RÉSISTANCES DES RENFORCEMENTS MÉTALLIQUES DES REMBLAIS RENFORCÉS EN FONCTION DE LEUR FORME

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÉSISTANCES DES RENFORCEMENTS MÉTALLIQUES DES REMBLAIS RENFORCÉS EN FONCTION DE LEUR FORME"

Transcription

1 RÉSISTANCES DES RENFORCEMENTS MÉTALLIQUES DES REMBLAIS RENFORCÉS EN FONCTION DE LEUR FORME RESISTANCES OF METALLIC REINFORCEMENTS FOR REINFORCED FILLS AS A FUNCTION OF THEIR SHAPE Michali CHIKARAS 1, Benoit CHANTEPERDRIX 1 1 VSL, Pari, France RÉSUMÉ Cet article préente une étude comparative, dan le cadre normatif fixé par la norme d application de l EC7 pour la France en ce qui concerne le ouvrage de outènement en ol renforcé (NF P 94-27, 29), entre le renforcement métallique ou forme de treilli oudé et de bande ayant le même caractéritique mécanique et renforçant de ol ayant de propriété identique. ABSTRACT Thi paper preent a comparative tudy, inide the normative framework et by the EC7 application tandard for France regarding the reinforced fill retaining tructure (NF P 94-27, 29), between the metallic reinforcement of ladder and trip form having the ame mechanical characteritic and reinforcing oil having identical propertie. 1. Introduction Cette étude ne concerne que le ouvrage de outènement en remblai renforcé contitué oit de treilli métallique oudé, oit de bande métallique à haute adhérence. Il agit d armature peu extenible et ouple qui ne préentent qu une rigidité en flexion trè faible. Elle ont placée horizontalement dan le maif de remblai à intervalle régulier et forment une ucceion de lit parallèle généralement équiditant inclu dan le remblai, depui la bae juqu au ommet de l ouvrage. La Figure 1 (NF EN 14475, 27) illutre ce deux type de renforcement unidimenionnel de ol dont le réitance font l objet de cet article. Figure 1. Renforcement de ol ou forme de treilli oudé (échelle) et de bande. Un treilli comprend uuellement deux à quatre barre longitudinale liée entre elle par oudage de barre tranverale du même diamètre nominal. Le bande ont en général de plat de quelque millimètre d épaieur et de quelque centimètre de largeur comportant de nervure régulière. Le treilli ne comportant que deux barre longitudinale (n y = 2) ont déigné ou le nom d «échelle». 395

2 2. Méthodologie et hypothèe L idée principale de ce travail et de comparer une bande et une échelle de même longueur (L), de ection tranverale initiale (S ) eniblement égale, galvaniée (épaieur de galvaniation : e z = 7 µm) ou non (e z = µm). Toute deux ont contituée d acier de même réitance limite ultime (f r = f uk ) et de même réitance limite élatique (f y = f yk ) en traction. On prend le ca d un ouvrage hor d eau d une durée de ervice variable entre à 1 an, avec un remblai de clae de matériau 1 (NF EN 14475, 27), mi en œuvre et compacté de la même manière (énergie de compactage moyenne), repectant le critère chimique et électrochimique caractériant un milieu comme modérément agreif. Ce remblai, an cohéion, préente un angle de frottement interne (φ 1κ ) de 36 car la réitance au ciaillement intrinèque du ol n et pa toujour complètement mobiliée, ce phénomène étant plu enible pour le ol trè frottant. Pour le beoin de cette étude on fera varier le coefficient d uniformité de Hazen (C u = D 6 /D 1 ) en lui donnant le valeur le plu ouvent retenue : 2, 1, et 2. La taille maximale de grain (D max ) era prie égale à 75 mm et par conéquence le coefficient Ω 1 (lié au type de renforcement et couvrant le rique de éventuelle urtenion locale due au compactage) égal à 1,. La Figure 2 permet de viualier la comparaion effectuée. Figure 2. Vue en plan chématique. Le diamètre de barre longitudinale (Ø = d y ) et le diamètre de barre tranverale (Ø = d x ) de treilli ont égaux et varient entre 1, 12 et 14 mm. Le pa du motif du treilli ( x ) et de 3 mm et l epacement de barre longitudinale ( y ) de 15 mm. Le débord de barre tranverale ( y ) meure 25 mm et par conéquence la largeur de l échelle (b) et de 2 mm. Le bande préentent une largeur variant de 4, 45 et 5 mm et une épaieur entre 4,5 et 6 mm. 396

3 La préente étude conite en la comparaion : d une échelle contituée de deux barre longitudinale de diamètre nominale (Ø = d y ) de 1mm (déignée 2Ø1) et d une bande de largeur b = 4 mm et d épaieur e = 4 mm (déignée 44) ; d une échelle 2Ø12 et ; d une bande 455 et d une échelle 2Ø14 et d une bande 56. La condition de ection (S ) eniblement égale et aini repectée. Cette hypothèe parait raionnable car la différence de ection échelle-bande (avant corroion) varie de,531% à 2,625% eulement (Tableau I). Tableau I. Section tranverale (S ) de renforcement en fonction de leur forme Forme de renforcement Échelle Bande Déignation S (mm 2 ) Déignation 2Ø1 157,8 16, 44 2Ø12 226,19 225, 455 2Ø14 37,88 3, Réitance ultime à la traction de élément de renforcement métallique Tout élément métallique en acier ordinaire en contact avec un ol e corrode. Le dimenionnement d un renforcement de ol métallique tient compte de cette corroion dan le temp. Le principe et de prévoir une ection d acier uffiamment intacte pour qu à terme l armature corrodée préente encore de caractéritique de tenue admiible dan l ouvrage. Dan la norme précédente (NF P 94-22, 1998), la réitance à long terme de renforcement en acier était baée ur la prie en compte d une «épaieur d acier acrifiée». La NF P (29) préente une méthode de quantification de la corroion plu détaillée : celle-ci introduit une ditinction uivant la forme de élément de renforcement et permet d établir une relation imple entre la perte de réitance mécanique, la perte moyenne de ection d acier (ΔS) et la perte maximale (KΔS). La Figure 3 illutre ce deux dernière notion. Figure 3. Diminution de ection de bande et de échelle (Coupe 1-1 & 2-2 ). La préentation de cette nouvelle approche ortant du cadre de ce travail, on citera implement le paramètre important permettant de quantifier la corroion : la diminution moyenne pendant la première année A (exprimée en µm), le paramètre adimenionnel n (<1) qui repréente le ralentiement de la perte avec le temp t (exprimé en année), la diminution moyenne d'épaieur uperficielle totale au temp t donnée par P = At n (exprimée en mm) et la diminution moyenne d'épaieur uperficielle d'acier Δa (= P-e z ) exprimée en mm. 397

