Dérivées et intégrales non entières

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dérivées et intégrales non entières"

Transcription

1 que "non entière". Dérivées et intégrales non entières. Notations. Outils Robert Janin La terminologie est plutôt "fractionnaire" On notera f (k) ou k x k f la érivée orre k e la fonction f et nous pourrons abuser e la notation f (x) à la place e f (:) ou e f. partie entière u réel. On pourra noter aussi [f] la istribution associée à une fonction localement intégrable. Y échelon e Heavisie, istribution e Dirac. (x) R t x exp ( t) ; x >, la fonction gamma Euler. La fonction gamma se prolonge sur C holomorphe ailleurs que sur les entiers négatifs. B (x; y) R tx ( t) y ; x; y >, la fonction béta Euler On rappelle que 8x Cn f; ; ; :::g ; (x + ) x (x) En particulier (n) (n )! Certaines ientités peuvent être utiles. (z) ( z) sin (z) et avec z puis p p On rappelle aussi pour la fonction béta Euler 8x; 8y; Re x > ; Re y > ; B (x; y) Pour f; ; ; :::g, on pose (x) (y) (x + y) Y (x) () x Y (x) ; Y Y; Y On notera en n l exponentielle e Mittag-Le er x k E (x) (k + )

2 . Intégration non entière par convolution. L approche communément pratiquée est celle e Riemann-Liouville. Elle part e la formule e Cauchy t ::: f () (n )! t Notons, la notation D n pouvant s avérer piégeuse: J n f (t) (n )! t (t ) n f () (t ) n f () ; n N Les fonctions J n f ; m ; sont causales, J n f (t) ; 8t. En supposant la fonction f causale, en particulier f (), on peut convenir que J f (t) f (t). On a alors 8m; n N; J n J m J m+n On peut étenre imméiatement la formule intégrale à une puissance non entière ; Re() > par J f (t) () t (t ) f () Y f (t) Moyennant cette extension, on a J f (t) f (t) 8; R + ; J J J + La é nition, avec Re() >, est valie pour une classe e fonctions notée C par Miller-Ross [M R:]: f est continue par morceaux sur ]; +[ f C, f est localement intégrable sur [; +[ La classe C inclut les puissances x Y (x) où >, ainsi que les fonctions e la forme ' (x) x (x) Y (x) où est analytique et >. Selon Kilbas [K] l opérateur J (Re > )est continu pour la norme e L p (; b) ; p kj fk p b Re Re () () kfk p La transformée e Laplace e l intégrale est L (J f) (s) L (Y ) (s) L (f) (s)

3 onc On a 8k ; ; ::: : En e et, comme k > L (J f) s L (f) (s) k x k (J f) (x) J k f (x) Exemples intégrales k x k (J f) (x) k x k (Y f) (x) k x k Y f (x) Y k f (x) J k f (x) Intégrale e Riemann-Liouville, pour > non entier. * f (x) x Y (x) ; > Posant t xu J f (x) () J f (x) Cas particulier: k N () x t (x t) (xt) x ( u) xu x+ () B ( + ; ) ( + ) ( + + ) x+ J Y (x) k! ( + k + ) xn+ ** f (x) exp xy (x). On a exp x P terme à terme, il vient J (exp x) ( + k + ) J (() n ) (x) (x) k k! : En intégrant ( + k + ) (x)k+a On n obtient pas exactement une exponentielle, lorsque n est pas un entier. (a) Remarque. On a J x k (k + ) x k (k + )

4 La solution e l équation J f (x) x k est f (x) (k + ) (k + ) xk Miller-Ross [M R] établissent une formule e Leibniz pour les intégrales non entières: Théorème.On suppose f continue sur [; ] et g analytique en tout point a [; ]. Alors, pour tout > J k (f:g) (x) k x k g (x) J +k (f) (x) où l on note k ( ) ::: ( k + ) k! Remarque. L origine e l intégration peut être remplacée par c [ ; x[ s il est besoin. Il faurait alors noter cj x f () x c (x t) f (t) Pour c, c est le schéma e Liouville. Pour c R,c < x, c est le schéma e Riemann-Liouville. Il n y a clairement pas e relation e Chasles. Pour éviter alourir la notation, nous garerons partout c.. Approche complexe es intégrales non entières. Soit f (z) une fonction analytique ans un ouvert A u plan complexe et une courbe régulière C autour u point z ans A: On a 8n N ; n n! f () f (z) zn i n+ ( z) On peut étenre formellement l égalité à es puissances non entières, y compris es puissances complexes: Cn f ; ; :::g :D ( + ) f () f (z) i + ( z) Le point z est alors un point e branchement. On va montrer que si Re <, on retrouve l intégrale non entière introuite au paragraphe précéent. C C 4

5 Que evient la formule ans le cas où z x R. Evaluons, pour x > f () L ( x) + sur le contour L ; L ; où c < x éventuellement c. Sur on pren la étermination Log ( x) ln r + i; r > ; < < ( x) exp ( ) (ln r + i) r onc f () + ( x) r Re Pour Re <, on a onc lim r! Sur L on a, en prenant t Re f () c + ( x) L f () + ( x) x r + exp f x + re i f (t) exp [( + ) (ln jt exp ( + ) i 5 c x r i ( + ) xj) + i] f (t) (x t) +

6 et sur L L f () + exp ( + ) i ( x) x c r f (t) (x t) + La limite quan r ten vers est onc [exp ( + ) i exp ( + ) i] x c f (t) + i sin ( + ) (x t) On a onc, pour une boucle C autour e x ne rencontrant pas ft < xg f () x f (t) + i sin ( + ) + ( x) (x t) C onc, en utilisant la relation (z) ( z) sin(z) ( + ) f () sin ( + ) x f (t) i + ( + ) C ( x) c (x t) ( + ) x f (t) ( + ) ( ) + c (x t) x f (t) ( ) + (x t) Pour c < x, et < on retrouve onc J f (x). c c x c + Une érivée orre négatif ans le champ complexe est onc une intégration orre opposé. 4. Dérivée. Approche par la transformée e Fourier. Pour f L (R) la transformée e Fourier est é nie par Ff (!) f (x) exp ( i!x) :x La transformation se prolonge à L (R) par un isomorphisme. L inverse est onné par la formule f (x) p:p: +T lim exp (i!x) Ff (!)! F [Ff] T! T Et si f est érivable et f L (R) : Ff (!) i!ff (!) Formule qui s éten, moyennant les hypothèses intégrabilité u moule carré, à un orre entier n Ff (n) (!) (i!) n Ff (!) f (t) (x t) + 6

7 Il est naturel e é nir, ans le omaine fréquenciel, une érivée orre non entier par la formule c est à ire FD f (!) (i!) Ff (!) D f F [(i!) Ff (!)] Pour >, la fonction à inverser n est pas le prouit e eux transformées e Fourier car! ne ten pas vers zéro quan! ten vers l in ni (Riemann-Lebesgue). Mais on a au moins eux manières (équivalentes ici) e procéer et onc (i!) Ff (!) (i!) + h i (i!) + Ff (!) " # (i!) Ff (!) (i!) + Ff (!) + (i!) F [(i!) Ff] (x) F et (i!) +! Y + f (+) (x) ( + ) F [(i!) Ff] (x) + x + F " ( + ) x F [(i!) + Ff (!)] (x t) + f (t) + (i!) + + x x +! Ff # (x t) f (t) Remarque. La méthoe est plus généralement utilisée pour é nir un opérateur pseuoi érentiel D ans R N. On é nit la transformée e Fourier e f R N par Ff () exp i < ; x > f (x) x; F b f (x) R N () N exp i < ; x > f b () R N Lorsque le secon membre est é ni, on pose Df (x) () N (x; ) exp i < ; x > Ff () R n 7

