Produire moins, manger mieux!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Produire moins, manger mieux!"

Transcription

1 Raak doier d Alimentation : o Produire moin, manger mieux! Nou voulon une alimentation de qualité. Combien de foi n entendon-nou pa cette revendication, et à jute titre. Mai i tout le monde et d accord avec celle-ci, il et difficile de prétendre que tout le monde réclame la même choe. En effet, la notion de qualité alimentaire varie elon le peronne, le culture et le époque. Dan ce doier, nou nou pencheron ur la notion de qualité et on évolution dan le temp. Ce n et pa anodin i on parle aujourd hui «d alicament», contraction de aliment et médicament On demande à l alimentation de régler tou le problème de la vie an que cela nou coûte trop! Un coût en argent bien ûr, mai aui en énergie, comme l indique trè bien Marc Vandercammen, directeur du Crioc. Dan on uage quotidien de la nourriture, le conommateur cherche la facilité et la rapidité, tout en prétendant favorier la qualité, ce qui et ouvent incompatible vu notre mode de conommation. En effet, de quoi e nourrit l humain moyen aujourd hui? De pétrole! C et le CRIE de Liège qui fait cette analye 1 : il faut deux tonne de pétrole pour produire une tonne d engrai ; le machine, le chauffage de erre (qui permettent de manger de alade en hiver), la contruction et la maintenance de hall où ont élevé le animaux, etc Tout cela conomme de l énergie, an parler de plat préparé, de leur conervation, de leur tranport Et comme i cela ne uffiait pa, à cela ajoute l inadéquation de notre régime alimentaire : toujour elon le CRIE, nou mangeon trop de graie animale, de viande, de ucre, de el. Sachant qu il faut en moyenne ept calorie végétale pour produire une calorie animale, nou mangeon ou forme de viande le céréale qui auraient pu ervir à nourrir la population ur le lieu de production de céréale. Et c et là que l injutice et encore plu criante : quel et-il, ce lieu de production? Ce ont trè ouvent le pay pauvre qui produient ce céréale. Bref, tout n et pa roe dan le aiette, et le enjeux dépaent largement le cadre de no campagne et de no aiette. Manger n et pa qu un acte de urvie, mai c et aui un acte ocial : le choix de ce qu on mange et no habitude alimentaire ne ont pa neutre. Petit zoom ur no aiette. 1. CRIE : Centre Régional d Initiation à l Environnement de Liège. Natali N. et Philippot M., Devenon-nou de analphabète du goût?, mar 2003 i e r Contrate Novembre-Decembre

2 d oier d C et le conommateur qui fait le marché! o i e r De la qualité et de la diverité : ce ont le deux critère qui dominent le préoccupation actuelle en matière d alimentation. Et dan ce grand marché, c et le conommateur qui fait la loi. L avi de Marc Vandercammen, directeur du Crioc. Contrate : Sur le plan ociologique, qu et-ce qui influence no choix en matière de conommation alimentaire? Marc Vandercammen : Du point de vue pychologique d abord, il y a la motivation et la peronnalité de chacun. Pour certain, manger et avant tout un plaiir. Pour d autre au contraire, c et une néceité, une obligation vitale. Au-delà de cela, il y a toute le variable ociologique : la famille, la culture, la religion,... La famille et un vecteur de ocialiation puique c et là qu on entre en contact avec la nourriture, c et la famille qui détermine la manière dont on pae du lait maternel à la préparation culinaire. C et d autant plu important que c et ouvent à cet âge là que commence à e former le goût. Si on donne toujour le même aliment à un jeune enfant, il y a beaucoup de chance que e goût eront retreint à l âge adulte. L autre problème, c et qu on a tendance à paer du lait maternel à de produit quai excluivement ucré. On tend à développer le entiment de goût uniquement en retant dan la gamme du ucré. On lui donne donc l impreion qu il et important de manger ucré. A côté de la famille, il y a bien ûr l influence de groupe auxquel on choiit de identifier. On veut être perçu comme égaux par e pair. Par exemple, néceité pour le enfant et le jeune d avoir de vêtement identique, de manger de chip dan lequel il y a une toupie pour jouer à la récré... Bien ûr, la culture a une influence également. Une partie de la population alimente en fonction de on appartenance religieue : nourriture Kaher pour le juif, halal pour le muulman. Et même i la tradition du poion le vendredi chez le chrétien atténue fortement, on trouve toujour plu de poion dan le grande urface le jeudi que le autre jour. L alimentation et aui un vecteur d affirmation ociale. Depui longtemp, on ait que c et un rite de ocialiation, par exemple à l occaion de cérémonie religieue (baptême, communion, mariage)... Le repa et aocié à toute le fête. Au début du vingtième iècle, il n était pa rare d avoir 14 ervice dan un repa de communion! Evidemment, l argent influence énormément no habitude alimentaire, en achant cependant que la part du budget qui y et conacrée diminue contamment depui trente an. Aujourd hui, elle repréente moin de 16% de revenu de la famille alor qu en 1977, on était encore à 21%. Peut-on dire qu on et paé progreivement d une préoccupation quantitative à une préoccupation qualitative? Ce type d évolution ne e fait pa en quelque année mai en pluieur décennie. Avant, il y avait trè peu de diverité dan la nourriture. De nombreux produit qu on connaît aujourd hui ont été importé avec le GI S aprè la guerre. L offre et diverifiée, en même temp que e ont développé le ytème de conervation. En 1950, le frigo était encore un objet exceptionnel dan le ménage. Vingt 6 Contrate Novembre-Decembre 2004 M. Van Diern

