Corrigés Exercices Page 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Corrigés Exercices Page 1"

Transcription

1 Corrigés Exercices Page 1 Premiers algorithmes Questions rapides 1 1) V ; ) F ; 3) V ; 4) F. 1) a ; ) b ; 3) a et b ; 4) b. 3 L'algorithme répond à la question : "le nombre entré estil positif?". 4 a (remarque : le compteur i est incrémenté de 1 à chaque passage dans la boucle, jusqu'à atteindre au plus la valeur maximale C, qu'elle soit entière ou non) et c. Fonctions Généralités 5 1) b ; ) a ; 3) a et c ; 4) c ; 5) b et c. 6 1) a et b ; ) b ; 3) c ; 4) a et b ; 5) a et c. 7 1) f(1) = 9 ; f(4) = 81 ; f( 3) = 5. ) -7 et 6. 3) f(x) = (x+1)². 8 1) f(1) = 4 ; f(4) = 1 ; f( ) = 5. ) f(x) = (x 3)². 3) 5 et 1. 3) On reprend la démarche précédente en modifiant la valeur 0,5 par p, qu'on aura saisie au préalable. x,y,p : réels ; x -3; Entrer(p) ; Tant que x 4 faire y x²+x 3 ; Afficher("(",x," ; ",y,")") ; x x+p ; FinTantQue ; 4) a) En D =B1 ; en D3 =D+$B$ ou =D+B$ ; en E =*D^+D-3. On recopie vers le bas les cellules D3 et E. Etude qualitative 9 1) Il faut calculer l'image par f de 3, de, de -1, jusqu'à l'image par f de 4. Ainsi pour tous les entiers i de -3 à 4, on calcule f(i). Pour plus de confort pour lire les résultats, on peut aussi penser à afficher les couples (i ; f(i)). i : entier ; y : réel ; Pour i allant de -3 à 4 faire y i²+i 3 ; Afficher("(",i," ; ",y,")") ; ) Il faut calculer l'image par f de 3, de,5, de, jusqu'à l'image par f de 4 : les réels dont on veut calculer l'image sont obtenus en ajoutant 0,5 à la valeur précédente, jusqu'à atteindre 4. Ainsi : - on commence par affecter 3 à x ; - puis tant que x est inférieur ou égal à 4, on affiche le couple (x ; f(x)) et on ajoute 0,5 à x. x,y : réels ; x 3; Tant que x 4 faire y x²+x 3 ; Afficher("(",x," ; ",y,")") ; x x+0,5 ; FinTantQue ; b) Les valeurs précédentes laissent penser que le tableau de variations de f est : c) En modifiant le pas dans la cellule B (0,5, puis 0,1, puis 0,05, etc), on s'aperçoit que la conjecture précédente est fausse (par exemple f( 0,1) = 3,08 est strictement inférieur à 3). On propose alors plutôt : (Des modifications du pas en B confortent la conjecture.) 10 1) x prend ses valeurs dans l'intervalle [0 ; 0]. ) Il faut d'abord savoir si x appartient à l'intervalle [0 ; 10] ou à l'intervalle [10 ; 0]. Si x 10, alors le volume est : 100x ; sinon le volume est : (x 10) = x. 3) a) 500 cm 3 ; b) 1000 cm 3 ; c) 115 cm 3 ; d) 150 cm 3. 4) On procède par balayage (par encadrements successifs) pour obtenir un volume égal à 65 cm 3. On obtient que la hauteur de liquide dans le récipient sera égale à 6,5 cm. On peut retrouver ce résultat en résolvant l'équation 100x=65.

2 Corrigés Exercices Page 11 1) à un an : 100+(100+ 1) = 0 ; à deux ans : 0+(100+ ) = 306. ) a) A chaque anniversaire d'alban, pour ses n ans, sa grand-mère ajoute 100+ n à la somme déjà présente sur le compte, qu'on ne connaît pas a priori. Il faut calculer celle-ci de proche en proche, en ajoutant à partir de la naissance, toutes les sommes que la grand-mère a versées sur le compte. Ainsi : - la somme initiale est 100 ; - de 1 an à 10 ans, pour l'année n, la somme est la somme précédente augmentée de 100+ n ; - la somme demandée est la dernière somme calculée. S,n : entiers ; S 100; Pour n allant de 1 à 10 faire S S+100+ n ; Afficher(S) ; b) Alban disposera de 110 pour ses 10 ans. 3) Il faut calculer la somme disponible chaque année, de proche en proche comme à la question précédente, jusqu'à ce qu'elle dépasse 1999, tout en gardant en mémoire le nombre d'années qui s'écoulent. Ainsi : - la somme initiale est 100 (année 0) ; - tant que la somme ne dépasse pas 1999, on passe à l'année suivante, et on ajoute à la somme précédente ce que verse la grand-mère d'alban ; - l'année demandée est la dernière année calculée. S,n : entiers ; S 100; n 0; Tant que S<1999 faire n n+1 ; S S+100+ n ; FinTantQue ; Afficher(n) ; On obtient qu'alban pourra s'offrir la guitare à ses 17 ans. 1 1) a) b) Avec l'échelle x [ 1 ; 4] et y [ 10 ; 10] : c) < x 0 < 3. ) a) En D =B1 ; en D3 =D+$B$ ou =D+B$ ; en E =4*D^-D^3. On recopie vers le bas les cellules D3 et E. b) 9 n'est pas le maximum de f sur [-1 ; 4]. Par exemple en modifiant le pas en B (en choisissant par exemple un pas de 0,5), on obtient que f(,5) = 9,375 qui est strictement supérieur à 9. c) On cherche la valeur maximale de la colonne E. Pour cela, on modifie la valeur en B1 et le pas en B pour "affiner" le tableau de valeurs. On obtient que le maximum est atteint en,67 à 10 - près : d) On lit dans le tableau une valeur approchée de M : 9,48. On ne peut pas affirmer ici que le résultat est une valeur approchée de M à 10 - près. 13 1) On peut penser à faire fonctionner l'algorithme pas à pas pour avoir une idée : Valeur Valeur Etapes de x de y Calcul de m 34 Entrée dans la boucle Pour : on affecte - à x ; on affecte à y : 3 (-)² (-)+1=17 ; on teste la proposition "y<m" : elle est vraie. On affecte la valeur de y à m. On affecte automatiquement -1 à x ; on affecte à y : 3 (-1)² (-1)+1=6 ; on teste la proposition "y<m" : elle est vraie. On affecte la valeur de y à m. On continue : On sort de la boucle Pour. On affiche m : Valeur de m On comprend, en le faisant fonctionner pas à pas, que l'algorithme détermine de proche en proche la plus petite image des entiers entre -3 et 3. Le résultat affiché est 1. ) Non, rien n'assure qu'il n'existe pas un réel (non entier) de [-3 ; 3] ayant une image inférieure à 1. Par exemple, f(0,5) = 0,75 ; donc 1 n'est pas le minimum de f sur [-3 ; 3].

3 Corrigés Exercices Page 3 3) Dans l'algorithme précédent, au moment où on calcule de proche en proche une plus petite image, il faut garder en mémoire l'entier x 0 en lequel a été obtenu cette image. Cet entier x 0 doit d'abord être initialisé à la valeur -3. On propose : Variables m,x,x 0,y : entiers ; x 0-3 ; m 3 (-3)² (-3)+1 ; Pour x allant de - à 3 faire y 3 x² x+1 ; Si y<m alors x 0 x ; m y ; Afficher("le minimum sur les entiers est ",m) ; Afficher("il est atteint en ",x 0 ) ; 4) a) Il faut calculer l'image par f de -3, de -,9, de -,8, jusqu'à l'image par f de 3, et obtenir de proche en proche la plus petite d'entre elles comme dans l'algorithme précédent. On constate que les réels dont on veut calculer l'image sont obtenus en ajoutant 0,1 à la valeur précédente, jusqu'à atteindre 3. Ainsi : - on commence par initialiser les valeurs de x à -3, de x 0 à -3, et de m à f(-3) (la valeur du minimum pour l'instant) ; - ensuite, tant que x est inférieur ou égal à 3, on ajoute 0,1 à x, on calcule f(x) qu'on affecte à y, et on compare cette valeur et le minimum m des images précédentes. Dans le cas où y est inférieur à m, on modifie les valeurs de x 0 et de m ; - on conclut en affichant les dernières valeurs calculées de x 0 et de m. Cela se traduit par Variables m,x,x 0,y : entiers ; x -3 ; x 0-3 ; m 3 (-3)² (-3)+1 ; Tant que x 3 faire x x+0,1 ; y 3 x² x+1 ; Si y<m alors x 0 x ; m y ; FinTantQue ; Afficher("le minimum paraît être ",m) ; Afficher("il est atteint en ",x 0 ) ; b) On obtient x 0 0,3 et m 0,67. c) Non. d) Les résultats paraissent cohérents. x [ 3 ; 3] et y [ ; 0 ] 5) a) x [ 1 ; 1] et y [ 1 ; ] x + = 3 x x + + = 3x x + 1 = f ( x) b) Pour tout x [.3 ; 3] : 3 x 0. Donc 3 f ( x). 3 De plus 1 f =. Donc f admet comme minimum 3 3 3, qui est atteint en 1 3. c) Les résultats sont cohérents. 14 a. Equations 15 1) Il s'agit de calculer chaque année la taille de la population d'abeilles (P), et de la comparer à 500, tout en gardant en mémoire le nombre d'années (n) qui s'écoulent. Ainsi : - la population P initiale vaut 5000 (n vaut 0) ; - tant que la population P est supérieure à 500, on passe à l'année suivante (l'année n devient l'année n+1), et la population P devient : P 0,05P = 0,95 P ; - on conclut en affichant le nombre d'années écoulées n. P : réel ; n : entier ; P 5000 ; n 0 ; Tant que P > 500 faire n n+1 ; P 0,95 P ; FinTantQue ; Afficher("le nombre d'années est ",n) ; ) La population d'abeilles aura diminué de moitié au bout de 14 années. 16 1) Le capital disponible est 105 au bout d'une année de placement, et 1050,65 au bout de deux années de placement. ) a) Le capital initial est Puis si une année le capital est C, l'année suivante il vaut : C+0,05 C = 1,05 C. Il faut réitérer ce calcul autant de fois que d'années de placement. Ainsi : - on entre le nombre d'années de placement n et on initialise le capital C à 1000 ; - on remplace n fois C par 1,05 C ; - on affiche la dernière valeur calculée de C. C : réel ; n,i : entiers ; Entrer(n) ; C 1000 ; Pour i allant de 1 à n faire C 1,05 C ; Afficher("le capital est ",C) ; b) Le capital est d'environ 1131,41 au bout de cinq années, et environ 180,08 au bout de dix années.

4 Corrigés Exercices Page 4 3) On calcule les valeurs du capital les années suivantes, jusqu'à ce qu'il dépasse 000 : soit en calculant "toutes" les valeurs (tableur), soit en testant plusieurs valeurs et en procédant par balayage (calculatrice ou logiciel). On obtient qu'il faut 9 années de placement pour doubler le capital (pour 8 années, le capital vaut environ 1996,50, pour 9 années, le capital vaut environ 046,41 ). Prolongement (calculatrice ou logiciel) : on peut modifier le programme. Il s'agit de calculer le capital (C) et de le comparer à 000, tout en gardant en mémoire le nombre d'années (n) qui s'écoulent. Cela se traduit par C : réel ; n,i : entiers ; C 1000 ; n 0 ; Tant que C < 000 faire n n+1 ; C 1,05 C ; FinTantQue ; Afficher("le nombre d'années est ",n) ; 4) On calcule les valeurs du capital les années suivantes, jusqu'à ce qu'il dépasse ou : soit en calculant "toutes" les valeurs (tableur), soit en testant plusieurs valeurs et en procédant par balayage (calculatrice ou logiciel). On obtient qu'il faut 94 années de placement pour atteindre (pour 93 années, le capital vaut environ 9 938,47, pour 94 années, le capital vaut environ ,93 ) et 1 années de placement pour atteindre (pour 11 années, le capital vaut environ 19 84,10, pour 1 années, le capital vaut environ 0 338,16 ). Prolongement (calculatrice ou logiciel) : on peut modifier le programme. Il s'agit de calculer le capital (C) et de le comparer à la somme S entrée (10000 ou 0000 ici), tout en gardant en mémoire le nombre d'années (n) qui s'écoulent. Cela se traduit par : C,S : réel ; n,i : entiers ; C 1000 ; n 0 ; Afficher("capital à atteindre? ") ; Entrer(S) ; Tant que C < S faire n n+1 ; C 1,05 C ; FinTantQue ; Afficher("le nombre d'années est ",n) ; 17 1) Avec la fenêtre x [ ; ] et y [ 5 ; 5] : Graphiquement, 1 < α <. ) m 0 = 1,5 et f(m 0 ) = 0,875. On a : a 1 = 1 et b 1 = 1,5. 3) m 1 = 1,5 et f(m 1 ) 0,97. Donc f(m 1 ) < 0 donc m 1 < α < b 1 Donc a = 1,5 et b = 1,5. 4) En B3 =G1 ; en C3 =G ; en D3 =(B3+C3)/ ; en E3 =D3^3-D3-1. En B4 =SI(E3>0;B3;D3) ; en C4 =SI(E3>0;D3;C3). On recopie vers le bas les cellules B4, C4, D3 et F3. 5) Il faut regarder l'écart entre les réels a n et b n qui encadrent α, et regarder à partir de quand il est inférieur à 0,001. On peut éventuellement rajouter le calcul de cet écart dans une colonne du tableur. On obtient : dès que n 10, l'encadrement a n < α < b n est d'amplitude inférieure à 0,001. Si on souhaite faire une application numérique, il faut arrondir a n par défaut et b n par excès. Comme on souhaite un encadrement d'amplitude inférieure à 0,001, il est plus simple de regarder les termes de rang 11 (sinon pour le rang 10, il faut aller chercher de nombreuses décimales). Ainsi : 1,347 < α < 1, ) Avec la fenêtre x [ 3 ; 1] et y [ 5 ; 5] : Graphiquement, 1 < α < 0. ) m 0 = 0,5 et f(m 0 ) = 1,065. Donc f(m 0 ) > 0 et f(b 0 ) < 0 : f change de signe entre m 0 et b 0. Donc m 0 < α < b 0. 3) m 1 = 0,5 et f(m 1 ) 0,004. 4) Il s'agit de vérifier que la construction est bien décrite par l'algorithme. On pourra faire remarquer que, par construction de proche en proche, les réels a n ont une image positive et que les réels b n ont une image négative : Ainsi, à chaque étape n, f change de signe entre a n et b n : donc a n < α < b n. En utilisant le schéma précédent, on constate que l'amplitude de l'encadrement est divisée par. Au bout de n étapes, il est divisé par n. Comme l'amplitude de l'encadrement initial est b 0 a 0 = 1, à l'étape n, l'amplitude de l'encadrement est 1, qui peut être rendu aussi petit qu'on le souhaite. On n peut ainsi obtenir des valeurs approchées de α aussi précises que possible en calculant les réels a n et b n pour un certain entier n. 5) Ici le nombre d'étapes est a priori inconnu.

