAISE FAVE P. IGN, RAMONVILLE SAINT-AGNE, FRANCE 1. OBJECTIFS ET CONTEXTE 1.1. Contexte Le service IGN Espace, rattaché

Plus en détail

Cahier des charges techniques HQE Performance pour l évaluation du potentiel biodiversité des bâtiments

Cahier des charges techniques HQE Performance pour l évaluation du potentiel biodiversité des bâtiments Cahier des charges techniques HQE Performance pour l évaluation du potentiel biodiversité des bâtiments Version provisoire pour test 2015 Juin 2015 Cahier des charges technique HQE Performance pour l évaluation

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

Dossier de presse. Centre de Conservation et d Etude Archéologiques du Pas-de-Calais

Dossier de presse. Centre de Conservation et d Etude Archéologiques du Pas-de-Calais Dossier de presse Centre de Conservation et d Etude Archéologiques du Pas-de-Calais Contacts presse : Direction régionale des affaires culturelles - Laurent Barrois - 03 28 36 62 35 / 06 87 39 95 56 laurent.barrois@culture.gouv.fr

Plus en détail

Date et signature 03/2011 SIRS

Date et signature 03/2011 SIRS Systèmes d Information à Référence Spatiale Mise en correspondance des données de consommation d espace pour en appréhender les évolutions Nom et Fonction Date et signature Diffusion Pour Action Préparé

Plus en détail

Patrimoine Mondial ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

Patrimoine Mondial ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Patrimoine Mondial Distribution limitée 25 COM WHC-01/CONF.208/14 Paris, le 31 octobre 2001 Original : anglais/français ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

Projet de construction d un médiathèque et de locaux à usage associatif MARCHE D ETUDES DE PROGRAMMATION. Cahier des Charges

Projet de construction d un médiathèque et de locaux à usage associatif MARCHE D ETUDES DE PROGRAMMATION. Cahier des Charges Projet de construction d un médiathèque et de locaux à usage associatif MARCHE D ETUDES DE PROGRAMMATION Cahier des Charges 1 SOMMAIRE ARTICLE 1 - Objet du marché ARTICLE 2 - Contenu et déroulement de

Plus en détail

Guide pour les fondateurs présentant un projet de Fondation de coopération scientifique ayant pour objet un réseau thématique de recherche avancée.

Guide pour les fondateurs présentant un projet de Fondation de coopération scientifique ayant pour objet un réseau thématique de recherche avancée. MENESR 22 Mai 2006 Document n 5 Guide pour les fondateurs présentant un projet de Fondation de coopération scientifique ayant pour objet un réseau thématique de recherche avancée. Les réseaux thématiques

Plus en détail

DEPOT D UN DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT REGIONAL AU TITRE DES CDRA-CDDRA-CFAC

DEPOT D UN DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT REGIONAL AU TITRE DES CDRA-CDDRA-CFAC Actualisé au 24/01/2011 DEPOT D UN DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT REGIONAL AU TITRE DES CDRA-CDDRA-CFAC Mode opératoire à l attention des maîtres d ouvrage Préambule L Assemblée régionale a validé lors

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGER/POFEGTP/N2004-2016 Date : 16 FEVRIER 2004

NOTE DE SERVICE DGER/POFEGTP/N2004-2016 Date : 16 FEVRIER 2004 1 MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction Générale de l Enseignement et de la Recherche Sous-Direction de la Politique des Formations de l Enseignement

Plus en détail

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 Observatoire du SCoT des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 L édito du Président SOMMAIRE Edito 1 Activité de construction 2 Approche géographique 4 Construction par type de logements Rappel

Plus en détail

Les exigences de documentation d ISO 9001:2008

Les exigences de documentation d ISO 9001:2008 Les exigences de documentation d ISO 9001:2008 ISO 9001:2008 donne à l'organisme une grande flexibilité quant à la façon de documenter son Système de Management de la Qualité (SMQ). Il convient de souligner

Plus en détail

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement A l attention des élus et du personnel communal L Assainissement Non Collectif Une préoccupation commune, Une gestion intercommunale Définition : Tout système d assainissement effectuant la collecte, le