3 M. Van Diern doier an plu tard, il était dan toute le cuiine. Ca change le mode de conervation mai ça augmente aui la gamme de choix. Aujourd hui, on conidère que troi produit ur quatre préent ur le marché n exitaient pa il y a dix an. Conéquence de cette offre plu importante : on peut davantage choiir et diverifier on alimentation. Et parallèlement à l augmentation de l offre, on connaît une baie de prix. Cela ignifie que davantage de gen peuvent offrir de nouveaux produit et aini teter d autre goût. L évolution et aui qualitative du point de vue de la compoition de aliment. Il faut avoir aui qu en 1940, le gen vivaient maximum 5 an aprè avoir arrêté de travailler. Aujourd hui, on vit facilement juque 85 an. Cette évolution fait que le gen ont de plu en plu préoccupé d avoir une forme permanente, en tout ca à refuer la mort et à vouloir la retarder de plu en plu. Le gen ont l impreion qu il vont vivre plu longtemp en contrôlant perpétuellement leur alimentation. Il y a quelque part une orte de mythe de la vie éternelle qu il n y avait pa avant. D où la préoccupation plu importante pour la qualité de la nourriture et donc une inquiétude par rapport aux «crie alimentaire» qui urviennent épiodiquement. En 1950, il n y avait pa de crie alimentaire puique peronne n était au courant que ça exitait et qu on n avait pa le moyen technique et cientifique qu on a aujourd hui pour le déceler. Aujourd hui, tout le monde et enible à ce apect. Donc l alimentation et de meilleure qualité qu avant (toute le étude le montrent) mai paradoxalement, le gen ont l impreion que «tout fout le camp» parce qu on e focalie ur ce problème. Il faut dire qu avant, quand chacun produiait dan on jardin, le rique d intoxication était limité au noyau familial. Maintenant, i une entreprie alimentaire fait la moindre erreur, ça touche un grand nombre de peronne. Il y a donc néceité d avoir de aliment plu ûr. Un autre problème culturel lié à l alimentation, c et celui de l anorexie. Il y a de ilhouette tandard auxquelle on veut e conformer. Aujourd hui, on conidère qu une jeune fille de poid normal a environ 15 à 18 kg de plu qu un mannequin qu on voit à la TV. Conéquence : le jeune fille ne e entent pa bien dan leur peau. L alimentation aine et le alicament contituent un de moteur de l innovation dan l indutrie. Tout ça n et donc qu une quetion de tratégie commerciale? Aujourd hui, le gen veulent de aliment plu fin, plu goûteux, plu varié. On mange de plu en plu avec le yeux. C et clair aujourd hui, on n et plu dan un marché d offre, où un producteur offrait a production à de gen qui achetaient par néceité de e nourrir. Aujourd hui, on et dan un marché de demande : ce ont le conommateur qui font le marché. Et comme il y a beaucoup trop de produit propoé, il faut adopter une tratégie commerciale efficace pour écouler le produit. On valorie de produit mondialement connu comme le coca. On uniformie le goût ver le ucré parce que c et ce que le gen demandent (le bière ont plu ucrée qu il y a 20 an). Le produit améliorent ur le plan diététique mai il ont aui de nouveaux goût, qui correpondent aux tendance actuelle. Le paradoxe c et donc qu il y a bien ûr une tratégie commerciale qui profite de ce créneaux. Mai c et le conommateur qui et demandeur de cette diverification de l offre. Où e trouve la voie d une alimentation équilibrée? Tout dépend comment on enviage l équilibre. Si on le voit du point de vue du développement durable, c et clair qu on et totalement en dééquilibre puiqu en Belgique, on conomme en moyenne troi planète (c et-à-dire qu on conomme troi foi plu que ce que le reource de la planète le permettent). Si on le voit en terme d équilibre alimentaire et nutritionnel, il e poe aui un autre problème ; à quelle condition, avec quel moyen produit-on et conomme-t-on? Il faudra an doute un jour arbitrer entre le plaiir et la néceité... Pour trouver cet équilibre, ne faut-il pa aui tenter de recréer un lien plu direct entre la production (le producteur) et la conommation (le conommateur)? Peut-être, mai il faut avoir que le ditributeur, (c et-àdire l intermédiaire) a comme fonction de réduire le lien, c et-à-dire de diminuer le coût de tranport, le temp de la livraion... Si cette fonction n exitait pa, il faudrait que quelqu un l aure. Qui va jouer le rôle de ditribution? Le conommateur euxmême, via la renaiance de coopérative? Je n y croi pa beaucoup. Le producteur? Il n ont pa le temp, ni la volonté ni la capacité de jouer ce rôle : produire et mettre on produit à la dipoition du conommateur, ce ont deux métier tout à fait différent. Si on veut un lien direct avec le producteur, on doit faire l effort de e déplacer et prendre le temp de nettoyer e carotte, d écoer le petit poi. Si on ne l accepte pa, il faut quelqu un pour faire de boîte de petit poi, pour aller cueillir le fruit pour faire la confiture Aujourd hui, le conommateur cherche avant tout la facilité. Cette facilité, il ne la trouve pa il n y a pa de tranformateur et de ditributeur. L idée que c et bon parce que c et prè de chez oi, c et pa toujour vrai (en terme de qualité et de Contrate Novembre-Decembre

4 d oier d o coût). Mai ça ne veut pa dire non plu que c et néceairement bon quand ça vient d ailleur. L équilibre era : qu et-ce qu on accepte, qu et-ce qu on n accepte pa, dan une économie rurale où il faut produire en groe quantité pour être rentable, et où on ait que ce n et pa le producteur qui touchent un maximum de gain ur la production, mai le intermédiaire. Savezvou lire une étiquette? M. Van Diern i e r L idée que le conommateur rencontrent et connaient le métier d agriculteur ou d éleveur, et an doute importante. Mai le conommateur et un peu chizophrène : il veut voir la vache vivante mai pa la vache qu on tue pour lui prendre un morceau de teak. Il veut de carotte propre et aine dan on aiette mai il ne veut pa le nettoyer lui-même. Aujourd hui, la plupart de aliment ont pré-emballé et donc le contact avec la nature n exite plu. Or, on ne ait pa aimer un produit i on ne le travaille pa un minimum. Il faut donc trouver un bon compromi entre la facilité et le plaiir de préparer et de manger de aliment ain. L alimentation ne remplacera jamai le plaiir de cultiver e légume ou d entretenir un poulailler (en achant cependant qu il y a parfoi plu de dioxine dan le oeuf de e propre poule que dan le oeuf de poule indutrielle). Renforcer le lien, oui. Mai le gen ont-il prêt à mettre le prix? Interview réaliée par Monique Van Dieren. 1. Centre de recherche et d information de organiation de conommateur. La réglementation européenne et trè claire en matière d obligation d information, mai il n en va pa de même de la liibilité de étiquette. Comprenez-vou tou le code repri ur le étiquette? Vou donnent-t-elle une information claire ur votre alimentation? Mai au fait, qu et-ce qui e trouve ur une étiquette? Un produit qui contient x vitamine ou un complément de fer doit forcément être meilleur. C et en ce terme que nou réfléchion, nou, le conommateur, et le a du marketing l ont bien compri. Il nou inondent d information ur le vertu uppoée ou réelle de leur produit, non eulement dan le publicité, mai aui ur le quelque centimètre carré de l étiquette. Mai au fait, qu et-ce qui figure ur une étiquette? La loi oblige le fabricant à indiquer la dénomination du produit, a compoition (éventuellement ou forme de tableau comparatif pour 100 gramme), a durabilité minimum (date de péremption), le nom du fabricant, le contenu (poid net) et le numéro du lot. Le tout doit obligatoirement être indiqué dan la langue du lieu où ce produit et vendu. Outre ce obligation, on trouve ouvent un codebarre, c et-à-dire de ligne verticale ou lequelle on retrouve une érie de chiffre. Le deux premier chiffre indiquent le pay du producteur ou du ditributeur! Bel exemple de tranparence. Aini, un code-barre qui commence par 54 indiquera la Belgique-Luxembourg comme pay d origine (ou de ditribution), 30 à 37 ignalera une production françaie, 87 hollandaie, 40 à 43 allemande. Dan ce codebarre, vient enuite le code de l entreprie en quetion. Enfin le code de l article, ce qui et pratique pour uivre un produit tout au long de a vie et accélère le paage à la caie (ô merci le lecteur optique). D autre indication peuvent apparaître ur l étiquette, tout aui illiible, par exemple la préence de matière animale (une lettre et un chiffre entouré d un ovale), an parler de additif dont on cite le nom pour ne pa citer le code européen qui fait peur : E- quelque choe. Enfin, et cela paraît un peu évident, toute ce information doivent être vraie. En Belgique par l Inpection Générale de Denrée Alimentaire qui effectue le contrôle. On et trè content de avoir tout cela, mai et-ce que cela nou donne une information claire ur no beoin nutritionnel? A moin d être un lecteur d étiquette averti, il et trè probable que non. C et le problème que le CRIOC ouhaite mettre en lumière dan on guide De étiquette facile à décoder 1. C et une de revendication de Equipe Populaire : que le conommateur oient clairement informé de contenu de denrée qu il achètent. 1. Je vou renvoie à on ite internet : 8 Contrate Novembre-Decembre 2004