5 Corrigés Exercices Page 5 Il s'agit de calculer les réels a n et b n jusqu'à ce que l'écart b n a n soit inférieur à la précision p, que l'on saisira au début de l'algorithme. Cela se traduit par : a,b,p,m,y : réels ; : Entrer(p) ; a 1 ; b 0 ; Tant que (b-a) > p faire m (a+b)/ ; y m 4 4 m 1 ; Si y > 0 alors a m ; sinon b m ; FinTantQue ; Afficher("α est entre ",a," et ",b) ; 6) Il s'agit de traduire l'algorithme précédent en langage calculatrice ou logiciel. 7) α 0,49 à 10-3 près ; α 0,49038 à 10-6 près. Remarque : on a choisi ici pour être plus lisible de ne pas imbriquer les tests pour déterminer le plus petit montant. Mais cela aurait pu être possible. Un autre avantage de cet algorithme est qu'il permet d'afficher les cas d'égalité de forfaits. 3) a) Forfait A pour 6,5 (135min). b) Forfait C pour un montant de 9 (150min). c) Forfait C pour un montant de 9 (165min). d) Forfait C pour un montant de 9 (180min). 4) Il faut calculer le montant le plus avantageux en fonction de la durée de communication : soit en calculant "toutes" les valeurs (tableur), soit en testant plusieurs valeurs et en procédant par balayage (calculatrice ou logiciel). On obtient : - pour une consommation d'une durée inférieure ou égale à 141 minutes, c'est le forfait A le plus avantageux ; - pour une consommation d'une durée supérieure ou égale à 14 minutes, c'est le forfait C le plus avantageux. On peut éventuellement compléter l'étude en traçant les courbes représentatives des fonctions associées aux forfaits, Inéquations 19 b et c. 0 1) Pour h15 (135min), c'est le forfait A le plus avantageux (6,5 ) ; pour h30 (150min), c'est le forfait C le plus avantageux (9 ). ) Le forfait le plus avantageux pour le consommateur est celui qui coûte le moins cher. On peut donc pour une certaine durée de consommation (D) en minutes : - calculer les montants des trois forfaits. Par exemple pour le forfait A, si la durée D est inférieure à 10 minutes (h), le montant à payer est 19,50 ; sinon, le montant à payer est 19,50+0,45 (D 10). On procède de la même façon pour les forfaits B et C ; - tester lequel est le plus petit montant pour l'afficher. D, A, B, C : réels ; Entrer(D) ; Si D 10 alors A 19,5 ; sinon A 19,5+0,45 (D 10) ; Si D 10 alors B ; sinon B +0,37 (D 10) ; Si D 180 alors C 9 ; sinon C 9+0,37 (D 180) ; Si A B et A C alors Afficher("forfait A pour un montant de ",A) ; Si B A et B C alors Afficher("forfait B pour un montant de ",B) ; Si C A et C B alors Afficher("forfait C pour un montant de ",C) ; et en résolvant des inéquations.

6 Corrigés Exercices Page 6 1 1) Le forfait le plus avantageux pour le consommateur est celui qui coûte le moins cher. On peut donc pour un certain nombre de SMS envoyés dans le mois (N) : - calculer les montants des trois forfaits : pour le forfait A, le montant à payer est 0 ; pour le forfait B, le montant à payer est 0,15 N ; pour le forfait C, le montant à payer est 1+0,05 N ; - tester lequel est le plus petit montant pour l'afficher. N : entier ; A, B, C : réels ; A 0 ; B 0,15 N ; C 1+0,05 N ; Si A B et A C alors Afficher("forfait A pour un montant de ",A) ; Si B A et B C alors Afficher("forfait B pour un montant de ",B) ; Si C A et C B alors Afficher("forfait C pour un montant de ",C) ; Remarque : on a choisi ici pour être plus lisible de ne pas imbriquer les tests pour déterminer le plus petit montant. Mais cela aurait pu être possible. Un autre avantage de cet algorithme est qu'il permet d'afficher les cas d'égalité de forfaits. ) a) Forfait B pour un montant de 3. b) Forfait B pour un montant de 6,75. c) Forfait B pour un montant de 15. d) Forfait C pour un montant de 19,50. 3) Il faut calculer le montant le plus avantageux en fonction du nombre de SMS envoyés dans le mois : soit en calculant "toutes" les valeurs (tableur), soit en testant plusieurs valeurs, et en procédant par balayage (calculatrice ou logiciel). On obtient : - de 0 à 10 SMS envoyés dans le mois, le forfait B est plus avantageux ; - de 10 à 160 SMS envoyés dans le mois, le forfait C est plus avantageux ; - plus de 160 SMS envoyés dans le mois (160 inclus), le forfait A est plus avantageux. On peut éventuellement compléter l'étude en traçant les courbes représentatives des fonctions associées aux forfaits, 1) En 001, il y a dans la ville A , ,0 = habitants ; dans la ville B , ,80 = habitants. En 00, il y a dans la ville A , ,0 = habitants ; dans la ville B , ,80 = 5600 habitants. ) a) Il s'agit de calculer chaque année les tailles des populations dans les villes A et B (popa et popb) et de les comparer, tout en gardant en mémoire le nombre d'années écoulées (n). Ainsi : - les tailles des populations initiales dans les villes A et B (popa et popb) sont respectivement 0000 et (n vaut 0) ; - tant que la taille de la population de la ville A (popa) est inférieure à la taille de la population de la ville B (popb), on passe à l'année suivante (l'année n devient l'année n+1), la taille de la population de la ville A (popa) devient popa 0,9+popB 0, et celle de la ville B (popb) devient popa 0,1+popB 0,8 (attention : dans ces deux calculs, les valeurs popa et popb désignent les tailles précédentes. Si on transcrit tel que ces calculs dans une calculatrice ou un logiciel, pour le calcul de la nouvelle valeur de popa, il n'y aura pas de problème ; mais pour celui de popb, popa aura pour valeur la nouvelle valeur, et non l'ancienne : il faut donc stocker les anciennes valeurs popa et popb dans des variables auxiliaires, par exemple a et b) ; - on conclut par l'affichage du nombre d'années écoulées (n). n : entier ; popa,popb,a,b : réels ; popa 0000 ; popb ; n 0 ; Tant que popa < popb faire n n+1 ; a popa ; b popb ; popa a 0,9+b 0, ; popb a 0,1+b 0,8 ; FinTantQue ; Afficher("le nombre d'années nécessaires est ",n) ; b) On obtient que la ville A compte plus d'habitants que la ville B au bout de trois ans (soit en 003). 3) a) Vrai ; b) Faux ; c) Vrai. 3 1) Pour calculer le coût d'une masse de produits fabriqués M (en kg), il faut d'abord comparer M et 800 : si M < 800, alors le coût est M : sinon, le coût est ,0 M. ) Pour calculer la recette d'une masse de produits achetés M (en kg), il faut d'abord comparer M et 900 : si M < 900, alors la recette est 0 M : sinon, la recette est 0 M ) a) L'entreprise réalise des bénéfices lorsque les recettes sont supérieures aux coûts. Ainsi, - pour une masse de produits fabriqués et achetés M (en kg), on calcule le montant de la recette et des coûts selon les démarches des questions 1) et ). Puis on teste si les recettes sont supérieures aux coûts. et en résolvant des inéquations.

7 Corrigés Exercices Page 7 M,R,C : réels ; Entrer(M) ; Si M < 800 alors C M ; sinon alors C , M ; Si M < 900 alors R 0 M ; sinon alors R 0 M 100 ; Si R C alors Afficher("bénéfices") ; sinon Afficher("pas de bénéfices") ; FinSi; - il reste à tester soit "toutes" les valeurs (tableur), soit quelques valeurs puis procéder par balayage (calculatrice ou logiciel). b) On obtient que l'entreprise réalise des bénéfices à partir d'une fabrication et d'une vente de 65 kg de produits. On peut éventuellement compléter l'étude en traçant les courbes représentatives des fonctions associées aux forfaits, et en résolvant des inéquations. Géométrie Configurations du plan 4 1) On note I, J et K les milieux respectifs des côtés [BC], [AC] et [AB]. D'après le théorème de la droite des milieux, on a : KJ=1BC ; IJ=1AB ; KI=1AC. Comme le triangle ABC est équilatéral, les triangles AKJ, IJC, IJK et BKI ont leurs 3 côtés de même mesure et sont donc équilatéraux. ) On a noirci 9 triangles noirs à la 3 e étape. 3) On constate qu'à chaque fois qu'on noircit un triangle central, on laisse en blanc 3 triangles "extérieurs". A l'étape suivante, on noircira le triangle central de chacun de ces triangles laissés en blanc. Ainsi, le nombre de triangles qu'on noircit est multiplié par 3 à chaque étape. A la 4 e étape, on va donc noircir 3 9 = 7 triangles. On vérifie : Cela fait bien 7 nouveaux triangles noircis. 4) A chaque étape, on multiplie par 3 le nombre de triangles qu'on noircit (voir question 3)). Comme à la 1 ère étape on a noirci un triangle, à l'étape n on noircit = 3 n-1 triangles. 5) On ajoute les nombres de triangles noircis à chaque étape, jusqu'à avoir dépassé 100. Ainsi : 1+3 = 4 (nombre de triangles noircis en tout à l'étape ) ; = 13 (nombre de triangles noircis à l'étape 3) ; = 40 (nombre de triangles noircis à l'étape 4); = 11 (nombre de triangles noircis à l'étape 5). Il faut donc 5 étapes pour noircir au moins 100 triangles.

8 Corrigés Exercices Page 8 5 1) a) 3 e étape : 6 1) a) Etape 1 : On a construit 4 = 8 demi-cercles, de diamètre 1 4 AB, soit cm. b) 4 e étape : à chaque étape, on construit demi-cercles à l'intérieur de chaque demi-cercle. Ainsi à chaque étape, on multiplie par le nombre de demi-cercles construits, qui ont comme diamètre le diamètre précédent divisé par. A la 4 e étape, on va donc construire 8 = 16 demi-cercles, de diamètre = 1 cm. On vérifie : c) A chaque étape, le nombre de demi-cercles qu'on construit est multiplié par, et leur diamètre est divisé par (voir question b)). A l'étape 1, on construit deux demi-cercles, de diamètre 8 cm. Ainsi à l'étape n, on construit = n demicercles, de diamètre ((((8 ) ) ) ) = 8 n-1 cm. ) a) p(0) est la longueur d'un demi-cercle de diamètre 16cm. Donc p(0) = 16π = 8π. b) p(1) est la somme des longueurs des demi-cercles de diamètre 8 cm. Donc p(1) = (8π ) = 8π. p() est la somme des longueurs des 4 demi-cercles de diamètre 4 cm. Donc p() = 4 (4π ) = 8π. On constate que les valeurs p(0), p(1) et p() sont égales. c) A l'étape n, p(n) est la somme des longueurs des n demi-cercles de diamètre 8 n-1 cm. Donc p(n) = n ((8 n-1 ) π ) = 8π. π d 3) L'aire d'un disque de diamètre d est. 4 a) A(0) est l'aire du demi-disque de diamètre 16cm. Donc A(0) = (π 16² 4) = 3π. b) A(1) est la somme des aires des demi-disques de diamètre 8 cm. Donc A(1) = ((π 8² 4) ) = 16π. A() est la somme des aires des 4 demi-disques de diamètre 4 cm. Donc A() = 4 ((π 4² 4) ) = 8π. c) A l'étape n, A(n) est la somme des aires des n demidisques de diamètre 8 n-1 = 16 n cm. Chaque demi-disque a pour aire : (π (16 n )² 4) = 3π ( n )² cm². Donc A(n) = n 3π ( n )² = 3π n. 4) a) Vrai ; b) Faux ; c) Faux. b) Le quadrilatère A 1 B 1 C 1 D 1 semble être un carré. Plusieurs démarches sont possibles pour démontrer cette conjecture. Par exemple : - D'après le théorème de Pythagore dans le triangle A 1 B 1 B 0 rectangle en B 0, A B = A B + B B = + = cm. De même B1C 1 = 68 cm ; C1D 1 = 68 cm et A1 D 1 = 68 cm. Donc le quadrilatère A 1 B 1 C 1 D 1 est un losange. - De plus B 0 A1 B1 + B1 A1 D1 + D1 A1 A0 = 180. Or les triangles A 0 A 1 D 1 et B 0 B 1 A 1, respectivement rectangles en A 0 et B 0, ont les mêmes mesures. Ils ont donc les mêmes angles. Donc B 0 A1 B1 + D1 A1 A0 = = 90. Donc B 1A1 D 1 = = 90. Finalement le quadrilatère A 1 B 1 C 1 D 1 est un carré. ) a) Etape : b) Etape 3 : Etape 4 : 3) a) Le carré A 1 B 1 C 1 D 1 a pour côté A1 B 1 = 68 cm (voir question 1) b)). Donc A(1) = 68. D'après le théorème de Pythagore dans le triangle A B 1 B rectangle en B 1, A B ² = A B 1 ² + B 1 B ². A B = + =. Donc ( ) Donc A () =