Plus en détail

Inventaire des Zones Humides

Inventaire des Zones Humides Inventaire des Zones Humides 1-Aspects réglementaires et Sage 2-Bilan sur le bassin Loire Bretagne 3-Perspectives méthodologiques 4-Conclusions 1 1- Aspects réglementaires Définition d une ZH Loi sur l

Plus en détail

Notice à l'attention des candidats à la mission d'organisme Unique (OU) Dossier de candidature

Notice à l'attention des candidats à la mission d'organisme Unique (OU) Dossier de candidature PRÉFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES Direction Régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement Toulouse, le 20 février 2012 Service Biodiversité et Ressources Naturelles Notice à l'attention

Plus en détail

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS L Association des Etats de la Caraïbe (AEC) invite les consultants éligibles intéressés à soumettre des propositions pour la fourniture d un

Plus en détail

COHESION SOCIALE LE PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE -=-=-=-

COHESION SOCIALE LE PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE -=-=-=- COHESION SOCIALE LE PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE -=-=-=- I BASES REGLEMENTAIRES Le plan de cohésion sociale (programmes 15 et 16) et la loi n 2005-32 du 18 janvier 2005 de programmation pour la cohésion

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) OI DIPRO SPAI RFI Demande d information Outil de type «Armoire à plans» permettant la gestion de plans et de documentation Réf. : RFI-2015-07_RFI_ATLAS.docx Page 1/7 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request

Plus en détail

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention Direction de la Jeunesse, de la Culture et du Développement Durable Service Conservation et Patrimoine Dossier de demande de subvention PATRIMOINE RURAL NON PROTEGE Hôtel du Département Place Monseigneur

Plus en détail

Le réseau hydrographique

Le réseau hydrographique Le réseau hydrographique Le réseau hydrographique de la MRC représente un milieu aquatique d environ 600 kilomètres de cours d eau et du double de rives. Le fleuve Saint-Laurent représente le grand collecteur

Plus en détail

«Enquête 2010 correspondants RIL» Synthèse des résultats à destination des correspondants RIL et des élus locaux

«Enquête 2010 correspondants RIL» Synthèse des résultats à destination des correspondants RIL et des élus locaux Cnis Groupe de travail de la Cnerp sur la collaboration Insee Collectivités locales dans la constitution des RIL «Enquête 2010 correspondants RIL» Synthèse des résultats à destination des correspondants

Plus en détail

Appel à candidatures visant à la cession de l immeuble situé au 34 Rue Winston Churchill à Roubaix

Appel à candidatures visant à la cession de l immeuble situé au 34 Rue Winston Churchill à Roubaix Appel à candidatures visant à la cession de l immeuble situé au 34 Rue Winston Churchill à Roubaix Dossier de consultation Cahier n 1 Règlement de consultation Date et heure limites de remise des dossiers

Plus en détail

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE Objectif général L objectif général de ce programme de développement est d atteindre une production de qualité, de 1000 tonnes de café marchand,

Plus en détail

SYSTEME D INFORMATIONS GEOGRAPHIQUES D EUROP ESSONNE GUIDE D UTILISATION

SYSTEME D INFORMATIONS GEOGRAPHIQUES D EUROP ESSONNE GUIDE D UTILISATION SYSTEME D INFORMATIONS GEOGRAPHIQUES D EUROP ESSONNE GUIDE D UTILISATION Version : Aigle 4.6.6.3 Mars 2013 Guide d utilisation- Application SIG Web 1 Sommaire 1. LE SIG... 3 2. SE CONNECTER... 4 3. INTERFACE

Plus en détail

Déclarer un fichier auprès de la CNIL

Déclarer un fichier auprès de la CNIL Déclarer un fichier auprès de la CNIL Principes et définitions La loi n 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, (modifiée par la loi n 2004-801 du 6 août 2004)

Plus en détail

la possibilité aux élèves de finaliser le choix de leur parcours de formation, sans pour autant effectuer un choix définitif de champ professionnel.

la possibilité aux élèves de finaliser le choix de leur parcours de formation, sans pour autant effectuer un choix définitif de champ professionnel. La classe de 3 ème préparatoire aux formations professionnelles Document d accompagnement pédagogique I- Le cadre réglementaire Il est défini par la circulaire n 2011-128 du 26 aout 2011, publiée au BO