5 doier Comprendre le label Meilleur pour l environnement, meilleur pour la anté, appellation d origine contrôlée... Quotidiennement, label et logo de toute orte nou vantent le mille et une qualité de produit que nou mangeon. Dan cette jungle d étiquette colorée, le conommateur ne ait pa toujour qui ou que croire. S agit-il d un proceu d agrément officiel ou d une initiative privée parfoi urfaite?... Trop ouvent, le conommateur n a d autre choix que de faire confiance aux étiquette, logo et pictogramme garniant le produit convoité. Un critère de qualité Pictogramme Emballage ou produit recyclable, ou contitué de matériaux recyclé. Démarche volontaire, et le contrôle ont difficile, voire même inexitant. C et dan le ecteur de l alimentation que le conommateur fait le plu appel aux igne de qualité. Selon une enquête réaliée par le CRIOC, un conommateur ur troi etime que la préence d un label ou d une certification et un critère important dan la élection d un produit (qu il oit alimentaire ou non). Le différente crie alimentaire que nou avon vécue ce dernière année, ont bien entendu fortement contribué au développement de aliment «labellié». C et principalement dan le ca de filière de production longue, où le produit ubient de nombreux déplacement, manipulation et tranformation que la demande d information fiable et la plu préente. (Exemple : la viande). Le ytème de label et baé ur un cahier de charge comprenant une érie de condition et procédure devant être repectée. Ce règle comprennent la production mai également la tranformation et le commerce. Producteur et commerçant engagent à repecter le obligation incrite dan le cahier de charge. Habituellement attribué par de organime du ecteur privé, le label ne bénéficient généralement Indique uniquement la participation financière de l entreprie à un ytème global de tri, collecte élective et recyclage de déchet d emballage ménager. pa d agrément officiel. A boire et à manger Il exite différente catégorie de label : Le label de certification e rapporte eentiellement aux ecteur de la production. Il garantit un certain proceu d élevage et de production agricole. Le label de qualité informe ur de qualité obervable. Le label d origine géographique garantit la provenance du produit. Il et parfoi combiné avec de critère de qualité. Le label biologique fait appel à de méthode de production écologique, banniant l uage de produit de forçage, hormone, peticide, engrai chimique... Le label éthique a pour but non pa d attirer l attention ur la qualité du produit mai de garantir un jute prix aux producteur du Tier Monde par exemple. Il ont créé par de ONG et propoé aux entreprie garantiant de relation équitable avec le producteur et le conommateur (un exemple : Max Havelaar). Il ne faut cependant pa accorder une confiance aveugle à tou le label. D abord parce que l abence de label ur un produit ne ignifie pa qu il et an garantie. Enuite parce que la préence de celui-ci ur un produit ne veut pa néceairement dire qu il agit d un bon produit (parfoi il ne porte que ur une qualité environnementale, garantie uniquement par le fabricant). Par ailleur, certain label n offrent rien de plu par rapport aux norme obligatoire de production. On comprend mieux la confuion que peut produire une telle diverité d information dan l eprit du conommateur. Patrick Doulié Source : lettre de l écoconommation n 22. Etiquetage obligatoire Étiquetage (parfoi ou forme graphique) qui e trouve ur le produit en vertu d une loi, donc obligatoire et non ur bae volontaire. Il et contrôlé par le pouvoir public. Le produit et écotaxé. Le produit et exonéré d écotaxe. Le produit et exempté d écotaxe car il et conigné. Contrate Novembre-Decembre

6 d oier De label à la pelle Le label ont préent ur preque tou le produit que nou acheton. Il ont cené nou apporter une information upplémentaire, mai ont parfoi trompeur Claification de label le plu utilié. Produit iu de l agriculture biologique, c et-àdire elon un procédé détaillé par un cahier de charge trict Label officiel Il reconnaient la qualité environnementale de produit, ont géré par le autorité publique et contrôlé par de organime externe et indépendant. Seul le producteur qui le ouhaitent propoent leur produit à la labelliation (donc un ytème volontaire ). Label privé individuel contrôlé Ce label de qualité écologique ont créé par un fabricant ou un ditributeur mai contrôlé par un organime externe et indépendant. Produit qui répondent à de critère de qualité établi par Carrefour portant principalement ur la traçabilité mai aui ur la qualité de produit. Ne dépae en général pa le obligation légale. Le produit répond à de critère environnementaux fixé au niveau européen. Produit oumi à un contrôle trict depui leur origine (traçabilité). Ce label met en valeur un label pécifique (Biogarantie, Meritu, ) ou un produit répondant à un cahier de charge établi par Delhaize Label privé collectif Ce label de qualité environnementale ont initié par un organe indépendant du fabricant. Le contrôle ont effectué par de organime externe, indépendant et généralement accrédité. Il agit de ytème volontaire. Produit iu de l agriculture biologique. Produit iu de l agriculture biologique et l agriculteur ou l éleveur repecte la charte de Nature et Progrè favoriant le lien producteur/conommateur et définiant le type de relation commerciale. Fruit cultivé en culture intégrée : utiliation raionnée de peticide. Produit iu de l agriculture wallonne, préentant une qualité différenciée définie par le autorité publique régionale. Il n et pa encore attribué, mai e met progreivement en place. Répond aux critère internationaux du commerce équitable ur le condition de production, le prix et certain critère environnementaux. Label privé individuel non contrôlé Source : Logo, Label, Pictogramme, Comment y retrouver?, CRIOC, 2 ème édition. Brochure gratuite diponible (081/ ) ou conultable ur le ite Ce label de qualité écologique ont créé par un fabricant ou un ditributeur et relèvent de leur eule reponabilité. Il n y a pa de contrôle externe et indépendant. Green Line et le nom d un programme d action de Colruyt, qui et doté d une politique de développement durable 10 Contrate Novembre-Decembre 2004

7 doier Qualité... Mai laquelle? Le ouci de qualité telle que nou la concevon aujourd hui et une invention relativement nouvelle. Un regard parmi d autre ur l évolution de cette préoccupation. Si l on retourne voir dan no propre archive, on voit que Contrate et déjà penché ur l alimentation il y a exactement cinq an. Michel Somville 1, interviewé pour l occaion, identifiait troi objectif pour l action politique. Il parlait de retaurer une alimentation de qualité, de redonner confiance aux conommateur et enfin d aurer la pérennité de nouvelle filière agro-alimentaire. Ce objectif étaient défini en pleine crie de la dioxine, qui a fait trembler ur e bae tout notre ytème d alimentation. On trouvait déjà dan ce propo l equie de ce que nou pourrion appeler la troiième ère de l hitoire alimentaire récente. Alimentation en quantité Aprè la econde guerre mondiale, la recontruction de l Europe était un enjeu important. La place de l alimentation était primordiale : il fallait trouver un moyen pour produire plu ur no terre diponible, afin de nourrir tout le monde. Le agronome ont donc réalié un énorme travail ur la productivité de culture : c et-à-dire qu on a réui à produire plu ur une même urface : on e trouve dan la première période analyée ici. Plu tard, lorque cette quetion a été uffiamment bien gérée, le génie biologique et penché ur la quetion de la diminution de coût de production, qui n ont effectivement ceé de chuter, grâce à l augmentation de la productivité et au changement de point de vue ur l alimentation. On éloigne de plu en plu de la nature pour produire plu. La méconnaiance de conéquence notamment en matière environnementale ou de anté publique (réidu, ) parallèlement à une amélioration de l hygiène ont donné une qualité hybride : on trouve en quantité de aliment dont l hygiène et mieux contrôlée, mai dont le qualité intrinèque ont parfoi diminué (moin de vitamine, plu de réidu ) De la qualité Dan la fin de année nonante, à caue de ce qui a été nommé «le crie alimentaire», le citoyen moyennement informé a pri concience du fait que l hygiène (maîtrier le bactérie) ne fait pa tout, et que la diminution de coût a entraîné de aberration quant à la qualité du produit fini (par exemple, l uage de farine animale était tout à fait anodin avant ledite crie). On commence à ditinguer la qualité anitaire (qui a bien ûr augmenté) de la qualité intrinèque dont on découvre qu elle n et pa an danger pour l humain. Le citoyen e poent de quetion, et exigent que leur alimentation oit de qualité, c et-à-dire à cette époque, exempte de dioxine, de réidu de peticide, etc. C et le début de la deuxième ère alimentaire : la anté et l environnement deviennent un facteur de choix dan l alimentation, reflétant une orientation de la ociété toute entière, et ce n et pa un haard i Ecolo a fait un i bon core électoral en De qualité! Enfin, depui peu, une nouvelle attitude voit le jour, de manière encore peu marquée. On entre tout doucement dan la troiième ère alimentaire. On parle toujour de qualité, mai alor qu au préalable on la définiait négativement (an ceci ou an cela), on la définit de plu en plu comme ayant certain attribut. Ceci a notamment pour conéquence d ouvrir de nouveaux créneaux ur le marché. Le développement du marché bio ne repréente qu une part de celui-ci : le alicament et autre complément naturel font leur apparition auprè du grand public. Tout ce qui porte le nom de naturel et crédité d une confiance an faille, allant même juqu à la confuion entre le nom et le label. Pour exemple, Danone qui propoe un yaourt nommé BIO, qui n et en rien un produit iu de l agriculture biologique. Ou encore, le huile eentielle qui ont perçue comme bonne puique naturelle. Or, certaine d entre elle ont hautement toxique à l ingetion On voit donc qu il y a confuion entre le genre. On en demande toujour plu à l alimentation, ce qui va dan le en de certain produit qui nou promettent mont et merveille, parfoi à grand renfort de publicité. Un autre marché mondial En même temp, une autre idée de l alimentation e développe, plu proche de la nature, mai pour d autre raion : le développement durable 2 fait on chemin. On ne peut pa continuer à conommer indéfiniment. Aini, de mouvement de conommateur ouhaitent retier le lien avec le producteur. Il redécouvrent aini la réalité qui et la ienne : on ne peut pa produire un aliment de qualité en repectant l environnement tout en le vendant au prix du marché traditionnel. Cette prie de concience e développe en parallèle avec le ouci grandiant Raak Contrate Novembre-Decembre