8 le noyau étant appelé le symbole e l opérateur. Dans le cas présent e la érivation non entière D D on a N. (x; ) (i) Le laplacien fractionnaire ( ) où (; ] est é ni par ce qui onne ( ) u (x) F fkk Fu ()g ( ) u (x) c N; N+ y u (x) u (y) R N kx yk l intégrale étant prise en valeur principale. La constante c N; épen e la imension e l espace et e l orre. 5. Dérivée. Approche par la transformation e Laplace et les istributions. L état (t) à l instant t R un système physique, causal, linéaire et stationnaire résultant e l entrée E (s) s t est représenté par une convolution (t) t (t s) E (s) s où est une fonction ou une istribution à support ans R +, appelée réponse impulsionnelle. La transformation e Laplace transforme cette relation e convolution en prouit e fonctions ans le omaine fréquentiel. La transformation est bijective, son inverse étant onnée par la formule e Bromwich-Wagner. Pour une fonction causale (nulle sur exponentielle, on rappelle Par exemple On a 8s C; Re s > f : Lf (s) 8s C; Re s > f : L + ; ]) e croissance au plus exp ( 8 > : Re (s) > L (Y ) (s) s f (s) x plus généralement m L x m f (s) s m L (f) (s) s m L (f) (s) 8 + m m exp ( sx) f (x) x sx) f (x) x sl (f) (s) f (+) x s m k k x k f (+) sm L (f) (s) s m k k x k f (+) m s k m k x m k f (+)

9 t L f (s) L (f) (s) s et pour le prouit e convolution f g (x) R + f (t) g (x t) quan il est é ni, comme ans L. par exemple, pour > 8s > f ; g : L (f g) (s) L (f) (s) L (g) (s) 8s > f : L (J f) (s) L (Y f) L (Y ) (s) L (f) (s) L (f) (s) s Pour les istributions à support ans R + ; U D+ (R), telle qu il existe u R véri ant exp ( u x) :U x S+ (R), istribution tempérée, la transformée e Laplace T U est é nie par Si U [f], on a bien Re s > u ; T U (s) < U; exp ( sx) > T [f] (s) L (f) (s) On a, pour la érivation es istributions notée D : Re s > u ; T DU (s) < DU; exp sx > s < U; exp sx > st U (s) Re s > u ; T Dn U (s) < Dn U; exp sx > s n T U (s) Remarquer que si T est une istribution régulière [fy ], alors T f Y + f f Y + f (+). On retrouve L (f ) st (s) f (+) sl (f) (s) f (+) Le prouit e convolution U V lorsqu il est valie, comme ans les istributions tempérées T UV (s) T U (s) T V (s) Comme on l a fait avec la transformation e Fourier, On peut poser, pour la érivation, notée D ( > ) non entière une istribution U D U (x) L [s LU (s)] Comme >, s n est pas une transformée e Laplace. On fait apparaître un prouit e convolution en posant, puisque + > s LU (s) s + s + LU (s) L D + Y + 9 i U L h + Y + U

10 où, l algèbre e convolution étant commutative: D + Y + Y + + Pour < < ; D DY. Quelle est cette istribution? Soit ' D < DY ; ' > < Y ; ' > lim "! ( ) + ( ) lim "! ' (t) t Y (t) ( ) + " ' (t) t ' (") " + ( ) lim "! ' (") ( ) " + ( ) Donc Y p:f: t ( ) Y (t). + " + " ' (t) t a+ ' (t) ta+ < + ' (t) t ' (") + ( ) lim ' (t) "! " + " ta+ ( ) p:f: Y; ' > t+ Pour U [f], explicitons les eux écritures possibles e la érivation orre D f (x) + x Y + f (x) ( + ) D+ (x t) f (t) ou si f est continue ainsi que ses érivées sur [; x] D f (x) Y + + f (x) Y f + f (k) (+) + ( + ) x k 5 (x t) + f (t) + + On remarquera que, ans la sommation, le terme inice k est une istribution régulière: f () Y (x) ( + ) x i f (k) (+) h k Y +

11 6. Dérivée au sens e Riemann-Liouville et au sens e Caputo. Ces eux é nitions corresponent à l orre ans lequel on opère intégration non entière et érivation entière au sens es fonctions. (a) Approche "à gauche" e Riemann-Liouville ( h m R i DRLf t f() (t) m (m ) avec m (t ) + m m f (t) pout m m < < m L approche consiste à ériver m fois J m f. Cela suppose f causale et ses érivées existent jusqu à l orre m +. La érivée e Riemann-Liouville est la plus utilisée. Nous la noterons D. D f (x) D f (x) ( + ) ( + ) + x x + x (x t) f (t) (x t) + f (t) + + Il faut noter aussi que la érivée orre une constante causale C n est pas nulle D CY C x ( ) i. Transformée e Laplace. Calculons L (D f). On a D f (t) + g (t) où g (t) + J + f (t) Y + f (t). L (g) (s) L Y + (s) L (f) (s) s L (f) (s) L (D + f) (s) L g s + L (g) (s) + s L (f) (s) s L (f) (s) s L (f) (s) s k k x +k s k g ( k) (+) k Y + f (+) s k k k Y [ k]+ +k f (+) s k D k f (+) On voit tout e suite la i culté e onner une valeur signi ante aux conitions initiales sur les érivées fractionnaires. k (k + ) x k f (+)

12 ii. Exemples D t Y (t) x t B ; Y (x) + Y (x) (x t) Y (x) Calcul e D x Y (x). Pour > ;on a: p Y (x) u ( u) u D x Y + J + x Y (x) + ( + ) x + x + ( + + ) x ++ Y (x) ( + ) ( + + ) ( + + ) ( + ) ::: ( + ) x Y (x) iii. Noyau e l opérateur D onc ( + ) ( + ) x Y (x) D f (x), + x + h J +, J + f (x) c k x k, f (x), f (x) j i f (x) (k + ) (k + ) c kx k + ( j + ) c j x j ( j) D f (x), f (x) k x k où k (k ; ; ::: ) est une constante arbitraire. iv. Inverse. Dans le cas es érivées entières Jf (x) f (x) x, J x f (x) f (x) f () : L opérateur D est l inverse à gauche e l opérateur J pour les fonctions f qui sont + fois érivables. D J f (x) + + J x + J f (x) + x + J + f (x) f (x)

13 L opérateur D n est pas l inverse à roite e J. Passons par la trans formée e Laplace L [J D f] (s) s L [D f] (s) 4s s L (f) (s) onc L (f) (s) J D f (x) f (x) s k D k f (+) 5 s k D k f (+) x k ( k) D k f (+) Les propriétés suivantes ont un intérêt ans les calculs : *Si > >, alors pour f L p D J f J f p:p: en e et D est l inverse à gauche e J onc D J f D J J f J f ** Si D f et D +k f existent, alors [K] k x k D f (x) D +k f (x) (b) Approche "à roite" e Caputo. On permute les opérations intégration non entière et e érivation entière avec es fonctions su samment régulières D Cf (t) ( R t (m ) m m f() pour m < < m (t ) + m m f (t) pout m m On voit que la érivée une constante est nulle. i. Relation e D C avec D. D f (x) ( + ) DCf (x) + x (x t) + f (t) + + x +k k ( + k + ) x k f (+) x +k k ( + k + ) x k f (+)

