Modélisation d une section de poutre fissurée en flexion

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modélisation d une section de poutre fissurée en flexion"

Transcription

1 Moéliation une ection e poutre fiurée en flexion Prie en compte e effort tranchant Chritophe Varé* Stéphane Anrieux** * EDF R&D, Département AMA 1, av. u Général e Gaulle, Clamart ceex ** Laboratoire e Mécanique e Structure Inutrielle et Durable UMR CNRS-EDF 2832, 1, av. u Général e Gaulle, Clamart ceex RÉSUMÉ. La moéliation numérique et couramment emploée pour étuier le comportement namique e rotor fiuré e machine tournante an la meure où cet aléa et rare et ne permet onc pa la contitution un retour expérience inutriel exploitable. Une méthoe originale e calcul e la loi e comportement en flexion une ection e poutre fiurée a été préentée précéemment. L objectif u préent article conite à compléter cette première moéliation en intégrant le effet e effort tranchant. Pour certaine géométrie e fiure, on contate que e implification peuvent être apportée an la meure où le relation elon le moment e flexion une part et le effort tranchant autre part ont écouplée et an la meure où le comportement elon le effort tranchant et linéaire. Le éveloppement ont été mené à leur terme an ce ca et on pu faire l objet une première valiation qui et préentée. ABSTRACT. Numerical proceing i wiel ue to tu the namical behaviour of turbine cracke haft a thi event i rare an then oen t enable to have a ueful inutrial feeback. A new metho, which enable to calculate the contitutive law of a cracke beam ubjecte to bening wa previoul propoe. The aim of thi paper i to complete thi firt moel b aing hear effect. For ome crack geometr, it can be poible to implif the propoe beam moel ince bening moment an hear force are uncouple an the behaviour law aociate with the hear force i linear. Development were one in thi cae an ome reult of the valiation are hown. MOTS-CLÉS : fiure, rotor, turbine, effort tranchant, contact unilatéral, anale convexe KEYWORDS: crack, rotor, turbine, hear effect, unilateral contact, convex anali Gien 2005, page 1 à 6

2 2 Gien Introuction Une méthoe originale e calcul e la loi e comportement en flexion une poutre fiurée a été propoée an (Varé et al., 2000) et (Anrieux et al., 2002). Elle conite à éfinir, à partir e calcul 3D tenant compte u contact unilatéral entre le lèvre e la fiure, une relation e comportement non linéaire entre le moment e flexion appliqué à la ection fiurée et le champ e éplacement réultant, compatible avec la théorie e poutre afin en permettre l introuction an un moèle filaire. Cette émarche a été valiée expérimentalement (Auebert et al., 2002). Pui elle a été mie en œuvre avec uccè ur pluieur ca inutriel, en particulier e turbine. L apport e la émarche par rapport aux moèle éjà exitant (Wauer, 1991, Gah, 1993, Dimarogona, 1996) et ouble : elle autorie la prie en compte e fiure plane e forme et e nombre quelconque an la ection fiurée et elle tient compte e façon exacte e conition e contact unilatéral et e fermeture partielle e la fiure ou certain chargement. Par ailleur, le propriété e la olution triimenionnelle permettent e réuire coniérablement le nombre e calcul néceaire à la contruction e la loi e comportement. L anale menée ur autre machine telle que le pompe à axe e rotor vertical (Bachchmi et al., 2004) a néanmoin montré que le toreur effort appliquant aux ection uceptible e fiurer préentait une compoante e ciaillement ignificative néceitant intégrer le effort tranchant au moèle. 2. Obervation iue e calcul élément fini triimenionnel Le moèle retenu et celui une poutre fiurée en on milieu, e longueur 2L, e raon R, e moule Young E et inertie quaratique I. La poutre et encatrée en on extrémité gauche et ollicitée en on extrémité roite. De conition e contact unilatéral ont coniérée ur le lèvre e la fiure. T (2L) M (2L) Zone fiurée M (2L) x T (2L)

3 Moéliation une ection e poutre fiurée en flexion 3 Figure 1. Moèle e rotor fiuré retenu Dan la continuité e étue menée précéemment, la ection fiurée et repréentée par un élément noal ont on cherche à ientifier la loi e comportement. L élément noal porte 4 egré e liberté : [ q( L) = [ u ( L) [ u ( L) [ θ ( L) [ θ ( L) u u = θ θ + ( L ) u ( L ) + ( L ) u ( L ) + ( L ) θ ( L ) Saut e rotation elon + ( L ) θ ( L ) Saut e rotation elon Saut e éplacement elon Saut e éplacement elon Ientifier la loi e comportement e l élément noal revient onc à établir la loi qui relie le vecteur [q(l) aux effort interne à la poutre à l abcie x=l. Dan l étue e (El-arem et al., 2003) appliquée à l anale u comportement en flexion plane une poutre, le auteur ont obervé eux propriété uceptible e implifier coniérablement le moèle. Il et aini apparu que le relation e la loi e comportement e la ection fiurée, elon le moment e flexion une part et l effort tranchant autre part, étaient écouplée et que le comportement e la ection fiurée elon l effort tranchant était linéaire bien que l on tienne compte e conition e contact entre le lèvre e la fiure. Dan cette partie, on préente onc e imulation numérique 3D ont l objectif et oberver i ce propriété ont encore vraie lorque le éplacement e la poutre fiurée n et plu contenu an un plan. Pour le interpréter ce calcul, on retient en première approximation le relation cinématique implifiée uivante : [ ( ) ( 2L) [ ( ) ( ) SF SS - Saut e rotation au roit e la fiure : θ ( L) = θ 2L θ SF SS - Saut e éplacement : u ( L) = u 2L L[ θ L u (2L) où l expoant SF éigne le réultat obtenu ur la tructure fiurée et l expoant SS ceux obtenu ur la tructure aine. Ce formulation correponent à la repréentation graphique uivante : [1 [u (L) L l [θ (L) 2L x Poutr l e aine [u (L) L[θ (L)