8 d oier de agriculteur qui veulent préerver leur outil de travail (la terre) mai qui ne peuvent pa recevoir un revenu digne de leur travail vu le condition du marché. Ce moment et concomitant avec le développement de nouveaux marché promouvant le circuit court entre producteur et conommateur qui rappelon-le, retent marginaux (Groupe d Achat, achat à la ferme, etc). Le EP ur le terrain de l alimentation Notre conommation alimentaire et loin d être durable, mai encore moin équitable. Le belge moyen mange trop de viande, au point de nuire à a anté. De plu, pour produire 100 calorie en viande, l animal mangé a dû ingérer en moyenne 700 calorie en céréale. Que voilà un rapport peu logique. Mai en plu, ce céréale ont trè ouvent importée de pay du tier-monde, là où le prix ont le plu ba, mai aui où la malnutrition et la ou-nutrition ont le plu importante. No vache mangent le céréale que le humain pourraient manger. Ce grande production e font en général au détriment de culture vivrière (pour manger quotidiennement), comme l analye la Plate-Forme pour la Souveraineté Alimentaire 3. Mai pourquoi diable ce pay continuent-il à produire de aliment dont il avent qu il erviront à nourrir le vache de riche plutôt qu eux-même, an apporter le revenu uffiant pour vivre? Notamment parce que le organe internationaux (FMI, Banque Mondiale, ) pouent le producteur de pay pauvre à cultiver de produit à exporter (notamment pour amener de devie étrangère dan le pay). Ce problème et encore aggravé par le dumping, c et-à-dire le aide financière donnée aux producteur du Nord pour écouler leur produit dan le Sud à de prix inférieur au marché local. Le Equipe Populaire ont active dan le domaine de l alimentation, et mettent en œuvre dan leur travail quotidien le revendication que le mouvement et donné. Ce revendication ont : - Garantir le droit à l information par un étiquetage adéquat, liible et compréhenible de donnée nutritionnelle mai urtout de la compoition et de l origine de ingrédient. - Mettre en œuvre de campagne d information ur le rapport entre l alimentation et la anté qui permettent de modifier le chéma culturel alimentaire de la population, particulièrement auprè de jeune. C et un travail qui e retrouve notamment dan la création de groupe d achat commun (Huy, Vervier, Charleroi), dan la réflexion ur le étiquetage, dan le travail ur la tranparence de prix alimentaire et la jute rétribution du producteur (Liège et Vervier) ou encore dan l invetiement de Equipe Populaire dan l action Chef D œuvre en Péril (Liège), ou forme de enibiliation et pétition detinée à attirer l attention ur le règle d hygiène impoée pour le produit fermier, et qui aura pour conéquence de nombreue faillite de petit producteur. Pour toute information ur ce campagne, n héitez pa à contacter Cécile Cornet au 085/ ou Françoie Caudron 04/ Raak Comme nou le contaton, l alimentation ne e limite pa à une aiette, à de apport calorique, ni même à la convivialité d un repa de fête. Elle implique de choix de ociété qui ont une répercuion mondiale. Pourquoi conommon-nou de manière aui peu durable? Deux raion principale ont à noter : tout d abord le manque de revenu. On contate que le prix e dualient : le poulet à 2 le kilo voiine au rayon avec le poulet à 10 le kilo, avec toute le variante poible. Mai peut-on e contenter de contater la dualiation de prix? Et-il équitable que le revenu définie la qualité de l alimentation? Deuxième raion : un manque de enibiliation du conommateur. Si le choix de l alimentation doit lui être laié, il doit être le fruit d un acte réfléchi et critique, et ne pa être conditionné uniquement par la groeur du portefeuille. Retournon le problème : pourquoi le conommateur doit-il payer pour obtenir un produit qui n offre même pa toute le garantie? Et comment accepter qu un produit légal ou toute le couture puie préenter de vice de qualité? Revendication En tant que mouvement populaire, nou refuon que le revenu définie la qualité de l alimentation diponible, même i ce ne ont pa néceairement le peronne ayant un faible revenu qui conomment le aliment de moin bonne qualité, bien ûr. Un faible revenu n et pa un obtacle à l alimentation de qualité, mai ce erait an compter l apect ocial de l alimentation, l impact de la publicité, etc Et c et d autant plu intéreant de faire ce contat que nou ne omme pa dan une fatalité de revenu, mai bien dan un choix ouvent librement conenti. C et pour cela qu il faut aui réclamer une meilleure qualité intrinèque de produit. Le Equipe Populaire e poitionnent réolument dan une dynamique de meilleure éducation à l alimentation. Il exite de alternative pour manger moin cher, par exemple en mangeant moin de viande ou en utiliant de légume peu valorié. Se rendre critique, olidaire de producteur (ce ne ont pa le petite ferme qui font le meilleur bénéfice) et olidaire de faible revenu : ne pa accepter la dualiation de l alimentation. Car même i manger ne e réume certainement pa à aborber de calorie, rien ne ert de conommer autant, il faut conommer mieux! Cécile Cornet 1. Michel Somville et membre du CEFE (centre d étude et de formation en écologie) 2. Développement durable : qui tient compte de critère économique, mai aui ociaux et environnementaux. 3. Souveraineté alimentaire et organiation mondiale du commerce, un doier de la Plate-Forme pour la Souveraineté Alimentaire, diponible au CNCD. 12 Contrate Novembre-Decembre 2004

La lettre. La Gestion des filiales dans une PME : Bonnes Pratiques et Pièges à éviter. Implantations à l étranger : Alternatives à la création

La lettre. La Gestion des filiales dans une PME : Bonnes Pratiques et Pièges à éviter. Implantations à l étranger : Alternatives à la création Doier : Getion d entreprie 42 La Getion de filiale dan une PME : Bonne Pratique et Piège à éviter Certaine PME ont tout d une grande. entreprie. A commencer par la néceité d avoir de filiale. Quel ont

Plus en détail

Trouver des sources de capital

Trouver des sources de capital Trouver de ource de capital SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Emprunt garanti et non garanti Vente de part de capital Programme gouvernementaux Source moin courante SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Quelque principe

Plus en détail

Votre entreprise et le marketing

Votre entreprise et le marketing Votre entreprie et le marketing SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Selon la taille de votre entreprie Par où commencer Guide par étape SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Utilier le marketing pour augmenter vo profit

Plus en détail

Modifié le 2 juillet 2015 GUIDE DES BOURSIERS DE L AIEA

Modifié le 2 juillet 2015 GUIDE DES BOURSIERS DE L AIEA Modifié le 2 juillet 2015 GUIDE DES BOURSIERS DE L AIEA Guide de bourier de l AIEA TABLE DES MATIERES I. INTRODUCTION... 2 II. PRÉPARATION POUR LE PROGRAMME DE BOURSE... 2 III. CONSIDÉRATIONS FINANCIÈRES...

