Mémoire de fin d études

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mémoire de fin d études"

Transcription

1 CYCLE DE SPECIALITE EN ADMINISTRATION SANITAIRE ET SANTE PUBLIQUE FILIERE : MANAGEMENT DES ORGANISATIONS DE SANTE PROMOTION ( ) Mémoire de fin d études ACCIDENTS DOMESTIQUES DE L ENFANT DE MOINS DE 5 ANS ADMIS A L HOPITAL DES ENFANTS A. HAROUCHI EN 2012 ET 2013 : PRONOSTIC ET EPIDEMIOLOGIE ELABORE PAR : Mr. MUSTAPHA OUAIDE ENCADRE PAR : Pr. ASMAE KHATTABI ENSP( ex:inas), Rue Lamfadel Cherkaoui, Madinat Al Irfane, Rabat Tél. : Fax BP : 6329 Rabat

2 Résumé Introduction : Les accidents domestiques représentent un phénomène dont la morbidité est aigue et surtout évitable. Chez l enfant, ces accidents peuvent occasionner des lésions majeures à l origine d un handicap confirmé. L objectif de cette étude est d établir le profil épidémiologique des accidents survenant à domicile. Matériel et méthode : Il s agit d une étude descriptive à visée analytique d une série de cas d'accidents domestiques survenant chez les enfants de moins de 5 ans colligés aux différents services de l hôpital d Enfants, au service des Brûlés et les enfants arrivés décédés au service de Médecine Légale du CHU Ibn Rochd de Casablanca, sur une durée de 24 mois s'étalant entre janvier 2012 et décembre Résultat : Nous avons répertorié 412 cas d accidents domestiques chez l enfant de moins de 5 ans. L'âge moyen des victimes était de 27,6 mois. Il existe une forte proportion des nourrissons (52,7%). Parmi ces enfants, les garçons sont les plus fréquemment touchés avec un sex-ratio = 1,5/1. L'intoxication représente la première cause d'accidents domestiques chez les enfants dans notre étude soit 55,3 % des cas. Les brûlures viennent en deuxième position avec 32 % des cas. Dans notre série, le pronostic était favorable avec seulement 25 cas de décès. Conclusion : La prévention des accidents domestiques repose sur des mesures collectives et individuelles : la normalisation et la réglementation dans un premier temps mais aussi et surtout l'éducation, l'information afin d'améliorer les comportements face aux risques domestiques. Un programme national de prévention nous paraît justifié vu l'ampleur de ce problème de santé publique. ii

3 Summary Introduction: Domestic accidents are a phenomenon whose disease is acute and most preventable. In children, these accidents can cause major damage to the origin of a confirmed disability. The objective of this study is to establish the epidemiological profile of accidents at home. Materials and methods: This is a descriptive analytical study referred to a series of cases of domestic accidents in children under 5 years collected the Children various hospital services, serving burned and arrived children died in the service of Forensic Medicine Ibn Rushd University Hospital of Casablanca, over a period spanning 24 months between January 2012 and December Results: We identified 412 cases of domestic accidents in children less than 5 years. The average age of victims was 27.6 months. There is a high proportion of infants (52.7%). Of these children, boys are more commonly affected with a sex ratio = 1.5 / 1. Poisoning is the leading cause of home accidents among children in our study 55.3% of cases. Burns are second with 32% of cases. In our series, the prognosis was favorable with only 25 deaths. Conclusion: The prevention of domestic accidents based on collective and individual measures: the standardization and regulation at first but especially education, information to improve attitudes towards domestic risks. A national prevention program seems justified given the magnitude of this public health problem. ii

4 ملخص مقدمة: الحوادث المنزلیة ھي ظاھرة وباي یة حادة یمكن الوقایة منھا. عند الا طفال یمكن لھذه الحوادث أن تسبب ضررا كبیرا قد ینتج عنھ إعاقة داي مة. الھدف من ھذه الدراسة ھو تحدید الوضع الوباي ي للحوادث المنزلیة. المواد والطرق: ھذه دراسة وصفیة تحلیلیة تشیر إلى سلسلة من حالات الحوادث المنزلیة عند الا طفال الدین یقل أعمارھم عن 5 سنوات تم إحصانھم في مختلف مصالح مستشفى الا طفال مصلحة المحروقین و مصلحة الطب الشرعي بالمركز الا ستشفاي ي ابن رشد في الدار البیضاء على مدى فترة 24 شھرا بین ینایر 2012 ودیسمبر النتاي ج:أحصینا 412 حالات الحوادث المنزلیة عند الا طفال أعمارھم أقل من 5 سنوات. وكان متوسط عمر الضحایا 27.6 شھرا. ھناك نسبة عالیة من الا طفال الرضع ( 52.7). من بین ھو لاء الا طفال الا ولاد أكثر شیوعا من البنات بنسبة بین الجنسین = / التسمم ھو السبب الري یسي للحوادث المنزلیة بین الا طفال 55.3 من الحالات. الحروق في المركز الثاني برصید 32 من الحالات. في دراستنا كانت 25 حالة وفاة فقط. الاستنتاج: إن الوقایة من الحوادث المنزلیة تقتضي تدابیر جماعیة وفردیة: التقنین والتنظیم في البدایة لا سیما التعلیم والتوعیة لتحسین المواقف تجاه المخاطر المنزلیة. ویبدو أن برنامج الوقایة الوطنیة اصبح مبررا و ضروریا بالنظر إلى حجم ھذه المشكلة الصحیة العامة. ii

5 TABLE DES MATIERES Remerciements... i Résumé... ii Tables des matières iii Liste des tableaux... iv Liste des figures. v INTRODUCTION 1 METHODES Schéma de l étude Population étudiée Recueil des données Analyse des données Considérations éthiques... 6 RESULTATS... 8 DISCUSSION CONCLUSION RECOMMANDATIONS 22 BIBLIOGRAPHIE iii

6 LISTE DES TABLEAUX Tableau I : : Répartition des facteurs d exposition (sociodémographiques) selon la nature de l accident domestique Tableau II : Répartition des conséquences selon la nature de l accident domestique iv 14

7 LISTE DES FIGURE Figure 1 : Répartition des accidents domestiques selon l'âge et le sexe à l'hôpital d'enfants et au centre national des brûlés du CHU Ibn Rochd de Casablanca entre 2012 et Figure 2 : Distribution des accidents domestiques à l'hôpital d'enfants et au centre national des brûlés du CHU Ibn Rochd de Casablanca durant l année 2012 et Figure 3 : Mécanisme des accidents domestiques.. 10 Figure 4 : Répartition des intoxications en fonction du produit toxique 11 Figure 5 : Répartition des chutes en fonction du mécanisme. 12. v