4 Le valeur de A, n et K qui ont fonction du revêtement de l acier et de l environnement de l ouvrage ont préentée dan le Tableau II. Ce valeur correpondent à un remblai de clae 1 (drainant) dan un environnement conidéré comme modérément agreif. Tableau II. Valeur de A, n et K Acier galvanié (e z = 7 µm) Acier non revêtu (e z = µm) Environnement A (µm) n K A (µm) n K Hor d eau 25,65 25,8 2, 2,5 En eau douce 4,6 4,75 Là où la réitance en traction caractéritique d un lit de renforcement (R t;k ) et directement proportionnelle à la ection tranverale initiale d acier (S ), la valeur de calcul de la réitance ultime de traction du lit de renforcement au temp t (R t;d ) doit vérifier la plu défavorable de deux ituation eu égard d une part au critère de la limite élatique (f y ) et d autre part au critère de la limite à la rupture (f r ) : R = min { R, R } S f y S fr = min ρ end ρ fluρdeg; y ρend ρ fluρdeg; r (1) M M 2 t; d t; dy t; dr, où ρ end, ρ flu et ρ deg ont de coefficient de réduction qui traduient le diminution de réitance poible du fait repectivement de : l endommagement dû aux agreion mécanique lor de la contruction (ρ end = 1, pour le renforcement métallique), l évolution phyique du matériau ou l'effet du fluage (ρ flu = 1, pour le renforcement métallique) et de dégradation d'origine chimique ou biochimique due à l'environnement (ρ deg;y et ρ deg;r ). Dan le ca de renforcement métallique, ce dernier coefficient décrivent la perte de réitance liée à la corroion de l armature. ΔS ρ deg; y = 1 y et S KΔS ρ deg; r = 1 r (2) S Le coefficient y (= 1,1) et un facteur partiel couvrant le incertitude ur la perte moyenne ΔS et le coefficient r (= 1,25) et un facteur partiel couvrant le incertitude ur la perte maximale KΔS. L etimation de la perte moyenne exprime : ΔS = π ( Δa) Δa pour le barre ronde et ΔS = 2bΔa pour le bande (3) Le coefficient M; (= 1,) et un facteur partiel de matériau ur la limite d élaticité f yk et M;2 (= 1,25) et un facteur partiel de matériau ur la limite à la rupture f uk. La Figure 4 illutre l évolution de la réitance de armature dan le temp, qui dépend du revêtement du renforcement (galvanié ou non), uivant le critère f y et le critère f r. La Figure 5 préente le rapport de réitance à la traction de échelle et de bande en fonction du temp. 398

5 Figure 4. Évolution de la réitance de barre ronde et de bande dan le temp. Figure 5. Rapport de réitance à la traction en fonction du temp. 399

6 4. Réitance ultime d interaction mobiliable ol renforcement L interaction ol-renforcement provient de la conjugaion de deux mécanime : une mobiliation de la butée du ol contre le élément métallique tranveraux et un frottement du ol contre le élément métallique longitudinaux. Le développement de la butée néceite de déplacement relatif ol-armature plu important que ceux néceaire pour mobilier le frottement. En France, ce déplacement de référence et fixé à 15 mm (NF P , 1995). La NF P (29) fixe la réitance ultime d interaction mobiliable ol-renforcement : R f ; d τ = max; k M ; f P L = [ μ σ ] ( z) v M ; f P L 1 μ( z) L = σ v( z, x) M ; f dx P L (4) où P et le périmètre de la ection tranverale, L et la longueur de l armature ituée dan la zone réitante, M ;f (= 1,35) et un facteur ur la réitance d'interaction du renforcement et τ max ;k et la contrainte maximale mobiliable de ciaillement entre ol-lit. Le coefficient qui lie cette contrainte avec la contrainte verticale totale σ v (valeur moyenne ur la longueur L ) appelle coefficient apparent d interaction µ (z) et a comme expreion : h h μ + ( z) a a = μ μ1 pour h h h h a h (5) μ ( z ) = μ1 pour h a f h (6) où h (= 6 m) et la profondeur ur laquelle ubitent le effet de compactage et h a et la profondeur moyenne du lit de renforcement variant entre et 7,5 m. Pour le bande : Pour le treilli : μ = 1,2 log( ) et min{,8; ( ϕ )} + C u μ 1 = tan 1k (7) d x μ = ν et 2x d x μ 1 = ν1 (8) 2x Le coefficient d ancrage ν et égal à 35 i la taille moyenne de grain (D 5 ) et inférieure ou égale au diamètre de barre tranverale (Ø = d x ) et 7 i D 5 >d x. Le coefficient d ancrage ν 1 et égal à 15 i D 5 d x et 3 i D 5 >d x. Le périmètre de la ection tranverale et : P = 2 N b (9) où b repréente la longueur de l élément tranveral d une échelle ou la largeur d une bande et N le nombre d élément de renforcement par mètre linéaire de parement. 4

7 Il convient quand même de aurer que l effort d interaction calculé ne dépae pa celui qui correpondait au ciaillement du remblai au deu et au deou de l armature. Au-delà de h a = 6m, cela correpond à la limite µ 1 tanφ 1k. L effet du phénomène de la dilatance empêchée à profondeur inférieure à 6 m (SETRA/LCPC, 1979 ; Schloer, 1991 et Sellali-Haraigue, 1999) permet d obtenir de valeur de µ upérieure à tanφ 1k qui peuvent attendre le valeur (indicative) de 2,5 pour le bande (C u = 2) et 1,6 pour le échelle (Ø = d x = 14 mm). La Figure 6 préente le rapport de réitance d interaction échelle/bande, indépendamment de leur revêtement, en fonction de la profondeur, du coefficient d uniformité de Hazen (C u ) et de la relation entre la taille moyenne de grain (D 5 ) et le diamètre de barre tranverale (Ø = d x ) de treilli. Figure 6. Rapport de réitance d interaction. 41

8 5. Concluion Cette étude, dont le réultat ont illutré ur le Figure 5 et 6, montre que la forme cylindrique de armature de treilli oudé et à l origine d un meilleur comportement vi-à-vi du phénomène de la corroion et leur confère une réitance à la traction upérieure à celle de bande. Cette différence et beaucoup plu accentuée quand le critère de la limite à la rupture (f r ) et le critère dimenionnant. Pour cela, la relation uivante doit être atifaite : f f y r M M 2 ρ ρ deg; r deg; y (1) Si cette relation et vérifiée, le rapport de réitance à la traction échelle/bande varie entre,98 et 1,25. Dan le ca contraire, ce rapport varie entre,98 et 1,7. L exemple caractéritique et celui d une échelle 2Ø1 qui, avant corroion, préente une ection tranverale d acier (S ) égale à 98,17 % de la ection d une bande 44. Néanmoin, pour un ouvrage d une durée de ervice de 1 an, la même armature (aprè corroion) a une réitance à la traction de 1,25 foi upérieure à celle de la bande 44. Sou une contrainte verticale donnée, le armature de treilli oudé ont une réitance à l extraction 1,17 à 4,35 foi upérieure à celle de armature ou forme de bande. En effet, le treilli ont large, et il peuvent de ce fait mobilier une réitance nettement plu forte que celle de bande, grâce à la mie en butée du ol contre leur barre tranverale. 6. Référence bibliographique NF EN : Exécution de travaux géotechnique péciaux Remblai renforcé ; AFNOR ; janvier 27. NF P : Renforcement de ol ; Ouvrage en ol rapporté renforcé par armature ou nappe peu extenible et ouple ; Partie : Jutification du dimenionnement ; AFNOR ; juin NF P : Renforcement de ol ; Ouvrage en ol rapporté renforcé par armature ou nappe peu extenible et ouple; Eai tatique d extraction en place d incluion ; AFNOR ; août NF P : Calcul géotechnique ; Ouvrage de outènement ; Remblai renforcé et maif en ol cloué ; AFNOR ; juillet 29. Schloer F. (1991) Mur de outènement. Technique de l Ingénieur, Référence C244, 23 page Sellali-Haraigue N. (1999) Modéliation de contact dan le calcul tridimenionnel de ouvrage géotechnique. Thèe de doctorat de l Ecole Nationale de Pont et Chauée. SETRA/LCPC (1979) Le ouvrage en terre armée. Recommandation et règle de l art, 189 page 42