Plus en détail

Progressons vers l internet de demain

Progressons vers l internet de demain Progreon ver l internet de demain COMPRENDRE LA NOTION DE DÉBIT La plupart de opérateur ADSL communiquent ur le débit de leur offre : "512 Kb/", "1 Méga", "2 Méga", "8 Méga". À quoi ce chiffre correpondent-il?

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps 2010 N 10-06- 05 Mi à jour le 15 juin 2010 L e D o i e r d e l a D o c 1. Définition Sommaire 2. Modification iue du décret n 2010-531 3. Principe du compte épargne temp Bénéficiaire potentiel Alimentation

Plus en détail

RETIRER DE L ARGENT DE VOTRE SOCIÉTÉ

RETIRER DE L ARGENT DE VOTRE SOCIÉTÉ LETTRE MENSUELLE DE CONSEILS DESTINÉS À MAXIMALISER LE FLUX DE REVENUS RETIRÉS DE VOTRE SOCIÉTÉ OPTIMALISATION DU MOIS Déterminer le taux du marché... Si votre ociété vou vere un intérêt, elle doit de

Plus en détail

Directive concernant l'utilisation de sedex

Directive concernant l'utilisation de sedex Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la tatitique OFS Diviion Regitre Office fédéral de la tatitique (OFS), fournieur de pretation de edex 21.05.2014 Directive concernant l'utiliation

Plus en détail

Le paiement de votre parking maintenant par SMS

Le paiement de votre parking maintenant par SMS Flexibilité et expanion L expanion de zone de tationnement payant ou la modification de tarif ou de temp autorié peut e faire immédiatement. Le adree et le tarif en vigueur dan le nouvelle zone doivent

Plus en détail

Cap Maths. Guide de l enseignant. Nouveaux programmes. cycle. Roland CHARNAY Professeur de mathématiques en IUFM

Cap Maths. Guide de l enseignant. Nouveaux programmes. cycle. Roland CHARNAY Professeur de mathématiques en IUFM Cap Math CP 2 cycle Guide de l eneignant Nouveaux programme SOUS LA DIRECTION DE Roland CHARNAY Profeeur de mathématique en IUFM Marie-Paule DUSSUC Profeeur de mathématique en IUFM Dany MADIER Profeeur

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX STATISTIQUE EN AQUITAINE

ÉTAT DES LIEUX STATISTIQUE EN AQUITAINE CONTRIBUTION DU GROUPE «COOPÉRATIVES, MUTUELLES ET ASSOCIATIONS DE L ÉCONOMIE SOCIALE» Cette contribution à la note de conjoncture du CESER propoe dan une première partie une approche tatitique du ecteur

Plus en détail

La direction des solidarités Se loger à Moissy

La direction des solidarités Se loger à Moissy La direction de olidarité Se loger à Moiy La direction de olidarité La Source - Place du Souvenir - BP24-77550 Moiy-Cramayel cedex Tél. : 01 64 88 15 80 - Fax : 01 64 88 15 26 QU EST CE QUE LA GUP LA GESTION

Plus en détail

Changement de fréquence, effet Doppler

Changement de fréquence, effet Doppler N 804 BULLETIN DE L'UNION DES PHYSICIENS 869 Changement de fréquence, effet Doppler par Yve BAIMA, André JORANDON, Sylvie MORLEN et Marc VINCENT Lycée La Martinière Monplaiir - 69372 Lyon Cedex 08 RÉSUMÉ

Plus en détail

Dossier. Vtech, leader en France. Lexibook, leader en Europe

Dossier. Vtech, leader en France. Lexibook, leader en Europe Doier Par Yoan Langlai La tablette pour enf Si 6 million de tablette devraient e vendre cette année en France (préviion GfK), on etime à 1 million le nombre de vente de tablette pour enfant en 2013. Sur

Plus en détail

Comptes-titres et PEA FINAVEO. & a s s o c i é s

Comptes-titres et PEA FINAVEO. & a s s o c i é s Compte-titre et PEA FINAVEO & a o c i é LE RÔLE DES INTERVENANTS Met à votre dipoition la viualiation de vo compte Votre coneiller indépendant Vou accompagne dan vo invetiement Client FINAVEO & Aocié

Plus en détail

Politique de gestion. Date : 5 avril 2004

Politique de gestion. Date : 5 avril 2004 de getion Titre : Appel d offre public Soumiion (condition de recevabilité) No : PG 4.06 Sujet : Reource matérielle et ervice profeionnel Page : 1 de : 8 Approuvée par : Directeur général Nouvelle : Réviée

Plus en détail

La direction des solidarités Se loger à Moissy

La direction des solidarités Se loger à Moissy La direction de olidarité Se loger à Moiy La direction de olidarité La Source - Place du Souvenir - BP24-77550 Moiy-Cramayel cedex Tél. : 01 64 88 15 80 - Fax : 01 64 88 15 26 SOMMAIRE Edito p. 3... Le

Plus en détail

Courrier Fédéral @ @ N 320 EDITORIAL INDUSTRIE PLUS LOIN QUE NOS DROITS. PUBLICITE page 8. Adresse du site de la FTM-CGT. http://www.ftm-cgt.

Courrier Fédéral @ @ N 320 EDITORIAL INDUSTRIE PLUS LOIN QUE NOS DROITS. PUBLICITE page 8. Adresse du site de la FTM-CGT. http://www.ftm-cgt. Courrier Fédéral N 320 du 13.10.12 au 19.10.12 @ @ Adree du ite de la FTM-CGT http://www.ftm-cgt.fr Fédération de travailleur de la métallurgie CGT ISSN 0152-3082 EDITORIAL Aprè la journée de mobiliation

Plus en détail

LE LIVRET DE L AIDANT

LE LIVRET DE L AIDANT LE LIVRET DE L AIDANT Vou accompagnez un parent âgé à domicile Ce livret et fait pour vou! Information, coneil, adree utile pour vou aider et vou accompagner au quotidien www.orpea.com www.afer.ao.fr www.afer.ao.fr

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

TP6 : ALIMENTATION A DECOUPAGE : HACHEUR SERIE ET CONVERTISSEUR STATIQUE ABAISSEUR DE TENSION

TP6 : ALIMENTATION A DECOUPAGE : HACHEUR SERIE ET CONVERTISSEUR STATIQUE ABAISSEUR DE TENSION P6 : ALIMNAION A DCOUPAG : HACHUR SRI CONVRISSUR SAIQU ABAISSUR D NSION INRODUCION Le réeau alternatif indutriel fournit l énergie électrique principalement ou de tenion inuoïdale de fréquence et d amplitude

Plus en détail

Caractérisation de l interface Si/SiO 2 par mesure C(V)

Caractérisation de l interface Si/SiO 2 par mesure C(V) TP aractériation de l interface Si/SiO par meure (V) aractériation de l interface Si/SiO par meure (V) Introduction p I Effet de champ à l interface Si/SiO p Fonctionnement d une capacité MOS p Principe

Plus en détail

Ventilation à la demande

Ventilation à la demande PRÉSENTATION Ventilation à la demande Produit de pointe pour ventilation à la demande! www.wegon.com La ventilation à la demande améliore le confort et réduit le coût d exploitation Lorque la pièce et

Plus en détail

Centrale d'alarme SI 80-3

Centrale d'alarme SI 80-3 Centrale d'alarme SI 80-3 Notice d'utiliation Siemen AG Siemen AG 01.011 1 Siemen AG 01.011 Caractéritique technique ou réerve de modification. Livraion ou réerve de diponibilité. Le donnée et la conception

Plus en détail

BAREME sur 40 points. Informatique - session 2 - Master de psychologie 2006/2007

BAREME sur 40 points. Informatique - session 2 - Master de psychologie 2006/2007 BAREME ur 40 point Informatique - eion 2 - Mater de pychologie 2006/2007 Bae de donnée PRET de MATERIEL AUDIO VISUEL. Remarque : Le ujet comporte 7 page. Vérifier qu il et complet avant de commencer. Une

Plus en détail

Cadeaux d affaires, cadeaux d entreprises, objets publicitaires www.france-cadeaux.fr - services@france-cadeaux.fr