14 ou encore DCf (x) D 4f (x) [a] k x k f (+) k! x k 5 On voit que les eux opérateurs coincient sur f si f (+) f (+) ::: f (+) x ii. Transformée e Laplace Pour la transformée e Laplace, les choses sont plus favorables car les conitions initiales ont un sens physique L (DCf) (s) + + L J x f (s) s (+ + (+ s ) 4s + L (f) (s) s L (f) (s) s k k x k f (+) s k ) L k x f f (+) 5 x k (s) iii. Exemples. *f (t) t Y (t). Par transformation e Laplace L D C t (s) s L t (s) s t s t s s p s onc D C t p Y (t) **Calcul e DC x Y J + + x. Il est nécessaire avoir, x + sauf si est un entier >, c est à ire >. En e et, il y a un problème avec l intégrabilité en. Dans ce cas alors f (x) x Y f (+) f (+) ::: f (+) x D C x Y D x Y Pour m entier, on a, avec m ( + ) ( + ) x D Ct m t + t m + ( + ) (t ) 4

15 ***f (t) E ( (t) ) P (t)k ( )k (k+). Ce calcul sera utile pour l écriture es solutions es équations i érentielles. D CE ( (t) ) k ( ) k D C (t)k ( + k) k ( ) k D C (t)k ( + k) k ( ) k k (k + ) ( + k) (k + ) tk k 4 k ( ) k (k + ) [(t) ] k ( ) k (k + ) [(t) ] k 5 posant k l + ans la sommation DCE ( (t) ) 4 ( ) l (l + ) [(t) ] l 5 E ( (t) ) l (t) ) est onc solution e l équation fona- La fonction E ( mentale D Cu + u iv. Noyau e D C. Il est clair, compte tenu e la érivation orre +, que f (x) k x k ) DCf (x) Compte tenu e la relation e DC avec la érivée e Riemann- Liouville DCf (x), D 4f (x) f (k) () x k 5 k!, f (x) où k (k + ; ; ::: ) est arbitraire. v. Inverses f (k) () x k k! k x k 5

16 Pour >, DC est l inverse à gauche e J. On a DCJ f (x) D 4J f (x) k J f (+) x k x k 5 k! D 4J f (x) f (x) k k x k k x k J f (+) k! k x k 5 (k + ) x k (J f) (+) comme k x k (J f) (x) J k f (x) pour k, on a on éuit k x k J f (+) D CJ f (x) f (x) Remarque. Lorsque C, l opérateur DC est l inverse à gauche e J sous certaines conitions [K] : Si Re () N; Re () > ou si N, alors Si Re () N; Im () 6 D CJ f (x) f (x) D CJ f (x) f (x) J f () ( + ) x+ On a, pour l inversion à roite [K] J D Cf (x) f (x) f (k) () x k k! Remarque. Pour < < on a J D Cf (x) f (x) f () 7. Intégrale et érivée e Liouville. 6

17 Liouville pren l origine es intégrales en c à es fonctions causales.. On est pas limité J Lf (x) () x (x t) f (t) ; D Lf (x) ( + ) + x x + (x t) f (t) La classe es fonctions intégrables ou érivables pour Liouville oit onc véri er (x t) f (t) ou (x t) f (t) intégrable sur ( ; x]. D un autre côté, le résultat es calculs est plus habituel. Calcul e DL exp x, pour Re > ; Re <, au sens e Liouville. D L exp x x ( ) exp x ( ) exp x + exp t (x t) exp ( u) u u exp x x exp (t x) ( ) (x t) (t x) exp x ( ) ( ) + Pour la étermination jj exp i, CnR par prolongement analytique < <, on obtient pour D L exp x exp x Pour i exp i DL exp i x exp i exp (ix) exp i x + il vient DL sin x sin x + 8. Dérivées à gauche On é nit, pour x < b D b+f (x) On a éviemment > : J b+f (x) () ( + ) b x (t x) f (t) + b x x DC;b+f (x) ( b )+ ( + ) x f (t) (t x) f (+) (t) (t x) D C;b+f (x) D b+f (x) f (k) (b) (b x) (k + ) 7

18 Comme ces érivées s obtiennent par un changement e variable aéquat, on éuit, avec un certain e ort e calcul, que ces érivées ont les mêmes propriétés que les érivées "à roite".; On a, ans [K], un théorème intégration fractionnaire par parties: Théorème. Soit > ; p ; q et si + + ) p q (a) Si ' L p (; b) et L q (; b) alors p + q + (avec p; q 6 b ' (x) J (x) x b (x) J b ' (x) x (b) Si f J b+ ' où ' Lp et g J où L q alors b f (x) D g (x) x b g (x) D b+f (x) x (les hypothèses f J b+ ' et g J assurent que f (b) et g () ) 9. Approche e Grunwal-Letnikov. On consière e nouveau es fonctions causales. On a En itérant la formule, on obtient n f (x) lim h! h n f (x) lim h! f (x) f (x h) h n ( ) m n m m f (x On é nit la érivée orre CnN par DGLf (x) lim h! h Remarquant que nalement ( ) m ( + ) ( m + ) + m DGLf (x) lim h! h mh) lim h! h n n m ( ) m ( + ) f (x mh) m! ( m + ) ( ) m ( ) ::: ( m + ) ( ) ::: (m ) (m ) ( ) + m 8 (m ) f (x mh) (m + ) ( ) ( ) m (n + ) f (x mh) m! (n m + )

19 La fonction f étant causale, la somme est en fait nie avec x h termes, mais le nombre augmente iné niment quan h ten vers zéro. En posant h x n DGLf n n (x) lim n! x m (m ) x (m + ) ( ) f m x n On arrête la sommation à n car f (). Remarques. Si l on applique la première é nition e G-L pour, avec 8 < il vient ( ) m ( + ) (m + ) ( m + ) : si m si m si m > DGLf (x) lim [f (x) f (x h)] h! h Si l on applique la secone é nition pour intégrable au sens e Riemann, on a, si f est n D x GLf (x) lim f x n! n m m x n x f (t) J f (x) (a) Exemples. Dérivée e Y (x) ( hn i n DGLY (x) lim n! x Comme on a l ientité [M:R:] m ) (m ) ( ) (m + ) ( ) n m (m + ) (m + + ) (n + ) (n + + ) () () en prenant ; et () ; on éuit n m et comme lim n! n (n ) (n) (m ) ( ) (m + ) (n ) ( ) (n), il vient D GLY (x) x ( ) On retrouve ainsi la érivée e Riemann-Liouville. 9

20 On peut aussi remarquer que x > : D D q q qx GLY (x) ( q) et Dq GL D Y (x) D q La émonstration u résultat suivant est un autre exemple e raisonnement avec GL Théorème: soient q R et n N. Si n x [D q n GLf] et Dq+n GL f existent, alors n x n [Dq GLf] Dq+n GL f Démonstration. Pour simpli er les écritures, on note ici D D GL. Comme q est arbitraire, il su t e traiter le cas n. Soit h N x N ( x h N N ) D q (h N ) q N f (x) lim N! ( q) j D q (h N ) q N f (x h N ) lim N! ( q) j (j q) (j + ) f (x jh N ) (j q) (j + ) f (x h N jh N ) Par hypothèse x [Dq f] existe x [Dq f] (x) lim N! [D q f (x) D q f (x h N )] h N (h N ) q lim N! ( q) 4 ( q) f (x) + N j (j q) (j + ) (j q ) f (x jh N ) 5 (j) On a (j q) (j + ) il vient (j q ) (j) x [Dq f] (x) lim N! lim N! (j q ) j q (j) j (j q ) (q + ) (j + ) h q N N 4 ( q ) f (x) + ( q ) j h q N ( q ) 4+ N j (j q ) (j + ) ( q) ( q ) (j q ) (j + ) (j q ) f (x jh N ) 5 (j + ) f (x jh N ) 5 D q+ f (x)