XI. Les poutres. XI. Les poutres. XI. Les poutres. XI. Les poutres. XI. Les poutres. Poutre bi-articulée sous charge uniforme

XI. Les poutres. XI. Les poutres. XI. Les poutres. XI. Les poutres. XI. Les poutres. Poutre bi-articulée sous charge uniforme Ecole Nationale Supérieure d rchitecture de Mareille S2CE1 Cour de Structure Fonction de la poutre : franchir Poutre ur 2 appui (bi-articulée) : moment fléchiant et effort tranchant lexandre de la Foye

Plus en détail

Chapitre 6. Effort tranchant (source : Calcrete : the Concrete Centre)

Chapitre 6. Effort tranchant (source : Calcrete : the Concrete Centre) Dr. Ir. P. Boeraeve Cour de Béton Armé 6-1 Chapitre 6. Effort tranchant (ource : Calcrete : the Concrete Centre) 6.1 Rupture par effort tranchant Nou avon vu juqu à préent le comportement du béton en flexion

Plus en détail

Le contexte normatif français. ais des ouvrages en sol renforcé des origines à nos jours

Le contexte normatif français. ais des ouvrages en sol renforcé des origines à nos jours Journée e technique du CFMS - 25 mars 2009 Hommage à Henri Vidal Le contexte normatif français ais des ouvrages en sol renforcé des origines à nos jours Pierre SEGRESTIN - Consultant Ancien directeur technique

Plus en détail

8. Tenue à la mer des talus en enrochements

8. Tenue à la mer des talus en enrochements 8. Tenue à la mer de talu en enrochement 8.1. Introduction Le talu en enrochement prennent une place de plu en plu importante dan la contruction de ouvrage maritime défenif. Cela tient à pluieur raion

Plus en détail

Chapitre II: Les granulats

Chapitre II: Les granulats Chapitre II: Le granulat 1. Introduction Le granulat c et l enemble de grain minéraux appelé, fine, able, gravillon ou cailloux, uivant leur dimenion comprie entre 0 et 80mm. Il contituent le quelette

Plus en détail

Chapitre 4. Cours de physique appliquée -I- PRESENTATION Utilisation Constitution Conventions

Chapitre 4. Cours de physique appliquée -I- PRESENTATION Utilisation Constitution Conventions Cour de phyique appliquée Chapitre 4 LE TRANFORMATER MONOPHAE -- PREENTATON -- tiliation - obtention de trè bae tenion - iolation galvanique de deux circuit - production de fort courant ou faible tenion

Plus en détail

Chapitre 4. Comportement du béton en flexion simple

Chapitre 4. Comportement du béton en flexion simple Dr. Ir. P. Boeraeve Cour de Béton armé 1 Chapitre 4. Comportement du béton en flexion imple 4.1 Convention/notation Signe : + compreion - traction Notation : voir tableau Unité : 1 MegaPacal = 10 6 Pacal

Plus en détail

MURS SERIES 125 (L=1,25m) 125+ (L=2,50m)

MURS SERIES 125 (L=1,25m) 125+ (L=2,50m) DIMENSIONS & POIDS PROFIL EN L PROFIL EN T MURS 5+ (L=m) LONGUEUR = 5m (érie 5) ou LONGUEUR = m (érie 5+) en L ou T PAREMENT BROSSÉ AUTRES PAREMENTS SUR DEMANDE DIMENSIONS ET POIDS MODELES H H 1 B B 1

Plus en détail

Calcul de la taille d un échantillon

Calcul de la taille d un échantillon Calcul de la taille d un échantillon Pr. A. ILIADIS LaboratoiredePharmacocinétique U.F.R. de Pharmacie, Univerité de la Méditerranée iliadi@pharmacie.univ-mr.fr http://pharmapk.pharmacie.univ-mr.fr/ Réumé

Plus en détail

Il existe plusieurs coefficients qui permettent de mieux évaluer une distribution. Nous en examinons les principaux dans les lignes qui suivent.

Il existe plusieurs coefficients qui permettent de mieux évaluer une distribution. Nous en examinons les principaux dans les lignes qui suivent. Le coefficient Il exite pluieur coefficient qui permettent de mieux évaluer une ditribution. Nou en examinon le principaux dan le ligne qui uivent. Le coefficient de variation (CV) Le coefficient de variation

Plus en détail

Béton armé et précontraint I VERIFICATIONS E.L.S. E.N.P.C. module B.A.E.P.1. Jean Marc JAEGER Setec TPI. ENPC Module BAEP1 Séance 3 1

Béton armé et précontraint I VERIFICATIONS E.L.S. E.N.P.C. module B.A.E.P.1. Jean Marc JAEGER Setec TPI. ENPC Module BAEP1 Séance 3 1 Béton armé et précontraint I VERIFICATIONS E.L.S. Jean Marc JAEGER Setec TPI E.N.P.C. module B.A.E.P.1 ENPC Module BAEP1 Séance 3 1 ENPC Module BAEP1 Séance 3 2 3. ETATS LIMITES DE SERVICE : Définition

Plus en détail

SOMMAIRE 1. OBJET DOMAINE D APPLICATION... 5

SOMMAIRE 1. OBJET DOMAINE D APPLICATION... 5 SOMMAIRE 1 SOMMAIRE 1. OBJET... 3 2. DOMAINE D APPLICATION... 5 3. PROGRAMME DE CALCUL DE SECTIONS QUELCONQUES EN BÉTON ARMÉ EN FLEXION SIMPLE OU COMPOSÉE EN ÉTAT-LIMITE ULTIME... 7 3.1 Actions et combinaisons

Plus en détail

Suite focus sur le calcul détaillé d'un ancrage courbe à l'eurocode 2

Suite focus sur le calcul détaillé d'un ancrage courbe à l'eurocode 2 Suite focus sur le calcul détaillé d'un ancrage courbe à l'eurocode 2 I. Théorie 1. Contrainte limite d'adhérence Pour qu'un élément béton armé puisse fonctionner, il faut que tous les efforts repris par

Plus en détail

Amplificateur opérationnel

Amplificateur opérationnel lycée Ibn Taymia Année 009-010 PSI A.BADI Amplificateur opérationnel 8 1 5 Table de matiere 1 aractéritique 1.1 Préentation.......................................... 1. Polariation..........................................