4 4 Gien 2005 Figure 2. Relation cinématique implifiée utiliée pour la vérification e propriété e écouplage e effort tranchant et e moment fléchiant On préente ici un ca e chargement pour lequel la ection fiurée et oumie à un moment e flexion et à un effort tranchant. Le chargement à l extrémité e la poutre et e la forme : F(2L) = (T x, T, T, M x, M, M ) = (0, inφ, coφ, 0, 0, 0) Soit : F(L) = (T x, T, T, M x, M, M ) = (0, inφ, coφ, 0, -2 coφ, 2 inφ) On obtient alor l évolution e aut e éplacement et e rotation uivante : 1,5E-11 1,0E-11 5,0E-12 [ [ 1,0E-10 0,0E+00-1,0E-10 (m) 0,0E+00-5,0E-12-2,0E-10-3,0E-10 [r [r -1,0E-11-4,0E-10-1,5E-11-5,0E-10 Figure 3. Comportement local e la ection fiurée en fonction e Φ On contate que le aut e éplacement uivent une évolution inuoïale conformément à l effort appliqué. La linéarité e la répone elon la irection e ciaillement et onc bien confirmée. Pour le aut e rotation, on retrouve préciément l évolution qui avait été mie en évience an l étue (Varé et al., 2000). L inépenance e comportement elon l effort tranchant une part et le ciaillement autre part et onc bien confirmée. Ce propriété ne ont pa généraliable à toute géométrie e fiure. On peut néanmoin contruire e critère portant ur le éplacement à l extrémité e la poutre, qui permettent e vérifier leur valiité a poteriori ur le olution 3D. Aini, le écouplage et rigoureuement vérifié lorque le olution élémentaire u problème unilatéral ou effort tranchant eul au roit e la fiure, c et-à-ire : u T correponant au toreur impoé en x = 2L : F ut (2L) = (0, 1, 0, 0, 0, -L) u T correponant au toreur impoé en x = 2L : F ut (2L) = (0, 0, 1, 0, L, 0) atifont :

5 Moéliation une ection e poutre fiurée en flexion 5 u T U u T U F ( 2L). q (2L) = 0 et F ( 2L). q (2L) = 0 U 1 où q (2L) olution u problème unilatéral pour F U 1 (2L) =(1, 0, 0, 0, 0, 0) T u T u 2. u x (2L) = u x (2L) = 0 où ux et la compoante elon x 3. Expreion e l énergie e éformation et loi e comportement aociée Le propriété ci-eu étant retenue, l énergie e éformation e la ection fiurée en fonction e effort interne pren la forme uivante : ( T,T,M,M ) W( M,M ) + T + T TT élément fiuré W = + [2 2 2 où W(M,M ) et l énergie e éformation exprimée an (Varé et al., 2000, Anrieux et al., 2002)., et ont le ouplee apportée par la fiure, ientifiée à partir e calcul unitaire : W(1,0,0,0), W(0,1,0,0) et W(1,1,0,0). Pour ipoer une relation en rigiité et non pa en ouplee, on calcule l énergie e éformation en fonction e icontinuité w. Cette ernière et reliée à W par la relation e Legenre-Fenchel : w ([ u[, ) = Sup( T[ u + M[ θ W( T, M) θ ) [3 T T T, M où : T =, M =, [ M M [ u [ θ u = [ u et [ θ = θ [ La fonction énergie en effort étant écouplée, W(T,M)=W(T,0)+W(0,M), on montre que on expreion en fonction e icontinuité l et également : w ([ u[, θ ) = w ([ u,0) + w ( 0, [ θ ) La tranformée w ([u,0) a été onnée an (Varé et al., 2000, et Anrieux et al., 2002). Le terme aocié à l effort tranchant pren la forme claique : w ([ u,0) = k [ u + k [ u + k [ u [ u [5 2 2 où : k =, k = et k = Finalement, la loi e comportement e la ection fiurée et éterminée par érivation e la fonction énergie. Soit, en reprenant l expreion en fonction e moment e flexion éterminée an (Varé et al., 2000) et (Anrieux et al., 2002) : [4

6 6 Gien 2005 EI EI k( ϕ) k' ( ϕ) 0 0 M θ 4L 8L M EI EI k' ( ) k( ) 0 0 [ θ ϕ ϕ T = 8L 4L u T 0 0 k k 0 0 k [ u k où [ θ ϕ = Arc tan [ θ [6 4. Mie en œuvre et valiation Le éveloppement ci-eu ont été implanté an le logiciel Caac (EDF) e calcul namique e rotor. Dan le ca u rotor préenté Figure 1, en rotation lente et oumi à un effort e irection et amplitue contante en on extrémité, on obtient un excellent accor entre le réultat obtenu en moéliation 3D et 1D : 1,0E-09 4,E-12 7,5E-10 1D 3D 2,E-12 1D 3D (m) 5,0E-10 (m) 0,E+00 2,5E-10-2,E-12 0,0E+00-4,E-12 Figure 4 gauche. Comparaion 1D-3D chargement en flexion et ciaillement Figure 4 roite. Comparaion 1D-3D chargement en ciaillement pur 5. Bibliographie Anrieux S., Varé C., «A 3D cracke beam moel with unilateral contact Application to rotor», European Journal of Mechanic, A/ Soli, n 21, 2002, p Auebert S., Voini Ph., «Comportement namique e rotor avec fiuration tranvere : moéliation et valiation expérimentale», 13 ème colloque vibration, choc et bruit. Bachchmi N., Pennacchi P., Tani E., Verrier P., Hanaoui F., Aabai K., «Crack etectabilit in vertical axi cooling pump uring operation», International Journal of Rotating Machiner, n 10, 2004, p Dimarogona A.D., «Vibration of cracke tructure : a tate of the art review», Engeenering Fracture Mechanic, vol. 55, n 5, 1996, p

7 Moéliation une ection e poutre fiurée en flexion 7 El-Arem S., Anrieux S., Varé C., Verrier P., «Loi e comportement en flexion une ection e poutre fiurée avec prie en compte e effet e ciaillement», 7 ème colloque national en calcul e tructure, Gien, Gah R. «A urve of the namic behaviour of a imple rotating haft with a tranvere crack», Revue of Soun an Vibration, n 160, 1993, p Varé C., Anrieux S., «Moéliation une ection e poutre fiurée Application aux rotor e turbine», Revue Françaie e Mécanique, n , p Wauer J., «On the namic of cracke rotor A literature urve», Applie Mechanic Revue, n 43, 1990, p

SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3. 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Produit ou comoment de deux torseurs 4

SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3. 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Produit ou comoment de deux torseurs 4 SOAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Prouit ou comoment e eux torseurs 4 2.2 Torseurs élémentaires 4 2.2.1 Torseur couple 4 2.2.2 Torseur