Plus en détail

COMMUNE DE LAUTREC. Elaboration d'une ZPPAUP Document annexe : Les grands enjeux

COMMUNE DE LAUTREC. Elaboration d'une ZPPAUP Document annexe : Les grands enjeux ANNEXES COMMUNE DE LAUTREC Elaboration d'une ZPPAUP Document annexe : Les grands enjeux Paysagiste d.p.l.g - 39 Rue de la Négrouillère - 81000 ALBI Tél : 05 63 47 60 06 Fax : 05 63 47 60 19 Email : labarthepaysagiste@wanadoo.fr

Plus en détail

Mise en place du certificat de spécialisation restauration collective : outil d appui pour les travaux d ingénierie

Mise en place du certificat de spécialisation restauration collective : outil d appui pour les travaux d ingénierie Mise en place du certificat de spécialisation restauration collective : outil d appui pour les travaux d ingénierie 1- Création du certificat de spécialisation (CS) 2- Outil d appui pour la mise en place

Plus en détail

Appel à Candidature. Entrepreneur social

Appel à Candidature. Entrepreneur social Appel à Candidature Entrepreneur social «Etude de faisabilité et création d un espace de co-working sur la commune de Tournefeuille» 1) Eléments de contexte Depuis 2006, La Maison de l emploi et de la

Plus en détail

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation 5648 14/03/2016 Mise à jour de certaines dispositions reprises dans la circulaire 5038 du 22/10/2014 concernant l organisation des visites et stages dans l enseignement secondaire ordinaire et spécialisé

Plus en détail

LE PERMIS DE CONSTRUIRE

LE PERMIS DE CONSTRUIRE LE PERMIS DE CONSTRUIRE INTRODUCTION Quand peut-on démarrer les travaux d'aménagements ou de construction? Certains projets sont dispensés de formalité, d autres sont obligatoirement soumis à déclaration

Plus en détail

MISSION HANDICAP/ACCESSIBILITE VILLE DE NEVERS

MISSION HANDICAP/ACCESSIBILITE VILLE DE NEVERS MISSION HANDICAP/ACCESSIBILITE VILLE DE NEVERS BILAN D ACTIVITE Année 2008 Elus : Jean-Pierre MANSE, adjoint au Maire. Paulette FONTANILLES, conseillère municipale, déléguée au handicap. Chargé de mission

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES DIAGNOSTIC EN 4 MOIS

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES DIAGNOSTIC EN 4 MOIS CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES DIAGNOSTIC EN 4 MOIS ACCORD CADRE MONO ATTRIBUTAIRE DE MAITRISE D ŒUVRE DANS LE CADRE DE LA RESTAURATION DE L EGLISE NOTRE DAME DU GRAND ANDELY, IMMEUBLE CLASSE AU TITRE

Plus en détail

Comment savoir si ma commune fait partie du territoire VPah? Consultez le site internet du Pays Loire Val d Aubois à la page partenaires

Comment savoir si ma commune fait partie du territoire VPah? Consultez le site internet du Pays Loire Val d Aubois à la page partenaires QUESTIONS REPONSES J habite dans une Ville ou un Pays d art et d histoire : Comment savoir si ma commune fait partie du territoire VPah? Consultez le site internet du Pays Loire Val d Aubois à la page

Plus en détail

Relevé des déductions ------

Relevé des déductions ------ Cahier des charges du mode EDI du téléservice SIMPL-TVA Relevé des déductions ------ Version 1.1 10 Février 2016 SUIVI DES VERSIONS Date N Version Motif de Mise à Jour 24/07/2015 1.0 Création 10/02/2016

Plus en détail

ARTS, LETTRES, LANGUES

ARTS, LETTRES, LANGUES Niveau : MASTER année Domaine : Mention : ARTS, LETTRES, LANGUES INFORMATION,, CULTURE Parcours : Ingénierie des métiers de la culture : Spectacle vivant et Muséologie, Patrimoine M1 60 ES Volume horaire

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES DPE MODE D EMPLOI

OBSERVATOIRE DES DPE MODE D EMPLOI OBSERVATOIRE DES DPE MODE D EMPLOI La présente application informatique a été élaborée par l Ademe (Agence de l Environnement et de la Maitrise de l Energie www.ademe.fr ) pour répondre à la mission confiée