8 Introduction : La maison est habituellement considérée comme un havre de sécurité, un refuge de protection contre les agressions provenant du monde extérieur. Cependant, la maison peut devenir un terrain de jeu dangereux pour les enfants et peut constituer un terrain de survenue d'accidents (Chute, intoxication, brûlure, suffocation,..). Selon l'o.m.s : "on entend par accidents domestiques tous les accidents indépendants du transport, survenant à la maison ou dans ses abords immédiats (y compris les allés privés, garages, cours...) ou tout autre lieu de résidence privée"[1]. Les accidents domestiques dans l'enfance, problème majeur de santé publique, constituent la première cause de décès dès l âge d un an dans l'ensemble des pays européens et la première cause d'hospitalisation publique dans la plupart de ces pays [2]. En France, on estime que 1,2 millions d enfants par an sont victimes d accidents domestiques. Dans les pays du Maghreb, l incidence est relativement élevée : 381 cas en l an 2000 en Algérie et 1800 cas en un an à l hôpital de Sfax en Tunisie [3]. Dans notre contexte, l'ampleur de ce phénomène reste méconnue, en raison de l'absence de données et des statistiques nationales. Cependant les quelques études réalisées dans les différentes villes du pays montrent qu'ils occupent une place importante de la pathologie accidentelle. Selon une étude réalisée sur 10 ans au service d'anesthésie-réanimation pédiatrique de l'hôpital d'enfants de Rabat, les accidents domestiques représentent la principale cause d'hospitalisation avec 81.37% de l'ensemble des accidents d'enfants [4]. Une série rapportée par le service de -1-

9 Médecine Légale du CHU Ibn Rochd de Casablanca, a retrouvé 87 cas d'accidents domestiques mortels tout âge confondu sur une durée de 21 mois s'étalant entre Octobre 1999 et Juillet 2001, avec une forte proportion d'enfants âgés de moins de six ans (32%) [1]. Au service de Pédiatrie A du CHU Mohammed VI de Marrakech, une enquête rétrospective réalisée entre Mars 2009-Juillet 2010 a répertorié 77 cas d accidents domestiques infantiles hospitalisés. Les intoxications étaient les plus fréquentes étaient 45.8%, suivies des piqûres de scorpion (26%), des corps étrangers (18%), des électrisations (5%) [4]. Rarement grave, les chutes sont la cause la plus fréquente. Chez l enfant de moins d'un an la réception se fait presque toujours sur le crâne (80 % des cas) ; si les lésions induites sont le plus souvent bénignes, elles peuvent cependant être mortelles ou engendrer des séquelles neurologiques. D'après les statistiques de l'oms, les chutes mortelles chez les enfants de 1 à 5 ans sont essentiellement dues aux défenestrations, chutes de balcons, de toit, d'escaliers. Les défenestrations sont responsables de 20 % de décès immédiat et 25 % de handicaps graves [5]. Les intoxications accidentelles peuvent être d'origines extrêmement variées. Celles par ingestion occupent, après les traumatismes, la 2ème place des accidents de la vie domestique de l enfant. Elles concernent encore une fois plus souvent les garçons que les filles, et le pic de fréquence concerne la tranche d'âge 1-4 ans [6]. Une étude réalisée au Mali positionne l intoxication médicamenteuse en 1ère place (41,6%), suivie par les produits ménagers (33,7%), le pétrole étant en cause dans (70%) des cas [7]. Il est à noter que chez l'enfant de moins d un an, il existe un taux plus important d'intoxication par les plantes dont les feuilles et les tiges peuvent être mâchées [5]. Au Maroc, plus de 30% des sujets intoxiqués sont des enfants. Ces intoxications sont -2-

10 souvent accidentelles et liés à des spécificités socio-économiques. La mortalité globale par intoxication est plus faible chez l enfant comparée à l adulte (0,03 contre 0,3) [8]. Quant aux brûlures accidentelles, leur incidence est évaluée entre 3 et 8 % des accidents. D'après les conclusions du système européen de surveillance des accidents, les brûlures sont des accidents qui surviennent une fois sur cinq chez les enfants de moins de 5 ans et le garçon est plus particulièrement touché (60 % à ces âges). Cet accident domestique chez l'enfant est rare mais il se caractérise par sa gravité : il entraîne un taux d'hospitalisation élevé et des séquelles physiques, esthétiques, fonctionnelles et/ou psychologiques qui ne sont pas négligeables [2]. Au Maroc, une étude rétrospective de 543 cas de brûlure d enfants âgés de moins de 16 ans pris en charge au Centre National des Brulés de Casablanca sur une période de 3ans allant de janvier 2008 à décembre 2010 a rapporté que la brûlure survient accidentellement dans 95% des cas. La maison reste le lieu ou survient le plus (85,1%). De toutes les brûlures, 96,5% sont d origine thermique ; la brûlure par ébouillantement est le chef de file dans 69, 3% des cas. Les brûlures par liquides chauds représentent les causes la plus fréquentes chez les enfants de moins de 5 ans [9-10]. Les causes de suffocations sont multiples chez l'enfant et d'étiologies diffèrent selon l'âge. Dans le premier âge, les suffocations sont principalement en rapport avec la literie ; étouffement par oreiller ou couverture trop volumineuse, les inhalations de corps étrangers sont dues une fois sur deux à des cacahuètes, viennent ensuite les autres corps végétaux (noix, noisette, amandes, etc.) dans 20 à 25 % des cas, puis les objets de petite taille (jetons, billes...), chez l'enfant, l'âge médian est de 24 mois, avec une nette prédominance masculine (sexe ratio M/F = 1,7/1). À un âge plus avancé, des cas de suffocations extrinsèques sont rapportés par enfouissement de la tête dans un sac en matière plastique ou par enfermement dans un espace hermétiquement clos -3-

11 [11]. Au Maroc par rapport à ce type d accident, une étude rétrospective de 105 cas d ingestion de corps étrangers admis à l unité de gastro-entérologie pédiatrique entre novembre 2002 et juin 2010, l âge moyen des enfants était de 4 ans avec un sexe-ratio de 1,5 [12]. D'un point de vue économique, les coûts et dépenses engendrés par les accidents domestiques sont considérables. Au Maroc, nous ne disposons d'aucune donnée concrète. Des études européennes et américaines portant sur les dépenses de santé liées aux accidents domestiques ont montré que ces dernières s'élevaient respectivement à 3,9 millions d'euros en 1997 et 217 milliards de dollars en L'ampleur des conséquences économiques et sociales des accidents domestiques contrastent avec le peu de ressources consacrées à leur prévention directe et justifient la nécessité d'un programme de prévention efficace et adapté [4]. L'objectif de notre étude est : Objectif principal : connaitre l ampleur des accidents domestiques de l enfant de moins de 5 ans. Objectifs spécifiques : déterminer la fréquence des accidents domestiques durant la petite enfance au CHU Ibn Rochd de Casablanca ; étudier les circonstances de survenue des accidents et le profil des victimes enfin évaluer le coût engendrés par ces accidents. -4-