9 Corrigés Exercices Page 9 b) Il s'agit de calculer à chaque étape le carré du côté du carré. D'après le théorème de Pythagore, si à une étape le côté mesure a cm, à l'étape suivante le côté vaut : ( ) a + cm. Ainsi, si on souhaite calculer à l'étape n l'aire A(n), on procède de la façon suivante : - on initialise la valeur du côté a à 10 (étape 0) ; - puis de l'étape 1 à l'étape n, on réitère le calcul suivant : à chaque étape le côté a devient ( ) a + ; - l'aire A(n) est le carré du dernier côté a calculé. On peut éventuellement résumer la démarche à l'aide de n,i : entiers ; a : réel ; a 10 ; Entrer(n) ; Pour i allant de 1 à n faire a ( ) a + ; Afficher("l'aire est :",a²) ; c) On obtient : A(3) 4,78 cm² ; A(4) 1,87 cm² ; A(5) 6,5 cm² ; A(6) 4,31 cm². 4) On teste quelques valeurs : a) Vrai ; b) Faux ; c) Faux. 7 1) l 0 = 50π ; l 1 = 5π ; l = 5π/ ; l 3 = 5π/4. ) A chaque étape, on trace un demi-cercle de diamètre moitié. Ainsi, à l'étape n, le diamètre de C n est (((100 ) ) ) = 100 n. Donc la longueur l n du 50π demi-cercle C n est : l n = n. 3) a) L 31,9 m ; b) L / 0,5 65,9. Le jardinier plantera 65+1 = 66 arbustes. 8 On a vu à l'exercice 4 qu'à chaque étape, le nombre de triangles qu'on noircit est multiplié par 3. 1) En utilisant le théorème de la droite des milieux, le côté de l'unique triangle noirci à la 1 ère étape mesure la moitié du côté du triangle initial, soit 8 cm. Donc A 1 = ) Pour déterminer l'aire noircie totale à la e étape, il faut savoir quelle surface A on a noircie à cette étape, pour la rajouter à A 1. A la e étape, on noircit 1 3=3 triangles équilatéraux de même taille, de côté la moitié du côté précédent (en utilisant le théorème de la droite des milieux), soit 4 cm. 4 3 Ainsi A = 3 = On en déduit que l'aire noircie totale est : A1 + A = = ) Pour déterminer l'aire noircie totale à la 3 e étape, il faut savoir quelle surface A 3 on a noircie à cette étape, pour la rajouter à A 1 +A. A la 3 e étape, on noircit 3 3=9 triangles équilatéraux de même taille, de côté la moitié du côté précédent (en utilisant le théorème de la droite des milieux), soit cm. 3 Ainsi A3 = 9 = On en déduit que l'aire noircie totale est : A1 + A + A3 = = ) D'une façon plus générale, pour déterminer l'aire noircie totale à la n e étape, il faut savoir quelle surface A n on a noircie à cette étape, pour la rajouter à l'aire noircie à l'étape précédente. Il s'agit donc de calculer de proche en proche l'aire noircie à chaque étape. A chaque étape, on noircit 3 fois plus de triangles noircis à l'étape précédente ; ces triangles noircis sont équilatéraux de même taille, de côté la moitié du côté précédent. Il s'agit donc de calculer en proche le nombre (N) de triangles noircis et leur côté (a) à chaque étape ; l'aire a 3 noircie à cette étape est alors : N. 4 Ainsi : - on initialise (étape 1) le nombre (N) de triangles noircis à 1, la mesure (a) du côté à 8 et l'aire noircie totale (A) à 16 3 ; - puis de l'étape à l'étape n, on réitère le calcul suivant : d'une étape à l'autre, le nombre N devient 3 N, le côté a a 3 devient a, et l'aire A est augmentée de N ; 4 - on conclut en affichant la valeur de la dernière aire calculée A. On peut éventuellement résumer cette démarche par n,n,i : entiers ; A,a : réels ; Entrer(n) ; N 1 ; a 8 ; A 16 3 ; Pour i allant de à n faire N 3 N ; a a ; a 3 A A+ N ; 4 Afficher("l'aire noircie totale vaut :",A) ; 5) On cherche à partir de quelle étape l'aire noircie totale 16 3 dépasse 90 % de cm², c'est-à-dire est supérieure à 4 0, On obtient qu'il faut 9 étapes pour noircir au moins 90 % du triangle initial.

10 Corrigés Exercices Page 10 9 b et c. Géométrie repérée 30 1) Il s'agit d'abord savoir si le triangle ABC a ou non ses trois côtés de même longueur. Ainsi : - on commence d'abord par se donner les coordonnées des points A, B et C ; - on calcule les longueurs AB, AC et BC ; - on teste si AB = AC et AB = BC par exemple ; - on conclut. On s'aperçoit que les calculs de AB², AC² et BC² suffisent. Ainsi : - on calcule les carrés AB², AC² et BC² ; - on teste si AB² = AC² et AB² = BC² par exemple ; - on conclut. Ensuite, dans le cas où le triangle ABC est équilatéral, en notant a la longueur d'un côté, on sait que le périmètre a 3 vaut 3 a et que l'aire est. Il suffit d'afficher le 4 résultat de ces deux calculs (ici a sera égal par exemple à la longueur AB). xa,ya,xb,yb,xc,yc,a,b,c : réels ; Entrer(xA,yA,xB,yB,xC,yC) ; c (xb xa)²+(yb ya)² ; b (xc xa)²+(yc ya)² ; a (xc xb)²+(yc yb)² ; Si a=b et a=c alors Afficher("ABC est équilatéral") ; Afficher("son périmètre est :",3 a ) ; Afficher("son aire est :", a 3 /4) ; sinon Afficher("ABC n'est pas équilatéral") ; 3) a) ABC est non équilatéral. b) ABC est équilatéral ; son périmètre vaut 1 ; son aire vaut environ 6,93. c) ABC est non équilatéral. On peut faire constater que 3, ) Plusieurs démarches sont possibles : - soit on teste si les diagonales [AC] et [BD] se coupent en leurs milieux ; il s'agit alors d'abord de calculer les coordonnées des deux milieux (I et J), puis de tester l'égalité des coordonnées de ceux-ci ; enfin on conclut ; - soit on teste l'égalité des longueurs AB et CD, et AD et BC ; il s'agit alors d'abord de calculer les longueurs AB, BC, CD et AD, puis de tester les égalités AB = CD et AD = BC ; enfin on conclut. Mieux : on calcule les carrés AB², BC², CD² et AD², puis on teste les égalités AB² = CD² et AD² = BC². Dans les deux cas, il faut d'abord se donner les coordonnées des points A, B, C et D. xa,ya,xb,yb,xc,yc,xd,yd,xi,yi,xj,yj : réels ; Entrer(xA,yA,xB,yB,xC,yC,xD,yD) ; xi (xa+xc)/ ; yi (ya+yc)/ ; xj (xb+xd)/ ; yj (yb+yd)/ ; Si xi = xj et yi = yj alors Afficher("ABCD est un parallélogramme") ; sinon Afficher("ABCD n'est pas un parallélogramme") ; ou : xa,ya,xb,yb,xc,yc,xd,yd,a,b,c,d : réels ; Entrer(xA,yA,xB,yB,xC,yC,xD,yD) ; a (xb xa)²+(ya yb)² ; b (xc xb)²+(yc yb)² ; c (xd xc)²+(yd yc)² ; d (xd xa)²+(yd ya)² ; Si a = c et b = d alors Afficher("ABCD est un parallélogramme") ; sinon Afficher("ABCD n'est pas un parallélogramme") ; Voir l'exercice 4 pour une autre démarche (à l'aide de l'outil vectoriel). 3) a) ABCD est un parallélogramme. b) ABCD est un parallélogramme. c) ABCD n'est pas un parallélogramme. 3 1) On commence par se donner les coordonnées des points A, B, C et D. Ensuite : - il faut savoir si ABCD est un parallélogramme (par exemple en testant les égalités AB = CD et AD = BC) ; - puis dans le cas où ABCD est un parallélogramme, il faut savoir s'il est un losange (par exemple en testant l'égalité AB = BC) ; - et enfin dans le cas où ABCD est un losange, il faut savoir s'il est un rectangle (par exemple en testant l'égalité AC² = AB² + BC²) ; - pour finir, si ABCD est bien un carré, son périmètre est 4 AB et son aire est AB². On a donc besoin avant toute chose de calculer les longueurs AB, BC, CD, AD et AC, ou plutôt les carrés des longueurs AB², BC², CD², AD² et AC². Tous les tests peuvent être regroupés : pour que ABCD soit un carré, il faut et il suffit que les égalités suivantes soient réalisées : AB² = CD² ; AD² = BC² ; AB² = BC² ; AC² = AB² + BC².

11 Corrigés Exercices Page 11 xa,ya,xb,yb,xc,yc,xd,yd,a,b,c,d,e : réels ; Entrer(xA,yA,xB,yB,xC,yC,xD,yD) ; a (xb xa)²+(yb ya)² ; b (xc xb)²+(yc yb)² ; c (xd xc)²+(yd yc)² ; d (xd xa)²+(yd ya)² ; e (xc xa)²+(yc ya)² ; Si a = c et b = d et a = b et e = a + b alors Afficher ("ABCD est un carré") ; Afficher("son périmètre est ",4 a ) ; Afficher("son aire est ",a) ; sinon Afficher ("ABCD n'est pas un carré") ; 3) a) ABCD carré, de périmètre environ 16,49 et d'aire 17. b) ABCD carré, de périmètre environ 3,3 et d'aire 34. c) ABCD n'est pas un carré. 33 1) On commence par se donner les coordonnées des points A, B, C et D. Ensuite : - pour savoir si le quadrilatère ABCD est un losange, il faut savoir si ABCD est un parallélogramme (par exemple en testant les égalités AB = CD et AD = BC) ayant deux côtés consécutifs de même longueur (par exemple en testant AB = BC) ; une autre démarche consiste à savoir si les quatre longueurs AB, BC, CD et AD sont égales ; - pour savoir si le quadrilatère ABCD est un rectangle, il faut savoir si ABCD est un parallélogramme (par exemple en testant les égalités AB = CD et AD = BC) tel que le triangle ABC est rectangle en B (par exemple en testant l'égalité AC² = AB² + BC²) ; une autre démarche consiste à savoir si ABCD est un parallélogramme ayant des diagonales de même longueur ; - pour savoir si le quadrilatère ABCD est un carré, on groupe tous les tests précédents (par exemple on teste : AB = CD ; AD = BC ; AB = BC ; AC² = AB² + BC²) ; On a donc besoin avant toute chose de calculer les longueurs AB, BC, CD, AD et AC, ou plutôt leurs carrés. xa,ya,xb,yb,xc,yc,xd,yd,a,b,c,d,e : réels ; Entrer(xA,yA,xB,yB,xC,yC,xD,yD) ; a (xb xa)²+(yb ya)² ; b (xc xb)²+(yc yb)² ; c (xd xc)²+(yd yc)² ; d (xd xa)²+(yd ya)² ; e (xc xa)²+(yc ya)² ; Si a = c et b = d et a = b alors Afficher ("ABCD est un losange") ; sinon Afficher ("ABCD n'est pas un losange") ; Si a = c et b = d et e = a + b alors Afficher ("ABCD est un rectangle") ; sinon Afficher ("ABCD n'est pas un rectangle") ; Si a = c et b = d et a = b et e = a + b alors Afficher ("ABCD est un carré") ; sinon Afficher ("ABCD n'est pas un carré") ; 3) a) ABCD est un losange, un rectangle et un carré. b) ABCD est un rectangle, mais n'est ni un losange, ni un carré. c) ABCD est un losange, mais n'est ni un rectangle, ni un carré. 34 b et c. Droites 35 1) Pour deux points donnés A et B, l'équation réduite de la droite (AB) est : - soit de la forme x = a, dans le cas où x A = x B ; - soit de la forme y = mx + p, dans le cas où x A x B. On en déduit la démarche : on teste l'égalité x A = x B ; - si elle est vraie, l'équation demandée est x = x A ; - si elle est fausse, l'équation demandée est y = mx + p, où yb ya le coefficient directeur est m = et l'ordonnée à x x l'origine est p = ya mxa. Entrer(xA,yA,xB,yB) ; Si xa = xb alors Afficher("l'équation est x = ",xa) ; sinon m (yb ya)/(xb xa) ; p ya m xa ; Afficher("l'équation est y = mx + p") ; Afficher("où m vaut :",m," et p vaut : ",p) ; 3) a) (AB) : y = 3x + 8 ; b) (AB) : y = 5 7 x ) a) D et sont strictement parallèles si et seulement si a = c et b d ; D et sont confondues si et seulement si a = c et b = d ; D et sont sécantes en un point unique si et seulement si a c. y = ax + b b) Il s'agit de résoudre le système dans le cas y = cx + d où a c (c'est-à-dire a c 0). d b Il admet comme solution (x 0 ; a x 0 +b) où x0 =. a c Donc dans le cas où a c, les coordonnées du point d'intersection des droites D et sont (x 0 ; a x 0 +b) où d b x = 0 a c. ) On commence par tester l'égalité a = c : - si elle est vraie, on teste alors l'égalité b = d ; si celle-ci est vraie, les droites D et sont confondues, sinon les droites D et sont strictement parallèles ; - si elle est fausse, les droites D et sont sécantes en un d b point unique de coordonnées (x 0 ; a x 0 +b) où x0 =. a c B A

12 Corrigés Exercices Page 1 a,b,c,d,x0,y0 : réels ; Entrer(a,b,c,d) ; Si a=c alors Si b = d alors Afficher("les droites D et sont confondues") ; sinon Afficher("les droites D et sont strictement parallèles") ; sinon x0 (d b)/(a c) ; y0 a x0+b ; Afficher("les droites D et sont sécantes au point de coordonnées (",x0," ; ",y0,").") ; 4) a) D et sont sécantes au point de coordonnées (0 ; 1). b) D et sont sécantes au point de coordonnées (1 ; 3). 37 1) Les points A, B et C sont alignés si et seulement si les droites (AB) et (AC) sont confondues. Comme les données sont les coordonnées des points, on pense aux équations réduites de celles-ci. Les droites (AB) et (AC) sont confondues si et seulement : - soit elles sont toutes les deux parallèles à l'axe des ordonnées, - soit elles ont le même coefficient directeur. On en déduit la démarche : si x A = x B et x A = x C, alors les points sont alignés ; sinon : - si x A x B et x A x C, alors on teste l'égalité des yb ya yc ya coefficients directeurs =, ce qui xb xa xc xa revient à tester l'égalité : (x C x A ) (y B y A ) = (x B x A ) (y C y A ) ; si elle est vraie, les points sont alignés, sinon ils ne le sont pas ; - sinon, les points ne sont pas alignés. xa,ya,xb,yb,xc,yc : réels ; Entrer(xA,yA,xB,yB,xC,yC) ; Si xa = xb et xa = xc alors Afficher("les points sont alignés") ; sinon Si xa xb et xa xc alors Si (xc xa) (yb ya) = (xb xa) (yc ya) alors Afficher("les points sont alignés") ; sinon Afficher("les points ne sont pas alignés") ; sinon Afficher("les points ne sont pas alignés") ; Voir l'exercice 43 pour une autre démarche plus efficace (à l'aide de l'outil vectoriel). 4) a) Les points A, B et C sont alignés. b) Les points A, B et C ne sont pas alignés. c) Les points A, B et C sont alignés. e. a. x + e. b. y = e. c 38 1) a). En ajoutant les deux b. d. x b. e. y = b. f équations et en simplifiant, on obtient : a. e b. d x = c. e b. f. ( ) b) On multiplie la 1 ère équation par d et la e par b, on d. a. x d. b. y = d. c obtient :. En ajoutant les deux a. d. x + a. e. y = a. f équations et en simplifiant, on obtient : a. e b. d y = a. f d. c. ( ) c) Si a.e b.d 0, on divise les deux membres des deux équations obtenues aux questions a) et b) par (a.e b.d). c. e b. f a. f d. c On obtient : x = et y =. a. e b. d a. e b. d ) On déduit de la question 1) la démarche : - on calcule a.e b.d ; - si le résultat est non nul, le système admet une solution c. e b. f a. f d. c unique (x ; y) où x = et y = ; a. e b. d a. e b. d - sinon, le système n'admet pas de solution unique. On peut ainsi résumer la démarche par a,b,v,d,e,f : réels ; Entrer(a,b,c,d,e,f) ; Si a.e b.d 0 alors Afficher("le système admet un couple solution (x ; y) unique") ; Afficher("où x vaut :",(c e b f)/(a e b d)) ; Afficher("et y vaut :",(a f d c)/(a e b d)) ; sinon Afficher("le système n'admet pas de solution unique") ; 3) a) Le 1 er système admet comme solution ( ; 1), le e système n'admet pas de couple solution unique. b) Un DVD coûte 5,0, un CD coûte 0,80. c) On pose x le nombre d'hommes et y le nombre de femmes. La condition sur le nombre de célibataires se traduit par : 0,80 x + 0,75 y = 311. La condition sur le nombre de sportifs se traduit par : 0,60 x + 0,45 y = 04. Il s'agit donc de résoudre le système : 0,8x + 0, 75y = ,6x + 0,45y = 04 A l'aide du programme, on conclut qu'il y a 145 hommes et 60 femmes. 39 a. Vecteurs 40 1) Les vecteurs u et v sont colinéaires si et seulement si leurs coordonnées sont proportionnelles. Il s'agit donc de tester par exemple si x u y v = x v y u. Si l'égalité est vérifiée, les vecteurs (non nuls) sont colinéaires et le coefficient de proportionnalité k défini par v = k u est égal :