Plus en détail

FICHE DE BONNE PRATIQUE

FICHE DE BONNE PRATIQUE FICHE DE BONNE PRATIQUE Programme d actions à l intention des jeunes exposés à la délinquance Action de remobilisation pour prévenir le basculement dans la délinquance PARCOURS CITOYEN Nature du porteur

Plus en détail

TRANSPORTS SCOLAIRES EXTENSION DE LA CERTIFICATION ISO 9001 : UN GAGE DE QUALITE SUPPLEMENTAIRE POUR LES USAGERS

TRANSPORTS SCOLAIRES EXTENSION DE LA CERTIFICATION ISO 9001 : UN GAGE DE QUALITE SUPPLEMENTAIRE POUR LES USAGERS DOSSIER DE PRESSE TRANSPORTS SCOLAIRES EXTENSION DE LA CERTIFICATION ISO 9001 : UN GAGE DE QUALITE SUPPLEMENTAIRE POUR LES USAGERS 2 avril 2012 Ce lundi 2 avril, à l Hôtel du Département à Privas, Pascal

Plus en détail

Article. Un recensement de la population fondé sur l utilisation d un registre de données administratives. par Carlos Ballano

Article. Un recensement de la population fondé sur l utilisation d un registre de données administratives. par Carlos Ballano Composante du produit n o 11-522-X au catalogue de Statistique Canada La série des symposiums internationaux de Statistique Canada : recueil Article Symposium 2008 : Collecte des données : défis, réalisations

Plus en détail

Banque de Données Territoriales du Gers

Banque de Données Territoriales du Gers Banque de Données Territoriales du Gers Présentation de la campagne de prise de vue aérienne IGN 2016 et intérêts d une vue Haute-Résolution - Compte-Rendu - Présents : - Département du Gers - Géomètres

Plus en détail

Un dispositif harmonisé pour les acteurs de l ensemble du territoire de la nouvelle Région Aquitaine Limousin Poitou Charentes sera proposé en 2017.

Un dispositif harmonisé pour les acteurs de l ensemble du territoire de la nouvelle Région Aquitaine Limousin Poitou Charentes sera proposé en 2017. Appel à Projets 2016 Education à la citoyenneté et à la solidarité internationale La Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes (ALPC) s engage à soutenir le développement des initiatives locales d'éducation

Plus en détail

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges Département fédéral de l économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Promotion de projets et développement Berne, le 22 septembre 2011 Analyse de la situation

Plus en détail

Abattement TFPB en ZUS

Abattement TFPB en ZUS Abattement Septembre 2015 TFPB en QPV USH - Service Politiques urbaines et sociales Abattement TFPB en ZUS cadre réglementaire : article 62 de la loi de finances 2015 Application d un abattement de 0 %

Plus en détail

Le pilotage institutionnel du projet est assuré par le Ministère des Finances et le PNUD.

Le pilotage institutionnel du projet est assuré par le Ministère des Finances et le PNUD. Communication du DNP L objectif de cette journée de restitution est de partager avec tous les acteurs du marché financier les résultats finaux des travaux réalisés par les experts internationaux dans le

Plus en détail

Enquête nationale sur la satisfaction des patients 2012

Enquête nationale sur la satisfaction des patients 2012 Enquête nationale sur la satisfaction des patients 2012 Version brève du rapport comparatif national Mars 2014, version 1.0 Résumé du rapport comparatif national, mesure 2012 Sommaire 1. Contexte... 3

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2006-01 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Définition du cadre, des orientations, et des modalités des

Plus en détail

Ordre de Service. Emploi temporairement vacant de coordonnateur du CEFA

Ordre de Service. Emploi temporairement vacant de coordonnateur du CEFA Ordre de Service Aux Chefs des établissements d enseignement secondaire de plein exercice et de promotion sociale Date 11 avril 2016 Priorité Moyenne Référence f1516mf-nv06-07_34-14 Instruction publique

Plus en détail

Le développement de la fonction emploi-rh de proximité au sein des CAPEB départementales

Le développement de la fonction emploi-rh de proximité au sein des CAPEB départementales Le développement de la fonction emploi-rh de proximité au sein des CAPEB départementales Les missions de la CAPEB (régionale et départementale) Le positionnement de la fonction emploi-rh Le référentiel

Plus en détail

Morphologie urbaine et intégration paysagère

Morphologie urbaine et intégration paysagère Morphologie urbaine et intégration paysagère Travail pratique Titulaire : TELLER Jacques I. Présentation des zones d analyse La Meuse est un élément structurant de l agglomération liégeoise ; c est en

Plus en détail

Mots clés : Bassin versant, réseau hydrographique, écoulements superficiels, Système d'information Géographique, Ile de la Réunion.