Plus en détail

Calcul du mur armé Données d'entrée

Calcul du mur armé Données d'entrée Calcul du mur armé Données d'entrée Projet Date : 0.08.006 Paramètres (saisie pour l'étude actuelle) Matériaux et normes Structures en béton : Coefficients EN 99-- : Maçonnerie armée : Calcul des murs

Plus en détail

BARRES. Barres en cuivre et aluminium

BARRES. Barres en cuivre et aluminium On utilie actuellement deux métaux comme conducteur dan le tableaux électrique: le cuivre et l'aluminium. En particulier, i on veut déterminer une ditribution de puiance à l'intérieur d'un tableau électrique,

Plus en détail

Ecole Supérieure de Biotechnologie de Strasbourg. Electronique C.Ling

Ecole Supérieure de Biotechnologie de Strasbourg. Electronique C.Ling IV.) la technologie électronique numérique. 4.) Introduction: Deux technologie électronique cohabitent : l'analogique et le numérique ou technologie digitale. Le numérique et plu récent, on développement

Plus en détail

Eric LUCAS - TERRE ARMEE FRANCE

Eric LUCAS - TERRE ARMEE FRANCE LA TERRE ARMEE TM - PRESENTATION Inventée dans les années 60 par H. VIDAL Développée mondialement par les sociétés de Terre Armée Internationale, Racheté en 1999 par Freyssinet, Aujourd hui au sein du

Plus en détail

ÉTUDE DES CONSTRUCTIONS

ÉTUDE DES CONSTRUCTIONS BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES SPÉCIALITÉ : GÉNIE CIVIL SESSION 2012 ÉTUDE DES CONSTRUCTIONS DURÉE : 6 HEURES COEFFICIENT : 8 Ce sujet comprend : - Un Dossier

Plus en détail

SUPPORT MURAL POUR VELOS

SUPPORT MURAL POUR VELOS DIMESIOEMET DES STRUTURES EXERIE DE PERFETIOEMET E STTIQUE ET SUR LES SES DU OMPORTEMET ELSTIQUE e-upport-velo.doc/ verion du 9/11/010/J SUPPORT MURL POUR VELOS 1 OJETIF Initiation à deu ollicitation iple

Plus en détail

École Nationale des Ponts et Chaussées Année scolaire Mécanique des sols et des roches

École Nationale des Ponts et Chaussées Année scolaire Mécanique des sols et des roches École Nationale des Ponts et Chaussées Année scolaire 2008-2009 Mécanique des sols et des roches Contrôle des connaissances 2 (Séance du 2 février 2009) CORRIGÉ Exercice 1. Résistance au cisaillement et

Plus en détail

Association Béton-Acier: Le Béton Armé

Association Béton-Acier: Le Béton Armé Séminaire sur le thème: «Le Béton Armé: Armatures et Béton» Association Béton-Acier: Le Béton Armé Karim Miled Maître Assistant, ENIT Le 25 novembre 2008 1 Béton Bonne résistance à la compression Résistance

Plus en détail

EFFET DE L'ECOULEMENT DE LA NAPPE SUR LA PERFORMANCE THERMIQUE DES PAROIS MOULÉES GÉOTHERMIQUES

EFFET DE L'ECOULEMENT DE LA NAPPE SUR LA PERFORMANCE THERMIQUE DES PAROIS MOULÉES GÉOTHERMIQUES EFFET DE L'ECOULEMENT DE LA NAPPE SUR LA PERFORMANCE THERMIQUE DES PAROIS MOULÉES GÉOTHERMIQUES ACCOUNTING FOR THE UNDEGROUND WATER FLOW ON THE THERMAL PERFORMANCE OF GEOTHERMAL DIAPHWAGM WALLS Dina RAMMAL

Plus en détail

Cours de Structures en béton Prof. André Oribasi

Cours de Structures en béton Prof. André Oribasi Cours de Structures en béton Chapitre 2 LES MATERIAUX EN PRESENCE Section 2.3 L acier d armature passive 2.3.1 Les constituants de l acier 2.3.2 Les principales caractéristiques 2.3.3 La résistance de

Plus en détail

Maîtrise de l eurocode 2

Maîtrise de l eurocode 2 Maîtrise de l eurocode 2 Jean Roux AFNOR et Groupe Eyrolles, 2009. ISBN AFNOR : 978-2-12-273212-0 ISBN Eyrolles : 978-2-212-12160-5 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... 1 1. Présentation des eurocodes et

Plus en détail

Modélisation en centrifugeuse du renforcement de sols compressibles par inclusions rigides : dispositifs du transfert de charge par cisaillement

Modélisation en centrifugeuse du renforcement de sols compressibles par inclusions rigides : dispositifs du transfert de charge par cisaillement 18 ème Congrè Françai de Mécanique Grenoble, 7-31 août 7 Modéliation en centrifugeue du renforcement de ol compreible par incluion rigide : dipoitif du tranfert de charge par ciaillement Luc THOREL 1,

Plus en détail

Florent IMBERTY Razel

Florent IMBERTY Razel Florent IMBERTY Razel 1 / 20 Sommaire Les types de dalles couverts par les Eurocodes Matériaux, durabilité, enrobages Les paramètres essentiels du calcul Maîtrise de la fissuration Résistance en fatigue

Plus en détail

PARAMÈTRES STATISTIQUES DE BASE

PARAMÈTRES STATISTIQUES DE BASE PARAMÈTRES STATISTIQUES DE BASE En analye chimique comme dan beaucoup d autre cience, le méthode tatitique ont incontournable. Le tracé de chaque droite d étalonnage en contitue une application de tou

Plus en détail

AVIS TECHNIQUE M 018

AVIS TECHNIQUE M 018 AVIS TECHNIQUE M 018 Mur de soutènement TERRATREL À PAROI VERTICALE Fournisseur : Société Terre Armée ltée Février 2010 Révision : Juillet 2013 AVIS TECHNIQUE M 018 TERRATREL À PAROI VERTICALE 2 1.0 PRÉSENTATION

Plus en détail

TPn 2 : Pertes de charges dans une conduite de petit diamètre

TPn 2 : Pertes de charges dans une conduite de petit diamètre Cyril COUERC /03/006 Fabien FONTN Compte Rendu T Mécanique de Fluide : Tn : erte de care dan une conduite de petit diamètre IU Génie Mécanique 005/006 Univerité de ordeaux Science et Tecnoloie ae ur 5

Plus en détail

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian 1 EPFL 2010 Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilia Nafaï Weil Florian 11 Table de matière Ø Introduction 3 Ø Objectif 3 Ø Déroulement de l eai 4 Ø Exécution de deux palier de charge 6 Ø Calcul

Plus en détail

Paramètres caractérisant les performances d un humidificateur intégré dans un système pile à combustible. C. Dalet, O. Lottin, G. Maranzana, M.