13 Corrigés Exercices Page 13 x - si x u 0, à x - sinon à y y v u v u ; (dans ce cas-là, on est assuré que y 0 ). xu,yu,xv,yv : réels ; Entrer(xu,yu,xv,yv) ; Si xu yv = xv yu alors Afficher("les vecteurs sont colinéaires") ; Afficher("on a v = k u avec k égal à :") ; Si xu 0 alors Afficher(xv/xu) ; sinon Afficher(yv/yu) ; sinon Afficher("les vecteurs ne sont pas colinéaires") ; 3) a) Les vecteurs u et v sont colinéaires et v = 6 u. b) Les vecteurs u et v sont colinéaires et v = 1,8 u. c) Les vecteurs u et v ne sont pas colinéaires. u 3) a) ABCD est un parallélogramme. b) ABCD est un parallélogramme. c) ABCD n'est pas un parallélogramme. 43 1) Les points A, B et C sont alignés si et seulement si les vecteurs AB et AC sont colinéaires. Il s'agit donc de tester si les coordonnées des vecteurs AB et AC sont proportionnelles ou non. xa,ya,xb,yb,xc,yc : réels ; Entrer(xA,yA,xB,yB,xC,yC) ; Si (xb xa) (yc ya) = (xc xa) (yb ya) alors Afficher("les points sont alignés") ; sinon Afficher("les points ne sont pas alignés") ; 3) a) Les points A, B et C sont alignés. b) Les points A, B et C ne sont pas alignés. c) Les points A, B et C sont alignés. 41 1) Les droites (AB) et (CD) sont parallèles si et seulement si les vecteurs AB et CD sont colinéaires. Il s'agit donc de tester si les coordonnées des vecteurs AB et CD sont proportionnelles ou pas. xa,ya,xb,yb,xc,yc,xd,yd : réels ; Entrer(xA,yA,xB,yB,xC,yC,xD,yD) ; Si (xb xa) (yd yc) = (xd xc) (yb ya) alors Afficher("(AB) et (CD) sont parallèles") ; sinon Afficher("(AB) et (CD) ne sont pas parallèles") ; 3) a) (AB) et (CD) ne sont pas parallèles. b) (AB) et (CD) sont parallèles. 4 1) Le quadrilatère ABCD est un parallélogramme si et seulement si les vecteurs AB et DC sont égaux. Il s'agit donc de tester si les coordonnées des vecteurs AB et DC sont égales ou non. xa,ya,xb,yb,xc,yc,xd,yd : réels ; Entrer(xA,yA,xB,yB,xC,yC,xD,yD) ; Si xb xa = xc xd et yb ya = yc yd alors Afficher("ABCD est un parallélogramme") ; sinon Afficher("ABCD non parallélogramme") ;

14 Corrigés Exercices Page 14 Statistiques et probabilités Statistique descriptive, analyse de données 44 A) 1) a) =10,6 ; b) = 11 ; c) = 11,4. ) En notant note1 la note au 1 er devoir et note la note au e devoir, il s'agit d'afficher le résultat de : note1+ 3 note. 5 3) Les notes sont données au ½ point supérieur. a) Kathy doit avoir au moins 11,5 au e devoir. b) Kathy a eu au plus 9,5 au 1 er devoir. B) 1) En notant coeff1 le coefficient du 1 er devoir et coeff le coefficient au e devoir, il s'agit d'afficher le résultat de : coeff1 8 + coeff 13. coeff1+ coeff ) En choisissant des coefficients positifs, d'une façon générale : a) pour que la moyenne de Kathy soit strictement supérieure à 10, il faut que : coeff1 < 3 coeff ; (4 ; 3) convient par exemple ; b) pour que la moyenne de Kathy soit inférieure ou égale à 9, il faut que : coeff1 4 coeff ; (5 ; 1) convient par exemple ; c) pour que la moyenne de Kathy soit supérieure ou égale à 11, il faut que : 3 coeff1 coeff ; (1 ; ) convient par exemple. 45 3) b) On peut penser à calculer la moyenne des températures du jour. 4) On peut penser à trier les valeurs, déterminer la médiane, les quartiles, l'écart interquartile, l'étendue, Echantillonnage 46 1) On peut simuler le lancer d'une pièce bien équilibrée par exemple à l'aide : - d'un générateur d'entiers aléatoires entre 0 et 1 : si on obtient 1, c'est Pile ; sinon c'est Face ; - d'un générateur d'entiers aléatoires entre 1 et 100 : si on obtient un entier pair, c'est Pile ; sinon c'est Face ; - d'un générateur de nombres décimaux aléatoires dans l'intervalle [0 ; 1[ : si on obtient un nombre strictement inférieur à 0,5, c'est Pile ; sinon c'est Face. Ici on souhaite simuler N lancers d'une pièce bien équilibrée. On simule alors chaque lancer par l'une des méthodes précédentes. Comme on souhaite obtenir la fréquence d'apparition de Pile, à chaque lancer, il faut ajouter 1 à l'effectif des Piles obtenus (qui devra d'abord être initialisé à 0). La fréquence d'apparition de Pile sera le quotient de l'effectif par le nombre de lancers N. Ainsi : - on initialise l'effectif de Pile (P) à 0 ; - on réitère N fois la simulation d'un lancer d'une pièce ; à chaque fois, si on obtient Pile, on ajoute 1 à l'effectif P ; - on conclut en affichant le quotient de l'effectif P par N. l'algorithme, en utilisant la 3 e méthode pour simuler un lancer d'une pièce bien équilibrée : N,P,i : entiers ; x : réel ; P 0 ; Pour i allant de 1 à N faire x RéelAléaEntre(0;1) ; Si x < 0,5 alors P P+1 ; Afficher("la fréquence de Pile est :",P/N) ; 3) On peut faire remarquer que les résultats peuvent varier selon les échantillons, et que la fréquence a tendance à se stabiliser vers 0,5 lorsque le nombre de répétitions devient élevé (perception intuitive). 47 1) On souhaite simuler N lancers d'un dé non pipé. Chaque lancer peut être simulé à l'aide d'un générateur d'entiers aléatoires entre 1 et 6. Comme on souhaite obtenir la fréquence d'apparition de chaque numéro, à chaque lancer, il faut ajouter 1 à l'effectif du numéro obtenu (chaque effectif devra d'abord être initialisé à 0). La fréquence d'apparition de chaque numéro sera le quotient de l'effectif par le nombre de lancers N. Ainsi : - on initialise l'effectif de chaque numéro (N1, N, N3, N4, N5 et N6) à 0 ; - on réitère N fois la génération d'un entier aléatoire entre 1 et 6 ; à chaque fois, en notant i le résultat obtenu, on ajoute 1 à Ni ; - on conclut en affichant pour chaque numéro i de 1 à 6 le quotient de l'effectif Ni par N. N,N1,N,N3,N4,N5,N6,i,k : entiers ; N1 0 ; N 0 ; N3 0 ; N4 0 ; N5 0 ; N6 0 ; Pour i allant de 1 à N faire k EntierAléaEntre(1;6) ; Si k=1 alors N1 N1+1 ; Si k= alors N N+1 ; Si k=3 alors N3 N3+1 ; Si k=4 alors N4 N4+1 ; Si k=5 alors N5 N5+1 ; Si k=6 alors N6 N6+1 ; Afficher("la fréquence du 1 est :",N1/N) ; Afficher("la fréquence du est :",N/N) ; Afficher("la fréquence du 3 est :",N3/N) ; Afficher("la fréquence du 4 est :",N4/N) ; Afficher("la fréquence du 5 est :",N5/N) ; Afficher("la fréquence du 6 est :",N6/N) ; 3) On peut faire remarquer que les résultats peuvent varier selon les échantillons, et que les fréquences ont tendance à se stabiliser vers 5 lorsque le nombre de répétitions devient élevé (perception intuitive).

15 Corrigés Exercices Page ) p = 0,5 ; p + = 0,7 ; l'intervalle de N N fluctuation au seuil 95 % est [0,5 ; 0,7]. ) a) La proportion de boules rouges dans l'urne est 60%. Les boules sont indiscernables au toucher. Le tirage d'une boule dans l'urne peut donc être simulée à l'aide : - d'un générateur de nombres décimaux aléatoires dans l'intervalle [0 ; 1[ : si le nombre est strictement inférieur à 0,6, on obtient une boule rouge ; sinon on obtient une boule noire ; - d'un générateur d'entiers aléatoires entre 1 et 100 : si l'entier est inférieur ou égal à 60, on obtient une boule rouge ; sinon on obtient une boule noire. Ici on souhaite simuler 100 tirages (successifs avec remise) d'une boule dans l'urne. On simule alors chaque tirage par l'une des méthodes précédentes. Comme on souhaite obtenir la fréquence d'apparition des boules rouges, à chaque tirage, il faut ajouter 1 à l'effectif des rouges obtenues (qui devra d'abord être initialisé à 0). La fréquence d'apparition des boules rouges est le quotient de l'effectif par le nombre de tirages 100. Ainsi : - on initialise l'effectif des boules rouges (R) à 0 ; - on réitère 100 fois la simulation d'un tirage d'une boule dans l'urne ; à chaque fois, si on obtient une boule rouge, on ajoute 1 à l'effectif R ; - on conclut en affichant le quotient de l'effectif R par 100. l'algorithme, en utilisant la 1 ère méthode de simulation : R,i : entiers ; x : réel ; R 0 ; Pour i allant de 1 à 100 faire x RéelAléaEntre(0;1) ; Si x < 0,6 alors R R+1 ; Afficher("la fréquence des boules rouges est",r/100) ; 3) a) Il s'agit d'effectuer n fois le tirage d'un échantillon de taille 100 comme à la question ) a), en notant à chaque fois la fréquence de boules rouges dans une liste F par exemple (qu'on aura initialisée par la liste vide). n,r,k,i : entiers ; x : réels ; F : liste ; Entrer(n) ; F ListeVide ; Pour k de 1 à n faire R 0 ; Pour i allant de 1 à 100 faire x RéelAléaEntre(0;1) ; Si x<0,6 alors R R+1 ; Ajouter R/100 à F ; Afficher("la liste des fréquences est :",F) ; 3) c) Il s'agit à chaque fois de savoir combien d'éléments de la liste des fréquences obtenues se trouvent dans l'intervalle de fluctuation [0,5 ; 0,7]. On peut modifier l'algorithme précédent en introduisant un compteur N (qu'on aura initialisé à 0) qui s'incrémente à chaque fois que la fréquence obtenue est dans l'intervalle [0,5 ; 0,7] : n,n,r,k,i : entiers ; x : réels ; Entrer(n) ; N 0 ; Pour k de 1 à n faire R 0 ; Pour i allant de 1 à 100 faire x RéelAléaEntre(0;1) ; Si x<0,6 alors R R+1 ; Si R/100 0,5 et R/100 0,7 alors N N+1 ; Afficher("le nombre de fréquences dans l'intervalle de fluctuation est : ",N.) ; On peut faire remarquer que plus le nombre d'échantillons devient assez grand, plus la fréquence d'apparition des boules rouges se trouve dans 95 % des cas dans l'intervalle de fluctuation [0,5 ; 0,7].