21 . Calcul i érentiel. (a) Règle es exposants. Dans le cas classique ( n; m entier) on a J n J m J n+m ; n m m+n. Mais J et ne commutent pas: Jf (x) f (x) ; et Jf (x) f (x) f () Les intégrales non entières commutent, mais les érivées non entières qui composent intégrales et érivées ont e bonnes raisons pour ne pas commuter. Dérivées istributions. Pour la érivation istribution, les choses semblent bien se passer en raison e la commutativité et e l associativité e l algèbre e convolution D D (+) Y + (+) Y + (+) Y + (+) Y + (+) (+) Y + Y + ++ Y ++ En permutant et on voit que D D D D. On peut aussi le voir en passant par Laplace. L D D f (s) s L D f (s) s + L (f) (s) Exemple. E ectuons un calcul irect avec f (t) t ; ; D x Y (x) D J x Y (x) D Y (x) x (x) x B ; Y (x) p Y (x) (x t) t D xy (x) ( u) u u + Y (x) Y (x) Y (x) ( u) u u ( u) u u

22 D t D J t D xy (x) p D [Y (x) + x] p ( u) u u D D t p D () p p p D Y p:f: Y (x) x DY (x) p:f:y 4 x D (D t Dérivées e Riemann-Liouville. On peut résumer par p p D p (Y ) D J Y D Y p p p DY DY DY DY (x) p:f:y 4 x J J J + J J mais D D 6 D D 6 D + On peut aussi avoir D D 6 D Les situations suivantes sont possibles D D D D 6 D + D D 6 D D D + Exemple. Avec D t D J f (t) t ; ; p D t Y t t (t ) t ( u) u u

23 D D D t t p ; D ; D D t t 4 t D D t p D p p t 4 t p En règle générale, on a le résultat suivant [LCP ] 4 t x 4 D D f (t) D + f (t) D k f (+) t k ( k ) Expérience. Prenons notre contre exemple ; ; f (t) t D D t x 4 ; D D t ; D + t t 4 D t D f (t) 4 t 4 h D i t t+ p t t h D i t t+ ceci montre l importance es termes complémentaires On a le résultat suivant chez Miller-Ross [MR:] : Théorème. On suppose que la fonction f est e la forme t (t) ; t (ln t) (t) où > et (t) P a kt k avec un rayon e convergence R >. Si on a i. < + et quelconque ou ii. + ; quelconque et a k ; k ; ; ::: Alors, pour (; R), on a 8t (; ] : D (D f (t)) D + f (t) t

24 L exemple suivant ans [M G] va montrer l importance e l absence e commutativité ans la érivation non entière. Soient ; > avec +. On a D D u (t) f (t) ) u (t) J f (t) + a + a t D D v (t) g (t) ) v (t) J g (t) + b + b t Dw (t) h (t) ) w (t) J h (t) + c où a ; a ; b ; b ; c sont es constantes arbitraires. Véri ons la première égalité. On a D t onc D D J f (t) + a + a t D D J f (t) + a on a D a t ( ) t () onc D D a. Il vient D D J f (t) + a + a t D D J f (t) D D J J f (t) f (t) On voit ici que le troisième cas (entier) introuit une seule constante arbitraire, alors que les cas où interviennent eux érivations fractionnaires en nécessitent eux, bien que +. (b) Formule e Leibniz. Il n y a pas e formule simple e Leibniz. Pour Riemann-Liouville. Chez Olham-Spanier [S], en supposant f et g analytiques On a noté D [f (t) g (t)] k + k D k g (t) D ( + ) (k + ) ( k + ) k f (t). Equations (a) Equations i érentielles avec une érivation non entière i. Méthoe historique avec Riemann-Liouville. Le moèle équation i érentielle non linéaire orre > sur [; +) est e la forme D u (x) f [x; u (x)] ; x > La solution générale e l équation sera e la forme intégrale e Volterra + u (x) J f [x; u (x)] + c k x k 4 k

25 où les coe cients c k sont arbitraires. La solution cherchée evra satisfaire les conitions initiales D k u (+) u k ; k ; ; ::: ; D u (+) J + u (+) u Par exemple, pour <, on oit avoir conition initiale D u (t) f [t; u (t)] D u (t) j t J u (+) u Ce problème pren la forme D u (t) f [t; u (t)] ; lim t!+ () t u (t) u et se ramène (les solutions e l un sont celles e l autre) à une une équation intégrale e secone espèce e Volterra [K] u (t) u t () + () t (t ) f [; u ()] Dans le cas > le problème e type Cauchy se ramène [K] à u (t) u k ( k) t k + () t (t ) f [; u ()] On a le résultat suivant [K] Théorème. (existence et unicité) Soient > ; G un ouvert e R, et f : (; b] G! R telle que A. 8u G; f (:; u) L (; b) B. 9A > ; 8x (; b]; u ; u G; jf (x; u ) f (x; u )j A ju u j Alors il existe une solution et une seule solution u L (; b) v : v L (; b) ; D v L (; b) u problème e Cauchy D u (x) f [x; u (x)] ; x > D k u (+) u k ; k ; ; ::: ; D u (+) J + u (+) u ii. Avec Caputo. On consière le problème e Cauchy avec conitions initiales incorporées: DCu (t) (t) t tk k! u(k) () A f [t; u (t)] 5

26 On a vu que D est l inverse à roite e J sur les fonctions nulles en ainsi que leurs érivées jusqu à l orre. l équation i érentielle a onc les mêmes solutions que l équation intégrale e secone espèce u (t) t tk k! u(k) () J [f (t; u (t))] () t (t ) f [; u ()] Théorème. (existence et unicité locale [K]) Soit >, soient u k R, k ; ; ::: et soit U un ouvert connexe e R et (; b)u. Soit f :! R une fonction continue et Lipschtzienne par rapport à la secone variable. Alors, pour tout (t ; y ) ; il existe h > tel que [t h; t + h] (; b) et une fonction unique u (:) : [t h; t + h]! U telle que u (:) C + ([t h; t + h]) u (t ) u ; u (t ) u ; :::u () (t ) u DC u (t) f (t; u (t)) (b) Equations intégrales orre non entier i. Première espèce On a, par Riemann-Liouville J u (x) f (x) x u (t) () f (x) (x t) D J u (x) + + J x + onc J u (x) + x + J + u (x) u (x) u (x) D f (x) ( + ) + x x + f (t) (x t) Passons par la transformée e Laplace. L équation s écrit ans le omaine fréquenciel L (J f) (s) Lu (s) Lf (s) s On peut la résoure e eux manières Lf (s) Lu (s) s Lf (s) s + s + 6

27 ce qui onne Riemann-Liouville u (x) + x f (t) x + ( + ) (x t) et e la secone manière Lu (s) 4s + Lf (s) s + s k f (k) (+) 5+ s k f (k) (+) ce qui onne Caputo u (x) x + f (t) x + ( + ) (x t) + f (k) () ii. secone espèce. Consiérons, pour (; ) le problème x +k (k + ) u (x) + () x u (t) f (x) (x t) Une conition nécessaire existence est que u () f (). L équation s écrit ( + J ) u (x) f (x) et par Laplace + s Lu (s) Lf (s) + s s Lu (s) s + Lf (s) s s s + Lf (s)+lf (s) Il nous faut inverser une transformée e Laplace. Consiérons l équation fonamentale véri ée plus haut par la fonction E ( (t) ) D Cu + u par transformation e Laplace, il vient s LE ( (t) ) (s) s E () + L (E ( (t) )) (s) où, avec E () : et LE ( (t) ) (s) s s + L E ( (t) ) (s) s s s + 7