Paramètres caractérisant les performances d un humidificateur intégré dans un système pile à combustible. C. Dalet, O. Lottin, G. Maranzana, M. Paramètre caractériant le performance d un humidificateur intégré dan un ytème pile à combutible C. Dalet,. Lottin, G. Maranzana, M. Diny Grenoble, 0.04.008 Sytème pile à combutible air ec échangeur de

Plus en détail

Table des matières. Page i

Table des matières. Page i Manuel de vérification MNPHI Table des matières Table des matières Introduction 1 Brève description 1 Organisation du manuel 1 Exemple 1 Poutre en béton armé simplement appuyée 2 Description 2 Données

Plus en détail

Cours de béton armé 8 : Comportement du béton en cisaillement (avec étriers) BAC3 - HEMES -Gramme

Cours de béton armé 8 : Comportement du béton en cisaillement (avec étriers) BAC3 - HEMES -Gramme Cours de béton armé 8 : Comportement du béton en cisaillement (avec étriers) BAC3 - HEMES -Gramme Dr Ir P. Boeraeve - Unité 9 Construction - 2007 Effort tranchant Etat fissuré réel Treillis équivalent

Plus en détail

Les ponts en maçonnerie du diagnostic à la réparation

Les ponts en maçonnerie du diagnostic à la réparation Les ponts en maçonnerie du diagnostic à la réparation Fonctionnement des ouvrages en maçonnerie Sébastien NEIERS / Cerema Direction Territoriale Est / DOA NANCY, 24 septembre 2015 1 Matériaux constitutifs

Plus en détail

EUROCODE 0 (NF EN 1990) : DURABILITE

EUROCODE 0 (NF EN 1990) : DURABILITE EUROCODE 0 (NF EN 1990) : DURABILITE La durée d utilisation du projet doit être spécifiée par le maître d ouvrage, ou la structure classée suivant une classe de structure définie par le tableau 2.1. de

Plus en détail

Suite de cours 11. Figure III.16. Schéma de principe avec couplage direct. est bloqué, le condensateur C se charge par R

Suite de cours 11. Figure III.16. Schéma de principe avec couplage direct. est bloqué, le condensateur C se charge par R Suite de cour cour e chéma de commande, comme le ignaux fourni ont trè varié et dépendent du type de convertieur. Il ont claé uivant: - la forme du courant: commande en courant continu ou par impulion;

Plus en détail

mathématiques - S3 probabilités et statistiques : corrigé département Mesures Physiques - IUT1 - Grenoble dénombrement et probabilités élémentaires

mathématiques - S3 probabilités et statistiques : corrigé département Mesures Physiques - IUT1 - Grenoble dénombrement et probabilités élémentaires mathématique - S3 probabilité et tatitique : corrigé département Meure Phyique - IUT1 - Grenoble dénombrement et probabilité élémentaire 1. Le reponable de l entretien d un immeuble doit remplacer deux

Plus en détail

Chapitre 44. Seuil de rentabilité Marge 44contributive

Chapitre 44. Seuil de rentabilité Marge 44contributive Chapitre 44 Seuil de rentabilité Marge 44contributive Chapitre 44 Table de matière Objectif évaluateur... 2 1. Définition... 3 1.1. Seuil de rentabilité ou chiffre d affaire au point mort... 3 1.2. Marge

Plus en détail

ETUDE ET CARACTERISATION DES ASSEMBLAGES MIXTES DE TYPE POUTRE-POTEAU SELON L EUROCODE- 4

ETUDE ET CARACTERISATION DES ASSEMBLAGES MIXTES DE TYPE POUTRE-POTEAU SELON L EUROCODE- 4 REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMLOCRATIQUE ET POPULAIRE Minitère de l'eneignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Univerité Mentouri Contantine aculté de cience de l'ingénieur Département De Génie Civil

Plus en détail

CHAPITRE I INTRODUCTION GCI 315 MÉCANIQUE DES SOLS II

CHAPITRE I INTRODUCTION GCI 315 MÉCANIQUE DES SOLS II INTRODUCTION INTRODUCTION PRÉSENTATION: Profeeur : ourad Karray, ing, Ph.D Local : C2-2047 Tél : 821-8000 (62120) Courriel : mourad.karray@uherbrooke.ca Fonction : Profeeur, ingénieur Expérience : Géotechnique

Plus en détail

. Comparaison d un résultat de mesure à un étalon. Validation de l exactitude d une méthode de mesure. Validation d un équipement.

. Comparaison d un résultat de mesure à un étalon. Validation de l exactitude d une méthode de mesure. Validation d un équipement. 48 III LES TESTS D EGALITE. Comparaion 'un paramètre e poition à une valeur fixe a) But u tet On veut comparer un paramètre e poition, généralement une moyenne e n meure à une valeur fixe M. Cette valeur

Plus en détail

SOUS AVIS TECHNIQUE. L isolation haute performance des bardages double peau

SOUS AVIS TECHNIQUE. L isolation haute performance des bardages double peau SOUS AVIS TECHNIQUE L iolation haute performance de bardage double peau i o l a n t & y t è m e Iolation à haute performance de Iolation thermique avec plateaux plein Poteau Plateau intérieur (de forme

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style du titre du masque. ferraillage

Cliquez pour modifier le style du titre du masque. ferraillage Cliquez pour modifier le style du titre du masque Cliquez pour Contrôle modifier d exécution les styles du texte du masque Rappels de Béton Armé et principes de Deuxième niveau Troisième niveau Quatrième

Plus en détail

8. Prévision des houles de tempêtes

8. Prévision des houles de tempêtes Le état de mer naturel 08 - Préviion de houle de tempête 8. Préviion de houle de tempête 8.1. Méthodologie Il n'exite pa de méthode théorique trè atifaiante pour prédire le état de mer et le houle de tempête

Plus en détail

Avis Technique non valide

Avis Technique non valide Renorcement de tructure par un procédé de collage de ibre de carbone Avi Technique 3/14-757 Foreva TFC Titulaire : Freyinet 1 bi, rue du Petit Clamart. 78140 Vélizy-Villacoublay Tél : 01.46.01.84.84 Fax

Plus en détail

[ ] [ ] Krigeage dual. Avantages et désavantages du krigeage dual. k F. = f. = f. k f. avec

[ ] [ ] Krigeage dual. Avantages et désavantages du krigeage dual. k F. = f. = f. k f. avec rigeage dual et rigeage avec dérive externe rigeage dual Il et intéreant de reormuler le rigeage ou une orme diérente que l on appelle rigeage dual. Conidéron le ytème de rigeage habituel ou orme matricielle

Plus en détail

Les redresseurs. I. Le redressement non commandé.