Mots clés : Bassin versant, réseau hydrographique, écoulements superficiels, Système d'information Géographique, Ile de la Réunion. Mots clés : Bassin versant, réseau hydrographique, écoulements superficiels, Système d'information Géographique, Ile de la Réunion. l I I En bibliographie, ce rapport sera cité de la façon suivante : Chevalier

Plus en détail

Parcours street-art Pays Portes de Gascogne (Gers) Appel à projet commune de Tournecoupe

Parcours street-art Pays Portes de Gascogne (Gers) Appel à projet commune de Tournecoupe Parcours street-art Pays Portes de Gascogne (Gers) Appel à projet commune de Tournecoupe Culture Portes de Gascogne Avril 2016 Contexte de l appel à projet Le projet street-art de la commune de Tournecoupe

Plus en détail

LAAS-CNRS. JAUMOUILLÉ Rodolphe

LAAS-CNRS. JAUMOUILLÉ Rodolphe 2009 LAAS-CNRS JAUMOUILLÉ Rodolphe [ Tutoriel pour le logiciel de Simulation de communications distribuées et de reconnaissance de formes d une SmartSurface] Tutoriel pour un logiciel permettant de simuler

Plus en détail

Les outils de vie scolaire. Mélissa MARTINEZ

Les outils de vie scolaire. Mélissa MARTINEZ Mélissa MARTINEZ Samia SENOUCI TIC Master 2 CPE Ali HAMMOUDA 17 décembre 2013 PLAN Introduction 1. Les outils non informatisés : a) Les outils d information b) Les outils de communication 2. Les outils

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/16/023 DÉLIBÉRATION N 16/008 DU 2 FÉVRIER 2016 RELATIVE À LA CRÉATION D'UNE BANQUE DE DONNÉES "TAMPON" AUPRÈS DE LA

Plus en détail

ANNEXE 1 A LA DELIBERATION

ANNEXE 1 A LA DELIBERATION CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE 3 CP 10-981 ANNEXE 1 A LA DELIBERATION 07/10/10 10:10:00 4 Université Paris 8 Extension de l IUT de Montreuil Convention de cofinancement n 10 ES 03 La Région Ile-de-France,

Plus en détail

Conception d une Charte graphique pour le Pays d Auge et d un mobilier de signalétique

Conception d une Charte graphique pour le Pays d Auge et d un mobilier de signalétique Cahier des charges Conception d une Charte graphique pour le Pays d Auge et d un mobilier de signalétique 1. OBJET DE LA MISE EN CONCURRENCE OBJET DU MARCHÉ Le présent marché concerne l assistance à maîtrise

Plus en détail

Modules 166-176 Assurer la sécurité des données et des systèmes

Modules 166-176 Assurer la sécurité des données et des systèmes Modules 66-76 Assurer la sécurité des données et des systèmes IDEC 00-006. Reproduction interdite. Sommaire... 6 L informatique, moelle épinière des organisations... 6 Risques et conséquences... 7 Domaines

Plus en détail

Provence Promotion. Cahier des charges V1 MAINTENANCE AUTOCOMMUTATEUR. Le 06/10/09

Provence Promotion. Cahier des charges V1 MAINTENANCE AUTOCOMMUTATEUR. Le 06/10/09 Provence Promotion MAINTENANCE AUTOCOMMUTATEUR Cahier des charges V1 Le 06/10/09 1 Sommaire 1 OBJET DU MARCHE... 3 2 DESCRIPTIF DE L EXISTANT... 3 2.1 EQUIPEMENT ACTUEL... 3 2.2 LIGNES ACTIVES... 4 3 LES