Plus en détail

Béton armé et précontraint I VERIFICATIONS E.L.S. E.N.P.C. module B.A.E.P.1. Jean Marc JAEGER Setec TPI. ENPC Module BAEP1 Séance 3 1

Béton armé et précontraint I VERIFICATIONS E.L.S. E.N.P.C. module B.A.E.P.1. Jean Marc JAEGER Setec TPI. ENPC Module BAEP1 Séance 3 1 Béton armé et précontraint I VERIFICATIONS E.L.S. Jean Marc JAEGER Setec TPI E.N.P.C. module B.A.E.P.1 ENPC Module BAEP1 Séance 3 1 ENPC Module BAEP1 Séance 3 2 3. ETATS LIMITES DE SERVICE : Définition

Plus en détail

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian 1 EPFL 2010 Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilia Nafaï Weil Florian 11 Table de matière Ø Introduction 3 Ø Objectif 3 Ø Déroulement de l eai 4 Ø Exécution de deux palier de charge 6 Ø Calcul

Plus en détail

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP Titre : SSNV14 - Traction biaxiale avec la loi e comport[...] Date : 17/02/2011 Page : 1/14 Manuel e Valiation Fascicule V6.04 : Statique non linéaire es structures volumiques Document V6.04.14 SSNV14

Plus en détail

Platine d expérimentation MicroMAG : à la découverte de la machine synchrone autopilotée

Platine d expérimentation MicroMAG : à la découverte de la machine synchrone autopilotée Platine d expérimentation MicroMAG : à la découverte de la machine ynchrone autopilotée. NOGAREDE, D. HARRIEY, Y. LEFEVRE, F. PIGACHE ertrand.nogarede@laplace.univ-tle.fr INPT/ENEEIHT, 2 rue Camichel,

Plus en détail

Paramètres clés pour la conception d une machine pentaphasée à aimants à double polarité

Paramètres clés pour la conception d une machine pentaphasée à aimants à double polarité SYPOSIU DE GENIE ELECTRIQUE (SGE 4) : EF-EPF-GE 04, 8-0 JUILLET 04, ENS CACHAN, FRANCE Paramètre clé pour la conception d une machine pentaphaée à aimant à double polarité Huein ZAHR,, Franck SCUILLER,

Plus en détail

ÉVALUATION DE L INCERTITUDE EN UTILISANT LES SIMULATIONS DE MONTE CARLO

ÉVALUATION DE L INCERTITUDE EN UTILISANT LES SIMULATIONS DE MONTE CARLO ÉVALUATION DE L INCERTITUDE EN UTILISANT LES SIULATIONS DE ONTE CARLO. Déenfant *, N. Ficher *, B. Blanquart **, N. Bédiat** *Laboratoire national de métroloie et d eai (LNE) ** Centre Technique de Indutrie

Plus en détail

TS3 : conditionnement du signal du capteur. Cours sur l électronique de conditionnement du capteur. Novembre 2006 Patrick POULICHET

TS3 : conditionnement du signal du capteur. Cours sur l électronique de conditionnement du capteur. Novembre 2006 Patrick POULICHET Cour ur l électronique e conitionnement u capteur Noembre 006 Patrick POULICHET Généralité ur le chaîne acquiition... 3. Introuction... 3. Structure une chaîne acquiition....3 Paramètre e imenionnement

Plus en détail

Travaux Pratiques d Electronique d Instrumentation I & II

Travaux Pratiques d Electronique d Instrumentation I & II TP1 : Caractériation de l ampliop réel (Chapitre I du cour d électronique d intrumentation) Le but de cette éance de TP et de d illutrer quelque caractéritique de l ampliop réel à traver l étude d un montage

Plus en détail

Il existe depuis longtemps dans nos sociétés une tendance à utiliser des sigles pour abréger des

Il existe depuis longtemps dans nos sociétés une tendance à utiliser des sigles pour abréger des ghhhf hhfhhj gbbj bghh hfhh bbb bbghhhf ;y dpi L'IDENTIFICATION DES SYMBOLES Chapitre 3 CHAPITRE 3 L IDENTIFICATION DES SYMBOLES Il exite depui longtemp dan no ociété une tendance à utilier de igle pour

Plus en détail

Changement de fréquence, effet Doppler

Changement de fréquence, effet Doppler N 804 BULLETIN DE L'UNION DES PHYSICIENS 869 Changement de fréquence, effet Doppler par Yve BAIMA, André JORANDON, Sylvie MORLEN et Marc VINCENT Lycée La Martinière Monplaiir - 69372 Lyon Cedex 08 RÉSUMÉ

Plus en détail

Quelques notions de conductimétrie

Quelques notions de conductimétrie Quelques nots e conuctimétrie - Mobilité un Deux électroes planes, parallèles, e surface et istantes e sont reliées aux pôles un générateur alternatif (*). I Les surfaces sont en regar l une e l autre

Plus en détail

R.D.M. Résistance des Matériaux

R.D.M. Résistance des Matériaux R.D.. Réitance de atéiau 1 UT DE L R.d.. La éitance de matéiau et la mécanique de olide défomable. Elle pemet de : Caactéie le matéiau ; Dimenionne une pièce à pati de effot qu elle uppote ; Détemine la

Plus en détail

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D.

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Christian Mariotti, Françoise Le Piver Laboratoire de Détection et de Géophysique CEA/DAM/DASE BP12 91680 Bruyères le Châtel christian.mariotti@cea.fr

Plus en détail

EQUATIONS DE DROITES

EQUATIONS DE DROITES EQUTIONS DE DROITES Introuction : Dans le chapitre précéent, nous avons éjà constaté qu il existait un lien relativement étroit entre les roites et les fonctions u premier egré. La représentation graphique

Plus en détail

Méthode d aide à la conception en présence d imprécisions

Méthode d aide à la conception en présence d imprécisions Méthode d aide à la conception en présence d imprécisions Franck Massa, Thierry Tison, Bertrand Lallemand Laboratoire d'automatique, de Mécanique et d'informatique Industrielles et Humaines, UMR 8530,

Plus en détail

BAREME sur 40 points. Informatique - session 2 - Master de psychologie 2006/2007

BAREME sur 40 points. Informatique - session 2 - Master de psychologie 2006/2007 BAREME ur 40 point Informatique - eion 2 - Mater de pychologie 2006/2007 Bae de donnée PRET de MATERIEL AUDIO VISUEL. Remarque : Le ujet comporte 7 page. Vérifier qu il et complet avant de commencer. Une