28 On en éuit u (t) f (t) + [E ( (t) )] f (t) (c) Equations i érentielles linéaires orre non entier. La écomposition en éléments simples e la fonction e transfert un système linéaire à coe cients constants fait apparaître en parallèle es composants e eux types On pourra parler aussi e relaxation: u u + q (t) oscillation : u u + q (t). D Cu u (t) + q (t) relaxation fractionnaire si < oscillation fractionnaire si < On consiérera une équation i érentielle orre non entier e la forme: DCu (t) (t) t tk k! u(k) () A u (t) + q (t) Noter qu un problème e Cauchy pour une équation orre (une seule érivation) nécessite + conitions initiales. Ces conitions sont "incorporées" ans D C. Pour la résolution, le plus simple est e passer par la transformation e Laplace: s Lu (s) s k u (k) () Lu (s) + Lq (s) Lu (s) s k ( + s ) u(k) () + Lq (s) + s On a 8k ; ; ::: : + s s k ( + s ) s s k + s L J k E ( t ) s s s + 8 L [E ( t )] (s)

29 Finalement u (t) u (k) () J k E ( t ) q [E ( t )] (t). Exemple historique: le problème Abel. Cet exemple est traité ans [M R]. L espace est plan est rapporté aux axes Ox; Oy. Le point Q e masse est soumis à la pesenteur! g selon la irection Oy irigée vers le bas u schéma. Le point Q glisse sans frottement le long une courbe C joignant l origine O à un point P e cooronnées (x; y) positives. Le problème est e trouver la forme e la courbe telle que le temps mis par Q pour glisser jusqu à l origine soit le même quel que soit le point e épart. C est le problème e la tautochrone. Mise en équation. Soit s l abscisse curviligne e Q (; ). On a s g (y ) Le sens u mouvement implique s p g (y ) 9

30 Le temps pour arriver en O est alors T s s p g P O y P O s p y L abscisse s est fonction (inconnue) u paramètre [; y] : s h () h () T p p p J (h ) (y) g y g C est une équation intégrale e première espèce inconnue h (:) r J g h (y) T (y) ont la solution est onnée par h (y) r g D T (y) La fonction h est telle que T soit une constante en y. On sait ériver une constante à l orre p g h T (y) p y L arc (C) étant paramétré par y, on a s y s (y) + onc et comme x y s h (y) s y + Comme x () ; et h (y) p g x y p h (y) x (y) y T p y, il vient s gt x y Posons a sin t avec a gt et arcsin p y a c est à ire y a sin a ( cos ) s y gt x (y) r sin 4a sin t cos t t 4a cos t a + sin

31 en reparamétrant par, on a onc avec a gt. x a ( + sin ) y a ( cos ). Moélisation fractionnaire en viscoélasticité linéaire. Cette partie e l exposé est tirée e [DGP ]. La loi e comportement un matériau viscoélastique linéaire s écrit (t) t G (t s) " (s) s où ésigne la contrainte et " la éformation. La réponse impulsionnelle G épen u moèle. Pour un matériau initialement au repos (t) G (t) " () + t G (t s) " (s) s. Pour un matériau élastique, la loi e comportement s écrit sous forme e l équation E" où E est le moule élastique Pour le matériau visqueux, l amortisseur, la loi e comportement est i érentielle " où est le moule e viscosité. Le moèle viscoélastique e Maxwell gure sur le schéma suivantla éformation " u moèle est la somme es éformations, elle véri e onc Posant E, on obtient " + E + "

32 La constante est le temps e relaxation (ou constante e temps), (t) t t s " exp s s Dans la forme classique, la loi e comportement s écrit sous forme une équation i érentielle + b a " + a " où les coe cients a ; a; b sont es paramètres u matériau. On introuit une élément rhéologique fractionnaire ( ) appelé spring-potqui correspon à la loi e comportement ED " ou " E J on retrouve le ressort pour : ED " et l amortisseur pour. On trouvera ans [BE] ; [HB] ; [HP ] es justi cations physiques es moèles fractionnaires.

33 Le moèle classique est remplacé par le moèle e ener à quatre paramètres ; ; E ; E (E et E sont les moules élastiques relaxé et non relaxé) Véri ons que + D E " + E D " E " + (E E ) " " A où " A est une éformation anélastique (ne reprenant pas la forme initiale après relaxation) moélisée par " A + D " A " + D E " + (E E ) " " A + E D " + (E E ) D " D " A " (E + E E ) (E E ) " A + D " A + D " (E + E E ) E " (E E ) " + E D " E " + E D " L orre e la érivation est une inconnue u moèle a priori. L ienti cation e ce paramètre oit onc se faire expérimentalement. On étuie en pratique le matériau au moyen e la réponse aux entrées périoiques exp (i!t). Prenant la transformée e Fourier ans l équation i érentielle, on obtient F () (!) E (!) F (") (!) E + E (i!) E est le moule complexe élasticité. + (i!) F (") (!) Re E (!) représente la rigiité élastique u matériau, Im E (!) représente la issipation u matériau (!) Re E (!) Im E est le facteur e perte (!)

34 On voit que lim!! E (!) E et lim!! E (!) E ce qui montre un comportement purement élastique u matériau à très faible et à très haute fréquence. Le comportement viscoélastique se manifeste sur une bane e fréquence bornée. On obtient une estimation e lorsqu on connait les valeurs asymptotiques E et E ainsi que la valeur maximale max u facteur e perte: " arcsin p E E + (E + E ) p!# + max E E max max (E + E ) + (E E ) 4. Dérivées fractionnaires locales. Ces érivées ont été introuites par Kolwankar [KG]. Le but est abor e trouver une érivation à caractère local, ce que n est pas celle e Riemann-Liouville, et pour laquelle une fonction érivable une fois a une érivée fractionnaire nulle pour < <. On complète la notation avec J a; f (x) () x On pose, au point y (a; b) a (x t) f (t) ; D a; f (x) ( ) x x a f (t) (x t) +f (y) lim x!y+ D y; [f (x) f (y)] lim x!y+ ( ) x x y (x t) (f (t) f (y)) f (y) lim x!y Avec on l écrit D y;+ [f (x) f (y)] lim x!y ( ) x y x (t x) (f (y) f (t)) f (y) lim x!y D y; [ (f (x) f (y))] Si nous supposons, pour simpli er, f a ne e pente f x y x (t x) (f (y) f (t)) f x par conséquent f x y x (t x) (y t) (y x) u ( u) u B ( ; ) f : ( ) (y x) f (y) lim x!y ( ) x y x (t x) (f (y) f (t)) 4

35 En fait, on a ans [BA C] un éveloppement local holérien Théorème. Soit f une fonction continue, telle que f (y) existe pour > ; ; alors avec f (x) f (y) + f (y) ( + ) [ (x y)] + R (x; y) x F (y; t; ) R (x; y) ( (x y t)) ( + ) F (y; (x y) ; ) Dy; [ (f (x) f (y))] (x) y et on a lim x!y R (x; y) ( (x y)) On en éuit imméiatement f (x) ( + ) lim y!x (f (x) f (y)) ( (x y)) Une fonction érivable a onc une érivée orre ; > > ; nulle. [BA C] 44 Divergence échelle et i érentiabilité CRAS t., Serie,p.6-64,() [BE] Beris AN,Ewars BJ (99) On the amissibility criteria for linear viscoelastic kernels. Rheol Acta :55-5 [HB] Heymans N., Bauwens J.C. (994) Fractal rheological moels an fractional i erential equations for viscoelastic behaviour. Rheol Acta :- 9. [HP ] Heymans N., Polubny I. Physical interpretation of initial conitions for fractionnal i erential equations with Riemann-Liouville fractional erivatives. Arxiv:math-ph/58v 9 ec 5 [OS] K.B.Olham-J.Spanier, The Fractional Calculus, Acaemic Press,New York, 974 5