16 Corrigés Exercices Page 16 Probabilités 49 1) a) On peut simuler le lancer d'un dé tétraédrique bien équilibré à l'aide d'un générateur d'entiers aléatoires entre 1 et 4. On peut donc ici : - simuler le lancer de deux dés par deux générateurs d'entiers aléatoires entre 1 et 4, - puis afficher la somme des résultats obtenus. a,b : entiers ; a EntierAléaEntre(1;4) ; b EntierAléaEntre(1;4) ; Afficher("la somme obtenue est :",a+b) ; b) Il s'agit de recommencer N fois l'expérience précédente, en introduisant un compteur à incrémenter pour chaque somme possible (qu'on aura initialisé à 0). Ainsi : - on initialise les compteurs N, N3,, N7 et N8 à 0 ; - on simule N fois le lancer de deux dés tétraédriques ; à chaque lancer, en notant i la somme obtenue, on ajoute 1 au compteur Ni ; - on conclut en affichant pour chaque somme i possible la fréquence Ni/N. N,N,N3,N4,N5,N6,N7,N8,i,a,b : entiers ; N 0 ; N3 0 ; N4 0 ; N5 0 ; N6 0 ; N7 0 ; N8 0 ; Pour i allant de 1 à N faire a EntierAléaEntre(1;4) ; b EntierAléaEntre(1;4) ; Si a+b= alors N N+1 ; Si a+b=3 alors N3 N3+1 ; Si a+b=4 alors N4 N4+1 ; Si a+b=5 alors N5 N5+1 ; Si a+b=6 alors N6 N6+1 ; Si a+b=7 alors N7 N7+1 ; Si a+b=8 alors N8 N8+1 ; Afficher("la fréquence de est":n/n) ; Afficher("la fréquence de 3 est":n3/n) ; Afficher("la fréquence de 4 est":n4/n) ; Afficher("la fréquence de 5 est":n5/n) ; Afficher("la fréquence de 6 est":n6/n) ; Afficher("la fréquence de 7 est":n7/n) ; Afficher("la fréquence de 8 est":n8/n) ; ) En observant la distribution des fréquences des sommes possibles sur plusieurs lancers, on peut rejeter le modèle de l'équiprobabilité. Ici on a représenté la distribution des fréquences pour une simulation de 000 lancers : 3) a) On propose : - on initialise les gains (algébriques) de Julie (J) et Maxime (M) à 0 ; - on simule N lancers de deux dés tétraédriques ; à chaque lancer, si la somme obtenue est 5, alors on ajoute 9 au gain de Julie et on enlève 9 au gain de Maxime ; si la somme obtenue est 6, alors on enlève 10 au gain de Julie et on ajoute 10 au gain de Maxime ; - on affiche le gain de chacun à l'issue des N parties. N,J,M,i,a,b : entiers ; J 0 ; M 0 ; Pour i allant de 1 à N faire a EntierAléaEntre(1;4) ; b EntierAléaEntre(1;4) ; Si a+b=5 alors J J+9 ; M M 9 ; Si a+b=6 alors J J 10 ; M M+10 ; Afficher("le gain de Julie est :",J) ; Afficher("le gain de Maxime est :"M) ; b) On peut simuler plusieurs parties, en notant les gains de Maxime. On peut choisir par exemple de simuler plusieurs fois 100 parties, et regarder le gain de Maxime sur ces 100 parties. On a noté ci-dessous les 10 résultats de 100 parties simulées : On peut alors penser que le jeu n'est pas favorable à Maxime dans la plupart des cas (le gain est plus souvent négatif que positif). Complément : on a simulé ci-dessous 000 fois 100 parties et représenté graphiquement les 000 gains de Maxime : en abscisse le numéro de la simulation de 100 parties ; en ordonnée le gain de Maxime à l'issue de ces 100 parties simulées.

17 Corrigés Exercices Page ) a) On peut simuler le lancer d'un dé bien équilibré à l'aide d'un générateur d'entiers aléatoires entre 1 et 6. Une partie consiste à lancer successivement au plus six dés, en s'arrêtant dès que le 6 est obtenu. On peut considérer qu'une partie est équivalente au lancer de six dés : le joueur gagne si le 6 apparaît dans au moins un des résultats ; sinon il perd. Cette démarche est néanmoins un peu lourde à mettre en place (il faut faire six tests, éventuellement imbriqués l'un dans l'autre). On se rend ensuite compte que le joueur gagne si l'un des nombres "résultat 6" au moins est nul, c'est-à-dire si le produit des écarts des résultats à 6 est nul. Ainsi : - on simule six lancers de dés en notant le résultat ; - on calcule le produit P des écarts des résultats à 6 (ce produit peut être calculé de proche en proche en l'initialisant à 1); - si ce produit P est nul, le joueur gagne ; sinon il perd. P,i,a : entiers P 1 ; Pour i allant de 1 à 6 faire a EntierAléaEntre(1;6) ; P P (a 6) ; Si P=0 alors Afficher("le joueur gagne") ; sinon Afficher("le joueur perd") ; b) Il suffit de simuler N parties comme dans la question a), en introduisant un compteur (G) qui s'incrémente de 1 à chaque fois que le joueur gagne (on l'aura initialisé à 0). Ainsi : - on initialise le compteur (G) à 0 ; - on réitère N fois la simulation du lancer de six dés : à chaque fois, si le produit des écarts des résultats à 6 est nul, on ajoute 1 au compteur G ; - on affiche la fréquence de gain du joueur G/N. G 0 ; Pour k allant de 1 à N faire P 1 ; Pour i allant de 1 à 6 faire a EntierAléaEntre(1;6) ; P P (a 6) ; Si P=0 alors G G+1 ; Afficher("la fréquence de gain est :",G/N) ; ) On fait fonctionner le programme précédent pour plusieurs valeurs de n. Intuitivement, si la fréquence observée de gain du joueur dépasse 0,5 dans la plupart des cas, le jeu sera avantageux pour le joueur. On a simulé 10 fois 1000 parties. Voici les 10 fréquences de gain du joueur observées : Le jeu semble donc avantageux pour le joueur. Complément : on a simulé plusieurs parties et tracé cicontre les fréquences observées de gain du joueur en fonction du nombre de parties jouées. 51 1) a) La bille rencontre trois intersections où elle va de façon équiprobable soit vers la droite, soit vers la gauche. On peut choisir de modéliser chaque déplacement de la bille vers la gauche par 0 et chaque déplacement de la bille vers la droite par 1. Un trajet sera alors donné par un triplet de 0 et 1 obtenus de façon aléatoire. En choisissant cette modélisation, la somme des éléments du triplet donne le numéro de sortie de la bille. Ainsi on génère trois entiers aléatoires de {0 ; 1}, on calcule la somme de ces entiers, qu'on affiche pour donner le numéro de sortie de la bille. a,b,c : entiers ; a EntierAléaEntre(0;1) ; b EntierAléaEntre(0;1) ; c EntierAléaEntre(0;1) ; Afficher("le numéro de sortie est :",a+b+c) ; Fin b) Il suffit de simuler N lâchers comme dans la question a), en introduisant un compteur pour chaque numéro de sortie (qu'on aura initialisé à 0). Ainsi : - on initialise les compteurs (N0, N1, N et N3) à 0 ; - on réitère N fois la simulation d'un lâcher : à chaque fois, en notant i le numéro de sortie de la bille, on ajoute 1 au compteur Ni ; - on conclut en affichant pour chaque numéro i possible la fréquence Ni/N. N,N0,N1,N,N3,k,a,b,c : entiers ; N0 0 ; N1 0 ; N 0 ; N3 0 ; Pour k allant de 1 à N faire a EntierAléaEntre(0;1) ; b EntierAléaEntre(0;1) ; c EntierAléaEntre(0;1) ; Si a+b+c=0 alors N0 N0+1 ; Si a+b+c=1 alors N1 N1+1 ; Si a+b+c= alors N N+1 ; Si a+b+c=3 alors N3 N3+1 ; Afficher("la fréquence du numéro 0 est :",N0/N) ; Afficher("la fréquence du numéro 1 est :",N1/N) ; Afficher("la fréquence du numéro est :",N/N) ; Afficher("la fréquence du numéro 3 est :",N3/N) ;

18 Corrigés Exercices Page 18 ) On simule un grand nombre de lâchers de billes. Intuitivement, la fréquence observée de chaque numéro tend à se stabiliser, ce qui permet d'estimer la probabilité de sortie de chaque numéro. On obtient par exemple : de lâchers : de lâchers : 3) En notant G pour gauche et D pour droit : de lâchers : A chaque intersection, la bille a autant de chance d'aller vers la droite que vers la gauche : on a une situation d'équiprobabilité sur l'ensemble des chemins possibles. En comptant le nombre de chemins favorables pour chaque numéro, on obtient : P(numéro0 ) = 7 = 0,15 ; P(numéro1) = I = 0,375 ; P(numéro) = I = 0,375 ; P(numéro3) = 7 = 0,15. Cela reste cohérent avec les résultats de la question ). 5 1) Les abscisses possibles sont : 4 ; ; 0 ; et 4. ) Le robot se trouve initialement à l'origine, c'est-à-dire à l'abscisse 0. Chaque pas du robot peut se schématiser par l'ajout ou le retrait de 1 à son abscisse, et cela de façon aléatoire. On peut choisir de simuler chaque pas en générant un entier aléatoire dans {0 ; 1} : si on obtient 1, l'abscisse augmente de 1 ; sinon, elle diminue de 1. Ainsi pour simuler les quatre pas du robot : - on place le robot à l'abscisse (x) 0 ; - pour chacun des quatre pas, on génère un entier aléatoire dans {0 ; 1} : si on obtient 1, l'abscisse x devient x+1 ; sinon l'abscisse x devient x 1 ; - on conclut en affichant la dernière abscisse du robot. x,i,a : entiers ; x 0 ; Pour i allant de 1 à 4 faire a EntierAléaEntre(0;1) ; Si a=1 alors x x+1 ; sinon x x 1 ; Afficher("le robot se trouve à l'abscisse ",x) ; 3) a) Il s'agit de répéter N fois la simulation de la question précédente, en introduisant un compteur pour chaque abscisse finale possible (qu'on aura initialisé à 0). Ainsi, en notant N1 le nombre de fois où l'abscisse finale est 4, N le nombre de fois où elle est, N3 le nombre de fois où elle est 0, N4 le nombre de fois où elle est et N5 le nombre de fois où elle est 4, : - on initialise les compteurs (N1, N, N3, N4 et N5) à 0 ; - on réitère N fois le calcul suivant : on initialise l'abscisse x à 0 ; puis on génère quatre fois un entier aléatoire dans {0 ; 1} : à chaque fois, si on obtient 1, x devient x+1, sinon x devient x 1 ; enfin on ajoute 1 au compteur associé à la valeur finale de x ; - on conclut en affichant les fréquences N1/N, N/N, N3/N, N4/N et N5/N. N,N1,N,N3,N4,N5,k,i,x,a : entiers ; N1 0 ; N 0 ; N3 0 ; N4 0 ; N5 0 ; Pour k allant de 1 à N faire x 0 ; Pour i allant de 1 à 4 faire a EntierAléaEntre(0;1) ; Si a=1 alors x x+1 ; sinon x x 1 ; Si x = 4 alors N1 N1+1 ; Si x = alors N N+1 ; Si x = 0 alors N3 N3+1 ; Si x = alors N4 N4+1 ; Si x = 4 alors N5 N5+1 ; Afficher("la fréquence de l'abscisse 4 est",n1/n) ; Afficher("la fréquence de l'abscisse est",n/n) ; Afficher("la fréquence de l'abscisse 0 est",n3/n) ; Afficher("la fréquence de l'abscisse est",n4/n) ; Afficher("la fréquence de l'abscisse 4 est",n5/n) ; 4) a) Vrai ; b) Faux ; c) Vrai. 5) On simule un grand nombre de fois l'expérience. Intuitivement, la distribution de fréquences observées des abscisses tend à se stabiliser, ce qui permet d'estimer la probabilité de chaque abscisse finale possible du robot. On obtient par exemple : de lâchers : de lâchers : 6) En notant G pour gauche et D pour droit : de lâchers :

19 Corrigés Exercices Page 19 A chaque pas, le robot a autant de chance d'aller vers la droite que vers la gauche : on a une situation d'équiprobabilité sur l'ensemble des chemins possibles. En comptant le nombre de chemins favorables pour chaque abscisse, on obtient : P(abscisse 4) = 9 = 0,065 ; P(abscisse ) = 3 = 0,5 ; P(abscisse 0) = I = 0,375 ; P(abscisse ) = 3 = 0,5 ; P(abscisse 4) = 9 = 0,065 Cela reste cohérent avec les résultats de la question ). 53 1) Le jeu peut être modélisé ainsi : - en notant G le gain (algébrique) du joueur, on initialise G à (la mise pour participer au jeu). - pour simuler le tirage d'une boule dans l'urne contenant 4 boules, on peut par exemple générer un entier aléatoire entre 1 et 4 : si on obtient le 1, on obtient une boule rouge, et G est augmenté de 3 ; sinon, on obtient une boule verte et on continue le jeu. - pour simuler le tirage d'une boule dans l'urne de 3 boules (contenant une rouge et deux vertes), on peut par exemple générer un entier aléatoire entre 1 et 3 : si on obtient le 1, on obtient une boule rouge ; sinon on obtient une boule verte et G est augmenté de 4. - on conclut en affichant la valeur G du gain (algébrique) du joueur. G,a,b : entiers ; G ; a EntierAléaEntre(1;4) ; Si a=1 alors G G+3 ; sinon b=entieraléaentre(1;3) ; Si b 1 alors G G+4 ; Afficher("le gain est :",G) ; ) a) Il suffit de simuler N parties comme dans la question précédente, en introduisant un compteur à incrémenter pour chaque gain possible (qu'on aura initialisé à 0). Ainsi, en notant N1 le nombre de fois où le gain vaut, N le nombre de fois où le gain est 1 et N3 le nombre de fois où le gain est, : - on initialise les compteurs (N1, N et N3) à 0 ; - on réitère N fois la simulation d'une partie : on génère un entier aléatoire entre 1 et 4 : si on obtient le 1, N est augmenté de 1 ; sinon, on génère un entier aléatoire entre 1 et 3 : si on obtient le 1, N3 est augmenté de 1 ; sinon N1 est augmenté de 1 ; - on conclut en affichant les fréquences N1/N, N/N et N3/N. N1 0 ; N 0 ; N3 0 ; Pour i allant de 1 à N faire a EntierAléaEntre(1;4) ; Si a=1 alors N N+1 ; sinon b EntierAléaEntre(1;3) ; Si b=1 alors N3 N3+1 ; sinon N1 N1+1 ; Afficher("la fréquence du gain est :",N1/N) ; Afficher("la fréquence du gain 1 est :",N/N) ; Afficher("la fréquence du gain est :",N3/N) ; 3) On peut simuler un grand nombre de parties, en notant les fréquences de chaque gain à chaque fois. Ainsi : de parties : de parties : de parties : Les résultats laissent penser que la fréquence du seul gain négatif est autour de 0,5. On peut alors penser que le jeu n'est pas équitable, et qu'il0 est à la faveur du joueur. 54 1) a) On se place sur un axe gradué. Choisir au hasard deux points A et B sur un segment de longueur 1 peut être modélisé par le tirage au hasard de deux réels x A et x B dans l'intervalle [0 ; 1[ (les abscisses de A et B). Pour savoir si la distance AB est supérieure à 0,5, on calcule la différence max(x A ; x B ) min(x A ; x B ) et on la compare à 0,5. On peut éventuellement résumer la démarche à l'aide de xa,xb : réels ; xa RéelAléaEntre(0;1) ; xb RéelAléaEntre(0;1) ; Si max(xa;xb) min(xa;xb) > 0,5 alors Afficher("D est réalisé") ; sinon Afficher("D n'est pas réalisé") ; ) a) Il suffit de simuler N expériences comme dans la question 1) a), en introduisant un compteur (n) qui s'incrémente de 1 à chaque fois que D est réalisé (on l'aura initialisé à 0). Ainsi : - on initialise le compteur n à 0 ; - on réitère N fois la simulation de l'expérience : on génère deux nombres aléatoires x A et x B dans l'intervalle [0 ; 1[ ; si la différence max(x A ; x B ) min(x A ; x B ) est supérieure à 0,5, on incrémente le compteur n ; - on affiche la fréquence n/n d'apparition de D.