Plus en détail

Exercice 2 : Comment déterminer le relief du fond marin avec un sondeur? (5,5 pts) Les trois parties de l exercice sont indépendantes

Exercice 2 : Comment déterminer le relief du fond marin avec un sondeur? (5,5 pts) Les trois parties de l exercice sont indépendantes Exercice 2 : Comment éterminer le relief u fon marin avec un soneur? (5,5 pts) Amérique u nor 2007 http://labolycee.org Les trois parties e l exercice sont inépenantes 1. Étue e l one ultrasonore ans l

Plus en détail

PROBLEME DE CHIMIE. Toutes les données nécessaires à la résolution de ce problème apparaissent au VI en fin d énoncé. AUTOUR DU DIOXYDE DE TITANE

PROBLEME DE CHIMIE. Toutes les données nécessaires à la résolution de ce problème apparaissent au VI en fin d énoncé. AUTOUR DU DIOXYDE DE TITANE Le calculatrice ont autoriée. ***** N.B. : Le candidat attachera la plu grande importance à la clarté, à la préciion et à la conciion de la rédaction. Si un candidat et amené à repérer ce qui peut lui

Plus en détail

II - 3 Les poutres. Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 12 octobre 2010. Définition d une poutre Aspects géométriques

II - 3 Les poutres. Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 12 octobre 2010. Définition d une poutre Aspects géométriques II - 3 Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 12 octobre 21 Définition d une poutre Aspects géométriques Aperçu Forces internes + conventions de signe = sollicitations Principaux cas de sollicitation [Frey,

Plus en détail

Impact de l éolien sur le réseau de transport et la qualité de l énergie

Impact de l éolien sur le réseau de transport et la qualité de l énergie Journée du Club EEA «Ouverture de marché de l'électricité», 15 et 16 mar 26, Supélec, Gif-ur-Yvette 1 Impact de l éolien ur le réeau de tranport et la qualité de l énergie B. Robyn 1,2, A. Davigny 1,2,

Plus en détail

Caractérisation de l interface Si/SiO 2 par mesure C(V)

Caractérisation de l interface Si/SiO 2 par mesure C(V) TP aractériation de l interface Si/SiO par meure (V) aractériation de l interface Si/SiO par meure (V) Introduction p I Effet de champ à l interface Si/SiO p Fonctionnement d une capacité MOS p Principe

Plus en détail

XI. Les poutres. XI. Les poutres. XI. Les poutres. XI. Les poutres. XI. Les poutres. Poutre bi-articulée sous charge uniforme

XI. Les poutres. XI. Les poutres. XI. Les poutres. XI. Les poutres. XI. Les poutres. Poutre bi-articulée sous charge uniforme Ecole Nationale Supérieure d rchitecture de Mareille S2CE1 Cour de Structure Fonction de la poutre : franchir Poutre ur 2 appui (bi-articulée) : moment fléchiant et effort tranchant lexandre de la Foye

Plus en détail

Les sondes d oscilloscopes

Les sondes d oscilloscopes Le onde d ocillocope /6 I Decription Il exite troi grande catégorie de onde: - Le onde paive (, L, C, atténuatrice ou non, avec de rapport d atténuation de,, ou (Sonde X, X, X, X. - 2 Le onde active, qui

Plus en détail

constitue, est formée à partir des éléments de la première famille qui contient l électron, les quarks u («up», de charge 2/3 e 1, m u

constitue, est formée à partir des éléments de la première famille qui contient l électron, les quarks u («up», de charge 2/3 e 1, m u Atrophyique et haute énergie Le ocillation e méon beaux Par l étue e phénomène rare on peut accéer à e particule qui ont trop loure pour pouvoir être prouite irectement an le laboratoire Nou avon epui

Plus en détail

TP6 : ALIMENTATION A DECOUPAGE : HACHEUR SERIE ET CONVERTISSEUR STATIQUE ABAISSEUR DE TENSION

TP6 : ALIMENTATION A DECOUPAGE : HACHEUR SERIE ET CONVERTISSEUR STATIQUE ABAISSEUR DE TENSION P6 : ALIMNAION A DCOUPAG : HACHUR SRI CONVRISSUR SAIQU ABAISSUR D NSION INRODUCION Le réeau alternatif indutriel fournit l énergie électrique principalement ou de tenion inuoïdale de fréquence et d amplitude

Plus en détail

Analyse de l état des flux de trésorerie

Analyse de l état des flux de trésorerie École de Haute Étude Commerciale Analye de l état de flux de tréorerie Document pédagogique rédigé par Louie St-Cyr et David Pinonneault Copyright 1997. Réviion 2000. École de Haute Étude Commerciale (HEC),

Plus en détail

Chapitre 3.2 L expérience de Young

Chapitre 3.2 L expérience de Young hapitre 3.2 expérience e Young étalement e l one plane en one sphérique orsqu une one plane subit une iffraction au travers une ouverture, l one pren la forme une one sphérique. orsque l one sphérique

Plus en détail

www.atv.fr Amortisseurs Pince-rails de chocs

www.atv.fr Amortisseurs Pince-rails de chocs www..fr mortieur Pince-rail de choc compener page Technologie 0 Contruction et fonctionnement 03 Symbole Formule de bae 04 Ca de charge Groupe de charge et utiliation 05 Ca de charge et utiliation 06 Déignation

Plus en détail

Progressons vers l internet de demain

Progressons vers l internet de demain Progreon ver l internet de demain COMPRENDRE LA NOTION DE DÉBIT La plupart de opérateur ADSL communiquent ur le débit de leur offre : "512 Kb/", "1 Méga", "2 Méga", "8 Méga". À quoi ce chiffre correpondent-il?

Plus en détail

Optique. LEYBOLD Fiches d expériences de physique P5.6.2.1. 0706-Gan/Hag. Vitesse de la lumière Mesure avec des impulsions lumineuses courtes

Optique. LEYBOLD Fiches d expériences de physique P5.6.2.1. 0706-Gan/Hag. Vitesse de la lumière Mesure avec des impulsions lumineuses courtes Optique Vitee de la lumière Meure avec de impulion lumineue courte LEYBOLD Fiche d expérience de phyique Détermination de la vitee de la lumière dan l air à partir de la ditance parcourue et du temp de

Plus en détail

Chapitre. Chapitre 12. Fonctions de plusieurs variables. 1. Fonctions à valeurs réelles. 1.1 Définition. 1.2 Calcul de dérivées partielles

Chapitre. Chapitre 12. Fonctions de plusieurs variables. 1. Fonctions à valeurs réelles. 1.1 Définition. 1.2 Calcul de dérivées partielles 1 Chapitre Chapitre 1. Fonctions e plusieurs variables La TI-Nspire CAS permet e manipuler très simplement les onctions e plusieurs variables. Nous allons voir ans ce chapitre comment procéer, et éinir

Plus en détail

Béton Armé. la section de béton est globalement comprimée, la présence des aciers longitudinaux viennent seulement renforcer la résistance du poteau.