12 Matériel & Méthodes : - Schéma de l étude : Nous avons mené une étude descriptive à visée analytique d une série de cas d'accidents domestiques, parvenus entre janvier 2012 et décembre 2013, chez les enfants de moins de 5 ans. Nous avons effectué la collecte des cas dans les différents services de l hôpital d enfants, au service des Brûlés et au service de Médecine Légale du CHU Ibn Rochd de Casablanca. - Population étudiée : Critères d'inclusion : Nous avons inclus dans notre étude tous les enfants âgés de moins de 5 ans admis au CHU Ibn Rochd de Casablanca pour une consultation ou arrivés décédés au service de médecine légale suite à un accident domestique. Critères d'exclusion : Nous avons exclus de cette étude : Toutes les victimes de violence Tout accident domestique qui n a pas fait l objet d une hospitalisation - Recueil des données : Le recueil des données a été fait à l aide d une fiche qui a été complétée à partir du dossier du patient (voir annexe). Cette fiche comportait des informations relatives au patient (âge, sexe, provenance, type de famille et nombre de fratrie), à la nature de l accident et la circonstance de sa survenue (Chute, électrisation ou électrocution, intoxication, brûlures, noyade, suffocation, violence). Ont été recueilli également les -5-

13 données concernant le bilan lésionnel (nous avons utilisé la classification CIM 10), la prise en charge, les coûts engendrés et l évolution du patient. - Gestion des données et analyse statistique : Toutes les données recueillies ont été saisies en utilisant le logiciel Epi info version L analyse statistique a consisté d abords en une analyse descriptive des cas selon les caractéristiques (temps, lieu, personnes). Ensuite, nous avons réalisé des analyses bivariées entre les différentes variables d exposition (Age, sexe, antécédents nombre de fratrie, type de famille, provenance) et la nature de l accident (variable dépendante) afin de vérifier que la nature de l accident varie selon le facteur de risque. Nous avons également étudié la relation entre la nature de l'accident et certaines conséquences à savoir le bilan lésionnel, la durée d'hospitalisation éventuelle, l évolution du patient et le coût direct engendré. La signification statistique des résultats a été fixée à un intervalle de confiance de 95%. - Considérations éthiques : Durant la réalisation de l étude, nous avons tenu à respecter l anonymat par l attribution d un code à chaque participant à l étude. -6-

14 Modèle conceptuel des accidents domestiques chez l enfant Evénement stressant Facteurs socio démographiques Handicaps Environnement Accidents domestiques de l enfant de moins de 5 ans Attitude des parents Niveau socioéconomique Coût direct et indirect Séquelles physiques et psychiques -7-

15 Résultats : tous les patients que nous avons recensé sont admis d abords aux urgences de l hôpital des enfants puis transférés en fonction de la gravité ; aux services de réanimation pour les cas graves. Pour les autres seront transférés en fonction de la nature de l accidents ; les intoxications et les asphyxies au service médecine, les traumatismes physiques au service d ortho-traumatologie pédiatrique et les brûlés au centre national des brûles. Durant la période s'étalant entre janvier 2012 et décembre 2013, 412 enfants de moins de 5 ans victimes d'accidents domestiques ont été hospitalisés à l'hôpital d'enfants et au centre national des brulés du CHU Ibn Rochd de Casablanca. En 2012, le nombre d accidents domestiques chez les enfants de moins de 5 ans était de 199 cas sur hospitalisations, soit un taux de 1,5 % et de 213 cas sur admissions en 2013, soit un taux de 1,7 %. Dans notre série, l'âge moyen des victimes était de 27,6 ± 14,4 mois avec un minimum de 1 mois et un maximum de 60 mois. Il existe une forte proportion des nourrissons (52,7%). Sur les 412 cas qui ont été inclus dans notre étude, nous avons noté une prédominance masculine avec un sex-ratio = 1,48 (Fig.1) filles 84 garçons Fig. 1 : Répartition des accidents domestiques selon l'âge et le sexe à l'hôpital d'enfants et au centre national des brûlés du CHU Ibn Rochd de Casablanca entre 2012 et

16 La majorité des victimes étaient issues du milieu urbain (79. Nous avons trouvé que le nombre de fratrie inférieur ou égale à deux était majoritaire (54, 6 %). La quasi-totalité des enfants (93 %) vivaient dans des familles biparentales. Chez 2 cas, on a noté l'existence d'un retard mental. Un seul enfant avait une fente labio-palatine. L intérieur de la maison reste le lieu de survenue de l accident domestique dans la quasi-totalité des cas (97,1 %). Dans notre étude, la mère était le témoin de l'accident domestique dans 91,7 % des cas. En 2012, Les accidents domestiques les plus fréquents étaient les intoxications suivies des brûlures et des chutes. La même allure est observée durant l année Asphyxie Autres Brulure Chute Intoxication Fig. 2 : Distribution des accidents domestiques à l'hôpital d'enfants et au centre national des brûlés du CHU Ibn Rochd de Casablanca durant l année 2012 et

17 L'intoxication représente la première cause d'accidents domestiques chez les enfants de moins de 5 ans dans notre étude soit 55,3 % des cas. Les brûlures viennent en deuxième position avec 32 % des cas et la 3 ème position a été occupée par les chutes avec 8,5 % des cas. Le reste des accidents ont été dus à une suffocation par inhalation de corps étrangers (5 cas), une noyade par chute dans un seau rempli d'eau surtout (4 cas), une électrisation (1 cas) et un traumatisme par un coup de sabot d animal (1cas) (Fig.3) ,3 8,5 32 1,2 1 0,2 1,7 Fig.3 : Mécanisme des accidents domestiques Les intoxications touchent plus les nourrissons et au fur et à mesure que l âge avance elles diminuent de fréquence. Les produits toxiques les plus utilisés sont les médicaments suivis par les produits ménagers (Fig.4). -10-

18 Stupefiants 3,90% Produits petroliers 19,70% Produits menager 20,20% PLANTE VENENEUSE 1,30% PESTICIDE 12,70% MDT 33,30% INCONNU 2,60% CO 6,10% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% Fig.4 : Répartition des intoxications en fonction du produit toxique La brûlure thermique par ébouillantement représente la principale cause de brûlure dans notre étude. Elle a été directement incriminée dans 88,6 % des cas, dont 21,3 % étaient provoqués par une théière remplie par du thé chaud. La deuxième cause est représentée par les brûlures par flamme provenant de la petite bonbonne de gaz (3Kg) dans 15 cas soit 11,4 %. Trente cinq cas de chutes ont pu être colligés, ce qui représente 8,5 % de l'ensemble des cas inclus dans l'étude. Les chutes sont plus fréquentes chez les enfants âgés de plus de 3 ans (48,6 %) suivis par les nourrissons (34,3 %). La défenestration reste le mécanisme principal des chutes avec 17 cas (Fig.5). -11-

19 Défénestration Escalier 17 chute de la mains de ses parents 7 chute de sa hauteur chute d'un meuble Fig. 5 : Répartition des chutes en fonction du mécanisme La durée d hospitalisation médiane était de deux jours avec un intervalle interquartile de (1-6). 31 enfants ont été hospitalisés en réanimation avec 12 cas de brûlures et 12 cas de chutes. Dans notre série, il y avait 25 cas de décès, soit un taux de létalité de 6 %. Le délai de survie médian était de 5 jours allant de 0 à 36 jours et un intervalle interquartile de (4-8). Les causes du décès étaient dans 48,0 % des cas dus à des complications de brulures, dans 32,0 %des cas dus à des polytraumatismes, dans 16,0 % des cas dus à des traumatismes crâniens et dans 4,0 % des cas dus à des suffocations. Dans 86,3%, l évolution était favorable. Le coût direct total engendré par ces accidents était de DH avec un coût médian de 674 DH avec un intervalle interquartile de ( ,5) et un minimum de 63 DH et un maximum de DH. -12-