20 Corrigés Exercices Page 0 N,n,k : entiers ; xa,xb : réels ; n 0 ; Pour k allant de 1 à N faire xa RéelAléaEntre(0;1) ; xb RéelAléaEntre(0;1) ; Si max(xa;xb) min(xa;xb) > 0,5 alors n n+1 ; Afficher("la fréquence de D est ",n/n) ; b) On simule un grand nombre de fois l'expérience. Intuitivement, la fréquence observée d'apparition de D tend à se stabiliser, ce qui permet d'estimer la probabilité d'apparition de D. de expériences : de expériences : de expériences : On peut supposer que la probabilité de D est environ 0,5. Complément : on a simulé plusieurs expériences et tracé ci-contre les fréquences observées d'apparition de D en fonction du nombre d'expériences simulées. 55 1) On peut simuler les arrivées de Roméo et de Juliette entre 0h et 1h en générant deux nombres aléatoires x R et x J dans l'intervalle [0 ; 60]. Ceux-ci se rencontrent si la distance entre ces deux nombres max(x R ; x J ) min(x R ; x J ) est inférieure ou égale à 10. xr,xj : réels ; xr RéelAléaEntre(0;60) ; xj RéelAléaEntre(0;60) ; Si max(xr ; xj) min(xr ; xj) 10 alors Afficher("Roméo et Juliette se rencontrent") ; sinon Afficher("Roméo et Juliette ne se rencontrent pas") ; ) Il suffit de simuler N rendez-vous comme dans la question 1), en introduisant un compteur (n) qui s'incrémente de 1 à chaque fois que Roméo et Juliette se rencontrent (on l'aura initialisé à 0). Ainsi : - on initialise le compteur n à 0 ; - on réitère N fois la simulation d'un rendez-vous : on génère deux nombres aléatoires x R et x J dans l'intervalle [0 ; 60] ; si la différence max(x R ; x J ) min(x R ; x J ) est inférieure ou égale à 10, on incrémente le compteur n ; - on affiche la fréquence n/n de rencontres entre Roméo et Juliette. N,n,i : entiers ; xr,xj : réels ; n 0 ; Pour i allant de 1 à N faire xr RéelAléaEntre(0;60) ; xj RéelAléaEntre(0;60) ; Si max(xr ; xj) min(xr ; xj) 10 alors n n+1 ; Afficher("la fréquence de rencontres est ",n/n) ; 4) On simule un grand nombre de rendez-vous. Intuitivement, la fréquence observée de rencontres tend à se stabiliser, ce qui permet d'estimer la probabilité de rencontre. de rendezvous : de rendezvous : de rendezvous : On peut supposer que la probabilité de rencontre est environ 0,306. Complément : on a simulé plusieurs rendez-vous et tracé cicontre les fréquences observées de rencontres en fonction du nombre de rendezvous simulés. 5) 11 0, Les résultats sont cohérents ) Un tir de Medhi peut être donné par les coordonnées de l'endroit atteint par la fléchette. Ainsi, comme le tir est aléatoire, en se plaçant dans le repère orthonormé ci-contre, on génère deux nombres aléatoires dans l'intervalle [0 ; 1]. La partie colorée n'est atteinte que si la distance entre l'impact et O (ou son carré) est inférieure ou égale au rayon du disque, c'est-à-dire 1. Ainsi : - on génère deux nombres aléatoires x et y dans l'intervalle [0 ; 1] ; - si x²+y² 1 alors la partie colorée est atteinte ; sinon la partie colorée n'est pas atteinte.

21 Corrigés Exercices Page 1 x,y : réels ; x RéelAléaEntre(0;1) ; y RéelAléaEntre(0;1) ; Si x²+y² 1 alors Afficher("la partie est atteinte") ; sinon Afficher("la partie n'est pas atteinte") ; ) a) Il suffit de simuler N tirs comme dans la question 1), en introduisant un compteur (n) qui s'incrémente de 1 à chaque fois que la partie colorée est atteinte (on l'aura initialisé à 0). Ainsi : - on initialise le compteur n à 0 ; - on réitère N fois la simulation d'un tir : on génère deux nombres aléatoires x et y dans l'intervalle [0 ; 1], et si x²+y² 1, on ajoute 1 au compteur n ; - on affiche la fréquence n/n d'atteinte de la partie colorée. N,n,i : entiers ; x,y : réels ; n 0 ; Pour i allant de 1 à N faire x RéelAléaEntre(0;1) ; y RéelAléaEntre(0;1) ; Si x²+y² 1 alors n n+1 ; Afficher("la fréquence d'atteinte de la partie est ",n/n) ; 3) On simule un grand nombre de tirs. Intuitivement, la fréquence observée d'atteinte de la partie colorée tend à se stabiliser, ce qui permet d'estimer la probabilité d'atteindre la partie colorée. de tirs : de tirs : de tirs : On peut supposer que la probabilité d'atteindre la partie colorée est environ 0,786. Complément : on a simulé plusieurs tirs et tracé cicontre les fréquences observées d'atteinte de la partie colorée en fonction du nombre de tirs simulés. Pour information : la probabilité d'atteindre la partie colorée est égale à 4 π. Les résultats obtenus par simulation sont cohérents. 57 1) Un tir de Medhi peut être donné par les coordonnées de l'endroit atteint par la fléchette. Ainsi, comme le tir est aléatoire, en se plaçant dans le repère orthonormé ci-contre, on génère deux nombres aléatoires dans l'intervalle [0 ; 1]. La partie colorée n'est atteinte que si la distance entre l'impact et O (ou son carré) est inférieure ou égale au rayon du disque, c'est-à-dire 1, et si la distance entre l'impact et K (ou son carré) est inférieure ou égale à 1. Ainsi : - on génère deux nombres aléatoires x et y dans l'intervalle [0 ; 1] ; - si x²+y² 1 et (1 x)²+(1 y)² 1, alors la partie colorée est atteinte ; sinon la partie colorée n'est pas atteinte. x,y : réels ; x RéelAléaEntre(0;1) ; y RéelAléaEntre(0;1) ; Si x²+y² 1 et (1 x)²+(1 y)² 1 alors Afficher("la partie est atteinte") ; sinon Afficher("la partie n'est pas atteinte") ; ) a) Il suffit de simuler N tirs comme dans la question 1), en introduisant un compteur (n) qui s'incrémente de 1 à chaque fois que la partie colorée est atteinte (on l'aura initialisé à 0). Ainsi : - on initialise le compteur n à 0 ; - on réitère N fois la simulation d'un tir : on génère deux nombres aléatoires x et y dans l'intervalle [0 ; 1], et si x²+y² 1 et (1 x)²+(1 y)² 1, on ajoute 1 au compteur n ; - on affiche la fréquence n/n d'atteinte de la partie colorée. N,n,i : entiers ; x,y : réels ; n 0 ; Pour i allant de 1 à N faire x RéelAléaEntre(0;1) ; y RéelAléaEntre(0;1) ; Si x²+y² 1 et (1 x)²+(1 y)² 1 alors n n+1; Afficher("la fréquence d'atteinte de la partie est ",n/n) ;

PRODUIT SCALAIRE EXERCICES CORRIGES

PRODUIT SCALAIRE EXERCICES CORRIGES Exercice n. (correction) Répondre par VRAI (V) ou FAUX (F) : Question Soient A, B et C trois points distincts du plan. PRODUIT SCALAIRE EXERCICES CORRIGES a) A, B et C sont alignés si et seulement si :

Plus en détail

Cours de mathématiques Seconde

Cours de mathématiques Seconde Cours de mathématiques Seconde Chapitre Vecteurs et translations...4 I Définitions et premières propriétés...4 a) Rappels sur le parallélogramme...4 b) Translation...4 c) Vecteur...5 d) Vecteurs égaux...5

Plus en détail

MARS 2014 MATHEMATIQUES LYCEE STANISLAS-NICE. Durée de l épreuve : 2 h 00. L usage de la calculatrice est autorisé.

MARS 2014 MATHEMATIQUES LYCEE STANISLAS-NICE. Durée de l épreuve : 2 h 00. L usage de la calculatrice est autorisé. COMPOSITION SECONDE MARS 2014 MATHEMATIQUES LYCEE STANISLAS-NICE Durée de l épreuve : 2 h 00 L usage de la calculatrice est autorisé. Toutes les réponses devront être justifiées. Exercice 1 Soit la fonction

Plus en détail

212 année 2013/2014 DM de synthèse 2

212 année 2013/2014 DM de synthèse 2 22 année 20/204 DM de synthèse 2 Exercice Soit f la fonction représentée cicontre.. Donner l'ensemble de définition de la fonction f. 2. Donner l'image de 4 par f.. a. Donner un nombre qui n'a qu'un seul

Plus en détail

Mathématiques Secondes

Mathématiques Secondes Mathématiques Secondes 2 Table des matières 0 Algorithmique 5 1 Repérage 9 2 Équations et Inéquations du premier degré 13 3 Géométrie dans l espace 17 4 Généralités sur les fonctions 19 5 Statistiques

Plus en détail

2010 My Maths Space Page 1/6

2010 My Maths Space Page 1/6 A. Des statistiques aux probabilités 1. Statistiques descriptives, analyse de données. Vocabulaire des statistiques : Population : c'est l'ensemble étudié. Individu : c'est un élément de la population.

Plus en détail

Démonstration des propriétés géométriques du plan niveau collège

Démonstration des propriétés géométriques du plan niveau collège Démonstration des propriétés géométriques du plan niveau collège Propriété : Si un point est sur un segment et à égale distance de ses extrémités alors ce point est le milieu du segment. Si un point est

Plus en détail

Exercice 1 Le plan est muni d'un repère. On donne les points, et. 1/ Soit D le point tel que ABCD est un parallélogramme.

Exercice 1 Le plan est muni d'un repère. On donne les points, et. 1/ Soit D le point tel que ABCD est un parallélogramme. Devoir Maison A rendre le mercredi 2 mai 2nde 1 Le plan est muni d'un repère. On donne les points, et. 1/ Soit D le point tel que ABCD est un parallélogramme. Calculer les coordonnées du point D. 2/ a)

Plus en détail

E1 :aide E3 : les quotients (ON CITERA LES. puis calculer x et y

E1 :aide E3 : les quotients (ON CITERA LES. puis calculer x et y DM Devoir maison 4 lire une abscisse placer un point d'abscisse connu convertir un nombre dans une unité donnée le triangle isocèle construction à partir d'un dessin milieu d'un segment le cercle,construction

Plus en détail

LIVRET DE MATHEMATIQUES ENTREE EN PREMIERE S Institut Notre-Dame (Saint Germain en Laye) Année 2015-2016

LIVRET DE MATHEMATIQUES ENTREE EN PREMIERE S Institut Notre-Dame (Saint Germain en Laye) Année 2015-2016 LIVRET DE MATHEMATIQUES ENTREE EN PREMIERE S Institut Notre-Dame (Saint Germain en Laye) Année 015-016 Pourquoi ce livret? Afin de mieux préparer cette rentrée, ce livret reprend un ensemble de notions

Plus en détail

MATHEMATIQUES. Premier Cycle TROISIEME

MATHEMATIQUES. Premier Cycle TROISIEME MATHEMATIQUES Premier Cycle TROISIEME 79 INTRODUCTION Le programme de la classe de troisième, dernier niveau de l enseignement moyen, vise à doter l élève de savoirs faire pratiques par une intégration

Plus en détail

Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé.

Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé. Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé. L usage d une calculatrice est autorisé Durée : 3heures Deux annexes sont à rendre avec la copie. Exercice 1 5 points 1_ Soit f la

Plus en détail

Ce document regroupe les 6 devoirs à la maison proposés dans la progression.

Ce document regroupe les 6 devoirs à la maison proposés dans la progression. Ce document regroupe les 6 devoirs à la maison proposés dans la progression. Le document a été paginé de façon à ce que chaque devoir corresponde à une page pour en faciliter l impression. Page 2... Devoir

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

PROBLEME(12) Première partie : Peinture des murs et du plafond.

PROBLEME(12) Première partie : Peinture des murs et du plafond. PROBLEME(12) Une entreprise doit rénover un local. Ce local a la forme d'un parallélépipède rectangle. La longueur est 6,40m, la largeur est 5,20m et la hauteur est 2,80m. Il comporte une porte de 2m de

Plus en détail

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée.

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée. ANALYSE 5 points Exercice 1 : Léonie souhaite acheter un lecteur MP3. Le prix affiché (49 ) dépasse largement la somme dont elle dispose. Elle décide donc d économiser régulièrement. Elle a relevé qu elle

Plus en détail

Devoir commun Décembre 2014 3 ème LV2

Devoir commun Décembre 2014 3 ème LV2 Devoir commun Décembre 2014 3 ème LV2 Collège OASIS Corrigé de l Epreuve de Mathématiques L usage de la calculatrice est autorisé, mais tout échange de matériel est interdit Les exercices sont indépendants

Plus en détail

Chapitre 06 : PROPORTIONNALITÉ ET FONCTIONS LINÉAIRES

Chapitre 06 : PROPORTIONNALITÉ ET FONCTIONS LINÉAIRES Chapitre 06 : PROPORTIONNALITÉ ET FONCTIONS LINÉAIRES 6 cm I) Synthèse sur la proportionnalité : 1) Définition : Grandeurs proportionnelles : Dire que deux grandeurs sont proportionnelles revient à dire

Plus en détail

CHAPITRE 6 Les vecteurs

CHAPITRE 6 Les vecteurs A/ Vecteurs Cours de Mathématiques Classe de Seconde Chapitre 6 Les Vecteurs CHAPITRE 6 Les vecteurs 1) Définition et exemples a) Définition Soient deux points A et B. On appelle vecteur AB "la flèche"

Plus en détail

1. Montrer que, si on choisit le nombre 10, le résultat obtenu est 260. 3. Quels nombres peut-on choisir pour que le résultat obtenu soit 0?

1. Montrer que, si on choisit le nombre 10, le résultat obtenu est 260. 3. Quels nombres peut-on choisir pour que le résultat obtenu soit 0? Exercice 1 : ACTIVITÉS NUMÉRIQUES. Métropole Juin 2008 On donne le programme de calcul suivant : Choisir un nombre. a) Multiplier ce nombre par 3. b) Ajouter le carré du nombre choisi. c) Multiplier par

Plus en détail

CONCOURS SEPTEMBRE 2011 SUJETS

CONCOURS SEPTEMBRE 2011 SUJETS CONCOURS SEPTEMBRE 2011 SUJETS Florilège COPIRELEM Page 155 CERPE groupement 1 - septembre 2011 (corrigé page 171) GROUPEMENT 1 septembre 2011 EXERCICE 1 : Dans cet exercice, six affirmations sont proposées.