Les redresseurs. I. Le redressement non commandé. Le redreeur Nou avon vu que, la plupart du temp, l'énergie électrique était fournie par le réeau, et donc par l'intermédiaire d'une tenion inuoïdale. Or, dan de nombreue application (une bonne partie de

Plus en détail

Un choix immense: plus de 350 profilés durablement en stock! PROFIL EXPRESS: Nouveauté et exclusivité À Matran, Mels et Schlieren

Un choix immense: plus de 350 profilés durablement en stock! PROFIL EXPRESS: Nouveauté et exclusivité À Matran, Mels et Schlieren www.bauhau.ch Un choix immene: plu de 350 profilé durablement en tock! PROFIL EXPRESS: Nouveauté et excluivité À Matran, Mel et Schlieren 2016/2017 DE NOMBREUSES BONNES RAISONS D OPTER POUR NOTRE Profilé

Plus en détail

1 Première étape : le cas des processus simples, bornés

1 Première étape : le cas des processus simples, bornés Univerité Deni Diderot Pari 7 Martingale onentielle Rappelon le cadre de l exercice, et on objectif. Dan la uite, B t ) t déigne un mouvement brownien relativement à une filtration F t ) t. Par ailleur,

Plus en détail

Méthode semi-analytique pour les effets du temps dans les poutres mixtes acier-béton

Méthode semi-analytique pour les effets du temps dans les poutres mixtes acier-béton Méthode emi-analytique pour le effet du temp dan le poutre mixte acier-béton uang-huy Nguyen 1, Mohammed Hjiaj 1, Brian Uy 1 Laboratoire de Génie ivil et Génie Mécanique INA de Renne, 0 avenue de Butte

Plus en détail

Les moteurs électriques industriels sont responsables pour

Les moteurs électriques industriels sont responsables pour 1 Dimenionnement d un moteur ynchrone à aimant permanent démarrant ur le réeau pour pompe immergée Juliette Soulard, Sébatien Cadeau-Belliard*, Katrin Wand* Electrical Machine and Power Electronic Royal

Plus en détail

Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Fonctionnement d éléments de structures en béton armé dégradés par corrosion et estimation des paramètres mécaniques dégradés a posteriori Présenté par : Benjamin RICHARD Organismes : LCPC Paris Paris

Plus en détail

TP 5 : le transformateur monophasé

TP 5 : le transformateur monophasé TP : Le tranformateur monophaé I. But du TP : Étude d un tranformateur monophaé. II. Rappel théorique TP 5 : le tranformateur monophaé II.1. Préentation Le tranformateur et contitué d une carcae métallique

Plus en détail

Laurence DAVAINE Setra / CTOA

Laurence DAVAINE Setra / CTOA Les méthodes d analyse des ponts mixtes selon les Eurocodes Laurence DAVAINE Setra / CTOA 1 / 30 Les méthodes d analyse Analyse globale M, V, N Analyse des sections M Ed M Rd (sollicitation) σ Ed f y /γ

Plus en détail

Effet d un dépôt métallique sur la tenue en fatigue

Effet d un dépôt métallique sur la tenue en fatigue Page 1 Effet d un dépôt métallique sur la tenue en fatigue I. HUTHER, H.P. LIEURADE Page 2 Dépôt électrolytique de Nickel Dépôt électrolytique de Chrome Mécanisme de dégradation Méthode d amélioration

Plus en détail

CHAPITRE 7 REPONSE SISMIQUE DE L'OSCILLATEUR A N DEGRES DE LIBERTE

CHAPITRE 7 REPONSE SISMIQUE DE L'OSCILLATEUR A N DEGRES DE LIBERTE CHAPIRE 7 REPOSE SISMIQUE DE L'OSCILLAEUR A DEGRES DE LIBERE 7. IRODUCIO Le chapitre précédent a traité de la répone de l'ocillateur à deré de liberté oumi à de ollicitation directement appliquée aux mae

Plus en détail

ESSAI DE CISAILLEMENT SUR UN SOL PULVERULENT Norme NF P

ESSAI DE CISAILLEMENT SUR UN SOL PULVERULENT Norme NF P UE3 MODULE G2 Travaux pratiques de géotechnique - Page 1 / 8 SUR UN SOL PULVERULENT Norme NF P 94-071-1 A. BUT DE L ESSAI : Il s agit de déterminer expérimentalement la courbe intrinsèque d un sol pulvérulent

Plus en détail

Résistance des matériaux Cours et exercices corrigés

Résistance des matériaux Cours et exercices corrigés Résistance des matériaux Cours et exercices corrigés La Résistance des matériaux RDM est une partie de la mécanique des solides. Elle s intéresse à l étude, de manière théorique, de la réponse mécanique

Plus en détail

Commande par mode de glissement pour robot mobile autonome

Commande par mode de glissement pour robot mobile autonome Commande par mode de gliement pour robot mobile autonome Par Stanilaw TARASIEWICZ Profeeur Titulaire à l Univerité Laval Reponable du Laboratoire d Automatique Complexe et de Mécatronique (LACM) Stanilaw.Taraiewicz@gmc.ulaval.ca

Plus en détail

Extraction des routes à partir d images LANDSAT ETM+ par contour actif

Extraction des routes à partir d images LANDSAT ETM+ par contour actif SETIT 007 4 th International Conference: Science of Electronic, Technologie of Information and Telecommunication March 5-9, 007 TUNISIA Extraction de route à partir d image LANDSAT ETM+ par contour actif

Plus en détail

Matériaux II travaux pratiques

Matériaux II travaux pratiques LMM Laboratoire de Métallurgie Mécanique Matériaux II travaux pratiques Essai de traction sur barres d armature GC4 printemps 2015 C. Dénéréaz, 02.2015 1 Partie théorique Introduction Parmi tous les essais

Plus en détail

CHAPITRE 11 CORRECTION DES SYSTEMES ASSERVIS

CHAPITRE 11 CORRECTION DES SYSTEMES ASSERVIS CHAITRE 11 CORRECTION DES SYSTEMES ASSERVIS Le ytème peuvent préenter une préciion inuffiante, de l intabilité, un temp de répone trop lent, un dépaement trop important, de vibration, une grande enibilité

Plus en détail

Etude du microclimat d une serre tunnel équipée d un dispositif de stockage thermique dans l eau

Etude du microclimat d une serre tunnel équipée d un dispositif de stockage thermique dans l eau Reue de Energie Renouelable ICRESD-07 Tlemcen (007) 307 33 Etude du microclimat d une erre tunnel équipée d un dipoitif de tockage thermique dan l eau S. Bezari *, A. Bouhdjar et N. Aït Meaoudène Intitut

Plus en détail

Devoir n 3 - Le 19 septembre - 4H

Devoir n 3 - Le 19 septembre - 4H Phyique PC Dupuy de Lôme 2016-2017 Devoir Devoir n 3 - Le 19 eptembre - 4H Le calculatrice ont interdite. **** N.B. : Le candidat attachera la plu grande importance à la clarté, à la préciion et à la conciion

Plus en détail

Stéphane Adjemian Le 27 juin 2016 à 15:06

Stéphane Adjemian Le 27 juin 2016 à 15:06 CROISSANCE (CORRECTION DE LA FICHE DE TD N 2) Stéphane Adjemian Le 27 juin 2016 à 15:06 EXERCICE 1 (1) Nou avon déjà montré dan la fiche de travaux dirigé n 1 que la dynamique du tock de capital par tête

Plus en détail

Chapitre IV: Transformateur monophasé

Chapitre IV: Transformateur monophasé . réentation : Un tranformateur et un convertieur tatique, alternatif/alternatif, de l énergie électrique. l permet d adapter une ource à une charge. l et contitué de deux bobinage enroulé ur le même circuit