Béton Armé. la section de béton est globalement comprimée, la présence des aciers longitudinaux viennent seulement renforcer la résistance du poteau. I. Principe u Béton Armé La réiance u éton e trè aile en traction. En revance, l acier réie trè ien à la traction. Aui, le principe ou-jacent au éton armé e inérer an la matrice e éton e acier an le zone

Plus en détail

Technique de Correction du Facteur de Puissance (PFC) dans les convertisseurs AC-DC monophasé : Application boost PFC

Technique de Correction du Facteur de Puissance (PFC) dans les convertisseurs AC-DC monophasé : Application boost PFC Technique e Correction u Facteur e Puiance (PFC) an le convertieur AC-DC monophaé : Application boot PFC *Z.Dey, *M K Fellah, *A.Benaia * ntelligent Control an Electrical Power Sytem aboratory CEPS Djillali

Plus en détail

Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains

Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains Etienne ARNOULT Abdelhamid TOUACHE Pascal LARDEUR Université de Technologie de Compiègne Laboratoire Roberval BP 20 529 60

Plus en détail

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace;

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace; 7 M1 EASTICITE I.- INTRODUCTION orsqu'un corps est soumis à des contraintes externes, celui-ci subit des déformations qui dépendent de l'intensité de ces contraintes. Si ces dernières sont faibles, on

Plus en détail

Impact de l éolien sur le réseau de transport et la qualité de l énergie

Impact de l éolien sur le réseau de transport et la qualité de l énergie 1 Impact de l éolien ur le réeau de tranport et la qualité de l énergie B. Robyn 1,2, A. Davigny 1,2, C. Saudemont 1,2, A. Anel 1,2, V. Courtecuie 1,2 B. Françoi 1,3, S. Plumel 4, J. Deue 5 Centre National

Plus en détail

Ventilation à la demande

Ventilation à la demande PRÉSENTATION Ventilation à la demande Produit de pointe pour ventilation à la demande! www.wegon.com La ventilation à la demande améliore le confort et réduit le coût d exploitation Lorque la pièce et

Plus en détail

Guide de configuration d'une classe

Guide de configuration d'une classe Guide de configuration d'une clae Viion ME Guide de configuration d'une clae Contenu 1. Introduction...2 2. Ajouter de cour...4 3. Ajouter de reource à une leçon...5 4. Meilleure pratique...7 4.1. Organier

Plus en détail

Simulation Matlab/Simulink d une machine à induction triphasée. Constitution d un référentiel

Simulation Matlab/Simulink d une machine à induction triphasée. Constitution d un référentiel Simulation Matlab/Simulink une machine à inuction triphasée Constitution un référentiel Capocchi Laurent Laboratoire UMR CNRS 6134 Université e Corse 3 Octobre 7 1 Table es matières 1 Introuction 3 Moélisation

Plus en détail

Chapitre 4. Comportement du béton en flexion simple

Chapitre 4. Comportement du béton en flexion simple Dr. Ir. P. Boeraeve Cour de Béton armé 1 Chapitre 4. Comportement du béton en flexion imple 4.1 Convention/notation Signe : + compreion - traction Notation : voir tableau Unité : 1 MegaPacal = 10 6 Pacal

Plus en détail

La lettre. La Gestion des filiales dans une PME : Bonnes Pratiques et Pièges à éviter. Implantations à l étranger : Alternatives à la création

La lettre. La Gestion des filiales dans une PME : Bonnes Pratiques et Pièges à éviter. Implantations à l étranger : Alternatives à la création Doier : Getion d entreprie 42 La Getion de filiale dan une PME : Bonne Pratique et Piège à éviter Certaine PME ont tout d une grande. entreprie. A commencer par la néceité d avoir de filiale. Quel ont

Plus en détail

Calculs autour des moteurs et de leurs charges

Calculs autour des moteurs et de leurs charges Calcul autour de moteur et de leur charge Guy Gauthier ing., Ph.D. Juillet 2011 Source: Drury Bill, The Control Technique Drive and Control Handbook, The Intitution of Electrical Engineer, London, United

Plus en détail

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité :

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité : Titre : SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre [...] Date : 15/1/011 Page : 1/6 Responsable : Nicolas GREFFET Clé : V6.0.16 Révision : 8101 SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite

Plus en détail

Trouver des sources de capital

Trouver des sources de capital Trouver de ource de capital SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Emprunt garanti et non garanti Vente de part de capital Programme gouvernementaux Source moin courante SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Quelque principe

Plus en détail

Prudence, Epargne et Risques de Soins de Santé Christophe Courbage

Prudence, Epargne et Risques de Soins de Santé Christophe Courbage Prudence, Epargne et Rique de Soin de Santé Chritophe Courbage ASSOCIATION DE GENÈVE Introduction Le compte d épargne anté (MSA), une nouvelle forme d intrument pour couvrir le dépene de anté en ca de

Plus en détail

Conditions Générales de Vente. Clients professionels

Conditions Générales de Vente. Clients professionels Condition Vente Client profeionnel _dipoleelectroniqueprofeionnel PAGE 1/6 PREAMBULE Conformément a la loi en vigueur, le préente condition générale de la ociété DIPOLE, SARL au capital de 15.000, dont

Plus en détail

6 Equations du première ordre

6 Equations du première ordre 6 Equations u première orre 6.1 Equations linéaires Consiérons l équation a k (x) k u = b(x), (6.1) où a 1,...,a n,b sont es fonctions continûment ifférentiables sur R. Soit D un ouvert e R et u : D R

Plus en détail

T R E I L L I S D C F L EXZONE M C Guide de conception électrique SYSTÈMES D INSTALLATION

T R E I L L I S D C F L EXZONE M C Guide de conception électrique SYSTÈMES D INSTALLATION SYSTÈMES D INSTALLATION Enemble, no idée p r e n n e n t f o r m e MD T R E I L L I S D C F L EXZONE M C Guide de conception électrique Dein et détail du ytème électrique avec le partenaire compatible

Plus en détail

Emplois dans le secteur agricole : caractéristiques et évolution

Emplois dans le secteur agricole : caractéristiques et évolution Octobre 2014 Emploi dan le ecteur agricole : caractéritique et évolution Direction régionale de l alimentation, de l agriculture, et de la Forêt Service Régional pour l Information Statitique et Economique(SRISE)

Plus en détail

La piézographie : étude comparative entre tests phonétiques arabe et français

La piézographie : étude comparative entre tests phonétiques arabe et français La piézographie : étue comparative entre tet phonétique arabe et françai RÉSUMÉ Rajae ZEROUAL Profeeur agrégée e prothèe maxillo-faciale, Univerité Haan II, Faculté e méecine entaire e Caablanca, Rue Abou

Plus en détail

Commande d un système linéaire.