Plus en détail

Procédure «Changement d année» LES ESSENTIELS A RETENIR

Procédure «Changement d année» LES ESSENTIELS A RETENIR Mode d emploi A destination des chefs d établissements, des correspondants ENT et des gestionnaires de rubriques Procédure «Changement d année» LES ESSENTIELS A RETENIR Avant de débuter ce travail, il

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Métrologie dimensionnelle - Qualité de la production en mécanique de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D

Plus en détail

Note d information aux candidats

Note d information aux candidats PREFET DE CORSE MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES Etudes relatives à la création d un pôle tertiaire à Ajaccio Lot n 1 : Etudes de faisabilité, de programmation et d assistance à maîtrise d

Plus en détail

F i c h e d e p o s t e

F i c h e d e p o s t e Ministère de la défense F i c h e d e p o s t e Catégorie recherchée (1) Fonctionnaire de catégorie C ou Ouvrier d'etat Intitulé du poste (2) GESTIONNAIRE DE VEHICULES Famille MORGANE (3) SOUTIEN LOGISTIQUE,

Plus en détail

Ce module de formation fait partie des parcours courts des Formations Métier. Nombre de place limité.

Ce module de formation fait partie des parcours courts des Formations Métier. Nombre de place limité. Logistique Ce module de formation fait partie des parcours courts des Formations Métier. Nombre de place limité. Appréhender les compétences spécifiques du métier de logisticien : présenter et analyser

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d État N 106/2010 France Prolongation des financements des CTI et des CPDE.

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d État N 106/2010 France Prolongation des financements des CTI et des CPDE. COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, 08.09.2010 C(2010)6217 Objet : Aide d État N 106/2010 France Prolongation des financements des CTI et des CPDE. Monsieur le Ministre, 1. Procédure (1) Par courrier électronique

Plus en détail

C O M M U N I C A T I O N

C O M M U N I C A T I O N C O M M U N I C A T I O N Appui du Fonds d Encouragement Régional (FER) à la création de chambres d hôtes Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers-ères, Début juin le comité de Pays-d

Plus en détail

APPEL À MANIFESTATION D INTERET : PRE SELECTION D OUVRAGES PUBLICS OU PRIVES A REHABILITER EN BIM POUR LE CONCOURS BIM DECATHLON

APPEL À MANIFESTATION D INTERET : PRE SELECTION D OUVRAGES PUBLICS OU PRIVES A REHABILITER EN BIM POUR LE CONCOURS BIM DECATHLON BIM DECATHLON 2017 APPEL À MANIFESTATION D INTERET : PRE SELECTION D OUVRAGES PUBLICS OU PRIVES A REHABILITER EN BIM POUR LE CONCOURS BIM DECATHLON 2017 1 1. PREAMBULE Le BIM est un pilier pour soutenir

Plus en détail

CTI 2016-2021. Accompagnement des Communes. et des Territoires pour l Investissement dans la Vienne

CTI 2016-2021. Accompagnement des Communes. et des Territoires pour l Investissement dans la Vienne CTI Accompagnement des Communes et des Territoires pour l Investissement dans la Vienne 2016-2021 Dans un contexte de réduction des dotations de l État, cette nouvelle politique territoriale affiche la

Plus en détail

Le paysage dans l aménagement local explications destinées aux spécialistes

Le paysage dans l aménagement local explications destinées aux spécialistes Le paysage dans l aménagement local explications destinées aux spécialistes Le guide intitulé «Exigences en matière d aménagement du paysage au niveau communal» (OACOT, guide n 11.1) explique quelles sont

Plus en détail

ANNEXE 1. I - Objectif de l enquête

ANNEXE 1. I - Objectif de l enquête ANNEXE 1 I - Objectif de l enquête Le but de cette enquête est de recenser, ministère par ministère, en fin d exercice N, les charges qui se rattachent à cet exercice, mais qui seront décaissées ultérieurement

Plus en détail

INFORMATISER SA BIBLIOTHÈQUE

INFORMATISER SA BIBLIOTHÈQUE INFORMATISER SA BIBLIOTHÈQUE Préambule Visant à améliorer tant qualitativement que quantitativement le fonctionnement de la bibliothèque ainsi que le service rendu à l usager, l informatisation est une

Plus en détail

L objectif majeur de NUXEO est de stocker et de faciliter la recherche de documents. Un document correspond à un ensemble d information.