Plus en détail

Activités numériques

Activités numériques Sujet et correction Stéphane PASQUET, 25 juillet 2008 2008 Activités numériques Exercice On donne le programme de calcul suivant : Choisir un nombre. a) Multiplier ce nombre pas 3. b) Ajouter le carré

Plus en détail

( x )= 2 3 ( x 1) f 3 ( x)=( x+1)2 ( x 1) ( x+1) f 4. ( x )=5 x 2 1. ( x)=3 2 x f 2. 212 nom: DS ( 1h) : Sujet A fonctions affines droites

( x )= 2 3 ( x 1) f 3 ( x)=( x+1)2 ( x 1) ( x+1) f 4. ( x )=5 x 2 1. ( x)=3 2 x f 2. 212 nom: DS ( 1h) : Sujet A fonctions affines droites 212 nom: DS ( 1h) : Sujet A fonctions affines droites Exercice 1: 1 ) Dans chacun des cas suivants,: Dire si la fonction est affine ou non. Préciser si elle est linéaire. Si la fonction est affine, donner

Plus en détail

Angles orientés et trigonométrie

Angles orientés et trigonométrie Chapitre Angles orientés et trigonométrie Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Trigonométrie Cercle trigonométrique. Radian. Mesure d un angle orienté, mesure principale.

Plus en détail

Diplôme National du Brevet Métropole - La Réunion - Mayotte - Session 2009

Diplôme National du Brevet Métropole - La Réunion - Mayotte - Session 2009 Diplôme National du Brevet Métropole - La Réunion - Mayotte - Session 2009 L usage de la calculatrice est autorisé, dans le cadre de la réglementation en vigueur. I - Activités numériques II - Activités

Plus en détail

Secondes Devoir commun de mathématiques n 1

Secondes Devoir commun de mathématiques n 1 Classe : Secondes Devoir commun de mathématiques n 1 Janvier 2014 Sujet : A Durée : 2 heures -Calculatrice autorisée Nom : Prénom : Note : Eercice 1 (sur 9 points) y 4 3 2 On donne la représentation graphique

Plus en détail

PARTIE 1 : ACTIVITÉS NUMÉRIQUES (12 points)

PARTIE 1 : ACTIVITÉS NUMÉRIQUES (12 points) COLLÈGE LA PRÉSENTATION BREVET BLANC Février 2011 ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES Classe de 3 e Durée : 2 heures Présentation et orthographe : 4 points Les calculatrices sont autorisées, ainsi que les instruments

Plus en détail

Fonctions affines. Table des matières

Fonctions affines. Table des matières Fonctions affines Table des matières 1 fonction linéaire, fonction constante, fonction affine 3 1.1 activités.............................................. 3 1.1.1 activité 1 : fonction linéaire et variation

Plus en détail

Problème : Session 2008 (fonctions affines) Partie I : Partie II :

Problème : Session 2008 (fonctions affines) Partie I : Partie II : Problème : Session 2008 (fonctions affines) Dans ce problème, on étudie deux méthodes permettant de déterminer si le poids d'une personne est adapté à sa taille. Partie I : Dans le graphique ci-dessous

Plus en détail

Corrections preparation BB 2012

Corrections preparation BB 2012 Corrections preparation BB 2012 Brevet 2007 - Solution Activités numériques 1 Les explications ne sont pas demandées mais nous vous les fournissons tout de même. 1) la bonne réponse est 9x 2 + 30x + 25

Plus en détail

Vecteurs Géométrie dans le plan Exercices corrigés

Vecteurs Géométrie dans le plan Exercices corrigés Vecteurs Géométrie dans le plan Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : Exercice 1 : notion de vecteur, transformation de points par translation et vecteurs égaux Exercice 2 : parallélogramme

Plus en détail

SYSTEMES EXERCICES CORRIGES

SYSTEMES EXERCICES CORRIGES Exercice n. SYSTEMES EXERCICES CRRIGES Parmi les couples (8,), (,-,5), (,), (5,), lequel est solution du système Exercice n. x+ y = 7x y= 8 Résoudre par substitution : ) ) x 5y = x+ y= 6 x+ y = 6 5x y=

Plus en détail

DEVOIR COMMUN DE MATHÉMATIQUES

DEVOIR COMMUN DE MATHÉMATIQUES Classe de Seconde DEVOIR COMMUN DE MATHÉMATIQUES Vendredi 14 février 2014 Durée de l épreuve : 2 H 00 Ce sujet comporte 6 pages numérotées de 1 à 6. Dès que ce sujet vous est remis, assurez-vous qu il

Plus en détail

Géométrie vectorielle plane, cours, première S

Géométrie vectorielle plane, cours, première S Géométrie vectorielle plane, cours, première S F.Gaudon 25 septembre 2015 Table des matières 1 Géométrie vectorielle dans un repère 2 1.1 Compléments sur la colinéarité.................................

Plus en détail

Devoir-maison, à rendre le lundi 4 novembre 2013

Devoir-maison, à rendre le lundi 4 novembre 2013 Devoir-maison, à rendre le lundi 4 novembre 2013 Ce devoir-maison donnera lieu à une note sur 20 qui sera intégrée dans la moyenne du premier trimestre. Soin et orthographe : 1 point. Exercice 1. Brevet

Plus en détail

Tous droits de traduction, de reproduction et d adaptation réservés pour tous pays.

Tous droits de traduction, de reproduction et d adaptation réservés pour tous pays. Maquette de couverture : Graphir Maquette intérieure : Frédéric Jély Mise en page : CMB Graphic Dessins techniques : Gilles Poing Hachette Livre 008, 43, quai de Grenelle, 790 Paris Cedex ISBN : 978--0-8-

Plus en détail

Brevet Blanc n 1. Mathématiques

Brevet Blanc n 1. Mathématiques Brevet Blanc n 1 Novembre 2010 Mathématiques Durée de l'épreuve : 2h00 Le candidat répondra sur une copie L'usage de la calculatrice est autorisé, dans le cadre de la réglementation en vigueur. Activités

Plus en détail

Académies et années. Type de fonction Type de problème Résolution conjointe

Académies et années. Type de fonction Type de problème Résolution conjointe Académies et années Type de fonction Type de problème Résolution conjointe Affine Linéaire Autre Tarifs Géom. Plane Espace équation Inéquat. Système Grenoble 00 x x Nancy 00 x x Orléans 00 x x Caen 00

Plus en détail

Exercice 1 : sur 2,5 points 1) Lire graphiquement les équations des droites D 1, D 2 et D 3 tracées dans le repère ci-dessous

Exercice 1 : sur 2,5 points 1) Lire graphiquement les équations des droites D 1, D 2 et D 3 tracées dans le repère ci-dessous NOM : Seconde A B C H J Mardi 19 janvier 010 Exercice 1 : sur,5 points 1) Lire graphiquement les équations des droites D 1, D et D tracées dans le repère ci-dessous ) Dans le même repère, tracer la droites

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 Le sujet est numéroté de 1 à 5. L annexe 1 est à rendre avec la copie. L exercice Vrai-Faux est

Plus en détail

Mini Dictionnaire Encyclopédique Mathématiques. Fonction affine

Mini Dictionnaire Encyclopédique Mathématiques. Fonction affine Fonction affine ) Définition et Propriété caractéristique a) Activité introductive Une agence de location de voiture propose la formule de location suivante : forfait de 50 et 0,80 le km. Quel est le prix

Plus en détail

Lycée Alexis de Tocqueville. BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE Blanc Corrigé. Série S.T.M.G. Février 2015 Épreuve de mathématiques.

Lycée Alexis de Tocqueville. BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE Blanc Corrigé. Série S.T.M.G. Février 2015 Épreuve de mathématiques. Lycée Alexis de Tocqueville BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE Blanc Corrigé Série S.T.M.G. Février 2015 Épreuve de mathématiques Durée 3 heures Le candidat traitera obligatoirement les quatre exercices ******

Plus en détail

315 et 495 sont dans la table de 5. 5 est un diviseur commun. Leur PGCD n est pas 1. Il ne sont pas premiers entre eux

315 et 495 sont dans la table de 5. 5 est un diviseur commun. Leur PGCD n est pas 1. Il ne sont pas premiers entre eux Exercice 1 : (3 points) Un sac contient 10 boules rouges, 6 boules noires et 4 boules jaunes. Chacune des boules a la même probabilité d'être tirée. On tire une boule au hasard. 1. Calculer la probabilité

Plus en détail

Baccalauréat S Asie 18 juin 2013

Baccalauréat S Asie 18 juin 2013 Baccalauréat S Asie 18 juin 2013 Dans l ensemble du sujet, et pour chaque question, toute trace de recherche même incomplète, ou d initiative même non fructueuse, sera prise en compte dans l évaluation

Plus en détail

C f tracée ci- contre est la représentation graphique d une

C f tracée ci- contre est la représentation graphique d une TLES1 DEVOIR A LA MAISON N 7 La courbe C f tracée ci- contre est la représentation graphique d une fonction f définie et dérivable sur R. On note f ' la fonction dérivée de f. La tangente T à la courbe

Plus en détail

BREVET BLANC DE MAI 2012

BREVET BLANC DE MAI 2012 COLLEGE GASPARD DES MONTAGNES BREVET BLANC DE MAI 2012 Ce sujet comporte 8 pages numérotées de 1/8 à 8/8, dont une feuille annexe à remettre avec la copie. L usage de la calculatrice est autorisé. Notation

Plus en détail

Brevet Blanc de Mathématiques ** Corrigé **

Brevet Blanc de Mathématiques ** Corrigé ** Brevet Blanc de Mathématiques ** Corrigé ** Collège Goscinny de Valdoie Le soin et la qualité de la rédaction comptent pour 4 points. L usage de la calculatrice est autorisé. Sujet et corrigé écrits avec

Plus en détail

Comment tracer une droite représentative d'une fonction et méthode de calcul de l'équation d'une droite.

Comment tracer une droite représentative d'une fonction et méthode de calcul de l'équation d'une droite. Comment tracer une droite représentative d'une fonction et méthode de calcul de l'équation d'une droite. Introduction : Avant de commencer, il est nécessaire de prendre connaissance des trois types de

Plus en détail

Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge

Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge Le programme se compose ainsi : Rappels collège/seconde Partie STAV 1/3 Partie STAV 2/3 Partie STAV

Plus en détail

Cours fonctions, expressions algébriques

Cours fonctions, expressions algébriques I. Expressions algébriques, équations a) Développement factorisation Développer Développer un produit, c est l écrire sous forme d une somme. Réduire une somme, c est l écrire avec le moins de termes possibles.

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques Cours de mathématiques Thomas Rey classe de première ES ii Table des matières 1 Les pourcentages 1 1.1 Variation en pourcentage............................... 1 1.1.1 Calcul d une variation............................

Plus en détail

Cours de mathématiques Terminale STMG

Cours de mathématiques Terminale STMG Cours de mathématiques Terminale STMG Chapitre 1 Information chiffrée...3 I Proportions...3 II Taux d'évolution...3 a) Détermination d'un taux d'évolution...3 b) Appliquer un taux d'évolution...4 III Taux

Plus en détail

Notes de cours de mathématiques en Seconde générale O. Lader

Notes de cours de mathématiques en Seconde générale O. Lader Seconde générale Lycée Georges Imbert 05/06 Notes de cours de mathématiques en Seconde générale O. Lader Table des matières Développer factoriser pour résoudre (S). Calcul algébrique.................................................

Plus en détail

BREVET BLANC de Mathématiques. Jeudi 16 mai 2013

BREVET BLANC de Mathématiques. Jeudi 16 mai 2013 BREVET BLANC de Mathématiques Jeudi 16 mai 2013 ********************************** Durée de l épreuve : 2 heures ********************************** Le sujet comporte 5 pages. Dès que ce sujet vous est

Plus en détail

Brevet Juin 2007 Liban Corrigé Page 1 sur 6

Brevet Juin 2007 Liban Corrigé Page 1 sur 6 Brevet Juin 007 Liban Corrigé Page 1 sur 6 Exercice 1 : 1) A = 500 (10 3 ),4 10 7 8 10 4 = 500 10 6 4 10 1 10 7 8 10 4 500 4 = 8 = 500 3 8 8 = 500 3 100 10 4 = 1500 10 0 + 4 = 1500 10 4 = 1,5 10 3 10 4

Plus en détail

Durée de L épreuve : 2 heures. Barème : Exercice n 4 : 1 ) 1 point 2 ) 2 points 3 ) 1 point

Durée de L épreuve : 2 heures. Barème : Exercice n 4 : 1 ) 1 point 2 ) 2 points 3 ) 1 point 03 Mai 2013 Collège Oasis Durée de L épreuve : 2 heures. apple Le sujet comporte 4 pages et est présenté en livret ; apple La calculatrice est autorisée ; apple 4 points sont attribués à la qualité de

Plus en détail

MATHEMATIQUES 1 partie. Activités numériques

MATHEMATIQUES 1 partie. Activités numériques NOM : Classe : Prénom : MATHEMATIQUES partie Les réponses seront justifiées. Le détail des calculs figurera sur la copie. Activités numériques Quel est le PGCD des nombres 185 et 444? 2 Un chef d orchestre

Plus en détail

Items étudiés dans le CHAPITRE N5. 7 et 9 p 129 D14 Déterminer par le calcul l'antécédent d'un nombre par une fonction linéaire

Items étudiés dans le CHAPITRE N5. 7 et 9 p 129 D14 Déterminer par le calcul l'antécédent d'un nombre par une fonction linéaire CHAPITRE N5 FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION Code item D0 D2 N30[S] Items étudiés dans le CHAPITRE N5 Déterminer l'image

Plus en détail

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 17 novembre 2014

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 17 novembre 2014 Durée : 4 heures Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 17 novembre 2014 A. P. M. E. P. EXERCICE 1 Commun à tous les candidats Les trois parties A, B et C sont indépendantes Une fabrique de desserts glacés

Plus en détail

CHAPITRE 2 CALCULS ALGEBRIQUES

CHAPITRE 2 CALCULS ALGEBRIQUES Classe de Troisième CHAPITRE CALCULS ALGEBRIQUES UTILISER DES LETTRES... 34 EXPRESSIONS EQUIVALENTES... 36 VOCABULAIRE DU CALCUL LITTERAL... 37 REDUCTIONS D'ECRITURES... 39 DEVELOPPER UN PRODUIT... 40

Plus en détail

5 ème Chapitre 4 Triangles

5 ème Chapitre 4 Triangles 5 ème Chapitre 4 Triangles 1) Médiatrices Définition : la médiatrice d'un segment est l'ensemble des points équidistants des extrémités du segment (cours de 6 ème ). Si M appartient à la médiatrice du

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

Introduction aux inégalités

Introduction aux inégalités Introduction aux inégalités -cours- Razvan Barbulescu ENS, 8 février 0 Inégalité des moyennes Faisons d abord la liste des propritétés simples des inégalités: a a et b b a + b a + b ; s 0 et a a sa sa

Plus en détail

ENTRÉE EN TS. Exercice 1 Second degré - les aspects élémentaires.