20 Nous avons ensuite effectué une analyse bivariée pour vérifier si la nature de l accident varie selon le facteur de risque, nous avons sélectionné les types d accidents les plus fréquents (Chutes, brulures et intoxications) qui constituent à eux seuls 95,9 % (Tableau 1). Tableau 1 : Répartition des facteurs d exposition (sociodémographiques) selon la nature de l accident domestique Caractéristique Brûlure Chute Intoxication (effectif, (effectif, %) (effectif, %) %) Ages en mois* 24,9±15,5 34,3±17,6 28,8±12,5 Tranches d âge en mois <=24 88 (66,7) 12 (34,3) 103 (45,2) nourrisson ] 24-36] 24 (18,2) 6 (17,1) 78 (34,2) Bébé marcheur ] 36-60] 20 (15,2) 17 (48,6) 47 (20,6) Enfant Sexe Féminin 55(41,7) 19(54,3) 86(37,7) masculin 77(58,3) 16(45,7) 142(62,3) Provenance Rurale 34(25,8) 6(19,41) 34(15,0) urbaine 98(74,2) 25(80,6) 192(85,0) Nombre de fratrie 2 61 (46,2) 12 (34,3) 143(62,7) >2 71 (53,8) 23 (65,7) 85 (37,3) Type de famille Biparentale 126 (99,2) 29 (93,5) 213 (98,2) Monoparentale 1 (0,8) 2 (6,5) 4 (1,8) Lieu maison 132 (100) 27 (77,1) 227 (100,0) Escaliers 0 (0) 8 (22,9) 0 (0) Témoins Mère 122 (92,4) 27 (77,1) 213 (93,4) Autres 10 (7,6) 8 (22,9) 15 (6,6) * en moyenne et écart type -13- Total p 27,6±14,4 0, (51,4) < (27,3) 84 (21,3) 160(40,5) 235(59,5) 0,16 74(19,0) 315(81,0) 0, (54,7) 179 (45,3) 0, (98,1) 7 (1,9) NV 386 (98,0) 8 (2,0) NV 362 (91,6) 33 (8,4) 0,0048

21 La nature de l accident varie significativement selon l âge. Les brûlures touchent surtout la tranche enfant de moins de 2ans, les chutes touchent surtout les enfants ] 36-60mois] et les intoxications touchent aussi dans 45 % la tranche enfant de moins de 2ans. Une prédominance masculine est notée presque pour tous les types d accidents domestiques sauf pour les chutes qui touchaient légèrement les filles que les garçons. La nature de l accident varie significativement selon le nombre de fratrie. Les brûlures et les chutes touchent surtout l enfant issu de familles où le nombre de fratrie est supérieur à 2 alors que les intoxications parviennent chez les enfants ayant une fratrie inferieur ou égal à 2. La nature de l accident n est pas influencée par le type de famille des enfants ni le lieu de survenue de l accident. Nous avons également étudié la relation entre la nature de l'accident et certaines conséquences à savoir le service de prise en charge, la durée d'hospitalisation éventuelle, l évolution du patient et le coût direct engendré. Tableau 2 : Répartition des conséquences selon la nature de l accident domestique Caractéristique Brûlure Chute (effectif, %) (effectif, %) Services d hospitalisation Médecine 119 (90,2) 10 (28,6) Réanimation 12 (9,1) 10 (28,6) Chirurgie 1 (0,8) 15 (42,9) Evolution Bonne 120 (90,9) 21 (60,0) Décès 12 (9,1) 12 (34,3) Sortie contre 0 (0,0) 2 (5,7) avis médical Délai de séjour 7 (0-90) 5 (0-21) en jour* Coût engendré en (DH) ** ( ) ( ) **en médiane, minimum et maximum -14- Intoxication (effectif, %) Total p 221 (96,9) 6 (2,6) 1 (0,4) 350 (88,6) 28 (7,1) 17 (4,3) NV 200 (87,7) 0 (0,0) 28 (12,3) 341 (86,3) 24 (6,1) 30 (7,6) NV 1 (0-11) 2 (0-90) < ( ) 674 <10-5 ( )

22 Le délai de séjour et le coût engendré varie significativement selon la nature de l accident, la prise en charge des brûlures nécessitent un délai plus prolongé que les chutes et les intoxications. Pour le coût engendré, c est les chutes qui s avèrent onéreuses comparées aux autres accidents domestiques. -15-

23 Discussion : L impact de la pathologie accidentelle sur la morbidité et la mortalité de l enfant au Maroc est sous-estimé. Et pourtant, la fréquence et la sévérité des accidents sont en augmentation eu égard à la croissance démographique, l urbanisation accélérée et le non-respect des normes de construction, la motorisation des transports et l expansion de la production industrielle [13-14]. Dans notre série, la pathologie accidentelle domestique représente 1,6 % des admissions des enfants de zéro à 60 mois aux urgences pédiatriques de l hôpital d enfants du CHU Ibn Rochd de Casablanca depuis Janvier 2012 jusqu à Décembre La comparaison avec les résultats de la littérature paraît difficile du fait des différences méthodologiques portant notamment sur le type d étude, les tranches d âge étudiées, etc. Toutefois, dans les pays du Maghreb, l incidence des accidents domestiques est élevée, on a enregistré 381 cas en l an 2000 en Algérie et 1800 cas en un an à l hôpital de Sfax en Tunisie [3]. Au Sénégal, la pathologie accidentelle constitue 3 % des causes d hospitalisation des enfants de zéro à 15 ans [14]. Pour Tursz et al [15], le taux annuel des accidents domestiques est de 2,7 % chez les enfants de moins de 12 mois et de 6,6 % chez ceux de 12 à 24 mois. Dans la plupart des études consacrées à la pathologie accidentelle, le nourrisson est intégré dans la tranche d âge de zéro à cinq ans qui contribue à une fréquence variant entre 15 à 35 % des accidents de l enfant [16-17]. La prédominance masculine, rapportée globalement dans la plupart des études chez l enfant [18-19], apparaît dans notre travail dans toutes les tranches d âge. Dans notre étude portant sur les enfants de 0 à 5 ans, c est la tranche d âge entre 0 et 24 mois qui -16-