L objectif majeur de NUXEO est de stocker et de faciliter la recherche de documents. Un document correspond à un ensemble d information. GED.eoN GED - Environnement d Origine NUXEO Chapitre 4 Visualisation d un document dans NUXEO L objectif majeur de NUXEO est de stocker et de faciliter la recherche de documents. Un document correspond

Plus en détail

Examen professionnel de courtière / courtier en immeubles Guide pour l établissement du travail de projet

Examen professionnel de courtière / courtier en immeubles Guide pour l établissement du travail de projet Examen professionnel de courtière / courtier en immeubles Guide pour l établissement du travail de projet Basé sur les directives concernant l examen professionnel de courtière / courtier en immeubles

Plus en détail

CIRCULAIRE DGER/SDI/C2010-2018 Date: 02 novembre 2010

CIRCULAIRE DGER/SDI/C2010-2018 Date: 02 novembre 2010 MINISTERE DE L ALIMENTATION, DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Direction Générale de l Enseignement et de la Recherche Service de l enseignement supérieur, de la recherche et de l innovation Sous-direction

Plus en détail

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 EAU POTABLE. Aides financières Rhône Méditerranée Corse. Établissements publics de coopération intercommunale

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 EAU POTABLE. Aides financières Rhône Méditerranée Corse. Établissements publics de coopération intercommunale PROGRAMME D ACTION 2013-2018 Aides financières Rhône Méditerranée Corse EAU POTABLE Collectivités locales Établissements publics de coopération intercommunale PROTECTION DES CAPTAGES D EAU POTABLE Mettre

Plus en détail

Bilan de TN. Protection du consommateur dans le secteur de la réparation automobile

Bilan de TN. Protection du consommateur dans le secteur de la réparation automobile Bilan de TN Protection du consommateur dans le secteur de la Version 01 PR/1C/PNE/005 Date d application : 20/04/2015 Page 1/5 PNE 2014 N TN21GJ Bureau 6D N 3 trimestre 2014 Communicable au sens de la

Plus en détail

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne)

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne) Directiondelajeunesse, del éducationpopulaireetdelavieassociative Missiond animation dufondsd expérimentationspourlajeunesse NOTED ETAPESURL EVALUATIONAU31DECEMBRE2010 REDIGEEPARLELERFAS DOSSIER:AP1_n

Plus en détail

Réseau Mixte Technologique «Diagnostic en santé végétale»

Réseau Mixte Technologique «Diagnostic en santé végétale» Le Réseau Mixte Technologique «Diagnostic en santé végétale» VegDiag Labellisé le 13 janvier 2014 pour la période 2014-2018 Issu des réflexions du Réseau français pour la santé végétale RFSV RMT RFSV Séminaire

Plus en détail

Les Galops 1 à 4 constituent le cycle de formation initiale du cavalier dans les domaines qui font l homme ou la femme de cheval accomplis.

Les Galops 1 à 4 constituent le cycle de formation initiale du cavalier dans les domaines qui font l homme ou la femme de cheval accomplis. Dossier de presse Les Galops 1 à 4 constituent le cycle de formation initiale du cavalier dans les domaines qui font l homme ou la femme de cheval accomplis. Le Galop 4 comporte en option le «Permis Cheval»

Plus en détail

FICHE N 5. Charte départementale d urbanisme en Aveyron

FICHE N 5. Charte départementale d urbanisme en Aveyron Charte départementale d urbanisme en Aveyron FICHE N 5 Le principe de réciprocité en matière de distances d'éloignement à l'égard de bâtiments agricoles Pour limiter les atteintes à l'environnement et

Plus en détail

Pôle commun ACPR - AMF Rapport annuel 2014

Pôle commun ACPR - AMF Rapport annuel 2014 Pôle commun ACPR - AMF Rapport annuel 2014 Natalie LEMAIRE Olivier FLICHE Conférence de presse 5 juin 2015 Sommaire 1. Bilan 2014 1. Les missions permanentes 1. Assurance Banque Épargne Info Service 2.