Plus en détail

MODULE 1 Lecture d images; Visualisation d images. François Cavayas GEO2522 TÉLÉDÉTECTION NUMÉRIQUE

MODULE 1 Lecture d images; Visualisation d images. François Cavayas GEO2522 TÉLÉDÉTECTION NUMÉRIQUE MODULE 1 Lecture d image; Viualiation d image TÉLÉDÉTECTION Françoi Cavaya GEO2522 NUMÉRIQUE LECTURE ET VISULALISATION DES IMAGES 1. Lecture de fichier image Depui pluieur année maintenant le fournieur

Plus en détail

Emmanuel HOANG, Gilles FELD Ecole Normale Supérieure de Cachan, département E.E.A. ;

Emmanuel HOANG, Gilles FELD Ecole Normale Supérieure de Cachan, département E.E.A. ; Etude du couple dan le machine ynchrone. Où ont le champ tournant? Emmanuel HOANG, Gille FELD Ecole Normale Supérieure de Cachan, département E.E.A. hoang@atie.en-cachan.fr ; feld@eea.en-cachan.fr Réumé

Plus en détail

Béton I Chapitre v. association béton-acier et disposition constructives HADJ SADOK A.

Béton I Chapitre v. association béton-acier et disposition constructives HADJ SADOK A. Chapitre V. ASSOCIATION BETON-ACIER ET DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES V.1 ASSOCIATION BETON-ACIER L association béton-acier est efficace pour les raisons suivantes : - Le béton résiste à la compression - L

Plus en détail

Le béton armé Principe et généralités

Le béton armé Principe et généralités Le béton armé Principe et généralités Le béton armé est un matériau très utilisé dans les constructions du BTP (bâtiments, routes, ouvrages d arts ). Son succès repose d une part sur ses qualités de résistance,

Plus en détail

Les éléments Murapierre peuvent être utilisés pour monter des murs de soutènement (profil1) et/ou des murs de séparation (profil 2 et 3) hauteur

Les éléments Murapierre peuvent être utilisés pour monter des murs de soutènement (profil1) et/ou des murs de séparation (profil 2 et 3) hauteur MURETS: Les éléments Murapierre peuvent être utilisés pour réaliser des murets (profil 1) ou des murs de séparation (profil 2) de hauteurs () inférieures à 1 mètre. Dans ce cas, remplir les alvéoles avec

Plus en détail

Synthèse des systèmes séquentiels synchrones

Synthèse des systèmes séquentiels synchrones Chapitre 9 Synthèe de ytème équentiel ynchrone Ce chapitre et conacré à la préentation de la méthode d'huffman-mealy pour la ynthèe de ytème équentiel ynchrone. Cette méthode permet de paer du cahier de

Plus en détail

TREILLIS SOUDÉS & ACCESSOIRES

TREILLIS SOUDÉS & ACCESSOIRES & ACCEOIRE Treillis soudés Treillis légers - Panneaux brico Ronds à béton Fil recuit Liens à boucles Cales plastiques Écarteurs Palonniers www.nps-france.com NP - 33 route des mottes - 40230 AUBRIGUE -

Plus en détail

Application BAEP 1 Instabilités élastiques Calcul d un poteau au flambement

Application BAEP 1 Instabilités élastiques Calcul d un poteau au flambement Application BAEP Instabilités élastiques Calcul d un poteau au flambement On considère un poteau carré de 6 cm de côté en béton C5. Les efforts à l ELU qui s appliquent sur ce poteau sont N = 3,MN et M

Plus en détail

EPI ET SECURITE THERMIQUE

EPI ET SECURITE THERMIQUE EPI ET SECURITE THERMIQUE 1 Sommaire bilan Thermique EPI et Flux thermique pertinence de eai normatif notion d effet de doe concluion 2 Impact ur le pompier CAISSON : EPI : Q rad (Fl) Qconv ec-humide Q

Plus en détail

Modélisation des liaisons mécaniques Performances énergétiques des liaisons mécaniques. I. Introduction. Le contact étroit : ponctuel ou linéique

Modélisation des liaisons mécaniques Performances énergétiques des liaisons mécaniques. I. Introduction. Le contact étroit : ponctuel ou linéique 2 Année PT S.I.I. CI 2 : Analyse et conception des mécanismes Fiche de TD Page 1 sur 10 I. Introduction Dans tous les mécanismes, la transmission des efforts en fonctionnement se fait par l intermédiaire

Plus en détail

BACCALAUREAT BLANC MATHEMATIQUES. SERIE S - obligatoire. Durée : 4 heures. Coefficient 7

BACCALAUREAT BLANC MATHEMATIQUES. SERIE S - obligatoire. Durée : 4 heures. Coefficient 7 BACCALAUREAT BLANC Février 04 - Lycée de la côtière- La Boie MATHEMATIQUES SERIE S - obligatoire Durée : 4 heure Coefficient 7 Le calculatrice électronique de poche ont autoriée conformément à la légilation

Plus en détail

Schöck Rutherma type K-HV, K-BH, K-WO, K-WU

Schöck Rutherma type K-HV, K-BH, K-WO, K-WU Schöck Rutherma type,,, Schöck Rutherma type Contenu Page Raccordement en cas de décalage vers le bas 74 Raccordement en cas de décalage vers le haut/informations de mise en œuvre 75 Raccordement à des

Plus en détail

Filtrage des signaux déterministes à temps continu

Filtrage des signaux déterministes à temps continu Chapitre 3 : La tormée de Laplace Filtrage de ignaux déterminite à temp continu I. Introduction En électronique, on a beoin de traiter de ignaux provenant de diérente ource (capteur de température, ignaux

Plus en détail

Principe de base de la mise en œuvre des enrobés

Principe de base de la mise en œuvre des enrobés Principe de base de la mise en œuvre des enrobés Plan de la présentation 1 ère partie : Principes généraux sur l organisation des chantiers d enrobés 2 ième partie : Le répandage des enrobés 3. Le compactage

Plus en détail

Contrôle de tension Monophasée ( V): Sous-tension Surtension Mode fenêtre (sous-tension + surtension) Mémorisation défaut programmable

Contrôle de tension Monophasée ( V): Sous-tension Surtension Mode fenêtre (sous-tension + surtension) Mémorisation défaut programmable Série 70 - Relai de contrôle tenion SRI 70 Caractéritique 70.11 70.31 Relai de contrôle de tenion pour réeaux monophaé et triphaé Modèle multifonction qui permettent le contrôle de ou-tenion et de urtenion,

Plus en détail

Panneau de lamelles minces longues et orientées : OSB

Panneau de lamelles minces longues et orientées : OSB Panneaux derivés du bois Panneau de lamelles minces longues et orientées : OSB Definition Caractéristiques Fabrication Références normatives Spécifications Marquage C.E Certification Acquis environnementaux