Chapitre. Chapitre 12. Fonctions de plusieurs variables. 1. Fonctions à valeurs réelles. 1.1 Définition. 1.2 Calcul de dérivées partielles

Chapitre. Chapitre 12. Fonctions de plusieurs variables. 1. Fonctions à valeurs réelles. 1.1 Définition. 1.2 Calcul de dérivées partielles 1 Chapitre Chapitre 1. Fonctions e plusieurs variables La TI-Nspire CAS permet e manipuler très simplement les onctions e plusieurs variables. Nous allons voir ans ce chapitre comment procéer, et éinir

Plus en détail

CNAM UE MVA 210 Ph. Durand Algèbre et analyse tensorielle Cours 4: Calcul dierentiel 2

CNAM UE MVA 210 Ph. Durand Algèbre et analyse tensorielle Cours 4: Calcul dierentiel 2 CNAM UE MVA 210 Ph. Duran Algèbre et analyse tensorielle Cours 4: Calcul ierentiel 2 Jeui 26 octobre 2006 1 Formes iérentielles e egrés 1 Dès l'introuction es bases u calcul iérentiel, nous avons mis en

Plus en détail

SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3. 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Produit ou comoment de deux torseurs 4

SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3. 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Produit ou comoment de deux torseurs 4 SOAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Prouit ou comoment e eux torseurs 4 2.2 Torseurs élémentaires 4 2.2.1 Torseur couple 4 2.2.2 Torseur

Plus en détail

Simulation Matlab/Simulink d une machine à induction triphasée. Constitution d un référentiel

Simulation Matlab/Simulink d une machine à induction triphasée. Constitution d un référentiel Simulation Matlab/Simulink une machine à inuction triphasée Constitution un référentiel Capocchi Laurent Laboratoire UMR CNRS 6134 Université e Corse 3 Octobre 7 1 Table es matières 1 Introuction 3 Moélisation

Plus en détail

Les deux points les plus proches

Les deux points les plus proches MPSI Option Informatique Année 2001, Deuxième TP Caml Vcent Simonet (http://cristal.ria.fr/~simonet/) Les eux pots les plus proches Lors e cette séance, nous allons nous téresser au problème suivant :

Plus en détail

6 Equations du première ordre

6 Equations du première ordre 6 Equations u première orre 6.1 Equations linéaires Consiérons l équation a k (x) k u = b(x), (6.1) où a 1,...,a n,b sont es fonctions continûment ifférentiables sur R. Soit D un ouvert e R et u : D R

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

CHIFFRES NON NULS DANS LE DÉVELOPPEMENT EN BASE ENTIÈRE D UN NOMBRE ALGÉBRIQUE IRRATIONNEL. par. Boris Adamczewski & Colin Faverjon

CHIFFRES NON NULS DANS LE DÉVELOPPEMENT EN BASE ENTIÈRE D UN NOMBRE ALGÉBRIQUE IRRATIONNEL. par. Boris Adamczewski & Colin Faverjon CHIFFRES NON NULS DANS LE DÉVELOPPEMENT EN BASE ENTIÈRE D UN NOMBRE ALGÉBRIQUE IRRATIONNEL par Boris Aamczewski & Colin Faveron Résumé. Dans ce texte, nous onnons une minoration effective u nombre e chiffres

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

9.1.1 Abscisse de sommabilité et transformée de Laplace

9.1.1 Abscisse de sommabilité et transformée de Laplace Chapitre 9 Transformation de Laplace La transformation de Laplace fait passer d une fonction f à valeurs réelles ou complexes d une variable t réelle non négative : f R +! R ou C, à une fonction d une

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque 1 Fonctions intégrables Définition 1 Soit I R un intervalle et soit f : I R + une fonction

Plus en détail

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP Titre : SSNV14 - Traction biaxiale avec la loi e comport[...] Date : 17/02/2011 Page : 1/14 Manuel e Valiation Fascicule V6.04 : Statique non linéaire es structures volumiques Document V6.04.14 SSNV14

Plus en détail

Une bibliographie est la suivante : (1) Cartan, H. Calcul differentiel Hermann Paris 1967 Collection méthodes

Une bibliographie est la suivante : (1) Cartan, H. Calcul differentiel Hermann Paris 1967 Collection méthodes 1 Introuction Ce cours est ifficile ; en général les étuiants éprouvent beaucoup e ifficultés pour comprenre et faire les calculs ; ceci provient essentiellement un manque e pratique ans la manipulation

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Auto-évaluation d acquisition des connaissances

Auto-évaluation d acquisition des connaissances Section e Physique 25.09.2015 Auto-évaluation acquisition es connaissances Inications préalables : L objectif est une auto-évaluation u progrès concernant les connaissances acquises penant le cours. Ce

Plus en détail

RAPPELS DE MATHEMATIQUES. ORTHOPHONIE Première année. Dr MF DAURES

RAPPELS DE MATHEMATIQUES. ORTHOPHONIE Première année. Dr MF DAURES RAPPELS DE MATHEMATIQUES ORTHOPHONIE Première année 27 28 Dr MF DAURES 1 RAPPELS DE MATHEMATIQUES I - LES FONCTIONS A - Caractéristiques générales des fonctions B - La fonction dérivée C - La fonction

Plus en détail

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance Chapitre 5 Circuits RL et RC Ce chapitre présente les deux autres éléments linéaires des circuits électriques : l inductance et la capacitance. On verra le comportement de ces deux éléments, et ensuite

Plus en détail

Cahier de textes Mathématiques

Cahier de textes Mathématiques Cahier de textes Mathématiques Mercredi 6 janvier : cours 2h Début du chapitre 12 - Convergence de suites réelles : 12.1 Convergence de suites : suites convergentes, limites de suites convergentes, unicité

Plus en détail

1 Fonctions de plusieurs variables

1 Fonctions de plusieurs variables Université de Paris X Nanterre U.F.R. Segmi Année 006-007 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II. Chapitre 1 Fonctions de plusieurs variables Ce chapitre est conscré aux fonctions

Plus en détail

Bases mathématiques pour l économie et la gestion

Bases mathématiques pour l économie et la gestion Bases mathématiques pour l économie et la gestion Bases mathématiques Pour l économie et la gestion - Table des matières PREMIERE PARTIE : QUELQUES OUTILS Chapitre : Traitement de systèmes d'équations..

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Chapitre 3 Les régimes de fonctionnement de quelques circuits linéaires

Chapitre 3 Les régimes de fonctionnement de quelques circuits linéaires Chapitre 3 Les régimes de fonctionnement de quelques circuits linéaires 25 Lechapitreprécédent avait pour objet l étude decircuitsrésistifsalimentéspar dessourcesde tension ou de courant continues. Par

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge

Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge Le programme se compose ainsi : Rappels collège/seconde Partie STAV 1/3 Partie STAV 2/3 Partie STAV

Plus en détail

Cahier de vacances. Exercices PCSI - PC, Lycée Dupuy de Lôme

Cahier de vacances. Exercices PCSI - PC, Lycée Dupuy de Lôme Cahier de vacances Exercices PCSI - PC, Lycée Dupuy de Lôme Votre année de PCSI a été bien remplie et il est peu probable que l année de PC qui arrive vous paraisse plus facile. C est pourquoi, je vous

Plus en détail

Actions de groupes. Exemples et applications

Actions de groupes. Exemples et applications 4 Actions de groupes. Exemples et applications G, ) est un groupe multiplicatif et on note ou G si nécessaire) l élément neutre. E est un ensemble non vide et S E) est le groupe des permutations de E.