Cadeaux d affaires, cadeaux d entreprises, objets publicitaires www.france-cadeaux.fr - services@france-cadeaux.fr Siège France Cadeaux 84 rue de Courbiac 17100 Sainte 00 33 (0)5 46 74 66 00 RC.424 290 211 00012 Cadeaux d affaire, cadeaux d entreprie, objet publicitaire www.france-cadeaux.fr - ervice@france-cadeaux.fr

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maion communicante Réuir on intallation domotique et multimédia Françoi-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolle, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7 1 Qu

Plus en détail

unenfant Avoir en préservant ses droits

unenfant Avoir en préservant ses droits Avoir unenfant en préervant e droit Guide adreant aux travailleue et travailleur du ecteur public du réeau de la anté et de ervice ociaux Le comité de condition féminine de la La mie à jour de ce guide

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

ETAT D AVANCEMENT DE LA RECHERCHE. Mensualisation du kilométrage annuel avec KILOMENE

ETAT D AVANCEMENT DE LA RECHERCHE. Mensualisation du kilométrage annuel avec KILOMENE ETAT D AVANCEMENT DE LA RECHERCHE Menualiation du étrage annuel avec KILOMENE 98MT33 S. Laarre (INRETS-DERA, Arcueil) L. Jaeger (LOI, Colmar) P. A. Hoyau (INRETS-DERA, Arcueil) Synthèe de la recherche

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

Gestion de Contacts & Clients

Gestion de Contacts & Clients elon le beoin de votre entreprie, nou vou propoon : 3ACT! pour le indépendant ou le petite entreprie qui ouhaitent organier et développer leur activité. 3ACT! Premium pour le entreprie qui ouhaitent améliorer

Plus en détail

Construire vos indicateurs pour atteindre vos objectifs

Construire vos indicateurs pour atteindre vos objectifs Management la anté et la écurité au travail Contruire vo indicateur pour atteindre vo objectif L Intitut national recherche et écurité (INRS) Dan le domaine la prévention rique profeionnel, l INRS et un

Plus en détail

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité 1 2 4 6 Mon Univerité Numérique 7 Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 23 24 26 28 Édito

Plus en détail

Découvrez la gamme complète des certificats de signatures électroniques ChamberSign

Découvrez la gamme complète des certificats de signatures électroniques ChamberSign Découvrez la gamme complète de certificat de électronique ChamberSign www.chamberign.fr ppel d'offre Marché ublic SYLaé Signature électronique Document dématérialié Epace Sécurié Certifié Contrôle de légalité

Plus en détail

MIPOLAM EL. gerflor.fr

MIPOLAM EL. gerflor.fr MIPOLAM EL gerflor.fr MIPOLAM EL Électronique Salle propre et térile Santé, Plateaux technique 2 Une gamme complète de produit pour tou locaux enible aux rique ESD L électricité tatique L électricité tatique

Plus en détail

info-réseau Un projet partagé Chaque situation locale est particulière, mais toutes répondent à un même projet, Sommaire Éditorial

info-réseau Un projet partagé Chaque situation locale est particulière, mais toutes répondent à un même projet, Sommaire Éditorial info-réeau Journal d information du Comité National de Liaion de Régie de Quartier 62 N juillet 2014 Un projet partagé Sommaire 2-3 En direct de Régie À Libourne (33) et à Saint-Pierre-d Albigny (73) Portrait

Plus en détail

Somm@ire. Édito. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Somm@ire. Édito. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité 1 2 4 6 Depui maintenant ept an, l Univerité Numérique Pari Île-de France vou accompagne dan la découverte de

Plus en détail

Le journal des entreprises locales

Le journal des entreprises locales Ouvert 251 rue de Belfort Centre Commercial le Trident (à côté de Darty) Mulhoue Dornach Pour votre anté, mangez au moin cinq fruit et légume par jour. www.mangerbouger.fr N 13 ept./oct. 2014 Le journal

Plus en détail

ASSURANCE AUTO. conditions générales

ASSURANCE AUTO. conditions générales ASSURANCE AUTO condition générale VOTRE CONTRAT Le contrat d'aurance auto ditribué par idmacif.fr et auré par Macifilia, SA au capital de 8 840 000, entreprie régie par le code de aurance - RCS Niort n

Plus en détail

LOGEMENT P. 02 À 05 Cité U, studio, coloc... Les étudiants ont le choix. ZOOM P. 05 Le logement intergénérationnel

LOGEMENT P. 02 À 05 Cité U, studio, coloc... Les étudiants ont le choix. ZOOM P. 05 Le logement intergénérationnel PARCOURS Supplément formation & emploi du Petit Bulletin n 843 /// Mai 2012 Alexi Coroller Supplément réalié avec l Univerité de Grenoble ÉTUDIANT, LA COURSE DE FOND LOGEMENT P. 02 À 05 Cité U, tudio,

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.lifeinsuranceinsights.com/life-insurance-2/what-will-your-hobby-cost-you.

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.lifeinsuranceinsights.com/life-insurance-2/what-will-your-hobby-cost-you. Erwan, d une mae de 65 kg, fait un aut de Bungee. Il tombe de 0 m avant que la corde du bungee commence à étirer. Quel era l étirement maximal de la corde i cette dernière agit comme un reort d une contante

Plus en détail

COMMUNE DE FELLETIN. P R O C E S V E R B A L D U C O N S E I L M U N I C I P A L Séance ordinaire du jeudi 8 septembre 2011

COMMUNE DE FELLETIN. P R O C E S V E R B A L D U C O N S E I L M U N I C I P A L Séance ordinaire du jeudi 8 septembre 2011 R E P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E DEPARTEMENT DE LA CREUSE ARRONDISSEMENT D AUBUSSON COMMUNE DE FELLETIN P R O C E S V E R B A L D U C O N S E I L M U N I C I P A L Séance ordinaire du jeudi 8 eptembre

Plus en détail

Simulation numérique de l absorption d hydrogène dans un réacteur annulaire muni de refroidissement

Simulation numérique de l absorption d hydrogène dans un réacteur annulaire muni de refroidissement Simulation numérique de l aborption d hydroène dan un réacteur annulaire muni de refroidiement Ali Boukhari #,* 1, Rachid Beaïh * # Département de énie mécanique, Univerité d'el-oued, B.P. 789, 9000 El-Oued,

Plus en détail

Projet. Courbe de Taux. Daniel HERLEMONT 1

Projet. Courbe de Taux. Daniel HERLEMONT 1 Projet Courbe de Taux Daniel HERLEMONT Objectif Développer une bibliothèque en langage C de fonction relative à la "Courbe de Taux" Valeur Actuelle, Taux de Rendement Interne, Duration, Convexité, Recontitution

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité 1 2 4 6 Mon Univerité Numérique 7 Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 23 24 26 28 Édito

Plus en détail

SERVICE PUBLIC DE WALLONIE

SERVICE PUBLIC DE WALLONIE SERVICE PUBLIC DE WALLONIE Evaluation la tratégie régionale wallonne en matière programme opérationnel à caractère durable dan le ecteur fruit et légume Cahier Spécial Charge n MP2012_Eval_PO_2012 Rapport

Plus en détail

Catalogue des FORMATIONS

Catalogue des FORMATIONS Catalogue de FORMATIONS 2015 Service Formation 17 cour Xavier Arnozan CS 71305 33082 Bordeaux Cedex Tél. 05 56 79 64 11 formation@gironde.chambagri.fr Reponable Béatrice HÉNOT Aitante Nathalie MÉLÉDO Anne-Marie

Plus en détail

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité 1 2 4 6 Mon Univerité Numérique 7 Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 23 24 26 28 Édito

Plus en détail

Guide de configuration d'une classe

Guide de configuration d'une classe Guide de configuration d'une clae Viion ME Guide de configuration d'une clae Contenu 1. Introduction...2 2. Ajouter de cour...4 3. Ajouter de reource à une leçon...5 4. Meilleure pratique...7 4.1. Organier