Plus en détail

Chapitre VIII-4. Equilibres de solubilité et de précipitation

Chapitre VIII-4. Equilibres de solubilité et de précipitation Chapitre VIII-4 Plan : I- Généralité...2 - Solubilité et contante de olubilité...2 a- Définition...2 b- Mie en olution aqueue d un olide moléculaire an réaction chimique...2 c- Mie en olution aqueue d

Plus en détail

Phase avant-projet : Dalles mixtes pour bâtiments multiétagés destinés à un usage commercial et résidentiel

Phase avant-projet : Dalles mixtes pour bâtiments multiétagés destinés à un usage commercial et résidentiel Phase avant-projet : Dalles mixtes pour bâtiments multiétagés destinés à un usage Donne un aperçu des différents types de dalles mixtes utilisées dans les bâtiments multiétagés, résume leurs avantages,

Plus en détail

Exercice n 17 : Poutres simples

Exercice n 17 : Poutres simples Page 1 sur 11 Exercice n 17 : Poutres simples [Sergio Torres] Sergio Antonio Torres Escobar logout cours myfolder aide -> exercices -> table des matières -> glossaire Contact - Questions - Commentaire

Plus en détail

ASPECTS GEOTECHNIQUES EUROCODE 8 - Partie 5. Alain Pecker

ASPECTS GEOTECHNIQUES EUROCODE 8 - Partie 5. Alain Pecker ASPECTS GEOTECHNIQUES EUROCODE 8 - Partie 5 Alain Pecker Eurocode 8 : Aspects géotechniques CFMS 4 Octobre 2006 EUROCODE 8 PARTIE 5 Fondations Ouvrages de soutènement Aspects géotechniques En raison de

Plus en détail

AVIS TECHNIQUE M 021

AVIS TECHNIQUE M 021 AVIS TECHNIQUE M 021 Mur de soutènement TERRAPLUS Fournisseur : Société Terre Armée ltée Février 2010 Révision : Juin 2013 Juillet 2013 AVIS TECHNIQUE M 021 TERRAPLUS 2 1.0 PRÉSENTATION 1.1 Renseignements

Plus en détail

Enseignement. Stéphane Mathé et Jean-Noël Foussard. Principe. La constante de solubilité. La solubilité dans l eau pure. Les travaux pratiques.

Enseignement. Stéphane Mathé et Jean-Noël Foussard. Principe. La constante de solubilité. La solubilité dans l eau pure. Les travaux pratiques. Étude de la olubilité de l acide benzoïque dan l eau en fonction de la température et de la alinité Introduction expérimentale du coefficient d activité et de la relation de Van t Hoff Stéphane Mathé et

Plus en détail

Moquettes tissées pour les mosquées Tissages axminster ou TISSAGE wilton - dossier jute ou polypro velours 80% laine et 20% nylon ou 100% LAINE

Moquettes tissées pour les mosquées Tissages axminster ou TISSAGE wilton - dossier jute ou polypro velours 80% laine et 20% nylon ou 100% LAINE Moquette tiée pour le moquée Tiage axminter ou TISSAGE wilton - doier jute ou polypro velour 80% laine et 20% nylon ou 100% LAINE Viitez notre ite pécialié : http://www.moquette-moquee.com/ Et aui : http://www.moquette-a3c.fr/moquette

Plus en détail

STABIVOILE. Coubert - BP Brie C/Robert cedex - Tél. : Fax :

STABIVOILE. Coubert - BP Brie C/Robert cedex - Tél. : Fax : STABIVOILE B SOTUBEMA QUA LIF-I 1 Préparation de l assise de la fondation du Mur. Lors de l exécution de la fouille, il faut veiller à ce que les deux conditions suivantes soient respectées. Assurer La

Plus en détail

Jean-Louis CAYATTE Chapitre 13 Marché du travail avec salaire fixé par l État

Jean-Louis CAYATTE  Chapitre 13 Marché du travail avec salaire fixé par l État Jean-Loui CAYATTE jlcayatte@free.fr http://jlcayatte.free.fr/ Chapitre 13 Marché du travail avec alaire fixé par l État Dan ce chapitre, nou déterminon l équilibre du marché du travail en uppoant que le

Plus en détail

fiche technique dalles alveolaires en béton armé sous-face lisse

fiche technique dalles alveolaires en béton armé sous-face lisse fiche technique dalles alveolaires en béton armé sous-face lisse Description pour cahier des charges Les éléments préfabriqués en béton armé avec une sous-face lisse ont une épaisseur de 13cm ou 17cm et

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur Bâtiment

Brevet de technicien supérieur Bâtiment Brevet de technicien supérieur Bâtiment Session 2008 Épreuve U4 : ETUDE DES CONSTRUCTIONS Sous - Epreuve : U. 41 ELABORATION D UNE NOTE DE CALCUL DE STRUCTURES Durée : 4 h Coefficient : 2 Documents du

Plus en détail

AVIS TECHNIQUE M 030

AVIS TECHNIQUE M 030 AVIS TECHNIQUE M 030 Mur de soutènement VIST-A-WALL BÉTON Fournisseur : Industries Atlantic Ltée Juillet 2013 Révisé : Juillet 2014 AVIS TECHNIQUE M 030 VIST-A-WALL BÉTON 2 1.0 PRÉSENTATION 1.1 Description

Plus en détail

SOLLICITATION DE TRACTION

SOLLICITATION DE TRACTION Terminale S.T.I. 1 / 12 I. INTRODUCTION 1. Buts de la résistance des matériaux La résistance des matériaux a trois objectifs principaux : la connaissance des caractéristiques mécaniques des matériaux.

Plus en détail

I- Généralités II- Avantages et inconvénients du béton armé Avantages Les inconvénients du béton armé. 14

I- Généralités II- Avantages et inconvénients du béton armé Avantages Les inconvénients du béton armé. 14 : I- Généralités... 13 II- Avantages et inconvénients du béton armé... 13 1- Avantages... 13 2. Les inconvénients du béton armé. 14 12 : Chapitre I : Introduction en béton armé I- Généralités : Le B.A

Plus en détail

STATIQUE. I) Généralité sur la Mécanique classique : 1) Définition :

STATIQUE. I) Généralité sur la Mécanique classique : 1) Définition : STTIQUE I) énéralité ur la Mécanique claique : 1) Définition : - La Mécanique claique et une cience aant pour objet l étude du mouvement de corp compte tenu de caue qui entretiennent ce mouvement, en admettant

Plus en détail

ANNEXE 8 Introduction au dimensionnement d un massif

ANNEXE 8 Introduction au dimensionnement d un massif ANNEXE 8 Introduction au dimensionnement d un massif 1. Introduction Le but de cette partie est d expliquer les méthodes utilisées pour permettre de calculer et de réaliser un massif dans les conditions

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE PLAFONDS I PRIMAIRE

FICHE TECHNIQUE PLAFONDS I PRIMAIRE FICHE TECHNIQUE PLAFONDS I PRIMAIRE 100 45 (DEMANDE D AVIS TECHNIQUE EN COURS) TRAVAUX PREPARATOIRES ET DISPOSITIONS GENERALES Les travaux ne doivent être entrepris que dans les constructions dont l état

Plus en détail