24 est concernée plus par les accidents domestiques. Ceci est expliqué essentiellement par le fait de la vulnérabilité de cette tranche d âge et que la grande partie des activités du nourrisson est domestique. Les causes d accidents chez l enfant sont influencées dans une large mesure par le niveau socioéconomique et l âge de l enfant [13]. Ainsi, dans les pays industrialisés, de manière globale, les traumatismes physiques par chute dominent l essentiel des causes [ ]. Dans les pays en développement, il s agit plutôt des intoxications comme cela a été rapporté dans une étude de J.-R. Mabiala-Babela et coll [13]. Ceci concorde parfaitement avec nos résultats puisque sur 412 accidents domestiques, on a noté 228 cas d intoxications donc plus que la moitié des cas recensés. Selon R. Cremer et coll, avant l âge de six ans, les produits toxiques mis en cause dans ces accidents sont les produits non médicamenteux qui étaient les cosmétiques (22,4 % des produits non médicamenteux), les produits ménagers (16,8 %), les plantes (8,6 %), les insecticides et pesticides (6,9 %), les hydrocarbures (3 %), et les produits alimentaires (2,8 %) [11]. Dans notre série, 76 cas d intoxications sont dus à l ingestion des médicaments soit 33,3% suivis par les produits ménagers (46 cas soit 22,2%) et en 3ème position les produits pétroliers avec 45 cas (19,7%), les pesticides viennent en 4éme position avec 29 cas (12,7%) ; l intoxication au monoxyde de carbone a touché 14 cas soit 6,1%. Après les intoxications, les brûlures domestiques accidentelles occupent la 2ème place dans notre série avec 132 cas soit 32%. D'après l'étude d'addor et Santos-Eggiman [5], les brûlures occupent la 5ème position chez les enfants de 0 à 5 ans avec un pourcentage de 5,4% après les chutes, les chocs, les écrasements et les ingestions de -17-

25 corps étrangers. Selon une étude turque réalisée en 2007 par A.E. Sakallıog et coll [20], la majorité des brûlures pédiatriques survenaient à domicile notamment entre 1 et 6 ans, touchaient les victimes de sexe masculin et le mécanisme majoritaire en cause était les brûlures thermiques par déversement de liquides chauds. Dans notre travail, les brûlures accidentelles touchent les garçons plus que les filles mais les nourrissons restent la tranche d âge la plus exposée dans plus des deux tiers des cas. De même, le mécanisme principal de ces accidents est la brûlure thermique par ébouillantement 83,33% (notamment déversement de la théière 21,3%). La chute, principalement par défénestration 49%, se positionne en troisième position dans notre série (35 cas), avec une légère prédominance féminine avec 54% et touche notamment la tranche d âge entre 3 et 5 ans avec 48,6%. Dans les séries européennes [ ], la chute constitue l accident le plus fréquent. Pour Dedoukou et al [22] en Grèce, les accidents par chute sont responsables de 10 % de cas d hospitalisation chez le nourrisson ; ils constituent la première cause de mortalité chez les moins de cinq ans dans la série de Johnson et al. [23] en Grande-Bretagne. L ingestion de corps étranger constitue la 4ème cause d accident dans cette étude avec la noyade. Le pronostic des accidents domestiques des enfants dans notre série est généralement favorable. Vingt cinq cas de décès ont été enregistrés dans cette étude dont 12 suite à des brûlures et 12 suite à des chutes. Ces deux types d accidents sont souvent sévères puisqu ils ont entraîné une hospitalisation dans le service de la réanimation dans 22 cas sur 31 cas. En Occident, les décès sont souvent secondaires à un traumatisme crânien suite à une chute [15]. -18-

26 Les coûts et les dépenses engendrés par les accidents domestiques sont considérables. notre étude ponctuelle a fait montré qu en terme de coût ; sur 368 cas d accidents domestiques recensé, le coût direct s'élevait à de dirham avec une médiane de 674 Dirham et un intervalle interquartile de ( ) incomparable avec l étude américaine qui était nationale montrant un coût à l égard des accidents domestiques chez l enfant de 217 milliards de dollars en Ipso facto, il s'avère beaucoup moins coûteux de mettre en place un programme de prévention primaire que de traiter un enfant, parfois pendant des mois, pour un traumatisme évitable. Mais pour qu'un programme de prévention soit efficace, il doit se baser sur des données épidémiologiques fiables et continues. De nombreux pays riches ont déjà instauré des programmes de prévention primaires d un bon rapport coût-efficacité qui ont permis de réduire les coûts des soins de santé [4]. La prévention des accidents domestiques repose sur des mesures collectives et individuelles: la normalisation et la réglementation dans un premier temps mais aussi et surtout l'éducation, l'information afin d'améliorer les comportements face aux risques domestiques. Un programme national de prévention nous paraît justifié vu l'ampleur de ce problème de santé publique [1]. -19-

Épidémiologie du cancer du sein en Algérie.

Épidémiologie du cancer du sein en Algérie. Épidémiologie du cancer du sein en Algérie. Mahnane A. Hamdi Cherif M. Registre du Cancer de Sétif. Laboratoire Santé Environnement des Hauts Plateaux Sétifiens. INTRODUCTION Le cancer du sein est le cancer

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

3. Analyse exploratoire

3. Analyse exploratoire Bilan de l étude de faisabilité «prévention des traumatismes d origine accidentelle» Mouloud Haddak, INRETS-UMRESTTE 1 / Handicap International 1. Préambule Il faut d abord souligner que cette étude de

Plus en détail

ENQUETE DANS LES MENAGES SUR LES ORPHELINS ET LES AUTRES ENFANTS VULNERABLES (OEV) de 0 à 17 ans (SOUTIEN ET SCOLARISATION) OEV - TOGO - 2007

ENQUETE DANS LES MENAGES SUR LES ORPHELINS ET LES AUTRES ENFANTS VULNERABLES (OEV) de 0 à 17 ans (SOUTIEN ET SCOLARISATION) OEV - TOGO - 2007 1 URD Université de Lomé Unité de Recherche Démographique B.P. 12971 Tél. (228) 221-17-21 Fax : (228) 222-08-89 E-ma il : urd@tg-refer.org ; urdlome@yahoo.fr http\\ : www.urd-lome.org Lomé TOGO ENQUETE

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS 16

SITUATION DES ENFANTS 16 SITUATION DES ENFANTS 16 Soumaïla MARIKO et Ibrahim CHAIBOU La convention internationale relative aux Droits de l Enfant du 20 novembre 1989, en son article 3, alinéa 2, stipule que : «tous les États parties

Plus en détail

Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique

Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique Accidents de la vie quotidienne : surveillance et prévention Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique Gaëlle PÉDRONO Chargée d études scientifiques Julie BODARD, Laure CARCAILLON,

Plus en détail

Objectifs et Modalités. Présentation : Dr M. Hours, INRETS

Objectifs et Modalités. Présentation : Dr M. Hours, INRETS Objectifs et Modalités Présentation : Dr M. Hours, INRETS Objectifs du projet Identifier les facteurs pronostiques de handicap et/ou de mauvaise réinsertion des victimes d accidents de la circulation Sous-

Plus en détail

O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda

O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

1. Définitions. 2. Objectif de santé. Diminuer l incidence des traumatismes non-intentionnels chez les enfants de 0 à 6 ans

1. Définitions. 2. Objectif de santé. Diminuer l incidence des traumatismes non-intentionnels chez les enfants de 0 à 6 ans Grille 8 non-intentionnels 1. Définitions Accident : o selon la Loi sur l Assurance Accident (LAA) : toute atteinte dommageable, soudaine et involontaire portée au corps humain par une cause extérieure