Plus en détail

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7.

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7. Mathématiques pour l informatique IMAC première année - Soutien - Nombres complexes Rappels. Un nombre complexe z admet plusieurs représentations : représentation vectorielle z = (a, b) où a, b R représentation

Plus en détail

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t 3.La méthode de Dirichlet 99 11 Le théorème de Dirichlet 3.La méthode de Dirichlet Lorsque Dirichlet, au début des années 180, découvre les travaux de Fourier, il cherche à les justifier par des méthodes

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Espaces vectoriel normés

Espaces vectoriel normés Espaces vectoriel normés 1) Normes a) Dé nition : K R ou C. Une norme sur un K-ev E est une application E! R x 7! kxk véri ant : i) 8 x 2 E; kxk 0 et kxk 0, x 0 (vecteur nul). ii) 8 x 2 E; 8 2 K kxk jj

Plus en détail

ANALYSE DE FOURIER 1. REPRESENTATION DE FOURIER. 1.1 Représentation d un signal sinusoïdal

ANALYSE DE FOURIER 1. REPRESENTATION DE FOURIER. 1.1 Représentation d un signal sinusoïdal Annexe Fourier I ANNEXE ANALYSE DE FOURIER 1. REPRESENTATION DE FOURIER 1.1 Représentation d un signal sinusoïdal On peut représenter un signal sinusoïdal de la forme s(t) = s 0 cos"t = s 0 cos(2#f 0 t)

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Maths MP Exercices Fonctions de plusieurs variables Les indications ne sont ici que pour être consultées après le T (pour les exercices non traités). Avant et pendant le T, tenez bon et n allez pas les

Plus en détail

Théorie des graphes et optimisation dans les graphes

Théorie des graphes et optimisation dans les graphes Théorie es graphes et optimisation ans les graphes Christine Solnon Tale es matières 1 Motivations 2 Définitions Représentation es graphes 8.1 Représentation par matrice ajacence......................

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau Théorie spectrale Stéphane Maingot & David Manceau 2 Théorie spectrale 3 Table des matières Introduction 5 1 Spectre d un opérateur 7 1.1 Inversibilité d un opérateur........................... 7 1.2 Définitions

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites Suites numériques 4 1 Autres recettes pour calculer les limites La propriété suivante permet de calculer certaines limites comme on verra dans les exemples qui suivent. Propriété 1. Si u n l et fx) est

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Université Pierre et Marie Curie Master de sciences et technologie Interaction matière-rayonnement Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Introduction On considère un système atomique

Plus en détail

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

1 Topologies, distances, normes

1 Topologies, distances, normes Université Claude Bernard Lyon 1. Licence de mathématiques L3. Topologie Générale 29/1 1 1 Topologies, distances, normes 1.1 Topologie, distances, intérieur et adhérence Exercice 1. Montrer que dans un

Plus en détail

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 Voici une fiche contenant 100 exercices de difficulté raisonable, plutôt techniques, qui recouvrent l ensemble du programme étudié cette année. A raison

Plus en détail

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Guy Desaulniers Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2014 Table des matières

Plus en détail

Cours d électrocinétique EC4-Régime sinusoïdal

Cours d électrocinétique EC4-Régime sinusoïdal Cours d électrocinétique EC4-Régime sinusoïdal 1 Introduction Dans les premiers chapitres d électrocinétique, nous avons travaillé sur les régimes transitoires des circuits comportant conducteur ohmique,

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

Matrices. 1. Définition. Exo7. 1.1. Définition

Matrices. 1. Définition. Exo7. 1.1. Définition Exo7 Matrices Vidéo partie 1 Définition Vidéo partie 2 Multiplication de matrices Vidéo partie 3 Inverse d'une matrice : définition Vidéo partie 4 Inverse d'une matrice : calcul Vidéo partie 5 Inverse

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications linéaires

Espaces vectoriels et applications linéaires Espaces vectoriels et applications linéaires Exercice 1 On considère l'ensemble E des matrices carrées d'ordre 3 défini par,,, 1) Montrer que est un sous-espace vectoriel de l'espace vectoriel des matrices

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Tests non-paramétriques de non-effet et d adéquation pour des covariables fonctionnelles

Tests non-paramétriques de non-effet et d adéquation pour des covariables fonctionnelles Tests non-paramétriques de non-effet et d adéquation pour des covariables fonctionnelles Valentin Patilea 1 Cesar Sanchez-sellero 2 Matthieu Saumard 3 1 CREST-ENSAI et IRMAR 2 USC Espagne 3 IRMAR-INSA

Plus en détail

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Frédéric Messine Introduction Dans ce chapitre, nous allons étudier une application de la dérivation des fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction

L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction (0.1) Ce cours s articule autour du calcul différentiel et, en particulier, son application au

Plus en détail

Introduction à la simulation de Monte Carlo

Introduction à la simulation de Monte Carlo Introduction à la simulation de 6-601-09 Simulation Geneviève Gauthier HEC Montréal e 1 d une I Soit X 1, X,..., X n des variables aléatoires indépendantes et identiquement distribuées. Elles sont obtenues

Plus en détail

Dérivation : cours. Dérivation dans R

Dérivation : cours. Dérivation dans R TS Dérivation dans R Dans tout le capitre, f désigne une fonction définie sur un intervalle I de R (non vide et non réduit à un élément) et à valeurs dans R. Petits rappels de première Téorème-définition

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004 Durée : 4 heures Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 4 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. X suit la loi de durée de vie sans vieillissement ou encore loi eponentielle de paramètre λ ;

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Espaces vectoriels normés

Espaces vectoriels normés Espaces vectoriels normés Essaidi Ali 19 octobre 2010 K = R ou C. E un K-espace vectoriel. 1 Normes et distances : 1.1 Normes et distances : Définition : On appelle semi-norme sur E toute application N

Plus en détail

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR. MAM 3, Polytech Lyon. Ionel Sorin CIUPERCA

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR. MAM 3, Polytech Lyon. Ionel Sorin CIUPERCA COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR MAM 3, Polytech Lyon Ionel Sorin CIUPERCA Le cours s adresse en principal à des élèves des écoles d ingénieurs, filière modélisation mathématique. Une partie

Plus en détail

Université Joseph Fourier, Grenoble I Mathématiques, Informatique et Mathématiques Appliquées Licence Sciences et Technologies 2e année

Université Joseph Fourier, Grenoble I Mathématiques, Informatique et Mathématiques Appliquées Licence Sciences et Technologies 2e année Université Joseph Fourier, Grenoble I Mathématiques, Informatique et Mathématiques Appliquées Licence Sciences et Technologies 2e année Courbes et surfaces Boris Thibert Les courbes et les surfaces interviennent

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

1.1.1 Signaux à variation temporelle continue-discrète

1.1.1 Signaux à variation temporelle continue-discrète Chapitre Base des Signaux. Classi cation des signaux.. Signaux à variation temporelle continue-discrète Les signaux à variation temporelle continue sont des fonctions d une ou plusieurs variables continues

Plus en détail

TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires

TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires I ) Ecrire l'expression analytique des signaux représentés sur les figures suivantes à l'aide de signaux particuliers. Dans le cas du signal y(t) trouver

Plus en détail

La fonction logarithme népérien

La fonction logarithme népérien La fonction logarithme népérien La fonction exponentielle est continue strictement croissante sur R à valeurs dans ]0; + [. Elle définit donc une bijection de R sur ]0; + [, c est-à-dire que quel que soit

Plus en détail

Equations différentielles

Equations différentielles Maths PCSI Cours Table des matières Equations différentielles 1 Généralités 2 1.1 Solution d une équation différentielle................................ 2 1.2 Problème de Cauchy.........................................