ENTRÉE EN TS. Exercice 1 Second degré - les aspects élémentaires. 1 ENTREE EN CLASSE DE TERMINALE S. FEUILLE D EXERCICES 2015 1. Pour qui est ce document. Ce document est destiné à tous les élèves entrant en Terminale S, quelle qu ait été leur moyenne dans la discipline

Plus en détail

Séquence 2. Repérage dans le plan Équations de droites. Sommaire

Séquence 2. Repérage dans le plan Équations de droites. Sommaire Séquence Repérage dans le plan Équations de droites Sommaire 1 Prérequis Repérage dans le plan 3 Équations de droites 4 Synthèse de la séquence 5 Exercices d approfondissement Séquence MA0 1 1 Prérequis

Plus en détail

Baccalauréat S Métropole 21 juin 2011

Baccalauréat S Métropole 21 juin 2011 Baccalauréat S Métropole 1 juin 011 EXERCICE 1 Les deux parties A et B peuvent être traitées indépendamment. 4 points Les résultats seront donnés sous forme décimale en arrondissant à 10 4. Dans un pays,

Plus en détail

Cours de mathématiques. Thomas Rey

Cours de mathématiques. Thomas Rey Cours de mathématiques Thomas Rey Classe de seconde le 29 août 2010 «Ce qui est affirmé sans preuve peut être nié sans preuve.» EUCLIDE D ALEXANDRIE Table des matières 1 Fonctions numériques 5 1.1 Notion

Plus en détail

DIPLÔME NATIONAL DU BREVET SESSION 2009

DIPLÔME NATIONAL DU BREVET SESSION 2009 DIPLÔME NATIONAL DU BREVET SESSION 2009 MATHÉMATIQUES SÉRIE COLLÈGE DURÉE DE L ÉPREUVE : 2 h 00 Le candidat répondra sur une copie EN. Ce sujet comporte 6 pages numérotées de 1/6 à 6/6. Dès que ce sujet

Plus en détail

Brevet Blanc de Mathématiques n 4

Brevet Blanc de Mathématiques n 4 Collège français Sadi Carnot Diego Suarez 15/05/2015 Brevet Blanc de Mathématiques n 4 Série collège Durée de l épreuve : 2 h 00 Conseils au candidat : - Le sujet comporte quatre pages numérotées de 1/4

Plus en détail

BREVET BLANC N 2 EPREUVE DE MATHEMATIQUES

BREVET BLANC N 2 EPREUVE DE MATHEMATIQUES BREVET BLANC N 2 EPREUVE DE MATHEMATIQUES Durée de l épreuve : 2 heures. Ce sujet comporte 6 pages numérotées de 1 à 6. Dès qu il vous est remis, assurez-vous qu il est complet. L usage de la calculatrice

Plus en détail

PRODUIT SCALAIRE DANS L'ESPACE

PRODUIT SCALAIRE DANS L'ESPACE PRODUIT SCLIRE DNS L'ESPCE Dans tout ce chapitre, les bases ou repères considérés sont orthonormés. Pour des révisions sur le produit scalaire dans le plan, voir le cours de première. 1. Définition du

Plus en détail

Collège Henri Meck lundi 4 mai 2009 Molsheim BREVET BLANC DE MATHEMATIQUES N 2. ( Extraits d'épreuves du brevet de 2007 et 2008 ) PRESENTATION 4 pts

Collège Henri Meck lundi 4 mai 2009 Molsheim BREVET BLANC DE MATHEMATIQUES N 2. ( Extraits d'épreuves du brevet de 2007 et 2008 ) PRESENTATION 4 pts Collège Henri Meck lundi 4 mai 2009 Molsheim BREVET BLANC DE MATHEMATIQUES N 2 ( Extraits d'épreuves du brevet de 2007 et 2008 ) PRESENTATION 4 pts Rappel : Présenter les parties de l'épreuve sur feuilles

Plus en détail

x 8 = 0 3x - 6 = 2x + 2 3x² 6 = 2x² + 2

x 8 = 0 3x - 6 = 2x + 2 3x² 6 = 2x² + 2 Partie numérique : 16 points Exercice n 1 (4 points) : Pour chaque ligne du tableau ci-dessous, 3 réponses sont proposées, mais une seule est exacte. Aucune justification n'est demandée. Écrire le numéro

Plus en détail

Savoir que AB= CD équivaut à ABDC est un parallélogramme, éventuellement aplati. Connaître les coordonnées (x B x A ; y B y A ) du vecteur AB

Savoir que AB= CD équivaut à ABDC est un parallélogramme, éventuellement aplati. Connaître les coordonnées (x B x A ; y B y A ) du vecteur AB Chapitre 3 La notion de vecteurs CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Vecteurs Définition de la translation qui transforme un point A du plan en un point B. Vecteur AB associé. Égalité de deux vecteurs

Plus en détail

En 2005, année de sa création, un club de randonnée pédestre comportait 80 adhérents. Chacune des années suivantes on a constaté que :

En 2005, année de sa création, un club de randonnée pédestre comportait 80 adhérents. Chacune des années suivantes on a constaté que : Il sera tenu compte de la présentation et de la rédaction de la copie lors de l évaluation finale. Les élèves n ayant pas la spécialité mathématique traiteront les exercices 1, 2,3 et 4, les élèves ayant

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2011 OBLIGATOIRE MATHÉMATIQUES. Série S. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2011 OBLIGATOIRE MATHÉMATIQUES. Série S. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 011 MATHÉMATIQUES Série S Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE Les calculatrices électroniques de poche sont autorisées, conformément à la

Plus en détail

SÉQUENCE 7 FONCTIONS LINÉAIRES ET AFFINES. f(0)= 5 0 + 4= 0 + 4 = 4.

SÉQUENCE 7 FONCTIONS LINÉAIRES ET AFFINES. f(0)= 5 0 + 4= 0 + 4 = 4. 196 Séquence 7 SÉQUENCE 7 FONCTIONS LINÉAIRES ET AFFINES Ce que tu devais faire Les commentaires du professeur Séance 1 JE RÉVISE LES ACQUIS DE LA 4 e 5 4 0 9 L image de 0 par la fonction f est le nombre

Plus en détail

SUJET DE BREVET METROPOLE JUIN 2014

SUJET DE BREVET METROPOLE JUIN 2014 SUJET DE BREVET METROPOLE JUIN 2014 SERIE GENERALE Exercice n 1 : (5 points) Voici un octogone régulier ABCDEFGH. 1) Représenter un agrandissement de cet octogone en l inscrivant dans un cercle de rayon

Plus en détail

3 ème DNB 2001 NICE PARTIE NUMERIQUE CORRIGE. Exercice 1. 1. Donner l'égalité traduisant la division euclidienne de 1 512 par 21 1 512 = 21 72

3 ème DNB 2001 NICE PARTIE NUMERIQUE CORRIGE. Exercice 1. 1. Donner l'égalité traduisant la division euclidienne de 1 512 par 21 1 512 = 21 72 3 ème DNB 001 NICE PARTIE NUMERIQUE CORRIGE Exercice 1 1. Donner l'égalité traduisant la division euclidienne de 1 51 par 1 1 51 = 1 7. Rendre irréductible la fraction 70 1 51 70 1 51 = 7 10 7 1 donc 70

Plus en détail

Équations - Inéquations - Systèmes

Équations - Inéquations - Systèmes Équations - Inéquations - Systèmes I Premier degré Propriétés Soit f définie sur IR par f(x = ax + b avec a 0. f est une fonction affine, elle est représentée graphiquement par une droite. a est le coefficient

Plus en détail

DEVOIR MAISON 4 : LES VECTEURS

DEVOIR MAISON 4 : LES VECTEURS DEVOIR MAISON 4 : LES VECTEURS Ce devoir maison de révisions, de préparation au DS4 comporte deux pages. Vous traiterez au choix au moins la première ou la deuxième page. Exercice 1. Le plan est muni d

Plus en détail

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation )

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation ) DÉRIVÉES I Nombre dérivé - Tangente Eercice 0 ( voir animation ) On considère la fonction f définie par f() = - 2 + 6 pour [-4 ; 4]. ) Tracer la représentation graphique (C) de f dans un repère d'unité

Plus en détail

Sujet de mathématiques du brevet des collèges

Sujet de mathématiques du brevet des collèges Sujet de mathématiques du brevet des collèges POLYNÉSIE Septembre 014 Durée : h00 Calculatrice autorisée Indication portant sur l ensemble du sujet. Toutes les réponses doivent être justifiées, sauf si

Plus en détail

Thierry JOFFREDO. Mémo DNB. Première partie : calcul, fonctions. Année 2006-07

Thierry JOFFREDO. Mémo DNB. Première partie : calcul, fonctions. Année 2006-07 Thierry JFFRED ØØÔ»»ÛÛÛºÑØÓÒÙØ ºÖ Mémo DN Première partie : calcul, fonctions nnée 006-07 CLCUL SUR LES FRCTINS Fractions égales n obtient une fraction égale en multipliant (ou en divisant) numérateur

Plus en détail

Géométrie dans l Espace

Géométrie dans l Espace Géométrie dans l Espace Année scolaire 006/007 Table des matières 1 Vecteurs de l Espace 1.1 Extension de la notion de vecteur à l Espace............................. 1. Calcul vectoriel dans l Espace......................................

Plus en détail

ACTIVITES NUMERIQUES 12 points

ACTIVITES NUMERIQUES 12 points BREVET BLANC Mai 2012 Mathématiques Le corrigé La rédaction et la présentation sont prises en compte pour 4 points. Les calculatrices sont autorisées. Durée de l'épreuve : 2 heures. EXERCICE 1 On donne

Plus en détail

un repère orthonormé de l espace.

un repère orthonormé de l espace. Terminale S GEOMETRIE Ch 13 DANS L ESPACE. Soit ( O ; i, j, k ) un repère orthonormé de l espace. I) Droites et plans dans l espace : Propriété 1 : Soient A et B deux points de l espace. AB est l ensemble

Plus en détail

Rappels sur les suites - Algorithme

Rappels sur les suites - Algorithme DERNIÈRE IMPRESSION LE 14 septembre 2015 à 12:36 Rappels sur les suites - Algorithme Table des matières 1 Suite : généralités 2 1.1 Déition................................. 2 1.2 Exemples de suites............................

Plus en détail

TI-nspire et la simulation

TI-nspire et la simulation TI-nspire et la simulation Introduction : que faut-il savoir faire pour bien débuter? Nous allons utiliser, dans tous les exercices de cette partie, essentiellement le tableur de la TI-Nspire. Il est donc

Plus en détail

Cours de mathématiques Première ES/L

Cours de mathématiques Première ES/L Cours de mathématiques Première ES/L Chapitre 1 Pourcentages...3 I Proportions...3 II Taux d'évolution...3 a) Détermination d'un taux d'évolution...3 b) Appliquer un taux d'évolution...4 III Taux réciproque...4

Plus en détail

Probabilités Loi binomiale Exercices corrigés

Probabilités Loi binomiale Exercices corrigés Probabilités Loi binomiale Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : (cliquez sur l exercice pour un accès direct) Exercice 1 : épreuve de Bernoulli Exercice 2 : loi de Bernoulli de paramètre

Plus en détail

Cours de mathématiques (Terminale S)

Cours de mathématiques (Terminale S) Cours de mathématiques (Terminale S) II. Chapitre 00 : La trigonométrie. Les angles orientés A. Les radians DÉFINITION Le radian est une unité de mesure angulaire, notée rad définie par : REMARQUE A partir

Plus en détail

4.2.2 Épreuve sur dossier

4.2.2 Épreuve sur dossier 4.2.2 Épreuve sur dossier 32 Thème : suites En traçant la diagonale d un carré de côté a, on obtient un triangle rectangle que l on colore en gris, comme sur la figure ci-contre. On recommence de la même

Plus en détail

CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Probabilités Épreuve de Bernoulli, loi de Bernoulli.

CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Probabilités Épreuve de Bernoulli, loi de Bernoulli. 1 ère - 3 Chap.9 : Loi binomiale. Échantillonnage. 1 ère - Chapitre 9 : LOI BINOMIALE. ÉCHANTILLONNAGE. Textes officiels (30 septembre 2010) : CONTENU CAPACITÉ ATTENDUE COMMENTAIRE Probabilités Épreuve

Plus en détail

Fonctions affines. 2 Signe d une fonction affine 18 2.1 activité... 19 2.2 corrigé activité... 20

Fonctions affines. 2 Signe d une fonction affine 18 2.1 activité... 19 2.2 corrigé activité... 20 Fonctions affines Table des matières 1 généralités : (images, formule, variations, tableau de valeurs, courbe, équations, inéquations) 2 1.1 activité............................................... 3 1.2

Plus en détail

Soutien illimité 7j/7 en maths: Coach, profs, exercices & annales, cours. Sujet de Bac 2013 Maths S Obligatoire & Spécialité - Liban

Soutien illimité 7j/7 en maths: Coach, profs, exercices & annales, cours. Sujet de Bac 2013 Maths S Obligatoire & Spécialité - Liban Sujet de Bac 2013 Maths S Obligatoire & Spécialité - Liban EXERCICE 1 : 4 Points Cet exercice est un questionnaire à choix multiples. Aucune justification n est demandée. Pour chacune des questions, une

Plus en détail

( ) = ax. On dit que f est une fonction linéaire. ( ) = b. On dit que f est une fonction constante.

( ) = ax. On dit que f est une fonction linéaire. ( ) = b. On dit que f est une fonction constante. Chapitre : Fonctions de référence I Fonctions affines Définition d'une fonction affine f est une fonction affine si, et seulement si, il existe deux réels a et b tels que pour tout x, f x ( ) = ax + b

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

Exemples d exercices de nature pédagogique pouvant être proposés lors de l épreuve d admissibilité de mathématiques au CAPLP externe Maths-Sciences.

Exemples d exercices de nature pédagogique pouvant être proposés lors de l épreuve d admissibilité de mathématiques au CAPLP externe Maths-Sciences. Exemples d exercices de nature pédagogique pouvant être proposés lors de l épreuve d admissibilité de mathématiques au CAPLP externe Maths-Sciences. Exemple 1 Voici une situation pouvant être utilisée

Plus en détail

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : Accès à l'université chez DUNOD Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD Les supports de cours ne sont pas complets, ils ne contiennent ni les démonstrations,

Plus en détail