Plus en détail

Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger

Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger 1 Institut national de santé publique Année 2014 2 Sommaire 1- INTRODUCTION 3 2- METHODOLOGIE 4 2-1 Type d étude

Plus en détail

Accidents de manèges de parc d attraction Données de l Enquête Permanente sur les Accidents de la vie Courante EPAC 2009-2013, France métropolitaine

Accidents de manèges de parc d attraction Données de l Enquête Permanente sur les Accidents de la vie Courante EPAC 2009-2013, France métropolitaine DMCT - Unité traumatismes Saint Maurice, le 18 mai 2015 Suivi : G. Pédrono, B. Thélot accidents@invs.sante.fr Accidents de manèges de parc d attraction Données de l Enquête Permanente sur les Accidents

Plus en détail

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2)

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2) Les informations présentées dans ce document ont été regroupées par Paul Martel, coordonnateur régional dans le cadre du Plan d action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

Un profil des familles au Canada

Un profil des familles au Canada Familles Un profil des familles au Canada Il y avait 8,4 millions de familles au Canada en 2001. Les ménages de couples mariés forment la majorité des familles canadiennes. En 2001, 70,4% des familles

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Évaluation du stress au travail chez le Personnel du Service d Anesthésie-Réanimation au CHU de Monastir. - Tunisie -

Évaluation du stress au travail chez le Personnel du Service d Anesthésie-Réanimation au CHU de Monastir. - Tunisie - Évaluation du stress au travail chez le Personnel du Service d Anesthésie-Réanimation au CHU de Monastir - Tunisie - Abdelmajid LARIBI Cadre infirmier Évaluation du stress au travail chez le personnel

Plus en détail

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Les CAP français en 2009 Réponse téléphonique Toxicovigilance Flesch Françoise QU EST CE QU UN CENTRE ANTIPOISON Art D.711-9-1 1 (Décret

Plus en détail

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française INDICATEURS n 8 Les dépenses de santé 2013 une part stable des dépenses nationales Conformément aux dispositions de l article L1432-3 du code de la santé publique, un état fi nancier est édité chaque année

Plus en détail

Risque d AES par piqûre Quelle réalité en EHPAD? Nadine KHOUIDER, Pascal FASCIA ARLIN Rhône-Alpes

Risque d AES par piqûre Quelle réalité en EHPAD? Nadine KHOUIDER, Pascal FASCIA ARLIN Rhône-Alpes Risque d AES par piqûre Quelle réalité en EHPAD? Nadine KHOUIDER, Pascal FASCIA ARLIN Rhône-Alpes ARLIN Rhône-Alpes Relais de proximité du CCLIN Sud-Est ARLIN Rhône-Alpes Missions définies par Arrêté en

Plus en détail

Surveillance épidémiologique des noyades

Surveillance épidémiologique des noyades Juillet 2010 Maladies chroniques et traumatismes Maladies chroniques et traumatismes Surveillance épidémiologique des noyades Enquête NOYADES 2009, 1 er juin-30 septembre 2009 Synthèse des résultats Bertrand

Plus en détail

Accidents de la vie. Mutex Accidents de la Vie. Pour qu une minute d inattention ne fasse pas basculer votre vie PRÉVOYANCE

Accidents de la vie. Mutex Accidents de la Vie. Pour qu une minute d inattention ne fasse pas basculer votre vie PRÉVOYANCE PRÉVOYANCE Accidents de la vie Mutex Accidents de la Vie Pour qu une minute d inattention ne fasse pas basculer votre vie 4 bonnes raisons 1 Vous bénéficiez d une indemnisation complète Avec Mutex Accidents

Plus en détail

Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome. Un essai contrôlé randomisé en cluster

Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome. Un essai contrôlé randomisé en cluster Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome Un essai contrôlé randomisé en cluster Financement : INCa INSERM / IRESP Cédric RAT, G. QUEREUX, C. RIVIERE, S.

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant 38 Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant Sous-indicateur n 9-1 : nombre de consultations de médecins par habitant (omnipraticiens et spécialistes, y compris consultations

Plus en détail

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe.

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe. Face à face pédagogique en français et en langue étrangère : 7 heures 1. Tour de table Introduction 2. Contexte et enjeux de la sécurité 3. Les risques et moyens de prévention/protection 4. Organisation

Plus en détail

SUIVI DE LA DEMANDE TOURISTIQUE

SUIVI DE LA DEMANDE TOURISTIQUE SUIVI DE LA DEMANDE TOURISTIQUE Baromètre du 24 eme ème trimestre 2013 Au cours du, 2,3 millions de touristes ont visité le Maroc, dont 1,3 millions de touristes étrangers. 36% de ces derniers ont visité

Plus en détail

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 2 1- OBJECTIFS -INSPECTEUR HSE L inspecteur HSE est avant tout un technicien HSE mais il est formé aux multiples tâches d inspections : Vérifier la conformité dans l exécution

Plus en détail

Synthèse. Jeux d argent. Internet et jeux vidéo. Comparaison avec les apprentis

Synthèse. Jeux d argent. Internet et jeux vidéo. Comparaison avec les apprentis ENQUÊTE SUR LA PRATIQUE D INTERNET, DES JEUX VIDEO ET JEUX D ARGENT PAR DES COLLEGIENS PAS C AL E SCH AL B E T T E R, LIC.ES.SOC. C O L L AB O R AT R I C E S C I E N T I F I Q U E AD D I C T I O N VAL

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE ANNEXE A MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE MISE À JOUR EN AOÛT 2015 MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE 1. Les outils

Plus en détail

Grippe et Vaccination. Quelques idées reçues (IR) Mythes et réalités. IR 1. Maladie peu fréquente

Grippe et Vaccination. Quelques idées reçues (IR) Mythes et réalités. IR 1. Maladie peu fréquente La vaccination antigrippale des professionnels de santé Quelques chiffres Grippe et Vaccination Mythes et réalités E Seringe Arlin Idf Journée Ehpad 3/04/2014 Quelques idées reçues (IR) IR1. Maladie peu

Plus en détail

Analyse de l offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) au Mali

Analyse de l offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) au Mali Analyse de l offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) au Mali B DAOU, M KOUAME, C ATIM Institut National de recherche en santé Publique (INRSP)- Bamako,

Plus en détail

Diagnostic stratégique. Programme 2012-14

Diagnostic stratégique. Programme 2012-14 Diagnostic stratégique Programme 2012-14 Version 5, lundi 11 avril 2011 1 Diagnostic stratégique Rappel de l objectif Première étape de l élaboration d une programmation pluriannuelle, parfois appelée

Plus en détail

Le téléphone portable au volant. Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR)

Le téléphone portable au volant. Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR) Le téléphone portable au volant Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR) Contexte 2003 : interdiction d'utiliser le téléphone portable tenu en main uniquement au volant en France. Cette décision s'appuyait

Plus en détail

Personnes âgées et accidents domestiques Rapport

Personnes âgées et accidents domestiques Rapport Personnes âgées et accidents domestiques Rapport Version n 1 Date : 27 Juillet 2011 De: Nadia AUZANNEAU A: Florent CHAPEL et Guillaume ALBERT OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01