Plus en détail

Spécifications techniques

Spécifications techniques l l Spécification technique Général HL-L8250CDN HL-L8350CDW HL-L9200CDWT Claification Produit Clae 1 laer (IEC 60825-1:2007) Vitee d impreion (A4) Vitee d impreion recto-vero (A4) Réolution Première ortie

Plus en détail

Produits laitiers de ferme

Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme CRIOC, novembre 2008 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. Consommation de produits laitiers de ferme 4. Perception des produits laitiers de ferme

Plus en détail

Optique. LEYBOLD Fiches d expériences de physique P5.6.2.1. 0706-Gan/Hag. Vitesse de la lumière Mesure avec des impulsions lumineuses courtes

Optique. LEYBOLD Fiches d expériences de physique P5.6.2.1. 0706-Gan/Hag. Vitesse de la lumière Mesure avec des impulsions lumineuses courtes Optique Vitee de la lumière Meure avec de impulion lumineue courte LEYBOLD Fiche d expérience de phyique Détermination de la vitee de la lumière dan l air à partir de la ditance parcourue et du temp de

Plus en détail

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité 1 2 4 6 Mon Univerité Numérique 7 Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 23 24 26 28 Édito

Plus en détail

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité 1 2 4 6 Mon Univerité Numérique 7 Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 23 24 26 28 Édito

Plus en détail

réglementation bio Partie générale bio, reconnaissable et contrôlé

réglementation bio Partie générale bio, reconnaissable et contrôlé réglementation bio Partie générale bio, reconnaissable et contrôlé Partie générale : bio, reconnaissable et contrôlé. L objectif de la partie générale de la brochure est de clarifier ce qu est exactement

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

numéro 7 mai / juin 2007 Démarche qualité

numéro 7 mai / juin 2007 Démarche qualité La lettre d information la Haute Autorité nté numéro 7 mai / juin 2007 Doier (page 1 et 3 à 5) Démarche qualité: la montée en puince indicateur en nté Balie (page 2) Actualité la HAS Le point ur la certification

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

Présentation de l Etude notariale Lasaygues & Associés 1. Nos domaines d'intervention 2. Genèse de notre Projet Notarial 6.

Présentation de l Etude notariale Lasaygues & Associés 1. Nos domaines d'intervention 2. Genèse de notre Projet Notarial 6. Préentation e l Etue notariale Laaygue & Aocié 1 No omaine 'intervention 2 Genèe e notre Projet Notarial 6 Vo Contact 7 Pour plu inormation veuillez contacter: Diier Laaygue / Hubert e Vaulgrenant 142

Plus en détail

Impact de l éolien sur le réseau de transport et la qualité de l énergie

Impact de l éolien sur le réseau de transport et la qualité de l énergie 1 Impact de l éolien ur le réeau de tranport et la qualité de l énergie B. Robyn 1,2, A. Davigny 1,2, C. Saudemont 1,2, A. Anel 1,2, V. Courtecuie 1,2 B. Françoi 1,3, S. Plumel 4, J. Deue 5 Centre National

Plus en détail

La décision dans l incertain préférences, utilité et probabilités. Philippe Bernard

La décision dans l incertain préférences, utilité et probabilités. Philippe Bernard La déciion dan l incertain préférence, utilité et probabilité Philippe Bernard Table de matière 1 Le rique 1 2 L epérance morale 2 3 Préférence et utilité 10 3.1 L approche parétienne... 10 3.2 Loterie

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION

ENQUETE DE SATISFACTION ENQUETE DE SATISFACTION RESTAURATION SCOLAIRE Chers parents, Nous souhaitons connaître votre avis sur la restauration scolaire de vos enfants. Cette enquête a pour but d évaluer votre degré de satisfaction

Plus en détail

s 1 un skatepark public 100 pages pour arrêter d improviser Une publication de l EuroSIMA / préface de Tony Hawk

s 1 un skatepark public 100 pages pour arrêter d improviser Une publication de l EuroSIMA / préface de Tony Hawk Contruire 1 un katepark public 100 page pour arrêter d improvier Une publication de l EuroSIMA / préface de Tony Hawk 2 3 Contruire un katepark public 100 page pour arrêter d improvier Une publication

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

Conception de convertisseurs DC/DC à base de MEMS

Conception de convertisseurs DC/DC à base de MEMS onception de convertieur D/D à bae de MEMS S. Ghandour To cite thi verion: S. Ghandour. onception de convertieur D/D à bae de MEMS. Micro and nanotechnologie/microelectronic. Univerité Joeph-Fourier -

Plus en détail

Boas-vindas. Welkom. Bienvenido. Étudier. Bem-vindo. à Montpellier, Bienvenue. Welcome. GUIDE pratique. Willkommen. Bem-vindo.

Boas-vindas. Welkom. Bienvenido. Étudier. Bem-vindo. à Montpellier, Bienvenue. Welcome. GUIDE pratique. Willkommen. Bem-vindo. Welkom Boa-vinda Étudier Bienvenido Bem-vindo à Montpellier, Nîme, Perpignan Bienvenue Welcome Willkommen Benvenuto Bem-vindo GUIDE pratique POUR LES Étudiant internationaux EDITION 2015 SOMMAIRE 1 Préentation

Plus en détail

Keywords: Renewable Energy System, Modelling, Synchronous Generator, Simulation.

Keywords: Renewable Energy System, Modelling, Synchronous Generator, Simulation. Journal of Fundamental and Applied Science ISSN 111-9867 Available online at http://www.jfa.info OPTIIZATION OF AEOLIAN ENERGY CONVERSION OPTIISATION DE LA CONVERSION DE L ENERGIE EOLIENNE Y. Soufi *,

Plus en détail

Auriol : le service public de la Restauration scolaire

Auriol : le service public de la Restauration scolaire Auriol : le service public de la Restauration scolaire Au titre de nos valeurs communes, nous avons voulu décliner l offre de restauration en mettant l accent au plus près des enfants. Plus de 80% des

Plus en détail

Prudence, Epargne et Risques de Soins de Santé Christophe Courbage

Prudence, Epargne et Risques de Soins de Santé Christophe Courbage Prudence, Epargne et Rique de Soin de Santé Chritophe Courbage ASSOCIATION DE GENÈVE Introduction Le compte d épargne anté (MSA), une nouvelle forme d intrument pour couvrir le dépene de anté en ca de

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉSEAU INFORMATIQUE

PRÉSENTATION DU RÉSEAU INFORMATIQUE PRÉSENTATION DU RÉSEAU INFORMATIQUE 2.1 Apect phyique Le CHU de Beançon regroupe d une part l établiement Jean MINJOZ, monobloc de 13 étage aocié au Pôle Coeur Poumon, contruction adjacente ur 5 niveaux,

Plus en détail

20130656_FAVV_perceptie_iVOX

20130656_FAVV_perceptie_iVOX 20130656_FAVV_perceptie_iVOX V001 Quels est le degré d importance que vous accordez aux éléments suivants? La fraîcheur de l aliment Très important Important Peu important important Un aliment sans danger

Plus en détail

«Agir rend heureux» POUR DES ACHATS RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT, DES FEMMES ET DES HOMMES, GOODPLANET VOUS INFORME ET CASINO VOUS DONNE LE CHOIX!

«Agir rend heureux» POUR DES ACHATS RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT, DES FEMMES ET DES HOMMES, GOODPLANET VOUS INFORME ET CASINO VOUS DONNE LE CHOIX! «Agir rend heureux» Yann Arthus-Bertrand FONDATEUR DE LA FONDATION GOODPLANET POUR DES ACHATS RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT, DES FEMMES ET DES HOMMES, GOODPLANET VOUS INFORME ET CASINO VOUS DONNE LE CHOIX!

Plus en détail

Unité 3. trente-deux. A Pourquoi la classe de Victor a-t-elle organisé un vide-grenier?