Plus en détail

Modélisation et Simulation

Modélisation et Simulation Cours de modélisation et simulation p. 1/77 Modélisation et Simulation G. Bontempi Département d Informatique Boulevard de Triomphe - CP 212 http://www.ulb.ac.be/di Cours de modélisation et simulation

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Programme de Première

Programme de Première BAC TECHNO STAV 66 I. Algèbre Programme de Première Objectif 1 - Effectuer de manière autonome des calculs numériques ou algébriques, résoudre des équations ou inéquations en vue de résoudre des problèmes

Plus en détail

Cours de Mathématiques. BTS Bio-analyses et contrôles

Cours de Mathématiques. BTS Bio-analyses et contrôles Cours de Mathématiques BTS Bio-analyses et contrôles 1ère année Ph Griffiths 1 2008/2009 Lycée Alexis de Tocqueville F-06130 Grasse 1. Philippe.Griffiths@ac-nice.fr ii Lycée Alexis de Tocqueville Table

Plus en détail

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13 Maths PCSI Cours Table des matières Suites réelles 1 Généralités 2 2 Limite d une suite 2 2.1 Convergence d une suite....................... 2 2.2 Deux premiers résultats....................... 3 2.3 Opérations

Plus en détail

Points fixes de fonctions à domaine fini

Points fixes de fonctions à domaine fini ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE DE CACHAN ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION 2013 FILIÈRE MP HORS SPÉCIALITÉ INFO FILIÈRE PC COMPOSITION D INFORMATIQUE

Plus en détail

Le planimètre polaire

Le planimètre polaire Le planimètre polaire Document d accompagnement des transparents. Bruno eischer Introduction Dans mon exposé à La Rochelle, ou au séminaire de l IREM de Besançon, j ai volontairement consacré une longue

Plus en détail

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR 2. Cours de filière MAM, ISTIL deuxième année. Ionel Sorin CIUPERCA

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR 2. Cours de filière MAM, ISTIL deuxième année. Ionel Sorin CIUPERCA COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR 2 Cours de filière MAM, ISTIL deuxième année Ionel Sorin CIUPERCA Le but de ce cours est d introduire un outil très utilisé dans la modélisation mathématique

Plus en détail

Queue de la solution stationnaire d un modèle auto-régressif d ordre 1 à coefficients markoviens.

Queue de la solution stationnaire d un modèle auto-régressif d ordre 1 à coefficients markoviens. . Queue de la solution stationnaire d un modèle auto-régressif d ordre 1 à coefficients markoviens. Benoîte de Saporta Université de Nantes Université de Nantes - 9 juin 2005 p. 1/37 Plan de l exposé 1.

Plus en détail

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle Chapitre 6 Fonction réelle d une variable réelle 6. Généralités et plan d étude Une application de I dans R est une correspondance entre les éléments de I et ceu de R telle que tout élément de I admette

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Champ et potentiel électrostatique. 1 Cas d une distribution de charges ponctuelles. Outils mathématiques. 1.1 Rappel (ou pas) : notion de champ

Champ et potentiel électrostatique. 1 Cas d une distribution de charges ponctuelles. Outils mathématiques. 1.1 Rappel (ou pas) : notion de champ 2 Champ et potentiel électrostatique Les e ets électriques peuvent être décrits par deux grandeurs que nous allons étudier dans ce chapitre : le champ électrostatique (grandeur vectorielle) et le potentiel

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle La fonction exponentielle Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2015/2016 Table des matières 1 Existence et unicité de la fonction exponentielle 2 1.1 Deux résultats préliminaires.......................................

Plus en détail

Fonctions de deux variables. Mai 2011

Fonctions de deux variables. Mai 2011 Fonctions de deux variables Dédou Mai 2011 D une à deux variables Les fonctions modèlisent de l information dépendant d un paramètre. On a aussi besoin de modéliser de l information dépendant de plusieurs

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Optimisation de plans de financement immobiliers

Optimisation de plans de financement immobiliers Optimisation e plans e financement immobiliers De la recherche opérationnelle en actuariat bancaire Frééric GARDI & Alain DAVID EXPERIAN PROLOGIA, Parc Scientifique et Technologique e Luminy, case 919,

Plus en détail

Cours de mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire. Jean-Paul Widehem 2009-2010 Lycée Roland Garros

Cours de mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire. Jean-Paul Widehem 2009-2010 Lycée Roland Garros Cours de mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire Jean-Paul Widehem 2009-2010 Lycée Roland Garros Table des matières partie 1. Récurrence et suites 1 Chapitre 1. Raisonnement par récurrence

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint 18 mars 2008 1 Généralités sur les opérateurs 1.1 Définitions Soient H et H deux espaces de Hilbert sur C. Définition 1.1

Plus en détail

L3 Mathématique pour la physique Examen final 4 janvier 2011 : CORRIGE

L3 Mathématique pour la physique Examen final 4 janvier 2011 : CORRIGE Université Joseph Fourier L3 Physique Julia Meyer julia.meyer@ujf-grenoble.fr L3 Mathématique pour la physique Examen final 4 janvier 20 : CORRIGE Modalités : Notes de cours et TDs permis. NOTE IMPORTANTE

Plus en détail

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés Travaux dirigés, Automatique linéaire 1 J.M. Dutertre 2014 TD 1 Introduction, modélisation, outils. Exercice 1.1 : Calcul de la réponse d un 2 nd ordre à une rampe

Plus en détail

APPLICATIONS LINÉAIRES

APPLICATIONS LINÉAIRES 21-10- 2007 J.F.C. A.L. p. 1 APPLICATIONS LINÉAIRES I GÉNÉRALITÉS 1. Définition et vocabulaire 2. Conséquences de la définition 3. Caractérisation II OPÉRATIONS SUR LES APPLICATION LINÉAIRES 1. Somme,

Plus en détail

Rappels sur les applications linéaires

Rappels sur les applications linéaires Rappels sur les applications linéaires 1 Définition d une application linéaire Définition 1 Soient E et F deux espaces vectoriels sur un même corps K et f une application de E dans F Dire que f est linéaire

Plus en détail

Fonctions analytiques

Fonctions analytiques CHAPITRE Fonctions analytiques Les principaux résultats à retenir : soit U un ouvert de C et f : U C. f est analytique sur U si et seulement si f est développable en série entière au voisinage de chaque

Plus en détail

Probabilités 5. Simulation de variables aléatoires

Probabilités 5. Simulation de variables aléatoires Probabilités 5. Simulation de variables aléatoires Céline Lacaux École des Mines de Nancy IECL 27 avril 2015 1 / 25 Plan 1 Méthodes de Monte-Carlo 2 3 4 2 / 25 Estimation d intégrales Fiabilité d un système

Plus en détail

Une voiture parcourt en 2 heures, 140 km ; en 3 heures, 210 km et en 5 heures, 350 km.

Une voiture parcourt en 2 heures, 140 km ; en 3 heures, 210 km et en 5 heures, 350 km. Calcul es Vitesses Tout objet en mouvement ( voiture, train, piéton, avion, tortue, bille, ) est appelé un mobile. Nous irons qu un mobile a un mouvement uniforme ( ou est animé un mouvement uniforme )

Plus en détail