Plus en détail

Conseiller, Consultant, Responsable Formation. 180 h 192 h h h 420 h 372 h

Conseiller, Consultant, Responsable Formation. 180 h 192 h h h 420 h 372 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Spécialité : Volume horaire étudiant : Formation dispensée en : Sciences Humaines et Sociales Education et Formation Conseiller, Consultant, Responsable Formation

Plus en détail

FONDATION MEDITERRANEENNE D ETUDES STRATEGIQUES (Association loi de 1901, de préfiguration à une fondation)

FONDATION MEDITERRANEENNE D ETUDES STRATEGIQUES (Association loi de 1901, de préfiguration à une fondation) FONDATION MEDITERRANEENNE D ETUDES STRATEGIQUES (Association loi de 1901, de préfiguration à une fondation) STATUTS Art. 1 Constitution Il est créé entre les adhérents aux présents statuts et ceux qui

Plus en détail

ANNEXE A PLAN RELATIF AUX LOCAUX DE L OMPI

ANNEXE A PLAN RELATIF AUX LOCAUX DE L OMPI page 220 ANNEXE A PLAN RELATIF AUX LOCAUX DE L OMPI Généralités 341. Le plan relatif aux locaux de l OMPI a pour objet, en tant qu instrument de planification, de présenter les prévisions concernant les

Plus en détail

ETUDE SUR L ACCES AU DROIT ET LES BESOINS EN MATIERE D INFORMATION JURIDIQUE EN FRANCE

ETUDE SUR L ACCES AU DROIT ET LES BESOINS EN MATIERE D INFORMATION JURIDIQUE EN FRANCE ETUDE SUR L ACCES AU DROIT ET LES BESOINS EN MATIERE D INFORMATION JURIDIQUE EN FRANCE Vision du public français sur l accessibilité du droit en France (Enquête n 1) Vision des professionnels du droit

Plus en détail

Termes de référence du Réseau CIVINET Francophone

Termes de référence du Réseau CIVINET Francophone ACTIONS IN THE FIELD OF URBAN MOBILITY Termes de référence du Réseau CIVINET Francophone Le réseau CIVITAS des villes francophones pour la mobilité durable Termes de référence du Réseau CIVINET Francophone

Plus en détail

Association France Alzheimer

Association France Alzheimer Association France Alzheimer Maladie d Alzheimer et Maladies Apparentées Appel à projets «Sciences Médicales» (AAP SM 2016) Subventions allant jusqu à 100.000 Euros Il est recommandé aux candidats de lire

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP INFORMATIONS SUR LES MÉDICAMENTS DESTINÉES AUX PATIENTS

DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP INFORMATIONS SUR LES MÉDICAMENTS DESTINÉES AUX PATIENTS International Pharmaceutical Federation Fédération Internationale Pharmaceutique Boîte postale 84200, NL-2508 AE La Haye, Pays-Bas DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP INFORMATIONS SUR LES MÉDICAMENTS DESTINÉES

Plus en détail

FRANCE BOIS FORET NOUVEAU RÈGLEMENT INTÉRIEUR 2016

FRANCE BOIS FORET NOUVEAU RÈGLEMENT INTÉRIEUR 2016 FRANCE BOIS FORET NOUVEAU RÈGLEMENT INTÉRIEUR 2016 Adoption des Statuts par le Conseil d administration de France Bois Forêt (FBF) le 10.12.2015 et l Assemblée générale extraordinaire du 06.01.2016. Les

Plus en détail

OFFRES ET PRIX DE VENTE DES

OFFRES ET PRIX DE VENTE DES 3 note n 3, octobre 2004 OFFRES ET PRIX DE VENTE DES LOGEMENTS EN 2003-2004 I E D I T O R I A L I N T R O D U C T I O N L une des missions de l Observatoire de l Habitat consiste à fournir des informations

Plus en détail

SIECLE. AFFELNET 6ème. Livret du directeur d école publique

SIECLE. AFFELNET 6ème. Livret du directeur d école publique SIECLE AFFELNET 6ème Livret du directeur d école publique AFFELNET 6 ème Livret du directeur d école publique Destinataires : DGESCO Directeurs d école Validité : Action Date Nom Fonction Visa Rédaction

Plus en détail