Plus en détail

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Septembre 2010 Sommaire Réalisé par : Les Médecins du Travail Et Les IPRP du SMTI Comprendre ce qu est la démarche de prévention ainsi que l évaluation

Plus en détail

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 35 Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 En 2000, un patient bénéficiaire de la CMU

Plus en détail

3.3. Le mode de vie de l'enfant. La santé observée dans les régions de France

3.3. Le mode de vie de l'enfant. La santé observée dans les régions de France La santé observée dans les régions de France Le mode de vie de l'enfant 3.3 Le contexte En une vingtaine d années, le mode de vie des jeunes enfants a évolué sous l influence des changements dans la société

Plus en détail

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011 CATALOGUE CATALOGUE 2011 1 SOMMAIRE Professionnelle de la prévention, de l éducation et de la sécurité incendie, toute demande de formation spécifique est envisageable dès lors qu elle entre dans le cadre

Plus en détail

Aide à domicile. Recommandations du Service de Santé au Travail : Principaux risques professionnels :

Aide à domicile. Recommandations du Service de Santé au Travail : Principaux risques professionnels : AIDE A DOMICILE Aide à domicile Recommandations du Service de Santé au Travail : Principaux risques professionnels : L évaluation des risques (décret du 05 nov. 2001) doit être une démarche collective

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement (TED)

Autisme et autres troubles envahissants du développement (TED) Santé Observée Juillet 2014 Autisme et autres troubles envahissants du développement (TED) Contexte national Définition La première définition de l autisme date de 1943 par Kanner et a depuis beaucoup

Plus en détail

SNEL. Sécurité pour ascenseurs existants SIA 370.080

SNEL. Sécurité pour ascenseurs existants SIA 370.080 SNEL Sécurité pour ascenseurs existants SIA 370.080 L ascenseur: le moyen de transport le plus sûr? Les ascenseurs passent pour être le moyen de transport le plus sûr. La Suisse, en tant que «pays de l

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997 6.4.1. Introduction L importance des programmes de vaccination a été largement démontrée. Les questions n ont été posée qu aux personnes âgées de 15 ans et plus parce que la couverture vaccinale chez les

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Coutances Étude d'accidentologie 2008-2012

Coutances Étude d'accidentologie 2008-2012 SERVICE RISQUES ET SECURITE Sécurité Routière et Déplacements Septembre 23 Coutances Étude d'accidentologie 28-22 Direction Départementale des Territoires et de la Mer de la Manche . DONNÉES GÉNÉRALES

Plus en détail

REGLEMENT INTÉRIEUR DU SERVICE DE RESTAURATION SCOLAIRE

REGLEMENT INTÉRIEUR DU SERVICE DE RESTAURATION SCOLAIRE ANNEXE REGLEMENT INTÉRIEUR DU SERVICE DE RESTAURATION SCOLAIRE SERVICE JEUNESSE Préambule : En période scolaire, le service Jeunesse de la mairie de Saint-Bon est chargé de l organisation du service de

Plus en détail

Pôle Aide à la Personne Direction de l Enfance et de la Famille Service de Protection de l Enfance Equipe Adoption Appui à l accompagnement

Pôle Aide à la Personne Direction de l Enfance et de la Famille Service de Protection de l Enfance Equipe Adoption Appui à l accompagnement Pôle Aide à la Personne Direction de l Enfance et de la Famille Service de Protection de l Enfance Equipe Adoption Appui à l accompagnement 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 AGREMENTS

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

Les travaux d entretien et d amélioration 2

Les travaux d entretien et d amélioration 2 Les travaux d entretien et d amélioration 2 Aux dépenses courantes de logement que les ménages doivent supporter (loyers, remboursements d emprunts, énergie), viennent s ajouter les coûts des travaux d

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Santé»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Santé» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Santé» CSSSS/13/042 DÉLIBÉRATION N 09/017 DU 17 MARS 2009, DERNIÈREMENT MODIFIÉE LE 22 JANVIER 2013, RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES

Plus en détail

Habitudes d utilisation de la cigarette électronique et son potentiel addictif : enquête auprès des internautes vapoteurs quotidiens

Habitudes d utilisation de la cigarette électronique et son potentiel addictif : enquête auprès des internautes vapoteurs quotidiens Habitudes d utilisation de la cigarette électronique et son potentiel addictif : enquête auprès des internautes vapoteurs quotidiens INTRODUCTION Un statut actuel un peu flou Ce n est pas un médicament

Plus en détail

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables Objectifs 01. La divulgation des informations financières repose sur les caractéristiques qualitatives prévues par le cadre conceptuel, notamment,

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Annexe À l occasion du 50 ème anniversaire de l assurance soins de santé et indemnités, la MC a mené une enquête

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------------------------

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 14/2009/CM/UEMOA PORTANT INSTITUTION ET ORGANISATION D UN SYSTEME D INFORMATION SUR LES ACCIDENTS

Plus en détail

bilan routier 2012 Département de police de laval

bilan routier 2012 Département de police de laval bilan routier 2012 Département de police de laval 1 2 2012 : UN BILAN ROUTIER STABLE Le volume de la circulation routière est en constante croissance à Laval. Le Département de police de Laval est soucieux

Plus en détail

La prévention des Accidents Domestiques de la Vie Courante liés au printemps.

La prévention des Accidents Domestiques de la Vie Courante liés au printemps. La prévention des Accidents Domestiques de la Vie Courante liés au printemps. Les beaux jours sont de retour et, avec eux, les moments de bricolage et de jardinage en extérieur. L'occasion de prendre en

Plus en détail

DGO 2013-2017. Données de l'enjeu "jeunes de moins de 25 ans" Période d'étude : 2009-2013. Septembre 2014

DGO 2013-2017. Données de l'enjeu jeunes de moins de 25 ans Période d'étude : 2009-2013. Septembre 2014 SERVICE EXPERTISE TERRITORIALE RISQUES ET SECURITE Sécurité Routière et Déplacements Septembre 2014 DGO 2013-2017 Données de l'enjeu "jeunes de moins de 25 " Période d'étude : 2009-2013 Direction Départementale

Plus en détail

GENRE ET FECONDITE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

GENRE ET FECONDITE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE GENRE ET FECONDITE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE Roger Armand WAKA MODJO Institut d Etudes Démographiques de l Université de Bordeaux IV. Introduction L Afrique subsaharienne reste de nos jours la sous région

Plus en détail

FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS

FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS Durée : Participants : Public : Pré-requis : 5 jours (effectif > 300 pers) 4 à 9 personnes Membres du CHSCT Délégués du personnel investis des

Plus en détail

LE BAIN ET L ALLAITEMENT Étude sur les pratiques autour du bain à la maternité de Draguignan

LE BAIN ET L ALLAITEMENT Étude sur les pratiques autour du bain à la maternité de Draguignan 1 LE BAIN ET L ALLAITEMENT Étude sur les pratiques autour du bain à la maternité de Draguignan Carine Martin, auxiliaire de puériculture, consultante en lactation IBCLC Draguignan (83) RESUME L étude a

Plus en détail

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile.