Commande d un système linéaire. PSI Brizeux Ch. E4: Commande d un ytème linéaire - Le ocillateur à boucle de réaction 43 CHAPITRE E4 Commande d un ytème linéaire. Le ocillateur à boucle de réaction On peut claer le ytème en deux catégorie

Plus en détail

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE Revue Construction étallique Référence DÉVERSEENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYÉTRIQUE SOUISE À DES OENTS D EXTRÉITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE par Y. GALÉA 1 1. INTRODUCTION Que ce

Plus en détail

UNIVERSITE D ELOUED DEPARTEMENT D'ELECTROTECHNIQUE

UNIVERSITE D ELOUED DEPARTEMENT D'ELECTROTECHNIQUE tranformateur 1- Contitution Un tranformateur comprend un circuit magnétique contitué de pluieur tôle ferromagnétique en forme de "E" et de "I" aemblée «tête-bêche». Ce tôle ont recouverte d un verni iolant

Plus en détail

Les isométries du plan

Les isométries du plan Chapitre 8 Le iométrie u plan 1. Symétrie orthogonale (ou ymétrie axiale) Définition. Etant onné une roite u plan, la ymétrie orthogonale axe et la tranformation u plan notée, qui aocie à tout point M

Plus en détail

La Méthode d'adomian Appliquée à L'équation de Bernoulli

La Méthode d'adomian Appliquée à L'équation de Bernoulli Journal of Avance Research in Science an Technology ISSN: 2352-9989 La Méthoe 'Aomian Appliquée à L'équation e Bernoulli Choucha Abelbaki 1 an Guerbati Kaour 2 1,2 Laboratoire e Mathématiques et Sciences

Plus en détail

Circulation thermohaline et variation de la salinité

Circulation thermohaline et variation de la salinité Circulation thermohaline et variation de la alinité Mie en évidence de variation de la concentration de la olution lor du changement d état de l eau de mer à l aide d une meure phyique : celle de la conductimétrie.

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps 2010 N 10-06- 05 Mi à jour le 15 juin 2010 L e D o i e r d e l a D o c 1. Définition Sommaire 2. Modification iue du décret n 2010-531 3. Principe du compte épargne temp Bénéficiaire potentiel Alimentation

Plus en détail

Chapitre XXI : Equilibres de Solubilité/précipitation

Chapitre XXI : Equilibres de Solubilité/précipitation Chapitre XXI : Equilibre de Solubilité/précipitation Plan : ********************** I- Généralité 1- Solubilité et contante de olubilité a- Définition b- Mie en olution aqueue d un oluté moléculaire an

Plus en détail

Cap Maths. Guide de l enseignant. Nouveaux programmes. cycle. Roland CHARNAY Professeur de mathématiques en IUFM

Cap Maths. Guide de l enseignant. Nouveaux programmes. cycle. Roland CHARNAY Professeur de mathématiques en IUFM Cap Math CP 2 cycle Guide de l eneignant Nouveaux programme SOUS LA DIRECTION DE Roland CHARNAY Profeeur de mathématique en IUFM Marie-Paule DUSSUC Profeeur de mathématique en IUFM Dany MADIER Profeeur

Plus en détail

Il existe plusieurs coefficients qui permettent de mieux évaluer une distribution. Nous en examinons les principaux dans les lignes qui suivent.

Il existe plusieurs coefficients qui permettent de mieux évaluer une distribution. Nous en examinons les principaux dans les lignes qui suivent. Le coefficient Il exite pluieur coefficient qui permettent de mieux évaluer une ditribution. Nou en examinon le principaux dan le ligne qui uivent. Le coefficient de variation (CV) Le coefficient de variation

Plus en détail

Détermination de la structure cristallographique de la pyrite

Détermination de la structure cristallographique de la pyrite UPMC-Sorbonne Universités M-SMNO Travaux pratiques e iffraction es rayons X Détermination e la structure cristallographique e la pyrite La pyrite, e formule chimique FeS, est un minéral très répanu, que

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

Racine carrée. 1 Introduction 1. 2 Définition 2. 3 Propriétés 2. 4 Simplifier une racine carrée 4. 6 Quantité conjuguée 6

Racine carrée. 1 Introduction 1. 2 Définition 2. 3 Propriétés 2. 4 Simplifier une racine carrée 4. 6 Quantité conjuguée 6 Table es matières Racine carrée 1 Introuction 1 Définition Propriétés 4 Simplifier une racine carrée 4 Équation x a = 0 6 6 Quantité conjuguée 6 1 Introuction On veut connaître la mesure es iagonales e

Plus en détail

Calcul de la taille d un échantillon

Calcul de la taille d un échantillon Calcul de la taille d un échantillon Pr. A. ILIADIS LaboratoiredePharmacocinétique U.F.R. de Pharmacie, Univerité de la Méditerranée iliadi@pharmacie.univ-mr.fr http://pharmapk.pharmacie.univ-mr.fr/ Réumé

Plus en détail

Intitulée Etude et Synthèse des Caractéristiques de Réseaux d antennes Imprimées Supraconductrices dans la Bande Millimétrique

Intitulée Etude et Synthèse des Caractéristiques de Réseaux d antennes Imprimées Supraconductrices dans la Bande Millimétrique REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE MENTOURI - CONSTANTINE FACULTE DES SCIENCES DE L'INGENIEUR DEPARTEMENT D'ELECTRONIQUE

Plus en détail

Correction des exercices sur l effet Doppler. Exercice 21 p.79

Correction des exercices sur l effet Doppler. Exercice 21 p.79 Correction es exercices sur l eet Doppler xercice 21 p.79 Pour les curieux : justiication e la ormule onnée. L t = 0 L 1 λ t 1.(t -t) L 2.(t -t) t 2 t 1 t 2 oit t = 0 l instant émission u premier ront

Plus en détail

FDNV100 - Ballottement d un réservoir d eau avec paroi déformable élastique

FDNV100 - Ballottement d un réservoir d eau avec paroi déformable élastique Titre : FDNV100 - Ballottement d un réservoir d eau avec p[...] Date : 03/11/2010 Page : 1/7 Manuel de Validation Fascicule V8.03 : Fluide non linéaire Document : V8.03.100 FDNV100 - Ballottement d un

Plus en détail

ETUDE DES DEFORMATIONS M G. M t M G 1. Dans (G,x,y,z ): 0 M t. N = 0, Ty = 0, Tz = 0 avec. [T coh ] = donc = M t 0, M fy = 0, M fz = 0 REMARQUE:

ETUDE DES DEFORMATIONS M G. M t M G 1. Dans (G,x,y,z ): 0 M t. N = 0, Ty = 0, Tz = 0 avec. [T coh ] = donc = M t 0, M fy = 0, M fz = 0 REMARQUE: TSN Solie iéal: matériau homogène, isotrope, poutre rectiligne, e section constante et circulaire. Les actions etérieures ans les sections etrêmes sont moélisables par eu moments opposés, portés par la

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 30 juin 2004 FUZEON 90 mg/ml, poudre et olvant pour olution injectable Boîte de 60 flacon de poudre pour olution injectable, 60

Plus en détail

Document ressource TECHNOLOGIE ALU-VERRE-PVC

Document ressource TECHNOLOGIE ALU-VERRE-PVC I N E R T I E D é f i n i t i o n L inertie d un profil représente sa capacité à ne pas se déformer sous l effet d une sollicitation. Unité : cm 4 Symbolisation : I Plus I est grand, moins le profil se

Plus en détail

Chapitre VIII-4. Equilibres de solubilité et de précipitation

Chapitre VIII-4. Equilibres de solubilité et de précipitation Chapitre VIII-4 Plan : I- Généralité...2 - Solubilité et contante de olubilité...2 a- Définition...2 b- Mie en olution aqueue d un olide moléculaire an réaction chimique...2 c- Mie en olution aqueue d

Plus en détail

Le défi. reseau-cdls-cls.ca

Le défi. reseau-cdls-cls.ca an 1 nce La cieo techn de en moue pratiq Le défi Concevoir un appareil qui doit enclencher une cacade d évènement. Le dernier évènement era le lancer d un projectile le plu prè poible d une cible. 15 0

Plus en détail

Catalogue formations. Carsat Nord-Est. Département des Risques Professionnels

Catalogue formations. Carsat Nord-Est. Département des Risques Professionnels Catalogue formation 2014 Carat Nord-Et Département de Rique Profeionnel INTRODUCTION La mie en œuvre d une politique de anté au travail dan l entreprie pae par l acquiition de connaiance et de compétence

Plus en détail

Manlab. Logiciel de continuation interactif. R. Arquier B. Cochelin C. Vergez

Manlab. Logiciel de continuation interactif. R. Arquier B. Cochelin C. Vergez Manlab Logiciel de continuation interactif R. Arquier B. Cochelin C. Vergez Laboratoire de mécanique et d acoustique (UPR CNRS 7051) Ecole généraliste d ingénieurs de Marseille (EGIM) Technopôle de Château-Gombert

Plus en détail

Gestion des contacts 3D pour une modélisation Eléments Discrets

Gestion des contacts 3D pour une modélisation Eléments Discrets Gestion es contacts 3D pour une moélisation Eléments Discrets Issa Sanni - Jérôme Fortin - Patrice Coorevits Laboratoire e Technologies Innovantes (EA - 3899) Université e Picarie Jules Verne 48 rue Ostene,

Plus en détail

Projet. Courbe de Taux. Daniel HERLEMONT 1

Projet. Courbe de Taux. Daniel HERLEMONT 1 Projet Courbe de Taux Daniel HERLEMONT Objectif Développer une bibliothèque en langage C de fonction relative à la "Courbe de Taux" Valeur Actuelle, Taux de Rendement Interne, Duration, Convexité, Recontitution

Plus en détail

Éléments spectraux d une fonction cyclostationnaire

Éléments spectraux d une fonction cyclostationnaire Éléments spectraux d une fonction cyclostationnaire Alain BOUDOU 1 & Sylvie VIGUIR-PLA 1 & 2 1 quipe de Stat. et Proba., Institut de Mathématiques, UMR5219 Université Paul Sabatier, 118 Route de Narbonne,

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

Introduction aux équations de Lagrange

Introduction aux équations de Lagrange Chapitre 1 Introuction aux équations e Lagrange 1.1 Equations e Lagrange pour une particule 1.1.1 Equations e Lagrange Consiérons le cas particulier une particule astreinte à se éplacer, sans frottement,

Plus en détail

Le Devenir Professionnel des Docteurs de l Université de Bourgogne

Le Devenir Professionnel des Docteurs de l Université de Bourgogne Le Devenir Profeionnel de Docteur de l Univerité de Bourgogne Thèe outenue en 1995, 1996 et 1997 Stéphane Louvet Obervatoire de l Etudiant Cathy Perret Centre Aocié du Céreq / Irédu- Sommaire 1. Préentation

Plus en détail

15 exercices corrigés d Electrotechnique sur la machine à courant continu

15 exercices corrigés d Electrotechnique sur la machine à courant continu 15 exercices corrigés d Electrotechnique sur la machine à courant continu Sommaire Exercice MCC01 : machine à courant continu Exercice MCC02 : machine à courant continu à excitation indépendante Exercice

Plus en détail

Précipitation - Produit de solubilité

Précipitation - Produit de solubilité Précipitation Produit de olubilité A Introduction : Lor de l addition de certain ion ( O H, Cl,...) dan une olution contenant de cation métallique, nou contaton qu il apparaît une phae olide. L apparition

Plus en détail

I- Moteur asynchrone triphasé

I- Moteur asynchrone triphasé I- Moteur aynchrone triphaé 1-contruction et principe de fonctionnement Le moteur aynchrone et formé : - Stator la partie fixe du moteur. Il comporte troi bobinae (ou enroulement) qui peuvent être couplé

Plus en détail

Marc Chemillier Master M2 Atiam (Ircam), 2011-2012

Marc Chemillier Master M2 Atiam (Ircam), 2011-2012 MMIM Moèles mathématiques en informatique musicale Marc hemillier Master M2 tiam (Ircam), 2011-2012 Oracle es facteurs (logiciels improvisation OMax, ImproteK) - onstruction e l oracle o Liens suffixiels

Plus en détail

4 Machines simples. 4.1 Poulies. 3BC - LRSL Mécanique 18

4 Machines simples. 4.1 Poulies. 3BC - LRSL Mécanique 18 3BC - LRSL Mécanique 18 4 Macine imple Une macine imple et un dipoitif mécanique qui ert à implifier l accompliement d un travail pyique, par exemple le levage d une carge. Elle et contituée d élément

Plus en détail

Modules logiques ea y l intelligence au service de la simplicité

Modules logiques ea y l intelligence au service de la simplicité POWER COM-ERR ADR POW BUS ERR MS NS Module logique ea y l intelligence au ervice de la implicité EASY-SOFT-BASIC / EASY-SOFT-PRO eaysoft-codesy eayrelay eaymfd eaycontrol Extenion d E/S Extenion pour la

Plus en détail

Etudes numérique et expérimentale d un système tournant à supports flexibles variables

Etudes numérique et expérimentale d un système tournant à supports flexibles variables Etudes numérique et expérimentale d un système tournant à supports flexibles variables C. Villa J-J. Sinou F. Thouverez M. Massenzio Laboratoire de Tribologie et Dynamique des Systèmes CNRS-UMR 5513 Equipe

Plus en détail

Auto-évaluation d acquisition des connaissances

Auto-évaluation d acquisition des connaissances Section e Physique 25.09.2015 Auto-évaluation acquisition es connaissances Inications préalables : L objectif est une auto-évaluation u progrès concernant les connaissances acquises penant le cours. Ce

Plus en détail

Directive concernant l'utilisation de sedex

Directive concernant l'utilisation de sedex Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la tatitique OFS Diviion Regitre Office fédéral de la tatitique (OFS), fournieur de pretation de edex 21.05.2014 Directive concernant l'utiliation

Plus en détail

CONTROLE D UN SIMULATEUR A BASE MOBILE À 3 DDL

CONTROLE D UN SIMULATEUR A BASE MOBILE À 3 DDL Zie Amara 1/8 CONTROLE D UN SIMULATEUR A BASE MOBILE À 3 DDL Zie AMARA 1 Directeur(s) e thèse: Joël BORDENEUVE-GUIBIE* et Caroline BERARD Laboratoire 'accueil: * Laboratoire Avionique & Système Ecole Nationale

Plus en détail

Utilisation du logiciel OpMat Ce logiciel effectue des opérations élémentaires sur les lignes d une matrice avec des entrées rationnelles

Utilisation du logiciel OpMat Ce logiciel effectue des opérations élémentaires sur les lignes d une matrice avec des entrées rationnelles Utilisation du logiciel OpMat Ce logiciel effectue des opérations élémentaires sur les lignes d une matrice avec des entrées rationnelles Michel Bouchard, enseignant retraité, Département de mathématiques,

Plus en détail

Formation. édition #1 2016. Dirigeants. Brochure des thèmes et modules. www.rhonelyontt.com

Formation. édition #1 2016. Dirigeants. Brochure des thèmes et modules. www.rhonelyontt.com Formation Dirigeant éition # Brochure e thème et moule Brochure Formation Dirigeant année éito e la Préiente a tranmiion orale e per et pour autant, le bénéole interient an un enironnement an cee plu complexe.

Plus en détail

Développement et élaboration d outils de vérification des modèles numériques en utilisant l imagerie satellitaire

Développement et élaboration d outils de vérification des modèles numériques en utilisant l imagerie satellitaire Rapport de tage Développement et élaboration d outil de vérification de modèle numérique en utiliant l imagerie atellitaire Siham SBII Direction de la météorologie Nationale Marocaine Mr. Joël STEIN METEO-France

Plus en détail

Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012

Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012 Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012 On traite ici un cas très simple d analyse de structure au travers du logiciel RDM Le Mans. Le modèle à analyser est composé d une structure encastrée dans

Plus en détail

1 ère Année. Programme du DUT GMP. IUT GMP de St Quentin, Formation en apprentissage, Année universitaire 2006-2007 - 1 -

1 ère Année. Programme du DUT GMP. IUT GMP de St Quentin, Formation en apprentissage, Année universitaire 2006-2007 - 1 - Programme du DUT GMP 1 ère Année Construction mécanique - connaître le langage du dessin technique, - connaître les fonctions mécaniques élémentaires, - utiliser des composants simples, - concevoir des

Plus en détail

APP SUMMARY. ShareTime

APP SUMMARY. ShareTime Synape Team, Sénégal APP SUMMARY ShareTime ü Vivre enemble, ce n'et pa donné d'emblée : cela 'apprend. Beaucoup de collectif démarrent an grande expérience de la vie de groupe : dan le phae de démarrage

Plus en détail

Modifié le 2 juillet 2015 GUIDE DES BOURSIERS DE L AIEA

Modifié le 2 juillet 2015 GUIDE DES BOURSIERS DE L AIEA Modifié le 2 juillet 2015 GUIDE DES BOURSIERS DE L AIEA Guide de bourier de l AIEA TABLE DES MATIERES I. INTRODUCTION... 2 II. PRÉPARATION POUR LE PROGRAMME DE BOURSE... 2 III. CONSIDÉRATIONS FINANCIÈRES...

Plus en détail

Qualification métrologique des nouveaux bancs de référence de couple de 5 N metde50n m du LNE

Qualification métrologique des nouveaux bancs de référence de couple de 5 N metde50n m du LNE DOI: 10.1051/rfm/2014007 Qualification métrologique des nouveaux bancs de référence de couple de 5 N metde50n m du LNE Metrological qualification of the new 5 N m and50n m torque standard machines of LNE

Plus en détail

Christophe Kilindjian

Christophe Kilindjian n 16 les efforts électroynamiques sur les jeux e barres en BT Jean-Pierre Thierry Ingénieur iplômé u CESI (Centre Etues Supérieures Inustrielles) et u CNAM (Conservatoire National es Arts et Métiers),

Plus en détail