Unité 3. trente-deux. A Pourquoi la classe de Victor a-t-elle organisé un vide-grenier? Unité Je li le dialogue. Le journalite : Bonjour, je ui un journalite. Tu peux répondre à l interview que je fai la radio locale et le journal de la ville? Victor : Bien ûr, monieur. Le journalite : vec

Plus en détail

Sciences et technologies de l information et de la communication

Sciences et technologies de l information et de la communication Science et technologie de l information et de la communication 174 page Contexte général 176 page 5 appel à projet en 2013 ChIST-ERA Edition 2013 Call 2012 Contenu numérique et interaction - CONTINT Infratructure

Plus en détail

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian 1 EPFL 2010 Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilia Nafaï Weil Florian 11 Table de matière Ø Introduction 3 Ø Objectif 3 Ø Déroulement de l eai 4 Ø Exécution de deux palier de charge 6 Ø Calcul

Plus en détail

Restauration collective

Restauration collective Dossier de presse Février 2014 Restauration collective La portion de fromage emballée individuellement un atout dans la lutte contre le gaspillage alimentaire Contacts presse : agence becom! T. 01 42 09

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques ID-SC-172 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE 12.12.12 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques REFERENCES REGLEMENTAIRES : Règlement Européen N 834/2007

Plus en détail

Flexibles haute-pression & composants

Flexibles haute-pression & composants Flexible haute-preion & compoant Flexible confectionné 4 Flexible confectionné THP 7 Galvanator - tuyau alimentaire 7 Flexible confectionné jaune - tuyau alimentaire 7 Flexible confectionné Flexible confectionné

Plus en détail

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires)

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Titre I Dispositions générales Article premier : Objet du présent règlement Le présent règlement est un document d application

Plus en détail

Mercredi 12 janvier 2011

Mercredi 12 janvier 2011 NUMÉRO DE LA COPIE :.. EXAMEN PROFESSIONNEL D ACCES AU GRADE D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 ère CLASSE SPECIALITE «RESTAURATION» Session 2011 Mercredi 12 janvier 2011 EPREUVE : Epreuve écrite à caractère

Plus en détail

La qualité totale CONTENU DU MODULE

La qualité totale CONTENU DU MODULE La qualité totale CONTENU DU MODULE 1. Introduction 2. Les différentes notions et composantes de la qualité 2.1. La qualité peut avoir plusieurs sens 2.2. Les constituants de la qualité totale 3. Les intérêts

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

A savoir. > Les déchets de l ensemble de la restauration française représentent 10 % de la production de déchets ménagers, soit 2,5 millions de tonnes

A savoir. > Les déchets de l ensemble de la restauration française représentent 10 % de la production de déchets ménagers, soit 2,5 millions de tonnes Déchets > 1 tonne de verre recyclé = 660 kg de sable + 100 kg de fioul économisé > 1 tonne de plastique recyclé = entre 600 et 800 kg de pétrole brut économisé > 670 canettes valorisées = 1 vélo > 19 000

Plus en détail

N à voir Date moi Année Nom_source Type_source Auteur Titre Url_bdd Langue_ Pays Texte_original Texte_traduit. Computers

N à voir Date moi Année Nom_source Type_source Auteur Titre Url_bdd Langue_ Pays Texte_original Texte_traduit. Computers N à voir Date moi Année Nom_ource Type_ource Auteur Titre Url_bdd Langue_ Pay Texte_original Texte_traduit 1 11/15/2013 11 2013 Blog_Bit_New_York_Time Expert_blog Quentin_Hardy Amazon Bare It http://bit.blog.nytime.com/20

Plus en détail

Introduction aux algorithmes de bandit

Introduction aux algorithmes de bandit Mater MVA: Apprentiage par renforcement Lecture: 3 Introduction aux algorithme de bandit Profeeur: Rémi Muno http://reearcher.lille.inria.fr/ muno/mater-mva/ Référence bibliographique: Peter Auer, Nicolo

Plus en détail

PROTECTION DE PRODUITS EN IG

PROTECTION DE PRODUITS EN IG PROTECTION DE PRODUITS EN IG Ousman ABDOU Ingénieur Agrométéorologue Expert de l Agriculture en IG Point focal IG/OAPI Direction Générale de l Agriculture Tel: (00227) 90 34 09 28 Email: ous_ab@yahoo.fr

Plus en détail

numéro 2 avril 2006 PORTRAIT Les services techniques p. 14 SCOLARITÉ Lycée et nouveau groupe scolaire p. 16 CARNAVAL p.5 SOCIAL TRANSPORTS

numéro 2 avril 2006 PORTRAIT Les services techniques p. 14 SCOLARITÉ Lycée et nouveau groupe scolaire p. 16 CARNAVAL p.5 SOCIAL TRANSPORTS CARNAVAL p.5 PORTRAIT Le ervice technique p. 14 SCOLARITÉ Lycée et nouveau groupe colaire p. 16 SOCIAL TRANSPORTS ENFANCE Obtenez un numéro Bu : ligne 34 Incrire mon enfant unique départemental p. 15 à

Plus en détail

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC)

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) GUIDE À L INTENTION DES ORGANISATIONS Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) Pour des paniers de légumes locaux et sains, directement livrés

Plus en détail

Parc naturel régional du Perche Maison du Parc- Courboyer 61340 Nocé 02 33 85 36 36 www.parc.naturel.perche.fr

Parc naturel régional du Perche Maison du Parc- Courboyer 61340 Nocé 02 33 85 36 36 www.parc.naturel.perche.fr Parc naturel régional du Perche Maison du Parc- Courboyer 61340 Nocé 02 33 85 36 36 www.parc.naturel.perche.fr Malle documentaire alimentation L alimentation est l acte de nourrir et de se nourrir. Elle

Plus en détail

Le réseau essentiel pour les RPs et les journalistes

Le réseau essentiel pour les RPs et les journalistes Le réeau eentiel pour le RP et le journalite Biographie Interet Coverage Analyi Note ur le publication Tou le Journalite Le Département Etabliez le bon contact Gorkana a pour but de mettre en relation

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES FOURNITURE ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE DESTINES AU SERVICE DE LA RESTAURATION SCOLAIRE DE LA COMMUNE DE SEMBLANÇAY N MARCHE : CANT.2009 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Personne

Plus en détail

à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier

à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier 30 trucs et astuces à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier Par Olivier Seban, auteur de : TOUT LE MONDE MERITE D ETRE RICHE Ou tout ce que vous n avez jamais appris à l école à propos

Plus en détail

La lutte des classes a ses hauts et ses bas. En France, il faut. reconnaître une grande capacité de mobilisation. Après avoir manifesté contre le

La lutte des classes a ses hauts et ses bas. En France, il faut. reconnaître une grande capacité de mobilisation. Après avoir manifesté contre le numéro 3 - novembre 2013 Pour le accage du mon capitalite 50 cent La lutte clae a e haut et e ba. En France, il faut Sommaire P.1 Édito Internationale l autérité P.2 Pacification et tranformation d un

Plus en détail

Gestion des services IT Foundation basée sur la norme ISO/CIE 20000

Gestion des services IT Foundation basée sur la norme ISO/CIE 20000 Guide de Préparation Getion de ervice IT Foundation baée ur la norme ISO/CIE 20000 Édition Novembre 2013 Copyright 2013 EXIN All right reerved. No part of thi publication may be publihed, reproduced, copied

Plus en détail

2014-2015 COLLÉGIENS / LYCÉENS / ÉTUDIANTS /ADULTES

2014-2015 COLLÉGIENS / LYCÉENS / ÉTUDIANTS /ADULTES 2014-2015 COLLÉGIENS / LYCÉENS / ÉTUDIANTS /ADULTES Édito Dan une époque en perpétuelle mutation, il et néceaire de e former, voire d évoluer ou d acquérir un diplôme à tout âge ; pour vou éclairer dan

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Auteur : Renate Schemp Box 90612 Luanshya Zambie Traduction : SECAAR Service Chrétien d Appui à l Animation Rurale 06 BP 2037 Abidjan 06 Côte d Ivoire

Plus en détail