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile. Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile Hélène Heckenroth l'auteur déclare n'avoir aucun conflit d'intérêt avec l'industrie pharmaceutique

Plus en détail

Analyse des incidents

Analyse des incidents Analyse des incidents Formation B-Quanum 26/06/2012 N. Jacques Coordinatrice Qualité CMSE Introduction Contexte Contrat SPF Coordinateur qualité Médecine nucléaire Hôpital = Entreprise à Haut Risque Efficacité

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44 ORST Charentes - Baromètre régional Santé au travail 14. Synthèse Cette analyse, à visée descriptive, met en évidence la diversité dans le recueil comme dans l exploitation des données des accidents du

Plus en détail

Le CHSCT. 1.Ses missions 2.Ses attributions 3.Ses moyens. Forum CHSCT du 4 juin 2013 1

Le CHSCT. 1.Ses missions 2.Ses attributions 3.Ses moyens. Forum CHSCT du 4 juin 2013 1 Le CHSCT 1.Ses missions 2.Ses attributions 3.Ses moyens 1 Le CHSCT 1. Ses missions 2 Domaines de compétence Le CHSCT est compétent pour toutes les questions en lien avec : L hygiène, La sécurité, Les conditions

Plus en détail

Analyse de survie : comment gérer les données censurées?

Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Mémento biostatistique Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Méthode de Kaplan-Meier C. Alberti 1, J.-F. Timsit 2, S. Chevret 3 1 Centre d Epidémiologie Clinique, Hôpital Robert Debré,

Plus en détail

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT Données issues des certificats de santé 8 ème jour, 9 ème et 24 ème mois Ce document a été réalisé à partir des données épidémiologiques concernant les enfants domiciliés

Plus en détail

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

CONTEXTE ET JUSTIFICATION CONTEXTE ET JUSTIFICATION Le tabagisme est l une des plus grandes menaces actuelles pour la santé mondiale. Il crée une forte dépendance chez les consommateurs habituels qu il finit par tuer, et présente

Plus en détail

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014 RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS Résultats de l enquête menée en 2014 0 Acronymes : ARS IDF : Agence régionale de santé Ile-de-France EHPAD : Etablissements d hébergement

Plus en détail

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques Partie 2 SOMMAIRE v Les objectifs du Document Unique v Quelques Recommandations v L évaluation Professionnels Une démarche Méthodologique 25-06- 2015 Isabelle Weissberger Président de BW Consultants Précédemment

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL. MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS

ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL. MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS INTRODUCTION La chirurgie ambulatoire est née il y a

Plus en détail

L accidentalité dans l Orne en 2013

L accidentalité dans l Orne en 2013 08 juillet 2014 2009 2010 2011 2012 2013 provisoire Accidents 185 148 178 131 129 37 25 22 26 26 Blessés 228 186 272 180 152 L insécurité routière recule légèrement en 2013. Le nombre d accidents corporels

Plus en détail

1. FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL :

1. FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL : De : Société Projets & Formations 293 rue de jonquilles 84100 Orange yveslozano@projets-formations.com +33 (0)6 18 72 39 98 1. FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL : Projets et Formations est en mesure

Plus en détail

Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc

Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc B.Ramdani Président du coneil consultatif de Transplantation d'organes et de tissus humains benyounsramdani@gmail.com 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général

Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général Session 2001 Naghmeh ROBIN Ministère de la Jeunesse, de l Éducation nationale et de la Recherche Direction de la programmation et du développement

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Garantie des Accidents de la Vie. Plus que jamais, il est important d agir pour vous protéger!

Garantie des Accidents de la Vie. Plus que jamais, il est important d agir pour vous protéger! Garantie des Accidents de la Vie Plus que jamais, il est important d agir pour vous protéger! Coupure, chute, accident en accompagnant vos enfants à l école, brûlure Parce que le danger n est pas toujours

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Epidémiologie des accidents de la route au Togo BENISSAN A. SETODJI K. ABALO A. YAWOVI K. KOUSSOUGBO K. DOSSIM A.

Epidémiologie des accidents de la route au Togo BENISSAN A. SETODJI K. ABALO A. YAWOVI K. KOUSSOUGBO K. DOSSIM A. Epidémiologie des accidents de la route au Togo BENISSAN A. SETODJI K. ABALO A. YAWOVI K. KOUSSOUGBO K. DOSSIM A. INTRODUCTION Moyens de transport = élément clé de expansion économique; Certains effets

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE 1 ANNEXE 1 Charte des droits et libertés de la personne accueillie Texte original Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions

Plus en détail

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT Données issues des certificats de santé 8 ème jour, 9 ème et 24 ème mois Ce document a été réalisé à partir des données épidémiologiques concernant les enfants domiciliés

Plus en détail

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible Plan qualité 2015-2016 pour Soins continus Bruyère Objectifs et initiatives d amélioration BUT Mesure Changement Initiatives prévues Dimension de la qualité Objectif Mesure/indicateur Unité/population

Plus en détail

SANTÉ DE L ENFANT 9 9.1 CARACTÉRISTIQUES DE L ACCOUCHEMENT. Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU

SANTÉ DE L ENFANT 9 9.1 CARACTÉRISTIQUES DE L ACCOUCHEMENT. Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU SANTÉ DE L ENFANT 9 Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU Au cours de la troisième enquête démographique et de santé et à indicateurs multiples, on a enregistré, pour tous les enfants nés au cours des cinq

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires)

L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires) janvier 2013 L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires) Sommaire 1. Les résultats provisoires de 2012 2. Perspectives longues 3. L image globale de l année 2012 4. L année

Plus en détail

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre Cliquez pour modifier le style du titre ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? JULIETTE BOUCHET ET ONCOMIP 1 Cliquez INTRODUCTION pour

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS 2010

CATALOGUE DES FORMATIONS 2010 FORSEC est une entreprise de formation spécialisée dans les risques professionnels. CATALOGUE DES FORMATIONS 2010 «Informer, Notre mission : «Informer, Former et Responsabiliser». Former votre personnel

Plus en détail

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011,

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011, ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL Forum de dialogue mondial sur la sécurité dans la chaîne d approvisionnement concernant le remplissage des conteneurs GDFPC/2011/10 Genève 21-22 février 2011 et conclusions

Plus en détail

IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA

IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA Dominique Combarnous (CSS) Dr Alain Lepape, Réanimation Nord Centre Hospitalier Lyon Sud JLPR 2006 Introduction - Notion

Plus en détail

NutriSTEP MD Vérification du progrès des détenteurs de licence. Quatrième étude de cas. Comté d Oxford, Ontario. Automne 2009

NutriSTEP MD Vérification du progrès des détenteurs de licence. Quatrième étude de cas. Comté d Oxford, Ontario. Automne 2009 NutriSTEP MD Vérification du progrès des détenteurs de licence Quatrième étude de cas Comté d Oxford, Ontario Automne 2009 Lancement de la mise en œuvre Avril 2008 Localisation géographique Comté d Oxford,

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail